SlideShare une entreprise Scribd logo
ETUDE MARQUES-
CONSOMMATEURS
SUR LES CANNAUX
DIGITAUX
M a i 2 0 1 9
Les
Canaux
digitaux
 Search engine marketing
 Email marketing
 Social media
 Mobile marketing
Search engines
marketing*
* Le search engine marketing ou SEM regroupe l’ensemble
des techniques permettant de tirer un profit marketing et
commercial de l’activité de recherche d’informations sur
Internet qui s’opère sur les moteurs de recherche.
Source : www.definitions-marketing.com
Search Engine Marketing
Google au sommet…
Baidu en émergence
 Google accapare la part du lion au
niveau mondial dans la liste des
moteurs de recherche les plus
consultés avec près de 78% de
part de marché.
 Baidu, le moteur de recherche
Chinois gagne de position au
niveau mondial avec une part de
marché de plus de 13%, laissant
Bingau 3èmerang.
Google
77.73%
Baidu
13.60%
Bing
4.64% Yahoo!
0.41%
P a r t s d e m a r c h é d e s m o t e u r s d e
r e c h e r c h e - 2 0 1 8
S o u r c e : n e t m a r k e t s h a r e . c o m
 La visite des moteurs de recherche
figure sur le top3 des activités en
lignedesmarocains.
 44% des marocains consultent les
moteurs de recherche au moins une
fois par semaine.
Google Consumer Barometer 2017
Search Engine Marketing
SEO* Google
toujours auTop#1
 Les moteurs de recherche génèrent
51% du trafic du site web.1 De ce fait, le
SEO est un canal digital vital pour
garantir un bon classement sur les
résultats de recherche, et donc un
trafic plusimportant.
 Google est à l’origine de 83% du trafic
généré via mobile.2 Les entreprises
ont donc intérêt à optimiser leurs
sites web pour être « mobile-
friendly ».
S o u r c e s : 1 - B r i g h t E d g e R e p o r t – 2 0 1 7 / 2 - n e t m a r k e t s h a r e . c o m
Google
82.72%
Baidu
15.07%
Bing
0.77% Yahoo!
0.88%
P a r t s d e m a r c h é d e s m o t e u r s d e
r e c h e r c h e v i a M o b i l e - 2 0 1 8
du trafic mobile est généré par
le moteur de recherche
Google.
SEO est l'acronyme de Search Engine
Optimization et peut être défini comme
l'art de positionner un site, une page web
ou une application dans les premiers
résultats naturels des moteurs de
recherche. En français, le SEO est désigné
par le terme de référencement naturel.
Source : www.definitions-marketing.com
Les tactiques du SEO ;
Perceptions des praticiens
 Le on-page SEO est perçu comme la tactique
SEO la plus efficace et parmi les pratiques les
moins exigeantes.
 48% de marketeurs à travers le monde le
considèrent comme la pratique la plus effective,
Alors que seulement 4.1% une tache difficile.
 Le link-building est, par contre, accapare la part
du lion en terme de difficulté de mise en œuvre.
En effet 67.46 % des marketers le voit comme la
pratique la plus difficile a appliquer.
Search Engine Marketing
S o u r c e ; S E O s t a t s r e p o r t 2 0 1 7
On-
pqge
SEO
48.45
%
Réseaux
sociaux
1.65%
Link
building
14.96%
Création de
contenu
33.20%
Autres
1.73%
L e s t a c t i q u e s S E O l e s p l u s
e f f i c a c e s - 2 0 1 7
On-
page
SEO
4.10%
Réseaux
sociaux
3.20%
Link
building
67.46%
Création de
contenu
17.62%
Mots clés
1.73%
Autres
3.13%
L e s t a c t i q u e s S E O l e s p l u s
d i f f i c i l e s - 2 0 1 7
S o u r c e ; S E O s t a t s r e p o r t 2 0 1 7
SEO : Think local !
 50% des consomateurs ayant conduit
une recherche locale via mobile ont
visité le magasin le même jour.et 34%
de ceux ayant cherché via desktop ou
tablette ont agit de même.
 Les recherches locales conduisent à
plus d’achats comparativement aux
recherches non locales. En effet, 18%
des recherches locales via mobile se
sont achevées par un acte d’achat
Durant la journée contre 7% des
recherches non locales.
Search Engine Marketing
U n d e r s t a n d i n g C o n s u m e r s ’ L o c a l S e a r c h B e h a v i o r , G o o g l e , M a y 2 0 1 4
Ont effectué
l’achat
Ont effectué
l’achat
SEO et Contenu :
Vers la convergence
La recherche organique était la priorité numéro
un pour les répondants du sondage de BrightEdge.
Selon eux le SEO procure 51% du trafic de leurs
sites web.
La grande majorité des marketeurs (97%) sont
d’accord sur l’idée que le SEO et le contenu
marketing sont de plus en plus intégrés, ou se
convergent carrément en une seule fonction.
52% des répondants affirment qu’une stratégie
SEO bien maitrisée est critique pour le succès à
long terme du contenu marketing.
Search Engine Marketing
3.00%
64.00%
43.00%
Deux disciplines séparées
SEO et contenu deviennet de plus en plus intégrés
Ils ont en train de se convertir en une seule fonction
S o u r c e s : - B r i g h t E d g e R e p o r t
Voient que SEO et le contenu
marketing sont de plus en
plus intégrés, ou se converge
carrément en une seule
fonction.
Email
marketing
La messagerie électronique:
Une croissance continuelle
 Malgré l’expansion des réseaux et de la
messagerie instantanée, l’e-mail demeure très
populaire. Les statistiques1 dévoilent que le
nombre de comptes e-mail va passer de 1.7
comptes/individu en 2017 vers 1.86 en 2021. La
même source estime une croissance
exponentielle du nombre des e-mails reçus et
envoyés pour atteindre 320 milliards messages
en 2021.
 D’autres statistiques2 montrent que bien avant
le début de 2019, on va compter plus de 3.8
milliards utilisateurs, soit 100 millions
utilisateurs additionnels comparativement à
2018. La courbe va continuer de monter pour
atteindre 4.3 milliardsutilisateurs en 2022.
Email marketing
E-mails
vers 2021
1 - S o u r c e :
E m a i l S t a t i s t i c s R e p o r t 2 0 1 7 - 2 0 2 1
Utilisateurs
vers 2021
2 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m

Email marketing
La ligne d’objet:
La 1ère impression est la bonne
 La ligne d’objet d’un e-mail est la première
impression qu’un e-mail laisse et peut ainsi
conduire au succès d’une compagne emailing,
ou mener directement à un flop.
 En chiffres, 48% des consommateurs ouvrent
les e-mails en prenant en considération la
ligne d’objet, ce qui se traduit par une
augmentation du taux d’ouverture.
 La mauvaise impression semble avoir un
effet plutôt irréversible. 69% signalent les
spams en ne se basant que sur l’objet de l’e-
mail.
69%
S o u r c e : i n v e t p c r o . c o m
48%
Email marketing
Décalage entre perception
et réalité du marché
 Les marketeurs sont en décalage avec ce que
leurs clients potentiels et réels attendent de
leurs compagnes e-mailing.
 En effet, pour les praticiens perçoivent la
bonne réputation (38%) et le contenu
exclusive (29%) comme les plus effectifs
critères pour booster les sign-ups. En
revanche, les consommateurs de leur coté
cherchent les remises (45%), des échantillons
gratuits (35%) offres avec livraison gratuite
(35%) .
41% 41%
35% 33%
29%
21% 21%
17% 16% 14% 13%
8%
4%
50% 51%
23% 23%
6%
38%
4%
16%
12%
43%
38%
Ce quechercheles récepteursdes e-mails
Perception Consommateurs vs marketeurs
B2C Ce que les consommateurs aiment le plus dans un e-mail
D M A , M a r k e t e r E m a i l T r a c k i n g S t u d y , 2 0 1 7 , R o y a u m e U n i
Email marketing
Les e-mails transactionnels:
Une performance à ne pas rater
 Les e-mails transactionnels (ou triggered emails)
constituent 4.6% de la totalité des e-mails envoyés au
premier trimestre de 2018.
 Si ce type de e-mails ne représente que moins de 5%; ses
performances s’avèrent plus élevées par rapports aux e-
mails marketing (ou de masse).
 Ainsi, le taux d’ouverture et le taux de clics des mails
transactionnels sont respectivement 60.2% et 91% plus
élevés par rapport aux e-mails de masse.
 Conscients que les triggered emails affichent les
indicateurs de performance les plus élevés, les praticiens
ne ratent pas l’occasion pour en tirer profits en termes
d’expérience-client, de fidélisation, image de marque…
+
+
S o u r c e : Q 1 2 0 1 8 e m a i l t r e n d s a n d b e n c h m a r k s , E p i l s o n .
Email marketing
L’optimisation mobile :
Un « Must-Do »
Les internautes semblent exigeants
lorsqu'il s’agit de la qualité visuelle de
e-mails qu’ils reçoivent. La réaction la
plus populaire face à un email non
optimisé mobile est la suppression. 70
% des consommateurs suppriment
les e-mails qui s’affichent mal sur
l’écran mobile.
S o u r c e : C o n s u m e r V i e w s o f E m a i l M a r k e t i n g
Supprimer
31%
Désabonner
31%
Voir sur PC
23%
Ne sais pas
13%
Lire en tout
cas
3%
Les actions menéeslorsque un e-mail n’est
pas mobile-friendly- 2015
Désabonnement :
Question de fréquence
et de pertinence
 Les consommateurs se désinscrivent
des programmes d’emailing parce
qu’ils se sentent envahis par des
messages ne correspondant pas à
leurs attentes et préférences.
 La pertinence des emails ainsi qu’une
fréquence étudiée s’avèrent parmi
facteurs les clés d’une relation
durable.
Email marketing
Pertinence
31%
Fréquence
31%
Boite e-
mail
surchargée
23%
Moins interessé
de la marque
13%
Autres
3%
R a i s o n s d e d é s a b o n n e m e n t
d ’ u n p r o g r a m m e e m a i l i n g
S o u r c e : B l u e h o r n e t r e p o r t
C o n s u m e r V i e w s o f E m a i l M a r k e t i n g
Social Media
Social Media marketing
Utilisateurs
Facebook
en Oct, 2018
2 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m
Utilisateurs
des media sociaux
en 2018
1 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m

Les réseaux sociaux
Une croissance continuelle
 En 2017, 71% des internautes étaient des
utilisateurs des social media et sont
sensés continuer de croitre.
 L’expansion du mobile a ouvert aux les
réseaux sociaux les possibilités de
développer des fonctionnalités avancées
tels les services géo-dépendants.
 Avec plus de 2 milliards utilisateurs actifs
mensuellement, Facebook est en ce
moment le leader du marché en termes de
couverture et de portée.
Facebook toujours au top1#
Instagram en forte croissance
 Au titre de 2018, Facebook, Instagram, et Twitter sont
les top3 des plateformes utilisées par les marketeurs,
avec une leadership de une semble garder sa
longueur d’avance.
 Comparativement à 2017, cette année a connu des
changements notables notamment pour Instagram qui
a sauté du 4ème rang en 2017, au top2 en 2018, c-à-d.
de 54% à 66 % tout business inclus.
 Youtube et Snapchat ont gagné aussi du terrain,
passant respectivement de 45% et 7% en 2017 à 50 % et
8 % en 2018,
 Twitter et Pinterest ont évolué à la baisse. Twitter
céder sa 2ème position à Instagram, passant de 68%
en 2017 à 62% en 2018. Pinterest quant à lui à chuter de
30% au titre de 2017 à 27% en 2018.
8%
27%
50%
56%
62%
66%
94%
0% 20% 40% 60% 80% 100%
Snapchat
Pinterest
YouTube
Linkedin
Twitter
Instagram
Facebook
L e s r é s e a u x s o c i a u x l e s p l u s
u t i l i s é s p a r l e s m a r k e t e u r s -
2 0 1 8
Social Media marketing
250
290
300
335
1,000
1,900
2,284
- 500 1,000 1,500 2,000 2,500
Pinterest
Snapchat
Linkedin
Twitter
Instagram
YouTube
Facebook
L e n o m b r e d ’ u t i l i s a t e u r s d e
r é s e a u x s o c i a u x d a n s l e
m o n d e – O c t o b r e 2 0 1 8
( e n m i l l i o n s )
S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m
Social Media marketing
Facebook pour le B2C
Facebook pour le B2B
 Selon le Social Media Marketing Industry
Report, il est clair que Facebook domine la
sphère du B2C (75% des marketeurs l’ont
choisi comme le réseau le plus important).
 Pour les marketeurs B2B , Facebook accapare
aussi la part du lion (54%), surpassant
LinkedIn (28%).
 Selon le même rapport, Linkedin a perdu de
son importance au yeux des marketeurs B2B
au profit de Facebook. Ce dernier est passé de
43% en 2017 à 54% en 2018, alors que Linkedin
a chuté de 37% à 28% dans la même intervalle.
Facebook
54%
Instagram
6%
Twitter
6%
Linkedin
28%
YouTube
4%
I m p o r t a n c e d e s m e d i a
s o c i a u x s e l o n l e s
m a r k e t e u r s B 2 B - 2 0 1 8
Facebook
75%
Instagram
11%
Twitter
4%
Linkedin
4%
YouTube
3%
I m p o r t a n c e d e s m e d i a
s o c i a u x s e l o n l e s
m a r k e t e u r s B 2 C - 2 0 1 8
S o u r c e : 2 0 1 8 S o c i a l M e d i a M a r k e t i n g I n d u s t r y R e p o r t
Social Media marketing
9%
35%
60%
63%
72%
Podcasting
Live vidéo
Blogging
Vidéos
Images (visuels)
0% 20% 40% 60% 80%
L e s c o n t e n u s l e s p l u s u t i l i s é s
s u r l e s r é s e a u x s o c i a u x - 2 0 1 8
Images, Vidéos et Blogs
Le top3 des contenus sociaux
 Les contenus les plussollicités par les marketeurs
sur les réseaux sociaux sont notamment: les images
(32%), soit 9 points de moins par rapport à 2017.
 Le Blogginga chuté de 32% en 2017 à 27% en 2018.
 Ce dernier s’avère plus important pour les
marketeurs B2B (36% le choisissent comme le plus
important) que pour les marketeurs B2C (
seulement 22%).
 Les professionnels du B2C accordent plus
d’importance au visuel (36%) alors que seulement
25% des marketeurs B2B le considèrent comme le
plusimportant.
 Les marketeurs envisagent augmenter l’utilisation
des : vidéos (77%),visuels(68%), live vidéos (63%),
blogging(57%), et du podcasting (25%),
Prévoient augmenter l’usage de
la vidéosur les réseaux sociaux
en 2019
Social Media marketing
Quelle plateforme pour quel business ?
Type de business Audience
Facebook Tout type de business (B2Bet B2C) General Actualité du Business, produits, announces, articles, videos…
3-7 fois par
semaine
Twitter
Les businesses qui ciblent une large audience
d’amateurs de technologieavec une bite-sized
information
Amateurs de technologies de tout
âge
Mises à jour urgentes, information du business , annonces,
retweets…
1-3 fois par jour
LinkedIn
Les activités B2B,notammentceux qui visent à
cibler ou à recruter des professionnels
Professionnels de toute= secteur ou
activité
Mises à jour sur l’activité de l’organisation, liens vers des
contenus intéressant ou révélateurs…
1-4 fois par
semaine
Instagram
Businesses B2Cayant intérêt à publier des
visuels attrayant et un contenu doté d’une ligne
narrative en utilisant photos et vidéos
Les millénialsissus de milieux
urbains et semi-urbains
Visuels attrayants, photographies de produits, des
évènements, des personnes , coulisses….
3-5 postes par
semaine
1-15 stories par
jour
YouTube
Les businesses B2Bet B2Cdont les produits ou
les services favorisant les vidéos
informationnels l’attrait visuel.
Tout consommateurcherchant le
divertissement ou effectuant une
recherche général
Vidéos informationnels, éducationnels ou de divertissement
1-3 videos per
week
Google
My Business
Les magasins en dur les entreprises classiques
qui veulentse positionner sur les résultats de
Google search et googlemap .
Tout utilisateur Google utilisant la
fonctionnalité de recherche pout tout
type de business local
Profile détailléedu business -
Pinterest
Les marques orientées-client ciblant les
femmes et quiprônent une présentation
esthétique de leurs produits.
Millennialset femmes d’age moyen
ayant des revenus disponibles
Recettes, fashion, design, décoration, bricolage…
1-5 fois par
semaine
Snapchat
Les marques ciblantune audience de millennial
dont l’imageest associée à la spontanéité et au
fun
Millennials(85% des utilisateurs de
Snapchat’s sont âgés entre 18 et 34)
Actualité, trucs et astuces, ,ises à jour, coulisses,selfies….
1-10 fois par
jour
Source  
Visibilité et trafic
Les bénéfices les plus visibles
La majorité des marketeurs, soit 87%, indiquent que leurs efforts
marketing ont généré une plus grande visibilité pour leurs affaires.
L’accroissement du trafic semble être le deuxième bénéfice des
réseaux sociaux cité avec 78% de professionnels témoignant des
résultats positifs. Le classement des bénéfices top2 demeurent
inchangé depuis 4 années.
Cependant, pour la première fois depuis 4 ans, l’ordre et le poids
des autres bénéfices ont changé.
Social Media marketing
46%
49%
53%
54%
63%
64%
78%
87%
Accroit le leadership éclairé
Accroit les partenariats business
Améliore les ventes
Fournit des renseignents sur le marché
Développe des fans fidèles
Génère les leads
Renforce le trafic
Améliore la visibilité
0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100%
L e s b é n é f i c e s p e r ç u s d e s r é s e a u x
s o c i a u x - 2 0 1 8
A m é l i o r e n t
l a v i s i b i l i t é
A c c r o i s s e n t
l e t r a f i c

« Génère les leads » a diminué vers
64% (66% en 2017).

« Développe des fans fidèles » a
passé de 69% à 63% in 2017.

« Fournit des renseignements sur
le marché » a chuté de 66% in à 54%
.

« Améliore les ventes » reste
quasiment inchangé avec un taux de
53% en 2018 en 52%in 2017.

« Accroit les partenariats business »
» a diminué vers 49% de 53% en 2017.

« Accroit le leadership éclairé » a
diminué vers 46% vers 57% en 2017.
Mobile
marketing
Plus jeune, plus mobile !
Les statistiques confirment l’évidente
corrélation entre l'âge et la tendance à
préférer le mobile. En effet, plus la
personnes détenant plusieurs devices est
âgée, plus elle aura tendance à préférer le
lap-top et le desktop. Inversement plus elle
est jeune,pluselle tend à préférerle mobile.
La même observation s’appliquent
géographiquement parlant: plus le
l’économie est développé, plus on a moins
tendance à privilégier le mobile : à peine un
quart des utilisateurs provenant de l’Europe
et de l’Amérique du Nord déclarent leurs
smartphone comme leurs appareils
préférées. Alors que, en Afrique, au Moyen-
Orient et en Asie Pacifique plus de la moitié
préfère le mobile aux autres appareils.
Mobile marketing
des personnes en
préfèrent le smartphone
aux autres appareils
S o u r c e : G l o b a l w e b i n d e x , 2 0 1 7
de la populationen
et au Moyen-Orient
détient un smartphone
S o u r c e : G l o b a l w e b i n d e x , 2 0 1 7

Mobile App VS Mobile Web
Vivent les applications !
Selon le GlobalMobile Report, plusde 80%
des minutes passées sur les appareils
mobiles sont consommées sur les
applications, alors que moins de 20 % du
temps est passé sur les navigateurs web.
Les taux peuvent relativement changer en
passant du smartphone vers la tablette.
Cette dernière semble un peu plus
confortable pour la navigation web, chose
qui se répercute sur le temps de navigation.
Mobile marketing
S o u r c e : T h e 2 0 1 7 U . S M o b i l e A p p R e p o r t
L e t e m p s p a s s é s u r l e s a p p a r e i l s m o b i l e s a u x U S A - 2 0 1 7
le GlobalMobile Report relève que la durée passée sur la
communication et lesloisirs dépassent largement le temps consommé
pour des usages plus utilitaires.
Mobile marketing
L e t e m p s p a s s é s u r m o b i l e ( M i n u t e s p a r p e r s o n )
Mobile marketing
L e p o u r c e n t a g e m o y e n d u m o b i l e d u t e m p s d i g i t a l p a r a c t i v i t é
le GlobalMobile Report identifie lescatégories« Mobile-First ». Ces catégories d’activité sont celles pratiquées plutôt sur
mobile. En d’autres termes, ce sont les activités où le mobile accapare une part importante du temps digital.
Smartphone VS Desktop
L a c o n c u r r e n c e ? ( 1 / 2 )
Plus accessible, plus disponible, le mobile
semble largement plus utilisé que le desktop
selon plusieurs études et sondages.
Selon The 2017 U.S. Mobile App Report, le
temps consommé sur le smartphone est
généralement 2 fois ou plus du temps alloué
au desktop.
En 2013, le rapport de google Mobile path to
purchase, relève que les internautes passent
plus de 15 heures hebdomadairement rien
que sur leurs mobiles.
Cependant, les professionnels remarquent
une relation paradoxale entre la durée de
navigation sur mobile et le taux de
conversion. Le desktop semble réaliser plus
de performance comparativement à sa durée
d’utilisation largement inférieur au mobile.
Mobile marketing
+
par semaine
de recherche
via mobile
S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , 2 0 1 3
3.9%
2.7%
1.4%
Desktop Tablette Smartphone
0.0%
0.5%
1.0%
1.5%
2.0%
2.5%
3.0%
3.5%
4.0%
4.5%
L e t a u x d e c o n v e r s i o n
p a r d e v i c e - 2 0 1 7
S o u r c e : S m a r t I n s i g h t , 2 0 1 7

Smartphone VS Desktop
L a c o n c u r r e n c e ? ( 2 / 2 )
Selon Adobe 2016 Mobile Retail Report , le
desktop génère 59% du trafic, et 75% du revenue
global, alors que les smartphones est à l’origine
de 32% du trafic des sites marchands, mais
seulement 16% du revenu.
Le Mobile path to purchase, contribue à
apporter des éléments de réponse. En effet, si la
recherche est effectuée principalement sur
mobile, c’est sur un écran offrant plus de détails
ou, plus fréquemment, au magasin que
l’internaute va effectuer son achat.
De plus, le Global Mobile Report, souligne que 25
% du temps écoulé sur mobile est consommé
rien sur que les applications sociales (réseaux
sociaux et messagerie instantanée) ce qui
explique le décalage entre la durée d’utilisation
du mobile et les taux de conversion.
Mobile marketing
+
par semaine
de recherche
via mobile
S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , G o o g l e - N i e l s o n 2 0 1 3

Au magasin
En ligne
(Desktop/Tablette)
Directement via
smartphone


A c t e s d ’ a c h a t
 La majorité (74%) des utilisateurs du mobile
s’en servent durant leurs processus d’achat
via les moteurs de recherche. Les
informations les plus cherchées concernent
notamment les catégories : maison et
jardinage (42%), santé et nutrition (41 %) et
automobile (38 %).
 La recherche sur mobile influence les
décisions d’achat. En effet, 93% des
personnes qui cherchent l’information via
mobile envisagent d’acheter ou passent
effectivement à l’acte d’achat. Les activités de
restauration, beauté et fashion, et les
électroménagers affichent les meilleurs taux
de conversion.
Mobile marketing
S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , G o o g l e - N i e l s o n 2 0 1 3

70%
Envisagent acheter
63%
Envisagent acheter
61%
Envisagent acheter
54%
Ont effectué un achat
40%
Ont effectué un achat
36%
Ont effectué un achat
Maison
et jardinage
Santé
et nutrition
Automobile
Les
Business
Models
du digital
 Selon une étude du fonds d'investissement Partech
Ventures, les levées de fonds de jeunes pousses en
Afrique ont grimpé de 53% en 2017, atteignant 560
millions de dollars. L'étude a recensé 128 opérations de
levées de fonds sur le continent, une hausse de 66% sur
l'année antérieure.
 Ce développement a été accéléré par l'explosion de la
téléphonie mobile: selon une étude du cabinet Deloitte,
660 millions d'Africains devraient être équipés d'un
smartphone en 2020, soit plus d'un habitant sur 2 -
même si seulement 500 millions de ces appareils
auront accès à internet.
Une évolution à la hausse de
l’entrepreneuriat africain
+
des jeunes entrepreneurs
africains en 2017
S o u r c e : P a r t e c h V e n t u r e s
Lorsqu’il s’agit du digital, il est difficile de lister en détail les différents
modèles économiques adoptés par les entreprises en ligne.
Cependant, ont peut tenter de classer les entreprises digitales suivant
une liste des business modèles les plus répandus, à savoir :
 Le modèle de financement par la publicité
 Le modèle du Freemium
 Le modèle de l’abonnement
 Les modèles économiques collaboratifs
 Et les Data-driven models
Il est à noter que les entreprises peuvent mixer deux ou plusieurs
modèles pour former leurs modèles uniques.
Business
models du
digital
Financement
par la Pub
Freemium
Abonnement
Modèles
collaboratifs
Data-driven
models
Une multitude de business
models digitaux
L e s m o d è l e s d u f i n a n c e m e n t
p a r l a p u b l i c i t é
L E C P A :
L e c o û t p a r a c t i o n
C’est le cas où l’annonceur paie
l’éditeur à condition que la cible
réalise une action particulière.
Exemples : inscription à une
newsletter, remplissage d’un
formulaire, commande ou achat
d’un produit, installation d’une
application...
 Certains sites internet ou application
mobiles offrent du contenu ou un accès
totalement gratuits à leurs utilisateurs.
L'entreprise est alors rémunérée par ses
contrats publicitaires. Plusieurs sous-
modèles peuvent s’appliquer.
Le CPC permet aux annonceurs
de payer uniquement lorsque
l’internaute clique sur un lien ou
une bannière publicitaire…
L E C P C :
L e c o û t p a r c l i c
Le CPM ou le coût pour mille,
consiste en la rémunération
de l’éditeur par l’annonceur
en fonction du nombre
d’affichages de sa publicité.
Cette publicité c’est souvent
sous forme d’une bannière
plus ou moins grande.
L E C P M : L a v e n t e d e s
e s p a c e s p u b l i c i t a i r e s
 Vue son caractère gratuit, le freemium consiste
à faire adhérer une masse d’internaute à une
version basique, pour les rediriger ensuite vers
un service payant plus complet, avec des
fonctionnalités à forte valeur ajoutée.
 De très nombreux logiciels et plateformes
digitales ont opté pour le freemium. On peut
compter parmi eux : Facebook, Dropbox,
LinkedIn, Skype… Le modèle attire également
les développeurs des jeux en ligne, sites de
recrutement, vente des cours et formation en
ligne, les plateformes de musique ou de vidéo
en streaming….
Le Freemium
 Dans ce modèle, l’entreprise reçoit régulièrement des paiements
en vue de livrer (ou donner accès à) un produit ou un service.
 Au lieu de vendre le produit ou le service en une seul transaction,
le modèle privilégie une vente étalée sur une période de temps.
 Ce modèle a tété introduit dans le 17ème siècle par les journaux et
trouve sa place aujourd’hui dans pas mal de secteurs.
 En ligne, l’abonnement est combinée souvent au Freemium. La
partie payante du service est offerte en format abonnement.
Le modèle de l’abonnement
facturés mensuellement facturés mensuellement
S o u r c e : i n f o p r e s s e . c o m
un Américain d’âge adulte
dispose en moyenne de…
TV et vidéo sur demande (VOD)
Courses du mois
Iroko TV,Nigeria
C’est une entreprise de distribution de films sur Internet déjà
surnommée le « Netflix africain ».
Les films de la très prolifique industrie cinématographique nigériane,
Nollywood, étaient jusqu’ici surtout distribués sur des dvd vendus un
dollar ou deux, à la sauvette, dans les embouteillages de Lagos.
Jason Njoku a eu l’idée de les rendre accessibles par Internet et ainsi
de toucher l’immense diaspora africaine des pays occidentaux qui en
est friande.
Aujourd’hui,IrokoTV reçoit un million de visiteurs uniques par mois.
Près de 90% du contenu du site –plus de 5. 000 films– est gratuit et en
partie financé par la publicité en ligne. Un système d’abonnement a
aussi été lancé récemment et donne accès aux films les plus récents,
pour 7,99 dollars par mois.
Source : Jeune Afrique
Startups africaines en mode “Freemium +Abonnement”
Mdundo,Kenya
Le site a vocation à donner accès aux musiques locales absentes
des grandes plateformes de streaming et surtout de permettre
aux artistes africains de gagner leur vie.
Tout comme Spotify et Deezer, Mdundo propose une formule
« freemium » : des titres en accès gratuit, accompagnés de
publicité et un abonnement premium à deux ou trois dollars par
mois selon les pays.
Un système qui veut rivaliser avec le téléchargement illégal, dans
une région où 95% de l’écoute se fait soit sur des sites pirates soit
par échange entre particuliers.
Source : Jeune Afrique
Mvelani
RadioVybe
Les entreprises collaboratives comme Airbnb, Blablacar
ou Uber ont construit leurs modèles économiques sur la
foule (crowd) et la désintermédiation du service par la
mise ne relation directe des acteurs. Ce principe se
déploie sur différentes phases de la chaîne de
valeur notamment :
 Crowdsourcing: pour collecter les avis clients pour co-
construire un produit ou un service.
 Crowdfunding: pour lever des fonds et financer les
idées et les petites entreprises
 Crowdshipping: pour transporter les personnes et les
colispar des particuliers
Les modèles économiques
collaboratifs
Crowdfunding
Crowdshipping Crowdsourcing
Quelques startups collaboratives de l’Afriqueet la région MENA
 Les business models axés sur les data offrent aux porteurs de
projets un champs encore vierge pour innover des produits et des
solutions en utilisant et rentabilisant d’énormes quantités de
données.
 Les objets connectés ou ce qu’on appelle les IoT (Internet of
Things) est un nouveau champs d’invention de business models
encore plus innovants. Les specialistes IT stipulent qu’on est
aujourd’hui en train de vivre une nouvelle révolution
technologique après celle de la micro-informatique.
 Plusieurs startups ont saisi l’opportunité et se sont lancés dans
l’aventure de l’IoT. Les voitures, les maisons smart, la montre
iPhone sont les exemples les plus populaires.
 En Afrique, plusieurs startup IoT dans des domaines aussi variés
comme l’agriculture ou les solutions BtoB ont déjà vu le jour.
Les modèles data-driven
Plateformed'analyse parcellaire.
Nigeria
Plateformede détection d’incendies
Sud-Afrique
ETUDE QUANTITATIVE
 L’étude a été réalisée pendant le mois de Décembre
2018 via Internet auprès d’un échantillon de 700
professionnelsmarocains, répartis sur 40 villes,âgés
de 15 ans et pluset pouvant s’exprimer en arabeou en
français .
 Il sont d’abord des étudiants (35%), des employés et
cadres (23%),des inactifs(10%)et des chefsde PME
(6%),des professionsintermédiaireset libérales(6%),..
 Les répondants de cette étude ont été sélectionnés
aléatoirement à partir du panel Averty selon un
procédé de stratification des listes d’invitation assurant
la représentativité optimale des répondants. Les
panélistes ont été recrutés aléatoirement. À titre
comparatif, un échantillon probabiliste de même taille
(n=700) aurait une marge d’erreur de +/- 4%, 19 fois sur
20.

MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE
30.29%
31.29%
16.14%
22.29% Je ne fais pas la différence
Les resultats normaux
Les resultats sponsorisés
Peu importe, ça depend de la pertinence
Sur le moteur de recherche, privilégiez-vous les résultats sponsorisés ou
bien les resultats organiques ?
SEARCH ENGINES OPTIMIZATION / SEARCH ENGINES MARKETING
Quels sont les réseaux sociaux que vous utilisez parmi la liste suivante ?
RÉSEAUX SOCIAUX
13.1%
9.0%
9.6%
10.2%
16.3%
16.8%
36.4%
77.2%
0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0% 80.0% 90.0%
[Aucun]
[Pinterest]
[Twitter]
[Viadeo]
[LinkedIn]
[Snapchat]
[Instagram]
[Facebook]
Récemment, j'ai supprimé ou j'ai désactivé
le(s) réseau(x) social(x) suivant(s):
Récemment, j'ai installé le(s) réseau(x) social(x)
suivant(s):
RÉSEAUX SOCIAUX
5.1%
5.3%
6.1%
8.4%
9.7%
10.7%
13.1%
46.1%
0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00%
[LinkedIn]
[Pinterest]
[Viadeo]
[Facebook]
[Instagram]
[Twitter]
[Snapchat]
[Aucun]
2.6%
2.7%
2.7%
4.7%
5.1%
11.4%
26.1%
48.3%
0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00% 60.00%
[Pinterest]
[Twitter]
[Viadeo]
[Snapchat]
[LinkedIn]
[Instagram]
[Facebook]
[Aucun]
Comment vous décrivez votre relation avec les marques
sur les réseaux sociaux ?
39.57%
15.86%
44.57%
Je ne suis aucune page
Je suis certaines pages sans pour autant interagir
Je suis et j'interagis avec certaines pages
RÉSEAUX SOCIAUX
79.71%
20.29%
Non
Oui
Etes-vous inscrits à des newsletters
commerciales ou à but non lucratif ?
1.71%
5.00%
13.57%
14.29%
20.71%
44.71%
0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00%
La longueur expectée de l'e-mail
Les premières lignes
Le titre
L'organisation d'où il provient
L'offre qu'il propose
Je ne les ouvre pas
Qu'est ce qui vous encourage le plus à ouvrir
un e-mail commercial ?
EMAILING / NEWSLETTERS
En cas de recéption d'e-mails de contenu commercial sans
votre permission, quelle est votre réaction
37.14%
26.00%
15.14%
12.57%
9.14%
Cela ne me dérange pas
J'ignore le mail
Je dénonce l'e-mail comme spam (courrier indésirable)
Je supprime simplement le message indésirable
Je me désabonne de la liste de diffusion
EMAILING / NEWSLETTERS
50.86%
49.14%
L'application mobile de la marque
Le navigateur (pour consuter le siteweb d'une marque/organisation)
Que préférez-vous pour intéragir avec vos
marques préférées ?
36.71%
25.86%
37.43%
Jamais Rarement Souvent
Abandonnez-vous la viste en ligne d'une marque si
son siteweb n'est pas compatible avec le mobile -?
APPLICATIONS MOBILES
Pour vos marques préférées, pourquoi optez-vous pour le site
web plutôt que l'application mobile ?
21.80% 21.80% 21.22% 20.64%
17.73%
7.27%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
[Le site web
contient plus de
contenu/offres]
[Je ne les consulte
pas très
fréquement]
[Pour la protection
de mes données
personnelles]
[Pour le manque
d'espace sur mon
téléphone]
[Pour des raisons
de sécurité]
[Elles ne
possèdent pas
d'applications]
APPLICATIONS MOBILES
Pour vos marques préférées, pourquoi préférez-vous
l'application mobile au le siteweb ?
37.36%
21.35%
19.10%
17.98% 17.98%
0.28%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
30.00%
35.00%
40.00%
[C'est plus
rapide]
[Pour rester à
jour grâce aux
notifications]
[Pour les
consulter à tout
moment]
[Pour profiter
des offres
exclusives]
[Je les consulte
très fréquement]
[Autre]
APPLICATIONS MOBILES
23.71%
13.86% 13.86% 13.29%
8.00%
39.57%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
30.00%
35.00%
40.00%
45.00%
[Les
réseaux
sociaux]
[Les videos] [Les e-
mails]
[Les
applications
mobiles]
[Les
résultats
des
moteurs de
recherche]
[Aucun]
Sur votre mobile, préférez-vous
voir les publicités sur :
22.86%
17.00%
14.57%
9.14%
7.71%
41.71%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
30.00%
35.00%
40.00%
45.00%
[Les réseaux
sociaux]
[Les videos] [Les e-mails] [Les
applications
mobiles]
[Les résultats
des moteurs
de
recherche]
[Aucun]
Sur votre PC (Desktop ou portable),
préférez-vous voir les publicités sur :
PUBLICITÉ EN LIGNE
Préférez-vous voir les publicités sur :
PUBLICITÉ EN LIGNE
23.7%
13.9% 13.9% 13.3%
8.0%
39.6%
22.9%
17.0%
14.6%
7.7%
41.7%
0.0%
5.0%
10.0%
15.0%
20.0%
25.0%
30.0%
35.0%
40.0%
45.0%
[Les réseaux
sociaux]
[Les videos] [Les e-mails] [Les applications
mobiles]
[Les résultats des
moteurs de
recherche]
[Aucun]
Mobile PC
Quels types de contenus appréciez-vous le plus ?
24.1%
18.0%
16.1% 16.1%
11.9% 11.7% 10.9%
9.6%
6.7% 6.3% 6.3% 5.9% 5.7% 5.6%
4.4% 4.1% 3.4%
20.9%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
30.00%
TYPES DE CONTENU
Avec quels types de contenus interagissez-vous le plus ?
21.14%
11.43% 11.00%
9.29% 9.14%
6.57%
5.43%
4.43%
3.43% 2.86% 2.71% 2.43% 2.43% 2.29% 2.29% 2.29% 2.14%
20.86%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
TYPES DE CONTENU
Comparatif des types de contenus les plus appréciés et ceux
qui suscitent le plus d’intéractions
24.14%
18.00%
16.14% 16.14%
11.86% 11.71%
10.86%
9.57%
6.71% 6.29% 6.29% 5.86% 5.71% 5.57%
4.43% 4.14% 3.43%
20.86%
21.1%
2.1%
11.4%
9.1%
6.6%
2.4%
9.3%
2.9%
5.4%
2.7%
6.6%
2.3% 2.3%
4.4%
3.4%
2.3% 2.4%
20.9%
0.00%
5.00%
10.00%
15.00%
20.00%
25.00%
30.00%
Appréciation
Interaction
TYPES DE CONTENU
MERCI DE
VOTRE ATTENTION

Contenu connexe

Tendances

Plan de communication digitale
Plan de communication digitalePlan de communication digitale
Plan de communication digitaleTarik Zghinou
 
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
Eric Culnaert
 
Big data et marketing digital
Big data et marketing digital Big data et marketing digital
Big data et marketing digital
Hamza Sossey
 
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digitalEtude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
Apec
 
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
Bahia Nar
 
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
Hashtag Machine
 
Marketing 2.0 - Techniques et Stratégies
Marketing 2.0 - Techniques et StratégiesMarketing 2.0 - Techniques et Stratégies
Marketing 2.0 - Techniques et StratégiesOlivier Tripet
 
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontaleMarketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
adel156
 
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
Simalaya
 
Communication digitale et médias sociaux
Communication digitale et médias sociauxCommunication digitale et médias sociaux
Communication digitale et médias sociaux
Jacques Hellart
 
iProspect Futur Focus édition 2017
iProspect Futur Focus édition 2017iProspect Futur Focus édition 2017
iProspect Futur Focus édition 2017
iProspect France
 
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentauxLe Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
Appsolute Digital
 
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
Romain Fonnier
 
Marketing, e-fundraising et communication multicanal
Marketing, e-fundraising et communication multicanalMarketing, e-fundraising et communication multicanal
Marketing, e-fundraising et communication multicanal
Agence Excel
 
La Transformation digitale : Histoire
La Transformation digitale : HistoireLa Transformation digitale : Histoire
La Transformation digitale : Histoire
Youssef Belhaj HMC
 
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digital
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digitalEvolution de l'E-commerce à l'ère du digital
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digital
agnesheyd
 
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV BordeauxCours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
Hashtag Machine
 
Usage rxsxentreprise
Usage rxsxentrepriseUsage rxsxentreprise
Usage rxsxentrepriseClaire Turan
 
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
SCREENVIEW
 
Marketing Digital - introduction au design thinking
Marketing Digital - introduction au design thinking Marketing Digital - introduction au design thinking
Marketing Digital - introduction au design thinking
Citron Bien
 

Tendances (20)

Plan de communication digitale
Plan de communication digitalePlan de communication digitale
Plan de communication digitale
 
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
CCC-CONNECTION – expérience client dans le retail, marketing digital expérien...
 
Big data et marketing digital
Big data et marketing digital Big data et marketing digital
Big data et marketing digital
 
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digitalEtude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
Etude Apec - Référentiel des métiers du marketing digital
 
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
Futur du digital marketing en Tunisie: les tendances à suivre en 2015
 
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
Cours n°2 : digitalisation du commerce // ISIC université Montaigne Bordeaux 3
 
Marketing 2.0 - Techniques et Stratégies
Marketing 2.0 - Techniques et StratégiesMarketing 2.0 - Techniques et Stratégies
Marketing 2.0 - Techniques et Stratégies
 
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontaleMarketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
Marketing 2.0, les outils et techniques d'une communication horizontale
 
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
Cas d’usage & écosystème programmatique: Comment couvrir l’ensemble des objec...
 
Communication digitale et médias sociaux
Communication digitale et médias sociauxCommunication digitale et médias sociaux
Communication digitale et médias sociaux
 
iProspect Futur Focus édition 2017
iProspect Futur Focus édition 2017iProspect Futur Focus édition 2017
iProspect Futur Focus édition 2017
 
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentauxLe Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
Le Marketing Digital: introduction aux fondamentaux
 
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
Marketing et programmatique - ebg - quantcast - 2016
 
Marketing, e-fundraising et communication multicanal
Marketing, e-fundraising et communication multicanalMarketing, e-fundraising et communication multicanal
Marketing, e-fundraising et communication multicanal
 
La Transformation digitale : Histoire
La Transformation digitale : HistoireLa Transformation digitale : Histoire
La Transformation digitale : Histoire
 
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digital
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digitalEvolution de l'E-commerce à l'ère du digital
Evolution de l'E-commerce à l'ère du digital
 
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV BordeauxCours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
Cours n°2 marketing pour les creatifs // ECV Bordeaux
 
Usage rxsxentreprise
Usage rxsxentrepriseUsage rxsxentreprise
Usage rxsxentreprise
 
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
Le predictif au service du marketing - ebg - 2016
 
Marketing Digital - introduction au design thinking
Marketing Digital - introduction au design thinking Marketing Digital - introduction au design thinking
Marketing Digital - introduction au design thinking
 

Similaire à Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019

Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
Averty
 
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentairesSocial commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Le Rossignol Alexis
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3
Titiopendoor
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Titiopendoor
 
SEO Local - Votre vitrine digitale
SEO Local - Votre vitrine digitaleSEO Local - Votre vitrine digitale
SEO Local - Votre vitrine digitale
Marc Akoley
 
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…Nurun
 
Digital Marketing as @ 2016
Digital Marketing as @ 2016Digital Marketing as @ 2016
Digital Marketing as @ 2016
Mikael Le Luron
 
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdfLivre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
meryemokassou
 
Presentation etude-linkedin-kantar
Presentation etude-linkedin-kantarPresentation etude-linkedin-kantar
Presentation etude-linkedin-kantar
Emma Bellantonio Goncalves ✔
 
Control Online | Agence Web Digitale
Control Online | Agence Web DigitaleControl Online | Agence Web Digitale
Control Online | Agence Web Digitale
François DA COSTA
 
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
Patrick Barrabé® 😊
 
Barometre social selling_2018
Barometre social selling_2018Barometre social selling_2018
Barometre social selling_2018
Emma Bellantonio Goncalves ✔
 
Ressources webmarketing janvier 2015
Ressources webmarketing janvier 2015Ressources webmarketing janvier 2015
Ressources webmarketing janvier 2015
Mediamaispasque
 
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendances
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendancesStrategie et Marketing Internet synthèse et tendances
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendances
Franck Hashas
 
Sport & Digital
Sport & DigitalSport & Digital
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCDTendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
Florence consultant
 
Comprendre
ComprendreComprendre
Comprendre
AmaniFarhati
 
Comprendre
ComprendreComprendre
Comprendre
ferielBENBELGACEM
 
Une stratégie digitale, c'est quoi ?
Une stratégie digitale, c'est quoi ?Une stratégie digitale, c'est quoi ?
Une stratégie digitale, c'est quoi ?
Entreprise Agile
 

Similaire à Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019 (20)

Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
Etude averty sur les canaux digitaux au Maroc !
 
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentairesSocial commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3
 
SEO Local - Votre vitrine digitale
SEO Local - Votre vitrine digitaleSEO Local - Votre vitrine digitale
SEO Local - Votre vitrine digitale
 
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
 
Digital Marketing as @ 2016
Digital Marketing as @ 2016Digital Marketing as @ 2016
Digital Marketing as @ 2016
 
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdfLivre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
Livre-Blanc-Les-consommateurs-de-A-a-Z-Market-Academy.pdf
 
Presentation etude-linkedin-kantar
Presentation etude-linkedin-kantarPresentation etude-linkedin-kantar
Presentation etude-linkedin-kantar
 
Control Online | Agence Web Digitale
Control Online | Agence Web DigitaleControl Online | Agence Web Digitale
Control Online | Agence Web Digitale
 
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
Social selling - Impact des Médias Sociaux sur l'acte d'achat B2B - 2018
 
Barometre social selling_2018
Barometre social selling_2018Barometre social selling_2018
Barometre social selling_2018
 
Les réseaux sociaux & l'entreprise
Les réseaux sociaux & l'entrepriseLes réseaux sociaux & l'entreprise
Les réseaux sociaux & l'entreprise
 
Ressources webmarketing janvier 2015
Ressources webmarketing janvier 2015Ressources webmarketing janvier 2015
Ressources webmarketing janvier 2015
 
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendances
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendancesStrategie et Marketing Internet synthèse et tendances
Strategie et Marketing Internet synthèse et tendances
 
Sport & Digital
Sport & DigitalSport & Digital
Sport & Digital
 
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCDTendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
Tendances 2016 du marketing numérique par le SNCD
 
Comprendre
ComprendreComprendre
Comprendre
 
Comprendre
ComprendreComprendre
Comprendre
 
Une stratégie digitale, c'est quoi ?
Une stratégie digitale, c'est quoi ?Une stratégie digitale, c'est quoi ?
Une stratégie digitale, c'est quoi ?
 

Etude marque consommateurs sur les canaux digitaux Maroc2019

  • 1. ETUDE MARQUES- CONSOMMATEURS SUR LES CANNAUX DIGITAUX M a i 2 0 1 9
  • 2. Les Canaux digitaux  Search engine marketing  Email marketing  Social media  Mobile marketing
  • 3. Search engines marketing* * Le search engine marketing ou SEM regroupe l’ensemble des techniques permettant de tirer un profit marketing et commercial de l’activité de recherche d’informations sur Internet qui s’opère sur les moteurs de recherche. Source : www.definitions-marketing.com
  • 4. Search Engine Marketing Google au sommet… Baidu en émergence  Google accapare la part du lion au niveau mondial dans la liste des moteurs de recherche les plus consultés avec près de 78% de part de marché.  Baidu, le moteur de recherche Chinois gagne de position au niveau mondial avec une part de marché de plus de 13%, laissant Bingau 3èmerang. Google 77.73% Baidu 13.60% Bing 4.64% Yahoo! 0.41% P a r t s d e m a r c h é d e s m o t e u r s d e r e c h e r c h e - 2 0 1 8 S o u r c e : n e t m a r k e t s h a r e . c o m  La visite des moteurs de recherche figure sur le top3 des activités en lignedesmarocains.  44% des marocains consultent les moteurs de recherche au moins une fois par semaine. Google Consumer Barometer 2017
  • 5. Search Engine Marketing SEO* Google toujours auTop#1  Les moteurs de recherche génèrent 51% du trafic du site web.1 De ce fait, le SEO est un canal digital vital pour garantir un bon classement sur les résultats de recherche, et donc un trafic plusimportant.  Google est à l’origine de 83% du trafic généré via mobile.2 Les entreprises ont donc intérêt à optimiser leurs sites web pour être « mobile- friendly ». S o u r c e s : 1 - B r i g h t E d g e R e p o r t – 2 0 1 7 / 2 - n e t m a r k e t s h a r e . c o m Google 82.72% Baidu 15.07% Bing 0.77% Yahoo! 0.88% P a r t s d e m a r c h é d e s m o t e u r s d e r e c h e r c h e v i a M o b i l e - 2 0 1 8 du trafic mobile est généré par le moteur de recherche Google. SEO est l'acronyme de Search Engine Optimization et peut être défini comme l'art de positionner un site, une page web ou une application dans les premiers résultats naturels des moteurs de recherche. En français, le SEO est désigné par le terme de référencement naturel. Source : www.definitions-marketing.com
  • 6. Les tactiques du SEO ; Perceptions des praticiens  Le on-page SEO est perçu comme la tactique SEO la plus efficace et parmi les pratiques les moins exigeantes.  48% de marketeurs à travers le monde le considèrent comme la pratique la plus effective, Alors que seulement 4.1% une tache difficile.  Le link-building est, par contre, accapare la part du lion en terme de difficulté de mise en œuvre. En effet 67.46 % des marketers le voit comme la pratique la plus difficile a appliquer. Search Engine Marketing S o u r c e ; S E O s t a t s r e p o r t 2 0 1 7 On- pqge SEO 48.45 % Réseaux sociaux 1.65% Link building 14.96% Création de contenu 33.20% Autres 1.73% L e s t a c t i q u e s S E O l e s p l u s e f f i c a c e s - 2 0 1 7 On- page SEO 4.10% Réseaux sociaux 3.20% Link building 67.46% Création de contenu 17.62% Mots clés 1.73% Autres 3.13% L e s t a c t i q u e s S E O l e s p l u s d i f f i c i l e s - 2 0 1 7 S o u r c e ; S E O s t a t s r e p o r t 2 0 1 7
  • 7. SEO : Think local !  50% des consomateurs ayant conduit une recherche locale via mobile ont visité le magasin le même jour.et 34% de ceux ayant cherché via desktop ou tablette ont agit de même.  Les recherches locales conduisent à plus d’achats comparativement aux recherches non locales. En effet, 18% des recherches locales via mobile se sont achevées par un acte d’achat Durant la journée contre 7% des recherches non locales. Search Engine Marketing U n d e r s t a n d i n g C o n s u m e r s ’ L o c a l S e a r c h B e h a v i o r , G o o g l e , M a y 2 0 1 4 Ont effectué l’achat Ont effectué l’achat
  • 8. SEO et Contenu : Vers la convergence La recherche organique était la priorité numéro un pour les répondants du sondage de BrightEdge. Selon eux le SEO procure 51% du trafic de leurs sites web. La grande majorité des marketeurs (97%) sont d’accord sur l’idée que le SEO et le contenu marketing sont de plus en plus intégrés, ou se convergent carrément en une seule fonction. 52% des répondants affirment qu’une stratégie SEO bien maitrisée est critique pour le succès à long terme du contenu marketing. Search Engine Marketing 3.00% 64.00% 43.00% Deux disciplines séparées SEO et contenu deviennet de plus en plus intégrés Ils ont en train de se convertir en une seule fonction S o u r c e s : - B r i g h t E d g e R e p o r t Voient que SEO et le contenu marketing sont de plus en plus intégrés, ou se converge carrément en une seule fonction.
  • 10. La messagerie électronique: Une croissance continuelle  Malgré l’expansion des réseaux et de la messagerie instantanée, l’e-mail demeure très populaire. Les statistiques1 dévoilent que le nombre de comptes e-mail va passer de 1.7 comptes/individu en 2017 vers 1.86 en 2021. La même source estime une croissance exponentielle du nombre des e-mails reçus et envoyés pour atteindre 320 milliards messages en 2021.  D’autres statistiques2 montrent que bien avant le début de 2019, on va compter plus de 3.8 milliards utilisateurs, soit 100 millions utilisateurs additionnels comparativement à 2018. La courbe va continuer de monter pour atteindre 4.3 milliardsutilisateurs en 2022. Email marketing E-mails vers 2021 1 - S o u r c e : E m a i l S t a t i s t i c s R e p o r t 2 0 1 7 - 2 0 2 1 Utilisateurs vers 2021 2 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m 
  • 11. Email marketing La ligne d’objet: La 1ère impression est la bonne  La ligne d’objet d’un e-mail est la première impression qu’un e-mail laisse et peut ainsi conduire au succès d’une compagne emailing, ou mener directement à un flop.  En chiffres, 48% des consommateurs ouvrent les e-mails en prenant en considération la ligne d’objet, ce qui se traduit par une augmentation du taux d’ouverture.  La mauvaise impression semble avoir un effet plutôt irréversible. 69% signalent les spams en ne se basant que sur l’objet de l’e- mail. 69% S o u r c e : i n v e t p c r o . c o m 48%
  • 12. Email marketing Décalage entre perception et réalité du marché  Les marketeurs sont en décalage avec ce que leurs clients potentiels et réels attendent de leurs compagnes e-mailing.  En effet, pour les praticiens perçoivent la bonne réputation (38%) et le contenu exclusive (29%) comme les plus effectifs critères pour booster les sign-ups. En revanche, les consommateurs de leur coté cherchent les remises (45%), des échantillons gratuits (35%) offres avec livraison gratuite (35%) . 41% 41% 35% 33% 29% 21% 21% 17% 16% 14% 13% 8% 4% 50% 51% 23% 23% 6% 38% 4% 16% 12% 43% 38% Ce quechercheles récepteursdes e-mails Perception Consommateurs vs marketeurs B2C Ce que les consommateurs aiment le plus dans un e-mail D M A , M a r k e t e r E m a i l T r a c k i n g S t u d y , 2 0 1 7 , R o y a u m e U n i
  • 13. Email marketing Les e-mails transactionnels: Une performance à ne pas rater  Les e-mails transactionnels (ou triggered emails) constituent 4.6% de la totalité des e-mails envoyés au premier trimestre de 2018.  Si ce type de e-mails ne représente que moins de 5%; ses performances s’avèrent plus élevées par rapports aux e- mails marketing (ou de masse).  Ainsi, le taux d’ouverture et le taux de clics des mails transactionnels sont respectivement 60.2% et 91% plus élevés par rapport aux e-mails de masse.  Conscients que les triggered emails affichent les indicateurs de performance les plus élevés, les praticiens ne ratent pas l’occasion pour en tirer profits en termes d’expérience-client, de fidélisation, image de marque… + + S o u r c e : Q 1 2 0 1 8 e m a i l t r e n d s a n d b e n c h m a r k s , E p i l s o n .
  • 14. Email marketing L’optimisation mobile : Un « Must-Do » Les internautes semblent exigeants lorsqu'il s’agit de la qualité visuelle de e-mails qu’ils reçoivent. La réaction la plus populaire face à un email non optimisé mobile est la suppression. 70 % des consommateurs suppriment les e-mails qui s’affichent mal sur l’écran mobile. S o u r c e : C o n s u m e r V i e w s o f E m a i l M a r k e t i n g Supprimer 31% Désabonner 31% Voir sur PC 23% Ne sais pas 13% Lire en tout cas 3% Les actions menéeslorsque un e-mail n’est pas mobile-friendly- 2015
  • 15. Désabonnement : Question de fréquence et de pertinence  Les consommateurs se désinscrivent des programmes d’emailing parce qu’ils se sentent envahis par des messages ne correspondant pas à leurs attentes et préférences.  La pertinence des emails ainsi qu’une fréquence étudiée s’avèrent parmi facteurs les clés d’une relation durable. Email marketing Pertinence 31% Fréquence 31% Boite e- mail surchargée 23% Moins interessé de la marque 13% Autres 3% R a i s o n s d e d é s a b o n n e m e n t d ’ u n p r o g r a m m e e m a i l i n g S o u r c e : B l u e h o r n e t r e p o r t C o n s u m e r V i e w s o f E m a i l M a r k e t i n g
  • 17. Social Media marketing Utilisateurs Facebook en Oct, 2018 2 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m Utilisateurs des media sociaux en 2018 1 - S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m  Les réseaux sociaux Une croissance continuelle  En 2017, 71% des internautes étaient des utilisateurs des social media et sont sensés continuer de croitre.  L’expansion du mobile a ouvert aux les réseaux sociaux les possibilités de développer des fonctionnalités avancées tels les services géo-dépendants.  Avec plus de 2 milliards utilisateurs actifs mensuellement, Facebook est en ce moment le leader du marché en termes de couverture et de portée.
  • 18. Facebook toujours au top1# Instagram en forte croissance  Au titre de 2018, Facebook, Instagram, et Twitter sont les top3 des plateformes utilisées par les marketeurs, avec une leadership de une semble garder sa longueur d’avance.  Comparativement à 2017, cette année a connu des changements notables notamment pour Instagram qui a sauté du 4ème rang en 2017, au top2 en 2018, c-à-d. de 54% à 66 % tout business inclus.  Youtube et Snapchat ont gagné aussi du terrain, passant respectivement de 45% et 7% en 2017 à 50 % et 8 % en 2018,  Twitter et Pinterest ont évolué à la baisse. Twitter céder sa 2ème position à Instagram, passant de 68% en 2017 à 62% en 2018. Pinterest quant à lui à chuter de 30% au titre de 2017 à 27% en 2018. 8% 27% 50% 56% 62% 66% 94% 0% 20% 40% 60% 80% 100% Snapchat Pinterest YouTube Linkedin Twitter Instagram Facebook L e s r é s e a u x s o c i a u x l e s p l u s u t i l i s é s p a r l e s m a r k e t e u r s - 2 0 1 8 Social Media marketing 250 290 300 335 1,000 1,900 2,284 - 500 1,000 1,500 2,000 2,500 Pinterest Snapchat Linkedin Twitter Instagram YouTube Facebook L e n o m b r e d ’ u t i l i s a t e u r s d e r é s e a u x s o c i a u x d a n s l e m o n d e – O c t o b r e 2 0 1 8 ( e n m i l l i o n s ) S o u r c e : s t a t i s t i c a . c o m
  • 19. Social Media marketing Facebook pour le B2C Facebook pour le B2B  Selon le Social Media Marketing Industry Report, il est clair que Facebook domine la sphère du B2C (75% des marketeurs l’ont choisi comme le réseau le plus important).  Pour les marketeurs B2B , Facebook accapare aussi la part du lion (54%), surpassant LinkedIn (28%).  Selon le même rapport, Linkedin a perdu de son importance au yeux des marketeurs B2B au profit de Facebook. Ce dernier est passé de 43% en 2017 à 54% en 2018, alors que Linkedin a chuté de 37% à 28% dans la même intervalle. Facebook 54% Instagram 6% Twitter 6% Linkedin 28% YouTube 4% I m p o r t a n c e d e s m e d i a s o c i a u x s e l o n l e s m a r k e t e u r s B 2 B - 2 0 1 8 Facebook 75% Instagram 11% Twitter 4% Linkedin 4% YouTube 3% I m p o r t a n c e d e s m e d i a s o c i a u x s e l o n l e s m a r k e t e u r s B 2 C - 2 0 1 8 S o u r c e : 2 0 1 8 S o c i a l M e d i a M a r k e t i n g I n d u s t r y R e p o r t
  • 20. Social Media marketing 9% 35% 60% 63% 72% Podcasting Live vidéo Blogging Vidéos Images (visuels) 0% 20% 40% 60% 80% L e s c o n t e n u s l e s p l u s u t i l i s é s s u r l e s r é s e a u x s o c i a u x - 2 0 1 8 Images, Vidéos et Blogs Le top3 des contenus sociaux  Les contenus les plussollicités par les marketeurs sur les réseaux sociaux sont notamment: les images (32%), soit 9 points de moins par rapport à 2017.  Le Blogginga chuté de 32% en 2017 à 27% en 2018.  Ce dernier s’avère plus important pour les marketeurs B2B (36% le choisissent comme le plus important) que pour les marketeurs B2C ( seulement 22%).  Les professionnels du B2C accordent plus d’importance au visuel (36%) alors que seulement 25% des marketeurs B2B le considèrent comme le plusimportant.  Les marketeurs envisagent augmenter l’utilisation des : vidéos (77%),visuels(68%), live vidéos (63%), blogging(57%), et du podcasting (25%), Prévoient augmenter l’usage de la vidéosur les réseaux sociaux en 2019
  • 21. Social Media marketing Quelle plateforme pour quel business ? Type de business Audience Facebook Tout type de business (B2Bet B2C) General Actualité du Business, produits, announces, articles, videos… 3-7 fois par semaine Twitter Les businesses qui ciblent une large audience d’amateurs de technologieavec une bite-sized information Amateurs de technologies de tout âge Mises à jour urgentes, information du business , annonces, retweets… 1-3 fois par jour LinkedIn Les activités B2B,notammentceux qui visent à cibler ou à recruter des professionnels Professionnels de toute= secteur ou activité Mises à jour sur l’activité de l’organisation, liens vers des contenus intéressant ou révélateurs… 1-4 fois par semaine Instagram Businesses B2Cayant intérêt à publier des visuels attrayant et un contenu doté d’une ligne narrative en utilisant photos et vidéos Les millénialsissus de milieux urbains et semi-urbains Visuels attrayants, photographies de produits, des évènements, des personnes , coulisses…. 3-5 postes par semaine 1-15 stories par jour YouTube Les businesses B2Bet B2Cdont les produits ou les services favorisant les vidéos informationnels l’attrait visuel. Tout consommateurcherchant le divertissement ou effectuant une recherche général Vidéos informationnels, éducationnels ou de divertissement 1-3 videos per week Google My Business Les magasins en dur les entreprises classiques qui veulentse positionner sur les résultats de Google search et googlemap . Tout utilisateur Google utilisant la fonctionnalité de recherche pout tout type de business local Profile détailléedu business - Pinterest Les marques orientées-client ciblant les femmes et quiprônent une présentation esthétique de leurs produits. Millennialset femmes d’age moyen ayant des revenus disponibles Recettes, fashion, design, décoration, bricolage… 1-5 fois par semaine Snapchat Les marques ciblantune audience de millennial dont l’imageest associée à la spontanéité et au fun Millennials(85% des utilisateurs de Snapchat’s sont âgés entre 18 et 34) Actualité, trucs et astuces, ,ises à jour, coulisses,selfies…. 1-10 fois par jour Source  
  • 22. Visibilité et trafic Les bénéfices les plus visibles La majorité des marketeurs, soit 87%, indiquent que leurs efforts marketing ont généré une plus grande visibilité pour leurs affaires. L’accroissement du trafic semble être le deuxième bénéfice des réseaux sociaux cité avec 78% de professionnels témoignant des résultats positifs. Le classement des bénéfices top2 demeurent inchangé depuis 4 années. Cependant, pour la première fois depuis 4 ans, l’ordre et le poids des autres bénéfices ont changé. Social Media marketing 46% 49% 53% 54% 63% 64% 78% 87% Accroit le leadership éclairé Accroit les partenariats business Améliore les ventes Fournit des renseignents sur le marché Développe des fans fidèles Génère les leads Renforce le trafic Améliore la visibilité 0% 10% 20% 30% 40% 50% 60% 70% 80% 90% 100% L e s b é n é f i c e s p e r ç u s d e s r é s e a u x s o c i a u x - 2 0 1 8 A m é l i o r e n t l a v i s i b i l i t é A c c r o i s s e n t l e t r a f i c  « Génère les leads » a diminué vers 64% (66% en 2017).  « Développe des fans fidèles » a passé de 69% à 63% in 2017.  « Fournit des renseignements sur le marché » a chuté de 66% in à 54% .  « Améliore les ventes » reste quasiment inchangé avec un taux de 53% en 2018 en 52%in 2017.  « Accroit les partenariats business » » a diminué vers 49% de 53% en 2017.  « Accroit le leadership éclairé » a diminué vers 46% vers 57% en 2017.
  • 24. Plus jeune, plus mobile ! Les statistiques confirment l’évidente corrélation entre l'âge et la tendance à préférer le mobile. En effet, plus la personnes détenant plusieurs devices est âgée, plus elle aura tendance à préférer le lap-top et le desktop. Inversement plus elle est jeune,pluselle tend à préférerle mobile. La même observation s’appliquent géographiquement parlant: plus le l’économie est développé, plus on a moins tendance à privilégier le mobile : à peine un quart des utilisateurs provenant de l’Europe et de l’Amérique du Nord déclarent leurs smartphone comme leurs appareils préférées. Alors que, en Afrique, au Moyen- Orient et en Asie Pacifique plus de la moitié préfère le mobile aux autres appareils. Mobile marketing des personnes en préfèrent le smartphone aux autres appareils S o u r c e : G l o b a l w e b i n d e x , 2 0 1 7 de la populationen et au Moyen-Orient détient un smartphone S o u r c e : G l o b a l w e b i n d e x , 2 0 1 7 
  • 25. Mobile App VS Mobile Web Vivent les applications ! Selon le GlobalMobile Report, plusde 80% des minutes passées sur les appareils mobiles sont consommées sur les applications, alors que moins de 20 % du temps est passé sur les navigateurs web. Les taux peuvent relativement changer en passant du smartphone vers la tablette. Cette dernière semble un peu plus confortable pour la navigation web, chose qui se répercute sur le temps de navigation. Mobile marketing S o u r c e : T h e 2 0 1 7 U . S M o b i l e A p p R e p o r t L e t e m p s p a s s é s u r l e s a p p a r e i l s m o b i l e s a u x U S A - 2 0 1 7
  • 26. le GlobalMobile Report relève que la durée passée sur la communication et lesloisirs dépassent largement le temps consommé pour des usages plus utilitaires. Mobile marketing L e t e m p s p a s s é s u r m o b i l e ( M i n u t e s p a r p e r s o n )
  • 27. Mobile marketing L e p o u r c e n t a g e m o y e n d u m o b i l e d u t e m p s d i g i t a l p a r a c t i v i t é le GlobalMobile Report identifie lescatégories« Mobile-First ». Ces catégories d’activité sont celles pratiquées plutôt sur mobile. En d’autres termes, ce sont les activités où le mobile accapare une part importante du temps digital.
  • 28. Smartphone VS Desktop L a c o n c u r r e n c e ? ( 1 / 2 ) Plus accessible, plus disponible, le mobile semble largement plus utilisé que le desktop selon plusieurs études et sondages. Selon The 2017 U.S. Mobile App Report, le temps consommé sur le smartphone est généralement 2 fois ou plus du temps alloué au desktop. En 2013, le rapport de google Mobile path to purchase, relève que les internautes passent plus de 15 heures hebdomadairement rien que sur leurs mobiles. Cependant, les professionnels remarquent une relation paradoxale entre la durée de navigation sur mobile et le taux de conversion. Le desktop semble réaliser plus de performance comparativement à sa durée d’utilisation largement inférieur au mobile. Mobile marketing + par semaine de recherche via mobile S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , 2 0 1 3 3.9% 2.7% 1.4% Desktop Tablette Smartphone 0.0% 0.5% 1.0% 1.5% 2.0% 2.5% 3.0% 3.5% 4.0% 4.5% L e t a u x d e c o n v e r s i o n p a r d e v i c e - 2 0 1 7 S o u r c e : S m a r t I n s i g h t , 2 0 1 7 
  • 29. Smartphone VS Desktop L a c o n c u r r e n c e ? ( 2 / 2 ) Selon Adobe 2016 Mobile Retail Report , le desktop génère 59% du trafic, et 75% du revenue global, alors que les smartphones est à l’origine de 32% du trafic des sites marchands, mais seulement 16% du revenu. Le Mobile path to purchase, contribue à apporter des éléments de réponse. En effet, si la recherche est effectuée principalement sur mobile, c’est sur un écran offrant plus de détails ou, plus fréquemment, au magasin que l’internaute va effectuer son achat. De plus, le Global Mobile Report, souligne que 25 % du temps écoulé sur mobile est consommé rien sur que les applications sociales (réseaux sociaux et messagerie instantanée) ce qui explique le décalage entre la durée d’utilisation du mobile et les taux de conversion. Mobile marketing + par semaine de recherche via mobile S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , G o o g l e - N i e l s o n 2 0 1 3  Au magasin En ligne (Desktop/Tablette) Directement via smartphone   A c t e s d ’ a c h a t
  • 30.  La majorité (74%) des utilisateurs du mobile s’en servent durant leurs processus d’achat via les moteurs de recherche. Les informations les plus cherchées concernent notamment les catégories : maison et jardinage (42%), santé et nutrition (41 %) et automobile (38 %).  La recherche sur mobile influence les décisions d’achat. En effet, 93% des personnes qui cherchent l’information via mobile envisagent d’acheter ou passent effectivement à l’acte d’achat. Les activités de restauration, beauté et fashion, et les électroménagers affichent les meilleurs taux de conversion. Mobile marketing S o u r c e : M o b i l e p a t h t o p u r c h a s e , G o o g l e - N i e l s o n 2 0 1 3  70% Envisagent acheter 63% Envisagent acheter 61% Envisagent acheter 54% Ont effectué un achat 40% Ont effectué un achat 36% Ont effectué un achat Maison et jardinage Santé et nutrition Automobile
  • 32.  Selon une étude du fonds d'investissement Partech Ventures, les levées de fonds de jeunes pousses en Afrique ont grimpé de 53% en 2017, atteignant 560 millions de dollars. L'étude a recensé 128 opérations de levées de fonds sur le continent, une hausse de 66% sur l'année antérieure.  Ce développement a été accéléré par l'explosion de la téléphonie mobile: selon une étude du cabinet Deloitte, 660 millions d'Africains devraient être équipés d'un smartphone en 2020, soit plus d'un habitant sur 2 - même si seulement 500 millions de ces appareils auront accès à internet. Une évolution à la hausse de l’entrepreneuriat africain + des jeunes entrepreneurs africains en 2017 S o u r c e : P a r t e c h V e n t u r e s
  • 33. Lorsqu’il s’agit du digital, il est difficile de lister en détail les différents modèles économiques adoptés par les entreprises en ligne. Cependant, ont peut tenter de classer les entreprises digitales suivant une liste des business modèles les plus répandus, à savoir :  Le modèle de financement par la publicité  Le modèle du Freemium  Le modèle de l’abonnement  Les modèles économiques collaboratifs  Et les Data-driven models Il est à noter que les entreprises peuvent mixer deux ou plusieurs modèles pour former leurs modèles uniques. Business models du digital Financement par la Pub Freemium Abonnement Modèles collaboratifs Data-driven models Une multitude de business models digitaux
  • 34. L e s m o d è l e s d u f i n a n c e m e n t p a r l a p u b l i c i t é L E C P A : L e c o û t p a r a c t i o n C’est le cas où l’annonceur paie l’éditeur à condition que la cible réalise une action particulière. Exemples : inscription à une newsletter, remplissage d’un formulaire, commande ou achat d’un produit, installation d’une application...  Certains sites internet ou application mobiles offrent du contenu ou un accès totalement gratuits à leurs utilisateurs. L'entreprise est alors rémunérée par ses contrats publicitaires. Plusieurs sous- modèles peuvent s’appliquer. Le CPC permet aux annonceurs de payer uniquement lorsque l’internaute clique sur un lien ou une bannière publicitaire… L E C P C : L e c o û t p a r c l i c Le CPM ou le coût pour mille, consiste en la rémunération de l’éditeur par l’annonceur en fonction du nombre d’affichages de sa publicité. Cette publicité c’est souvent sous forme d’une bannière plus ou moins grande. L E C P M : L a v e n t e d e s e s p a c e s p u b l i c i t a i r e s
  • 35.  Vue son caractère gratuit, le freemium consiste à faire adhérer une masse d’internaute à une version basique, pour les rediriger ensuite vers un service payant plus complet, avec des fonctionnalités à forte valeur ajoutée.  De très nombreux logiciels et plateformes digitales ont opté pour le freemium. On peut compter parmi eux : Facebook, Dropbox, LinkedIn, Skype… Le modèle attire également les développeurs des jeux en ligne, sites de recrutement, vente des cours et formation en ligne, les plateformes de musique ou de vidéo en streaming…. Le Freemium
  • 36.  Dans ce modèle, l’entreprise reçoit régulièrement des paiements en vue de livrer (ou donner accès à) un produit ou un service.  Au lieu de vendre le produit ou le service en une seul transaction, le modèle privilégie une vente étalée sur une période de temps.  Ce modèle a tété introduit dans le 17ème siècle par les journaux et trouve sa place aujourd’hui dans pas mal de secteurs.  En ligne, l’abonnement est combinée souvent au Freemium. La partie payante du service est offerte en format abonnement. Le modèle de l’abonnement facturés mensuellement facturés mensuellement S o u r c e : i n f o p r e s s e . c o m un Américain d’âge adulte dispose en moyenne de… TV et vidéo sur demande (VOD) Courses du mois
  • 37. Iroko TV,Nigeria C’est une entreprise de distribution de films sur Internet déjà surnommée le « Netflix africain ». Les films de la très prolifique industrie cinématographique nigériane, Nollywood, étaient jusqu’ici surtout distribués sur des dvd vendus un dollar ou deux, à la sauvette, dans les embouteillages de Lagos. Jason Njoku a eu l’idée de les rendre accessibles par Internet et ainsi de toucher l’immense diaspora africaine des pays occidentaux qui en est friande. Aujourd’hui,IrokoTV reçoit un million de visiteurs uniques par mois. Près de 90% du contenu du site –plus de 5. 000 films– est gratuit et en partie financé par la publicité en ligne. Un système d’abonnement a aussi été lancé récemment et donne accès aux films les plus récents, pour 7,99 dollars par mois. Source : Jeune Afrique Startups africaines en mode “Freemium +Abonnement” Mdundo,Kenya Le site a vocation à donner accès aux musiques locales absentes des grandes plateformes de streaming et surtout de permettre aux artistes africains de gagner leur vie. Tout comme Spotify et Deezer, Mdundo propose une formule « freemium » : des titres en accès gratuit, accompagnés de publicité et un abonnement premium à deux ou trois dollars par mois selon les pays. Un système qui veut rivaliser avec le téléchargement illégal, dans une région où 95% de l’écoute se fait soit sur des sites pirates soit par échange entre particuliers. Source : Jeune Afrique Mvelani RadioVybe
  • 38. Les entreprises collaboratives comme Airbnb, Blablacar ou Uber ont construit leurs modèles économiques sur la foule (crowd) et la désintermédiation du service par la mise ne relation directe des acteurs. Ce principe se déploie sur différentes phases de la chaîne de valeur notamment :  Crowdsourcing: pour collecter les avis clients pour co- construire un produit ou un service.  Crowdfunding: pour lever des fonds et financer les idées et les petites entreprises  Crowdshipping: pour transporter les personnes et les colispar des particuliers Les modèles économiques collaboratifs Crowdfunding Crowdshipping Crowdsourcing Quelques startups collaboratives de l’Afriqueet la région MENA
  • 39.  Les business models axés sur les data offrent aux porteurs de projets un champs encore vierge pour innover des produits et des solutions en utilisant et rentabilisant d’énormes quantités de données.  Les objets connectés ou ce qu’on appelle les IoT (Internet of Things) est un nouveau champs d’invention de business models encore plus innovants. Les specialistes IT stipulent qu’on est aujourd’hui en train de vivre une nouvelle révolution technologique après celle de la micro-informatique.  Plusieurs startups ont saisi l’opportunité et se sont lancés dans l’aventure de l’IoT. Les voitures, les maisons smart, la montre iPhone sont les exemples les plus populaires.  En Afrique, plusieurs startup IoT dans des domaines aussi variés comme l’agriculture ou les solutions BtoB ont déjà vu le jour. Les modèles data-driven Plateformed'analyse parcellaire. Nigeria Plateformede détection d’incendies Sud-Afrique
  • 41.  L’étude a été réalisée pendant le mois de Décembre 2018 via Internet auprès d’un échantillon de 700 professionnelsmarocains, répartis sur 40 villes,âgés de 15 ans et pluset pouvant s’exprimer en arabeou en français .  Il sont d’abord des étudiants (35%), des employés et cadres (23%),des inactifs(10%)et des chefsde PME (6%),des professionsintermédiaireset libérales(6%),..  Les répondants de cette étude ont été sélectionnés aléatoirement à partir du panel Averty selon un procédé de stratification des listes d’invitation assurant la représentativité optimale des répondants. Les panélistes ont été recrutés aléatoirement. À titre comparatif, un échantillon probabiliste de même taille (n=700) aurait une marge d’erreur de +/- 4%, 19 fois sur 20.  MÉTHODOLOGIE DE L’ÉTUDE
  • 42. 30.29% 31.29% 16.14% 22.29% Je ne fais pas la différence Les resultats normaux Les resultats sponsorisés Peu importe, ça depend de la pertinence Sur le moteur de recherche, privilégiez-vous les résultats sponsorisés ou bien les resultats organiques ? SEARCH ENGINES OPTIMIZATION / SEARCH ENGINES MARKETING
  • 43. Quels sont les réseaux sociaux que vous utilisez parmi la liste suivante ? RÉSEAUX SOCIAUX 13.1% 9.0% 9.6% 10.2% 16.3% 16.8% 36.4% 77.2% 0.0% 10.0% 20.0% 30.0% 40.0% 50.0% 60.0% 70.0% 80.0% 90.0% [Aucun] [Pinterest] [Twitter] [Viadeo] [LinkedIn] [Snapchat] [Instagram] [Facebook]
  • 44. Récemment, j'ai supprimé ou j'ai désactivé le(s) réseau(x) social(x) suivant(s): Récemment, j'ai installé le(s) réseau(x) social(x) suivant(s): RÉSEAUX SOCIAUX 5.1% 5.3% 6.1% 8.4% 9.7% 10.7% 13.1% 46.1% 0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00% [LinkedIn] [Pinterest] [Viadeo] [Facebook] [Instagram] [Twitter] [Snapchat] [Aucun] 2.6% 2.7% 2.7% 4.7% 5.1% 11.4% 26.1% 48.3% 0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00% 60.00% [Pinterest] [Twitter] [Viadeo] [Snapchat] [LinkedIn] [Instagram] [Facebook] [Aucun]
  • 45. Comment vous décrivez votre relation avec les marques sur les réseaux sociaux ? 39.57% 15.86% 44.57% Je ne suis aucune page Je suis certaines pages sans pour autant interagir Je suis et j'interagis avec certaines pages RÉSEAUX SOCIAUX
  • 46. 79.71% 20.29% Non Oui Etes-vous inscrits à des newsletters commerciales ou à but non lucratif ? 1.71% 5.00% 13.57% 14.29% 20.71% 44.71% 0.00% 10.00% 20.00% 30.00% 40.00% 50.00% La longueur expectée de l'e-mail Les premières lignes Le titre L'organisation d'où il provient L'offre qu'il propose Je ne les ouvre pas Qu'est ce qui vous encourage le plus à ouvrir un e-mail commercial ? EMAILING / NEWSLETTERS
  • 47. En cas de recéption d'e-mails de contenu commercial sans votre permission, quelle est votre réaction 37.14% 26.00% 15.14% 12.57% 9.14% Cela ne me dérange pas J'ignore le mail Je dénonce l'e-mail comme spam (courrier indésirable) Je supprime simplement le message indésirable Je me désabonne de la liste de diffusion EMAILING / NEWSLETTERS
  • 48. 50.86% 49.14% L'application mobile de la marque Le navigateur (pour consuter le siteweb d'une marque/organisation) Que préférez-vous pour intéragir avec vos marques préférées ? 36.71% 25.86% 37.43% Jamais Rarement Souvent Abandonnez-vous la viste en ligne d'une marque si son siteweb n'est pas compatible avec le mobile -? APPLICATIONS MOBILES
  • 49. Pour vos marques préférées, pourquoi optez-vous pour le site web plutôt que l'application mobile ? 21.80% 21.80% 21.22% 20.64% 17.73% 7.27% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% [Le site web contient plus de contenu/offres] [Je ne les consulte pas très fréquement] [Pour la protection de mes données personnelles] [Pour le manque d'espace sur mon téléphone] [Pour des raisons de sécurité] [Elles ne possèdent pas d'applications] APPLICATIONS MOBILES
  • 50. Pour vos marques préférées, pourquoi préférez-vous l'application mobile au le siteweb ? 37.36% 21.35% 19.10% 17.98% 17.98% 0.28% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% 30.00% 35.00% 40.00% [C'est plus rapide] [Pour rester à jour grâce aux notifications] [Pour les consulter à tout moment] [Pour profiter des offres exclusives] [Je les consulte très fréquement] [Autre] APPLICATIONS MOBILES
  • 51. 23.71% 13.86% 13.86% 13.29% 8.00% 39.57% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% 30.00% 35.00% 40.00% 45.00% [Les réseaux sociaux] [Les videos] [Les e- mails] [Les applications mobiles] [Les résultats des moteurs de recherche] [Aucun] Sur votre mobile, préférez-vous voir les publicités sur : 22.86% 17.00% 14.57% 9.14% 7.71% 41.71% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% 30.00% 35.00% 40.00% 45.00% [Les réseaux sociaux] [Les videos] [Les e-mails] [Les applications mobiles] [Les résultats des moteurs de recherche] [Aucun] Sur votre PC (Desktop ou portable), préférez-vous voir les publicités sur : PUBLICITÉ EN LIGNE
  • 52. Préférez-vous voir les publicités sur : PUBLICITÉ EN LIGNE 23.7% 13.9% 13.9% 13.3% 8.0% 39.6% 22.9% 17.0% 14.6% 7.7% 41.7% 0.0% 5.0% 10.0% 15.0% 20.0% 25.0% 30.0% 35.0% 40.0% 45.0% [Les réseaux sociaux] [Les videos] [Les e-mails] [Les applications mobiles] [Les résultats des moteurs de recherche] [Aucun] Mobile PC
  • 53. Quels types de contenus appréciez-vous le plus ? 24.1% 18.0% 16.1% 16.1% 11.9% 11.7% 10.9% 9.6% 6.7% 6.3% 6.3% 5.9% 5.7% 5.6% 4.4% 4.1% 3.4% 20.9% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% 30.00% TYPES DE CONTENU
  • 54. Avec quels types de contenus interagissez-vous le plus ? 21.14% 11.43% 11.00% 9.29% 9.14% 6.57% 5.43% 4.43% 3.43% 2.86% 2.71% 2.43% 2.43% 2.29% 2.29% 2.29% 2.14% 20.86% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% TYPES DE CONTENU
  • 55. Comparatif des types de contenus les plus appréciés et ceux qui suscitent le plus d’intéractions 24.14% 18.00% 16.14% 16.14% 11.86% 11.71% 10.86% 9.57% 6.71% 6.29% 6.29% 5.86% 5.71% 5.57% 4.43% 4.14% 3.43% 20.86% 21.1% 2.1% 11.4% 9.1% 6.6% 2.4% 9.3% 2.9% 5.4% 2.7% 6.6% 2.3% 2.3% 4.4% 3.4% 2.3% 2.4% 20.9% 0.00% 5.00% 10.00% 15.00% 20.00% 25.00% 30.00% Appréciation Interaction TYPES DE CONTENU