SlideShare une entreprise Scribd logo
2019/2020 MASTER SEIB
EMG anormal
Sommaire
Introduction
EMG normal et
pathologique
02
EMG pathologique
03
Classification
physiopathologique des
affections musculaires
04
Résultats et interprétation
05
Conclusion
01
06
Introduction
L'électromyogramme (EMG) Examen clef en
neurologie qui consiste à étudier l'activité
électrique des nerfs et des muscles. Il a pour
objectif d’analyser l’influx nerveux dans les nerfs
moteurs, les nerfs sensitifs et les muscles.
Il permet d’évaluer le fonctionnement des nerfs et
des muscles.
Lorsqu’une personne présente des paresthésies,
c’est-à-dire des engourdissements, picotements,
baisses de la sensibilité dans une main par
exemple. Cela signe un problème sur un nerf.
Mais à quel endroit se trouve la lésion ? Il est
impossible de le savoir avec certitude, sauf si l’on
pratique un électromyogramme (EMG) qui va
étudier la conduction du ou des différents nerfs
pouvant être responsables ainsi que la contraction
musculaire.
2
EMG normal et
pathologique
1
1. EMG normal et pathologique
Le fonctionnement normal d'un muscle peut être perturbé à la suite d'atteintes physiologiques.
Lorsque le corps cellulaire ou l'axone d'un motoneurone est endommagé, le muscle innervé ne
peut plus être mis en activité et cette situation est appelée neuropathie.
Si d'autre part le motoneurone est intact mais que les fibres musculaires ne sont pas en état de
se contracter => myopathie.
L'origine des mouvements volontaires se situant au niveau du cortex moteur, toute
modification à cette région du cerveau est donc susceptible de modifier profondément notre
capacité motrice.
5
1. EMG normal et pathologique
Il y a possibilité de rupture de vaisseaux sanguins qui entraîne une hémorragie cérébrale:
l'afflux de sang dans un volume fermé crée une pression qui comprime localement les cellules du
cerveau: privées d'oxygène et leurs membranes probablement endommagées lors de l'impact, ces
neurones meurent.
6
EMG pathologique
2
2.1. Neuropathies
Des problèmes peuvent affecter l'axone: soit qu'il soit sectionné lors d'un accident ou
qu'il y ait destruction de la gaine de myéline(neurapraxie): même si la continuité de
l'axone est préservée, il y a blocage de la conduction nerveuse. D'autre part, il peut y
avoir compression d'un nerf de façon aiguë (lors d'un accident) ou chronique (voie
anatomique qui se rétrécit avec le temps), ce qui entraîne le dysfonctionnement du
neurone.
On parle de polyneuropathie lorsque ce sont majoritairement les fibres nerveuses les plus
longues qui sont atteintes. Ainsi, dans le cas de Charcot-Marie-Tooth, il s'agit d'une
affection héréditaire qui se caractérise par une atrophie progressive des muscles des
jambes et des pieds. Le syndrome de Guillan-Barré se manifeste par une paralysie où les
lymphocytes et les monocytes infiltrent la myéline et la détruisent par réaction auto-
immunitaire. De telles maladies peuvent aussi être d'origine alcoolique, diabétique ou
toxique.
8
2.2. Myopathies
L'atteinte des fibres musculaires est soit d'origine génétique, endocrinienne ou
inflammatoire.
La maladie de Duchenne est d'origine héréditaire (prévalence 3/100,000). Elle se
diagnostique à l'âge de 3 ans quand l'enfant commence à manifester des difficultés de
locomotion; vers 12 ans l'enfant ne peut plus marcher et il meurt vers 20 ans.
L'hérédité peut aussi causer des myotonies: il s'agit de situations où un muscle ou un
groupe de fibres dans un muscle continue de se contracter même après l'arrêt du
mouvement volontaire. Ces problèmes n'affectent pas la longévité de la personne qui
en souffre. Des troubles biochimiques peuvent entraîner des faiblesses musculaires,
des crampes ou de l'ankylose.
9
2.2. Myopathies
EMG NORMAL
Myotonie
10
2.2. Myopathies
Au point de vue hormonal, il existe des myopathies thyroïdiennes, parathyroïdiennes et
pituitaires associées à des fonctionnements anormaux de ces glandes: la guérison du
trouble hormonal est susceptible de guérir l'atteinte musculaire qui est minime
habituellement.
La polymyosite et la dermatomyosite sont des affections inflammatoires non spécifiques
des muscles striés. Ces maladies sont caractérisées par une perte de poids de la personne
atteinte, une léthargie et une fièvre persistante.
Les récepteurs de la plaque motrice peuvent être frappés d'une maladie immunologique
caractérisée par leur blocage par des anticorps antirécepteurs d'acétylcholine. On appelle
cette atteinte une myasténie.
11
2.3. Myopathies et PAUMS
Une myopathie a pour conséquence de réduire la durée et l'amplitude des PAUMS mais
complexifie la forme de ces dernières.
La réduction de la durée des PAUMS est généralement attribuée à la réduction du
nombre de fibres actives: moins qu'il y a de fibres, plus faible est la dispersion temporelle
entre les potentiels extracellulaires.
La réduction de l'amplitude serait aussi expliquée à partir de la réduction du nombre de
fibres. Toutefois, certains PAUMS auraient des amplitudes plus grandes que dans des cas
normaux.
12
2.4. Hémiplégie
Lorsque la pression sanguine est anormalement élevée (hypertension) et qu'il a rupture
d'un vaisseau sanguin du cerveau dû à une faiblesse de sa paroi, on parle d'un accident
vasculo-cérébral (AVC).
Il est possible pour un caillot d'aller obstruer une branche d'une artère: il en résulte un
manque localisé d'oxygène et les cellules avoisinantes dépérissent. Ces traumatismes
n'affectent habituellement qu'un côté du cerveau et les déficits n'atteignent qu'une moitié
du corps: on parle alors d'hémiplégie gauche ou droite selon le côté atteint.
Il s'agit d'une atteinte qui représente la 3ième cause de mortalité après le cancer et les
maladies cardiaques.
13
2.4. Hémiplégie
Si l'occlusion ne dure que quelques minutes, le ramollissement du cerveau entraînera
des signes d'hémiplégie qui régresseront en quelques semaines.
Par contre, si la durée de l'occlusion est plus grande, les effets pourront être définitifs.
La paralysie porte dans la grande majorité des cas sur la moitié du corps, d'où son nom
d'hémiplégie. Dans les cas favorables, le malade reprend peu à peu conscience et
mouvement, mais il conserve presque toujours des séquelles plus ou moins importantes et
durables: troubles de la parole, de la motricité, des sensations.
14
classification
physiopathologique
des affections
musculaires
3
3. Classification des affections musculaires
Les principales affections musculaires sont regroupées selon leur physiopathologie
connue :
1. dystrophie musculaire caractérisée par une altération primaire des fibres musculaires
et une disparition progressive de celles ci,
2. myopathies dites congénitales où le développement de la fibre musculaire au cours de
la période fœtale est perturbé, conduisant à des altérations de la structure interne des
fibres,
3. myopathies dites métaboliques car secondaires à un dysfonctionnement de la voie de
dégradation des sucres (glycogénoses), du métabolisme des graisses (lipidoses), de la
chaîne respiratoire mitochondriale (myopathies mitochondriales),
16
Les principales affections musculaires sont regroupées selon leur physiopathologie
connue :
4. musculaires dues à une anomalie de l’excitabilité membranaire (syndromes
myotoniques, paralysies périodiques),
5. affections musculaires acquises, d’origine inflammatoire, toxique et iatrogène,
endocrinienne,
6. syndromes myasthéniques, dus à une perturbation de la transmission
neuromusculaire.
3. Classification des affections musculaires
17
Résultats et
interprétation
4
l’examen permet de diagnostiquer différentes maladies ou lésions :
• une maladie musculaire (myopathie) ;
• une rupture musculaire (après une intervention chirurgicale, un traumatisme ou un
accouchement au niveau du périnée par exemple) ;
• un syndrome du canal carpien ;
• en cas de lésion de la racine nerveuse suite à un traumatisme, l’étude des vitesses de conduction
permet de préciser le niveau d’atteinte de la structure nerveuse touchée (racine, plexus, nerf
dans ses différents segments le long du membre) et son degré d’atteinte ;
• une maladie du nerf (neuropathie). En analysant différentes zones du corps, l’EMG permet de
déceler si la maladie des nerfs est diffuse ou localisée et ainsi distinguer les polyneuropathies,
mononeuropathies multiples, polyradiculoneuropathies. En fonction des anomalies observées, il
permet également d’orienter vers la cause de la neuropathie (génétique, trouble de l’immunité,
toxique, diabète, infection…) ;
• une maladie des cellules nerveuses motrices de la moelle épinière (motoneurone) ;
• une myasthénie (maladie auto-immune très rare de la jonction neuro-musculaire).
4. Résultats et interprétation
19
Les résultats des EMG présentent les valeurs obtenues en comparant les deux côtés
successivement, par exemple aux épaules, puis aux coudes et enfin aux poignets. Cette
présentation permet une lecture comparative aisée et rapide.
• On recherche d’abord une différence entre les résultats du côté droit et du côté
gauche concernant la vitesse de conduction et/ou l’amplitude du potentiel. On note
ensuite la localisation du début de l’anomalie. Un ralentissement ou une baisse
d’amplitude du signal du nerf médian au niveau du canal carpien, ou du nerf cubital
au niveau du coude, indique que le nerf est comprimé à ce niveau. On parle alors de
mono-neuropathie.
4. Résultats et interprétation
20
• Si tout est bien symétrique, on analyse l’amplitude des réactions nerveuses et
musculaires. Une atteinte distale et symétrique, surtout sensitive, des quatre membres
évoquera une polyneuropathie… alors qu’une atteinte à la fois distale et proximale
signalera une polyradiculonévrite.
• Un ralentissement des vitesses de conduction évoquera une atteinte des gaines de
myéline protectrices entourant les nerfs (lésion démyélinisante).
4. Résultats et interprétation
21
Pour les affections musculaires génétiques, la caractérisation de l’anomalie génique est une
étape essentielle qui a déjà abouti dans bon nombre de cas ; il est alors possible de proposer un
conseil génétique comportant éventuellement un dépistage néonatal.
Pour les pathologies du Nerf on n’insistera jamais assez sur le caractère capital de
l’interrogatoire du patient et parfois de son entourage. Il sera bien mené si la connaissance de la
pathologie est maîtrisée et il peut déjà dans la plupart des cas orienter vers un diagnostic.
Conclusion
22
Merci pour votre attention

Contenu connexe

Tendances

Exposé sur le sommeil et EEG
Exposé sur le sommeil et EEGExposé sur le sommeil et EEG
Exposé sur le sommeil et EEG
Nasser Hassane
 
EEG normal
EEG normalEEG normal
EEG normal
MOHAMED ZARBOUBI
 
L’ECG normal et les hypertrophies
 L’ECG normal et les hypertrophies L’ECG normal et les hypertrophies
L’ECG normal et les hypertrophies
Chourouk Benmebarek
 
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptxSyndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
MohammedBachirREZGUI1
 
Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
Lélectrocardiogramme ( eph taibet ) Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
mostefa grioui
 
Td pour externes
Td pour externesTd pour externes
Td pour externesSoulaf Sel
 
Syndrome bronchique
Syndrome bronchiqueSyndrome bronchique
Syndrome bronchique
imma-dr
 
amplificateur de luminance
 amplificateur de luminance amplificateur de luminance
amplificateur de luminance
Abdelkarim Bouain
 
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdfLe pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
MedSadNciri
 
Conception avec pic
Conception avec pic Conception avec pic
Conception avec pic
nawzat
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
zazay4
 
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdfGUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
DJAFAR HENNI ABDERAOUF
 
phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)
MOHAMED ZARBOUBI
 
Douleur postoperatoire
Douleur postoperatoireDouleur postoperatoire
Douleur postoperatoire
Sandro Zorzi
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Abdennadher Mahdi
 
PréSentation Kiné
PréSentation KinéPréSentation Kiné
PréSentation Kinéguestdde43
 
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditivesPOTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
asafu00
 

Tendances (20)

Exposé sur le sommeil et EEG
Exposé sur le sommeil et EEGExposé sur le sommeil et EEG
Exposé sur le sommeil et EEG
 
EEG normal
EEG normalEEG normal
EEG normal
 
Plan du planchage
Plan du planchage Plan du planchage
Plan du planchage
 
L’ECG normal et les hypertrophies
 L’ECG normal et les hypertrophies L’ECG normal et les hypertrophies
L’ECG normal et les hypertrophies
 
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptxSyndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
Syndrome alvéolaire Dr REZGUI.pptx
 
Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
Lélectrocardiogramme ( eph taibet ) Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
Lélectrocardiogramme ( eph taibet )
 
Td pour externes
Td pour externesTd pour externes
Td pour externes
 
Syndrome bronchique
Syndrome bronchiqueSyndrome bronchique
Syndrome bronchique
 
amplificateur de luminance
 amplificateur de luminance amplificateur de luminance
amplificateur de luminance
 
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdfLe pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
Le pousse seringue électrique infirr;ier.pdf
 
Conception avec pic
Conception avec pic Conception avec pic
Conception avec pic
 
Staphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaireStaphylococcie pleuropulmonaire
Staphylococcie pleuropulmonaire
 
Scanner
ScannerScanner
Scanner
 
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdfGUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
GUIDE D'INTERPRETATION D'UN TDM CEREBRALE EN URGENCE.pdf
 
Coursdsp tdi
Coursdsp tdiCoursdsp tdi
Coursdsp tdi
 
phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)phonocardiogramme (Pcg)
phonocardiogramme (Pcg)
 
Douleur postoperatoire
Douleur postoperatoireDouleur postoperatoire
Douleur postoperatoire
 
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05 Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
Hernie diaphragmatique. Dr Abdennadher Mahdi .2016 05-05
 
PréSentation Kiné
PréSentation KinéPréSentation Kiné
PréSentation Kiné
 
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditivesPOTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
POTENTIELS EVOQUES AUDITIFS Explorations de l’oreille et des voies auditives
 

Similaire à EMG anormal

Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Norbert Manzo
 
SMA
SMA SMA
BTS diététique Le systeme nerveux
BTS diététique Le systeme nerveuxBTS diététique Le systeme nerveux
BTS diététique Le systeme nerveux
FranckRencurel
 
molecular and cellular immunology
molecular and cellular immunology molecular and cellular immunology
molecular and cellular immunology
Camélia ADJOUT
 
Le syndrome de Lambert Eaton une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
Le syndrome de Lambert Eaton  une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...Le syndrome de Lambert Eaton  une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
Le syndrome de Lambert Eaton une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
Khadija Moussayer
 
Epilepsia
EpilepsiaEpilepsia
Epilepsia
Aefu
 
1 la sclerose_en_plaques
1 la sclerose_en_plaques1 la sclerose_en_plaques
1 la sclerose_en_plaques
Neuromarrakech
 
La dystrophie myotonique de type II
La dystrophie myotonique de type IILa dystrophie myotonique de type II
La dystrophie myotonique de type II
saddek khellaf
 
Maldies mitochondriales
Maldies mitochondrialesMaldies mitochondriales
Maldies mitochondrialesHatem Azzouz
 
SEP.pptx
SEP.pptxSEP.pptx
SEP.pptx
ElyesTobal
 
La sclerose en plaques
La sclerose en plaquesLa sclerose en plaques
La sclerose en plaques
Chahrazad Ikram Romani
 
Defaillances neuro
Defaillances neuroDefaillances neuro
Defaillances neuro
Patou Conrath
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
Neuromarrakech
 
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E. Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
EZECHIELNTAKIRUTIMAN
 
Polyneuropathies
PolyneuropathiesPolyneuropathies
Polyneuropathiesdjeutch
 
Entretien eustache 06-10-2006
Entretien eustache 06-10-2006Entretien eustache 06-10-2006
Entretien eustache 06-10-2006Elsa von Licy
 
Pathology second lecture
Pathology second lecturePathology second lecture
Pathology second lectureimma-dr
 
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptxpathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
AhmedabdessamedBekka
 

Similaire à EMG anormal (20)

Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
Spasticite actualisé 110505 avec programmation50
 
SMA
SMA SMA
SMA
 
BTS diététique Le systeme nerveux
BTS diététique Le systeme nerveuxBTS diététique Le systeme nerveux
BTS diététique Le systeme nerveux
 
molecular and cellular immunology
molecular and cellular immunology molecular and cellular immunology
molecular and cellular immunology
 
Le syndrome de Lambert Eaton une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
Le syndrome de Lambert Eaton  une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...Le syndrome de Lambert Eaton  une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
Le syndrome de Lambert Eaton une maladie rare auto-immune qui peut révéler u...
 
Epilepsia
EpilepsiaEpilepsia
Epilepsia
 
1 la sclerose_en_plaques
1 la sclerose_en_plaques1 la sclerose_en_plaques
1 la sclerose_en_plaques
 
Hic
HicHic
Hic
 
La dystrophie myotonique de type II
La dystrophie myotonique de type IILa dystrophie myotonique de type II
La dystrophie myotonique de type II
 
Maldies mitochondriales
Maldies mitochondrialesMaldies mitochondriales
Maldies mitochondriales
 
SEP.pptx
SEP.pptxSEP.pptx
SEP.pptx
 
La sclerose en plaques
La sclerose en plaquesLa sclerose en plaques
La sclerose en plaques
 
Defaillances neuro
Defaillances neuroDefaillances neuro
Defaillances neuro
 
Carnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsieCarnet d'épilepsie
Carnet d'épilepsie
 
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E. Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
Liens entre les maladies neurodégénératives. Ntakirutimana E.
 
Polyneuropathies
PolyneuropathiesPolyneuropathies
Polyneuropathies
 
Entretien eustache 06-10-2006
Entretien eustache 06-10-2006Entretien eustache 06-10-2006
Entretien eustache 06-10-2006
 
Vidal 2012 sep
Vidal 2012 sepVidal 2012 sep
Vidal 2012 sep
 
Pathology second lecture
Pathology second lecturePathology second lecture
Pathology second lecture
 
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptxpathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
pathologie inflamatoire et dégénérative ATM.pptx
 

Plus de MOHAMED ZARBOUBI

Tp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubiTp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubi
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tp bus i2_c
Tp bus i2_cTp bus i2_c
Tp bus i2_c
MOHAMED ZARBOUBI
 
Tiny os
Tiny osTiny os
Tiny os_2
Tiny os_2Tiny os_2
Tiny os_2
MOHAMED ZARBOUBI
 
Spectrophotomètre
SpectrophotomètreSpectrophotomètre
Spectrophotomètre
MOHAMED ZARBOUBI
 
maintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicalemaintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicale
MOHAMED ZARBOUBI
 
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
MOHAMED ZARBOUBI
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
MOHAMED ZARBOUBI
 
Manet vs Rcsf
Manet vs RcsfManet vs Rcsf
Manet vs Rcsf
MOHAMED ZARBOUBI
 
Le rythme cardiaque
Le rythme cardiaqueLe rythme cardiaque
Le rythme cardiaque
MOHAMED ZARBOUBI
 

Plus de MOHAMED ZARBOUBI (11)

Tp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubiTp1 architecture m.zarboubi
Tp1 architecture m.zarboubi
 
Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2Tp bus i2_c_partie_2
Tp bus i2_c_partie_2
 
Tp bus i2_c
Tp bus i2_cTp bus i2_c
Tp bus i2_c
 
Tiny os
Tiny osTiny os
Tiny os
 
Tiny os_2
Tiny os_2Tiny os_2
Tiny os_2
 
Spectrophotomètre
SpectrophotomètreSpectrophotomètre
Spectrophotomètre
 
maintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicalemaintenance de scanner médicale
maintenance de scanner médicale
 
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
Générateur d'HD & Salle de traitement d'eau
 
Respirateur de réanimation
Respirateur de réanimationRespirateur de réanimation
Respirateur de réanimation
 
Manet vs Rcsf
Manet vs RcsfManet vs Rcsf
Manet vs Rcsf
 
Le rythme cardiaque
Le rythme cardiaqueLe rythme cardiaque
Le rythme cardiaque
 

Dernier

Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptxPrésentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
khalilbatariagro
 
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptationComment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Institut de l'Elevage - Idele
 
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec  Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Daniel Bedard
 
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
Institut de l'Elevage - Idele
 
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdfCOURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
sieousse95
 
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptxPresentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
imed53
 

Dernier (7)

Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptxPrésentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
Présentation PFE (MOUAD LAZRAK) (2).pptx
 
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptationComment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
Comment aborder le changement climatique dans son métier, volet adaptation
 
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec  Alternative - Complément  au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
Alternative - Complément au Tramway et 3ème lien de la ville de Québec
 
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
Quelles rotations dans les systèmes caprins de Nouvelle-Aquitaine et Pays de ...
 
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
1er webinaire INOSYS Réseaux d’élevage Ovins Viande
 
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdfCOURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
COURS ANALYSE FINANCIERE-NOGLO Méthodes d’analyses financières.pdf
 
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptxPresentation d'esquisse route juin 2023.pptx
Presentation d'esquisse route juin 2023.pptx
 

EMG anormal

  • 2. Sommaire Introduction EMG normal et pathologique 02 EMG pathologique 03 Classification physiopathologique des affections musculaires 04 Résultats et interprétation 05 Conclusion 01 06
  • 3. Introduction L'électromyogramme (EMG) Examen clef en neurologie qui consiste à étudier l'activité électrique des nerfs et des muscles. Il a pour objectif d’analyser l’influx nerveux dans les nerfs moteurs, les nerfs sensitifs et les muscles. Il permet d’évaluer le fonctionnement des nerfs et des muscles. Lorsqu’une personne présente des paresthésies, c’est-à-dire des engourdissements, picotements, baisses de la sensibilité dans une main par exemple. Cela signe un problème sur un nerf. Mais à quel endroit se trouve la lésion ? Il est impossible de le savoir avec certitude, sauf si l’on pratique un électromyogramme (EMG) qui va étudier la conduction du ou des différents nerfs pouvant être responsables ainsi que la contraction musculaire. 2
  • 5. 1. EMG normal et pathologique Le fonctionnement normal d'un muscle peut être perturbé à la suite d'atteintes physiologiques. Lorsque le corps cellulaire ou l'axone d'un motoneurone est endommagé, le muscle innervé ne peut plus être mis en activité et cette situation est appelée neuropathie. Si d'autre part le motoneurone est intact mais que les fibres musculaires ne sont pas en état de se contracter => myopathie. L'origine des mouvements volontaires se situant au niveau du cortex moteur, toute modification à cette région du cerveau est donc susceptible de modifier profondément notre capacité motrice. 5
  • 6. 1. EMG normal et pathologique Il y a possibilité de rupture de vaisseaux sanguins qui entraîne une hémorragie cérébrale: l'afflux de sang dans un volume fermé crée une pression qui comprime localement les cellules du cerveau: privées d'oxygène et leurs membranes probablement endommagées lors de l'impact, ces neurones meurent. 6
  • 8. 2.1. Neuropathies Des problèmes peuvent affecter l'axone: soit qu'il soit sectionné lors d'un accident ou qu'il y ait destruction de la gaine de myéline(neurapraxie): même si la continuité de l'axone est préservée, il y a blocage de la conduction nerveuse. D'autre part, il peut y avoir compression d'un nerf de façon aiguë (lors d'un accident) ou chronique (voie anatomique qui se rétrécit avec le temps), ce qui entraîne le dysfonctionnement du neurone. On parle de polyneuropathie lorsque ce sont majoritairement les fibres nerveuses les plus longues qui sont atteintes. Ainsi, dans le cas de Charcot-Marie-Tooth, il s'agit d'une affection héréditaire qui se caractérise par une atrophie progressive des muscles des jambes et des pieds. Le syndrome de Guillan-Barré se manifeste par une paralysie où les lymphocytes et les monocytes infiltrent la myéline et la détruisent par réaction auto- immunitaire. De telles maladies peuvent aussi être d'origine alcoolique, diabétique ou toxique. 8
  • 9. 2.2. Myopathies L'atteinte des fibres musculaires est soit d'origine génétique, endocrinienne ou inflammatoire. La maladie de Duchenne est d'origine héréditaire (prévalence 3/100,000). Elle se diagnostique à l'âge de 3 ans quand l'enfant commence à manifester des difficultés de locomotion; vers 12 ans l'enfant ne peut plus marcher et il meurt vers 20 ans. L'hérédité peut aussi causer des myotonies: il s'agit de situations où un muscle ou un groupe de fibres dans un muscle continue de se contracter même après l'arrêt du mouvement volontaire. Ces problèmes n'affectent pas la longévité de la personne qui en souffre. Des troubles biochimiques peuvent entraîner des faiblesses musculaires, des crampes ou de l'ankylose. 9
  • 11. 2.2. Myopathies Au point de vue hormonal, il existe des myopathies thyroïdiennes, parathyroïdiennes et pituitaires associées à des fonctionnements anormaux de ces glandes: la guérison du trouble hormonal est susceptible de guérir l'atteinte musculaire qui est minime habituellement. La polymyosite et la dermatomyosite sont des affections inflammatoires non spécifiques des muscles striés. Ces maladies sont caractérisées par une perte de poids de la personne atteinte, une léthargie et une fièvre persistante. Les récepteurs de la plaque motrice peuvent être frappés d'une maladie immunologique caractérisée par leur blocage par des anticorps antirécepteurs d'acétylcholine. On appelle cette atteinte une myasténie. 11
  • 12. 2.3. Myopathies et PAUMS Une myopathie a pour conséquence de réduire la durée et l'amplitude des PAUMS mais complexifie la forme de ces dernières. La réduction de la durée des PAUMS est généralement attribuée à la réduction du nombre de fibres actives: moins qu'il y a de fibres, plus faible est la dispersion temporelle entre les potentiels extracellulaires. La réduction de l'amplitude serait aussi expliquée à partir de la réduction du nombre de fibres. Toutefois, certains PAUMS auraient des amplitudes plus grandes que dans des cas normaux. 12
  • 13. 2.4. Hémiplégie Lorsque la pression sanguine est anormalement élevée (hypertension) et qu'il a rupture d'un vaisseau sanguin du cerveau dû à une faiblesse de sa paroi, on parle d'un accident vasculo-cérébral (AVC). Il est possible pour un caillot d'aller obstruer une branche d'une artère: il en résulte un manque localisé d'oxygène et les cellules avoisinantes dépérissent. Ces traumatismes n'affectent habituellement qu'un côté du cerveau et les déficits n'atteignent qu'une moitié du corps: on parle alors d'hémiplégie gauche ou droite selon le côté atteint. Il s'agit d'une atteinte qui représente la 3ième cause de mortalité après le cancer et les maladies cardiaques. 13
  • 14. 2.4. Hémiplégie Si l'occlusion ne dure que quelques minutes, le ramollissement du cerveau entraînera des signes d'hémiplégie qui régresseront en quelques semaines. Par contre, si la durée de l'occlusion est plus grande, les effets pourront être définitifs. La paralysie porte dans la grande majorité des cas sur la moitié du corps, d'où son nom d'hémiplégie. Dans les cas favorables, le malade reprend peu à peu conscience et mouvement, mais il conserve presque toujours des séquelles plus ou moins importantes et durables: troubles de la parole, de la motricité, des sensations. 14
  • 16. 3. Classification des affections musculaires Les principales affections musculaires sont regroupées selon leur physiopathologie connue : 1. dystrophie musculaire caractérisée par une altération primaire des fibres musculaires et une disparition progressive de celles ci, 2. myopathies dites congénitales où le développement de la fibre musculaire au cours de la période fœtale est perturbé, conduisant à des altérations de la structure interne des fibres, 3. myopathies dites métaboliques car secondaires à un dysfonctionnement de la voie de dégradation des sucres (glycogénoses), du métabolisme des graisses (lipidoses), de la chaîne respiratoire mitochondriale (myopathies mitochondriales), 16
  • 17. Les principales affections musculaires sont regroupées selon leur physiopathologie connue : 4. musculaires dues à une anomalie de l’excitabilité membranaire (syndromes myotoniques, paralysies périodiques), 5. affections musculaires acquises, d’origine inflammatoire, toxique et iatrogène, endocrinienne, 6. syndromes myasthéniques, dus à une perturbation de la transmission neuromusculaire. 3. Classification des affections musculaires 17
  • 19. l’examen permet de diagnostiquer différentes maladies ou lésions : • une maladie musculaire (myopathie) ; • une rupture musculaire (après une intervention chirurgicale, un traumatisme ou un accouchement au niveau du périnée par exemple) ; • un syndrome du canal carpien ; • en cas de lésion de la racine nerveuse suite à un traumatisme, l’étude des vitesses de conduction permet de préciser le niveau d’atteinte de la structure nerveuse touchée (racine, plexus, nerf dans ses différents segments le long du membre) et son degré d’atteinte ; • une maladie du nerf (neuropathie). En analysant différentes zones du corps, l’EMG permet de déceler si la maladie des nerfs est diffuse ou localisée et ainsi distinguer les polyneuropathies, mononeuropathies multiples, polyradiculoneuropathies. En fonction des anomalies observées, il permet également d’orienter vers la cause de la neuropathie (génétique, trouble de l’immunité, toxique, diabète, infection…) ; • une maladie des cellules nerveuses motrices de la moelle épinière (motoneurone) ; • une myasthénie (maladie auto-immune très rare de la jonction neuro-musculaire). 4. Résultats et interprétation 19
  • 20. Les résultats des EMG présentent les valeurs obtenues en comparant les deux côtés successivement, par exemple aux épaules, puis aux coudes et enfin aux poignets. Cette présentation permet une lecture comparative aisée et rapide. • On recherche d’abord une différence entre les résultats du côté droit et du côté gauche concernant la vitesse de conduction et/ou l’amplitude du potentiel. On note ensuite la localisation du début de l’anomalie. Un ralentissement ou une baisse d’amplitude du signal du nerf médian au niveau du canal carpien, ou du nerf cubital au niveau du coude, indique que le nerf est comprimé à ce niveau. On parle alors de mono-neuropathie. 4. Résultats et interprétation 20
  • 21. • Si tout est bien symétrique, on analyse l’amplitude des réactions nerveuses et musculaires. Une atteinte distale et symétrique, surtout sensitive, des quatre membres évoquera une polyneuropathie… alors qu’une atteinte à la fois distale et proximale signalera une polyradiculonévrite. • Un ralentissement des vitesses de conduction évoquera une atteinte des gaines de myéline protectrices entourant les nerfs (lésion démyélinisante). 4. Résultats et interprétation 21
  • 22. Pour les affections musculaires génétiques, la caractérisation de l’anomalie génique est une étape essentielle qui a déjà abouti dans bon nombre de cas ; il est alors possible de proposer un conseil génétique comportant éventuellement un dépistage néonatal. Pour les pathologies du Nerf on n’insistera jamais assez sur le caractère capital de l’interrogatoire du patient et parfois de son entourage. Il sera bien mené si la connaissance de la pathologie est maîtrisée et il peut déjà dans la plupart des cas orienter vers un diagnostic. Conclusion 22
  • 23. Merci pour votre attention

Notes de l'éditeur

  1. Parfois appelé électromyographie, il est indiqué en neurologie pour détecter d'éventuelles anomalies ou pathologies d'origine nerveuse ou musculaire.
  2. Ainsi, lors d'un accident d'automobile, l'impact d'un choc à la tête peut faire que le cerveau s'écrase contre la boite crânienne.
  3. Exemple d'enregistrement EMG de surface (mollet pendant plusieurs sauts verticaux) Il y a alors La nature du déficit ( sensoriel, cognitif) dépend de l'endroit où les neurones sont détruites et l'ampleur du déficit est fonction de la grandeur de la zone atteinte.
  4. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  5. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  6. Myotonie (lenteur à la décontraction musculaire) inconstante Signes négatifs (pas de déficit sensitif, ROT présents).
  7. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.^ Paragrph 2 La guérison se fait par des traitements aux stéroïdes ou à des médicaments immunosuppressifs. PARAGRAGH 3 et la plus commune porte le nom d'Erb-Goldflam
  8. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  9. Syndrome pyramidal Fig. HÉMIPLÉGIE DROITE DÛE ;A UN TRAUMATISME CÉRÉBRAL. Tout le côté opposé au traumatisme cérébral se trouve dépourvu de sensibilité (S) et de motricité (M). C'est le côté hémiplégique. L'autre côté peut subir aussi une certaine atteinte et on l'appelle habituellement contralatéral pour cette raison.
  10. Fig. HÉMIPLÉGIE DROITE DÛE ;A UN TRAUMATISME CÉRÉBRAL. Tout le côté opposé au traumatisme cérébral se trouve dépourvu de sensibilité (S) et de motricité (M). C'est le côté hémiplégique. L'autre côté peut subir aussi une certaine atteinte et on l'appelle habituellement contralatéral pour cette raison. Paragraph et qu'elle disparaît par la suite
  11. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  12. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  13. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  14. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.
  15. Voyons quelques informations supplémentaires sur chacun de ces états.