24 rue du Maréchal JOFFRE78000 VERSAILLEStel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99e-mail : hssy@hssy.info – Site Web :...
SOMMAIRE                                                                                                                  ...
1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT.Mesdames, Messieurs,Pour la septième fois depuis ma prise de fonction, je tiens tout dabord ...
Rénovation et agrandissement du centre "Albert Viel" de Chatou.Rappelons que dans le cadre du plan de relance décidé début...
Nous n’avons donc pas réussi à faire évoluer en 2012 le CPOM par un avenant attendu sur :  1.      La prise en compte du c...
2. RAPPORT DACTIVITE DU DIRECTEUR GENERALLAssociation Hôtel Social Saint Yves a vu au cours de lannée 2012 une nouvelle fo...
2.2 REALISATIONS 2012 ET DIFFICULTES:Dans son rapport moral, le Président a décliné les actions les plus visibles de lacti...
Si nous ne pouvons augmenter nos ressources nous ne pouvons réduire les dépensesqu’en réduisant la masse salariale. Cette ...
3. STATISTIQUES.En 2012 :      712 personnes hébergées      432 personnes sorties                          347            ...
200                                  206                                                         181                      ...
138                                                                                                                       ...
4. ORGANIGRAMME                                                                                                           ...
5. RAPPORT DACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOUL’année 2012 aura été celle des travaux du fait de l’extension et de la r...
Avec la rénovation du foyer, la capacité se décline comme suit :      9 studios doubles pour l’hébergement d’hommes isolés...
Temps d’erranceTemps derrance     NombresMoins dune semaine    22Moins dun mois        23De 1 à 3 mois          43De 3 à 1...
L’équipe éducative veille à ce que ce critère soit respecté. Parmi les personnes         accueillies sur cette place, nous...
L’accès à un emploi n’est pas aisé du fait pour certains de longues périodes sans emploi etla difficulté pour d’autres de ...
Partenariat professionnel :Les partenaires ont pris progressivement possession des lieux bénéficiant de locauxadaptés et d...
 Animations proposées en 2012      Tout comme le foyer de Viroflay, les restrictions budgétaires voulues par l’associatio...
Néanmoins, l’équipe du Foyer Viel ne « s’endort pas sur ses lauriers » et reste sur sesgardes : l’expérience ayant prouvé ...
6. RAPPORT DACTIVITE CHRS VERSAILLESL’année 2012 est la quatrième année pleine pendant laquelle le CHRS a pu appliquer lep...
Du fait du principe de continuité, le passage en Moyen Séjour dépend de moins en moins de la pertinence du projet individu...
l’accompagnement individuel : 35 personnes, enfants compris, ont bénéficié du   Moyen Séjour. 15 sont sorties de la struct...
Le rôle de l’équipe éducativeL’élaboration du projet individualisé est l’axe de travail qui mobilise le plus l’équipeéduca...
 Des rencontres sont organisées avec les écoles pour faire le point régulièrement et    soutenir les parents.   Le quotid...
7. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE7.1 INTRODUCTIONL’année 2012 a été marquée par des modifications significatives de l’or...
individualisé ainsi qu’un relais extérieur. Ce projet va être formalisé dans un contratd’engagement qui recense toutes les...
D’autre part, l’association St Yves poursuit la location d’un studio dans le village deFRENEUSE depuis aout 2011. Ce studi...
détail chiffré apparait dans la partie « hébergement » ci-dessus. Les procédures  d’entrée, de sortie et la gestion de l’o...
la question de la prise du traitement, l’orientation pour des dépistages, la prévention en   matière de tuberculose, de di...
7.5 PERSPECTIVES 2013Ce même groupe de pilotage, compte tenu de l’importance et de l’efficacité du travail enpartenariat m...
8. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS                            L’HÉBERGÉ AU CŒUR       DU DISPOSITIF8.1 INTRODUCTIONDu fait de...
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Rapport annuel exercice 2012
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Rapport annuel exercice 2012

2 618 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 618
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
242
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Rapport annuel exercice 2012

  1. 1. 24 rue du Maréchal JOFFRE78000 VERSAILLEStel. : 01 39 50 60 88 – Fax. : 01 39 50 60 99e-mail : hssy@hssy.info – Site Web : www.hssy.info Versailles le 02 avril 2013 HÔTEL SOCIAL SAINT YVES Rapport Annuel Exercice 2012 Rapport Annuel Exercice 2012 Page 1 (83)
  2. 2. SOMMAIRE Pages1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT. ............................................................................................................... 32. RAPPORT DACTIVITE DU DIRECTEUR GENERAL .......................................................................................... 63. STATISTIQUES. ............................................................................................................................................ 94. ORGANIGRAMME ......................................................................................................................................125. RAPPORT DACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOU ...............................................................................136. RAPPORT DACTIVITE CHRS VERSAILLES .....................................................................................................217. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE ........................................................................................................268. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS ............................................................................................................329. RAPPORT D’ACTIVITÉ TRAPPES LA BOISSIERE.............................................................................................3810. RAPPORT D’ACTIVITÉ MAISON FAMILIALE VIROFLAY .................................................................................4511. RAPPORT ACTIVITE DEMARCHES REGULARISATION ...................................................................................5312. RAPPORT FINANCIER ..................................................................................................................................5613. ANNEXES AUX COMPTES 2012 ...................................................................................................................6214. RAPPORT DU COMMISSAIRE AUX COMPTES ..............................................................................................79 Rapport Annuel Exercice 2012 Page 2 (83)
  3. 3. 1. RAPPORT MORAL DU PRESIDENT.Mesdames, Messieurs,Pour la septième fois depuis ma prise de fonction, je tiens tout dabord à tous vousrenouveler mes remerciements pour votre présence à l’Assemblée Générale de notreAssociation, présence qui témoigne une fois encore de votre intérêt à notre cause et devotre support à nos actions.Comme les années précédentes, jai souhaité dans ce rapport moral me concentrer sur lesfaits principaux qui ont marqué lannée 2012. Ensuite notre Directeur Général, Pierre Verzivous commentera notre rapport dactivité puis notre Trésorier, Dominique Delattre terminerapar la présentation de nos résultats financiers et la lecture du rapport du commissaire auxcomptes Monsieur Blois. Vous trouverez dans notre document général 2012 les rapportsdactivité de nos Directeurs dÉtablissement ici présents, Mesdames Michelitz et Lelong ainsique Messieurs Vaulry et Daniel.Notre réunion se terminera par le témoignage de quelques hébergés.Lannée 2012 a vu se poursuivre la consolidation de nos acquis dans nos centres quitotalisent fin 2012, 257 places, réparties entre le CHRS de Versailles Ozanam pour tout typede population, les accueils de Versailles Mortemets, et Mantes pour hommes, celui deTrappes pour femmes seules, celui de Viroflay pour femmes seules avec très jeunes enfantset celui de Chatou pour hommes seuls dans sa partie neuve et femmes avec enfants dansle pavillon rénové.En plus des 10 places dhiver agréées chaque année dans nos centres, 30 placessupplémentaires ont été ouvertes pour la période hivernale 2012/2013 à Mantes la Joliedans le cadre dun accord conclu avec le foyer Adoma, places qui offrent un accueil 24h sur24 identique à celui des autres centres.A ces places en centre d’urgence s’ajoutent 4 appartements (8 places possibles) et 10studettes louées par l’association.Nos établissements ont accueilli en 2012, 712 personnes avec un taux doccupationtoujours supérieur à 100%.Un détail précis de lactivité ainsi que son analyse vous seront ensuite donnés par notreDirecteur Général.QUELS SONT LES FAITS PRINCIPAUX QUI ONT MARQUE LA VIE DE L’ASSOCIATION EN 2012 ? Les travaux et bâtimentsConcernant le bâtiment de Viroflay les problèmes d’humidité ont enfin été résolus parl’Opievoy et la rénovation totale de la cuisine se termine (financement en partie par HSSY)Le bail des Mortemets est arrivé à échéance en ce début d’année 2013. Nos courriers deces deux dernières années auprès de la Préfecture ont trouvé écho en cette fin d’année2012. Sous l’impulsion du Secrétaire Général de la Préfecture plusieurs réunions entre tousles partenaires (Préfecture, DDT, DDCS, Château de Versailles, le bailleur VersaillesHabitat et HSSY) se sont tenues ces derniers mois. Constat a été fait que ce bâtimentarrive en fin de vie et qu’il est nécessaire de le reconstruire. Où ? Avec quel financement ?de quelle taille ? En attendant réponse à toutes ces questions, la décision a été prise derenouveler pour une durée maximale de cinq ans les baux actuels (entre Préfecture etChâteau, Préfecture, Versailles Habitat et Association) En attendant, des travaux de sécuritéet de rénovation des sanitaires seront entrepris dès ce printemps. Ces travaux serontfinancés par l’ANAH et le bailleur sans impact sur le loyer. Une nouvelle réunion pour ledevenir du centre a été programmée par la préfecture le 16 avril prochain. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 3 (83)
  4. 4. Rénovation et agrandissement du centre "Albert Viel" de Chatou.Rappelons que dans le cadre du plan de relance décidé début 2009 par le gouvernement,des crédits avaient été alloués pour la rénovation et lhumanisation de centresdhébergement durgence. Le CHU de Chatou avait été retenu dans le département desYvelines. (accord en 06/2009)Après négociation des subventions auprès de lÉtat, de la Région IDF et signature du bailemphytéotique avec la commune de Chatou en 2010, la construction sur le terrain attenantau pavillon existant de 14 studettes et salle de restauration a été lancée début2011.(capacité daccueil ainsi portée à 25 personnes en période hivernale).Les bâtiments neufs ont été livrés début 2012 et la rénovation du pavillon s’est achevée enoctobre, quelques jours avant l’inauguration de l’ensemble par Monsieur le Préfet desYvelines.En ce qui concerne les trois autres centres d’hébergement (CHU Mantes, CHU Trappeset CHRS Versailles) rien de bien particulier à signaler.Notons néanmoins notre souhait de voir le CHRS de Versailles intégrer le projet dereconstruction du CHU Mortemets. En effet sa configuration actuelle et son état de vétusténous semblent incompatibles avec les conditions d’accueil que nous souhaitons offrir à tousnos hébergés.Comme prévu, notre nouvelle offre dhébergement de type "intermédiation locative" s’estpoursuivie et développée en 2012.Il est possible d’y loger des personnes venant de nos structures, jouissant dun revenurégulier et ayant prouvé chez nous leurs capacités dautonomie.Quatre petits logements sont donc loués dont trois dans le secteur privé par HSSY et sontproposés avec une convention de logement temporaire à des hébergés de St Yvessélectionnés par les Directeurs.Par ailleurs, sur Mantes la Jolie, un bailleur privé nous a proposé en contrat longue durée (9ans pour l’instant) la location d’un immeuble totalement rénové de 20 grandes studettes(dont 10 livrées depuis novembre 2012)Ce bâtiment est proche de notre CHU de Mantes ; ainsi sa gestion et le suivi des personnesqui y sont logées en sont facilités.Le règlement d’un loyer par les locataires ainsi que le versement d’une subvention de laDDCS dans le cadre d’un agrément « Maison de Famille » en cours de finalisation,assurent l’équilibre financier de l’opération.Nous pensons dailleurs que lévolution et le développement de lassociation passeradorénavant par ce type de programme.Il sera ainsi possible de faciliter une fluidité de sortie vers le « haut » pour nos hébergés etdaccueillir ainsi de nouvelles personnes en urgence. Les résultats financiersTroisième année du CPOMPour mémoire, le CPOM (Contrat Pluriannuel dObjectifs et de Moyens) a pour vocation derenouveler lesprit des relations contractuelles entre lAdministration et les gestionnairesdune structure sociale. A ce contrat, s’est également associée une démarche "Qualité" dontvous trouverez le détail des actions entreprises dans le rapport annuel.Le CPOM nous a permis de maintenir globalement à leur niveau antérieur (année 2009) lessubventions de l’Etat.Nos relations de partenariat avec la DDCS (notre organisme de tutelle) sont excellentes etnous comprenons leurs contraintes financières inhérentes à la situation actuelle de notrepays. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 4 (83)
  5. 5. Nous n’avons donc pas réussi à faire évoluer en 2012 le CPOM par un avenant attendu sur : 1. La prise en compte du changement de périmètre de notre centre de Chatou et donc de modifier de façon « pérenne » le montant de la subvention allouée à ce CHU (promesse de la DDASS lors de la prise de décision de rénovation en 2009) 2. La prise en compte de l’évolution naturelle et arithmétique de la masse salariale (évolution ancienneté …) bien que notre effectif soit inférieur à celui prévu au CPOM. 3. La prise en compte de l’évolution du coût de la vie sur des postes tels que fluides, alimentation, charges locatives …En 2010 et 2011, l’association a fait de réels efforts sur les achats de marchandises et deservices extérieurs et il nous semble maintenant illusoire de réduire encore significativementles coûts sans mettre en péril la qualité de nos services d’accueil et de réinsertion.Lors du Conseil d’Administration du 13/12/2012, une résolution votée par l’ensemble desmembres a été transmise à la DDCS afin de leur expliquer formellement nos difficultésfinancières et nos préoccupations pour l’avenir si la situation perdure.En ce qui concerne notre résultat financier de 2012, il est négatif de 59 305 € pour unbudget global d’environ 5.4 M € et ceci malgré le versement par la DDCS de subventionscomplémentaires non pérennes en fin d’année. Autres points importants sur 2012Notre site WEB développé en 2008 a été totalement refondu. Il est notre principal vecteurde communication extérieure. Vous y trouverez toutes les informations sur lassociation et jevous engage à le consulter régulièrement à ladresse suivante : www.hssy.infoLa communication auprès de toutes les communes des Yvelines poursuit son chemin;Les subventions restent souvent modestes (crise oblige); mais cela permet de nous faireconnaître et met en exergue ladhésion de ces communes à nos objectifs et à nos valeurs.Linformatique.Toujours beaucoup de travail, notamment en ce qui concerne la sécurité de nos données.Notre progiciel Progdis (Base de données des hébergés) est maintenant correctementmaîtrisé et nous permet dobtenir des statistiques fiables.Je terminerai mon rapport moral en adressant un grand remerciement à tous les bénévoleset partenaires qui œuvrent auprès des accueillis, aux bénévoles qui font partie du ConseildAdministration avec une mention particulière à ceux et celles investis dans le bureau et quigèrent finances, travaux extérieurs, qualité, formation, informatique, relations extérieures …De nouveaux administrateurs vont nous rejoindre et je les remercie par avance de leurimplication.Un grand merci également à tous les salariés de lassociation (72 salariés fin 2012 pour 10en lan 2000) qui ont, comme dhabitude, réalisé un travail remarquable auprès deshébergés.En vous remerciant tous une nouvelle fois pour votre dévouement et votre collaboration, jeforme le souhait que lannée 2013 confirme nos résultats et nos orientations prises lesannées précédentes. Jacques DUEZ Président Rapport Annuel Exercice 2012 Page 5 (83)
  6. 6. 2. RAPPORT DACTIVITE DU DIRECTEUR GENERALLAssociation Hôtel Social Saint Yves a vu au cours de lannée 2012 une nouvelle fois sonactivité en augmentation. Augmentation du nombre de places par louverture du centre deChatou avec huit places supplémentaires, dix places dhiver à Mantes, et 18 places enappartements. Augmentation du nombre de nuitées réalisées, mais aussi augmentation nonnégligeable des pièces comptables et de lensemble des documents administratifs que cesoit dans le domaine des ressources humaines ou de suivi de dossiers financiers ettechniques.Les différents rapports dactivité des établissements vous donneront les élémentsspécifiques de chaque structure ; ce rapport dactivité regroupe les grandes tendancesperceptibles dans lensemble de lAssociation2.1 STATISTIQUES GENERALES :Comme les années précédentes, le taux de remplissage dépasse les 100 % avec unnombre de 96 134 nuitées en 2012 contre 94 894 en 2011 soit une augmentation de 1.02 %sans tenir compte des nuitées du plan grand froid et des personnes suivies dans lesappartements extérieurs.Le nombre de personnes accueillies augmente légèrement: 728 contre en 705 en 2011Au cours de lannée 432 personnes sont sorties de nos établissements soit unrenouvellement de la population de 168 %. Ces données de sorties reflètent des disparitésimportantes en fonction des structures. En effet le centre de Chatou accorde chaque soir 2nuitées au 115, ce qui fait que 169 personnes sont sorties en 2012 pour 20 placesfinancées, soit un taux de renouvellement de 845 % alors que sur la même période seules42 personnes ont quitté l’établissement des Mortemets, soit un taux de renouvellement de72 %.Sur les 432 personnes sorties, 187 étaient étrangères et 109 sont sorties sans autorisationde séjour ni régularisation de leur situation. Par contre, pour les personnes ayant eu unhébergement supérieur à 9 mois (78 personnes) toutes ont connu une amélioration de leursituation administrative.En ce qui concerne les personnes en situation régulière pour lesquelles nous connaissonsles orientations à la sortie après une période de présence supérieure à 9 mois, 95% ont euun hébergement ou un logement de longue durée (CHRS, appartement relais, résidencesociale ou logement social).La difficulté économique globale se ressent aussi pour nos résidents.Si en 2011, 15 % des personnes avaient un revenu hors prestations sociales, elles ne sontplus que 10 % en 2012. De même les difficultés à trouver un logement autonome pour lespersonnes ayant un CDI augmentent.Comme les années précédentes la tendance est à une augmentation des résidents enattente de régularisation, à ceux multipliant les problématiques de santé mentale etdaddiction et à la "clochardisation" de nos populations. Il en découle que moins de 30 %des résidents peuvent participer au financement de leur hébergement.Si nous navions que des résidents bénéficiaires du RSA, la participation serait de170 000 €. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 6 (83)
  7. 7. 2.2 REALISATIONS 2012 ET DIFFICULTES:Dans son rapport moral, le Président a décliné les actions les plus visibles de lactivité delAssociation.Au cours de cette année, nous avons réorganisé le centre de Mantes en supprimant leschefs de service afin de donner une unité à lensemble de léquipe. Malgré les difficultésdadaptation, il semble que cette nouvelle organisation soit efficace et commence à porterses fruits.Un salarié de Mantes à été transféré au siège afin de gérer les actions transversales, le suivide PROGDIS, la formation des salariés, la mise à jour de lenquête de satisfaction et saréalisation, laccompagnement des salariés en formation notamment des VAE, la mise à jourdu site internet, flash info etc.Ainsi, à ce jour nous pouvons dire que lensemble des missions qui étaient auparavantassurées par des membres du conseil dadministration le sont également par un salarié.(gage de sécurité et de pérennité)Lattente des travaux des Mortemets a été source de difficultés pour les salariés. Ils se sontparticulièrement impliqués et ont du faire preuve de patience afin de garder les lieux dans unclimat serein malgré la vétusté des sanitaires et la fragilisation des populations.Louverture de Chatou a nécessité une nouvelle organisation tant pour les salariés que pourles usagers. Il a fallu dès le début "recadrer" les résidents qui se sont crus, au regard de laqualité de la réalisation, plus dans un Hôtel que dans un CHU, certains ne voulant plusparticiper au repas et dautres souhaitant rentrer à leur convenance.A ce jour, hébergés et salariés se sont appropriés la structure. Avec les nouveaux locaux, etsous limpulsion de la Directrice, de nouveaux partenariats sont mis en œuvres.Les autres centres nont pas connu de changement fondamental mais le travail au quotidienest effectué avec professionnalisme. Un des enjeux des années à venir est de prévenir« lusure professionnelle ».Le développement des activités de loisirs ou culturelles réunissant salariés et résidentssemble être un bon moyen car il permet de se connaître sous un autre jour, de créer uneambiance nouvelle et de mettre en avant les compétences de chacun.En 2012, lactivité est soutenue, les salariés impliqués, les problèmes quotidiens réglés parlensemble des professionnels, les projets réalisés, dautres sont en gestation, lAssociationfait son travail.Cependant au cours de cette année nous navons pas réussi à équilibrer le budget, leTrésorier vous donnera les explications comptables de ce déficit.Depuis 2 ans nous réalisons des économies dans lensemble des domaines sur lesquelsnous pouvons agir, mais nous ne pouvons influer ni sur laugmentation des fluides, descharges sociales, de lalimentation et des obligations conventionnelles.En tant que Directeur Général de lAssociation, je suis responsable non seulement dufonctionnement mais aussi de la gestion financière.Afin de rétablir léquilibre il faut soit augmenter les ressources, soit diminuer les dépenses.Pour augmenter les ressources nous pouvons changer notre population en hébergeant quedes personnes qui peuvent participer financièrement à leur hébergement comme je lindiqueplus haut et le déficit est absorbé. Cette solution ne convient ni au conseil dadministration,ni aux salariés, ni à la DDCS car les personnes nétant pas en mesure de supporter cetteparticipation financière doivent néanmoins être accueillies et ce serait renier les valeurs delAssociation que de choisir cette voie. Laugmentation des ressources peut évidemmentpasser par une augmentation des subventions et nous travaillons avec la DDCS afin derésoudre ce problème. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 7 (83)
  8. 8. Si nous ne pouvons augmenter nos ressources nous ne pouvons réduire les dépensesqu’en réduisant la masse salariale. Cette solution ne retient pas non plus ladhésion duConseil dAdministration ni de la DDCS. Nous sommes en deçà du nombre de salariésprévus dans le CPOM et le travail effectué ne peut se faire avec un nombre inférieur desalariés.Laccompagnement individuel accompli dans nos centres pour des populations nayantaucun droit ou socialement très éprouvées ne serait plus effectué ni en interne ni enexterne. Dans tous les centres sauf Mantes nous navons généralement quun seul salariépour assurer laccueil collectif de jour comme de nuit. Le financement 2013 seracertainement déterminant pour lavenir de notre Association.2.3 CONCLUSIONLhumanisation des centres continue, il ne reste que les Mortemets dont le projet avance etle CHRS dans une moindre mesure. La réponse aux évolutions des populations et àlorganisation de laction sociale est apportée de manière continue par lensemble dessalariés.Des projets de développement permettant au plus grand nombre un accès aux accueilsdurgence et une fluidité des parcours vont se réaliser.La situation financière va se redresser avec lappui des services de létat qui depuis desannées nous soutiennent tant sur le plan financier que sur le sens de notre action. Tous ceséléments me permettent, malgré les difficultés actuelles denvisager lavenir avec confiancemême, si comme nous le faisons depuis plus de 25 ans, nous devons nous adapter à denouvelles organisations.Enfin je souhaite très vivement remercier Nicole PARISOT qui a assuré le suivi desformations avec dévouement, assiduité, et abnégation depuis plus de 10 ans. Missionrendue délicate à la fois par la complexité administrative des dossiers et quelquefois lasingulière nonchalance des salariés pour lui faire parvenir les justificatifs quelle demande. Pierre VERZI Directeur Général Rapport Annuel Exercice 2012 Page 8 (83)
  9. 9. 3. STATISTIQUES.En 2012 : 712 personnes hébergées 432 personnes sorties 347 85 Masculin Féminin Sexe 178 183 54 17 Française Etr.U.E. Etr. hors U.E. Non Précisé Nationalité 128 64 64 36 34 30 33 23 20 Régime Régime Régime C.M.U. de CMU de Aide Aucune Inconnue Non Général Général + Général + Base Base + Médicale précisé Mutuelle CMU Compl. dEtat Compl. Couverture sociale Rapport Annuel Exercice 2012 Page 9 (83)
  10. 10. 200 206 181 58 47 45 29 31 36 29 17 - de 2 De 2 à 3 De 4 à 6 De 7 à 14 De 15 à De 31 à De 92 à De 193 à De 285 à De 365 à 730 jours jours jours jours jours 30 jours 91 jours 192 jours 284 jours 364 jours 729 jours et + Durée des Prises en Charge 78 48 25 25 4 6 8 1 Doss en Doss en att. Débouté En Recours Régularisé Sous Dublin Aucune Non précisécours const. Déliv. demande Situation(étrangers) Rapport Annuel Exercice 2012 Page 10 (83)
  11. 11. 138 48 50 58 29 21 6 9 1 1 6 1 1 A.P.S Permis Conduire Récépissé ss AT Aucune Récépissé av AT Carte de Séjour 1 an Carte résident10ans Acte Naissance Titre Séj. av AT Déclar. Perte/vol CI hors UECI française Non précisé Pièces dIdentité 85 57 28 17 18 9 5 1 4 CMP TUTELLE CURATELLE Enfants de Europe Maghreb Afrique Pays de ASIE moins de 3 Noire lEst ANS Divers Rapport Annuel Exercice 2012 Page 11 (83)
  12. 12. 4. ORGANIGRAMME Avril 2013 J. DUEZ Président Subventions Secrétaire Trésorier Informatique J.C Milan H.Chaperon D.Delattre G. Laurencin Directeur 1 Responsable des Actions Transversales P.Verzi Directrice Directeur Directeur Directrice Administration A.L LELONG J. Vaulry R.Daniel L.Michelitz I de Touris Chrs/Trappes Mantes Mortemets Chatou Viroflay Siège St Yves Trappes 1 cadre administratif ½ chef de service ½ chef de service Chatou Viroflay 0.5 comptable 5,5 éducateurs 14 éducateurs 7 éducateurs 6 éducateurs 10 éducateurs 1travailleur social 1 Responsable Maintenance½ Travailleur social 3 Travailleur sociaux 1 eje 1Travailleur social 1Travailleur social 1 éducateur régulation 1 Maîtresse de 1 Responsable Maintenance 1 Maîtresse de 4 éducateurs administrative Maison Maison Rapport Annuel Exercice 2012 Page 12 (83)
  13. 13. 5. RAPPORT DACTIVITE - FOYER ALBERT VIEL - CHATOUL’année 2012 aura été celle des travaux du fait de l’extension et de la rénovation du foyer.La direction du foyer a attendu la fin de la construction des 14 studios situés à l’arrière dufoyer pour déménager les hébergés qui résidaient dans le pavillon principal. Aucun hébergén’a été remis à la rue ou transféré dans d’autres foyers. Une fois le déménagement fait, lestravaux de rénovation du pavillon ont pu commencer.Avec son lot de retards, de malfaçons constatées… le foyer a fonctionné à plein mi-décembre 2012 en accueillant la première mère avec un enfant âgé de huit mois.Cet accueil longuement réfléchi avec l’équipe éducative et l’information faite auprès deshébergés masculins ont favorisé une intégration positive de cette mère. Ce constat nous aencouragés à proposer la seconde place mère-enfant dès la fin décembre.L’organisation du foyer a été quelque peu modifiée (Mise en place de deux servicesrepas…). Chaise haute, transat, cris et sourires des bébés …. ont envahi la salle à mangeret ont créé ou réveillé des comportements paternels parmi les hébergés (sourires,chansons…).L’équipe éducative du centre d’hébergement d’urgence est composée comme suit : 6.5 TP éducateurs sur des horaires d’internat, dont 2 éducateurs spécialisés, 1 ETP moniteur éducateur, 1 moniteur-éducateur à mi-temps,1 animateur non diplômé et 2 veilleurs de nuit. Un moniteur-éducateur en formation dans le cadre d’un contrat de professionnalisation pour deux ans (0.50 ETP sur les foyers de Chatou et Viroflay) 1 directrice à 0.40 TP. 1 psychologue clinicien extérieur qui anime les séances mensuelles d’analyse des pratiques. Un stagiaire DEES a été accueilli sur un stage long (8 mois) dans le cadre de sa troisième année de formation.Mouvement du personnel : 1 monitrice – éducatrice en congé maternité de juillet 2012 à fin décembre 2012 remplacée par une M.E. en CDD : cette dernière a été recrutée en CDI fin novembre 2012. 1 animateur muté au foyer HSSY de Mantes en octobre 2012. Démission d’un veilleur de nuit fin décembre 2012.Formation continue :Aucune demande n’a été formulée cette année.5.1 ACTIVITE DE L’ANNEEEn 2012, 202 personnes ont été hébergées au Foyer Albert Viel.Soit 200 hommes isolés et 1 mère avec son enfant. 169 entrées 154 sorties.Nombre de nuitées réalisées : 9936 pour une ouverture en continu soit un taux d’occupationde 136.10% (sur 20 places financées). Rapport Annuel Exercice 2012 Page 13 (83)
  14. 14. Avec la rénovation du foyer, la capacité se décline comme suit : 9 studios doubles pour l’hébergement d’hommes isolés 1 studio double réservé à la nuitée 115 et nuitée police soit 20 places en studios double 4 studios individuels pour l’accueil d’hommes isolés plus autonomes soit 4 places 2 studios excentrés dans le pavillon pour l’accueil de 2 mères et de 2-enfants soit 4 places pour les familles en studios individuels. CAPACITE TOTALE : 28 places5.2 LES HEBERGES :Entrées: Nombre d’entrées et de sorties :  Entrées 169  Sorties 154 Composition des ménages :  200 hommes isolés.  1 femme avec 1 enfant Les tranches d’âges Parmi les personnes hébergées, tout comme l’année 2011, les 26/35 ans sont les plus représentés. Ages NombresMoins de 18 ans 118 / 25 ans 2826/35 ans 7136/45 ans 5746/55 ans 2856/65 ans 12Plus de 66 ans 5TOTAL 202 Origine géographique 95.04% viennent de toutes les villes des Yvelines et 80.19 % nous ont été adressés par le 115. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 14 (83)
  15. 15. Temps d’erranceTemps derrance NombresMoins dune semaine 22Moins dun mois 23De 1 à 3 mois 43De 3 à 12mois 27Plus dun an 58Non précisé 29Total 202Nous constatons qu’une majorité de personnes sont sans domicile fixe depuis plus d’un an.Cette observation relève principalement des nuitées d’extrême urgence. Les conséquencessont visibles que ce soient en termes de détériorations physiques ou psychiques. Ce chiffreest renforcé par le tableau ci-dessous qui cible le nombre de personnes sans couverturesanté. Couverture santé :Couverture sociale NombresRégime général 24Régime général + mutuelle 6Régime général + CMUcomp 19CMU de base 19CMU + comp 55AME 11Etudiant 0Aucune 50Inconnu 8Non précisé 10Total 202Sorties 2012 : 154 sorties enregistrées  Durée des séjours des personnes sorties en 2012 : La forte proportion des durées de moins de 7 jrs correspondent majoritairement à l’accueil des nuitées d’extrême urgence. Le Foyer Albert Viel maintient le principe de la mise à l’abri immédiat en s’efforçant de proposer chaque soir à une personne différente une nuitée avec repas et douche. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 15 (83)
  16. 16. L’équipe éducative veille à ce que ce critère soit respecté. Parmi les personnes accueillies sur cette place, nous avons souvent constaté que certains n’avaient pas eu de chambre depuis plusieurs jours et avaient vraiment besoin de se « poser » une nuit. Durée des prises en Nombres charges Moins 7 jours 89de 8 à 14 j 615 à 30 j 1031 à 91 j 2892 à 192 j 24193 à 284 jrs 11285 à 364 jrs 9365 jrs à 729 j 17730 jrs et + 8Total 202  Ressources Ressources MontantSalaire 15ASSEDIC 10AAH 5Retraite 2RSA 24Sans ressources 97Autres (CIVIS….) 1Total 154La plupart sont sans ressources et ceux qui bénéficient seulement du RSA n’ont passuffisamment de ressources pour pouvoir prétendre aux orientations vers les résidencessociales (minimum 700 euros) ou les logements de type logement passerelle (SOLIBAIL…)même avec une APL. Une fois les charges déduites, le reste à vivre est très faible.Le constat est le même que l’année dernière.De fait, les relogements sont minoritaires compte-tenu aussi de la forte proportion depersonnes en voie de régularisation et du peu d’hébergés réunissant toutes les conditionsnécessaires à l’obtention d’un hébergement ou d’un logement adapté.Les permanences CESF affichent les mêmes constantes que l’année dernière. Ellesdémontrent la faiblesse des ressources et le constat pour beaucoup de crédits à laconsommation. Un RSA à 470 euros entache l’idéal qu’ils se sont fait du logement souhaité. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 16 (83)
  17. 17. L’accès à un emploi n’est pas aisé du fait pour certains de longues périodes sans emploi etla difficulté pour d’autres de conjuguer souvent addiction alcool et maintien dans l’emploipour ceux qui en ont un.Quant à l’appropriation des obligations locatives, certains finissent par se les appropriermais à force de rabâchage par la CESF.  Relogement Logement NombreLogement privé 0Logement social 0Logementpasserelle 5Amis, famille 10CHRS 2CADA 11Hôtel 0Hôpital 0Squatt, rue 126Total 154La forte proportion (95%) des personnes ressorties dans la rue sont celles entrées ennuitées d’extrême urgence.Les demandeurs d’asile ont majoritairement intégrés des C.H.U.D.A.  Sanctions/ arrêt d’hébergement 2012 3 personnes concernées : Arrêt d’hébergement pour non-respect du règlement de fonctionnement et non adhésion au projet individualisé : 3 hébergés. D’autres ont préféré partir d’eux-mêmes. Le règlement à travers l’obligation de respecter les horaires de retour sur le foyer ou de devoir rendre compte des démarches à mener dans le cadre des contrats d’insertion sont trop contraignants pour eux.Accompagnement socio-éducatif :Durant l’année 2012, 680 actes ont été réalisés (entretiens de suivis, synthèses avec lespartenaires, permanence CESF, permanence du référent pour les régularisations auprès dela Préfecture, accompagnements divers (hôpital, Préfecture…). Cela représente unecentaine d’entretiens environ sur l’année par éducateur plus ceux de la direction pour ce quiest des entretiens de recadrage, validation des contrats….Ces entretiens relèvent aussi des procédures d’accueil quotidiennes dans le cadre desmises à l’abri des nuitées 115, nuitées police et places durant la campagne hivernale.Viennent ensuite les entretiens d’accueil et de suivi liés aux deux dispositifs d’hébergementen vigueur dans l’association à savoir le contrat de séjour (3 mois) et la convention moyenséjour renouvelable tous les trois mois au vu du projet individualisé de l’hébergé et de laréalisation de ses objectifs d’insertion. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 17 (83)
  18. 18. Partenariat professionnel :Les partenaires ont pris progressivement possession des lieux bénéficiant de locauxadaptés et de studios plus confortables.Nous maintenons toujours un excellent partenariat avec le CCAS de la Ville de Chatoutoujours très soucieux du bien-être des hébergés.La psychologue de CAP SANTE met à disposition des hébergés une aide et une écoutepour ceux qui en ont besoin et qui le demandent. Au fur et à mesure de ces permanences,nous constatons un nombre de plus en plus croissant des inscrits et qui se maintiennentdans la durée révélant un réel besoin.D’autres se rendent au CSAPA de St Germain en Laye, mais force est de constater que ladistance est souvent un des paramètres de l’irrégularité des entretiens.Nous avons tenté de créer un partenariat plus ciblé avec cet organisme mais pourdifférentes raisons, ce projet n’a, semble-t-il, pas trouvé l’écho que nous attendions.Pour ceux qui ont une couverture santé, les infirmières prodiguent leurs soins médicauxsans crainte dans des studios ou des locaux favorisant la vie privée des hébergés.  Communication : Concernant le recueil de la parole des usagers, nous maintenons des réunions pour être au fait avec les usagers : 1 Conseil de la Vie sociale a été proposé en présence des responsables du Secours Catholique comme représentants institutionnels et observateurs de la vie interne du foyer. 2 réunions avec les hébergées et l’équipe éducative. 3 réunions d’informations (Fonctionnement du nouveau foyer, installation, déménagement dans les nouveaux locaux…) ont eu lieu. Ces réunions ont pour but d’améliorer le quotidien en observant ce qui fonctionne et ce qui dysfonctionne dans la prise en charge éducative, hôtelière … des usagers, et aussi de recueillir leurs propositions d’animations ou autres. L’enquête de satisfaction 2012 met en avant la satisfaction des hébergés et démontre que l’installation dans les nouveaux locaux, le réajustement du règlement de fonctionnement et l’accueil de mères avec enfants ont été une réussite majeure. Ces observations basées sur la satisfaction des hébergés encouragent la direction et l’équipe éducative du foyer à maintenir cette attention quotidienne du bien-être des hébergés tout en maintenant un cadre sécurisant pour tous.  Partenariat avec les Bénévoles : L’ouverture en 24h/24h a permis une optimisation des interventions quotidiennes au foyer. Une aide à l’apprentissage de la langue française ainsi que des cours d’informatique ont pu être dispensées aux hébergés. Outre le partage du repas le soir, des actions sont toujours fort bien perçues comme celles de nos « mamies couture » qui interviennent deux fois par mois recoudre pour recoudre les boutons de chemises, les déchirures de pantalons… Les hébergés bénéficient aussi de temps à autre d’accompagnements vers les hôpitaux lorsque le foyer n’a pas obtenu de prise en charge médicale pour des VSL. La mise en place cette année de sorties mensuelles avec les bénévoles (Visite du Sacré-Cœur, Palais de Justice…) connaissent aussi beaucoup de succès et obtiennent une grande satisfaction du côté des hébergés. Un spectacle de magie a été proposé en début d’année au Théâtre du Vésinet. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 18 (83)
  19. 19.  Animations proposées en 2012 Tout comme le foyer de Viroflay, les restrictions budgétaires voulues par l’association car nécessaires, ont influé sur les dépenses. Les sorties ont été limitées et ont ciblé une sortie d’été dans un gîte à la mer en Normandie pendant 4 jours. D’autres animations ont eu lieu :  Information sur le thème du logement avec la responsable du Bureau Logement de la Mairie  Atelier peinture sur toile  Projets réalisés en 2012 :  Permanence CESF bimensuelle : suivi des hébergés (gestion du budget, appropriation du logement)  Mise en place des permanences CAP SANTE  Référentiel des pratiques professionnelles/Projet établissement  Plaquette établissement  Accueil de stagiaires D.E.E.S et autres formations5.3 PROJETS 2013 : Développement des animations et des actions spécifiques au regard des problématiques constatées en matière de santé, d’accès à l’emploi, d’accès au logement. Développement d’un partenariat adapté au public accueilli (Protection infantile, planning familial….) Développement d’appartements en service éclaté sur la Ville de Chatou ou environs proches Diversification des compétences professionnelles au sein de l’équipe éducative Recrutement d’une maîtresse de maison, d’un éducateur spécialisé et d’un veilleur de nuit.5.4 CONCLUSION :La rénovation et l’extension du foyer ont rendu les conditions d’hébergement plus humaines.Les dortoirs collectifs ont disparu et ont laissé place aux studios doubles équipés chacun desanitaires (douches et WC) avec restauration collective et/ou studios individuels aveckitchenette et sanitaires individuels (restauration autonome ou collective).L’ouverture de deux studios pour l’accueil de mères accompagnées d’enfants de moins de 3ans a introduit cette ambiance « familiale » qui manquait à ce foyer.Ces accueils ont transformé l’organisation quotidienne et les relations entre hébergés. Descomportements nouveaux sont apparus très positifs et ont favorisé l’intégration tangible desmères accueillies. Les hommes accueillis au foyer Viel ont été ou sont aussi des pères.L’homogénéité des profils et des cultures accueillis, tout en respectant le principe del’accueil inconditionnel, a maintenu un climat serein où aucune culture n’a eu uneprédominance par rapport à une autre sur le groupe. Les relations étaient à l’équilibre carchacun des hébergés a trouvé sa place dans le collectif à égalité avec les autres.Ces relations « détendues » ont généré une solidarité remarquable et sans précédentenvers les plus âgés et les plus fragilisés. Plusieurs hébergés ont aidé l’équipe à prendre encharge sur le plan du quotidien les deux personnes âgées accueillies (aide aux repas,nettoyage du studio, aide au déplacement, aide à la toilette (rasage, manucure…).Par ricochet, les nuitées 115 et campagne hivernale sauf exception rare, ont pu être reçuesdans un climat modéré et se sont alignées sur le même tempo que tout le reste du groupe. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 19 (83)
  20. 20. Néanmoins, l’équipe du Foyer Viel ne « s’endort pas sur ses lauriers » et reste sur sesgardes : l’expérience ayant prouvé par le passé que nous ne sommes jamais à l’abrid’accueillir une personne qui peut « retourner » le foyer en un rien de temps.L’éducateur et la CESF profitent également de ces nouveaux locaux et ce, à tous lesniveaux. L’amélioration des conditions de travail est une donnée majeure et, je salue aupassage leur patience, leurs capacités d’adaptation et leur professionnalisme pour avoirtravaillé dans les conditions matériels et sanitaires très précaires de l’ancien foyer.L’équipe mérite largement cette rénovation.Ces points positifs n’ont cependant pas transformé les problématiques constatées lesannées précédentes et qui restent récurrentes : personnes en voie de régularisation,addictions diverses, absences ou précarité des ressources, difficultés à gérer lesobligations locatives…Les sorties vers l’hébergement d’insertion ou vers le logement autonome restentminoritaires.L’accueil de personnes âgées fortement fragilisées avec des problèmes plus ou moinsgraves d’ordre médical, sanitaire (incontinence urinaire et fécale) et psychiques (phasesdélirantes…) démontre les limites d’accueil du Foyer Albert Viel sans personnel adapté(infirmier, auxiliaire de vie…).Face à la forte précarisation de certains hébergés notamment l’absence de couverture santéet la stigmatisation du statut de « clochard », les professionnels du droit commun, lesservices d’aide à la personne ou l’intérim refusent d’intervenir pour les aides à la toilettealors que les finances ont été trouvées pour régler les factures.Le personnel et la directrice du foyer se retrouvent dans l’obligation de faire face à cesdéfections professionnelles et d’assurer eux-mêmes les douches des personnes âgées, lacanalisation de leurs délires psychiques….L’absence de « passerelle » entre nos structures sociales et l’ARS renforce et aggraveencore plus la précarisation sanitaire et médicale de ces personnes hautement vulnérables.Force est de constater et malgré les sollicitations de la DDCS, le manque de volonté àcollaborer. Il est étonnant de voir qu’aucune place en lit halte soin santé ne se libère sur unepériode de dix mois.Enfin, le refus de toute prise en charge financière si absence de couverture santé, voueinéluctablement ces personnes à dépérir dans des foyers d’urgence laissant les équipesdans une impasse totale. L. Michelitz Directrice dEtablissement Rapport Annuel Exercice 2012 Page 20 (83)
  21. 21. 6. RAPPORT DACTIVITE CHRS VERSAILLESL’année 2012 est la quatrième année pleine pendant laquelle le CHRS a pu appliquer leprojet d’établissement élaboré en septembre 2008. Ce projet sera retravaillé au cours del’année 2013Ce projet d’établissement essaie de concilier au mieux les missions qui sont confiées à uncentre d’hébergement d’urgence : la mise à l’abri des personnes sans domicile, ainsi queleur orientation vers des solutions d’hébergement ou de logement adaptées à leur situation.Ces missions sont induites par deux principes fondamentaux : le principe d’inconditionnalitédans l’accueil, et le principe de continuité dans la prise en charge.Le CHRS, l’Hôtel Social Saint-Yves du 24, rue du Mal Joffre, Versailles, applique cesprincipes qui s’imposent à tout centre d’hébergement d’urgence.Le fonctionnement spécifique permettant aux éducateurs qui le souhaitent d’assurer despermanences de travailleur social a été bien intégré par l’équipe du CHRS. Cette mise enlien du projet individualisé de la personne accueillie et de nos observations au quotidienpermet d’être au plus près d’une solution de sortie adaptée à leur situation.L’année 2012 laisse à nouveau apparaître l’allongement important des durées de séjour etlaccompagnement de plus en plus global, prenant en compte l’ensemble desproblématiques des personnes accueillies. Le problème du logement est systématiquementcouplé à une autre difficulté, ce qui inscrit la personne dans une prise en charge pluscomplexe et plus longue. La difficulté de toutes nos prises en charge est bien de déterminerquel type de logement pourrait être adapté à chaque situation et de mobiliser la personnepour répondre aux conditions d’accès à un logement.6.1 FONCTIONNEMENT DU CENTRE :Le CHRS accueille tous les publics, femme seule, homme seul, couple seul, ou famille(enfants accompagnés d’un ou des deux parents). Il fonctionne à l’année sans interruption,est ouvert 24h/24. L’accueil est inconditionnel.Le CHRS propose les 3 modalités d’hébergement du projet d’établissement : la nuitée d’extrême urgence : elle est proposée notamment aux personnes hébergées dans d’autres structures pour faciliter leurs démarches auprès de la Préfecture, ce qui nécessite de se lever souvent à quatre heures du matin. Cette nuitée a notamment servi à l’accueil de femmes hébergées à la Boissière devant se présenter à la préfecture. Elle répond aussi à la mission de mise à l’abri. Cette nuitée n’est pas systématique et n’est pas mise à la disposition du 115. l’hébergement en Urgence (d’une durée de 2 mois), dont le triple objectif est de stabiliser la personne, de s’assurer que l’accès à ses droits sociaux (santé, ressources financières, logement, administratif) lui soit connus, et d’élaborer avec son référent social un projet individualisé. Cette durée peut passer à 3 mois lorsque la situation de la personne ne permet pas d’élaborer un projet à l’issue de ces deux mois. l’hébergement en Moyen Séjour (d’une durée de 2 mois renouvelables), dont le double objectif est de s’assurer de la restauration des droits sociaux et d’accompagner la personne dans son projet individuel afin de lui permettre d’accéder à un logement adapté à sa situation. Le contrat d’engagement est un outil que l’équipe a mis en place permettant de recentrer la personne accueillie sur son projet lorsque nous constatons quelle ne fait pas ses démarches. Ce contrat d’engagement est passé entre la structure et la personne d’une façon générale ; le référent social extérieur de la personne peut être sollicité lorsque la situation le nécessite. Ce contrat formule des démarches précises à réaliser sur une durée définie en fonction du projet. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 21 (83)
  22. 22. Du fait du principe de continuité, le passage en Moyen Séjour dépend de moins en moins de la pertinence du projet individuel, mais avant tout du souhait de la personne de rester dans la structure.6.2 EVALUATION DES OBJECTIFS :6.2.1 BILAN QUANTITATIF DES OBJECTIFS : la mise à l’abri : 21 (23 en 2011) accueils ont été réalisés en 2012, représentant 9774 nuitées (taux d’occupation de 116 %). Ce taux s’explique d’une part par l’ouverture à l’année des 5 places « hivernales ». La baisse du taux d’occupation qui passe de 121% à 116% s’explique par la modification des compositions familiales lors de la sortie d’une famille et à la séparation d’un couple avec deux enfants qui a induit le départ du père et d’un des enfants. Il est à noter qu’une personne a pu bénéficier d’un accueil en urgence après un passage par la nuitée d’extrême urgence proposée lors du plan grand froid. l’accès aux droits : 24 personnes dont 6 enfants sont sorties de l’établissement en ayant bénéficié de la modalité d’hébergement autre que la nuitée d’extrême urgence.  suivi social : toutes les personnes ont un référent social en sortie du CHRS. 4 d’entre elles ont dû être orientées vers un référent dans l’objectif d’ancrer la personne dans un suivi social et de construire un projet individualisé. Une seule n’avait pas d’orientation possible vers un suivi, faute de documents administratifs et de structure d’accompagnement à un temps donné. Cela pose la question de l’orientation de personnes «sans papiers» dans le cadre du DAHO, orientées par le SAO, qui ne peut poursuivre le suivi une fois ces personnes accueillies en structure.  couverture sociale : toutes les personnes ont une couverture de santé en sortant du CHRS ; 5 personnes ont ouvert leur droit durant leur séjour.  situation administrative : toutes les personnes avaient un document d’identité (passeport ou Carte Nationale d’Identité) en sortant du CHRS. Le séjour a permis à 3 d’entre elles de faire cette démarche administrative. D’autre part, 10 personnes ont entamé des démarches d’obtention ou de renouvellement de leur séjour en France et obtenu leurs titres au cours de leur séjour.  ressources financières : 5 des 12 personnes sans ressources au moment de leur admission dans la structure ont pu avoir accès à l’emploi ou à un contrat en alternance.  logement : 10 personnes ont fait une demande de logement social auprès d’une mairie et de la préfecture au cours de leur séjour.  A la sortie, 8 personnes dont 4 ont eu accès au logement social, avec un accompagnement du Lien Yvelinois. 1 en FJT et 1 en CHRS sur une place de stabilisation. 5 ont été orientées vers des CHU, soit parce qu’elles étaient accueillies en nuitées d’urgence, soit parce qu’un arrêt d’hébergement a été décidé et qu’une solution a été travaillée avec une autre structure. 3 personnes ont quitté la structure pour être hébergées soit par des tiers soit par la famille. 5 personnes n’avaient pas de solution connues de l’équipe après des nuitées sur l’hébergement, un après un arrêt d’hébergement : bien que l’équipe ait informé le SIAO urgence, cette personne ne s’est pas saisie de cette demande.  Le dépôt d’une demande de logement doit être un réflexe pour les équipes lorsque les conditions sont réunies. Nous recherchons effectivement une solution adaptée à la situation, mais la personne peut alors s’inscrire dans un véritable parcours résidentiel pour aller vers plus d’autonomie. Le dépôt de la demande de logement est rendue complexe pour nos hébergés qui souvent mettent du temps à rassembler toutes les pièces nécessaires. 2 ont pu déposer un dossier DALO à partir du mois de septembre 2012 lorsque le critère de deux titres de séjours consécutifs a été supprimé. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 22 (83)
  23. 23. l’accompagnement individuel : 35 personnes, enfants compris, ont bénéficié du Moyen Séjour. 15 sont sorties de la structure en 2012, la moyenne de leur séjour a été de 388 jours (contre 380 en 2011). Le passage d’urgence à Moyen Séjour doit être privilégié. 14 personnes n’ont pas bénéficié de cette modalité d’hébergement. Il est à souligner que pour les personnes parties sans solutions préparées avec l’équipe, notamment vers des hébergements chez des tiers ou sans solutions connue, un hébergement dans le cadre du moyen séjour n’a pu leur être proposé. L’accompagnement proposé est axé autour des problématiques de santé (physique ou mentale) pour 4 d’entre elles, de régularisation pour 17, de problématiques familiales pour 8, de socialisation pour 3, et d’insertion professionnelle pour 5 d’entre elles. La problématique du logement est souvent associée à une autre problématique afin que la solution la plus adaptée soit travaillée.6.2.2 ANALYSE ET EVALUATION QUALITATIVE DES OBJECTIFS :Le CHRS continue de s’inscrire dans le cadre de l’hébergement d’urgence. Au cours decette année une famille de 5 personnes hébergées depuis 5 ans a pu sortir del’hébergement vers un logement autonome. Cet exemple montre combienl’accompagnement des personnes accueillies qui cumulent des difficultés telles que larégularisation de leur situation administrative est long. Lorsque leur situation administrativeest régularisée les personnes accueillies sont réactives et des solutions de sorties adaptéespeuvent leur être proposées.Le CHRS est un lieu qui reste convivial et familial. L’accueil de tous les publics au sein d’unemême structure contribue à ce climat mais cet accueil reste complexe et à la diversités’ajoute la complexité des situations. L’accompagnement proposé sur le CHRS s’appuie sur un réseau partenarial étoffé L’accompagnement proposé sur le CHRS correspond à une prise en charge globale de la personne et de ses problématiques: problématique de régularisation, de santé, d’insertion professionnelle, de socialisation, de logement, problématique familiale, financière…. En plus des partenaires traditionnels impliqués dans le suivi social du réseau visant à faciliter les démarches des personnes en vue de l’accès ou de la restauration de leurs droits sociaux, le CHRS entretient des relations particulières avec le CCAS de la ville de Versailles, le Cedat, le Réseau Santé Mentale, la Maison de Quartier Saint-Louis, Chantiers Yvelines, la boutique Stuart Mill, le SPIP. Nous avions pour objectif en 2012 de nous rapprocher du CMP aux fins dobtenir un meilleur accompagnement des personnes présentant des troubles psychiques. Ce partenariat commence à se mettre en place, ce qui est bénéfique pour les personnes accueillies. La présence d’enfants sur la structure implique aussi un travail de réseau avec les écoles ainsi qu’avec la PMI. Nous sommes amenés ainsi à rencontrer les enseignants autour de la situation d’un enfant afin de lui permettre une meilleur intégration scolaire. Les principaux partenaires en ce qui concerne le logement sont CapLogy avec le dispositif de prospection de logement et le SIAO insertion, le Lien Yvelinois et le service logement de la Mairie de Versailles. L’équipe du CHRS de par sa présence au quotidien et son travail de proximité avec l’ensemble des partenaires fait le lien entre les différents intervenants auprès de la personne, afin de rester au plus près de son projet et déviter que l’on s’éloigne de l’objectif défini. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 23 (83)
  24. 24. Le rôle de l’équipe éducativeL’élaboration du projet individualisé est l’axe de travail qui mobilise le plus l’équipeéducative du CHRS.Le retour des éducateurs inscrits en formation et diplômés (éducateur spécialisé et 2moniteurs-éducateurs) a permis de proposer une meilleure continuité dansl’accompagnement.La restauration des droits est un point fort de la dynamique de l’équipe qui estcompétente et complémentaire.Cependant, nous sommes parfois en difficulté pour mobiliser de façon continue lapersonne, et dêtre en lien avec le référent extérieur. Pour cela, le contrat moyen séjourainsi que le contrat d’engagement doivent être de véritables supports à l’hébergementpour permettre à la personne d’être actrice de son projet.L’accompagnement vers la régularisation.Mr NIANGANE est très en lien avec l’équipe du CHRS. Ce travail a permis de débloquerdes situations et de pouvoir accompagner les personnes en leur permettant de faire labonne demande en préfecture, ce qui est essentiel.L’accompagnement vers une insertion professionnelle adaptée et l’apprentissagedu français.En continuité avec son projet de stage débuté en septembre 2010, Mlle Ghali ,éducatrice propose un accompagnement vers l’emploi, l’alphabétisation et l’accès à laculture.Depuis l’obtention de son diplôme, elle a pu mettre en place cet accompagnement defaçon pérenne sur trois structures de l’Association sur préconisation de l’équipeéducative. En effet, cette éducatrice intervient dès lors que l’équipe observe qu’un(e)hébergé(e) est en difficulté : recherche d’emploi apprentissage du français, difficulté face au collectif et que l’individuel pourrait aider... Ainsi sur l’année 2012, et plus particulièrement depuis septembre 2012 : 7 personnes ont été accompagnées dans le cadre de l’alphabétisation. L’évolution dans l’apprentissage du français a été nettement observée par l’équipe éducative dans l’autonomie des démarches administratives, l’expression orale et la confiance en soi. 6 personnes ont été accompagnées dans la recherche d’emploi. Cet accompagnement permet également de développer un réseau partenarial s’agissant de l’insertion professionnelle et se poursuivra en 2013.Accompagnement des familles :L’équipe du CHRS, ayant conscience de la difficulté des enfants à vivre au quotidiendans une structure d’hébergement, a mis en place des actions afin de soutenir lesfamilles, sans toutefois se substituer aux parents. Plusieurs activités se poursuivent dansle cadre du partenariat avec la Maison de quartier : Des ateliers parents-enfants sont organisés et animés par une Conseillère en Economie sociale et familiale de la maison de quartier une fois par mois. Cet atelier devrait s’étendre aux personnes seules, qui sont souvent présentes et ont émis le souhait d’y participer. Un atelier contes est également proposé un mercredi par mois. Les familles ont une carte famille sur Versailles et les enfants peuvent donc participer aux activités proposées par la maison de quartier pendant les vacances et bénéficier de l’aide aux devoirs. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 24 (83)
  25. 25.  Des rencontres sont organisées avec les écoles pour faire le point régulièrement et soutenir les parents. Le quotidien : Le CHRS est une structure conviviale mais qui se montre de plus en plus inadaptée à l’accueil des enfants, qui n’ont pas d’espace à l’intérieur de la structure et qui ont pour seul terrain de jeu, le parking du Secours Catholique. Nous invitons les familles à aller sur l’extérieur mais cela reste compliqué. Un travail de réflexion au niveau de l’Association est entamé pour tenter de proposer de meilleures conditions d’hébergement pour les enfants.6.2.3 CONCLUSION ET ORIENTATIONS POUR L’ANNEE 2013 : Avec un pourcentage d’occupation de 116%, le CHRS remplit sa première mission d’hébergement d’urgence. Avec 52% des personnes ayant obtenu des solutions adaptées d’hébergement ou de logement, le CHRS montre l’efficacité de son accompagnement et de sa prise en charge. Pour les 48% de personnes n’ayant pas obtenu de solutions adaptées, il s’agit soit des personnes accueillies en nuitées ou qui n’ont pas souhaité poursuivre l’hébergement, soit de personnes dont un arrêt d’hébergement a été décidé et pour lesquelles une solution de sortie vers un hébergement d’urgence est systématiquement travaillé. Avec 50% du public accueilli, en demande de régularisation (asile, raisons humanitaires, soins…), l’équipe du CHRS travaille en lien étroit avec Samba NIANGANE, éducateur chargé de l’accompagnement à la régularisation. L’équipe du CHRS est une équipe d’une grande compétence soucieuse du bien être des personnes hébergées au quotidien. Avec le départ en début d’année 2013 de deux éducateurs, l’équipe est modifiée et doit trouver une nouvelle dynamique. Les locaux restent petits et ne permettent pas toujours d’avoir la confidentialité lors d’entretiens et il n’est pas aisé pour l’équipe de travailler dans ces conditions. Nous utilisons de plus en plus la salle de réunion du siège pour réaliser les entretiens. Le logement de Maurepas est occupé par un homme seul depuis mars 2012. Des visites à domicile sont organisées tous les quinze jours et ce monsieur vient diner au CHRS une fois par semaine. Cet accompagnement se situe bien dans le projet d’évaluation des capacités d’autonomie des personnes ayant des « troubles psychiques » et a tout son sens. Un dossier DALO a été instruit et cette personne est en capacité d’accéder à un logement autonome. Un nouvel appartement à Vélizy nous permet d’héberger depuis novembre 2012 deux femmes seules avec enfants en colocation. Cet appartement est proposé également aux mères de la Maison Familiale de Viroflay. La présence de stagiaire et la présence de Melle GHALI, qui s’occupe également de l’accès à la culture devraient nous permettre de développer les sorties et activités, qui restent un objectif pour 2013Je tiens à remercier l’ensemble de l’équipe du CHRS: la chef de service, les éducateurs, lesanimateurs et la maîtresse de maison, qui, grâce à leurs remarquables qualités d’accueil et relationnelles s’impliquent dans leurs missions et font du CHRS un lieu sécurisé et sécurisant, dans le respect des valeurs de l’association. Anne-Lise Lelong Directrice dEtablissement Rapport Annuel Exercice 2012 Page 25 (83)
  26. 26. 7. RAPPORT ACTIVITÉ MANTES LA JOLIE7.1 INTRODUCTIONL’année 2012 a été marquée par des modifications significatives de l’organigramme ce qui aeu pour conséquence un retentissement sur le fonctionnement, les projets ainsi que surl’accompagnement des hébergés, dans une atmosphère conflictuelle. En effet, pour desraisons économiques, la Direction Générale a décidé, en mars 2012, de supprimer lespostes de chefs de service de l’accueil collectif et du suivi individuel. A cette diminution depersonnel s’est ajouté un arrêt maladie depuis juillet 2012 ainsi que le départ de deuxtravailleurs sociaux et d’une éducatrice du collectif, à ce jour non remplacés. 18 salariés surles 22 prévus ont dû, de ce fait, assurer les missions premières de l’association, tout entachant de pérenniser la dynamique de projets induite depuis plusieurs années. Le contextede la crise ainsi que la confirmation de l’augmentation de l’accueil de personnes endemande de régularisation de leur situation administrative n’a pas permis de proposer laqualité d’ accompagnement souhaitée. Néanmoins, cette année a vu l’ouverture, ennovembre 2012, d’une pension de famille en plein cœur de Mantes la Jolie, permettant uneorientation adaptée et très attendue de certaines situations jusqu’alors sans solution. Onsaluera d’autre part l’arrivée d’une secrétaire en fin d’année, qui apporte désormais unerigueur administrative qui a pu faire défaut auparavant.7.2 FONCTIONNEMENT7.2.1 GENERALLe rythme des réunions générales a été maintenu cette année. La retranscription desdirectives a cessé en direction des chefs de service dès le mois de mars. Compte tenu de laprévision de leur départ, ils ont été de moins en moins sollicités au bénéfice de la reprise dela gestion par le directeur de l’établissement exclusivement. Ceci a eu pour conséquence unrelais de l’information et des exigences plus précises mais la nécessité d’unedisponibilité accrue de la part du Directeur. Outre les points ponctuels, la réunion d’équipe apermis de relayer les informations de ce type. Ces modifications de fonctionnement ont euune répercussion sur les salariés qui ont investi différemment l’APP et la régulationd’équipe : nombreuses ont été les réunions axées sur les difficultés rencontrées par l’équipedurant cette période de mutation.7.2.2 COLLECTIFLes points réguliers organisés par le chef de service avec l’équipe du collectif, ont été reprispar le Directeur de l’établissement.L’organisation de l’équipe selon le principe de groupe de travail et de réflexion n’a pas étéreconduite en raison de son manque d’efficacité (équipe non impliquée par manque deconcertation initiale) et du départ du chef de service. Le fonctionnement a repris sa formeantérieure. Le départ d’une éducatrice en fin d’année a pu fragiliser la prise en charge duquotidien. A cela s’est ajouté l’arrêt maladie d’un éducateur durant 6 mois, comblé en partiepar l’embauche d’une ancienne stagiaire.7.2.3 INDIVIDUELNos faisons un point tous les lundis après-midi avec ou sans la présence du Directeur.Le fonctionnement est maintenu et se décline toujours de la façon suivante :Chaque travailleur social accompagne 20 hébergés et Marcel effectue la restauration desdroits de tous ceux qui n’ont pas encore de référent. Lors de la restauration des droits leshébergés signent un contrat de séjour dans lequel sont indiquées les démarches à effectuer.Ce contrat de séjour est valable 3 mois. Après ce délai, soit aucun projet n’est viable et enaccord avec le fonctionnement de la structure un arrêt d’hébergement est prononcé, soit unprojet avec la personne est envisageable et son dossier est transmis aux travailleurssociaux. Une fois le dossier transmis, le travailleur social va se mettre en lien avec lespartenaires intervenants sur la situation afin de garantir une complémentarité dans le projet Rapport Annuel Exercice 2012 Page 26 (83)
  27. 27. individualisé ainsi qu’un relais extérieur. Ce projet va être formalisé dans un contratd’engagement qui recense toutes les informations sur la personne, son parcours, son projetet les étapes définies ensemble pour l’aboutissement de ce projet. Il en permet d’autre partl’évaluation régulière.La Direction a du s’attacher à contrôler le bon fonctionnement du service ci-dessus afin degarantir aux hébergés un minimum de répercutions, compte tenu de l’ensemble desmodifications de service. Toutefois, les départs de deux travailleurs sociaux en août etoctobre ont eu pour conséquence la suspension d’accompagnements individualisés pourprès de 40 hébergés susceptibles de mettre à mal leurs projets. L’urgence de certainessituations a dû par ailleurs être prise en charge par d’autres salariés. En fin d’année, ledépart en formation pour un travailleur social accordé par la Direction générale a accentuéle manque de disponibilité pour l’accompagnement des projets individuels d’un certainnombre d’hébergés. L’ensemble de ces éléments conduit au constat d’une dégradation desconditions de réalisations des missions du service individuel.7.3 HEBERGEMENTNous avons, en 2012, accueilli 244 personnes avec une moyenne d’âge de 39 ans :76 étaient de nationalité française et 168 de nationalité étrangère (soit 10 personnes de plusque 2011).Les problématiques travaillées ont été :Le logement ordinaire, logement adapté, emploi ordinaire, emploi adapté, addiction (alcoolet drogue), troubles psychologiques et problèmes de santé divers (hépatites…) ;Ainsi que les démarches de régularisation de situation administrative : Demandes pour 10ans de présence en France, demandes pour soin, demandes d’asile politique, demandespour emploi, demandes pour réfugié politique, demandes pour vie privée, vie familiale etdemande pour étudiant.80 personnes ont été orientées par les partenaires institutionnels ce qui reflète un ancragedu partenariat de notre centre sur le territoire du Mantois.144 personnes ont été orientées par le 115.20 se sont présentées directement et ont été hébergées pour une mise à l’abri.27 d’entre elles, par le tribunal de Grande Instance de Versailles dans le cadre de l’accueildes hommes présumés auteur de violence conjugale.D’autre part, 40 personnes ont été hébergées à ADOMA dans le cadre du Plan hivernal. Auterme de la période hivernale, au 31 mars, 6 personnes en demande de régularisationétaient dans l’impossibilité de constituer un dossier Adoma et ont dû revenir à St Yves. 6autres personnes ont été orientées à leur place. Les 20 baux des 20 chambres ont glissésaux noms des hébergés, 15 d’entre eux n’ont pas nécessité de suivi et 5 ont signé uncontrat de suivi. Ce contrat de suivi est valable pour 3 mois renouvelables 3 fois, soit un anmaximum d’accompagnement. Il informe les 3 parties (St Yves, Adoma, l’hébergé) desengagements de chacun concernant l’occupation du logement et la continuité du projetindividualisé mis en place. Après 6 mois seulement, 4 hébergés étaient encore suivis par StYves ; pour les autres, soit leur situation ne nécessitait plus d’accompagnement, soit lesréférents extérieurs avaient pris le relais.La nouveauté 2012 réside dans l’augmentation de la capacité d’accueil passée de 20 à 30personnes dans le cadre de la campagne hivernale 2012/2013. Les personnes ont étéorientées dans les centres ADOMA de BUCHELAY, MANTES et GARGENVILLE, ce qui anécessité un renforcement du partenariat existant avec ce dispositif qui nous témoignait déjàsa confiance de par la qualité de l’accompagnement proposé. Cette démarche a permis derépondre favorablement aux demandes de la DDCS et la mise à l’abri des personnes engrande précarité, ce qui la rend positive. Néanmoins les exigences de l’établissement enmatière d’accompagnement et de suivi n’ont pas été honorées à la hauteur souhaitéecompte tenu du surcroît de travail. Aucun souci majeur n’est cependant à déplorer. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 27 (83)
  28. 28. D’autre part, l’association St Yves poursuit la location d’un studio dans le village deFRENEUSE depuis aout 2011. Ce studio est mis à disposition d’un hébergé contre un loyerde 350 euros et 20 euros de charges. L’hébergé a signé un contrat d’occupation ainsi quedes contrats de suivi qui n’ont pas été reconduits en fin d’année, compte tenu du départ deson référent. Au vu de l’évolution positive et de la stabilisation de notre locataire atypique,nous pensons établir pour 2013 un bail glissant pour ce logement.En lien avec le bailleur social Mantes Yvelines Habitat, nous louons un studio dans lequartier du Val Fourré et n’avons rencontré aucun problème avec l’occupant de ce logementet nous envisageons de ce fait, un bail glissant pour 2013.7.4 ACTIONS7.4.1 COLLECTIVES Activités socio- éducatives : Atelier culinaire : En juillet 2012 nous avons changé le mode de fonctionnement pour la confection des repas et sommes passés au système des plateaux repas. Ceci est dû aux revendications des hébergés qui se sont plaints de l’absence de participation d’un grand nombre et la sollicitation d’autres de façon récurrente. Les salariés y ont d’autre part trouvé un avantage dans la rapidité et simplicité du service. Toutefois, ce système ne correspond pas aux valeurs associatives et ne permet pas la création du lien ainsi que le travail éducatif qui peut et doit être mis en place à l’occasion de la préparation des repas. Si cela a pu être toléré de par la complexité du fonctionnement durant la deuxième période de l’année, la Direction envisage de reprendre au plus vite le mode de fonctionnement participatif, et regrette que peu de salariés aient revendiqué cet aspect. Pour ce qui est de la remarque émanant des hébergés, une réflexion devra conjointement être mise en place à ce sujet. Atelier Théâtre : 10 séances 12 participants. Intervenant. Atelier Echange et Débat : 10 séances 15 personnes par séance 1 éducateur HSSY + bénévoles (anciens stagiaires) Activités Sportives et culturelles :  8 séances au gymnase LECUYER de Mantes la Jolie, 18 personnes en moyenne.  Piscine 4 sorties, 30 personnes au total.  2 sorties à la mer, 3 Films au CGR Mantes, 1 Sortie au réveillon de Noël des chrétiens du Mantois, Réveillon de Nöel, Réveillon de la saint Sylvestre.5 sorties pêche en bord de seine pour 5 hébergés. .  1 transfert pour 6 hébergés en Dordogne.  Manifestations : 5 concerts ET BLUES SUR SEINE, Participation de 5 hébergés au festival musique à Mantes la jolie. 1 Théâtres parisien.7.4.2 INDIVIDUELLESEn mars 2012, la Direction de l’établissement a institué le système de coordonnateur deprojet au sein du service d’accompagnement individuel. Ainsi, chaque travailleur social a eula responsabilité d’un projet concernant : le logement, la santé, l’emploi ainsi que la justice.Si cette dynamique a été très prometteuse lors de sa mise en place, impulsant unedynamique institutionnelle favorable au travail en équipe ainsi qu’aux hébergés ; celle-cis’est amoindrie en fonction des modifications du personnel et des conflits qu’elles ontengendrés.A. Logement Le développement du travail en partenariat avec ADOMA mené par le coordinateur logement a permis de répondre favorablement aux nouveaux besoins exprimés en 2012 et aux objectifs qui, par ailleurs, étaient proposés lors du rapport d’activité 2011. Le Rapport Annuel Exercice 2012 Page 28 (83)
  29. 29. détail chiffré apparait dans la partie « hébergement » ci-dessus. Les procédures d’entrée, de sortie et la gestion de l’occupation de la chambre ont été clairement définies. Les hébergés ont pu être accompagnés dans la sortie de leur logement si tel était le cas en mars 2012 ou pris en charge au travers de contrats de suivis ou bien encore en ayant bénéficié de baux glissants. Le bailleur privé poursuit sa confiance en continuant de proposer son logement à Freuneuse. Une annonce du journal local Mantois le JTM a sollicité d’éventuels propriétaires afin de proposer leur logement à la location en faveur des hébergés de Saint Yves : à l’issue de cette annonce, deux propriétaires ont proposé leur appartement mais le montant des loyers ne correspondait pas aux moyens de la population accueillie au centre. Concernant les bailleurs sociaux, le travail est à parfaire avec une proposition de convention sur la mise à disposition d’autres logements puisqu’à l’heure actuelle seul un appartement est disponible dans ce contexte, ce qui ne permet pas de répondre favorablement aux besoins conséquents constatés. L’élément positif majeur de cette année 2012 est l’ouverture de la pension de famille située en plein cœur de Mantes la Jolie à proximité du commissariat de police et de la gare. Ce bâtiment de 3 étages, refait à neuf et pour les besoins du centre, a proposé en 2012, 5 chambres de 18 m2, meublées avec kitchenette et sanitaire privatifs ; et 15 à venir. Ce projet fait suite aux difficultés croissantes rencontrées en matière de propositions de logements adaptés, aux manques territoriaux ou du moins aux difficultés d’accès pour la population concernée. Mais il est aussi le résultat du réseau partenarial spécifique détenu par le Directeur du centre. La reconnaissance depuis plusieurs années de l’engagement et du travail effectué jusqu’alors a permis, cette année et pour les suivantes, la commande et la réalisation sept mois plus tard, de ce projet. C’est un réel atout en continuité de l’accompagnement proposé sur le centre qui permet à certains hébergés d’accéder à un logement autonome et décent.B. Santé Suite au système de coordination, il a été mis en place une réflexion sur la santé en direction des hébergés comme cela a pu se faire antérieurement avec comme principal support la réalisation d’une enquête faite auprès des hébergés (93 questionnaires recueillis). Le questionnaire a pu être travaillé avec les stagiaires infirmières de la croix Rouge et principalement Melle Lucile ANRETAR. Le thème de la santé a, pour la première fois, été abordé en ce qui concerne les salariés. Ceci a conduit à un travail en étroite collaboration avec la médecine du travail (deux interventions au centre et une présentation du document unique sur site). Il aurait dû aboutir, dès la fin de l’année, à la conception du Document unique propre au centre, mais le départ du travailleur social coordinateur du projet n’a pas permis l’aboutissement de ce volet. Néanmoins la préoccupation du bien-être de l’équipe a pu être matérialisée par l’intervention dès septembre 2012 d’une consultante en gestion de stress. Cette dernière a proposé des ateliers de relaxation pour les salariés une fois par semaine ainsi que la transmission de connaissances à utiliser en direction des hébergés. Une proposition d’activité sportive a pu être émise pour favoriser la cohésion d’équipe, mais pour les mêmes raisons que précédemment citées, cette dernière n’a pas pu être effective. Concernant l’utilisation des défibrillateurs, les formations ont pu, quant à elles, avoir lieu. La formation premiers secours envisagée dont l’organisation aurait pu être faite via les ateliers santé ville, sollicités dans le cadre du projet santé de manière générale n’a malheureusement pas été proposée. Les ateliers santé ville, ont d’autre part été sollicités afin de permettre aux hébergés de bénéficier directement de leur service, et d’inclure l’Hôtel social Saint Yves dans le contrat local de santé (confirmation de l’ARS), mais aussi de participer activement comme précédemment au « rendez-vous santé » : il était convenu de proposer de nouveau une demi-journée de prévention et d’information en date du jeudi 15 novembre 2012 de 16h à 19h avec les principaux partenaires. Dans le même souci de répondre aux besoins exprimés par les hébergés et des constats des professionnels, des démarches ont été engagées afin de travailler Rapport Annuel Exercice 2012 Page 29 (83)
  30. 30. la question de la prise du traitement, l’orientation pour des dépistages, la prévention en matière de tuberculose, de diabète, et de soins dentaires tout comme l’intervention d’un généraliste et d’une réflexion sur les lits halte soin santé. D’autre part, le rapprochement avec le CODES a été entamé. Les permanences (CPAM, CSAPA avec une psychologue, CMP avec présence d’un psychiatre depuis septembre 2012) ont été reconduites à raison d’une fois par mois. Afin d’établir un diagnostic précoce, une orientation systématique vers la permanence de la CPAM, avait été imaginée afin de s’assurer de la protection sociale de l’ensemble des hébergés accueillis et d’une proposition de bilan IPC si nécessaire. A ces permanences, il a été question d’ajouter l’intervention mensuelle de l’association Sidaparole (caarud 78) afin de compléter les permanences existantes. Enfin, dans le cadre de l’accueil de stagiaires infirmières et dans la continuité de la réflexion en qualité de site qualifiant un document a été initié par le coordinateur santé concernant l’accueil des stagiaires.C. Emploi De la même manière que cela a été réalisé concernant la santé, une stagiaire a réalisé une étude concernant l’emploi auprès des hébergés. A l’issue de ce travail, une proposition d’accompagnement vers l’emploi a été faite : un atelier d’aide à la recherche d’emploi a été mis en place avec la participation d’un travailleur social relayé par un éducateur du collectif et par deux hébergés. Cet atelier s’est déroulé dans le bureau informatique en utilisant principalement internet, mais aussi l’aide à la réalisation de CV et de lettres de motivation. Ceci a pu venir en complément du partenariat déjà existant avec une intervenante disponible au CVS de GASSICOURT une conseillère de l’association AMPLIETUDE. Le rapprochement avec le Pôle Emploi était d’autre part prévu mais n’a pas encore été concrétisé. De même, en ce qui concerne la demande initiale du directeur portant sur la sollicitation des entreprises à proximité de l’établissement et de l’état des lieux des dispositifs spécifiques.D. Aide Juridique Au regard des problématiques croissantes de régularisation des situations, la permanence mensuelle de l’ASTI demeure essentielle ; tout comme les orientations en direct qui peuvent être proposées sur leurs lieux d’accueil en complément de l’expertise et du soutien de l’éducateur volant de l’Hôtel Social Saint Yves en charge de cette mission (SAMBA). L’éducateur en charge des HPAVC avait d’autre part émis le souhait de proposer une intervention juridique collective à destination de ce public. Le projet doit être précisé.E. Les outils Dans le souci de recadrer fermement l’ensemble du fonctionnement et des attentes au regard des politique sociales, du projet associatif et du projet d’établissement (ainsi que du règlement du personnel), compte tenu des modifications ayant fragilisé le fonctionnement, un document a été établi : celui-ci, intitulé « guide du professionnel », a pour vocation d’aider à la réalisation des missions propres à l’ensemble des salariés dans le respect des hébergés dont le projet a été remis au centre des préoccupations. En effet, malgré la prise en compte du bien être des salariés et des actions mises en œuvre dont la poursuite de l’intervention d’un psychologue ( APP et Régulation d’équipe), la réalisation d’un séminaire en juin 2012 et l’accessibilité du directeur, de nombreux conflits interpersonnels ont entaché le bon fonctionnement du centre. Les réunions d’équipe, dont celle dite du « jeudi », ont été maintenues ainsi que celle à destination des éducateurs et travailleurs sociaux portant sur les situations, même si l ‘on peut regretter l’irrégularité de cette dernière. Il est à noter un accroissement dans l’exigence des procédures relatives au SIAO qui contraignent l’équipe à une manipulation plus régulière de l’outil informatique restant à parfaire mais dont chacun a perçu la nécessité. Dans l’optique du travail en partenariat, le groupe de pilotage a eu lieu le 5 mars 2012. Rapport Annuel Exercice 2012 Page 30 (83)
  31. 31. 7.5 PERSPECTIVES 2013Ce même groupe de pilotage, compte tenu de l’importance et de l’efficacité du travail enpartenariat mené par le centre, sera reconduit en 2013.Il sera l’occasion de présenter le bilan 2012 et d’évoquer les perspectives ci-après : réflexion sur une nouvelle organisation suite à l’abandon autour des groupes « animation », « vie quotidienne », « socialisation », « fonctionnement » mis en place par l’ancien chef de service du collectif ; respect du « guide du professionnel » ; nomination d’un coordinateur pour la gestion service accueil collectif ; évaluation du personnel ; poursuite du recrutement ; reprise de la confection des repas ; mise en place de 2 baux glissants pour les deux logements autonomes ; développement du partenariat avec Mantes Yvelines habitat et les bailleurs sociaux ; poursuite de la mise en place de la pension de famille ; concrétisation du document unique mise en place du « rendez-vous santé » aboutissement de la coopération avec sida parole (permanence et formation du personnel). Renforcement de la participation des hébergés.7.6 CONCLUSIONL’année 2012 a été marquée par des mouvements du personnel qui ont fait suite à desdécisions administratives, des conflits internes, et qui ont concouru à des difficultés defonctionnement. Ceci a entravé la réalisation des missions et des projets en cours.La reprise de l’ensemble de la gestion (du personnel, des projets, des suivis…) par ledirecteur a permis de retrouver en fin d’année une sérénité encore fragile mais permet denouveau d’être au plus près du projet associatif et du projet d’établissement, replaçant ainsil’hébergé au cœur des préoccupations de tous. Il est à espérer que l’année 2013 donne lieuà l’aboutissement des projets entamés en 2012 et à une meilleure ambiance de travail. Jacky Vaulry Directeur d’Etablissement Rapport Annuel Exercice 2012 Page 31 (83)
  32. 32. 8. RAPPORT D’ACTIVITE MORTEMETS L’HÉBERGÉ AU CŒUR DU DISPOSITIF8.1 INTRODUCTIONDu fait de l’absence de mouvements massifs des hébergés (admissions/sorties), de laréduction des activités socioculturelles et de la présence de catégories plus complexes dansnotre établissement, l’année 2012, si on la compare aux précédentes, peut être identifiéecomme une période critique pour le travail « social » d’une manière générale.Toutefois, riche de l’expérience, des compétences, de la motivation et de l’engagement del’équipe éducative, nous avons abordé chaque obstacle avec des stratégies pragmatiques etnous avons développé des solutions alternatives.Toutes ces pistes et problématiques sont détaillées, chiffres et graphiques à l’appui, dans cerapport d’activité 2012.8.2 EQUIPE PLURIDISCIPLINAIREL’équipe du Centre d’Hébergement d’Urgence des Mortemets à Versailles est constituéed’une pluralité de compétences appartenant à des disciplines diversifiées. La multiplicationdes compétences n’est pas le résultat d’un « accident », mais la conséquence d’unestratégie réfléchie de la part de l’établissement. Elle répond à l’exigence decomplémentarité, qui constitue une condition fondamentale dans le processus de prise encharge des différentes demandes des populations hébergées. Complémentarité entretravailleur social et éducateur, entre éducatrice et éducateur, entre éducateurs formés sur leterrain et éducateurs formés dans des écoles.(Voir ci-dessous les deux graphiques qui présentent la complémentarité de l’équipe). Rapport Annuel Exercice 2012 Page 32 (83)

×