SlideShare une entreprise Scribd logo
F. Labaci
Service des Urgences Médico-chirurgicales
CHU Bab El Oued - Alger
Pneumopathies communautaires graves
Introduction
 Représentent la 3eme cause de décès dans le monde
 La mortalité est de 10 à 15 % chez les patients hospitalisés
en médecine, 25 à 50 % chez les patients admis en USI
 La pneumopathie est dite communautaire lorsqu’elle est
acquise dans la population générale en milieu extrahospitalier
ou si elle se révèle dans les premières 48 h d’hospitalisation
 Problème de santé public
 PAC graves, nécessitent une prise en charge thérapeutique
dans une unité de soins intensifs ou en réanimation
 Les plus de 65 ans représentent  90% des décès
Définition
 PAC: lésions aigues du parenchyme pulmonaire par un
agent infectieux qui peut être bactérien, viral, mycosique ou
parasitaire
 Entité nosologique anatomo pathologique : l’infection du
parenchyme étant la résultante d’une invasion des espaces
alvéolo-capillaire par des agents pathogènes et de la réponse
inflammatoire aboutissant à une infiltration immunitaires (PN)
 Trois conditions doivent être réunies : Il faut un germe, une
contamination et une diminution des moyens de défense
locaux et / ou généraux de l’organisme
Clinique
Les pneumopathies typiques : PFLA due au pneumocoque
Le début est brutal avec des signes généraux:
-une fièvre supérieure à 39° avec des frissons et une altération EG
-douleurs thoraciques à type de point de côté avec une toux productive,
rarement un crachat hémoptoïque.
- Les signes d’examen trouvent un herpès labial, une rougeur des
pommettes.
- La palpation trouve une augmentation des vibrations vocales et la
percussion note une matité et l’auscultation une diminution du murmure
vésiculaire et parfois des râles crépitants.
- La radiographie thoracique de face et de profil montre une
opacité homogène systématisée bien limitée avec bronchogramme
aérique
Clinique
Les pneumopathies atypiques : interstitielles (virus,
mycoplasme, chlamydiae).
- Le début est progressif avec un état général conservé. La
température atteint à peine 39°C, la toux paroxystique et
sèche s’accompagne de myalgies et d’arthralgies.
- Les signes d’examen sont pauvres.
- La radiographie thoracique de face et de profil objective un
syndrome alvéolaire non systématisé diffus ou plurifocal à
limites imprécises.
Clinique
Germes
a) les Cocci GRAM positifs :
- Streptococcus pneumoniae
- Staphylococcus aureus
b) les bacilles GRAM négatifs :
- Haemophilus influenzae
- Legionella pneumophila
- Klebsiella pneumoniae
- Escherichia Coli
- Proteus
- Pseudomonas aeruginosa
c) les germes Anaérobies
- Bacteroides fragilis
d) les germes intermédiaires
- Chlamydia psittaci
- Mycoplasma pneumoniae
- Richsettsia barreti
- Coxiella burnetii
par ordre de fréquence décroissante :
- Streptococcus pneumoniae (90%)
- Haemophilus influenzae
- Legionella pneumophila
- Les anaérobies
Les formes cliniques
1) Legionelle pneumophila
Elle se rencontre chez l’adulte tabagique. Le syndrome pluriviscéral classique
mais pas toujours associé :
- Syndrome neurologique fait de céphalées avec obnubilation et délire.
- Syndrome digestif : fait de vomissements et une diarrhée.
- Syndrome biologique avec hyponatrémie, une hypercréatininemie, une
thrombopénie et une cytolyse hépatique.
On observe parfois une rhabdomyolyse, une polyradiculonévrite. le tableau
peut être suraigu ave c d’emblée une détresse respiratoire, encéphalopathie
sévère, choc septique et insuffisance rénale entraînant rapidement le décès.
-La radiographie thoracique montre un syndrome alvéolaire diffus unilatéral,
rarement bilatéral souvent associé à une pleurésie sérofibrineuse.
Selon les germes
Les formes cliniques
Selon les germes
2) Staphylococcus aureus
Il se découvre chez le nourrisson, l’hémodialysé chronique,le toxicomane,
il donne lieu à des crachats purulents et à un syndrome alvéolaire excavé
multiple évoluant ve rs un pyopneumothorax.
3) Bacteroïdes fragilis
Il se rencontre chez l’alcoolique, le malade en mauvais état d e n t a i re
ou porteur d’un foyer O.R.L., ou lors de toutes c i rconstances
d’inhalations, il donne lieu à des cra ch at s fétides et à un syndrome
alvéolaire excavé multiple ou à un abcès pulmonaire.
Les formes cliniques
Selon les germes
4) Streptococcus agalactiae (Streptocoque B)
Il s’agit d’un commensal des flores des voies aériennes supérieures. Il est la cause
de septicémies avec détresse re s p i rat o i re chez le nouve a u né et des
pneumonies graves chez l’adulte.
5) Mycobactérium tuberculosis
Il faut toujours y penser chez l’alcoolique, le sujet en d é t resse sociale, le vieillard,
le séropositif HIV et devant toute hyperthermie accidentelle.
6) Les virus
Ils peuvent être la cause des pneumopathies pri m i t ive s extensives
hypoxémiantes. Les virus grippaux et les arbovi rus sont quelques fois re s p o n s
ables de SDRA ou ave coedème hémorragique. Chez l’immunodéprimé et la femme
enceinte le CMV peut engendrer des pneumopathies sévères.
Les formes cliniques
Selon l’âge
Les formes cliniques
Selon le terrain
Les formes cliniques
Cas particulier du terrain immunodéprimé
La fréquence des microorganismes à l’origine des infections
pulmonaires varie selon l’origine de l’immunodépression
Les signes de gravité
Critères cliniques
-Respiratoires :
Une tachypnée > 30 cycles / min (27), un épuisement re s p i rat o i re,
un balancement thora c o - ab d ominal, une encéphalopathie respiratoire
, absence de douleur. Cyanose
-Circulatoire : Une hypotension artérielle, des marbrures, une oligurie.
-pouls ≥ 125 battements/min, coeur pulmonaire aigu
-- Température > 40 °C ou < 36 °C, Déshydratation
-Neurologique :
Critères gazométriques
Marqués par la profondeur de l’hypoxémie < 60 mm de Hg malgré
l’apport d’oxygène à fort débit, l’acidose respiratoire et l’absence
d’hypocapnie
Les signes de gravité
Critères biologiques
L’ampleur du syndrome infectieux est illustré par la leucopénie < 4000,
l’hyperleucocytose > 30000 à polynucléaires neutrophiles.
L’atteinte rénale est marquée par une urée > 7 mmol / l, des signes de
Rhabdomyolyses CPK élevée
Critères radiologiques sur radiographie thoracique (F et P)
Il convient de signaler que certains auteurs ne sont pas d’accord pour
inclure l’image radiologique dans ces critères de gravité, car, pour eux,
l’unilat é ralité de l’image radiologique ne doit pas être considéré comme
un signe de non gravité, de même que sa bilatéralité n’est pas synonyme
de gravité. Par contre l’extension rapide de l’image ra d i o l ogique
doit être considérée pour certains comme un critère de gravité.
- Etendue > 1/3 d’un champ pulmonaire, Lésions associées
(pneumothorax, pleurésie, péricardite) - Lésions excavées
Diagnostic différentiel
D evant une pneumopathie aiguë fébrile dy s p n é i s a n t e certains
diagnostic sont à discuter :
- Une embolie pulmonaire : Le diagnostic différentiel est souvent
difficile, mais une écho-cardiographie, un cathétérisme droit voire une
angiographie sont parfois nécessaires pour asseoir le diagnostic vu la
gravité potentielle de cette affection.
-Un oedème aigu pulmonaire hémodynamique : le plus s o u vent le
diagnostic est vite re d ressé sur les antécédents du patient et le
nettoyage rapide de l’image radiologique pulmonaire sous diurétiques et
dérivés nitrés.
- Une urgence abdominale : i ne faut pas laisser passer une urgence
médicale ou ch i ru rgicale et au moindre doute des inve s t i gations para
cliniques seront réalisées dans cette optique.
Gravite
Gravité systématiquement appréciée sur l’association de facteurs
cliniques et de comorbidités
Scores spécifiquement dédiés aux PAC
* Fine (Pneumonia Severity Index : PSI):Score prédictif de
mortalité à 30j des PAC hospitalisées
* CRB 65
* British Thoracic Society (BTS): CURB 65
* American Thoracic Society (ATS)
Score de Fine
Pneumonia Severity Index (PSI)
La classe 1 correspond à l’adulte sain de moins de 50 ans, sans aucun signe de gravité, ni comorbidité
(probabilité de mortalité inférieure à 0,1 %). Pas de prélèvement sanguin.
Facteurs démographiques Points
Âge Hommes
Femmes
Vie en institution
= Âge en années
= Âge-10
+ 10
Comorbidités
Maladie néoplasique
Maladie hépatique
Insuffisance cardiaque congestive
Maladie cérébro-vasculaire
Maladie rénale
+ 30
+ 20
+ 10
+ 10
+ 10
Données de l’examen physique
Atteinte des fonctions supérieures
Fréquence respiratoire > 30/min
TA systolique < 90 mmHg
T° < 36 °C ou > 40 °C
Fréquence cardiaque ≥ 125/min
+ 20
+ 20
+ 20
+ 15
+ 10
Données radiologiques et biologiques
pH artériel < 7,35
Urée ≥ 11 mmol/l
Na < 130 mmol/l
Hématocrite < 30 %
PaO2 < 60 mmHg
Épanchement pleural
+ 30
+ 20
+ 20
+ 10
+ 10
+ 10
Score de Fine
Éléments de calcul du score de Fine (PSI)
Classe Points Probabilité de Mortalité CAT
I
Absence de
facteurs 0.1 a 0.4%
Hospitalisation
non préconisée
II ≤ 70 0,6-0,7 %
Hospitalisation
non préconisée
III 71-90 0,9-2,8 %
Hospitalisation
Breve en UHCD
IV 91-130 8,2-9,3 % Hospitalisation
V > 131 27-31 % Hospitalisation
Score CURB 65 (British Thoracic Society)
Confusion
Urea > 7 mmol/l
Respiratory rate ≥ 30/min
Blood pressure:
systolic < 90 mmHg
or diastolic ≤ 60 mmHg
65 Age ≥ 65
La présence d’au moins 2 de
ces 4 facteurs multiplie par
36 le risque de mortalité
Score 0 : mortalité 0,7%
Score 1 : mortalité 3,2%
Score 2 : mortalité 13%
Score 3 : mortalité 17%
Score 4 : mortalité 41,5%
Score 5 : mortalité 57%
Score CRB
C Mental Confusion
R Respiratory rate ≥ 30/min
B Blood pressure :
systolic < 90 mmHg
or diastolic ≤ 60 mmHg
65 Age ≥ 65
Score utilisable en ville
0 critère : traitement
ambulatoire possible,
≥ 1 critère : évaluation à
l’hôpital
Score de l’ATS (révisé en 2001)
3 critères mineurs
• PaO2/FiO2 < 250
• Atteinte plurilobaire
• PAS ≤ 90 mmHg
2 critères majeurs
• Nécessité d’une ventilation mécanique
• Choc septique
La présence de
deux critères mineurs
ou
un critère majeur
prédit la nécessité
d’une admission en USI
Sensibilité : 78 %
Spécificité : 94 %
VPP : 75 %
VPN : 95 %
l’American Thoracic Society
Gravité
1-Score PSI pour confirmer la possibilité d’une PEC extra-
hospitalière (Recommandation de grade A)
patients classes I et II = traitement en ambulatoire
Si score PSI ≥ III : hospitalisation (Recommandation de grade A)
2- Scores CRB 65, BTS et ATS : plus pertinents dans l’aide à la
décision d’une prise en charge en réanimation
Étape 1 : recherche de conditions préexistantes compromettant
le succès du traitement ambulatoire : instabilité hémodynamique,
décompensation d’une comorbidité préexistante nécessitant
l’hospitalisation, hypoxémie aiguë, problèmes d’ordre sociaux ou
psychiatriques, et incapacité à l’absorption d’un traitement per os
a) La radiographie du thorax (face/profil): diagnostic. Mais est
moins sensible que l’examen clinique au début de la pneumonie. Elle montre un
syndrome alvéolaire systématisé ou non qui se traduit par une opacité
parenchymateuse, dense ou peu dense, homogène d’étendue variable,
systématisée ou non, non rétractile laissant transparaître parfois un
bronchogramme aérien.
Dans les formes minimes et des bases pulmonaires, la radiographie standard du
thorax est peu sensible.
b) Le scanner thoracique :
Il n’est pas obligatoire au diagnostic. Il est plus sensible que la radiographie
standard du thorax au début de la pneumonie et dans les formes périphériques et
minimes. Chez les sujets âgés, il est couplé à l’agio-scanner du thorax,
permettant d’éliminer une embolie pulmonaire.
Il permet de suspecter une lésion néoplasique associée à la pneumonie.
Examens radiologique
Examens Biologiques
- la numération formule sanguine (NFS) : Elle met en évidence une hyperleucocytose
(> 15000 GB/mm3) à prédominance polynucléaire neutrophile (90%). Parfois elle montre
une leuco neutropénie, expression d’une sidération du système immunitaire. Cette
neutropénie devient un facteur de gravité.
- La vitesse de sédimentation (VS) : Elle est accélérée. Plus tardive que la CRP,
atteint son
pic sérique au 8ème jour de l’inflammation.
- La C-Réactive Protéine (CRP) : Elle est augmentée, supérieure à 60 mg/l en cas de
pneumonie . C’est un témoin sensible de l’inflammation. Il peut être utile lorsque le
diagnostic et/ou le suivi évolutif initial est difficile [36]. Il augmente dès les premières
heures
du début de l’inflammation et atteint son pic en 48 heures si l’inflammation n’est pas arrêtée.
Pour un taux sérique supérieur à 20 mg/l, la CRP a une sensibilité et une spécificité
diagnostiques respectives de 89 % et 74 % de l’infection bactérienne
Le retard des résultats bactériologiques pas avant 24 -48 heures.
- Leur négativité dans 25 à 50 % des cas.
Examens Biologiques
c)- La Procalcitonine (PCT) : précurseur de la calcitonine. Son taux sérique normal est
inférieur à 0,01ng/ml, et supérieur à 0,5 ng/ml en cas d’inflammation. Dès la 2ème heure de
l’infection, le taux est élevé dans le sang. Pour un taux sérique supérieur à 1,5ng/ml, la PCT a
une sensibilité et une spécificité respectives de 98 % et 96 % de l’infection bactérienne. Les
travaux en cours utilisent la PCT pour évaluer le pronostic de la pneumonie bactérienne et
déterminer l’indication et la durée de l’antibiothérapie
d) La recherche de bacille tuberculeux: Elle est négative et permet d’éliminer une
atteinte tuberculeuse. Il faut 3 frottis de crachats négatifs.
Examens à visée étiologique
a) L’étude cytobactériologique des crachats (ECBC)
b) . L’expectoration pour ECBC est une expectoration spontanée précédée du rinçage de la
cavité buccale avec du sérum physiologique. Les critères biologiques de bonne qualité de
l’expectoration sont : moins de 10 cellules épithéliales /champ au faible grossissement (X
10) et plus de 25 PNN / champ. (X 10) et plus de 25 PNN / champ.
Examens Biologiques
b) Les hémocultures
Elles permettent l’isolement, l’identification des germes pathogènes dans le sang et la
réalisation d’un antibiogramme afin de l’adaptation ultérieure de l’antibiothérapie. Elles
doivent être répétées, réalisées avant le début de l’antibiothérapie sur les milieux aérobie et
anaérobie afin d’optimiser la positivité, parfois sur les milieux de germes à croissance lente.
c) La fibroscopie bronchique
Elle permet de faire des aspirations bronchiques, des brossages protégés, des lavages
bronchoalvéolaires et des prélèvements distaux protégés. La fibroscopie est réalisée lorsque
le patient est intubé d’emblée en réanimation ou après échec de la première antibiothérapie.
Elle permet dans le même temps d’éliminer une lésion néoplasique endobronchique du sujet
âgé tabagique.
Examens Biologiques
d) La recherche d’antigènes solubles
- L’antigénurie de pneumocoque a une sensibilité qui varie de 77 % à 89%
dans les PAC bactériémiques, et de 44 à 64 % dans les PAC non bactériémiques.
Elle permet un diagnostic étiologique rapide, non négativé par une antibiothérapie
d’une semaine et dont le résultat positif persiste plusieurs semaines.
- L’antigénurie légionnelle: La sensibilité et la spécificité sont de 86 et 93 %
respectivement.
Environ 80% des malades présentant une infection à Legionella pneumophila du
sérogroupe 1 excrètent dans leurs urines des antigènes. Cette excrétion apparaît 1
à 3 jours après le début de la maladie et peut durer 1an.
Examens Biologiques
d) La recherche d’antigènes solubles
e) Les sérologies
Il s’agit d’arguments spécifiques et indirects de diagnostic. Ces
examens mettent en évidence dans le sérum des anticorps spécifiques
d’un agent pathogène donné. Ils ne permettent, le plus
souvent, qu’un diagnostic rétrospectif en particulier des bactéries à
croissance lente ou les germes intracellulaires
Complications
a) Facteurs locorégionaux
- un corps étranger intra bronchique
- une bronchopathie chronique
- un cancer broncho-pulmonaire
- une atteinte infectieuse pleurale (liquidienne ou gazeuse)
- une insuffisance respiratoire chronique.
b) Foyers infectieux
- une infection ORL et stomatologique (sinusite, carie, parodontite,…)
- une infection extra-respiratoire (infection urinaire, péritonite, infection
cutanée,…)
Facteurs favorisants
c) Terrain
- infection à VIH et à SIDA
- diabète sucré, obésité, grossesse
- malnutrition sévère
- cirrhose
- Drépanocytose
- corticothérapie au long cours
- intoxication alcoolique
- intoxication tabagique
- autres cancers ou hémopathies malignes.
Facteurs favorisants
Traitement
L’instauration dans les 8 heures de l’admission d’une antibiothérapie
adaptée est associée à une réduction de la mortalité à J30.
L’instauration dans les 4 heures d’une antibiothérapie réduit la morbidité
associée aux PAC.
Buts
- stériliser les foyers infectieux.
- prévenir et/ou traiter les complications
- éviter les récidives.
Moyens : Ils sont médicaux, à savoir
- traitement curatif
- traitement adjuvant
- traitement préventif
Traitement
a) Le traitement curatif
Il repose essentiellement sur l’antibiothérapie (probabiliste) qui est
fonction :
- des particularités clinique et biologique de la bactérie en cause et aussi
du terrain.
- des conditions économiques du patient.
Cette antibiothérapie est ajustée après l’urgence par la réalisation d’un
antibiogramme.
Des associations peuvent se faire pour obtenir un spectre plus large ou
diminuer les risques de sélection des germes ou intensifier un effet
bactéricide devant une gravité potentielle de l’infection.
Traitement
b) Les moyens adjuvants
- repos au lit
- antalgique
- antipyrétique si nécessaire
- rééquilibration hydroélectrolytique (1-2,5l/j + électrolytes)
- transfusion sanguine en cas d’anémie sévère
- alimentation parentérale ou entérale
- oxygénothérapie adaptée en fonction des gaz du sang et ou de l’oxymètre de pouls
- ventilation assistée
- corticothérapie de courte durée
- sonde urinaire
- traitement d’une porte d’entrée
- fluidifiant bronchique
- kinésithérapie parfois (elle est nécessaire surtout chez les patients présentant une
bronchopathie chronique. La kinésithérapie respiratoire favorise le drainage des
sécrétions bronchiques fréquemment infectées par les bactéries pathogènes)
Traitement
c) Traitement préventif
- équilibre des tares et traitements des terrains fragilisés (VIH, diabète,
malnutrition)
- lutte contre les facteurs de risque (tabac, alcool, etc.)
- traitement des foyers dentaires, ORL, des portes d’entrée (cutanée,
gynécologique,
etc.).
- vaccination des sujets à risque, - vaccination antigrippale et
antipneumococcique
Traitement
a) Forme typique
Si l’interrogatoi re du patient ou de son entourage révèle que c’est un
sujet sain et que le tableau clinique et radiologique est celui d’une
pneumopathie franche lobaire aiguë a l o rs on peut présumer que c’est
un pneumocoque et on pourra débuter avec une pénicilline A avec
acide clavulanique en gardant à l’esprit qu’il existe des souches de
pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline en nette
augmentation par modification, des protéines de liaisons de pénicillines
(PLP) . En cas d’échec au bout de 48-72 heures, il fa u d ra associer une
cephalosporinr de 2 génération ou un macrolide.
Traitement
b) Formes atypiques
Devant ces formes il faut penser au mycoplasme, chlamydiæ et sur l’existences
de signes extra pulmonaires comme des troubles neurologiques, des nausées,
des vomissements,un subictère, la légionellose doit être évoquée et d’emblée; il
faut commencer par un macrolide, en cas d’échec au bout de 48 - 72 heures
est associée une pénicilline A avec acide clavulanique.
c) Broncho-pneumopathie Chronique Obstructif (BPCO)
- Sans antécédents de décompensation : commencer par une pénicilline A
avec acide clavulanique.- Avec antécédents de décompensation : d’emblée
une pénicilline A avec acide cl avulanique + une quinolone de 3°
génération.
d) Vieillard et éthylique Pénicilline A avec acide calvulanique.
e) Cas particulier du sidaïque : C é p h a l o s p o rine 3G + aminoside +
cotri m ox a zole en cas d ’ é chec au trois ième jour our ra associer un
antifongique (fungizone)
Conclusion
Conclusion
Les PAC graves sont des pathologies fréquentes dont le
principal responsable reste S. pneumoniae. Un certain nombre
de scores permettent de les identifier rapidement et d’orienter
d’emblée les patients vers un service de réanimation.
L’antibiothérapie probabiliste des PAC graves repose sur une
biantibiothérapie

Contenu connexe

Similaire à PAC -21198203121431981254.ppt

Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
belaibzino
 
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Victoire KOKO MUNJUZA
 
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chatL'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
Guillaume Michigan
 
La Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.pptLa Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.ppt
PetitPaulWedly
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
karimabdk
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Dr. Kerfah Soumia
 
Le syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénalLe syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénal
Khalfaoui Mohamed Amine
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Khadija Moussayer
 
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chroniqueDecompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
belaibzino
 
SIDA
SIDASIDA
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
BayaAZIZA
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pidPneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Patou Conrath
 
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).pptRHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
medohack1
 
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externesDr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Islem Soualhi
 

Similaire à PAC -21198203121431981254.ppt (20)

Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
 
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
Syndrome de detresse Respiratoire Aigue DR Brugite KALALA et MS KOKO MUNJUZA ...
 
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chatL'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
L'oedème non cardiogénique chez le chien et le chat
 
La Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.pptLa Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.ppt
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
 
Le syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénalLe syndrome pneumo rénal
Le syndrome pneumo rénal
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
Quatrième rencontre sur les syndromes secs et la maladie de gougerot.
 
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chroniqueDecompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
Decompensation aigue de l'insuffisance respiratoire chronique
 
SIDA
SIDASIDA
SIDA
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
 
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pidPneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).pptRHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
RHUMATISME ARTICULAIRE AIGU_dr chalah (1).ppt
 
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externesDr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
Dr soualhi insuffisance respiratoire aigue td externes
 

PAC -21198203121431981254.ppt

  • 1. F. Labaci Service des Urgences Médico-chirurgicales CHU Bab El Oued - Alger Pneumopathies communautaires graves
  • 2. Introduction  Représentent la 3eme cause de décès dans le monde  La mortalité est de 10 à 15 % chez les patients hospitalisés en médecine, 25 à 50 % chez les patients admis en USI  La pneumopathie est dite communautaire lorsqu’elle est acquise dans la population générale en milieu extrahospitalier ou si elle se révèle dans les premières 48 h d’hospitalisation  Problème de santé public  PAC graves, nécessitent une prise en charge thérapeutique dans une unité de soins intensifs ou en réanimation  Les plus de 65 ans représentent  90% des décès
  • 3. Définition  PAC: lésions aigues du parenchyme pulmonaire par un agent infectieux qui peut être bactérien, viral, mycosique ou parasitaire  Entité nosologique anatomo pathologique : l’infection du parenchyme étant la résultante d’une invasion des espaces alvéolo-capillaire par des agents pathogènes et de la réponse inflammatoire aboutissant à une infiltration immunitaires (PN)  Trois conditions doivent être réunies : Il faut un germe, une contamination et une diminution des moyens de défense locaux et / ou généraux de l’organisme
  • 4. Clinique Les pneumopathies typiques : PFLA due au pneumocoque Le début est brutal avec des signes généraux: -une fièvre supérieure à 39° avec des frissons et une altération EG -douleurs thoraciques à type de point de côté avec une toux productive, rarement un crachat hémoptoïque. - Les signes d’examen trouvent un herpès labial, une rougeur des pommettes. - La palpation trouve une augmentation des vibrations vocales et la percussion note une matité et l’auscultation une diminution du murmure vésiculaire et parfois des râles crépitants. - La radiographie thoracique de face et de profil montre une opacité homogène systématisée bien limitée avec bronchogramme aérique
  • 5. Clinique Les pneumopathies atypiques : interstitielles (virus, mycoplasme, chlamydiae). - Le début est progressif avec un état général conservé. La température atteint à peine 39°C, la toux paroxystique et sèche s’accompagne de myalgies et d’arthralgies. - Les signes d’examen sont pauvres. - La radiographie thoracique de face et de profil objective un syndrome alvéolaire non systématisé diffus ou plurifocal à limites imprécises.
  • 7. Germes a) les Cocci GRAM positifs : - Streptococcus pneumoniae - Staphylococcus aureus b) les bacilles GRAM négatifs : - Haemophilus influenzae - Legionella pneumophila - Klebsiella pneumoniae - Escherichia Coli - Proteus - Pseudomonas aeruginosa c) les germes Anaérobies - Bacteroides fragilis d) les germes intermédiaires - Chlamydia psittaci - Mycoplasma pneumoniae - Richsettsia barreti - Coxiella burnetii par ordre de fréquence décroissante : - Streptococcus pneumoniae (90%) - Haemophilus influenzae - Legionella pneumophila - Les anaérobies
  • 8. Les formes cliniques 1) Legionelle pneumophila Elle se rencontre chez l’adulte tabagique. Le syndrome pluriviscéral classique mais pas toujours associé : - Syndrome neurologique fait de céphalées avec obnubilation et délire. - Syndrome digestif : fait de vomissements et une diarrhée. - Syndrome biologique avec hyponatrémie, une hypercréatininemie, une thrombopénie et une cytolyse hépatique. On observe parfois une rhabdomyolyse, une polyradiculonévrite. le tableau peut être suraigu ave c d’emblée une détresse respiratoire, encéphalopathie sévère, choc septique et insuffisance rénale entraînant rapidement le décès. -La radiographie thoracique montre un syndrome alvéolaire diffus unilatéral, rarement bilatéral souvent associé à une pleurésie sérofibrineuse. Selon les germes
  • 9. Les formes cliniques Selon les germes 2) Staphylococcus aureus Il se découvre chez le nourrisson, l’hémodialysé chronique,le toxicomane, il donne lieu à des crachats purulents et à un syndrome alvéolaire excavé multiple évoluant ve rs un pyopneumothorax. 3) Bacteroïdes fragilis Il se rencontre chez l’alcoolique, le malade en mauvais état d e n t a i re ou porteur d’un foyer O.R.L., ou lors de toutes c i rconstances d’inhalations, il donne lieu à des cra ch at s fétides et à un syndrome alvéolaire excavé multiple ou à un abcès pulmonaire.
  • 10. Les formes cliniques Selon les germes 4) Streptococcus agalactiae (Streptocoque B) Il s’agit d’un commensal des flores des voies aériennes supérieures. Il est la cause de septicémies avec détresse re s p i rat o i re chez le nouve a u né et des pneumonies graves chez l’adulte. 5) Mycobactérium tuberculosis Il faut toujours y penser chez l’alcoolique, le sujet en d é t resse sociale, le vieillard, le séropositif HIV et devant toute hyperthermie accidentelle. 6) Les virus Ils peuvent être la cause des pneumopathies pri m i t ive s extensives hypoxémiantes. Les virus grippaux et les arbovi rus sont quelques fois re s p o n s ables de SDRA ou ave coedème hémorragique. Chez l’immunodéprimé et la femme enceinte le CMV peut engendrer des pneumopathies sévères.
  • 13. Les formes cliniques Cas particulier du terrain immunodéprimé La fréquence des microorganismes à l’origine des infections pulmonaires varie selon l’origine de l’immunodépression
  • 14. Les signes de gravité Critères cliniques -Respiratoires : Une tachypnée > 30 cycles / min (27), un épuisement re s p i rat o i re, un balancement thora c o - ab d ominal, une encéphalopathie respiratoire , absence de douleur. Cyanose -Circulatoire : Une hypotension artérielle, des marbrures, une oligurie. -pouls ≥ 125 battements/min, coeur pulmonaire aigu -- Température > 40 °C ou < 36 °C, Déshydratation -Neurologique : Critères gazométriques Marqués par la profondeur de l’hypoxémie < 60 mm de Hg malgré l’apport d’oxygène à fort débit, l’acidose respiratoire et l’absence d’hypocapnie
  • 15. Les signes de gravité Critères biologiques L’ampleur du syndrome infectieux est illustré par la leucopénie < 4000, l’hyperleucocytose > 30000 à polynucléaires neutrophiles. L’atteinte rénale est marquée par une urée > 7 mmol / l, des signes de Rhabdomyolyses CPK élevée Critères radiologiques sur radiographie thoracique (F et P) Il convient de signaler que certains auteurs ne sont pas d’accord pour inclure l’image radiologique dans ces critères de gravité, car, pour eux, l’unilat é ralité de l’image radiologique ne doit pas être considéré comme un signe de non gravité, de même que sa bilatéralité n’est pas synonyme de gravité. Par contre l’extension rapide de l’image ra d i o l ogique doit être considérée pour certains comme un critère de gravité. - Etendue > 1/3 d’un champ pulmonaire, Lésions associées (pneumothorax, pleurésie, péricardite) - Lésions excavées
  • 16. Diagnostic différentiel D evant une pneumopathie aiguë fébrile dy s p n é i s a n t e certains diagnostic sont à discuter : - Une embolie pulmonaire : Le diagnostic différentiel est souvent difficile, mais une écho-cardiographie, un cathétérisme droit voire une angiographie sont parfois nécessaires pour asseoir le diagnostic vu la gravité potentielle de cette affection. -Un oedème aigu pulmonaire hémodynamique : le plus s o u vent le diagnostic est vite re d ressé sur les antécédents du patient et le nettoyage rapide de l’image radiologique pulmonaire sous diurétiques et dérivés nitrés. - Une urgence abdominale : i ne faut pas laisser passer une urgence médicale ou ch i ru rgicale et au moindre doute des inve s t i gations para cliniques seront réalisées dans cette optique.
  • 17. Gravite Gravité systématiquement appréciée sur l’association de facteurs cliniques et de comorbidités Scores spécifiquement dédiés aux PAC * Fine (Pneumonia Severity Index : PSI):Score prédictif de mortalité à 30j des PAC hospitalisées * CRB 65 * British Thoracic Society (BTS): CURB 65 * American Thoracic Society (ATS)
  • 18. Score de Fine Pneumonia Severity Index (PSI) La classe 1 correspond à l’adulte sain de moins de 50 ans, sans aucun signe de gravité, ni comorbidité (probabilité de mortalité inférieure à 0,1 %). Pas de prélèvement sanguin. Facteurs démographiques Points Âge Hommes Femmes Vie en institution = Âge en années = Âge-10 + 10 Comorbidités Maladie néoplasique Maladie hépatique Insuffisance cardiaque congestive Maladie cérébro-vasculaire Maladie rénale + 30 + 20 + 10 + 10 + 10 Données de l’examen physique Atteinte des fonctions supérieures Fréquence respiratoire > 30/min TA systolique < 90 mmHg T° < 36 °C ou > 40 °C Fréquence cardiaque ≥ 125/min + 20 + 20 + 20 + 15 + 10 Données radiologiques et biologiques pH artériel < 7,35 Urée ≥ 11 mmol/l Na < 130 mmol/l Hématocrite < 30 % PaO2 < 60 mmHg Épanchement pleural + 30 + 20 + 20 + 10 + 10 + 10
  • 19. Score de Fine Éléments de calcul du score de Fine (PSI) Classe Points Probabilité de Mortalité CAT I Absence de facteurs 0.1 a 0.4% Hospitalisation non préconisée II ≤ 70 0,6-0,7 % Hospitalisation non préconisée III 71-90 0,9-2,8 % Hospitalisation Breve en UHCD IV 91-130 8,2-9,3 % Hospitalisation V > 131 27-31 % Hospitalisation
  • 20. Score CURB 65 (British Thoracic Society) Confusion Urea > 7 mmol/l Respiratory rate ≥ 30/min Blood pressure: systolic < 90 mmHg or diastolic ≤ 60 mmHg 65 Age ≥ 65 La présence d’au moins 2 de ces 4 facteurs multiplie par 36 le risque de mortalité Score 0 : mortalité 0,7% Score 1 : mortalité 3,2% Score 2 : mortalité 13% Score 3 : mortalité 17% Score 4 : mortalité 41,5% Score 5 : mortalité 57%
  • 21. Score CRB C Mental Confusion R Respiratory rate ≥ 30/min B Blood pressure : systolic < 90 mmHg or diastolic ≤ 60 mmHg 65 Age ≥ 65 Score utilisable en ville 0 critère : traitement ambulatoire possible, ≥ 1 critère : évaluation à l’hôpital
  • 22. Score de l’ATS (révisé en 2001) 3 critères mineurs • PaO2/FiO2 < 250 • Atteinte plurilobaire • PAS ≤ 90 mmHg 2 critères majeurs • Nécessité d’une ventilation mécanique • Choc septique La présence de deux critères mineurs ou un critère majeur prédit la nécessité d’une admission en USI Sensibilité : 78 % Spécificité : 94 % VPP : 75 % VPN : 95 % l’American Thoracic Society
  • 23. Gravité 1-Score PSI pour confirmer la possibilité d’une PEC extra- hospitalière (Recommandation de grade A) patients classes I et II = traitement en ambulatoire Si score PSI ≥ III : hospitalisation (Recommandation de grade A) 2- Scores CRB 65, BTS et ATS : plus pertinents dans l’aide à la décision d’une prise en charge en réanimation Étape 1 : recherche de conditions préexistantes compromettant le succès du traitement ambulatoire : instabilité hémodynamique, décompensation d’une comorbidité préexistante nécessitant l’hospitalisation, hypoxémie aiguë, problèmes d’ordre sociaux ou psychiatriques, et incapacité à l’absorption d’un traitement per os
  • 24. a) La radiographie du thorax (face/profil): diagnostic. Mais est moins sensible que l’examen clinique au début de la pneumonie. Elle montre un syndrome alvéolaire systématisé ou non qui se traduit par une opacité parenchymateuse, dense ou peu dense, homogène d’étendue variable, systématisée ou non, non rétractile laissant transparaître parfois un bronchogramme aérien. Dans les formes minimes et des bases pulmonaires, la radiographie standard du thorax est peu sensible. b) Le scanner thoracique : Il n’est pas obligatoire au diagnostic. Il est plus sensible que la radiographie standard du thorax au début de la pneumonie et dans les formes périphériques et minimes. Chez les sujets âgés, il est couplé à l’agio-scanner du thorax, permettant d’éliminer une embolie pulmonaire. Il permet de suspecter une lésion néoplasique associée à la pneumonie. Examens radiologique
  • 25. Examens Biologiques - la numération formule sanguine (NFS) : Elle met en évidence une hyperleucocytose (> 15000 GB/mm3) à prédominance polynucléaire neutrophile (90%). Parfois elle montre une leuco neutropénie, expression d’une sidération du système immunitaire. Cette neutropénie devient un facteur de gravité. - La vitesse de sédimentation (VS) : Elle est accélérée. Plus tardive que la CRP, atteint son pic sérique au 8ème jour de l’inflammation. - La C-Réactive Protéine (CRP) : Elle est augmentée, supérieure à 60 mg/l en cas de pneumonie . C’est un témoin sensible de l’inflammation. Il peut être utile lorsque le diagnostic et/ou le suivi évolutif initial est difficile [36]. Il augmente dès les premières heures du début de l’inflammation et atteint son pic en 48 heures si l’inflammation n’est pas arrêtée. Pour un taux sérique supérieur à 20 mg/l, la CRP a une sensibilité et une spécificité diagnostiques respectives de 89 % et 74 % de l’infection bactérienne Le retard des résultats bactériologiques pas avant 24 -48 heures. - Leur négativité dans 25 à 50 % des cas.
  • 26. Examens Biologiques c)- La Procalcitonine (PCT) : précurseur de la calcitonine. Son taux sérique normal est inférieur à 0,01ng/ml, et supérieur à 0,5 ng/ml en cas d’inflammation. Dès la 2ème heure de l’infection, le taux est élevé dans le sang. Pour un taux sérique supérieur à 1,5ng/ml, la PCT a une sensibilité et une spécificité respectives de 98 % et 96 % de l’infection bactérienne. Les travaux en cours utilisent la PCT pour évaluer le pronostic de la pneumonie bactérienne et déterminer l’indication et la durée de l’antibiothérapie d) La recherche de bacille tuberculeux: Elle est négative et permet d’éliminer une atteinte tuberculeuse. Il faut 3 frottis de crachats négatifs. Examens à visée étiologique a) L’étude cytobactériologique des crachats (ECBC) b) . L’expectoration pour ECBC est une expectoration spontanée précédée du rinçage de la cavité buccale avec du sérum physiologique. Les critères biologiques de bonne qualité de l’expectoration sont : moins de 10 cellules épithéliales /champ au faible grossissement (X 10) et plus de 25 PNN / champ. (X 10) et plus de 25 PNN / champ.
  • 27. Examens Biologiques b) Les hémocultures Elles permettent l’isolement, l’identification des germes pathogènes dans le sang et la réalisation d’un antibiogramme afin de l’adaptation ultérieure de l’antibiothérapie. Elles doivent être répétées, réalisées avant le début de l’antibiothérapie sur les milieux aérobie et anaérobie afin d’optimiser la positivité, parfois sur les milieux de germes à croissance lente. c) La fibroscopie bronchique Elle permet de faire des aspirations bronchiques, des brossages protégés, des lavages bronchoalvéolaires et des prélèvements distaux protégés. La fibroscopie est réalisée lorsque le patient est intubé d’emblée en réanimation ou après échec de la première antibiothérapie. Elle permet dans le même temps d’éliminer une lésion néoplasique endobronchique du sujet âgé tabagique.
  • 28. Examens Biologiques d) La recherche d’antigènes solubles - L’antigénurie de pneumocoque a une sensibilité qui varie de 77 % à 89% dans les PAC bactériémiques, et de 44 à 64 % dans les PAC non bactériémiques. Elle permet un diagnostic étiologique rapide, non négativé par une antibiothérapie d’une semaine et dont le résultat positif persiste plusieurs semaines. - L’antigénurie légionnelle: La sensibilité et la spécificité sont de 86 et 93 % respectivement. Environ 80% des malades présentant une infection à Legionella pneumophila du sérogroupe 1 excrètent dans leurs urines des antigènes. Cette excrétion apparaît 1 à 3 jours après le début de la maladie et peut durer 1an.
  • 29. Examens Biologiques d) La recherche d’antigènes solubles e) Les sérologies Il s’agit d’arguments spécifiques et indirects de diagnostic. Ces examens mettent en évidence dans le sérum des anticorps spécifiques d’un agent pathogène donné. Ils ne permettent, le plus souvent, qu’un diagnostic rétrospectif en particulier des bactéries à croissance lente ou les germes intracellulaires
  • 31. a) Facteurs locorégionaux - un corps étranger intra bronchique - une bronchopathie chronique - un cancer broncho-pulmonaire - une atteinte infectieuse pleurale (liquidienne ou gazeuse) - une insuffisance respiratoire chronique. b) Foyers infectieux - une infection ORL et stomatologique (sinusite, carie, parodontite,…) - une infection extra-respiratoire (infection urinaire, péritonite, infection cutanée,…) Facteurs favorisants
  • 32. c) Terrain - infection à VIH et à SIDA - diabète sucré, obésité, grossesse - malnutrition sévère - cirrhose - Drépanocytose - corticothérapie au long cours - intoxication alcoolique - intoxication tabagique - autres cancers ou hémopathies malignes. Facteurs favorisants
  • 33. Traitement L’instauration dans les 8 heures de l’admission d’une antibiothérapie adaptée est associée à une réduction de la mortalité à J30. L’instauration dans les 4 heures d’une antibiothérapie réduit la morbidité associée aux PAC. Buts - stériliser les foyers infectieux. - prévenir et/ou traiter les complications - éviter les récidives. Moyens : Ils sont médicaux, à savoir - traitement curatif - traitement adjuvant - traitement préventif
  • 34. Traitement a) Le traitement curatif Il repose essentiellement sur l’antibiothérapie (probabiliste) qui est fonction : - des particularités clinique et biologique de la bactérie en cause et aussi du terrain. - des conditions économiques du patient. Cette antibiothérapie est ajustée après l’urgence par la réalisation d’un antibiogramme. Des associations peuvent se faire pour obtenir un spectre plus large ou diminuer les risques de sélection des germes ou intensifier un effet bactéricide devant une gravité potentielle de l’infection.
  • 35. Traitement b) Les moyens adjuvants - repos au lit - antalgique - antipyrétique si nécessaire - rééquilibration hydroélectrolytique (1-2,5l/j + électrolytes) - transfusion sanguine en cas d’anémie sévère - alimentation parentérale ou entérale - oxygénothérapie adaptée en fonction des gaz du sang et ou de l’oxymètre de pouls - ventilation assistée - corticothérapie de courte durée - sonde urinaire - traitement d’une porte d’entrée - fluidifiant bronchique - kinésithérapie parfois (elle est nécessaire surtout chez les patients présentant une bronchopathie chronique. La kinésithérapie respiratoire favorise le drainage des sécrétions bronchiques fréquemment infectées par les bactéries pathogènes)
  • 36. Traitement c) Traitement préventif - équilibre des tares et traitements des terrains fragilisés (VIH, diabète, malnutrition) - lutte contre les facteurs de risque (tabac, alcool, etc.) - traitement des foyers dentaires, ORL, des portes d’entrée (cutanée, gynécologique, etc.). - vaccination des sujets à risque, - vaccination antigrippale et antipneumococcique
  • 37. Traitement a) Forme typique Si l’interrogatoi re du patient ou de son entourage révèle que c’est un sujet sain et que le tableau clinique et radiologique est celui d’une pneumopathie franche lobaire aiguë a l o rs on peut présumer que c’est un pneumocoque et on pourra débuter avec une pénicilline A avec acide clavulanique en gardant à l’esprit qu’il existe des souches de pneumocoques de sensibilité diminuée à la pénicilline en nette augmentation par modification, des protéines de liaisons de pénicillines (PLP) . En cas d’échec au bout de 48-72 heures, il fa u d ra associer une cephalosporinr de 2 génération ou un macrolide.
  • 38. Traitement b) Formes atypiques Devant ces formes il faut penser au mycoplasme, chlamydiæ et sur l’existences de signes extra pulmonaires comme des troubles neurologiques, des nausées, des vomissements,un subictère, la légionellose doit être évoquée et d’emblée; il faut commencer par un macrolide, en cas d’échec au bout de 48 - 72 heures est associée une pénicilline A avec acide clavulanique. c) Broncho-pneumopathie Chronique Obstructif (BPCO) - Sans antécédents de décompensation : commencer par une pénicilline A avec acide clavulanique.- Avec antécédents de décompensation : d’emblée une pénicilline A avec acide cl avulanique + une quinolone de 3° génération. d) Vieillard et éthylique Pénicilline A avec acide calvulanique. e) Cas particulier du sidaïque : C é p h a l o s p o rine 3G + aminoside + cotri m ox a zole en cas d ’ é chec au trois ième jour our ra associer un antifongique (fungizone)
  • 40. Conclusion Les PAC graves sont des pathologies fréquentes dont le principal responsable reste S. pneumoniae. Un certain nombre de scores permettent de les identifier rapidement et d’orienter d’emblée les patients vers un service de réanimation. L’antibiothérapie probabiliste des PAC graves repose sur une biantibiothérapie