Ce diaporama a bien été signalé.
Le téléchargement de votre SlideShare est en cours. ×
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Publicité
Prochain SlideShare
Zotero
Zotero
Chargement dans…3
×

Consultez-les par la suite

1 sur 60 Publicité
Publicité

Plus De Contenu Connexe

Diaporamas pour vous (20)

Similaire à Recherche documentaire économie gestion (20)

Publicité

Recherche documentaire économie gestion

  1. 1. RECHERCHE BIBLIOGRAPHIQUE EN ECONOMIE GESTION Département économie/gestion Mars 2016 Sur la base du document réalisé par C. PERON – BU St Jérôme
  2. 2. 22 Plan du cours • Rechercher l’information • Evaluer l’information • Présenter l’information 2
  3. 3. 33 Rechercher l’information • Définir son sujet  Objectif 1 : Déterminer le contexte général de sa recherche et la situer dans son champ disciplinaire, chronologique…  Objectif 2 : Trouver les « mots clés » les plus pertinents. Pour les mots-clés en anglais : Termsciences portail terminologique scientifique multilingue développé par l’Inist http://www.termsciences.fr/ Ou Linguee http://www.linguee.fr/francais-anglais  Objectif 3 : Savoir adapter ses mots clés aux différents outils documentaires (moteurs de recherche, catalogues, bases de données bibliographiques) 3
  4. 4. 44 Rechercher l’information • Classement des mots-clés du + général au + spécialisé : Management = management Management participatif = participative management Délégation de pouvoir = delegation of authority
  5. 5. 55 Rechercher l’information • Les différents outils d’une recherche bibliographique : 5
  6. 6. Rechercher l’information Pour vous aider dans vos recherches, vous pouvez vous reporter : - Aux cours des BU AMU sur la recherche documentaire, disponibles sur la plateforme pédagogique d’AMU, Ametice (accessible via l’ENT > Pédagogie > Ametice> Tous les cours > catégorie Bibliothèques) - Aux guides des BU AMU en économie / gestion http://bu.univ-amu.libguides.com/ 6
  7. 7. 77 Rechercher l’information • Sélectionner les outils pour chercher l’information - Grandes familles d’outils : Les outils de découverte Les catalogues Les bases de données Outils complémentaires : brevets et archives ouvertes 7
  8. 8. 88 Rechercher l’information dans les outils de découverte Un outil de découverte agrège différentes bases de données afin de proposer une recherche "à la Google" aux usagers. Le SCD d’AMU a fait le choix de SUMMON Comment l'utiliser ? Lancez vos requêtes dans une simple barre de recherche "à la Google" ou dans le formulaire multichamps pour les adeptes la recherche avancée. Trop de résultats ? Utilisez les filtres pour restreindre votre recherche, comme sur les sites e-commerces ! Vous avez trouvé ce qui vous intéresse ? Le résolveur de liens vous conduit au texte intégral en quelques clics et indique si la version imprimée est à la BU. Enfin, les résultats d'une recherche peuvent être sauvegardés dans un dossier temporaire et être exportés vers Zotero ou par courriel. Vous rencontrez une anomalie ? Utilisez la bulle d'aide visible en bas à droite de toutes les pages. Vous voulez suggérer une fonctionnalité manquante ? Rendez-vous sur le support pour faire des suggestions et voter pour les fonctionnalités qui vous paraissent les plus pertinentes. 8
  9. 9. Rechercher l’information dans les catalogues Le catalogue Koha commun aux 72 bibliothèques d’Aix-Marseille (il recense 1,4 millions de documents) est accessible via le site web de la BU : http://bu.univ-amu.fr/ ou sur l’adresse : http://catalogue.univ-amu.fr/
  10. 10. Rechercher l’information dans les catalogues Accès possible aussi sur l’ENT : onglet « BU » > « Compte lecteur » + accès à son compte lecteur (pour voir ses documents en prêt, dates de retour, retards ; prolonger un prêt soi-même ; voir l’historique de ses recherches; créer des listes; réserver un document). - faire des suggestions d’achat. • . 10
  11. 11. 11 Rechercher l’information dans les catalogues • Recherche avancée sur Koha: Elle permet de croiser des arguments de recherche dans tous les index de la recherche simple (par les opérateurs booléens OU, ET et NON) Filtres : - par année de publication, langue du texte, type de publication (livres, périodiques, ressources électroniques, thèses), localisation (limiter sa recherche à une bibliothèque ou à un groupe de bibliothèques par domaine : ex. gestion) 11
  12. 12. 12 Rechercher l’information dans les catalogues • Liste des résultats d’une recherche Pour trouver physiquement votre document, il faut lire les données d’« exemplaires », qui vous indiqueront: - Le type de prêt - La localisation - La cote - La disponibilité 12
  13. 13. Rechercher l’information dans les catalogues - Particularité pour les périodiques : onglet « Etat de collection », indiquant l’étendue de l’abonnement Attention ! Un catalogue ne fournit que des titres de périodiques et non des articles. 13
  14. 14. Rechercher l’information dans les catalogues Le classement par cote, qui répartit les connaissances en catégories, permet de localiser le document dans la BU. La cote est établie en fonction du sujet abordé. 337 => Economie internationale 337.14 => Coopération économique en Europe 337.142 => Union européenne
  15. 15. 1515 Rechercher l’information dans les catalogues • Sudoc, catalogue commun de toutes les bibliothèques universitaires françaises (10 millions de notices) Il permet de : - Trouver un document sur un sujet donné - Localiser ce document dans une bibliothèque universitaire - Obtenir le prêt du document ou sa reproduction http://www.sudoc.abes.fr/ 15
  16. 16. 161616 Accès aux ressources en ligne (bases de données) • Accès aux ressources en ligne via le site web de la BU. Si vous êtes hors campus, pensez à saisir vos identifiants pour avoir accès à nos ressources accessibles via un abonnement. • Ou accès aux ressources en ligne via l’ENT (onglet BU> site web BU > Documentation> Liste des ressources électroniques) • Contactez le service de questions-réponses en ligne Azimut si vous constatez des problèmes d’accès. 16
  17. 17. 17 Accès aux ressources en ligne • Accès à Summon via « documents en ligne » : 300 millions de documents en texte intégral issus des collections électroniques des bibliothèques ou en accès libre • Accès à des dizaines de milliers de revues et livres en plein texte à partir de SMASH, répertoire des ressources en ligne (Recherche par Articles & Revues). Possibilité de recherche par articles dans Google Scholar, par titre de revues, ou par sujet. Les titres signalés sur cette liste sont tous accessibles aux membres d’AMU, soit sur abonnement, soit en accès libre. Cette liste est mise à jour en fonction des abonnements. Summon Smash
  18. 18. 18 Accès aux ressources en ligne Les titres signalés sur cette liste sont tous accessibles aux membres d’AMU, soit sur abonnement, soit en accès libre. Cette liste est mise à jour en fonction des abonnements.
  19. 19. 19 Les règles de base de l’accès aux ressources en ligne Les usages communément admis sont la consultation, l'impression, l'envoi par mél, l'enregistrement sur support fixe (disque dur) ou mobile (clé USB) d'une partie raisonnable des contenus proposés. Les usages généralement interdits sont la diffusion des contenus à des tiers (non membres de l'université), gratuite ou commerciale, la reproduction ou mise à disposition sur un site web ou autre sans demande d'autorisation préalable, la copie ou le téléchargement massif de contenus, etc...
  20. 20. 2020 Rechercher l’information dans les bases de données • Définition : Les bases de données sont produites par des éditeurs spécialisés et sont généralement payantes. Elles rassemblent des données structurées, interrogeables par leur contenu et peuvent être : • Factuelles : Elles proposent une réponse directe à une question, comme les bases de données de résultats d’expériences. (sciences) • Bibliographiques : elles permettent de retrouver des références de documents, majoritairement des articles de périodiques, mais aussi des séries, des actes de congrès. Elles contiennent essentiellement du texte, fournissent des notices bibliographiques (fiches signalétiques propres à un document), et les informations qu’elle proposent sont structurées, exhaustives dans un domaine. Les références contiennent le titre de l’article, son auteur, la source (la revue dont est issu l’article) des mots-clés et un résumé. 20
  21. 21. 2121 Rechercher l’information dans les bases de données ● Je recherche des ressources généralistes en économie / gestion pour m'approprier un sujet ● CAIRN - Encyclopédies de poche en français: livres des collections « Que sais-je ? » et « Repères » ● Je cherche des articles de presse sur un sujet ou un secteur économique particulier ● Factiva : bouquet de presse nationale et internationale. Parmi les titres disponibles : Les Échos, Libération, Le Figaro, The New York Times, Newsweek, El País, The Times, The Guardian, etc … ● Je cherche des informations sur les sociétés ● Factiva : pour les entreprises cotées en bourse ● Orbis : annuaire d'entreprises ● Je cherche des articles / des livres spécialisés en économie / gestion ● Econlit pour récupérer des références d'articles, de chapitres de livres ● En anglais : BSC, Emerald, Handbooks, etc...(voir tableau ci-dessous) ● En français : ● Openeditions : 400+ revues dont 27 en économie ● Cairn : revues et encyclopédies de poche en économie gestion ● Je cherche des données chiffrées / des statistiques ● Open knowledge repository: base de données statistiques de la Banque mondiale (en anglais) ● INSEE : portail de la statistique publique Française : http://www.statistique-publique.fr/ 21
  22. 22. 2222 Rechercher l’information dans les bases de données 22 Ressource Domaines Les + Business Source Complete (plateforme Ebsco) Toutes les disciplines de l'économie et des affaires (marketing, management, systèmes d'information de gestion, gestion de la production et des opérations, comptabilité, finance et économie) Grand nombre de revues en texte intégral, mais aussi livres et rapports (SWOT, par pays...) Cairn revues 400+ titres en SHS, dont 85 en éco/gestion Francophone. Alertes par mél, fils RSS, export des références. Cairn encyclopédies de poche 1900+ titres des collections « Que sais-je ? » et « Repères » Francophone. Alertes par mél, fils RSS, export des références. Dictionnaires permanents Epargne et produits financiers Etudes thématiques, zooms sur des points d'actualité Econlit (plateforme Ebsco) Base de référence produite par l'American Economic Association Liens vers le texte intégral quand il est disponible sur BSC Emerald Marketing, management, RH, sciences de l'information... (300+ titres) Alertes par mél, fils RSS, export. Factiva Presse + données sur les sociétés Version audio, présentation graphique Handbook in economics series (2008-2012) Ouvrages de référence en économie et gestion. Interrogation croisée avec les revues sur Science Direct JSTOR 2000+ titres en économie, gestion, comptabilité, management Revues de référence depuis le 1er numéro, fonctionnalités 2.0 Proquest Dissertations & theses Thèses et mémoires en texte intégral, pluridisciplinaire. Interfaces de recherche thématiques : commerce et SHS Science Direct Pluridisciplinaire. Alertes par mél, fils RSS, export. Springer link Pluridisciplinaire. Alertes par mél, fils RSS, export. Wiley-Blackwell Pluridisciplinaire. Business, economics, finance, accounting Alertes par mél, fils RSS, export.
  23. 23. 2323 Rechercher l’information dans les bases de données 23 Autres ressources Contenus Theses.fr Moteur de recherche des thèses françaises (soutenues, en préparation, auteurs, organismes) Orbis Annuaire des entreprises (par secteur d'activités et pays)
  24. 24. 2424 Rechercher l’information dans les bases de données : Business Source Complete 24 La recherche se fait en anglais. Lorsque vous entrez un terme, le thésaurus vous précise le terme approprié. Vous pouvez également chercher directement à partir du thésaurus. Une fois les résultats affichés, vous pouvez ajouter des filtres.
  25. 25. 2525 Rechercher l’information dans les bases de données : Cairn 25 Accès par discipline / Titre / Auteur. AMU est abonnée aux revues et encyclopédies de poche.
  26. 26. 2626 Rechercher l’information dans les bases de données : Cairn 26 Mon cairn.info : afin de bénéficier d’outils de personnalisation (conserver son historique de recherche, sa bibliographie, configurer des alertes RSS), il faut se créer un compte. Une fois connecté, l’ensemble des recherches effectuées est disponible.
  27. 27. 2727 Rechercher l’information dans les bases de données : Emerald 27 Cherchez en recherche libre ou par feuilletage. Emerald Archives : pour les archives jusqu’à 2010
  28. 28. 2828 Rechercher l’information dans les bases de données : Factiva 28 Factiva est une base de donnée un peu atypique, donnant accès très largement à la presse nationale et internationale (sauf Le Monde et quelques autres) profils financiers d’entreprises ou informations boursières. La recherche peut se faire par : Texte libre (la recherche guidée permet + d’options) Source Auteur Société Sujet Langue … Combinez les critères
  29. 29. 2929 Rechercher l’information dans les bases de données : Factiva Une fois la recherche effectuée, vous pouvez : - Demander le PDF -Restreindre les critères -Sélectionner les résultats souhaités
  30. 30. 3030 Rechercher l’information dans les bases de données • Wiley Online library Cet éditeur donne accès à milliers de revues scientifiques, avec accès aux archives de 1791 à 2011 dans le cadre du projet ISTEX. • Recherche par publication ou par sujet
  31. 31. Rechercher l’information dans les bases de données ScienceDirect : répertoire de périodiques, séries et encyclopédies scientifiques multidisciplinaires de l’éditeur Elsevier (2500 revues et 20000 ebooks). Les archives de + de 2200 titres de revues scientifiques publiées par Elsevier depuis les origines (1823) jusqu'en 2001, sont disponibles dans le cadre du projet ISTEX. La bibliothèque n’est pas abonnée à l’intégralité du catalogue de cet éditeur : les 12 millions d’articles de SD ne sont pas tous en texte intégral. Mise à jour quotidienne Tutoriel en ligne : http://help.sciencedirect.com/Content/tutorials/sd_menu.html 31
  32. 32. Annuaire d’entreprises : Orbis 32 Orbis remplace depuis 2016 le Kompass. Plus pratique d’utilisation, cet annuaire comprend 10 millions d’entreprises référencées. Il convient particulièrement aux recherches de stages et de relations entreprises. Plus de 200 critères permettent d’établir les sélections. Une fois la recherche effectuée, vous pouvez obtenir, enregistrer, imprimer, des rapports complets sur les entreprises sélectionnées.
  33. 33. 3333 Outils complémentaires : les bases de données de brevets Espacenet L’Office européen des brevets a développé la base Esp@cenet qui recense 90 millions de brevets, de 1836 à nos jours. Espacenet donne accès à la base française de l’INPI et à 3 bases internationales : - la base EP (European Patents) recense les demandes de brevets EP publiées par l'Office européen des brevets au cours des 24 derniers mois. - la base de l’OMPI (WIPO) rassemble les demandes déposées au niveau mondial selon la procédure PCT. - la base Worldwide recense les données sur des brevets provenant de 85 pays. Il y a plusieurs accès possibles à cette base de brevets : http://worldwide.espacenet.com : accès à la base mondiale. http://fr.espacenet.com/:accès à l'antenne française, via l'INPI. hilippe Eyraud, « La base de données des brevets : Esp@cenet », Ecole Centrale de Lyon, 2010http://bibli.ec-lyon.fr/sites/bibli.ec- lyon.fr/files/supports/2010-utiliser-espacenet.pdf Manuel Durand-barthez-Urfist Pahttp://wiki-urfist.unice.fr/wiki_urfist/index.php/Brevets_%26_Propri%C3%A9t %C3%A9_industrielle_:_Principes_juridiques_fondamentaux_et_interrogation_des_bases_de_donn%C3%A9es Guide d’utilisation Espacenet en français : http://documents.epo.org/projects/babylon/eponet.nsf/0/4e8744eb66e8f944c12577d600598eef/ $FILE/espacenet_brochure_fr.pdf
  34. 34. 3434 Outils complémentaires : les archives ouvertes • HAL- Hyper Articles en Ligne L'archive ouverte pluridisciplinaire HAL, créée en 2006, sous la responsabilité du CNRS, est destinée au dépôt et à la diffusion d'articles scientifiques de niveau recherche, publiés ou non. Elle regroupe plusieurs sous-bases comme TEL pour les thèses ou CEL pour les cours. Il s’agit d’une démarche volontaire permettant une réappropriation gratuite par les chercheurs de l’information qu’ils produisent eux-mêmes. AMU a un dépôt dans HAL : http://hal.archives-ouvertes.fr/UNIV-AMU/fr/ A noter, DUMAS est une archive ouverte de travaux d'étudiants de niveaux bac+4 et bac+5 .
  35. 35. 3535 Evaluer l’information • Sites identifiés Institutions, industrie, associations, etc. Identification de l’organisation, nature et statut, objet, public visé, date de création, notoriété. Exemple : site de l’INRS http://www.inrs.fr/accueil • Outils spécialisés Annuaires, signets (d’une bibliothèque, d’un laboratoire) : sources sélectionnées et déjà évaluées. Exemple : sélection de liens sur le site du labo ISM2 http://ism2.univ-amu.fr/pages- bleues/liens_enseignement01.htm ou Netvibes d’un chercheur : http://www.netvibes.com/gaellechou#Accueil • Moteurs de recherche spécialisés Google Scholar
  36. 36. 3636 Evaluer l’information • Google Scholar Créé en 2004, c’est un moteur de recherche spécialisé dans la littérature de recherche universitaire : il indexe des articles issus de périodiques, des thèses, des livres, des articles en pré-publication, des rapports. Ces documents proviennent d'éditeurs scientifiques, de sociétés savantes. Le classement des résultats est basé sur le nombre de citations. Préférer l’interface en anglais, qui permet de restreindre la recherche par sujet et d’obtenir davantage de résultats. - Intérêt : simple d’utilisation, utile pour retrouver une référence bibliographique manquante, GS permet ainsi de retrouver des documents du web invisible indisponibles sur les moteurs de recherche généralistes. - Limites : la couverture réelle de GS n’est pas connue précisément, il ne convient pas pour un véritable travail de recherche approfondi. Les algorithmes utilisés pour le calcul du classement sont confidentiels. On ne peut pas utiliser la troncature dans sa recherche. Peu de possibilités de tri. Julien Sicot, guide d’utilisation Google Scholar, 2007 : http://fr.slideshare.net/jsicot/google-scholar-guide- dutilisation Béatrice Foenix-Riou, Quelles alternatives à Google Scholar dans le domaine scientifique, 24/10/2013 : http://fr.slideshare.net/bfoenix/quelles-alternatives-google-dans-le-domaine-scientifique?qid=7a574652- 3ad2-4c5a-8076-51d88f75c236&v=qf1&b=&from_search=11
  37. 37. 3737 Evaluer l’information • Critères d'évaluation - Evaluation de la source, de l’auteur : Fiabilité de l’organisation, degré de compétence dans le domaine, notoriété de l’auteur (réseau de références). Ex : ResearchGate (Réseau social académique ) ou ResearcherID permettant d’identifier un réseau d’auteurs travaillant sur une même thématique. - Évaluation du contenu : Degré de fiabilité de l’information, niveau de précision, degré de nouveauté, pertinence. - Évaluation de la structuration du site ou du document : Logique de l’organisation, facilité de navigation, outil de recherche dans le site. - Évaluation de l’accessibilité et des aspects techniques : Rapidité de chargement du site et des pages, référencement du site dans les outils de recherche. Support de cours Master Chimie UPMC- Paris VI http://australe.upmc.fr/access/content/group/BUPMC_02/pdf_cours/master_chimie.pdf
  38. 38. 38 Evaluer la qualité des sources • Livres : tenir compte de la réputation de la maison d'édition et de celle de l’auteur (publications antérieures, institution de rattachement…). • Articles de périodiques : pour un travail de niveau universitaire mieux vaut consulter un article paru dans un périodique spécialisé que celui publié dans une revue de vulgarisation. • Site web : l'adresse des documents (URL) peut servir de point de repère, en laissant entrevoir la nature de leur contenu. On y trouve en général le nom, le type d'organisation qui «héberge» les pages trouvées et le code du pays où se trouve l'adresse; Vérifier les liens externes qui sont offerts sur la page d'accueil et s’ils renvoient vers des renseignements biographiques.
  39. 39. 39 Evaluer la qualité des sources • Si vous consultez Wikipedia en début de recherche, il y a quelques éléments à maîtriser : - L’historique des articles de Wikipedia (fréquence des mises à jour), ainsi que les différents contributeurs. - La page de discussion - La bibliographie, les liens externes - Les critères des « bons articles » : http://fr.wikipedia.org/wiki/Wikip %C3%A9dia:Bons_articles - Le plagiat : évitez les copier-coller -Les langues ! D’une langue à l’autre, la qualité d’une page wikipedia peut varier : ex : Développement durable : page en anglais / page en français / page en portugais : de l’une à l’autre, le niveau de qualité peut varier. Source : BU UPMC. Support de formation des Licence, (en ligne) : http://www.jubil.upmc.fr/fr/guides_recherche/licence_sciences/supports_de_cours_licence.html [consulté le 09/09/2015]
  40. 40. 4040 Présenter l’information • Citation des sources et plagiat Lorsque vous citez vos sources, vous prouvez votre capacité à rechercher des informations pertinentes. Absence de citations de sources = plagiat PLAGIER (verb. transitif) : « Emprunter à un ouvrage original, et (…) à son auteur, des éléments, des fragments dont on s'attribue abusivement la paternité en les reproduisant, avec plus ou moins de fidélité, dans une œuvre que l'on présente comme personnelle. Synon. copier, piller, pirater (fam.).» Trésor de la Langue Française Informatisé, consulté le 22/05/2012 http://atilf.atilf.fr/ Il est rendu très facile par le développement du Web, mais beaucoup d’outils sont disponibles pour le détecter (logiciel de détection de plagiat Compilatio) Sources utiles : Cours de Rémi Bachelet pour Centrale Lille : http://plagiat.ec-lille.fr/Amphi_Plagiat.html Bibliothèques de l’Université de Montréal : http://www.bibliotheques.uqam.ca/plagiat
  41. 41. 4141 Présenter l’information • Exemples de situations de plagiat : • - Copier intégralement un passage d’un livre ou d’une revue sans le mettre entre guillemets et sans mentionner la source - Insérer dans son texte des graphiques, des données provenant de sources externes sans en indiquer la provenance - Traduire un texte sans en mentionner la source • Sanctions prévue contre le plagiat : suspension temporaire ou définitive « Pour avoir intégralement copié le « projet personnel » d’une camarade de l’année précédente, M.B. s’est ainsi fait exclure, en 2003 de son université pour six mois. (…) Une étudiante n’ayant écrit que trois pages de son mémoire de maîtrise a, quant à elle, été condamnée à un an d’exclusion de son université, en juin 2004 » Luc Bronner, De plus en plus créative, la fraude aux examens est durement punie, 02 mars 2005, Le Monde Charte anti-plagiat AMU 2012 : http://sciences.univ-amu.fr/sites/sciences.univ- amu.fr/files/charte_ant-plagiat_amu.pdf
  42. 42. 4242 Présenter l’information • Quelques principes de base pour la rédaction de la bibliographie - La bibliographie donne toutes les informations permettant de retrouver le document. - Quand on décrit une partie d’un document (un article dans une revue, un chapitre dans un livre), on décrit d’abord la partie, ensuite le document dans son ensemble. - On peut choisir de suivre une norme de présentation (par exemple la norme iso690 disponible sur https://www.zotero.org/styles?q=690 ), mais quel que soit le choix de présentation, le plus important est de la suivre tout au long de son travail. - Les logiciels de gestions de références bibliographiques permettent d’éditer une bibliographie sur Word ou Open Office en utilisant les normes prescrites par les différents éditeurs. Exemple : Zotero http://www.zotero.org/ ; Libguide BU AMU Zotero : http://bu.univ-amu.libguides.com/content.php?pid=588396
  43. 43. Avantages du choix du logiciel Zotero - Plug-in Firefox, gratuit, open source et extensible, installation facile - Utilisation individuelle et/ou collective (poste et/ou serveur), 300 Mo d’espace de stockage - Logiciel libre - Fort dynamisme de développement (mises à jour automatiques très fréquentes) - Intégration à d'autres logiciels (traitement de texte, sites, etc.) - Stocke des références sur le disque dur et / ou en ligne Synchronisation - Stocke et gère des références, les documents qu’elles décrivent, des captures de pages Web et des annotations de pages Web, et des liens vers des pages Web. - Développement pérenne assuré par des institutions reconnues (Centre for History and New Media ; George Mason University) et financé par des partenaires importants (United States Institute of Museum and Library Services, les fondations Andrew W. Mellon et Alfred P. Sloan).
  44. 44. Installer Zotero Utiliser une version à jour de Firefox Dernière version Zotero : 4.0. http://www.zotero.org/download/ Si nécessaire, autoriser l’installation du programme
  45. 45. Présentation générale de l’interface locale
  46. 46. Barre d’outils : ajouter, importer, modifier une référence Créer un nouveau dossier Ajouter un élément : •nouveau •À partir de son identifiant (ISBN, DOI, PMID) Attacher un fichier à une référence Importer des données par fichier
  47. 47. Collecter des références en ligne à partir de sites compatibles En cliquant sur l’icône Zotero… …on peut récupérer automatiquement les références d’une liste de résultats, ou d’un résultat sur certains sites compatibles (liste des sites compatibles: http://www.zotero.org/translators/) Ex: Web of Science, Science Direct, catalogue Koha, Google Scholar…
  48. 48. Collecter des références en ligne sur des sites non compatibles Ex : Techniques de l’ingénieur, importer le fichier de références (format RIS ou BibTeX), puis le télécharger avec l’icône « Actions »
  49. 49. Collecter des références: récupérer les métadonnées d’un PDF On peut rajouter des PDF à la bibliothèque Zotero en les faisant glisser depuis leur emplacement d’origine, vers la collection de la bibliothèque souhaitée.
  50. 50. Collecter des références: récupérer les métadonnées d’un PDF • Clic droit sur le PDF sélectionné, et installation d’un plugin la 1ère fois : - Recherche du PDF dans Google Scholar. - S’il le trouve, Zotero télécharge ses métadonnées et crée un nouvel élément, auquel il rattache le PDF.
  51. 51. Gestion des références : organiser sa bibliothèque en collections « Ma bibliothèque » Les collections: créer une nouvelle collection Classer / déplacer Une référence peut être classée dans plusieurs dossiers, mais elle existe en un seul exemplaire dans la bibliothèque
  52. 52. Gestion des références : affichage et tri Définir dans la barre d’outils les critères de tri des références :
  53. 53. Gestion des références : rechercher des références dans sa base Zotero a un moteur de recherche interne capable de rechercher des références à l’intérieur de "Ma bibliothèque" ou d’un dossier en particulier.
  54. 54. Gestion des références : supprimer des références Clic droit sur la référence à supprimer: Les références supprimées sont conservées dans la poubelle.
  55. 55. Citation rapide Insérer rapidement une citation et créer une bibliographie par glisser- déplacer (ou insérer seulement la référence en appuyant sur Shift) Paramétrer le style bibliographique, etc. dans « Préférences », puis « Exportation »
  56. 56. Interaction avec un traitement de texte Icônes disponibles (selon la version de Word) « Add/Edit citation » : Insertion de référence: lors de la 1ère insertion dans un document, il faut choisir son style. Choix de la référence (préférez la visualisation « classique », à paramétrer définitivement dans ses « Préférences »)
  57. 57. Interaction avec un traitement de texte Ajouter et éditer une référence Générer une bibliographie à partir de tous les éléments référencés (NB : si le style l’autorise) Éditer une bibliographie insérée dans le document (ajouter une référence non citée dans le texte par ex.) Refresh : mise à jour des citations et de la bibliographie pour répercuter les modifications faites dans la bibliothèque Modifie le choix de la norme bibliographique.
  58. 58. Installer un style bibliographique A partir du site : http://www.zotero.org/styles  Cliquer sur le titre du journal sélectionné > Cliquez sur « Installer»
  59. 59. Synchronisation avec l’espace serveur Zotero La synchronisation permet : - la copie des données d’une instance locale de Zotero vers un serveur distant - une utilisation nomade (sur plusieurs ordinateurs) - le partage de ses références avec des groupes privés ou publics Création d’un compte sur le site Web Zotero (300 Mo d’octets disponibles) :
  60. 60. 60 N’hésitez pas à poser des questions aux bibliothécaires : ils sont à votre service toute l’année, et peuvent vous former à l’utilisation et la gestion des différentes ressources. Vous pouvez nous retrouver en ligne sur le site de la bibliothèque http://bu.univ-amu.fr/ Ou sur la page Facebook des BU Eco-gestion : https://www.facebook.com/busciencesecoamu/ Mon contact : gaelle.lenfant@univ-amu.fr

Notes de l'éditeur

  • Ex dans Termsciences : cétones FR devient ketones en ENG
    Termsciences : Portail terminologique offrant la consultation de terminologies scientifiques multilingues = dictionnaire de traduction en 3 langues (français, anglais, espagnol).
    Pour les substances, nom systématique de la substance, son CAS registry number,
    Les «handbooks»et les manuels sont surtout utilisés dans le domaine des sciences, mais on en trouve aussi un certain nombre dans le domaine des sciences humaines et sociales.
    Ils donnent accès à une foule d'informations de base dans des domaines spécifiques telles :
    des informations factuelles
    statistiques (graphiques, tables, équivalences, etc.)
    procédures
    BUPMC
    Il existe différents types de documents:Ouvrage, périodique, série, thèseVersion papier ou version en ligneIls se distinguent par :
    •Le niveau de l’information
    •Les outils de recherche
    •Le mode de citation dans les bibliographies
    (lyon 1)
    Les documents sont multiples (Littérature primaire)
    Livres, revues, dictionnaires, encyclopédies, thèses, rapports, brevets, actes de congrès, normes, répertoires de substances (dites bases factuelles).
    Sous forme papier ou électronique
    La littérature secondaire
    Fonction de recensement (Bibliographies) ou de localisation (Catalogues)
    Outils spécifiques à Internet
    -Les moteurs de recherche : pas d’exhaustivité ; recherche en langage naturel ; résultats hétérogènes et de fiabilité variable
    -Les portails documentaires : sélectifs et ciblés. Cheminfo
    -Les plate – formes d’éditeur centrées sur la production de l’éditeur. ScienceDirect.
    Méthodologie de recherche : 1ère approche globale
    -Préciser les notions, le vocabulaire : dictionnaires, encyclopédies, bases factuelles
    -S’approprier le sujet, faire la synthèse des connaissances : encyclopédies spécialisées, handbooks, reviews
    -Creuser une problématique, vérifier des hypothèses : articles originaux, thèses, actes de congrès etc.
  • Handbook = données physico-chimiques sur les composés (pt d'ébullition, densité, données spectroscopiques), des données mathématiques (par exemple le calcul d'intégrales compliquées est donné... ).
    Les handbooks sont des manuels. Par exemple The handbook of infra-red spectroscopy ou Manuel de la spectroscopie infra-rouge est un livre qui aide à dépouiller les spectres infra-rouge car il comprend des tables de fréquences (longeurs d'ondes) et les attributions possibles...Ou CRC handbook of chemistry and physics toutes les propriétés physiques et chimiques des molécules organiques et inorganiques, en feuilletant la table des matières
    Donc ce sont des livre-outils, si j'ose dire, que tout chercheur doit avoir sous la main (selon sa spécialité) et qu'il peut utiliser soit pour accéder rapidement à certains informations (températures de changement d'état physique, potentiels standard, pKa,...) ou pour l'interprétation de ses résultats expérimentaux (attributions de bandes...).
    BUPMC
    Il existe différents types de documents:Ouvrage, périodique, série, thèseVersion papier ou version en ligneIls se distinguent par :
    •Le niveau de l’information
    •Les outils de recherche
    •Le mode de citation dans les bibliographies
    (lyon 1)
    Les documents sont multiples (Littérature primaire)
    Livres, revues, dictionnaires, encyclopédies, thèses, rapports, brevets, actes de congrès, normes, répertoires de substances (dites bases factuelles).
    Sous forme papier ou électronique
    La littérature secondaire
    Fonction de recensement (Bibliographies) ou de localisation (Catalogues)
    Outils spécifiques à Internet
    -Les moteurs de recherche : pas d’exhaustivité ; recherche en langage naturel ; résultats hétérogènes et de fiabilité variable
    -Les portails documentaires : sélectifs et ciblés. Cheminfo
    -Les plate – formes d’éditeur centrées sur la production de l’éditeur. ScienceDirect.
    Méthodologie de recherche : 1ère approche globale
    -Préciser les notions, le vocabulaire : dictionnaires, encyclopédies, bases factuelles
    -S’approprier le sujet, faire la synthèse des connaissances : encyclopédies spécialisées, handbooks, reviews
    -Creuser une problématique, vérifier des hypothèses : articles originaux, thèses, actes de congrès etc.
  • Les «handbooks»et les manuels sont surtout utilisés dans le domaine des sciences, mais on en trouve aussi un certain nombre dans le domaine des sciences humaines et sociales.
    Ils donnent accès à une foule d'informations de base dans des domaines spécifiques telles :
    des informations factuelles
    statistiques (graphiques, tables, équivalences, etc.)
    procédures
    BUPMC
    Il existe différents types de documents:Ouvrage, périodique, série, thèseVersion papier ou version en ligneIls se distinguent par :
    •Le niveau de l’information
    •Les outils de recherche
    •Le mode de citation dans les bibliographies
    (lyon 1)
    Les documents sont multiples (Littérature primaire)
    Livres, revues, dictionnaires, encyclopédies, thèses, rapports, brevets, actes de congrès, normes, répertoires de substances (dites bases factuelles).
    Sous forme papier ou électronique
    La littérature secondaire
    Fonction de recensement (Bibliographies) ou de localisation (Catalogues)
    Outils spécifiques à Internet
    -Les moteurs de recherche : pas d’exhaustivité ; recherche en langage naturel ; résultats hétérogènes et de fiabilité variable
    -Les portails documentaires : sélectifs et ciblés. Cheminfo
    -Les plate – formes d’éditeur centrées sur la production de l’éditeur. ScienceDirect.
    Méthodologie de recherche : 1ère approche globale
    -Préciser les notions, le vocabulaire : dictionnaires, encyclopédies, bases factuelles
    -S’approprier le sujet, faire la synthèse des connaissances : encyclopédies spécialisées, handbooks, reviews
    -Creuser une problématique, vérifier des hypothèses : articles originaux, thèses, actes de congrès etc.
  • Les «handbooks»et les manuels sont surtout utilisés dans le domaine des sciences, mais on en trouve aussi un certain nombre dans le domaine des sciences humaines et sociales.
    Ils donnent accès à une foule d'informations de base dans des domaines spécifiques telles :
    des informations factuelles
    statistiques (graphiques, tables, équivalences, etc.)
    procédures
    BUPMC
    Il existe différents types de documents:Ouvrage, périodique, série, thèseVersion papier ou version en ligneIls se distinguent par :
    •Le niveau de l’information
    •Les outils de recherche
    •Le mode de citation dans les bibliographies
    (lyon 1)
    Les documents sont multiples (Littérature primaire)
    Livres, revues, dictionnaires, encyclopédies, thèses, rapports, brevets, actes de congrès, normes, répertoires de substances (dites bases factuelles).
    Sous forme papier ou électronique
    La littérature secondaire
    Fonction de recensement (Bibliographies) ou de localisation (Catalogues)
    Outils spécifiques à Internet
    -Les moteurs de recherche : pas d’exhaustivité ; recherche en langage naturel ; résultats hétérogènes et de fiabilité variable
    -Les portails documentaires : sélectifs et ciblés. Cheminfo
    -Les plate – formes d’éditeur centrées sur la production de l’éditeur. ScienceDirect.
    Méthodologie de recherche : 1ère approche globale
    -Préciser les notions, le vocabulaire : dictionnaires, encyclopédies, bases factuelles
    -S’approprier le sujet, faire la synthèse des connaissances : encyclopédies spécialisées, handbooks, reviews
    -Creuser une problématique, vérifier des hypothèses : articles originaux, thèses, actes de congrès etc.
  • Gestion à distance de son compte lecteur : suivi et renouvellement de ses prêts / suivi de et modification des informations personnelles, suggestions d’achat…
  • Nous donne accès à nos collections imprimées (livres et périodiques)!!
  • Ensemble de données non indépendantes et structurées qui sont interrogeables par leur contenu, elles peuvent êtres :
    Factuelles : Elles proposent une réponse directe à une question, comme les bases de données de résultats d’expériences, Ex : Reaxys
    Bibliographiques : servent aux recherches documentaires des chercheurs, elles contiennent essentiellement du texte, fournissent des notices bibliographiques (fiches signalétiques propres à un document), les informations qu’elle proposent sont structurées, exhaustives dans un domaine.
    En texte intégral ou non
    - Elles répertorient la production éditoriale dans un domaine : elle permettent de retrouver des références de documents : majoritairement des articles de périodiques, mais aussi des séries, des actes de congrès et maintenant de plus en plus souvent des e-books ou chapitres de e-books.
    - Les références contiennent le titre de l’article, son auteur, la source (la revue
    dont est issu l’article) des mots-clés et un résumé.
    Mais elles ne contiennent pas la localisation du document.
    - Elles peuvent aussi offrir d’autres ressources : protocoles, recherche par dessin de molécules ou référence de produits chimiques…
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • L'accès aux Chemical Abstracts en ligne est contrôlé par adresse IP (6 accès simultanés pour Aix Marseille Université). Scifinder Scolar est le nom de l'interface de d'interrogation des Chemical Abstracts :
     https://scifinder.cas.org/scifinder (enregistrement nécessaire lors de la première connexion). L'accès hors campus aux CAS (par l'ENT) n'est pas possible.Le nombre d'accès simultanés étant limité, n'oubliez pas de vous déconnecter en quittant votre session.
    Chemical Abstracts CAPLUS (depuis 1907): les sources incluent des journaux, des brevets, des
    rapports de conference, des rapports techniques, des livres, ...
    · Medline. (depuis 1950): Documents biomedicaux de plus de 4.800 journaux et de 70 pays.
    On y trouve :
    · Plus de 21 millions de références bibliographiques en chimie depuis 1907. Principalement
    des articles de pointe, des brevets et des articles de synthese (reviews).
    · Plus de 38 millions de substances chimiques découvertes depuis 1957. Dont 60% de
    composes organiques.
  • Accès au texte intégral des articles depuis 1997 pour une majorité de revues, depuis 1998 pour les titres les plus récents. Pas d’accès aux ouvrages en ligne
  • Accès au texte intégral des articles depuis 1997 pour une majorité de revues, depuis 1998 pour les titres les plus récents. Pas d’accès aux ouvrages en ligne
  • ScienceDirect  permet la recherche et l’accès au texte intégral des articles parus depuis 1995 dans près de 1900 revues publiées ou diffusées par Elsevier dont 1635 titres vivants : données de l'année en cours et archives dans toutes les disciplines.  Attention : le Service Commun de la Documentation n’est pas abonné à l’intégralité du catalogue de l’éditeur, aussi certains documents (E-books, Series, certaines revues…) ne sont pas consultables en texte intégral : possibilité de rechercher des références uniquement, avec résumés mais sans accès au texte intégral, pour tous types de documents et pour des années antérieures.
    Période couverte : depuis 1966 pour certains titres; 2500 titres de journaux et 9 millions de docs en texte intégral (selon les abonnements)
    Les utilisateurs ont un accès illimité à tous les résumés et textes intégraux des revues auxquelles leur institution est abonnée. Les articles des revues auxquelles ils ne sont pas abonnés sont disponibles à condition de payer un supplément ou par le PEB.
    Accès : Par reconnaissance IP
    à partir des sites des SCD :
    U1 : http://gsite.univ-provence.fr/gsite/document.php?project=scd
    U2 : http://bu.univmed.fr/flora/servlet/LoginServlet
    U3 : http://flora.univ-cezanne.fr/flora/servlet/LoginServlet
    directement sur le site http://www.sciencedirect.com
    Par accès distant
    Mentionner le coût et l’existence d’un boycott dans la communauté scientifique
  • Les brevets peuvent être signalés dans les bdd bibliographiques, on a vu que les brevets représentent 16 % de la base Scifinder. On peut aussi utiliser les BDD spécialisées tenues à jour par les organismes nationaux, responsables du dépôt et de la déclaration des brevets. (accès au doc primaire le + souvent gratuitement).
    Il est important de noter qu’il existe un délai de 18 mois entre le moment où l’on fait une demande de brevet et la date de publication de cette demande. Pourquoi rechercher un brevet : faire le point sur l’avancement de la technique dans un secteur donné + recherche d’antériorité : ne pas réinventer ce qui est déjà connu + liberté d’exploitation (un produit existe déjà, peut-on l’exploiter librement?)
    http://bibli.ec-lyon.fr/sites/bibli.ec-lyon.fr/files/supports/2010-utiliser-espacenet.pdf
    Un brevet est un titre juridique qui protège une invention technique pendant une période limitée (en général 20 ans)
    •Il confère à son titulaire le droit d’empêcher des tiers d’exploiter l’invention dans les pays pour lesquels il a été délivré
    •Le brevet protège une innovation technique : un produit ou un procédé qui apporte une solution technique à un problème technique donné
    •Le brevet ne protège pas une idée mais les moyens techniques mis en œuvre pour la concrétiser.
    •L’invention doit présenter une nouveauté, une innovation qui peut avoir une application industrielle
    Le contenu d’un brevet est gardé secret durant 18 mois :Dépôt du brevet
    Après 18 mois : publication du dépôt
    Après 24 mois : délivrance du brevet
    Les brevets ne sont confidentiels que jusqu’à leur publication. Chacun peut ensuite tirer parti des informations qu’ils contiennent
    80 % de l’information technique apparaît dans les brevets
    •la lecture du brevet doit permettre de réaliser l'invention
    • systématique :
    •tous les domaines de la technique sont concernés• toutes les demandes de brevets sont publiées 18 mois après la date de dépôt ou de priorité
    •indexée :
    • des outils de recherche performants
    • de nombreux accès
    • une Classification technique internationale
    • de nombreux critères de recherche
    Procédure PCT : traité de coopération en matière de brevets: Le traité permet de demander la protection d'un brevet pour une invention simultanément dans un grand nombre de pays en déposant une demande "internationale" de brevet.
    NB l’accès par ep.espacenet est préférable à l’accès fr.espacenet car il y a plus de résultats (60>4millions de brevets).
    Les 2 dernières années de publication
    pour 16 pays européens, l’OEB, l’OMPI
    +
    + de 30 millions de brevets du monde
  • En préalable, quelques mots sur la validation des travaux de recherche.
    Tout article qu’un chercheur souhaite publier doit faire l’objet d’une validation par la communauté scientifique et, dans le modèle économique classique, ce label est de fait attribué par les comités de rédaction scientifique, qui président au choix des articles pour le compte des revues scientifiques commercialisées les plus prestigieuses. Il convient aussi de noter que les chercheurs ne sont pas payés par les éditeurs pour la publication de leurs travaux.
    Qu’est – ce que le mouvement de l’Open Access ?
    Ce mouvement est né en 1991 dans un laboratoire de physique des hautes énergies de l’Université de Los Alamos. L’intention des chercheurs étaient alors d’anticiper la publication des articles pour accélérer la circulation d’information entre eux. Sur le serveur de leur laboratoire, ils ont ainsi créé – et rendu accessible à la communauté internationale - une base d’articles dans leur état de prépublication (On parle de Preprint). A cette étape rédactionnelle, l’article a la validation du laboratoire mais il n’a pas encore reçu le label du comité de rédaction d’une revue commercialisée. Cette base existe toujours, elle s’est aussi diversifiée ; elle s’appelle ArXiv.
    Au cours des temps se sont ajoutées d’autres préoccupations, plus économiques, marquées notamment par la volonté d’autoriser une réappropriation gratuite par les chercheurs de l’information qu’ils produisent eux – mêmes.
    Ce mouvement est maintenant encouragé par certains états comme l’Allemagne ou la France avec la base Hyper article en ligne (HAL).
    Les éditeurs ont des positions différentes. Certains jouent le jeu. Ce qui explique que l’on puisse avoir pour un même document plusieurs versions : une ou plusieurs versions du preprint si, suite aux échanges, l’auteur a modifié le contenu de son article ; puis la version publiée qui apparaît soit en en tant que telle, soit sous forme de lien vers le site de l’éditeur.
    En ce qui concerne HAL :
    Il s’agit donc d’une initiative française placée sous la responsabilité du CNRS. Hyper article en ligne regroupe plusieurs sous – bases, notamment TEL qui regroupe un certain nombre de thèses. Il s’agit encore pour l’instant d’une démarche volontaire qui fonctionne plus ou moins bien selon les communautés. Actuellement les disciplines les plus représentées sont : la physique, l’informatique, les sciences humaines et sociales, les mathématiques et les sciences économiques.
  • Objectif :
    -Savoir évaluer la qualité et la pertinence des informations trouvées sur Internet
    -Développer un regard critique sur l’information
    L’utilisation de signets, sélectionnés par des professionnels (bu, institutitons de recherche) permet d’éviter des sites dépourvus de garanties
    Exalead permet, comme la majorité des moteurs de recherche actuels, la recherche de sons et de vidéos, mais son originalité vient des fonctions avancées, comme la prévisualisation des résultats de recherche, l'affichage de captures d'écran de chaque résultat, mais aussi la possibilité d'affiner les résultats de la recherche selon des critères de localité, types de documents et termes associés. Enfin, il permet de créer et gérer une sélection de sites favoris disponible directement sur la page d'accueil, permettant en un clic d'aller sur ses pages préférées (une image réduite de chacun des sites leur est associée).
    L'option type de recherche permet une recherche phonétique qui s'avère pratique lorsque l'on ne connaît pas l'orthographe du mot. Pour les téméraires, Exalead permet une recherche par expressions rationnelles, ce qui peut être utile, par exemple, aux cruciverbistes.
    Exalead a également mis au point un moteur de recherche pour Wikipedia qui permet la navigation dans l'encyclopédie grâce à un nuage de mots clefs (catégories, termes associés, personnes, lieux, et organisations).
    Exalead fait partie du programme français Quaero au sein duquel elle est responsable du projet de moteur de recherche.
  • Google Scholar trouve des articles et des citations d’articles
     Un article très cité arrive en tête de liste. La citation de ses articles est essentielle pour la carrière d’un chercheur – mais les algorithmes utilisés pour le calcul demeurent obscurs (confidentiels) !
     Le tri tient aussi compte du contenu du texte de l'article (nombre d’occurrences des mots cherchés), de l'auteur, de la publication dans laquelle l'article est paru.
    Pas de troncature possible.
    Utiliser les opérateurs+ - OR « » intitle: author
    Le moteur de recherche Google Scholar (si temps disponible)
    GoogleScholar n’est ni plus ni moins un moteur de recherche lancé par Google en 2004 et spécialisé dans l’exploration des articles scientifiques.
    Il s’apparente à une bibliographie sans pouvoir en porter le nom.
    En effet, les notices recensées proviennent soit d’éditeurs scientifiques, soit de bases bibliographiques comme Pubmed / Medline, soit de serveurs comme celui de l’INIST mais GoogleScholar n’affiche pas ses sources et on ignore donc tout du taux de recouvrement de ce moteur par rapport à la production scientifique. Par ailleurs, il n’y a aucune des valeurs ajoutées proposées par les bases bibliographiques : pas d’indexation en vocabulaire contrôlé, pas de possibilité de trier les résultats par date, aucun lien avec les bases de substances.
    Comme ailleurs, le lien vers le plein texte de l’article ne sera possible que si la plate – forme de l’éditeur reconnaît l’adresse IP qui se connecte.
    [Connexion à http://scholar.google.com/advanced_scholar_search
    Et interrogation sur beta lactone par l’index With the exact phrase, avec restriction à une période, par exemple 2005 à 2009]
    Le lien principal permet de basculer sur la plate – forme de l’éditeur.
    Le lien Cité x fois permet de basculer vers les articles qui citent l’article choisi
    Le lien Autres articles permet de basculer vers d’autres articles portant sur le même sujet. Google Scholar active alors un algorithme qui travaille à partir des mots du titre de l’article repéré et de leur fréquence dans d’autres titres.
    Le lien x versions permet d’afficher toutes les sources pour l’article repéré (une ou plusieurs bibliographies, la plate – forme de l’éditeur, pour les livres une bibliothèque etc.)
    La recherche par nom d’auteur.
    Il est préférable d’interroger sur le nom + les initiales du prénom uniquement. En effet Google Scholar a construit son index à partir de ces clés, même si les prénoms de l’auteur sont développés dans l’article.
    Par ailleurs il convient de saisir l’ensemble entre guillemets, indifféremment dans l’ordre Nom + Initiale du prénom ou Initiale du prénom + nom. Si on ne mentionne pas les guillemets, les recherches sur l’initiale du prénom et sur le nom seront
    Page de résultats : : les URL et ce qu’elles peuvent nous apprendre
    La gratuité et sa simplicité d’utilisation de GS l’ont cependant rendu très populaire. Personnellement, je le conseillerais pour une recherche basique d’informations ou pour retrouver rapidement une référence bibliographique manquante, mais pas pour un véritable travail de recherche approfondi
    GoogleScholar  (lancé fin 2004) permet, à partir d’un emplacement unique, de rechercher (grâce à une interface de recherche limitée) un grand nombre de domaines et de sources : articles revus par des comités de lecture, thèses, livres, résumés analytiques et documents de travail. Ces travaux peuvent provenir de sources telles que des éditeurs scientifiques, des sociétés savantes, des référentiels de prépublication, des universités et d’autres organisations de recherche.
    Cependant la couverture réelle de Google Scholar (GS) n’est pas connue précisément et certains ont critiqué la qualité des résultats des recherches, qui n’atteindrait pas celle des bases de données classiques (lire à ce propos l’article de P. Jacso). La critique principale faite à GS est donc le fait que n’importe quel document ayant plus ou moins l’apparence d’un article scientifique (avec un auteur, une institution, un titre et une source) mais sans garantie de fiabilité peut apparaître dans les résultats.Le fait que GS indique le nombre de citations des travaux et qu’il puisse être utilisé comme outil de bibliométrie incite en outre à la prudence dans son utilisation. Cyril Labbé (maître de confé­rence en science informatique à l’université Joseph Fourier, Grenoble 1) a d’ailleurs démontré avec brio la faiblesse de GS dans ce domaine en créant un chercheur fictif (Ike Antkare) et en lui associant des travaux certes réels mais complétement farfelus (générés aléatoirement par un logiciel). Résultat : quelques temps après, Ike Antkare est l’un des 100 scien­ti­fiques les plus renom­més dans le monde ! (lire à ce sujet l’article “Ike Antkare : le chercheur renommé… qui n’existe pas”).
     http://toupourleco.wordpress.com/2011/06/07/scirus-google-scholar/
    INIST : Moteur de recherche spécialisé sur la recherche de documents scientifiques et universitaires
    4 types de documents :
    1/Référence « normale », lien vers une référence bibliographique et accès au moins au résumé de l’article
    2/Lien direct vers le texte intégral d’un article, avec mention du format (doc, pdf...)
    3/[CITATION] signale qu’il s’agit d’une citation dans un article (n’est pas attachée à un lien)
    4/ [LIVRE] signale un ouvrage. Les livres sont souvent indisponibles en texte intégral mais il est possible de les localiser dans une
    bibliothèque à partir du lien « Library search ».
    revues scientifiques à comité de lecture
    Classement des résultats basé sur le nombre de citations
    Possibilité de ne sélectionner que les documents les plus récents
    Possibilité de créer une alerte par mail mais pas de RSS
  • La qualité du document repéré convient-elle à un travail d’étude universitaire? Le niveau est-il approprié à votre travail? Est-ce que le site articule de l’information de type recherche/éducation avec un pdt commercial?
    Le site est-il mis à jour, la page datée et signée? Y-a-t-il suffisamment de références à d’autres travaux? S’agit-il d’une source stable, produite et mise à jour par un organisme reconnu, une université? Les auteurs du site sont-ils des chercheurs ou des spécialistes dans ce domaine? Appartiennent-ils à des institutions des organismes reconnus? Peut-on vérifier leurs qualités et identifier établissment de rattachement? Peut-on trouver certaines de leurs publications dans des livres, périodiques?
    Si la page est trouvée à l’aide d’un moteur de recherche, elle apparaît sortie de son contexte, ne pas hésiter à remonter jusqu’à la page d’accueil du site pour bien vérifier l’appartenance de la page
  • Objectif :
    Savoir organiser et présenter une bibliographie
    Savoir exploiter ses références bibliographiques
    Honnêteté scientifique : mentionner les sources qui ont permis de faire votre travail.
    • Validation: permettre à la personne qui vous lit de vérifier ce que vous dites
    • Évaluation : montrer que vous avez étudié la question correctement
    • Élargissement : permettre à ceux qui lisent votre travail d’approfondir
    notion de plagiat
    Plagier v. tr.: Copier (un auteur) en s’attribuant indûment des passages de son œuvre. Syn: imiter, piller
    Petit Robert de la Langue Française, 2006
     Rendu très facile par le développement du Web: beaucoup d’information à disposition que l’on peut copier en trois « clics »
    Tout aussi facile à détecter: de multiples outils disponibles (eux aussi) sur le Web
     Interdit et santionné par la loi, assimilable à de la contrefaçon, sera sanctionné dans la rédaction des mémoires
    La parade : citer correctement ses sources!
     Deux diaporamas pour en savoir plus:
    http://plagiat.ec-lille.fr/Amphi_Plagiat.html Cours de Rémi Bachelet pour Centrale Lille
    http://www.bibliotheques.uqam.ca/plagiat
    html Vidéo de l’université de Montréal
  • Ex : « En février 2011, une étudiante en master 2 de Paris 2-Assas a écopé d’une année d’exclusion pour avoir reproduit dans son mémoire, "plusieurs passages reprennent textuellement ou de manière grossièrement approximative le contenu d’un article ». Un étudiant en thèse de doctorat a été condamné à l’exclusion définitive de tout établissement public d’enseignement supérieur car "45 passages de la thèse provenaient de plagiats de données contenues dans des sites internet (l’étudiant )
  • - Tous les auteurs d’un document sont cités sous la forme :
    Nom, Initiales du prénom suivies d’un point.
    Quand il y a plusieurs auteurs, le premier est celui qui apparaît le premier sur le document. Les autres auteurs sont introduits par une virgule, sauf celui qui clôt la liste qui est introduit par la coordination et
    Les différents champs de la notice sont séparés par une virgule; le 1er caractère du champ prend une majuscule
  • Plug-in = extension
    Capacité de la base: 300 Mo
    Utilisation sur iPhone: Users can currently edit and view their Zotero libraries, add new items, and work offline. Future releases promise even more functionality. (http://www.zotero.org/blog/zotero-apps-go-mobile/)
    (http://www.inrp.fr/vst/blog/2009/06/17/gestion-de-bibliographies-zotero-incontournable/) Il est assez facile d’imaginer les possibilités offertes par ce service : des groupes de travail restreints peuvent collaborer facilement ; des groupes de recherche peuvent alimenter collectivement une base de données ; les notices d’autres groupes peuvent être utilisées, etc.
    Zotero  synchronise en temps réel ce que nous faisons depuis notre navigateur avec le serveur. Cela signifie qu’il n’y a pas besoin d’aller sur le site web de Zotero pour profiter des possibilités de partage et d’échange. Tout se fait depuis cette extension, rendant ainsi son utilisation très transparente et ergonomique.
    Pour ceux qui ont une utilisation « nomade » de l’ordinateur (qui n’ont pas forcément d’ordinateur attitré) et qui souhaiteraient avoir une version portable, c’est possible dans la mesure où ce logiciel dépend du navigateur Firefox, qui lui existe en version portable (fonctionnement autonome sur une clé usb).
  • Version 2.1 :version stable, officielle
    Une installation en 3 étapes:
    -Installer Firefox sur votre ordinateur
    -Ajouter zotero depuis la page d’accueil du site officiel zotero.org
    -Insérer la barre d’outil « zotero » dans votre traitement de texte
    L’installation est simple, il s’agit de deux module complémentaire de Firefox (zotero et zotero Winword intergration). Cependant, faites attention à :
    Bien vérifier que vous avez le droit d’installer des logiciel sur le poste
    Cliquer sur « autoriser » suite au téléchargement du module
    Bien penser à redémarrer Firefox et le traitement de texte après l’installation afin que les modifications soient prises en compte.
  • Colonne de gauche: contient par défaut le dossier "Ma bibliothèque" dans lequel se trouvent toutes les références: Affiche la liste de l’ensemble des dossiers et sous-dossiers (ou collections et sous-collections) créés par l’utilisateur pour classer les références. Contient la corbeille et un dossier "Unfiled Items" dans lequel sont placées les références n’appartenant à aucun dossier.
    Colonne du milieu : Affiche le contenu du dossier ou sous-dossier sélectionné dans la colonne de gauche.
    Colonne de droite: Affiche le détail des éléments de la référence bibliographique courante sélectionnée dans la colonne du milieu. Gestion des valeurs ajoutées aux références : infos, notes, pièces jointes, marqueurs ou tags, etc.
    Tester les différentes manières d’ouvrir et fermer Zotero (savoir « où il est »)
    Activer et désactiver le mode plein écran (pour éviter les personnes « bloquées » par le mode plein écran activé involontairement)
    Ouvrir et fermer les colonnes, faire varier leurs tailles…
    Présenter l’organisation générale de Zotero: trois colonnes, une barre d’outils contenant une barre de recherche
    Détailler l’utilité des trois colonnes:
    La colonne des « collections » : contient l’arborescence, l’organisation de la base et le dossier spécial « Ma Bibliothèque »
    La colonne « liste des références » affiche le contenu d’une collection ou le résultat d’une recherche
    La colonne « détails » affiche le détail d’une référence sélectionnée dans la colonne « liste des références ».
    La colonne « liste des références » possède des options de tri. Il est possible d’afficher ou retirer des options de tri (les présenter rapidement et notamment le « + »)
    La colonne « détails » se subdivises en trois onglets: info (notice bibliographique), notes (liste des notes associées), marqueurs (listes des mots clés libres ou Tags) et connexe (connexions entre articles, semblable à « documents en relations » dans PubMed)
    La barre d’outil se divise en quatre grandes zones (dont le détail sera vu plus tard):
    Tout à gauche: créer une collection, créer un groupe
    Au milieu à gauche: les boutons les plus importants (création de notices, fichiers joints…)
    Au milieu à droite: la barre de recherche rapide et le bouton recherche avancée
    Tout à droite: mode plein écran, synchronisation, fermer
  • Créer un élément à partir d’un livre
    Créer un élément à partir de la page d’accueil d’un site
    Utiliser la baguette magique pour créer un élément (ISBN, DOI et PMID). Ex: 2707159336
    Se rendre sur un site compatible (ex le Sudoc) et importer une référence ou un groupe de référence
    Importer des références au format BibTex depuis un catalogue non compatible : Neurodoc (SIGB PMB)
    Ajouter un fichier à un élément
  • Souvent quand on travaille sur une biblio, on a des dossiers « à lire » des pdf qu’on nous envoie, etc…pour les intégrer à la bib zotero:
    On les fait glisser depuis leur emplacement d’origine.
  • installer pdftotext et pdfinfo la 1 ère fois. Marche bien sur Science Direct, Hal, Google Scholar.
  • Créer des dossiers (collections) et des sous-dossiers (glisser-déplacer les dossiers pour créer une arborescence)
    • Une référence peut être classée dans plusieurs dossiers, mais elle existe en un
    seul exemplaire dans la bibliothèque (i. e. les dossiers sont comme des vues
    différentes sur une référence unique)
    glisser ≠ copier
    • Pour modifier le classement d’une référence, il faut la faire glisser dans son
    dossier de destination ET la retirer de son dossier d’origine
    glisser ≠ déplacer
    « Ma bibliothèque » est une collection spéciale.
    Elle ne peut être renommée ou supprimée.
    Tout élément téléchargé sera déversé dans ce dossier (en plus de la collection en cours d’utilisation).
    Les « Collections »
    Ce sont les dossiers et sous dossiers que vous créez pour ranger vos éléments :
    Pour créer une nouvelle collection, utilisez le bouton Nouvelle collection . Indiquez le titre de votre collection.
    Pour créer une sous collection, il suffit de déplacer (glisser-déposer) un dossier dans un autre et de créer ainsi une arborescence.
    Pour renommer ou supprimer une collection, utilisez le menu contextuel (clic-droit de la souris)
    Vous ne pouvez pas glisser plus d’une fois le même élément dans une collection (pas de doublons).
    Un élément supprimé dans une collection est toujours disponible dans Ma bibliothèque .
    Un élément peut être classé dans plusieurs collections différentes.
    Attention: les doublons sont possibles lors du téléchargement des références. Pour supprimer définitivement un élément, utiliser le menu contextuel (riondet enssib)
    Créer des dossiers (collections) et des sous-dossiers (glisser-déplacer les dossiers pour créer une arborescence)
    • Une référence peut être classée dans plusieurs dossiers, mais elle existe en un seul exemplaire dans la bibliothèque (i. e. les dossiers sont comme des vues différentes sur une référence unique)
    glisser ≠ copier
    • Pour modifier le classement d’une référence, il faut la faire glisser dans son dossier de destination ET la retirer de son dossier d’origine
    glisser ≠ déplacer (upmc)
  • La date d’ajout dans la bib zotero est intéressante
  • Sélectionnez le dossier dans lequel vous souhaitez effectuer une recherche puis saisissez le ou les termes recherchés dans la fenêtre. La recherche porte sur l’ensemble des champs d’une référence, y compris les marqueurs (mots-clés).
  • (gallezot) Astuce: mettre un espace en plus dans Word pour laisser un espace après la citation.
    (riondet-enssib) Première utilisation : créer une bibliographie simple
    Deuxième utilisation : insertion dans un texte en cours de rédaction (citation)
    Lors de la première insertion dans un document, Zotero demande à préciser le style utilisé.
    Les préférences du document permettent:
    De modifier le style utilisé
    Dans certains cas, le style utilisé permet de choisir comment s’affichent les références (en note de bas de page ou en fin de document)
    Formater en utilisant: champs & marque-page sont des options de sauvegarde des fichiers Microsoft Word. Les champs sont des éléments de code utilisé dans le publipostage par exemple.
    Attention aux changement de style intempestifs: ils ont tendance à provoquer des bugs
    Les fichiers Word contenant trop de Macros peuvent générer des bugs lors de la manipulation de style.
    Il est possible de citer plusieurs sources au même moment avec l’option « Sources multiples »
    Les options  « préfixe » et « suffixe » vous permettent d’ajouter des caractères avant ou après la citation
    « Montrer l’éditeur » permet d’éditer la citation
    « Supprimer l’auteur » est utilisé dans les format « Auteur-date » pour supprimer le nom d’auteur dans la citation sans avoir à changer de style.
  • (BIS 2011) Placez le curseur à l’endroit où vous souhaitez insérer la bibliographie, puis cliquez sur le bouton « Zotero Insert Bibliography ».
    La bibliographie sera formatée selon la norme choisie lors de l’insertion de la première référence.
    Avec « Zotero Refresh », vous pouvez actualiser votre bibliographie en intégrant les nouvelles références que vous auriez ajoutées à votre texte.
    Après avoir édité votre bibliographie, vous pouvez la modifier : en cliquant sur le bouton « Zotero Edit Bibliography », vous pouvez modifier les références ou en ajouter de nouvelles.
    En positionnant votre curseur dans la zone de la bibliographie (celle-ci apparaît alors en grisé), vous pouvez également
    supprimer une référence.
    Le bouton « Zotero Set Doc Prefs » vous permet enfin de modifier le choix de la norme bibliographique.
    Sélectionner des éléments puis « clic droit »
    Sélectionner une référence et la faire glisser dans Word.
    Rédiger un paragraphe et y insérer des références.
    Se placer en fin de rédaction puis insérer la bibliographie
    Modifier les « préférences du document »
    Supprimer les macros (Zotero Remove Codes)
    Fermer Firefox puis essayer à nouveau : que se passe-t-il?
  • Se créer un compte sur Zotero.org
    Entrer dans les préférences et renseigner ses log/mot de passe
    Synchroniser
    Créer un groupe
    Partager des données
    Il est assez facile d’imaginer les possibilités offertes par ce service : des groupes de travail restreints(labo) peuvent collaborer facilement; Ex un labo recense ses publications ; des groupes de recherche peuvent alimenter collectivement une base de données ; les notices d’autres groupes peuvent être utilisées.
    Zotero  synchronise en temps réel ce que nous faisons depuis notre navigateur avec le serveur. Cela signifie qu’il n’y a pas besoin d’aller sur le site web de Zotero pour profiter des possibilités de partage et d’échange. Tout se fait depuis cette extension, rendant ainsi son utilisation très transparente et ergonomique.
    Pour ceux qui ont une utilisation « nomade » de l’ordinateur (qui n’ont pas forcément d’ordinateur attitré) et qui souhaiteraient avoir une version portable, c’est possible dans la mesure où ce logiciel dépend du navigateur Firefox, qui lui existe en version portable (fonctionnement autonome sur une clé usb).

×