SlideShare une entreprise Scribd logo
Spectrophotomètre
Master Spécialisé Systèmes Embarqués et Ingénierie
Biomédical
2019/2020
sommaire
Interaction LUMIERE– MATIERE
01
Définition et présentation du
spectromètre
02
Utilisation du spectrophotomètre
03
Mesure de l’absorbance avec
spectrophotomètre
04
Loi de Beer-Lambert
05
Application
06
Introduction
Conclusion
Introduction
Au sein d’un établissement hospitalier, le laboratoire
représente un des secteurs majeurs et certainement
l’un des plus emblématiques . Le laboratoire se
compose de plusieurs services et est constitué d’une
diversité de dispositifs médicaux, les différents services
sont :
 Service de biologie.
 Service de biochimie.
 Service d’Hématologie.
1. Interaction Lumière – Matière
 La spectrophotométrie est l’étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière.
 La lumière traverse une substance, elle est en partie transmise et en partie absorbée.
 Si une substance absorbe dans le domaine visible (400nm<λ0<800nm), alors elle est colorée.
 Eclairée par de la lumière blanche, elle prendra la couleur des radiations
qui parviennent à traverser, couleurs complémentaires des couleurs absorbées.
Lecture du cercle chromatique :
 Les couleurs sont placées par ordre croissant de longueur d’onde le long du cercle.
 Deux couleurs complémentaires se trouvent l’une en face de l’autre.
La spectrophotométrie est une méthode d'analyse qui permet de déterminer l'absorbance d'une substance chimique en solution.
L'absorbance d'une substance chimique dépend de la nature et de la concentration de cette substance ainsi que de la longueur
d'onde à laquelle on l'étudie.
Master SEIB 3

Recommandé pour vous

Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...

Comparaison des Profils des Alvéolites Lymphocytaires en Immunocytochimie et en Cytométrie en Flux dans le Lavage Broncho- Alvéolaire

alvéolites lymphocytairesimmunocytochimielavage broncho- alvéolaire
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptxPrésentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx

alimentation

smartphone
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation

cette présentation décrit les étapes necessaires a la réussite de la stérilisation a savoir le nettoyage, la décontamination et l'emballage ainsi que les aspects normatifs et les controle qualité this slides describes the steps performed prior to sterilization and necessary to it including cleaning decontamination and packaging and their quality controls according to ISO norms

pré décontaminationnettoyageemballage
1. Interaction Lumière – Matière
Master SEIB 4
Lumière
VISIBLE
Infra
rouge
Ultra
violet
Rayons
X
Rayons
Gamma
Rayonnement
radio
SPECTRE DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES
2. Définition et présentation du spectromètre
C’est un appareil mesurant la quantité de lumière absorbée ou bien transmise par une solution, pour des longueurs d’onde
données. Afin de permettre de tracer des courbes d’analyses spectrales utilisées pour étudier la composition de solutions, de
déterminer la concentration de solutions ou de suivre l’apparition d’une espèce chimique colorée au cours du temps.
 Nous mesurons la valeur de l’ « absorption » appelée plus précisément absorbance (appelée aussi densité optique) pour une
longueur d’onde choisie, notée A qui est définie par :
A = log10 (I0/Is)
avec I0 = intensité lumineuse du faisceau à l’entrée de la cuve et Is son intensité à la sortie de la cuve
A n’a pas d’unité.
Master SEIB 5
2. Définition et présentation du spectromètre
Exemple d’utilisation du spectrophotomètre :
 En biochimie
il est utilisé lors de la purification de protéines, pour les quantifier et déterminer leur niveau de pureté .
 En médecine
L'analyse de différentes enzymes sanguines, dosage de la phosphatase alcaline : cholestase , infarctus du myocarde, hémolyse.
 En chimie
L'analyse de l'absorption des solutions à une longueur d'onde donnée permet le dosage de ces solutions selon la loi de Beer-Lambert
Le suivi dans le temps de l'absorption est une méthode de caractérisation de la vitesse de réactions chimiques (cinétique).
Master SEIB 6
2. Définition et présentation du spectromètre
Types des spectrophotomètres :
 Spectrophotomètre monofaisceau –monocanal
 Spectrophotomètre double faisceau –monocanal
 Spectrophotomètre monofaisceau-multicanal :
Master SEIB 7

Recommandé pour vous

La sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireLa sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoire

la sécurite au laboratoir de bio chimie ;)

laboratoire chimie biologie
Filtration
FiltrationFiltration
Filtration
Projet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureProjet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de température

Capteurs de température : Technologie, procédure d'étalonnage et estimation des incertitudes

capteursincertitudestechnologie
2. Définition et présentation du spectromètre
• Spectrophotomètre monofaisceau –monocanal :
Il comporte un monochromateur ( en général un réseau par réflexion suivi d’une fente) qui permet de n’envoyer vers l’échantillon
qu’un intervalle de longueurs d’onde très étroit ( communément de l’ordre du nm )appelé la " bande passante ".
Grâce à un miroir réfléchissant, une partie de la puissance est envoyée vers un premier capteur, une partie égale vers l’échantillon.
Le faisceau transmis par l’échantillon absorbant est reçu par un capteur n°2 ( photodiode par exemple)
Types des spectrophotomètres :
Master SEIB 8
2. Définition et présentation du spectromètre
• Spectrophotomètre double faisceau –monocanal :
Le faisceau issu de la source est envoyé vers un monochromateur puis vers un rupteur qui envoie alternativement le faisceau vers la
cuve de référence puis vers la cuve contenant l’échantillon.
Un système de miroir permet d’envoyer ces deux faisceaux vers le même capteur qui reçoit donc alternativement le faisceau de
puissance Po de référence et le faisceau de puissance P transmis par l’échantillon.
Le signal du capteur est alors traité par un microprocesseur qui permet d’afficher l’absorbance.
Types des spectrophotomètres :
Master SEIB 9
2. Définition et présentation du spectromètre
• Spectrophotomètre monofaisceau-multicanal :
Ce type d’appareil ne comporte pas de monochromateur.
La lumière de la source est envoyée sur la cuve qui en transmet une partie vers un réseau.
Le réseau disperse cette lumière.
L’intérêt d’un tel dispositif est que la mesure de la puissance transmise se fait instantanément sur l’ensemble du spectre de longueurs
d’onde.
Types des spectrophotomètres :
Master SEIB 10
2. Définition et présentation du spectromètre
Absorbance d’une solution
 L’absorbance d’une solution, notée A, est une grandeur physique qui mesure la quantité de lumière absorbée en fonction de la
lumière qui traverse un échantillon de solution.
 L’absorbance n’a pas d’unité et qui dépend de la longueur d’onde de la lumière et de la concentration de l’espèce colorée de la
solution.
 L’absorbance d’une solution se mesure à l’aide d’un spectrophotomètre.
Master SEIB 11

Recommandé pour vous

Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"

Identification biochimiques des Bactéries par système "API"

identification bactérienne - systeme api - bacté
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'ExpériencesExamen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences

la règle d’or pour la lecture d’un document, nécessite intelligence et attention. De même, répondre aux questions d’un examen est une tâche qui n’exige pas (dire jamais), le fait d’apprendre par cœur les notions mais les appréhender et savoir les utiliser aux moments opportuns. La lecture d’un livre dont le contenu est en rapport avec les notions étudiées dans cours dispensé en salle restera toujours la seule solution pou réussir dans une matière. Les polycopiés ne sont que complémentarités aux différents et multiples références académiques se trouvant sur le marché sinon mises en ligne. Ces même références resteront toujours un effort personnel de l’enseignant qui les a mises en circulation et ne peuvent être prise comme preuve pour démontrer son impertinence par rapport à une notion.

examen finalfacteurhadamart
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs

M. Tchuifon Tchuifon Donald Raoul a soutenu sa thèse de Doctorat en Chimie Inorganique ce 19 mai 2016 à l'Université de Dschang. A l"issue de cette défense, il a obtenu la mention très honorable à l'unanimité des membres du jury. Voici la présentation powerpoint qu'il a effectuée à cet effet.

chimiecharbons actifschimie inorganique
3. Utilisation du spectrophotomètre
Appareillage
CUVE
SPECTROPHOTOMÈTRE
Master SEIB 12
3. Utilisation du spectrophotomètre
Appareillage
Un spectrophotomètre UV-Visible est constitué :
- d’une source lumineuse ;
- d'une cellule de mesure ;
- d’un sélecteur de longueur d’onde ou monochromateur ;
- d’un système de mesure de l’intensité lumineuse ou détecteur ;
- d’un dispositif d’affichage et de traitement du signal
Master SEIB 13
3. Utilisation du spectrophotomètre
- Sources lumineuses:
Beaucoup de spectromètres comportent deux lampes à usage de sources:
• une lampe à arc au deutérium sous moyenne pression pour la partie UV (<350 nm).
• une lampe à incandescence avec un filament de tungstène et une enveloppe de verre de silice (quartz) pour la partie visible du
spectre (à partir de 350 nm).
Appareillage
Master SEIB 14
3. Utilisation du spectrophotomètre
- Sélecteur de longueurs d’onde
Le monochromateur, est un système qui permet d’extraire de la lumière émise par la source et de sélectionner les longueurs
d’onde du spectre. Il est constitué d’une fente d’entrée, d’un système de dispersion et d’une fente de sortie
Appareillage
Master SEIB 15

Recommandé pour vous

controle microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicamentscontrole microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicaments
microbiologie;controle;technique;pharmcologie:méd
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-

L’utilisation de matériel biologique est devenue courante, voire banale, dans nos unités de recherche. Prévenir un risque, c’est d’abord le connaître. Or, si les risques liés à la manipulation de certains produits biologiques sont identifiés, la plupart du temps ils restent méconnus et difficiles à évaluer.

danger biologiquesecuritebpl
Cours capteur final
Cours capteur finalCours capteur final
Cours capteur final

ce cours est destiné aux élèves de génie électrique est plus spécialement aux filière STE ,discipline sciences de l'ingenieur.N'hesiter pas à me faire parvenir vos remarques et vos critiques sur mon adresse zahidiabdo@yahoo.fr;

3. Utilisation du spectrophotomètre
- Cellules
La cellule d’analyse se présente sous forme de parallélépipède à base carrée de 1 cm ayant deux faces opposées .
On utilise des cuves en plastique transparent ou en verre ordinaire , destinées aux mesures dans le domaine du visible et des
cuves en quartz pour les mesures dans le domaine de l’ultraviolet.
- Détecteurs
Le signal lumineux est convertit en signal électrique à l’aide d’un détecteur photo électrique. On utilise soit un tube
photomultiplicateur, soit un semi-conducteur (détecteur à transfert de charge ou photodiode au silicium).
Appareillage
Master SEIB 16
Principe
L'intensité de la lumière monochromatique émise (I0) est connue.
un faisceau parallèle de lumière (flux de lumière/ radiation lumineuse) monochromatique d’intensité I0 traversant une solution
absorbante de concentration C sur une longueur de cuve de 1 cm. L’intensité du faisceau émergeant est P .
On définit la transmittance par:
NB : Po ou I désigne la même notion : intensité
3. Utilisation du spectrophotomètre
Master SEIB 17
Principe
Une fois le détecteur mesure le flux lumineux en sortie. L’absorbance est directement affichée sur un écran du
spectrophotomètre.
3. Utilisation du spectrophotomètre
Master SEIB 18
Influence de la longueur d'onde
La courbe ci-dessous donne le spectre d’absorption d’une solution de diiode de concentration molaire 10–4 mol.L–1 (dans l'iodure
de potassium à 0,1 mol.L-1 ) en fonction de la longueur d’onde de la lumière monochromatique.
3. Utilisation du spectrophotomètre
L’absorbance dépend de la longueur d’onde de la lumière.
Le maximum d’absorption du diiode se situe autour de λ = 350 nm, ce qui explique la coloration jaune de la solution
(absorption dans l’ultraviolet).
Master SEIB 19

Recommandé pour vous

3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf

uv visible

TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...

Dans cette section, il est question de fleurer et d’identifier les capacités et compétences moyennes de la promotion d’étudiants (Par défaut, chaque année n’est typique qu’à elle-même, on peut avoir des surprises). Dans la réalité des choses, nous sommes tout le temps confrontés à des situations nouvelles où il est judicieusement nécessaire de prendre une décision. Les mauvaises prises en considération engendrent toujours et inévitablement des conséquences désastreuses dans le système provoquant ainsi des pertes en énergie, en temps et en ressources et vice-versa. Mais ... où réside le problème ? Les méthodes éducatives jugées valables au moment de la prise du système universitaire sont nettement soupçonnées pour une éventuelle qualification des fondements de manoeuvres et travaux à entreprendre et des buts à atteindre. La pédagogie c'est l'art d'enseigner ou les méthodes d'enseignement propres à une discipline, à une matière, à un ordre d'enseignement, à un établissement d'enseignement ou à une philosophie de l'éducation.

outilstravaux pratiqueslicence propriètaire
Assurance qualité
Assurance qualitéAssurance qualité
Assurance qualité

assurance qualite

Réglage du zéro
pour que la diminution de l'intensité lumineuse ne provienne que de l'espèce
colorée à étudier, il faut éliminer toutes les autres causes d’absorption.
Pour s'affranchir de tous ses paramètres, on étalonne le spectrophotomètre
en effectuant le réglage du zéro avec une cuve contenant le solvant et les
espèces autres que celle à étudier. Cette solution s'appelle un blanc.
Variation de la longueur d’onde d’étude
Courbe absorbance
A partir d'une série de variation de longueur d’onde on trace la
courbe de l’absorbance du solution en fonction des longueurs d’onde
Afin de pouvoir calculer la concentration d’une solution , la mesure de
son absorbance est obligatoire . Il faut travailler en étapes :
4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre
Absorbance maximale A
En remarquant la courbe on détermine l’absorbance maximale ,
qu’on pourra placer pour vérifier la loi de Bert Lambert afin de
calculer la concentration
Master SEIB 20
4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre
Master SEIB 21
max  650 nm
Spectre d’absorption Couleur absorbée
bande d’absorption
4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre
Exemple 1 :
Master SEIB 22
max  430 nm
bande d’absorption
Spectre d’absorption Couleur absorbée
4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre
Exemple 2 :
Master SEIB 23

Recommandé pour vous

Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie

livre de cours de microbiologie

arezki sadoudi
la RMN 2D du proton
la RMN 2D du protonla RMN 2D du proton
la RMN 2D du proton

Description des expériences de base en RMN 2D homonucléaire

nmrrmn
cour spectro.pptx
cour spectro.pptxcour spectro.pptx
cour spectro.pptx

Cours détails sur le Spectrophotometre

longueur d' ondeprincipe de techniquesdéfinition de spectres
5. La loi de Beer-Lambert
La valeur de l’absorbance A dépend de la concentration C de l’espèce colorée.
Influence de la concentration
La courbe donne le spectre d’absorption d’une solution de diiode en fonction de sa concentration molaire, pour une longueur
d’onde fixée de λ = 400 nm.
L’absorbance de la solution est proportionnelle à la concentration en diiode jusqu’à une valeur limite de l’ordre de 10-1
mol.L-1.
Master SEIB 24
5. La loi de Beer-Lambert
Loi de Beer-Lambert
l’absorbance dépend aussi de l’épaisseur l de l’échantillon traversée par le flux lumineux.
L’absorbance A est donc proportionnelle à la concentration C et à l’épaisseur l de la cuve.
La relation entre l’absorbance A et la concentration C en espèce colorée est :
Master SEIB 25
Conditions de validité de la loi de Beer-Lambert
 la lumière utilisée est monochromatique
 la concentration n'est pas trop élevée : c ≈ 10-2 mol.L-1 en général pour que les interactions entre molécules soient
négligeable
NB : Il faut travailler en lumière monochromatique car ε est fonction de la nature du corps absorbant, de la température et
de la longueur d'onde. Pour avoir une bonne sensibilité, il faut déterminer la longueur d'onde que la solution absorbe le
plus, c'est à dire la longueur d'onde dont la teinte est complémentaire de celle de la solution.
5. La loi de Beer-Lambert
Master SEIB 26
• la solution est violette
• La solution absorbe tout sauf le bleu et le rouge
• la solution absorbe le vert
6. Application
Permanganate de Potassium
Master SEIB 27

Recommandé pour vous

LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptxLES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx

LES PRINCIPES DES METHODES ANALYTIQUE EN BIOLOGIE MEDICALES

cqalab formation continu
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdftechnique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf

cours sur technique d'analyse par ICP ( induction couplee plasma )

icpphysicschemistry
•
6. Applications
Master SEIB 28
•
- Spectre du Permanganate de Potassium
 Pour chaque longueur d’onde du spectre de
la lumière blanche, l’absorbance de la
solution.
 On peut déterminer la valeur maximale de
l’absorption : λmax.
 Pour le permanganate de potassium, on a
une valeur de 520 nm située dans le
domaine du vert.
 Cela est normal puisque la solution de
permanganate apparaît magenta et absorbe
au maximum dans sa couleur
complémentaire qui est le vert.
6. Applications
Master SEIB 29
•
- Déterminer la concentration
A partir de l’absorbance, on peut déterminer la concentration en espèce colorée d’une
solution. Il y a plusieurs possibilités pour déterminer la concentration d’une solution
colorée :
 L'échelle de teintes
En effet, plus la solution est concentrée en espèce colorée et plus elle est foncée. On le voit ici avec C1,
C2, C3, C4. La concentration augmente de droite à gauche.
On n'aura pas la valeur exacte de la concentration, mais juste un encadrement. Pour avoir la valeur
exacte, on utilise la loi de Beer-Lambert et l’absorbance.
6. Applications
Master SEIB 30
•
- Déterminer la concentration
 Loi de Beer-Lambert
Pour chaque concentration, on mesure l’absorbance A1, A2, A3, A4.
On mesure l’absorbance en fixant la longueur.
Ensuite, on trace la courbe qui représente l’absorbance en fonction de la concentration et on obtient
une droite qui passe par l’origine. C’est la loi de Beer-Lambert.
6. Applications
Master SEIB 31

Recommandé pour vous

Les detecteurs tout ou rien
Les detecteurs tout ou rienLes detecteurs tout ou rien
Les detecteurs tout ou rien
amplificateur de luminance
 amplificateur de luminance amplificateur de luminance
amplificateur de luminance

ok

ok
2013session6 6
2013session6 62013session6 6
2013session6 6
Conclusion
• La spectroscopie d’absorption dans les régions de
l’ultraviolet (UV) et le visible du spectre électromagnétique
a été largement utilisée dans l’analyse pharmaceutique et
biomédicale à des fins quantitatives pour la caractérisation
des médicaments, impuretés.
• la possibilité d’avoir la non fiabilité des résultats à causes
des effets de lumière parasite et le type de solvant
peuvent également conduire à un non-respect de la loi
Beer-Lambert.
• On ne peut pas utiliser le spectrophotomètre pour un
grand nombre d’échantillons.
M e rc i p o u r
votre attention

Contenu connexe

Tendances

Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
souhaila ennakhli
 
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Elyakine Benmebkhout
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
S/Abdessemed
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
rihem kasmi
 
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptxPrésentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
RACHIDAERREGUYBY
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
Dr Taoufik Djerboua
 
La sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireLa sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoire
Abdel Hårii
 
Filtration
FiltrationFiltration
Filtration
ouffa
 
Projet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureProjet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de température
Arnaud CHIGBLO
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
S/Abdessemed
 
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'ExpériencesExamen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Mohammed TAMALI
 
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Université de Dschang
 
controle microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicamentscontrole microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicaments
Kamilia Donghae
 
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Nissem Abdeljelil
 
Cours capteur final
Cours capteur finalCours capteur final
Cours capteur final
Abdellah Zahidi
 
3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf
DassouBouba1
 
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
Mohammed TAMALI
 
Assurance qualité
Assurance qualitéAssurance qualité
Assurance qualité
Aissam Elmaataoui
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
arezki sadoudi
 
la RMN 2D du proton
la RMN 2D du protonla RMN 2D du proton
la RMN 2D du proton
Anne Baudouin
 

Tendances (20)

Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
Rapport du tp ; tqpa groupe 2 2
 
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eauRapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
Rapport de stage; analyse microbiologique de l'eau
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
 
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptxPrésentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
Présentation1 les techniques d'analyses des aliments (1).pptx
 
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisationLa preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
La preparation des dispositifs medicaux a la sterilisation
 
La sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoireLa sécurité au laboratoire
La sécurité au laboratoire
 
Filtration
FiltrationFiltration
Filtration
 
Projet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de températureProjet interne sur capteurs de température
Projet interne sur capteurs de température
 
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"Identification  des bactéries "Galerie biohimique "API"
Identification des bactéries "Galerie biohimique "API"
 
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'ExpériencesExamen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
Examen Master CCV : Méthode et Plan d'Expériences
 
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
Absorption des composés phénoliques sur des charbons actiifs
 
controle microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicamentscontrole microbiologique des médicaments
controle microbiologique des médicaments
 
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
Organisation dun-laboratoire-de-biologique-part1-
 
Cours capteur final
Cours capteur finalCours capteur final
Cours capteur final
 
3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf3-UV-visible-2019.pdf
3-UV-visible-2019.pdf
 
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
TPs-TDs : Travaux Pratiques & Dérigés (version 2014-2017) Génie Electrique/Ex...
 
Assurance qualité
Assurance qualitéAssurance qualité
Assurance qualité
 
Livre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologieLivre des cours+tp microbiologie
Livre des cours+tp microbiologie
 
la RMN 2D du proton
la RMN 2D du protonla RMN 2D du proton
la RMN 2D du proton
 

Similaire à Spectrophotomètre

cour spectro.pptx
cour spectro.pptxcour spectro.pptx
cour spectro.pptx
HadjaGouaich
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptxLES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
bouabid6
 
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdftechnique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
hamido8
 
amplificateur de luminance
 amplificateur de luminance amplificateur de luminance
amplificateur de luminance
Abdelkarim Bouain
 
2013session6 6
2013session6 62013session6 6
2013session6 6
acvq
 
La spectroscopie matière lumière..pdf
La spectroscopie  matière  lumière..pdfLa spectroscopie  matière  lumière..pdf
La spectroscopie matière lumière..pdf
KOURYANI
 
M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01
Elsa von Licy
 
L’interféromètre de fabry pérot
L’interféromètre de fabry pérotL’interféromètre de fabry pérot
L’interféromètre de fabry pérot
HICHAM SALHI
 
photométrie.pptx
photométrie.pptxphotométrie.pptx
photométrie.pptx
hassaneracha1718
 
5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique
Ayoub Bernabio
 
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdfTP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
FranckAyissi
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
BallaMoussaDidhiou
 
Ionisation de la myoglobine
Ionisation de la myoglobineIonisation de la myoglobine
Ionisation de la myoglobine
Mohamed EL BOUAMRI
 
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhhcapteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
Abdo Brahmi
 
Mesures otdr
Mesures  otdrMesures  otdr
Mesures otdr
Salvator Fayssal
 
Complet Rds 20142015
Complet Rds 20142015Complet Rds 20142015
Complet Rds 20142015
Najhan RAHIM
 
PréSentation2
PréSentation2PréSentation2
PréSentation2
pierrot
 

Similaire à Spectrophotomètre (20)

cour spectro.pptx
cour spectro.pptxcour spectro.pptx
cour spectro.pptx
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptxLES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MEDICALES.pptx
 
Cellule
CelluleCellule
Cellule
 
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdftechnique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
technique d'analyses par induction couplee plasma ICP.pdf
 
Les detecteurs tout ou rien
Les detecteurs tout ou rienLes detecteurs tout ou rien
Les detecteurs tout ou rien
 
amplificateur de luminance
 amplificateur de luminance amplificateur de luminance
amplificateur de luminance
 
2013session6 6
2013session6 62013session6 6
2013session6 6
 
TP-Master-1.pdf
TP-Master-1.pdfTP-Master-1.pdf
TP-Master-1.pdf
 
La spectroscopie matière lumière..pdf
La spectroscopie  matière  lumière..pdfLa spectroscopie  matière  lumière..pdf
La spectroscopie matière lumière..pdf
 
M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01M2 bmc2007 cours01
M2 bmc2007 cours01
 
L’interféromètre de fabry pérot
L’interféromètre de fabry pérotL’interféromètre de fabry pérot
L’interféromètre de fabry pérot
 
photométrie.pptx
photométrie.pptxphotométrie.pptx
photométrie.pptx
 
5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique5 notion de_gnie_lectrique
5 notion de_gnie_lectrique
 
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdfTP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
TP3 spectroscopie fluorescence X udl.pdf
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 
Ionisation de la myoglobine
Ionisation de la myoglobineIonisation de la myoglobine
Ionisation de la myoglobine
 
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhhcapteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
capteurs I.pptxfgggghghghghhghhhhhhhhhhh
 
Mesures otdr
Mesures  otdrMesures  otdr
Mesures otdr
 
Complet Rds 20142015
Complet Rds 20142015Complet Rds 20142015
Complet Rds 20142015
 
PréSentation2
PréSentation2PréSentation2
PréSentation2
 

Plus de MOHAMED ZARBOUBI

Defibrillateur
DefibrillateurDefibrillateur
Defibrillateur
MOHAMED ZARBOUBI
 
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
MOHAMED ZARBOUBI
 
EMG anormal
EMG anormalEMG anormal
EMG anormal
MOHAMED ZARBOUBI
 
EEG normal
EEG normalEEG normal
EEG normal
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubiTp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubi
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tp bus i2_c
Tp bus i2_cTp bus i2_c
Tp bus i2_c
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tiny os
Tiny osTiny os
Tiny os_2
Tiny os_2Tiny os_2
Tiny os_2
MOHAMED ZARBOUBI
 
maintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicalemaintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicale
MOHAMED ZARBOUBI
 
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
MOHAMED ZARBOUBI
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
MOHAMED ZARBOUBI
 
phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)
MOHAMED ZARBOUBI
 
Manet vs Rcsf
Manet vs RcsfManet vs Rcsf
Manet vs Rcsf
MOHAMED ZARBOUBI
 
Le rythme cardiaque
Le rythme cardiaqueLe rythme cardiaque
Le rythme cardiaque
MOHAMED ZARBOUBI
 

Plus de MOHAMED ZARBOUBI (15)

Defibrillateur
DefibrillateurDefibrillateur
Defibrillateur
 
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
Eléctrocardiogramme Foetal (FECG)
 
EMG anormal
EMG anormalEMG anormal
EMG anormal
 
EEG normal
EEG normalEEG normal
EEG normal
 
Tp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubiTp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubi
 
Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2
 
Tp bus i2_c
Tp bus i2_cTp bus i2_c
Tp bus i2_c
 
Tiny os
Tiny osTiny os
Tiny os
 
Tiny os_2
Tiny os_2Tiny os_2
Tiny os_2
 
maintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicalemaintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicale
 
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
 
phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)
 
Manet vs Rcsf
Manet vs RcsfManet vs Rcsf
Manet vs Rcsf
 
Le rythme cardiaque
Le rythme cardiaqueLe rythme cardiaque
Le rythme cardiaque
 

Spectrophotomètre

  • 1. Spectrophotomètre Master Spécialisé Systèmes Embarqués et Ingénierie Biomédical 2019/2020
  • 2. sommaire Interaction LUMIERE– MATIERE 01 Définition et présentation du spectromètre 02 Utilisation du spectrophotomètre 03 Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre 04 Loi de Beer-Lambert 05 Application 06 Introduction Conclusion
  • 3. Introduction Au sein d’un établissement hospitalier, le laboratoire représente un des secteurs majeurs et certainement l’un des plus emblématiques . Le laboratoire se compose de plusieurs services et est constitué d’une diversité de dispositifs médicaux, les différents services sont :  Service de biologie.  Service de biochimie.  Service d’Hématologie.
  • 4. 1. Interaction Lumière – Matière  La spectrophotométrie est l’étude quantitative des interactions entre la lumière et la matière.  La lumière traverse une substance, elle est en partie transmise et en partie absorbée.  Si une substance absorbe dans le domaine visible (400nm<λ0<800nm), alors elle est colorée.  Eclairée par de la lumière blanche, elle prendra la couleur des radiations qui parviennent à traverser, couleurs complémentaires des couleurs absorbées. Lecture du cercle chromatique :  Les couleurs sont placées par ordre croissant de longueur d’onde le long du cercle.  Deux couleurs complémentaires se trouvent l’une en face de l’autre. La spectrophotométrie est une méthode d'analyse qui permet de déterminer l'absorbance d'une substance chimique en solution. L'absorbance d'une substance chimique dépend de la nature et de la concentration de cette substance ainsi que de la longueur d'onde à laquelle on l'étudie. Master SEIB 3
  • 5. 1. Interaction Lumière – Matière Master SEIB 4 Lumière VISIBLE Infra rouge Ultra violet Rayons X Rayons Gamma Rayonnement radio SPECTRE DES ONDES ÉLECTROMAGNÉTIQUES
  • 6. 2. Définition et présentation du spectromètre C’est un appareil mesurant la quantité de lumière absorbée ou bien transmise par une solution, pour des longueurs d’onde données. Afin de permettre de tracer des courbes d’analyses spectrales utilisées pour étudier la composition de solutions, de déterminer la concentration de solutions ou de suivre l’apparition d’une espèce chimique colorée au cours du temps.  Nous mesurons la valeur de l’ « absorption » appelée plus précisément absorbance (appelée aussi densité optique) pour une longueur d’onde choisie, notée A qui est définie par : A = log10 (I0/Is) avec I0 = intensité lumineuse du faisceau à l’entrée de la cuve et Is son intensité à la sortie de la cuve A n’a pas d’unité. Master SEIB 5
  • 7. 2. Définition et présentation du spectromètre Exemple d’utilisation du spectrophotomètre :  En biochimie il est utilisé lors de la purification de protéines, pour les quantifier et déterminer leur niveau de pureté .  En médecine L'analyse de différentes enzymes sanguines, dosage de la phosphatase alcaline : cholestase , infarctus du myocarde, hémolyse.  En chimie L'analyse de l'absorption des solutions à une longueur d'onde donnée permet le dosage de ces solutions selon la loi de Beer-Lambert Le suivi dans le temps de l'absorption est une méthode de caractérisation de la vitesse de réactions chimiques (cinétique). Master SEIB 6
  • 8. 2. Définition et présentation du spectromètre Types des spectrophotomètres :  Spectrophotomètre monofaisceau –monocanal  Spectrophotomètre double faisceau –monocanal  Spectrophotomètre monofaisceau-multicanal : Master SEIB 7
  • 9. 2. Définition et présentation du spectromètre • Spectrophotomètre monofaisceau –monocanal : Il comporte un monochromateur ( en général un réseau par réflexion suivi d’une fente) qui permet de n’envoyer vers l’échantillon qu’un intervalle de longueurs d’onde très étroit ( communément de l’ordre du nm )appelé la " bande passante ". Grâce à un miroir réfléchissant, une partie de la puissance est envoyée vers un premier capteur, une partie égale vers l’échantillon. Le faisceau transmis par l’échantillon absorbant est reçu par un capteur n°2 ( photodiode par exemple) Types des spectrophotomètres : Master SEIB 8
  • 10. 2. Définition et présentation du spectromètre • Spectrophotomètre double faisceau –monocanal : Le faisceau issu de la source est envoyé vers un monochromateur puis vers un rupteur qui envoie alternativement le faisceau vers la cuve de référence puis vers la cuve contenant l’échantillon. Un système de miroir permet d’envoyer ces deux faisceaux vers le même capteur qui reçoit donc alternativement le faisceau de puissance Po de référence et le faisceau de puissance P transmis par l’échantillon. Le signal du capteur est alors traité par un microprocesseur qui permet d’afficher l’absorbance. Types des spectrophotomètres : Master SEIB 9
  • 11. 2. Définition et présentation du spectromètre • Spectrophotomètre monofaisceau-multicanal : Ce type d’appareil ne comporte pas de monochromateur. La lumière de la source est envoyée sur la cuve qui en transmet une partie vers un réseau. Le réseau disperse cette lumière. L’intérêt d’un tel dispositif est que la mesure de la puissance transmise se fait instantanément sur l’ensemble du spectre de longueurs d’onde. Types des spectrophotomètres : Master SEIB 10
  • 12. 2. Définition et présentation du spectromètre Absorbance d’une solution  L’absorbance d’une solution, notée A, est une grandeur physique qui mesure la quantité de lumière absorbée en fonction de la lumière qui traverse un échantillon de solution.  L’absorbance n’a pas d’unité et qui dépend de la longueur d’onde de la lumière et de la concentration de l’espèce colorée de la solution.  L’absorbance d’une solution se mesure à l’aide d’un spectrophotomètre. Master SEIB 11
  • 13. 3. Utilisation du spectrophotomètre Appareillage CUVE SPECTROPHOTOMÈTRE Master SEIB 12
  • 14. 3. Utilisation du spectrophotomètre Appareillage Un spectrophotomètre UV-Visible est constitué : - d’une source lumineuse ; - d'une cellule de mesure ; - d’un sélecteur de longueur d’onde ou monochromateur ; - d’un système de mesure de l’intensité lumineuse ou détecteur ; - d’un dispositif d’affichage et de traitement du signal Master SEIB 13
  • 15. 3. Utilisation du spectrophotomètre - Sources lumineuses: Beaucoup de spectromètres comportent deux lampes à usage de sources: • une lampe à arc au deutérium sous moyenne pression pour la partie UV (<350 nm). • une lampe à incandescence avec un filament de tungstène et une enveloppe de verre de silice (quartz) pour la partie visible du spectre (à partir de 350 nm). Appareillage Master SEIB 14
  • 16. 3. Utilisation du spectrophotomètre - Sélecteur de longueurs d’onde Le monochromateur, est un système qui permet d’extraire de la lumière émise par la source et de sélectionner les longueurs d’onde du spectre. Il est constitué d’une fente d’entrée, d’un système de dispersion et d’une fente de sortie Appareillage Master SEIB 15
  • 17. 3. Utilisation du spectrophotomètre - Cellules La cellule d’analyse se présente sous forme de parallélépipède à base carrée de 1 cm ayant deux faces opposées . On utilise des cuves en plastique transparent ou en verre ordinaire , destinées aux mesures dans le domaine du visible et des cuves en quartz pour les mesures dans le domaine de l’ultraviolet. - Détecteurs Le signal lumineux est convertit en signal électrique à l’aide d’un détecteur photo électrique. On utilise soit un tube photomultiplicateur, soit un semi-conducteur (détecteur à transfert de charge ou photodiode au silicium). Appareillage Master SEIB 16
  • 18. Principe L'intensité de la lumière monochromatique émise (I0) est connue. un faisceau parallèle de lumière (flux de lumière/ radiation lumineuse) monochromatique d’intensité I0 traversant une solution absorbante de concentration C sur une longueur de cuve de 1 cm. L’intensité du faisceau émergeant est P . On définit la transmittance par: NB : Po ou I désigne la même notion : intensité 3. Utilisation du spectrophotomètre Master SEIB 17
  • 19. Principe Une fois le détecteur mesure le flux lumineux en sortie. L’absorbance est directement affichée sur un écran du spectrophotomètre. 3. Utilisation du spectrophotomètre Master SEIB 18
  • 20. Influence de la longueur d'onde La courbe ci-dessous donne le spectre d’absorption d’une solution de diiode de concentration molaire 10–4 mol.L–1 (dans l'iodure de potassium à 0,1 mol.L-1 ) en fonction de la longueur d’onde de la lumière monochromatique. 3. Utilisation du spectrophotomètre L’absorbance dépend de la longueur d’onde de la lumière. Le maximum d’absorption du diiode se situe autour de λ = 350 nm, ce qui explique la coloration jaune de la solution (absorption dans l’ultraviolet). Master SEIB 19
  • 21. Réglage du zéro pour que la diminution de l'intensité lumineuse ne provienne que de l'espèce colorée à étudier, il faut éliminer toutes les autres causes d’absorption. Pour s'affranchir de tous ses paramètres, on étalonne le spectrophotomètre en effectuant le réglage du zéro avec une cuve contenant le solvant et les espèces autres que celle à étudier. Cette solution s'appelle un blanc. Variation de la longueur d’onde d’étude Courbe absorbance A partir d'une série de variation de longueur d’onde on trace la courbe de l’absorbance du solution en fonction des longueurs d’onde Afin de pouvoir calculer la concentration d’une solution , la mesure de son absorbance est obligatoire . Il faut travailler en étapes : 4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre Absorbance maximale A En remarquant la courbe on détermine l’absorbance maximale , qu’on pourra placer pour vérifier la loi de Bert Lambert afin de calculer la concentration Master SEIB 20
  • 22. 4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre Master SEIB 21
  • 23. max  650 nm Spectre d’absorption Couleur absorbée bande d’absorption 4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre Exemple 1 : Master SEIB 22
  • 24. max  430 nm bande d’absorption Spectre d’absorption Couleur absorbée 4. Mesure de l’absorbance avec spectrophotomètre Exemple 2 : Master SEIB 23
  • 25. 5. La loi de Beer-Lambert La valeur de l’absorbance A dépend de la concentration C de l’espèce colorée. Influence de la concentration La courbe donne le spectre d’absorption d’une solution de diiode en fonction de sa concentration molaire, pour une longueur d’onde fixée de λ = 400 nm. L’absorbance de la solution est proportionnelle à la concentration en diiode jusqu’à une valeur limite de l’ordre de 10-1 mol.L-1. Master SEIB 24
  • 26. 5. La loi de Beer-Lambert Loi de Beer-Lambert l’absorbance dépend aussi de l’épaisseur l de l’échantillon traversée par le flux lumineux. L’absorbance A est donc proportionnelle à la concentration C et à l’épaisseur l de la cuve. La relation entre l’absorbance A et la concentration C en espèce colorée est : Master SEIB 25
  • 27. Conditions de validité de la loi de Beer-Lambert  la lumière utilisée est monochromatique  la concentration n'est pas trop élevée : c ≈ 10-2 mol.L-1 en général pour que les interactions entre molécules soient négligeable NB : Il faut travailler en lumière monochromatique car ε est fonction de la nature du corps absorbant, de la température et de la longueur d'onde. Pour avoir une bonne sensibilité, il faut déterminer la longueur d'onde que la solution absorbe le plus, c'est à dire la longueur d'onde dont la teinte est complémentaire de celle de la solution. 5. La loi de Beer-Lambert Master SEIB 26
  • 28. • la solution est violette • La solution absorbe tout sauf le bleu et le rouge • la solution absorbe le vert 6. Application Permanganate de Potassium Master SEIB 27
  • 30. • - Spectre du Permanganate de Potassium  Pour chaque longueur d’onde du spectre de la lumière blanche, l’absorbance de la solution.  On peut déterminer la valeur maximale de l’absorption : λmax.  Pour le permanganate de potassium, on a une valeur de 520 nm située dans le domaine du vert.  Cela est normal puisque la solution de permanganate apparaît magenta et absorbe au maximum dans sa couleur complémentaire qui est le vert. 6. Applications Master SEIB 29
  • 31. • - Déterminer la concentration A partir de l’absorbance, on peut déterminer la concentration en espèce colorée d’une solution. Il y a plusieurs possibilités pour déterminer la concentration d’une solution colorée :  L'échelle de teintes En effet, plus la solution est concentrée en espèce colorée et plus elle est foncée. On le voit ici avec C1, C2, C3, C4. La concentration augmente de droite à gauche. On n'aura pas la valeur exacte de la concentration, mais juste un encadrement. Pour avoir la valeur exacte, on utilise la loi de Beer-Lambert et l’absorbance. 6. Applications Master SEIB 30
  • 32. • - Déterminer la concentration  Loi de Beer-Lambert Pour chaque concentration, on mesure l’absorbance A1, A2, A3, A4. On mesure l’absorbance en fixant la longueur. Ensuite, on trace la courbe qui représente l’absorbance en fonction de la concentration et on obtient une droite qui passe par l’origine. C’est la loi de Beer-Lambert. 6. Applications Master SEIB 31
  • 33. Conclusion • La spectroscopie d’absorption dans les régions de l’ultraviolet (UV) et le visible du spectre électromagnétique a été largement utilisée dans l’analyse pharmaceutique et biomédicale à des fins quantitatives pour la caractérisation des médicaments, impuretés. • la possibilité d’avoir la non fiabilité des résultats à causes des effets de lumière parasite et le type de solvant peuvent également conduire à un non-respect de la loi Beer-Lambert. • On ne peut pas utiliser le spectrophotomètre pour un grand nombre d’échantillons.
  • 34. M e rc i p o u r votre attention

Notes de l'éditeur

  1. Un spectrophotomètre est un appareil de laboratoire Le laboratoire se compose de plusieurs services et est constitué d’une diversité de dispositifs médicaux, les différents services sont : Service de biologie. Service de parasitologie. Service de biochimie. Service d’Hématologie.
  2. , elle prendra la couleur des radiations qui parviennent à traverser, couleurs complémentaires des couleurs absorbées. Il s’agit de transitions électroniques. La spectrophotométrie permet l'étude de solutions colorées dans l'infrarouge (1 100 nm au maximum), dans le visible et dans l'ultraviolet (190 nm).
  3. Chaque photosite du capteur ne reçoit qu’un très petit intervalle de longueur d’onde l ± d l sur lequel il mesure la puissance Po(l )lorsque la cuve contient la référence ou P(l ) lorsque la cuve contient l’échantillon.
  4. Une solution colorée absorbe une partie de la lumière qui la traverse.
  5. Sources : UV : lampe à deutérium visible : lampe à incandescence
  6. Sources : UV : lampe à deutérium visible : lampe à incandescence
  7. Sources : UV : lampe à deutérium visible : lampe à incandescence La lampe à arc xénon qui couvre tout le domaine de 200 à 1100nm, est utilisée pour les appareils de routine. Cette source plus énergétique est souvent utilisée. Elle est choisie comme source unique par les constructeurs lorsqu'il s'agit d'un appareil de routine allant de 300 à 1100nm.
  8. Le spectrophotomètre est un appareil permettant de mesurer l’absorbance d’une solution, pour différentes longueurs d’ondes. Pour cela, il fait passer un rayon d’une longueur d’onde choisie à travers une cuve contenant la solution à étudier (figure I.16). Les molécules de la solution absorbent plus ou moins le rayon lumineux, on définit alors l’absorbance pour cette longueur d’onde
  9. Plus la concentration diminue et plus le spectre s’étale. Donc, si on ne se met pas à la longueur d’onde du maximum d’absorption, au bout d’une certaine concentration on aura des valeurs qui seront trop faibles à exploiter