HEM – Rabat
Université Citoyenne
Le modèle de développement
de l’économie marocaine,
Est-il porteur d’émergence?
Najib Ake...
En guise d’introduction:
C’est quoi l’émergence?
Le concept apparaît dans les années 80
(marchés émergents…)
On appelle Pa...
En guise d’introduction:
C’est quoi l’émergence?
Critères pour définir les pays émergents:
1. Revenu intermédiaire en ppa ...
En guise d’introduction:
Défis de l’émergence?
Les Défis que doit gagner le Maroc pour devenir
« émergent » (selon le mini...
Plan
En guise d’introduction: C’est quoi l’émergence?
1. Des choix et des politiques cinquantenaires
1. Où en sommes-nous ...
1. Des choix et des politiques
cinquantenaires
Dès le « tournant » du début des années 60 (règne
de Hassan II, crise finan...
1. Des choix et des politiques
cinquantenaires
Ces choix stratégiques, sans cesse confirmés
et confortés depuis, reposent ...
1. Des choix et des politiques
cinquantenaires
les priorités sectorielles sont peu à peu affinées pour
mieux s’inscrire da...
1. Des choix et des politiques
cinquantenaires
Au service de ces choix stratégiques, l’Etat a
mobilisé des ressources et d...
Moyens et politiques mobilisés
 Infrastructures de soutien au secteur privé: barrages,
ports & aéroports, autoroutes, zon...
2. Où en sommes-nous aujourd’hui?
O
Globalement:
 Une croissance encore faible
et volatile
 Un développement humain médi...
Où en sommes-nous?
Un PIB par tête encore faible ($/tête, 2009-2013)
Chili 15 732
Turquie 10 946
Malaisie 10 514
Thailande...
Une croissance faible et volatile
Evolution du PIB et contribution du PIBA
-10
-5
0
5
10
15
1981 1983 1985 1987 1989 1991 ...
Evolution du PIB aux prix constants (en %)
C.A.E
Source: Rapport FAB - CAE
TauxdecroissanceréelduPIB/HabitantnécessaireauMarocpouratteindre
unPIB/habitantde:
Horizon...
Où en sommes-nous?
Un IDH toujours défavorable
R Pays IDH PIBppa (2013)
1. Norvège 0.944 63 909 $/h (ppa)
41. Chili 0.822 ...
Où en sommes-nous?
A cet état de fait s’ajoutent aujourd’hui au
moins trois menaces qui raisonnent comme
des « bombes à re...
Où en sommes-nous?
Des ressources naturelles limitées et de plus
en plus menacées:
 Des terres cultivables réduites, d’où...
Où en sommes-nous?
Inégalités sociales et spatiales
Qu’en dire après la reconnaissance au plus haut
sommet de l’Etat, dura...
Partage de la valeur ajoutée
Salaires; 34,6
EBE & RMB;
64,4
Autres; 1
Source: HCP
Où en sommes-nous?
Inégalités régionales:
4 régions sur 16 créent environ la moitié de la
richesse nationale, soit 48,9% d...
Où en sommes-nous?
Endettement public…
Est-ce un éternel recommencement, les mêmes causes
continuant toujours de produire ...
Part des recettes fiscales dans le
financement des dépenses du BGE
1980 - 2015
60% 63%
85%
79% 82%
70% 66%
60% 60% 59% 58%...
Evolution du solde budgétaire en % du PIB
Dette publique totale (Mds DH)
0
100
200
300
400
500
600
Dette ext
Dette
Dette totale
La dette publique aujourd’hui
La dette publique devrait atteindre fin 2014:
 730 MdDh, soit 81% du PIB
 Autant par tête,...
Dette et service de la dette
Au niveau du BGE: l’impasse?
Emprunts nouveaux: 66 MdsDH, soit 25%
des recettes du BGE
Serv...
Pourtant, une économie
qui ne manque pas d’atouts…
 Une position géostratégique enviable
 Une proximité de l’Europe util...
3. Des choix ratés
et des paris perdus
Pourquoi ?!
… Principalement parce que les choix stratégiques
ont été ratés et les ...
3.1. Une économie de marché?
Le «privé», moteur du développement?
Une économie de marché?
La rente, ou l’entente – et non ...
3.1. Le «privé»,
moteur du développement?
Le secteur privé, moteur de l’investissement?
Les faits montrent que le principa...
Evolution de la FBCF, et des
investissements publics et privés
0
50
100
150
200
250
300
FBCF
Invest
Public
Invest Privé
Md...
Evolution et composition
du taux d’investissement
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008...
Part de l’investissement public
dans l’investissement total (en %)
0
10
20
30
40
50
60
70
2000 2001 2002 2003 2004 2005 20...
3.1. Le «privé»,
moteur du développement?
 Le taux d’investissement a augmenté certes, mais le problème
est au niveau du ...
Evolution du taux d’investissement
et du taux de croissance (du PIB)
0
5
10
15
20
25
30
35
40
45
2000 2001 2002 2003 2004 ...
3.1. Le «privé»,
moteur du développement?
Le secteur privé, créateur d’emplois?
Chômage: 9-10% ? Avec 14-15% en MU et 3-4%...
Création d’emplois par secteur d’activité
entre 2002 et 2013 (en milliers)
Evolution de la croissance économique et
de l’emploi entre 1999 et 2013
3.2. La croissance « tirée »
par le commerce extérieur?
Alors que le Maroc est largement ouvert…
• Est membre actif de l’O...
3.2. Contribution à la croissance
des principales composantes de la demande
3.2. La croissance « tirée »
par le commerce extérieur?
Contribution à la croissance des éléments de la
demande globale:
2...
Evolution de la balance commerciale
Importations et exportations:
Décrochage…
0
10
20
30
40
50
60
70
1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 199820002002...
Parts des exportations et des importations
réalisées dans le cadre des ALE
Contribution des ALE
au déficit commercial global
Sommes-nous encore un pays exportateur?
 70% des exports: Admissions temporaires…
Seules 30% des exports sont « réelles »...
Part de marché
(Part du Maroc dans le commerce mondial)
IDE au Maroc par pays…
… et par secteur
4. La gouvernance,
obstacle au développement
Une « gouvernance » contreproductive…
 Les choix économiques stratégiques so...
4. La gouvernance,
obstacle au développement
Légitimité – Responsabilité – Redevabilité
C’est cette équation qui fait du S...
En guise de conclusion:
De l’urgence des grandes réformes
Depuis le Rapport du Cinquantenaire au moins, le
Diagnostic est ...
A titre indicatif,
les réformes à l’ordre du jour…
 Education – Justice – Administration
 Economie de rente
 Caisse de ...
En guise de conclusion,
Cette interrogation de Hassan El Fad,
pleine de bon sens, à méditer…
Merci de votre
attention
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

S minaire m__akesbi_najib

688 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
688
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
5
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

S minaire m__akesbi_najib

  1. 1. HEM – Rabat Université Citoyenne Le modèle de développement de l’économie marocaine, Est-il porteur d’émergence? Najib Akesbi, IAV H2 Rabat, 24 Janvier 2015
  2. 2. En guise d’introduction: C’est quoi l’émergence? Le concept apparaît dans les années 80 (marchés émergents…) On appelle Pays émergents ceux ayant un PIB < à celui des PD, mais qui connaissent une croissance économique rapide, et dont le niveau de vie ainsi que les structures économiques convergent vers celles des PD (au double niveau quantitatif et qualitatif (complexification / diversification de l’économie et de la société, en rupture avec l’ancien modèle…)
  3. 3. En guise d’introduction: C’est quoi l’émergence? Critères pour définir les pays émergents: 1. Revenu intermédiaire en ppa / hab compris entre 10 et 75% du revenu moyen de l’UE 2. Croissance et rattrapage économique (croissance > moyenne mondiale pendant plus d’une décennie…) 3. Transformations institutionnelles et ouverture économique (changements profonds accentuant l’intégration à l’économie mondiale)
  4. 4. En guise d’introduction: Défis de l’émergence? Les Défis que doit gagner le Maroc pour devenir « émergent » (selon le ministre Seddiki):  Réussir l’Education, formation, recherche…  Limiter le déficit du Commerce extérieur  Réhabiliter la valeur du travail face à la rente  Crédibiliser le Politique…  Appréhender le temps en facteur de production
  5. 5. Plan En guise d’introduction: C’est quoi l’émergence? 1. Des choix et des politiques cinquantenaires 1. Où en sommes-nous aujourd’hui? 3. Des choix ratés et des paris perdus 4. La gouvernance, obstacle au développement En guise de conclusion: De l’urgence des grandes réformes
  6. 6. 1. Des choix et des politiques cinquantenaires Dès le « tournant » du début des années 60 (règne de Hassan II, crise financière et missions FMI-BM de 1964…), les plans de développement du pays marquent de nouveaux choix stratégiques majeurs: L’agriculture plutôt que l’industrie L’industrie « légère » plutôt que l’industrie « lourde » La « formation des cadres » plutôt que l’éducation généralisée Le tourisme et l’investissement étranger…
  7. 7. 1. Des choix et des politiques cinquantenaires Ces choix stratégiques, sans cesse confirmés et confortés depuis, reposent sur deux piliers et procèdent d’un double pari: 1.Le cadre de l’économie de marché et le rôle moteur du secteur privé 2.L’intégration au marché mondial et le modèle de « croissance tirée par les exportations »
  8. 8. 1. Des choix et des politiques cinquantenaires les priorités sectorielles sont peu à peu affinées pour mieux s’inscrire dans le cadre du double pari « privé / export »:  La priorité à l’agriculture devient celle de l’agriculture d’exportation;  La préférence pour l’industrie « légère » évolue vers les segments de sous-traitance internationale;  La bienveillance pour le secteur privé se focalise plus sur l’aménagement des conditions favorables à l’essor de ce dernier qu’à la « qualité du marché »…
  9. 9. 1. Des choix et des politiques cinquantenaires Au service de ces choix stratégiques, l’Etat a mobilisé des ressources et des moyens considérables tout au long des quatre dernières décennies… Des ressources matérielles et humaines à travers des politiques publiques multiples et variées, structurelles et conjoncturelles, transversales et sectorielles, globales et partielles, économiques, sociales et financières, voire culturelles…
  10. 10. Moyens et politiques mobilisés  Infrastructures de soutien au secteur privé: barrages, ports & aéroports, autoroutes, zones et parcs industriels…  Marocanisation puis privatisations et gestion déléguée…  Codes d’investissements puis Charte d’investissements: privilèges fiscaux, subventions, primes, taux d’intérêts bonifiés… Plus généralement une politique fiscale favorable aux profits, aux hauts revenus et aux grandes fortunes  Subventions à la consommation autorisant une pression sur le niveau des salaires  Politique d’ajustement structurel: Libéralisation des marchés et des prix, libéralisation des échanges extérieurs, déréglementation, dérégulation…  Accords de libre-échange…  Plans sectoriels, assortis de soutiens publics conséquents…
  11. 11. 2. Où en sommes-nous aujourd’hui? O Globalement:  Une croissance encore faible et volatile  Un développement humain médiocre
  12. 12. Où en sommes-nous? Un PIB par tête encore faible ($/tête, 2009-2013) Chili 15 732 Turquie 10 946 Malaisie 10 514 Thailande 5 779 Algérie 5 361 Jordanie 5 214 Tunisie 4 329 Egypte 3 314 Maroc 3 109 - Malawi: 226 $/h; Luxembourg: 111 162; Suisse: 80 477 $
  13. 13. Une croissance faible et volatile Evolution du PIB et contribution du PIBA -10 -5 0 5 10 15 1981 1983 1985 1987 1989 1991 1993 1995 1997 1999 2001 2003 2005 2007 2009 2011 2013
  14. 14. Evolution du PIB aux prix constants (en %)
  15. 15. C.A.E Source: Rapport FAB - CAE TauxdecroissanceréelduPIB/HabitantnécessaireauMarocpouratteindre unPIB/habitantde: Horizondetemps US12.000 US$15.000 US$18.000 20ans 7,50% 8,70% 9,70% 25ans 5,95% 6,90% 7,69% 30ans 4,94% 5,72% 6,36% Le taux de croissance nécessaire…
  16. 16. Où en sommes-nous? Un IDH toujours défavorable R Pays IDH PIBppa (2013) 1. Norvège 0.944 63 909 $/h (ppa) 41. Chili 0.822 20 804 - 62. Malaisie 0.773 21 824 - 69. Turquie 0.822 18 391 - 77. Jordanie 0.745 11 337 - 89. Thaïlande 0.722 13 364 - 90. Tunisie 0.721 10 440 - 93. Algérie 0.717 12 555 - 110. Egypte 0.682 10 400 - 129. Maroc 0.617 6 905 - Source: Rapport du PNUD, 2014
  17. 17. Où en sommes-nous? A cet état de fait s’ajoutent aujourd’hui au moins trois menaces qui raisonnent comme des « bombes à retardement »:  Les dégradations environnementales  Les inégalités sociales et spatiales  L’endettement public
  18. 18. Où en sommes-nous? Des ressources naturelles limitées et de plus en plus menacées:  Des terres cultivables réduites, d’où une forte pression sur la terre…  Des ressources hydriques en baisse continue (Stress hydrique, pénurie hydrique?)  Désertification, érosion et salinisation des sols, déforestation, perte de biodiversité…  Pollutions de toute sorte…  Littoralisation…  Et par dessus tout, le changement climatique…
  19. 19. Où en sommes-nous? Inégalités sociales et spatiales Qu’en dire après la reconnaissance au plus haut sommet de l’Etat, durant l’été dernier? On peut se contenter des images de dénuement absolu qui nous parviennent ces derniers jours à travers nos écrans de télévision des régions reculées du pays… et qui dispensent de tout autre artifice statistique! On peut tout de même se limiter à rappeler cet autre indicateur très significatif: Le partage de la valeur ajoutée…
  20. 20. Partage de la valeur ajoutée Salaires; 34,6 EBE & RMB; 64,4 Autres; 1 Source: HCP
  21. 21. Où en sommes-nous? Inégalités régionales: 4 régions sur 16 créent environ la moitié de la richesse nationale, soit 48,9% du PIB en valeur  Le Grand Casablanca: 19,8%;  Région de Rabat: 12,0%;  Chaouia: 8,8%;  Marrakech-Tensift-Al Haouz: 8,3%. Source: HCP
  22. 22. Où en sommes-nous? Endettement public… Est-ce un éternel recommencement, les mêmes causes continuant toujours de produire les mêmes effets? Toujours est-il que le processus est connu: … Carence fiscale, déficit budgétaire… … Défaut de réforme… … Recours à la solution de facilité qu’est l’emprunt… … Accentuation de la crise… … Recours encore plus massif à l’endettement… … Endettement qui ne permet que le remboursement de la dette accumulée… Piège de la dette…
  23. 23. Part des recettes fiscales dans le financement des dépenses du BGE 1980 - 2015 60% 63% 85% 79% 82% 70% 66% 60% 60% 59% 58% 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% 1980 1985 1990 1995 2000 2005 2010 2012 2013 2014 2015 Part des recettes fiscales Part des recettes non fiscales
  24. 24. Evolution du solde budgétaire en % du PIB
  25. 25. Dette publique totale (Mds DH) 0 100 200 300 400 500 600 Dette ext Dette Dette totale
  26. 26. La dette publique aujourd’hui La dette publique devrait atteindre fin 2014:  730 MdDh, soit 81% du PIB  Autant par tête, soit près de 22.000 Dh /hab  Et près de 4 années de recettes fiscales…
  27. 27. Dette et service de la dette Au niveau du BGE: l’impasse? Emprunts nouveaux: 66 MdsDH, soit 25% des recettes du BGE Service de la dette: 68 MdsDH, soit 21% des dépenses du BGE Par rapport aux 185 Mds de recettes fiscales attendues: Le service de la dette en représente 37% Et les nouveaux emprunts en représentent 36%.
  28. 28. Pourtant, une économie qui ne manque pas d’atouts…  Une position géostratégique enviable  Une proximité de l’Europe utile  Des ressources et des atouts naturels potentiellement intéressants (Diversité des écosystèmes, biodiversité, deux façades maritimes de 3500 Km, sites touristiques…)  Ressources humaines et savoir-faire porteur d’espoir…  Stabilité politique relative, profondeur historique, patrimoine culturel… Alors Pourquoi ?
  29. 29. 3. Des choix ratés et des paris perdus Pourquoi ?! … Principalement parce que les choix stratégiques ont été ratés et les paris ont été perdus… Car 50 ans après, Le résultat est pour le moins paradoxal: 3.1. C’est l’Etat et non le secteur privé qui reste le moteur de l’investissement 3.2. Au lieu de « promouvoir » la croissance, le commerce extérieur « plombe » la croissance Le tout dans le cadre d’une « gouvernance » contreproductive…
  30. 30. 3.1. Une économie de marché? Le «privé», moteur du développement? Une économie de marché? La rente, ou l’entente – et non la concurrence- restent prédominantes dans de nombreux secteurs clés de l’économie:  Transport Voyageurs;  Marchés de gros des fruits et légumes;  Exploitation de ressources naturelles: Carrières de sables, pêche hauturière, eaux minérales, forêts…;  Services publics en gestion déléguée: eau, électricité, assainissement...  Terres et propriétés de l’Etat: Fermes Sodea-Sogeta, Zoo de Rabat…  Monopoles & oligopoles: Sucre, huile, engrais, semences… Banques et Assurances Télécoms… Hydrocarbures / caisse de compensation…
  31. 31. 3.1. Le «privé», moteur du développement? Le secteur privé, moteur de l’investissement? Les faits montrent que le principal moteur/acteur de l’investissement est l’Etat ainsi que ses Etablissements publics, et non le secteur privé! Alors que le taux d’investissement a sensiblement augmenté, c’est surtout la part de l’Etat qui s’est fortement accrue, de 10 à 20-22%, alors que la part du secteur privé a fortement baissé, retrouvant son niveau antérieur, autour de 12-13%... Ainsi, en 2013, et selon les calculs, la part « publique » dans la FBCF atteint entre 55 et 70%... Cela ne veut pas dire que la part du secteur privé national soit comprise entre 30 et 45%, puisque cette proportion comprend aussi l’investissement privé étranger… (Sur la base d’une moyenne d’IDE de 23.5 MdDh entre 2002 et 2012, il faudrait retirer encore plus d’un quart à la part ainsi calculée…)
  32. 32. Evolution de la FBCF, et des investissements publics et privés 0 50 100 150 200 250 300 FBCF Invest Public Invest Privé MdDH
  33. 33. Evolution et composition du taux d’investissement 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 IvestPublic InvestPrivé %
  34. 34. Part de l’investissement public dans l’investissement total (en %) 0 10 20 30 40 50 60 70 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
  35. 35. 3.1. Le «privé», moteur du développement?  Le taux d’investissement a augmenté certes, mais le problème est au niveau du contenu et de la nature des investissements en question… les choix sont-ils pertinents, efficaces et équitables?  Ces investissements répondent-ils à des besoins prioritaires de la société? Sont-ils bien étudiés pour être efficients? N’y a-t-il pas un certain « effet d’éviction » par rapport à d’autres investissements? Quel est leur coût d’opportunité? Formation, recherche, santé, innovation…  Quel impact sur la croissance? Paradoxe entre le taux d’investissement (TI) et le taux de croissance (TC): Alors que le premier a augmenté de plus de 10 points (à près de 35%), le second stagne entre 3 et 5%...
  36. 36. Evolution du taux d’investissement et du taux de croissance (du PIB) 0 5 10 15 20 25 30 35 40 45 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 Tx d'investissement Tx de croissance
  37. 37. 3.1. Le «privé», moteur du développement? Le secteur privé, créateur d’emplois? Chômage: 9-10% ? Avec 14-15% en MU et 3-4% en MR!... Femmes en MU: 20% Diplômés chômeurs: 17.2% (18.6 en MU) Près de 30% des actifs occupés n’ont pas ou trop peu de rémunération (encore plus en milieu rural…) Baisse de la capacité de l’économie à créer des emplois rémunérés: 137.000 créations d’emplois en moyenne entre 2000 et 2013… Quand 180.000 demandeurs d’emplois arrivent chaque année sur le marché du travail, et selon le Ministre de l’emploi, il faudrait « créer 300.000 emplois par an pour faire face au chômage » (Seddiki, Challenge, 25.04.2014) Les pertes d’emplois ont concerné l’industrie, et les créations les services et le BTP (87% des créations en 2002-2003)
  38. 38. Création d’emplois par secteur d’activité entre 2002 et 2013 (en milliers)
  39. 39. Evolution de la croissance économique et de l’emploi entre 1999 et 2013
  40. 40. 3.2. La croissance « tirée » par le commerce extérieur? Alors que le Maroc est largement ouvert… • Est membre actif de l’OMC • En Accords de Libre-échange avec 56 pays: UE, USA, «Agadir», Ligue Arabe… • Baisse sensible et régulière des droits de douane… Les déficits restent très lourds (2013): • Déficit BC: 195 Mrds de DH, soit 22.4% du PIB • Taux de couverture des Exports/Imports: 48.6% • Déficit BP: 7.6% du PIB La relative «amélioration» de 2014 est due à la double baisse de la demande intérieure et des cours mondiaux…
  41. 41. 3.2. Contribution à la croissance des principales composantes de la demande
  42. 42. 3.2. La croissance « tirée » par le commerce extérieur? Contribution à la croissance des éléments de la demande globale: 2013 2014 2015 Conso des ménages 2.2 1.8 2.6 Administrations 0.6 0.6 0.9 Consommation finale 2.9 2.4 3.6 Investissement brut -0.1 0.4 0.6 Demande intérieure 2.8 2.8 6.1 Demande extérieure 1.6 -0.1 -1.2 Source: HCP
  43. 43. Evolution de la balance commerciale
  44. 44. Importations et exportations: Décrochage… 0 10 20 30 40 50 60 70 1980 1982 1984 1986 1988 1990 1992 1994 1996 1998200020022004200620082010 2012 2014 En% Echanges extérieurs de biens et services en % du PIB Exportation Importation
  45. 45. Parts des exportations et des importations réalisées dans le cadre des ALE
  46. 46. Contribution des ALE au déficit commercial global
  47. 47. Sommes-nous encore un pays exportateur?  70% des exports: Admissions temporaires… Seules 30% des exports sont « réelles » Selon le Ministre du Commerce extérieur=  On compte à peine 5000 entreprises exportatrices, dont seules 467 ont des activités régulières à l’export et dans 91% des cas, leur CA n’atteint pas 50 MDH  Quant à l’offre exportable, elle ne dépasse pas 86 produits…  En 1998, 80% de la valeur des exportations globales émanait de 3.5% seulement des produits exportés… En 2012, ce taux est tombé à 2.9%
  48. 48. Part de marché (Part du Maroc dans le commerce mondial)
  49. 49. IDE au Maroc par pays…
  50. 50. … et par secteur
  51. 51. 4. La gouvernance, obstacle au développement Une « gouvernance » contreproductive…  Les choix économiques stratégiques sont pris sans concertation et posent donc un problème de légitimité  Ils sont mis en œuvre dans la dilution des responsabilités  Ils ne font l’objet ni de contrôle ni de sanction en cas de manquement, donc de redevabilité… Légitimité – Responsabilité – Redevabilité
  52. 52. 4. La gouvernance, obstacle au développement Légitimité – Responsabilité – Redevabilité C’est cette équation qui fait du Système politique du pays un véritable obstacle au développement économique du pays On peut se tromper, mais le fait qu’il n’existe aucun mécanisme de redevabilité capable de corriger les erreurs et tirer les leçons de l’expérience, condamne le pays à répéter indéfiniment les mêmes erreurs, se tromper de stratégies, accumuler les échecs… Les mêmes causes produisant les mêmes effets…
  53. 53. En guise de conclusion: De l’urgence des grandes réformes Depuis le Rapport du Cinquantenaire au moins, le Diagnostic est fait et nous savons dans quel sens doivent aller les réformes véritables… Il reste la volonté politique pour les mettre en œuvre. Au cœur des réformes, celles du système de gouvernance, politiques, économiques… Il faut arrêter une stratégie à partir d’une vision largement partagée, mettre en place les Institutions aptes à l’appliquer, et le système capable de la suivre…
  54. 54. A titre indicatif, les réformes à l’ordre du jour…  Education – Justice – Administration  Economie de rente  Caisse de compensation  Système de retraite  Système fiscal  Plans sectoriels  ALE…  Etc., etc., etc… Il reste à mettre en place le « Système de gouvernance » capable de conduire à terme ces réformes…
  55. 55. En guise de conclusion, Cette interrogation de Hassan El Fad, pleine de bon sens, à méditer…
  56. 56. Merci de votre attention

×