SlideShare une entreprise Scribd logo

Les rapports de genre dans l'interview journalistique

A
A

Appendice théorique de Coraline Pauchard (AJM 2014)

Les rapports de genre dans l'interview journalistique

1  sur  17
Télécharger pour lire hors ligne
 
	
   	
   	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
	
  	
  
	
  
	
  
LES	
   RAPPORTS	
   DE	
   GENRE	
   DANS	
   L’INTERVIEW	
  
JOURNALISTIQUE	
  
QUELS	
  EFFETS	
  SUR	
  LA	
  PRODUCTION	
  DE	
  L’INFORMATION	
  ?	
  
	
  
	
  
Mémoire	
  de	
  master	
  présenté	
  en	
  vue	
  de	
  l’obtention	
  du	
  
Master	
  of	
  Arts	
  en	
  Journalisme	
  	
  
par	
  
Coraline	
  Pauchard	
  
	
  
	
  
Supervisé	
  par	
  
M.	
  Georges	
  Pop,	
  Journaliste	
  	
  
	
  
	
  
	
  
	
  
Montréal,	
  août	
  2014	
  
  Page 2	
  
Une	
  réflexion	
  au	
  service	
  du	
  journalisme	
  
L’interview	
  journalistique	
  est	
  une	
  forme	
  d’interaction	
  sociale.	
  Elle	
  “met	
  en	
  scène”	
  deux	
  individus	
  
en	
  situation	
  de	
  face-­‐à-­‐face	
  selon	
  un	
  contrat	
  déterminé	
  :	
  celui	
  d’échanger	
  sur	
  un	
  sujet	
  spécifique.	
  
Cette	
  interaction	
  n’est	
  ni	
  anodine,	
  ni	
  neutre.	
  Elle	
  est	
  appréhendée	
  par	
  chaque	
  interlocuteur	
  en	
  
fonction	
  de	
  modèles	
  et	
  de	
  schémas	
  de	
  typification	
  propres	
  à	
  l’expérience	
  vécue	
  et	
  à	
  la	
  société	
  
dans	
  laquelle	
  a	
  lieu	
  le	
  face-­‐à-­‐face	
  (Berger	
  et	
  Luckmann,	
  2012,	
  chap.	
  1).	
  Et	
  ces	
  interprétations	
  
influencent	
  continuellement	
  la	
  conduite	
  de	
  l’interaction.	
  Ainsi,	
  j’appréhende	
  l’autre	
  en	
  tant	
  que	
  
“femme”,	
  “journaliste”,	
  “étudiante”,	
  etc.	
  et	
  vice-­‐versa.	
  Dans	
  cette	
  perspective,	
  le	
  fait	
  d’être	
  un	
  
homme	
   ou	
   une	
   femme	
   a-­‐t-­‐il	
   une	
   incidence	
   sur	
   les	
   “règles	
   du	
   jeu”	
   de	
   l’échange	
   et,	
   par	
  
conséquent,	
   sur	
   la	
   production	
   de	
   l’information	
  ?	
   Mon	
   travail	
   s’attache	
   à	
   réfléchir	
   à	
   cette	
  
problématique.	
  	
  
La	
   question	
   des	
   rapports	
   de	
   genre	
   dans	
   les	
   interactions,	
   quotidiennes	
   ou	
   planifiées,	
   a	
  
largement	
  été	
  discutée	
  en	
  sciences	
  sociales.	
  A	
  la	
  lumière	
  de	
  mes	
  lectures	
  sur	
  le	
  sujet,	
  je	
  souhaite	
  
apporter	
  une	
  réflexion	
  sur	
  la	
  méthode	
  journalistique.	
  N’étant	
  ni	
  sociologue	
  ni	
  théoricienne	
  du	
  
genre,	
  mon	
  approche	
  ne	
  prétend	
  pas	
  à	
  l’exhaustivité	
  scientifique.	
  Il	
  faut	
  la	
  concevoir	
  comme	
  une	
  
réflexion	
  personnelle	
  sur	
  la	
  pratique	
  journalistique,	
  à	
  l’aide	
  des	
  outils	
  académiques	
  en	
  matière	
  
d’interaction	
  et	
  de	
  négociation	
  des	
  rôles.	
  	
  
	
  
Concepts	
  et	
  cadre	
  théorique	
  
Le	
   “genre”	
   est	
   un	
   concept	
   utilisé	
   en	
   sciences	
   sociales	
   pour	
   rendre	
   compte	
   de	
   la	
   construction	
  
sociale	
  des	
  caractéristiques	
  attachées	
  au	
  féminin	
  et	
  au	
  masculin	
  par	
  la	
  culture,	
  l’éducation,	
  les	
  
institutions,	
  etc.	
  Pour	
  reprendre	
  la	
  définition	
  de	
  Butler	
  (2006),	
  le	
  “genre”	
  est	
  «	
  une	
  série	
  d’actes	
  
répétés	
  qui	
  se	
  figent	
  avec	
  le	
  temps	
  de	
  telle	
  sorte	
  qu’ils	
  finissent	
  par	
  produire	
  l’apparence	
  de	
  la	
  
substance,	
  un	
  genre	
  naturel	
  de	
  l’être	
  »	
  (p.109).	
  Il	
  se	
  distingue	
  du	
  “sexe”	
  qui,	
  lui,	
  fait	
  référence	
  
aux	
   attributs	
   et	
   différences	
   biologiques.	
   Aborder	
   le	
   “genre”	
   à	
   travers	
   cette	
   définition,	
   c’est	
  
adopter	
   une	
   attitude	
   constructiviste	
   qui	
   perçoit	
   la	
   réalité	
   sociale	
   et	
   les	
   phénomènes	
   sociaux	
  
comme	
   étant	
   créés,	
   objectivés	
   ou	
   institutionnalisés.	
   Le	
   “genre”	
   désigne	
   alors	
   la	
   construction	
  
sociale	
  de	
  rôles	
  et	
  d’identités	
  sexuées.	
  Les	
  “rapports	
  de	
  genre”	
  font	
  référence	
  aux	
  interactions	
  
entre	
  les	
  individus,	
  appréhendées	
  sous	
  le	
  prisme	
  des	
  rôles	
  sexués.	
  
  Page 3	
  
Pour	
  observer	
  les	
  rapports	
  de	
  genre	
  dans	
  l’interview	
  journalistique	
  ainsi	
  que	
  ses	
  effets	
  sur	
  
la	
  production	
  et	
  le	
  recueil	
  de	
  l’information,	
  je	
  m’appuie	
  sur	
  la	
  grille	
  d’analyse	
  proposée	
  par	
  la	
  
théorie	
  des	
  rôles.	
  Utilisée	
  en	
  sciences	
  sociales,	
  elle	
  estime	
  que	
  la	
  société	
  détermine	
  ce	
  que	
  nous	
  
sommes	
  en	
  nous	
  “attribuant”	
  des	
  rôles.	
  Ces	
  rôles	
  sociaux	
  sont	
  des	
  réponses	
  types	
  à	
  des	
  attentes	
  
types,	
  dont	
  la	
  typologie	
  de	
  base	
  est	
  définie	
  par	
  la	
  société	
  (Berger,	
  2006,	
  chap.	
  5).	
  Ils	
  sont	
  intégrés	
  
de	
   manière	
   plus	
   ou	
   moins	
   consciente	
   par	
   l’individu	
   et	
   sont	
   confortés	
   par	
   la	
   société	
   qui	
   les	
  
reconnaît	
  comme	
  légitimes.	
  Les	
  rôles	
  sexués	
  en	
  font	
  partie.	
  Être	
  un	
  homme,	
  par	
  exemple,	
  c’est	
  
endosser	
  un	
  rôle	
  masculin	
  qui	
  répondra	
  aux	
  attentes	
  masculines	
  formulées	
  par	
  la	
  société.	
  Mais	
  
c’est	
  aussi	
  maîtriser	
  les	
  attitudes	
  et	
  les	
  émotions	
  qui	
  vont	
  avec.	
  	
  
La	
  théorie	
  des	
  rôles	
  envisage	
  la	
  réalité	
  sociale	
  comme	
  un	
  jeu,	
  où	
  les	
  règles	
  sont	
  écrites	
  et,	
  
souvent,	
  implicites.	
  Les	
  codes	
  sont	
  néanmoins	
  flexibles	
  car	
  l’individu	
  possède	
  une	
  liberté	
  d’action	
  
et	
  une	
  réflexivité	
  sur	
  la	
  situation	
  qu’il	
  vit.	
  Il	
  endosse	
  non	
  seulement	
  plusieurs	
  rôles	
  en	
  fonction	
  de	
  
ses	
  positions	
  dans	
  la	
  société,	
  mais	
  il	
  est	
  aussi	
  en	
  mesure	
  de	
  les	
  transgresser,	
  voire	
  de	
  choisir	
  de	
  
les	
  rejeter	
  ou	
  de	
  les	
  mobiliser.	
  C’est	
  le	
  concept	
  de	
  “façade”	
  développé	
  en	
  1981	
  par	
  Goffman	
  (cité	
  
par	
   Riessman,	
   2002)	
   :	
   l’individu	
   peut	
   “jouer”	
   avec	
   l’image	
   qu’il	
   renvoie	
   selon	
   les	
   rôles	
   qu’il	
  
mobilise.	
  Cela	
  ne	
  signifie	
  pas	
  que	
  son	
  identité	
  est	
  inexacte	
  mais	
  qu’elle	
  est	
  située,	
  actualisée,	
  et	
  
performative	
  dans	
  l’interaction	
  sociale.	
  Il	
  y	
  a	
  co-­‐construction	
  et	
  négociation	
  des	
  rôles	
  sociaux	
  à	
  
travers	
  le	
  processus	
  d’interaction.	
  
	
  
Pistes	
  de	
  recherche	
  
Afin	
   de	
   réfléchir	
   à	
   ma	
   problématique	
   de	
   départ,	
   j’ai	
   élaboré	
   deux	
   pistes	
   de	
   recherches.	
   Elles	
  
constituent	
  la	
  structure	
  de	
  mon	
  travail.	
  Chacune	
  est	
  soumise	
  au	
  même	
  processus	
  de	
  réflexion	
  :	
  il	
  
s’agit	
  de	
  se	
  pencher	
  sur	
  la	
  méthode	
  journalistique	
  à	
  partir	
  de	
  mes	
  lectures	
  en	
  sciences	
  sociales	
  et	
  
à	
  l’aide	
  de	
  mes	
  observations	
  réalisées	
  sur	
  le	
  terrain.	
  	
  
La	
   première	
   piste	
   de	
   recherche	
   consiste	
   à	
   s’interroger	
   sur	
   l’influence	
   du	
   genre	
   des	
  
personnes	
   en	
   interaction	
   lors	
   de	
   l’interview	
   journalistique.	
   Comment	
   ces	
   rôles	
   sexués	
   se	
  
manifestent-­‐ils	
  ou	
  évoluent-­‐ils	
  lors	
  de	
  l’interaction	
  ?	
  Est-­‐il	
  possible	
  de	
  les	
  décrire	
  ?	
  
La	
  deuxième	
  piste	
  de	
  recherche	
  examine	
  les	
  effets	
  de	
  la	
  relation	
  genrée	
  dans	
  le	
  recueil	
  et	
  la	
  
richesse	
  de	
  l’information.	
  Si	
  le	
  genre	
  de	
  l’interviewé	
  et	
  de	
  l’intervieweur	
  influence	
  l’interaction,	
  
  Page 4	
  
quels	
  effets	
  cela	
  a-­‐t-­‐il	
  sur	
  la	
  production	
  de	
  l’information	
  ?	
  Le	
  discours	
  est-­‐il	
  limité	
  ou	
  élargi	
  en	
  
fonction	
  de	
  la	
  combinaison	
  genrée	
  de	
  l’interview	
  ?	
  
Ces	
   questions	
   sont	
   développées	
   dans	
   la	
   suite	
   de	
   mon	
   travail.	
   Ensemble,	
   elles	
   pourront	
  
aider	
  à	
  percevoir	
  l’impact	
  des	
  rapports	
  de	
  genre	
  dans	
  l’interview	
  journalistique.	
  	
  
	
  
Méthode	
  
Les	
  sciences	
  sociales	
  ont	
  beaucoup	
  réfléchi	
  aux	
  rapports	
  de	
  genre	
  dans	
  les	
  interactions	
  sociales	
  
et	
  dans	
  les	
  entretiens	
  menés	
  par	
  les	
  chercheurs	
  (voir	
  Broom,	
  Hand	
  et	
  Tovey,	
  2009).	
  Les	
  travaux	
  
féministes	
  sont	
  particulièrement	
  soucieux	
  de	
  la	
  variable	
  du	
  “genre”	
  et	
  de	
  l’identité	
  féminine	
  dans	
  
la	
   société	
   (voir	
   Reinharz	
   et	
   Chase,	
   2002).	
   Plus	
   récemment,	
   des	
   chercheurs	
   se	
   sont	
   également	
  
penchés	
  sur	
  le	
  concept	
  d’identité	
  masculine	
  (voir	
  Schwalbe	
  et	
  Wolkomir,	
  2002)	
  tandis	
  que	
  les	
  
sociolinguistes	
  ont	
  imaginé	
  des	
  modèles	
  langagiers	
  “typiques”	
  au	
  féminin	
  et	
  au	
  masculin	
  (voir	
  
Pillon,	
  1987).	
  Mes	
  lectures	
  sur	
  le	
  sujet	
  sont	
  partiales	
  et	
  partielles.	
  Elles	
  découlent	
  d’un	
  choix	
  :	
  
celui	
  d’articuler	
  des	
  réflexions	
  et	
  des	
  études	
  en	
  sciences	
  sociales	
  afin	
  d’enrichir	
  le	
  regard	
  porté	
  
sur	
  la	
  méthode	
  journalistique.	
  	
  
Mon	
  support	
  d’observation	
  est	
  constitué	
  d’interviews	
  journalistiques	
  réalisées	
  au	
  Québec	
  
par	
   moi-­‐même,	
   jeune	
   étudiante	
   en	
   journalisme,	
   dans	
   le	
   cadre	
   d’un	
   reportage	
   radiophonique.	
  
Mes	
   interlocuteurs	
   sont	
   tous	
   issus	
   de	
   la	
   deuxième	
   génération	
   d’immigrés	
   suisses	
   au	
   Québec.	
  
Enfants	
   d’agriculteurs	
   helvétiques	
   souvent	
   obligés	
   de	
   partir	
   pour	
   continuer	
   à	
   pratiquer	
   leur	
  
métier	
   entre	
   les	
   années	
   septante	
   et	
   nonante,	
   mes	
   sujets	
   sont	
   arrivés	
   jeunes	
   sur	
   les	
   terres	
  
canadiennes	
  et	
  ont	
  aujourd’hui,	
  pour	
  la	
  plupart,	
  repris	
  la	
  ferme	
  de	
  leurs	
  parents.	
  Les	
  questions	
  
que	
  je	
  leur	
  ai	
  posées	
  font	
  référence	
  à	
  la	
  manière	
  dont	
  ils	
  perçoivent	
  leur	
  identité.	
  A	
  cela	
  s’ajoute	
  
l’environnement	
  agricole	
  et	
  rural	
  dans	
  lequel	
  s’est	
  déroulé	
  mon	
  reportage.	
  Ces	
  éléments	
  sont	
  
importants	
  à	
  connaître,	
  car	
  tant	
  le	
  contexte	
  que	
  le	
  sujet	
  et	
  les	
  questions	
  posées	
  jouent	
  un	
  rôle	
  
dans	
  le	
  processus	
  d’interaction	
  (voir	
  Pini,	
  2005).	
  	
  
Il	
  est	
  également	
  important	
  de	
  souligner	
  que	
  l’interview	
  journalistique	
  étudiée	
  ici	
  n’est	
  pas	
  
celle	
  du	
  “show”	
  télévisé	
  où	
  l’interviewé	
  (l’invité)	
  répond	
  en	
  direct	
  aux	
  question	
  de	
  l’intervieweur	
  
(le	
  journaliste).	
  Je	
  me	
  situe	
  ici	
  dans	
  une	
  dynamique	
  de	
  reportage,	
  où	
  le	
  recueil	
  de	
  témoignages	
  
sur	
  le	
  terrain	
  est	
  essentiel.	
  Les	
  contraintes	
  de	
  temps,	
  de	
  format	
  et	
  de	
  rythme	
  propres	
  à	
  la	
  logique	
  
médiatique	
  n’entrent	
  pas	
  encore	
  en	
  jeu.	
  En	
  ce	
  sens,	
  ma	
  méthode	
  d’interview	
  s’approche	
  de	
  celle	
  
  Page 5	
  
utilisée	
  lors	
  des	
  entretiens	
  semi-­‐directifs	
  en	
  sciences	
  sociales	
  où	
  l’objectif	
  est	
  «	
  de	
  favoriser	
  la	
  
production	
  d’un	
  discours	
  de	
  l’interviewé	
  sur	
  un	
  thème	
  défini	
  dans	
  le	
  cadre	
  d’une	
  recherche	
  »	
  
(Blanchet,	
  1995,	
  p.	
  7).	
  Cela	
  permet	
  au	
  chercheur,	
  mais	
  aussi	
  au	
  journaliste,	
  d’accéder	
  aux	
  idées,	
  
aux	
   pensées	
   et	
   à	
   la	
   mémoire	
   des	
   individus	
   à	
   travers	
   leurs	
   propres	
   mots	
   (Reinharz	
   et	
   Chase,	
  
2002).	
  	
  
J’observe	
  ensuite	
  les	
  interviews	
  recueillies	
  sur	
  le	
  terrain	
  en	
  adoptant	
  une	
  attitude	
  réflexive	
  
et	
  analytique	
  sur	
  le	
  contenu	
  du	
  discours,	
  en	
  fonction	
  de	
  la	
  combinaison	
  genrée	
  rencontrée	
  lors	
  
de	
  l’interaction.	
  Ma	
  grille	
  de	
  lecture	
  s’appuie	
  principalement	
  sur	
  le	
  concept	
  de	
  co-­‐construction	
  
des	
  identités	
  sexuées	
  dans	
  le	
  processus	
  d’interaction.	
  En	
  d’autres	
  termes,	
  je	
  réfléchis	
  à	
  l’impact	
  
de	
  la	
  perception	
  du	
  genre	
  dans	
  l’interview	
  journalistique.	
  Mon	
  statut	
  de	
  femme	
  implique-­‐t-­‐il	
  des	
  
attitudes	
   et	
   des	
   rôles	
   sociaux	
   différents	
   selon	
   le	
   genre	
   de	
   mon	
   interviewé	
  ?	
   Est-­‐ce	
   que	
   les	
  
schémas	
  de	
  communication,	
  les	
  valeurs	
  sociales	
  et	
  les	
  pratiques	
  culturelles	
  rencontrées	
  sur	
  le	
  
terrain	
  changent	
  en	
  fonction	
  de	
  la	
  dynamique	
  genrée	
  de	
  l’interaction	
  ?	
  	
  
	
  
Limites	
  et	
  critiques	
  
Ce	
   travail	
   est	
   une	
   réflexion	
   personnelle	
   sur	
   la	
   pratique	
   journalistique.	
   À	
   travers	
   mes	
   propres	
  
“lunettes”	
  de	
  journaliste,	
  je	
  réfléchis	
  au	
  métier	
  que	
  je	
  suis	
  amenée	
  à	
  pratiquer.	
  En	
  ce	
  sens,	
  tant	
  
mes	
  choix	
  littéraires	
  que	
  la	
  réflexion	
  à	
  laquelle	
  je	
  me	
  suis	
  exercée	
  ne	
  prétendent	
  pas	
  couvrir	
  
toutes	
  les	
  dimensions	
  des	
  rapports	
  de	
  genre.	
  Cependant,	
  les	
  textes	
  et	
  les	
  études	
  que	
  j’ai	
  choisis	
  
m’ont	
  permis	
  de	
  constituer	
  la	
  base	
  de	
  ma	
  réflexion.	
  
Mes	
  observations	
  sont	
  également	
  bien	
  éloignées	
  de	
  la	
  méthode	
  scientifique.	
  Il	
  s’agit	
  avant	
  
tout	
  d’une	
  pratique	
  journalistique,	
  celle	
  du	
  reportage	
  radiophonique.	
  En	
  ce	
  sens,	
  mes	
  interviews	
  
n’ont	
  pas	
  valeur	
  de	
  données	
  qualitatives	
  propres	
  à	
  l’analyse	
  scientifique	
  mais	
  endossent	
  le	
  rôle	
  
de	
   support	
   d’observation	
   “en	
   situation”.	
   Le	
   journalisme	
   traite	
   de	
   phénomènes	
   sociaux	
   sans	
  
penser	
   “sociologiquement”	
   sa	
   méthode.	
   S’inspirer	
   du	
   même	
   processus,	
   afin	
   d’adopter	
   une	
  
attitude	
  réflexive	
  sur	
  celui-­‐ci,	
  me	
  semble	
  pertinent.	
  
L’approche	
   constructiviste	
   dans	
   laquelle	
   je	
   m’inscris	
   ne	
   doit	
   pas	
   laisser	
   place	
   à	
   un	
  
déterminisme	
   social	
   trop	
   envahissant.	
   En	
   effet,	
   l'individu	
   peut,	
   à	
   travers	
   les	
   processus	
   de	
  
transgression	
   des	
   rôles,	
   d'identification	
   multiples	
   et	
   de	
   liberté	
   d'action,	
   influencer	
  
considérablement	
   ces	
   phénomènes	
   de	
   construction	
   sociale	
   de	
   l'identité.	
   Se	
   focaliser	
   sur	
   les	
  
  Page 6	
  
rapports	
  de	
  genre	
  est	
  aussi	
  critiquable	
  dans	
  le	
  sens	
  où	
  les	
  processus	
  d’interaction	
  dépendent	
  de	
  
multiples	
   facteurs	
   socio-­‐culturels,	
   tels	
   que	
   l’âge,	
   le	
   statut	
   socio-­‐professionnel,	
   etc.	
   Il	
   est	
  
important	
  d’en	
  avoir	
  conscience	
  lors	
  de	
  l’écriture	
  et	
  de	
  la	
  lecture	
  de	
  ce	
  travail.	
  	
  	
  
	
  
Le	
  genre	
  de	
  l’interviewé	
  et	
  de	
  l’intervieweur	
  façonne	
  l’interaction	
  
Lors	
  d’une	
  interview	
  journalistique,	
  les	
  locuteurs	
  possèdent	
  des	
  rôles	
  distincts	
  :	
  le	
  journaliste	
  est	
  
maître	
  de	
  la	
  communication	
  tandis	
  que	
  l’interviewé	
  possède	
  les	
  ficelles	
  du	
  discours.	
  L’un	
  guide	
  
l’entretien	
  à	
  travers	
  ses	
  “relances”	
  et	
  ses	
  questions	
  tandis	
  que	
  l’autre	
  détient	
  un	
  “savoir”	
  à	
  divul-­‐
guer	
  (Blanchet,	
  1985).	
  Or	
  ces	
  positions	
  ne	
  fixent	
  pas	
  complètement	
  les	
  “règles”	
  de	
  l’entrevue.	
  La	
  
dynamique	
  interpersonnelle	
  qui	
  en	
  découle	
  est	
  multiple	
  et	
  mouvante	
  tant	
  les	
  pratiques	
  cultu-­‐
relles	
   et	
   les	
   valeurs	
   sociales	
   des	
   interlocuteurs	
   sont	
   mobilisées,	
   contestées	
   ou	
   renforcées.	
   Le	
  
genre	
  fait	
  partie	
  de	
  ces	
  éléments	
  sollicités	
  lors	
  de	
  l’interaction.	
  Chacun,	
  consciemment	
  ou	
  non,	
  
cherche	
  des	
  différences	
  et	
  des	
  similitudes	
  chez	
  son	
  partenaire,	
  et	
  développe	
  des	
  attentes	
  socio-­‐
culturelles	
   telles	
   que	
   la	
   “féminité”	
   ou	
   la	
   “virilité”	
   vis-­‐à-­‐vis	
   de	
   celui-­‐ci	
   (Oakley,	
   1999,	
   cité	
   par	
  
Broom	
  et	
  al.,	
  2009).	
  Dans	
  quelle	
  mesure	
  ces	
  attentes	
  façonnent-­‐elles	
  la	
  tenue,	
  le	
  flux	
  et	
  la	
  lon-­‐
gueur	
  de	
  l’interview	
  journalistique	
  ?	
  	
  
Les	
  interviews	
  que	
  j’ai	
  menées	
  sur	
  le	
  terrain	
  ne	
  me	
  permettent	
  pas	
  d’observer	
  l’interaction	
  
exclusivement	
  masculine	
  ni	
  celle	
  qui	
  implique	
  un	
  homme	
  intervieweur	
  et	
  une	
  femme	
  intervie-­‐
wée.	
  Mes	
  réflexions	
  font	
  donc	
  référence	
  aux	
  situations	
  d’interview	
  entre	
  un	
  homme	
  (interviewé)	
  
et	
  une	
  femme	
  (intervieweur)	
  ou	
  entre	
  deux	
  femmes.	
  Encore	
  une	
  fois,	
  il	
  ne	
  s’agit	
  pas	
  d’analyser	
  
qualitativement	
  les	
  interviews	
  recueillies	
  sur	
  le	
  terrain,	
  mais	
  de	
  voir	
  si	
  l’on	
  peut	
  y	
  lire	
  l’expression	
  
des	
  rapports	
  de	
  genre	
  tels	
  qu’ils	
  sont	
  décrits	
  et	
  analysés	
  par	
  les	
  recherches	
  en	
  sciences	
  sociales.	
  	
  
	
  
Interviewer	
  des	
  femmes	
  
Le	
  “genre	
  féminin”	
  est	
  un	
  concept.	
  Il	
  est	
  façonné	
  par	
  les	
  institutions,	
  les	
  idéologies	
  et	
  les	
  interac-­‐
tions	
  mais	
  aussi	
  par	
  les	
  autres	
  dimensions	
  sociales	
  qui	
  régissent	
  la	
  société	
  telles	
  que	
  l’ethnie,	
  la	
  
classe,	
  l’âge,	
  la	
  culture,	
  etc.	
  Ainsi,	
  il	
  est	
  réducteur	
  de	
  mettre	
  les	
  femmes	
  et	
  leurs	
  diverses	
  expé-­‐
riences	
  dans	
  une	
  même	
  catégorie.	
  Cependant,	
  il	
  faut	
  reconnaître	
  que	
  certaines	
  caractéristiques	
  
féminines	
  leur	
  sont	
  propres	
  et	
  peuvent	
  conditionner	
  la	
  manière	
  de	
  se	
  présenter	
  à	
  soi	
  ainsi	
  qu’aux	
  
autres	
  (Reinharz	
  et	
  Chase,	
  2002).	
  A	
  cela	
  s’ajoute	
  le	
  caractère	
  mouvant	
  des	
  rôles	
  genrés.	
  Pour	
  

Recommandé

Les trois dimensions du genre
Les trois dimensions du genreLes trois dimensions du genre
Les trois dimensions du genreSouad Azizi
 
Azizi_Anthropologie urbaine et sociologie urbaine, quelle différence
Azizi_Anthropologie urbaine et sociologie urbaine, quelle différenceAzizi_Anthropologie urbaine et sociologie urbaine, quelle différence
Azizi_Anthropologie urbaine et sociologie urbaine, quelle différenceSouad Azizi
 
Memoire de fin d'etude ing.kameni steve arnauld
Memoire de fin d'etude ing.kameni steve arnauldMemoire de fin d'etude ing.kameni steve arnauld
Memoire de fin d'etude ing.kameni steve arnauldsteve kameni
 
Besoins et motivation au travail
Besoins et motivation au travailBesoins et motivation au travail
Besoins et motivation au travailFrançoise HECQUARD
 
Azizi_Descriptif de cours en Anthropologie urbaine
Azizi_Descriptif de cours en Anthropologie urbaineAzizi_Descriptif de cours en Anthropologie urbaine
Azizi_Descriptif de cours en Anthropologie urbaineSouad Azizi
 

Contenu connexe

Tendances

Les sciences de l'homme
Les sciences de l'hommeLes sciences de l'homme
Les sciences de l'hommeSouad Azizi
 
Guide d'aide à la formulation de questions
Guide d'aide à la formulation de questionsGuide d'aide à la formulation de questions
Guide d'aide à la formulation de questionsPedago Lu
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeEnactusFrance
 
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiques
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiquesManager Responsive : Outils et bonnes pratiques
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiquesHR SCOPE
 
Le master sociologie urbaine & developpement
Le master sociologie urbaine & developpementLe master sociologie urbaine & developpement
Le master sociologie urbaine & developpementSouad Azizi
 
cours master2.ppt
cours master2.pptcours master2.ppt
cours master2.pptISaf3
 
Héritier La notion de valence différentielle des sexes
Héritier La notion de valence différentielle des sexesHéritier La notion de valence différentielle des sexes
Héritier La notion de valence différentielle des sexesSouad Azizi
 
introduction à la sociologie.ppt
introduction à la sociologie.pptintroduction à la sociologie.ppt
introduction à la sociologie.pptELHAMRI1
 
Motivation 141009181306-conversion-gate02
Motivation 141009181306-conversion-gate02Motivation 141009181306-conversion-gate02
Motivation 141009181306-conversion-gate02Abdelkrim Chekirine
 
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...Souad Azizi
 
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2Pascal KUFEL
 
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitionsSvir Consulting
 
Démarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueDémarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueMATENE ELHACENE
 
Construire et formuler une problématique
Construire et formuler une problématiqueConstruire et formuler une problématique
Construire et formuler une problématiqueCdi_LgtBaimbridge
 
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...Raynauld Jacques
 

Tendances (20)

Démarche déductive
Démarche déductiveDémarche déductive
Démarche déductive
 
Les sciences de l'homme
Les sciences de l'hommeLes sciences de l'homme
Les sciences de l'homme
 
Guide d'aide à la formulation de questions
Guide d'aide à la formulation de questionsGuide d'aide à la formulation de questions
Guide d'aide à la formulation de questions
 
Atelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipeAtelier cohésion d'équipe
Atelier cohésion d'équipe
 
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiques
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiquesManager Responsive : Outils et bonnes pratiques
Manager Responsive : Outils et bonnes pratiques
 
Le master sociologie urbaine & developpement
Le master sociologie urbaine & developpementLe master sociologie urbaine & developpement
Le master sociologie urbaine & developpement
 
La gestion de classe
La gestion de classeLa gestion de classe
La gestion de classe
 
Fiche pec bilan formation
Fiche pec bilan formationFiche pec bilan formation
Fiche pec bilan formation
 
cours master2.ppt
cours master2.pptcours master2.ppt
cours master2.ppt
 
Héritier La notion de valence différentielle des sexes
Héritier La notion de valence différentielle des sexesHéritier La notion de valence différentielle des sexes
Héritier La notion de valence différentielle des sexes
 
introduction à la sociologie.ppt
introduction à la sociologie.pptintroduction à la sociologie.ppt
introduction à la sociologie.ppt
 
Motivation 141009181306-conversion-gate02
Motivation 141009181306-conversion-gate02Motivation 141009181306-conversion-gate02
Motivation 141009181306-conversion-gate02
 
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...
Résumé des interventions Colloque international Usages et représentations de ...
 
Polycopie l1 2005-2006
Polycopie l1 2005-2006Polycopie l1 2005-2006
Polycopie l1 2005-2006
 
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2
Le formateur professionnel d’adultes - un certain nombre de compétences ver1.2
 
Fiche pec bilan experience
Fiche pec bilan experienceFiche pec bilan experience
Fiche pec bilan experience
 
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions
6 Niveaux logiques de la pensée et l'expression des ambitions
 
Démarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifiqueDémarche de la recherche scientifique
Démarche de la recherche scientifique
 
Construire et formuler une problématique
Construire et formuler une problématiqueConstruire et formuler une problématique
Construire et formuler une problématique
 
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
L’innovation pédagogique et l’apprentissage à l’ère du numérique: une perspec...
 

Similaire à Les rapports de genre dans l'interview journalistique

Almeida comprendre le concept genre
Almeida comprendre le concept genreAlmeida comprendre le concept genre
Almeida comprendre le concept genreSouad Azizi
 
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definition
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definitionRevillard&verdalle le concept du genre elements de definition
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definitionSouad Azizi
 
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Amar LAKEL, PhD
 
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations sociales
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations socialesSoutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations sociales
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations socialesLouis Cournoyer
 
Dea la construction sociale du masculin
Dea la construction sociale du masculin Dea la construction sociale du masculin
Dea la construction sociale du masculin Jerome Messinguiral
 
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huiLa place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huihauzay
 
Bereni les dimensions symboliques du genre
Bereni les dimensions symboliques du genreBereni les dimensions symboliques du genre
Bereni les dimensions symboliques du genreSouad Azizi
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtemfaury
 
Thanh dam truong french nk
Thanh dam truong french nkThanh dam truong french nk
Thanh dam truong french nktripmhs
 
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2imad imad
 
Migration, genre, justice sociale et sécurité humaine
Migration, genre, justice sociale et sécurité humaineMigration, genre, justice sociale et sécurité humaine
Migration, genre, justice sociale et sécurité humainetripmhs
 
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçons
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçonsApproche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçons
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçonsAtelier Canopé 37 - Tours
 
Psicologia e comunicazione sociale 4 Lalanda
Psicologia e comunicazione sociale 4 LalandaPsicologia e comunicazione sociale 4 Lalanda
Psicologia e comunicazione sociale 4 LalandaUSAC Program
 
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...Louis Cournoyer
 
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...SMCFrance
 

Similaire à Les rapports de genre dans l'interview journalistique (20)

Almeida comprendre le concept genre
Almeida comprendre le concept genreAlmeida comprendre le concept genre
Almeida comprendre le concept genre
 
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definition
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definitionRevillard&verdalle le concept du genre elements de definition
Revillard&verdalle le concept du genre elements de definition
 
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
Le paradigme interactionniste, Introduction aux théories de la communication ...
 
Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.Psychologie sociale. introd.
Psychologie sociale. introd.
 
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations sociales
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations socialesSoutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations sociales
Soutenir et mobiliser l'employabilité - Le rôle des relations sociales
 
Dea la construction sociale du masculin
Dea la construction sociale du masculin Dea la construction sociale du masculin
Dea la construction sociale du masculin
 
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'huiLa place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
La place du corps féminin dans les tendances beauté d\'aujourd\'hui
 
Ethnographic imagination
Ethnographic imaginationEthnographic imagination
Ethnographic imagination
 
Bereni les dimensions symboliques du genre
Bereni les dimensions symboliques du genreBereni les dimensions symboliques du genre
Bereni les dimensions symboliques du genre
 
Prendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courtePrendre position enseignement_v_courte
Prendre position enseignement_v_courte
 
Le groupe
Le groupeLe groupe
Le groupe
 
Thanh dam truong french nk
Thanh dam truong french nkThanh dam truong french nk
Thanh dam truong french nk
 
Pierre bourdieu le maitre à pesnser (1)
Pierre  bourdieu le maitre à pesnser (1)Pierre  bourdieu le maitre à pesnser (1)
Pierre bourdieu le maitre à pesnser (1)
 
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2
Rapport atlelier concept_genre_191207_ppt-2
 
Gumperz1 (2)
Gumperz1 (2)Gumperz1 (2)
Gumperz1 (2)
 
Migration, genre, justice sociale et sécurité humaine
Migration, genre, justice sociale et sécurité humaineMigration, genre, justice sociale et sécurité humaine
Migration, genre, justice sociale et sécurité humaine
 
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçons
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçonsApproche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçons
Approche psychosociale des questions d’éducation et d’égalité filles garçons
 
Psicologia e comunicazione sociale 4 Lalanda
Psicologia e comunicazione sociale 4 LalandaPsicologia e comunicazione sociale 4 Lalanda
Psicologia e comunicazione sociale 4 Lalanda
 
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...
2010 03-19 ... soutenir et mobiliser l'employabilité - le rôle des relations ...
 
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...
Argumentation et engagement dans les communications médiatisées par ordinateu...
 

Plus de AJMUniNE

Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicaux
Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicauxMemoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicaux
Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicauxAJMUniNE
 
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabou
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabouMehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabou
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabouAJMUniNE
 
Gazette salon du livre 2016 - Dimanche
Gazette salon du livre 2016 - DimancheGazette salon du livre 2016 - Dimanche
Gazette salon du livre 2016 - DimancheAJMUniNE
 
Gazette salon du livre 2016 - Samedi
Gazette salon du livre 2016 - SamediGazette salon du livre 2016 - Samedi
Gazette salon du livre 2016 - SamediAJMUniNE
 
Gazette salon du livre 2016 - Vendredi
Gazette salon du livre 2016 - VendrediGazette salon du livre 2016 - Vendredi
Gazette salon du livre 2016 - VendrediAJMUniNE
 
Gazette salon du livre 2016 - Jeudi
Gazette salon du livre 2016 - JeudiGazette salon du livre 2016 - Jeudi
Gazette salon du livre 2016 - JeudiAJMUniNE
 
Gazette Salon du livre 2016 - Mercredi
Gazette Salon du livre 2016 - MercrediGazette Salon du livre 2016 - Mercredi
Gazette Salon du livre 2016 - MercrediAJMUniNE
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercrediLa gazette du Salon du livre et de la presse, mercredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercrediAJMUniNE
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudi
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudiLa gazette du Salon du livre et de la presse, jeudi
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudiAJMUniNE
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendrediLa gazette du Salon du livre et de la presse, vendredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendrediAJMUniNE
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, samedi
La gazette du Salon du livre et de la presse, samediLa gazette du Salon du livre et de la presse, samedi
La gazette du Salon du livre et de la presse, samediAJMUniNE
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimanche
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimancheLa gazette du Salon du livre et de la presse, dimanche
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimancheAJMUniNE
 

Plus de AJMUniNE (12)

Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicaux
Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicauxMemoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicaux
Memoire théorique Céline Bilardo Légitimité des journalistes musicaux
 
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabou
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabouMehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabou
Mehdi Künzle, sang (SIC) peur ni tabou
 
Gazette salon du livre 2016 - Dimanche
Gazette salon du livre 2016 - DimancheGazette salon du livre 2016 - Dimanche
Gazette salon du livre 2016 - Dimanche
 
Gazette salon du livre 2016 - Samedi
Gazette salon du livre 2016 - SamediGazette salon du livre 2016 - Samedi
Gazette salon du livre 2016 - Samedi
 
Gazette salon du livre 2016 - Vendredi
Gazette salon du livre 2016 - VendrediGazette salon du livre 2016 - Vendredi
Gazette salon du livre 2016 - Vendredi
 
Gazette salon du livre 2016 - Jeudi
Gazette salon du livre 2016 - JeudiGazette salon du livre 2016 - Jeudi
Gazette salon du livre 2016 - Jeudi
 
Gazette Salon du livre 2016 - Mercredi
Gazette Salon du livre 2016 - MercrediGazette Salon du livre 2016 - Mercredi
Gazette Salon du livre 2016 - Mercredi
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercrediLa gazette du Salon du livre et de la presse, mercredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, mercredi
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudi
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudiLa gazette du Salon du livre et de la presse, jeudi
La gazette du Salon du livre et de la presse, jeudi
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendrediLa gazette du Salon du livre et de la presse, vendredi
La gazette du Salon du livre et de la presse, vendredi
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, samedi
La gazette du Salon du livre et de la presse, samediLa gazette du Salon du livre et de la presse, samedi
La gazette du Salon du livre et de la presse, samedi
 
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimanche
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimancheLa gazette du Salon du livre et de la presse, dimanche
La gazette du Salon du livre et de la presse, dimanche
 

Les rapports de genre dans l'interview journalistique

  • 1.                               LES   RAPPORTS   DE   GENRE   DANS   L’INTERVIEW   JOURNALISTIQUE   QUELS  EFFETS  SUR  LA  PRODUCTION  DE  L’INFORMATION  ?       Mémoire  de  master  présenté  en  vue  de  l’obtention  du   Master  of  Arts  en  Journalisme     par   Coraline  Pauchard       Supervisé  par   M.  Georges  Pop,  Journaliste             Montréal,  août  2014  
  • 2.   Page 2   Une  réflexion  au  service  du  journalisme   L’interview  journalistique  est  une  forme  d’interaction  sociale.  Elle  “met  en  scène”  deux  individus   en  situation  de  face-­‐à-­‐face  selon  un  contrat  déterminé  :  celui  d’échanger  sur  un  sujet  spécifique.   Cette  interaction  n’est  ni  anodine,  ni  neutre.  Elle  est  appréhendée  par  chaque  interlocuteur  en   fonction  de  modèles  et  de  schémas  de  typification  propres  à  l’expérience  vécue  et  à  la  société   dans  laquelle  a  lieu  le  face-­‐à-­‐face  (Berger  et  Luckmann,  2012,  chap.  1).  Et  ces  interprétations   influencent  continuellement  la  conduite  de  l’interaction.  Ainsi,  j’appréhende  l’autre  en  tant  que   “femme”,  “journaliste”,  “étudiante”,  etc.  et  vice-­‐versa.  Dans  cette  perspective,  le  fait  d’être  un   homme   ou   une   femme   a-­‐t-­‐il   une   incidence   sur   les   “règles   du   jeu”   de   l’échange   et,   par   conséquent,   sur   la   production   de   l’information  ?   Mon   travail   s’attache   à   réfléchir   à   cette   problématique.     La   question   des   rapports   de   genre   dans   les   interactions,   quotidiennes   ou   planifiées,   a   largement  été  discutée  en  sciences  sociales.  A  la  lumière  de  mes  lectures  sur  le  sujet,  je  souhaite   apporter  une  réflexion  sur  la  méthode  journalistique.  N’étant  ni  sociologue  ni  théoricienne  du   genre,  mon  approche  ne  prétend  pas  à  l’exhaustivité  scientifique.  Il  faut  la  concevoir  comme  une   réflexion  personnelle  sur  la  pratique  journalistique,  à  l’aide  des  outils  académiques  en  matière   d’interaction  et  de  négociation  des  rôles.       Concepts  et  cadre  théorique   Le   “genre”   est   un   concept   utilisé   en   sciences   sociales   pour   rendre   compte   de   la   construction   sociale  des  caractéristiques  attachées  au  féminin  et  au  masculin  par  la  culture,  l’éducation,  les   institutions,  etc.  Pour  reprendre  la  définition  de  Butler  (2006),  le  “genre”  est  «  une  série  d’actes   répétés  qui  se  figent  avec  le  temps  de  telle  sorte  qu’ils  finissent  par  produire  l’apparence  de  la   substance,  un  genre  naturel  de  l’être  »  (p.109).  Il  se  distingue  du  “sexe”  qui,  lui,  fait  référence   aux   attributs   et   différences   biologiques.   Aborder   le   “genre”   à   travers   cette   définition,   c’est   adopter   une   attitude   constructiviste   qui   perçoit   la   réalité   sociale   et   les   phénomènes   sociaux   comme   étant   créés,   objectivés   ou   institutionnalisés.   Le   “genre”   désigne   alors   la   construction   sociale  de  rôles  et  d’identités  sexuées.  Les  “rapports  de  genre”  font  référence  aux  interactions   entre  les  individus,  appréhendées  sous  le  prisme  des  rôles  sexués.  
  • 3.   Page 3   Pour  observer  les  rapports  de  genre  dans  l’interview  journalistique  ainsi  que  ses  effets  sur   la  production  et  le  recueil  de  l’information,  je  m’appuie  sur  la  grille  d’analyse  proposée  par  la   théorie  des  rôles.  Utilisée  en  sciences  sociales,  elle  estime  que  la  société  détermine  ce  que  nous   sommes  en  nous  “attribuant”  des  rôles.  Ces  rôles  sociaux  sont  des  réponses  types  à  des  attentes   types,  dont  la  typologie  de  base  est  définie  par  la  société  (Berger,  2006,  chap.  5).  Ils  sont  intégrés   de   manière   plus   ou   moins   consciente   par   l’individu   et   sont   confortés   par   la   société   qui   les   reconnaît  comme  légitimes.  Les  rôles  sexués  en  font  partie.  Être  un  homme,  par  exemple,  c’est   endosser  un  rôle  masculin  qui  répondra  aux  attentes  masculines  formulées  par  la  société.  Mais   c’est  aussi  maîtriser  les  attitudes  et  les  émotions  qui  vont  avec.     La  théorie  des  rôles  envisage  la  réalité  sociale  comme  un  jeu,  où  les  règles  sont  écrites  et,   souvent,  implicites.  Les  codes  sont  néanmoins  flexibles  car  l’individu  possède  une  liberté  d’action   et  une  réflexivité  sur  la  situation  qu’il  vit.  Il  endosse  non  seulement  plusieurs  rôles  en  fonction  de   ses  positions  dans  la  société,  mais  il  est  aussi  en  mesure  de  les  transgresser,  voire  de  choisir  de   les  rejeter  ou  de  les  mobiliser.  C’est  le  concept  de  “façade”  développé  en  1981  par  Goffman  (cité   par   Riessman,   2002)   :   l’individu   peut   “jouer”   avec   l’image   qu’il   renvoie   selon   les   rôles   qu’il   mobilise.  Cela  ne  signifie  pas  que  son  identité  est  inexacte  mais  qu’elle  est  située,  actualisée,  et   performative  dans  l’interaction  sociale.  Il  y  a  co-­‐construction  et  négociation  des  rôles  sociaux  à   travers  le  processus  d’interaction.     Pistes  de  recherche   Afin   de   réfléchir   à   ma   problématique   de   départ,   j’ai   élaboré   deux   pistes   de   recherches.   Elles   constituent  la  structure  de  mon  travail.  Chacune  est  soumise  au  même  processus  de  réflexion  :  il   s’agit  de  se  pencher  sur  la  méthode  journalistique  à  partir  de  mes  lectures  en  sciences  sociales  et   à  l’aide  de  mes  observations  réalisées  sur  le  terrain.     La   première   piste   de   recherche   consiste   à   s’interroger   sur   l’influence   du   genre   des   personnes   en   interaction   lors   de   l’interview   journalistique.   Comment   ces   rôles   sexués   se   manifestent-­‐ils  ou  évoluent-­‐ils  lors  de  l’interaction  ?  Est-­‐il  possible  de  les  décrire  ?   La  deuxième  piste  de  recherche  examine  les  effets  de  la  relation  genrée  dans  le  recueil  et  la   richesse  de  l’information.  Si  le  genre  de  l’interviewé  et  de  l’intervieweur  influence  l’interaction,  
  • 4.   Page 4   quels  effets  cela  a-­‐t-­‐il  sur  la  production  de  l’information  ?  Le  discours  est-­‐il  limité  ou  élargi  en   fonction  de  la  combinaison  genrée  de  l’interview  ?   Ces   questions   sont   développées   dans   la   suite   de   mon   travail.   Ensemble,   elles   pourront   aider  à  percevoir  l’impact  des  rapports  de  genre  dans  l’interview  journalistique.       Méthode   Les  sciences  sociales  ont  beaucoup  réfléchi  aux  rapports  de  genre  dans  les  interactions  sociales   et  dans  les  entretiens  menés  par  les  chercheurs  (voir  Broom,  Hand  et  Tovey,  2009).  Les  travaux   féministes  sont  particulièrement  soucieux  de  la  variable  du  “genre”  et  de  l’identité  féminine  dans   la   société   (voir   Reinharz   et   Chase,   2002).   Plus   récemment,   des   chercheurs   se   sont   également   penchés  sur  le  concept  d’identité  masculine  (voir  Schwalbe  et  Wolkomir,  2002)  tandis  que  les   sociolinguistes  ont  imaginé  des  modèles  langagiers  “typiques”  au  féminin  et  au  masculin  (voir   Pillon,  1987).  Mes  lectures  sur  le  sujet  sont  partiales  et  partielles.  Elles  découlent  d’un  choix  :   celui  d’articuler  des  réflexions  et  des  études  en  sciences  sociales  afin  d’enrichir  le  regard  porté   sur  la  méthode  journalistique.     Mon  support  d’observation  est  constitué  d’interviews  journalistiques  réalisées  au  Québec   par   moi-­‐même,   jeune   étudiante   en   journalisme,   dans   le   cadre   d’un   reportage   radiophonique.   Mes   interlocuteurs   sont   tous   issus   de   la   deuxième   génération   d’immigrés   suisses   au   Québec.   Enfants   d’agriculteurs   helvétiques   souvent   obligés   de   partir   pour   continuer   à   pratiquer   leur   métier   entre   les   années   septante   et   nonante,   mes   sujets   sont   arrivés   jeunes   sur   les   terres   canadiennes  et  ont  aujourd’hui,  pour  la  plupart,  repris  la  ferme  de  leurs  parents.  Les  questions   que  je  leur  ai  posées  font  référence  à  la  manière  dont  ils  perçoivent  leur  identité.  A  cela  s’ajoute   l’environnement  agricole  et  rural  dans  lequel  s’est  déroulé  mon  reportage.  Ces  éléments  sont   importants  à  connaître,  car  tant  le  contexte  que  le  sujet  et  les  questions  posées  jouent  un  rôle   dans  le  processus  d’interaction  (voir  Pini,  2005).     Il  est  également  important  de  souligner  que  l’interview  journalistique  étudiée  ici  n’est  pas   celle  du  “show”  télévisé  où  l’interviewé  (l’invité)  répond  en  direct  aux  question  de  l’intervieweur   (le  journaliste).  Je  me  situe  ici  dans  une  dynamique  de  reportage,  où  le  recueil  de  témoignages   sur  le  terrain  est  essentiel.  Les  contraintes  de  temps,  de  format  et  de  rythme  propres  à  la  logique   médiatique  n’entrent  pas  encore  en  jeu.  En  ce  sens,  ma  méthode  d’interview  s’approche  de  celle  
  • 5.   Page 5   utilisée  lors  des  entretiens  semi-­‐directifs  en  sciences  sociales  où  l’objectif  est  «  de  favoriser  la   production  d’un  discours  de  l’interviewé  sur  un  thème  défini  dans  le  cadre  d’une  recherche  »   (Blanchet,  1995,  p.  7).  Cela  permet  au  chercheur,  mais  aussi  au  journaliste,  d’accéder  aux  idées,   aux   pensées   et   à   la   mémoire   des   individus   à   travers   leurs   propres   mots   (Reinharz   et   Chase,   2002).     J’observe  ensuite  les  interviews  recueillies  sur  le  terrain  en  adoptant  une  attitude  réflexive   et  analytique  sur  le  contenu  du  discours,  en  fonction  de  la  combinaison  genrée  rencontrée  lors   de  l’interaction.  Ma  grille  de  lecture  s’appuie  principalement  sur  le  concept  de  co-­‐construction   des  identités  sexuées  dans  le  processus  d’interaction.  En  d’autres  termes,  je  réfléchis  à  l’impact   de  la  perception  du  genre  dans  l’interview  journalistique.  Mon  statut  de  femme  implique-­‐t-­‐il  des   attitudes   et   des   rôles   sociaux   différents   selon   le   genre   de   mon   interviewé  ?   Est-­‐ce   que   les   schémas  de  communication,  les  valeurs  sociales  et  les  pratiques  culturelles  rencontrées  sur  le   terrain  changent  en  fonction  de  la  dynamique  genrée  de  l’interaction  ?       Limites  et  critiques   Ce   travail   est   une   réflexion   personnelle   sur   la   pratique   journalistique.   À   travers   mes   propres   “lunettes”  de  journaliste,  je  réfléchis  au  métier  que  je  suis  amenée  à  pratiquer.  En  ce  sens,  tant   mes  choix  littéraires  que  la  réflexion  à  laquelle  je  me  suis  exercée  ne  prétendent  pas  couvrir   toutes  les  dimensions  des  rapports  de  genre.  Cependant,  les  textes  et  les  études  que  j’ai  choisis   m’ont  permis  de  constituer  la  base  de  ma  réflexion.   Mes  observations  sont  également  bien  éloignées  de  la  méthode  scientifique.  Il  s’agit  avant   tout  d’une  pratique  journalistique,  celle  du  reportage  radiophonique.  En  ce  sens,  mes  interviews   n’ont  pas  valeur  de  données  qualitatives  propres  à  l’analyse  scientifique  mais  endossent  le  rôle   de   support   d’observation   “en   situation”.   Le   journalisme   traite   de   phénomènes   sociaux   sans   penser   “sociologiquement”   sa   méthode.   S’inspirer   du   même   processus,   afin   d’adopter   une   attitude  réflexive  sur  celui-­‐ci,  me  semble  pertinent.   L’approche   constructiviste   dans   laquelle   je   m’inscris   ne   doit   pas   laisser   place   à   un   déterminisme   social   trop   envahissant.   En   effet,   l'individu   peut,   à   travers   les   processus   de   transgression   des   rôles,   d'identification   multiples   et   de   liberté   d'action,   influencer   considérablement   ces   phénomènes   de   construction   sociale   de   l'identité.   Se   focaliser   sur   les  
  • 6.   Page 6   rapports  de  genre  est  aussi  critiquable  dans  le  sens  où  les  processus  d’interaction  dépendent  de   multiples   facteurs   socio-­‐culturels,   tels   que   l’âge,   le   statut   socio-­‐professionnel,   etc.   Il   est   important  d’en  avoir  conscience  lors  de  l’écriture  et  de  la  lecture  de  ce  travail.         Le  genre  de  l’interviewé  et  de  l’intervieweur  façonne  l’interaction   Lors  d’une  interview  journalistique,  les  locuteurs  possèdent  des  rôles  distincts  :  le  journaliste  est   maître  de  la  communication  tandis  que  l’interviewé  possède  les  ficelles  du  discours.  L’un  guide   l’entretien  à  travers  ses  “relances”  et  ses  questions  tandis  que  l’autre  détient  un  “savoir”  à  divul-­‐ guer  (Blanchet,  1985).  Or  ces  positions  ne  fixent  pas  complètement  les  “règles”  de  l’entrevue.  La   dynamique  interpersonnelle  qui  en  découle  est  multiple  et  mouvante  tant  les  pratiques  cultu-­‐ relles   et   les   valeurs   sociales   des   interlocuteurs   sont   mobilisées,   contestées   ou   renforcées.   Le   genre  fait  partie  de  ces  éléments  sollicités  lors  de  l’interaction.  Chacun,  consciemment  ou  non,   cherche  des  différences  et  des  similitudes  chez  son  partenaire,  et  développe  des  attentes  socio-­‐ culturelles   telles   que   la   “féminité”   ou   la   “virilité”   vis-­‐à-­‐vis   de   celui-­‐ci   (Oakley,   1999,   cité   par   Broom  et  al.,  2009).  Dans  quelle  mesure  ces  attentes  façonnent-­‐elles  la  tenue,  le  flux  et  la  lon-­‐ gueur  de  l’interview  journalistique  ?     Les  interviews  que  j’ai  menées  sur  le  terrain  ne  me  permettent  pas  d’observer  l’interaction   exclusivement  masculine  ni  celle  qui  implique  un  homme  intervieweur  et  une  femme  intervie-­‐ wée.  Mes  réflexions  font  donc  référence  aux  situations  d’interview  entre  un  homme  (interviewé)   et  une  femme  (intervieweur)  ou  entre  deux  femmes.  Encore  une  fois,  il  ne  s’agit  pas  d’analyser   qualitativement  les  interviews  recueillies  sur  le  terrain,  mais  de  voir  si  l’on  peut  y  lire  l’expression   des  rapports  de  genre  tels  qu’ils  sont  décrits  et  analysés  par  les  recherches  en  sciences  sociales.       Interviewer  des  femmes   Le  “genre  féminin”  est  un  concept.  Il  est  façonné  par  les  institutions,  les  idéologies  et  les  interac-­‐ tions  mais  aussi  par  les  autres  dimensions  sociales  qui  régissent  la  société  telles  que  l’ethnie,  la   classe,  l’âge,  la  culture,  etc.  Ainsi,  il  est  réducteur  de  mettre  les  femmes  et  leurs  diverses  expé-­‐ riences  dans  une  même  catégorie.  Cependant,  il  faut  reconnaître  que  certaines  caractéristiques   féminines  leur  sont  propres  et  peuvent  conditionner  la  manière  de  se  présenter  à  soi  ainsi  qu’aux   autres  (Reinharz  et  Chase,  2002).  A  cela  s’ajoute  le  caractère  mouvant  des  rôles  genrés.  Pour  
  • 7.   Page 7   reprendre  les  termes  de  Butler  (2004,  cité  par  Golombisky,  2006)  :  «  One  does  not  “do”  one’s   gender  alone.  One  is  always  “doing”  with  for  an  another,  even  if  the  other  is  only  imaginary  »  (p.   1).  Dans  cette  perspective,  l’interview  journalistique  va  produire,  renforcer  ou  rejeter  l’identité   féminine  de  l’interlocutrice  mais  aussi  de  la  journaliste.   Dans  les  sociétés  occidentales,  les  femmes  ont  longtemps  été  ignorées  par  les  sciences  so-­‐ ciales.  Absentes  des  lieux  “publics”  et  des  instituts  de  recherche,  elles  ont  souvent  été  retran-­‐ chées  derrière  leur  silence,  à  l’intérieur  de  leurs  maisons,  derrière  leurs  rôles  d’épouses  ou  de   mères.  Dans  les  années  septante,  les  travaux  des  féministes  ont  contribué  à  mettre  en  avant   l’identité  féminine.  Cette  “mise  en  lumière”  a  permis  d’entendre  la  voix  des  femmes  mais  aussi   d’observer  plus  profondément  la  question  du  genre  dans  la  recherche  en  sciences  sociales  (voir   Reinharz  et  Chase,  2002  ;  Broom  et  al.,  2009  ;  Golombisky,  2006).   Ann  Oakley  (1981)  a  par  exemple  prôné  l’horizontalité  des  rôles  et  l’implication  du  cher-­‐ cheur  lors  des  entretiens.  Selon  elle,  la  méthodologie  hiérarchique,  distante  et  objective  des  ma-­‐ nuels   de   sciences   sociales   ne   permettent   pas   aux   femmes   de   s’exprimer   car   elle   exclut   toute   émotion  ou  sensibilité  dans  le  récit.  D’autres  chercheurs  ont  montré  que  les  femmes  parlent  plus   facilement  de  leurs  émotions  et  de  leurs  sentiments  que  les  hommes  (voir  Reinharz  et  Chase,   2002)  ou  qu’elles  répondent  plus  longuement  aux  questions,  privilégiant  l’induction  à  la  déduc-­‐ tion,   à   l’aide   d’anecdotes   et   d’expériences   personnelles   (Holmes,   1997,   cité   par   Manderson,   Bennett   et   Andajani-­‐Sutjahjo,   2006  ;   Suzuki,   2006).   Du   point   de   vue   du   chercheur,   certaines   études  ont  mis  en  avant  le  rôle  “d’écoute”  des  femmes,  une  caractéristique  qui  leur  permettrait   d’aller  plus  facilement  “chercher”  l’émotion  de  l’interviewé  (voir  Broom  et  al.,  2009).         Sur  les  dix  interviews  réalisées  sur  le  terrain,  au  Québec,  deux  ont  exclusivement  concerné   des  femmes.  Dans  trois  autres  cas,  les  épouses  ou  mères  des  interviewés  ont  pris  part  au  débat.   Quantitativement,  les  interviews  réalisées  avec  mes  deux  interlocutrices  ont  duré  plus  longtemps   qu’avec  les  hommes.  La  principale  raison  réside  dans  la  formulation  des  réponses.  Les  femmes   ont  répondu  plus  longuement  à  mes  questions  et  ont  souvent  mobilisé  des  expériences  person-­‐ nelles  pour  illustrer  leurs  propos.  À  travers  ces  anecdotes,  elles  expliquent  comment  elles  se  sont   senties  lors  de  l’événement  relaté.  Voici  deux  extraits  d’interviews  :        
  • 8.   Page 8   Quelle  a  été  votre  première  impression  en  arrivant  au  Québec  ?   Je   me   rappelle   que   j’avais   vraiment   beaucoup   de   peine   parce   que   j’étais   très,   très   proche  de  ma  grand-­‐mère,  du  côté  de  ma  mère,  qui  me  gardait  vraiment  souvent.  Je  me   rappelle  que  j’ai  vraiment  pas  tant  eu  de  plaisir  au  début…parce  que…dans  le  fond  on   est  arrivé  au  mois  d’août…juillet  ?  En  tout  cas,  à  la  fin  de  l’été.  J’ai  commencé  tout  de   suite  l’école  puis…heu…avec  l’accent  québécois,  je  ne  comprenais  pas  ce  que  les  autres   enfants  disaient.  Puis,  je  pense  que  c’est  trois  mois  plus  tard,  j’ai  dis  à  ma  mère  :  Enfin  !   Les  enfants  à  l’école,  ils  ne  parlent  plus  allemand,  tu  sais  (rire).  (…)   (Camille   Marchon,   25   ans,   étudiante   en   théâtre   à   Montréal,   Québec,   origine   suisse-­‐ romande)     Vous  parlez  le  suisse-­‐allemand  ?   Oui.  Donc,  heu…quand  on  est  arrivé  ici,  on  ne  parlait  pas  français.  Mais,  deux  trois  mots,   là  :  la  table,  le  bonjour,  des  choses  comme  ça,  des  affaires  inutiles.  Donc…heu…au  dé-­‐ but,  à  l’école,  c’était  assez  dur.  (…)     Par  exemple  ?   Ben…des  fois,  juste  comme  exemple,  on  s’en  allait  en  éducation  physique.  Mais  moi  je   ne  le  savais  pas,  donc  je  les  suis.  Tout  à  coup,  ben,  ils  vont  dans  une  salle  de  bain  pour  se   changer.  Et  là  j’ai  compris  :  Ah  !  C’est  l’éducation  physique.  Donc  j’essaye  de  chercher   mon   linge…toutes   des   choses   d’adaptation.   Ou…heu…ce   qu’on   avait   pas   du   tout   en   Suisse  à  l’époque  :  un  cours  de  relaxation.  Ça  je  ne  connaissais  pas  du  tout,  donc…On  al-­‐ lait  à  la  bibliothèque,  tout  le  monde  se  couchait.  Puis  là,  il  y  avait  une  madame  qui  par-­‐ lait.  J’entend  les  gens  qui  respirent…et  j’ai  dis  :  Oh  là  là  (rire).  Ils  sont  cinglés  ici,  là.  (…)   (Yvonne  Kohler,  35  ans,  agricultrice  à  Kingsey  Falls,  Centre-­‐du-­‐Québec,  origine  suisse-­‐ allemande)     Les  extraits  exposés  ci-­‐dessus  illustrent  ce  que  j’ai  pu  observer  dans  la  structure  narrative  de  mes   interlocutrices.   Mes   questions   appellent   au   souvenir   et   au   ressenti.   Les   femmes   ont   eu   de   la   facilité  à  répondre  à  cette  attente.    
  • 9.   Page 9   Il  se  peut  que  mon  statut  et  la  manière  dont  j’ai  posé  mes  questions  aient  eu  une  incidence   sur  la  fluidité  du  discours.  Manderson  et  al.  (2006)  estiment  dans  leur  étude  que,  du  point  de  vue   de  l’enquêteur,  «  the  “success”  of  an  interview  is  marked  by  the  ability  of  the  two  participants  to   dissolve   their   social   differences   to   maximize   communication  »   (p.  1331).   Dans   mon   cas,   mon   statut   de   jeune   étudiante   a   certainement   joué   un   rôle   dans   la   dynamique   interactionnelle   entretenue  avec  Camille  Marchon.  Ayant  le  même  âge  et  partageant  des  points  communs  (les   études,  notre  intérêt  pour  le  théâtre,  notre  enfance  en  campagne,  etc.),  nous  avons  construit   une  relation  plus  “intime”  que  ce  que  l’interview  journalistique  suppose.  Pour  Ann  Oakley  (1981),   cette  situation,  qu’elle  résume  par  l’expression  «  no  intimacy  without  reciprocity  »  (p.  49)  est   essentielle  à  la  bonne  marche  des  entretiens  semi-­‐directifs,  notamment  auprès  des  femmes.     Avec  Yvonne  Kohler,  plus  âgée  que  moi,  agricultrice  et  mère  de  deux  enfants,  une  autre   forme   de   “réciprocité”   s’est   exprimée  :   celle   de   ma   nationalité   conjuguée   à   mon   statut   de   femme.  D’origine  suisse  toutes  les  deux,  nous  nous  sommes  reconnues  dans  les  valeurs  que  nous   partagions  et  les  régions  que  nous  connaissions.  Cela  peut  expliquer,  encore  une  fois,  la  fluidité   et  la  longueur  de  l’interview.     En  comparaison,  les  interviews  réalisées  auprès  des  hommes  ont  été  moins  fluides  et  se   sont  plus  vite  conclues.  Par  “fluidité”  j’entends  le  recours  aux  relances  et  aux  questions  pour   demander  des  explications  plus  fournies.       Interviewer  des  hommes   Pendant  longtemps,  dans  l’histoire  des  sciences  sociales,  interviewer  les  hommes  était  quelque   chose  qui  “allait  de  soi”.  Aucune  question  de  genre  n’intervenait  dans  cette  démarche  considé-­‐ rée   comme   “normale”   (voir   Schwalbe   et   Wolkomir,   2002).   Depuis   quelques   années,   l’identité   “masculine”   est   devenu   un   sujet   d’étude   et   une   problématique   de   genre   à   part   entière   (voir   Broom  et  al.,  2009).     Ici  encore,  la  catégorie  “homme”  utilisée  dans  ce  travail  est  réductrice.  Il  s’agit  d’une  sim-­‐ plification   construite   comme   support   de   raisonnement   déjà   exprimée   dans   les   termes   de   Schwalbe  et  Wolkomir  (2002)  :  «  we  might  even  say  that  although  the  category  “men”  is  internal-­‐ ly  diverse  in  many  ways,  what  gives  it  coherence  at  all  is  its  members’  recognizably  similar  pat-­‐ terns  of  self-­‐presentation  »  (p.  203).  Selon  Connell  (1995,  cité  par  Schwalbe  et  Wolkomir,  2009),  
  • 10.   Page 10   dans  la  culture  occidentale,  les  hommes  qui  veulent  faire  acte  de  “virilité”  doivent  se  distinguer   des  femmes  en  soulignant  leurs  capacités  de  contrôle,  d’autonomie  dans  l’action,  de  pensée  ra-­‐ tionnelle  ainsi  que  leur  goût  du  risque,  de  l’excitation  et  du  pouvoir  (notamment  sexuel).  Pini   (2005)  a  observé  ces  attitudes  lors  d’entretiens  réalisés  en  milieu  agricole,  en  Australie.  Elle  a   catégorisé   le   comportement   “viril”   des   interviewés   en   trois   sections  :   l’exagération   de   l’hétérosexualité,  la  volonté  d’afficher  une  capacité  de  contrôle,  d’autonomie  et  de  pouvoir,  et  la   faculté  à  se  définir  comme  expert  du  sujet  traité.  La  chercheuse,  en  tant  que  femme,  a  ressenti   très  fortement  cette  tendance  à  affirmer  sa  virilité.   Pour   Schwalbe   et   Wolkomir   (2002),   ces   comportements   “d’exagération”   de   la   virilité   s’expliquent  lorsque  les  interlocuteurs  ressentent  (inconsciemment  ou  non)  une  menace  quant   au   maintien   de   leur   identité.   Si   la   “masculinité”   de   l’interviewé   est   mise   en   doute   dans   l’entretien,  il  y  a  réaffirmation  de  la  virilité,  selon  ces  auteurs.  Ces  observations  rejoignent  celles   que  Manderson  et  al.  (2006,  p.  1327)  ont  relevé  dans  leur  étude  :  les  hommes  ont  tendance  à   répondre  aux  questions  de  manière  rationnelle  et  “neutre”  afin  d’éviter  l’émotionnel.     Les  interviews  réalisées  sur  le  terrain  m’ont  permis  d’observer  certains  éléments  relevés   dans  ces  études.  Les  hommes,  d’une  manière  générale,  ont  répondu  plus  succinctement  à  mes   questions.  Celles-­‐ci  étant  orientées  vers  l’émotionnel  et  la  mémoire,  il  y  a  peut-­‐être  eu  une  cer-­‐ taine  réticence  lors  de  la  discussion.  Voici  deux  extraits  d’interviews  :     Retourner  en  Suisse,  qu’est-­‐ce  que  ça  donne  comme  impression  ?   J’avais  neuf  ans  fait  que…non,  c’est  dur  à  dire.  Je  n’avais  pas  vraiment  conscience  à  ce   moment  là…donc  heu…   Qu’est-­‐ce  que  vous  avez  comme  souvenirs  ?  Qu’est-­‐ce  qui  vous  a  choqué  ou  interloqué   ou  étonné  ?   Ben  c’est  ça…comme  j’avais  pas  une  grande  conscience  on  dirait  que…je…y  a  pas…pas   beaucoup  de  choses  qui  m’ont  surprises  à  ce  moment  là.  J’étais…c’est  comme  si  je  par-­‐ tais…que  je  changeais  de  ville  ou...Pour  moi  ce  n’est  pas  différent  à  ce  moment  là…   (David   Brauchi,   20   ans,   agriculteur   à   Victoriaville,   Centre-­‐du-­‐Québec,   origine   suisse-­‐ allemande)    
  • 11.   Page 11   Est-­‐ce  que  le  suisse-­‐allemand  forge  l’identité  suisse  ?     Heu…   Est-­‐ce  que  ça  fait  quelque  chose  de  différent  ?   Ah  c’est  sûr  que  si  tu  te  mets  à  parler  allemand  avec  une  gang  de  Québécois,  ben  là   c’est…différent,  ouais…(rire)   Mais  est-­‐ce  que  c’est  constitutif  de  votre  identité,  est-­‐ce  que  vous  pourriez  perdre  cette   langue  ?  Ou  est-­‐ce  que…   Je  pense  que  je  ne  la  perdrai  jamais  mais…Je  suis  moins  volubile  en  suisse-­‐allemand.  Tu   sais…quand  ça  fait…là…je  parle  beaucoup  moins.  Au  club  de  lutte  suisse,  mes  parents  je   les  vois  beaucoup  moins,  fait  que…tu  sais.  Je  le  parle  moins.  Mais  je  pense  jamais  de  la   perdre  mais…ça  peut  arriver  que  je  cherche  un  mot…là  je  vais  dire  un  mot  à  travers  en   français.  Même  mes  parents  des  fois  sont  de  même.     (Roland   Kundert,   36   ans,   agriculteur   à   Gentilly,   Centre-­‐du-­‐Québec,   origine   suisse-­‐ allemande)     L’entretien  réalisé  auprès  de  Roland  Kundert  m’a  permis  d’observer  cette  tendance  à  “affirmer   sa  virilité”.  Les  questions  que  je  lui  ai  posées  obtenaient  peu  de  réponses  développées  jusqu’au   moment  où  il  a  pris  le  rôle  d’intervieweur.  En  me  posant  des  questions,  il  a  répondu  plus  lon-­‐ guement   à   celles   que   j’avais   précédemment   posées,   comme   s’il   avait   besoin   de   maîtriser   la   communication  pour  se  sentir  “à  l’aise”.  Ma  réaction  a  été  de  me  positionner  en  tant  que  novice   et  apprenante  :  au  lieu  de  chercher  les  ressentis  de  mon  interlocuteur,  je  l’ai  considéré,  incons-­‐ ciemment,  comme  un  “expert”.  Mes  questions  commençaient  souvent  de  la  manière  suivante  :   «  Je  me  suis  toujours  demandé  si___  ?  »  «  Vous  savez  peut-­‐être___  ?  ».  Schwalbe  et  Wolkomir   (2002)  ont  cherché  des  stratégies  capables  de  contourner  les  problèmes  que  les  chercheurs  pou-­‐ vaient  rencontrer  lors  d’entretiens  avec  les  hommes.  Celles-­‐ci  permettraient,  selon  les  auteurs,   de  minimiser  les  menaces  à  l’égard  de  l’identité  masculine  et  donc  les  problèmes  de  communica-­‐ tion  lors  de  l’entretien.  Le  fait  de  positionner  l’interlocuteur  en  tant  qu’expert  est  une  des  straté-­‐ gies  développées  par  ces  auteurs.  Il  est  possible  de  faire  le  lien  avec  la  situation  rencontrée  ci-­‐ dessus.    
  • 12.   Page 12   Comme  le  souligne  Pini  (2005),  «  gender  is,  of  course,  never  absent  from  a  site,  but  some   arenas  may  be  more  overtly  and  strongly  gendered  than  others  »  (p.  212),  le  contexte  environ-­‐ nemental  des  entretiens  est  important.    Ceux  que  j’ai  menés  ont  eu  lieu  dans  le  monde  agricole.   Les  hommes  que  j’ai  rencontrés  sur  le  terrain  ont,  pour  la  majorité,  repris  la  ferme  de  leurs  pa-­‐ rents.  Ils  en  sont  les  exploitants  et  propriétaires.  Contrairement  à  leurs  épouses,  ce  sont  souvent   eux  qui  travaillent  sur  le  domaine.  Il  y  a  là  une  division  genrée  du  travail  qui  peut  partiellement   expliquer  le  discours  de  mes  répondants,  surtout  face  à  une  jeune  femme  non  issue  de  ce  milieu.       Discussion   Lors  d’une  interview  journalistique,  tout  comme  lors  d’un  entretien  de  recherche  en  sciences   sociales,  le  genre  a  un  effet  sur  la  dynamique  interactionnelle  en  cours.  Nous  avons  vu  dans  ce   chapitre  qu’il  est  possible  de  déceler  des  formes  narratives  propres  aux  femmes  et  aux  hommes.   Or  ces  “types”  de  discours  doivent  être  compris  comme  le  produit  d’une  co-­‐construction  entre   les   deux   interlocuteurs.   La   perception   et   la   “prégnance”   du   genre   de   l’interviewé   et   de   l’intervieweur  se  façonnent  dans  l’interaction.  En  ce  sens,  la  dynamique  interactionnelle  qui  en   découle  n’est  jamais  identique.  À  cela  s’ajoute  d’autres  facteurs  socio-­‐culturels  tout  aussi  impor-­‐ tant  tels  que  l’environnement,  l’âge,  la  classe  sociale,  etc.  Comme  le  notent  Manderson  et  al.   (2006,  p.  1332),  tout  est  mis  en  œuvre  pour  que  l’interview  construise  une  réalité  particulière  de   l’identité.       La  relation  genrée  entre  l’interviewé  et  l’intervieweur  limite  ou  élargi   le  recueil  et  la  richesse  de  l’information   Les  “types”  de  narration  observés  ci-­‐dessus  et  les  pistes  de  réflexion  quant  à  l’implication  de   l’intervieweur  et  de  l’interviewé  dans  la  dynamique  interactionnelle  et,  donc,  dans  le  discours,   permettent  de  porter  le  regard  sur  les  effets  de  ces  relations  dans  le  recueil  de  l’information.   Les  auteurs  mobilisés  dans  ce  travail  s’accordent  sur  le  fait  que  la  qualité  des  données  re-­‐ cueillies  (de  l’information,  dans  le  cadre  du  journalisme)  dépend  de  la  “fluidité”  du  processus  de   communication.  Une  fluidité  qu’ils  imputent  à  la  capacité  des  interlocuteurs  à  minimiser  les  dif-­‐ férences  sociales  qui  peuvent  exister  entre  eux  (voir  Manderson  et  al.,  2006)  que  ce  soit  par  di-­‐
  • 13.   Page 13   verses  stratégies  de  communication  (voir  Schwalbe  et  Wolkomir,  2002)  ou  par  la  volonté  d’entrer   dans  une  dynamique  relationnelle  plus  “intime”  avec  son  interlocuteur  (voir  Oakley,  1981).  Dans   tous  les  cas,  le  processus  d’interaction  propre  à  l’interview  suppose  une  négociation  constante   des  rôles  sociaux  que  les  interlocuteurs  mobilisent.  Broom  et  al.  (2009),  parlent,  dans  leur  étude,   de  «  management  impression  »,  c’est-­‐à-­‐dire  de  la  capacité  de  renforcer  ou  de  minimiser  les  diffé-­‐ rences  sociales,  tel  que  le  genre,  lors  de  l’interaction.     Mon  statut  féminin  peut  expliquer  en  partie  la  structure  du  discours  des  interviewés  lors   de  l’entrevue.  Si  les  femmes  ont  répondu  plus  longuement  et  plus  “émotionnellement”  à  mes   questions,  c’est  peut-­‐être  que  ma  structure  narrative  les  incitait  à  sortir  cette  “facette”  de  leur   identité.  Moi-­‐même,  en  tant  que  femme,  j’avais  l’impression  de  comprendre  la  manière  dont   mes  interlocutrices  construisaient  leur  discours.  Il  m’est  aussi  arrivé  de  prendre  partie  et  de  par-­‐ tager  mes  propres  expériences  sur  un  sujet.  Il  semblerait  que,  dans  ce  cas,  nous  ayons  renforcé   nos  rôles  féminins  pour  “minimiser”  d’autres  différences  sociales  telles  que  l’âge  ou  le  caractère   professionnel  de  ma  démarche.  Avec  les  hommes,  il  semblerait  que,  dans  certains  cas,  mon  sta-­‐ tut  de  femme  ait  été  une  barrière  à  la  discussion.  Dans  ce  cas,  il  a  fallu  que  je  m’adapte  aux  rôles   sociaux  imaginés  par  mon  interlocuteur  lors  d’un  échange  entre  une  jeune  femme  et  un  homme   afin  de  fluidifier  le  discours.     Mais  réduire  les  différences  pour  maximiser  la  communication  peut  aussi  s’avérer  limitant   pour  le  recueil  de  l’information.  Comme  l’expliquent  Broom  et  al.  (2009),  renforcer  le  rôle  fémi-­‐ nin  ou  masculin  des  interlocuteurs  lors  d’une  interview  peut  provoquer  une  “idéalisation”  de  la   “masculinité”  ou  de  la  “féminité”  et  enfermer  le  discours  dans  une  logique  “genrée”.  Ainsi,  dans   le  cas  de  mon  entretien  avec  Roland  Kundert,  masculiniser  mes  questions  et  ma  structure  narra-­‐ tive  en  préférant  les  éléments  rationnels  et  concrets  aux  expériences  personnelles  et  émotion-­‐ nelles  nous  a  peut-­‐être  empêché  d’entrer  dans  des  sphères  de  discussions  plus  intimes  et  sen-­‐ sibles.  Il  est  également  possible  que  la  dynamique  relationnelle  entretenue  avec  Camille  Mar-­‐ chon  ait  “évincé”  les  côtés  plus  rationnels  de  sa  personnalité.       La  complexité  des  rapports  de  genre   Ces  observations  sont  partielles  et  non  scientifiques.  Ce  sont  des  pistes  de  réflexion.  D’autant   plus  que  les  catégories  “femme”  et  “homme”  sont  réductrices.  En  dehors  du  genre,  «  the  lack  of  
  • 14.   Page 14   shared  cultural  norms  for  telling  story,  making  a  point,  giving  an  explanation  and  so  forth  can   create  barriers  to  understanding  »  (Michaels,  1985,  p.  51,  cité  par  Riessman,  1987,  p.173).  Ainsi,   le  discours  d’une  femme  ne  partageant  aucune  norme  culturelle  avec  moi  risque  de  poser  des   problèmes  de  compréhension  et  donc  d’interprétation  de  l’information.  Cette  remarque  met  en   lumière  toute  la  complexité  de  l’interaction  entre  deux  personnes.  Si  le  genre  est  un  facteur  non   négligeable   dans   la   manière   de   structurer   le   discours   et   d’interpréter   les   données,   l’environnement  dans  lequel  se  déroule  l’entrevue,  les  normes  culturelles  mais  aussi  les  caracté-­‐ ristiques  sociales  telles  que  l’âge,  la  classe,  l’ethnie,  etc.  sont  indissociables  de  la  dynamique  inte-­‐ ractionnelle  perçue  dans  l’interview.     Ainsi,  en  me  présentant  comme  jeune  Suissesse,  étudiante  en  journalisme,  mes  interlocu-­‐ teurs  ont  déjà  “anticipé”  certaines  attentes.  De  plus,  étant  à  chaque  fois  “appuyée”  par  des  con-­‐ naissances  communes  (proches,  famille,  amis)  pour  justifier  ma  prise  de  contact,  mes  interlocu-­‐ teurs  ont  appréhendé  différemment  la  logique  de  l’entretien.  La  manière  de  prendre  contact  et   de  me  présenter  à  eux  a  également  pu  jouer  un  rôle  crucial  (Golombisky,  2006,  p.  172).  A  cela   s’ajoute   le   contexte   de   mes   interviews  :   je   suis   allée   rencontrer   mes   interlocuteurs   chez   eux,   dans  leur  environnement,  afin  qu’ils  me  parlent  de  leur  vécu.  La  société  québécoise  dans  laquelle   je  me  suis  trouvée  n’est  pas  si  éloignée  de  celle  que  je  connais  en  Suisse:  toutes  les  deux  sont   imprégnées  de  logiques  occidentales  et  industrialisées,  partageant  des  valeurs  judéo-­‐chrétiennes   communes  et,  avec  elles,  des  “typifications  genrées”  relativement  proches.       Discussion   La  dynamique  interactionnelle  et  la  négociation  des  rôles  genrés  (mais  aussi  sociaux)  qui  inter-­‐ viennent  dans  l’interview  nous  font  prendre  conscience  de  la  responsabilité  du  chercheur  et  du   journaliste  dans  le  recueil  de  l’information.  A  ce  propos,  Steiert  (1991,  cité  par  Golombisky,  2006)   a   écrit  :   «  Understanding   our   roles   as   researchers   and   their   consequences   requires   both   “re-­‐ flexion”  –  showing  ourselves  to  ourselves  –  and  “reflexivity”  –  being  conscious  of  ourselves  as  we   see  ourselves  »  (p.  166).  La  réflexivité  permet  de  comprendre  le  caractère  situé  de  l’information   mais  aussi  d’avoir  en  tête  que  toute  catégorie  sociale  (y  compris  la  “féminité”  et  la  “masculinité”)   se   construit   dans   l’interaction,   en   fonction   des   interlocuteurs   impliqués,   de   l’environnement  
  • 15.   Page 15   dans  lequel  ils  évoluent  mais  aussi  selon  le  sujet  de  l’interview  et  la  manière  dont  les  questions   sont  posées.     Dans   leur   conclusion,   Broom   et   al.   (2009),   résument   la   réflexivité   du   chercheur   en   cinq   questions  clés  :  «  who  asked  the  interview  questions  ;  to  whom  ;  in  what  contexts  ;  what  inter-­‐ view  style(s)  was  used  ;  and  what  dynamics  emerged  within  (and  across)  interviews  »  (p.  63).  Ces   questions  révèlent  la  complexité  du  processus  d’interaction  qui  intervient  lors  de  l’interview  mais   aussi   la   complexité   des   données   recueillies   lors   de   l’entrevue.   Comme   le   soulignent   Bell   and   Blaeuer  (2006,  cité  par  Golombisky,  2006)  :     Gender  is  a  complex  matrix  of  normative  boundaries  –  constituted  in  discourse,  mate-­‐ rially  embodied  and  performed,  and  mobilized  through  culture  to  secure  political  and   social  ends.  Nor  is  gender  a  singular  constitution,  but  gender  is  always  articulated  in,  on,   and  through  sexuality,  race,  ethnicity,  class,  age,  and  abilities.  (p.186)     Dans   cette   perspective,   en   tenant   compte   de   la   dynamique   interactionnelle   mouvante   de   l’entrevue,  du  caractère  performatif  (ou  non)  des  rôles  sexués  (et  sociaux)  en  présence  et  de   tous  les  facteurs  sociaux  qui  s’impriment  dans  la  question  du  genre,  nous  ne  pouvons  que  con-­‐ clure  au  caractère  situé  de  l’information  et  donc  à  l’absence  de  neutralité  et  d’objectivité  lors  de   sa  collecte.         Conclusion   Ce  travail  s’est  attaché  à  réfléchir  aux  effets  possibles  des  rapports  de  genre  dans  la  production   et   le   recueil   de   l’information   en   situation   d’interview   journalistique.   Il   a   été   reconnu   que   les   femmes  et  les  hommes,  bien  que  ces  catégories  soient  des  généralisations  propres  au  raisonne-­‐ ment  scientifique,  possèdent  des  manières  distinctes  de  se  présenter  et  de  structurer  leurs  dis-­‐ cours.  Ces  différences  ont  une  conséquence  sur  la  production  du  savoir  ou  de  l’information  dans   l’interaction.     Or  le  discours  doit  être  compris  dans  son  contexte.  Toute  narration,  qui  implique  deux  in-­‐ terlocuteurs  au  moins,  est  “située”  dans  un  environnement,  dans  une  société,  dans  un  ensemble   de  valeurs  sociales  et  culturelles  propres.  En  ce  sens,  les  rôles  genrés  des  intervenants  ne  sont  
  • 16.   Page 16   pas  fixes.  Ils  se  mobilisent,  se  rejettent  ou  se  renforcent  dans  l’interaction.  Ils  sont  le  produit   d’une  co-­‐construction  dont  la  dynamique  interactionnelle  constitue  le  moteur.  Une  femme,  par   exemple,  ne  va  pas  forcément  se  conduire  de  la  même  manière  face  à  un  homme  que  face  à  son   homologue  féminin.  Lors  d’une  interaction,  qu’elle  soit  planifiée  (une  interview  journalistique)   ou  quotidienne  (une  rencontre  dans  la  rue),  chaque  interlocuteur  va  appréhender  l’autre  comme   un   “type”   et   interagir   avec   lui   dans   une   situation   elle-­‐même   “typique”   (Berger   et   Luckmann,   2012,  chap.  1).  Ces  attentes  socio-­‐culturelles  vont  se  “confronter”  dans  l’interaction.  Il  y  a  ainsi   négociation  des  rôles.  Si  je  suis  une  femme  et  que  je  parle  à  un  homme,  les  attentes  de  mon  in-­‐ terlocuteur   en   terme   de   “féminité”   vont   peut-­‐être   me   pousser   à   réagir   de   manière   “typique-­‐ ment”  féminine,  et  vice-­‐versa.  Tout  en  gardant  en  tête  que  la  liberté  d’action  des  interlocuteurs   et  leur  maîtrise  des  codes  sociaux  peuvent  leur  permettre  de  “jouer”  avec  leurs  rôles.     La  responsabilité  commune  en  matière  de  construction  et  de  négociation  des  rôles  genrés   lors  de  l’interaction  doit  pousser  le  journaliste  à  la  réflexivité.  Une  réflexivité  sur  son  propre  rôle   dans  l’interview  mais  aussi  sur  le  caractère  situé  des  informations  récoltées.  En  d’autres  termes,   le  journaliste  devrait,  pour  comprendre  la  logique  genrée  d’une  entrevue,  se  demander  qui  pose   les  questions  à  qui,  dans  quel  contexte,  selon  quel  style  de  questionnement,  et  à  quel  moment   (Broom  et  al.,  2009).  Car  ce  sont  ces  facteurs,  liés  au  genre,  à  l’âge,  au  statut  socio-­‐professionnel,   etc.  qui  déterminent  ce  qui  est  demandé  et  comment  les  histoires  sont  racontées.     La  réflexivité  dans  la  construction  des  rôles  genrés  lors  de  l’interview  ouvre  d’autres  pistes   de  réflexion.  Il  serait  par  exemple  intéressant  de  se  demander  si  la  logique  médiatique  des  inter-­‐ views  journalistiques  empêche  certaines  formes  de  narration  et,  ainsi,  certaines  identités.  Est-­‐ce   que  la  structure  des  interviews  journalistique  favorise  un  rôle  genré  plutôt  qu’un  autre  ?  Est-­‐ce   que  le  format  journalistique  suppose  un  rôle  particulier  ?  Autant  de  réflexions  qui  mériteraient   de  se  plonger  plus  profondément  dans  les  logiques  de  genre  lors  de  la  récolte  des  données  jour-­‐ nalistiques.              
  • 17.   Page 17   Références   Berger,  P.  L.  (2006).  Invitation  à  la  sociologie.  Paris,  France  :  La  Découverte.     Berger,  P.  et  Luckmann,  T.  (2012).  La  construction  sociale  de  la  réalité.  Paris,  France  :  Armand   Colin.   Blanchet,  A.  (dir.).  (1985).  L’entretien  dans  les  sciences  sociales  :  l’écoute,  la  parole  et  le  sens.   Paris,  France  :  Dunod.     Broom,   A.,   Hand,   K.   et   Tovey,   P.   (2009).   The   role   of   gender,   environment   and   individual   biography   in   shaping   quantitative   interview   data.   International   Journal   of   Social   Research   Methodology,  12(1),  51-­‐65.     Butler,  J.  (2006).  Trouble  dans  le  genre.  Le  féminisme  et  la  subversion  de  l’identité.  Paris,  France  :   La  Découverte.     Golombisky,  K.  (2006).  Gendering  the  interview  :  feminist  reflections  on  gender  as  performance   in  research.  Women’s  Studies  in  Communication,  29(2),  165-­‐192.   Manderson,  L.,  Bennett,  E.  et  Andajani-­‐Sutjahjo,  S.  (2006).  The  social  dynamics  of  the  interview  :   age,  class,  and  gender.  Qualitative  Health  Research,  16,  1317-­‐1334.     Oakley,  A.  (1981).  Interviewing  women  :  a  contradiction  in  terms.  Dans  H.  Robert  (dir.),  Doing   Feminist  Research  (pp.  31-­‐61).  Londres,  Angleterre  :  Routledge  and  Kegan  Paul.     Pillon,  A.  (1987).  Le  sexe  du  locuteur  est-­‐il  un  facteur  de  variation  linguistique?  Revue  critique.  La   linguistique,  23(1),  35-­‐48.     Pini,   B.   (2005).   Interviewing   men  :   gender   and   the   collection   and   interpretation   of   qualitative   data.  Journal  of  Sociology,  41(2),  201-­‐216.     Reinharz,  S.  et  Chase,  S.  (2002).  Interviewing  women.  Dans  J.F.  Gubrium  et  J.A.  Holstein  (dir.),   Handbook  of  interview  research  :  contexte  &  method  (pp.  221-­‐238).  Thousand  Oaks,  CA  :  Sage.     Riessman,  C.K.  (1987).  Gender  is  not  enough  :  women  interviewing  women.  Gender  and  Society,   1(2),  172-­‐207.     Riessman,  C.K.  (2002).  Analysis  of  personal  narratives.  Dans  J.F.  Gubrium  et  J.A.  Holstein  (dir.),   Handbook  of  interview  research  :  contexte  &  method  (pp.  695-­‐710).  Thousand  Oaks,  CA  :  Sage.     Schwalbe,  M.  et  Wolkomir,  M.  (2002).  Interviewing  men.  Dans  J.F.  Gubrium  et  J.A.  Holstein  (dir.),   Handbook  of  interview  research  :  contexte  &  method  (pp.  203-­‐219).  Thousand  Oaks,  CA  :  Sage.     Suzuki,   S.   (2006).   Gender-­‐linked   differences   in   informal   argument  :   analyzing   arguments   in   an   online  newspaper.  Women’s  Studies  in  Communication,  9(2),  193-­‐219.