MANAGEMENT VOCATIONNEL
Bernard Alvin est interviewé par des membres de l’Association Internationale pour le
Développement ...
Qu’entendez-vousparpiloteretsurtoutcommentpouvez-vouspiloterlavocation ?
La méthode est basée sur l’émergence, la révélati...
En référence au schéma, le niveau bas de la nouvelle ou autre période sera plus haut que le niveau
hautde la périodeprécéd...
La démarche s’effectue à deux niveaux : au niveau de l’individu et au niveau de l’entreprise ; et
l’’intérêt des deux est ...
Qu’est-ce que « l’explorationphysique» dupotentielvocationnel ?
Pour réussir à se rapprocher de sa vocation, il est import...
Or, la confrontation estfortedansle mondedu travail…Le vécu provoquedesfeedbacks, despoints
de repères quiprennenttoutleur...
Commentrassurerle « payeur» (l’entreprise) parrapportà une démarche qui dépasse le cadre
professionnelde l’entreprise ?
L’...
Une desdifférencesparrapportau coachingtraditionnelestla rédactiond’unrapport ? Est-ce la
seule différence ?Est-ce que rap...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

INTERVIEW DE BERNARD ALVIN

252 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
252
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
19
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

INTERVIEW DE BERNARD ALVIN

  1. 1. MANAGEMENT VOCATIONNEL Bernard Alvin est interviewé par des membres de l’Association Internationale pour le Développement du Management Vocationnel Quelle estladéfinitiondumanagementvocationnel ? C’est une méthode simple, cohérente, efficace où l’individu est au centre de la démarche ; il s’agit de lui permettre d’exprimer et de développer pleinement son «patrimoine» de talents, de qualités, de créativité, d’originalité. L’enjeu est de concilier l’épanouissement de l’individu et de permettre à l’entreprise de résoudre les problèmes du quotidien et d’exploiter au mieux le gisement de potentiels qui la différencie de ses concurrents. En quoi le Management vocationnel se démarque t-il des autres principes de management existants : le management participatif, le management durable, le management sportif, management par objectifs,managementstratégique,le managementmulticulturel… ? Dans les exemples cités dans votre question, l’adjectif est au service du management. Il est utilisé pour donner une référence, un modèle, pour rendre crédible une démarche managériale. Dans le management vocationnel, c’est l’inverse ; le management est au service de la vocation ; le but est d’exploiter, d’optimiser le patrimoine talent de chacun. L’individu est au centre de la démarche ; Dans les autresconceptsde management,c’etle mangement quiest au centre Questionscibléessurlaprésentation : Pouvez nous expliquer comment vous pouvez dire que le processus n’implique pas de remises en cause fréquentesmaisque paradoxalementleschangements sonttrèsfréquents ? Le contexte économique, l’environnement des entreprises, les entreprises elles-mêmes sont en perpétuelles évolutions qui génèrent des mesures souvent incomplètes voire inefficaces d’adaptation ou d’accompagnementdu changement. Le management vocationnel est une démarche qui permet d’exploiter étape par étape ses véritables potentialités. En agissant sur elles, l’individu est en pleine possession de ces moyens, ce qui lui permet de faire face aux incertitudes, ce qui s’avère une force dans le monde actuel et une source de bien- être. C’est une démarche anticipatrice. Plutôt que de subir, le management vocationnel permet de travailler avec l’environnement. Les sensibilités et l’adaptabilité des individus sont activées ou en veille. Ce qui permet de développer la capacité à maintenir le cas, de piloter les incertitudes ou « l’instabilité » de l’environnementdel’entreprise avecsérénité.
  2. 2. Qu’entendez-vousparpiloteretsurtoutcommentpouvez-vouspiloterlavocation ? La méthode est basée sur l’émergence, la révélation des caractéristiques de l’individu. Il s’agit de faire apparaître ce qui est enfoui chez lui. Il s’agit donc de repérer sa vocation. Pour le faire, nous utilisons un guide (un coach) qui doit savoir faire émerger les leviers de motivation de l’individu, les différents éléments qui le caractérisent, les repérer et les assembler. Le pilotage permet de veiller à la cohérence générale de l’ensemble. C’est d’autant plus important que la vocation est chargée de sens et elle est liée à la cohérence dela personne. Ne s’agit-il pasd’une sorte de modélisationdesphasesde changements ? Finalement le management vocationnel n’est-il similaire à la courbe du changement que nous pouvonsvoirdanstouteslesformationsmanagériales :accompagnementduchangement? Effectivement, la courbe de changement est une courbe qui à partir d’un niveau donné s’oriente vers le bas (c’est phase qui caractérise les périodes de refus, le deuil) avant de remonter et d’amorcer la phased’acceptation du changementestderevenir au niveau initial. Dans le cadre du management vocationnel, il s’agit également d’une courbe avec des hauts et des bas, mais c’est une courbe sinusoïdale ascendante qui permet d’avancer étape par étape, progressivement. Le niveau bas du palier supérieur est toujours au-dessus du niveau haut du palier inférieur.
  3. 3. En référence au schéma, le niveau bas de la nouvelle ou autre période sera plus haut que le niveau hautde la périodeprécédente. Selon vous, le management vocationnel est centré sans cesse sur les propres forces « motrices » de l’individu. Cette remarque est-elle audible pour les entreprises dans un contexte de crise ou l’enjeu estla pérennité de l’entreprise ? L’enjeu de la pérennité est identique pour le salarié. L’intérêt de l’entreprise est de se démarquer de ces concurrents et de continuer à progresser quel que soit le contexte économique. En tant que dirigeant, encourager les collaborateurs à se rapprocher le plus près possible de leur vocation, c’est se donner les moyens d’exploiter au mieux ses possibilités, de créer des opportunités de développement, de se démarquerdesconcurrents etdoncd’assurerunepérennité. Parallèlement, c’est également donner les moyens à ses collaborateurs de développer leur aptitudes à intégrer,s’adapteraux incertitudesou aux contraintesdel’environnement. Sur quelle durée les résultats de la démarche peuvent-ils s’apprécier ? Quand et comment pouvons- nousmesurerlespremiersrésultats ? Les résultats peuvent s’apprécier très rapidement dès les premières semaines. Néanmoins, préalablement, il est important de définir un plan de travail et des étapes intermédiaires de suivi. Ce sont les acteurs engagés dans la démarche qui définissent ces modalités de suivi et les modalités de mesureset ainsi quele temps nécessaire pourévaluerles premiers résultats. La démarche que vous proposez, notamment à des entreprises, n’est-elle pas trop intrusive à une époque oùle respectde lavie privé estune règle d’oretpour certainesunprincipe éthique ? La réussite de la démarche est basée sur 2 principes incontournables : l’engagement de l’individu ; il doit être acteuret la confianceenversle coach ; les entretienssontconfidentiels. Il s’agit donc d’un contrat de confiance entre l’individu et le coach. Notre démarche n’est donc pas intrusive dans la mesure où c‘est l’individu qui impulse le rythme. Le coach est plus un guide, un facilitateur. Avez-vous analysé pour quelles raisons les collaborateurs s’éloignent de leur vocation initiale ? Ce champ est-il large ?Commentpouvez-vousyremédier? Nous ne pouvons pas répondre à cette question sans aborder la notion d’orientation. Dès le système scolaire, nous observons des individus qui peuvent s’éloigner de leur vocation. Nous n’avons jamais autant observé ou entendu des collaborateurs exprimer leur volonté de changer de métier, oui d’entreprise. Le management vocationnel est une démarche qui va permettre progressivement , étape par étape de revenir progressivementdansl’axedesa vocation. Comment pouvez-vous proposer une démarche qui dissocierait ce que vous nommez les deux niveaux (collaborateurs et entreprise) car si la démarche est menée sur un seul des deux niveaux,est ce que le risque de « fracture » entre l’entrepriseetlescollaborateursne vapass’accentuer ?
  4. 4. La démarche s’effectue à deux niveaux : au niveau de l’individu et au niveau de l’entreprise ; et l’’intérêt des deux est étroitement lié. L’individu dans l’entreprise connaît parfaitement son environnement, il est donc à même de se diriger vers un projet vocationnel au service de son entreprise. Nous avons eu l’occasion de le faire avec un collaborateur sénior ; un collaborateur de 57 ans qui s’est expatrié pour la 1ere fois en Argentine afin de développer et d’exploiter une nouveau activité touten utilisant le savoir-fairedeson entreprise. Parallèlement, effectivement, à un moment donné, il se peut que le projet vocationnel du collaborateur ne soit pas en lien direct avec les objectifs de l’entreprise. Dans cette hypothèse, l’intérêt est également conjoint, parce la démarche permet à l’individu de s’inscrire dans un projet individuel personnelet à l’entreprise de régler un problèmequotidien sansconflits. Qu’appelez-vousles« pointsd’étape » ? - A quelle échelle humaine (nbre de collaborateurs) votre démarche doit-elle être menée pour ne pas risquerde tomberdansune approche subjective ? - Quel niveau de management visez-vous dans une entreprise ? Quel est le niveau de managementpertinentpourque l’impactsoitréel surtoute lastructure organisationnelle ? - Les points d’étape sont les paliers intermédiaires fixés préalablement avec l’individu. Ils permettent de faire un bilan au cours du parcours et d’ajuster si n nécessaire les objectifs, les actions, le planning…Ce sontles modalitésde suivi de la démarche. La qualité du coach permet d’éviter les approches subjectives. Ce n’est pas une question de taille ou de nombre parce que les entretiens sont par définition confidentiels. De plus, les éléments restitués le sont suite à la propre décision du collaborateur qui est le seul apte à décider de ce qui doit être restitué et de ce qui doit rester confidentiel. Cette démarche peut s’adresser à tout le monde. Cependant, généralement, elle s’adresse aux collaborateurs pouvant avoir un impact sur l’organisation et les décisions. Elle s’adresse prioritairement, dans le vocabulaire français à un cadre. Cependant, un expert, technicien légitime, élus peuventtrèsbien en bénéficier. A qui est faite larestitution ? Pouvez-vous réellement faire une restitution à un tiers sur une démarche « personnelle » vocationnelle. La restitution se fait avec le collaborateur concerné et son manager quand celui-ci est impliqué dans la démarche. La restitution à un tiers ne pose pasde problème dans la mesure où l’individu ne restitue quece qu’il a enviede restituer. La démarche vocationnelle n’est pas un jugement. Bien au contraire, il s’agit d’une démarche bienveillante pour permettre au individu de se « réaliser » dans leur environnement de travail. L’intérêt du tiers est de le soutenir et de l’accompagner afin que lui-même en, parallèle puisse progresser.
  5. 5. Qu’est-ce que « l’explorationphysique» dupotentielvocationnel ? Pour réussir à se rapprocher de sa vocation, il est important de se confronter à la réalité. L’idée est d’expérimenter en réel les choses qui émergent au cours du processus. Nous avons l’exemple d’une personnequiavaitété testée dansuneconcession Ferrari, le métier devendeurde voiturede luxe. L’exploration physique est liée au réel. Il s’agit d’initier des actions afin de se confronter à la réalité des idées. Ces mises en situation vont révéler des éléments complémentaires qui vont permettre affinerle projetvocationnel Le managementvocationnel,est-ceune véritableinnovation ?N’est-ce pasfinalementune tentative de formalisationd’unedémarche de bonsens,centré surl’humain ? En quoi le managementvocationnel estune véritable innovation? L'innovation estl'action d'innover,c'est-à-dired'introduirequelquechosedenouveau en terme d'usage,decoutume,decroyance,desystèmescientifique... En matière économique,l'innovation estuneévolution significatived'un produit,d'un serviceou d'un processusdefabrication quiapportequelquechosede nouveau,d'encoreinconnu ou quiutiliseune technologienouvelleissue de la recherchefondamentale. L'innovation estune dynamiquepermanented'amélioration créative.En fait,le management vocationnelpermetde créer une dynamiquecréative,d’explorerdenouveaux territoires,defaire émerger desprojets.C’estuneinnovation dansla mesureoù l’on ne connaîtpasencorela finalité, le résultat. Dansnotreapprocheméthodologique,nousagissonssurl’homme,effectivementavecbon sens, parce quele bon sens nouspermetde coller au plusprès de la réalité. Ne faut-il paspréalablementunniveaude maturité confirmé et/ousignificatif pourentrerdansune telle démarche ? Quel niveaude maturité exige cette démarche? Au-delà d’unematuritéprofessionnelle,il fautavoirune réelle envie,uneréelle motivation pour entrer dansce processus. Cependant,nouspensonsqu’ilestnécessaired’avoirdu vécu,de l’expérience,d’avoircette volonté é d’engagerun cheminementpersonnel.C’estd’autantplusvraipourle guidevocationnelqui,lui, doit être en adéquation aveclui-même…Cequisignifie qu’il a cheminé…,qu’il a l’expériencede la remise en cause,naturellement pourlui-même Généralement,danslesenquêtesdiversesexistantes,lessalariésde 40/50 anss’interrogentsurle sensde leuractivité…pourquoi,cette génération ? Dansle processusdedéveloppementdela trajectoirevocationnelle,la confrontation estun élément importantet indispensableparcequ’ellepermetde révéler aux personnescequ’ilssont et ce qu’ils ne sontpas.
  6. 6. Or, la confrontation estfortedansle mondedu travail…Le vécu provoquedesfeedbacks, despoints de repères quiprennenttoutleur sens aprèsquelquesannéesoù les individusontété confrontésau mondeprofessionnel. Dans cette hypothèse,commentdéfinirlanotionde maturité professionnelleàce stade ? L’efficacité dumanagementvocationnelreposesuruncontrat tripartite oùlesacteursont unniveau de maturité,une expérienceetunrôle différents - Pourle guide: il doit avoirclairement un niveau dematurité et de recul sur lui-mêmeélevé. Il doit bien se connaîtreet être en totale adéquation aveclui-même.C’estd’autantplus importantdansson rôlede guide parcequ’il n’estpasdansle jugementou l’évaluation. La remise en causeest naturelle pourlui. Ce qui signifiequ’il a cheminé… - Pourle manager:Dansles entreprises,les managersontun niveau dematuritédifférentqui varie en fonction del’expérienceet du vécu dansle poste.Au-delà d’un niveau dematurité, nouspréféronsparlerde principesà respecter.La mission premièred’un managerestd’élever le niveau decompétencesde sescollaborateurs.Son intérêtest doncde faire fructifier le travail entrepris.Le profil, cette volontédefaire grandir, d’accompagnernoussemblebien plusimportantequele niveau de maturité. - Pourle collaborateur:Au-delà dela maturitéet de l’expériencequi s’acquièrentnousl’avons déjà vu suite aux différentesconfrontationsquenousfaitvivrele mondeprofessionnel,la volontéde s’engagersansretenuedansun travaildedéveloppementpersonnell’emporte. Quellesdifférencesya-t-il entre talentetvocation ? Le talent est unecomposantedela vocation : c’estun savoir-faire,uneexpertise.C’estune composantetechnique La vocation va plusloin que le talent.Il y a d’autrescomposants:leprojet,la motivation,ledésir, l’envie,les valeurs,l’histoirepersonnelle,le senspersonnel.La vocation est un systèmeglobalet completqui prend en comptetousles composantsdel’humain. La terminologie« managementvocationnel » peutfaire peurenraisondesconnotations psychologiquesetdesinterprétationsmanipulatrices.Qu’enpensez-vous? Pourutiliser un motà la mode,jouerau mentaliste,c’estannuléla vocation.Manipulation et managementvocationnelsontantinomiques. Parcontre, nouspouvonscomprendrecettequestion.Le managementvocationnelpeutêtre interventionnistemaisen aucun casmanipulateur.Unedesvaleursprivilégiée est la bienveillance. Nousaidonsle collaborateurà se dépasser.C’estlui qui faitses propreschoix Parallèlement,pendantle processus,leguidevocationnelpeutfaire appelà l’intuition,et tester son intuition auprèsdu collaborateur….Cequipeut apparaîtrepourquelqu’un où la motivation est discutableou les aptitudesà la remise en causepas présentescommedela provocation ou dela manipulation.Mais,à ce stade,nousnesommesplusdansles conditionsoptimalesd’efficacitédu processus.
  7. 7. Commentrassurerle « payeur» (l’entreprise) parrapportà une démarche qui dépasse le cadre professionnelde l’entreprise ? L’entreprisey gagneparque le managementvocationnelestambitieux et les résultatsvontbien plus loin que l’exigenceinitiale du client Je vaisvousciter un exemple: « Unegrandeentrepriseavaitcréé un service pourpermettre à descadresde bon niveau de faire un breakdansla carrière menée jusqu’ici. Pendantle tempsoù on était présentdansce service, le managerinvitaitles gensà se remettre en question et surtoutà se définir un projetprofessionnel Bien qu’ayantun niveau dediplômesélevé,l’un d’entreeux ne parvenaitpasà se définir un projetet il était handicapéparuneproblématiqued’imageetmêmede comportement. Le managerdu service a proposéun accompagnement« vocationnel» à ce cadre. Suiteà sa rencontreavec moiil avait accepté. Nousavonsmenéun travailtrès importanttantsurle savoir-êtrequesur le projet A ce titre je dis souventqu’ilfautavoir« le comportementdeson projet»,il est importantde travailler sur son développementpersonnelsion veutaller au boutde soi-mêmecommele proposele projetvocationnel. Au boutd’un certain tempsle cadre en question s’estvu offrirun postetrès intéressantet correspondantà la vocation quenousavionsdéfinieensemble. A l’arrivée,l’entreprise a pu disposerd’un cadreen difficultédevenu managerdefiliale sachantque ce nouveau manageravaitunevision inspiréede son projetvocationnel. Sanscela l’entreprise auraiteu à réorienterun cadreen difficultés…. » Est-ce que le cadre juridique ainsi que lareprésentationdutravail enFrance permettentde dépasser dans le cadre desdiscussionslacadre professionnel ? Le managementvocationnelconsidèrel’êtrehumain danssa globalité,son ensemble.Il s’agitde redonnerà chacun toutesa place,toute sa valeur,sansle considérercommeun simple facteurde production ou commeun capital à fairefructifier. C’estce qui permet defavoriserl’engagement completde l’individu dansla démarche. Le managementvocationnelpermetdedépasserles conceptionssouventtrèsconventionnellesdes entreprises(voireminimaliste) concernantla valorisation du capitalhumain.Aujourd’hui,ilexiste beaucoup delittérature et de discourssur ces sujets.Le managementvocationnelpermetdepasser d’unephasedescriptiveà unephaseapplicative,depasserdes discoursaux actesavec desvaleurs d’authenticitéet debienveillance.
  8. 8. Une desdifférencesparrapportau coachingtraditionnelestla rédactiond’unrapport ? Est-ce la seule différence ?Est-ce que rapportécritet confidentialité sontcompatibles ? C’estplus compliquéet engageantdefaireun rapportécrit. Cela oblige doncà plusd’engagementet de professionnalisme.Lorsd’un coaching « classique»,le rapportentrele coach et le coachéest uniquementoral Pourrevenir à la question surla manipulation,nouspouvonsajouterquelesécrits restent,les paroles s’envolent. Cela montrequenousne sommespasdansla manipulation maisdansla transparence. Mais la vertuprincipale de l’écrit, c’est d’être pédagogique L’écrit permetde valider avoirunecorrespondanceaveccequi est dit, et exploitation à des fins pédagogiques,action Quellessontleslimitesdumanagementvocationnel ? Il n’y a pasde limite dansle cheminement.Leslimites sontsouventcelles quenousnousfixons.Iln’y a pasde limite à la structuration del’individu,à son développement…. Posons-nousla question :est-ce parceque les chosessontdifficiles quenousn’osonspas,est-ce parce quenousn’osonspasqu’ellessontdifficiles ? Quel estle rôle dumanager dansce processus ?Plusprécisément,quel rôle doitil jouerenamont ? Le rôle du managerestde faire fructifierle travail,de s’assurerdu suivi opérationneldu processus,de mettre si nécessaire le collaborateuren situation de tester son projet,d’optimiserles ressources. En réalité, il n’y a pasde rôle préalablementdéfinidans la mesureoù chaquesituation,chaque collaborateurestdifférent.L’implication efficace du managerdanscecontexte,reposedavantagesur quelquesprincipesde base,commela bienveillance,l’authenticité,le respect,l’écoute,l’envie de faire progresserson collaborateur,son aptitudeà sortirde son cadre de référence,concilier développementpersonneletperformancecollective…. Pourquoi choisirle managementvocationnel ? Pourl’individu,le butest d’exploiter,d’optimiserlepatrimoinetalent de chacun.L’individu estau centre de la démarche Pourl’entreprise, montrer concrètementque l’individu est remis au centre et/ou au cœur de son organisation.C’estdoncdes’engagerau-delà desréponsestraditionnellesdésormaisinadaptés,tant le contextedanslequelelles ontété élaboréesà évolué ces dernièresannées. Quelle estladéontologiedusystème ?(questionparrapportaux risquesd’interprétations : manipulation,influence…) La confianceest unechosesacrée. Le respect de la confiancedela personneest davantagesacré.Le respect de la confidentialitéest un autrecritère de déontologie.

×