La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2

1 094 vues

Publié le

La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2 - Conférence de la 2e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - TUSEO Luciano - World Health Organization / Roll Back Malaria - maloms@iris.mg

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 094
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
10
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La planification de programmes de lutte contre le paludisme. Part.2

  1. 1. WHO/CDS/CPE/SMT/2000.3 Rev.1 Partie IILa planification de programmes delutte contre le paludismeGuide de linstructeur Organisation mondiale de la Santé VIH/SIDA, tuberculose et paludisme Faire reculer le paludisme Juillet 2003 Edition Provisoire
  2. 2. © Organisation mondiale de la Santé 2003Tous droits réservés.Le présent produit d’information sanitaire est destiné à un public restreint seulement. Il nepeut être commenté, résumé, cité, reproduit, transmis, distribué, traduit ou adapté,partiellement ou en totalité, sous quelque forme ou par quelque moyen que ce soit.Les appellations employées dans la présente publication et la présentation des données qui yfigurent n’impliquent de la part de l’Organisation mondiale de la Santé aucune prise deposition quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, niquant au tracé de leurs frontières ou limites. Les lignes en pointillé sur les cartes représententdes frontières approximatives dont le tracé peut ne pas avoir fait l’objet d’un accord définitif.La mention de firmes ou de produits commerciaux n’implique pas que ces firmes et produitscommerciaux sont agréés ou recommandés par l’Organisation mondiale de la Santé, depréférence à d’autres. Sauf erreur ou omission, une majuscule initiale indique qu’il s’agit d’unnom déposé.L’Organisation mondiale de la Santé ne garantit pas l’exhaustivité et l’exactitude desinformations contenues dans le présent produit d’information sanitaire et ne saurait être tenueresponsable de tout préjudice subi à la suite de leur utilisation.
  3. 3. Table des Matières Table des MatièresPréface .......................................................................................................................................iiiRemerciements ......................................................................................................................... viiIntroduction ............................................................................................................................... ixUnités dapprentissages1. Introduction à la planification et principes de base de la lutte contre le paludisme ............. 32. Rédaction du plan................................................................................................................. 73. Analyse de la situation et investigation des problèmes liés au paludisme ........................... 94. Stratification ....................................................................................................................... 135. Sélection des mesures de lutte antipaludique ..................................................................... 196. Formulation d’objectifs de réduction de la maladie ........................................................... 237. Développement des éléments techniques stratégiques destinés à la réalisation des objectifs................................................................................. 258. Fixation des cibles opérationnelles..................................................................................... 279. Activités d’appui au programme et les étapes .................................................................... 2910. Budgétisation du programme ............................................................................................. 3111. Sélection et définition des méthodes d’évaluation dans la lutte antipaludique .................. 3312. L’approche « recherche et développement » ...................................................................... 3913. Cadre général pour la gestion du programme..................................................................... 4314. Directives pour développer un plan de mise en œuvre....................................................... 47Annexes1. Exemple de questionnaire à choix multiple ....................................................................... 492. Questionnaire destiné à évaluer la formation ..................................................................... 533. Méthodes d’enseignement habituellement utilisées et leurs objectifs................................ 63 -i-
  4. 4. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeur - ii -
  5. 5. PréfacePréfaceDe nos jours, le paludisme est la maladie parasitaire tropicale de loin la plus répandue. Ellemenace au moins quatre personne sur dix dans le monde.C’est une maladie tueuse, particulièrement en Afrique tropicale où surviennent 90% des casmondiaux.Dans les pays endémiques , cette maladie doit être contrôlée car elle mine l’état de santégénéral et le bien-être des familles ; en effet elle affaiblit les populations et épuise lesressources économiques des pays et des gens.Dans chaque pays, les services de santé nationaux doivent être de premier ordre pour êtrecapables de gérer le paludisme comme un problème de santé prioritaire et les communautésdoivent être bien soutenues afin de pouvoir prendre des mesures préventives. Il est nécessairede mettre en place des systèmes qui réfèrent très vite le patient dont l’état le nécessite, quisurveillent l’efficacité des médicaments, qui identifient rapidement des tendancesépidémiologiques inhabituelles, qui gèrent les épidémies et qui maintiennent les travailleursde santé à jour et en alerte.Durant les années 90, l’Organisation mondiale de la Santé a développé une StratégieMondiale de Lutte contre le Paludisme qui a été adoptée, en 1992, à la ConférenceMinistérielle sur le Paludisme, tenue à Amsterdam. Cette stratégie a été ensuite avalisée parl’Assemblée Mondiale de la Santé en 1993 et par l’Assemblée Générale des Nations Uniesl’année suivante (1994). Les chefs d’états et de gouvernements de l’Organisation de l’UnitéAfricaine, composée de 53 pays, ont pleinement soutenu la stratégie mondiale qui a culminé(1997) dans la Déclaration d’Harare sur la Prévention et la Lutte contre le Paludisme dans lecontexte du Redressement et du Développement de l’économie africaine.La Stratégie Mondiale se compose des quatre éléments fondamentaux suivants : Ø le diagnostic précoce et le traitement rapide, Ø la planification et la mise en œuvre de mesures de prévention sélectives et durables, y compris une action antivectorielle, Ø la détection rapide des épidémies et les mesures permettant de les circonscrire rapidement, Ø le renforcement des capacités locales dans le domaine de la recherche fondamentale et appliquée afin de permettre et d’encourager la réévaluation régulière de la situation du paludisme dans les pays et, en particulier, les déterminants écologiques, sociaux et économiques de la maladie.Ces éléments de base forment la substance de tout programme de lutte. Cependant, pour êtreefficaces, les programmes de lutte doivent être bien planifiés et reposer sur une bonneconnaissance de la situation.Les approches à exécuter doivent être élaborées de façon identique. Ce module a étédéveloppé dans ce but. Les principes qui sous-tendent ceci permettront le développement deprogrammes propres à chaque situation, lesquels seront suffisamment flexibles pour prendreen compte la variabilité épidémiologique et la disponibilité des ressources.Ce module de formation peut servir de guide pratique pour la planification et la re-planification de programmes de lutte contre le paludisme dans toute situation. - iii -
  6. 6. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurIl est destiné aux professionnels de la santé et aux planificateurs des soins de santé à un niveaunational , ceux qui sont responsables de la planification, de l’exécution, de l’évaluation et dela re-planification des programmes nationaux de lutte dans les pays endémiques. Il est utileaussi pour les partenaires internationaux confrontés au défi d’aider les pays à élaborer ou à ré-élaborer des programmes de lutte. Bien que ce module soit centré sur le paludisme, un grandnombre de principes de planification peuvent être appliqués à la lutte contre les autresmaladies parasitaires, spécialement celles transmises par des vecteurs.Le module est constitué d’une première partie, le guide de l’étudiant et d’une seconde partie,le guide du professeur et des facilitateurs. Dans le guide de l’étudiant, les chapitresd’apprentissage suivent un processus de pensée séquentielle aboutissant à une planification.Ceci peut être difficile à suivre et la pleine compréhension du processus peut prendre dutemps. Une fois que l’étudiant aura eu l’occasion d’exécuter la planification de cette manière,étape après étape, il réalisera inévitablement sa valeur et ses applications potentielles dès la finde tout l’exercice.La seconde partie, le guide du professeur, fournit à celui-ci des lignes de conduite pour laplanification anticipée des activités de formation ; prise de dispositions nécessaires avantchaque chapitre, préparation des instruments d’évaluation, préparation du travail de terrain etde l’approche réelle de la formation chapitre par chapitre.La planification peut être très complexe et difficile à comprendre pour les étudiants, surtouts’ils ne sont pas habitués à une pensée logique et ne sont pas sensibles au détail. C’estpourquoi, les facilitateurs doivent non seulement aider à la compréhension mais aussiencourager le développement de ce qui pourrait être pour certains, un nouveau mode depensée. La manière la plus facile, pour chaque étudiant, d’arriver à ce résultat est de s’exercersur une série de données et d’élaborer un plan de lutte. A chaque étape du travail, lesparticipants devraient être invités à partager leur travail avec les autres afin de susciter unediscussion entre eux.Cette remarque est surtout valable pour les facilitateurs car des zones de malentendus pourrontapparaître et être corrigées. Tout ceci prend du temps et il faut qu’il en reste assez pour leprogramme.Il y a beaucoup de manières de planifier selon la méthodologie proposée dans ce module ;cette méthodologie est basée sur de nombreuses années d’expérience et repose sur deuxprémisses.La première est que le planificateur planifie avec les ressources disponibles ou mobilisables.Le plan devrait donc déboucher sur une meilleure utilisation des ressources existantes. Laseconde est que le planificateur planifie avec l’information et les données disponibles et neperd ni temps ni argent à récolter de nouvelles données. Pendant le processus de planificationdécrit dans ce module, des lacunes dans l’information vont apparaître ; celles-ci devraientfaire partie des nouvelles données à faire récolter dans le futur, par le système d’informationqui est un élément important du plan.Ce module est donc consacré au développement de plans pour les programmes nationaux afinde leur donner une direction qui justifiera l’autorisation d’allocation des ressourcesdisponibles et la responsabilisation des dépenses.Ceci pour dire que le produit fini du processus de planification est un authentique plan pour lalutte antipaludique à travers un pays tout entier. - iv -
  7. 7. PréfaceLe même processus peut être appliqué à un état ou à une province si le pays est très grand. Laplanification réclame le travail d’une équipe multidisciplinaire, mené sur une période de deuxou trois mois. Les secteurs extérieurs à la santé doivent être impliqués puisque le paludismen’est pas strictement un problème de santé mais aussi un problème qui a des conséquencessociales et économiques ainsi que sur le développement.Une fois approuvé et financé, le processus d’exécution du plan national commencera par desmicroplanifications pour le développement de plans d’exécution aux différents niveauxadministratifs. De tels plans couvrent une zone administrative et sont très détaillés ; ilscomprennent les techniques et les méthodes à utiliser.Le chapitre 13 fournit quelques directives sur le développement d’un plan d’exécution, maisce n’est pas le but principal de ce module. -v-
  8. 8. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeur - vi -
  9. 9. RemerciementsRemerciementsLe fond et la forme de ce module de formation sont l’œuvre du Dr P. F. Beales. Ce module estbasé sur des publications des 15 dernières années alors qu’il enseignait le sujet à desprofessionnels de la santé dans des cours internationaux. Un grand nombre parmi cesprofessionnels de la santé étaient des gestionnaires de programmes.Des éléments supplémentaires ont été inclus à partir du « guide pour la planification deprogrammes de lutte antipaludique en Afrique »1 que l’auteur a élaboré avec le Dr A. Schapiraen 1994. Les notes de l’étudiant et du professeur ont été progressivement modifiées au coursdu temps, en fonction des réactions de nombreux étudiants. L’auteur voudrait remercier tousles anciens étudiants pour leur contribution à ce travail dont bénéficieront les générationsfutures.Des contributions spécifiques à partir de discussions verbales et écrites ont été apportées parle Dr Awash Teklehaimanot, le Dr Elil Renganathan, le Dr F. Rio et le Dr Ch. Delacollette.Cette édition est un essai destiné à l’utilisation pratique pendant un ou deux ans avantl’édition finale. Les commentaires et suggestions faisant suite à une expérience d’utilisationde ce matériel seraient bienvenus et devraient être adressés au groupe de travail sur la luttecontre les maladies transmissibles, OMS, 1211 Genève 27, Suisse.Le développement et la reproduction de ce module ont été appuyés par une contributionfinancière de la Banque Mondiale.1Beales P.F. (1988) : The planning of malaria control . In: Werndorfer & Mcgregor, Malaria, Vol.2. Edinburgh, ChurchillLivingstone, 1988: 1287-1334 - vii -
  10. 10. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeur - viii -
  11. 11. IntroductionIntroductionCe guide du professeur est principalement destiné à aider les formateurs responsables dudéveloppement des ressources humaines nécessaires dans le domaine du paludisme et d’autresmaladies tropicales endémiques, pour la planification, la mise en œuvre, l’évaluation et lare-planification de programmes de lutte.Ce guide devrait être utile, même au formateur le plus expérimenté et sera très précieux pourceux qui ne sont pas habitués à l’enseignement sous forme participative.Le module peut être utilisé de plusieurs manières et il peut être adapté au niveau de départ desparticipants, niveau mis en évidence lors de l’évaluation préliminaire.Il peut être utilisé pour une formation unique dans le domaine du paludisme ou faire partied’un cours plus vaste. Après un cours de formation formel, les étudiants peuvent utiliser le«guide de l’étudiant» comme manuel de référence ; si leurs responsabilités incluent laformation, les étudiants devraient aussi recevoir le «guide du professeur » mais, de préférence,à la fin de la formation.Dans la philosophie de ce module, l’approche est orientée vers la résolution des problèmes.Il s’agit d’un apprentissage très peu tourné vers les tâches. Pourtant, certains ont desdifficultés à comprendre le sujet. Ceux qui sont déjà bien organisés et pensent logiquementéprouveront peu de difficultés à maîtriser le sujet ; les autres devront travailler beaucoup plusdur pour atteindre tous les objectifs d’apprentissage.Comme professeur, vous devrez très vite identifier ceux de vos étudiants qui risquent d’avoirdes difficultés et être prêt à travailler avec eux durant les sessions pratiques sur le terrain.Il est utile d’être entouré de deux facilitateurs. Cependant, même s’il s’agit de gensexpérimentés, vous devrez leur donner des instructions très précises tout au long de laformation. Le professeur et les facilitateurs fournissent des directives et, en général,n’exercent pas de fonctions de support. La séquence apprentissage/enseignement n’est pasdidactique.Si vous n’êtes pas familier de ce système de formation, lisez attentivement cette introduction.Il est important que vous lisiez aussi l’introduction du guide de l’étudiant et que vous enconnaissiez le contenu à fond même si vous êtes un formateur expérimenté et si votreexpérience en la matière est importante.A qui ce module de formation est-il destiné ?Le module est destiné aux professionnels de la santé qui, au cours de l’exercice de leur métier,ont quelque responsabilité dans la planification et l’évaluation de programmes antipaludiquesou de programmes destinés à lutter contre d’autres maladies causées par des vecteurs. Il seraégalement utile comme partie de la formation de base des gestionnaires de programme oucomme partie d’un programme de formation plus large en malariologie de base.Quel est le niveau d’éducation idéal des étudiants ?Il n’est pas possible de planifier un programme contre une maladie quelconque sans avoir unebonne connaissance de cette maladie, de son épidémiologie (y compris la parasitologie etl’entomologie), de ses caractéristiques cliniques, de son diagnostic, de sa prévention, de sontraitement et de sa guérison. Il n’est pas non plus possible de planifier sans une connaissance - ix -
  12. 12. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurde base en statistiques. On supposera donc que les participants auront les compétences et lesaptitudes dans ces domaines avant le démarrage du module de planification. Si le module estutilisé comme partie d’un cours de base plus large sur le paludisme, il devrait être abordé endernier lieu puisqu’il apporte aux participants l’opportunité d’utiliser tout ce qu’ils ont apprisdans le cours de base.Le niveau de départ dépendra donc de l’utilisation de ce module comme partie d’un cours debase ou comme seul exercice de formation. Dans le dernier cas, les participants doivent avoirun solide bagage d’aptitudes et de compétences en malariologie car le module n’enseigne pasles bases.Donc le niveau d’entrée sera celui du personnel de santé doté d’une formation de base enmalariologie et en épidémiologie du paludisme. En dehors des qualifications éducationnelles,il est important que les étudiants : Ø soient capables de lire, de comprendre et d’écrire l’anglais ou toute autre langue utilisée dans ce module, s’il est traduit. Ø aient eu une expérience dans le domaine de la mise en œuvre d’un programme antipaludique ou de certains aspects de cette mise en œuvre. Ø soient responsables dans le futur de certains aspects de la planification dans lesquels cette formation sera bien exploitée.Comment la formation est-elle conçue ?Les objectifs principaux de la formation sont répertoriés dans l’introduction du guide del’étudiant. Veuillez vous arrêter et la lire maintenant. Le module est conçu pour stimulerl’apprentissage actif par le travail sur des données récoltées par chaque participant dans lazone où il travaille (voir l’introduction du guide de l’étudiant). Ce procédé donne plus de sensà la formation pour chaque élève et ajoute un élément très précieux au processusd’apprentissage ; cet élément est la « variabilité ».Les étudiants apprennent les caractéristiques saillantes du processus de planification et àchaque étape, ils ont l’opportunité de mettre en pratique ce qu’ils ont étudié, en développantun plan national de lutte antipaludique à titre d’exercice.En même temps, ils ont l’occasion de partager ce qu’ils ont accompli ainsi que les problèmeset difficultés rencontrées avec les autres étudiants. Ils peuvent donc apprendre les uns desautres. Ceci à titre de renforcement. Il est crucial qu’aucun étudiant ne soit à la traîne ; tousdoivent participer activement et être productifs selon un horaire donné. Ceci fait partie de ladiscipline de la planification. Ce type de formation est performant et très efficace.Au départ, la plupart des étudiants seront effrayés devant la totalité du processus et inquiets àl’idée d’exposer leur ignorance. Il est vital que vous, le professeur, vous les mettiez à l’aise àce propos. Il est également vital et cela fait partie de la philosophie de la planification quevous insistiez pour que tous les étudiants, indépendamment de leur statut, respectent les délais(en fonction de l’horaire connu par tous bien à l’avance) pour produire leur travail. Ils vousdiront tous qu’ils ont trop peu de temps et des données insuffisantes.Ce n’est pas vrai. Une partie du processus éducationnel consiste à apprendre la gestion dutemps et à en faire un usage judicieux ainsi qu’à planifier avec les données déjà disponibles etavec celles qu’on pourra rassembler. La plupart de ces données peuvent être imprécises et nereposer que sur l’expérience personnelle. Si ce peu de données est tout ce qui est disponible,elles peuvent être utilisées pour la planification mais le plan doit alors inclure la récolte des -x-
  13. 13. Introductiondonnées pour combler les zones d’ignorance. Une nouvelle planification peut avoir lieu à lafin de la première des deux années de mise en œuvre sur la base des nouvelles donnéesrassemblées pendant la lutte contre la maladie.Au début de chaque unité d’apprentissage du guide de l’étudiant, se trouve une listed’objectifs d’apprentissage. Les objectifs d’apprentissage résument la connaissance, lesaptitudes et les attitudes que chaque étudiant devrait avoir acquises en arrivant à la fin dechaque chapitre. Vous-même et vos facilitateurs devez vous assurer vous-même de ce quechaque étudiant a atteint les objectifs fixés avant d’aborder le chapitre d’apprentissagesuivant. Ceci est particulièrement important car chaque chapitre d’apprentissage dépend de ceque les élèves comprennent et du fait qu’ils développent les compétences nécessaires à la miseen œuvre de ce qui est décrit dans le chapitre qui précède.Qui dirige le cours ?Vous-même êtes responsable de l’organisation et du déroulement de cette activité deformation. Les guides de l’étudiant et du professeur vous aideront beaucoup dans ce travailmais le résultat final dépendra de vos efforts. C’est peut-être la première fois que vousorganisez et menez un cours de ce genre ou bien vous êtes un professeur expérimenté. Dansles deux cas, l’importance d’utiliser simultanément le guide de l’étudiant et du professeurpendant que vous progressez à travers les chapitres d’apprentissage ne peut être sous-estimée.Qui vous aide à la formation ?Votre travail sera plus facile et votre enseignement plus efficace si vous avez l’aide decollègues compétents pourvu que vous soyez tous bien coordonnés et instruits de manièreadaptée.Ces assistants, qui devraient avoir certaines connaissances et expérience du sujet, sont appelésdes facilitateurs. Vous pouvez diviser les étudiants en trois petits groupes de 7 personnes aumaximum. La classe ne devrait pas être plus peuplée car il sera très difficile d’enseigner cesujet dans le temps imparti si c’est le cas. Vous pouvez vous occuper d’un groupe et vos deuxfacilitateurs des deux autres groupes. Ceci permet une plus grande interaction entre lesétudiants, le professeur et les facilitateurs et débouchera sur un meilleur apprentissage et unemeilleure compréhension.A titre de gestionnaire principal du programme de formation, vous serez responsable demettre l’horaire sur pied, d’expliquer les tâches d’apprentissage aux étudiants et auxfacilitateurs et de leur fournir l’aide dont ils ont besoin, quelle qu’elle soit.Ne vous souciez pas du fait que les facilitateurs ne sont pas formés comme professeurs ; leurtravail est d’expliquer ou démontrer une activité particulière, de garder le groupe ou unindividu en particulier sur la bonne piste et d’observer les étudiants au cours de leursdifférentes activités.Les facilitateurs doivent être préparés à reconnaître devant les étudiants les choses qu’ilsignorent ou ne comprennent pas et être prêts à en référer à vous, le professeur.Mettez dans la tête de vos facilitateurs que l’ampleur du sujet fait que personne ne peutprétendre tout connaître à son propos. Les facilitateurs devraient aussi susciter des idées et desopinions à propos du sujet chez les autres étudiants du groupe et par ce moyen, partager desconnaissances et des expériences collectives. - xi -
  14. 14. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurBeaucoup de problèmes potentiels peuvent être évités en sélectionnant les facilitateurs asseztôt, en leur donnant beaucoup de temps pour lire les guides du professeur et de l’étudiant et enleur fournissant l’occasion de discuter avec vous de toute partie du module qui pourraitnécessiter une clarification. Une bonne idée serait de parcourir le module ensemble, vous etles facilitateurs ; vous pourriez alors tester leur connaissance en leur posant les questionsappropriées.Lors des séances en petit groupe, ni le professeur ni les facilitateurs ne mènent lesdiscussions ; c’est le travail du modérateur qui devrait être choisi à l’intérieur du groupe etdevrait permuter avec un autre membre du groupe à chaque réunion, de manière à ce que tousles élèves bénéficient de l’expérience.Pourquoi procurer un guide de l’étudiant ?Fournir aux étudiants une série complète de notes garantit que: Ø tous les étudiants ont le même matériel de base et les mêmes directives sur la manière de faire ; ils peuvent donc éviter une prise de notes inutile, consommatrice de temps et distrayante Ø vous et les facilitateurs, vous pouvez vous référer à n’importe quelle page du guide de l’étudiant, sachant que tous les étudiants peuvent trouver rapidement la bonne page Ø les étudiants peuvent lire le guide de l’étudiant à l’avance et gagner ainsi du temps pour la clarification, les discussions et la formulation d’idées. Cette technique offre une plus grande opportunité de comprendre le sujet et il y a moins de prises de notes durant la session Ø il y a moins de chance que les étudiants fassent des erreurs en prenant note Ø après la formation, chaque étudiant peut avoir une copie du guide de l’étudiant et du guide du professeur afin de l’utiliser à titre de référence et peut-être aussi pour former les autres.Comment le sujet sera-t-il enseigné ?Cet aspect des choses est traité en détails dans le guide de l’étudiant. Veuillez vous arrêter etlire ce chapitre maintenant.Comme il est dit dans le guide de l’étudiant, il y a peu de place pour des conférencesdidactiques formelles dans l’enseignement de ce sujet. Il y aura des séances d’instruction pourdonner des directives à propos du processus de planification avant la pratique réelle desétudiants. L’utilisation d’exemples, d’expériences partagées, d’exercices de groupe, dediscussion de groupes et d’exercices individuels sont tous une méthode d’enseignementbeaucoup plus efficace et facilitent grandement l’apprentissage. - xii -
  15. 15. IntroductionComment saurez-vous si le cours a été un succès ?Juger de la réussite du cours est difficile et implique qu’on puisse répondre aux questionssuivantes :Quelle a été la qualité de l’apprentissage par le groupe ?Ceci peut être estimé par l’évaluation de la performance des étudiants pendant leur travail toutau long des unités d’apprentissage et une nouvelle fois à la fin de la formation, parl’évaluation des niveaux de connaissance et de compétence atteints. Les présentationsindividuelles de travaux en séance plénière, pendant le processus de formation et à la fin,peuvent être évalués par le professeur et par les facilitateurs Des pré et des post-tests serontégalement une mesure des progrès réalisés et vous trouverez des exemples de questionspossibles dans l’annexe 1. De plus amples détails sur l’évaluation sont donnés plus tard dansle guide du professeur et le guide de l’étudiant. Une évaluation ultérieure sera faite 12-18 moisplus tard pour évaluer la manière dont les étudiants ont retenu leurs connaissances et dont ilsont amélioré leurs compétences et leurs aptitudes.Comment les élèves ont-ils perçu la formation ?La réponse à cette question vous fournira les moyens d’améliorer la formation pour lesgroupes d’élèves suivants, à différents points de vue. Elle vous aidera à corriger les problèmesadministratifs qui peuvent se présenter, les déficiences dans les contenus du cours, les défautsde mise en œuvre du cours, les carences dans la capacité des professeurs et des facilitateurs àformer, les défauts dans le matériel de formation et les aides visuelles.Un questionnaire approprié est proposé dans l’annexe 2 et vous pouvez l’améliorer avant lecours. Il faut encourager la franchise ; la solution la plus facile à cet égard est la formule desquestionnaires anonymes. Le temps imparti pour répondre à toutes les questions devrait êtresuffisant et la période du cours où on donne le questionnaire est cruciale.Ne demandez pas aux élèves de compléter le questionnaire quand ils sont stressés par le tempspour produire leur plan ; faites un post-test ou demandez-leur de faire une présentation de leurtravail. D’un autre côté, vous avez besoin de temps pour analyser les résultats et leur enfournir une rétro-information en session plénière pour évaluer la valeur des réponses.La rétro-information fournie pendant la formation vous permettra d’évaluer la manière dont laformation est ressentie par les élèves et permettra aussi de réaliser les améliorationsnécessaires. La rétro-information reçue à la fin de la formation vous aidera à améliorer lescours futurs. Si vous avez préparé votre programme de formation avec soin, la rétro-information est susceptible d’être favorable, ce qui est gratifiant pour vous et pour lesfacilitateurs.Quelle que soit la manière dont la politique gouvernementale considère la récompense d’uncertificat de compétence, certains rapports d’assistance au cours et de niveau de compétenceatteints par chaque étudiant devraient être tenus à jour pour que les détails puissent êtrevérifiés plus tard. Bien qu’il s’agisse d’éducation d’adultes et que les étudiants soientsupposés étudier, il n’y a aucune raison de ne pas maintenir une discipline. Le niveau deprésence requis devrait être noté depuis le début et les présences vérifiées. Ce sujet est trèsexigeant pour le formateur comme pour l’élève et votre travail sera plus difficile s’il y a unpourcentage assez important d’absentéisme. - xiii -
  16. 16. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurComment le guide du professeur et celui de l’étudiant peuvent-ils êtreutilisés ?Le guide de l’étudiant est l’outil de travail de base pour les étudiants. Ceux-ci doiventtravailler avec ce guide depuis le début jusqu’à la fin et chacun devrait être suffisammentdiscipliné pour lire à l’avance les sections relatives au programme du jour.Le guide de l’étudiant est aussi un livre de référence pour une utilisation quotidienne et encoreun moyen de se rafraîchir la mémoire avant, par exemple, une session de planification.Le guide du professeur ne contient aucune information de plus. Toutes les informations sontdans le guide de l’étudiant. Pourtant, le guide du professeur contient bien les réponses auxquestions des examens et à certains exercices ; par conséquent, il est fortement conseillé queles étudiants n’aient pas accès au guide du professeur avant que le cours ne soit terminé. A cemoment-là, on pourra leur en donner une copie qu’ils pourront emporter, avec l’espoir qu’ilsl’utiliseront pour former d’autres étudiants. Le guide du professeur est initialement destiné àaider le professeur à planifier, mettre en œuvre et évaluer la formation dans le domaine de laplanification des programmes de lutte antipaludique. Il faudrait en faire un usage maximaldans ce but. Un grand nombre de suggestions trouvées dans chaque unité sont basées sur desannées d’expérience.Vous-même et les autres membres du corps enseignant devriez faire plein usage de ces deuxguides. Tout domaine difficile à enseigner peut avoir besoin de certains supports visuelsspéciaux pour faciliter le processus d’apprentissage. Les étudiants suivront les activités deformation en groupe en utilisant le guide de l’étudiant plus toutes les autres instructions quevous leur fournirez. Il est conseillé de fixer des tâches de lecture avant le début de chaquenouvelle unité.Qu’est ce que le syllabus ?La table des matières du guide de l’étudiant représente le syllabus; la liste des sujets à couvrirpour le cours de formation. Parcourez chaque chapitre d’apprentissage ; calculez combien detemps vous devrez y consacrer et décidez du type d’activité de formation qui sera la mieuxadaptée au sujet.La planification de l’activité de formation est donc grandement facilitée par la division dumodule en un certain nombre de chapitres. L’ordre de succession de ces chapitres estimportant. Si plus d’un professeur est impliqué, l’horaire ne devrait pas être fait en fonctionde la disponibilité des professeurs ; il appartient à ceux-ci de se libérer eux-mêmes pourpouvoir enseigner le sujet en question au moment le mieux indiqué dans le processusd’apprentissage.Le temps représentera toujours une contrainte, spécialement pour les étudiants.On peut gaspiller beaucoup de temps pendant les séances de travail de groupe et donc le strictrespect du temps imparti est déjà une discipline que tous les étudiants doivent respecter. Unebonne organisation du travail de groupe et des instructions très claires quant aux conséquencesde l’exercice garantiront le meilleur usage possible du temps réservé à cette activité.Différentes techniques de formation peuvent être utilisées pour l’enseignement de ce module ;veuillez trouver ci-dessous une liste de quelques techniques que vous pouvez prendre enconsidération ; - xiv -
  17. 17. IntroductionDiscussion de groupeUne fois que les participants ont pris l’habitude des discussions de groupe, les échangesd’information entre eux et les facilitateurs font qu’il y a une réelle activité d’apprentissage.Les élèves partagent leurs connaissances et leurs expériences avec le reste du groupe etstimulent leur activité intellectuelle mutuelle sur le sujet dont ils se préoccupent. Pourtant, lesobjectifs doivent être clairs et le temps imparti y être lié.Travail sur le terrainMener une analyse de situation sur le terrain est très utile. Son but est de donner aux étudiantsl’opportunité d’expérimenter le processus analytique qui forme la base de la planification.Plus ils mettent de techniques en œuvre, plus ils acquièrent de compétences dans la mise enpratique de tout ce qu’ils ont appris et expérimenté.La formation sur le terrain doit être bien planifiée à l’avance ; il faut être sûr que les donnéesseront disponibles et que les autorités gestionnaires et le personnel médical sont d’accord etbien informés au sujet des visites des services administratifs et des infrastructures de santé quevous ferez. De plus, vous-même, comme professeur, devriez mettre les participants en gardeavant d’aller sur le terrain, pour qu’ils se conduisent de manière professionnelle ; qu’ils necritiquent pas les méthodes et ne discutent pas les conditions des patients alors qu’ils sontencore sur les lieux. Toutes les discussions et observations critiques devraient être faites auretour dans la classe ou dans la résidence.Il faudra plusieurs mois pour organiser les sites de formation sur le terrain ; trois districtsdifférents, au moins, sont nécessaires pour héberger tous les élèves divisés en trois équipes.Un facilitateurs national devrait être attaché à chaque groupe pour aider les élèves dans lesproblèmes quotidiens de vie et de travail qu’ils peuvent rencontrer sur le terrain. Dans chaquedistrict choisi, les autorités locales devraient être informées de la visite bien à l’avance.Il faudrait leur demander de préparer les informations et les données des trois dernières annéessur tous les éléments que nécessite une analyse de situation (voir chapitre 3). La personneresponsable de la lutte antipaludique dans le district et le médecin de district devraient êtreinvités à instruire les élèves dès leur arrivée sue le terrain. Il sera de la responsabilité dechaque facilitateur d’avoir toutes les données disponibles et de ne les fournir aux élèves qu’encas de demande comme il est stipulé dans l’introduction du guide de l’étudiant, «comment cesujet sera enseigné; travail sur le terrain ».Le rôle joué par les facilitateurs est extrêmement important pour que l’expérience sur leterrain soit aussi rentable que possible. Un chef d’équipe devrait être choisi parmi lesparticipants, dans chaque équipe. Chaque étudiant devra partager les responsabilités ets’assurer que l’analyse est menée convenablement dans le temps imparti.Chaque équipe devra rédiger l’analyse de la situation et présenter ses résultats en séanceplénière dès le retour à l’endroit de formation. L’utilisation d’ordinateurs portables faciliteraitbeaucoup la tâche, non seulement pour le traitement de texte mais aussi pour l’analyse desdonnées et les présentations graphiques. - xv -
  18. 18. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurDémonstrations, exemplesIls sont destinés à renforcer le processus d’apprentissage. Des exemples précis aident àclarifier les concepts et à établir les principes. Le professeur et les facilitateurs devraient avoirbeaucoup d’exemples prêts à l’usage mais les étudiants devraient aussi être invités à donnerdes exemples. Cette dernière proposition crée un renforcement beaucoup plus fort.EvaluationQue ce module soit utilisé pour la formation de groupe ou pour l’apprentissage individuel,l’évaluation des progrès réalisés par l’étudiant au point de vue de l’acquisition deconnaissances et de compétences dans la matière vue, est essentielle pour lui comme pour leprofesseur.L’évaluation peut se faire au moyen d’un pré-test sous la forme d’un questionnaire à choixmultiples (QCM), proposé avant que l’étudiant ne lise le guide de l’étudiant ou tout autredocumentation sur le sujet. Pour que ce travail soit valide, il doit être bien clair que l’étudiantdoit le réaliser tout seul. Des directives sur la manière de préparer des questions à choixmultiple et quelques exemples sont proposés dans l’annexe 1. Le post-test ne devrait êtresoumis aux étudiants qu’après que tous les chapitres aient été vus.Les résultats du pré-test devraient être mis à profit de deux manières. Le professeur peut lesutiliser pour déterminer le niveau général de connaissance du sujet parmi les membres dugroupe et pour avoir une indication des zones généralement faibles qui demandent uneattention renforcée, ainsi que des zones où la connaissance générale est suffisante pour qu’onpuisse relâcher un peu l’attention. Ce stade est atteint quand la classe tout entière répondcorrectement à chaque question. Les résultats pourraient donc aussi être utilisés pour identifierles individus qui pourraient jouer le rôle de facilitateurs pour certains sujets et ceux quipeuvent avoir besoin d’une instruction spéciale. L’autre usage principal du pré-test est d’avoirune base de comparaison pour mesurer l’acquis dans la connaissance et les compétences à lafin de la formation, tels qu’ils seront mesurés dans le post-test.Pour être valides, les questions du post-test devraient être du même niveau de difficulté quecelles du pré-test et les deux tests devraient être donnés dans les mêmes conditions et dans lemême espace de temps. La seule manière d’être sûr que les questions du post-test sont dumême niveau de difficulté que celles du pré-test, est de donner les mêmes questions, maisdans un ordre différent. Dans le cas d’un questionnaire à choix multiple, il faut donner lesquestions et les réponses dans un ordre différent aussi. Il est donc essentiel que les pré-testssoient récoltés et gardés par les organisateurs (pas par les participants). En tous cas, il n’estpas nécessaire que les participants connaissent les réponses aux questions du pré-test jusqu’àla fin de la formation. Pourtant, les étudiants devraient avoir une rétro-information à proposdes domaines faibles sur lesquels ils devraient se concentrer.Vous-même, comme professeur, vous êtes encouragé à développer une banque de questionsqui peuvent être utilisées pour les pré et post-tests dans des sessions de formation ultérieures.Les réponses à l’échantillonnage des questions des pré et post-tests sont fournies séparémentdans le guide du professeur pour vous permettre de reproduire les questionnaires facilement.Les réponses sont considérées comme de valeur égale et valent donc le même nombre depoints. Il est essentiel pour la validité de l’évaluation que la confidentialité soit respectée àchaque étape. - xvi -
  19. 19. IntroductionOn peut utiliser d’autres instruments d’évaluation pour évaluer le module de formation lui-même , par exemple un questionnaire intégré complété par tous les étudiants à la fin dechaque unité d’apprentissage. Des exemples de questionnaires de ce type peuvent être obtenusdans le département du développement des ressources humaines, division de la lutte contre lesmaladies tropicales, siège de l’OMS, à Genève.La méthode de formation proposée dans ce guide du professeur se prête d’elle même à uneévaluation facile de la connaissance, des compétences et des aptitudes de chaque étudiant prisindividuellement. La raison en est qu’ils veulent tous être actifs en classe durant laprésentation de leur travail individuel et la discussion qui s’ensuit. Cette évaluation peut êtreguidée par le professeur et utilisée pour vérifier que tous les élèves s’approchent des niveauxstandards fixés et que personne n’est laissé en arrière.A la fin de la formation, chaque étudiant devrait présenter le plan qu’il ou elle a développé.Voilà encore une occasion d’évaluation.Finalement, comme nous l’avons expliqué dans le guide de l’étudiant, chacun aural’opportunité d’évaluer la formation dans son entièreté, depuis son administration et saplanification jusqu’au programme d’enseignement et la manière dont les professeurs et lesfacilitateurs l’ont mis en œuvre.Introduction au coursVotre toute première session avec les étudiants dans la salle de réunion devrait se faire avecles sièges disposés en demi cercle comme c’est indiqué dans le schéma. Si les chaises ne sontpas munies de support fixe pour prendre note, il serait utile de pouvoir disposer de petitsbureaux ou de tables.Tout d’abord, présentez-vous. Ecrivez votre nom sur le tableau ou le FLIPCHART et parlezquelque peu aux élèves de votre parcours et de votre travail. Demandez ensuite auxfacilitateurs de faire de même.Après cela, les élèves devraient se présenter eux-mêmes. Il pourrait être utile de les assemblerpar paire et de leur demander d’échanger leurs noms, des informations à propos de leurtravail, de la ville où ils habitent etc. Chaque étudiant peut alors présenter son ou sa partenaireau groupe tout entier. Cette méthode a souvent pour effet de réduire la tension et uneatmosphère détendue est aussi une bonne atmosphère d’étude.Les étudiants auront reçu leurs copies du guide de l’étudiant. Laissez-leur 10 minutes pour lireson introduction et ensuite, brièvement mais soigneusement, parlez leur des différents sujetscouverts. Il faut que vous leur expliquiez, par exemple, que le travail en petits groupes avecdes facilitateurs est un bon moyen pour faciliter l’apprentissage. Mettez l’accent sur le fait quele cours va comprendre un grand nombre d’exercices, puisque c’est bien la meilleure manièred’acquérir les compétences nécessaires.Parcourez les objectifs de telle sorte que les étudiants comprennent exactement ce qu’ilsdevraient avoir réalisé à la fin du cours. Expliquez-leur qu’ils devraient garder ces objectifs àl’esprit tout au long du cours et toujours demander de l’aide s’ils ont des doutes à propos deleur réalisation. Chaque étudiant est susceptible d’être plus conscient que les facilitateurs de lamanière dont il ou elle a compris un sujet particulier ou a maîtrisé une compétence précise ; letravail des facilitateurs est de rendre le processus d’apprentissage aussi efficace que possible.Vous avez peut-être envie d’aborder d’autres sujets à ce moment précis mais il faut essayeraussi d’encourager les étudiants à discuter le programme de formation–ce qu’ils en attendent, - xvii -
  20. 20. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurquels aspects du programme les contrarient, etc. Expliquez que vous et les facilitateursaccueillerez la rétro-information tout au long du cours- une critique constructive de la part desétudiants peut vous aider à améliorer le programme de formation.Il faut leur parler de la préparation des plans individuels pour un programme de lutteantipaludique à l’endroit où ils travaillent, sur la base des informations qu’il leur a étédemandé d’amener avec eux au moment où ils ont été sélectionnés pour cette formation.Expliquez-leur que la planification doit être basée sur les informations disponibles et qu’ils nedevraient pas se soucier de ne pas avoir toutes les informations dont ils auraient vouludisposer. Avertissez-les du fait qu’ils doivent progresser à la même allure que la classe etutiliser les soirées et les week-ends pour réfléchir à leurs plans.Informez-les du fait qu’on leur demandera de présenter certains aspects de leur plan durant lecours et le plan entier à la fin du cours. Expliquez qu’il s’agit d’un exercice, qu’ils devraients’en réjouir et acquérir autant d’expérience que possible par l’observation de leurs pairs et lesdiscussions avec eux et aussi avec les professeurs et facilitateurs. Le développement et laprésentation de ces plans n’implique en aucune façon que les plans ont été approuvés pour unequelconque mise en œuvre.Expliquez-leur que la planification est un travail de groupe qui demande la contribution detous les secteurs, y compris les secteurs extérieurs à la santé et devrait normalement s’étendresur plus ou moins trois mois.La préparation d’un plan de lutte par chaque étudiant est une importante discipline à acquériret une activité d’apprentissage fondamentale. Le produit final reste confidentiel au cours etchaque étudiant devrait donc se sentir libre de planifier en fonction de ses propres initiatives eten se basant sur ses connaissances et ses aptitudes.Maintenant, travaillez l’horaire, discutez les besoins identifiés des participants et arrivez à unconsensus au sujet de l’utilisation du temps.Finalement, il faut parler aux étudiants de l’évaluation. Expliquez-leur que l’évaluation seraun processus continu d’un bout à l’autre du cours. Mettez l’accent sur le fait que les pré etpost-tests devraient les réjouir plutôt que les effrayer ; ils font partie de l’expérienced’apprentissage. Leur but est de vous permettre ainsi qu’aux facilitateurs d’évaluer le niveaude départ des étudiants, de corriger les erreurs et de clarifier les malentendus. Focalisez-voussur l’importance pour les étudiants de lire toutes les questions (ainsi que toute instructionsupplémentaire) très soigneusement. Expliquez que chacun apprendra à un rythme différent etque vous et les facilitateurs en tiendrez compte dans toute la mesure du possible. - xviii -
  21. 21. Introduction à la planification et principes de base de la lutte contre le paludisme Unité dapprentissage 1Unité dapprentissage 1Introduction à la planification etprincipes de base de la lutte contre lepaludismeObjectifs d’apprentissageA la fin de ce chapitre, les étudiants devraient être capables :- d’énoncer ce qu’est la planification, ce qu’elle n’est pas et pourquoi nous devrions planifier.- de décrire le processus de planification.- d’identifier les caractéristiques du milieu concerné par la planification et d’en tenir compte lors de celle-ci.Vos préparatifsDes transparents pour visualiser les principaux problèmes à discuter, dont Ø les objectifs d’apprentissage Ø la présentation du problème qui sera traité lors de l’exercice Ø des définitions Ø la pyramide de la planification Ø une série de questions directes qui concernent le sujet couvert par le guide d’apprentissage et dont voici quelques exemples : · Qu’est-ce que la planification ? · Qu’implique la planification ? · Pourquoi planifier ? · Quelles sont les étapes du processus de planification ? · Que faut-il prendre en considération parmi les caractéristiques importantes du milieu où la planification a lieu? · Quels facteurs déterminent-ils qu’une maladie est prioritaire ? · Comment pouvons-nous décider l’époque de la planification ?Cadre de tempsVous devriez consacrer trois heures à ce chapitre. -3-
  22. 22. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurExercice en groupeBien que vous ayez pu proposer le pré-test le jour avant l’ouverture de votre cours deformation, vous ne donnerez le guide de l’étudiant à vos élèves que maintenant (rappelez-vousque le guide du professeur contient les réponses aux exercices et doit rester en sécurité entrevos mains seulement).Veuillez commencer la session par l’examen des objectifs d’apprentissage avec lesparticipants.A la fin du chapitre 1 (unité d’apprentissage 1 dans le guide de l’étudiant), vous trouverez unexercice. Il s’agit d’un exercice qui met en jeu la pensée logique et qui concerne un problèmerencontré quotidiennement par les gestionnaires dans les zones périphériques de pays où lepaludisme est endémique.Nous vous suggérons de commencer cette session par le passage en revue des objectifsd’apprentissage avec les étudiants, de vous assurer qu’ils les comprennent et de leur demanderde faire l’exercice en groupe de travail. Comme expliqué dans l’introduction de ce module, ladisposition des étudiants par groupes dans la classe est une disposition favorable.Pour cet exercice précis, ne demandez pas aux facilitateurs d’être présents ; laissez lesparticipants travailler par eux-mêmes.Laissez 20 minutes aux étudiants pour qu’ils se mettent d’accord sur les réponses et ensuiteanimez une session plénière de 10 minutes, pendant laquelle une personne (le modérateur oule rapporteur) de chaque groupe, présentera les résultats. Il vous est suggéré de demander à unétudiant d’utiliser le tableau noir ou un transparent, pour classer les réponses de chacun destrois groupe à chaque question. Les différences vont apparaître. Discutez alors les réponsesavec l’entièreté de la classe ; pour cela, choisissez des questions et le représentant de chaquegroupe devra en justifier les réponses.Les réponses à l’exerciceLes paragraphes suivants constituent la séquence d’événements logiques proposée ;Question 1 : (iii) et (v)L’agent de santé devrait connaître la zone dont il est responsable et, de toutes façons, il fautdes informations supplémentaires pour engager de nouvelles dépenses de ressourcesprécieuses en voyages sur le terrain ; il y a aussi le fait que les véhicules (en nombre limité)sont déjà en service ou hors d’usage pour certains. L’agent de santé local ou le responsable duprogramme paludisme local devraient avoir fait rapport de l’épidémie à l’agent provincial desanté ; ici, au contraire, la nouvelle a été transmise par la presse ; par conséquent, leresponsable du programme paludisme devrait peut-être être appelé à la province ou êtrecontacté par téléphone ou, au moins, par fax.A ce stade, un consultant serait cher et inutile.Question 2 : (ii) et (iv)On connaît trop peu d’éléments à propos de l’épidémie pour pouvoir recommander des actionset, pour la même raison que ci-dessus une visite de la région concernée serait trèsspectaculaire mais chère et inutile. Il est trop tard pour élaborer de nouveaux rapports. -4-
  23. 23. Introduction à la planification et principes de base de la lutte contre le paludisme Unité dapprentissage 1Question 3 : (ii) et (iii)Le taux annuel d’examens sanguins n’apportera pas d’informations utiles au sujet del’épidémie. Comme agent de santé provincial, vous devriez très bien connaître le nombre decentres de santé au service de la population ; la distribution des cas de paludisme par âgedurant les trois à cinq dernières années n’est pas une information utile.Question 4 : (ii) et (iv)Le taux de mortalité infantile est déjà connu (question 3) et l’agent de santé provincialdevrait connaître le nombre de travailleurs de soins de santé primaire qui opèrent dans larégion. Les mouvements de population devraient être bien connus aussi quoi que l’influencesoudaine de populations non immunes puissent représenter une caractéristique importante del’épidémie mais ceci devrait émerger des résultats de l’analyse en (ii).Question 5 : (ii) et (v)Il y a maintenant assez d’informations sur l’épidémie pour commencer à formuler les actionsde lutte. Cela signifie médicaments et insecticides. Le pourcentage d’hémoglobines anormalesdans la population est peut-être déjà connu mais il n’est pas utile dans la lutte contre uneépidémie, de même que les taux de cholinesterase chez les pulvérisateurs. Il faudra despulvérisateurs pour pulvériser les insecticides. On peut engager de la main d’œuvre temporairequi a fait ce travail de temps à autre ou qui ne l’a jamais fait. La proportion d’animaux parrapport aux hommes peut avoir joué un rôle secondaire dans le déclenchement de l’épidémie(une réduction soudaine du cheptel de ferme pour cause de maladie ou son repli sur d’autresrégions, provoque les piqûres du vecteur sur l’homme au lieu de l’animal) mais cetteinformation n’influencera pas vos recommandations de lutte contre l’épidémie.Comme professeur, vous aurez sans doute été confronté à une irresistible envie des étudiantsde voyager immédiatement hors de la zone. Si c’est le cas, vous devriez leur faire comprendreque les ressources sont rares et que les coûts doivent être évalués en terme d’utilité. End’autres mots ceci n’est pas seulement un exercice de pensée logique mais aussi une exercicede classement des actions en termes de priorités.Ce petit exercice a beaucoup d’avantages, spécialement au début de votre session de formationsur la planification. Planifier est un sujet redoutable pour certains, un grand nombre departicipants ne se connaissent probablement pas et beaucoup peuvent ne jamais avoir participéà un petit groupe de travail et ils doivent atteindre un consensus et défendre un point de vue.Une très bonne introduction à une planification logique.Lecture personnelle et évaluation des opinionsComme il est possible que les étudiants n’aient pas eu l’occasion de parcourir l’unitéd’apprentissage 1 du guide de l’étudiant, accordez leur 20 minutes de temps de lecture.Après cela, consacrez 10 minutes à leur poser des questions directes (questions que vous aurezpréparées à l’avance). A ce stade, il ne faut pas entrer dans des discussions ; essayezsimplement de vous faire une idée de leur connaissance globale du sujet et d’identifier lesidées fausses. Utilisez l’information obtenue pour modifier la manière dont vous allezprésenter le sujet. -5-
  24. 24. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurPrésentation et discussionAbordez le sujet lentement pendant que les participants suivent le guide de l’étudiant.Permettez-leur de discuter librement des différents problèmes qui se présentent. Assurez-vousque les étudiants livrent leurs expériences dans le domaine de la lutte antipaludique et de laplanification au profit des autres étudiants de la classe. Tentez d’apaiser toute inhibition qu’ilspourraient éprouver à propos du processus de planification et des exigences de ce cours .Essayez de puiser un maximum d’exemples dans votre propre expérience pour clarifier toutpoint qui pourrait être obscur et si vous n’avez pas assez d’exemples, demandez aux étudiantset aux facilitateurs d’en apporter quelques uns.Soyez bien sûr d’expliquer ce qu’est la planification et ce qu’elle n’est pas ; répondez à laquestion, pourquoi planifier ? Vous pouvez utiliser le diagnostic et le traitement commeexemple. Expliquez que la planification implique un choix (celui des mesures à utiliser et desmesures d’évaluation), une analyse des problèmes (déterminer les causes sous-jacentes quiseront traitées dans l’unité 6), l’examen de solutions possibles, la fixation de priorités et laprise de décisions (comme exercice de groupe).Décrivez le processus de planification en utilisant la pyramide que vous aurez déjà préparéesur un transparent ou avec le guide de l’étudiant. Parcourez cette pyramide, étape par étape etlaissez du temps pour les questions et la discussion.Réalisation des objectifs d’apprentissageLorsque vous approchez de la fin du temps imparti à cette unité d’apprentissage, passez enrevue les objectifs d’apprentissage (sur le transparent), demandez aux participants s’ils les ontréalisés ou non et comblez toute lacune identifiée.Avant de clôturer la session, veuillez rappeler à tous les étudiants de lire les unitésd’apprentissage 3 et 4 sur l’analyse de la situation et sur la stratification en vue des sessionsdes prochains jours. -6-
  25. 25. Rédaction du plan Unité dapprentissage 2Unité dapprentissage 2Rédaction du planObjectifs d’apprentissageA la fin de ce chapitre, les étudiants devraient être capables de :- Décrire la structure d’un plan de lutte antipaludique- Organiser l’information disponible sous la forme d’un plan réaliste- Rédiger un plan intégré pour la lutte antipaludiqueVos préparatifs Ø un transparent qui présente les objectifs d’apprentissage Ø une série complète de transparents proposant une suggestion de canevas d’un plan selon le modèle décrit dans le guide de l’étudiant. Si cela n’est pas possible, vous pouvez suivre le canevas du guide de l’étudiant Ø un exemple de plan antipaludique dans un pays (réel ou hypothétique)Cadre de tempsAttribuez 1 heure à cette unité d’apprentissage . Cette unité est critique pour les étudiants carils vont devoir tenir compte de ce canevas pendant qu’ils apprennent le sujet et qu’ils rédigentleurs plans individuels sur la base des informations qu’ils ont apportées chacun avec eux. Il yaura sans doute beaucoup de demandes d’éclaircissement à propos de ce qu’on attend d’eux.PrésentationCommencez par parcourir les objectifs d’apprentissage avec les participants. Expliquez que leprocessus de planification et le mode de présentation du plan ne sont pas nécessairement lesmêmes, en particulier pour ce qui concerne l’analyse de la situation. Par exemple, lors de larédaction du rapport d’une conférence, on ne doit pas nécessairement suivre la séquence desévénements comme ils surviennent mais on peut présenter les moments clés et les résultatsdans un style sensé et facile à lire.Parcourez chaque section du canevas du plan en session plénière en vous assurant que tous lesétudiants en comprennent le contenu. Ne vous laissez pas entraîner dans une discussionapprofondie sur l’analyse de la situation puisque cette analyse sera le sujet de la prochaineunité d’apprentissage. -7-
  26. 26. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurConclusionA dix minutes environ de la fin, résumez la session, soyez à l’écoute des dernières questions etensuite, revoyez les objectifs d’apprentissage avec les étudiants pour vous assurer qu’ils ontbien été réalisés.NoteIl serait utile qu’en plus du canevas du plan, les étudiants disposent d’un exemple de plancomplet qui correspond, plus ou moins, à ce canevas. Ce plan devrait être anonyme et necomporter aucune indication du pays d’où il provient ou de son auteur ; il ne s’agit que d’unexemple pour donner aux étudiants une idée ce à quoi le produit final pourrait ressembler.Vous pouvez sélectionner un plan qui a été développé dans un cours antérieur. Choisissez-enun qui renferme des graphiques et des tableaux bien faits et qui a été bien conçu et bienprésenté. Fournissez une copie à chaque étudiant à la fin de la session en leur rappelant qu’ils’agit seulement d’un exemple destiné à les aider.Mettez une fois encore l’accent sur le fait qu’ils devraient faire preuve d’initiative et exprimerdes idées personnelles durant le processus de planification et lors de la rédaction du plan. Cesdirectives n’ont pas l’intention de freiner ou de prévenir la liberté de pensée et la nouveauté. Veuillez rappeler à chaque étudiant de lire les prochains chapitres avant le début de la session -8-
  27. 27. Analyse de la situation et investigation des problèmes liés au paludisme Unité dapprentissage 3Unité dapprentissage 3Analyse de la situation et investigationdes problèmes liés au paludismeObjectifs d’apprentissageA la fin de ce chapitre, les étudiants devraient être capables de :- Analyser la situation du paludisme dans une région- Définir un problème lié à la lutte antipaludique dans une région donnée- Analyser les problèmes et en rechercher les causes- Rédiger de manière logique la partie du plan de lutte antipaludique relative à l’analyse de la situation du paludismeVos préparatifsØ un transparent présentant les objectifs d’apprentissageØ un transparent présentant le graphique de la pyramideØ des transparents proposant simplement les aspects difficiles de l’analyse de la situationØ cinq questions de recherche sur le thème de la gestion d’une analyse de la situation comme : · Qu’entendez-vous par une analyse de situation ? · Quels sont les éléments d’une analyse de situation ? · Qui sont les pourvoyeurs clés des soins de santé ? · Quels sont les programmes de santé qui ont des affinités avec la lutte antipaludique ? · Quels aspects du problème posé par le paludisme avons-nous besoin de connaître ? - Un transparent proposant la synthèse d’un problème lié au paludisme - Un transparent présentant la figure 2 du guide de l’étudiantCadre de tempsRéserver trois heures pour cette sessionIntroductionDémarrez la session, comme toutes les autres, en présentant les objectifs d’apprentissage aumoyen d’un transparent ; examinez ces objectifs avec les participants pour vous assurer quetous comprennent ce qu’ils doivent réaliser avec vous comme professeur.Il faut ensuite se faire une idée de leur connaissance et de leur expérience du sujet en leurposant quelques questions que vous aurez préparées à l’avance. Formulez les questionssimplement, de sorte que tous les étudiants se sentent impliqués. En fonction des réponses, -9-
  28. 28. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurposez des questions supplémentaires jusqu’à ce que vous en sachiez assez sur les points fortset les points faibles. Attribuez dix minutes à cette introductionPrésentation et discussionSur le graphique de la pyramide, montrez que l’analyse de la situation est la première étape duprocessus de planification et la base sur laquelle ils construiront leur plan.L’analyse des problèmes est importa nte, elle peut mener à la modification d’un plan existant.Maintenant, examinez le processus de gestion d’une analyse de la situation qui se trouve dansle guide de l’étudiant. Vous auriez déjà du demander aux étudiants de lire le chapitre le soirprécédant. Pourtant, il se peut que certains ne l’aient pas fait. Comme le chapitred’apprentissage 3 est très détaillé dans ses explications, il est très utile pour vous d’avoirpréparé une série de transparents comprenant les rubriques principales qui vous permettront dediscuter le sujet avec les étudiants. C’est le moment d’aller dans les détails pour que touscomprennent ce qu’il faut faire et comment le faire.Faites en sorte que les participants parlent de leur expérience de certains problèmes commepar exemple des problèmes économiques, familiaux et communautaires suscités par lepaludisme ou de certaines études spéciales de recherche que certains d’entre eux ont déjàmenées sur le comportement de recherche du traitement dans la population.Modifiez régulièrement la composition de ces groupes et demandez-leur de discuter en groupependant cinq minutes maximum d’un aspect précis de l’analyse de la situation ou d’unproblème qui peut avoir été rencontré par un des participants.Respectez l’horaire de manière stricte ; c’est une bonne discipline pour que le groupes’habitue à aller rapidement au cœur d’un sujet. Demandez alors à une personne de chaquegroupe de donner l’opinion d’ensemble du groupe sur le sujet ou la réponse à votre question.Comparez les réponses pour faire le point.Certains problèmes qui peuvent provoquer des difficultés sont les indicateurs micro-économiques, les aspects sociaux et culturels, le secteur privé (échange d’expérience par lesparticipants), les organisations non gouvernementales, la fourniture de médicaments et lerecouvrement des coûts, d’autres programmes de santé qui peuvent soutenir la lutteantipaludique, les services de laboratoire, les liens intersectoriels et intrasectoriels et lacollaboration.Comme il s’agit d’une session longue, vous aurez besoin d’ une petite pause au milieu. Parceque cette session couvre tout le champ de la paludologie, utilisez pleinement l’expertise variéedes participants. Donc, avant la session, vous devriez vous être familiarisé non seulement avecles noms des participants mais aussi avec leurs qualifications et leur expérience. Exploitez cesinformations dans les discussions sur le sujet.ConclusionsPeu avant la fin du temps accordé, concluez les discussions. Vous pouvez demander à l’un desétudiants de résumer en deux minutes le contenu de la session. Ensuite, parcourez les objectifsd’apprentissage pour être sûr que chacun est d’accord avec tout ce qui a été réalisé. Si ce n’estpas le cas, rassemblez tous les problèmes exposés. - 10 -
  29. 29. Analyse de la situation et investigation des problèmes liés au paludisme Unité dapprentissage 3Plans individuelsVeuillez informer les étudiants qu’ils sont maintenant prêts à entamer l’analyse des donnéesqu’ils ont amenées et qu’ils ne devraient pas perdre de temps avant d’aborder cette étape. Onattendra de chaque participant qu’il analyse les données qu’il a apportées avec lui etqu’il développe un plan de lutte antipaludique pour la région dont elles proviennent.Il est utile pour vous que chaque étudiant écrive le nom exact du pays et de l’endroit concernépar ce plan. Cette formalité doit être effectuée maintenant pour éviter des malentendus plustard. Une liste pourra être affichée ultérieurement, afin que chacun sache qui fait quoi. Dans lamesure du possible, il faut essayer d’éviter que plus d’un étudiant ne travaille sur la mêmerégion. Evitez aussi qu’un groupe d’étudiants ne planifie ensemble ; cette solution risque devous créer des difficultés et l’apprentissage ne sera pas aussi solide. Pourtant, vous devriezencourager la discussion autour de ces plans et des problèmes qui peuvent se poser entre lesparticipants.Les étudiants devraient disposer d’un temps suffisant pour développer le plan à leur aise, encommençant par l’analyse de la situation. Lorsque le moment approprié sera venu, vousdevriez animer une session de 2 heures durant laquelle vous appellerez 3 étudiants au hasardpour qu’ils présentent, en session plénière, l’analyse de la situation qu’ils ont réalisée. Laissez-leur à chacun 20 minutes pour la présentation puis 10 minutes pour la discussion. Après laprésentation des trois étudiants, consacrez 30 minutes à une discussion générale. Les étudiantsvont apprendre les uns des autres comme de vous et des facilitateurs.Vous-même, comme professeur et avec les facilitateurs, devriez vous rendre disponible à toutmoment pour guider (mais pas aider) les étudiants dans le développement et la rédaction (enfonction du canevas) de leur plan individuel. Ceci veut dire du temps consacré le soir et lesweek-ends si les étudiants doivent travailler sur leur plan pour le terminer dans les temps. Ilest utile que tous les étudiants résident au même endroit pour qu’ils puissent se consulter lesuns les autres (voir l’introduction au guide de l’étudiant).Travail sur le terrainVous avez, espérons-le, été capable de résoudre ce problème de répartition du temps etd’aménagement très soigneux de la formation sur le terrain. Les participants, divisés en troiséquipes, pourraient y acquérir de l’expérience pratique dans la gestion d’une analyse desituation dans un district de santé (voir l’introduction à ce guide du professeur).La clé du succès de cet exercice, qui devrait être mené dans trois districts de santé distincts,affectés par le paludisme est la communication. Il est absolument fondamental que toutes lesautorités de tous niveaux, soient pleinement informées de l’activité ; de l’endroit où elle seramenée, du moment où elle se tiendra, de ses protagonistes et des raisons de cette initiative. Ilest très important de souligner qu’il ne s’agit pas d’une évaluation du travail réalisé par lepersonnel de santé local mais bien d’un exercice de gestion d’une analyse de situation dont lesrésultats pourront bénéficier aux autorités de district.Quand le travail sur le terrain sera terminé, chaque équipe présentera ses conclusions enséance plénière, au centre de formation. Les rapports doivent avoir été rédigés avant le retourdu terrain Il y a donc deux produits finaux distincts à cette formation. Ce sont trois rapports d’analysede situation menés par les étudiants en équipe de travail dans trois districts de santé différents - 11 -
  30. 30. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeuret un plan de lutte antipaludique complet réalisé par chaque étudiant à partir des données qu’ila amenées avec lui.Dans l’éventualité où il n’est pas possible d’organiser l’expérience de terrain en équipe, lesétudiants devront commencer maintenant une analyse de situation pour leur plan individuel,sur la base de la formation reçue pour cette unité d’apprentissage.Exercice à faire dans les groupesDiscuter les problèmes importants liés au paludisme dans chaque région ou paysreprésenté par les membres du groupe.Sélectionner un problème commun à plus d’une région ou pays (ou un problèmereprésentant un défi)Construire un réseau de causes sous-jacentes responsables du problèmesélectionné (qui doit être défini avec précision) Veuillez rappeler à tous les étudiants de lire soigneusement le prochain chapitre de ce module avant le début de la session à laquelle il se rapporte - 12 -
  31. 31. Stratification Unité dapprentissage 4Unité dapprentissage 4StratificationObjectifs d’apprentissageA la fin de ce chapitre, les étudiants devraient être capables de :- Définir la stratification et exposer ses buts- Stratifier le problème du paludisme dans une région ou un pays en s’appuyant sur une analyse de la situation- Décrire les caractéristiques de chaque strate- Présenter les informations sous forme de cartes et de tableaux en utilisant le SIG comme outilVos préparatifs Ø Un transparent montrant les objectifs d’apprentissage Ø Des transparents simples centrés sur les aspects difficiles de l’analyse de la situation Ø Une série de transparents représentant les figures 1-4 et le tableau 1 de ce guide du professeur Ø Si possible, une série de diapositives illustrant chacune des caractéristiques décrites dans les figures 1-4 du professeur Ø Des transparents présentant les cartes du guide de l’étudiant pour faciliter l’utilisation du SIG Ø Si possible, empruntez un GPS (comme le Garmin GPS 38) Ø Si possible, essayez de pouvoir disposer d’un ordinateur comme c’est décrit dans le Ø guide de l’étudiant pour le SIG ou emmenez les participants dans un institut ou un département qui dispose du matériel informatique installé là à des fins de démonstration Ø Quelques diapositives en couleur représentant différentes strates en Afrique ou dans le pays où a lieu la formation Ø Une série de 5-10 questions de recherche sur ce sujet, telles que : · Comment définiriez-vous la stratification ? · Que recouvre le concept de stratification ? · Citez quelques caractéristiques de la stratification. · Citez quelques variantes utilisées pour stratifier. · Quelles sont les caractéristiques essentielles d’un programme moderne de lutte antipaludique ? · Citez quelques critères utiles pour la stratification. · Que signifie SIG et qu’est-ce ? · Que signifie GPS et qu’est-ce ? - 13 -
  32. 32. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurCadre de tempsPrévoyez 3 heures pour cette session avec une pause à un moment donné.IntroductionCommencez cette session avec un transparent qui présente les objectifs d’apprentissage ;parcourez-les avec les participants pour vous assurer que tous comprennent ce qu’ils devrontréaliser avec vous, le professeur.Ensuite, faites-vous une idée du niveau de connaissance et d’expérience des étudiants à proposde la stratification, du SIG et de l’utilisation du GPS en posant 5 à 10 questions que vous avezpréparées à l’avance. Comme avant, posez simplement la question, n’essayez pas d’yrépondre. Faites répondre autant d’étudiants que possible à la même question et notez les idéesfausses et les zones d’ignorance.Si certains étudiants ont une expérience dans l’utilisation du SIG et du GPS, faites-les décrireles procédés qu’ils peuvent avoir déjà utilisés mais plus tard dans la session. Prévoyez 10minutes pour cette introduction.Présentation et discussionAu moyen d’un transparent qui montre la pyramide préparée pour les sessions précédentes,relevez les zones du processus de planification qui pourraient être stratifiées et mettez l’accentsur le fait qu’il ne s’agit pas d’un stade mais d’un processus continu, exigeant de fréquentesremises à jour.Maintenant, commencez à parcourir le processus de stratification tel qu’il est décrit dans leguide de l’étudiant. Laissez-leur 5 minutes pour discuter en petits groupes à propos deproblèmes comme le concept de stratification, le groupage des variantes et l’analyse descritères et des données. Faites suivre cette courte session de discussions et d’une clarificationsi c’est nécessaire.Utilisez la série de transparents de la province X (figures 1-4 et tableau 1) comme exemplepour faire la démonstration d’une approche simple d’analyse de données ; pour cela,superposez un transparent sur un autre afin qu’apparaissent les zones où le vecteur coïncideavec la maladie et où les infrastructures de santé, les communications et l’urbanisation localecorrespondent ou non.Il va clairement apparaître qu’il y a dans les strates IV et V, une vaste zone où l’incidence dupaludisme est très élevée mais où les communications et la disponibilité des services de santésont très précaires. Cette situation représente une indication claire pour la planification deservices améliorés et pour le développement d’une approche pour lutter contre la maladie dansces zones.En parallèle avec les transparents, il est intéressant de projeter sur un second écran desdiapositives qui montrent des vues du terrain réel.Lorsque tous les étudiants ont compris le concept et le processus de stratification ainsi que lamanière de réaliser une analyse et une présentation sous une forme très simple, vous pouvezaller plus loin et leur expliquer le principe du SIG et du GPS ; si possible, faites-en ladémonstration. - 14 -
  33. 33. Stratification Unité dapprentissage 4Démonstration du SIG et du GPSIl est à espérer que vous aurez découvert une institution munie d’un équipement SIG et quevous aurez pu emprunter un GPS. Dans ce cas, il y aura sans doute des gens qualifiés pour enfaire une bonne démonstration et donner les explications indispensables.Si cela n’a pas été possible, parcourez le guide de l’étudiant avec ceux-ci et mettez l’accentsur le fait que le plus important n’est pas de les former à l’utilisation de ces outils mais de leurdonner une bonne compréhension de leur fonctionnement et de la manière dont ils peuventêtre utilisés dans des buts de stratification dans la lutte antipaludique et la surveillance decertaines maladies. Utilisez les superpositions que vous avez faites à partir des cartes du guidede l’étudiant pour illustrer vos explications.Si certains étudiants ont quelque connaissance et expérience en la matière, laissez-lescommencer ceci.Vous pouvez même les inviter à faire une courte présentation sur le sujet.Insistez bien sur le fait qu’il ne s’agit que d’un outil et que la qualité des données estprimordiale pour obtenir un résultat significatif.Strates significativesAttirez bien l’attention des étudiants sur le fait que le processus de stratification dans leurrégion géographique particulière leur permettra de délimiter des strates significatives pour laplanification et la mise en œuvre d’une lutte antipaludique. Selon toute probabilité, ils vontfinir par avoir trop de données et il faudra décider de ce qui est important et de ce qui ne l’estpas. En fin de compte, on peut rédiger une communication décrivant chaque strate : cecidevrait être lié à des marqueurs pratiques facilement identifiables de manière à ce que lesrégions puissent être clairement et facilement délimitées.Certaines strates significatives pour l’Afrique sont proposées dans le guide de l’étudiant. Unbon exercice consiste à les passer en revue lentement pour en discuter les caractéristiques avecles étudiants. Il est utile de préparer une série de transparents pour chaque strate et derassembler quelques photographies (diapositives) qui pourront être projetées en même tempspour montrer à quoi la strate ressemble. Ces photos peuvent avoir été prises dans la région oùvous menez la formation et dans d’autres pays que vous avez peut-être visités. Vous pouvezles montrer simultanément puisque vous devriez disposer d’un rétroprojecteur et d’unprojecteur de dias. Cette technique facilitera beaucoup votre explication de ce sujet difficile.A partir de tout ceci, les étudiants apprendront comment rédiger un exposé décrivant unestrate, les éléments clés qui distinguent une strate d’une autre et les critères utilisés.Mesures de lutte dans différentes stratesInsistez sur le fait que, dans le processus de planification, les objectifs, les critères, lesapproches et les activités seront développés logiquement dans chaque strate. Le tableau 2(Unité 5) du guide de l’étudiant se rapporte à l’exemple de strates pour l’Afrique et donne unebonne idée des différentes mesures de lutte qui sont adaptées aux différentes strates. Leprocessus de stratification influence donc beaucoup le choix des mesures de lutte puisqu’ilgroupe les régions (qui peuvent ne pas être contiguës) dont le paludisme est caractérisé par lamême épidémiologie et dans lesquelles on peut s’attendre à ce que le paludisme réponde auxmêmes mesures de lutte si celles-ci sont mises correctement en œuvre. - 15 -
  34. 34. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurExercice en petit groupePrévoyez 30 minutes pour que chacun des trois groupes exécute l’exercice complet décrit dansle guide de l’étudiant. Les groupes commencent par une discussion générale de 10 minutes surle thème de la stratification et ils partagent leurs expériences. Vous-même et les facilitateurspourriez utilement vous joindre à un groupe et orienter les participants dans cette discussion.Ceci est particulièrement important car les membres du groupe peuvent ne pas avoir beaucoupd’expérience du sujet. Vous devriez vous assurer que chaque membre de chaque groupecomprend à fond le concept de stratification ainsi que les raisons de son importance dans laplanification de la lutte antipaludique.Pour les besoins de l’exercice, chaque membre du groupe pourrait passer cinq minutes àrépertorier les variables qui pourraient être utilisées pour la stratification dans sa propre régionde travail ; celles-ci pourraient être discutées brièvement par le groupe au complet. Chaquemembre du groupe pourrait alors consacrer cinq autres minutes à décrire, sur un transparent,une strate qu’il pense pouvoir identifier dans la région ainsi que les variables (critères)utilisées pour identifier la strate. Les cinq minutes restantes pourraient être utilisées à élaborerla présentation qui devra être faite en séance plénière et à rassembler tous les transparents quiconcernent la strate. Veuillez-vous assurer que le pays ou la région du pays sont identifiéspour chaque strate décrite.Invitez un des participants de chaque groupe à présenter le résultat en séance plénière.Choisissez de préférence quelqu’un qui n’a pas encore joué ce rôle.Après la présentation du travail par le premier groupe, livrez le sujet à la discussion et clarifieztout malentendu qui pourrait avoir surgi avant d’inviter le groupe suivant à présenter lerésultat de son travail.ConclusionLorsque vous êtes presqu’à la fin du temps imparti, concluez les discussions et résumez ce quia été appris. Comme auparavant, demandez à un ou deux parmi les étudiants de se charger decela, en particulier s’ils ont aidé à l’enseignement du SIG et du GPS.Finalement, parcourez les objectifs d’apprentissage avec les étudiants pour être bien sûrsqu’ils ont été réalisés.Les participants auront une chance de développer les strates dans les plans individuels, surbase de l’analyse complète de la situation en utilisant les données que chacun a apportées.Travail sur le terrainSi une formation sur le terrain a été organisée, faites bien comprendre aux étudiants qu’ilsdoivent tirer pleinement avantage de l’expérience de la stratification de la région en utilisantleurs observations et l’information disponible comme partie de l’exercice. Il serait mêmemieux que chacun des trois groupes puisse disposer d’un GPS à utiliser sur le terrain et reveniravec un tableau de données appropriées pour l’établissement d’une carte avec le SIG. Cecipourrait être discuté en séance plénière au retour du terrain. Veuillez rappeler à tous les étudiants de lire les prochains chapitres d’apprentissage à l’avance ; ils seront traités en fonction de l’horaire - 16 -
  35. 35. Stratification Unité dapprentissage 4Tableau 1. Stratification de la province X et critères pour chaque strate Incidence Nombre Cas de parasitaire annuelle Strates Critères de Population paludisme (API) par mille localités personnes · Zones essentiellement urbainesStrate 1 · Pas de transmission du n/a 586.814 91 0,2 paludisme · IPA<1 · Zones périurbaines ou villages développésStrate 2 · Transmission n/a 314.273 1173 3,7 occasionnelle · IPA 1,5 · Transmission active · Accessibilit2 difficileStrate 3 2009 269.710 22.963 85,1 · Cultures alternées · IPA 51-100 · Grandes plantationsStrate 4 (anciennes ou en projet) 85 25.498 3.545 139 · IPA 101-150 · Campements forestiers 101 10.102 3.701 366,4Strate 5 · API > 150Total 1.206.397 31.473n/a : non applicable - 17 -
  36. 36. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeur - 18 -
  37. 37. Sélection des mesures de lutte antipaludique Unité dapprentissage 5Unité dapprentissage 5Sélection des mesures de lutteantipaludiqueObjectifs d’apprentissageA la fin de ce chapitre, les étudiants devraient être capables de :- Faire une liste des mesures antipaludiques disponibles- Sélectionner les interventions qui sont matériellement possibles, techniquement efficaces et adaptées aux conditions épidémiologiques locales- Evaluer la faisabilité d’une mesureVos préparatifs Ø Un transparent sur les objectifs d’apprentissage Ø Un transparent représentant le tableau 2 du guide de l’étudiant, les caractéristiques principales et les priorités de lutte dans différentes situations de paludisme Ø Un transparent montrant la figure 3 du guide de l’étudiant Ø Un transparent montrant la figure 4 du guide de l’étudiant Ø Si vous en disposez, des transparents sur l’approche de sélection des mesures de lutte antipaludique et une analyse de la faisabilité Ø Une série de 5 à 10 questions de recherche sur ce thème, axées spécialement sur la première partie du guide de l’étudiant, comme par exemple : · Quelles prescriptions générales de mesures antipaludiques sont-elles applicables à toutes les conditions écologiques ? · Que doit-on faire pour adapter les approches de mesures antipaludiques aux conditions locales ? · Si différentes méthodes sont requises dans différentes conditions, quels en sont les facteurs limitants ? · Quels sont les critères les plus importants pour le choix de mesures préventives de lutte antipaludiques ? · Quelles mesures indirectes auraient un effet important sur le paludisme ? · Comment vous y prendriez-vous pour sélectionner des mesures de lutte antipaludiques ? - 19 -
  38. 38. La planification de programmes de lutte contre le paludisme Guide de linstructeurCadre de tempsConsacrez deux heures à cette session. Comme cette session est importante et demandebeaucoup de temps, on peut en gagner beaucoup en faisant lire le guide de l’étudiant par tousles participants, avant le début de la session.Vous aurez besoin de 20 minutes pour l’exercice et de 20 autres minutes pour la présentationet la discussion du résultat. Le temps sera précieux.IntroductionCette introduction sera utile pour gérer le temps disponible. N’y passez pas plus de 10minutes.Comme vous l’avez fait précédemment, commencez par montrer un transparent qui présenteles objectifs d’apprentissage : examinez-les attentivement, un par un, pour une compréhensiontotale de tous les étudiants.Ensuite, déterminez le niveau de connaissance du sujet en posant les questions que vous avezpréparées à l’avance, à autant d’étudiants que possible mais maintenant, il faut y répondre eten discuter. De telles questions peuvent inclure des aspects à la fois positifs et négatifs,comme par exemple, ce que devrait être une stratification pratique et utile et les prescriptionsgénérales de mesures antipaludiques qui sont applicables à toutes les conditions écologiques.Notez les réponses. Si de grandes zones d’ignorance apparaissent dans un secteur précis,poursuivez en posant des questions supplémentaires pour déterminer l’étendue de la carence àlaquelle vous devrez remédier dans votre présentation et dans la discussion.Présentation et discussionConcentrez-vous sur les points faibles. Vous pouvez consacrer jusqu’à une heure à cette partiede la session. Prenez la pyramide et notez l’endroit où nous sommes dans le processus deplanification.Il est essentiel que les participants aient compris la philosophie de base qui sous-tend lasélection des mesures de lutte ; celle-ci constitue un aspect important de la planification,étroitement lié à l’analyse de la situation et au processus de stratification. Vous n’aurez pas letemps de vous attarder sur les premières pages du guide de l’étudiant, vous ne pourrez que leslire et faire les sept observations suivantes : Ø Il n’y a pas de prescriptions générales de mesures antipaludiques applicables à toutes les situations écologiques Ø les approches doivent être adaptées aux conditions qui prévalent Ø cette partie du processus de planification requiert des connaissances et des compétences spéciales dans le domaine de l’humain Ø Le nombre de mesures antipaludiques réellement différentes est très limité Ø La manière d’appliquer les mesures, leur rayon d’action, le moment et le lieu de leur application sont aussi importants que la mesure elle-même Ø A titre indicatif, une analyse des mesures réussies dans le passé ainsi que les conditions de leur succès sera utile Ø Pour être utile, la stratification doit être simple et basée sur des variables aisément observables et importantes sur le plan épidémiologique et opérationnel - 20 -

×