La	
  bannière	
  
CV	
  
2016	
  
Mode	
  d’emploi	
  
	
  
En	
  dessous	
  du	
  titre	
  princip...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
GRRR	
  4	
  :	
  Manque	
  un	
  «	
  s	
  »	
  !	
  
GRRR	
  8	
  :	
  ne	
  
jamais	
  
débuter	
...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
L’effet«	
  Marabout	
  de	
  ficelle	
  »	
  est	
  réellement	
  destructeur.	
  Ces	
  ...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Veillez	
  aussi	
  à	
  utiliser	
  un	
  vocabulaire	
  et	
  une	
  syntaxe	
  qui	
  corres...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
L’accent	
  est	
  mis	
  sur	
  l’interpersonnel	
  :	
  	
  
-­‐ la	
  gestion	
  d’une	
  éq...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
− Les	
  objectifs	
  	
  
Le	
  candidat	
  peut	
  profiter	
  de	
  cette	
  entrée	
  pour	
  ex...
 
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Retrouvez-nous sur papier	
  
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La bannière, la carte maîtresse du CV

5 272 vues

Publié le

Un bon CV intègre une bannière, une courte présentation qui va permettre au candidat de se différencier.
#REALIZ #MEULEMAN #emploi

Publié dans : Carrière
0 commentaire
3 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
5 272
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 330
Actions
Partages
0
Téléchargements
49
Commentaires
0
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

La bannière, la carte maîtresse du CV

  1. 1.           La  bannière   CV   2016   Mode  d’emploi     En  dessous  du  titre  principal,  vient  ce  que  l’on  nomme  la  bannière  d’annonce.  Il  en  existe   plusieurs  types  :  les  compétences  indispensables,  les  Goodwills,  les  qualités  principales,  les   objectifs  et  les  motivations.   En  moins  de  dix  ans,  cette  bannière  est  devenue  incontournable.  Au  début,  c’était  une  idée   originale  pour  mettre  un  point  en  évidence  :  une  qualité,  une  compétence  technique  ou  les   objectifs  du  candidat.  A  l’heure  actuelle,  c’est  plus  souvent  une  poubelle  à  lieux  communs.   On  va  donc  essayer  d’y  remettre  de  l’ordre.  Ceci  commence  par  deux  axiomes  et,  l’axiome,  c’est   une  règle  que  l’on  n’ose  même  pas  penser  contredire  !   1. Une  seule  bannière  d’annonce  !   2. Une  bannière  d’annonce  a  pour  objectif  de  mettre  en  avant  «  la  chose  importante  de   votre  CV  »,  celle  qu’attend  le  recruteur  ou  celle  que  vous  désirez  qu’il  retienne  de  vous.    
  2. 2.           GRRR  4  :  Manque  un  «  s  »  !   GRRR  8  :  ne   jamais   débuter  par   un  JE  !     Ni  dans  la   lettre,  ni   dans  le  CV  !     GRRR  7  :  aucun  article   indéfini  :  l’entreprise   n’existe  pas.  C’est  soit   votre  entreprise,   soit  vous  :  citez  son  nom   !     Deux  autres  règles,  sous  forme  de  conseils  :     d’une  part,  ne  pas  reprendre  des  qualités  qui  n’en  sont  pas.  L’honnêteté  et  la  ponctualité,   par  exemple,  ne  sont  pas  des  qualités  !  Ce  sont  des  pré-­‐requis  :  nous  sommes  tous   supposés  être  honnêtes  et  savoir  arriver  à  l’heure  au  boulot.  Un  candidat  qui  me  dit  être   honnête  me  fait  toujours  penser  à  mon  garagiste…  Qu’a-­‐t-­‐il  à  cacher  ?   d’autre  part,  ne  surtout  pas  recopier  les  banalités  que  les  livres  de  type  Marabout,   certains  conseillers  emplois  ou  de  mauvais  blogs  en  ligne  vous  soufflent.             Mes  objectifs     Je   voudrai   mettre   ma   motivation   au   service   de   l’entreprise.   J’aime   travailler   dans   un   environnement  de  changement  et  je  m’épanouis  pleinement  au  sein  d’une  équipe.             Figure  2  :  Isabelle  postule  au  Check  In   Légende  :  Le  GRRR  est  le  cri  de  l’ours  en  colère  qui  en  a  marre  de  se  répéter.   GRRR  :  pas  de  souligné   et  surtout  pas  de  gras-­‐ souligné  !   GRRR  2  :  aucun  cadre  !   GRRR  3  :  trop  d’espace  !   GRRR  5  :  pas  de  justifié  !   GRRR  6  :  aucun  italique  !  
  3. 3.               L’effet«  Marabout  de  ficelle  »  est  réellement  destructeur.  Ces  mots,  ces  phrases  toutes  faites,   prémâchées,  sont  trop  «  parfaites  »,  trop  réfléchies.  Il  n’y  a  plus  rien  de  spontané.   Outre  tous  mes  GRRR  de  mécontentement,  c’est  l’exemple  exact  de  ce  qui  sonne  faux.  Cette   phrase  donne  l’impression  de  «  recopié  »  ou  d’«  appris  par  cœur  ».  Retenez  qu’il  vaut  mieux  du   vrai  que  du  parfait.  Si  vous  parlez  de  vos  objectifs,  soyez  «  Vous  ».   J’aurais  aimé  un  ton  plus  enthousiaste,  que  l’on  puisse,  dans  la  bannière  de  motivation  ou   d’objectif,  reconnaître  la  candidate,  presque  l’entendre.     Faites  attention  également  aux  mots  que  vous  utilisez  :  soyez  sûr  d’en  comprendre  le  sens.     C’est  un  classique  des  questions  d’entretien  d’embauche  :   Pourriez-­‐vous  me  donner  votre  définition  du  changement  ?     Qu’entendez-­‐vous  par  «  une  empathie  professionnelle  »  ?     Je  vois  sur  votre  lettre  de  motivation  que  vous  accordez  de  l’importance  à  la   procrastination1  ?                                                                                                                               1  Malchance  pour  le  candidat  :  la  procrastination  est  un  vilain  défaut  et  non  une  qualité.  Selon  Doctissimo,   il  s’agit  de  toujours  repousser  au  lendemain  des  choses  importantes,  de  toujours  trouver  mieux  à  faire  que   les  dossiers  urgents  ou  les  activités  pour  lesquelles  on  s’était  engagé.  Tout  le  monde  procrastine  plus  ou   moins,  mais,  parfois,  cela  devient  un  véritable  handicap  dans  la  vie  professionnelle  et  personnelle.  
  4. 4.             Veillez  aussi  à  utiliser  un  vocabulaire  et  une  syntaxe  qui  correspondent  à  votre  niveau   d’éducation  ou  à  votre  région.     Pourquoi postuler à l’aéroport de Agen-La Garenne ? Ce que j’aime dans l’aviation, ce sont les gens qui y travaillent, le mouvement et les voyages : les valises et le sourire des familles qui partent à l’autre bout du monde. Cette impression de travailler toujours en vacances. Figure  3  :  C’est  Caroline  qui  aura  la  place.   Légende  :  Le  recours  au  langage  parlé  peut,  dans  certains  cas,  se  révéler  très  porteur.  Dans  ce  cas,  la   photo  illustre  également  le  caractère  solaire,  sociable  et  enjoué  de  Caroline.  Le  recruteur  en  lisant  ces   lignes  croit  entendre  la  jeune  fille  parler.  Il  peut  percevoir  son  ton,  son  caractère  et  ce  petit  soupçon   d’  «  émotion  dynamique  »  que  l’on  nomme  Motivation  !     Je  reprends  ci-­‐dessous  la  liste  des  principales  bannières  d’annonces.  Mais,  libre  à  vous   d’inventer  quelque  chose  de  nouveau.  Comme  dans  la  PUB,  le  seul  but  est  vendre  :  se  vendre  au   recruteur.  Peu  importe  la  forme,  l’important  est  de  marquer  positivement  les  esprits.       − Les  compétences  indispensables     Les  informaticiens  le  savent,  tout  leur  CV  s’engage  par  leurs  compétences  techniques  :  la   rubrique  s’appelle  pour  eux  Skills.   A  leur  instar,  d’autres  métiers  exigent  aussi  des  compétences  techniques,  qui  sont  autant   de  préalables.  Elles  font  office  de  filtre.     Les  professionnels  utilisent  parfois  le  terme  de  Go-­‐No  GO  :  vous  n’avez  pas  ces   compétences,  tout  s’arrête.   C’est  pourquoi  elles  doivent  figurer  en  tête  de  CV.   Elles  sont  reproduites  sous  formes  de  listes,  sans  explication  :  ni  dates,  ni  détails.   La  tendance  2009  est  de  reproduire  également  cette  bannière  en  tête  de  la  lettre  de   motivation.  Ce  n’est  pas  très  élégant  mais  cela  simplifie  grandement  le  travail  des   entreprises  et  des  bureaux  de  recrutement.     Les  CV  arrivent  de  plus  en  plus  nombreux.  Avant  leur  analyse,  un  tri  est  effectué  sur  base   de  ces  exigences  (le  fameux  classement  vertical).     Pour  le  candidat,  mettre  clairement  en  évidence  ces  compétences,  c’est  s’assurer  qu’elles   seront  lues  et  bien  comprises.     − Les  goodwills   Ils  désignent  dans  ce  cas-­‐ci  ce  que  vous  avez  en  plus  de  vos  compétences  et  de  vos   réalisations  techniques,  soit  d’autres  qualités  immatérielles,  interpersonnelles.  
  5. 5.             L’accent  est  mis  sur  l’interpersonnel  :     -­‐ la  gestion  d’une  équipe,     -­‐ l’écoute  des  patients,     -­‐ la  prise  en  charge  de  clients  stressés,     -­‐ l’écoute  des  demandes,     -­‐ la  compréhension  de  culture  ou  de  religions…     Pour  certaines  professions,  plus  que  les  compétences  techniques  (une  formation  suffit   parfois  pour  vous  mettre  à  niveau),  ce  sont  ces  aptitudes-­‐là  qui  vont  être  décisives.     Il  faut  donc  qu’elles  apparaissent  dans  la  bannière  d’annonce  et,  point  important,  qu’elles   soient  intégrées  dans  la  présentation  que  vous  donnerez  de  vous  dans  la  lettre  de   motivation.     Les  titres  les  plus  utilisés  pour  ces  bannières  sont  :  compétences,  principales  qualités  et   motivations.       Mes motivations Trouver un environnement de travail dans lequel mon calme et ma capacité à gérer des situations ou des personnes en crise puissent servir une cause. Figure  4  :  Jean  veut  sauver  le  Monde     Légende  :  Jean  ne  le  sait  pas  encore,  mais  le  début  de  son  CV  a  fait  mouche.  Pour  autant  qu’il  se  fasse   correctement  vacciner,  il  partira  pour  une  grande  ONG  à  l’autre  bout  du  monde.   − Les  qualités  principales   Généralement,  c’est  dans  cette  rubrique  que  l’on  conseille  au  candidat  de  mettre  tout  et   n’importe  quoi.   Quand  je  relis  des  CV,  c’est  la  première  chose  que  je  barre.  C’est  un  fourre-­‐tout  :  les   phrases  côtoient  les  adjectifs,  les  titres  de  formations  ou  de  certifications  et,  parfois,  des   compétences  linguistiques,  des  disponibilités  (vous  ne  devez  jamais  indiquer  d’emblée   que  vous  êtes  disponible  !)  ou  des  prétentions  salariales.   A  la  poubelle  tout  cela,  ça  n’a  rien  à  faire  ici.       Dispo  ou    pas  dispo  ?   Pourquoi  ne  faut-­‐il  jamais  noter  sa  disponibilité  ?  Pour  faire  simple  :     (a)  c’est  insister  sur  votre  statut  de  chômeur  qui  n’a  rien  à  faire  de  toutes  ses   journées  ;     (b)  c’est  oublier  que  la  meilleure  façon  de  trouver  un  job,  c’est  d’en  avoir  déjà  un  ;     (c)  la  disponibilité  vous  brade,  elle  vous  installe  dans  le  rôle  de  demandeur  (non   loin  de  celui  de  mendiant)  et,  donc,  elle  vous  dévalorise  et  vous  place  en   mauvaise  posture  pour  négocier.    
  6. 6.           − Les  objectifs     Le  candidat  peut  profiter  de  cette  entrée  pour  exposer  ses  objectifs  au  recruteur.   Les  jeunes  diplômés  ou  les  plus  âgés  désireux  de  se  réorienter  y  trouvent  ainsi  une  aide   précieuse  :  la  bannière  offre  à  leur  CV  un  autre  éclairage.   Les  explications  qui  y  sont  reprises  peuvent  également  mettre  du  sens  sur  un  CV  soit   trop  court,  soit  trop  long.     − Les  motivations   Le  candidat  explique  ce  qui  le  motive  dans  le  poste,  le  secteur  ou  l’entreprise.     J’apprécie,  si  c’est  bien  fait,  si  c’est  efficace.  Mais  faites  attention  aux  clichés  :  n’employez   aucune  phrase  «  Marabout  de  ficelle  ».   Il  est  également  important  de  comprendre  que  les  motivations  doivent  mettre  du  lien   entre  le  candidat  et  son  futur  poste.  C’est  ce  lien  qui  est  porteur,  car  il  explique   simplement  au  recruteur  le  pourquoi  de  votre  démarche  et  le  bénéfice  que  pourra  en   retirer  l’entreprise.   Donc,  ne  jamais  confondre  motivation  et  exposé  narcissique,  exposé  dans  lequel  le   candidat  ne  parle  que  de  lui.     Le  bon  exemple  :   Mes motivations J’aimerai rejoindre l’entreprise où mon père et mon oncle travaillent déjà, y retrouver les paroles et les gestes qui m’accompagnent depuis tout enfant et pouvoir apporter certaines idées nouvelles que mes études m’ont offertes.   Le  mauvais  exemple  :     Mes motivations Mes études universitaires m’ont doté des techniques les plus efficaces de management des équipes et de la gestion du changement. J’aimerais trouver un poste où je puisse appliquer ces méthodes nouvelles et pouvoir progresser au sein de l’entreprise vers de plus hauts postes. Je suis l’homme des challenges et des responsabilités.
  7. 7.             Retrouvez-nous sur papier  

×