LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR 
LES ECONMIES AFRICAINES 
Présenté par Mamadou FAYE 
30 Septembre 2014 
LE ...
Biographie de Mamadou FAYE 
 Ingénieur Statisticien (ISPEA) 
 Diplômé d’études Supérieures en Assurances de l’IIA de Yao...
SOMMAIRE 
I. INTRODUCTION 
II. ETAT DES LIEUX 
a) Le cadre institutionnel 
b) L'environnement économique 
c) L’environneme...
« L'Afrique ne demande pas l'aumône...l'Afrique veut pouvoir, comme cela se fait 
ailleurs, capitaliser les fruits de ses ...
Introduction (2/3) 
Depuis son avènement au début des années 80 avec les travaux de Yunus, le 
concept de micro-assurance ...
« La micro assurance est définie comme une assurance accessible aux personnes à 
faible revenu, potentiellement proposée p...
Cadre institutionnel de la micro assurance 
Principaux acteurs 
opérants en Afrique 
Assureurs traditionnels 
Mutuelles de...
De façon générale, plus de 62 % de la population active est tributaire du secteur 
primaire ou agricole. Dans la plupart d...
La population de ces pays, représentant une bonne partie des ceux situés au Sud du 
SAHARA, pour ce qui est de a zone CIMA...
L’environnement social (2/3) 
Au Sénégal, le secteur informel génère 97 % des créations d’emploi, alors que dans 
ce secte...
L’environnement social (3/3) 
Au vu de ce tableau, certainement pas reluisant, avec un fort pourcentage de la 
population ...
Les acteurs de l’offre (1/2) 
ONG 
MS 
SC 
MI 
IMF Micro 
ACR 
assurance 
SC : Structure de coopération 
MS : Mutuelles de...
Toutefois, le taux de pénétration de la micro assurance est encore faible sur le 
continent africain. Selon une étude réce...
Le marché est dominé par les produits d’assurance vie. Selon l’étude précitée, 
l’assurance décès de l’emprunteur couvre p...
Le marché potentiel de la micro-assurance représente une opportunité non négligeable 
pour les assureurs. La micro-assuran...
La micro assurance, élément d'une politique plus globale 
de développement 
Les IMF/ONG intègrent, la plupart du temps, le...
Le succès de la micro assurance passe également par un 
accompagnement des organismes multilatéraux et des 
États. 
En 200...
un « gros potentiel d’expansion et de croissance de la 
micro assurance » 
Selon une étude de l’OIT, bien que la progressi...
Structure d’accompagnement : le « Fonds pour l’innovation 
en micro-assurance », 
Créé en 2008 au sein du BIT, le but prem...
L’ACCESSIBILITE 
Pour populariser à large échelle la micro-assurance doit être accessible aux 
populations concernées Les ...
LES SUCCES 
En dépit de toutes contraintes, le succès est en effet notable avec les produits 
traditionnels tels que l’ass...
La micro assurance, un modèle économique à construire 
La micro assurance ne relève pas du mécénat. Les opérations dévelop...
La micro assurance, un nouveau mode d'inter coopération 
à promouvoir 
La micro assurance doit constituer un champ d'actio...
La nécessaire coopération entre assureurs et IMF ou ONG 
La micro assurance, pour être en adéquation avec les besoins et l...
La conception et la diffusion des produits 
Une ONG ou une IMF a l'avantage d'être imprégnée des structures sociales, 
cul...
La collecte des cotisations, parfois l'indemnisation du 
sinistre 
L'IMF/ONG est appelée à intervenir également dans la co...
CONCLUSION 
Nous pouvons dire en conclusion que l’enjeu est de taille ; à travers son rôle 
éminemment social et économiqu...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Le role et les enjeux de la microassurance sur les econmies Africaines

1 000 vues

Publié le

par M. Mamadou FAYE

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 000
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
9
Actions
Partages
0
Téléchargements
24
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Le role et les enjeux de la microassurance sur les econmies Africaines

  1. 1. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES ECONMIES AFRICAINES Présenté par Mamadou FAYE 30 Septembre 2014 LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS
  2. 2. Biographie de Mamadou FAYE  Ingénieur Statisticien (ISPEA)  Diplômé d’études Supérieures en Assurances de l’IIA de Yaoundé  Diplôme d’Actuariat et Finances de l’ENSAE de Paris  Ancien Commissaire contrôleur des Assurances à la CIMA  Ancien Directeur Général de LMAI IARD à Abidjan (RCI)  Ancien Directeur Général de SALAMA Assurances Sénégal  Administrateur Directeur Général de la Sénégalaise de l’Assurance VIe LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 2
  3. 3. SOMMAIRE I. INTRODUCTION II. ETAT DES LIEUX a) Le cadre institutionnel b) L'environnement économique c) L’environnement social d) Les Acteurs de l’offre e) Les Produits f) Le Potentiel III. LA MICRO ASSURANCE, ÉLÉMENT D'UNE POLITIQUE PLUS GLOBALE DE DÉVELOPPEMENT IV. ACCOMPAGNEMENT DES ORGANISMES MULTILATÉRAUX ET DES ÉTATS. V. POTENTIEL D’EXPANSION ET DE CROISSANCE DE LA MICRO ASSURANCE VI. STRUCTURE D’ACCOMPAGNEMENT VII. ACCESSIBILITE VIII. SUCCES IX. LA MICRO ASSURANCE, UN MODÈLE ÉCONOMIQUE À CONSTRUIRE X. LA MICRO ASSURANCE, UN NOUVEAU MODE D'INTER COOPÉRATION À PROMOUVOIR XI. LA NÉCESSAIRE COOPÉRATION ENTRE ASSUREURS ET IMF OU ONG XII. LA CONCEPTION ET LA DIFFUSION DES PRODUITS XIII. LA COLLECTE DES COTISATIONS, PARFOIS L'INDEMNISATION DU SINISTRE XIV. CONCLUSION LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 3
  4. 4. « L'Afrique ne demande pas l'aumône...l'Afrique veut pouvoir, comme cela se fait ailleurs, capitaliser les fruits de ses propres efforts. Elle n'en a pas la capacité parce que ses habitants sont totalement exposés à des risques divers qu'ils ne peuvent ni prévenir, ni transférer, ni réparer. L'Afrique a besoin d'assurance ». Michel Vaté LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 4 Introduction (1/3) La micro-assurance peut avoir un rôle déterminant sur le développement du continent africain. Les personnes à faible revenu vivent généralement dans un environnement plus risqué que celui des autres couches de la population. En conséquence, elles sont plus exposées à divers dangers tels la maladie, le décès, l'invalidité accidentelle, le vol, l'incendie ou toute autre forme de perte de biens. A l'instar de la microfinance qui a révolutionné le secteur bancaire, il est de plus en plus admis aujourd'hui que la micro-assurance peut contribuer largement à améliorer le niveau de vie des populations à faible revenu, notamment en Afrique, où la grande majorité des populations est exclue des systèmes de protection sociale existants et, ainsi, constituer un facteur de développement.
  5. 5. Introduction (2/3) Depuis son avènement au début des années 80 avec les travaux de Yunus, le concept de micro-assurance a progressivement pris de l'ampleur pour occuper aujourd'hui le devant de la scène dans les stratégies de développement socio-économique du continent africain. L’intérêt porté de plus en plus par les assureurs à ce secteur a amené les autorités de régulation de la zone CIMA (regroupant les 14 pays de la zone franc) à légiférer dans le domaine en consacrant un livre au code des assurances donnant ainsi aux assureurs professionnels la possibilité de relever le défi d'assurer l'autre partie du continent, celle qui est exclue de l'assurance classique aux prix « inabordables », celle pour qui les couvertures assurantielles actuellement proposées sont « inadaptées ». Le premier défi de la micro-assurance a été de se doter d'une définition communément partagée. Si une unanimité semble se faire autour de ce qu'il faut entendre par micro-assurance, notamment ses objectifs, il demeure une certaine incompréhension lorsqu'il s'agit de délimiter les frontières de la micro-assurance vis-à-vis de l'assurance classique tant au niveau des prestations servies que de la taille des prestataires. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 5
  6. 6. « La micro assurance est définie comme une assurance accessible aux personnes à faible revenu, potentiellement proposée par différents fournisseurs et gérée conformément aux pratiques d’assurance généralement acceptées. ». Cela signifie qu’elle devra être financée par des primes et gérée sur la base des principes de gestion du risque généralement acceptés. Cela exclut donc la protection sociale et l’aide en urgence fournies. La définition de la micro assurance est similaire à celle de l’assurance traditionnelle à la différence qu’elle s’applique à une population bien spécifique : celle des faibles revenus. La micro assurance est mise en place pour des personnes ignorées des assurances commerciales et sociales traditionnelles ; elle s’adresse à des personnes qui n’ont pas accès à des produits adaptés. Toute définition basée sur les niveaux de revenus des clients serait difficile et chère à appliquer. Par conséquent, il est préférable de définir la micro assurance en fixant des limites de bénéfice ou de prime garantissant qu’ils s’adressent majoritairement aux pauvres. Cela permet aussi de limiter le risque de souscription, ce qui est particulièrement important, pour autoriser l’accès au marché à des micro assureurs disposant de capitaux bien souvent inférieurs à ceux des assureurs ajustés à leurs besoins. Aussi, pour mieux appréhender le rôle et les enjeux de la micro assurance dans les économies africaines, conviendrait-il de faire un bref aperçu du cadre institutionnel, de la situation économique et sociale dans ces pays, avant de jeter les bases d’une réflexion sur le rôle et les enjeux de la microassurance dans les économies africaines. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 6 Introduction (3/3)
  7. 7. Cadre institutionnel de la micro assurance Principaux acteurs opérants en Afrique Assureurs traditionnels Mutuelles de santé IMF et Tontines Ils sont tous soumis à des cadres juridiques différents dont le Code CIMA, le Code de la Mutualité, la loi portant réglementation des systèmes financiers décentralisés (SFD) adoptée en 2007 à Lomé, le règlement CEMAC 2002/01 et finalement le secteur informel (tontines) qui, pour sa part, n’est encadré par aucune réglementation LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 7
  8. 8. De façon générale, plus de 62 % de la population active est tributaire du secteur primaire ou agricole. Dans la plupart des pays situés au SUD du Sahara, cependant, le secteur contribue pour moins de 35 % du PIB. Outre ce secteur stratégique, les secteurs secondaires et tertiaires n'utilisent qu'une faible proportion de la population active mais peuvent cependant représenter un fort pourcentage du PIB. La conjoncture économique récente a été particulièrement difficile pour tous ces pays, en particulier pour ceux situés au Sud du Sahara, en dépit d'une bonne croissance pour certains d'entre eux. En effet, ces pays ont subi les contrecoups successifs de la flambée du prix du pétrole, des denrées alimentaires, puis de la crise financière internationale. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 8 L’environnement économique
  9. 9. La population de ces pays, représentant une bonne partie des ceux situés au Sud du SAHARA, pour ce qui est de a zone CIMA, se situe à environ 135 millions d'habitants et varie de 0,7 million d'habitants (Guinée Équatoriale) à plus de 21 millions d'habitants (Côte-d'Ivoire). L'examen de la pyramide des âges démontre que près de la moitié de la population (de 40 % au Togo à 48,2 % au Mali) a moins de 15 ans, ce qui amène un taux de dépendance élevé de cette partie de la population envers la population active. Le taux d'urbanisation pour chacun des pays se situe entre 17 % (Niger) et 86 %(Gabon). Bien qu'il soit difficile d'évaluer avec précision l'apport du secteur informel à l'économie, il semblerait que ce secteur puisse représenter jusqu'à 98 % de la population active d'un pays (Mali). Au Bénin, selon une étude réalisée par l’Institut National de la Statistique et de l’Analyse économique (INSAE), le secteur informel a joué un rôle de premier plan dans l’Economie béninoise durant ces 20 dernières années. « Le secteur informel béninois procure à peu près 67,3 % du Produit intérieur brut (PIB) - contre 32,7 % pour le secteur formel - et fait vivre la majorité de la population, surtout les diplômés sans emploi », indique la même source. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 9 L’environnement social (1/3)
  10. 10. L’environnement social (2/3) Au Sénégal, le secteur informel génère 97 % des créations d’emploi, alors que dans ce secteur, le chômage et le sous-emploi touchent plus d’un quart de la population ayant l’âge de travailler. Selon l’Enquête de suivi de la pauvreté au Sénégal de 2005, plus de la moitié (50,8 %) des actifs occupés sont pauvres et la majorité de ces individus proviennent du secteur informel Pour l'ensemble de ces pays, la pauvreté demeure une préoccupation dominante puisqu'ils figurent parmi les pays les plus pauvres au monde, principalement en ce qui concerne les ménages ruraux. En 2010, ces pays se situaient entre le 93e rang (Gabon) et le 167e rang (Niger) sur les 169 pays classés de l'indice de développement humain du PNUD. Leurs RNB par habitant se situaient entre 300 dollars (Mali) et 12 420 dollars (Guinée Équatoriale) en 2009. La plupart des pays n’atteindront probablement pas leurs objectifs du millénaire sans une croissance plus forte et plus largement partagée sur le moyen terme, conjuguée à l’amélioration de l’accès des pauvres au système de protection sociale. Malgré un déclin de la pauvreté, elle reste élevée particulièrement dans les zones rurales. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 10
  11. 11. L’environnement social (3/3) Au vu de ce tableau, certainement pas reluisant, avec un fort pourcentage de la population affectée par la pauvreté, donc vivant dans la précarité, dépourvue de ressources pour souscrire aux assurances classiques (Globalement, l’Afrique ne représente que 1,2 % du marché mondial de l’assurance) le développement de la micro assurance qui, par définition, s’intéresse essentiellement à ce segment de la population, pourrait jouer un rôle important dans le développement de l’Afrique, au vu des enjeux économiques non négligeables, par le volume des primes pouvant être investies dans d’autres secteurs potentiellement rentables et créateurs de valeur. Depuis les dix dernières années, la micro assurance est reconnue comme un instrument financier capable d’aider les populations à faible revenu à mieux gérer leurs risques financiers tout en assurant un potentiel d’affaires significatif aux assureurs. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 11
  12. 12. Les acteurs de l’offre (1/2) ONG MS SC MI IMF Micro ACR assurance SC : Structure de coopération MS : Mutuelles de santé ONG : Organisation non Gouvernementale IMF : Institution de Microfinance ACR : Assureurs commerciaux réglementés MI : Mécanisme informel (Tontine, sociétés funéraires et autres groupes d’entreaide) LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 12
  13. 13. Toutefois, le taux de pénétration de la micro assurance est encore faible sur le continent africain. Selon une étude récente portant sur 32 pays, on dénombrait en 2008 environ 14,7 millions de personnes couvertes, soit environ 2,6 % de la population cible. L’Afrique australe et l’Afrique orientale dominent le paysage de la micro assurance avec respectivement 8,8 millions et 4 millions de personnes couvertes. Cela ne laisse que 1,9 millions de personnes couvertes en Afrique centrale, du Nord et de l’Ouest. Dans les pays francophones, on trouve la plus large gamme de produits et le plus grand nombre de bénéficiaires au Sénégal, au Bénin, au Burkina Faso et au Cameroun. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 13 Les acteurs de l’offre (2/2)
  14. 14. Le marché est dominé par les produits d’assurance vie. Selon l’étude précitée, l’assurance décès de l’emprunteur couvre près de 9,5 % de son marché potentiel et les autres produits d’assurance vie, environ 3,2 %. Les produits de santé, qui sont souvent cités comme les plus demandés, ne couvrent qu’environ 0,3 % de la population à faible revenu; L’assurance agricole couvrent une population encore moins nombreuse, représentant respectivement 0,2 % et 0,1 % de leur marché potentiel. Bien qu’il y ait un énorme potentiel d’expansion et de croissance de la micro assurance sur le continent africain (le nombre de personnes couvertes a pratiquement doublé entre 2005 et 2008), plusieurs facteurs contraignants doivent être corrigés pour faciliter l’accès à des services d’assurance aux populations à faible revenu : Les prestataires doivent être en mesure de développer des produits de micro assurance de qualité. Cela suppose la mise en place d’une réglementation adaptée au contexte et l’introduction d’incitations fiscales. Les consommateurs doivent faire confiance aux prestataires; cela nécessite une sensibilisation sur les mécanismes d'assurance et sur la protection des consommateurs, notamment au niveau du secteur informel. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 14 Les produits
  15. 15. Le marché potentiel de la micro-assurance représente une opportunité non négligeable pour les assureurs. La micro-assurance cible les travailleurs pauvres ; ce segment constitue un marché en Afrique d’environ 700 millions de personnes. En supposant un potentiel pour les dépenses consacrées à l’assurance compris entre un maximum de 5% du PIB (Sigma 3, 2009 chiffre pour l’Afrique du Sud) et un minimum de 1% du PIB (niveau actuel de pénétration dans les pays de la FANAF), le marché de la micro-assurance en Afrique représenterait entre 5 et 25 milliards de dollars ! Le rayonnement actuel en Afrique de la micro-assurance est très loin de ces chiffres. Seulement 14,7 millions de vies sont couvertes, ce qui représente environ 257 millions de dollars en primes reçues, soit 1% de la valeur potentielle du marché à l’échelle continental. La majorité des prestataires de micro-assurance en Afrique reconnaissent ce potentiel : plus de 70%, conviennent que le nombre de polices de micro-assurance, au sein de leur marché national, augmentera de plus de 10% l’année prochaine, et environ 40% pensent que le marché va doubler au cours des cinq prochaines années. Pour les assureurs commerciaux, la micro-assurance représente un énorme marché inexploité et un bon moyen de diversifier leurs activités ; selon Colette Patience de Old Mutual en Afrique du Sud : « Le marché des personnes à faible revenu est le nouveau pôle de croissance [pour les assureurs] non pas dans une perspective de responsabilité sociale des entreprises, mais bien d’un point de vue commercial LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 15 Le potentiel
  16. 16. La micro assurance, élément d'une politique plus globale de développement Les IMF/ONG intègrent, la plupart du temps, le crédit et l'assurance dans une approche globale du développement comportant des programmes :  d'éducation, de prévention aux risques sanitaires, de formation professionnelle en particulier au travers de dispositifs d'appui à la création d'une petite activité économique. C'est ainsi que l'ONG Asa (Activists for Social Alternative) fournit, dans le sud de l'Inde, tout un ensemble de services à des groupes de femmes - appelés sanghas - dont 40 % sont analphabètes ; cela inclut de la gestion d'écoles, de la formation au développement d'entreprises, des kiosques Internet, du développement de l'irrigation. Asa accorde des microcrédits, mais aussi distribue des produits de micro assurance en partenariat avec Baja Allianz. Cette approche qui combine services, microcrédit (achat de bétail, machines à coudre, matériaux pour l'artisanat...) et micro assurance a, selon ses promoteurs, un impact sur la qualité du risque de crédit et d'assurance. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 16
  17. 17. Le succès de la micro assurance passe également par un accompagnement des organismes multilatéraux et des États. En 2003, ICICI Lombard est devenu l'assureur en santé, et Aviva, en 2005, le partenaire vie. Le marketing se fait au travers du syndicat, de la banque Sewa, de Sewa Santé et Childcare, des groupes d'épargne et de crédit via les associations de district qui s'appuient sur cent dix Vimo Aagewans, responsables du recrutement de nouveaux membres, de la collecte des cotisations et de l'aide à la déclaration des sinistres. L'autorité de tutelle indienne - l'Irda - a autorisé Vimo Sewa à accorder directement aux assurés les indemnisations pour le compte de l'assureur. À ce jour, Vimo Sewa qui compte 175 salariés en charge de la micro assurance a un portefeuille de 115 000 assurés qui sont à 66 % des ruraux et à 34 % des urbains. Vimo Sewa a commencé en 2003 à nouer des partenariats avec d'autres ONG pour élargir son réseau de distribution. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 17
  18. 18. un « gros potentiel d’expansion et de croissance de la micro assurance » Selon une étude de l’OIT, bien que la progression de la micro-assurance en Afrique au cours des trois dernières années soit impressionnante, la majorité du continent africain demeure un marché inexploité. Les produits pour la santé, l’agriculture et la propriété représentent une fraction minime des polices d’assurance vie et couvrent peu les besoins des populations à faible revenu. Les régimes d’assurance santé ont des difficultés à atteindre des volumes importants. Quant aux systèmes de sécurité sociale, ils restent parcellaires dans la plupart des pays africains. Il est possible d’atteindre des centaines de millions de personnes à faible revenu en Afrique, mais la croissance de l’industrie repose sur de solides fondations. Les éléments essentiels à la réussite du secteur sont en priorité : (i) une grande diversité de fournisseurs ; (ii) des clients bien informés qui comprennent la valeur de la micro-assurance ; (iii) des canaux de distribution innovants ; (iv) une efficacité renouvelée pour atteindre le marché et réduire les coûts administratifs ; (v) le renforcement des capacités pour développer, vendre et gérer des produits de meilleure qualité. Le secteur de la micro-assurance en Afrique pourra alors fonctionner comme le marché de l’assurance standard et deviendra tout simplement une autre branche d’opération des assureurs commerciaux. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 18
  19. 19. Structure d’accompagnement : le « Fonds pour l’innovation en micro-assurance », Créé en 2008 au sein du BIT, le but premier du Fonds est d’étudier la façon dont les ménages à faibles revenus peuvent tirer le meilleur avantage de l’assurance et la mesure dans laquelle elle peut être développée avec succès par un ensemble de porteurs de risques, y compris les compagnies d’assurance et les organisations de la société civile. L’objectif visé est de favoriser l’innovation sur le terrain, puis en jouant un rôle actif dans la collecte, l’analyse et la diffusion des résultats des expériences qui ont été menées. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 19
  20. 20. L’ACCESSIBILITE Pour populariser à large échelle la micro-assurance doit être accessible aux populations concernées Les produits doivent être conçus pour répondre aux besoins spécifiques des clients pauvres, ils doivent être disponibles (même dans les régions reculées) et abordables, le paiement des primes doit être structuré de façon à convenir au budget des familles pauvres. Enfin, l’accès est aussi intellectuel. Les assureurs en Afrique constatent, sur le plan de la demande, que l’expansion de la micro-assurance est entravée par le manque de compréhension des concepts de l’assurance et les confusions qui existent par exemple avec les mécanismes d’épargne (les clients s’attendent à récupérer leurs primes si aucun sinistre n’a eu lieu) et mettent en avant la nécessité de l’éducation des consommateurs afin de faciliter les ventes. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 20
  21. 21. LES SUCCES En dépit de toutes contraintes, le succès est en effet notable avec les produits traditionnels tels que l’assurance funérailles. L’industrie de la micro-assurance en Afrique du Sud est structurée autour de quelques porteurs de risques qui sont très innovants. Old Mutual par exemple teste l’approche du "guichet unique", offrant une gamme complète de services financiers aux clients à faible revenu. Dans les zones rurales, le système d’affiliation tire parti d’une forte culture de la gestion des risques de manière informelle et prend appui sur les groupes pré-existants en collaboration avec 1 000 sociétés funéraires, stokvels et salons funéraires. L’assurance vie crédit est la plus simple et la moins onéreuse à mettre en place et c’est déjà une ligne d’activité qui est rentable. De nombreux assureurs ne s’aventurent pas hors des sentiers battus malgré le fait que ce type de couverture ne corresponde pas aux besoins du plus grand nombre. Cependant, les efforts pour fournir d’autres produits – tels que l’assurance santé, l’assurance agricole ou l’assurance des biens – sont une réponse importante aux besoins des populations à faibles revenus et permettent d’expérimenter sur le terrain des solutions à partir desquelles d’autres assureurs peuvent s’inspirer et apprendre ce qui fonctionne et ce qui constitue un défi. Ces innovations à terme devraient se traduire par l’augmentation des ventes des autres produits. Ces succès pour être durables et constituer un facteur important de développement pour les économies africaines doivent avoir une orientation stratégique. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 21
  22. 22. La micro assurance, un modèle économique à construire La micro assurance ne relève pas du mécénat. Les opérations développées doivent atteindre un équilibre financier même si ce dernier se situe sur une durée plus longue. Un certain nombre d'expériences démontrent la pertinence du modèle économique. Ainsi dans le sud de l'Inde, Baja Allianz comptabilisait à fin 2004, dans le cadre de son partenariat avec l'ONG Asa, 50 000 contrats vie. Heinz Dollberg, responsable d'Allianz pour la zone Asie-Pacifique, affirmait récemment dans la presse que les opérations étaient rentables, le profit représentant 19 % de la cotisation enregistrée dans les comptes de l'assureur. Il insistait sur le rôle décisif des travailleurs sociaux d'Asa qui organisent des réunions dans les villes et villages ou font du porte à porte pour sensibiliser les populations à l'assurance. « Coopérer avec des ONG facilite nos opérations et permet aux activités de générer un profit, même en zones rurales » affirme M. Dollberg qui ajoute : « Par des process efficaces et des contrats de groupe, la micro assurance peut être rentable. À moyen terme, cela nous ouvre un marché potentiel gigantesque » . Autre exemple, en Afrique cette fois : AIG a mis au point avec l'ONG américaine Finca un contrat de groupe obligatoire de type assurance emprunteur distribuée par vingt-six institutions de microfinance (IMF) en Ouganda, en Tanzanie et au Malawi, couvrant ainsi une population de 1,6 millions de personnes. Le Groupe faisait état en 2004 d'un volume de cotisations collectées de 800 000 $ et une profitabilité de 200 000 $. Sur les dernières années, le bénéfice représente entre 17 et 25 % des cotisations brutes collectées. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 22
  23. 23. La micro assurance, un nouveau mode d'inter coopération à promouvoir La micro assurance doit constituer un champ d'actions pour les acteurs traditionnels du monde du développement - ONG et organisations intergouvernementales ; les États des pays du Sud et les groupes d'assurances. Elle suppose au plan opérationnel, compte tenu des publics à atteindre, de s'inscrire dans une approche partenariale innovante. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 23
  24. 24. La nécessaire coopération entre assureurs et IMF ou ONG La micro assurance, pour être en adéquation avec les besoins et la capacité contributive des populations et viable au plan économique, suppose de mêler, à la fois, l'expertise et la proximité d'une ONG ou d'une IMF dans le cadre de projets de développement local, et le professionnalisme d'un assureur. L'apport d'une ONG ou d'une IMF se situe sur plusieurs plans : dans la conception et la distribution des produits ; dans la collecte des cotisations, parfois l'indemnisation du sinistre ; dans le positionnement de l'assurance en tant qu'élément d'une politique de développement caractérisée par l'accompagnement des bénéficiaires au travers de travailleurs sociaux, la combinaison de services, de formations et de programmes de prévention. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 24
  25. 25. La conception et la diffusion des produits Une ONG ou une IMF a l'avantage d'être imprégnée des structures sociales, culturelles, économiques d'un territoire et ainsi de connaître le mieux les marchés et les besoins des populations. Son concours est donc essentiel dans la définition de l'offre qui se caractérise par des produits simples, avec des dispositifs d'indemnisation forfaitaire sur des risques essentiels, décès (assurance emprunteur ou temporaire décès toutes causes) et santé en particulier. L'assureur partenaire, pour sa part, conçoit le produit, analyse le risque, le tarifie, forme le personnel de l'IMF/ONG aux rudiments de l'assurance. Les coûts d'acquisition des contrats sont minimisés puisqu'ils sont proposés à des groupements déjà établis que constituent les populations bénéficiaires des programmes d'ONG ou la clientèle de l'IMF : groupes solidaires, banques villageoises ou coopératives, organisations sociales (associations de femmes, de petits agriculteurs, etc.) ; ce qui permet de limiter les phénomènes d'anti sélection. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 25
  26. 26. La collecte des cotisations, parfois l'indemnisation du sinistre L'IMF/ONG est appelée à intervenir également dans la collecte des cotisations, ce qui diminue les coûts de transaction. Elle se fait pour ce qui concerne l'assurance liée à un microcrédit dans le cadre de contrats groupe. Plus généralement, la perception des cotisations est effectuée non pas au niveau de l'individu, mais du groupement, et peut tenir compte de la saisonnalité des revenus. Ainsi, à titre d'exemple, l'Union Technique Malienne a recours aux éboueurs qui sont des relais pour informer la population et collecter l'argent par petite tranche, une fois que celui-ci est disponible. On peut voir aussi des opérations de collecte au travers de l'association des travailleurs ambulants. La cotisation peut être également payée au travers d'une partie des intérêts de l'épargne déposée sur un compte enregistré dans l'IMF. L'implication peut aussi aller jusqu'à assurer le « service après-vente ». LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 26
  27. 27. CONCLUSION Nous pouvons dire en conclusion que l’enjeu est de taille ; à travers son rôle éminemment social et économique, la micro assurance, compte tenu de l’énorme potentiel, mais aussi des succès enregistrés ces dernières années, lorsqu’elle est bien encadrée, peut constituer une réponse à la réduction de la pauvreté (avec une cible d’environ plus de 90% de la population qui est concernée) et ainsi participer au développement des économies africaines. LE ROLE ET LES ENJEUX DE LA MICROASSURANCE SUR LES EECCOONNMMIIEESS AAFFRRIICCAAIINNEESS 27

×