Handicap positions ethique

1 708 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 708
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
657
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • J.s.M:1843:systeme de logique; apport:il rompt definitevement avec tout systeme religieux Polycy:Useful et expedient
  • Oviedo : extension au gropes, mais aussi au genome .
  • Notion de personne
  • Habermas: éthique de la discussion
  • Handicap positions ethique

    1. 1. Rappel de quelquesprincipes fondamentaux en éthique déontologique:Concordance ou discordanceavec nos pratiques autour du handicap? Amine Benjelloun Rabat, février 2008
    2. 2. Problématiques: Quid de nos connaissances sur le handicap? Quid de notre réflexion autour des principes qui sous tendent nos pratiques? Le déni de la différence n’est il pas encouragé, car non réfléchi, non pensé, encouragé par une médecine prométhéenne,confondant fins et moyens?
    3. 3. Éloge de la Faiblesse Alexandre Jollien« Aujourd’hui on prône l’intégration; à mon époque, on préconisait l’immersion:un groupe plongé dans un autre groupe.Ces deux entités restaient dans leur isolement confortable et convenu sans communion ni communication escargot qui traverse l’herbe sous le regard intrigué, dégoûté , presque, de l’enfant qui joue dans le parc.Mes camarades et moi étions cet escargot.Quand a l enfant, il représente toute la sphère sociale: les hommes et les femmes, qui font leur emplettes, se rencontrant dans la rue.Inconsciemment, j’ai longtemps traîné cette image d’escargot, finissant presque par m’identifier à lui.Si le mercredi représentait une joie à nos yeux, rétrospectivement je le rangerais plutôt du cote des mauvais souvenirs… »
    4. 4. Le Handicap Certes, depuis peu, « cause nationale ». Progrès ? «Oui, si et seulement si l’environnement relationnel et humain est conforme aux principes éthiques d’entraide, de justice, et d’hospitalité ».(J.F.Mattei) Loi du 30 juin 1975 (Fr) Loi du 11 février 2005 (Fr): « Toute personne handicapée a droit, quelle que soit la cause de sa déficience, à la solidarité de l’ensemble de la collectivité nationale. »
    5. 5. Le handicap:loi de 2005 Redéfinition actualisée et formulée. Participation sociale:accès aux écoles, a l’emploi, aux loisirs, à la culture. Droit à la compensation. Libre choix du mode de vie (à domicile ou en établissement en parallèle à une vie sociale et professionnelle) Maisons Départementales des Personnes Handicapées (annonce , accompagnement, mais aussi Commission des Droits et de l’Autonomie, et CDES)
    6. 6. Le Handicap: Définition (2005): « Toute limitation d’activité ou restriction de participation a la vie en société subie dans son environnement par une personne en raison d’une altération substantielle durable ou définitive d’une ou plusieurs fonctions physiques, sensorielles, mentales, cognitives ou psychiques, d’un polyhandicap, ou trouble de santé invalidant. » Limites: seule la dimension médicale abordée. La dimension anthropologique (subjectivité) est délaissée (Hamonet).
    7. 7. Rappel:Éthique utilitariste- Bentham;John Stuart Mill (1863). • Morality (ou correction morale):le vrai du faux • Policy (ou prudence):règles d’une gestion des affaires publiques ou privées. ’’Useful’’+++ • Aesthetics:recherche du beau , de l’aimable. – Les techniques, les sciences… – But ultime:le bonheur de l’homme en tant qu’homme; plaisirs et absence de douleurs; – L’idéal utilitariste:le bonheur du plus grand nombre et non pas du particulier.
    8. 8. Rappel:Éthique déontologique Éthique de conviction (Antigone) & éthique de responsabilité (Créon) Une des sources:les impératifs kantiens – « Agis de façon telle que tu traites lhumanité, aussi bien dans ta personne que dans tout autre, toujours en même temps comme fin, et jamais simplement comme moyen. »– « Agis selon la maxime qui peut en même temps se transformer en loi universelle. »– « Agis selon des maximes qui puissent en même temps se prendre elles-mêmes pour objet comme lois universelles de la nature. »
    9. 9. « L’acte de soin n’est pas neutre. Il engage deux personnea dans une situation qui dépasse le contexte d’une rencontre ordinaire et les force à se reconnaître mutuellement. C’est dans cette reconnaissance que peuvent s’affirmer la responsabilité de l’un, l’autonomie de l’autre, et la liberté des deux. » C.Deschamps.
    10. 10. Bien en amont des grandsprincipes, le secret:« C’est le prix donc à payer pour se faire pardonner d’avoir l’air de confondre les intérieurs de la personne avec l’intériorité de l’être. C’est le prix que doit payer un médecin, un soignant, pour s’autoriser à explorer un intimité que le patient n’aurait partagée avec aucun de ses proches. » Dominique Folscheid.
    11. 11. Le Principe de Dignité. Ricœur :l’estime de soi, la sollicitude pour autrui, des institutions justes et fortes. Levinas : la sollicitude pour autrui, promue par des institutions justes et fortes, concourt à l’instauration de l’estime de soi. J.Rawls: « le sens de sa propre valeur, l’intime conviction de sa conception du bien,son projet de vie, sont dignes d’être mis en œuvre(…) La confiance dans la capacité de réaliser ses propres intentions dans la mesure où c’est en son pouvoir .»
    12. 12. Le Principe de Dignité: Affirmons avec E.Kant un principe d’humanité sans exception aucune : « tout homme est porteur d’une idée d’humanité qui demande à être honorée. » « L’être raisonnable ne doit jamais être traité seulement comme un moyen. »
    13. 13. Le Principe de Dignité. 1948…1997 (Oviedo): «Protection des droits de l’homme et de la dignité de l’être humain »; « Respecter l’être humain comme individu et dans son appartenance a l’espèce humaine » CCNE, 1987: « La dignité est cette lumière que sur tout l’humain la liberté du sujet moral projette de derrière l’horizon longtemps après son coucher et bien plus tôt que son lever. »
    14. 14. « La perte de la dignité, c’est avoir honte de ce qu’on est devenu. C’est se trouver engagé sans issue immédiatement envisageable dans des situations humiliantes. Pour l’interne que je suis, ma conception de la dignité consiste à partager cette honte; à la prendre en quelque sorte sur moi. J’ai du mal à supporter que les malades soient à ce point mal à l’aise. » Un interne en médecine
    15. 15. La Dignité:« Ce qui , justement ,délimite le contour des soins. »
    16. 16. Le Principe de Responsabilité Husserl. L’authenticité. Heidegger. Responsabilité pour la vérité. Autonomie , Engelhardt & Rawls bienfaisance ,justice. Jünger Habermas Envers les – &Hans Jonas. générations futures. Emmanuel Levinas Subjectivité.
    17. 17. -Principe d’Autonomie:ce qui est juste.-Tout acte entraînant des conséquences pour autrui doit être soumit au consentement de la personne impliquée. Sans cet accord, l’action n’est pas légitime, et l’usage de la force pour y résister est moralement défendable. -il s’oppose a tout pratique paternaliste. -il injecte des valeurs propres au patient dans la relation.-Il permet la coexistence de croyances et valeurs différentes.
    18. 18. Principe de Bienfaisance: ce qui est bien Vise a produire ou à réaliser le bien. Associé en tandem au principe d’autonomie (contenant) auquel il donne son contenu. La bienfaisance est orientée vers l’action et non pas vers l’agent. Principe violé si la poursuite sincère du bien cause du tort.
    19. 19. Le Principe de Non Malfaisance-« Primum non nocere »-Les bénéfices l’emportent sur les maux.-Une intention inoffensive n’excusera pas entièrement le mal causé en l’absence d’un bien qui puisse le compenser.-Interdiction de faire à autrui ce qu’autrui considère comme un bien, alors que l’agent y décèle une nocivité. (H.Tristam Engelhardt)
    20. 20. «Comment entendre etsoutenir la personne là où elle nous attend? » Un soignant.
    21. 21. La Personne Vulnérable-« Être humain dont l’autonomie, la dignité et l’intégrité exigent protection et sollicitude en raison de leur fragilité .»⇒Notion de « Personne » ( et assimilables):-avec une identité narrative ,une histoire, des projets,irremplaçable et vulnérable.-avec une corporéité: un corps capable d’affectivité, d’activité, de perception, et d’action. -Rôle de l’État-Providence, sans tomber dans la victimisation (rôles premiers du Droit et de l’Éthique)
    22. 22. Le Principe de Vulnérabilité: Respect, protection d’autrui et du vivant en général, sur la base du constat de la fragilité, de la finitude, et de la mortalité des êtres. Peut être, plus en amont et plus de puissance heuristique que le principe de dignité. Efface la distinction entre faits et normes. +++ Préserve dignité et intégrité, même quand l’autonomie est perdue. Lie « les étrangers moraux dans une société pluraliste ».(Engelhardt)
    23. 23. Dimensions du Principe de Vulnérabilité-Ontologique et anthropologique: finitude de la condition humaine.-Phénoménologique: réceptivité personnelle.-Naturelle: fragilité et irremplaçabilité de la nature.-Médicale:fragilité de la vie du patient.-Culturelle:fragilité des traditions et des mœurs.-Sociale:fragilité des groupes particuliers et des personnes défavorisées.-Philosophique (J.Habermas): Principe de justice ( égal respect et égalité des droits) +Principe de solidarité( empathie et assistance)
    24. 24. « L’éthique procède d’une relation avec lesautres, pour les autres, au sein d’institutionsJUSTES et FORTES. » Paul Ricœur. Principe de responsabilité confidentialité+++ Du Principe de Précaution au Principe de BIENTRAITANCE 5
    25. 25. Exemple de l’implant cochléaire: Vrai progrès technologique. Les orl: dépistage le plus tôt possible, pour intervenir le plus tôt possible.Avec tout un programme , très précoce et très lourd. Oublieux des recommandations de la HAS (janvier 2007) et du CCNE (décembre 2007). Le langage , dès lors, n’est plus que la sonorisation du silence. Et les dérapages nombreux !!!
    26. 26. « L’humain commence dans la sainteté avec comme première valeur de ne pas laisser le prochain à sa solitude, à sa mort. Vocation médicale de l’homme .» Emmanuel Levinas.

    ×