SlideShare une entreprise Scribd logo
Exploitation réseaux
d'assainissement
Ministère de l'Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique
République algérienne démocratique et populaire
Ecole Nationale Supérieure d'Hydraulique
Rapport du stage
Organisme : L’ONA Unité Ghardaïa.
Préparé par : Ben Youcef Slimane
Encadré par :
Année universitaire : 2016 – 2017
Sommaire
- Introduction
I- Présentation de l’office nationale d’assainissement :
1-Historique
2-Missions
3-Organisation
II- Comprendre les eaux usées :
1-Les eaux usées domestiquesindustrielles et pluviales
2-Le rôle de l’assainissement
3-Fonctionnement de l’assainissement des eaux usées
III- Activités :
1-Exploitation et maintenance
2-Contrôle
3-Sensibilisation
4-Coopération
5-L’ONA en chiffres
IV- Partie Pratique :
1- Exploitation réseau d’assainissement
2- Les plans et les cartes
3- Organisation du travail
4- Programme préventif
5- Les interventions curatives
6- Hygiènes et sécurité
V- Conclusion
VI- Annexe
- Remerciements
Introduction
Face à l’ouverture de l’économie nationale sur le marché mondial, les
entreprises nationales et privées se sont retrouvées confrontées à un challenge
de taille ; où en plus de la qualité du produit destiné à la consommation, des
exigences environnementales par rapport aux pratiques et activités viennent
s’ajouter dans un système organisé de management de l’environnement qui
veille à la conciliation des activités de l’entreprise avec la protection de
l’environnement dans une optique de développement durable.
La mutation du système économique Algérien, engagée, a permis aux
entreprises nationales de participer à la relance économique du pays.
Les règles imposées par le marché international, font de la certification ISO
14001, une pièce nécessaire que doit obtenir l’ONA, afin de s’inscrire dans le
plan national, voir mondial de la protection de l’environnement et d’accéder à
un marché mondial de libre échange équitable.
L’ONA est un établissement public dont la raison d’être est d’absorber la
pollution des effluents liquides urbains afin de protéger le milieu récepteur. Il
s’est donc inscrit dans une démarche de performance et d’efficacité
environnementales en tenant compte de la dimension « protection de
l’environnement » dans toutes les activités de façon coordonnée.
Le challenge consiste donc à éliminer progressivement les impacts négatifs de
l’activité de l’Office, qui génèrent des nuisances (déchets, effluents chimiques,
consommation de l’énergie, …) à l’environnement.
I- Présentation de l’office nationale d’assainissement :
1- Historique:
L’ONA se substitue à l’ensemble des établissements et organismes publics,
nationaux, régionaux et locaux en charge du service public de
l’assainissement, notamment :
 L’Agence Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (AGEP).
 Les établissements publics nationaux à compétence régionale de gestion
de l’assainissement.
 Les EPEDEMIA de wilaya; les régies et services communaux de gestion des
systèmes d’assainissement.
L’unité Ghardaïa commencé ca travail en fin 2006, et le centre en 2008 qui
couvre les secteur : Daya + Ghardaïa + Bounoura + Al-Ateuf, et le centre
geurara en 2010 qui couvre la commune geurara et barienne, et le centre de
meniaa en 2012, et centre de de metlili est en cour de transfère.
2- Missions :
L’Office est chargé de la gestion, l’exploitationet de la maintenance des
ouvrages et infrastructuresd’assainissement, assurant notamment les
missionsde:
- protection et de sauvegarde des ressources etde l’environnement
hydrique;
- lutte contre les sources de pollution hydrique;
- préservation de la santé publique ;
- Proposer au ministère de tutelle les mesuresd’encouragement de l’état ou
les incitations àcaractère technique ou financier dans ledomaine de
l’assainissement ;
- Entreprendre toutes actions de sensibilisation, d’éducation, de formation
ou d’étude et de recherchedans le domaine de la lutte contre la pollution
hydrique ;
- Prendre en charge, éventuellement, les installations d’évacuation des eaux
pluviales dans ses zonesd’intervention pour le compte des collectivités
locales ;
- Réaliser des projets nouveaux financés par l’état ou les collectivités locales.
- Etablir le cadastre des infrastructures de l’assainissement et en assurer sa
mise à jour.
- Elaborer les schémas directeurs de développement des infrastructures
d’assainissement relevant deson domaine d’activité.
- Elaborer et mettre en œuvre la politique de promotion des sous-produits
de l’assainissement.
L’Office étudie et propose à l’autorité de tutelle la politique de tarification et
de redevances dans ledomaine de l’assainissement et veille à son
application.
L’ONA assure également pour le compte de l’État, la maîtrise d’ouvrage et
d’œuvre déléguéeconcernant les projets d’études, de réalisation, de
réhabilitation, de diagnostics de stations d’épuration, deréseaux
d’assainissement et de collecte d’eau pluviale ainsi que des stations de
relevage.
3- Organisation :
L’ONA est doté d’un Conseil d’Orientation et de Surveillance et est dirigé par
un Directeur Général.
Sous l’autorité du Directeur Général, adjoint du Directeur Général chargé de
développement et de l’exploitation.
Six directions centrales chargées respectivement de l’administration et des
finances, des ressources humaines et de la formation, de l’exploitation et de
la maintenance, des études et travaux, du patrimoine et des moyens
généraux et enfin de la réglementation et de la gestion déléguée.
Trois (03) Directions Assainissement, Onze (11) zones, (42) Unités
d’assainissement sur (42) wilaya, (165) Centres d’assainissement et deux (02)
Unités travaux et réhabilitations.
Zone de Laghouat :
- Unité Laghouat
- Unité Ghardaïa
- Unité Naama
- Unité El Bayadh
- Unité Djelfa
II- Comprendre les eaux usées :
On distingue trois grandes catégories d’eaux usées : les eaux domestiques, les
eaux industrielles, les eaux pluviales.
1- Les eaux usées domestiques :
Elles proviennent des différents usages domestiques de l’eau. Elles sont
essentiellement porteuses de pollution organique. Elles se répartissent en
eaux ménagères, qui ont pour origine les salles de bains et les cuisines, et
sont généralement chargées de détergents, de graisses, de solvants, de
débris organiques, etc. et en eaux "vannes" ; il s’agit des rejets des toilettes,
chargés de diverses matières organiques azotées et de germes fécaux.
La pollution journalière produite par une personne utilisant de 150 à 200
litres d’eau est évaluée à :
- de 70 à 90 grammes de matières en suspension
- de 60 à 70 grammes de matières organiques
- de 15 à 17 grammes de matières azotées
- 4 grammes de phosphore
- plusieurs milliards de germes pour 100 ml.
2- Les eaux industrielles :
Elles sont très différentes des eaux usées domestiques. Leurs caractéristiques
varient d’une industrie à l’autre. En plus de matières organiques, azotées ou
phosphorées, elles peuvent également contenir des produits toxiques, des
solvants, des métaux lourds, des micropolluants organiques, des
hydrocarbures.
Certaines d’entre elles doivent faire l’objet d’un prétraitement de la part des
industriels avant d’être rejetées dans les réseaux de collecte.
3- Les eaux pluviales :
Elles peuvent, elles aussi, constituer la cause de pollutions importantes des
cours d’eau, notamment pendant les périodes orageuses. L’eau de pluie se
charge d’impuretés au contact de l’air (fumées industrielles), puis, en
ruisselant, des résidus déposés sur les toits et les chaussées des villes (huiles
de vidange, carburants, résidus de pneus et métaux lourds).
- Le rôle de l’assainissement :
L’assainissement des eaux usées est devenu un impératif. En effet, le
développement des activités humaines s’accompagne inévitablement d’une
production croissante de rejets polluants. Les ressources en eau ne sont pas
inépuisables. Leur dégradation, sous l’effet des rejets d’eaux polluées, peut
non seulement détériorer gravement l’environnement, mais aussi entraîner
des risques de pénurie. L’assainissement sert donc à préserver la ressource
et le patrimoine naturel.
- Fonctionnement de l’assainissement des eaux usées :
La collecte s’effectue par l’évacuation des eaux usées domestiques, (et
éventuellement industrielles ou pluviales) dans les canalisations d’un
réseau d’assainissement appelés aussi collecteurs. Le transport des eaux
usées dans les collecteurs se fait en général par gravité, c’est-à-dire sous
l’effet de leur poids. Il peut parfois s’effectuer par refoulement, sous
pression ou sous dépression.
Les canalisations sont en amiante-ciment ou en PVC. Lorsque la configuration
du terrain ne permet pas un écoulement satisfaisant des eaux collectées, on
a recours à différents procédés (pompage et stations de relèvement) pour
faciliter leur acheminement vers la station d’épuration où elles subissent
différents traitements.
Le but de ces traitements est de diminuer suffisamment la quantité de
substances polluantes contenues dans les eaux usées pour que l’eau
finalement rejetée dans le milieu naturel ne dégrade pas ce dernier. Le
"nettoyage" des eaux usées obéit donc à une logique de préservation des
ressources en eau et de protection de l’environnement.
III- Activités :
1- Exploitation et maintenance :
- Entretien du réseau :
L’ONA prend en charge la gestion des systèmes d’assainissement de 1 023
communes sur les 1 541 existantes, le reste des communes sont gérées soit
par les régies communales en attendant le transfert de ces communes à
l’ONA, soit par les sociétés par actions créées dans le cadre de la gestion
déléguée du service public de l’eau et de l’assainissement telles que SEAAL
pour Alger, SEAOR pour Oran, SEACO pour Constantine. Ces réseaux font
l’objet de visites et de curages périodiques. L’entretien des ouvrages
annexes comprend notamment le curage des bouches d’égout, l’entretien
des bassins de retenue, des déversoirs d’orage, des postes de relèvement
des eaux usées et des branchements. Une exploitation efficace du réseau
suppose un travail d’entretien rigoureux et permanent du personnel qualifié
du service d’assainissement.
- Exploitation de stations d’épuration :
L’épuration des eaux usées constitue un axe stratégique pour l’équilibre
hydrique et écologique. Par conséquent, d’importants programmes de
réalisation de stations d’épuration ont été conçus et lancés pour protéger la
ressource et le littoral, d’autant que l’Algérie a ratifié la convention de
Barcelone pour la protection de la mer Méditerranée. L’ONA exploite 124
(dont 66 stations de lagunage) réparties sur l’ensemble du territoire national
et toutes les stations à boues activées disposent de laboratoire de contrôle.
Les procédés les plus répondus utilisés sont à boues activées et à lagunage
naturel. Le facteur de la ressource est prédominant pour la majorité des
stations. Cependant, depuis 2006 le facteur récupération des eaux usées est
intégré progressivement dans le fonctionnement pour quelques stations
d’épuration.
- Exploitation de stations de relevage :
Le transport des eaux usées dans les collecteurs se fait en général par
gravité, c’est-à-dire sous l’effet de leur poids. Il peut parfois s’effectuer par
refoulement, sous pression ou sous dépression. Lorsque la configuration du
terrain ne permet pas un écoulement satisfaisant des eaux collectées, on a
recours à différents procédés (pompage et stations de relèvage). Ainsi l’ONA
gère actuellement 432 stations de relevage/pompage Volume des eaux
usées relevé durant le mois de Novembre 22 millions de m3.
2- Contrôle :
A l’instar de ce qui se passe pour la production d’eau potable, l’épuration des
eaux usées fait, elle aussi, l’objet de contrôles. Ces derniers consistent en
une série de mesures pratiquées par l’exploitant de la station d’épuration.
Elle permet de mesurer l’efficacité de l’épuration, de s’assurer du respect
des normes de rejets, de la bonne élimination ou évacuation des sous-
produits de l’épuration (boues, graisses, etc.) et de détecter les éventuelles
anomalies de fonctionnement de l’installation.
Ainsi, pour un meilleur suivi et contrôle de la qualité des eaux, l’ONA est
doté d’un laboratoire central et de plusieurs laboratoires de contrôle répartis
sur toutes les stations d’épuration.
3- Sensibilisation :
L’Office National de l’Assainissement considère la sensibilisation de la
population à la préservation de l’environnement hydrique comme une de ses
priorités. L’objectif est de convaincre l’opinion publique de la nécessité de
lutter contre le gaspillage et la pollution de cette ressource vitale qu’est
l’eau.
A cet effet, de multiples actions de sensibilisation à l’attention de tous les
publics confondus et plus particulièrement des enfants sont lancées
régulièrement.
C’est ainsi que l’ONA organise souvent des journées portes ouvertes pour
recevoir les écoliers et les étudiants.
L’ONA participe aussi régulièrement à des émissions radio destinées aux
enfants et portant sur les questions environnementales en général.
Par ailleurs, une panoplie de supports d’information et de sensibilisations :
affiches, dépliants, prospectus…etc.
4- Coopération :
La gestion des activités de l’ONA et la conduite de son plan de
développement nécessitent des moyens matériels et immatériels importants
et la mobilisation de capacités technologiques et de compétences de
premier plan.
Pour cela, L’ONA a eu recours à la coopération et au partenariat dans les
différents domaines de la réalisation, des études, de l’équipement et de la
formation. Les pays qui y contribuent sont :
Belgique, Union Européenne, Tunisie, Autres pays.
Par ailleurs, de nombreuses entreprises étrangères de réalisation activent en
Algérie dans les différents domaines de l’assainissement.
Ces entreprises proviennent de la Chine, l’Autriche, la France, l’Espagne et le
Portugal.
5- L’ONA en chiffres :
• Nombre de communes gérées par l’ONA : 1 023
• Louangeur du réseau géré par l’ONA : 47 048 km
• Nombre de STEP en exploitation par l’ONA : 124
• Volume mensuel (Novembre 2015) des eaux épurées : 16,19 Millions de
m3
• Nombre d’interventions réalisées durant le mois de Novembre 2015 : 30
149 interventions
• Linéaire de réseau curé durant le mois de Novembre 2015 : 627 Km
• Nombre de branchements réalisés durant le mois de Novembre 2015 : 47
branchements
• Linéaire de conduites renouvelées durant le mois de Novembre 2015 : 1
492 ml
• Nombre de Station de relevages gérés par l’ONA : 432 Stations de relevage
et de drainage
• Volume mensuel des eaux usées relevé durant le mois de Novembre 2015
: 22 Millions de m3.
Au niveau de l’ONA Ghardaïa :
- La longueur des réseaux : 940 Km
- Les collecteurs principaux : 200 Km
- Les réseaux secondaires et tertiaires : 740 Km
L’Organigramme de centre Ghardaïa
Chef de département
Coordinateur d’exploitation
Chef de centre
Les chefs d’équipes
En générale le programme préventif ce fait manuellement, et les interventions
curatives ce fait par le camion hydro-cureur .
La zone de Laghouat
Centre de Ghardaïa
L’unité de Ghardaïa
préventif
Curative
Al-ateufBounouraGha 02Gha 01
Manuel Hydro-curage Vidangeur +
hydro-curage
Vidangeur
IV- Partie pratique :
1- Exploitation réseau d’assainissement :
Collectivités locales, industries, entreprises d’assainissement… doivent être
sensibles au bon fonctionnement de leur réseau d’assainissement.
Les réseaux d’assainissement représentent un patrimoine important
particulièrement pour les collectivités. Les Directions Assainissement des
communautés urbaines sont généralement organisées en trois grands secteurs :
exploitation des réseaux, travaux neufs et épuration. L’exploitant de réseau a en
charge ces trois fonctions
Rôle de l’exploitant de réseau :
En relation permanente avec les élus, les services administratifs, les sociétés
privées…, l’exploitant de réseau joue un rôle prépondérant dans le bon
fonctionnement du système d’assainissement et se doit d’être toujours
disponible (astreintes) pour satisfaire l’ensemble des utilisateurs du réseau.
Ses compétences de gestionnaire couvrent autant la distribution de l’eau
potable, l’assainissement, la signalétique, les voiries publiques, que
l’aménagement du territoire.
L’exploitant de réseau se doit d’être en permanence informé des plans de
prévention, risques d’inondation ou de séismes, et évènements
météorologiques exceptionnels (alertes météorologiques, grands froids) afin de
pouvoir envisager d’éventuels interventions d’urgence et de surveillance
minutieuse.
2- Les plans et les cartes :
3- Programme préventif
Afin améliorer le bien-être des citoyens de Ghardaïa, L’ONA unité Ghardaïa
procède quotidiennement à de multiples opérations. Elles consistent :
 Au curage préventif des réseaux.
 À l’entretien et l’exploitation des réseaux d’assainissement et les stations de
relevages et les stations d’épurations.
 Mettre correspondance les services concernés pour la mise à niveau des
regards sur chaussées pour permettre l’accès au réseau.
 Aux interventions d’urgence suite aux appels arrivant au bureau.
 Au diagnostic de l’état des réseaux au moyen d’inspections télévisuelles
pour anticiper les casses de canalisation et les affaissements de chaussée.
Pour ce la il existe un programme annuelle à suivre par les chefs d’équipes sur
terraine, on distingue 3 type d’équipe :
a- Curage systématique mécanisé :
Cette cellule s’occupe de curage par pression d’eau des canalisations du réseau
d’Assainissement non visitables (diamètre inférieur à 800 mm).
b- Curage systématique manuel :
Les opérations de curage manuel permettent d’extraire plusieurs tonnes de
dépôt contenues dans les regards de visite et bouches d’égout, ce qui constitue
une préparation adéquate du réseau pour les opérations de curage
systématique mécanisé.
Pour assuré :
- Curage des bouches d égout
- Nettoyage des regards de visite
- Evacuation des boues des regards
- Curage des fossés et dalot
c- Curage systématique des gros collecteurs :
L’objectif de cette opération est d’effectuer des visites d’inspection et des
interventions de curage et de petites réfections au niveau des canalisations
d’Assainissement dont le diamètre est supérieur à 800 mm, afin de remédier
aux dysfonctionnements éventuels.
En suit, à la fin de journée chaque chef d’équipe rend une fiche de travail au
service d’exploitation.
L’étape la plus important est l’étape d’analyse du données pour découvrir les
points noirs, nombre d’interventions, l’avancement du programme préventif..
Etc.
4- Les interventions curatives :
On dit une intervention curative lorsque l’unité reçoive une réclamation par
téléphone ou courrier ou présence au bureau.
Au
niveau d’unité Ghardaïa on travail par un logiciel que organise les réclamations
et les interventions.
Sur logiciel on distingue plusieurs types de problèmes :
- Fosse pleine (aspiration)
- Regard dégradé (rapport au service concerné)
- Manque tampon (ajouter un nouveau tampon)
- Existence bouchon (curage par l’hydro-cureur)
- Retour vers habitation
- Cave inondé (aspiration)
- Débordement (aspiration + curage)
- Détection de regard
- Réseau chargé (curage manuelle ou par l’hydro-cureur)
Les types de réclamations :
- Public (réseau public)
- Privé (réseau ou regard privé)
- Prestation (les entreprises publiques ou privés)
En suit, la réclamation doit transmettre à une équipe sur terrain pour réglé le
problème.
En générale la cause des problèmes d’assainissement soit :
- Canalisation endommagé.
- Regard dégradé.
- mode de vie des habitants.
Fiche de travail :
Fiche de travail contient les détails de l’opération effectué comme suit :
- Type d’intervention : préventif ou curative
- Nombre d’agents
- Type de conduit : PVC ou Amiante-ciment
- Nombres de regards récurés
- Quantité des déchets en m3
- Volume épuisé en m3
- Moyen d’intervention : manuel, hydro-cureur ou pompe d’aspirateur
- Diamètre de la conduite
5- Organisation du travail :
Le cadre chef de centre est chargé de la bonne gestion du travail par :
- Suivi le programme préventif.
- Suivi les interventions curatives.
- Suivi les points noirs : les problèmes fréquents et les problèmes de
conception (faible pente, sous dimension, stations de lavages,
conduites endommagé).
- Suivi les stations de relevages des eaux pluviales.
- Propose des solutions avec un devis quantitatif et estimative.
6- Hygiènes et sécurité
V- Conclusion :
Ce stage était l’occasion et le moyen de découvrir une organisation
que inconnu pour moi dans lequel on s’est rendu compte que on est
confronté à des problèmes sur terrain qui se résume à la
contamination de la ville et par la suit on a vue qu’on peut intervenir
par plusieurs méthode afin de résoudre ses problèmes et ce stage
nous a permet d’améliorer et d’approfondir nos connaissances
acquise durant les séances de cours et d’éclaircir quelques
ambigüités.
VI- Annexe :
- Le matériel de curages :
- Le matériel de sécurité :
- Fiche de travail :
Remerciements
Au terme de ce travail on tient a exprimer nos vif remerciement au directeur
de l’ONA unité Ghardaïa qui nous a met en disposition toutes les conditions
pour que le stage se déroule parfaitement.
On tient aussi a remercié Mr Kara Brahim pour son encadrement, sa
disponibilité, ses encouragement, et ses suivis durant tout le stage qui s’est
passé a la merveille.
Sans oublier Mr Hadj Ali et Mr Mimouni et tout le reste des personnes qui
nous ont donnés de leur savoir sur le terrain.
Merci à tous les enseignants qui ont contribués à notre formation .

Contenu connexe

Tendances

Assainissement 02
Assainissement 02Assainissement 02
Assainissement 02Sami Sahli
 
Méthode de caquot
Méthode de caquotMéthode de caquot
Méthode de caquot
ayoub hachcham
 
Assainissement routier
Assainissement routierAssainissement routier
Assainissement routier
Adel Nehaoua
 
Alimentation en-eau-potable-aep -
Alimentation en-eau-potable-aep -Alimentation en-eau-potable-aep -
Alimentation en-eau-potable-aep -
amirachouieb
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
Roland Yonaba
 
Cours-assainissement.pdf
Cours-assainissement.pdfCours-assainissement.pdf
Cours-assainissement.pdf
SamirTravaux
 
Hydraulique en Charge
Hydraulique en ChargeHydraulique en Charge
Hydraulique en Charge
Roland Yonaba
 
Formules hydro
Formules hydroFormules hydro
Formules hydro
vrd123
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationchanel86
 
Projet d assainissement
Projet d assainissementProjet d assainissement
Projet d assainissement
Benkahla Mohamed
 
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
sofyannsofyann
 
calcule VRD
calcule VRDcalcule VRD
calcule VRD
Ahmed Touati
 
Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potables
Abdoulaye SECK
 
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben SalehEtude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
hydrolicien
 
Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1
yacine iskounen
 
Partie 1 - Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
Partie 1  -  Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004Partie 1  -  Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
Partie 1 - Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
Ahmed EL ATARI
 
Rapport de sortie d'hydrogéologie
Rapport de sortie d'hydrogéologieRapport de sortie d'hydrogéologie
Rapport de sortie d'hydrogéologie
Mohamed Yacouba Kallo
 
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013Souhila Benkaci
 
Trace-Routier.pdf
Trace-Routier.pdfTrace-Routier.pdf
Trace-Routier.pdf
OthmanJahid
 

Tendances (20)

Assainissement 02
Assainissement 02Assainissement 02
Assainissement 02
 
Méthode de caquot
Méthode de caquotMéthode de caquot
Méthode de caquot
 
Ouvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliquesOuvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliques
 
Assainissement routier
Assainissement routierAssainissement routier
Assainissement routier
 
Alimentation en-eau-potable-aep -
Alimentation en-eau-potable-aep -Alimentation en-eau-potable-aep -
Alimentation en-eau-potable-aep -
 
Hydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface LibreHydraulique à Surface Libre
Hydraulique à Surface Libre
 
Cours-assainissement.pdf
Cours-assainissement.pdfCours-assainissement.pdf
Cours-assainissement.pdf
 
Hydraulique en Charge
Hydraulique en ChargeHydraulique en Charge
Hydraulique en Charge
 
Formules hydro
Formules hydroFormules hydro
Formules hydro
 
Conception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epurationConception d'une station d'epuration
Conception d'une station d'epuration
 
Projet d assainissement
Projet d assainissementProjet d assainissement
Projet d assainissement
 
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
Conception d’un code de calcul pour le dimensionnement des stations d’épurati...
 
calcule VRD
calcule VRDcalcule VRD
calcule VRD
 
Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potables
 
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben SalehEtude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
Etude de voirie et d'assainissement du lotissement Beni Amir à Fkih Ben Saleh
 
Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1
 
Partie 1 - Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
Partie 1  -  Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004Partie 1  -  Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
Partie 1 - Assainissement sur AutoCad 2007 et 2004
 
Rapport de sortie d'hydrogéologie
Rapport de sortie d'hydrogéologieRapport de sortie d'hydrogéologie
Rapport de sortie d'hydrogéologie
 
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013
Hydrologie et hydraulique urbaine en réseau d'assainissement 2013
 
Trace-Routier.pdf
Trace-Routier.pdfTrace-Routier.pdf
Trace-Routier.pdf
 

Similaire à Exploitation réseau d'assainissement

ONA
ONAONA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdfcommunique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
Audrey Verdez
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
SMBS contact
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
PEXE
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
LISEA
 
Sedou -Presentation Lab
Sedou -Presentation LabSedou -Presentation Lab
Sedou -Presentation Lab
Catherine Pfeifer
 
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
LISEA
 
FICHE AESN EAUX PLUVIALES
FICHE AESN EAUX PLUVIALESFICHE AESN EAUX PLUVIALES
FICHE AESN EAUX PLUVIALES
SMBS contact
 
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUESAIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
SMBS contact
 
Guide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_defGuide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_def
sosi2020
 
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALESDOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
SMBS contact
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Charente  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2014 - ARB NA
LISEA
 
La réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesLa réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitées
Voarino
 
Présentation smun
Présentation smunPrésentation smun
Présentation smunconferencedd
 
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gretRendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
PatrickTanz
 
Pollutec Seine Saint Denis 2008
Pollutec Seine Saint Denis 2008Pollutec Seine Saint Denis 2008
Pollutec Seine Saint Denis 2008
Conor MARCUS
 
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Seine en Partage
 

Similaire à Exploitation réseau d'assainissement (20)

ONA
ONAONA
ONA
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2016 - ARB NA
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2016 - ARB NA
 
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdfcommunique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
communique_de_presse_-_15_laureats_pour_lappel_a_partenaires_gemapi_0.pdf
 
Copil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_docCopil bilan 2016_doc
Copil bilan 2016_doc
 
Contrat filiere-eau
Contrat filiere-eauContrat filiere-eau
Contrat filiere-eau
 
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Dordogne - 2012 à 2016 - ARB NA
 
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Indre  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Indre - 2012 à 2014 - ARB NA
 
Sedou -Presentation Lab
Sedou -Presentation LabSedou -Presentation Lab
Sedou -Presentation Lab
 
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NASuivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
Suivi Eau BV Vienne - 2012 à 2016 - ARB NA
 
FICHE AESN EAUX PLUVIALES
FICHE AESN EAUX PLUVIALESFICHE AESN EAUX PLUVIALES
FICHE AESN EAUX PLUVIALES
 
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUESAIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
AIDES AESN MILIEUX AQUATIQUES
 
Guide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_defGuide gestion patrimoniale-hd_def
Guide gestion patrimoniale-hd_def
 
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALESDOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
DOC AESN BONNE GESTION EAUX PLUVIALES
 
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente  - 2012 à 2014 - ARB NASuivi Eau BV Charente  - 2012 à 2014 - ARB NA
Suivi Eau BV Charente - 2012 à 2014 - ARB NA
 
La réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitéesLa réutilisation des eaux usées traitées
La réutilisation des eaux usées traitées
 
Présentation smun
Présentation smunPrésentation smun
Présentation smun
 
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gretRendre potable les eaux de surface au Senegal gret
Rendre potable les eaux de surface au Senegal gret
 
Pollutec Seine Saint Denis 2008
Pollutec Seine Saint Denis 2008Pollutec Seine Saint Denis 2008
Pollutec Seine Saint Denis 2008
 
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
Le retour des frayères sur la Seine et autres solutions pour améliorer la qua...
 

Plus de BENYOUCEF Slimane

الثورة العلمية عند توماس كون
الثورة العلمية عند توماس كون الثورة العلمية عند توماس كون
الثورة العلمية عند توماس كون
BENYOUCEF Slimane
 
Les étoiles filantes
Les étoiles filantesLes étoiles filantes
Les étoiles filantes
BENYOUCEF Slimane
 
La zone à déficit hydrique et la végétation
La zone à déficit hydrique et la végétationLa zone à déficit hydrique et la végétation
La zone à déficit hydrique et la végétation
BENYOUCEF Slimane
 
Rapport de stage hydrologie sur terrain
Rapport de stage hydrologie sur terrain  Rapport de stage hydrologie sur terrain
Rapport de stage hydrologie sur terrain
BENYOUCEF Slimane
 
A short history of hydraulics
A short history of hydraulicsA short history of hydraulics
A short history of hydraulics
BENYOUCEF Slimane
 
Tourisme spacial
Tourisme spacialTourisme spacial
Tourisme spacial
BENYOUCEF Slimane
 
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de step
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de stepLes techniques de réhabilitation des ouvrages de step
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de step
BENYOUCEF Slimane
 

Plus de BENYOUCEF Slimane (7)

الثورة العلمية عند توماس كون
الثورة العلمية عند توماس كون الثورة العلمية عند توماس كون
الثورة العلمية عند توماس كون
 
Les étoiles filantes
Les étoiles filantesLes étoiles filantes
Les étoiles filantes
 
La zone à déficit hydrique et la végétation
La zone à déficit hydrique et la végétationLa zone à déficit hydrique et la végétation
La zone à déficit hydrique et la végétation
 
Rapport de stage hydrologie sur terrain
Rapport de stage hydrologie sur terrain  Rapport de stage hydrologie sur terrain
Rapport de stage hydrologie sur terrain
 
A short history of hydraulics
A short history of hydraulicsA short history of hydraulics
A short history of hydraulics
 
Tourisme spacial
Tourisme spacialTourisme spacial
Tourisme spacial
 
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de step
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de stepLes techniques de réhabilitation des ouvrages de step
Les techniques de réhabilitation des ouvrages de step
 

Exploitation réseau d'assainissement

  • 1. Exploitation réseaux d'assainissement Ministère de l'Enseignement Supérieur de la Recherche Scientifique République algérienne démocratique et populaire Ecole Nationale Supérieure d'Hydraulique Rapport du stage Organisme : L’ONA Unité Ghardaïa. Préparé par : Ben Youcef Slimane Encadré par : Année universitaire : 2016 – 2017
  • 2. Sommaire - Introduction I- Présentation de l’office nationale d’assainissement : 1-Historique 2-Missions 3-Organisation II- Comprendre les eaux usées : 1-Les eaux usées domestiquesindustrielles et pluviales 2-Le rôle de l’assainissement 3-Fonctionnement de l’assainissement des eaux usées III- Activités : 1-Exploitation et maintenance 2-Contrôle 3-Sensibilisation 4-Coopération 5-L’ONA en chiffres IV- Partie Pratique : 1- Exploitation réseau d’assainissement 2- Les plans et les cartes 3- Organisation du travail 4- Programme préventif 5- Les interventions curatives 6- Hygiènes et sécurité V- Conclusion VI- Annexe - Remerciements
  • 3. Introduction Face à l’ouverture de l’économie nationale sur le marché mondial, les entreprises nationales et privées se sont retrouvées confrontées à un challenge de taille ; où en plus de la qualité du produit destiné à la consommation, des exigences environnementales par rapport aux pratiques et activités viennent s’ajouter dans un système organisé de management de l’environnement qui veille à la conciliation des activités de l’entreprise avec la protection de l’environnement dans une optique de développement durable. La mutation du système économique Algérien, engagée, a permis aux entreprises nationales de participer à la relance économique du pays. Les règles imposées par le marché international, font de la certification ISO 14001, une pièce nécessaire que doit obtenir l’ONA, afin de s’inscrire dans le plan national, voir mondial de la protection de l’environnement et d’accéder à un marché mondial de libre échange équitable. L’ONA est un établissement public dont la raison d’être est d’absorber la pollution des effluents liquides urbains afin de protéger le milieu récepteur. Il s’est donc inscrit dans une démarche de performance et d’efficacité environnementales en tenant compte de la dimension « protection de l’environnement » dans toutes les activités de façon coordonnée. Le challenge consiste donc à éliminer progressivement les impacts négatifs de l’activité de l’Office, qui génèrent des nuisances (déchets, effluents chimiques, consommation de l’énergie, …) à l’environnement. I- Présentation de l’office nationale d’assainissement : 1- Historique: L’ONA se substitue à l’ensemble des établissements et organismes publics, nationaux, régionaux et locaux en charge du service public de l’assainissement, notamment :  L’Agence Nationale de l’Eau Potable et de l’Assainissement (AGEP).  Les établissements publics nationaux à compétence régionale de gestion de l’assainissement.
  • 4.  Les EPEDEMIA de wilaya; les régies et services communaux de gestion des systèmes d’assainissement. L’unité Ghardaïa commencé ca travail en fin 2006, et le centre en 2008 qui couvre les secteur : Daya + Ghardaïa + Bounoura + Al-Ateuf, et le centre geurara en 2010 qui couvre la commune geurara et barienne, et le centre de meniaa en 2012, et centre de de metlili est en cour de transfère. 2- Missions : L’Office est chargé de la gestion, l’exploitationet de la maintenance des ouvrages et infrastructuresd’assainissement, assurant notamment les missionsde: - protection et de sauvegarde des ressources etde l’environnement hydrique; - lutte contre les sources de pollution hydrique; - préservation de la santé publique ; - Proposer au ministère de tutelle les mesuresd’encouragement de l’état ou les incitations àcaractère technique ou financier dans ledomaine de l’assainissement ; - Entreprendre toutes actions de sensibilisation, d’éducation, de formation ou d’étude et de recherchedans le domaine de la lutte contre la pollution hydrique ; - Prendre en charge, éventuellement, les installations d’évacuation des eaux pluviales dans ses zonesd’intervention pour le compte des collectivités locales ; - Réaliser des projets nouveaux financés par l’état ou les collectivités locales. - Etablir le cadastre des infrastructures de l’assainissement et en assurer sa mise à jour. - Elaborer les schémas directeurs de développement des infrastructures d’assainissement relevant deson domaine d’activité. - Elaborer et mettre en œuvre la politique de promotion des sous-produits de l’assainissement. L’Office étudie et propose à l’autorité de tutelle la politique de tarification et de redevances dans ledomaine de l’assainissement et veille à son application.
  • 5. L’ONA assure également pour le compte de l’État, la maîtrise d’ouvrage et d’œuvre déléguéeconcernant les projets d’études, de réalisation, de réhabilitation, de diagnostics de stations d’épuration, deréseaux d’assainissement et de collecte d’eau pluviale ainsi que des stations de relevage. 3- Organisation : L’ONA est doté d’un Conseil d’Orientation et de Surveillance et est dirigé par un Directeur Général. Sous l’autorité du Directeur Général, adjoint du Directeur Général chargé de développement et de l’exploitation. Six directions centrales chargées respectivement de l’administration et des finances, des ressources humaines et de la formation, de l’exploitation et de la maintenance, des études et travaux, du patrimoine et des moyens généraux et enfin de la réglementation et de la gestion déléguée. Trois (03) Directions Assainissement, Onze (11) zones, (42) Unités d’assainissement sur (42) wilaya, (165) Centres d’assainissement et deux (02) Unités travaux et réhabilitations. Zone de Laghouat : - Unité Laghouat - Unité Ghardaïa - Unité Naama - Unité El Bayadh - Unité Djelfa II- Comprendre les eaux usées : On distingue trois grandes catégories d’eaux usées : les eaux domestiques, les eaux industrielles, les eaux pluviales. 1- Les eaux usées domestiques : Elles proviennent des différents usages domestiques de l’eau. Elles sont essentiellement porteuses de pollution organique. Elles se répartissent en eaux ménagères, qui ont pour origine les salles de bains et les cuisines, et sont généralement chargées de détergents, de graisses, de solvants, de
  • 6. débris organiques, etc. et en eaux "vannes" ; il s’agit des rejets des toilettes, chargés de diverses matières organiques azotées et de germes fécaux. La pollution journalière produite par une personne utilisant de 150 à 200 litres d’eau est évaluée à : - de 70 à 90 grammes de matières en suspension - de 60 à 70 grammes de matières organiques - de 15 à 17 grammes de matières azotées - 4 grammes de phosphore - plusieurs milliards de germes pour 100 ml. 2- Les eaux industrielles : Elles sont très différentes des eaux usées domestiques. Leurs caractéristiques varient d’une industrie à l’autre. En plus de matières organiques, azotées ou phosphorées, elles peuvent également contenir des produits toxiques, des solvants, des métaux lourds, des micropolluants organiques, des hydrocarbures. Certaines d’entre elles doivent faire l’objet d’un prétraitement de la part des industriels avant d’être rejetées dans les réseaux de collecte. 3- Les eaux pluviales : Elles peuvent, elles aussi, constituer la cause de pollutions importantes des cours d’eau, notamment pendant les périodes orageuses. L’eau de pluie se charge d’impuretés au contact de l’air (fumées industrielles), puis, en ruisselant, des résidus déposés sur les toits et les chaussées des villes (huiles de vidange, carburants, résidus de pneus et métaux lourds). - Le rôle de l’assainissement : L’assainissement des eaux usées est devenu un impératif. En effet, le développement des activités humaines s’accompagne inévitablement d’une production croissante de rejets polluants. Les ressources en eau ne sont pas inépuisables. Leur dégradation, sous l’effet des rejets d’eaux polluées, peut non seulement détériorer gravement l’environnement, mais aussi entraîner
  • 7. des risques de pénurie. L’assainissement sert donc à préserver la ressource et le patrimoine naturel. - Fonctionnement de l’assainissement des eaux usées : La collecte s’effectue par l’évacuation des eaux usées domestiques, (et éventuellement industrielles ou pluviales) dans les canalisations d’un réseau d’assainissement appelés aussi collecteurs. Le transport des eaux usées dans les collecteurs se fait en général par gravité, c’est-à-dire sous l’effet de leur poids. Il peut parfois s’effectuer par refoulement, sous pression ou sous dépression. Les canalisations sont en amiante-ciment ou en PVC. Lorsque la configuration du terrain ne permet pas un écoulement satisfaisant des eaux collectées, on a recours à différents procédés (pompage et stations de relèvement) pour faciliter leur acheminement vers la station d’épuration où elles subissent différents traitements. Le but de ces traitements est de diminuer suffisamment la quantité de substances polluantes contenues dans les eaux usées pour que l’eau finalement rejetée dans le milieu naturel ne dégrade pas ce dernier. Le "nettoyage" des eaux usées obéit donc à une logique de préservation des ressources en eau et de protection de l’environnement. III- Activités : 1- Exploitation et maintenance : - Entretien du réseau : L’ONA prend en charge la gestion des systèmes d’assainissement de 1 023 communes sur les 1 541 existantes, le reste des communes sont gérées soit par les régies communales en attendant le transfert de ces communes à l’ONA, soit par les sociétés par actions créées dans le cadre de la gestion déléguée du service public de l’eau et de l’assainissement telles que SEAAL pour Alger, SEAOR pour Oran, SEACO pour Constantine. Ces réseaux font l’objet de visites et de curages périodiques. L’entretien des ouvrages annexes comprend notamment le curage des bouches d’égout, l’entretien des bassins de retenue, des déversoirs d’orage, des postes de relèvement
  • 8. des eaux usées et des branchements. Une exploitation efficace du réseau suppose un travail d’entretien rigoureux et permanent du personnel qualifié du service d’assainissement. - Exploitation de stations d’épuration : L’épuration des eaux usées constitue un axe stratégique pour l’équilibre hydrique et écologique. Par conséquent, d’importants programmes de réalisation de stations d’épuration ont été conçus et lancés pour protéger la ressource et le littoral, d’autant que l’Algérie a ratifié la convention de Barcelone pour la protection de la mer Méditerranée. L’ONA exploite 124 (dont 66 stations de lagunage) réparties sur l’ensemble du territoire national et toutes les stations à boues activées disposent de laboratoire de contrôle. Les procédés les plus répondus utilisés sont à boues activées et à lagunage naturel. Le facteur de la ressource est prédominant pour la majorité des stations. Cependant, depuis 2006 le facteur récupération des eaux usées est intégré progressivement dans le fonctionnement pour quelques stations d’épuration. - Exploitation de stations de relevage : Le transport des eaux usées dans les collecteurs se fait en général par gravité, c’est-à-dire sous l’effet de leur poids. Il peut parfois s’effectuer par refoulement, sous pression ou sous dépression. Lorsque la configuration du terrain ne permet pas un écoulement satisfaisant des eaux collectées, on a recours à différents procédés (pompage et stations de relèvage). Ainsi l’ONA gère actuellement 432 stations de relevage/pompage Volume des eaux usées relevé durant le mois de Novembre 22 millions de m3. 2- Contrôle : A l’instar de ce qui se passe pour la production d’eau potable, l’épuration des eaux usées fait, elle aussi, l’objet de contrôles. Ces derniers consistent en une série de mesures pratiquées par l’exploitant de la station d’épuration. Elle permet de mesurer l’efficacité de l’épuration, de s’assurer du respect des normes de rejets, de la bonne élimination ou évacuation des sous-
  • 9. produits de l’épuration (boues, graisses, etc.) et de détecter les éventuelles anomalies de fonctionnement de l’installation. Ainsi, pour un meilleur suivi et contrôle de la qualité des eaux, l’ONA est doté d’un laboratoire central et de plusieurs laboratoires de contrôle répartis sur toutes les stations d’épuration. 3- Sensibilisation : L’Office National de l’Assainissement considère la sensibilisation de la population à la préservation de l’environnement hydrique comme une de ses priorités. L’objectif est de convaincre l’opinion publique de la nécessité de lutter contre le gaspillage et la pollution de cette ressource vitale qu’est l’eau. A cet effet, de multiples actions de sensibilisation à l’attention de tous les publics confondus et plus particulièrement des enfants sont lancées régulièrement. C’est ainsi que l’ONA organise souvent des journées portes ouvertes pour recevoir les écoliers et les étudiants. L’ONA participe aussi régulièrement à des émissions radio destinées aux enfants et portant sur les questions environnementales en général. Par ailleurs, une panoplie de supports d’information et de sensibilisations : affiches, dépliants, prospectus…etc. 4- Coopération : La gestion des activités de l’ONA et la conduite de son plan de développement nécessitent des moyens matériels et immatériels importants et la mobilisation de capacités technologiques et de compétences de premier plan. Pour cela, L’ONA a eu recours à la coopération et au partenariat dans les différents domaines de la réalisation, des études, de l’équipement et de la formation. Les pays qui y contribuent sont : Belgique, Union Européenne, Tunisie, Autres pays.
  • 10. Par ailleurs, de nombreuses entreprises étrangères de réalisation activent en Algérie dans les différents domaines de l’assainissement. Ces entreprises proviennent de la Chine, l’Autriche, la France, l’Espagne et le Portugal. 5- L’ONA en chiffres : • Nombre de communes gérées par l’ONA : 1 023 • Louangeur du réseau géré par l’ONA : 47 048 km • Nombre de STEP en exploitation par l’ONA : 124 • Volume mensuel (Novembre 2015) des eaux épurées : 16,19 Millions de m3 • Nombre d’interventions réalisées durant le mois de Novembre 2015 : 30 149 interventions • Linéaire de réseau curé durant le mois de Novembre 2015 : 627 Km • Nombre de branchements réalisés durant le mois de Novembre 2015 : 47 branchements • Linéaire de conduites renouvelées durant le mois de Novembre 2015 : 1 492 ml • Nombre de Station de relevages gérés par l’ONA : 432 Stations de relevage et de drainage • Volume mensuel des eaux usées relevé durant le mois de Novembre 2015 : 22 Millions de m3. Au niveau de l’ONA Ghardaïa : - La longueur des réseaux : 940 Km - Les collecteurs principaux : 200 Km - Les réseaux secondaires et tertiaires : 740 Km
  • 11. L’Organigramme de centre Ghardaïa Chef de département Coordinateur d’exploitation Chef de centre Les chefs d’équipes En générale le programme préventif ce fait manuellement, et les interventions curatives ce fait par le camion hydro-cureur . La zone de Laghouat Centre de Ghardaïa L’unité de Ghardaïa préventif Curative Al-ateufBounouraGha 02Gha 01 Manuel Hydro-curage Vidangeur + hydro-curage Vidangeur
  • 12. IV- Partie pratique : 1- Exploitation réseau d’assainissement : Collectivités locales, industries, entreprises d’assainissement… doivent être sensibles au bon fonctionnement de leur réseau d’assainissement. Les réseaux d’assainissement représentent un patrimoine important particulièrement pour les collectivités. Les Directions Assainissement des communautés urbaines sont généralement organisées en trois grands secteurs : exploitation des réseaux, travaux neufs et épuration. L’exploitant de réseau a en charge ces trois fonctions Rôle de l’exploitant de réseau : En relation permanente avec les élus, les services administratifs, les sociétés privées…, l’exploitant de réseau joue un rôle prépondérant dans le bon fonctionnement du système d’assainissement et se doit d’être toujours disponible (astreintes) pour satisfaire l’ensemble des utilisateurs du réseau. Ses compétences de gestionnaire couvrent autant la distribution de l’eau potable, l’assainissement, la signalétique, les voiries publiques, que l’aménagement du territoire. L’exploitant de réseau se doit d’être en permanence informé des plans de prévention, risques d’inondation ou de séismes, et évènements météorologiques exceptionnels (alertes météorologiques, grands froids) afin de pouvoir envisager d’éventuels interventions d’urgence et de surveillance minutieuse. 2- Les plans et les cartes :
  • 13. 3- Programme préventif Afin améliorer le bien-être des citoyens de Ghardaïa, L’ONA unité Ghardaïa procède quotidiennement à de multiples opérations. Elles consistent :  Au curage préventif des réseaux.  À l’entretien et l’exploitation des réseaux d’assainissement et les stations de relevages et les stations d’épurations.  Mettre correspondance les services concernés pour la mise à niveau des regards sur chaussées pour permettre l’accès au réseau.  Aux interventions d’urgence suite aux appels arrivant au bureau.  Au diagnostic de l’état des réseaux au moyen d’inspections télévisuelles pour anticiper les casses de canalisation et les affaissements de chaussée. Pour ce la il existe un programme annuelle à suivre par les chefs d’équipes sur terraine, on distingue 3 type d’équipe : a- Curage systématique mécanisé : Cette cellule s’occupe de curage par pression d’eau des canalisations du réseau d’Assainissement non visitables (diamètre inférieur à 800 mm). b- Curage systématique manuel : Les opérations de curage manuel permettent d’extraire plusieurs tonnes de dépôt contenues dans les regards de visite et bouches d’égout, ce qui constitue une préparation adéquate du réseau pour les opérations de curage systématique mécanisé. Pour assuré : - Curage des bouches d égout - Nettoyage des regards de visite - Evacuation des boues des regards - Curage des fossés et dalot c- Curage systématique des gros collecteurs :
  • 14. L’objectif de cette opération est d’effectuer des visites d’inspection et des interventions de curage et de petites réfections au niveau des canalisations d’Assainissement dont le diamètre est supérieur à 800 mm, afin de remédier aux dysfonctionnements éventuels. En suit, à la fin de journée chaque chef d’équipe rend une fiche de travail au service d’exploitation. L’étape la plus important est l’étape d’analyse du données pour découvrir les points noirs, nombre d’interventions, l’avancement du programme préventif.. Etc. 4- Les interventions curatives : On dit une intervention curative lorsque l’unité reçoive une réclamation par téléphone ou courrier ou présence au bureau. Au niveau d’unité Ghardaïa on travail par un logiciel que organise les réclamations et les interventions. Sur logiciel on distingue plusieurs types de problèmes :
  • 15. - Fosse pleine (aspiration) - Regard dégradé (rapport au service concerné) - Manque tampon (ajouter un nouveau tampon) - Existence bouchon (curage par l’hydro-cureur) - Retour vers habitation - Cave inondé (aspiration) - Débordement (aspiration + curage) - Détection de regard - Réseau chargé (curage manuelle ou par l’hydro-cureur) Les types de réclamations : - Public (réseau public) - Privé (réseau ou regard privé) - Prestation (les entreprises publiques ou privés) En suit, la réclamation doit transmettre à une équipe sur terrain pour réglé le problème. En générale la cause des problèmes d’assainissement soit :
  • 16. - Canalisation endommagé. - Regard dégradé. - mode de vie des habitants. Fiche de travail : Fiche de travail contient les détails de l’opération effectué comme suit : - Type d’intervention : préventif ou curative - Nombre d’agents - Type de conduit : PVC ou Amiante-ciment - Nombres de regards récurés - Quantité des déchets en m3 - Volume épuisé en m3 - Moyen d’intervention : manuel, hydro-cureur ou pompe d’aspirateur - Diamètre de la conduite 5- Organisation du travail : Le cadre chef de centre est chargé de la bonne gestion du travail par : - Suivi le programme préventif. - Suivi les interventions curatives. - Suivi les points noirs : les problèmes fréquents et les problèmes de conception (faible pente, sous dimension, stations de lavages, conduites endommagé). - Suivi les stations de relevages des eaux pluviales. - Propose des solutions avec un devis quantitatif et estimative. 6- Hygiènes et sécurité
  • 17. V- Conclusion : Ce stage était l’occasion et le moyen de découvrir une organisation que inconnu pour moi dans lequel on s’est rendu compte que on est confronté à des problèmes sur terrain qui se résume à la contamination de la ville et par la suit on a vue qu’on peut intervenir par plusieurs méthode afin de résoudre ses problèmes et ce stage nous a permet d’améliorer et d’approfondir nos connaissances acquise durant les séances de cours et d’éclaircir quelques ambigüités. VI- Annexe : - Le matériel de curages : - Le matériel de sécurité : - Fiche de travail : Remerciements Au terme de ce travail on tient a exprimer nos vif remerciement au directeur de l’ONA unité Ghardaïa qui nous a met en disposition toutes les conditions pour que le stage se déroule parfaitement. On tient aussi a remercié Mr Kara Brahim pour son encadrement, sa disponibilité, ses encouragement, et ses suivis durant tout le stage qui s’est passé a la merveille. Sans oublier Mr Hadj Ali et Mr Mimouni et tout le reste des personnes qui nous ont donnés de leur savoir sur le terrain. Merci à tous les enseignants qui ont contribués à notre formation .