15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération 
ÉCONOMIE 
Accueil › Économie › EcoFutur 
La jeune p...
15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération 
cellule de sourcing (réflexion sur les apports exte...
15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération 
autre intrapreneur maison a déniché une problématiq...
15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération 
c’est un moyen de montrer que non, on n’est pas obs...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération

9 559 vues

Publié le

Comment les grands groupes essayent de recréer une culture de l'innovation en investissant dans des programmes d'incubation interne.

Publié dans : Business
2 commentaires
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Tout à fait d'accord. Pour gagner, les grandes entreprises doivent créer de la résonance chez tous leurs (nombreux) publics. C'est en repartant du coeur de l'entreprise et de ses fondamentaux que l'on y parvient, ce qui n'est pas contradictoire avec la nécessité de multiplier les pilotes à la périphérie autour de la valeur clients
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Merci Philippe de mettre un peu de rationalité dans ce monde ...
    L'article commence pourtant bien, 'capter l'innovation', c'est bien la vision qui domine. Mais l'innovation ce ne se capte pas, ça se vit. Il faut transformer l'entreprise, sinon rien ne marche, ou presque. Le retour de bâton sera terrible dans quelques mois.
    Pendant qu'ebay et HP se scindent en deux, les sociétés françaises font des concours, des hackatons, des partenariats avec des incubateurs. On fait de belles réceptions, et on fait marner les développeurs.
       Répondre 
    Voulez-vous vraiment ?  Oui  Non
    Votre message apparaîtra ici
  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
9 559
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7 297
Actions
Partages
0
Téléchargements
33
Commentaires
2
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération

  1. 1. 15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération ÉCONOMIE Accueil › Économie › EcoFutur La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise PATRICK CAPPELLI 12 OCTOBRE 2014 À 17:06 (MIS À JOUR : 12 OCTOBRE 2014 À 17:06) La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise (Dessin Rocco)    ENQUÊTE Orange, Axa, La Poste, GDF Suez… Nombre de grosses boîtes développent en interne des structures de type start-up ou s’associent à des incubateurs extérieurs pour capter l’innovation. Uber, Airbnb, Blablacar, Booking.com… Les start-up du collaboratif et du numérique bousculent des secteurs entiers de l’économie comme les taxis, la location de voitures, l’immobilier de loisir ou l’hôtellerie. Quelle sera la prochaine victime de ces pure-players à la fois novateurs et agressifs ? Les grands groupes ont compris que ni leur taille, ni leur puissance ne suffiraient à les protéger d’un nouvel entrant plus souple, plus agile, plus innovant. Jusqu’à présent, leur politique vis-à-vis de l’innovation consistait à soutenir des start-up existantes, hébergées par des accélérateurs ou des incubateurs publics et privés, pour utiliser ensuite les nouveaux produits et services inventés par ces jeunes pousses, et parfois les intégrer au sein de l’entreprise via des prises de participations majoritaires. Orange a été pionnier de cette tendance avec son Orange Fab, un accélérateur de start-up situé dans la Silicon Valley qui en est à sa troisième saison, et a été décliné récemment en France, au Japon et en Pologne. Sur le même principe, l’Axa Lab, une http://www.liberation.fr/economie/2014/10/12/la-jeune-pousse-nouvelle-culture-d-entreprise_1120267 1/4
  2. 2. 15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération cellule de sourcing (réflexion sur les apports externes) installée depuis juillet à San Francisco, a pour vocation de «rapprocher Axa des acteurs de la high­tech » selon son responsable, Guillaume Cabrère. De son côté, la Poste a créé le Lab Postal en 2009, pour monter des POC («proof of concept», étapes de validation concrète dans la mise en place d’un projet nouveau) avec des start-up extérieures au groupe public. «Partenariats». Mais, depuis quelques mois, plusieurs grandes entreprises françaises sont passées à l’étape suivante : aider leurs employés imaginatifs à devenir des «intrapreneurs», dont la mission consiste à monter des structures de type start-up en interne. Celles-ci peuvent être couvées dans les locaux de la boîte ou au sein d’incubateurs extérieurs. GDF Suez, par exemple, a choisi cette deuxième possibilité. «Nos collaborateurs vont aller développer leurs idées aux côtés d’autres innovateurs, en bénéficiant du soutien de structures dont c’est le métier», explique Jean-Louis Blanc, directeur commercial innovation et nouveaux métiers. Les employés sélectionnés signent un contrat de mise en incubation pour une période définie, un an en moyenne. Un accord a été signé avec Paris Région Lab et un autre avec le Village, incubateur initié par le Crédit agricole qui va ouvrir le 15 octobre à Paris dans le VIIIe arrondissement et compte accueillir une centaine de start-up. Le groupe d’énergie a également lancé, en mai, un RSE (réseau social d’entreprise) entièrement dédié à l’innovation, avec déjà 5 500 inscrits. A l’inverse de GDF Suez, la Poste a opté, elle, pour un accélérateur interne, Start’inPost, chargé d’accueillir des jeunes pousses externes. «Depuis mai, une équipe dédiée de trois personnes et dotée d’un budget d’investissement est chargée de nouer des partenariats capitalistiques. On accorde 20 000 euros à une start­up pendant une période de trois mois pour monter un projet. Elle est ensuite hébergée dans l’entreprise durant neuf mois et travaille en relation étroite avec nos collaborateurs. Nous leur apportons de la puissance à travers notre réseau commercial, notre logistique, nos sites en ligne, et nous en attendons une accélération de notre capacité à développer des nouveaux services et des nouveaux produits», détaille Nathalie Andrieux, directrice générale adjointe en charge du numérique. La Poste envisage une à deux intégrations par mois et pourra éventuellement prendre des parts dans ces sociétés. La première à rejoindre ce dispositif récent s’appelle Heuritech. Spécialisée dans le Big Data, elle a passé le premier test des trois mois et va entrer en phase d’accélération dans la filiale de marketing relationnel Mediapost Communication, présidée par Nathalie Andrieux. Le leader mondial des gaz industriels, Air Liquide, a lui monté il y a un an I-Lab, une «structure d’innovation radicale» dotée de deux missions : créer de la valeur à court terme via des prototypages rapides et engendrer de la croissance sur le long terme (dix à quinze ans) grâce à l’innovation. Deux outils composent le I-Lab : un think tank et un «corporate garage». Le premier est un groupe de réflexion réunissant des compétences multiples (géographes, architectes, ingénieurs) chargé de trouver des territoires d’intervention nouveaux sur lesquels Air Liquide est légitime, comme, par exemple, «respirer dans la ville». Deuxième élément du dispositif : le «corporate garage» regroupe une vingtaine de scientifiques et post-docs en sciences humaines chargés de tester concrètement les nouvelles idées. Deux équipes travaillent notamment sur un projet autour de «l’innovation frugale», pour les populations qui gagnent de 3 à 5 dollars (2,4 à 4 euros) par jour. «Le I­Lab prend en charge leurs salaires jusqu’au moment où ils pourront voler de leurs propres ailes», précise Gregory Olocco, directeur d’I-Lab. Un http://www.liberation.fr/economie/2014/10/12/la-jeune-pousse-nouvelle-culture-d-entreprise_1120267 2/4
  3. 3. 15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération autre intrapreneur maison a déniché une problématique réglementaire autour de l’analyse de la qualité de l’air dans les bâtiments sur laquelle il va plancher. Livre bouteille. Industrie, services, banque, assurance : tous les secteurs veulent engendrer des innovations «disruptives». Et même certains qu’on n’attendait pas sur ce terrain, comme l’agroalimentaire. Pernod Ricard a ainsi créé BIG (Breakthrough Innovation Group, «groupe d’innovation de rupture») début 2012, pour «imaginer des produits qui vont changer drastiquement la perception, l’usage et l’expérience du consommateur», explique son directeur général, Alain Dufossé, qui cite en exemple Nespresso ou iTunes. Niché au fond d’une cour près de la place de la Bastille à Paris, BIG est installé dans un loft qui accueille sept personnes. Sa mission repose sur trois piliers : la collecte d’information à partir de 800 sources et 15 correspondants dans toutes les régions du monde ; «l’idéation», qui produit des concepts, et la mise au point de prototypes. Deux ans et demi plus tard, BIG a accouché de son produit disruptif sous le nom de code «Projet Gutenberg» : un contenant rectangulaire de 70 cl qui ressemble à un livre associé à un plateau connecté. Design, recyclable et branché, ce livre bouteille, qui n’a pas encore d’appellation commerciale, peut se connecter à une tablette ou un smartphone en wi-fi, offrant ainsi une bibliothèque exhaustive de cocktails… Les brevets sont déposés, le produit va être finalisé et devrait atterrir dans les salons d’ici quelques mois. Le Crédit agricole, qui proclame avoir une PME sur deux comme clientes et financer un quart de l’économie, s’intéresse aussi de près aux start-up. Outre la création du Village dans ses locaux, la banque a monté sa propre structure, nommée Castor, une équipe de quatre personnes chargée de faire la liaison avec les «digiculteurs», une communauté qui associe développeurs et clients de la banque, qui a déjà mis au point vingt-cinq applis utilisées par les clients. «Les avantages des start­up sont l’agilité, l’enthousiasme et la capacité de prendre des décisions rapidement, alors que dans les groupes, les circuits de décision sont souvent complexes», estime Bernard Larrivière, directeur de l’innovation à la Fédération nationale du Crédit agricole. Le leader mondial de l’assurance, Axa, vient, lui, de lancer Start In, un concours interne mondial pour développer des applications destinées à être incluses dans ses produits. Quatre applis ont déjà été élues : Are You OK ? (détection d’une activité anormale dans le quotidien des personnes âgées), My Quick Help (application d’urgence pour géolocaliser et envoyer un SOS par SMS, mail ou appel), AXA Glass (les clients peuvent prendre des photos de leurs objets de valeur) et AXA Activ-Track (créer un partenariat avec une entreprise spécialisée dans le «tracking d’activité»). «Le problème, c’est de rendre ces idées opérationnelles. Nous arrivons à générer des idées, mais il faut ensuite intégrer ces solutions dans nos offres, c’est là que ça devient un peu plus compliqué», avoue Nicolas Moreau, PDG d’Axa France. Échec . Tellement compliqué, que, pour le consultant Philippe Méda, du cabinet conseil en innovation Merkapt, toutes ces initiatives pour générer de l’innovation en interne sont vouées à l’échec ! Sur son blog, il a listé les «dix raisons pour lesquelles votre incubateur interne va échouer en moins de deux ans» (1). «Ces structures répondent en fait à deux objectifs : faire du marketing interne et externe. En interne, les groupes disent à leurs employés : "vous allez tous être intrapreneurs et devenir responsables de projet." Dans la réalité, la plupart des idées des collaborateurs ne sont pas bonnes et les projets échouent après trois à six mois. Pour l’externe, http://www.liberation.fr/economie/2014/10/12/la-jeune-pousse-nouvelle-culture-d-entreprise_1120267 3/4
  4. 4. 15/10/2014 La jeune pousse nouvelle culture d’entreprise - Libération c’est un moyen de montrer que non, on n’est pas obsolète, et qu’on est au fait des dernières techniques et méthodes de management à la mode. En fait, on a plus de chance de créer de la valeur en achetant des centaines de tickets d’Euromillions qu’en investissant dans ces dispositifs», pense carrément Philippe Méda. Pourquoi ? «L’innovation est avant tout un problème culturel. Pour se prémunir du risque posé par les nouveaux entrants du numérique, il faut de la vision et du courage», répond le consultant de Merkapt. Pour lui, il faut par exemple «mettre en place des circuits d’accélération de carrière pour certains managers qu’on va sortir du "puits de gravité" que représente l’entreprise pendant un à trois ans, afin qu’ils apprennent de nouvelles façons de travailler». Mais toujours sans garantie qu’ils inventent le service innovant de demain en quelques mois… (1) «Dix raisons pour lesquelles votre incubateur interne va échouer en moins de deux ans» : http://www.merkapt.com/entrepreneuriat/strategie/dix-raisons-lesquelles-incubateur-interne-va- echouer-en-moins-ans-10456 Dessins Rocco Par Patrick Cappelli Dessins Rocco 0 COMMENTAIRES Partager Poster wiqaso-654@tmp Votre commentaire apparaîtra dès validation par le modérateur (généralement en moins de 30 minutes). Cet espace est réservé aux commentaires sur cet article. Vous souhaitez discuter d'autres sujets ? Rendez-vous sur nos forums thématiques. Merci de respecter notre charte. Plus récents | Plus anciens | Top commentaires http://www.liberation.fr/economie/2014/10/12/la-jeune-pousse-nouvelle-culture-d-entreprise_1120267 4/4

×