SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  68
Télécharger pour lire hors ligne
REPUBLIC OF CAMEROON
Peace - Work - Fatherland
-----------------
THE UNIVERSITY OF DOUALA
-----------------
POSTGRADUATE SCHOOL FOR
PURE AND APPLIED SCIENCES
-----------------
Postgraduate Training Unit for
Chemistry and Biochemistry
---------
Laboratory of Biochemistry
PO Box 24157 Douala
REPUBLIQUE DU CAMEROUN
Paix - Travail – Patrie
-----------------
UNIVERSITE DE DOUALA
-----------------
ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES
FONDAMENTALES ET APPLIQUEES
-----------------
Unité de Formation Doctorale de
Chimie et Biochimie
-------------
Laboratoire de Biochimie
BP 24157 Douala
DOCTORAL SCHOOL OF
FUNDAMENTAL AND
APPLIEDSCIENCES
BIOCHEMISTRY DOCTORAL
TRAINING UNIT
INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A Plasmodium ET
Salmonelles SUR LE PROFIL HEMATOLOGIQUE DES
ENFANTS DE 2-5 ANS A L’HOPITAL LAQUINTINIE DE
DOUALA DE JUIN A AOUT 2021
Mémoire présenté et soutenu en vue de l’obtention du Diplôme
de Master II en Biochimie
Option Biochimie Clinique
Par :
Axel MASRA
Matricule : 20S51834
Licencié en Biochimie
Sous la Direction de :
Dr EBELLE ETAME Rebecca Madeleine
(Chargée de Cours)
Dr EBELLE ETAME Rebecca
ANNEE ACADEMIQUE 2020-2021
ii
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
DEDICACE
A mes Parents
MASRA DJIMOGIUNA
RUTH NOUBATA
iii
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
REMERCIEMENTS
Ce mémoire représente l’accomplissement d’un travail réalisé avec la volonté du Dieu
le Tout Puissant. Au terme de ce travail, j’aimerais adresser mes sincères remerciements :
Au Dr EBELLE ETAME Rebecca Madeleine, Chargé de Cours au Département de
Biochimie de l’Université de Douala pour m’avoir accueilli dans son équipe de recherche, je
vous remercie pour votre confiance et votre aide dans la recherche. Ce travail fut d’autant plus
agréable grâce à vos conseils, votre disponibilité, votre dévouement et vos encouragements
tout au long de sa réalisation. Je vous prierais de trouver ici l’expression de ma très haute
considération.
Au Pr NGONO NGANE Annie Rosalie, Chef du Département de Biochimie de
l’Université de Douala pour vos encouragements et la formation que vous m’avez donné tout
au long de ce parcour academique.
Au feu Pr Raymond Simplice MOUOKEU, Maitre de Conférences à l’Institut des
Sciences Halieutiques de Douala pour vos encouragements et orientation.
Au Dr Beack Sandrine ce travail fut d’autant plus agréable grâce à vos conseils, votre
disponibilité, votre dévouement et vos encouragements tout au long de sa réalisation. Je vous
prierais de trouver ici l’expression de ma très haute considération.
Au Pr Noel Emmanuel ASSOMBA Directeur de l’Hôpital Laquintinie de Douala
pour avoir permis que la structure sanitaire dont il a la charge soit notre cadre d’étude.
Au Dr MEDI SOKE Christiane, Chef de département de laboratoire de Biologie
médicale de l’Hôpital Laquintinie de Douala d’avoir accepté de superviser ce travail au sein
de son laboratoire
Au Dr EMBOLO ENYEGUE Elisée Libert, Biologiste de laboratoire de biologie
médicale de l’Hôpital Laquintinie de Douala pour votre disponibilité, votre dévouement et vos
encouragements tout au long de sa réalisation.
Au Dr ABOUDI Elysée et Dr Fabrice DONGHO pour votre contribution dans
l’amélioration de la qualité de ce travail.
A tous les parents ayant acceptés de participer et qui ont bien voulu donner le sang
de leurs enfants pour la réalisation de ce travail, je vous remercie pour la confiance que vous
avez accordé à mon égard.
iv
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
A Tout les Enseignants du Département de Biochimie de l’Université de Douala
pour vos enseignements et vos conseils qui ont été d’un apport scientifique indéniable tout au
long de ma formation universitaire : trouvez ici l’expression de ma sincère considération.
A tout le personnel du laboratoire de biologie clinique de l’Hôpital Laquintinie de
Douala. Plus précisément ; Major NGO NLEND, Mme NGAMENI Stéphanie, Mme
NKOUEKEKAM Virginie, Mme KANA, Mme SOPO Thérèse, M. ELOKA Pierre-
Jean, Mr YEMELI Romain, Mme Aichatou, Mme KENGNE Régine M. KOA Paulin,
Mme TIMBA, M. Pierre Jean pour votre formation rigoureuse qui m’a été d’une aide
précieuse.
A mon Oncle feu M. DIGUINA TORBAYE DILNGAR et ma tante Mme
YANKINGEM Célestine, mes frères et sœurs SOBOUMTA Evelyn DJIDINGAR,
MOTANGAR Serge, Tatiana MASRA DJIMOGIUNA, Ulrich MASRA,
NDIGYENOUBA MASRA Germain, pour votre soutien morale et financier.
A mes ainé(e)s académiques Dr LIENOU, M. TCHIENTCHEU Raphael, Mme
HOPOGAP Laure, M. CIDJEU Cédric, Mme MASSOHE Charité, pour vos conseils,
votre disponibilité et l’intérêt que vous avez manifesté pour l’amélioration de ce travail.
A tous mes camarades de promotion : KENNE ZOKO Géraldine, KEUTNOU
KAMGA Lucie Cynthia, KEZEBOU NGUEPJIP Ornella Laurel, LOTERI Osée,
MESSI ALEMBE Séraphine Linda, NGNONBOUOWO Pierre Loti, PASSAU DJOUK
Manuella Elsie, SIMO FOTSO Ulrich Stéphane, TCHANA Danielle Stéphane,
ZANGUE FOMBIT Guyllia Rosta, NJIFENDJOU Mohammed Moustapha pour les
meilleurs moments que nous avons partagés ensemble. J’espère qu’il en sera toujours ainsi.
A tous les stagiaires du laboratoire de biologie clinique avec qui nous avons
travaillé en équipe et passé des moments inoubliables tout au long de ce travail. A ceux qui
sont encore au laboratoire, je vous souhaite le meilleur dans la fin de vos études.
A tous mes ami(es) en particulier TEDEBAYE Eveline, REOUNODJI Eloge,
ALLATAROUM Tevin, AMEMENKEM JOKO Christelle, DJIMHOTOUM Roland,
BANGUE Alex pour le soutient et le réconfort qu’ils ont toujours su m’apporté ceci en toute
circonstance.
Je remercie tous ceux que je n’ai pas pu citer et qui ont contribué de près ou de loin à
l’élaboration de ce travail.
v
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
TABLE DE MATIÈRE
DEDICACE............................................................................................................................................. ii
REMERCIEMENTS ..............................................................................................................................iii
TABLE DE MATIÈRE........................................................................................................................... v
LISTE DES TABLEAUX..................................................................................................................... vii
LISTE DES FIGURES.........................................................................................................................viii
LISTE D’ABREVIATIONS .................................................................................................................. ix
RESUME................................................................................................................................................. x
ABSTRACT........................................................................................................................................... xi
INTRODUCTION................................................................................................................................... 1
CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE.................................................................................. 3
I. GENERALITE SUR LE PALUDISME.................................................................................. 4
I.1. Définitions................................................................................................................................ 4
I.2 Epidémiologie ................................................................................................................... 7
I.3. Le cycle biologique du parasite............................................................................................... 7
I.4. Clinique :.................................................................................................................................. 9
I.5. TRAITEMENT ...................................................................................................................... 10
1. Accès au palustre simple .......................................................................................................... 10
2. Accès palustre grave et compliqué........................................................................................ 11
II. GENERALITES SUR LA FIEVRE TYPHOIDE................................................................. 12
II.1. Définition............................................................................................................................... 12
II.2 Situation épidémiologique...................................................................................................... 14
II.3 Pathogénie des Salmonelles................................................................................................... 15
II.4. Clinique................................................................................................................................ 18
II.5. Traitement............................................................................................................................. 19
III. INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A PLASMODIUM-SALMONELLES SUR LES
PARAMETRES BIOCHIMIQUES ET HEMATOLOGIQUES................................................... 21
CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES.................................................................................... 22
II.1. TYPE ET PERIODE D’ETUDE............................................................................................ 23
II.2. CADRE D’ETUDE................................................................................................................ 23
II.3. CRITERES DE SELECTION................................................................................................ 23
II.4. ECHANTILLONNAGE ET TAILLE DE L’ECHANTILLON ........................................... 24
II.5. MATERIEL ........................................................................................................................... 24
II.6. PROCEDURES...................................................................................................................... 25
II.6.1. Procédures administratives ................................................................................................. 25
II.6.1.1. Considérations éthiques................................................................................................... 25
II.6.1.2. Recrutement des patients ................................................................................................ 25
II.6.1.3. Collecte des données........................................................................................................ 26
vi
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II.6.2. PHASE PRE-ANALYTIQUE ............................................................................................ 26
II.6.2.1. Prélèvement sanguin....................................................................................................... 26
II.6.2.2. Transport et conservation des échantillons...................................................................... 26
II.6.3. PHASE ANALYTIQUE..................................................................................................... 26
II.6.3.1 Etude de la prévalence des co-infections Plasmodium-Salmonelles ................................ 26
1. Prévalence des infections à Plasmodium............................................................................... 26
2. Prévalence des infections à Salmonelle................................................................................. 27
II.6.3.2 Evaluation de l’effet des co-infections Plasmodium-Salmonelles sur les paramètres
hématologiques.............................................................................................................................. 28
CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSION .............................................................................. 30
I. RESULTATS ........................................................................................................................ 31
I.1 Caractéristiques de la population d’étude ................................................................................ 31
I.2. Influence des statuts infectieux sur les paramètres hématologiques ....................................... 33
I.2.1 Influence des infections à Plasmodium sur le profil hématologique..................................... 33
I.2.2. Influence des infections à Salmonelles le profil hematologique .......................................... 34
I.2.3. Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique ...... 35
II. DISCUSSION ....................................................................................................................... 37
CONCLUSION ..................................................................................................................................... 40
RECOMMANDATIONS...................................................................................................................... 41
PRESPECTIVE..................................................................................................................................... 42
REFERENCES...................................................................................................................................... 43
ANNEXES ............................................................................................................................................ 48
vii
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
LISTE DES TABLEAUX
Tableau I : Numération réalisée sur l’automate Pentra XRL....................................................... 28
Tableau II: Distribution de la population d’étude selon les caractéristiques sociodémographiques
....................................................................................................................................................... 31
Tableau III : Fréquence des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles
par rapport aux patients reçus........................................................................................................ 32
Tableau IV: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique........................ 33
Tableau V: Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique.......................... 34
Tableau VI: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonellessur le profil hématologique
....................................................................................................................................................... 35
viii
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
LISTE DES FIGURES
Figure 1: aspect des différentes espèces de Plasmodium au microscope........................................ 5
Figure 2: Anophèle femelle prenant son repas sanguin................................................................... 6
Figure 3: Plasmodium vu au microscope ....................................................................................... 6
Figure 4: Cycle du Plasmodium ...................................................................................................... 8
Figure 5 : Mécanisme de contamination des maladies du péril fécales......................................... 13
Figure 6 : Phase d’adhésion et d’invasion des salmonelles au niveau des cellules épithéliales, et
internalisation dans la membrane.................................................................................................. 15
Figure 7 : Localisation de la cellule M dans la plaque de Peyer ................................................... 16
Figure 8 : Phase de colonisation et d’infection du tissu lymphoïde .............................................. 17
Figure 9 : Répartition de la population en fonction des caractéristiques sociodémographiques... 31
Figure 10 : Fréquence des patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux
patients reçus................................................................................................................................. 32
Figure11: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique............................. 34
Figure 12 : Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique............................ 35
Figure 13: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique,
....................................................................................................................................................... 36
ix
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
LISTE D’ABREVIATIONS
OMS : Organisation Mondiale de la Santé
MINSANTE : Ministère de la Santé
TDR : Test de Diagnostic Rapide
NFS : Numération de Formule Sanguine
CTA : Combinaison Thérapeutique à base d’Artémisinine
TA : Tension Artérielle
PVP : Pays en Voie de Développement
Ig A : Immunoglobuline A
VS : Vitesse de Sédimentation
G6PD : Glucose-6-Phosphate Déshydrogénase
VIH : Virus Immunodéficience Acquise
HLD : Hôpital Laquintinie de Douala
HRP2 : Histidine Rich Protein 2
CBC : Cell Blood Count
x
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
RESUME
Le paludisme est une maladie parasitaire causée par cinq (5) parasites protozoaires
chez l’homme connu sous le nom de Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax,
Plasmodium malaria, Plasmodium ovale, Plasmodium knowlesi. Le Plasmodium est transmis
à l’homme par un moustique femelle « Anophèle ». Quant aux Salmonelles, ils sont des
bactéries à Gram négatif qui causent la fièvre typhoïde. Les co-infections peuvent influencer
les paramètres hématologiques. Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des
patients souffrant du paludisme et de la fièvre typhoïde, nous nous sommes proposé d’évaluer
le taux du Plasmodium, le taux de Salmonelles et les paramètres hématologiques chez les
patients de 2 à 5 ans venus en consultation à l’Hôpital Laquintinie de Douala de Juin 2021 à
Aout 2021.
Nous avons effectué une étude transversale à viser analytique d’une durée de 3 mois
allant de Juin 2021 à Aout 2021 sur 101 patients de 2 à 5 ans venus en consultation à l’Hôpital
Laquintinie de Douala. Des échantillons de sang ont été prélevés chez ces patients après
obtention de consentement éclairé de leurs parents. Les données démographiques ont été
collectées à l’aide des questionnaires. Les examens parasitaires et sérologiques tels que le
TDR, la goutte épaisse, test de Widal-Felix et la NFS ont été réalisés.
Il ressort de cette étude que 26,7% de co-infections Plasmodium/Salmonelles, 16,8% des
infections à Plasmodium, 19,8% des infections à Salmonelles et 36,6% des patients sains.
Dans la population des co-infectées on a observé un grand nombre de personnes ayant un
faible taux des plaquettes sanguines (inferieur à 200), des globules rouges ( inferieur à 3,5),
des lymphocytes ( inferieur à 1,5). Part contre, dans cette meme population on a noté un taux
élevé de globules blancs (superieur à 13,5) et des monocytes (superieur à 0,80). Par ailleurs,
une association positive et significative (P < 0,05) a été observée entre les co-infections
Plasmodium/Salmonelles et les plaquettes sanguines, lymphocytes, ainsi que les globules
rouges.
Dans les co-infections Plasmodium/Salmonelles en général et dans notre cas en
particulier l’anémie, la lymphopénie et la thrombopénie ont été considérablement en baisse
par rapport à la valeur normale. Ils sont les paramètres hématologiques de référence pour
l’orientation thérapeutique.
Mots clés : Co-infections, Salmonelles, Plasmodium, Paramètres hématologiques.
xi
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
ABSTRACT
Malaria is a parasitic disease caused by five (5) protozoan parasites in humans known
as Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium malaria, Plasmodium ovale,
Plasmodium knowlesi. Plasmodium is transmitted to humans by a female mosquito
"Anopheles". As for Salmonella, they are Gram-negative bacteria that cause typhoid fever.
Co-infections can influence haematological parameters. .In order to contribute to better
management of patients suffering from malaria and typhoid fever at the Laquintine Hospital
in Douala we sought out to evaluate the rate of Plasmodium/Salmonella co-infections,
Plasmodium Infection, the rate of Salmonella infection and the impact of these infections on
haematological parameters.
This was a cross-sectional analytic study carried out from June 2021 to August 2021
on 101 patients aged 2 to 5 years who came for consultation at Laquintinie Hospital in
Douala. 3ml of venous blood was collected from these patients after obtaining informed
consent from their parents. Demographic data was collected using questionnaires. Parasitic
and serological examinations such as RDT, thick blood smear, Widal-Felix test and CBC
were performed.
Results of this study showed 26.7% of co-infections with Plasmodium and Salmonella, 16.8%
of infections with Plasmodium, 19.8% of infections with Salmonella and 36.6% of witnesses.
In the co-infected population, a large number of people had low blood platelets (less than
200), red blood cells (less than 3.5), lymphocytes (less than 1.5) and 'others with a high
ratewhite blood cells (greater than 13.5) and monocytes (greater than 0.80). Furthermone, a
positive and significant association (P <0.05) was observed between co-infections with
Plasmodium and Salmonella and blood platelets, lymphocytes, as well as red blood cells.
In Plasmodium and Salmonella co-infections in general and in our case in particular
anemia, lymphopenia and thrombocytopenia were considerably reduced from the normal
value. They are the reference hematological parameters for therapeutic orientation.
Keyswords: Co-infections, Salmonella, Plasmodium, Hematological parameters.
1
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
INTRODUCTION
Le paludisme est une maladie tropicale, causé par des parasites intracellulaires
obligatoires qui vivent dans les érythrocytes de l’hôte. Dans le monde selon le Rapport de
l’Organisation Mondiale de la Santé publié en 2020, plus de 229 millions de cas de paludisme
ont été recensé en 2019 donc 215 millions en Afrique, 67% concernent les enfants de moins
de 5 ans (OMS, 2020).
Au Cameroun, le paludisme est la première cause de mortalité avec une incidence
estimée à 24% (MINSANTE, 2018). C’est la première cause de mortalité des enfants de
moins de cinq ans en Afrique, seule ou en combinaison avec d'autres affections.
Il existe quatre parasites protozoaires unicellulaires du genre Plasmodium qui causent le
paludisme chez l'homme : Plasmodium falciparium, P. ovale, P. malariae et P. vivax, P.
Knowlesi. La transmission du paludisme se fait principalement par la piqûre d'un moustique
anophèle femelle infecté se nourrissant de sang et par la transfusion de sang infecté (Aubry et
al., 2020).
La fièvre typhoïde (fièvre entérique) est une maladie bactérienne causée par des
bactéries Gram-négatives du genre Salmonella. Il existe plusieurs espèces de Salmonella qui
sont impliquées dans la fièvre typhoïde chez l’homme : S. typhi, S.paratyphi A, S. paratyphi B
et S. paratyphi C. Ces sous-espèces sont identifiées par des marqueurs sérologiques sur les
antigènes polysaccharidiques somatiques (O) et protéiques des flagelles (H) (Sabbagh, 2013)
L'infection à Salmonella est acquise par la voie orale. L'homme est le seul véritable
réservoir de S. typhi en tant que convalescent ou chronique et les porteurs servent toujours de
source ultime d'infection (Hald et al., 2003). S. typhi peut survivre pendant plusieurs
semaines dans l'eau douce, dans l’eau salée, dans la glace, dans la poussière, dans les eaux
usées, sur les vêtements et peut se multiplier dans les produits laitiers (Cook, 1996). Les
mouches et autres insectes peuvent transporter des agents infectieux des fèces ou d'autres
matériaux infectés vers les aliments et les boissons (Alhassane et al., 2012). L’incidence
actuelle de la fièvre typhoïde au niveau mondial est de 11 à 20 millions de cas par an. L’issue
de l’infection est mortelle dans 1 à 4 % des cas, ce qui correspond à 128 000 à 161 000 décès
en 2018 (OMS, 2018). En l’absence de traitement, le taux de mortalité est de 10 à 20 %. Chez
l’enfant de moins de 5 ans ce taux de mortalité est dix fois plus élevé que chez les enfants de
plus de 5 ans.
2
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Le paludisme et la fièvre typhoïde sont des maladies fébriles endémiques dont les signes
et les symptômes se chevauchent, notamment la fièvre, l'état de confusion, la jaunisse, la
diarrhée, les vomissements, les maux de tête, etc. On a signalé des cas des co-infections par le
paludisme et la fièvre typhoïde (Gopinath et al., 1995), et certaines souches bactériennes de
Salmonella ont été isolées à partir d'hémocultures d'enfants atteints de paludisme (Prada et
al., 1993). Une association entre le paludisme et la fièvre typhoïde a été décrite pour la
première fois en 1862 en Amérique du Nord sous la forme d'une entité appelée fièvre typho-
malaria (Smith, 1982). En Afrique, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et les espèces
de Salmonella ont été impliquées comme cause de septicémie dans les cas de paludisme
compliqué à falciparum (Bygbjerg et Lang, 1982).
Au vu de ce qui précède nous nous posons la question de savoir quelle est la fréquence
et le profil hématologique des enfants infectés par le Plasmodium et les Salmonelles à
l’hôpital Laquintinie de Douala? De cette question découlent des hypothèses selon lesquelles
la fréquence les co-infections à Plasmodium et Salmonelles à l’Hôpital Laquintinie est plus
élevée chez les enfants, les co-infections à Plasmodium et Salmonelles modifient les
paramètres hématologiques. Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des
enfants co-infectés, nous nous sommes proposé d’évaluer la parasitémie à travers l’examen de
la goutte épaisse, d’évaluer le sérodiagnostic de Widal-Felix et le profil hématologique par la
numération à formule sanguine chez les enfants amenés en consultation à l’Hôpital
Laquintinie de Douala. Plus spécifiquement, il sera question :
 De déterminer la fréquence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles chez les
enfants de 2 à 5 ans à l’Hôpital Laquintinie de Douala durant la période allant de Juin
à Aout 2021.
 De caractériser l’effet des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil
hématologique.
3
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE
4
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I. GENERALITE SUR LE PALUDISME
I.1. Définitions
L’Organisation Mondiale de Santé (OMS) définie le paludisme comme étant une
parasitose due à des protozoaires du genre Plasmodium transmis par des moustiques femelles
du genre Anophele. Il réalise une maladie fébrile, hémolysante, qui constitue un fléau
mondial.
On recense cinq espèces de Plasmodium (Stefani, 2011)
- Plasmodium falciparum est le plus redoutable et le plus intensément implanté. Il est l’agent
du paludisme « des tropiques » celui qui tue. Il sévit toute l’année dans les pays tropicaux où
il subit cependant des recrudescences saisonnières, mais il ne survient que dans la période
chaude et humide, dans les régions subtropicales. Son incubation est de 7 à 12 jours. Il est
responsable de la fièvre tierce maligne, de l’accès pernicieux et, indirectement, de la fièvre
bilieuse hémoglobinique. La longévité de cet hématozoaire est inférieure à un an. Il est rare,
en fait, de voir survenir un accès du à Plasmodium falciparum plus de deux mois après le
départ d’une zone d’endémie.
- Plasmodium vivax : qui cause une forme bénigne du paludisme ou « fièvre tierce » car ayant
une périodicité de recrudescence fébriles tous les deux jours. Il sévit au Sud-Est d’Asie, en
Amérique du sud et en Océanie. Elle peut survenir plus de 5 ans après la contamination. La
parasitémie dépasse rarement les 2%. Les hématies parasitées sont plus grandes que les
hématies non parasités et elles ont une forme déformée.
- Plasmodium ovale. Il sévit en Afrique intertropicale et provoque une fièvre tierce bénigne
comme Plasmodium vivax, dont il est très proche avec lequel il a été longtemps confondu.
Son incubation peut être de 15 jours ou très longue, jusqu'à 4 ans. L’évolution du paludisme
due à cette espèce est bénigne, mais les rechutes tardives (ou les incubations longues) sont
possibles (5ans). Schématiquement, on peut dire que Plasmodium ovale remplace
Plasmodium vivaxlà ou cette dernière espèce n’existe pas (Afrique noire) et que l’évolution du
paludisme due à cette espèce est encore bénigne.
- Plasmodium malariae: sa distribution géographique est clairsemée. Son incubation est
plus longue, environ trois semaines. Il est responsable de la fièvre quarte et, parfois de
complications rénales.
5
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Sa longévité est étendue : 3 ans au moins et jusqu'à 20 ans.Même après un très long délai, il
peut réapparaître dans le sang, par exemple après une splénectomie.
- Plasmodium Knowlesi : est un parasite de singes, mais depuis quelques années il est
régulièrement responsable de cas humains en Asie. De diagnostic difficile, il cause un
paludisme potentiellement grave (Cox-Singh et al., 2008)
Figure 1: aspect des différentes espèces de Plasmodium au microscope
 Mode de transmission
- Agent vecteur : c’est un moustique du genre Anopheles. Les espèces vectrices sont
nombreuses et d’autant plus redoutable qu’elles ont une affinité pour l’homme (espèces
anthropophiles), se nourrissent et se reposent dans les maisons (espèces endophiles ou
domiciliaires). Parmi ces moustiques, seule la femelle, qui est hématophage, assure la
transmission du paludisme. Elle ne pique que la nuit et le soir.
La répartition des Anophèles à travers le monde est beaucoup plus étendue que celle
du paludisme. Si les conditions sont favorables, la transmission s’y établirait de nouveau.
6
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Figure 2: Anophèle femelle prenant son repas sanguin
(Source : https://www.insectecran.com/maladie/paludisme-malaria/transmission)
D'autres formes de transmissions moins importantes mais suffisantes pour être signalées existent
notamment :
- Par transfusion du sang d'un donneur infesté à un receveur sain. Les manifestations
cliniques ici surviennent assez rapidement car la phase hépatique est shuntée !
- La transmission verticale par voie trans-placentaire d'une mère impaludée vers son
enfant. On parlera dans ce cas de paludisme congénital.
- Les autres formes notamment par accident d'exposition au sang (AES) ainsi que chez
les toxicomanes sont exceptionnelles (Petithory et Guidon, 2001)
 Morphologie du Plasmodium
Le Plasmodium, découvert par Laveran à Constantine en 1880, est un protozoaire très
petit (1 à 2 µ selon les formes); la coloration au May-Grünwald Giemsa montre qu'il est
constitué d'un cytoplasme bleu pâle entourant une vacuole nutritive claire, et contenant un
noyau rouge et du pigment brun doré ou noir (hémozoïne).
Figure 3: Plasmodium vu au microscope
(Timbine , 2009)
7
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I.2 Epidémiologie
DANS LE MONDE : Le paludisme est un véritable fléau mondial : les estimations du
nombre des personnes contaminées par an varient entre 229 millions
avec un taux de décès entre 409 000 à 600 000 dont 67% concernent les
enfants (OMS, 2019). C’est la première cause de mortalité des enfants
de moins de cinq ans en Afrique. Les femmes enceintes dans les zones
endémiques, sont aussi particulièrement touchées par le paludisme car
le placenta constitue une cible où les parasites peuvent s’accumuler. Le
paludisme est encore la maladie mondiale la plus importante (priorité de
premier rang pour l’OMS) tant par ses ravages directs que par ses
conséquences socio-économiques : une improductivité aboutissant à la
sous-alimentation et au sous-développement).
Il est à noter que l’être humain est loin d’être le seul hôte à subir le
paludisme. Par exemple, nombreux sont les oiseaux, en Europe et à
travers le monde, qui sont porteurs de ces parasites, notamment de
Plasmodium relictum.
AU CAMEROUN : Le paludisme est la première cause de morbidité avec une incidence
estiméeà 24% selon les données statistiques de 2018 du Ministère de la
Santé Publique (MINSANTE, 2018). Cette maladie existe presque sur
tout le territoire camerounais avec pour gradient d’endémicité décroissant
du sud au nord. On y rencontre quatre espèces plasmodiales (Plasmodium
falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium malariae, Plasmodium
ovale). Le Plasmodium falciparumagent du paludisme pernicieux, est
l’espèce la plus représentée soit 85-95%.
I.3. Le cycle biologique du parasite
 Le cycle chez l’homme
Le cycle des Plasmodium chez l'Homme ou cycle schizogonique commence par une
phase pré-érythrocytaire d'adaptation, totalement asymptomatique. Les parasites
intracellulaires y effectuent une multiplication végétative intense aboutissant à des milliers de
mérozoïtes. Ceux-ci passent dans la circulation sanguine. Ils s'accolent à la paroi des hématies
8
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
avant de les pénétrer activement. Ils s'y développent aux dépens de l'hémoglobine. Chaque
trophozoïte mature évolue vers une rosace qui libère, après destruction de l'hématie, de 6 à 24
cellules-filles, ou mérozoïtes, selon les espèces. Ces mérozoïtes envahissent immédiatement
des hématies indemnes, assurant la continuité de l’infection (figure 4). Ce cycle intra-
érythrocytaire est particulièrement rapide, de 48 à 72 heures selon les espèces. Il est à l'origine
de l'accès palustre et de son signe le plus marquant, une fièvre intense (Gazin, 2003).
Le cycle chez le moustique
Lors d’un repas sanguin sur un individu infecté, l’anophèle femelle ingère des
gamétocytes à potentiel sexuel mâle ou femelle. Ceux-ci parviennent dans l’estomac du
moustique et se transforment en gamètes. Le gamète mâle subit un processus d’ex-
flagellation, et donne naissance à 8 gamètes mobiles ayant chacun une longévité de quelques
minutes, pendant lequel les gamètes femelles sont fécondés. Il en résulte un zygote appelé
ookinète. Celui-ci s’implante sur la paroi stomacale en formant l’oocyste. Cette brève phase
diploïde s’achève par une division méiotique et est suivie par plusieurs milliers de mitoses qui
conduisent au développement de sporozoïtes. L’éclatement de l’oocyste libère ces éléments
mobiles et haploïdes dans l’hémolymphe. Il a été prouvé que les oocystes extraient leurs
nutriments de l’hémolymphe (MACK, 1979).
Les sporozoites gagnent préférentiellement les glandes salivaires du moustique d’où
ils pourront être injectés avec la salive lors d’une piqûre infectante. Chez le moustique,
l’ensemble de ce cycle se déroule entre 10 et 40 jours, suivant la température extérieure et les
espèces en cause (MERCK, 1899)
Figure 4: Cycle du Plasmodium
(MERCK, 1899)
9
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I.4. Clinique :
Le paludisme de primo invasion
Il atteint un sujet neuf (enfant entre 4 mois et 4 ans, européen ou récemment transplanté
en zone d’endémie palustre non soumis àla chimioprophylaxie).
- Incubation, elle dure 7 à 20 jours et elle est cliniquement muette.
- Invasion : elle est marquée par l’apparition d’une fièvre continue.
Le tableau clinique est celui d’un embarras gastrique fébrile : anorexie, douleurs
abdominales, nausées, parfois vomissements, diarrhée, associés à des céphalées et myalgies.
A l’examen, le foie surtout chez l’enfant est parfois augmenté de volume, la rate est normale,
les urines sont rares, foncées et peuvent contenir des protéines.
Ce paludisme de primo invasion peut guérir spontanément après plusieurs épisodes
fébriles. Une splénomégalie modérée apparaît dans ce cas, signe tardif au cours de la primo
invasion et élément de bon diagnostic. S’il s’agit d’une invasion à Plasmodium falcifarum,
elle évolue parfois vers l’accès pernicieux secondaire annoncé par la majorité des céphalées et
l’apparition des signes en céphalitiques. Accès palustre à fièvre périodique.
Cette période comprend des accès thermiques à rythme régulier et des signes
d’accompagnement.
L’accès palustre n’est typique que dans les infections à Plasmodium vivax, Plasmodium
ovale et Plasmodium malariae. Il peut faire suite à une primo invasion non traitée. Mais dans
de nombreux cas, il apparaît longtemps après, alors que l’accès fébrile initial a été oublié. Ces
accès palustres sont caractérisés par la succession de 3 phases et un rythme particulier.
Précède de quelques prodromes toujours identiques pour un même malade, l’accès
intermittent frappe un patient céphalalgique et nauséeux. Il dure une dizaine d’heures avec
successivement. :
Stade de frissons : Agité de violents frissons, le malade se blottit sous ses couvertures; la
température s’élevé à 39°C ; la rate s’hypertrophie, la tension artérielle (TA) baisse. Ce stade
est de une heure environ ;
Stade de chaleur : La peau est sèche et brûlante; la température atteint 40 - 41°C ; la rate
diminue de volume. Ce stade persiste 3 à 4 heures ;
10
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Stade de sueurs : Le malade émet des urines foncées. La température s’effondre brusquement,
avec une phase d’hypothermie; la T.A. remonte. Ce stade dure 2 à 4 heures. Il est souvent
suivi d’une période d’euphorie et d’une impression de « libération », de bien-être.
Le rythme des accès est variable selon l’espèce plasmodiale.
Complications :
- Accès pernicieux :
L’accès pernicieux constitue le grand drame du paludisme. Il est encore appelé neuro-
paludisme (cérébral malaria des anglo-saxons) et réalise une encéphalite fébrile aigue. Il est
dû au tropisme cérébral de Plasmodium falciparum (schizogonie dans les capillaires intra
cérébraux). L’accès pernicieux intervient à tout âge, mais atteint surtout l’enfant de 4 mois à 4
ans.
- Evolution de l’accès pernicieux.
Non traité, l’accès pernicieux est fatal en deux ou trois jours, correctement traité, la
mortalité reste lourde (20 à 30 %), mais la guérison se fera sans séquelle, sauf parfois chez
l’enfant (troubles neurologiques).
I.5. TRAITEMENT
1. Accès au palustre simple (Puepi , 2009)
Comme dans la prise en charge des affections bactériennes, l’association de plusieurs
molécules antipaludiques a été adoptée pour améliorer l’efficacité du traitement, dans certains
cas par synergie potentialisatrice, en rendant improbable l’émergence de résistances. Ceci est
à la base de la recommandation des CTA par l’OMS pour éviter l’émergence du paludisme
multi résistant. Il s’agit de :
 Artémether 180mg+ Luméfantrine 1080mg suspension 60ml (Coartem®) ;
R
Poids de l’enfant
Nombre de millilitres
1er
Jour 2eme Jour 3eme Jour
5-9kg(6 à 11mois) 10ml 10ml 10ml
10-15kg(1 à 3ans) 20ml 20ml 20ml
11
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
 Artésunate + Méfloquine (Artequin®) ; I
 Artésunate + Amodiaquine (Arsucam®)
Intervalle de poids
(Intervalle d’âge
approximatif)
Présentation
1er
jour de
traitement
2eme jour de
traitement
3eme jour de
traitement
≥4,5kg à <9kg
(2 à 11mois)
25mg/67,5mg
Blister de 3cps
1 comprimé
1 comprimé 1 comprimé
≥9kg à <18kg
(1 à 5ans)
50mg/135mg
Blister de 3cps
1 comprimé 1 comprimé 1 comprimé
≥18kg à <36kg
(6 à 13ans)
100mg/270mg
Blister de 3cps 1 comprimé 1 comprimé 1 comprimé
≥36kg (14ans plus)
100mg/270mg
Blister de 6cps
2 comprimés 2 comprimés 2 comprimés
 Artésunate + Sulfadoxine-Pyriméthamine (Artescape®)
2. Accès palustre grave et compliqué (Sogoba, 2012)
Pour les cas de paludisme grave, le traitement se fait principalement avec la quinine en
intraveineuse dans les structures hospitalières sous surveillance stricte de l’agent de santé.
En effet, ce traitement peut entraîner de graves troubles cardiaques potentiellement fatals.
Un traitement à base d’Artémether en Intra musculaire est envisageable particulièrement chez
l’enfant.
NB :
- B Tout cas de paludisme chez la femme enceinte doit être considéré comme grave
ou compliqué et doit être traité comme tel.
- Les complications suites au paludisme grave doivent faire l’objet d’une prise en
charge immédiate et fonction de la complication.
12
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II. GENERALITES SUR LA FIEVRE TYPHOIDE
II.1. Définition
Selon le Aubry et al., en 2020 depuis 2004, le genre Salmonella comporte trois espèces :
Salmonella enterica, Salmonella bongoriet Salmonella subterranea. L’espèce principale est
Salmonella enterica, elle-même divisée en plusieurs dontsérovars :dublin, enteritidis, infantis,
paratyphi, typhi, typhimurium
Les salmonelloses recouvrent deux principaux types d’infections : d’une part, la fièvre
typhoïde et les fièvres paratyphoïdes et d’autre part les salmonelloses non typhiques ou non
typhoïdiques.
La fièvre typhoïde est due à Salmonella enteritica, Salmonella sérovar, Salmonella
typhi. Elle est devenue rare dans les pays industrialisés du fait des progrès de l’hygiène et de
l’amélioration des conditions d’approvisionnement en eau potable. Les fièvres paratyphoïdes
sont dues à S. paratyphi A, B et C.
Les salmonelloses non typhiques, improprement dites mineurs, sont responsables
d’infections sporadiques ou épidémiques, le plus souvent en raison de la contamination des
aliments ou du portage asymtomatique. Ce sont les bactéries le plus souvent mise en cause
dans les toxi-infections d’origine alimentaire.
Les salmonelles sont des entérobactéries, ce sont des bacilles droits de 0,6 à 1 µm de
long sur 0, 3 à 1 µm de large à coloration de Gram négative
 Caractéristiques des Salmonelles
Les salmonelles sont d’une manière générale des hôtes pathogènes ou non du tube
digestif. Elles sont mobiles, grâce à la présence de flagelles péritriches. Ce sont des bactéries
non sporulées qui se développent sur milieux ordinaires en aéro-anaérobiose. Elles résistent
en milieu hydrique et survivent au froid et à la dessiccation, notamment en présence de
protéines. En revanche, elles ne résistent pas à la chaleur (au-delà de 47°C) ou aux acides.
Elles réduisent les nitrates en nitrites grâce à la présence d’un nitrate réductase, utilisent le
glucose par voie fermentative, ont une catalase positive et ont une réaction d’oxydase
négative.
13
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
 Mode de contamination
La fièvre typhoïde est liée à la consommation d’aliments ou d’eau contaminés par
Salmonella Typhi. La contamination se fait donc par voie orale. Il s’agit d’une maladie
strictement humaine, le réservoir est l’homme. Il existe des porteurs sains qui représentent le
plus gros réservoir. En effet, ils engendrent des infections sans le savoir, puisqu’ils ne
présentent pas de symptômes. Ils sont des porteurs chroniques de la bactérie et ont une
élimination possible du germe dans leurs excréments pendant plusieurs mois voire même
plusieurs années. Toutefois les malades symptomatiques restent une voie importante de
transmission de la bactérie.
La typhoïde est une maladie du péril fécal ou oro-fecale. La transmission peut être
directement interhumaine, par contact avec une personne infectée. Les sujets sont infectieux
avant l’apparition des symptômes et jusqu’à une semaine après la convalescence. Le plus
fréquemment, la contamination se produit de manière indirecte via l’ingestion d’aliments
contaminés par l’agent pathogène. Salmonella typhi contamine les fruits de mer (coquillages
notamment), les viandes de volaille mais surtout les fruits et légumes crus. Ces aliments sont
contaminés s’ils sont manipulés par un individu porteur du bacille pathogène (symptomatique
ou asymptomatique) ou par contact avec de l’eau souillée. La contamination est favorisée
dans les lieux de repas de collectivités si la préparation préalable est réalisée par un porteur
sain.
La fièvre typhoïde survient le plus souvent dans les zones où l’hygiène est précaire.
Dans ces régions où les réseaux d’égouts sont peu ou pas existants, et où les conditions
d’hygiène de vie est défavorable.
Figure 5 : Mécanisme de contamination des maladies du péril fécales (Photo auteur)
Ingestion
Selles
humaines
Evacuation des
eaux usées
Approvisionnement
d’eau
Mains
souillées
Alimentation
14
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Les facteurs de risques de la maladie sont l’hygiène précaire, la pauvreté, et
l’altération du pH gastrique (hypochlorhydrie gastrique). Le risque d’infection est accru en
cas d’immunodépression de l’individu ou de drépanocytose homozygote. Ce risque est
également augmenté en fonction du terrain (diabète, âge…) et de la virulence de la souche.
La multiplication de la bactérie est facilitée par un pH gastrique élevé. L’infection peut
également être favorisée par une diminution de la motricité intestinale (cette dernière permet à
un inoculum plus faible normalement non pathogène de devenir pathogène pour l’organisme).
La fièvre typhoïde peut être également due à d’autres sérovars Paratyphi A, B, C mais elle est
qualifiée dans ce cas de fièvre paratyphoïde (les symptômes seront similaires mais la fièvre
paratyphoïde est moins grave.
II.2 Situation épidémiologique
L’incidence actuelle de la fièvre typhoïde au niveau mondial est de 11 à 20 millions
de cas par an. L’issue de l’infection est mortelle dans 1 à 4 % des cas, ce qui correspond à
128 000 à 161 000 décès par an en 2018 (OMS, 2018).
Dans les pays en développement dont le Cameroun fait partie, la fièvre typhoïde est
toujours, un problème important de santé publique. Dans ces pays, le taux de mortalité reste
très important car l’accès aux soins et à la vaccination est difficile. Les enfants sont beaucoup
plus touchés par la typhoïde, préférentiellement entre 5 et 15 ans. L’incidence annuelle chez
les enfants est de 180 à 494 pour 100 000 habitants. Dans pays d’endémie cependant,
l’incidence de la maladie chez les enfants de moins de 5 ans est supérieure ou égale à
l’incidence de la maladie chez les enfants de plus de 5 ans
Le taux de complications graves est plus important chez les enfants. Les complications
sont présentes dans 10% des cas, particulièrement en l’absence de traitement ou si l’infection
dure depuis au moins 2 semaines
La mortalité est estimée entre 1 et 4 % chez l’enfant de plus de 5 ans et chez l’adulte.
En l’absence de traitement, le taux de mortalité est de 10 à 20 %. Chez l’enfant de moins de 4
ans ce taux de mortalité est dix fois plus élevé que chez les enfants de plus de 4 ans.
15
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II.3 Pathogénie des Salmonelles
 Pathogénie des salmonelles
Une fois dans l’organisme les salmonelles colonisent le tube digestif et se multiplient
dans le caecum. Au niveau de la muqueuse, il existe plusieurs mécanismes de défense de
l’hôte : les Immunoglobulines A sécrétoires (IgA), les sécrétions biliaires, le mucus intestinal
ou encore les défensines (peptides antimicrobiens qui vont perméabiliser les membranes
bactériennes). Ces mécanismes essayent d’empêcher l’entrée de la bactérie dans les cellules
épithéliales.
Le développement des salmonelles dans l’organisme se déroule en trois étapes: la phase
d’adhésion et d’invasion, la phase de pénétration et la phase de colonisation.
 Phase d’adhésion et d’invasion:
Cette phase d’adhésion et d’invasion a lieu dans la lumière intestinale. Les
salmonelles développent au contact de la face apicale des cellules épithéliales intestinales, des
appendices appelés invasomes. Ces appendices produisent des protéines provoquant une
ondulation des cellules épithéliales qui correspond à une dégénérescence de leurs
microvillosités et de leur bordure en brosse. Cette étape se fait en anaérobie et nécessite
beaucoup de nutriments.
Figure 6 : Phase d’adhésion et d’invasion des salmonelles au niveau des cellules
épithéliales, et internalisation dans la membrane
(CHAPAND, 2015)
La bordure en brosse, précédemment dégénérée, se reforme avec des remaniements de
son cytosquelette. Les salmonelles se retrouvent à l’intérieur de la cellule dans de larges
Salmonella
1
Adhésion
2
Sécrétion et
pénétration
dans la membrane
3
Internalisation et
envahissement
de la membrane
Cellule épithéliale
16
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
vacuoles. Les cellules épithéliales deviennent des cellules phagocytaires. En général, les
salmonelles interagissent plutôt avec les cellules M des plaques de Peyer (follicules
lymphoïdes, principal constituant du tissu lymphoïde digestif). Ces plaques sont bordées par
un épithélium constitué des cellules M et d’entérocytes. Contrairement aux entérocytes qui
ont une bordure en brosse, les cellules M ont une bordure avec des courts micro-replis. Ces
cellules ont la capacité de capter les antigènes dans des vésicules contenant des protéases, afin
par la suite de les détruire, pour ainsi assurer la protection de l’organisme contre les
agressions. Ces étapes n’ont pas lieu chez les salmonelles car elles ne sont pas détruites.
Figure 7 : Localisation de la cellule M dans la plaque de Peyer
(CHAPAND, 2015)
L’entrée des salmonelles dans ces cellules M est toujours rapidement suivie de la
destruction des cellules M
Les salmonelles sont des bactéries capables de parasiter la cellule-hôte au niveau
intracellulaire. Il s’agit d’un parasitisme facultatif.
 Phase de pénétration:
Après une période de multiplication qui dure entre 12 et 24h, la plupart des cellules
épithéliales contiennent des salmonelles dans des vacuoles. Ces vacuoles sont dans les phagocytes
de la lamina propria et de la sous muqueuse. Il s’agit de la phase de pénétration de l’épithélium.
L’organisme lutte contre cette propagation en envoyant des phagocytes : des
polynucléaires neutrophiles, éosinophiles ou des monocytes/macrophages.
17
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Cependant, au sein du phagocyte, les bactéries ne sont pas tuées ni détruites.
Elles vont persister et se développer dans les phagocytes. Elles survivent au sein des
macrophages en réduisant l’acidité des phagosomes et en restant dans les vacuoles qui les
protègent de la phagocytose.
 Phase de colonisation et infection du tissu lymphoïde:
Les bactéries infectent les tissus lymphoïdes via la circulation lymphatique et se
retrouvent dans les macrophages du foie, de la moelle osseuse et de la rate en raison d’un
tropisme pour ces organes. Les germes s’y multiplient. Les bactéries se propagent alors dans
l’organisme par la voie sanguine. Cette propagation est responsable d’une bactériémie
(présence anormale de la bactérie dans le sang) à l’origine des symptômes et qui peut
engendrer par la suite un sepsis (infection générale de l’organisme due à la propagation de la
bactérie par le sang). Les bactéries sont retrouvées dans les hémocultures même lorsque les
symptômes digestifs ont disparu.
Figure 8 : Phase de colonisation et d’infection du tissu lymphoïde
(CHAPAND, 2015)
Les bactéries colonisent également le rein, la vésicule biliaire mais aussi les plaques
de Peyer une fois encore en passant par la bile. Une lyse des bactéries survient ce qui
engendre la libération de l’endotoxine. Cette endotoxine est à l’origine d’un choc toxique. Ces
endotoxines sont responsables de tous les symptômes connus des salmonelles et plus
particulièrement de S. Typhi.
18
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II.4. Clinique
 Incubation
L’inoculum nécessaire pour provoquer une infection est de l’ordre de 10 UFC par mL.
Toutefois un inoculum faible peut provoquer des symptômes si l’intestin de l’hôte ne se
trouve pas dans des conditions physiologiques (PH entre 6 et 8). L’incubation de la maladie
est de 7 à 21 jours. La durée de l’incubation, la survenue et l’importance des symptômes
dépendent de la quantité d’inoculum, de l’état de l’hôte (immunodépression ou système
immunitaire affaibli par une infection passée ou encore présente dans l’organisme) et surtout
de la virulence de la souche entrant en contact avec l’organisme. Lors de l’incubation, chez
certaines personnes, une diarrhée fugace qualifiée d’épisode de gastro-entérite est constatée
12 à 48h après l’ingestion du germe.
 Symptômes
La maladie est décrite sous 3 phases « septénaires », chaque phase dure environ une
semaine : il y a la phase d’invasion, la phase d’état et la phase d’évolution spontanée (ou sous
traitement) ou d’apparition de complications endotoxiniques.
 Phase d’invasion
La phase d’invasion, ou premier septénaire, est caractérisée par l’apparition
progressive de fièvre. Cette phase se traduit également par des céphalées intenses au niveau
frontal puis plus diffuses, des vertiges, des insomnies avec des somnolences dans la journée,
des épistaxis, une anorexie et une constipation.
La fièvre apparait de manière progressive (sans frisson), avec une augmentation de
0,5°C par jour, sans frisson, jusqu’à atteindre 40°C à la fin de la phase. Le pouls n’est pas
accéléré, mais il est dissocié. En revanche, les signes physiques sont moins notables.
L’abdomen est sensible et la fosse iliaque est gargouillant.
Un râle de bronchite au niveau pulmonaire et une légère splénomégalie est présente, mais
aucun signe de souffrance viscérale n’est retrouvé. Au niveau biologique, une leucopénie est
présente et plus rarement une thrombopénie. La Vitesse de Sédimentation (VS) et les
transaminases peuvent être élevées. Un tableau un peu moins typique chez l’enfant peut
survenir, avec des vomissements, une hyperleucocytose et une évolution plus rapide.
19
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
 Phase d’état
La phase d’état, ou deuxième septénaire, est plus symptomatique et plus facile à
diagnostiquer.
Elle est caractérisée par une fièvre en plateau à 40°C associée à des signes de
souffrance viscérale. L’état général est altéré et le pouls reste non accéléré mais dissocié. Les
signes digestifs sont importants. Une diarrhée ocre, avec une odeur fétide, et en « jus de
melon » peut survenir. Cette diarrhée est inconstante et peut être remplacée par une
constipation.
Un signe neurologique important et caractéristique de cette phase est retrouvé : le
tuphos. Il s’agit d’une obnubilation diurne en alternance avec des phases de délire et
d’insomnie nocturne. Cette atteinte est caractérisée par une asthénie, une prostration, une
somnolence, et parfois un coma vigile (coma de stade 1, le malade n’est pas totalement
inconscient).
Des symptômes cutanéo-muqueux se traduisent par des lèvres sèches et fuligineuses
(recouvertes d’une sorte d’enduit de couleur noire), et des tâches lenticulaires (macules de 2 à
4 mm de diamètre) non prurigineuses, fugaces, sur la partie supérieure de l’abdomen, la base
du thorax et le haut des cuisses. Plus rarement, il est noté une « angine » de Duguet qui est
une ulcération superficielle, unilatérale et indolore du pilier antérieur du voile du palais au
niveau de l’amygdale.
Comme lors de la première phase, le pouls est dissocié, l’abdomen est météorisé et sensible,
la fosse iliaque est toujours gargouillant. Une splénomégalie franche est constatée et la rate est
palpable. Parfois, une hépatomégalie est également retrouvée.
 Phase d’évolution spontanée
L’évolution de la maladie, avec ou sans traitement, peut-être différente.
II.5. Traitement
En France les fluoroquinolones sont utilisés en première intention à la dose de 20 mg
par kilogramme et par jour pendant 7 à 14 jours et en deuxième intention, les
céphalosporines de 3ème génération sont utilisées, et plus particulièrement la ceftriaxone à
une dose de 60 mg par kilogramme et par jour pendant 7 à 10 jours. Dans certains pays,
20
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
comme le Népal et le Vietnam, des antibiotiques inconnus en France sont utilisés comme les
gatifloxacines, présentant de bons résultats pour traiter la fièvre typhoïde.
Aux Etats-Unis, l’association de ceftriaxone et de ciprofloxacine est souvent utilisée,
notamment lorsqu’il s’agit d’une souche résistante.
En Inde, la furazolidone, un nitrofurane, est également utilisée, moins chère que la
ciprofloxacine et beaucoup moins chère que la ceftriaxone. Efficace dans 74% des cas étudiés,
ce médicament présent beaucoup d’effets indésirables.
Dans les pays en voie de développement, le chloramphénicol est toujours utilisé car il
s’agit d’un traitement ayant un prix réduit, et facilement disponible. La guérison a lieu dans
90% des cas, mais un risque de rechute de 10% existe. Cet antibiotique est utilisé à une dose
de 2 à 3 g par jour en 4 prises. Il ne permet toutefois pas d’éviter le portage chronique, ce qui
est un inconvénient majeur. Une surveillance hématologique pendant la durée du traitement
est nécessaire car ce médicament présente un risque important d’anémie nécessitant l’arrêt du
traitement et plus rarement d’aplasie médullaire éventuellement mortelle.
En cas d’inefficacité, l’ampicilline ou le co-trimoxazole sont utilisées si les souches
n’y sont pas résistantes. Le traitement dure 7 à 10 jours après la disparition de la fièvre. Les
effets indésirables hématologiques et cutanés sont fréquents et représentent une raison de leur
faible utilisation.
Le co-trimoxazole est contre-indiqué en cas d’allergies aux sulfamides, de déficit en
G6-PD ou chez la femme enceinte et le nourrisson.
Chez l’enfant, sont utilisées en première intention les céphalosporines de 3ème
génération car les fluoroquinololes sont contre-indiquées chez les patients de moins de 15 ans.
Elles peuvent avoir un effet sur le cartilage de croissance.
21
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
III. INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A PLASMODIUM-SALMONELLES
SUR LES PARAMETRES BIOCHIMIQUES ET HEMATOLOGIQUES
Le paludisme et la fièvre typhoïde sont les deux principales maladies fébriles affectant
les humains, en particulier en Afrique subsaharienne (Simon-Oke et al., 2020). Elles restent
les maladies d’importance majeure pour la santé publique et la cause de morbidité et de
mortalité. Une association entre le paludisme et la typhoïde a été décrite pour la première fois
en 1862 en Amérique Nord comme une entité appelée fièvre typho-paludique (Smith, 1982).
Les deux maladies sont courantes dans de nombreux pays du monde où existent de mauvaises
habitudes sanitaires, la pauvreté et l’ignorance. Les premières manifestations non spécifiques
comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs abdominales et des vomissements.
Malgré l’importance du paludisme et de la fièvre typhoïde concomitants sous les tropiques,
les défis associés au diagnostic et implications pour la santé publique n’ont pas été examinés
de manière exhaustive. Les critères de l'Organisation mondiale de la santé (OMS)
reconnaissent que certaines caractéristiques biochimiques et hématologiques devraient
augmenter la gravité du paludisme (OMS, 2000).
Les coinfections à Plasmodium et Salmonelle entrainent des altérations des paramètres
biochimiques comme l’augmentation du taux de créatinine, urée et bilirubine totale et une
diminution du taux d’albumine, glucose et protéines totale(Kayode et al., 2011).
Les coinfections à Plasmodium et Salmonelles ont des effets évidents sur les
paramètres hématologiques comme augmentation du nombre de leucocytes, lymphocytes et
des globules rouges (Simon-Oke et al., 2020).
Les données de la littérature suggèrent que le paludisme grave peut favoriser les coinfections
bactériennes qui elles même compliquent le paludisme grave. Néanmoins le poids respectif en
termes de mortalité, de l’infection par P. falciparum et des coinfections bactériennes est mal
connu.
22
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES
23
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II.1. TYPE ET PERIODE D’ETUDE
Cette étude est faite selon deux approches : quantitative et qualitative. Dans l’approche
qualitative, les personnes incluses dans l’étude répondront à un questionnaire nous permettant
de connaitre leurs statuts sociodémographiques, et leurs expositions à certains facteurs de
risques. Chaque participant avait environ 15 minutes pour l’information, le consentement et le
questionnaire, et les consentants ont 5 à 10 minutes pour les prélèvements.
Par contre dans l’approche quantitative les paramètres sérologiques et hématologiques
seront dosés et l’analyse de ces données par des méthodes statistiques sera réalisée.
Cette étude est de type prospectif à visée analytique d’une durée de trois mois allant de Juin
2021 à Aout 2021
II.2. CADRE D’ETUDE
Le recrutement des patients a été effectué respectivement dans les services de
laboratoire central de biologie clinique, dans les services de pédiatrie et de vaccination de
l’Hôpital Laquintinie de Douala. L’analyse biologique quant à elle s’est effectuée dans le
grand laboratoire de Biologie Clinique de l’Hôpital Laquintinie de Douala. L’Hôpital est
localisé au Cameroun, dans la région du Littorale en plein cœur du quartier AKWA. Il
représente à ce jour un hôpital de référence de deuxième catégorie dans la sous-région
Afrique Centrale et notamment dans la prise en charge médicale. Il dispose d’une salle
d’Hospitalisation bien équipée lui permettant d’assurer à un patient une prise en charge
complète allant du diagnostic jusqu’à la guérison.
II.3. CRITERES DE SELECTION
 Critères d’inclusion
Seuls les enfants de 2-5 ans, sans distinction de sexe présentant les symptômes ou non
du paludisme et de la fièvre typhoïde venus en consultation ou pour les vaccinations à
l’Hôpital Laquintinie de Douala ont été inclus dans cette étude.
 Critères de non exclusion
Les enfants atteints de VIH, les enfants drépanocytaires, les enfants de plus de 5 ans et
les enfants dont leurs parents refusent de signer la fiche de consentement ne sont pas inclus
dans notre étude.
24
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
 Critère d’exclusion
Dans cette étude, les participants respectant les critères d’inclusion mais n’ayant pas
rempli correctement la fiche d’enquête, dont le sérum était hémolysé, et ceux dont les
résultats d’analyse seraient incomplets ont été exclus.
II.4. ECHANTILLONNAGE ET TAILLE DE L’ECHANTILLON
Un échantillonnage aléatoire simple c'est-à-dire que chaque membre de la population
cible avait une chance égale d’être inclus dans l’échantillon a été effectué. L’échantillon a été
constitué d’un groupe des enfants atteints du paludisme, d’un groupe des enfants atteints de
la fièvre typhoïde, d’un groupe des enfants atteints du paludisme et fièvre typhoïde et d’un
groupe des enfants « sains » présent au moment de l’étude. Le groupe des enfants « sains » a
servi de témoin pour l’étude.
Dans le cadre de ce travail, la taille de l’échantillon a été définie par convenance. Ainsi
un total de 101 enfants a été recruté.
II.5. MATERIEL
Fiche d’enquête
Une fiche d’enquête (Annexe III) a été utilisée pour recueillir les données
sociodémographiques, des habitudes d’hygiène, caractéristiques du logement du ménage ainsi
que l’identification des enfants du ménage et leur vaccination.
a. Matériel biologique
Du sang prélevé dans les tubes sec et EDTA.
b. Matériel de prélèvement
Tubes secs et EDTA et portoirs pour tubes, coton sec, alcool à 70°C et eau de javel,
gants stériles, garrot, aiguilles et corps vacutainer, compresses stériles, plateau stérile, sac
d’élimination des objets mous et boite de sécurité pour des objets piquants tranchants.
c. Matériel d’analyse
Spectrophotomètre, centrifugeuse, tubes d’aliquotage. Automate Pentra XRL (Annexe
VIII), mélangeur, microscope (Annexe VII), pipettes
25
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
d. Matériel de Conservation des Réactifs
Réfrigérateur
e. Matériel de Protection et de Décontamination des Consommables Souillés
Eau de javel, eau du robinet, gants en latex, blouse blanche longues manches en coton,
bac à embouts, papier hygiénique de nettoyage.
II.6. PROCEDURES
II.6.1. Procédures administratives
II.6.1.1. Considérations éthiques
Le protocole d’étude a été soumis et approuvé par le comité d’éthique. Une
autorisation administrative a été délivrée conformément à la loi en vigueur sous N° 2734CEI-
UDo/05/2021/M (Annexe V). Cette autorisation a par la suite été présentée à la direction de
l’hôpital Laquintinie pour le recrutement des patients ou une autorisation de la recherche a
été accordée par le Directeur de l’hôpital (Annexe IV).
La notice d’information (Annexe I) et le consentement éclairé (Annexe II) ont été
élaborés conformément aux exigences du comité d’éthique institutionnel de l’Université de
Douala et présentés à toutes les participantes avant leur inclusion dans l’étude. Les
participantes ont été rassurées sur le strict respect de la confidentialité des données recueillies
et de la possibilité de retirer leur consentement à tout moment sans que cela nuise à leur prise
en charge.
II.6.1.2. Recrutement des patients
Les participants été recrutés à l’HLD de Juin 2021 à Aout 2021. Le recrutement s’est
déroulé en respectant les règles d’éthique liées à la recherche sur l’Homme en vigueur au
Cameroun.
A cet effet, pour le recrutement des patients souffrant du paludisme, fièvre typhoïde et
co-infections paludisme-fièvre typhoïde s’est fait dans le laboratoire central ainsi que dans les
services de pédiatrie. Quant aux témoins, le recrutement s’est fait dans les services des
vaccinations de l’HLD. Un entretien de 10 à 15 minutes nous a permis d’informer les parents
des enfants de l’objectif, la méthodologie et les contraintes liés à l’étude avant la prise du sang
de leur enfant.
26
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II.6.1.3. Collecte des données
Avant le prélèvement sanguin, les données anthropométriques (poids, âge, taille),
hygiéniques (fréquence de lavage de mains, condition de vie) et cliniques (symptômes, sous
médication ou non) ont été collectées à partir de la fiche d’enquête.
II.6.2. PHASE PRE-ANALYTIQUE
II.6.2.1. Prélèvement sanguin
Avant le prélèvement les tubes ont été préalablement étiquetés. Les informations
portées sur l’étiquette ont concerné le numéro d’identification du patient et la date du jour de
prélèvement. Trois millilitres de sang ont été prélevés par ponction veineuse dans des tubes
secs pour l’examen de Widal-Felix, dans des tubes EDTA pour la NFS et les flacons stériles
ont été remis aux parents des patients pour les selles pour la coproculture.
Après prélèvement, les tubes ont été retournés délicatement de façon à éviter
l’hémolyse et la formation des bulles d’air. Tous les prélèvements ont été réalisés dans les
conditions d’asepsie.
II.6.2.2. Transport et conservation des échantillons
Les tubes prélevés ont ensuite été transportés au laboratoire à l’aide d’un bac réservé à
cet effet. Ils ont par la suite subit une centrifugation à l’aide d’une centrifugeuse de marque
VanGuard V6000 (Annexe VI).
II.6.3. PHASE ANALYTIQUE
II.6.3.1 Etude de la prévalence des co-infections Plasmodium-Salmonelles
1. Prévalence des infections à Plasmodium
 Examen de TDR
Il est utilisé pour une détection qualitative rapide de la HRP2 (protéine riche en histidine 2) du
Plasmodium falciparum dans le sang humain en tant qu’aide au diagnostic d’infection du paludisme.
Principe : Le TDR utilisé est le CareStartTM Malaria Pf (HRP2) Ag RDT qui contient
une membrane pré-revêtue d’un anticorps monoclonal en ligne complète tout au long de la
bande de test. L’anticorps monoclonal est spécifique à l’HRP2 du P. falciparum. Le
tampon conjugué est distribué avec des anticorps adsorbés dans des particules d’or.
27
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Procédure : Nettoyer la zone du doigt avec un tampon d’alcool avant de piquer. A l’aide
d’une lancette, percer la zone du doigt nettoyée, essuyer la première goutte de sang avec
du coton et recueillir l’échantillon de sang (5µl) en utilisant un dispositif de transfert
*/fourni dans le kit. Ajouter les 5µl sang prélevés dans le puits « S », ensuite ajouter 2
gouttes (60µl) de solution tampon dans le puits « A ». Attendre 20 minutes et lire les
résultats.
 Examen de la goutte épaisse
La goutte épaisse a été choisie comme technique de référence pour la recherche de
Plasmodium. On utilise à cet effet la coloration de Giemsa qui est utilisée entre autres, pour la
coloration de protozoaires. Elle fait partie avec le frottis sanguin des techniques de références
pour diagnostiquer le paludisme, c’est-à-dire mettre en évidence le Plasmodium responsable
du paludisme.
Principe : Lors de l’addition d’eau, les sels (l’éosinate de méthylène et l’azur de méthylène)
se précipitent et se fixent sélectivement sur les constituants cellulaires. Les noyaux étant
colorés de bleu à violet-noir et les hématies en beige-rose.
Procédure : Après avoir étiqueté une lame porte objet, une goutte de sang sera déposée et
étalée sur une lame préalablement étiquetée. Puis la goutte de sang sera étalée à l’aide d’un
bouchon d’aiguille pour seringue par un mouvement en spirale ou rotatoire. La lame sera
enfin séchée à l’abri de la poussière, des mouches et de la chaleur, puis recouverte de Giemsa
diluée au 1/10ème et examinée au microscope à l’objectif 100X après 15 minutes (POIMT.,
2008).
2. Prévalence des infections à Salmonelle
 Sérodiagnostic Widal-Felix
Le sérodiagnostic de WIDAL et FELIX permet de détecter la présence dans le sang
d'anticorps dirigés contre les constituants de Salmonella: Les anticorps anti-O apparaissent
vers le 7-8e jour, atteignent leur maximum vers le 14e jour, restent ensuite en plateau jusqu'à
la 4e semaine puis disparaissent rapidement. Les anticorps anti-H apparaissent vers le 10e
jour, montent rapidement pour atteindre un maximum de 1/800e à 1/1600e vers le 14e jour,
restent en plateau jusqu'à la 4e semaine et diminuent ensuite. Mais à l'inverse des anticorps
28
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
anti O, ils ne disparaissent pas complètement. Ils persistent toute la vie à un taux de l'ordre de
1/200e.
II.6.3.2 Evaluation de l’effet des co-infections Plasmodium-Salmonelles sur
les paramètres hématologiques
 Numération de Formule Sanguine
Cet examen de sang permet de renseigner les personnes sur leur état de santé. Les
renseignements obtenus concernent les volumes de cellules érythrocytes et des lymphocytes.
 Valeurs normales de l’hémogramme chez les enfants
Tableau I : Numération réalisée sur l’automate Pentra XRL
Paramètres Valeurs
Globules rouges 3,50 – 5,50
Hémoglobines 12,00 – 14,00
Hématocrite 36 – 44
Volume Globulaire Moyen 73 – 89
Teneur Globulaire Moyenne en Hémoglobine 24 – 30
Concentration Corpusculaire Moyenneen Hémoglobine 32 – 36
Plaquettes sanguines 200 – 400
Globules blancs 4,50 – 13,50
Neutrophiles 1,80 – 8,00
Lymphocytes 1,50 – 6,50
Monocytes 0,00 – 0,80
Eosinophile 0,00 – 0,65
Basophile 0,00 – 0,20
 Procédure
Le comptage et l'analyse des échantillons sanguins sont effectués rapidement après la collecte
à l’aide de l’hématimètre Pentra XRL (Annexe VIII). Après avoir enregistré les données du
29
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
patient, secouez doucement le tube EDTA pour bien homogénéisé l'échantillon de sang, puis
présentez le tube d'échantillon à la sonde (gardez la sonde au fond du tube). Appuyez sur la
touche Run. Les résultats seront disponibles après l'analyse. Les résultats des tests et les
histogrammes de WBC, de RBC et de PLT seront affichés à l'analyse des cellules sanguines
après comptage et analyse.
 Analyses statistiques
Les résultats issus des fiches d’enquêtes et analyses de laboratoire ont été saisis dans le
logiciel Excel 2016 et traités avec le logiciel SPSS version 22. Pour évaluer l’effet des co-
infections Plasmodium-Salmonelles sur les paramètres hématologiques, nous avons
procédé à l’analyse des variances (ANOVA). Les différences entre les moyennes des
différents paramètres hématologiques dans les quatre groupes de la population d’étude ont été
calculées et nous les avons comparés à l’aide du test de Pearson Square (test de chi 2) au seuil
de signification 0,05.
30
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSION
31
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I. RESULTATS
I.1 Caractéristiques de la population d’étude
Cette étude a porté sur une population constituée de 101 patients volontaires des deux
sexes. Cette population a été subdivisée en quatre groupes : patients infectés au Plasmodium,
les patients infectés de Salmonelles, les patients co-infectés de Plasmodium et Salmonelles et
les patients témoins.
I.1.1 Répartition de la population d’étude en fonction des caractéristiques
sociodémographiques
L’analyse des données montre une fréquence de (50,5%) chez les enfants de sexe
feminin contre (49,5%) chez les enfants de sexe masculin.De plus on observe une forte
fréquence de (62,4%) chez les enfants vivant dans les zones urbaines que les enfants vivant
dans les zones rurales (37,6%).
Tableau II: Distribution de la population d’étude selon les caractéristiques
sociodémographiques
Variables Groupes Fréquence Pourcentage
Sexe
Féminin 51 50,5%
Masculin 50 49,5%
Zone
Rurale 38 37,6%
Urbaine 63 62,4%
Figure 9 : Répartition de la population en fonction des caractéristiques sociodémographiques
51 50
38
63
0
10
20
30
40
50
60
70
Feminin Masculin Rurale Urbaine
Frequence
Caractères sociodémographiques
32
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I.1..3 Fréquence des co-infectés par rapport aux patients reçus
Nous remarquons dans le tableau III que le sexe le plus touché est le sexe féminin avec
18 patients soit une prévalence de 17,82% alors que chez le sexe masculin nous avons un
effectif de 9 patients avec une prévalence de 8,91%. L’effectif total de patients sains est de 77
soit 76,23% reparti comme suit, 33 (32,67%) chez les filles et 40 (39,60%) chez les garçons.
La zone la plus touchée est la rurale avec 19 soit une prévalence de 18,81 contre 8 patients
soit une prévalence de 7,92% dans la zone urbaine. La prévalence des co-infections à
Plasmodium et Salmonelles dans notre population d’étude est de 26,73%. Les deux groupes
étaient statistiquement comparables (p-value < 0,05).
Tableau III : Fréquence des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles par rapport
aux patients reçus
Variable Positif (%) Négatif (%) X2 P Valeur
Sexe
Féminin 18(17,82%) 33(32,67%)
3,633 0,0567
Masculin 9(8,91%) 40(39,60%)
Zone
Rurale 19(18,81%) 19(18,81%)
16.84 < 0.0001***
Urbaine 8(7,92%) 55(54,45%)
Figure 10 : Fréquence des patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux
patients reçus
17,82
8,91
18,81
7,92
32,67
39,6
18,81
54,45
0
10
20
30
40
50
60
Feminin Masculin Rurale Urbaine
Fréquence(%)
Groupes
Positif Negatif
33
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
I.2. Influence des statuts infectieux sur les paramètres hématologiques
I.2.1 Influence des infections à Plasmodium sur le profil hématologique
Nous remarquons dans cette partie que le taux de globules rouges, d’hémoglobines et
d’hématocrites ont considérablement diminuée avec une prévalence de 82,35%
Tableau IV: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique
Paramètres
hématologiques
Inferieur de la
normale
Normale Supérieur de la
normale
GR 14 (82,35%) 3(17,64%) 0(0%)
HGB 14(82,35%) 3(17,64%) 0(0%)
HT 14(82,35%) 3(17,64%) 0(0%)
VGM 4(23,52%) 13(76,47%) 0(0%)
TGMH 3(17,64%) 14(82,35%) 0(0%)
CCMH 2(11,76%) 15(88,23%) 0(0%)
PLA 2(11,76%) 10(58,82%) 4(23,52%)
GB 0(0%) 13(76,47%) 4(23,52%)
NEU 1(5,88%) 15(88,23%) 1(5,88%)
LYM 3(17,64%) 13(76,47%) 1(5,88%)
MON 0(0%) 10(58,82%) 7(41,17%)
EOS 0(0%) 13(76,47%) 4(23,52%)
BAS 0(0%) 17(100%) 0(0%)
34
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Figure 11: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique
I.2.2. Influence des infections à Salmonelles le profil hematologique
Nous remarquons dans cette partie une diminution du taux de globules rouges (61,90%),
d’hémoglobines (66,66%) et d’hématocrites (71,42%).
Tableau V: Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique
Paramètres
hématologiques
Inferieur de la
normale
Normale Supérieur de la
normale
GR 13(61,90%) 7(33,33%) 1(4,76%)
HGB 14(66,66%) 7(33,33%) 0(0%)
HT 15(71,42%) 6(28,57%) 0(0%)
VGM 5(23,80%) 11(52,38%) 5(23,80%)
TGMH 4(19,04%) 14(66,66%) 3(14,28%)
CCMH 7(33,33%) 14(66,66%) 0(0%)
PLA 3(14,28%) 15(71,42%) 3(14,28%)
GB 0(0%) 13(61,90%) 8(38,09%)
NEU 0(0%) 14(66,66%) 7(33,33%)
LYM 1(4,76%) 16(76,19%) 4(19,04%)
MON 0(0%) 11(52,38%) 10(47,61%)
EOS 0(0%) 20(95,23%) 1(4,76%)
BAS 0(0%) 20(95,23%) 1(4,76%)
0
20
40
60
80
100
120
Frequence(%)
Paramètres hématologiques
Inf. Normale
Normale
Sup. Normale
35
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Figure 12 : Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique
I.2.3. Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil
hématologique
Nous remarquons dans cette partie une diminution du taux de globules rouges (85,18%),
d’hémoglobines (74,07%) et d’hématocrites (70,37%), de plaquettes sanguines (55,55%).
Ainsi qu’une augmentation du taux de monocytes (59,25%).
Tableau VI: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonellessur le profil
hématologique
Paramètres
hématologiques
Inferieur de la
normale
Normale Supérieur de la
normale
GR 23(85,18%) 4(14,81%) 0(0%)
HGB 20(74,07%) 7(25,92%) 0(0%)
HT 19(70,37%) 8(29,62%) 0(0%)
VGM 5(18,51%) 19(70,37%) 3(11,11%)
TGMH 5(18,51%) 18(66,66%) 4(14,81%)
CCMH 5(18,51%) 22(81,48%) 0(0%)
PLA 15(55,55%) 7(25,92%) 5(18,51%)
GB 7(25,92%) 7(25,92%) 13(48,14%)
NEU 8(29,62%) 17(62,96%) 2(7,40%)
LYM 13(48,14%) 7(25,92%) 7(25,92%)
MON 0(0%) 11(40,74%) 16(59,25%)
EOS 0(0%) 24(88,88%) 3(11,11%)
BAS 0(0%) 23(85,18%) 4(14,81%)
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
100
Frequence(%)
Paramètres hématologiques
Inf. Normale
Normale
Sup. Normale
36
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Figure 13: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil
hématologique,
0,00
10,00
20,00
30,00
40,00
50,00
60,00
70,00
80,00
90,00
100,00
Frequence(%)
Paramètres hématologiques
Inf. Normal
Normal
Sup. Normal
37
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
II. DISCUSSION
Les co-infections à Plasmodium et Salmonelles sont des maladies qui provoquent la
mortalité chez les enfants, et engendrent de forts coûts médicaux. Au cours de ces dernières
décennies les co-infections à Plasmodium et Salmonelles représentent un problème majeur de
santé publique (Simon-Ok et al., 2020). Au Cameroun, la prévalence de cette maladie est en
nette augmentation dans les populations urbaines et rurales à cause de la pauvreté, de la
malnutrition, d’un mauvais état sanitaire, d’une mauvaise hygiène personnelle, et d’un faible
niveau d'éducation (Udeze et al., 2013). Notre étude à l’Hôpital Laquintinie de Douala
effectuée sur 101 patients de 2 à 5 ans a permis d’axer nos résultats sur deux grands points :
une determination de la prevalence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles, ensuite une
comparaison entre les paramètres hématologiques des patients co-infectés par rapport aux
patients sans.
Les cas des co-infections à Plasmodium et Salmonelles, sont présents dans tous les
quartiers de provenance de nos patients qui consultent ce centre hospitalier, bien que cette
structure couvre une aire de santé bien limité dans la ville de Douala, les patients viennent de
presque partout dans la ville de Douala et en dehors (urbaine et rurale). La prévalence des
coinfections à Plasmodium et Salmonelles est de 26,73%. Les mécanismes expliquant
l'association entre le paludisme et la co-infection typhoïde sont inconnus, bien qu'il ait été
montré que l'hémolyse, qui se produit dans le paludisme, peut prédisposer à la fièvre typhoïde
(Ukaegbu et al ., 2014). Il a été constaté que les deux sexes sont concernés par ces
pathologies, avec une forte prédominance chez le sexe féminin, soit 17,81% pour l’association
Plasmodium/Salmonelles contre 8,91% pour le sexe masculin avec une différence non
significative pour (p<0,05). Il a été constaté également que les patients vivant dans les
quartiers périphériques de la ville de Douala sont plus exposés aux co-infections à
Plasmodium et Salmonelles (18,81%) que les patients vivants dans le centre-ville (7,92%)
avec une différence significative pour (p<0,05). la prévalence élevée enregistrée dans les
zones périphériques (rurales) pourrait être due à leurs différentes habitudes (hygiène des
mains, qualité d’eau, préparation des aliments) (Maskalyk, 2003) leurs niveaux d'exposition
aux piqûres de moustiques. Ceci corrobore avec les résultats de Morde et al., 2013.
Des altérations des paramètres hématologiques ont été étudiées et signalées dans les
infections à Plasmodium et Salmonelles (Dangana et al., 2010 ; Erhard et al., 2004 ;
Kayode et al., 2011 ). Il est nécessaire d'inclure des investigations hématologiques dans le
diagnostic de l'infection à Plasmodium et Salmonelles afin de détecter les complications
38
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
précoces associées à des infections aiguës. Cela aide à soigner le patient de manière intensive
et à prévenir la mort pouvant résulter de telles complications (Mishra et Mohanty, 2003). Le
résultat de notre étude montre que les co-infections à Plasmodium et Salmonelles
concomitante entraînent des altérations de certains paramètres hématologiques.
Les données présentées dans cette étude montrent que les globules rouges étaient
significativement en baisse (p<0,05) chez les patients atteints à l’infection à Plasmodium,
Salmonelles et les co-infectés que chez le témoin. Dans notre série nous comptons 85,18%
des cas (soit 23/27) dont 74,07% soit (20/27) ayant un taux d’hémoglobine inferieur à
12g/100ml, 3/27 soit 11,11% qui ont un taux d’hémoglobine compris entre 12-14g/100ml. La
diminution concomitante du nombre des globules rouges est principalement due à une
inflammation, hémorragie voire même hémolyse entrainant une anémie périphérique. Ces
résultats corroborent avec les travaux de TRAORE et al ., 1991 qui ont obtenus une
diminution considérable des globules rouges. Un faible taux de globules rouges a également
été signalé dans des maladies et des infections telles que l'hépatite, les maladies de la moelle
osseuse, les maladies auto-immunes, maladies génétiques, maladies héréditaires et aussi à un
manque de l’acide folique.
Cette étude rapporte une thrombopénie, nous comptons 55,55% des cas (soit 15/27)
ayant un taux de plaquettes sanguines inférieur à 200 000mm3
chez les patients co-infectés à
Plasmodium et Salmonelles qui peut être attribuée à une hypersensibilité des plaquettes à
l'ADP, augmentant les facultés d'hémostase primaire. Cette observation corrobore avec les
travaux de Ramde Réma (1998), Saissy et al., (1991), qui ont signalé une diminution du
nombre de plaquettes sanguines lors des co-infections.
Cette étude nous montre que 48,14% soit (13/27) personnes co-infectées avaient un
nombre plus élevé de globules blancs que les personnes normales. Cela peut être dû à l'effort
du corps pour résister à l'infection par le Plasmodium et Salmonelles, entraînant une
production continue de leucocytes. Ce qui est en accord avec les travaux de Odikamnoro et
al. 2018 menés au Nigeria ou ils obtiennent un nombre considérable de leucocyte.
Nos résultats montrent que les patients co-infectés ont un nombre de lymphocyte plus
bas que les patients sains, 48,14% soit 13/27. Ceci peut être médicalement significatif car les
effets combinés de la comorbidité du paludisme et de la fièvre typhoïde peuvent entraîner des
anomalies des lymphocytes et du coup sa diminution. Ces résultats corroborent à ceux de
Asma et al., 2019 au Pakistan.
39
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
Notre étude nous montre que 59,25% soit 16/27 des patients co-infectés avaient un
taux élevé de monocyte que les patients normaux. Ceci s’explique en partie que le
Plasmodium présent chez les patients co-infectés provoque une inflammation, les monocytes
vont se multiplier de façon considérable pour combattre cette inflammation. Ce résultat
corrobore avec les résultats de Muhammad et al., 2017 en Pakistan
40
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
CONCLUSION
Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des patients atteints des co-
infections à Plasmodium et Salmonelles, nous nous sommes proposés d’évaluer la parasitémie
par la gouttes épaisse, le sérodiagnostic de Widal-Felix et faire une numération de formule
sanguine pour évaluer les paramètres hématologiques des enfants de 2 à 5ansco-infectés.
Il ressort des principaux résultats obtenus une fréquence plus élevée des co-infections à
Plasmodium et Salmonelles chez les patients féminins (50,5% avec un taux de coinfections de
17,8%) comparées aux patients masculins (49,5% avec un taux de co-infections de 8,9%)
dans la population générale. De même, une association positive et significative (p = 0,000) a
été observée entre les co-infections à Plasmodium et Salmonelles et la zone de résidence. La
fréquence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles était de (26,7%). Les patients
souffrant des co-infections présentent un faible taux de globules rouges, plaquettes sanguines
et lymphocytes comparés à ceux des non co-infectés. Ces observations suggèrent des risques
élevés d’anémie, thrombopénie ainsi que la lymphopénie. L’ensemble des données obtenues
démontre la nécessité de la prise en compte de l’équilibre hématologique, non seulement dans
le diagnostic mais également de la prise en charge des patients co-infectés à Plasmodium et
Salmonelles. Ces résultats constituent une contribution originale dans la surveillance et la
prise en charge des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles.
41
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
RECOMMANDATIONS
Compte tenu de l’effet des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur les
paramètres hématologiques chez les participants de l’étude nous recommandons vivement :
 Aux autorités sanitaires
 Multiplier sur l’ensemble du territoire national la sensibilisation sur les règles
d’hygiène.
 Distribuer gratuitement de moustiquaires imprégnées pour lutter efficacement contre
le paludisme.
 Aux cliniciens et aux biologistes
 Inclure dans le bilan de diagnostic des suspicions d’infection à Salmonelles le bilan
systématique pour le diagnostic du paludisme
 Assurer la formation continue du personnel socio-sanitaire dans la prise en charge des
infections bactérienne et du paludisme
 Aux chercheurs
Promouvoir des études de recherche sur les co-infections à Plasmodium et Salmonelles
42
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
PRESPECTIVE
Les investigations effectuées dans le cadre de ce mémoire de Master ne représentent
que l’initiation d’un vaste champ de recherche que nous voulons entreprendre dans le cadre
d’une collaboration avec les différents acteurs de la santé en vue d’améliorer la prise en
charge des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles afin de réduire la
morbidité et la mortalité dues à cette maladie. Ainsi, nous envisagerons dans un futur proche :
- D’étendre l’étude dans plusieurs structures hospitalières à travers plusieurs régions du
Cameroun.
- Associer les examens déjà effectués à d’autres examens comme le frottis sanguin et la
coproculture pour rendre les résultats plus crédibles.
- D’augmenter la taille de notre échantillon et la durée de l’étude.
43
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
REFERENCES
1. Achonduh-Atijegbe, O.A., Mfuh, K.O., Mbange, A.H., Chedjou, J.P., Taylor, D.W.,
Nerurkar, V.R., Mbacham, W.F., Leke, R. (2016). Prevalence of malaria, typhoid,
toxoplasmosis and rubella among febrile children in Cameroon. BMC infectious
diseases, v. 16, p. 658,
2. Akinyemi KO, Bamiro BS, Coker AO. (2007). Salmonellosis in Lagos, Nigeria:
incidence of Plasmodium falciparum-associated co-infection, patterns of antimicrobial
resistance, and emergence of reduced susceptibility to fluoroquinolones. J Health Popul.
Nutr., 25: 351-358.
3. Alhassan Hussaini Mohammed. (2012). Co-infection profile of Salmonella typhi and
Malaria parasite in Sokoto-Nigeria. Global Journal of Science, Engineering and
Technology., 201: 13-20
4. ALKASSANE A. I. (2011). Co infection paludisme et infections bactériennes invasives
dans le service de Pédiatrie du CHU GT de Janvier 2007 à Décembre 2008. Thèse Med.
FMOS/Bko2011 ; n°105.
5. Al-Omar IA, Eligail AM, Al-Ashban RM, Shah AH. (2010). Effect of falciparum
malaria infection on blood cholesterol and platelets. Journal of Saudi Chemical Society.
14(1) : 83-89.
6. Ammah A., Nkuo-Akenji T., Ndip R, Deas JE. (2013). An update on concurrent malaria
and typhoid fever and in Cameroon. Trans R Soc Trop Med Hyg., 93: 127-129.
7. Asma Waheed Qureshi, Zaib-Ullah Khan., Luqman Khan., Abu Mansoor., Rashid
Minhas. (2019). Prevalence of malaria, typhoid and co-infection in district DIR (Lower)
Pakistan., Bioscience Journal 35: 317-325.
8. Balédent F., Vergé V. (2010). Découverte fortuite d’une infection à Plasmodium
falciparum. Immuno-analyse et Biologie Spécialisée. 25(1) : 62-5.
9. Bashyam H. (2007). Surviving malaria, dying of typhoid: JEM 204(12)
10. Bruneel F., Tubach F., Corne P., Megarbane B., Mira JP., Peytel E. (2010). Severe
Imported Falciparum Malaria: A Cohort Study in 400 Critically Ill Adults.
Plosone.,8;5(10):e13236
11. Chapand Margaud. (2015). La fièvre typhoïde, le point en 2015. Thèse pharm.
FMPOS/Lyon 2015, n°118 ; 129p
12. COOK, G. (1996). Manson’s Tropical Diseases. 20th edition, WB Saunders, London.
44
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
13. Cox-Singh J., Davis TME., Kim-Sung L., Sunita SGS., Matusop A., Ratnam S., Rahman
HA., Conway DJ et Singh B. (2008). Plasmodium knowlesi malaria in humans is widely
distributed and potentially life threatening. Clincal Infectious Diseases: An Official
Publication of the Infectious Diseases Society of America., 46(2):165-171
14. Cunha BA. (2004). Osler on typhoid fever: differentiation of typhoid from typhus and
malaria Infect Dis. Clin. North Am., 18 : 111–26.
15. Cunha BA. (2005). Malaria vs. typhoid fever: a diagnostic dilemma? Am.J. Med., 118:
1442-1443.
16. Dangana A., Ajobiewe J and Nuhu A. (2010). Hematological changes associated with
Salmonella typhi and Salmonella paratyphi in humain. Int. J. Biomed. Health Sci., 6 :
219-222
17. Edet O. (2002). Another opinion on the Widal test. Africa Health. 24:2.
18. Eholié SP., Ehui E., Adou-Bryn K., Kouamé KE., Tanon A., Kakou A. (2004).
Paludisme grave de l’adulte autochtone à Abidjan (Côte d’Ivoire). Bull Soc PatholExot.,
97 :340 - 344.
19. Erhart LM., Yingyuen K., Chuanak N., Buathong N., Laoboochai A et al. (2004).
Hematologic and clinical indices of malaria in a semi-immune population of western
Thailand. Am J Trop Med Hyg., 70(1): 8-14.
20. Fallab Stubi C.L., Landry P.R., Pétignat C., Bille J., Genton B. (2006). Compliance to
Live Oral Ty21a Typhoid Vaccine, and its Effect on Viability. Journ Of Trav Med.,
7(3):133-7.
21. Gopinath R., Keystone JS., Kain KC. (1995). Concurrent falciparum malaria and
Salmonella bacteremia in travellers: report of two cases. Clin Infect Dis., n°20: 706-708
22. Hald T., Wingstrand A., Swanenburg M., von Altrock A., Thorberg BM. (2003). The
occurrence and epidemilogy of Salmonella in European pig slaughterhouses. Epidemiol
Infect., 131 :1187-1203
23. Hamadou SAÏDOU. (17 janvier 2018). Pauvreté, paludisme et réformes des systèmes de
santé en Afrique : trois études appliquées au Cameroun. Thèse Doctorale. PSLRU. Paris
2018, n°543 ; 226p
24. Jonston V., Stockley JM., Dockrell D., Warrell D., Bailey R. (2009). Fever in returned
travelers presenting in the United Kingdom: recommendations for investigation and
initial management. J. Infect., 59(1): 1-18.
45
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
25. Kanjilal SD., Dutta A., Mondal RK., Chakravorti S. (2006). Uncomplicated falciparum
malaria complicated by salmonella septicaemia: cause not coincidence. J. Indian Med.
Assoc., 104 : 646-648.
26. Khovid hunkit W., Kim MS., Memon RA., Shigenaga JK., Moser AH (2004). Effects of
infection and inflammation on lipid and lipoprotein metabolism: mechanisms and
consequences to the host. J. lipid Res., 45(7): 1169-1196.
27. KOCHAR, D., DAS., A., KOCHAR, A., MIDDHA, S., ACHARYA, J., TANWAR, G.,
PAKALAPATI, D., SUBUDHI, A., BOOPATHI, P., GARG, S. (2014). A prospective
study on adult patients of severe malaria caused by Plasmodium falciparum,
Plasmodium vivax and mixed infection from Bikaner, northwest India. Journal of Vector
Borne Diseases., v. 51, p. 200
28. Lateef AO., Aprileona LK. (2000). Widal agglutination test- 100 years later: still
plagued by controversy; Post grad. Med. J., 76 : 80-84.
29. Laurent V., Hilly J., Bedel J., Planquette B., Legriel S. (2014). Paludisme grave
d’importation de l’adulte. Journal Européen des Urgences et de réanimation., 26(2) :
97-104.
30. Mbah CE., Agu B. (2014). Prevalence of malaria and typhoid co-infection among
patients in some hospitals in Samaru, Zaria. Ann Bioanthropol., 2: 43-48.
31. Muhammad Sajid, Muhammad Zahid, Riaz Ahmad, Muhammad Rasool, Mudassar
Shah, et al. (2017). Co-infection of malaria and typhoid in district Dir (Lower) Khyber
Pakhtunkhwa, Pakistan. Journal of Entomology and Zoology Studie., 5: 912-914.
32. Morde RM., Borke ME. (2013). The prevalence of malaria in Edo State, Nigeria. Nigeria
Journal of Parasitology., 34: 4146.
33. Nsutebu E., and P. Ndumbe. (2001). The Widal test for typhoid fever: It is useful? Africa
Health., 23: 18-19.
34. Obimakinde ET., Simon-Oke IA. (2017). The prevalence of malaria infection among
patients attending the Health Cenrtre of the Federal University of Technology Akure,
Nigeria. International Journal of Tropical Disease & Health., 27: 1-7.
35. ODIKAMNORO O., IKEH I., OKOH F., EBIRIEKWE S., NNADOZIE I., NKWUDA
J., ASOBIE G. (2018). Incidence of malaria/typhoid co-infection among adult
population in Unwana community, Afikpo North local Government area, Ebonyi state,
Southeastern Nigeria. African journal of infectious diseases., v. 12, n°33.
36. OMS. (2019). Le Rapport sur le paludisme dans le monde en un clin d’oeil. 4 decembre
2019
46
Rédigé et présenté par : Axel MASRA
37. OMS. (2020). Le Rapport sur le paludisme dans le monde. Messages generaux. 30
Novembre 2020
38. OT Kayode., AAA Kayode et OO Awonuga. (2011). Statut de certains paramètres
hématologiques et biochimiques dans le paludisme et la co-infection paludisme-
typhoïde. Journal des sciences biologiques., 11: 367-373
39. Pr Pierre Aubry et al.,(2020). Paludisme. Medecine Tropicale., 30 : 1-18
40. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Plan stratégique national
de lutte contre le paludisme au Cameroun, Cameroun 2011-2015. Yaoundé:
MINSANTE.; 2011.
41. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Rapport annuel 2018.
Yaoundé: MINSANTE.; 2018.
42. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Rapport annuel 2008.
Yaoundé: MINSANTE.; 2008.
43. Puepi Alvine. (2009). Etude bibliographique des thèses réalisées sur le paludisme à la
FMPOS, de janvier 2007 à décembre 2008. Thèse Pharm. FMPOS. Bamako 2009 ; 118p
44. QURESHI A.W et al., (2019). PREVALENCE OF MALARIA, TYPHOID AND CO-
INFECTION IN DISTRICT DIR(LOWER), PAKISTAN. Biosci. J., v.35, n°1, 317-325
45. RAFIQUE N., IMRAN A., KHAN L. (2016). Identification of Plasmodium falciparum
in anemic patients with special reference to pregnancy. Journal of Biodiversity and
Environmental Sciences (JBES)., v. 9, n°2, p. 113-121.
46. RAMDE REMA. (1998). Etude des perturbations hematologiques observees au cours de
la crise algue de paludisme chez l'enfant au service de pediatrie du centre hospitalier
national yalgado ouedraogo. Thèse Pharm. FSS/Bkso 1998 ; n°34.
47. Rapp C., Andriamanantena D., Ficko C., Ba PS., Pelletier C., Barruet R. (2008).
Pertinence de l’ictère dans le paludisme grave d’importation de l’adulte. Med Mal
infect., 38 : 140-141.
48. Sagbo GG., Alao MJ., D’Almeida M., Lalya F et Ayivi B. (2011). Infection Bactérienne
au cours du Paludisme Grave Chez le Nourrisson de moins de six mois au Centre
National Hospitalier et Universitaire (CNHU) de Cotonou, Bénin. Clinics in Mother and
Child Health., 8 : 1-4.
49. SAISSY J.M., KEMPF J., DEMAZIERE J. et coll. (1991). Neuro-paludisme chez les
sujets non immuns. Aspects actuels en-zone d'endémie africaine. La Presse Afédicale.,
20 : 836-840
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala
Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala

Contenu connexe

Tendances

La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)
La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)
La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)S/Abdessemed
 
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)SANAA TOUZAMI
 
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1S/Abdessemed
 
Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang   Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang S/Abdessemed
 
Guide des examens biologiques
Guide des examens  biologiquesGuide des examens  biologiques
Guide des examens biologiquesS/Abdessemed
 
Parasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfParasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfS/Abdessemed
 
soins en chirurgie
soins en chirurgiesoins en chirurgie
soins en chirurgiesalmamahzoul
 
Présentation de TFE
Présentation de TFEPrésentation de TFE
Présentation de TFEAyoub Rekima
 
Sérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félixSérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félixS/Abdessemed
 
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)SANAA TOUZAMI
 
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématies
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématiesTest d'EMMEL ou test de falciformation des hématies
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématiesS/Abdessemed
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire. S/Abdessemed
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireS/Abdessemed
 
Guide des analyses en immunologie
Guide des analyses en immunologieGuide des analyses en immunologie
Guide des analyses en immunologieIchraq Ouriri
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urinesS/Abdessemed
 

Tendances (20)

La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)
La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)
La vitesse de sédimentation (méthode de westergren)
 
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
Soins infirmiers en chirurgie ( 2éme Partie-Fiches techniques)
 
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1
Méthodes pratiques de prélèvements de sang (1
 
5 les examens hématologiques
5 les examens hématologiques5 les examens hématologiques
5 les examens hématologiques
 
Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang   Les prélèvements de sang
Les prélèvements de sang
 
Guide des examens biologiques
Guide des examens  biologiquesGuide des examens  biologiques
Guide des examens biologiques
 
Parasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdfParasitologie médicale..pdf
Parasitologie médicale..pdf
 
Les virus
Les  virusLes  virus
Les virus
 
soins en chirurgie
soins en chirurgiesoins en chirurgie
soins en chirurgie
 
Présentation de TFE
Présentation de TFEPrésentation de TFE
Présentation de TFE
 
Sérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félixSérodiagnostic de widal et félix
Sérodiagnostic de widal et félix
 
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
Cours soins infirmiers en chirurgie (Première partie)
 
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématies
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématiesTest d'EMMEL ou test de falciformation des hématies
Test d'EMMEL ou test de falciformation des hématies
 
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.   Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
Guide des bonnes pratiques de laboratoire.
 
Hygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au LaboratoireHygiène et sécurité au Laboratoire
Hygiène et sécurité au Laboratoire
 
GESTION DES COMPLICATIONS DES CATHÉTERS EN HEMODIALYSE
GESTION DES COMPLICATIONS DES CATHÉTERS EN HEMODIALYSEGESTION DES COMPLICATIONS DES CATHÉTERS EN HEMODIALYSE
GESTION DES COMPLICATIONS DES CATHÉTERS EN HEMODIALYSE
 
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoiresIBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
IBODE et Chirurgie biliaire - les temps opératoires
 
Guide des analyses en immunologie
Guide des analyses en immunologieGuide des analyses en immunologie
Guide des analyses en immunologie
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urines
 
Transfusion
TransfusionTransfusion
Transfusion
 

Similaire à Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala

Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdf
Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdfModulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdf
Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdfMOHAMED SLIM
 
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...Martin Lemaire
 
Memoire biotoxicolgie baglo-erika
Memoire biotoxicolgie baglo-erikaMemoire biotoxicolgie baglo-erika
Memoire biotoxicolgie baglo-erikaDédé Erika Baglo
 
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCAnalyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCImane Hachoumi
 
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf Nora Mahfouf
 
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaire
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaireSerfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaire
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinairePierre Serfass
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oinicolas ribet
 
Thèse pierre schoch
Thèse pierre schochThèse pierre schoch
Thèse pierre schochDental Life
 
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ismaila Ndour
 
These doctorat sylla sur trachinotus teraia
These doctorat sylla sur trachinotus teraiaThese doctorat sylla sur trachinotus teraia
These doctorat sylla sur trachinotus teraiasoumailasylla
 
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et Applications
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et ApplicationsMémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et Applications
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et ApplicationsSani Akorede
 
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...RimMecheri
 
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...Hoel Charbonnel
 

Similaire à Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala (20)

scvo2 compil pdfs
 scvo2 compil pdfs scvo2 compil pdfs
scvo2 compil pdfs
 
Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdf
Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdfModulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdf
Modulation_de_la_genotoxicite_des_hydrocarbures_ar.pdf
 
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
Travail de fin d'études: "Mise au point d'un test de croissance cellulaire pe...
 
Memoire biotoxicolgie baglo-erika
Memoire biotoxicolgie baglo-erikaMemoire biotoxicolgie baglo-erika
Memoire biotoxicolgie baglo-erika
 
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLCAnalyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
Analyse et dosage des résidus de carbamates dans la pomme par HPLC
 
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf
Thèse de Doctorat / Nora Mahfouf
 
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaire
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaireSerfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaire
Serfass Pierre - Thèse de doctorat vétérinaire
 
Thèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oiThèse coopération mu oi
Thèse coopération mu oi
 
Cire à usage apicole
Cire à usage apicoleCire à usage apicole
Cire à usage apicole
 
Thèse pierre schoch
Thèse pierre schochThèse pierre schoch
Thèse pierre schoch
 
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
Ndour, 2007. Comparaison de populations de poissons en amont/aval barrage ant...
 
memoire
memoirememoire
memoire
 
Raharison
RaharisonRaharison
Raharison
 
Td13 14
Td13 14Td13 14
Td13 14
 
These doctorat sylla sur trachinotus teraia
These doctorat sylla sur trachinotus teraiaThese doctorat sylla sur trachinotus teraia
These doctorat sylla sur trachinotus teraia
 
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et Applications
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et ApplicationsMémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et Applications
Mémoire pour l’obtention du Diplôme de Master en Physiologie et Applications
 
Scdpha t 2009_marchal_melanie
Scdpha t 2009_marchal_melanieScdpha t 2009_marchal_melanie
Scdpha t 2009_marchal_melanie
 
these-4601
these-4601these-4601
these-4601
 
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...
Enquête ethnobotanique sur les plantes utilisées pour le traitement des malad...
 
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...
Place d'internet auprès des femmes dans la recherche d'information sur leur g...
 

Influence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologie des enfants de 2 à 5ans à l'hôpital Laquintinie de Douala

  • 1. REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work - Fatherland ----------------- THE UNIVERSITY OF DOUALA ----------------- POSTGRADUATE SCHOOL FOR PURE AND APPLIED SCIENCES ----------------- Postgraduate Training Unit for Chemistry and Biochemistry --------- Laboratory of Biochemistry PO Box 24157 Douala REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail – Patrie ----------------- UNIVERSITE DE DOUALA ----------------- ECOLE DOCTORALE DES SCIENCES FONDAMENTALES ET APPLIQUEES ----------------- Unité de Formation Doctorale de Chimie et Biochimie ------------- Laboratoire de Biochimie BP 24157 Douala DOCTORAL SCHOOL OF FUNDAMENTAL AND APPLIEDSCIENCES BIOCHEMISTRY DOCTORAL TRAINING UNIT INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A Plasmodium ET Salmonelles SUR LE PROFIL HEMATOLOGIQUE DES ENFANTS DE 2-5 ANS A L’HOPITAL LAQUINTINIE DE DOUALA DE JUIN A AOUT 2021 Mémoire présenté et soutenu en vue de l’obtention du Diplôme de Master II en Biochimie Option Biochimie Clinique Par : Axel MASRA Matricule : 20S51834 Licencié en Biochimie Sous la Direction de : Dr EBELLE ETAME Rebecca Madeleine (Chargée de Cours) Dr EBELLE ETAME Rebecca ANNEE ACADEMIQUE 2020-2021
  • 2. ii Rédigé et présenté par : Axel MASRA DEDICACE A mes Parents MASRA DJIMOGIUNA RUTH NOUBATA
  • 3. iii Rédigé et présenté par : Axel MASRA REMERCIEMENTS Ce mémoire représente l’accomplissement d’un travail réalisé avec la volonté du Dieu le Tout Puissant. Au terme de ce travail, j’aimerais adresser mes sincères remerciements : Au Dr EBELLE ETAME Rebecca Madeleine, Chargé de Cours au Département de Biochimie de l’Université de Douala pour m’avoir accueilli dans son équipe de recherche, je vous remercie pour votre confiance et votre aide dans la recherche. Ce travail fut d’autant plus agréable grâce à vos conseils, votre disponibilité, votre dévouement et vos encouragements tout au long de sa réalisation. Je vous prierais de trouver ici l’expression de ma très haute considération. Au Pr NGONO NGANE Annie Rosalie, Chef du Département de Biochimie de l’Université de Douala pour vos encouragements et la formation que vous m’avez donné tout au long de ce parcour academique. Au feu Pr Raymond Simplice MOUOKEU, Maitre de Conférences à l’Institut des Sciences Halieutiques de Douala pour vos encouragements et orientation. Au Dr Beack Sandrine ce travail fut d’autant plus agréable grâce à vos conseils, votre disponibilité, votre dévouement et vos encouragements tout au long de sa réalisation. Je vous prierais de trouver ici l’expression de ma très haute considération. Au Pr Noel Emmanuel ASSOMBA Directeur de l’Hôpital Laquintinie de Douala pour avoir permis que la structure sanitaire dont il a la charge soit notre cadre d’étude. Au Dr MEDI SOKE Christiane, Chef de département de laboratoire de Biologie médicale de l’Hôpital Laquintinie de Douala d’avoir accepté de superviser ce travail au sein de son laboratoire Au Dr EMBOLO ENYEGUE Elisée Libert, Biologiste de laboratoire de biologie médicale de l’Hôpital Laquintinie de Douala pour votre disponibilité, votre dévouement et vos encouragements tout au long de sa réalisation. Au Dr ABOUDI Elysée et Dr Fabrice DONGHO pour votre contribution dans l’amélioration de la qualité de ce travail. A tous les parents ayant acceptés de participer et qui ont bien voulu donner le sang de leurs enfants pour la réalisation de ce travail, je vous remercie pour la confiance que vous avez accordé à mon égard.
  • 4. iv Rédigé et présenté par : Axel MASRA A Tout les Enseignants du Département de Biochimie de l’Université de Douala pour vos enseignements et vos conseils qui ont été d’un apport scientifique indéniable tout au long de ma formation universitaire : trouvez ici l’expression de ma sincère considération. A tout le personnel du laboratoire de biologie clinique de l’Hôpital Laquintinie de Douala. Plus précisément ; Major NGO NLEND, Mme NGAMENI Stéphanie, Mme NKOUEKEKAM Virginie, Mme KANA, Mme SOPO Thérèse, M. ELOKA Pierre- Jean, Mr YEMELI Romain, Mme Aichatou, Mme KENGNE Régine M. KOA Paulin, Mme TIMBA, M. Pierre Jean pour votre formation rigoureuse qui m’a été d’une aide précieuse. A mon Oncle feu M. DIGUINA TORBAYE DILNGAR et ma tante Mme YANKINGEM Célestine, mes frères et sœurs SOBOUMTA Evelyn DJIDINGAR, MOTANGAR Serge, Tatiana MASRA DJIMOGIUNA, Ulrich MASRA, NDIGYENOUBA MASRA Germain, pour votre soutien morale et financier. A mes ainé(e)s académiques Dr LIENOU, M. TCHIENTCHEU Raphael, Mme HOPOGAP Laure, M. CIDJEU Cédric, Mme MASSOHE Charité, pour vos conseils, votre disponibilité et l’intérêt que vous avez manifesté pour l’amélioration de ce travail. A tous mes camarades de promotion : KENNE ZOKO Géraldine, KEUTNOU KAMGA Lucie Cynthia, KEZEBOU NGUEPJIP Ornella Laurel, LOTERI Osée, MESSI ALEMBE Séraphine Linda, NGNONBOUOWO Pierre Loti, PASSAU DJOUK Manuella Elsie, SIMO FOTSO Ulrich Stéphane, TCHANA Danielle Stéphane, ZANGUE FOMBIT Guyllia Rosta, NJIFENDJOU Mohammed Moustapha pour les meilleurs moments que nous avons partagés ensemble. J’espère qu’il en sera toujours ainsi. A tous les stagiaires du laboratoire de biologie clinique avec qui nous avons travaillé en équipe et passé des moments inoubliables tout au long de ce travail. A ceux qui sont encore au laboratoire, je vous souhaite le meilleur dans la fin de vos études. A tous mes ami(es) en particulier TEDEBAYE Eveline, REOUNODJI Eloge, ALLATAROUM Tevin, AMEMENKEM JOKO Christelle, DJIMHOTOUM Roland, BANGUE Alex pour le soutient et le réconfort qu’ils ont toujours su m’apporté ceci en toute circonstance. Je remercie tous ceux que je n’ai pas pu citer et qui ont contribué de près ou de loin à l’élaboration de ce travail.
  • 5. v Rédigé et présenté par : Axel MASRA TABLE DE MATIÈRE DEDICACE............................................................................................................................................. ii REMERCIEMENTS ..............................................................................................................................iii TABLE DE MATIÈRE........................................................................................................................... v LISTE DES TABLEAUX..................................................................................................................... vii LISTE DES FIGURES.........................................................................................................................viii LISTE D’ABREVIATIONS .................................................................................................................. ix RESUME................................................................................................................................................. x ABSTRACT........................................................................................................................................... xi INTRODUCTION................................................................................................................................... 1 CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE.................................................................................. 3 I. GENERALITE SUR LE PALUDISME.................................................................................. 4 I.1. Définitions................................................................................................................................ 4 I.2 Epidémiologie ................................................................................................................... 7 I.3. Le cycle biologique du parasite............................................................................................... 7 I.4. Clinique :.................................................................................................................................. 9 I.5. TRAITEMENT ...................................................................................................................... 10 1. Accès au palustre simple .......................................................................................................... 10 2. Accès palustre grave et compliqué........................................................................................ 11 II. GENERALITES SUR LA FIEVRE TYPHOIDE................................................................. 12 II.1. Définition............................................................................................................................... 12 II.2 Situation épidémiologique...................................................................................................... 14 II.3 Pathogénie des Salmonelles................................................................................................... 15 II.4. Clinique................................................................................................................................ 18 II.5. Traitement............................................................................................................................. 19 III. INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A PLASMODIUM-SALMONELLES SUR LES PARAMETRES BIOCHIMIQUES ET HEMATOLOGIQUES................................................... 21 CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES.................................................................................... 22 II.1. TYPE ET PERIODE D’ETUDE............................................................................................ 23 II.2. CADRE D’ETUDE................................................................................................................ 23 II.3. CRITERES DE SELECTION................................................................................................ 23 II.4. ECHANTILLONNAGE ET TAILLE DE L’ECHANTILLON ........................................... 24 II.5. MATERIEL ........................................................................................................................... 24 II.6. PROCEDURES...................................................................................................................... 25 II.6.1. Procédures administratives ................................................................................................. 25 II.6.1.1. Considérations éthiques................................................................................................... 25 II.6.1.2. Recrutement des patients ................................................................................................ 25 II.6.1.3. Collecte des données........................................................................................................ 26
  • 6. vi Rédigé et présenté par : Axel MASRA II.6.2. PHASE PRE-ANALYTIQUE ............................................................................................ 26 II.6.2.1. Prélèvement sanguin....................................................................................................... 26 II.6.2.2. Transport et conservation des échantillons...................................................................... 26 II.6.3. PHASE ANALYTIQUE..................................................................................................... 26 II.6.3.1 Etude de la prévalence des co-infections Plasmodium-Salmonelles ................................ 26 1. Prévalence des infections à Plasmodium............................................................................... 26 2. Prévalence des infections à Salmonelle................................................................................. 27 II.6.3.2 Evaluation de l’effet des co-infections Plasmodium-Salmonelles sur les paramètres hématologiques.............................................................................................................................. 28 CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSION .............................................................................. 30 I. RESULTATS ........................................................................................................................ 31 I.1 Caractéristiques de la population d’étude ................................................................................ 31 I.2. Influence des statuts infectieux sur les paramètres hématologiques ....................................... 33 I.2.1 Influence des infections à Plasmodium sur le profil hématologique..................................... 33 I.2.2. Influence des infections à Salmonelles le profil hematologique .......................................... 34 I.2.3. Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique ...... 35 II. DISCUSSION ....................................................................................................................... 37 CONCLUSION ..................................................................................................................................... 40 RECOMMANDATIONS...................................................................................................................... 41 PRESPECTIVE..................................................................................................................................... 42 REFERENCES...................................................................................................................................... 43 ANNEXES ............................................................................................................................................ 48
  • 7. vii Rédigé et présenté par : Axel MASRA LISTE DES TABLEAUX Tableau I : Numération réalisée sur l’automate Pentra XRL....................................................... 28 Tableau II: Distribution de la population d’étude selon les caractéristiques sociodémographiques ....................................................................................................................................................... 31 Tableau III : Fréquence des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux patients reçus........................................................................................................ 32 Tableau IV: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique........................ 33 Tableau V: Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique.......................... 34 Tableau VI: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonellessur le profil hématologique ....................................................................................................................................................... 35
  • 8. viii Rédigé et présenté par : Axel MASRA LISTE DES FIGURES Figure 1: aspect des différentes espèces de Plasmodium au microscope........................................ 5 Figure 2: Anophèle femelle prenant son repas sanguin................................................................... 6 Figure 3: Plasmodium vu au microscope ....................................................................................... 6 Figure 4: Cycle du Plasmodium ...................................................................................................... 8 Figure 5 : Mécanisme de contamination des maladies du péril fécales......................................... 13 Figure 6 : Phase d’adhésion et d’invasion des salmonelles au niveau des cellules épithéliales, et internalisation dans la membrane.................................................................................................. 15 Figure 7 : Localisation de la cellule M dans la plaque de Peyer ................................................... 16 Figure 8 : Phase de colonisation et d’infection du tissu lymphoïde .............................................. 17 Figure 9 : Répartition de la population en fonction des caractéristiques sociodémographiques... 31 Figure 10 : Fréquence des patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux patients reçus................................................................................................................................. 32 Figure11: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique............................. 34 Figure 12 : Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique............................ 35 Figure 13: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique, ....................................................................................................................................................... 36
  • 9. ix Rédigé et présenté par : Axel MASRA LISTE D’ABREVIATIONS OMS : Organisation Mondiale de la Santé MINSANTE : Ministère de la Santé TDR : Test de Diagnostic Rapide NFS : Numération de Formule Sanguine CTA : Combinaison Thérapeutique à base d’Artémisinine TA : Tension Artérielle PVP : Pays en Voie de Développement Ig A : Immunoglobuline A VS : Vitesse de Sédimentation G6PD : Glucose-6-Phosphate Déshydrogénase VIH : Virus Immunodéficience Acquise HLD : Hôpital Laquintinie de Douala HRP2 : Histidine Rich Protein 2 CBC : Cell Blood Count
  • 10. x Rédigé et présenté par : Axel MASRA RESUME Le paludisme est une maladie parasitaire causée par cinq (5) parasites protozoaires chez l’homme connu sous le nom de Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium malaria, Plasmodium ovale, Plasmodium knowlesi. Le Plasmodium est transmis à l’homme par un moustique femelle « Anophèle ». Quant aux Salmonelles, ils sont des bactéries à Gram négatif qui causent la fièvre typhoïde. Les co-infections peuvent influencer les paramètres hématologiques. Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des patients souffrant du paludisme et de la fièvre typhoïde, nous nous sommes proposé d’évaluer le taux du Plasmodium, le taux de Salmonelles et les paramètres hématologiques chez les patients de 2 à 5 ans venus en consultation à l’Hôpital Laquintinie de Douala de Juin 2021 à Aout 2021. Nous avons effectué une étude transversale à viser analytique d’une durée de 3 mois allant de Juin 2021 à Aout 2021 sur 101 patients de 2 à 5 ans venus en consultation à l’Hôpital Laquintinie de Douala. Des échantillons de sang ont été prélevés chez ces patients après obtention de consentement éclairé de leurs parents. Les données démographiques ont été collectées à l’aide des questionnaires. Les examens parasitaires et sérologiques tels que le TDR, la goutte épaisse, test de Widal-Felix et la NFS ont été réalisés. Il ressort de cette étude que 26,7% de co-infections Plasmodium/Salmonelles, 16,8% des infections à Plasmodium, 19,8% des infections à Salmonelles et 36,6% des patients sains. Dans la population des co-infectées on a observé un grand nombre de personnes ayant un faible taux des plaquettes sanguines (inferieur à 200), des globules rouges ( inferieur à 3,5), des lymphocytes ( inferieur à 1,5). Part contre, dans cette meme population on a noté un taux élevé de globules blancs (superieur à 13,5) et des monocytes (superieur à 0,80). Par ailleurs, une association positive et significative (P < 0,05) a été observée entre les co-infections Plasmodium/Salmonelles et les plaquettes sanguines, lymphocytes, ainsi que les globules rouges. Dans les co-infections Plasmodium/Salmonelles en général et dans notre cas en particulier l’anémie, la lymphopénie et la thrombopénie ont été considérablement en baisse par rapport à la valeur normale. Ils sont les paramètres hématologiques de référence pour l’orientation thérapeutique. Mots clés : Co-infections, Salmonelles, Plasmodium, Paramètres hématologiques.
  • 11. xi Rédigé et présenté par : Axel MASRA ABSTRACT Malaria is a parasitic disease caused by five (5) protozoan parasites in humans known as Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium malaria, Plasmodium ovale, Plasmodium knowlesi. Plasmodium is transmitted to humans by a female mosquito "Anopheles". As for Salmonella, they are Gram-negative bacteria that cause typhoid fever. Co-infections can influence haematological parameters. .In order to contribute to better management of patients suffering from malaria and typhoid fever at the Laquintine Hospital in Douala we sought out to evaluate the rate of Plasmodium/Salmonella co-infections, Plasmodium Infection, the rate of Salmonella infection and the impact of these infections on haematological parameters. This was a cross-sectional analytic study carried out from June 2021 to August 2021 on 101 patients aged 2 to 5 years who came for consultation at Laquintinie Hospital in Douala. 3ml of venous blood was collected from these patients after obtaining informed consent from their parents. Demographic data was collected using questionnaires. Parasitic and serological examinations such as RDT, thick blood smear, Widal-Felix test and CBC were performed. Results of this study showed 26.7% of co-infections with Plasmodium and Salmonella, 16.8% of infections with Plasmodium, 19.8% of infections with Salmonella and 36.6% of witnesses. In the co-infected population, a large number of people had low blood platelets (less than 200), red blood cells (less than 3.5), lymphocytes (less than 1.5) and 'others with a high ratewhite blood cells (greater than 13.5) and monocytes (greater than 0.80). Furthermone, a positive and significant association (P <0.05) was observed between co-infections with Plasmodium and Salmonella and blood platelets, lymphocytes, as well as red blood cells. In Plasmodium and Salmonella co-infections in general and in our case in particular anemia, lymphopenia and thrombocytopenia were considerably reduced from the normal value. They are the reference hematological parameters for therapeutic orientation. Keyswords: Co-infections, Salmonella, Plasmodium, Hematological parameters.
  • 12. 1 Rédigé et présenté par : Axel MASRA INTRODUCTION Le paludisme est une maladie tropicale, causé par des parasites intracellulaires obligatoires qui vivent dans les érythrocytes de l’hôte. Dans le monde selon le Rapport de l’Organisation Mondiale de la Santé publié en 2020, plus de 229 millions de cas de paludisme ont été recensé en 2019 donc 215 millions en Afrique, 67% concernent les enfants de moins de 5 ans (OMS, 2020). Au Cameroun, le paludisme est la première cause de mortalité avec une incidence estimée à 24% (MINSANTE, 2018). C’est la première cause de mortalité des enfants de moins de cinq ans en Afrique, seule ou en combinaison avec d'autres affections. Il existe quatre parasites protozoaires unicellulaires du genre Plasmodium qui causent le paludisme chez l'homme : Plasmodium falciparium, P. ovale, P. malariae et P. vivax, P. Knowlesi. La transmission du paludisme se fait principalement par la piqûre d'un moustique anophèle femelle infecté se nourrissant de sang et par la transfusion de sang infecté (Aubry et al., 2020). La fièvre typhoïde (fièvre entérique) est une maladie bactérienne causée par des bactéries Gram-négatives du genre Salmonella. Il existe plusieurs espèces de Salmonella qui sont impliquées dans la fièvre typhoïde chez l’homme : S. typhi, S.paratyphi A, S. paratyphi B et S. paratyphi C. Ces sous-espèces sont identifiées par des marqueurs sérologiques sur les antigènes polysaccharidiques somatiques (O) et protéiques des flagelles (H) (Sabbagh, 2013) L'infection à Salmonella est acquise par la voie orale. L'homme est le seul véritable réservoir de S. typhi en tant que convalescent ou chronique et les porteurs servent toujours de source ultime d'infection (Hald et al., 2003). S. typhi peut survivre pendant plusieurs semaines dans l'eau douce, dans l’eau salée, dans la glace, dans la poussière, dans les eaux usées, sur les vêtements et peut se multiplier dans les produits laitiers (Cook, 1996). Les mouches et autres insectes peuvent transporter des agents infectieux des fèces ou d'autres matériaux infectés vers les aliments et les boissons (Alhassane et al., 2012). L’incidence actuelle de la fièvre typhoïde au niveau mondial est de 11 à 20 millions de cas par an. L’issue de l’infection est mortelle dans 1 à 4 % des cas, ce qui correspond à 128 000 à 161 000 décès en 2018 (OMS, 2018). En l’absence de traitement, le taux de mortalité est de 10 à 20 %. Chez l’enfant de moins de 5 ans ce taux de mortalité est dix fois plus élevé que chez les enfants de plus de 5 ans.
  • 13. 2 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Le paludisme et la fièvre typhoïde sont des maladies fébriles endémiques dont les signes et les symptômes se chevauchent, notamment la fièvre, l'état de confusion, la jaunisse, la diarrhée, les vomissements, les maux de tête, etc. On a signalé des cas des co-infections par le paludisme et la fièvre typhoïde (Gopinath et al., 1995), et certaines souches bactériennes de Salmonella ont été isolées à partir d'hémocultures d'enfants atteints de paludisme (Prada et al., 1993). Une association entre le paludisme et la fièvre typhoïde a été décrite pour la première fois en 1862 en Amérique du Nord sous la forme d'une entité appelée fièvre typho- malaria (Smith, 1982). En Afrique, Escherichia coli, Pseudomonas aeruginosa et les espèces de Salmonella ont été impliquées comme cause de septicémie dans les cas de paludisme compliqué à falciparum (Bygbjerg et Lang, 1982). Au vu de ce qui précède nous nous posons la question de savoir quelle est la fréquence et le profil hématologique des enfants infectés par le Plasmodium et les Salmonelles à l’hôpital Laquintinie de Douala? De cette question découlent des hypothèses selon lesquelles la fréquence les co-infections à Plasmodium et Salmonelles à l’Hôpital Laquintinie est plus élevée chez les enfants, les co-infections à Plasmodium et Salmonelles modifient les paramètres hématologiques. Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des enfants co-infectés, nous nous sommes proposé d’évaluer la parasitémie à travers l’examen de la goutte épaisse, d’évaluer le sérodiagnostic de Widal-Felix et le profil hématologique par la numération à formule sanguine chez les enfants amenés en consultation à l’Hôpital Laquintinie de Douala. Plus spécifiquement, il sera question :  De déterminer la fréquence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles chez les enfants de 2 à 5 ans à l’Hôpital Laquintinie de Douala durant la période allant de Juin à Aout 2021.  De caractériser l’effet des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique.
  • 14. 3 Rédigé et présenté par : Axel MASRA CHAPITRE I : REVUE DE LA LITTERATURE
  • 15. 4 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I. GENERALITE SUR LE PALUDISME I.1. Définitions L’Organisation Mondiale de Santé (OMS) définie le paludisme comme étant une parasitose due à des protozoaires du genre Plasmodium transmis par des moustiques femelles du genre Anophele. Il réalise une maladie fébrile, hémolysante, qui constitue un fléau mondial. On recense cinq espèces de Plasmodium (Stefani, 2011) - Plasmodium falciparum est le plus redoutable et le plus intensément implanté. Il est l’agent du paludisme « des tropiques » celui qui tue. Il sévit toute l’année dans les pays tropicaux où il subit cependant des recrudescences saisonnières, mais il ne survient que dans la période chaude et humide, dans les régions subtropicales. Son incubation est de 7 à 12 jours. Il est responsable de la fièvre tierce maligne, de l’accès pernicieux et, indirectement, de la fièvre bilieuse hémoglobinique. La longévité de cet hématozoaire est inférieure à un an. Il est rare, en fait, de voir survenir un accès du à Plasmodium falciparum plus de deux mois après le départ d’une zone d’endémie. - Plasmodium vivax : qui cause une forme bénigne du paludisme ou « fièvre tierce » car ayant une périodicité de recrudescence fébriles tous les deux jours. Il sévit au Sud-Est d’Asie, en Amérique du sud et en Océanie. Elle peut survenir plus de 5 ans après la contamination. La parasitémie dépasse rarement les 2%. Les hématies parasitées sont plus grandes que les hématies non parasités et elles ont une forme déformée. - Plasmodium ovale. Il sévit en Afrique intertropicale et provoque une fièvre tierce bénigne comme Plasmodium vivax, dont il est très proche avec lequel il a été longtemps confondu. Son incubation peut être de 15 jours ou très longue, jusqu'à 4 ans. L’évolution du paludisme due à cette espèce est bénigne, mais les rechutes tardives (ou les incubations longues) sont possibles (5ans). Schématiquement, on peut dire que Plasmodium ovale remplace Plasmodium vivaxlà ou cette dernière espèce n’existe pas (Afrique noire) et que l’évolution du paludisme due à cette espèce est encore bénigne. - Plasmodium malariae: sa distribution géographique est clairsemée. Son incubation est plus longue, environ trois semaines. Il est responsable de la fièvre quarte et, parfois de complications rénales.
  • 16. 5 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Sa longévité est étendue : 3 ans au moins et jusqu'à 20 ans.Même après un très long délai, il peut réapparaître dans le sang, par exemple après une splénectomie. - Plasmodium Knowlesi : est un parasite de singes, mais depuis quelques années il est régulièrement responsable de cas humains en Asie. De diagnostic difficile, il cause un paludisme potentiellement grave (Cox-Singh et al., 2008) Figure 1: aspect des différentes espèces de Plasmodium au microscope  Mode de transmission - Agent vecteur : c’est un moustique du genre Anopheles. Les espèces vectrices sont nombreuses et d’autant plus redoutable qu’elles ont une affinité pour l’homme (espèces anthropophiles), se nourrissent et se reposent dans les maisons (espèces endophiles ou domiciliaires). Parmi ces moustiques, seule la femelle, qui est hématophage, assure la transmission du paludisme. Elle ne pique que la nuit et le soir. La répartition des Anophèles à travers le monde est beaucoup plus étendue que celle du paludisme. Si les conditions sont favorables, la transmission s’y établirait de nouveau.
  • 17. 6 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Figure 2: Anophèle femelle prenant son repas sanguin (Source : https://www.insectecran.com/maladie/paludisme-malaria/transmission) D'autres formes de transmissions moins importantes mais suffisantes pour être signalées existent notamment : - Par transfusion du sang d'un donneur infesté à un receveur sain. Les manifestations cliniques ici surviennent assez rapidement car la phase hépatique est shuntée ! - La transmission verticale par voie trans-placentaire d'une mère impaludée vers son enfant. On parlera dans ce cas de paludisme congénital. - Les autres formes notamment par accident d'exposition au sang (AES) ainsi que chez les toxicomanes sont exceptionnelles (Petithory et Guidon, 2001)  Morphologie du Plasmodium Le Plasmodium, découvert par Laveran à Constantine en 1880, est un protozoaire très petit (1 à 2 µ selon les formes); la coloration au May-Grünwald Giemsa montre qu'il est constitué d'un cytoplasme bleu pâle entourant une vacuole nutritive claire, et contenant un noyau rouge et du pigment brun doré ou noir (hémozoïne). Figure 3: Plasmodium vu au microscope (Timbine , 2009)
  • 18. 7 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I.2 Epidémiologie DANS LE MONDE : Le paludisme est un véritable fléau mondial : les estimations du nombre des personnes contaminées par an varient entre 229 millions avec un taux de décès entre 409 000 à 600 000 dont 67% concernent les enfants (OMS, 2019). C’est la première cause de mortalité des enfants de moins de cinq ans en Afrique. Les femmes enceintes dans les zones endémiques, sont aussi particulièrement touchées par le paludisme car le placenta constitue une cible où les parasites peuvent s’accumuler. Le paludisme est encore la maladie mondiale la plus importante (priorité de premier rang pour l’OMS) tant par ses ravages directs que par ses conséquences socio-économiques : une improductivité aboutissant à la sous-alimentation et au sous-développement). Il est à noter que l’être humain est loin d’être le seul hôte à subir le paludisme. Par exemple, nombreux sont les oiseaux, en Europe et à travers le monde, qui sont porteurs de ces parasites, notamment de Plasmodium relictum. AU CAMEROUN : Le paludisme est la première cause de morbidité avec une incidence estiméeà 24% selon les données statistiques de 2018 du Ministère de la Santé Publique (MINSANTE, 2018). Cette maladie existe presque sur tout le territoire camerounais avec pour gradient d’endémicité décroissant du sud au nord. On y rencontre quatre espèces plasmodiales (Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax, Plasmodium malariae, Plasmodium ovale). Le Plasmodium falciparumagent du paludisme pernicieux, est l’espèce la plus représentée soit 85-95%. I.3. Le cycle biologique du parasite  Le cycle chez l’homme Le cycle des Plasmodium chez l'Homme ou cycle schizogonique commence par une phase pré-érythrocytaire d'adaptation, totalement asymptomatique. Les parasites intracellulaires y effectuent une multiplication végétative intense aboutissant à des milliers de mérozoïtes. Ceux-ci passent dans la circulation sanguine. Ils s'accolent à la paroi des hématies
  • 19. 8 Rédigé et présenté par : Axel MASRA avant de les pénétrer activement. Ils s'y développent aux dépens de l'hémoglobine. Chaque trophozoïte mature évolue vers une rosace qui libère, après destruction de l'hématie, de 6 à 24 cellules-filles, ou mérozoïtes, selon les espèces. Ces mérozoïtes envahissent immédiatement des hématies indemnes, assurant la continuité de l’infection (figure 4). Ce cycle intra- érythrocytaire est particulièrement rapide, de 48 à 72 heures selon les espèces. Il est à l'origine de l'accès palustre et de son signe le plus marquant, une fièvre intense (Gazin, 2003). Le cycle chez le moustique Lors d’un repas sanguin sur un individu infecté, l’anophèle femelle ingère des gamétocytes à potentiel sexuel mâle ou femelle. Ceux-ci parviennent dans l’estomac du moustique et se transforment en gamètes. Le gamète mâle subit un processus d’ex- flagellation, et donne naissance à 8 gamètes mobiles ayant chacun une longévité de quelques minutes, pendant lequel les gamètes femelles sont fécondés. Il en résulte un zygote appelé ookinète. Celui-ci s’implante sur la paroi stomacale en formant l’oocyste. Cette brève phase diploïde s’achève par une division méiotique et est suivie par plusieurs milliers de mitoses qui conduisent au développement de sporozoïtes. L’éclatement de l’oocyste libère ces éléments mobiles et haploïdes dans l’hémolymphe. Il a été prouvé que les oocystes extraient leurs nutriments de l’hémolymphe (MACK, 1979). Les sporozoites gagnent préférentiellement les glandes salivaires du moustique d’où ils pourront être injectés avec la salive lors d’une piqûre infectante. Chez le moustique, l’ensemble de ce cycle se déroule entre 10 et 40 jours, suivant la température extérieure et les espèces en cause (MERCK, 1899) Figure 4: Cycle du Plasmodium (MERCK, 1899)
  • 20. 9 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I.4. Clinique : Le paludisme de primo invasion Il atteint un sujet neuf (enfant entre 4 mois et 4 ans, européen ou récemment transplanté en zone d’endémie palustre non soumis àla chimioprophylaxie). - Incubation, elle dure 7 à 20 jours et elle est cliniquement muette. - Invasion : elle est marquée par l’apparition d’une fièvre continue. Le tableau clinique est celui d’un embarras gastrique fébrile : anorexie, douleurs abdominales, nausées, parfois vomissements, diarrhée, associés à des céphalées et myalgies. A l’examen, le foie surtout chez l’enfant est parfois augmenté de volume, la rate est normale, les urines sont rares, foncées et peuvent contenir des protéines. Ce paludisme de primo invasion peut guérir spontanément après plusieurs épisodes fébriles. Une splénomégalie modérée apparaît dans ce cas, signe tardif au cours de la primo invasion et élément de bon diagnostic. S’il s’agit d’une invasion à Plasmodium falcifarum, elle évolue parfois vers l’accès pernicieux secondaire annoncé par la majorité des céphalées et l’apparition des signes en céphalitiques. Accès palustre à fièvre périodique. Cette période comprend des accès thermiques à rythme régulier et des signes d’accompagnement. L’accès palustre n’est typique que dans les infections à Plasmodium vivax, Plasmodium ovale et Plasmodium malariae. Il peut faire suite à une primo invasion non traitée. Mais dans de nombreux cas, il apparaît longtemps après, alors que l’accès fébrile initial a été oublié. Ces accès palustres sont caractérisés par la succession de 3 phases et un rythme particulier. Précède de quelques prodromes toujours identiques pour un même malade, l’accès intermittent frappe un patient céphalalgique et nauséeux. Il dure une dizaine d’heures avec successivement. : Stade de frissons : Agité de violents frissons, le malade se blottit sous ses couvertures; la température s’élevé à 39°C ; la rate s’hypertrophie, la tension artérielle (TA) baisse. Ce stade est de une heure environ ; Stade de chaleur : La peau est sèche et brûlante; la température atteint 40 - 41°C ; la rate diminue de volume. Ce stade persiste 3 à 4 heures ;
  • 21. 10 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Stade de sueurs : Le malade émet des urines foncées. La température s’effondre brusquement, avec une phase d’hypothermie; la T.A. remonte. Ce stade dure 2 à 4 heures. Il est souvent suivi d’une période d’euphorie et d’une impression de « libération », de bien-être. Le rythme des accès est variable selon l’espèce plasmodiale. Complications : - Accès pernicieux : L’accès pernicieux constitue le grand drame du paludisme. Il est encore appelé neuro- paludisme (cérébral malaria des anglo-saxons) et réalise une encéphalite fébrile aigue. Il est dû au tropisme cérébral de Plasmodium falciparum (schizogonie dans les capillaires intra cérébraux). L’accès pernicieux intervient à tout âge, mais atteint surtout l’enfant de 4 mois à 4 ans. - Evolution de l’accès pernicieux. Non traité, l’accès pernicieux est fatal en deux ou trois jours, correctement traité, la mortalité reste lourde (20 à 30 %), mais la guérison se fera sans séquelle, sauf parfois chez l’enfant (troubles neurologiques). I.5. TRAITEMENT 1. Accès au palustre simple (Puepi , 2009) Comme dans la prise en charge des affections bactériennes, l’association de plusieurs molécules antipaludiques a été adoptée pour améliorer l’efficacité du traitement, dans certains cas par synergie potentialisatrice, en rendant improbable l’émergence de résistances. Ceci est à la base de la recommandation des CTA par l’OMS pour éviter l’émergence du paludisme multi résistant. Il s’agit de :  Artémether 180mg+ Luméfantrine 1080mg suspension 60ml (Coartem®) ; R Poids de l’enfant Nombre de millilitres 1er Jour 2eme Jour 3eme Jour 5-9kg(6 à 11mois) 10ml 10ml 10ml 10-15kg(1 à 3ans) 20ml 20ml 20ml
  • 22. 11 Rédigé et présenté par : Axel MASRA  Artésunate + Méfloquine (Artequin®) ; I  Artésunate + Amodiaquine (Arsucam®) Intervalle de poids (Intervalle d’âge approximatif) Présentation 1er jour de traitement 2eme jour de traitement 3eme jour de traitement ≥4,5kg à <9kg (2 à 11mois) 25mg/67,5mg Blister de 3cps 1 comprimé 1 comprimé 1 comprimé ≥9kg à <18kg (1 à 5ans) 50mg/135mg Blister de 3cps 1 comprimé 1 comprimé 1 comprimé ≥18kg à <36kg (6 à 13ans) 100mg/270mg Blister de 3cps 1 comprimé 1 comprimé 1 comprimé ≥36kg (14ans plus) 100mg/270mg Blister de 6cps 2 comprimés 2 comprimés 2 comprimés  Artésunate + Sulfadoxine-Pyriméthamine (Artescape®) 2. Accès palustre grave et compliqué (Sogoba, 2012) Pour les cas de paludisme grave, le traitement se fait principalement avec la quinine en intraveineuse dans les structures hospitalières sous surveillance stricte de l’agent de santé. En effet, ce traitement peut entraîner de graves troubles cardiaques potentiellement fatals. Un traitement à base d’Artémether en Intra musculaire est envisageable particulièrement chez l’enfant. NB : - B Tout cas de paludisme chez la femme enceinte doit être considéré comme grave ou compliqué et doit être traité comme tel. - Les complications suites au paludisme grave doivent faire l’objet d’une prise en charge immédiate et fonction de la complication.
  • 23. 12 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II. GENERALITES SUR LA FIEVRE TYPHOIDE II.1. Définition Selon le Aubry et al., en 2020 depuis 2004, le genre Salmonella comporte trois espèces : Salmonella enterica, Salmonella bongoriet Salmonella subterranea. L’espèce principale est Salmonella enterica, elle-même divisée en plusieurs dontsérovars :dublin, enteritidis, infantis, paratyphi, typhi, typhimurium Les salmonelloses recouvrent deux principaux types d’infections : d’une part, la fièvre typhoïde et les fièvres paratyphoïdes et d’autre part les salmonelloses non typhiques ou non typhoïdiques. La fièvre typhoïde est due à Salmonella enteritica, Salmonella sérovar, Salmonella typhi. Elle est devenue rare dans les pays industrialisés du fait des progrès de l’hygiène et de l’amélioration des conditions d’approvisionnement en eau potable. Les fièvres paratyphoïdes sont dues à S. paratyphi A, B et C. Les salmonelloses non typhiques, improprement dites mineurs, sont responsables d’infections sporadiques ou épidémiques, le plus souvent en raison de la contamination des aliments ou du portage asymtomatique. Ce sont les bactéries le plus souvent mise en cause dans les toxi-infections d’origine alimentaire. Les salmonelles sont des entérobactéries, ce sont des bacilles droits de 0,6 à 1 µm de long sur 0, 3 à 1 µm de large à coloration de Gram négative  Caractéristiques des Salmonelles Les salmonelles sont d’une manière générale des hôtes pathogènes ou non du tube digestif. Elles sont mobiles, grâce à la présence de flagelles péritriches. Ce sont des bactéries non sporulées qui se développent sur milieux ordinaires en aéro-anaérobiose. Elles résistent en milieu hydrique et survivent au froid et à la dessiccation, notamment en présence de protéines. En revanche, elles ne résistent pas à la chaleur (au-delà de 47°C) ou aux acides. Elles réduisent les nitrates en nitrites grâce à la présence d’un nitrate réductase, utilisent le glucose par voie fermentative, ont une catalase positive et ont une réaction d’oxydase négative.
  • 24. 13 Rédigé et présenté par : Axel MASRA  Mode de contamination La fièvre typhoïde est liée à la consommation d’aliments ou d’eau contaminés par Salmonella Typhi. La contamination se fait donc par voie orale. Il s’agit d’une maladie strictement humaine, le réservoir est l’homme. Il existe des porteurs sains qui représentent le plus gros réservoir. En effet, ils engendrent des infections sans le savoir, puisqu’ils ne présentent pas de symptômes. Ils sont des porteurs chroniques de la bactérie et ont une élimination possible du germe dans leurs excréments pendant plusieurs mois voire même plusieurs années. Toutefois les malades symptomatiques restent une voie importante de transmission de la bactérie. La typhoïde est une maladie du péril fécal ou oro-fecale. La transmission peut être directement interhumaine, par contact avec une personne infectée. Les sujets sont infectieux avant l’apparition des symptômes et jusqu’à une semaine après la convalescence. Le plus fréquemment, la contamination se produit de manière indirecte via l’ingestion d’aliments contaminés par l’agent pathogène. Salmonella typhi contamine les fruits de mer (coquillages notamment), les viandes de volaille mais surtout les fruits et légumes crus. Ces aliments sont contaminés s’ils sont manipulés par un individu porteur du bacille pathogène (symptomatique ou asymptomatique) ou par contact avec de l’eau souillée. La contamination est favorisée dans les lieux de repas de collectivités si la préparation préalable est réalisée par un porteur sain. La fièvre typhoïde survient le plus souvent dans les zones où l’hygiène est précaire. Dans ces régions où les réseaux d’égouts sont peu ou pas existants, et où les conditions d’hygiène de vie est défavorable. Figure 5 : Mécanisme de contamination des maladies du péril fécales (Photo auteur) Ingestion Selles humaines Evacuation des eaux usées Approvisionnement d’eau Mains souillées Alimentation
  • 25. 14 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Les facteurs de risques de la maladie sont l’hygiène précaire, la pauvreté, et l’altération du pH gastrique (hypochlorhydrie gastrique). Le risque d’infection est accru en cas d’immunodépression de l’individu ou de drépanocytose homozygote. Ce risque est également augmenté en fonction du terrain (diabète, âge…) et de la virulence de la souche. La multiplication de la bactérie est facilitée par un pH gastrique élevé. L’infection peut également être favorisée par une diminution de la motricité intestinale (cette dernière permet à un inoculum plus faible normalement non pathogène de devenir pathogène pour l’organisme). La fièvre typhoïde peut être également due à d’autres sérovars Paratyphi A, B, C mais elle est qualifiée dans ce cas de fièvre paratyphoïde (les symptômes seront similaires mais la fièvre paratyphoïde est moins grave. II.2 Situation épidémiologique L’incidence actuelle de la fièvre typhoïde au niveau mondial est de 11 à 20 millions de cas par an. L’issue de l’infection est mortelle dans 1 à 4 % des cas, ce qui correspond à 128 000 à 161 000 décès par an en 2018 (OMS, 2018). Dans les pays en développement dont le Cameroun fait partie, la fièvre typhoïde est toujours, un problème important de santé publique. Dans ces pays, le taux de mortalité reste très important car l’accès aux soins et à la vaccination est difficile. Les enfants sont beaucoup plus touchés par la typhoïde, préférentiellement entre 5 et 15 ans. L’incidence annuelle chez les enfants est de 180 à 494 pour 100 000 habitants. Dans pays d’endémie cependant, l’incidence de la maladie chez les enfants de moins de 5 ans est supérieure ou égale à l’incidence de la maladie chez les enfants de plus de 5 ans Le taux de complications graves est plus important chez les enfants. Les complications sont présentes dans 10% des cas, particulièrement en l’absence de traitement ou si l’infection dure depuis au moins 2 semaines La mortalité est estimée entre 1 et 4 % chez l’enfant de plus de 5 ans et chez l’adulte. En l’absence de traitement, le taux de mortalité est de 10 à 20 %. Chez l’enfant de moins de 4 ans ce taux de mortalité est dix fois plus élevé que chez les enfants de plus de 4 ans.
  • 26. 15 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II.3 Pathogénie des Salmonelles  Pathogénie des salmonelles Une fois dans l’organisme les salmonelles colonisent le tube digestif et se multiplient dans le caecum. Au niveau de la muqueuse, il existe plusieurs mécanismes de défense de l’hôte : les Immunoglobulines A sécrétoires (IgA), les sécrétions biliaires, le mucus intestinal ou encore les défensines (peptides antimicrobiens qui vont perméabiliser les membranes bactériennes). Ces mécanismes essayent d’empêcher l’entrée de la bactérie dans les cellules épithéliales. Le développement des salmonelles dans l’organisme se déroule en trois étapes: la phase d’adhésion et d’invasion, la phase de pénétration et la phase de colonisation.  Phase d’adhésion et d’invasion: Cette phase d’adhésion et d’invasion a lieu dans la lumière intestinale. Les salmonelles développent au contact de la face apicale des cellules épithéliales intestinales, des appendices appelés invasomes. Ces appendices produisent des protéines provoquant une ondulation des cellules épithéliales qui correspond à une dégénérescence de leurs microvillosités et de leur bordure en brosse. Cette étape se fait en anaérobie et nécessite beaucoup de nutriments. Figure 6 : Phase d’adhésion et d’invasion des salmonelles au niveau des cellules épithéliales, et internalisation dans la membrane (CHAPAND, 2015) La bordure en brosse, précédemment dégénérée, se reforme avec des remaniements de son cytosquelette. Les salmonelles se retrouvent à l’intérieur de la cellule dans de larges Salmonella 1 Adhésion 2 Sécrétion et pénétration dans la membrane 3 Internalisation et envahissement de la membrane Cellule épithéliale
  • 27. 16 Rédigé et présenté par : Axel MASRA vacuoles. Les cellules épithéliales deviennent des cellules phagocytaires. En général, les salmonelles interagissent plutôt avec les cellules M des plaques de Peyer (follicules lymphoïdes, principal constituant du tissu lymphoïde digestif). Ces plaques sont bordées par un épithélium constitué des cellules M et d’entérocytes. Contrairement aux entérocytes qui ont une bordure en brosse, les cellules M ont une bordure avec des courts micro-replis. Ces cellules ont la capacité de capter les antigènes dans des vésicules contenant des protéases, afin par la suite de les détruire, pour ainsi assurer la protection de l’organisme contre les agressions. Ces étapes n’ont pas lieu chez les salmonelles car elles ne sont pas détruites. Figure 7 : Localisation de la cellule M dans la plaque de Peyer (CHAPAND, 2015) L’entrée des salmonelles dans ces cellules M est toujours rapidement suivie de la destruction des cellules M Les salmonelles sont des bactéries capables de parasiter la cellule-hôte au niveau intracellulaire. Il s’agit d’un parasitisme facultatif.  Phase de pénétration: Après une période de multiplication qui dure entre 12 et 24h, la plupart des cellules épithéliales contiennent des salmonelles dans des vacuoles. Ces vacuoles sont dans les phagocytes de la lamina propria et de la sous muqueuse. Il s’agit de la phase de pénétration de l’épithélium. L’organisme lutte contre cette propagation en envoyant des phagocytes : des polynucléaires neutrophiles, éosinophiles ou des monocytes/macrophages.
  • 28. 17 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Cependant, au sein du phagocyte, les bactéries ne sont pas tuées ni détruites. Elles vont persister et se développer dans les phagocytes. Elles survivent au sein des macrophages en réduisant l’acidité des phagosomes et en restant dans les vacuoles qui les protègent de la phagocytose.  Phase de colonisation et infection du tissu lymphoïde: Les bactéries infectent les tissus lymphoïdes via la circulation lymphatique et se retrouvent dans les macrophages du foie, de la moelle osseuse et de la rate en raison d’un tropisme pour ces organes. Les germes s’y multiplient. Les bactéries se propagent alors dans l’organisme par la voie sanguine. Cette propagation est responsable d’une bactériémie (présence anormale de la bactérie dans le sang) à l’origine des symptômes et qui peut engendrer par la suite un sepsis (infection générale de l’organisme due à la propagation de la bactérie par le sang). Les bactéries sont retrouvées dans les hémocultures même lorsque les symptômes digestifs ont disparu. Figure 8 : Phase de colonisation et d’infection du tissu lymphoïde (CHAPAND, 2015) Les bactéries colonisent également le rein, la vésicule biliaire mais aussi les plaques de Peyer une fois encore en passant par la bile. Une lyse des bactéries survient ce qui engendre la libération de l’endotoxine. Cette endotoxine est à l’origine d’un choc toxique. Ces endotoxines sont responsables de tous les symptômes connus des salmonelles et plus particulièrement de S. Typhi.
  • 29. 18 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II.4. Clinique  Incubation L’inoculum nécessaire pour provoquer une infection est de l’ordre de 10 UFC par mL. Toutefois un inoculum faible peut provoquer des symptômes si l’intestin de l’hôte ne se trouve pas dans des conditions physiologiques (PH entre 6 et 8). L’incubation de la maladie est de 7 à 21 jours. La durée de l’incubation, la survenue et l’importance des symptômes dépendent de la quantité d’inoculum, de l’état de l’hôte (immunodépression ou système immunitaire affaibli par une infection passée ou encore présente dans l’organisme) et surtout de la virulence de la souche entrant en contact avec l’organisme. Lors de l’incubation, chez certaines personnes, une diarrhée fugace qualifiée d’épisode de gastro-entérite est constatée 12 à 48h après l’ingestion du germe.  Symptômes La maladie est décrite sous 3 phases « septénaires », chaque phase dure environ une semaine : il y a la phase d’invasion, la phase d’état et la phase d’évolution spontanée (ou sous traitement) ou d’apparition de complications endotoxiniques.  Phase d’invasion La phase d’invasion, ou premier septénaire, est caractérisée par l’apparition progressive de fièvre. Cette phase se traduit également par des céphalées intenses au niveau frontal puis plus diffuses, des vertiges, des insomnies avec des somnolences dans la journée, des épistaxis, une anorexie et une constipation. La fièvre apparait de manière progressive (sans frisson), avec une augmentation de 0,5°C par jour, sans frisson, jusqu’à atteindre 40°C à la fin de la phase. Le pouls n’est pas accéléré, mais il est dissocié. En revanche, les signes physiques sont moins notables. L’abdomen est sensible et la fosse iliaque est gargouillant. Un râle de bronchite au niveau pulmonaire et une légère splénomégalie est présente, mais aucun signe de souffrance viscérale n’est retrouvé. Au niveau biologique, une leucopénie est présente et plus rarement une thrombopénie. La Vitesse de Sédimentation (VS) et les transaminases peuvent être élevées. Un tableau un peu moins typique chez l’enfant peut survenir, avec des vomissements, une hyperleucocytose et une évolution plus rapide.
  • 30. 19 Rédigé et présenté par : Axel MASRA  Phase d’état La phase d’état, ou deuxième septénaire, est plus symptomatique et plus facile à diagnostiquer. Elle est caractérisée par une fièvre en plateau à 40°C associée à des signes de souffrance viscérale. L’état général est altéré et le pouls reste non accéléré mais dissocié. Les signes digestifs sont importants. Une diarrhée ocre, avec une odeur fétide, et en « jus de melon » peut survenir. Cette diarrhée est inconstante et peut être remplacée par une constipation. Un signe neurologique important et caractéristique de cette phase est retrouvé : le tuphos. Il s’agit d’une obnubilation diurne en alternance avec des phases de délire et d’insomnie nocturne. Cette atteinte est caractérisée par une asthénie, une prostration, une somnolence, et parfois un coma vigile (coma de stade 1, le malade n’est pas totalement inconscient). Des symptômes cutanéo-muqueux se traduisent par des lèvres sèches et fuligineuses (recouvertes d’une sorte d’enduit de couleur noire), et des tâches lenticulaires (macules de 2 à 4 mm de diamètre) non prurigineuses, fugaces, sur la partie supérieure de l’abdomen, la base du thorax et le haut des cuisses. Plus rarement, il est noté une « angine » de Duguet qui est une ulcération superficielle, unilatérale et indolore du pilier antérieur du voile du palais au niveau de l’amygdale. Comme lors de la première phase, le pouls est dissocié, l’abdomen est météorisé et sensible, la fosse iliaque est toujours gargouillant. Une splénomégalie franche est constatée et la rate est palpable. Parfois, une hépatomégalie est également retrouvée.  Phase d’évolution spontanée L’évolution de la maladie, avec ou sans traitement, peut-être différente. II.5. Traitement En France les fluoroquinolones sont utilisés en première intention à la dose de 20 mg par kilogramme et par jour pendant 7 à 14 jours et en deuxième intention, les céphalosporines de 3ème génération sont utilisées, et plus particulièrement la ceftriaxone à une dose de 60 mg par kilogramme et par jour pendant 7 à 10 jours. Dans certains pays,
  • 31. 20 Rédigé et présenté par : Axel MASRA comme le Népal et le Vietnam, des antibiotiques inconnus en France sont utilisés comme les gatifloxacines, présentant de bons résultats pour traiter la fièvre typhoïde. Aux Etats-Unis, l’association de ceftriaxone et de ciprofloxacine est souvent utilisée, notamment lorsqu’il s’agit d’une souche résistante. En Inde, la furazolidone, un nitrofurane, est également utilisée, moins chère que la ciprofloxacine et beaucoup moins chère que la ceftriaxone. Efficace dans 74% des cas étudiés, ce médicament présent beaucoup d’effets indésirables. Dans les pays en voie de développement, le chloramphénicol est toujours utilisé car il s’agit d’un traitement ayant un prix réduit, et facilement disponible. La guérison a lieu dans 90% des cas, mais un risque de rechute de 10% existe. Cet antibiotique est utilisé à une dose de 2 à 3 g par jour en 4 prises. Il ne permet toutefois pas d’éviter le portage chronique, ce qui est un inconvénient majeur. Une surveillance hématologique pendant la durée du traitement est nécessaire car ce médicament présente un risque important d’anémie nécessitant l’arrêt du traitement et plus rarement d’aplasie médullaire éventuellement mortelle. En cas d’inefficacité, l’ampicilline ou le co-trimoxazole sont utilisées si les souches n’y sont pas résistantes. Le traitement dure 7 à 10 jours après la disparition de la fièvre. Les effets indésirables hématologiques et cutanés sont fréquents et représentent une raison de leur faible utilisation. Le co-trimoxazole est contre-indiqué en cas d’allergies aux sulfamides, de déficit en G6-PD ou chez la femme enceinte et le nourrisson. Chez l’enfant, sont utilisées en première intention les céphalosporines de 3ème génération car les fluoroquinololes sont contre-indiquées chez les patients de moins de 15 ans. Elles peuvent avoir un effet sur le cartilage de croissance.
  • 32. 21 Rédigé et présenté par : Axel MASRA III. INFLUENCE DES CO-INFECTIONS A PLASMODIUM-SALMONELLES SUR LES PARAMETRES BIOCHIMIQUES ET HEMATOLOGIQUES Le paludisme et la fièvre typhoïde sont les deux principales maladies fébriles affectant les humains, en particulier en Afrique subsaharienne (Simon-Oke et al., 2020). Elles restent les maladies d’importance majeure pour la santé publique et la cause de morbidité et de mortalité. Une association entre le paludisme et la typhoïde a été décrite pour la première fois en 1862 en Amérique Nord comme une entité appelée fièvre typho-paludique (Smith, 1982). Les deux maladies sont courantes dans de nombreux pays du monde où existent de mauvaises habitudes sanitaires, la pauvreté et l’ignorance. Les premières manifestations non spécifiques comprennent de la fièvre, des maux de tête, des douleurs abdominales et des vomissements. Malgré l’importance du paludisme et de la fièvre typhoïde concomitants sous les tropiques, les défis associés au diagnostic et implications pour la santé publique n’ont pas été examinés de manière exhaustive. Les critères de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaissent que certaines caractéristiques biochimiques et hématologiques devraient augmenter la gravité du paludisme (OMS, 2000). Les coinfections à Plasmodium et Salmonelle entrainent des altérations des paramètres biochimiques comme l’augmentation du taux de créatinine, urée et bilirubine totale et une diminution du taux d’albumine, glucose et protéines totale(Kayode et al., 2011). Les coinfections à Plasmodium et Salmonelles ont des effets évidents sur les paramètres hématologiques comme augmentation du nombre de leucocytes, lymphocytes et des globules rouges (Simon-Oke et al., 2020). Les données de la littérature suggèrent que le paludisme grave peut favoriser les coinfections bactériennes qui elles même compliquent le paludisme grave. Néanmoins le poids respectif en termes de mortalité, de l’infection par P. falciparum et des coinfections bactériennes est mal connu.
  • 33. 22 Rédigé et présenté par : Axel MASRA CHAPITRE II : MATERIEL ET METHODES
  • 34. 23 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II.1. TYPE ET PERIODE D’ETUDE Cette étude est faite selon deux approches : quantitative et qualitative. Dans l’approche qualitative, les personnes incluses dans l’étude répondront à un questionnaire nous permettant de connaitre leurs statuts sociodémographiques, et leurs expositions à certains facteurs de risques. Chaque participant avait environ 15 minutes pour l’information, le consentement et le questionnaire, et les consentants ont 5 à 10 minutes pour les prélèvements. Par contre dans l’approche quantitative les paramètres sérologiques et hématologiques seront dosés et l’analyse de ces données par des méthodes statistiques sera réalisée. Cette étude est de type prospectif à visée analytique d’une durée de trois mois allant de Juin 2021 à Aout 2021 II.2. CADRE D’ETUDE Le recrutement des patients a été effectué respectivement dans les services de laboratoire central de biologie clinique, dans les services de pédiatrie et de vaccination de l’Hôpital Laquintinie de Douala. L’analyse biologique quant à elle s’est effectuée dans le grand laboratoire de Biologie Clinique de l’Hôpital Laquintinie de Douala. L’Hôpital est localisé au Cameroun, dans la région du Littorale en plein cœur du quartier AKWA. Il représente à ce jour un hôpital de référence de deuxième catégorie dans la sous-région Afrique Centrale et notamment dans la prise en charge médicale. Il dispose d’une salle d’Hospitalisation bien équipée lui permettant d’assurer à un patient une prise en charge complète allant du diagnostic jusqu’à la guérison. II.3. CRITERES DE SELECTION  Critères d’inclusion Seuls les enfants de 2-5 ans, sans distinction de sexe présentant les symptômes ou non du paludisme et de la fièvre typhoïde venus en consultation ou pour les vaccinations à l’Hôpital Laquintinie de Douala ont été inclus dans cette étude.  Critères de non exclusion Les enfants atteints de VIH, les enfants drépanocytaires, les enfants de plus de 5 ans et les enfants dont leurs parents refusent de signer la fiche de consentement ne sont pas inclus dans notre étude.
  • 35. 24 Rédigé et présenté par : Axel MASRA  Critère d’exclusion Dans cette étude, les participants respectant les critères d’inclusion mais n’ayant pas rempli correctement la fiche d’enquête, dont le sérum était hémolysé, et ceux dont les résultats d’analyse seraient incomplets ont été exclus. II.4. ECHANTILLONNAGE ET TAILLE DE L’ECHANTILLON Un échantillonnage aléatoire simple c'est-à-dire que chaque membre de la population cible avait une chance égale d’être inclus dans l’échantillon a été effectué. L’échantillon a été constitué d’un groupe des enfants atteints du paludisme, d’un groupe des enfants atteints de la fièvre typhoïde, d’un groupe des enfants atteints du paludisme et fièvre typhoïde et d’un groupe des enfants « sains » présent au moment de l’étude. Le groupe des enfants « sains » a servi de témoin pour l’étude. Dans le cadre de ce travail, la taille de l’échantillon a été définie par convenance. Ainsi un total de 101 enfants a été recruté. II.5. MATERIEL Fiche d’enquête Une fiche d’enquête (Annexe III) a été utilisée pour recueillir les données sociodémographiques, des habitudes d’hygiène, caractéristiques du logement du ménage ainsi que l’identification des enfants du ménage et leur vaccination. a. Matériel biologique Du sang prélevé dans les tubes sec et EDTA. b. Matériel de prélèvement Tubes secs et EDTA et portoirs pour tubes, coton sec, alcool à 70°C et eau de javel, gants stériles, garrot, aiguilles et corps vacutainer, compresses stériles, plateau stérile, sac d’élimination des objets mous et boite de sécurité pour des objets piquants tranchants. c. Matériel d’analyse Spectrophotomètre, centrifugeuse, tubes d’aliquotage. Automate Pentra XRL (Annexe VIII), mélangeur, microscope (Annexe VII), pipettes
  • 36. 25 Rédigé et présenté par : Axel MASRA d. Matériel de Conservation des Réactifs Réfrigérateur e. Matériel de Protection et de Décontamination des Consommables Souillés Eau de javel, eau du robinet, gants en latex, blouse blanche longues manches en coton, bac à embouts, papier hygiénique de nettoyage. II.6. PROCEDURES II.6.1. Procédures administratives II.6.1.1. Considérations éthiques Le protocole d’étude a été soumis et approuvé par le comité d’éthique. Une autorisation administrative a été délivrée conformément à la loi en vigueur sous N° 2734CEI- UDo/05/2021/M (Annexe V). Cette autorisation a par la suite été présentée à la direction de l’hôpital Laquintinie pour le recrutement des patients ou une autorisation de la recherche a été accordée par le Directeur de l’hôpital (Annexe IV). La notice d’information (Annexe I) et le consentement éclairé (Annexe II) ont été élaborés conformément aux exigences du comité d’éthique institutionnel de l’Université de Douala et présentés à toutes les participantes avant leur inclusion dans l’étude. Les participantes ont été rassurées sur le strict respect de la confidentialité des données recueillies et de la possibilité de retirer leur consentement à tout moment sans que cela nuise à leur prise en charge. II.6.1.2. Recrutement des patients Les participants été recrutés à l’HLD de Juin 2021 à Aout 2021. Le recrutement s’est déroulé en respectant les règles d’éthique liées à la recherche sur l’Homme en vigueur au Cameroun. A cet effet, pour le recrutement des patients souffrant du paludisme, fièvre typhoïde et co-infections paludisme-fièvre typhoïde s’est fait dans le laboratoire central ainsi que dans les services de pédiatrie. Quant aux témoins, le recrutement s’est fait dans les services des vaccinations de l’HLD. Un entretien de 10 à 15 minutes nous a permis d’informer les parents des enfants de l’objectif, la méthodologie et les contraintes liés à l’étude avant la prise du sang de leur enfant.
  • 37. 26 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II.6.1.3. Collecte des données Avant le prélèvement sanguin, les données anthropométriques (poids, âge, taille), hygiéniques (fréquence de lavage de mains, condition de vie) et cliniques (symptômes, sous médication ou non) ont été collectées à partir de la fiche d’enquête. II.6.2. PHASE PRE-ANALYTIQUE II.6.2.1. Prélèvement sanguin Avant le prélèvement les tubes ont été préalablement étiquetés. Les informations portées sur l’étiquette ont concerné le numéro d’identification du patient et la date du jour de prélèvement. Trois millilitres de sang ont été prélevés par ponction veineuse dans des tubes secs pour l’examen de Widal-Felix, dans des tubes EDTA pour la NFS et les flacons stériles ont été remis aux parents des patients pour les selles pour la coproculture. Après prélèvement, les tubes ont été retournés délicatement de façon à éviter l’hémolyse et la formation des bulles d’air. Tous les prélèvements ont été réalisés dans les conditions d’asepsie. II.6.2.2. Transport et conservation des échantillons Les tubes prélevés ont ensuite été transportés au laboratoire à l’aide d’un bac réservé à cet effet. Ils ont par la suite subit une centrifugation à l’aide d’une centrifugeuse de marque VanGuard V6000 (Annexe VI). II.6.3. PHASE ANALYTIQUE II.6.3.1 Etude de la prévalence des co-infections Plasmodium-Salmonelles 1. Prévalence des infections à Plasmodium  Examen de TDR Il est utilisé pour une détection qualitative rapide de la HRP2 (protéine riche en histidine 2) du Plasmodium falciparum dans le sang humain en tant qu’aide au diagnostic d’infection du paludisme. Principe : Le TDR utilisé est le CareStartTM Malaria Pf (HRP2) Ag RDT qui contient une membrane pré-revêtue d’un anticorps monoclonal en ligne complète tout au long de la bande de test. L’anticorps monoclonal est spécifique à l’HRP2 du P. falciparum. Le tampon conjugué est distribué avec des anticorps adsorbés dans des particules d’or.
  • 38. 27 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Procédure : Nettoyer la zone du doigt avec un tampon d’alcool avant de piquer. A l’aide d’une lancette, percer la zone du doigt nettoyée, essuyer la première goutte de sang avec du coton et recueillir l’échantillon de sang (5µl) en utilisant un dispositif de transfert */fourni dans le kit. Ajouter les 5µl sang prélevés dans le puits « S », ensuite ajouter 2 gouttes (60µl) de solution tampon dans le puits « A ». Attendre 20 minutes et lire les résultats.  Examen de la goutte épaisse La goutte épaisse a été choisie comme technique de référence pour la recherche de Plasmodium. On utilise à cet effet la coloration de Giemsa qui est utilisée entre autres, pour la coloration de protozoaires. Elle fait partie avec le frottis sanguin des techniques de références pour diagnostiquer le paludisme, c’est-à-dire mettre en évidence le Plasmodium responsable du paludisme. Principe : Lors de l’addition d’eau, les sels (l’éosinate de méthylène et l’azur de méthylène) se précipitent et se fixent sélectivement sur les constituants cellulaires. Les noyaux étant colorés de bleu à violet-noir et les hématies en beige-rose. Procédure : Après avoir étiqueté une lame porte objet, une goutte de sang sera déposée et étalée sur une lame préalablement étiquetée. Puis la goutte de sang sera étalée à l’aide d’un bouchon d’aiguille pour seringue par un mouvement en spirale ou rotatoire. La lame sera enfin séchée à l’abri de la poussière, des mouches et de la chaleur, puis recouverte de Giemsa diluée au 1/10ème et examinée au microscope à l’objectif 100X après 15 minutes (POIMT., 2008). 2. Prévalence des infections à Salmonelle  Sérodiagnostic Widal-Felix Le sérodiagnostic de WIDAL et FELIX permet de détecter la présence dans le sang d'anticorps dirigés contre les constituants de Salmonella: Les anticorps anti-O apparaissent vers le 7-8e jour, atteignent leur maximum vers le 14e jour, restent ensuite en plateau jusqu'à la 4e semaine puis disparaissent rapidement. Les anticorps anti-H apparaissent vers le 10e jour, montent rapidement pour atteindre un maximum de 1/800e à 1/1600e vers le 14e jour, restent en plateau jusqu'à la 4e semaine et diminuent ensuite. Mais à l'inverse des anticorps
  • 39. 28 Rédigé et présenté par : Axel MASRA anti O, ils ne disparaissent pas complètement. Ils persistent toute la vie à un taux de l'ordre de 1/200e. II.6.3.2 Evaluation de l’effet des co-infections Plasmodium-Salmonelles sur les paramètres hématologiques  Numération de Formule Sanguine Cet examen de sang permet de renseigner les personnes sur leur état de santé. Les renseignements obtenus concernent les volumes de cellules érythrocytes et des lymphocytes.  Valeurs normales de l’hémogramme chez les enfants Tableau I : Numération réalisée sur l’automate Pentra XRL Paramètres Valeurs Globules rouges 3,50 – 5,50 Hémoglobines 12,00 – 14,00 Hématocrite 36 – 44 Volume Globulaire Moyen 73 – 89 Teneur Globulaire Moyenne en Hémoglobine 24 – 30 Concentration Corpusculaire Moyenneen Hémoglobine 32 – 36 Plaquettes sanguines 200 – 400 Globules blancs 4,50 – 13,50 Neutrophiles 1,80 – 8,00 Lymphocytes 1,50 – 6,50 Monocytes 0,00 – 0,80 Eosinophile 0,00 – 0,65 Basophile 0,00 – 0,20  Procédure Le comptage et l'analyse des échantillons sanguins sont effectués rapidement après la collecte à l’aide de l’hématimètre Pentra XRL (Annexe VIII). Après avoir enregistré les données du
  • 40. 29 Rédigé et présenté par : Axel MASRA patient, secouez doucement le tube EDTA pour bien homogénéisé l'échantillon de sang, puis présentez le tube d'échantillon à la sonde (gardez la sonde au fond du tube). Appuyez sur la touche Run. Les résultats seront disponibles après l'analyse. Les résultats des tests et les histogrammes de WBC, de RBC et de PLT seront affichés à l'analyse des cellules sanguines après comptage et analyse.  Analyses statistiques Les résultats issus des fiches d’enquêtes et analyses de laboratoire ont été saisis dans le logiciel Excel 2016 et traités avec le logiciel SPSS version 22. Pour évaluer l’effet des co- infections Plasmodium-Salmonelles sur les paramètres hématologiques, nous avons procédé à l’analyse des variances (ANOVA). Les différences entre les moyennes des différents paramètres hématologiques dans les quatre groupes de la population d’étude ont été calculées et nous les avons comparés à l’aide du test de Pearson Square (test de chi 2) au seuil de signification 0,05.
  • 41. 30 Rédigé et présenté par : Axel MASRA CHAPITRE III : RESULTATS ET DISCUSSION
  • 42. 31 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I. RESULTATS I.1 Caractéristiques de la population d’étude Cette étude a porté sur une population constituée de 101 patients volontaires des deux sexes. Cette population a été subdivisée en quatre groupes : patients infectés au Plasmodium, les patients infectés de Salmonelles, les patients co-infectés de Plasmodium et Salmonelles et les patients témoins. I.1.1 Répartition de la population d’étude en fonction des caractéristiques sociodémographiques L’analyse des données montre une fréquence de (50,5%) chez les enfants de sexe feminin contre (49,5%) chez les enfants de sexe masculin.De plus on observe une forte fréquence de (62,4%) chez les enfants vivant dans les zones urbaines que les enfants vivant dans les zones rurales (37,6%). Tableau II: Distribution de la population d’étude selon les caractéristiques sociodémographiques Variables Groupes Fréquence Pourcentage Sexe Féminin 51 50,5% Masculin 50 49,5% Zone Rurale 38 37,6% Urbaine 63 62,4% Figure 9 : Répartition de la population en fonction des caractéristiques sociodémographiques 51 50 38 63 0 10 20 30 40 50 60 70 Feminin Masculin Rurale Urbaine Frequence Caractères sociodémographiques
  • 43. 32 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I.1..3 Fréquence des co-infectés par rapport aux patients reçus Nous remarquons dans le tableau III que le sexe le plus touché est le sexe féminin avec 18 patients soit une prévalence de 17,82% alors que chez le sexe masculin nous avons un effectif de 9 patients avec une prévalence de 8,91%. L’effectif total de patients sains est de 77 soit 76,23% reparti comme suit, 33 (32,67%) chez les filles et 40 (39,60%) chez les garçons. La zone la plus touchée est la rurale avec 19 soit une prévalence de 18,81 contre 8 patients soit une prévalence de 7,92% dans la zone urbaine. La prévalence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles dans notre population d’étude est de 26,73%. Les deux groupes étaient statistiquement comparables (p-value < 0,05). Tableau III : Fréquence des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux patients reçus Variable Positif (%) Négatif (%) X2 P Valeur Sexe Féminin 18(17,82%) 33(32,67%) 3,633 0,0567 Masculin 9(8,91%) 40(39,60%) Zone Rurale 19(18,81%) 19(18,81%) 16.84 < 0.0001*** Urbaine 8(7,92%) 55(54,45%) Figure 10 : Fréquence des patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles par rapport aux patients reçus 17,82 8,91 18,81 7,92 32,67 39,6 18,81 54,45 0 10 20 30 40 50 60 Feminin Masculin Rurale Urbaine Fréquence(%) Groupes Positif Negatif
  • 44. 33 Rédigé et présenté par : Axel MASRA I.2. Influence des statuts infectieux sur les paramètres hématologiques I.2.1 Influence des infections à Plasmodium sur le profil hématologique Nous remarquons dans cette partie que le taux de globules rouges, d’hémoglobines et d’hématocrites ont considérablement diminuée avec une prévalence de 82,35% Tableau IV: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique Paramètres hématologiques Inferieur de la normale Normale Supérieur de la normale GR 14 (82,35%) 3(17,64%) 0(0%) HGB 14(82,35%) 3(17,64%) 0(0%) HT 14(82,35%) 3(17,64%) 0(0%) VGM 4(23,52%) 13(76,47%) 0(0%) TGMH 3(17,64%) 14(82,35%) 0(0%) CCMH 2(11,76%) 15(88,23%) 0(0%) PLA 2(11,76%) 10(58,82%) 4(23,52%) GB 0(0%) 13(76,47%) 4(23,52%) NEU 1(5,88%) 15(88,23%) 1(5,88%) LYM 3(17,64%) 13(76,47%) 1(5,88%) MON 0(0%) 10(58,82%) 7(41,17%) EOS 0(0%) 13(76,47%) 4(23,52%) BAS 0(0%) 17(100%) 0(0%)
  • 45. 34 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Figure 11: Influence de l’infection à Plasmodium sur le profil hématologique I.2.2. Influence des infections à Salmonelles le profil hematologique Nous remarquons dans cette partie une diminution du taux de globules rouges (61,90%), d’hémoglobines (66,66%) et d’hématocrites (71,42%). Tableau V: Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique Paramètres hématologiques Inferieur de la normale Normale Supérieur de la normale GR 13(61,90%) 7(33,33%) 1(4,76%) HGB 14(66,66%) 7(33,33%) 0(0%) HT 15(71,42%) 6(28,57%) 0(0%) VGM 5(23,80%) 11(52,38%) 5(23,80%) TGMH 4(19,04%) 14(66,66%) 3(14,28%) CCMH 7(33,33%) 14(66,66%) 0(0%) PLA 3(14,28%) 15(71,42%) 3(14,28%) GB 0(0%) 13(61,90%) 8(38,09%) NEU 0(0%) 14(66,66%) 7(33,33%) LYM 1(4,76%) 16(76,19%) 4(19,04%) MON 0(0%) 11(52,38%) 10(47,61%) EOS 0(0%) 20(95,23%) 1(4,76%) BAS 0(0%) 20(95,23%) 1(4,76%) 0 20 40 60 80 100 120 Frequence(%) Paramètres hématologiques Inf. Normale Normale Sup. Normale
  • 46. 35 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Figure 12 : Influence de l’infection à Salmonelles sur le profil hématologique I.2.3. Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique Nous remarquons dans cette partie une diminution du taux de globules rouges (85,18%), d’hémoglobines (74,07%) et d’hématocrites (70,37%), de plaquettes sanguines (55,55%). Ainsi qu’une augmentation du taux de monocytes (59,25%). Tableau VI: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonellessur le profil hématologique Paramètres hématologiques Inferieur de la normale Normale Supérieur de la normale GR 23(85,18%) 4(14,81%) 0(0%) HGB 20(74,07%) 7(25,92%) 0(0%) HT 19(70,37%) 8(29,62%) 0(0%) VGM 5(18,51%) 19(70,37%) 3(11,11%) TGMH 5(18,51%) 18(66,66%) 4(14,81%) CCMH 5(18,51%) 22(81,48%) 0(0%) PLA 15(55,55%) 7(25,92%) 5(18,51%) GB 7(25,92%) 7(25,92%) 13(48,14%) NEU 8(29,62%) 17(62,96%) 2(7,40%) LYM 13(48,14%) 7(25,92%) 7(25,92%) MON 0(0%) 11(40,74%) 16(59,25%) EOS 0(0%) 24(88,88%) 3(11,11%) BAS 0(0%) 23(85,18%) 4(14,81%) 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 100 Frequence(%) Paramètres hématologiques Inf. Normale Normale Sup. Normale
  • 47. 36 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Figure 13: Influence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur le profil hématologique, 0,00 10,00 20,00 30,00 40,00 50,00 60,00 70,00 80,00 90,00 100,00 Frequence(%) Paramètres hématologiques Inf. Normal Normal Sup. Normal
  • 48. 37 Rédigé et présenté par : Axel MASRA II. DISCUSSION Les co-infections à Plasmodium et Salmonelles sont des maladies qui provoquent la mortalité chez les enfants, et engendrent de forts coûts médicaux. Au cours de ces dernières décennies les co-infections à Plasmodium et Salmonelles représentent un problème majeur de santé publique (Simon-Ok et al., 2020). Au Cameroun, la prévalence de cette maladie est en nette augmentation dans les populations urbaines et rurales à cause de la pauvreté, de la malnutrition, d’un mauvais état sanitaire, d’une mauvaise hygiène personnelle, et d’un faible niveau d'éducation (Udeze et al., 2013). Notre étude à l’Hôpital Laquintinie de Douala effectuée sur 101 patients de 2 à 5 ans a permis d’axer nos résultats sur deux grands points : une determination de la prevalence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles, ensuite une comparaison entre les paramètres hématologiques des patients co-infectés par rapport aux patients sans. Les cas des co-infections à Plasmodium et Salmonelles, sont présents dans tous les quartiers de provenance de nos patients qui consultent ce centre hospitalier, bien que cette structure couvre une aire de santé bien limité dans la ville de Douala, les patients viennent de presque partout dans la ville de Douala et en dehors (urbaine et rurale). La prévalence des coinfections à Plasmodium et Salmonelles est de 26,73%. Les mécanismes expliquant l'association entre le paludisme et la co-infection typhoïde sont inconnus, bien qu'il ait été montré que l'hémolyse, qui se produit dans le paludisme, peut prédisposer à la fièvre typhoïde (Ukaegbu et al ., 2014). Il a été constaté que les deux sexes sont concernés par ces pathologies, avec une forte prédominance chez le sexe féminin, soit 17,81% pour l’association Plasmodium/Salmonelles contre 8,91% pour le sexe masculin avec une différence non significative pour (p<0,05). Il a été constaté également que les patients vivant dans les quartiers périphériques de la ville de Douala sont plus exposés aux co-infections à Plasmodium et Salmonelles (18,81%) que les patients vivants dans le centre-ville (7,92%) avec une différence significative pour (p<0,05). la prévalence élevée enregistrée dans les zones périphériques (rurales) pourrait être due à leurs différentes habitudes (hygiène des mains, qualité d’eau, préparation des aliments) (Maskalyk, 2003) leurs niveaux d'exposition aux piqûres de moustiques. Ceci corrobore avec les résultats de Morde et al., 2013. Des altérations des paramètres hématologiques ont été étudiées et signalées dans les infections à Plasmodium et Salmonelles (Dangana et al., 2010 ; Erhard et al., 2004 ; Kayode et al., 2011 ). Il est nécessaire d'inclure des investigations hématologiques dans le diagnostic de l'infection à Plasmodium et Salmonelles afin de détecter les complications
  • 49. 38 Rédigé et présenté par : Axel MASRA précoces associées à des infections aiguës. Cela aide à soigner le patient de manière intensive et à prévenir la mort pouvant résulter de telles complications (Mishra et Mohanty, 2003). Le résultat de notre étude montre que les co-infections à Plasmodium et Salmonelles concomitante entraînent des altérations de certains paramètres hématologiques. Les données présentées dans cette étude montrent que les globules rouges étaient significativement en baisse (p<0,05) chez les patients atteints à l’infection à Plasmodium, Salmonelles et les co-infectés que chez le témoin. Dans notre série nous comptons 85,18% des cas (soit 23/27) dont 74,07% soit (20/27) ayant un taux d’hémoglobine inferieur à 12g/100ml, 3/27 soit 11,11% qui ont un taux d’hémoglobine compris entre 12-14g/100ml. La diminution concomitante du nombre des globules rouges est principalement due à une inflammation, hémorragie voire même hémolyse entrainant une anémie périphérique. Ces résultats corroborent avec les travaux de TRAORE et al ., 1991 qui ont obtenus une diminution considérable des globules rouges. Un faible taux de globules rouges a également été signalé dans des maladies et des infections telles que l'hépatite, les maladies de la moelle osseuse, les maladies auto-immunes, maladies génétiques, maladies héréditaires et aussi à un manque de l’acide folique. Cette étude rapporte une thrombopénie, nous comptons 55,55% des cas (soit 15/27) ayant un taux de plaquettes sanguines inférieur à 200 000mm3 chez les patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles qui peut être attribuée à une hypersensibilité des plaquettes à l'ADP, augmentant les facultés d'hémostase primaire. Cette observation corrobore avec les travaux de Ramde Réma (1998), Saissy et al., (1991), qui ont signalé une diminution du nombre de plaquettes sanguines lors des co-infections. Cette étude nous montre que 48,14% soit (13/27) personnes co-infectées avaient un nombre plus élevé de globules blancs que les personnes normales. Cela peut être dû à l'effort du corps pour résister à l'infection par le Plasmodium et Salmonelles, entraînant une production continue de leucocytes. Ce qui est en accord avec les travaux de Odikamnoro et al. 2018 menés au Nigeria ou ils obtiennent un nombre considérable de leucocyte. Nos résultats montrent que les patients co-infectés ont un nombre de lymphocyte plus bas que les patients sains, 48,14% soit 13/27. Ceci peut être médicalement significatif car les effets combinés de la comorbidité du paludisme et de la fièvre typhoïde peuvent entraîner des anomalies des lymphocytes et du coup sa diminution. Ces résultats corroborent à ceux de Asma et al., 2019 au Pakistan.
  • 50. 39 Rédigé et présenté par : Axel MASRA Notre étude nous montre que 59,25% soit 16/27 des patients co-infectés avaient un taux élevé de monocyte que les patients normaux. Ceci s’explique en partie que le Plasmodium présent chez les patients co-infectés provoque une inflammation, les monocytes vont se multiplier de façon considérable pour combattre cette inflammation. Ce résultat corrobore avec les résultats de Muhammad et al., 2017 en Pakistan
  • 51. 40 Rédigé et présenté par : Axel MASRA CONCLUSION Dans le but de contribuer à une meilleure prise en charge des patients atteints des co- infections à Plasmodium et Salmonelles, nous nous sommes proposés d’évaluer la parasitémie par la gouttes épaisse, le sérodiagnostic de Widal-Felix et faire une numération de formule sanguine pour évaluer les paramètres hématologiques des enfants de 2 à 5ansco-infectés. Il ressort des principaux résultats obtenus une fréquence plus élevée des co-infections à Plasmodium et Salmonelles chez les patients féminins (50,5% avec un taux de coinfections de 17,8%) comparées aux patients masculins (49,5% avec un taux de co-infections de 8,9%) dans la population générale. De même, une association positive et significative (p = 0,000) a été observée entre les co-infections à Plasmodium et Salmonelles et la zone de résidence. La fréquence des co-infections à Plasmodium et Salmonelles était de (26,7%). Les patients souffrant des co-infections présentent un faible taux de globules rouges, plaquettes sanguines et lymphocytes comparés à ceux des non co-infectés. Ces observations suggèrent des risques élevés d’anémie, thrombopénie ainsi que la lymphopénie. L’ensemble des données obtenues démontre la nécessité de la prise en compte de l’équilibre hématologique, non seulement dans le diagnostic mais également de la prise en charge des patients co-infectés à Plasmodium et Salmonelles. Ces résultats constituent une contribution originale dans la surveillance et la prise en charge des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles.
  • 52. 41 Rédigé et présenté par : Axel MASRA RECOMMANDATIONS Compte tenu de l’effet des co-infections à Plasmodium et Salmonelles sur les paramètres hématologiques chez les participants de l’étude nous recommandons vivement :  Aux autorités sanitaires  Multiplier sur l’ensemble du territoire national la sensibilisation sur les règles d’hygiène.  Distribuer gratuitement de moustiquaires imprégnées pour lutter efficacement contre le paludisme.  Aux cliniciens et aux biologistes  Inclure dans le bilan de diagnostic des suspicions d’infection à Salmonelles le bilan systématique pour le diagnostic du paludisme  Assurer la formation continue du personnel socio-sanitaire dans la prise en charge des infections bactérienne et du paludisme  Aux chercheurs Promouvoir des études de recherche sur les co-infections à Plasmodium et Salmonelles
  • 53. 42 Rédigé et présenté par : Axel MASRA PRESPECTIVE Les investigations effectuées dans le cadre de ce mémoire de Master ne représentent que l’initiation d’un vaste champ de recherche que nous voulons entreprendre dans le cadre d’une collaboration avec les différents acteurs de la santé en vue d’améliorer la prise en charge des patients souffrant des co-infections à Plasmodium et Salmonelles afin de réduire la morbidité et la mortalité dues à cette maladie. Ainsi, nous envisagerons dans un futur proche : - D’étendre l’étude dans plusieurs structures hospitalières à travers plusieurs régions du Cameroun. - Associer les examens déjà effectués à d’autres examens comme le frottis sanguin et la coproculture pour rendre les résultats plus crédibles. - D’augmenter la taille de notre échantillon et la durée de l’étude.
  • 54. 43 Rédigé et présenté par : Axel MASRA REFERENCES 1. Achonduh-Atijegbe, O.A., Mfuh, K.O., Mbange, A.H., Chedjou, J.P., Taylor, D.W., Nerurkar, V.R., Mbacham, W.F., Leke, R. (2016). Prevalence of malaria, typhoid, toxoplasmosis and rubella among febrile children in Cameroon. BMC infectious diseases, v. 16, p. 658, 2. Akinyemi KO, Bamiro BS, Coker AO. (2007). Salmonellosis in Lagos, Nigeria: incidence of Plasmodium falciparum-associated co-infection, patterns of antimicrobial resistance, and emergence of reduced susceptibility to fluoroquinolones. J Health Popul. Nutr., 25: 351-358. 3. Alhassan Hussaini Mohammed. (2012). Co-infection profile of Salmonella typhi and Malaria parasite in Sokoto-Nigeria. Global Journal of Science, Engineering and Technology., 201: 13-20 4. ALKASSANE A. I. (2011). Co infection paludisme et infections bactériennes invasives dans le service de Pédiatrie du CHU GT de Janvier 2007 à Décembre 2008. Thèse Med. FMOS/Bko2011 ; n°105. 5. Al-Omar IA, Eligail AM, Al-Ashban RM, Shah AH. (2010). Effect of falciparum malaria infection on blood cholesterol and platelets. Journal of Saudi Chemical Society. 14(1) : 83-89. 6. Ammah A., Nkuo-Akenji T., Ndip R, Deas JE. (2013). An update on concurrent malaria and typhoid fever and in Cameroon. Trans R Soc Trop Med Hyg., 93: 127-129. 7. Asma Waheed Qureshi, Zaib-Ullah Khan., Luqman Khan., Abu Mansoor., Rashid Minhas. (2019). Prevalence of malaria, typhoid and co-infection in district DIR (Lower) Pakistan., Bioscience Journal 35: 317-325. 8. Balédent F., Vergé V. (2010). Découverte fortuite d’une infection à Plasmodium falciparum. Immuno-analyse et Biologie Spécialisée. 25(1) : 62-5. 9. Bashyam H. (2007). Surviving malaria, dying of typhoid: JEM 204(12) 10. Bruneel F., Tubach F., Corne P., Megarbane B., Mira JP., Peytel E. (2010). Severe Imported Falciparum Malaria: A Cohort Study in 400 Critically Ill Adults. Plosone.,8;5(10):e13236 11. Chapand Margaud. (2015). La fièvre typhoïde, le point en 2015. Thèse pharm. FMPOS/Lyon 2015, n°118 ; 129p 12. COOK, G. (1996). Manson’s Tropical Diseases. 20th edition, WB Saunders, London.
  • 55. 44 Rédigé et présenté par : Axel MASRA 13. Cox-Singh J., Davis TME., Kim-Sung L., Sunita SGS., Matusop A., Ratnam S., Rahman HA., Conway DJ et Singh B. (2008). Plasmodium knowlesi malaria in humans is widely distributed and potentially life threatening. Clincal Infectious Diseases: An Official Publication of the Infectious Diseases Society of America., 46(2):165-171 14. Cunha BA. (2004). Osler on typhoid fever: differentiation of typhoid from typhus and malaria Infect Dis. Clin. North Am., 18 : 111–26. 15. Cunha BA. (2005). Malaria vs. typhoid fever: a diagnostic dilemma? Am.J. Med., 118: 1442-1443. 16. Dangana A., Ajobiewe J and Nuhu A. (2010). Hematological changes associated with Salmonella typhi and Salmonella paratyphi in humain. Int. J. Biomed. Health Sci., 6 : 219-222 17. Edet O. (2002). Another opinion on the Widal test. Africa Health. 24:2. 18. Eholié SP., Ehui E., Adou-Bryn K., Kouamé KE., Tanon A., Kakou A. (2004). Paludisme grave de l’adulte autochtone à Abidjan (Côte d’Ivoire). Bull Soc PatholExot., 97 :340 - 344. 19. Erhart LM., Yingyuen K., Chuanak N., Buathong N., Laoboochai A et al. (2004). Hematologic and clinical indices of malaria in a semi-immune population of western Thailand. Am J Trop Med Hyg., 70(1): 8-14. 20. Fallab Stubi C.L., Landry P.R., Pétignat C., Bille J., Genton B. (2006). Compliance to Live Oral Ty21a Typhoid Vaccine, and its Effect on Viability. Journ Of Trav Med., 7(3):133-7. 21. Gopinath R., Keystone JS., Kain KC. (1995). Concurrent falciparum malaria and Salmonella bacteremia in travellers: report of two cases. Clin Infect Dis., n°20: 706-708 22. Hald T., Wingstrand A., Swanenburg M., von Altrock A., Thorberg BM. (2003). The occurrence and epidemilogy of Salmonella in European pig slaughterhouses. Epidemiol Infect., 131 :1187-1203 23. Hamadou SAÏDOU. (17 janvier 2018). Pauvreté, paludisme et réformes des systèmes de santé en Afrique : trois études appliquées au Cameroun. Thèse Doctorale. PSLRU. Paris 2018, n°543 ; 226p 24. Jonston V., Stockley JM., Dockrell D., Warrell D., Bailey R. (2009). Fever in returned travelers presenting in the United Kingdom: recommendations for investigation and initial management. J. Infect., 59(1): 1-18.
  • 56. 45 Rédigé et présenté par : Axel MASRA 25. Kanjilal SD., Dutta A., Mondal RK., Chakravorti S. (2006). Uncomplicated falciparum malaria complicated by salmonella septicaemia: cause not coincidence. J. Indian Med. Assoc., 104 : 646-648. 26. Khovid hunkit W., Kim MS., Memon RA., Shigenaga JK., Moser AH (2004). Effects of infection and inflammation on lipid and lipoprotein metabolism: mechanisms and consequences to the host. J. lipid Res., 45(7): 1169-1196. 27. KOCHAR, D., DAS., A., KOCHAR, A., MIDDHA, S., ACHARYA, J., TANWAR, G., PAKALAPATI, D., SUBUDHI, A., BOOPATHI, P., GARG, S. (2014). A prospective study on adult patients of severe malaria caused by Plasmodium falciparum, Plasmodium vivax and mixed infection from Bikaner, northwest India. Journal of Vector Borne Diseases., v. 51, p. 200 28. Lateef AO., Aprileona LK. (2000). Widal agglutination test- 100 years later: still plagued by controversy; Post grad. Med. J., 76 : 80-84. 29. Laurent V., Hilly J., Bedel J., Planquette B., Legriel S. (2014). Paludisme grave d’importation de l’adulte. Journal Européen des Urgences et de réanimation., 26(2) : 97-104. 30. Mbah CE., Agu B. (2014). Prevalence of malaria and typhoid co-infection among patients in some hospitals in Samaru, Zaria. Ann Bioanthropol., 2: 43-48. 31. Muhammad Sajid, Muhammad Zahid, Riaz Ahmad, Muhammad Rasool, Mudassar Shah, et al. (2017). Co-infection of malaria and typhoid in district Dir (Lower) Khyber Pakhtunkhwa, Pakistan. Journal of Entomology and Zoology Studie., 5: 912-914. 32. Morde RM., Borke ME. (2013). The prevalence of malaria in Edo State, Nigeria. Nigeria Journal of Parasitology., 34: 4146. 33. Nsutebu E., and P. Ndumbe. (2001). The Widal test for typhoid fever: It is useful? Africa Health., 23: 18-19. 34. Obimakinde ET., Simon-Oke IA. (2017). The prevalence of malaria infection among patients attending the Health Cenrtre of the Federal University of Technology Akure, Nigeria. International Journal of Tropical Disease & Health., 27: 1-7. 35. ODIKAMNORO O., IKEH I., OKOH F., EBIRIEKWE S., NNADOZIE I., NKWUDA J., ASOBIE G. (2018). Incidence of malaria/typhoid co-infection among adult population in Unwana community, Afikpo North local Government area, Ebonyi state, Southeastern Nigeria. African journal of infectious diseases., v. 12, n°33. 36. OMS. (2019). Le Rapport sur le paludisme dans le monde en un clin d’oeil. 4 decembre 2019
  • 57. 46 Rédigé et présenté par : Axel MASRA 37. OMS. (2020). Le Rapport sur le paludisme dans le monde. Messages generaux. 30 Novembre 2020 38. OT Kayode., AAA Kayode et OO Awonuga. (2011). Statut de certains paramètres hématologiques et biochimiques dans le paludisme et la co-infection paludisme- typhoïde. Journal des sciences biologiques., 11: 367-373 39. Pr Pierre Aubry et al.,(2020). Paludisme. Medecine Tropicale., 30 : 1-18 40. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Plan stratégique national de lutte contre le paludisme au Cameroun, Cameroun 2011-2015. Yaoundé: MINSANTE.; 2011. 41. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Rapport annuel 2018. Yaoundé: MINSANTE.; 2018. 42. Programme national de lutte contre le paludisme - Cameroun. Rapport annuel 2008. Yaoundé: MINSANTE.; 2008. 43. Puepi Alvine. (2009). Etude bibliographique des thèses réalisées sur le paludisme à la FMPOS, de janvier 2007 à décembre 2008. Thèse Pharm. FMPOS. Bamako 2009 ; 118p 44. QURESHI A.W et al., (2019). PREVALENCE OF MALARIA, TYPHOID AND CO- INFECTION IN DISTRICT DIR(LOWER), PAKISTAN. Biosci. J., v.35, n°1, 317-325 45. RAFIQUE N., IMRAN A., KHAN L. (2016). Identification of Plasmodium falciparum in anemic patients with special reference to pregnancy. Journal of Biodiversity and Environmental Sciences (JBES)., v. 9, n°2, p. 113-121. 46. RAMDE REMA. (1998). Etude des perturbations hematologiques observees au cours de la crise algue de paludisme chez l'enfant au service de pediatrie du centre hospitalier national yalgado ouedraogo. Thèse Pharm. FSS/Bkso 1998 ; n°34. 47. Rapp C., Andriamanantena D., Ficko C., Ba PS., Pelletier C., Barruet R. (2008). Pertinence de l’ictère dans le paludisme grave d’importation de l’adulte. Med Mal infect., 38 : 140-141. 48. Sagbo GG., Alao MJ., D’Almeida M., Lalya F et Ayivi B. (2011). Infection Bactérienne au cours du Paludisme Grave Chez le Nourrisson de moins de six mois au Centre National Hospitalier et Universitaire (CNHU) de Cotonou, Bénin. Clinics in Mother and Child Health., 8 : 1-4. 49. SAISSY J.M., KEMPF J., DEMAZIERE J. et coll. (1991). Neuro-paludisme chez les sujets non immuns. Aspects actuels en-zone d'endémie africaine. La Presse Afédicale., 20 : 836-840