SlideShare une entreprise Scribd logo
L’objectif affiché du gouvernement
d’une croissance de 1,5 % peut donc
être atteint. Les économistes pen-
sent que le résultat ne sera que très
légèrement inférieur aux espoirs de
Bercy, du fait des incertitudes qui
planentsurl’économiemondiale.Le
consensussesitueà1,4 %,unrythme
toutefoisinsuffisantpourréduirede
façonsignificativelechômage.
( L’éditorial
de Dominique Seux
Page 10
ciers sur l’activité économique aux
Etats-Unis ou en Chine vont-elles se
propager à l’économie réelle ? « Le
risque lié à un ralentissement pro-
noncé des pays émergents est
aujourd’hui plus fort, mais cela n’a
pour l’instant pas affecté la confiance
deschefsd’entreprisefrançais »,cons-
tate Vladimir Passeron. Climat des
affaires et moral des ménages res-
tent bien orientés en France. Les
enquêtes de l’Insee sont ainsi com-
patibles avec une croissance de
l’ordre de 0,4 % par trimestre.
année. La progression de l’activité
en 2015 s’explique en effet aux deux
tiers par des facteurs extérieurs,
comme la baisse du prix du pétrole,
lapolitiquemonétaireultra-accom-
modante de la Banque centrale
européenne et la dépréciation de
l’euro. Or la reprise doit devenir un
phénomène autoentretenu en 2016.
Il faut un moteur interne, sans quoi
la performance de 2015 sera un
rebond sans lendemain. L’investis-
sementpourraitjouercerôle.
Manque de confiance
A ce stade, l’Insee est prudent. « Le
fait que l’investissement des entrepri-
ses ait été plus dynamique que prévu
ne pourrait être qu’un pic ponctuel »,
prévient Vladimir Passeron. Pour-
tant, « tous les voyants sont au vert »,
remarque Olivier Chemla, chef éco-
nomisteàl’Associationfrançaisedes
entreprises privées (Afep). Les taux
sont bas et les marges sont remon-
tées avec la chute du prix du pétrole
etlamiseenplaceduCréditd’impôt
pour la compétitivité et l’emploi
(CICE). Le dispositif de suramortis-
sement mis en place par Bercy
devraitportersesfruits.Maislacon-
fiance fait toujours défaut. « Une
entreprise n’investit pas parce que les
taux sont bas, mais parce qu’elle en
espère une rentabilité. Or, cela sup-
pose que la demande soit au rendez-
vous »,expliqueOlivierChemla.
Les craintes des marchés finan-
Guillaume de Calignon
annoté Eric Léger
Après trois années de marasme,
l’économie française est enfin sortie
desaléthargie.LaPIBaprogresséde
1,1 % en 2015, a indiqué vendredi
l’Insee.C’est un petit peuplus que ce
qu’espérait le gouvernement, qui
tablait officiellement sur 1 %. « 2015
aétél’annéedelareprise »,s’estréjoui
le ministre des Finances, Michel
Sapin. Avec toutefois un gros point
noir : ce début d’embellie n’a pas
suffiàenclencherunebaisseduchô-
mage. Et la France reste à la traîne,
les autres grands pays européens
ayant enregistré des expansions
bienplussoutenuesl’andernier.
En tout cas, l’économie française
a résisté au terrorisme. « Les atten-
tats de novembre ont affecté la
consommationdesménages,maisces
effets négatifs sont restés localisés à
quelques secteurs précis, comme
l’hébergement ou la restauration, et
ils ne seront probablement que tem-
poraires », estime Vladimir Passe-
ron, chef du département de la
conjoncture de l’Insee. L’an passé,la
consommation a tiré la croissance
française, la baisse du prix du
pétrole boostant le pouvoir d’achat
desménages.Etl’investissementdes
entreprises, dynamique sur les trois
derniers mois de l’année, a donné
des signes encourageants. C’est la
clef pour l’économie française cette
Legrandretour
du« modèlesocial »
LE FAIT
DU JOUR
POLITIQUE
Cécile
Cornudet
QuandFrançois
Hollandeest
endifficulté,quand
lapressiondelagauchepour
uneprimaireprésidentielle
s’accroît,quandla« vraie
gauche »luireproched’avoir
bradéses« valeurs »,levoilà
quirevient,le« modèle
social »,l’éternelmaîtreétalon
d’unclivagegauche-droite
abîmé.« Noussommes
lagauche »,aaffirmé
cedimancheStéphaneLeFoll,
enlejustifiantparcesmots :
« Est-cequ’onamisencause
lemodèlesocial ?Non,nous
l’avonsdéfendu »(« Grand
Rendez-vousEurope1-iTélé-
“LeMonde” »).Enprisesur
les« réalités »,lagauche
aupouvoiradûrépondre
àl’attentedesFrançais
enmatièredesécuritéetaux
difficultéséconomiquesdu
pays,reconnaîtleporte-parole,
maiselleconservesonâme
puisqu’ellealemodèlesocial.
« Ladroiteveutleremettre
encause,nous,nousvoulons
l’adapter »,assure-t-il.Ouf !
Leclivageperdure,donc
lagauchen’estpasmorte.
Aunandel’élection
présidentielle,seprofilecequi
seraprobablementundébat
majeur.AprèsFrançoisFillon,
AlainJuppéetNicolasSarkozy
défendent,euxaussi,l’idée
d’unEtatrenforcédansses
missionsrégaliennes,mais
allégésurlaprotectionsociale,
mêmes’ilssedéfendentde
vouloir« casser »lemodèle.
Ilsproposentuncocktail
baissedesimpôts-baissedes
déficitsqu’ilsobtiennent
enrognantsurdesdépenses
sociales :âgedelaretraite
repoussé,allocations
chômagediminuées,
dépensesdesantécoupées…
Lessondagesdisent
aujourd’huiquelesFrançais
ysontprêts,conscientsquele
paysadesréformesderetard
sursesconcurrents.Mais,
devantl’urne,qu’en sera-t-il ?
Grâceaumodèlesocial,la
droiterenvoielagaucheàson
« immobilisme »etlagauche
accuseladroitede
« libéralisme ».Mais,pour
lesdeux,lesujetestpiégé.
Promettredusangetdes
larmesrisquedefairefuir
l’électeurdedroite,surtout
lorsqueleFN,lui,seposeen
défenseurdesavantagesacquis.
Lagauchebranditson
sauvetagedumodèlesocial…
quandcelui-cifuitdetoutes
parts.C’étaitd’ailleursen
partiepourcelaqueFrançois
Hollandeavaitcherchél’unité
nationalesurladéchéance
denationalité :ilvoulait
détournerleregardde
sesrésultatséconomiques.
Aujourd’hui,demi-tour.
Seulsdesrésultatspourraient
sauverlagauche.
Annoté Eric Léger
« Nous sommes la gauche » puisque nous défendons
le modèle social, explique le gouvernement, quand
« la vraie gauche » l’accuse d’avoir bradé ses valeurs.
l Le chômage n’en bénéficie pas.
l Le rebond de l’investissement doit
être confirmé en 2016.
Lacroissancerevient
Les prin
La consommation a tiré la croissance
Les dépenses de consommation des ménages affichent
la plus forte hausse depuis 2011 avec une progression de 1,4 %.
Cela est largement à mettre sur le compte de l’absence
d’inflation (+0,2 % en janvier sur un an) en raison de la chute
des prix du pétrole.
Espoir de stabilisation pour l’acquisition de logement
Si les investissements des ménages sont en baisse de 3 % sur l’année,
l’amélioration est visible en cours d’année. Au quatrième trimestre,
l’investissement en logement a progressé de 0,1 % seulement,
mais c’est la première fois depuis le deuxième trimestre 2013
qu’il ne baisse pas.
Les chiffres de l’inflation attireront
encore en 2016 l’attention de tous
les décideurs économiques et poli-
tiques. L’Insee a annoncé qu’en jan-
vier, les prix avaient grimpé de seu-
lement0,2 %surunan.Pour2016,le
gouvernement table toujours sur
1 % d’inflation après zéro l’an der-
nier. Les économistes prévoient,
eux, en moyenne que les prix à la
consommation grimperont de
0,8 %. Mais pour certains, l’infla-
tion pourrait être bien plus faible.
Avec un baril de pétrole autour de
35 dollars, contre 53 dollars en
moyennel’anpassé,ilyadefaitpeu
dechancesàcourttermequel’infla-
tion rebondisse dans l’Hexagone et
la zone euro en général.
« Les forces extérieures pèsent sur
l’inflation,expliquePhilippeGudin,
chef économiste de Barclays. La
Chine dispose de capacités excéden-
taires industrielles qu’elle exporte en
dépréciantsontauxdechangedepuis
l’étédernier,cequiadeseffetsmassi-
vement déflationnistes. Ensuite,
poursuit-il, les forces intérieures
sont aussi négatives. S’il baisse, le
chômage reste toujours élevé dans la
zoneeuro,Lestensionssontdonctrès
faibles sur les salaires. » Et depuis la
mi-2015, le taux de change effectif
de l’euro – c’est-à-dire par rapport
auxautresdevises,pondéréesparle
poids des pays dans le commerce
extérieur de la zone euro – s’est
apprécié de 9 %, surtout par rap-
port aux monnaies asiatiques. Là
encore, c’est un facteur de baisse de
l’inflation. « L’inflation va repartir
en territoire négatif en zone euro à
partir du mois de février », prévoit
Philippe Gudin. Et « si le pétrole
reste aux alentours de 30 dollars le
baril, alors l’inflation sera quasi
nulle, de l’ordre de 0,1 % en 2016 en
France », calcule l’économiste.
Il existe toutefois des signes plus
positifs.« Mêmesielleresteinférieure
àsamoyennedelongterme,l’opinion
desménagessurl’évolutionfuturedes
prixseredresseetlesménagesinterro-
gés par l’Insee estiment qu’il est de
plus en plus opportun de “faire des
achats importants” et, à l’inverse, de
moins en moins opportun “d’épar-
gner” », remarque Olivier Chemla,
chef économiste à l’Association
française des entreprises privées
(Afep). Pour lui, « cela signale plutôt
une dynamique positive à l’opposé
d’unespiraledéflationniste ».— G.C.
L’inflationdenouveauauxabonnésabsents
La baisse du cours du
pétrole va de nouveau peser
sur l’évolution des prix en
France et dans la zone euro
cette année.
Lundi 1er
février 2016 Les Echos
maisresteinsuffisante
cipaux indicateurs de l’économie française en 2015
L’investissement retrouve des couleurs
La remontée des taux de marges des entreprises, couplée au dispositif
de suramortissement et à l’embellie de la demande, a poussé les entre-
prises à investir en 2015. L’investissement a grimpé de 2 % sur 2015 et
s’est raffermi en cours d’année en ce qui concerne les biens manufactu-
rés et les services marchands.
Nouveau recul des investissements publics
Rigueur budgétaire et baisse des dotations de l’Etat
aux collectivités locales ont de nouveau fait baisser les investissements
des administrations publiques de 3 % l’année dernière.
Qui plus est, 2015 était une année électorale, ce qui a contribué
à geler certains projets.
3 QUESTIONS À…
PHILIPPE WAECHTER
Chef économiste de Natixis
Asset Management
« Iln’yapasencore
d’accélérationtrès
marquéede
l’investissementcarla
demandeestindécise. »
Propos recueillis par
G. C.
1 La reprise de l’activité
économique vous semble-t-elle
bien partie en France ?
Oui. Le premier bon point à noter
dansleschiffresduPIBde2015,c’est
que la croissance est revenue après
une longue période de stagnation.
C’était une première étape indis-
pensable, que l’économie française
a franchie, même si on peut regret-
ter que le rythme soit inférieur à
celui de la zone euro en moyenne.
Cettephaseapuêtreréussiegrâceà
l’action de la Banque centrale euro-
péenne et à la moindre austérité
décidée par Bruxelles. La Commis-
sioneuropéenneacomprisqu’ilfal-
lait ralentir la vitesse de réduction
des déficits publics. Dans cet envi-
ronnement de stagnation, il fallait
que les institutions donnent une
impulsion pour changer les antici-
pations des ménages et des entre-
prises, peu enclins à dépenser ou
prendre des risques. C’était le rôle
de la politique monétaire et de la
politique budgétaire. C’est fait. Et
avec l’aide du prix du pétrole en
chute libre depuis un an et demi,
l’économie française a bénéficié
d’un soutien inespéré. La configu-
ration de la conjoncture est
désormais meilleure qu’il y a un ou
deux ans.
2 Avez-vous quand même
quelques craintes pour 2016 ?
Le rythme de croissance n’est pas
encore satisfaisant puisqu’il reste
très en dessous de ce qui était
observéparlepassé.Maiscequiest
inquiétant, à court terme, c’est
l’accumulation de stocks dans les
entreprises aux troisième et qua-
trième trimestres 2015. La
demande va devoir être suffisam-
ment robuste au cours des pro-
chains mois pour que les entrepri-
ses produisent et ne cherchent pas
seulement à déstocker. Au-delà,
c’est l’investissement des entrepri-
ses qui déterminera le profil de la
reprise.
3 Peut-on déjà observer
les résultats de la politique
de l’offre menée par
le gouvernement ?
Son effet reste à mon avis modéré.
Globalement, les entreprises fran-
çaises ont fait l’ajustement rendu
nécessaire par la crise. Le crédit
d’impôt pour la compétitivité et
l’emploi(CICE)etlepactederespon-
sabilité ont justement pour objectif
d’améliorer la situation des entre-
prisesaprèslacrise.Maissilasitua-
tion de l’économie de la zone euro
continue à être incertaine, leurs
marges de manœuvre resteront
limitées.Certes,l’investissementest
enphaseascendantemaisiln’atou-
jours pas le profil habituel qu’on lui
connaîtpendantlesreprises.Iln’ya
pas encore d’accélération très mar-
quée de l’investissement car la
demande est indécise. Toutefois,
dès que ces incertitudes seront
levées,onverraleseffetsàpleindela
politiquedel’offre.L’investissement
décollera. La crise a été longue et a
exigé des ajustements violents
à beaucoup d’entreprises. Les
patrons ont été échaudés et il est
logique qu’ils se montrent
aujourd’hui particulièrement
méfiants. Ils ont tout simplement
peur de perdre de l’argent. Dans ce
contexte encore incertain, il est
doncfondamentalquelegouverne-
ment garde le cap. Le besoin de sta-
bilité de l’environnement fiscal et
réglementairemeparaîtessentiel. n
Un rebond bienvenu
Dépréciation de l’euro, montée en puissance du CICE et progression
de la demande étrangère adressée à la France ont fait grimper les
exportations de 5,9 % en 2015. Mais les importations ont crû plus vite
(+6,1 %). La hausse de la demande domestique a été en partie satisfaite
par des importations, signe que la compétitivité reste un problème.
Quelssontlesrisquesquipèsentsur
l’économieeuropéenneetfrançaise
en 2016 ? La question mérite d’être
posée alors que les marchés finan-
ciersdepuisledébutdel’annéedon-
nentl’impressiondeprévoirlepire.
D’autant que la croissance améri-
caine semble avoir connu son pic à
la mi-2015. En ce qui concerne
l’Hexagone, « la croissance en 2016
sera au mieux modérée, de l’ordre de
1,4 % », a prévenu Julien Marcilly,
chef économiste de Coface, lors
d’une présentation en début de
semaine à Paris. Pour lui, deux fac-
teurs vont empêcher l’activité éco-
nomique française de véritable-
ment décoller : « Le secteur de la
construction reste le talon d’Achille
de l’économie française. De plus en
plusdegrandesentreprisesseretrou-
vent dans des situations financières
difficiles et cela va perdurer. » Julien
Marcilly a aussi mis en avant « la
persistance de surcapacités dans
l’industrie française qui se résorbent
trèslentement »,cequiresteunfrein
à la hausse des investissements
dans ce secteur.
En revanche, à court terme, un
ralentissement prononcé de la
Chineneconstituepasungrandris-
que à ses yeux, la France n’étant
pasungrandpaysindustrielexpor-
tateur.
L’Allemagne, de par son écono-
mie beaucoup plus ouverte sur le
monde que la nôtre, serait, elle, for-
tementaffectéeparunplongeonde
l’économie chinoise et des pays
émergents. C’est une des menaces
qui planent sur la zone euro. La
deuxièmerésidedanslerisquepoli-
tique. « Il est logique que les frustra-
tions sociales apparaissent au
moment où l’économie repart. Mais
on assiste à un morcellement de la
scène politique, notamment dans les
paysdusuddel’Europe,remarquele
chef économiste de Coface. Or, plus
lenombredepartisaugmente,plusle
risque de coalition est fort, et donc la
constitutiondegouvernement,faible.
Cela peut entraîner un attentisme de
la part des entreprises », poursuit-il.
Et la reprise de l’investissement
tant espérée pourrait être encore
retardée.
Enfin, il y a le point noir du mar-
ché du travail qui s’est encore
dégradé en décembre, selon Pôle
emploi. Et, en raison de ce fort taux
dechômage,lessalairesnesontpas
dynamiques et, surtout, le taux
d’épargne des ménages reste à un
niveau record (15,5 % au troisième
trimestre). Les hausses de la
consommation sont donc tributai-
res de la seule baisse du prix du
pétrole.
Une activité dynamisée
Enattendant,« lacroissancedansla
zone euro n’est peut-être pas flam-
boyante, mais elle tient bien malgré
tous ces vents contraires », tempère
PhilippeGudin,cheféconomistede
Barclays. Si la baisse du prix du
pétrole peut être une source
d’inquiétude pour les pays produc-
teurs,ellecontribuetoutdemêmeà
soutenir la consommation dans les
pays importateurs comme la
France. La politique monétaire de
la Banque centrale européenne
continue, elle aussi, à dynamiser
l’activité économique. Quant à la
politique budgétaire, elle est désor-
mais expansionniste en Europe.
Sauf en France. « Les années de 2011
à 2013 ont été marquées par la ri-
gueur budgétaire dans la zone euro.
Ensuite, la politique budgétaire est
devenue neutre. Et, cette année, elle
est expansionniste pour la première
fois depuis 2010 », constate Julien
Marcilly. Au moins, à court terme,
cela constitue-t-il une bonne nou-
velle pour la conjoncture. — G. C.
Denombreuxrisquespèsentencoresurlareprise
Le ralentissement chinois
et l’instabilité politique en
Europe pourraient affaiblir
le redémarrage de l’activité.
Toujours fragile, le secteur de la construction reste « le talon
d’Achille de l’économie française ». Photo Jean-Claude Moschetti/RÉA
« Les patrons
ont été échaudés
et il est logique
qu’ils se montrent
aujourd’hui
particulièrement
méfiants. »
Les Echos Lundi 1er
février 2016

Contenu connexe

Tendances

Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
Comsoce
 
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentationOCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
OECD, Economics Department
 
Green book june 2014 chili
Green book june 2014 chiliGreen book june 2014 chili
Green book june 2014 chili
Theodore Stanton
 
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortemPrévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
OECD, Economics Department
 
2015 12 - diaporamas conjoncture
2015 12 - diaporamas conjoncture2015 12 - diaporamas conjoncture
2015 12 - diaporamas conjoncture
OESTV
 
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjonctureOESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
OESTV
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Martin Leduc
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
OFI Asset Management
 
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prixEconomie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
Manon Cuylits
 
Concepts d'économie et & marchés financiers
Concepts d'économie et & marchés financiersConcepts d'économie et & marchés financiers
Concepts d'économie et & marchés financiers
Manon Cuylits
 
Euro zone economic outlook juillet 2011-insee
Euro zone economic outlook juillet 2011-inseeEuro zone economic outlook juillet 2011-insee
Euro zone economic outlook juillet 2011-insee
Ministère de l'Économie et des Finances
 
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
Daniel BASTIEN
 
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France
 
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
OECD, Economics Department
 
Trappe de liquidité
Trappe de liquiditéTrappe de liquidité
Trappe de liquidité
cabotinon
 
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
OECD, Economics Department
 
Lettre eco 239 du 8 juillet 2017
Lettre eco 239 du 8 juillet   2017Lettre eco 239 du 8 juillet   2017
Lettre eco 239 du 8 juillet 2017
Philippe Crevel
 
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjonctureOESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV
 
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
Société Tripalio
 
Ins reperes 2012-09
Ins reperes 2012-09Ins reperes 2012-09
Ins reperes 2012-09Sihem Saad
 

Tendances (20)

Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
Présentation Insti7 : 2017, année de tous les risques : où, quand et comment ...
 
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentationOCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
OCDE 2016 perspectives économiques intermédiaires globales février présentation
 
Green book june 2014 chili
Green book june 2014 chiliGreen book june 2014 chili
Green book june 2014 chili
 
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortemPrévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
Prévisions de l’OCDE pendant et après la crise financière: un post mortem
 
2015 12 - diaporamas conjoncture
2015 12 - diaporamas conjoncture2015 12 - diaporamas conjoncture
2015 12 - diaporamas conjoncture
 
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjonctureOESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
OESTV - juillet 2017 - diaporamas conjoncture
 
Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010Revue Octobre 2010
Revue Octobre 2010
 
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AMFlash marches du 15/10/14 OFI AM
Flash marches du 15/10/14 OFI AM
 
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prixEconomie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
Economie et marchés financiers - Les indicateurs de prix
 
Concepts d'économie et & marchés financiers
Concepts d'économie et & marchés financiersConcepts d'économie et & marchés financiers
Concepts d'économie et & marchés financiers
 
Euro zone economic outlook juillet 2011-insee
Euro zone economic outlook juillet 2011-inseeEuro zone economic outlook juillet 2011-insee
Euro zone economic outlook juillet 2011-insee
 
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
Editorial ocde-perspectives-economiques-juin-2016
 
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
La situation de l’emploi et de la conjoncture économique en Ile-de-France à l...
 
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
Sortir du-piege-de-la-croissance-molle-lancer-des-initiatives-budgetaires-eff...
 
Trappe de liquidité
Trappe de liquiditéTrappe de liquidité
Trappe de liquidité
 
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
La croissance-a-deja-culmine-et-les-risques-s-aggravent-perspectives-economiq...
 
Lettre eco 239 du 8 juillet 2017
Lettre eco 239 du 8 juillet   2017Lettre eco 239 du 8 juillet   2017
Lettre eco 239 du 8 juillet 2017
 
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjonctureOESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
OESTV - 2019-12 - diaporamas de conjoncture
 
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
La croissance du commerce mondial est à son plus bas niveau depuis 2009
 
Ins reperes 2012-09
Ins reperes 2012-09Ins reperes 2012-09
Ins reperes 2012-09
 

En vedette

Future Presantation
Future PresantationFuture Presantation
Future Presantation
5Elemento
 
Politique Francaise
Politique FrancaisePolitique Francaise
Politique Francaise
NPolls
 
George Wallace Comedy Show
George Wallace Comedy Show George Wallace Comedy Show
George Wallace Comedy Show
U.S. Army Garrison Red Cloud and Area I
 
Off the Grid Home for Sale
Off the Grid Home for SaleOff the Grid Home for Sale
Off the Grid Home for Sale
Linda Parker
 
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLERBİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
senguldeniz
 
Islam_Ibrahim_Omar_RHCE
Islam_Ibrahim_Omar_RHCEIslam_Ibrahim_Omar_RHCE
Islam_Ibrahim_Omar_RHCE
islam ibrahim
 
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
Tùng Trần
 
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTHELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
Ubong Etukudoh, MNIMechE, MNSE, R.Eng. (COREN)
 
Computadores
Computadores Computadores
Computadores
mcgomez15
 
Guide to Content Marketing for UK Professional Services
Guide to Content Marketing for UK Professional ServicesGuide to Content Marketing for UK Professional Services
Guide to Content Marketing for UK Professional Services
Lindsay Dier
 
GT_Final_Academic_Transcipt
GT_Final_Academic_TransciptGT_Final_Academic_Transcipt
GT_Final_Academic_Transcipt
Sean Collins
 
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ theArticles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
no1institute
 
Interesting facts
Interesting factsInteresting facts
Interesting facts
Nino Bunturi
 
MS4 File Three "Great Expectations"
MS4 File Three "Great Expectations"MS4 File Three "Great Expectations"
MS4 File Three "Great Expectations"
Mrs. F B Kh Mrs. F B Khj
 
Monografía Cristina
Monografía CristinaMonografía Cristina
Monografía Cristina
cris41299
 

En vedette (15)

Future Presantation
Future PresantationFuture Presantation
Future Presantation
 
Politique Francaise
Politique FrancaisePolitique Francaise
Politique Francaise
 
George Wallace Comedy Show
George Wallace Comedy Show George Wallace Comedy Show
George Wallace Comedy Show
 
Off the Grid Home for Sale
Off the Grid Home for SaleOff the Grid Home for Sale
Off the Grid Home for Sale
 
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLERBİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
BİR ETWINNING PROJESİ PLANLAMA WEBİNARLARINDAN GÖRÜNTÜLER
 
Islam_Ibrahim_Omar_RHCE
Islam_Ibrahim_Omar_RHCEIslam_Ibrahim_Omar_RHCE
Islam_Ibrahim_Omar_RHCE
 
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
Hồ sơ giấy phép chung cư HaNoi Landmark 51
 
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTHELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
ELECTRIC POWER SUPPLY IS INDISPENSABLE TO ECONOMIC GROWTH
 
Computadores
Computadores Computadores
Computadores
 
Guide to Content Marketing for UK Professional Services
Guide to Content Marketing for UK Professional ServicesGuide to Content Marketing for UK Professional Services
Guide to Content Marketing for UK Professional Services
 
GT_Final_Academic_Transcipt
GT_Final_Academic_TransciptGT_Final_Academic_Transcipt
GT_Final_Academic_Transcipt
 
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ theArticles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
Articles - Definite and Indefinite - a/ an/ the
 
Interesting facts
Interesting factsInteresting facts
Interesting facts
 
MS4 File Three "Great Expectations"
MS4 File Three "Great Expectations"MS4 File Three "Great Expectations"
MS4 File Three "Great Expectations"
 
Monografía Cristina
Monografía CristinaMonografía Cristina
Monografía Cristina
 

Similaire à La politique sociale francaise tiraillée de toutes parts !

Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Société Tripalio
 
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
FederalFinance
 
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
David TCHOUTA
 
Etat des lieux du financement de la protection sociale
Etat des lieux du financement de la protection socialeEtat des lieux du financement de la protection sociale
Etat des lieux du financement de la protection sociale
Société Tripalio
 
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
Perspectives 2018 Rexecode
Perspectives 2018 RexecodePerspectives 2018 Rexecode
Perspectives 2018 Rexecode
Société Tripalio
 
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
Conseil Economique Social et Environnemental
 
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
FederalFinance
 
FFA : rapport 2019
FFA : rapport 2019FFA : rapport 2019
FFA : rapport 2019
Léo Guittet
 
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
FederalFinance
 
Oestv conjoncture - decembre 2018
Oestv   conjoncture - decembre 2018Oestv   conjoncture - decembre 2018
Oestv conjoncture - decembre 2018
OESTV
 
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
OFI Asset Management
 
Croissance solide en perspective pour la zone euro
Croissance solide en perspective pour la zone euroCroissance solide en perspective pour la zone euro
Croissance solide en perspective pour la zone euro
Société Tripalio
 
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
FederalFinance
 
Budget : Risque de dérapage
Budget : Risque de dérapage Budget : Risque de dérapage
Budget : Risque de dérapage
Fondation iFRAP
 
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
Chambre de commerce et d’industrie de région Paris Ile-de-France
 
Prévisions d'inflation en 2018 Statec
Prévisions d'inflation en 2018 Statec Prévisions d'inflation en 2018 Statec
Prévisions d'inflation en 2018 Statec
Anne Fourney
 
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
MarineLePen
 

Similaire à La politique sociale francaise tiraillée de toutes parts ! (20)

Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
Conjoncture française par la Direction des études économiques du MEDEF pour j...
 
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Février 2016 - Federal Finance
 
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
Quelles politiques monétaires en Europe en 2018 ?
 
Etat des lieux du financement de la protection sociale
Etat des lieux du financement de la protection socialeEtat des lieux du financement de la protection sociale
Etat des lieux du financement de la protection sociale
 
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Décembre 2015 - Federal Finance
 
Perspectives 2018 Rexecode
Perspectives 2018 RexecodePerspectives 2018 Rexecode
Perspectives 2018 Rexecode
 
La crise mondiale
La crise mondialeLa crise mondiale
La crise mondiale
 
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
Rapport annuel du CESE sur l'état de la France en 2015
 
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Avril 2016 - Federal Finance
 
FFA : rapport 2019
FFA : rapport 2019FFA : rapport 2019
FFA : rapport 2019
 
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal FinanceNewsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
Newsletter "Marchés" Mai 2016 - Federal Finance
 
Oestv conjoncture - decembre 2018
Oestv   conjoncture - decembre 2018Oestv   conjoncture - decembre 2018
Oestv conjoncture - decembre 2018
 
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
Le climat général se dégrade et incite à davantage de prudence - Flash Alloca...
 
Croissance solide en perspective pour la zone euro
Croissance solide en perspective pour la zone euroCroissance solide en perspective pour la zone euro
Croissance solide en perspective pour la zone euro
 
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal FinanceNewsletter - Mars 2015 - Federal Finance
Newsletter - Mars 2015 - Federal Finance
 
Budget : Risque de dérapage
Budget : Risque de dérapage Budget : Risque de dérapage
Budget : Risque de dérapage
 
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
Tableau de bord économique de l'Ile-de-France - Juillet 2015
 
Prévisions d'inflation en 2018 Statec
Prévisions d'inflation en 2018 Statec Prévisions d'inflation en 2018 Statec
Prévisions d'inflation en 2018 Statec
 
Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1Journal Esprit de la France n°1
Journal Esprit de la France n°1
 
Conjoncture
ConjonctureConjoncture
Conjoncture
 

Plus de Eric LEGER

Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Eric LEGER
 
En finir avec la fatigue
En finir avec la fatigueEn finir avec la fatigue
En finir avec la fatigue
Eric LEGER
 
Point Economique et Immobilier
Point Economique et ImmobilierPoint Economique et Immobilier
Point Economique et Immobilier
Eric LEGER
 
Co-Funding - Modèle économique du futur ?
Co-Funding - Modèle économique du futur ?Co-Funding - Modèle économique du futur ?
Co-Funding - Modèle économique du futur ?
Eric LEGER
 
France Strategie - 2017-2017 - Tendances
France Strategie - 2017-2017 - TendancesFrance Strategie - 2017-2017 - Tendances
France Strategie - 2017-2017 - Tendances
Eric LEGER
 
Robots - Source du Revenu Universel
Robots - Source du Revenu UniverselRobots - Source du Revenu Universel
Robots - Source du Revenu Universel
Eric LEGER
 
Pour une posture d'agonisme sociétal !
Pour une posture d'agonisme sociétal !Pour une posture d'agonisme sociétal !
Pour une posture d'agonisme sociétal !
Eric LEGER
 
Les MOOC - Education 2.0
Les MOOC - Education 2.0Les MOOC - Education 2.0
Les MOOC - Education 2.0
Eric LEGER
 
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et PartenariatMedias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
Eric LEGER
 
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaisesL'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
Eric LEGER
 
Les Femmes au temps des Pharaons
Les Femmes au temps des PharaonsLes Femmes au temps des Pharaons
Les Femmes au temps des Pharaons
Eric LEGER
 
La Femme - Anti-Portrait de Sophie
La Femme - Anti-Portrait de SophieLa Femme - Anti-Portrait de Sophie
La Femme - Anti-Portrait de Sophie
Eric LEGER
 
Bilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
Bilan de Compétences - Entre Orientation et ConcienceBilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
Bilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
Eric LEGER
 
Loi du Travail - Contestations
Loi du Travail - ContestationsLoi du Travail - Contestations
Loi du Travail - Contestations
Eric LEGER
 
Mort programmée de l'Université ?
Mort programmée de l'Université ?Mort programmée de l'Université ?
Mort programmée de l'Université ?
Eric LEGER
 
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
Eric LEGER
 
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
Eric LEGER
 
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
Eric LEGER
 
Evolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
Evolution des Réseaux Sociaux d'EntrepriseEvolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
Evolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
Eric LEGER
 
Le libéralisme à la source de la défense des droits !
Le libéralisme à la source de la défense des droits !Le libéralisme à la source de la défense des droits !
Le libéralisme à la source de la défense des droits !
Eric LEGER
 

Plus de Eric LEGER (20)

Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
Rapport Guedj - Recommandations Visites en Ehpad - 18 avril 2020
 
En finir avec la fatigue
En finir avec la fatigueEn finir avec la fatigue
En finir avec la fatigue
 
Point Economique et Immobilier
Point Economique et ImmobilierPoint Economique et Immobilier
Point Economique et Immobilier
 
Co-Funding - Modèle économique du futur ?
Co-Funding - Modèle économique du futur ?Co-Funding - Modèle économique du futur ?
Co-Funding - Modèle économique du futur ?
 
France Strategie - 2017-2017 - Tendances
France Strategie - 2017-2017 - TendancesFrance Strategie - 2017-2017 - Tendances
France Strategie - 2017-2017 - Tendances
 
Robots - Source du Revenu Universel
Robots - Source du Revenu UniverselRobots - Source du Revenu Universel
Robots - Source du Revenu Universel
 
Pour une posture d'agonisme sociétal !
Pour une posture d'agonisme sociétal !Pour une posture d'agonisme sociétal !
Pour une posture d'agonisme sociétal !
 
Les MOOC - Education 2.0
Les MOOC - Education 2.0Les MOOC - Education 2.0
Les MOOC - Education 2.0
 
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et PartenariatMedias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
Medias Classiques vs Reseaux sociaux - Entre Lutte et Partenariat
 
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaisesL'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
L'urgence d'une Collaboration entre Grandes Entreprises et StartUp francaises
 
Les Femmes au temps des Pharaons
Les Femmes au temps des PharaonsLes Femmes au temps des Pharaons
Les Femmes au temps des Pharaons
 
La Femme - Anti-Portrait de Sophie
La Femme - Anti-Portrait de SophieLa Femme - Anti-Portrait de Sophie
La Femme - Anti-Portrait de Sophie
 
Bilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
Bilan de Compétences - Entre Orientation et ConcienceBilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
Bilan de Compétences - Entre Orientation et Concience
 
Loi du Travail - Contestations
Loi du Travail - ContestationsLoi du Travail - Contestations
Loi du Travail - Contestations
 
Mort programmée de l'Université ?
Mort programmée de l'Université ?Mort programmée de l'Université ?
Mort programmée de l'Université ?
 
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
Partis Politique - Fin d'un Cycle ?
 
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
L'Emploi sera t-il sauvé par les régions ?
 
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
Recouvrer une démocratie libre, collective, volontaire !
 
Evolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
Evolution des Réseaux Sociaux d'EntrepriseEvolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
Evolution des Réseaux Sociaux d'Entreprise
 
Le libéralisme à la source de la défense des droits !
Le libéralisme à la source de la défense des droits !Le libéralisme à la source de la défense des droits !
Le libéralisme à la source de la défense des droits !
 

La politique sociale francaise tiraillée de toutes parts !

  • 1. L’objectif affiché du gouvernement d’une croissance de 1,5 % peut donc être atteint. Les économistes pen- sent que le résultat ne sera que très légèrement inférieur aux espoirs de Bercy, du fait des incertitudes qui planentsurl’économiemondiale.Le consensussesitueà1,4 %,unrythme toutefoisinsuffisantpourréduirede façonsignificativelechômage. ( L’éditorial de Dominique Seux Page 10 ciers sur l’activité économique aux Etats-Unis ou en Chine vont-elles se propager à l’économie réelle ? « Le risque lié à un ralentissement pro- noncé des pays émergents est aujourd’hui plus fort, mais cela n’a pour l’instant pas affecté la confiance deschefsd’entreprisefrançais »,cons- tate Vladimir Passeron. Climat des affaires et moral des ménages res- tent bien orientés en France. Les enquêtes de l’Insee sont ainsi com- patibles avec une croissance de l’ordre de 0,4 % par trimestre. année. La progression de l’activité en 2015 s’explique en effet aux deux tiers par des facteurs extérieurs, comme la baisse du prix du pétrole, lapolitiquemonétaireultra-accom- modante de la Banque centrale européenne et la dépréciation de l’euro. Or la reprise doit devenir un phénomène autoentretenu en 2016. Il faut un moteur interne, sans quoi la performance de 2015 sera un rebond sans lendemain. L’investis- sementpourraitjouercerôle. Manque de confiance A ce stade, l’Insee est prudent. « Le fait que l’investissement des entrepri- ses ait été plus dynamique que prévu ne pourrait être qu’un pic ponctuel », prévient Vladimir Passeron. Pour- tant, « tous les voyants sont au vert », remarque Olivier Chemla, chef éco- nomisteàl’Associationfrançaisedes entreprises privées (Afep). Les taux sont bas et les marges sont remon- tées avec la chute du prix du pétrole etlamiseenplaceduCréditd’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE). Le dispositif de suramortis- sement mis en place par Bercy devraitportersesfruits.Maislacon- fiance fait toujours défaut. « Une entreprise n’investit pas parce que les taux sont bas, mais parce qu’elle en espère une rentabilité. Or, cela sup- pose que la demande soit au rendez- vous »,expliqueOlivierChemla. Les craintes des marchés finan- Guillaume de Calignon annoté Eric Léger Après trois années de marasme, l’économie française est enfin sortie desaléthargie.LaPIBaprogresséde 1,1 % en 2015, a indiqué vendredi l’Insee.C’est un petit peuplus que ce qu’espérait le gouvernement, qui tablait officiellement sur 1 %. « 2015 aétél’annéedelareprise »,s’estréjoui le ministre des Finances, Michel Sapin. Avec toutefois un gros point noir : ce début d’embellie n’a pas suffiàenclencherunebaisseduchô- mage. Et la France reste à la traîne, les autres grands pays européens ayant enregistré des expansions bienplussoutenuesl’andernier. En tout cas, l’économie française a résisté au terrorisme. « Les atten- tats de novembre ont affecté la consommationdesménages,maisces effets négatifs sont restés localisés à quelques secteurs précis, comme l’hébergement ou la restauration, et ils ne seront probablement que tem- poraires », estime Vladimir Passe- ron, chef du département de la conjoncture de l’Insee. L’an passé,la consommation a tiré la croissance française, la baisse du prix du pétrole boostant le pouvoir d’achat desménages.Etl’investissementdes entreprises, dynamique sur les trois derniers mois de l’année, a donné des signes encourageants. C’est la clef pour l’économie française cette Legrandretour du« modèlesocial » LE FAIT DU JOUR POLITIQUE Cécile Cornudet QuandFrançois Hollandeest endifficulté,quand lapressiondelagauchepour uneprimaireprésidentielle s’accroît,quandla« vraie gauche »luireproched’avoir bradéses« valeurs »,levoilà quirevient,le« modèle social »,l’éternelmaîtreétalon d’unclivagegauche-droite abîmé.« Noussommes lagauche »,aaffirmé cedimancheStéphaneLeFoll, enlejustifiantparcesmots : « Est-cequ’onamisencause lemodèlesocial ?Non,nous l’avonsdéfendu »(« Grand Rendez-vousEurope1-iTélé- “LeMonde” »).Enprisesur les« réalités »,lagauche aupouvoiradûrépondre àl’attentedesFrançais enmatièredesécuritéetaux difficultéséconomiquesdu pays,reconnaîtleporte-parole, maiselleconservesonâme puisqu’ellealemodèlesocial. « Ladroiteveutleremettre encause,nous,nousvoulons l’adapter »,assure-t-il.Ouf ! Leclivageperdure,donc lagauchen’estpasmorte. Aunandel’élection présidentielle,seprofilecequi seraprobablementundébat majeur.AprèsFrançoisFillon, AlainJuppéetNicolasSarkozy défendent,euxaussi,l’idée d’unEtatrenforcédansses missionsrégaliennes,mais allégésurlaprotectionsociale, mêmes’ilssedéfendentde vouloir« casser »lemodèle. Ilsproposentuncocktail baissedesimpôts-baissedes déficitsqu’ilsobtiennent enrognantsurdesdépenses sociales :âgedelaretraite repoussé,allocations chômagediminuées, dépensesdesantécoupées… Lessondagesdisent aujourd’huiquelesFrançais ysontprêts,conscientsquele paysadesréformesderetard sursesconcurrents.Mais, devantl’urne,qu’en sera-t-il ? Grâceaumodèlesocial,la droiterenvoielagaucheàson « immobilisme »etlagauche accuseladroitede « libéralisme ».Mais,pour lesdeux,lesujetestpiégé. Promettredusangetdes larmesrisquedefairefuir l’électeurdedroite,surtout lorsqueleFN,lui,seposeen défenseurdesavantagesacquis. Lagauchebranditson sauvetagedumodèlesocial… quandcelui-cifuitdetoutes parts.C’étaitd’ailleursen partiepourcelaqueFrançois Hollandeavaitcherchél’unité nationalesurladéchéance denationalité :ilvoulait détournerleregardde sesrésultatséconomiques. Aujourd’hui,demi-tour. Seulsdesrésultatspourraient sauverlagauche. Annoté Eric Léger « Nous sommes la gauche » puisque nous défendons le modèle social, explique le gouvernement, quand « la vraie gauche » l’accuse d’avoir bradé ses valeurs. l Le chômage n’en bénéficie pas. l Le rebond de l’investissement doit être confirmé en 2016. Lacroissancerevient Les prin La consommation a tiré la croissance Les dépenses de consommation des ménages affichent la plus forte hausse depuis 2011 avec une progression de 1,4 %. Cela est largement à mettre sur le compte de l’absence d’inflation (+0,2 % en janvier sur un an) en raison de la chute des prix du pétrole. Espoir de stabilisation pour l’acquisition de logement Si les investissements des ménages sont en baisse de 3 % sur l’année, l’amélioration est visible en cours d’année. Au quatrième trimestre, l’investissement en logement a progressé de 0,1 % seulement, mais c’est la première fois depuis le deuxième trimestre 2013 qu’il ne baisse pas. Les chiffres de l’inflation attireront encore en 2016 l’attention de tous les décideurs économiques et poli- tiques. L’Insee a annoncé qu’en jan- vier, les prix avaient grimpé de seu- lement0,2 %surunan.Pour2016,le gouvernement table toujours sur 1 % d’inflation après zéro l’an der- nier. Les économistes prévoient, eux, en moyenne que les prix à la consommation grimperont de 0,8 %. Mais pour certains, l’infla- tion pourrait être bien plus faible. Avec un baril de pétrole autour de 35 dollars, contre 53 dollars en moyennel’anpassé,ilyadefaitpeu dechancesàcourttermequel’infla- tion rebondisse dans l’Hexagone et la zone euro en général. « Les forces extérieures pèsent sur l’inflation,expliquePhilippeGudin, chef économiste de Barclays. La Chine dispose de capacités excéden- taires industrielles qu’elle exporte en dépréciantsontauxdechangedepuis l’étédernier,cequiadeseffetsmassi- vement déflationnistes. Ensuite, poursuit-il, les forces intérieures sont aussi négatives. S’il baisse, le chômage reste toujours élevé dans la zoneeuro,Lestensionssontdonctrès faibles sur les salaires. » Et depuis la mi-2015, le taux de change effectif de l’euro – c’est-à-dire par rapport auxautresdevises,pondéréesparle poids des pays dans le commerce extérieur de la zone euro – s’est apprécié de 9 %, surtout par rap- port aux monnaies asiatiques. Là encore, c’est un facteur de baisse de l’inflation. « L’inflation va repartir en territoire négatif en zone euro à partir du mois de février », prévoit Philippe Gudin. Et « si le pétrole reste aux alentours de 30 dollars le baril, alors l’inflation sera quasi nulle, de l’ordre de 0,1 % en 2016 en France », calcule l’économiste. Il existe toutefois des signes plus positifs.« Mêmesielleresteinférieure àsamoyennedelongterme,l’opinion desménagessurl’évolutionfuturedes prixseredresseetlesménagesinterro- gés par l’Insee estiment qu’il est de plus en plus opportun de “faire des achats importants” et, à l’inverse, de moins en moins opportun “d’épar- gner” », remarque Olivier Chemla, chef économiste à l’Association française des entreprises privées (Afep). Pour lui, « cela signale plutôt une dynamique positive à l’opposé d’unespiraledéflationniste ».— G.C. L’inflationdenouveauauxabonnésabsents La baisse du cours du pétrole va de nouveau peser sur l’évolution des prix en France et dans la zone euro cette année. Lundi 1er février 2016 Les Echos
  • 2. maisresteinsuffisante cipaux indicateurs de l’économie française en 2015 L’investissement retrouve des couleurs La remontée des taux de marges des entreprises, couplée au dispositif de suramortissement et à l’embellie de la demande, a poussé les entre- prises à investir en 2015. L’investissement a grimpé de 2 % sur 2015 et s’est raffermi en cours d’année en ce qui concerne les biens manufactu- rés et les services marchands. Nouveau recul des investissements publics Rigueur budgétaire et baisse des dotations de l’Etat aux collectivités locales ont de nouveau fait baisser les investissements des administrations publiques de 3 % l’année dernière. Qui plus est, 2015 était une année électorale, ce qui a contribué à geler certains projets. 3 QUESTIONS À… PHILIPPE WAECHTER Chef économiste de Natixis Asset Management « Iln’yapasencore d’accélérationtrès marquéede l’investissementcarla demandeestindécise. » Propos recueillis par G. C. 1 La reprise de l’activité économique vous semble-t-elle bien partie en France ? Oui. Le premier bon point à noter dansleschiffresduPIBde2015,c’est que la croissance est revenue après une longue période de stagnation. C’était une première étape indis- pensable, que l’économie française a franchie, même si on peut regret- ter que le rythme soit inférieur à celui de la zone euro en moyenne. Cettephaseapuêtreréussiegrâceà l’action de la Banque centrale euro- péenne et à la moindre austérité décidée par Bruxelles. La Commis- sioneuropéenneacomprisqu’ilfal- lait ralentir la vitesse de réduction des déficits publics. Dans cet envi- ronnement de stagnation, il fallait que les institutions donnent une impulsion pour changer les antici- pations des ménages et des entre- prises, peu enclins à dépenser ou prendre des risques. C’était le rôle de la politique monétaire et de la politique budgétaire. C’est fait. Et avec l’aide du prix du pétrole en chute libre depuis un an et demi, l’économie française a bénéficié d’un soutien inespéré. La configu- ration de la conjoncture est désormais meilleure qu’il y a un ou deux ans. 2 Avez-vous quand même quelques craintes pour 2016 ? Le rythme de croissance n’est pas encore satisfaisant puisqu’il reste très en dessous de ce qui était observéparlepassé.Maiscequiest inquiétant, à court terme, c’est l’accumulation de stocks dans les entreprises aux troisième et qua- trième trimestres 2015. La demande va devoir être suffisam- ment robuste au cours des pro- chains mois pour que les entrepri- ses produisent et ne cherchent pas seulement à déstocker. Au-delà, c’est l’investissement des entrepri- ses qui déterminera le profil de la reprise. 3 Peut-on déjà observer les résultats de la politique de l’offre menée par le gouvernement ? Son effet reste à mon avis modéré. Globalement, les entreprises fran- çaises ont fait l’ajustement rendu nécessaire par la crise. Le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi(CICE)etlepactederespon- sabilité ont justement pour objectif d’améliorer la situation des entre- prisesaprèslacrise.Maissilasitua- tion de l’économie de la zone euro continue à être incertaine, leurs marges de manœuvre resteront limitées.Certes,l’investissementest enphaseascendantemaisiln’atou- jours pas le profil habituel qu’on lui connaîtpendantlesreprises.Iln’ya pas encore d’accélération très mar- quée de l’investissement car la demande est indécise. Toutefois, dès que ces incertitudes seront levées,onverraleseffetsàpleindela politiquedel’offre.L’investissement décollera. La crise a été longue et a exigé des ajustements violents à beaucoup d’entreprises. Les patrons ont été échaudés et il est logique qu’ils se montrent aujourd’hui particulièrement méfiants. Ils ont tout simplement peur de perdre de l’argent. Dans ce contexte encore incertain, il est doncfondamentalquelegouverne- ment garde le cap. Le besoin de sta- bilité de l’environnement fiscal et réglementairemeparaîtessentiel. n Un rebond bienvenu Dépréciation de l’euro, montée en puissance du CICE et progression de la demande étrangère adressée à la France ont fait grimper les exportations de 5,9 % en 2015. Mais les importations ont crû plus vite (+6,1 %). La hausse de la demande domestique a été en partie satisfaite par des importations, signe que la compétitivité reste un problème. Quelssontlesrisquesquipèsentsur l’économieeuropéenneetfrançaise en 2016 ? La question mérite d’être posée alors que les marchés finan- ciersdepuisledébutdel’annéedon- nentl’impressiondeprévoirlepire. D’autant que la croissance améri- caine semble avoir connu son pic à la mi-2015. En ce qui concerne l’Hexagone, « la croissance en 2016 sera au mieux modérée, de l’ordre de 1,4 % », a prévenu Julien Marcilly, chef économiste de Coface, lors d’une présentation en début de semaine à Paris. Pour lui, deux fac- teurs vont empêcher l’activité éco- nomique française de véritable- ment décoller : « Le secteur de la construction reste le talon d’Achille de l’économie française. De plus en plusdegrandesentreprisesseretrou- vent dans des situations financières difficiles et cela va perdurer. » Julien Marcilly a aussi mis en avant « la persistance de surcapacités dans l’industrie française qui se résorbent trèslentement »,cequiresteunfrein à la hausse des investissements dans ce secteur. En revanche, à court terme, un ralentissement prononcé de la Chineneconstituepasungrandris- que à ses yeux, la France n’étant pasungrandpaysindustrielexpor- tateur. L’Allemagne, de par son écono- mie beaucoup plus ouverte sur le monde que la nôtre, serait, elle, for- tementaffectéeparunplongeonde l’économie chinoise et des pays émergents. C’est une des menaces qui planent sur la zone euro. La deuxièmerésidedanslerisquepoli- tique. « Il est logique que les frustra- tions sociales apparaissent au moment où l’économie repart. Mais on assiste à un morcellement de la scène politique, notamment dans les paysdusuddel’Europe,remarquele chef économiste de Coface. Or, plus lenombredepartisaugmente,plusle risque de coalition est fort, et donc la constitutiondegouvernement,faible. Cela peut entraîner un attentisme de la part des entreprises », poursuit-il. Et la reprise de l’investissement tant espérée pourrait être encore retardée. Enfin, il y a le point noir du mar- ché du travail qui s’est encore dégradé en décembre, selon Pôle emploi. Et, en raison de ce fort taux dechômage,lessalairesnesontpas dynamiques et, surtout, le taux d’épargne des ménages reste à un niveau record (15,5 % au troisième trimestre). Les hausses de la consommation sont donc tributai- res de la seule baisse du prix du pétrole. Une activité dynamisée Enattendant,« lacroissancedansla zone euro n’est peut-être pas flam- boyante, mais elle tient bien malgré tous ces vents contraires », tempère PhilippeGudin,cheféconomistede Barclays. Si la baisse du prix du pétrole peut être une source d’inquiétude pour les pays produc- teurs,ellecontribuetoutdemêmeà soutenir la consommation dans les pays importateurs comme la France. La politique monétaire de la Banque centrale européenne continue, elle aussi, à dynamiser l’activité économique. Quant à la politique budgétaire, elle est désor- mais expansionniste en Europe. Sauf en France. « Les années de 2011 à 2013 ont été marquées par la ri- gueur budgétaire dans la zone euro. Ensuite, la politique budgétaire est devenue neutre. Et, cette année, elle est expansionniste pour la première fois depuis 2010 », constate Julien Marcilly. Au moins, à court terme, cela constitue-t-il une bonne nou- velle pour la conjoncture. — G. C. Denombreuxrisquespèsentencoresurlareprise Le ralentissement chinois et l’instabilité politique en Europe pourraient affaiblir le redémarrage de l’activité. Toujours fragile, le secteur de la construction reste « le talon d’Achille de l’économie française ». Photo Jean-Claude Moschetti/RÉA « Les patrons ont été échaudés et il est logique qu’ils se montrent aujourd’hui particulièrement méfiants. » Les Echos Lundi 1er février 2016