3èmes rencontres eAtlas FAO                  25, 26, 27 octobre 2011                          Cotonou              «La pro...
Participatif, collaboratif, contributif, des termes souvent employés pour lesoutils TIC et plus particulièrement depuis le...
La participation : une action, une façon de conduire l’action et le résultat decette action        Ensemble de mesures des...
Des outils collaboratifs pour renforcer la participation de tous lesacteurs à la gestion d’une ville ?                    ...
Pourquoi le choix de portail collaboratif pour améliorer la gouvernance locale ?   Le projet de portail est né du constat ...
pour répondre à ces attentes   archiver et gérer des contenus,   gérer des droits d’accès publics, privés,   ouvrir des fo...
Mise en place d’une démarche participative par la ville  Une méthode qui a fait ses preuves, contrat de ville, agenda 21lo...
Un usage « consultatif » du site• Les premières contributions ont été mises en ligne par l’équipe universitairedans un obj...
L’évolution de fait d’un portail communal vers un portail municipalsous la conjonction de plusieurs éléments         - Con...
Des questions qui se posaient dans le contexte des entreprises ayantintroduit les outils de travail collaboratif au début ...
Une ambition basée sur une volonté partagée d’innovation dans les usagesdes outils collaboratifs à l’échelle d’une communa...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Co-construction d'un site web collaboratif à Dakar

784 vues

Publié le

Rencontres eAtlas FAO, Cotonou 2011. Atelier 3 : La promotion et le développement des usages. Communication de Françoise Desbordes (

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
784
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
16
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Co-construction d'un site web collaboratif à Dakar

  1. 1. 3èmes rencontres eAtlas FAO 25, 26, 27 octobre 2011 Cotonou «La promotion et le développement des usages » Atelier 3 Mercredi 26 après-midi  Participatif / collaboratif ? Retour d’expérience sur la co-construction d’un siteweb collaboratif à l’échelle d’une banlieue dakaroiseFrançoise Desbordes, Université de Toulouse 1
  2. 2. Participatif, collaboratif, contributif, des termes souvent employés pour lesoutils TIC et plus particulièrement depuis le développement du web2.0 La compréhension donné à ces termes varie suivi l’angle d ’approche, monde de l’ entreprise, de l’éducation, associatif, approche outil ou démarcheLa collaboration : participation à l’élaboration d’une œuvre commune • Le collaboratif : ce qui dans un environnement informatisé ou en ligne vise à favoriser la collaboration entre pairs, permet l’échange et le partage des compétences pour mieux réussir un projet commun. • Dans le travail collaboratif : il y a négociation, conflit, coopération et réalisation d’un produit fini. « Chacun participe à tout pour un enrichissement mutuel ». Alors que dans le travail contributif : chacun réalise sa partie, concourant à la production finale, dont les contributeurs sont au final dépossédés.Le collaboratif et le contributif sont des termes développés essentiellement dansle monde de l’entreprise et de l’éducation 2
  3. 3. La participation : une action, une façon de conduire l’action et le résultat decette action Ensemble de mesures destinées à associer les citoyens au pouvoir, les citoyens au développement, intéresser les personnels à leur entreprise … La participation c’est la collaboration mais au delà des pairs, associant les différents niveaux hiérarchiques pour la définition négociée d’un cadre commun et de règles du jeu Un processus participatif sous-tend un implication active des protagonistes dans une action ou une activité. Si le partage d’information renforce la participation il pose la question de l’outil de communication approprié ; le but n’est pas de diffuser de l’information, mais de soutenir un processus de communication, de susciter le débat au sein d’une communauté. Le partage des points de vue et des opinions sont essentiels à la participation. 3
  4. 4. Des outils collaboratifs pour renforcer la participation de tous lesacteurs à la gestion d’une ville ? des pratiques participatives des citoyens garantes de la production et de l’usage d’outils collaboratifs ?Des recouvrements, des glissements, des mécompréhensions dans l’usage deces termes, des réajustements de fait • dresser un bilan des attentes, apports et déceptions dans la réalisation et l’usage de cet objet « portail collaboratif pour la e-gouvernance et le développement local » devenu « portail de la ville de Guediawaye » vers un défrichage de bonnes et mauvaises pratiques en tirant ce fil des glissements participatif/collaboratif 4
  5. 5. Pourquoi le choix de portail collaboratif pour améliorer la gouvernance locale ? Le projet de portail est né du constat de difficultés : Difficulté à accéder aux informations disponibles sur la ville, projets d’aménagement, équipements à jour, OSC actives, information regroupées sur la création d’activité, le micro crédit … capitalisation des différents diagnostics réalisés sur la ville programmes de développement engagés Et de l’engagement initial de plusieurs catégories d’acteurs à favoriser une bonne gouvernance de la ville Acteurs municipaux Membres d’OCS Administratifs Universitaires 5
  6. 6. pour répondre à ces attentes archiver et gérer des contenus, gérer des droits d’accès publics, privés, ouvrir des forums de discussion permettre à chacun de proposer une contribution à faire valider avant publication que la publication d’information et le chargement de documents soit facile pour un public peu formé à la pratique du web.une solution technique a été proposée par l’équipe universitaire pour initierl’expérimentation, dans l’attente d’une solution correspondant aux compétenceslocales, solution web opensource (Plone/zope), Solution très complète relativement complexe à installer et à administrer (partie assurée dans un premier temps par l’équipe universitaire) d’abord facile pour la consultation et la contribution 6
  7. 7. Mise en place d’une démarche participative par la ville Une méthode qui a fait ses preuves, contrat de ville, agenda 21local : • identification et sensibilisation aux enjeux des partenaires potentiels( élus locaux, techniciens municipaux, responsables d’ONG locales, membres d’associations communautaires de base, représentants de services de l’état) , • Séminaire de lancement afin d’impliquer les acteurs qui devaient préciser leurs attentes • Réalisation d’un pré diagnostic technique : les équipements existants, ce qui se fait déjà, ce qui est en projet, les besoins émergents • Définition des engagements Un premier groupe de travail se constitue : Un coordinateur, des acteurs s’engageant à animer des secteurs : éducation, société civile, collectivités locales, secteur privé. Le secrétaire général de la mairie soutient vigoureusement le projet Un schéma d’organisation de la maquette du portail est choisi : « espaces » dédiés à des secteurs : éducation, société civile, collectivités locales, secteur privé. Un animateur volontaire bénévole est affecté à chaque espace. Plan de formation à l’utilisation de l’outil est mis en place 7
  8. 8. Un usage « consultatif » du site• Les premières contributions ont été mises en ligne par l’équipe universitairedans un objectif d’animation (documents d’archive sur la ville, rapportsd’études, annuaire des associations …)• une forme de contribution s’est peu à peu engagée :des informations numériques ont été fournies au webmaster pour qu’il les metteen ligne Procès verbaux des conseils municipaux, budgets de la ville communiqués par la municipalité, récapitulatif des formalités pour la création d’entrepris fournis par l’antenne de locale de la CCIA.Ces informations sont consultées, mais elles ne font l’objet d’aucun commentairesou complémentsDes verrous classiques identifiésLa formation et l’accès à l’internet, le manque de disponibilité des formésL’épuisement des bénévoles animateurs qui n’obtiennent pas de «facilitations» àleur action (bureau, connexion gratuite, …)Des rugosités liées à la gouvernance: territoire de la municipalité, territoire desOSC, une articulation difficile (cf JJG) 8
  9. 9. L’évolution de fait d’un portail communal vers un portail municipalsous la conjonction de plusieurs éléments - Constat de la difficulté à produire des contenus même en ciblant des projets démonstratifs proposés par les acteurs eux même - cependant refus de renoncement au projet - Evolution des équipes municipales : - population rajeunie plus sensibilisée aux enjeux du web - investissements individuels dans la formation à la création et la gestion de site webRenouvellement du comité de pilotage Composé de personnes formées à l’utilisation du web associant des responsables de services, la production de contenu faisant partie de leur mission, travaillant en liaison avec les webmaster des sites de communes d’arrondissementEvolution vers un site contributif Recueil et mise en ligne d’informations préformatées confiés à personnel dédié 9
  10. 10. Des questions qui se posaient dans le contexte des entreprises ayantintroduit les outils de travail collaboratif au début des années 2000« Une politique d’introduction de ces outils se heurte en priorité à deuxproblèmes : la motivation des troupes et l’absence de formation. »« qui - dans une entreprise - a intérêt à dépenser du temps pour aider des personnesquil ne connaît pas - ou presque ? Qui a intérêt à communiquer aux autres son savoirou son expertise qui font sa valeur aux yeux de lentreprise ? »L’introduction des outils de travail collaboratifs destiné à améliorer la productivité dansun environnement de travail bouscule les habitudes, faut-il bouleverser les habitudes detravail ou y coller au plus prés ?S’il a pu être envisagé par certains de rémunérer les contributions à un forum pourimposer l’utilisation de certains outils de travail collaboratif, il est plus souvent admis quepour ce qui est de la publication de contenus elle doit faire clairement partie desattributions de chacun.Plus récemment l’expérimentation des réseaux sociaux d’entreprise a réactivé lesenjeux générationnels entre ceux qui sont nés avant les « digital natives », et lagénération qui agrandi avec les technologies de l’information. 10
  11. 11. Une ambition basée sur une volonté partagée d’innovation dans les usagesdes outils collaboratifs à l’échelle d’une communauté villeUn glissement progressif vers une solution plus « banale » de constructionde site web d’information pour les usagers de la villeUn site d’information qui pourrait jouer un rôle d’appui à la participation à lagouvernance de la ville si son usage est renforcé : • formation des usagers finaux, • promotion de l’utilisation par les élus, les OSC, les associations • actualisation de l’informationSans animation les réseaux de contributeurs ne peuvent pas se développer,quel que soit l’outil retenu, ce qui se traduit par une faiblesse des contenus etl’absence de partage des points de vue et des opinions essentiels à laparticipation. 11

×