SlideShare une entreprise Scribd logo
01
Dr Stéfanie Bernheim
Agents pathogènes respiratoires et
Mycoplasma bovis
02
Dr Frédéric Lemarchand
Maladies respiratoires bovines :
inflammation et bien-être animal
03
Ilona Blanquet
Comprendre le marché des JB et du veau
du boucherie
04
Dr Eric Vandaële
Impact des nouvelles réglementations sur
le médicament vétérinaire dans la filière
veaux et engraissement
05
Pr Renaud Maillard
Diagnostic échographique des affections
respiratoires des bovins
OVERLINE/SECTION (OPTIONAL) IN ARIAL 8PT ALL CAPS
Headline copy
over image
Presentation Name
1
Subhead (optional) in Arial Regular 14pt. When
using this layout be sure to use the proper sized
rail to match the height of headline and subtitle
copy (available on slide 39).
Agents
pathogènes
respiratoires et
engraissement
Agents pathogènes et engraissement
2
Agenda
Agents pathogènes et engraissement
3
01 Introduction
02 Agents pathogènes majeurs ou émergents ?
03 Les prélèvements respiratoires
04 Analyses oui mais attention !
05 Prévalences apparentes
Agents pathogènes et engraissement
4
Introduction
01.
DIAGNOSTIC
étiologique des
MALADIES
RESPIRATOIRES
BOVINES
Les Maladies Respiratoires bovines et Zoetis
Des piliers solides
Efficacité Flexibilité Assurance
• 35 ans d’expertise
• Une gamme large et
flexible
• Un accompagnement au
quotidien
Les services Rispaudit
Un accompagnement sur mesure
• Aide au
diagnostic
• Aide à la
planification
vaccinale
• Formation
Les services Rispaudit
Une aide au diagnostic
Identification
des facteurs de
risque de MRB
Rispaudit
diagnostic : la
PCR au service
des MRB
• Une application intuitive :
Rispaudit audit
• Un service de PCR respiratoire
• Avec accompagnement technique
• Proposition de nouvelles solutions
Agents pathogènes et engraissement
9
Principaux
agents
pathogènes
respiratoires
02.
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes majeurs et émergents
Principaux agents
• Agents infectieux viraux :
– RSV,
– IBR,
– BVD,
– Pi3,
– Coronavirus,
– Influenza D
• Agents infectieux bactériens :
– Pasteurellacées :
• Mannheimia haemolytica,
• Pasteurella multocida,
• Histophilus somni
– Mycoplasma bovis
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes viraux
Le Virus
Respiratoire
Syncytial Bovin
(RSV)
• Forme peu sévère, voire asymptomatique
• Forme aiguë sévère à modérée
– Signes généraux
• Hyperthermie élevée (>40°C), mais fugace
• Abattement et anorexie, intensité variable
– Signes respiratoires peu spécifiques
– Toux
– Jetage mucoïde
– Polypnée, dyspnée
– Auscultation :
• Renforcement des bruits
• Bruits surajoutés : sifflements, crépitements
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES ET EXAMENS COMPLÉMENTAIRES
Agents pathogènes
Le RSv
PathobetOnline
www.pathobetonline.fr
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes
Rhinotrachéite
Infectieuse
Bovine
(IBR)
• Clinique évocatrice
• Jetage dit en « chandelles »
• Tableau lésionnel
pathognomonique avec
ulcérations nécrotiques de la
muqueuse trachéale
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes
Le Coronavirus
respiratoire
• Génôme à ARN parmi les plus complexes de 32 kB
• Tableau clinique non spécifique
• Les coronavirus bovins classiquement associés à des diarrhées
néonatales, winter dysentery et syndromes respiratoires chez les plus
âgés
• Un seul sérotype mais une variabilité génétique et de tropisme
• L’orientation d’une souche de BCoV vers une forme clinique (digestif
et/ou respiratoire) serait plus liée aux interactions entre les pathogènes
(BCoV et virus ou bactéries associés), l’hôte et des facteurs
environnementaux*
• Même si on ne connait pas les mécanismes génétiques qui
président le type de manifestation (digestif et/ou
respiratoire)
*Vlasova et Saif, 2021
Agents pathogènes et engraissement
• Tableau clinique respiratoire modéré suite à un
challenge viral en conditions expérimentales**
• Altération de l’intégrité de l’épithélium
respiratoire
• Augmentation significative de la présence de
neutrophiles dans la trachée des animaux
infectés
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes
Le virus Influenza D
• En France entre 2011 et 2015 sur 134 prélèvements
(ENP, ATT, LBA)
• Prévalence estimée de 4,5 %*
• Troubles modérés mais très probable COFACTEUR
** Liu et al, 2020
* Ducatez et al., 2015
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Les pasteurellacées
• Mannheimia haemolytica
• Pasteurella multocida
• Histophilus somni
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Mannheimia
haemolytica
• Aucune spécificité clinique
• Sécrétion de leucotoxine
• Lésions élémentaires quasiment pathognomoniques de
l’infection par Mannheimia haemolytica
Foyers de nécrose, en « carte de géographie »
Aspect irrégulier du périmètre lésionnel
Liséré périphérique blanchâtre Foyers de nécrose
Lésions en « carte de géographie »
Photo ENVT
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Pasteurella
multocida
Foyers de nécrose
Lésions en « carte de géographie »
Photo ENVT
• Aucune spécificité clinique
• Un facteur de virulence : Lipopolysaccharide
(LPS)
• Une prévalence très élevée
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Histophilus somni
• Pasteurellacée commensale des voies aériennes supérieures
• Associée à des syndromes respiratoires
• Formes septicémiques décrites aux US
• Méningo-encéphalites thrombotiques, myocardites…
• Imputabilité en Europe ?
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Histophilus somni
• Troubles neurologiques spécifiques ?
Non !
• Troubles respiratoires
• Encéphalite
• PCR sur LCR : Pasteurella multocida
Agents pathogènes et engraissement
AGENTS PATHOGÈNES
Agents pathogènes bactériens
Mycoplasma bovis
Agents pathogènes et engraissement
22
Prélèvements
respiratoires
03.
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Le bon candidat au bon moment
Animal à prélever
• Animal en hyperthermie
• De préférence non traité avec des anti-infectieux
• Préférer les analyses de mélange pour les ENP /
PCR
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Le bon candidat au bon moment
Dynamique des
infections
respiratoires
• Chronologie théorique
• RSV présent quelques jours
seulement même si initiateur
VRSB
Pasteurellacées
Mycoplasma spp.
Trueperella pyogenes
0 j 3 j 8 j 12 j 3 sem
5 j
BVD Animal IPI
PR
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
Types de
prélèvements
• Ecouvillon Nasal Profond (ENP)
• Poumon
• Carte FTA sur poumon
• Aspiration Trans-Trachéale (ATT)
• Lavage Broncho-Alvéolaire chemisé (LBA)
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
Ecouvillon
Nasal Profond (ENP)
• Ecouvillon SEC
• Virocult possible
• Pas de milieu
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
ENP intérêts et
limites
• Pour la recherche virale et Mycoplasma bovis
• Ininterprétabilité de la présence de pasteurellacées
• Facilité de prélèvement
• Matériel peu coûteux
• Prélèvement peu invasif
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
Aspiration
Trans-Trachéale
• Fiche technique
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
ATT intérêts et
limites
• Adapté à la recherche virale et bactérienne
• Pas de contamination naso-pharyngée
• Site de prélèvement inconnu
• Invasif
• Parfois des difficultés de réalisation / volume insuffisant
• Matériel à usage unique plus coûteux
• Difficultés d’approvisionnement du kit
• Contamination / sang
Agents pathogènes et engraissement
• Matériel
• Mise en œuvre
• Fiche technique
30
Description de la technique du LBA “chemisé”
Rispaudit Diagnostic
Le Lavage
Broncho-Alvéolaire
« chemisé »
Agents pathogènes et engraissement
• Matériel
 Sérum physiologique
 Seringue 50 mL
 Aiguille
 Tube pour prélèvement
 Feutre pour identification
31
Rispaudit Diagnostic
Le Lavage
Broncho-Alvéolaire
« chemisé »
Agents pathogènes et engraissement
• Matériel
 Tuyau vitryl (silicone alimentaire)
résistant à 200°C 8/12 mm : gaine
externe
 Tuyau vitryl (silicone alimentaire)
résistant à 200°C 4/6 mm : gaine
interne
 Bien rincer avec du sérum
physiologique intérieur et extérieur du
guide et extérieur de la sonde
32
Rispaudit Diagnostic
Le Lavage
Broncho-Alvéolaire
« chemisé »
Agents pathogènes et engraissement
33
•
Rispaudit Diagnostic
Le Lavage
Broncho-Alvéolaire
« chemisé »
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
• Recherche virale et bactérienne
• Peu invasif
• Volume de lavage correct
• Matériel réutilisable
• Site de prélèvement inconnu
• Parfois des difficultés de réalisation : âge minimum
6 semaines
• Nouveauté à venir : kit jeune veau
LBA « chemisé »
Intérêts et limites
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
• Prélèvement intermédiaire zone
saine / zone lésée
• Congélation immédiate pour PCR
Le poumon
Agents pathogènes et engraissement
Prélèvements respiratoires
Techniques de prélèvements
• Technique sur
poumon développée
et validée par Zoetis
et l’ENVA
• « Buvard »
• Conserve les acides
nucléiques
Carte FTA sur
poumon
Carte sous sachet
plastique pour envoi
Carte fermée Carte ouverte
avec zone cerclée pour
dépôt de prélèvement
Carte identifiée
Agents pathogènes et engraissement
37
La carte FTA
Intérêts de la carte FTA
• Aucune contrainte de
température de conservation
• Envoi sous enveloppe
simple sans impératif de
délai
• Sensibilité excellente
éprouvée par le terrain
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
38
Analyses oui
mais
attention…
04.
Agents pathogènes et engraissement
EXAMENS COMPLEMENTAIRES
Portage naso-pharyngé sur veaux sains
PCR, CT et portage
• Pasteurellacées sur veaux sains*
• Portage et quantification
• Flore commensale
• Aucune interprétabilité d’un CT de
pasteurelles sur ENP
* Thomas et al.,2021
Agents pathogènes et engraissement
EXAMENS COMPLEMENTAIRES
PCR et CT : quelle interprétabilité ?
PCR, CT et cut off ?
• Cut-off : seuil à partir duquel on pourrait décider d’une
imputabilité des troubles cliniques au pathogène
• Etude danoise : 36 troupeaux, 340 veaux, 4 séries
d’ENP
• RT PCR
• Mannheimia haemolytica: impossibilité d’établir un
seuil*
• Pour Histophilus somni, un CT < 17,4 était associé à
86% des veaux malades mais un CT >17,4 était aussi
associé à 40% de veaux malades*
• Pasteurella multocida et Mycoplasma bovis : seuil de 21
?? Klompmaker et al, 2021
Agents pathogènes et engraissement
EXAMENS COMPLEMENTAIRES
PCR et CT : le poumon n’est pas stérile !
• De nombreuses publications démontrent la présence des 3 pasteurelles sur ENP, ATT et
LBA
• Angen et al, 2009 :
- 56 veaux sains
- Ayant subi une ATT
- Pour mise en culture et PCR
- 59% de culture positive
- PCR : P. multocida 48%,
H. somni 20%,
M. haemolytica 23%
Agents pathogènes et engraissement
42
Prévalences
apparentes
05.
Agents pathogènes et engraissement
DIAGNOSTIC
• Répartition géographique des analyses
Rispaudit Diagnostic
La PCR multiplex au service du
diagnostic étiologique
Agents pathogènes et engraissement
Rispaudit Diagnostic
Base de données
Résultats 2020 - 2022
• De janvier 2020 à Avril 2022
• 1636 analyses
• 49% allaitants
• 32% laitiers
• 13% veaux de boucherie
• 6% engraissement
49
32
13
6
Allaitant Laitier Veaux de
boucherie
Engraissement
Répartition du volume d’analyses en fonction
du type de production (%)
Agents pathogènes et engraissement
Rispaudit Diagnostic
Prévalences
apparentes
globales
Résultats 2020-2022
48
11
30
78
46
23
30
0
10
20
30
40
50
60
70
80
90
%
Prévalences apparentes toutes productions
tous prélèvements (%)
RSV Pi3
Coronavirus Pasteurella multocida
Mannheimia haemolytica Histophilus somni
Mycoplasma bovis
• Toutes filières, tous prélèvements
• RSV : 48%
• Pasteurellacées : ininterprétables
compte tenu du nombre d’analyses
sur ENP
Agents pathogènes et engraissement
Rispaudit Diagnostic
Associations
avec le virus RSv
12
28
34
82
47
21
0 10 20 30 40 50 60 70 80 90
Avec PI3
Avec coronavirus
Avec Mycoplasma bovis
Avec Pasteurella multocida
Avec Mannheimia haemolytica
Avec Histophilus somni
Associations du virus RSv (%)
• Pasteurella multocida,
bactérie la plus associée aux
infections à RSV
• Mycoplasma bovis : présent
dans plus d’un tiers des
infections à RSV
Agents pathogènes et engraissement
47
Résultats en production veaux de boucherie 2020 - 2022
• 212 résultats
• environ 500 animaux
• 10 % sur poumons
• 10% sur LBA individuels ou mélanges
• 75% sur ENP individuels ou mélanges
• 5% sur cartes FTA sur poumon individuelles
• Exclusion : animaux ayant reçu une administration de vaccin vivant
RS +/- Pi3 dans le mois précédant le prélèvement d’ENP, ATT ou
LBA
10 10
75
5
Poumons LBA ENP FTA sur
poumons
Répartition des prélèvements
(%)
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
48
Résultats veaux
de boucherie
2020/2022
• Taux de positivité globale tous
prélèvements en production veaux
de boucherie
• Non interprétabilité de la présence
de pasteurellacées commensales
du nasopharynx
• RSV 47%
• Mycoplasma bovis 72%
47
27
68 72
94
40
15
Prévalences apparentes tous
agents pathogènes (%)
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
49
Résultats veaux
de boucherie
2020/2022
• Taux de positivité
prélèvements profonds en
production veaux de
boucherie
• RSV 48%
• Mycoplasma bovis 73%
48
25
37
73
77
33
6
Prévalences apparentes prélèvements
profonds tous agents pathogènes (%)
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
50
Résultats veaux
de boucherie
2020/2022
• Quelles associations de
malfaiteurs ?
• Fréquences d’agents
pathogènes sur des
prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
• RSV +++
Rispaudit Diagnostic
0,0
10,0
20,0
30,0
40,0
50,0
60,0
70,0
80,0
90,0
100,0
Coronavirus PI3 RSV Mannheimia
h.
Pasteurella
multocida
Histophilus
somni
67,5
33,6
53,9
44,7
96,7
13,8
36,8
34,2
55,3
34,2
86,8
2,6
Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs
pour Mycoplasma bovis
tous prélèvements profonds
Agents pathogènes et engraissement
51
Résultats en production engraissement de jeunes bovins
• 95 analyses
• environ 170 animaux
• 29 % sur poumons
• 5 % sur LBA ou mélanges
• 44 % sur ENP ou mélanges
• 2% sur ATT
• 20 % sur cartes FTA sur poumon individuelles
• Exclusion : animaux ayant reçu une administration de vaccin vivant
RS +/- Pi3 dans le mois précédant le prélèvement d’ENP, ATT ou
LBA
29
44
5 1
20
Poumon ENP LBA ATT Carte FTA
sur poumon
Répartition des prélèvements (%)
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
52
Résultats 2020/2022
• Engraissement de JB
• Taux de positivité globale tous
prélèvements en engraissement
de jeunes bovins
• Même réserve sur la présence de
pasteurelles
• RSV 49%
• Mycoplasma bovis 77%
49
20
33
77
72
58
53
Fréquences par agents
pathogènes tous
prélèvements en
engraissement de jeunes
bovins (%)
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
53
Résultats 2020/2022
• Engraissement de JB
• Taux de positivité sur
prélèvements profonds en
engraissement de jeunes
bovins
50
9 9
78
54
41
44
Fréquences par agents pathogènes sur prélèvements
profonds en engraissement de jeunes bovins (%)
%
• RSV 50%
• et Mycoplasma bovis 78%
Rispaudit Diagnostic
Agents pathogènes et engraissement
54
Engraissement de JB
2020/2022
• Quelles associations de
malfaiteurs ?
• Fréquences d’agents
pathogènes sur des
prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
• RSV +++
Rispaudit Diagnostic
0,0
10,0
20,0
30,0
40,0
50,0
60,0
70,0
80,0
Coronavirus PI3 RSV Mannheimia h. Pasteurella
multocida
Histophilus somni
37,0
21,9
53,4
61,6
74,0
57,5
9,8 9,8
53,7
41,5
56,1
51,2
Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
tous prélèvements profonds
Agents pathogènes et engraissement
Conclusion
Cartographie RSV
• Des problématiques étiologiques comparables dans les
deux productions
• Deux agents initiateurs à maîtriser par la prévention
• Des niveaux de prévalence comparables
• Des agents pathogènes « consommateurs » de
traitements
• Et pénalisant le bien-être et la productivité
Agents pathogènes et engraissement
OVERLINE/SECTION (OPTIONAL) IN ARIAL 8PT ALL CAPS
Headline copy
over image
Presentation Name
56
Subhead (optional) in Arial Regular 14pt. When
using this layout be sure to use the proper sized
rail to match the height of headline and subtitle
copy (available on slide 39).
Mycoplasma
bovis
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
57
Agenda
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
58
01 PathobetOnline
02 La pathogénicité d’une petite bactérie qui se
prend pour un virus
03 Mycoplasma bovis seul ou accompagné ?
04 Dynamique de l’infection en veaux de
boucherie
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
59
PathobetOnline ?
01.
PathobetOnline
Site de formation sur la pathologie des ruminants
En accès libre !
Une vidéo par
mois
PathobetOnline
PathobetOnline : nouveau site, nouvelles vidéos
• Vidéos traditionnelles
• Dernière en ligne : les
vaccins à ARN
Rispaudit training : la formation où vous voulez
quand vous voulez
PathobetOnline : replays en ligne
Des replays de
webinars Q/R
• Webinars “de vive voix”
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
63
Pathogénicité
de Mycoplasma
bovis
02.
Pathogénicité de M.bovis
Pr Renaud
Maillard
ENVT
• PATHOBET M.Bovis
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
Pathogénicité de M.bovis
Pr Renaud
Maillard
ENVT
• PATHOBET M.Bovis
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
66
Mycoplasma
bovis : seul ou
accompagné ?
03.
67
Rappel : veaux
de boucherie
2020/2022
• Quelles associations de
malfaiteurs ?
• Fréquences d’agents
pathogènes sur des
prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
• RSV +++
Rispaudit Diagnostic
0,0
10,0
20,0
30,0
40,0
50,0
60,0
70,0
80,0
90,0
100,0
67,5
33,6
53,9
44,7
96,7
13,8
36,8
34,2
55,3
34,2
86,8
2,6
Agents pathogènes associés aux prélèvements
positifs pour Mycoplasma bovis
tous prélèvements profonds
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
68
Rappel :
Engraissement de JB
2020/2022
• Quelles associations de
malfaiteurs ?
• Fréquences d’agents
pathogènes sur des
prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
• RSV +++
Rispaudit Diagnostic
0,0
10,0
20,0
30,0
40,0
50,0
60,0
70,0
80,0
Coronavirus PI3 RSV Mannheimia h. Pasteurella
multocida
Histophilus somni
37,0
21,9
53,4
61,6
74,0
57,5
9,8 9,8
53,7
41,5
56,1
51,2
Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour
Mycoplasma bovis
tous prélèvements profonds
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES
Le virus Influenza D
• Synergique avec Mycoplasma bovis*
• 29 veaux naïfs infectés par aérosol
• Soit avec IDV,
• Soit avec M.bovis,
• Soit avec les 2
*Lion A. et al, 2021
SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES
Le virus Influenza D
• Infection combinée : réduction de la période d’incubation
• Augmentation de la sévérité de la maladie (score clinique)
• Augmentation de la sévérité lésionnelle (macro et microscopique)
• Stimulation de la colonisation de l’appareil respiratoire profond par M.bovis
• Augmentation du recrutement de cellules de la lignée blanche dans les voies
aériennes
*Lion A. et al, 2021
SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D
Le virus Influenza D
*Lion A. et al, 2021
• Augmentation de la sévérité clinique
SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D
*Lion A. et al, 2021
A : veau contrôle sans
lésions*
B : veau coinfecté à J+6
avec atélectasie de 30%
des lobes crâniaux et
accessoires*
• Augmentation de la sévérité lésionnelle
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D
*Lion A. et al, 2021
C : veau contrôle sans
lésions trachéales*
D : veau coinfecté à J+6
avec lésions de trachéite
et exsudat fibrino-
purulent*
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES
Le virus Influenza D
Bilan :
• Infection combinée : réduction de la période d’incubation
• Augmentation de la sévérité de la maladie (score clinique)
• Augmentation de la sévérité lésionnelle (macro et microscopique)
• Stimulation de la colonisation de l’appareil respiratoire profond par M.bovis
• Augmentation du recrutement de cellules de la lignée blanche dans les voies aériennes
*Lion A. et al, 2021
75
Dynamique de
l’infection
04.
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE
Objectif de l’étude*
• Description de la dynamique de consolidation pulmonaire
• Dans un système de production commerciale de veaux de boucherie
mâles
• En relation avec les traitements anti-infectieux et les tests
diagnostiques
• Elément additionnel étudié : la relation entre pneumonie traitée ou non
traitée et GMQ, poids de carcasse
• Ainsi que l’effet “consolidation à l’arrivée” et probabilité de développer
une pneumonie incurable et des performances réduites
*Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in
relation to antimicrobial therapy and production outcomes. WBC 2022
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE
Matériels et
méthodes*
• 295 veaux males Holsteins âgés de 14 à 21 jours,
• Suivis pendant un cycle d’engraissement
• Examen Clinique et évaluation échographique pulmonaire qTUS sur tous les
animaux
- Arrivée
- semaines 2, 3, 4, 6, 8 et 12.
• Définition d’un cas de pneumonie : consolidation pulmonaire ≥1 cm.
• Tests diagnostiques : MALDI-TOF MS et séquençage sur prélèvements de
LBA
*Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in
relation to antimicrobial therapy and production outcomes. WBC 2022
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE
Résultats*
• 17,6% des veaux sont arrivés avec des lesions de consolidation > 1cm
• Au premier épisode clinique : 30.8% > 1 cm
• Semaine 2 : 91,2% des cas de pneumonie étaient subcliniques
• Semaine 4 : 43,8% des animaux avec pneumonie clinique
• Prélèvements positifs pour RSV et Mycoplasma bovis
• Souches de Mycoplasma bovis résistantes à certains antibiotiques
• Second épisode : surfinfection Pasteurella multocida et isolement d’une autre souche de
Mycoplasma bovis
*Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in
relation to antimicrobial therapy and production outcomes. Short comm. WBC 2022
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE
Résultats*
• les veaux avec une pneumonie non guérie ou chronique ont eu un GMQ significativement inférieur
(992g/day ± 174 et 930g/day ±146) comparés aux veaux n’ayant pas développé de pneumonie (1103
g/day ±156; P < 0.001).
• les veaux avec une consolidation > 1 cm à l’arrivée ont eu un GMQ significativement inférieur
comparé aux veaux sains (981 g/j ±159 vs 1045 g/j ±159; P = 0.01) et étaient plus susceptibles de
développer une pneumonie (OR=4.2; 95% CI: 2.1 – 8.6, P < 0.001).
• les animaux ayant développé une pneumonie ont un poids de carcasse significativement inférieur
(10.3kg ± 4.4; CI: 1.2 – 18.9; P =0.02).
*Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in
relation to antimicrobial therapy and production outcomes. Short comm. WBC 2022
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE
Conclusion
• Les pneumonies en veaux de boucherie sont majoritairement subcliniques
• Les pathogènes dominants sont RSV et Mycoplasma bovis
• Fort impact sur la productivité
• Enjeu diagnostique, thérapeutique et préventif
Pathogénicité de Mycoplasma bovis
THANK YOU
81
MM-22318
THANK YOU
82
MM-22319
Maladies respiratoires bovines :
inflammation et bien-être animal
Module technique réunion Vétérinaire
Introduction
1https://www.reussir.fr/bovins-viande/vacciner-contre-les-troubles-respiratoires-en-engraissement, consulté le 19-09-21
Chiffres clés, les troubles respiratoires ce sont1
• 78 % des troubles de santé en engraissement
• 75 % d’entre eux ont lieu dans les quinze premiers jours
• 75 % de la morbidité en engraissement
• Jusqu’à 25 % de perte de revenus
• Jusqu’à 100 g/j de perte de GMQ
• Jusqu’à 60 jours d’engraissement en plus
Lors de troubles respiratoires, l’inflammation est un facteur aggravant majeur
Qu’est-ce que l’inflammation ?
Qu’est ce que l’inflammation ?
Phénomène connu depuis l’antiquité
• Celsius, au 1ier siècle après J.C. décrit les 4 signes
cliniques de l’inflammation :
• rubor, tumor, calor, dolor
• Puis 1 siècle plus tard par Galien :
• functio laesa
Qu’est-ce que l’inflammation ?
2Foucras G. et Tabouret G. Les différentes phases de l’inflammation aiguë : initiation, régulation et marqueurs. Nouveau
Prat. Vét. Elevages et Santé, 2012;5(22):20-26
L’inflammation est une réaction de défense immunitaire à une agression (virus,
bactéries, parasites…)
Processus physiologique : réponse des tissus à une agression
2
Qu’est-ce que l’inflammation ?
Un ensemble de signes
• Chaleur (liée à la congestion)
• Rougeur (liée à la congestion)
• Tuméfaction (liée à l’exsudation)
• Douleur (liée à l’action des kinines, aux compressions des terminaisons
nerveuses)
C’est une réaction non spécifique en réponse à tout type d’agression, nécessaire et
bénéfique
Qu’est-ce que l’inflammation ?
L’inflammation vise à
• Aider l’hôte à se débarrasser de l’élément « agresseur »
• Réparer les tissus : processus de cicatrisation
Le processus inflammatoire comprend 4 phases
• Immédiatement : phase silencieuse
• Quelques minutes à quelques heures après : phase vasculaire
• Quelques heures à quelques jours plus tard : phase cellulaire
• Après 2 à 3 semaines : phase de réparation (cicatrisation)
Qu’est-ce que l’inflammation ?
La « cascade inflammatoire », une
réaction en chaine complexe qui génère
des effets
• Pro-inflammatoires (qui
entretiennent l’inflammation)
• Pro-résolution (qui favorisent la
résolution de l’inflammation)
Agression
(lésion tissulaire)
Rupture des membranes tissulaires
(libération de phospholipides membranaires)
Activation du
NFkB
Phospholipase A2
Lypo-oxygénase
Prostaglandines
cytoprotectrices
Prostaglandines
pro-inflammatoires
Effet protecteur sur les
reins, l’intestin, action
sur la coagulation
plaquettaire
Effets inflammatoires et
douloureux
Cytokines
Médiateurs pro-
inflammatoires
iNOS
COX-1 COX-2
Leucotriènes
Acide arachidonique
Cyclo-oxygénase
« voie des cox »
Qu’est-ce que l’inflammation ?
En résumé3…
3http://www.profsvt71.fr/pages/premiere-s/theme-3a-feminin-masculin/la-reaction-inflammatoire.html, consulté le 19-09-21
Inflammation pulmonaire &
Maladies Respiratoires
Bovines (MRB)
Inflammation pulmonaire & MRB
4Assié S. Les bronchopneumonies infectieuses sont des maladies inflammatoires. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2019;44(11):9-11
Les MRB sont de nature infectieuses et s’accompagnent de phénomènes inflammatoires4
• La phase vasculaire permet d’orienter les éléments du système immunitaire vers le site de
l’infection
• Les polynunéclaires neutrophiles (PNN) circulants dans le sang sont attirés par
chimiotactisme et se déplacent vers le site de l’infection
✓ Ils ont un rôle primordial dans l’inflammation aigüe du poumon
✓ Les PNN commencent à phagocyter les agents pathogènes dans le parenchyme
pulmonaire
✓ Ils libèrent des médiateurs chimiques qui augmentent l’inflammation en attirant d’autres
cellules du systèmes immunitaire
• Dans les circonstances favorables, l’inflammation aiguë maitrise la lésion et prépare la
cicatrisation
• Lorsque que le facteur d’agression persiste, la guérison n’a pas lieu et il s’installe une
inflammation chronique
Inflammation pulmonaire & MRB
Les macrophages et les
polynucléaires neutrophiles
situés au niveau des avéoles
pulmonaires ont un rôle
fondamental lors d’infection
pulmonaire
5Ackermann M. R. et al. Innate immunology of bovine respiratory disease. Vet Clin Food Anim, 2010;26:215-228
Les différents éléments impliqués dans la réponse
inflammatoire pulmonaire5
Inflammation pulmonaire & MRB
La réaction inflammatoire
doit normallement conduire
à la résolution de
l’inflammation et donc à la
guérison
Inflammation pulmonaire & MRB
6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét.
Elevages et Santé, 2019;44(11):12-15
Le traitement des MRB est actuellement fondé sur6
• L’élimination de l’agent étiologique principal en
utilisant des antibiotiques ciblant en première
intention les pasteurelles
• La modulation de la réaction inflammatoire
La modulation de la réaction inflammatoire est
l’approche la plus délicate
• La réaction inflammatoire est bénéfique lorsque
son intensité reste modérée et délétère pour
l’animal si elle s’emballe
La décision d’avoir recours ou non à un traitement anti-
inflammatoire est basée sur l’évaluation de l’amplitude
et la durée de la réponse inflammatoire
Inflammation pulmonaire & MRB
Sur les jeunes animaux,
l’échographie
pulmonaire est de plus
en plus utilisée pour
évaluer l’état de
l’inflammation
pulmonaire
A l’échographie, la présence de « queues de comète » (cône hyper-échogène) caractérise la
présence de liquide inflammatoire sur la plèvre
Inflammation pulmonaire & MRB
7Nicholas R. Bovine mycoplasmosis : silent and deadly. Veterinary Record, 2011;168:459-462
Parmi les bactéries à l’origine
d’infection pulmonaire chez
les bovins (P. multocida, M.
haemolytica, H. somni), M.
bovis est fréquemment isolé
notamment en engraissement
Lésions pulmonaires multifocales de nécrose caséeuse causée par M. bovis7
Inflammation pulmonaire & MRB
En animation…
Douleur et Maladies
Respiratoires Bovines
Douleur et MRB
19
Lors de lésion tissulaire les cellules endommagées,
les cellules sanguines et les neurones périphériques
libèrent au niveau du site lésé de nombreuses
substances chimiques8 :
• Ions (H+ et K+), prostaglandines, histamine,
sérotonine, substance P
Ce cocktail ou “soupe périphérique” induit une
inflammation. Il contribue à sensibiliser et à activer
des nocicepteurs localisés sur les extrémités des
neurones
Les prostaglandines jouent un rôle important dans
la douleur
3
3http://www.profsvt71.fr/pages/premiere-s/theme-3a-feminin-masculin/la-reaction-inflammatoire.html, consulté le 19-09-21
8Ferran A. Comprendre les mécanismes physiopathologiques de la douleur chez les bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé,
2018;10(41):13-18
Douleur et MRB
20
La douleur est encore insuffisamment
détectée et prise en charge chez les
bovins9
Les bovins ont tendance à peu exprimer la
douleur
Mais, on peut regrouper en 3 catégories,
les indicateurs de douleur
• Posturaux et comportementaux
• Physiologiques
• Zootechniques
9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25
La modification de comportement est un signe de douleur
Douleur et MRB
21
Parmi les indicateurs physiologiques de
douleur on note
• Fréquence cardiaque
• Fréquence respiratoire
• Température interne
• Diamètre pupillaire
• Sudation
• Tremblements musculaires
9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25
La réticence à se déplacer est la seule modification
comportementale évidente lors de douleur
Douleur et MRB
22
Plusieurs grilles ont été développées pour objectiver et pour quantifier la douleur9
• Elles permettent notamment de déterminer un seuil à partir duquel l’utilisation d’antalgique
est nécessaire
Ces grilles sont pertinentes
• La note attribuée à partir de 6 indicateurs retenus a significativement baissé chez les
animaux atteints d’une affection considérée comme douloureuse et traités avec
l’antalgique
• Alors qu’elle n’a pas significativement baissé pour les animaux sans atteinte douloureuse et
ceux traités avec un placebo
9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25
Douleur et MRB
23
10Le Neindre P. et al. Douleurs animales : les identifier, les comprendre, les limiter chez les animaux d’élevage. Expertise scientifique
collective, synthèse du rapport, 2009 INRA (France), 98 pages
10
Douleur et MRB
24
La douleur chez les animaux d’élevage est une problématique
de plus en plus importante dans notre société11
• Sa prise en charge médicale lors d’affections
douloureuses est désormais incontournable
La gestion économique est également à considérer
• La gestion de la douleur a un coût qui devrait, autant que
possible, être amorti par des effets bénéfiques sur la
production (croissance, production laitière, etc…)
L’utilisation d’anti-inflammatoires lors de pneumonies, affections
connues pour leur composante douloureuse en médecine
humaine, est assez classique chez les bovins (mais plus dans le
but de limiter les conséquences délétères de l’inflammation sur le
poumon)
11Belbis G. et al. Prise en charge médicale de la douleur chez les bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):27-32
Prise en charge de la douleur des
bovins est une nécessité :
• Sociétale (bien-être animal)
• Economique (productivité)
• Ethique (production éthique
des denrées alimentaires)
Quelle utilisation des anti-
inflammatoires ?
Moduler l’inflammation
Moduler l’inflammation
27
La rôle des anti-inflammatoires dans la prise en charge des troubles respiratoires est multiple
• Réduction de l’inflammation
• Réduction de l’hyperthermie associée (antipyrétique)
• Réduction de la douleur (analgésie)
➢ Anti-inflammatoire à activité périphérique et/ou centrale
A cause de leurs effets immunosuppresseurs, et dans une situation où une antibiothérapie ne peut
être appliquée simultanément, le recours aux anti-inflammatoires stéroidiens (AIS) dans le
cadre des MRB est contre-indiqué6
• Un effet positif constant du traitement aux anti-inflammatoires non stéroidiens (AINS)
semble être une diminution plus rapide de la température rectale au début de la période
de suivi
➢ Des effets positifs significatifs des AINS sur la température rectale ont été
observés dans toutes les études pendant les 24 premières heures et dans 8 études
pendant les 48 heures suivant le traitement
6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét.
Elevages et Santé, 2019;44(11):12-15
Moduler l’inflammation
28
Il existe plusieurs familles d’AINS utilisables pour moduler l’inflammation chez les bovins
Acide
carboxylique
Oxicams
Salicylates Fénamates Propioniques
Acide
aninonicotinique
Moduler l’inflammation
29
Mode d’action des AINS
• Les AINS inhibent la synthèse des
prostagladines, et donc leur action dans la
“cascade inflammatoire”
• Ils agissent par blocage de la “voie des Cox”
• Ils inhibent l’action des enzymes qui permettent
la synthèse de prostaglandines à partir de
l’acide arachidonique
• Certains AINS peuvent aussi inhiber l’action de la
lipo-oxygénase
• Certains AINS ont la capacité d’agir également
sur la “voie du NFkB”
Moduler l’inflammation
30
Notion de COX-1/COX-2
• La voie des COX-1 conduit à la production de
prostaglandines cytoprotectrices
• La voie des COX-2 conduit à la production de
prostaglandines pro-inflamatoires
Les AINS COX-2 privilégient l’inhibition de la synthèse
des prostaglandines pro-inflammatoires
• Ils sont donc mieux tolérés (moins d’effets
secondaires)
Activation
phospholipase A2
COX-1 COX-2
Prostaglandines
cytoprotectrices
Prostaglandines
pro-inflammatoires
Effet protecteur sur les
reins, l’intestin, action
sur la coagulation
plaquettaire
Effets pro-
inflammatoires
et douloureux
Moduler l’inflammation
31
Comparaison du mode d’action des différents AINS
• Au sein d’une même famille, 2 AINS peuvent avoir un mode d’action différent
Famille Propioniques
Acide
aminonicotinique
Fénamates Oxicams Propioniques
Molécule A B C D E
Mode action Préférentiel
COX-2 NFkB
(précoce)
Préférentiel COX-1
NFkB dans une
moindre mesure
Préférentiel
COX-2
Préférentiel
COX-2
Préférentiel COX-1
Analgésie Périphérique et
centrale
(lipophile +++)
Périphérique Périphérique Périphérique Périphérique et
centrale
(lipophile ++)
Moduler l’inflammation pulmonaire
En résumé …
Une baisse précoce de l’hyperthermie et
les effets des AINS sur la douleur sont
deux éléments clés dans l’amélioration du
bien-être de l’animal malade6
6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét.
Elevages et Santé, 2012;44(11):12-15
Maladies respiratoires et
bien-être animal
Maladies respiratoires et bien-être animal
Définitions du bien-être animal12
• Un état mental et physique positif
• Fondé sur les « 5 libertés »
✓ Faim
✓ Inconfort
✓ Douleur
✓ Comportement
✓ Peur
12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018;31(2):145–162
Maladies respiratoires et bien-être animal
Critères d’évaluation12
12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018; 31(2) :145–162
Maladies respiratoires et bien-être animal
Critères d’évaluation12
12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018; 31(2) :145–162
Maladies respiratoires et bien-être animal
Intérêt des indicateurs de BEA lors de troubles respiratoires13
• L’approche bien-être permet une sensibilisation des techniciens et des
éleveurs à une meilleure détection des signes de souffrance de l’animal
• Et en particulier lors de MRB pour une prise en charge plus rapide pour de
meilleures chances de guérison
• L’évaluation du comportement en complément des autres méthodes de
détection permet un programme robuste de détection des MRB en élevage
13Cramer C. et Ollivett T. L. Behavior assessment and applications for BRD diagnosis : preweaned dairy calves. Animal Health Research
Review, 2021;21:188-191
Maladies respiratoires et bien-être animal
Comportements exprimés par les veaux atteints de troubles respiratoires14
14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with
respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191
Catégorie Description du comportement
Alimentation • Moins de déplacements à l’auge
quand l’alimentation est disponible
• Réduction de la vitesse de buvée
• Réduction du volume de la buvée
• Moins de déplacements à l’auge
quand l’aliment n’est pas disponible
• Evitement de la compétition
• Diminution du temps de rumination
Exploratoire • Moins enclin à approcher de
nouveaux objets
• Moins de temps passé à proximité
d’un nouvel objet
• Moins enclin à approcher un homme
qui ne bouge pas
Maladies respiratoires et bien-être animal
Comportement exprimés par les veaux atteints de troubles respiratoires14
14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with
respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191
Catégorie Description du comportement
Activité • Réduction du nombre de
déplacements, moins actif
• Augmentation du temps passé couché
• Moins de temps passé à l’auge
Social • Augmentation du temps sans activité
• Moins d’incidents de jeu (coups de
tête)
• Réduction du temps de léchage
individuel et collectif
• Isolement par rapport au groupe
Maladies respiratoires et bien-être animal
Complémentarité entre évaluation du bien-être et diagnostic14
14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with
respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191
Qualité de vie liée à la
santé lors de maladie
respiratoire
Signes
cliniques
Comportement
Expression de bien-être émotionnel
« A quoi
ressemble le
veau »
Comment le
veau réagit
Comment le veau se
comporte dans ses
activités normales
Maladies respiratoires et bien-être animal
14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with
respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191
Evaluation du
bien-être
(Techniciens/Eleveurs)
Diagnostic de la
maladie
(Vétérinaire)
Impact de la maladie sur
le bien-être animal
Mise en place d’un
traitement
Complémentarité entre évaluation du bien-être et diagnostic14
• Les modifications de comportement sont plus précoces que les signes cliniques
Score de comportement
Score clinique
Jours avant traitement
Maladies respiratoires et bien-être animal
Bien-être animal une attente sociétale relayée par les filières15
• Exemple des filières lait et allaitantes
• Le BEA fait appel à des dimensions scientifiques, éthiques et émotionnelles
• Démarches interprofessionnelles pour objectiver et garantir le bien-être animal =
réassurance des consommateurs et des citoyens (Interbev & CNIEL)
➢ Base commune d’indicateurs du bien-être
15Lebrun A. et al. Démarche interprofessionnelle pour un outil de suivi et d’amélioration du bien-être animal pour les
éleveurs de bovins allaitants et bovins laitiers. Renc. Rech. Ruminants, 2018;24:223-227
Maladies respiratoires et bien-être animal
100% : c’est le taux d’exploitations16 de bovins allaitants qui
auront réalisé un diagnostic BoviWell en 2025
373 c’est le nombre de formateurs d’éleveurs aux
techniques d’écornage, d’ébourgeonnage, de manipulation
et de contention en 2019
-47% entre 2013 et 2018 : c’est le taux de réduction de
l’utilisation d’antibiotiques
16https://www.interbev.fr/enjeux-societaux/bien-etre-protection-sante-animaux/garantir-renforcer-bien-etre-animal-elevage/,
consulté le 19-09-21
Pour en savoir plus…
De nombreux épisodes et webinars sur les
maladies respiratoires des bovins …
Et plein d’autres à venir…
All trademarks are the property of Zoetis Services LLC or a related company or a licensor unless
otherwise noted. ©2020 Zoetis Services LLC. All rights reserved. MM-16888
Comprendre le marché des JB
et du veau du boucherie :
à l’aune de la hausse des
coûts de production
ilona Blanquet – Ingénieur Agro ParisTech - Institut de l’Elevage
Journées filière engraissement – ZOETIS - 28 septembre 2022
PLAN DE L’EXPOSÉ
• La décapitalisation bovine en France
• Fondamentaux du marché des JB : débouchés du JB en France et
en Europe
• Une pénurie de JB en France et en UE : un soutien aux prix
• Des coûts de production en forte hausse depuis l’été 2021 (céréales)
• En France, la pénurie et les prix font frémir la production, après une période en retrait
depuis mi-2021
• Rôle de la Loi Egalim II : la contractualisation obligatoire en bov. viande depuis 01/2022
• Fondamentaux du marché du veau de boucherie : bilan sur 10 ans
• Des coûts de production en hausse ininterrompue depuis 12/2020 (mat. 1ères lactées)
• Plans d’alimentation des veaux : vers un veau plus « hollandais »
• Une production de veaux gras volontairement limitée
• D’autres pistes pour les éleveurs en veaux de boucherie
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 2
AVANT DE COMMENCER : QUELQUES RAPPELS / VIANDE BOVINE
• La complexité de la filière viande bovine française tient dans la
diversité des animaux qui finissent en viande de bœuf (ou de
veau).
• Ils sont issus de 2 cheptels qu’on a coutume de distinguer :
• le cheptel laitier,
• et le cheptel allaitant,
• Au final, on distingue de nombreuses catégories commerciales
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 3
La viande bovine en France : une diversité de produits finis
AVANT DE COMMENCER : QUELQUES RAPPELS / VIANDE BOVINE
• Jeune bovin (ou JB) : bovin mâle non
castré de 8 à 23 mois (JB viande 12-
18m; JB lait 18-23m)
• Taureau : mâle, non castré, de 24 mois
ou +
• Bœuf : bovin mâle castré (souvent 36m,
parfois -)
• Génisse : femelle n’ayant jamais vêlé
(24-36m)
• Vache : bovin femelle ayant déjà vêlé
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 4
La viande bovine en France : une diversité de produits finis
• Auquel s’ajoute le Veau : <8 mois à
l’abattage, non représenté sur le graphe ci-
contre (0,18 million de téc)
• Total viande bovine FR : 1,43 million de téc
(dont 13% de veau)
*téc : tonnes
équivalent carcasse
LA DECAPITALISATION BOVINE EN FRANCE
• -388 000 vaches allaitantes soit -
9,5% en 5 ans
• Faiblesse chronique des revenus en
bovin viande
• Sécheresses 2018-2020
• Nombreux départs en retraite, pas tjrs
remplacés
• -263 000 vaches laitières, soit -
7% en 5 ans
• Crise de surproduction laitière suite à la
fin des quotas en 2014,
• Rémunération peu stimulante au regard
des astreintes
• Non remplacement d’une partie des
départs en retraite (astreintes…)
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 5
Cheptel bovin français : en déclin de -650 000 vaches en 5 ans
LA DECAPITALISATION BOVINE EN FRANCE
… alors que le cheptel
est en baisse.
→ la décapitalisation
s’accélère.
Les abattages de mâles
diminuent, car :
- le nombre de naissances
diminue (décapitalisation)
- et les exports de broutards
(maigre) augmentent.
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 6
Les abattages de femelles augmentent…
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU JB
- Les débouchés du JB en FR et en Europe
- Une pénurie de JB en France et en UE soutient les prix
- Des coûts de production en forte hausse depuis l’été 2021
- En France, la pénurie et les prix relancent l’engraissement,
- Rôle d’Egalim II : contractualisation obligatoire depuis 01/01/2020
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 7
LES DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS
➢La production de JB viande est majoritairement orientée vers
l’export (54% des tonnages en 2021)
➢La production de JB lait est destinée au marché français
(74% des tonnages).
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 8
JB viandes et JB laits : volumes et débouchés bien différents
LES DÉBOUCHÉS DU JB SUR LE MARCHÉ FRANÇAIS
• Enquêtes 2021 :
• La demande en haché augmente, en
RHD et en GMS
• Consommation « historique » de
viande de JB en GMS dans certaines
régions (Est de la France)
• La boucherie hallal reste le débouché
phare du JB en France
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 9
50% d’export… mais 50% de débouché français
Année 2017
Source : GEB-Institut de l’Élevage
d’après enquêtes
DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS EN EUROPE
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 10
Italie et Grèce : forte concurrence entre fournisseurs et baisse tendancielle
de la consommation
Viande POL à -1€/kg carcasse / FR
ESP vend de petites carcasses bien
conformées, coût de prod < FR
ITA : vend ses avants ; moins
demandés chez lui; NL : réexport
Viande POL à -1€/kg carcasse /FR
ESP vend des carcasses bien
conformées, coût de prod < FR
Regain d’intérêt pour la viande
italienne en GMS
Attrait de la RHD ITA pour viandes
exotiques (extra-UE)
Réduction de la
conso et des
imports italiens
Réduction des
imports grecs
depuis 2018
DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS EN EUROPE
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 11
Hausse des importations allemandes jusqu’en 2019
Allemagne : seul marché en
croissance de conso et d’import
jusqu’en 2019.
Dynamisme de l’engraissement de
veau en NL -> envoi en D
Viande FR a progressé entre 2014
et 2018
UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE
• JB viande : -10% entre 2011 et
2021 (-73 000 têtes)
• L’engraissement recule, l’export de
broutards maigres augmente car
• agrandissement des troupeaux naisseurs,
nécessitant moins de main d’œuvre,
• faible rentabilité de l’engraissement,
• fin de la défiscalisation DFI sur les variations
de stocks de JB
• etc
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 12
Baisse structurelle des abattages de JB viande en France
UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE
• Spécialisation des élevages laitiers :
• Fin des quotas laitiers -> saturation des bâtiments pour loger vaches laitières
• la PAC 2014 a défavorisé les engraisseurs de JB
• La fin des défiscalisations sur variation de cheptel (DFI) pénalise les volumes depuis fin 2019
• Abattages de JB lait en têtes : -33 % entre 2011 et 2021 (- 76 000 têtes)
• Abattages de bœufs laitiers en têtes : -44 % entre 2011 et 2021 (- 67 000 têtes)
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 13
Un repli marqué des abattages de JB lait et bœufs laitiers
UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE
• En France….
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 14
Chute récente des abattages depuis mi-2021 -> hausse inédite des cours
Semaine 35 en FR
UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE
• Baisse globale du nombre de mâles, liée à la baisse du cheptel reproducteur en UE
-> hausse des prix des JB finis partout en Europe : +20 à +35% /2021
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 16
… mais aussi partout en Europe
Evol/2021
Sem.34
FR: +36%
DE: +21%
ES : +30%
PL : +35%
IE : +22%
DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS ÉTÉ 2021
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 17
Coûts de production en hausse également depuis l’été 2021.
Données INSEE prix achats de matières premières (IPAMPAs) par les éleveurs bov viande : +21% /2021
FRANCE : FREMISSEMENT DE LA PRODUCTION
Effectifs de mâles en France, après une période de net retrait des abattages de JB depuis l’automne 2021
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 18
En France, la pénurie et les prix font frémir la production
RÔLE DE LA LOI EGALIM II
• Loi Egalim II : au 1er janvier 2022, la contractualisation incluant au
moins un indicateur de coût de production des bovins viande (ex.:
JB) est devenue obligatoire, entre l’éleveur et son 1er acheteur
(coop, commerçant en bestiaux).
• Une mise en œuvre difficile car :
• Pas de possibilité de contractualiser avec client final dans 54% des cas (clients étrangers
non concernés par la loi française)
• Difficulté de contractualiser + vers l’aval, même en France (GMS, RHD atomisée, etc)
• Une difficulté côté éleveur et abatteurs de s’engager sur la durée, avec un prix (tunnel de
prix proposé)
• Mais, la rareté du produit conduit les abatteurs à se mobiliser pour
relancer la production.
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 19
Prix en hausse et Loi Egalim II : frémissement de la production de JB
RÔLE DE LA LOI EGALIM II
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 20
Prix et Loi Egalim II :
frémissement de la
production de JB
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU JB
• Erosion de la production de JB viande en France ; forte chute en JB lait
• 2021-22 : pénurie de JB, et de viande bovine, presque partout en Europe ->
hausse des cours
• Une hausse des cours plus que bienvenue dans un contexte de forte hausse
des coûts de production depuis mi-2021
• Encore plus bienvenue afin de redonner de l’attrait à une profession dont le
revenu a longtemps été perçu inférieur à l’investissement en temps, bâtiments
et capital nécessaires.
• En France, la pénurie (et la loi Egalim II) pousse les abatteurs à tenter de
relancer la production de JB
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 21
En conclusion sur les JB
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE
- Les fondamentaux : érosion de la production sur 10 ans
- Des coûts de production en hausse ininterrompue depuis 12/2020
- Plans d’alimentation des veaux : vers un veau plus « hollandais »
- Une production de veaux gras volontairement limitée
- La production de viande de veau néerlandaise menacée ?
- D’autres pistes pour les éleveurs en veaux de boucherie
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 22
RAPPELS SUR LE VEAU
• Veau : bovin de moins de 8 mois, de type lait ou croisé lait-viande (83%) ou
de type viande (17%, dont la moitié en veaux sous la mère).
• Production en cycle court, organisée (= intégrée)
• La couleur de la viande est notée. La note « 2 » est majoritaire (rosé clair).
Pénalité possible au-delà.
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 23
Le veau : une production à part dans le secteur bovin
• Partage des tâches dans l’intégration :
L’intégrateur prend en charge :
• L’achat du petit veau,
• L’alimentation et parfois les frais
vétérinaires,
• La commercialisation du veau fini,
L’éleveur prend en charge :
• Le bâtiment et le matériel,
• L’énergie et l’eau,
• La main d’œuvre.
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE
En 2021 : 1 200 000 veaux
abattus en FR
178 000 téc de viande produite
En 10 ans :
• -17% en têtes (-250 000 têtes)
• Mais seulement -9% en téc
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 24
En 10 ans, une lente érosion des abattages de veaux en France : -9% en téc*
*téc : tonnes équivalent carcasse
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE
• Entre 2011 et 2021 : le veau abattu est + vieux de 17,5 jours (soit +2,5 sem.) Âge =
6 mois et 1 semaine
• Le poids carcasse a augmenté de + 13 kg (+9,6%), à 148 kg en moy.
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 25
-> au fil des ans, un veau abattu de + en + âgé et lourd
DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS 12/2020
• Prix moyen poudre de lait maigre
en 35 semaines 2022 :
3 860 € contre 2 480 € sur même période en N-1
(+55% en moy.)
• Prix moyen poudre de lactosérum
en 35 semaines 2022 :
1 250 € contre 940 € sur même période en N-1
(+33% en moy.)
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 26
Une hausse ininterrompue des coûts de production des intégrateurs depuis 12/2020
DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS 12/2020
Juillet 2022 :
IPAMPA* autres aliments pour veaux
(fibres): 147 points
+30% /2021 et +44% /2020
+17% /Janv. 2022
IPAMPA Gaz :140,7 points
+18% /2021 et +23% /2020
+4% /Janv. 2022
… avant la hausse de +37% du gaz
entre juillet et août (Banque Mondiale)
IPAMPA * = indices de prix d’achat des
matières premières agricoles
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 27
Une hausse ininterrompue des coûts de production des intégrateurs… et éleveurs !
NOUVEAUX PLANS D’ALIMENTATION DE CERTAINS VEAUX
• Depuis avril 2022 deux évolutions contre-intuitives :
• Recul du poids à l’abattage (-1,0 kg /2021 en moyenne)
• Augmentation de l’âge à l’abattage,
• Quelle explications ? :
• Conséquence du passage par certains intégrateurs d’un engraissement de 23 semaines à 27
semaines, avec moins d’aliment lacté et plus de fibres ? +1,5 jrs à +2,3 jrs d’engraissement
• Ou effet de la canicule estivale en 2022 ?
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 28
Plan d’alimentation des veaux : de + en + « hollandais » un effet chaleur ?
LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE
Prix moyen du veau mâle
laitier 45-50 kg(FAM=marchés)
81€ /tête (79 € en 2019 sur
37 semaines)
Naissances de veaux
dispos pour
engraissement quasi-
stables alors qu’engraisse-
ment (veau,JB,bœuf) baisse:
1,976 million veaux nés 2021-22
mâles lait + mâles-femelles croisés
lait-viande
-0,4% /2020-21 (-7 000 veaux)
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 29
Le petit veau laitier : peu rémunéré et des effectifs en faible baisse
LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE
• Abattages en 8 mois, 2022
• -6% en têtes (-50 000 têtes)
• -6% en téc (- 7 000 téc)
• Une volonté de limiter la prod’
• une baisse des abattages de
veaux sous la mère (aliment trop
cher?)
• une baisse de la consommation
de veau en supermarché
(demande molle des GMS ?)
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 30
Des mises en place limitées pour contrer la hausse des coûts
LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 31
Moyenne
sur 37 sem.
2022
6,54 €/kg de carcasse en moyenne en 2022
+18% /2021 (+1 €) et +28% /2020 (+1,4 €)
+28 cts en 4 semaines
Les abattages contenus permettent de maintenir un prix du veau gras élevé
LA PRODUCTION NÉERLANDAISE DE VEAUX MENACÉE ?
• Via améliorations techniques :
• Réduire les émissions/animal, légumineuses, durabilité des bâtiments d’élevage (filtration d’air/ NH3)
• Via réduction du cheptel :
• Extensification de l’élevage près des zones Natura 2000
• Programme de rachats volontaires de fermes
• Programmes de rachats amiables sur certaines zones -> fin de certains élevages (2020 : porc)
• Voire, expropriations
• 25 milliards d’€ prévus pour réduire l’élevage (toutes espèces confondues)
• Plans concrets régionaux début 2023
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 32
Condamnation des Pays-Bas en 2019 par la Haute cour administrative NL :
11/21 : plan d’amélioration du bilan environnemental du pays et de l’élevage
-> -30% d’élevage (toutes espèces) en 2035
• 10/06/22 : plan national de réduction des émissions d’oxydes d’azote
et ammoniac (GES) présenté par le gouvernement NL
• Agriculture : -30% d’élevage
• autres secteurs écos concernés :
- construction (difficile d’obtenir licences azote pour construire)
- transports (limite à 100km/h depuis 2020)
• 24 milliards d’€ de dépenses prévues, dont une part pour les agris
• 09/22 : Fin de la dérogation à la directive Nitrates en 2026 (dans 3
ans). Fin progressive de la dérogation, démarrage par les zones les plus vulnérables.
=> une chance pour l’élevage de veaux français ?
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 33
LA PRODUCTION NÉERLANDAISE DE VEAUX MENACÉE ?
D’AUTRES PISTES POUR LES ÉLEVEURS DE VEAUX
• Un métier d’avenir / baisse de l’engraissement aux Pays-Bas ?
• Diversification de l’activité des éleveurs de veaux en alternant veaux
de boucherie/ sevrage de veaux laitiers (->JB) ?
• Maintien en activité des bâtiments veaux de ceux qui partent à la
retraite ou veulent arrêter ?
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 34
Perspectives pour les éleveurs de veaux en France
FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU
• Une production organisée
• Une hausse des coûts de production des intégrateurs… et des éleveurs
• Une limitation volontaire de la production en FR et NL depuis les
années difficiles 2019-2021
• Des prix plutôt stables, et élevés, en 2022, pour couvrir les coûts de
production
• L’élevage d’animaux se réduira aux NL d’ici à 2035
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 35
En conclusion sur le veau :
NOS PUBLICATIONS IDELE SUR WWW.IDELE.FR
septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 36
Consultez gratuitement et librement : www.tendances-lait-viande.fr
Nouvel article chaque mois (vers le 15 du mois)
Consultez gratuitement nos Dossiers Economie
de l’Elevage.
Exemple :
https://idele.fr/detail-article/dossier-annuel-bovins-viande-annee-2021-perspectives-2022
• Pour plus d’informations / veau:
• Pour plus d’informations / JB:
• ilona.blanquet@idele.fr
• caroline.monniot@idele.fr
• baptiste.buczinski@idele.fr
septembre 2022 37
Merci de votre attention !
Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS
IMPACT DES NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS
SUR LE MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE DANS LA
FILIÈRE VEAUX ET ENGRAISSEMENT
29 septembre 202. Zoetis. Séminaire Zooparc de Beauval
Eric Vandaële. Auzalide Santé Animale
Calendrier des impacts
du règlement 2019/6 « médicament vétérinaire » et…
• Fin de l’harmonisation des
étiquetages (2027)
• Etiquetage multilingues
généralisé
• Harmonisation des tarifs ?
Achats dans l’UE ?
• Retrait des substances PBT.
A long terme 2027
• Rég. Europ. sur le format
de l’ordonnance.
• Liste d’antibiotiques interdits
• Décrets d’applications
• Ventes en ligne
• Déconditionnement au détail
• Pub vaccins aux éleveurs
• Entreprises de fabrication
extemporanée
• Suivi usages antimicrobiens
(2023, calypso).
• Télémédecine, décret
prescription-délivrance
A moyen terme 2022,
2023 avant… 2027
• Ordonnance, substances
actives et mises en garde
• Nouvelle cascade, nouveaux
temps d’attente
• Arrêt de l’antibioprévention
collective per os et AM
(décoquinate)
• Antibiotiques >
Antimicrobiens (liste positive,
suivi ventes). Pas d’impact
sur les remises interdites
antibiotiques.
UE 28 janvier 2022
FR 24 mars 2022
Le plan.
Distribution. Quels
médicaments sont
vendus en France
Ordonnances
(et nouveaux TA
cascade)
Antimicrobiens
Prévention et
métaphylaxie
Suivi des usages
d'antimicrobiens
Refonte du SSP
(suivi sanitaire
permanent)
Reg. 2019/4 Aliment
médicamenteux.
Contaminations
croisées
QUELS MÉDICAMENTS SONT
AUTORISÉS À LA VENTE EN FRANCE
Quels médicaments
sur le marché
français ?
Cas général
• AMM valable en France
(AMM nationale ou
centralisée).
• Etiquetage en Français.
• Ou N° enregistrement,
n° commerce parallèle,
n° ATU.
Cas particulier
• Pas d’autorisation
valable en France
• Autorisation
d’importation (cascade,
essais clinique).
26/11/2021 Congrès AFVAC 2021 5
Autorisation valable en
France + étiquetage
français
N° AMM EU ou FR
N° commerce parallèle
N° enregistrement / N°
ATU
Médicaments Vétos sans
AMM valable en France
Autorisation importation
Autorisation en « cascade »
…
Peut- on acheter moins cher dans l’UE ?
Pour un grossiste
• Oui pour des
médicaments avec
AMM « multi-lingues »
étiquetés en français.
• Oui si commerce
parallèle avec N°
commerce parallèle et
ré-étiquetage en
français.
• Pb disponibilité.
Pour un ayant droit (véto)
• Non dans le cas
général.
• Oui pour des
médicaments avec
AMM « multi-lingues »
étiquetés en français et
achetés à un grossiste.
• Cela suppose que,
remises arrières
déduites, ces
médicaments soient
bien moins chers qu’en
France (antibiotiques).
Pour un éleveur
• Non (sauf cas
particulier des ventes
en ligne de
médicaments sans
ordonnance).
• Ajout de la facture
dans le registre
d’élevage en sus de
l’ordonnance.
• Oui si c’est pour
voyager avec un chien
sous traitement .
Nouvelle sanction.
Registre absent ou
pas tenu à jour :
arrêt de l’activité
Un changement d’étiquetage d’ici à 2027…
EXTENSION DU REGISTRE AUX ACHATS
LA « NOUVELLE » ORDONNANCE
NOUVEAUX TEMPS D’ATTENTE CASCADE
Extension des
registres des ventes
(sorties) et des achats
(entrées).
Registre des achats (entrées) Registre des délivrances
(sorties)
Date d’entrée en stocks Date de sortie (délivrance)
Médicament (forme, dosage…). Présentation commerciale, n° AMM
Numéro de lot
Quantité reçue Quantité délivrée
Coordonnées fournisseur Coordonnées destinataire
(détenteur)
+ Mention « remis pas » en cas de
colisage
Vétérinaire prescripteur
Copie de l’ordonnance
Inventaire annuel. Vérification du stock. Enregistrement des écarts
Nouveautés
1.La conformité à l’art.
103 du règ. 2019/6
(en sus de l’art. R.
5141-112)
• Registre des
achats
• Inventaire annuel
• Inclure la copie de
l’ordonnance
2.La compatibilité avec
Calypso (le suivi des
antimicrobiens)
L’ordonnance ne répond pas à une commande
d’un client, mais à un besoin médical…
Examen clinique ou
BSE/SSP
• + commémoratifs
• + examens indispensables
(Art. R. 242-43)
• NB : Télémédecine,
téléconsultation à distance.
Diagnostic
• Obligatoire dans tous
les cas (art. R. 5141-111)
• Diagnostic d’une
maladie ou d’un
risque sanitaire (art.
R. 242-44)
Prescription ± HEC
• Ordonnance avec des
mentions obligatoires
Délivrance au détail
• Mentions obligatoires
• Enregistrement
L’ordonnance pour la prescription (Art. 105 et R. 5141-111).
Art. R. 5141-111 et 112 (CSP)
1. L’identité du vétérinaire, son numéro d’inscription à
l’ordre et sa signature (± électronique)
2. Date de prescription (et dernière visite si BSE)
3. Identification du propriétaire ou du détenteur des
animaux
4. Identification de l’animal ou des animaux à
traiter (par tout moyen d'identification).
5. Nom du médicament
6. Dose et durée du traitement
7. Voie d’administration (point d’injection)
8. Temps d’attente, même s’il est égal à zéro.
Mentions liées à la délivrance
• Tampon de l’ayant droit
• N° d’inscription au registre
• Date de délivrance (même identique à la date
d’ordonnance)
• Quantité délivrée (le n° lot n’est pas obligatoire sur
l’ordonnance mais dans le registre).
• Si colisage : « remis par… »
L’administration par le vétérinaire lui-même est une
prescription (mais pas une délivrance).
Art. 105 (Règlement 2019/6)
1. Vétérinaire,
2. Date de remise de l’ordonnance
3. Identification du propriétaire ou du détenteur des
animaux
4. Identification des animaux à traiter
5. Nom du médicament + substance active; Forme
pharmaceutique et dosage
6. Quantités prescrites (nombre d’emballages)
7. Schéma posologique
8. Temps d’attente, même s’il est égal à zéro.
9. Toutes les mises en garde, y compris sur les risques
en cas d’utilisation imprudente des antimicrobiens,
10. Des mentions si…
1. Cascade,
2. Métaphylaxie ou antibioprévention
(antimicrobien).
Antimicrobien : validité de limitée à 5 jours.
Quantités délivrées = les quantités prescrites
Renouvellement interdit…
Qu’entend-on par précaution d’emploi ?
Position des autorités française
Rappel Article 105.
• Toutes les mises en
garde, y compris sur les
risques en cas
d’utilisation imprudente
des antimicrobiens.
• Un règlement d’exécution
est prévue sur le format de
l’ordonnance
Ce qui n’est pas accepté ni
attendu par les autorités
• Le renvoi à la notice ou au
au RCP
• Ce qui n’est pas souhaitable
• Le « copier-coller » du RCP.
Car ce n’est pas
personnalisé.
• Comme pour les doses
d’emploi ou les TA où il n’est
pas bien accepté le « copier-
coller » avec d’autres
espèces cibles.
• L’ordonnance n’est pas
standard mais au cas par
cas.
Recommandations
personnelles
• Prévoir une liste de mises en
garde courantes (type menu
déroulant ou systématiques)
• Antimicrobiens : bien
respecter les doses, ne pas
prolonger le traitement sans
un avis vétérinaire.
• Pour-on. Porter des gants
lors de l’emploi.
• Poudres orales. Vérifier la
dissolution dans l’eau de
boisson ou la pompe
doseuse.
• Et ajouter « autres mises en
garde : lire la notice.
La cascade
« terrestre »
un lac ?
1
• AMM véto dans l’UE, « dans ou hors RCP »
• Productions animales, puis animaux de compagnie (si LMR)
• Hors cascade : autovaccins (art. 106 (§2)
2
• Médicament avec AMM à usage humain
3
• Sans AMM : préparation extemporanée
• France : sous-traitance pharmacie ou ENV
• France : fabricants de médicaments extemporanés
4
• Importation de pays tiers (si label dans l’indication
recherchée et sauf vaccins)
Les EM prennent toutes les
dispositions pour mettre en
œuvre la cascade
(notamment la facilité
d’importation dans l’UE).
Le médicament devrait être
utilisé en conformité le RCP
(art. 106, §1).
Par dérogation (art. 112 à
115), en l’absence de
médicament autorisé dans
l’État membre et dans
l’indication de l’espèce
visée, le vétérinaire peut,
sous sa responsabilité, pour
éviter des souffrances
inacceptables, traiter (≠
prescrire)…
03/10/2022 13
Le non-respect de l’ordre de
la cascade n’est pas
pénalement sanctionné.
Le risque n’est pas pénal.
Le temps d’attente cascade (minimal) :
1,5 fois le temps le plus long dans la denrée
Temps d’attente dans
l’espèce et la denrée
• Celui du RCP au
minimum (art 115).
• Bio (janvier 2022).
Les temps d’attente
viandes (de retrait du
lait ou des œufs) sont
doublés et au
minimum de 48
heures.
Temps d’attente dans la
même denrée d’une
autre espèce
• 1,5 fois au minimum
le temps d’attente le
plus long dans la
denrée (viandes, lait,
œufs)
• Viandes et lait 1 jour
si le temps d’attente
est de zéro jour.
• Lecture France : aussi
pour les surdosages
Aucun temps d’attente
dans la denrée
• Lait : 7 jours (au
minimum)
• Œufs : 10 jours
• Viande : 28 jours
• Poissons 500 degrés-
jours (cascade
aquatique)
• Miel : cf. véto.
03/10/2022 14
Nouvelles sanctions (23 mars 2022)
• Si les temps d’attentes prescrits ou appliqués ne sont pas
conformes (AMM ou cascade)
• Amende de 150 000 € ± 2 ans de prison
• ± Animaux ou denrées consignés et détruites.
Pour l’éleveur, le registre d’élevage inclut les achats
(factures) et les ordonnances
Tous les
médicaments y sont
inscrits (même ceux
sans ordonnance)
Preuve de
l’acquisition à un
ayant droit
(≠ ordonnance)
Ordonnance
(si elle est
obligatoire)
ANTIBIOTIQUES ET ANTICOCCIDIENS
PRÉVENTION ET MÉTAPHYLAXIE
Article 4. Définitions de la prévention (§16)
et de la métaphylaxie (§15)
• Prophylaxie : Administration d’un médicament à un animal ou un groupe
d’animaux avant l’apparition de signes cliniques de maladie pour empêcher
que la maladie (ou l’infection) se déclare.
• Traitement collectif ou individuel.
• Métaphylaxie : Administration d’un médicament à un groupe d’animaux
après qu’un diagnostic d’une maladie clinique a été établi pour une partie du
groupe, dans le but
• « de traiter les animaux cliniquement malades et
• d’enrayer la propagation de la maladie aux animaux en contact étroit avec les malades et
exposés au risque de contamination, et qui peuvent déjà être infectés de manière
subclinique. »
• Traitement collectif après un diagnostic clinique (ou subclinique).
Article 107. Utilisation des médicaments antimicrobiens
Les interdictions…
Les interdictions. Les antimicrobiens ne sont pas administrés ou utilisés…
• Ni de manière systématique,
• Ni pour compenser de mauvaises conditions d’hygiène, un manque de soins, une mauvaise gestion de
l’exploitation.
• Ni pour favoriser la croissance ou augmenter le rendement…
Ni à des fins de prévention, si ce n’est aux quatre conditions suivantes cumulatives…
• Dans des cas exceptionnels,
• Pour l’administration sur un animal individuel (antibiotiques) ou un nombre restreint d’animaux (anticoccidiens)
• Lorsque le risque d’infection ou de maladie infectieuse est très élevé
• Et que les conséquences ont toutes les chances d’être graves.
Métaphylaxie. Les antimicrobiens ne sont utilisés en métaphylaxie que…
• si le risque de propagation d’une maladie dans le groupe d’animaux est élevé et
• Lorsque aucune autre solution appropriée n’est disponible.
• Les États membres peuvent fournir des recmmandations appropriées et soutiennent activement des lignes
directrices sur des critères [seuils d’animaux malades].
Antibioprévention
4 conditions cumulatives
Exceptionnel (donc très rares)
Un seul animal
Risque élevé d’infection
Conséquences graves
L’antibioprévention est interdite si elle est
Pas exceptionnelle
Sur un lot d’animaux
Sur une infection rare ou bénigne
>> Tout devient métaphylaxie
Lecture de l’Agence européenne de médicament
• Antibioprévention interdite sur un lot d’animaux même en milieu infecté
• Métaphylaxie nécessite un diagnostic d’animaux malades avec signe (sub)clinique.
• Retrait des indications « AMM » en prévention (± en milieu infecté) pour les formes
collectives et tous les antibiotiques sauf pour un seul animal :
• L’antibioprophylaxie périopératoire injectable (mais pas postopératoire)
• La prévention des nouvelles infections au tarissement (seringue intramammaire).
Anim al…
1 . Exposé à
un risque
2. Colonisé
3. I nfecté
non m alade
4. I nfection
subclinique
5. I nfection
clinique
Traitem ent Prévention (traitement individuel)
Curatif
( ou m étaphylaxie collective)
Statut clinique Anim al sain (sans signe clinique)
Maladie
subclinique
Signes cliniques
ou lésions
Analyse m icro-
biologique
Négatif
Positif (pas de
tissu infecté)
Positif ± tissu
infecté.
± séro positive
Positif avec des
lésions ou des
troubles
subcliniques
Positif avec des
signes cliniques
ou lésions
tissulaires
Autres tests de
laboratoire*
Négatifs Négatifs Négatifs ± Positifs ± Positifs
Quid des anticoccidiens ? En prévention selon EMA
Retrait des PSE car les PSE c’est systématique !
Les conditions sont réunies…
Exceptionnel (donc très rares)
• Sur des très courtes périodes
Un nombre restreint d’animaux
• Ciblés sur des jeunes animaux nouveau-nés
Risque élevé d’infection
• Risque élevé car difficile ou impossible d’éliminer les
ookystes
Conséquences graves
• Jusqu’à 100 % de morbidité et 50 % de mortalité
AMM Prévention conservée
…selon la note de réflexion de l’EMA
• La prévention par les anticoccidiens est
« exceptionnelle » car elle vise un nombre
restreint d’animaux ciblés sur leur jeune
âge à une période de sensibilité élevée
aux coccidioses (≠ coccidiostats).
• Attendre les premiers cas cliniques pour
traiter en métaphylaxie l’ensemble du lot
est bien moins efficace que la prévention.
• Les traitements curatifs des coccidioses
sont d’une faible efficacité.
• Interdiction du décoquinate en prévention
dans les AM.
Nouvelle catégorisation 2020 des antibiotiques en
4 niveaux, D (1er choix), C (2nde ligne), B (restreint), A…
D : 1ère intention, pénicillines (amoxi), tétracyclines,
sulfa-TMP, spectino, bacitracine.
C : 2nde intention, amoxi-clav,
C1G/C2G, aminosides, macrolides,
linco, tiamuline, florfénicol
B : à restreindre,
quinolones, C3G/C4G,
colistine.
A : à éviter,
Nouvel antibiotique,
AB humains
L’importante hiérarchie des usages
inscrite dans le document.
1. L’usage individuel est toujours moins risqué
Usage individuel
et local (topiques)
Usage individuel
par voie injectable
Usage individuel
par voie orale
2. L’usage collectif et la voie orale sont
toujours plus risqués
Usage collectif en
injectable
Usage collectif
dans l’eau ou le lait
Usage collectif
dans l’aliment
36 antimicrobiens
interdits (sans LMR).
Aucun impact.
Antibiotiques
Rég 2022/1255
du 19 juillet 2022
Usage vétérinaire interdit
au 9 février 2023
Catégorisation
EMA (2020)
Révision 1
France 2016
(Arrêté antibiotiques
critiques du 18 mars 2016)
Pénicillines anti-pseudomonas : carboxypénicillines
(tircacilline) et uréidopénicillines (pipéracilline)
Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Amdinopénicillines, pénèmes, carbapénèmes,
monobactames
Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Céphalosporines récentes (ceftaroline, ceftobiprole,
cefidirocol) et céphalosporines avec inhibiteur de
bêtalactamase
Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Aminoside particulier : plazomycine Interdit Cat. C. Précautions
Glycylcyclines (tigécycline) Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Tétracyclines récentes : eravacycline, omadacycline Interdit Cat. D. Prudent
Macrocyles : fidaxomicine Interdit Cat. A. À éviter
Kétolides, tiléthromycine, soluthromycine Pas interdit Cat. A. À éviter
Streptogramines, virginiamycine, pristinamycine… Pas interdit Cat. A. À éviter
Sulfones, dapsone Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits
Rifamycines (rifampicine, rifabutine…) sauf rifaximine Pas interdit Cat. A. À éviter
Rifampicine et rifabutine
interdits
Lipopeptides : daptomycine Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Oxazolidinones : linezolide, tedizolide… Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Riminofénazines : clofazimine Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits
Glycopeptides, avoparcine, vancomycine, teicoplanine,
télavancine, dalbavancine…
Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Ac phosphonique : fosfomycine Interdit Cat. A. À éviter Interdits
Antituberculeux : capréomycine, isoniazide, éthionamide,
pyrazinamide, éthambutol…
Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits pour la plupart
Acide pseudomonique : mupirocine Pas interdit Cat. A. À éviter
18 antibiotiques
• ou groupes d’antibiotiques (voir
tableau) sans la colistine
18 antiviraux
• amantadine, baloxavir marboxil,
celgosivir, favipiravir, galidesivir,
lactimidomycine, laninamivir,
methisazone (ou metisazone),
molnupiravir, nitazoxanide
(également antiprotozoaire),
oseltamivir, peramivir, ribavirin,
rimantadine, tizoxanide,
triazavirin, umifenovir et
zanamivir.
Interdiction d’usage et…
• d’importer des animaux ou des
produits animaux traités par ces
antibiotiques.
SUIVI DES USAGES DES
ANTIMICROBIENS
Remontée des informations de prescriptions à l’administration
Plusieurs pays (Espagne, Italie, …) doivent remonter leurs prescriptions à l’administration.
Comment cela se passe dans les différents pays limitrophes ?
Quelles conséquences sur les volumes prescrits et le comportement des praticiens ?
Rapport ESVAC
2020
Peu de pays déclarent
officiellement les ventes
aux éleveurs
• A partir des prescriptions
ou délivrances.
• À partir des grossistes
ou laboratoires
Suivi des délivrances et
usages à la ferme (hors
Esvac) selon les filières ou
les régions.
Les radars génères
toujours des coups de
freins (10 à 30 %).
En France, Calypso, nouvelle mission de l’Ordre de
collecter les données d’usage. Règlement délégué.
Catégorie d’antimicrobiens Suivi des
ventes
Suivi des
usages
Avant
2023
Avant
2026
Avant
2029
Antibiotiques oraux, injectables,
intramammaires, intra-utérins,
intravaginaux
Obligatoire
(déjà dans
Esvac)
Obligatoire
Bovins
veaux,
Porcins,
Poules-
poulets,
Dindes.
Chevaux,
Ovins,
caprins.
Poissons.
Lapins
(chair)
Autre
espèce
con-
sommée.
Chiens,
chats
Visons.
Autre
espèce
non con-
sommée.
Antibiotiques topiques cutanés,
auriculaires, oculaires… (sauf
chlorhexidine)
Obligatoire Volontaire
Autres antimicrobiens* :
anticoccidiens, antiprotozoaires
autres, antifongiques, antiviraux,
antimycobactériens
Volontaire Volontaire
* Substances visées : halofuginone, toltrazuril, diclazuril, amprolium, métronidazole, imidazolés (itraconazole,
clotrimazole, miconazole, kétoconazole), acide salicylique, terbinafine, griséofulvine…, rifamycine et rifampicine
chez les poulains, antiviraux (médicaments humains).
NB Le monensin et la chlorhexidine sont exclus.
REFONTE DE
LA PRESCRIPTION-DÉLIVRANCE HORS
EXAMEN CLINIQUE (PHEC)
ET DU SUIVI SANITAIRE PERMANENT (BSE/SSP)
Principes généraux de la refonte SSP
Deux objectifs principaux
• Un seul et unique vétérinaire traitant par
atelier pour la prescription-délivrance hors
examen clinique
• Encadrer la pharmacie d’élevage restreinte
à l’urgence.
Secondairement,
• Raisonner par atelier (et non par élevage)
• Supprimer les BSE annuels et les
protocoles de soins (tous identiques)
• Sortir le décret télémédecine (bloqué
depuis novembre 2021).
Un moyen : Remplacer les BSE par le CSSP
• Un seul vétérinaire traitant par atelier dans
le CSSP (+ communauté d’exercice) à
tacite reconduction.
• Véto traitant : télémédecine et prescription
hors examen clinique possibles dans le
CSSP.
• Obligation d’assurer (ou de faire assurer)
les visites de suivi, les soins réguliers et la
PCS, les urgences de jour, de nuit ou
week-end
• Obligation de contrôler la pharmacie
(d’urgence) de l’atelier (les entrées/sorties)
et le registre d’élevage.
RÈGLEMENT 2019/4
ALIMENTS MÉDICAMENTEUX
Quels retours dans les différents pays européens ?
Quelles conséquences sur les volumes prescrits ?
Il y a-t-il du nouveau sur les préconisations de l’EFSA sur les transferts Inter lots
prévus pour janvier 2022
Contaminations croisées
Contaminations croisées (article 7, annexe II)
• < 28 janvier 2023
• Teneurs maximales en contamination
croisée pour 24 antibiotiques en
s’appuyant sur un avis scientifique de
l’EFSA (inapplicable, 2nd avis en octobre
2021).
• Dans l’attente, le droit national
s’applique, soit en France,
• 5 % de contamination croisée dans le
premier lot collecteur,
• 1 % dans le second.
Double objectif
• Pas de contaminants en concentration
susceptible de sélectionner une
résistance dans l’animal non cible
ingérant un aliment blanc.
• Feed Antimicrobial Resistance
Selection Concentration (FARSC)
(mcg/kg ou ppb)
• Pas de contaminants dans une
concentration susceptible d’avoir un
effet promoteur de croissance.
• Mg/kg (ou ppm)
Avis sur les tétracyclines
FARSC
mcg/kg d’aliment (ppb)
Promoteur de croissance
mg/kg d’aliment (ppm)
Tétracycline,
chlortétracycline,
oxytétracycline
0,13 à 2,4 mcg/kg
Truies : 0,3 à 1,6 mcg/kg
Porcelets : 0,2 à 1 mcg/kg
Porcs : 0,25 à 1,3 mcg/kg
Veaux : 0,2 à 2 mcg/kg
Vaches lait. : 0,7 à 1,4 mcg/kg
Bovins, ovins, caprins : 1,2 à 2,4 mcg/kg
Poulets : 0,17 à 0,8 mcg/kg
Poules pond. : 0,3 à 1,5 mcg/kg
Dindes : 0,13 à 0,6 mcg/kg
Saumons : 0,23 à 1 mcg/kg
5 à ≥ 500 mg/kg
TC Poulets : 500 mg/kg
OTC Poulets : 50 à 500 mg/kg
OTC Porcelets : 500 mg/kg
OTC Porcs : 450 mg/kg
OTC Gibier : 5 à 20 mg/kg
CTC Poulets : 10 à 930 mg/kg
CTC Porcelets : 500 mg/kg
CTC Porcs : 11 à 1000 mg/kg
CTC Veaux : 45 à 80 mg/kg
CTC Agneaux : 25 mg/g
CTC Truies : 110 à 2000 mg/kg
Doxycycline
0,12 à 3,3 mcg/kg
Truies : 0,25 à 1,3 mcg/kg
Porcelets : 0,2 à 0,9 mcg/kg
Porcs : 0,2 à 1 mcg/kg
Veaux : 0,4 à 3,3 mcg/kg
Vaches lait. : 0,5 à 3 mcg/kg
Bovins, ovins, caprins : 0,2 à 2,5 mcg/kg
Poulets : 0,17 à 1,1 mcg/kg
Poules pond. : 0,3 à 2 mcg/kg
Dindes : 0,17 à 0,6 mcg/kg
Chevaux : 0,17 à 0,65 mcg/kg
Saumons : 0,23 à 1 mcg/kg
Pas de données
EFSA . Avis (seulement) scientifique.
À la Commission européenne la gestion des risques
• Cet avis scientifique ne veut pas tenir
compte des aspects « terrain »
• L’utilisation des antimicrobiens
• Les bonnes pratiques de fabrication
• Les autres sources de contaminations des
aliments blancs en usine ou en élevage ;
• La faisabilité,
• Les limites de détection ;
• Les recommandations.
• Ces aspects de gestion du risque sortent du
champ d'application de l'EFSA,
• Le mandat EFSA se limite à l'évaluation des
risques et n'inclut pas la gestion des
risques.
C’est inapplicable, mais c’est scientifique
Les seuils de détection sont applicables ?
Autres
questions ?
Diagnostic
échographique des affections respiratoires
des bovins
Veaux de boucherie
JB
(Adultes)
Renaud MAILLARD
29 septembre 2022
Tous les clichés sauf mention contraire: pathologie des ruminants ENVT
2
• Approche usuelle: critères cliniques:
– Examen clinique/scores cliniques
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
-Hyperthermie/problème du seuil
3
• Approche usuelle: critères cliniques:
– Examen clinique/scores cliniques
Début
d’apparition
des signes
/hyperthermie
Toaff-Rosenstein et al,
2016
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
4
• Détection:
– Hyperthermie
Timsit et Assié,
2014
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
5
• Détection des BPI :
Échographie thoracique (TUS)
-pourquoi ?
-comment?
-qu’en attendre ?
-limites
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
POURQUOI ?
1. Échographie = diagnostic « lésionnel »
2. Échographie = opérateur dépendant +/-
3. Échographie: performances?
4. Échographie = (in)dispensable ?
5. Échographie=équipement (appareil +
sonde linéaire + sonde convexe+? )
+entrainement
6. Échographie=outil de conviction de
l’éleveur 6
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
• POURQUOI ?
• Buts :
– Confirmer un diagnostic (ex : pleurésie)
– Affiner un diagnostic/pronostic (ex : affections
cardiaques/respiratoires, affections non
respiratoires/respiratoires)
– Repérer et délimiter une zone de prélèvement (ex :
biopsie, ponction…)
– Évaluer l’étendue des lésions (ex : pneumonie)
– Détection précoce d’une affection d’organe (ex:
pneumonie)
7
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
• POURQUOI ?
• Objectifs particuliers à l’échographie de
l’appareil respiratoire profond:
– VEAUX:
• Diagnostic précoce
• Traitement pour les seuls individus
concernés/métaphylaxie
• Économie du traitement/pas de gaspillage des Ab
• Suivi lésionnel
• Amélioration du pronostic à court et long terme
8
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
• POURQUOI ?
• Objectifs particuliers à l’échographie de
l’appareil respiratoire profond:
• JB et adultes:
– Confirmation de l’origine respiratoire des troubles
observés
– Étendue des lésions
– Ponction échoguidée (pleurésie/abcès…)
– Suivi de l’efficacité du traitement
– Pronostic médical à court terme
9
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
COMMENT
L’image échographique
Choix de l’appareil (exemples, liste non exhaustive)
Non portatif/portatif
10
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
MyLab®Five Draminski® 4Vet mini
S
COMMENT
Choix de la sonde
11
Organe à examiner Type de sonde
requise
Voies respiratoires
supérieures
Sectorielle ou
linéaire
Plèvre et poumon Sectorielle ou
linéaire
Structures cardiaques Sectorielle
Fréquence
utilisée
(en MHz)
Pouvoir de pénétration des
ultrasons
(en cm)
2,5 à 3,5 12 à 35
5 8 à 10
7,5 4 à 6
10 à 12 2 à 3
Fréquence Utilisation
10 Mhz
Tendons, ligaments,
os et structures
oculaires, thorax
6 à 7,5 MHz
Tendons, ligaments,
ombilic, plèvres,
poumons
5 MHz
Transrectal : rein
droit et appareil
urogénital
3 à 3,5 MHz
Cœur et organes
abdominaux
2,5 MHz Cœur
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Entre deux milieux d’impédances acoustiques différentes se forme une surface
acoustique constituant une interface sur laquelle l’onde ultrasonore adopte un
comportement régi par les lois de Descartes
échographie =« science des interfaces »
12
Milieu 1
Impédance acoustique
Z1
Milieu 2
Impédance acoustique
Z2
Interface acoustique
Onde
incidente Onde réfléchie = écho
Onde réfractée
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
COMMENT
PRINCIPES DE BASE
13
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
COMMENT
Zones d’intérêt
Projection
des poumons
S
14
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Vue droite, membre thoracique récliné et paroi thoracique retirée sauf côtes
COMMENT
Zones d’intérêt
15
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Vue gauche, EIC d’intérêt selon Buczinski 2015
COMMENT
Zones d’intérêt
16
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Masset et al., 2022
COMMENT
Zones d’intérêt
17
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Masset et al., 2022
COMMENT
Zones d’intérêt
18
Point Vétérinaire 2018
Ollivett 2016
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
COMMENT
CONTENTION
S
19
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
COMMENT PRÉPARATION DE L’ANIMAL
(tonte facultative selon animal et appareil)
20
• COMMENT
• Les poumons constituent une structure
échographiquement non visible.
• Les ultrasons sont réfléchis au niveau de la surface de
la plèvre et le parenchyme pulmonaire sous-jacent ne
peut ainsi pas être visualisé sauf lésion contiguë à la
plèvre pariétale (=costale):
–les zones explorables sont donc les
plèvres et le tissu lésé immédiatement
sous-jacent ainsi que l’éventuel liquide
d’effusion entre les plèvres pariétale et
viscérale
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
21
Sonde : linéaire (ou convexe) >6Mhz
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Paroi thoracique
Plèvres
Artefact de réverbération
COMMENT
POUMON SAIN
22
• COMMENT: Images pathologiques
• Les deux plèvres peuvent être
nettement distinguées quand du liquide
ou du pus les disjoignent (sinon elles
sont accolées et la plèvre viscérale
glisse sur la plèvre pariétale en
fonction des mouvements
respiratoires)
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
23
• Épanchement pleural et pleurésie
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Paroi thoracique
Plèvre viscérale
Plèvre pariétale
Épanchement pleural
avec flocons de fibrine
Pleurésie bilatérale sévère
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Cage thoracique après
vidange de l’épanchement
D G
25
• (Pleuro)Pneumonie aiguë
– queues de comète
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
26
• Pneumonie
• Consolidation
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
27
• Pneumonie
• Consolidation
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Pneumonie
Consolidation
29
• Pneumonie
• Alvéologramme :
zone circulaire hypoéchogène
au niveau des plèvres
à partir de laquelle se forment
des artefacts en queue de comète.
Ces images indiquent la présence
d’alvéoles remplis de liquide et
une consolidation
du lobule pulmonaire
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
30
• Abcès pulmonaires
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
31
• QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU?
• Se et Sp élevées
– Si outil : autopsies
• Amélioration par rapport à l’examen clinique et aux
scores cliniques:
– Précocité/signes cliniques/hyperthermie/taille de la lésion
– Fiabilité
– Reproductibilité
– Absence/minoration d’effet opérateur dépendant / scores
cliniques (Wisconsin et California)
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
=
𝑉𝑃
𝑉𝑃+𝐹𝑁
= 𝑉𝑁
𝑉𝑁+𝐹𝑃
Sensibilité =
Nombre de veaux sans lésions à
l’échographie et à l’autopsie
Nombre de veaux avec des lésions à
l’autopsie
Spécificité =
Nombre de veaux avec des lésions à
échographie et à l’autopsie
Nombre de veaux sans lésions à
l’autopsie
33
• QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU?
• PERFORMANCES (1)
• Intérêt général de l’échographie :
• Si seuil de lésion de consolidation >3cm, une vêle de
moins de 8 semaines estimée positive (Dunn 2018) :
– Aura un âge au 1er vêlage inchangé
– Produira en 1ère lactation 525 k de lait en moins
• 3 cm de consolidation = 34 g GMQ en moins (Timsit 2019)
avec forte variabilité (-4 à -64 g)
• Rappel : Performances de l’auscultation :
Se : 63%; Sp : 46%
4% des praticiens 100% Se et 100% Sp (Pardon, 2019)
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
S
• QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU?
• PERFORMANCES (2)
• Sensibilité de l’échographie pulmonaire pour détecter des
lésions pulmonaires : 94% (IC95%, 69-100%)
Spécificité de l’échographie pulmonaire pour détecter des
lésions pulmonaires : 100% (IC95%,64-100%)
Neutrophilie>4% du LBA dans la même expérimentation :
Se 85%, Sp 75%
Lésion = consolidation>1 cm et/ou pleurésie
• Olivett 2016
Diagnostic
échographique des affections respiratoires des bovins
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement
Présentations - Séminaire filière engraissement

Contenu connexe

Tendances

GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiersGAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
Institut de l'Elevage - Idele
 
Focus sur le persillé
Focus sur le persilléFocus sur le persillé
Focus sur le persillé
Institut de l'Elevage - Idele
 
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdfCopro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
Institut de l'Elevage - Idele
 
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Décapitalisation bovine et impacts sur la production
Décapitalisation bovine et impacts sur la productionDécapitalisation bovine et impacts sur la production
Décapitalisation bovine et impacts sur la production
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défisGAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier françaisGAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
Institut de l'Elevage - Idele
 
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premièresCap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
Institut de l'Elevage - Idele
 
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
Institut de l'Elevage - Idele
 
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOPUn nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
Institut de l'Elevage - Idele
 
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Beef Carbon
Beef CarbonBeef Carbon
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
Institut de l'Elevage - Idele
 
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdfwebinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
Institut de l'Elevage - Idele
 

Tendances (20)

GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiersGAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
 
Focus sur le persillé
Focus sur le persilléFocus sur le persillé
Focus sur le persillé
 
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
 
L’élevage des chevrettes
L’élevage des chevrettesL’élevage des chevrettes
L’élevage des chevrettes
 
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdfCopro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
Copro_Comment lire les résultats_Webinaire InnOvin_06_04_2023.pdf
 
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
 
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
Elevage des chevrettes sous les mères : description et retour des eleveurs su...
 
Décapitalisation bovine et impacts sur la production
Décapitalisation bovine et impacts sur la productionDécapitalisation bovine et impacts sur la production
Décapitalisation bovine et impacts sur la production
 
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défisGAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
GAL2022 - Valorisation des veaux laitiers : enjeux et défis
 
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier françaisGAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
GAL2022 - Vers l'autonomie protéique de l'élevage laitier français
 
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premièresCap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
Cap'Inovrinov : La ration de mes chèvres avec des matières premières
 
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
Cap Protéines Space 2022 Remplacer correcteurs par graines possible ou pas po...
 
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
JPO Pradel 2022 - Atelier 3 - Parasitisme : on est (un peu) dans la m... et c...
 
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOPUn nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
Un nouvel outil à disposition des éleveurs et de leurs conseillers : DEVAUTOP
 
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
3. le méthane entérique - facteurs de variation et levier d'action
 
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
 
Beef Carbon
Beef CarbonBeef Carbon
Beef Carbon
 
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
3. L'engraissement de jeunes bovins avec de l'ensilage d'herbe
 
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdfwebinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
webinaires InnOvin_Diaporama du 24 juin 2022.pdf
 
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
GAV2023 - Diversité et transformation de l'élevage bovin allaitant français. ...
 

Similaire à Présentations - Séminaire filière engraissement

7. CAT LBA PH 4ème 2.pptx
7. CAT LBA  PH 4ème 2.pptx7. CAT LBA  PH 4ème 2.pptx
7. CAT LBA PH 4ème 2.pptx
MohamedHATRAF
 
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS : une nouvelle PCR digitale multiplex pour...
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS :  une nouvelle PCR digitale multiplex  pour...AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS :  une nouvelle PCR digitale multiplex  pour...
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS : une nouvelle PCR digitale multiplex pour...
Institut de l'Elevage - Idele
 
La leptospirose
La leptospirose La leptospirose
La leptospirose
MBOUSSOU Yoan
 
fibroscopie-bronchique.ppt
fibroscopie-bronchique.pptfibroscopie-bronchique.ppt
fibroscopie-bronchique.ppt
TITANIUMALFREDO
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
rihem kasmi
 
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaque
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaqueMeurin -hygiène en réadaptation cardiaque
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaque
Philippe Meurin
 
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdfMaladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
Institut de l'Elevage - Idele
 
1591354193.pdf
1591354193.pdf1591354193.pdf
1591354193.pdf
MaNoLo440315
 
PAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.pptPAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.ppt
HichamHebbache
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 
Infections gastro intestinales
Infections gastro intestinalesInfections gastro intestinales
Infections gastro intestinales
UrgenceCHUSJ
 
IN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptxIN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptx
MedAnes1
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
karimabdk
 
pleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeusespleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeuses
Dr. Kerfah Soumia
 
La Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.pptLa Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.ppt
PetitPaulWedly
 
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. BestedFrançais: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
Conference to Develop a Federal Framework on Lyme Disease
 
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Institut de l'Elevage - Idele
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Dr. Kerfah Soumia
 
cours23.Virus des hépatites L3 UFR 2S H_SARR 2.pdf
cours23.Virus des hépatites L3  UFR 2S H_SARR 2.pdfcours23.Virus des hépatites L3  UFR 2S H_SARR 2.pdf
cours23.Virus des hépatites L3 UFR 2S H_SARR 2.pdf
EldadAttoh
 

Similaire à Présentations - Séminaire filière engraissement (20)

7. CAT LBA PH 4ème 2.pptx
7. CAT LBA  PH 4ème 2.pptx7. CAT LBA  PH 4ème 2.pptx
7. CAT LBA PH 4ème 2.pptx
 
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS : une nouvelle PCR digitale multiplex pour...
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS :  une nouvelle PCR digitale multiplex  pour...AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS :  une nouvelle PCR digitale multiplex  pour...
AVORTEMENTS des PETITS RUMINANTS : une nouvelle PCR digitale multiplex pour...
 
La leptospirose
La leptospirose La leptospirose
La leptospirose
 
fibroscopie-bronchique.ppt
fibroscopie-bronchique.pptfibroscopie-bronchique.ppt
fibroscopie-bronchique.ppt
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
 
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaque
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaqueMeurin -hygiène en réadaptation cardiaque
Meurin -hygiène en réadaptation cardiaque
 
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdfMaladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
Maladie respiratoires_Agneaux_Webinaire_LSAB_2023 05.pdf
 
1591354193.pdf
1591354193.pdf1591354193.pdf
1591354193.pdf
 
PAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.pptPAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.ppt
 
Distomatose
DistomatoseDistomatose
Distomatose
 
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM FoundationPneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
Pneumonia (French) - The CRUDEM Foundation
 
Infections gastro intestinales
Infections gastro intestinalesInfections gastro intestinales
Infections gastro intestinales
 
IN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptxIN-Dr-sadaoui.pptx
IN-Dr-sadaoui.pptx
 
Protozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sidaProtozoaires opportunistes au cours du sida
Protozoaires opportunistes au cours du sida
 
pleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeusespleurésies purulentes non tuberculeuses
pleurésies purulentes non tuberculeuses
 
La Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.pptLa Pneumonie (3)last-1.ppt
La Pneumonie (3)last-1.ppt
 
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. BestedFrançais: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
Français: Dr. Liz Zubek et Dr. Alison C. Bested
 
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
Space 2021 Quoi de neuf en santé des jeunes bovins ?
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
 
cours23.Virus des hépatites L3 UFR 2S H_SARR 2.pdf
cours23.Virus des hépatites L3  UFR 2S H_SARR 2.pdfcours23.Virus des hépatites L3  UFR 2S H_SARR 2.pdf
cours23.Virus des hépatites L3 UFR 2S H_SARR 2.pdf
 

Présentations - Séminaire filière engraissement

  • 1. 01 Dr Stéfanie Bernheim Agents pathogènes respiratoires et Mycoplasma bovis 02 Dr Frédéric Lemarchand Maladies respiratoires bovines : inflammation et bien-être animal 03 Ilona Blanquet Comprendre le marché des JB et du veau du boucherie 04 Dr Eric Vandaële Impact des nouvelles réglementations sur le médicament vétérinaire dans la filière veaux et engraissement 05 Pr Renaud Maillard Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 2. OVERLINE/SECTION (OPTIONAL) IN ARIAL 8PT ALL CAPS Headline copy over image Presentation Name 1 Subhead (optional) in Arial Regular 14pt. When using this layout be sure to use the proper sized rail to match the height of headline and subtitle copy (available on slide 39).
  • 4. Agenda Agents pathogènes et engraissement 3 01 Introduction 02 Agents pathogènes majeurs ou émergents ? 03 Les prélèvements respiratoires 04 Analyses oui mais attention ! 05 Prévalences apparentes
  • 5. Agents pathogènes et engraissement 4 Introduction 01.
  • 7. Les Maladies Respiratoires bovines et Zoetis Des piliers solides Efficacité Flexibilité Assurance • 35 ans d’expertise • Une gamme large et flexible • Un accompagnement au quotidien
  • 8. Les services Rispaudit Un accompagnement sur mesure • Aide au diagnostic • Aide à la planification vaccinale • Formation
  • 9. Les services Rispaudit Une aide au diagnostic Identification des facteurs de risque de MRB Rispaudit diagnostic : la PCR au service des MRB • Une application intuitive : Rispaudit audit • Un service de PCR respiratoire • Avec accompagnement technique • Proposition de nouvelles solutions
  • 10. Agents pathogènes et engraissement 9 Principaux agents pathogènes respiratoires 02.
  • 11. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes majeurs et émergents Principaux agents • Agents infectieux viraux : – RSV, – IBR, – BVD, – Pi3, – Coronavirus, – Influenza D • Agents infectieux bactériens : – Pasteurellacées : • Mannheimia haemolytica, • Pasteurella multocida, • Histophilus somni – Mycoplasma bovis Agents pathogènes et engraissement
  • 12. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes viraux Le Virus Respiratoire Syncytial Bovin (RSV) • Forme peu sévère, voire asymptomatique • Forme aiguë sévère à modérée – Signes généraux • Hyperthermie élevée (>40°C), mais fugace • Abattement et anorexie, intensité variable – Signes respiratoires peu spécifiques – Toux – Jetage mucoïde – Polypnée, dyspnée – Auscultation : • Renforcement des bruits • Bruits surajoutés : sifflements, crépitements Agents pathogènes et engraissement
  • 13. AGENTS PATHOGÈNES ET EXAMENS COMPLÉMENTAIRES Agents pathogènes Le RSv PathobetOnline www.pathobetonline.fr Agents pathogènes et engraissement
  • 14. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes Rhinotrachéite Infectieuse Bovine (IBR) • Clinique évocatrice • Jetage dit en « chandelles » • Tableau lésionnel pathognomonique avec ulcérations nécrotiques de la muqueuse trachéale Agents pathogènes et engraissement
  • 15. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes Le Coronavirus respiratoire • Génôme à ARN parmi les plus complexes de 32 kB • Tableau clinique non spécifique • Les coronavirus bovins classiquement associés à des diarrhées néonatales, winter dysentery et syndromes respiratoires chez les plus âgés • Un seul sérotype mais une variabilité génétique et de tropisme • L’orientation d’une souche de BCoV vers une forme clinique (digestif et/ou respiratoire) serait plus liée aux interactions entre les pathogènes (BCoV et virus ou bactéries associés), l’hôte et des facteurs environnementaux* • Même si on ne connait pas les mécanismes génétiques qui président le type de manifestation (digestif et/ou respiratoire) *Vlasova et Saif, 2021 Agents pathogènes et engraissement
  • 16. • Tableau clinique respiratoire modéré suite à un challenge viral en conditions expérimentales** • Altération de l’intégrité de l’épithélium respiratoire • Augmentation significative de la présence de neutrophiles dans la trachée des animaux infectés AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes Le virus Influenza D • En France entre 2011 et 2015 sur 134 prélèvements (ENP, ATT, LBA) • Prévalence estimée de 4,5 %* • Troubles modérés mais très probable COFACTEUR ** Liu et al, 2020 * Ducatez et al., 2015 Agents pathogènes et engraissement
  • 17. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Les pasteurellacées • Mannheimia haemolytica • Pasteurella multocida • Histophilus somni Agents pathogènes et engraissement
  • 18. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Mannheimia haemolytica • Aucune spécificité clinique • Sécrétion de leucotoxine • Lésions élémentaires quasiment pathognomoniques de l’infection par Mannheimia haemolytica Foyers de nécrose, en « carte de géographie » Aspect irrégulier du périmètre lésionnel Liséré périphérique blanchâtre Foyers de nécrose Lésions en « carte de géographie » Photo ENVT Agents pathogènes et engraissement
  • 19. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Pasteurella multocida Foyers de nécrose Lésions en « carte de géographie » Photo ENVT • Aucune spécificité clinique • Un facteur de virulence : Lipopolysaccharide (LPS) • Une prévalence très élevée Agents pathogènes et engraissement
  • 20. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Histophilus somni • Pasteurellacée commensale des voies aériennes supérieures • Associée à des syndromes respiratoires • Formes septicémiques décrites aux US • Méningo-encéphalites thrombotiques, myocardites… • Imputabilité en Europe ? Agents pathogènes et engraissement
  • 21. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Histophilus somni • Troubles neurologiques spécifiques ? Non ! • Troubles respiratoires • Encéphalite • PCR sur LCR : Pasteurella multocida Agents pathogènes et engraissement
  • 22. AGENTS PATHOGÈNES Agents pathogènes bactériens Mycoplasma bovis Agents pathogènes et engraissement
  • 24. Prélèvements respiratoires Le bon candidat au bon moment Animal à prélever • Animal en hyperthermie • De préférence non traité avec des anti-infectieux • Préférer les analyses de mélange pour les ENP / PCR Agents pathogènes et engraissement
  • 25. Prélèvements respiratoires Le bon candidat au bon moment Dynamique des infections respiratoires • Chronologie théorique • RSV présent quelques jours seulement même si initiateur VRSB Pasteurellacées Mycoplasma spp. Trueperella pyogenes 0 j 3 j 8 j 12 j 3 sem 5 j BVD Animal IPI PR Agents pathogènes et engraissement
  • 26. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements Types de prélèvements • Ecouvillon Nasal Profond (ENP) • Poumon • Carte FTA sur poumon • Aspiration Trans-Trachéale (ATT) • Lavage Broncho-Alvéolaire chemisé (LBA) Agents pathogènes et engraissement
  • 27. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements Ecouvillon Nasal Profond (ENP) • Ecouvillon SEC • Virocult possible • Pas de milieu Agents pathogènes et engraissement
  • 28. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements ENP intérêts et limites • Pour la recherche virale et Mycoplasma bovis • Ininterprétabilité de la présence de pasteurellacées • Facilité de prélèvement • Matériel peu coûteux • Prélèvement peu invasif Agents pathogènes et engraissement
  • 29. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements Aspiration Trans-Trachéale • Fiche technique Agents pathogènes et engraissement
  • 30. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements ATT intérêts et limites • Adapté à la recherche virale et bactérienne • Pas de contamination naso-pharyngée • Site de prélèvement inconnu • Invasif • Parfois des difficultés de réalisation / volume insuffisant • Matériel à usage unique plus coûteux • Difficultés d’approvisionnement du kit • Contamination / sang Agents pathogènes et engraissement
  • 31. • Matériel • Mise en œuvre • Fiche technique 30 Description de la technique du LBA “chemisé” Rispaudit Diagnostic Le Lavage Broncho-Alvéolaire « chemisé » Agents pathogènes et engraissement
  • 32. • Matériel  Sérum physiologique  Seringue 50 mL  Aiguille  Tube pour prélèvement  Feutre pour identification 31 Rispaudit Diagnostic Le Lavage Broncho-Alvéolaire « chemisé » Agents pathogènes et engraissement
  • 33. • Matériel  Tuyau vitryl (silicone alimentaire) résistant à 200°C 8/12 mm : gaine externe  Tuyau vitryl (silicone alimentaire) résistant à 200°C 4/6 mm : gaine interne  Bien rincer avec du sérum physiologique intérieur et extérieur du guide et extérieur de la sonde 32 Rispaudit Diagnostic Le Lavage Broncho-Alvéolaire « chemisé » Agents pathogènes et engraissement
  • 34. 33 • Rispaudit Diagnostic Le Lavage Broncho-Alvéolaire « chemisé » Agents pathogènes et engraissement
  • 35. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements • Recherche virale et bactérienne • Peu invasif • Volume de lavage correct • Matériel réutilisable • Site de prélèvement inconnu • Parfois des difficultés de réalisation : âge minimum 6 semaines • Nouveauté à venir : kit jeune veau LBA « chemisé » Intérêts et limites Agents pathogènes et engraissement
  • 36. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements • Prélèvement intermédiaire zone saine / zone lésée • Congélation immédiate pour PCR Le poumon Agents pathogènes et engraissement
  • 37. Prélèvements respiratoires Techniques de prélèvements • Technique sur poumon développée et validée par Zoetis et l’ENVA • « Buvard » • Conserve les acides nucléiques Carte FTA sur poumon Carte sous sachet plastique pour envoi Carte fermée Carte ouverte avec zone cerclée pour dépôt de prélèvement Carte identifiée Agents pathogènes et engraissement
  • 38. 37 La carte FTA Intérêts de la carte FTA • Aucune contrainte de température de conservation • Envoi sous enveloppe simple sans impératif de délai • Sensibilité excellente éprouvée par le terrain Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 40. EXAMENS COMPLEMENTAIRES Portage naso-pharyngé sur veaux sains PCR, CT et portage • Pasteurellacées sur veaux sains* • Portage et quantification • Flore commensale • Aucune interprétabilité d’un CT de pasteurelles sur ENP * Thomas et al.,2021 Agents pathogènes et engraissement
  • 41. EXAMENS COMPLEMENTAIRES PCR et CT : quelle interprétabilité ? PCR, CT et cut off ? • Cut-off : seuil à partir duquel on pourrait décider d’une imputabilité des troubles cliniques au pathogène • Etude danoise : 36 troupeaux, 340 veaux, 4 séries d’ENP • RT PCR • Mannheimia haemolytica: impossibilité d’établir un seuil* • Pour Histophilus somni, un CT < 17,4 était associé à 86% des veaux malades mais un CT >17,4 était aussi associé à 40% de veaux malades* • Pasteurella multocida et Mycoplasma bovis : seuil de 21 ?? Klompmaker et al, 2021 Agents pathogènes et engraissement
  • 42. EXAMENS COMPLEMENTAIRES PCR et CT : le poumon n’est pas stérile ! • De nombreuses publications démontrent la présence des 3 pasteurelles sur ENP, ATT et LBA • Angen et al, 2009 : - 56 veaux sains - Ayant subi une ATT - Pour mise en culture et PCR - 59% de culture positive - PCR : P. multocida 48%, H. somni 20%, M. haemolytica 23% Agents pathogènes et engraissement
  • 44. DIAGNOSTIC • Répartition géographique des analyses Rispaudit Diagnostic La PCR multiplex au service du diagnostic étiologique Agents pathogènes et engraissement
  • 45. Rispaudit Diagnostic Base de données Résultats 2020 - 2022 • De janvier 2020 à Avril 2022 • 1636 analyses • 49% allaitants • 32% laitiers • 13% veaux de boucherie • 6% engraissement 49 32 13 6 Allaitant Laitier Veaux de boucherie Engraissement Répartition du volume d’analyses en fonction du type de production (%) Agents pathogènes et engraissement
  • 46. Rispaudit Diagnostic Prévalences apparentes globales Résultats 2020-2022 48 11 30 78 46 23 30 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 % Prévalences apparentes toutes productions tous prélèvements (%) RSV Pi3 Coronavirus Pasteurella multocida Mannheimia haemolytica Histophilus somni Mycoplasma bovis • Toutes filières, tous prélèvements • RSV : 48% • Pasteurellacées : ininterprétables compte tenu du nombre d’analyses sur ENP Agents pathogènes et engraissement
  • 47. Rispaudit Diagnostic Associations avec le virus RSv 12 28 34 82 47 21 0 10 20 30 40 50 60 70 80 90 Avec PI3 Avec coronavirus Avec Mycoplasma bovis Avec Pasteurella multocida Avec Mannheimia haemolytica Avec Histophilus somni Associations du virus RSv (%) • Pasteurella multocida, bactérie la plus associée aux infections à RSV • Mycoplasma bovis : présent dans plus d’un tiers des infections à RSV Agents pathogènes et engraissement
  • 48. 47 Résultats en production veaux de boucherie 2020 - 2022 • 212 résultats • environ 500 animaux • 10 % sur poumons • 10% sur LBA individuels ou mélanges • 75% sur ENP individuels ou mélanges • 5% sur cartes FTA sur poumon individuelles • Exclusion : animaux ayant reçu une administration de vaccin vivant RS +/- Pi3 dans le mois précédant le prélèvement d’ENP, ATT ou LBA 10 10 75 5 Poumons LBA ENP FTA sur poumons Répartition des prélèvements (%) Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 49. 48 Résultats veaux de boucherie 2020/2022 • Taux de positivité globale tous prélèvements en production veaux de boucherie • Non interprétabilité de la présence de pasteurellacées commensales du nasopharynx • RSV 47% • Mycoplasma bovis 72% 47 27 68 72 94 40 15 Prévalences apparentes tous agents pathogènes (%) Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 50. 49 Résultats veaux de boucherie 2020/2022 • Taux de positivité prélèvements profonds en production veaux de boucherie • RSV 48% • Mycoplasma bovis 73% 48 25 37 73 77 33 6 Prévalences apparentes prélèvements profonds tous agents pathogènes (%) Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 51. 50 Résultats veaux de boucherie 2020/2022 • Quelles associations de malfaiteurs ? • Fréquences d’agents pathogènes sur des prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis • RSV +++ Rispaudit Diagnostic 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0 Coronavirus PI3 RSV Mannheimia h. Pasteurella multocida Histophilus somni 67,5 33,6 53,9 44,7 96,7 13,8 36,8 34,2 55,3 34,2 86,8 2,6 Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis tous prélèvements profonds Agents pathogènes et engraissement
  • 52. 51 Résultats en production engraissement de jeunes bovins • 95 analyses • environ 170 animaux • 29 % sur poumons • 5 % sur LBA ou mélanges • 44 % sur ENP ou mélanges • 2% sur ATT • 20 % sur cartes FTA sur poumon individuelles • Exclusion : animaux ayant reçu une administration de vaccin vivant RS +/- Pi3 dans le mois précédant le prélèvement d’ENP, ATT ou LBA 29 44 5 1 20 Poumon ENP LBA ATT Carte FTA sur poumon Répartition des prélèvements (%) Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 53. 52 Résultats 2020/2022 • Engraissement de JB • Taux de positivité globale tous prélèvements en engraissement de jeunes bovins • Même réserve sur la présence de pasteurelles • RSV 49% • Mycoplasma bovis 77% 49 20 33 77 72 58 53 Fréquences par agents pathogènes tous prélèvements en engraissement de jeunes bovins (%) Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 54. 53 Résultats 2020/2022 • Engraissement de JB • Taux de positivité sur prélèvements profonds en engraissement de jeunes bovins 50 9 9 78 54 41 44 Fréquences par agents pathogènes sur prélèvements profonds en engraissement de jeunes bovins (%) % • RSV 50% • et Mycoplasma bovis 78% Rispaudit Diagnostic Agents pathogènes et engraissement
  • 55. 54 Engraissement de JB 2020/2022 • Quelles associations de malfaiteurs ? • Fréquences d’agents pathogènes sur des prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis • RSV +++ Rispaudit Diagnostic 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 Coronavirus PI3 RSV Mannheimia h. Pasteurella multocida Histophilus somni 37,0 21,9 53,4 61,6 74,0 57,5 9,8 9,8 53,7 41,5 56,1 51,2 Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis tous prélèvements profonds Agents pathogènes et engraissement
  • 56. Conclusion Cartographie RSV • Des problématiques étiologiques comparables dans les deux productions • Deux agents initiateurs à maîtriser par la prévention • Des niveaux de prévalence comparables • Des agents pathogènes « consommateurs » de traitements • Et pénalisant le bien-être et la productivité Agents pathogènes et engraissement
  • 57. OVERLINE/SECTION (OPTIONAL) IN ARIAL 8PT ALL CAPS Headline copy over image Presentation Name 56 Subhead (optional) in Arial Regular 14pt. When using this layout be sure to use the proper sized rail to match the height of headline and subtitle copy (available on slide 39).
  • 59. Agenda Pathogénicité de Mycoplasma bovis 58 01 PathobetOnline 02 La pathogénicité d’une petite bactérie qui se prend pour un virus 03 Mycoplasma bovis seul ou accompagné ? 04 Dynamique de l’infection en veaux de boucherie
  • 60. Pathogénicité de Mycoplasma bovis 59 PathobetOnline ? 01.
  • 61. PathobetOnline Site de formation sur la pathologie des ruminants En accès libre ! Une vidéo par mois
  • 62. PathobetOnline PathobetOnline : nouveau site, nouvelles vidéos • Vidéos traditionnelles • Dernière en ligne : les vaccins à ARN
  • 63. Rispaudit training : la formation où vous voulez quand vous voulez PathobetOnline : replays en ligne Des replays de webinars Q/R • Webinars “de vive voix”
  • 64. Pathogénicité de Mycoplasma bovis 63 Pathogénicité de Mycoplasma bovis 02.
  • 65. Pathogénicité de M.bovis Pr Renaud Maillard ENVT • PATHOBET M.Bovis Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 66. Pathogénicité de M.bovis Pr Renaud Maillard ENVT • PATHOBET M.Bovis Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 67. Pathogénicité de Mycoplasma bovis 66 Mycoplasma bovis : seul ou accompagné ? 03.
  • 68. 67 Rappel : veaux de boucherie 2020/2022 • Quelles associations de malfaiteurs ? • Fréquences d’agents pathogènes sur des prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis • RSV +++ Rispaudit Diagnostic 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 90,0 100,0 67,5 33,6 53,9 44,7 96,7 13,8 36,8 34,2 55,3 34,2 86,8 2,6 Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis tous prélèvements profonds Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 69. 68 Rappel : Engraissement de JB 2020/2022 • Quelles associations de malfaiteurs ? • Fréquences d’agents pathogènes sur des prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis • RSV +++ Rispaudit Diagnostic 0,0 10,0 20,0 30,0 40,0 50,0 60,0 70,0 80,0 Coronavirus PI3 RSV Mannheimia h. Pasteurella multocida Histophilus somni 37,0 21,9 53,4 61,6 74,0 57,5 9,8 9,8 53,7 41,5 56,1 51,2 Agents pathogènes associés aux prélèvements positifs pour Mycoplasma bovis tous prélèvements profonds Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 70. SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES Le virus Influenza D • Synergique avec Mycoplasma bovis* • 29 veaux naïfs infectés par aérosol • Soit avec IDV, • Soit avec M.bovis, • Soit avec les 2 *Lion A. et al, 2021
  • 71. SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES Le virus Influenza D • Infection combinée : réduction de la période d’incubation • Augmentation de la sévérité de la maladie (score clinique) • Augmentation de la sévérité lésionnelle (macro et microscopique) • Stimulation de la colonisation de l’appareil respiratoire profond par M.bovis • Augmentation du recrutement de cellules de la lignée blanche dans les voies aériennes *Lion A. et al, 2021
  • 72. SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D Le virus Influenza D *Lion A. et al, 2021 • Augmentation de la sévérité clinique
  • 73. SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D *Lion A. et al, 2021 A : veau contrôle sans lésions* B : veau coinfecté à J+6 avec atélectasie de 30% des lobes crâniaux et accessoires* • Augmentation de la sévérité lésionnelle Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 74. SYNERGIE AVEC LE VIRUS INFLUENZA D *Lion A. et al, 2021 C : veau contrôle sans lésions trachéales* D : veau coinfecté à J+6 avec lésions de trachéite et exsudat fibrino- purulent* Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 75. SYNERGIE AVEC D’AUTRES AGENTS PATHOGÈNES Le virus Influenza D Bilan : • Infection combinée : réduction de la période d’incubation • Augmentation de la sévérité de la maladie (score clinique) • Augmentation de la sévérité lésionnelle (macro et microscopique) • Stimulation de la colonisation de l’appareil respiratoire profond par M.bovis • Augmentation du recrutement de cellules de la lignée blanche dans les voies aériennes *Lion A. et al, 2021
  • 77. EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE Objectif de l’étude* • Description de la dynamique de consolidation pulmonaire • Dans un système de production commerciale de veaux de boucherie mâles • En relation avec les traitements anti-infectieux et les tests diagnostiques • Elément additionnel étudié : la relation entre pneumonie traitée ou non traitée et GMQ, poids de carcasse • Ainsi que l’effet “consolidation à l’arrivée” et probabilité de développer une pneumonie incurable et des performances réduites *Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in relation to antimicrobial therapy and production outcomes. WBC 2022 Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 78. EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE Matériels et méthodes* • 295 veaux males Holsteins âgés de 14 à 21 jours, • Suivis pendant un cycle d’engraissement • Examen Clinique et évaluation échographique pulmonaire qTUS sur tous les animaux - Arrivée - semaines 2, 3, 4, 6, 8 et 12. • Définition d’un cas de pneumonie : consolidation pulmonaire ≥1 cm. • Tests diagnostiques : MALDI-TOF MS et séquençage sur prélèvements de LBA *Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in relation to antimicrobial therapy and production outcomes. WBC 2022 Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 79. EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE Résultats* • 17,6% des veaux sont arrivés avec des lesions de consolidation > 1cm • Au premier épisode clinique : 30.8% > 1 cm • Semaine 2 : 91,2% des cas de pneumonie étaient subcliniques • Semaine 4 : 43,8% des animaux avec pneumonie clinique • Prélèvements positifs pour RSV et Mycoplasma bovis • Souches de Mycoplasma bovis résistantes à certains antibiotiques • Second épisode : surfinfection Pasteurella multocida et isolement d’une autre souche de Mycoplasma bovis *Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in relation to antimicrobial therapy and production outcomes. Short comm. WBC 2022 Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 80. EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE Résultats* • les veaux avec une pneumonie non guérie ou chronique ont eu un GMQ significativement inférieur (992g/day ± 174 et 930g/day ±146) comparés aux veaux n’ayant pas développé de pneumonie (1103 g/day ±156; P < 0.001). • les veaux avec une consolidation > 1 cm à l’arrivée ont eu un GMQ significativement inférieur comparé aux veaux sains (981 g/j ±159 vs 1045 g/j ±159; P = 0.01) et étaient plus susceptibles de développer une pneumonie (OR=4.2; 95% CI: 2.1 – 8.6, P < 0.001). • les animaux ayant développé une pneumonie ont un poids de carcasse significativement inférieur (10.3kg ± 4.4; CI: 1.2 – 18.9; P =0.02). *Jourquin et al, 2022. Dynamics of subclinical pneumonia in male dairy calves in relation to antimicrobial therapy and production outcomes. Short comm. WBC 2022 Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 81. EXEMPLE D’UN ATELIER DE VEAU DE BOUCHERIE Conclusion • Les pneumonies en veaux de boucherie sont majoritairement subcliniques • Les pathogènes dominants sont RSV et Mycoplasma bovis • Fort impact sur la productivité • Enjeu diagnostique, thérapeutique et préventif Pathogénicité de Mycoplasma bovis
  • 84. Maladies respiratoires bovines : inflammation et bien-être animal Module technique réunion Vétérinaire
  • 85. Introduction 1https://www.reussir.fr/bovins-viande/vacciner-contre-les-troubles-respiratoires-en-engraissement, consulté le 19-09-21 Chiffres clés, les troubles respiratoires ce sont1 • 78 % des troubles de santé en engraissement • 75 % d’entre eux ont lieu dans les quinze premiers jours • 75 % de la morbidité en engraissement • Jusqu’à 25 % de perte de revenus • Jusqu’à 100 g/j de perte de GMQ • Jusqu’à 60 jours d’engraissement en plus Lors de troubles respiratoires, l’inflammation est un facteur aggravant majeur
  • 87. Qu’est ce que l’inflammation ? Phénomène connu depuis l’antiquité • Celsius, au 1ier siècle après J.C. décrit les 4 signes cliniques de l’inflammation : • rubor, tumor, calor, dolor • Puis 1 siècle plus tard par Galien : • functio laesa
  • 88. Qu’est-ce que l’inflammation ? 2Foucras G. et Tabouret G. Les différentes phases de l’inflammation aiguë : initiation, régulation et marqueurs. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2012;5(22):20-26 L’inflammation est une réaction de défense immunitaire à une agression (virus, bactéries, parasites…) Processus physiologique : réponse des tissus à une agression 2
  • 89. Qu’est-ce que l’inflammation ? Un ensemble de signes • Chaleur (liée à la congestion) • Rougeur (liée à la congestion) • Tuméfaction (liée à l’exsudation) • Douleur (liée à l’action des kinines, aux compressions des terminaisons nerveuses) C’est une réaction non spécifique en réponse à tout type d’agression, nécessaire et bénéfique
  • 90. Qu’est-ce que l’inflammation ? L’inflammation vise à • Aider l’hôte à se débarrasser de l’élément « agresseur » • Réparer les tissus : processus de cicatrisation Le processus inflammatoire comprend 4 phases • Immédiatement : phase silencieuse • Quelques minutes à quelques heures après : phase vasculaire • Quelques heures à quelques jours plus tard : phase cellulaire • Après 2 à 3 semaines : phase de réparation (cicatrisation)
  • 91. Qu’est-ce que l’inflammation ? La « cascade inflammatoire », une réaction en chaine complexe qui génère des effets • Pro-inflammatoires (qui entretiennent l’inflammation) • Pro-résolution (qui favorisent la résolution de l’inflammation) Agression (lésion tissulaire) Rupture des membranes tissulaires (libération de phospholipides membranaires) Activation du NFkB Phospholipase A2 Lypo-oxygénase Prostaglandines cytoprotectrices Prostaglandines pro-inflammatoires Effet protecteur sur les reins, l’intestin, action sur la coagulation plaquettaire Effets inflammatoires et douloureux Cytokines Médiateurs pro- inflammatoires iNOS COX-1 COX-2 Leucotriènes Acide arachidonique Cyclo-oxygénase « voie des cox »
  • 92. Qu’est-ce que l’inflammation ? En résumé3… 3http://www.profsvt71.fr/pages/premiere-s/theme-3a-feminin-masculin/la-reaction-inflammatoire.html, consulté le 19-09-21
  • 93. Inflammation pulmonaire & Maladies Respiratoires Bovines (MRB)
  • 94. Inflammation pulmonaire & MRB 4Assié S. Les bronchopneumonies infectieuses sont des maladies inflammatoires. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2019;44(11):9-11 Les MRB sont de nature infectieuses et s’accompagnent de phénomènes inflammatoires4 • La phase vasculaire permet d’orienter les éléments du système immunitaire vers le site de l’infection • Les polynunéclaires neutrophiles (PNN) circulants dans le sang sont attirés par chimiotactisme et se déplacent vers le site de l’infection ✓ Ils ont un rôle primordial dans l’inflammation aigüe du poumon ✓ Les PNN commencent à phagocyter les agents pathogènes dans le parenchyme pulmonaire ✓ Ils libèrent des médiateurs chimiques qui augmentent l’inflammation en attirant d’autres cellules du systèmes immunitaire • Dans les circonstances favorables, l’inflammation aiguë maitrise la lésion et prépare la cicatrisation • Lorsque que le facteur d’agression persiste, la guérison n’a pas lieu et il s’installe une inflammation chronique
  • 95. Inflammation pulmonaire & MRB Les macrophages et les polynucléaires neutrophiles situés au niveau des avéoles pulmonaires ont un rôle fondamental lors d’infection pulmonaire 5Ackermann M. R. et al. Innate immunology of bovine respiratory disease. Vet Clin Food Anim, 2010;26:215-228 Les différents éléments impliqués dans la réponse inflammatoire pulmonaire5
  • 96. Inflammation pulmonaire & MRB La réaction inflammatoire doit normallement conduire à la résolution de l’inflammation et donc à la guérison
  • 97. Inflammation pulmonaire & MRB 6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2019;44(11):12-15 Le traitement des MRB est actuellement fondé sur6 • L’élimination de l’agent étiologique principal en utilisant des antibiotiques ciblant en première intention les pasteurelles • La modulation de la réaction inflammatoire La modulation de la réaction inflammatoire est l’approche la plus délicate • La réaction inflammatoire est bénéfique lorsque son intensité reste modérée et délétère pour l’animal si elle s’emballe La décision d’avoir recours ou non à un traitement anti- inflammatoire est basée sur l’évaluation de l’amplitude et la durée de la réponse inflammatoire
  • 98. Inflammation pulmonaire & MRB Sur les jeunes animaux, l’échographie pulmonaire est de plus en plus utilisée pour évaluer l’état de l’inflammation pulmonaire A l’échographie, la présence de « queues de comète » (cône hyper-échogène) caractérise la présence de liquide inflammatoire sur la plèvre
  • 99. Inflammation pulmonaire & MRB 7Nicholas R. Bovine mycoplasmosis : silent and deadly. Veterinary Record, 2011;168:459-462 Parmi les bactéries à l’origine d’infection pulmonaire chez les bovins (P. multocida, M. haemolytica, H. somni), M. bovis est fréquemment isolé notamment en engraissement Lésions pulmonaires multifocales de nécrose caséeuse causée par M. bovis7
  • 100. Inflammation pulmonaire & MRB En animation…
  • 102. Douleur et MRB 19 Lors de lésion tissulaire les cellules endommagées, les cellules sanguines et les neurones périphériques libèrent au niveau du site lésé de nombreuses substances chimiques8 : • Ions (H+ et K+), prostaglandines, histamine, sérotonine, substance P Ce cocktail ou “soupe périphérique” induit une inflammation. Il contribue à sensibiliser et à activer des nocicepteurs localisés sur les extrémités des neurones Les prostaglandines jouent un rôle important dans la douleur 3 3http://www.profsvt71.fr/pages/premiere-s/theme-3a-feminin-masculin/la-reaction-inflammatoire.html, consulté le 19-09-21 8Ferran A. Comprendre les mécanismes physiopathologiques de la douleur chez les bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):13-18
  • 103. Douleur et MRB 20 La douleur est encore insuffisamment détectée et prise en charge chez les bovins9 Les bovins ont tendance à peu exprimer la douleur Mais, on peut regrouper en 3 catégories, les indicateurs de douleur • Posturaux et comportementaux • Physiologiques • Zootechniques 9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25 La modification de comportement est un signe de douleur
  • 104. Douleur et MRB 21 Parmi les indicateurs physiologiques de douleur on note • Fréquence cardiaque • Fréquence respiratoire • Température interne • Diamètre pupillaire • Sudation • Tremblements musculaires 9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25 La réticence à se déplacer est la seule modification comportementale évidente lors de douleur
  • 105. Douleur et MRB 22 Plusieurs grilles ont été développées pour objectiver et pour quantifier la douleur9 • Elles permettent notamment de déterminer un seuil à partir duquel l’utilisation d’antalgique est nécessaire Ces grilles sont pertinentes • La note attribuée à partir de 6 indicateurs retenus a significativement baissé chez les animaux atteints d’une affection considérée comme douloureuse et traités avec l’antalgique • Alors qu’elle n’a pas significativement baissé pour les animaux sans atteinte douloureuse et ceux traités avec un placebo 9Relun A. et al. L’évaluation de la douleur chez les bovins : les signes de douleur. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):19-25
  • 106. Douleur et MRB 23 10Le Neindre P. et al. Douleurs animales : les identifier, les comprendre, les limiter chez les animaux d’élevage. Expertise scientifique collective, synthèse du rapport, 2009 INRA (France), 98 pages 10
  • 107. Douleur et MRB 24 La douleur chez les animaux d’élevage est une problématique de plus en plus importante dans notre société11 • Sa prise en charge médicale lors d’affections douloureuses est désormais incontournable La gestion économique est également à considérer • La gestion de la douleur a un coût qui devrait, autant que possible, être amorti par des effets bénéfiques sur la production (croissance, production laitière, etc…) L’utilisation d’anti-inflammatoires lors de pneumonies, affections connues pour leur composante douloureuse en médecine humaine, est assez classique chez les bovins (mais plus dans le but de limiter les conséquences délétères de l’inflammation sur le poumon) 11Belbis G. et al. Prise en charge médicale de la douleur chez les bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2018;10(41):27-32 Prise en charge de la douleur des bovins est une nécessité : • Sociétale (bien-être animal) • Economique (productivité) • Ethique (production éthique des denrées alimentaires)
  • 108. Quelle utilisation des anti- inflammatoires ?
  • 110. Moduler l’inflammation 27 La rôle des anti-inflammatoires dans la prise en charge des troubles respiratoires est multiple • Réduction de l’inflammation • Réduction de l’hyperthermie associée (antipyrétique) • Réduction de la douleur (analgésie) ➢ Anti-inflammatoire à activité périphérique et/ou centrale A cause de leurs effets immunosuppresseurs, et dans une situation où une antibiothérapie ne peut être appliquée simultanément, le recours aux anti-inflammatoires stéroidiens (AIS) dans le cadre des MRB est contre-indiqué6 • Un effet positif constant du traitement aux anti-inflammatoires non stéroidiens (AINS) semble être une diminution plus rapide de la température rectale au début de la période de suivi ➢ Des effets positifs significatifs des AINS sur la température rectale ont été observés dans toutes les études pendant les 24 premières heures et dans 8 études pendant les 48 heures suivant le traitement 6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2019;44(11):12-15
  • 111. Moduler l’inflammation 28 Il existe plusieurs familles d’AINS utilisables pour moduler l’inflammation chez les bovins Acide carboxylique Oxicams Salicylates Fénamates Propioniques Acide aninonicotinique
  • 112. Moduler l’inflammation 29 Mode d’action des AINS • Les AINS inhibent la synthèse des prostagladines, et donc leur action dans la “cascade inflammatoire” • Ils agissent par blocage de la “voie des Cox” • Ils inhibent l’action des enzymes qui permettent la synthèse de prostaglandines à partir de l’acide arachidonique • Certains AINS peuvent aussi inhiber l’action de la lipo-oxygénase • Certains AINS ont la capacité d’agir également sur la “voie du NFkB”
  • 113. Moduler l’inflammation 30 Notion de COX-1/COX-2 • La voie des COX-1 conduit à la production de prostaglandines cytoprotectrices • La voie des COX-2 conduit à la production de prostaglandines pro-inflamatoires Les AINS COX-2 privilégient l’inhibition de la synthèse des prostaglandines pro-inflammatoires • Ils sont donc mieux tolérés (moins d’effets secondaires) Activation phospholipase A2 COX-1 COX-2 Prostaglandines cytoprotectrices Prostaglandines pro-inflammatoires Effet protecteur sur les reins, l’intestin, action sur la coagulation plaquettaire Effets pro- inflammatoires et douloureux
  • 114. Moduler l’inflammation 31 Comparaison du mode d’action des différents AINS • Au sein d’une même famille, 2 AINS peuvent avoir un mode d’action différent Famille Propioniques Acide aminonicotinique Fénamates Oxicams Propioniques Molécule A B C D E Mode action Préférentiel COX-2 NFkB (précoce) Préférentiel COX-1 NFkB dans une moindre mesure Préférentiel COX-2 Préférentiel COX-2 Préférentiel COX-1 Analgésie Périphérique et centrale (lipophile +++) Périphérique Périphérique Périphérique Périphérique et centrale (lipophile ++)
  • 115. Moduler l’inflammation pulmonaire En résumé … Une baisse précoce de l’hyperthermie et les effets des AINS sur la douleur sont deux éléments clés dans l’amélioration du bien-être de l’animal malade6 6Assié S. Anti-inflammatoires et bronchopneumonies infectieuses des veaux et des jeunes bovins. Nouveau Prat. Vét. Elevages et Santé, 2012;44(11):12-15
  • 117. Maladies respiratoires et bien-être animal Définitions du bien-être animal12 • Un état mental et physique positif • Fondé sur les « 5 libertés » ✓ Faim ✓ Inconfort ✓ Douleur ✓ Comportement ✓ Peur 12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018;31(2):145–162
  • 118. Maladies respiratoires et bien-être animal Critères d’évaluation12 12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018; 31(2) :145–162
  • 119. Maladies respiratoires et bien-être animal Critères d’évaluation12 12Mormede P. et al. Bien-être animal : contexte, définition, évaluation. INRAE Productions Animales, 2018; 31(2) :145–162
  • 120. Maladies respiratoires et bien-être animal Intérêt des indicateurs de BEA lors de troubles respiratoires13 • L’approche bien-être permet une sensibilisation des techniciens et des éleveurs à une meilleure détection des signes de souffrance de l’animal • Et en particulier lors de MRB pour une prise en charge plus rapide pour de meilleures chances de guérison • L’évaluation du comportement en complément des autres méthodes de détection permet un programme robuste de détection des MRB en élevage 13Cramer C. et Ollivett T. L. Behavior assessment and applications for BRD diagnosis : preweaned dairy calves. Animal Health Research Review, 2021;21:188-191
  • 121. Maladies respiratoires et bien-être animal Comportements exprimés par les veaux atteints de troubles respiratoires14 14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191 Catégorie Description du comportement Alimentation • Moins de déplacements à l’auge quand l’alimentation est disponible • Réduction de la vitesse de buvée • Réduction du volume de la buvée • Moins de déplacements à l’auge quand l’aliment n’est pas disponible • Evitement de la compétition • Diminution du temps de rumination Exploratoire • Moins enclin à approcher de nouveaux objets • Moins de temps passé à proximité d’un nouvel objet • Moins enclin à approcher un homme qui ne bouge pas
  • 122. Maladies respiratoires et bien-être animal Comportement exprimés par les veaux atteints de troubles respiratoires14 14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191 Catégorie Description du comportement Activité • Réduction du nombre de déplacements, moins actif • Augmentation du temps passé couché • Moins de temps passé à l’auge Social • Augmentation du temps sans activité • Moins d’incidents de jeu (coups de tête) • Réduction du temps de léchage individuel et collectif • Isolement par rapport au groupe
  • 123. Maladies respiratoires et bien-être animal Complémentarité entre évaluation du bien-être et diagnostic14 14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191 Qualité de vie liée à la santé lors de maladie respiratoire Signes cliniques Comportement Expression de bien-être émotionnel « A quoi ressemble le veau » Comment le veau réagit Comment le veau se comporte dans ses activités normales
  • 124. Maladies respiratoires et bien-être animal 14Bull E. M. et al. Construction of a conceptual framework for assessment of health-related quality of life in calves with respiratory disease. Animal, 2021;15(4):100191 Evaluation du bien-être (Techniciens/Eleveurs) Diagnostic de la maladie (Vétérinaire) Impact de la maladie sur le bien-être animal Mise en place d’un traitement Complémentarité entre évaluation du bien-être et diagnostic14 • Les modifications de comportement sont plus précoces que les signes cliniques Score de comportement Score clinique Jours avant traitement
  • 125. Maladies respiratoires et bien-être animal Bien-être animal une attente sociétale relayée par les filières15 • Exemple des filières lait et allaitantes • Le BEA fait appel à des dimensions scientifiques, éthiques et émotionnelles • Démarches interprofessionnelles pour objectiver et garantir le bien-être animal = réassurance des consommateurs et des citoyens (Interbev & CNIEL) ➢ Base commune d’indicateurs du bien-être 15Lebrun A. et al. Démarche interprofessionnelle pour un outil de suivi et d’amélioration du bien-être animal pour les éleveurs de bovins allaitants et bovins laitiers. Renc. Rech. Ruminants, 2018;24:223-227
  • 126. Maladies respiratoires et bien-être animal 100% : c’est le taux d’exploitations16 de bovins allaitants qui auront réalisé un diagnostic BoviWell en 2025 373 c’est le nombre de formateurs d’éleveurs aux techniques d’écornage, d’ébourgeonnage, de manipulation et de contention en 2019 -47% entre 2013 et 2018 : c’est le taux de réduction de l’utilisation d’antibiotiques 16https://www.interbev.fr/enjeux-societaux/bien-etre-protection-sante-animaux/garantir-renforcer-bien-etre-animal-elevage/, consulté le 19-09-21
  • 127. Pour en savoir plus… De nombreux épisodes et webinars sur les maladies respiratoires des bovins … Et plein d’autres à venir…
  • 128. All trademarks are the property of Zoetis Services LLC or a related company or a licensor unless otherwise noted. ©2020 Zoetis Services LLC. All rights reserved. MM-16888
  • 129. Comprendre le marché des JB et du veau du boucherie : à l’aune de la hausse des coûts de production ilona Blanquet – Ingénieur Agro ParisTech - Institut de l’Elevage Journées filière engraissement – ZOETIS - 28 septembre 2022
  • 130. PLAN DE L’EXPOSÉ • La décapitalisation bovine en France • Fondamentaux du marché des JB : débouchés du JB en France et en Europe • Une pénurie de JB en France et en UE : un soutien aux prix • Des coûts de production en forte hausse depuis l’été 2021 (céréales) • En France, la pénurie et les prix font frémir la production, après une période en retrait depuis mi-2021 • Rôle de la Loi Egalim II : la contractualisation obligatoire en bov. viande depuis 01/2022 • Fondamentaux du marché du veau de boucherie : bilan sur 10 ans • Des coûts de production en hausse ininterrompue depuis 12/2020 (mat. 1ères lactées) • Plans d’alimentation des veaux : vers un veau plus « hollandais » • Une production de veaux gras volontairement limitée • D’autres pistes pour les éleveurs en veaux de boucherie septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 2
  • 131. AVANT DE COMMENCER : QUELQUES RAPPELS / VIANDE BOVINE • La complexité de la filière viande bovine française tient dans la diversité des animaux qui finissent en viande de bœuf (ou de veau). • Ils sont issus de 2 cheptels qu’on a coutume de distinguer : • le cheptel laitier, • et le cheptel allaitant, • Au final, on distingue de nombreuses catégories commerciales septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 3 La viande bovine en France : une diversité de produits finis
  • 132. AVANT DE COMMENCER : QUELQUES RAPPELS / VIANDE BOVINE • Jeune bovin (ou JB) : bovin mâle non castré de 8 à 23 mois (JB viande 12- 18m; JB lait 18-23m) • Taureau : mâle, non castré, de 24 mois ou + • Bœuf : bovin mâle castré (souvent 36m, parfois -) • Génisse : femelle n’ayant jamais vêlé (24-36m) • Vache : bovin femelle ayant déjà vêlé septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 4 La viande bovine en France : une diversité de produits finis • Auquel s’ajoute le Veau : <8 mois à l’abattage, non représenté sur le graphe ci- contre (0,18 million de téc) • Total viande bovine FR : 1,43 million de téc (dont 13% de veau) *téc : tonnes équivalent carcasse
  • 133. LA DECAPITALISATION BOVINE EN FRANCE • -388 000 vaches allaitantes soit - 9,5% en 5 ans • Faiblesse chronique des revenus en bovin viande • Sécheresses 2018-2020 • Nombreux départs en retraite, pas tjrs remplacés • -263 000 vaches laitières, soit - 7% en 5 ans • Crise de surproduction laitière suite à la fin des quotas en 2014, • Rémunération peu stimulante au regard des astreintes • Non remplacement d’une partie des départs en retraite (astreintes…) septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 5 Cheptel bovin français : en déclin de -650 000 vaches en 5 ans
  • 134. LA DECAPITALISATION BOVINE EN FRANCE … alors que le cheptel est en baisse. → la décapitalisation s’accélère. Les abattages de mâles diminuent, car : - le nombre de naissances diminue (décapitalisation) - et les exports de broutards (maigre) augmentent. septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 6 Les abattages de femelles augmentent…
  • 135. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU JB - Les débouchés du JB en FR et en Europe - Une pénurie de JB en France et en UE soutient les prix - Des coûts de production en forte hausse depuis l’été 2021 - En France, la pénurie et les prix relancent l’engraissement, - Rôle d’Egalim II : contractualisation obligatoire depuis 01/01/2020 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 7
  • 136. LES DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS ➢La production de JB viande est majoritairement orientée vers l’export (54% des tonnages en 2021) ➢La production de JB lait est destinée au marché français (74% des tonnages). septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 8 JB viandes et JB laits : volumes et débouchés bien différents
  • 137. LES DÉBOUCHÉS DU JB SUR LE MARCHÉ FRANÇAIS • Enquêtes 2021 : • La demande en haché augmente, en RHD et en GMS • Consommation « historique » de viande de JB en GMS dans certaines régions (Est de la France) • La boucherie hallal reste le débouché phare du JB en France septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 9 50% d’export… mais 50% de débouché français Année 2017 Source : GEB-Institut de l’Élevage d’après enquêtes
  • 138. DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS EN EUROPE septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 10 Italie et Grèce : forte concurrence entre fournisseurs et baisse tendancielle de la consommation Viande POL à -1€/kg carcasse / FR ESP vend de petites carcasses bien conformées, coût de prod < FR ITA : vend ses avants ; moins demandés chez lui; NL : réexport Viande POL à -1€/kg carcasse /FR ESP vend des carcasses bien conformées, coût de prod < FR Regain d’intérêt pour la viande italienne en GMS Attrait de la RHD ITA pour viandes exotiques (extra-UE) Réduction de la conso et des imports italiens Réduction des imports grecs depuis 2018
  • 139. DÉBOUCHÉS DU JB FRANÇAIS EN EUROPE septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 11 Hausse des importations allemandes jusqu’en 2019 Allemagne : seul marché en croissance de conso et d’import jusqu’en 2019. Dynamisme de l’engraissement de veau en NL -> envoi en D Viande FR a progressé entre 2014 et 2018
  • 140. UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE • JB viande : -10% entre 2011 et 2021 (-73 000 têtes) • L’engraissement recule, l’export de broutards maigres augmente car • agrandissement des troupeaux naisseurs, nécessitant moins de main d’œuvre, • faible rentabilité de l’engraissement, • fin de la défiscalisation DFI sur les variations de stocks de JB • etc septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 12 Baisse structurelle des abattages de JB viande en France
  • 141. UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE • Spécialisation des élevages laitiers : • Fin des quotas laitiers -> saturation des bâtiments pour loger vaches laitières • la PAC 2014 a défavorisé les engraisseurs de JB • La fin des défiscalisations sur variation de cheptel (DFI) pénalise les volumes depuis fin 2019 • Abattages de JB lait en têtes : -33 % entre 2011 et 2021 (- 76 000 têtes) • Abattages de bœufs laitiers en têtes : -44 % entre 2011 et 2021 (- 67 000 têtes) septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 13 Un repli marqué des abattages de JB lait et bœufs laitiers
  • 142. UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE • En France…. septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 14 Chute récente des abattages depuis mi-2021 -> hausse inédite des cours Semaine 35 en FR
  • 143. UNE PÉNURIE DE JB EN FRANCE ET EN EUROPE • Baisse globale du nombre de mâles, liée à la baisse du cheptel reproducteur en UE -> hausse des prix des JB finis partout en Europe : +20 à +35% /2021 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 16 … mais aussi partout en Europe Evol/2021 Sem.34 FR: +36% DE: +21% ES : +30% PL : +35% IE : +22%
  • 144. DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS ÉTÉ 2021 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 17 Coûts de production en hausse également depuis l’été 2021. Données INSEE prix achats de matières premières (IPAMPAs) par les éleveurs bov viande : +21% /2021
  • 145. FRANCE : FREMISSEMENT DE LA PRODUCTION Effectifs de mâles en France, après une période de net retrait des abattages de JB depuis l’automne 2021 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 18 En France, la pénurie et les prix font frémir la production
  • 146. RÔLE DE LA LOI EGALIM II • Loi Egalim II : au 1er janvier 2022, la contractualisation incluant au moins un indicateur de coût de production des bovins viande (ex.: JB) est devenue obligatoire, entre l’éleveur et son 1er acheteur (coop, commerçant en bestiaux). • Une mise en œuvre difficile car : • Pas de possibilité de contractualiser avec client final dans 54% des cas (clients étrangers non concernés par la loi française) • Difficulté de contractualiser + vers l’aval, même en France (GMS, RHD atomisée, etc) • Une difficulté côté éleveur et abatteurs de s’engager sur la durée, avec un prix (tunnel de prix proposé) • Mais, la rareté du produit conduit les abatteurs à se mobiliser pour relancer la production. septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 19 Prix en hausse et Loi Egalim II : frémissement de la production de JB
  • 147. RÔLE DE LA LOI EGALIM II septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 20 Prix et Loi Egalim II : frémissement de la production de JB
  • 148. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU JB • Erosion de la production de JB viande en France ; forte chute en JB lait • 2021-22 : pénurie de JB, et de viande bovine, presque partout en Europe -> hausse des cours • Une hausse des cours plus que bienvenue dans un contexte de forte hausse des coûts de production depuis mi-2021 • Encore plus bienvenue afin de redonner de l’attrait à une profession dont le revenu a longtemps été perçu inférieur à l’investissement en temps, bâtiments et capital nécessaires. • En France, la pénurie (et la loi Egalim II) pousse les abatteurs à tenter de relancer la production de JB septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 21 En conclusion sur les JB
  • 149. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE - Les fondamentaux : érosion de la production sur 10 ans - Des coûts de production en hausse ininterrompue depuis 12/2020 - Plans d’alimentation des veaux : vers un veau plus « hollandais » - Une production de veaux gras volontairement limitée - La production de viande de veau néerlandaise menacée ? - D’autres pistes pour les éleveurs en veaux de boucherie septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 22
  • 150. RAPPELS SUR LE VEAU • Veau : bovin de moins de 8 mois, de type lait ou croisé lait-viande (83%) ou de type viande (17%, dont la moitié en veaux sous la mère). • Production en cycle court, organisée (= intégrée) • La couleur de la viande est notée. La note « 2 » est majoritaire (rosé clair). Pénalité possible au-delà. septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 23 Le veau : une production à part dans le secteur bovin • Partage des tâches dans l’intégration : L’intégrateur prend en charge : • L’achat du petit veau, • L’alimentation et parfois les frais vétérinaires, • La commercialisation du veau fini, L’éleveur prend en charge : • Le bâtiment et le matériel, • L’énergie et l’eau, • La main d’œuvre.
  • 151. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE En 2021 : 1 200 000 veaux abattus en FR 178 000 téc de viande produite En 10 ans : • -17% en têtes (-250 000 têtes) • Mais seulement -9% en téc septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 24 En 10 ans, une lente érosion des abattages de veaux en France : -9% en téc* *téc : tonnes équivalent carcasse
  • 152. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU DE BOUCHERIE • Entre 2011 et 2021 : le veau abattu est + vieux de 17,5 jours (soit +2,5 sem.) Âge = 6 mois et 1 semaine • Le poids carcasse a augmenté de + 13 kg (+9,6%), à 148 kg en moy. septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 25 -> au fil des ans, un veau abattu de + en + âgé et lourd
  • 153. DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS 12/2020 • Prix moyen poudre de lait maigre en 35 semaines 2022 : 3 860 € contre 2 480 € sur même période en N-1 (+55% en moy.) • Prix moyen poudre de lactosérum en 35 semaines 2022 : 1 250 € contre 940 € sur même période en N-1 (+33% en moy.) septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 26 Une hausse ininterrompue des coûts de production des intégrateurs depuis 12/2020
  • 154. DES COUTS DE PRODUCTION EN FORTE HAUSSE DEPUIS 12/2020 Juillet 2022 : IPAMPA* autres aliments pour veaux (fibres): 147 points +30% /2021 et +44% /2020 +17% /Janv. 2022 IPAMPA Gaz :140,7 points +18% /2021 et +23% /2020 +4% /Janv. 2022 … avant la hausse de +37% du gaz entre juillet et août (Banque Mondiale) IPAMPA * = indices de prix d’achat des matières premières agricoles septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 27 Une hausse ininterrompue des coûts de production des intégrateurs… et éleveurs !
  • 155. NOUVEAUX PLANS D’ALIMENTATION DE CERTAINS VEAUX • Depuis avril 2022 deux évolutions contre-intuitives : • Recul du poids à l’abattage (-1,0 kg /2021 en moyenne) • Augmentation de l’âge à l’abattage, • Quelle explications ? : • Conséquence du passage par certains intégrateurs d’un engraissement de 23 semaines à 27 semaines, avec moins d’aliment lacté et plus de fibres ? +1,5 jrs à +2,3 jrs d’engraissement • Ou effet de la canicule estivale en 2022 ? septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 28 Plan d’alimentation des veaux : de + en + « hollandais » un effet chaleur ?
  • 156. LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE Prix moyen du veau mâle laitier 45-50 kg(FAM=marchés) 81€ /tête (79 € en 2019 sur 37 semaines) Naissances de veaux dispos pour engraissement quasi- stables alors qu’engraisse- ment (veau,JB,bœuf) baisse: 1,976 million veaux nés 2021-22 mâles lait + mâles-femelles croisés lait-viande -0,4% /2020-21 (-7 000 veaux) septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 29 Le petit veau laitier : peu rémunéré et des effectifs en faible baisse
  • 157. LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE • Abattages en 8 mois, 2022 • -6% en têtes (-50 000 têtes) • -6% en téc (- 7 000 téc) • Une volonté de limiter la prod’ • une baisse des abattages de veaux sous la mère (aliment trop cher?) • une baisse de la consommation de veau en supermarché (demande molle des GMS ?) septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 30 Des mises en place limitées pour contrer la hausse des coûts
  • 158. LA PRODUCTION DE VEAUX GRAS VOLONTAIREMENT LIMITÉE septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 31 Moyenne sur 37 sem. 2022 6,54 €/kg de carcasse en moyenne en 2022 +18% /2021 (+1 €) et +28% /2020 (+1,4 €) +28 cts en 4 semaines Les abattages contenus permettent de maintenir un prix du veau gras élevé
  • 159. LA PRODUCTION NÉERLANDAISE DE VEAUX MENACÉE ? • Via améliorations techniques : • Réduire les émissions/animal, légumineuses, durabilité des bâtiments d’élevage (filtration d’air/ NH3) • Via réduction du cheptel : • Extensification de l’élevage près des zones Natura 2000 • Programme de rachats volontaires de fermes • Programmes de rachats amiables sur certaines zones -> fin de certains élevages (2020 : porc) • Voire, expropriations • 25 milliards d’€ prévus pour réduire l’élevage (toutes espèces confondues) • Plans concrets régionaux début 2023 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 32 Condamnation des Pays-Bas en 2019 par la Haute cour administrative NL : 11/21 : plan d’amélioration du bilan environnemental du pays et de l’élevage -> -30% d’élevage (toutes espèces) en 2035
  • 160. • 10/06/22 : plan national de réduction des émissions d’oxydes d’azote et ammoniac (GES) présenté par le gouvernement NL • Agriculture : -30% d’élevage • autres secteurs écos concernés : - construction (difficile d’obtenir licences azote pour construire) - transports (limite à 100km/h depuis 2020) • 24 milliards d’€ de dépenses prévues, dont une part pour les agris • 09/22 : Fin de la dérogation à la directive Nitrates en 2026 (dans 3 ans). Fin progressive de la dérogation, démarrage par les zones les plus vulnérables. => une chance pour l’élevage de veaux français ? septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 33 LA PRODUCTION NÉERLANDAISE DE VEAUX MENACÉE ?
  • 161. D’AUTRES PISTES POUR LES ÉLEVEURS DE VEAUX • Un métier d’avenir / baisse de l’engraissement aux Pays-Bas ? • Diversification de l’activité des éleveurs de veaux en alternant veaux de boucherie/ sevrage de veaux laitiers (->JB) ? • Maintien en activité des bâtiments veaux de ceux qui partent à la retraite ou veulent arrêter ? septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 34 Perspectives pour les éleveurs de veaux en France
  • 162. FONDAMENTAUX DU MARCHÉ DU VEAU • Une production organisée • Une hausse des coûts de production des intégrateurs… et des éleveurs • Une limitation volontaire de la production en FR et NL depuis les années difficiles 2019-2021 • Des prix plutôt stables, et élevés, en 2022, pour couvrir les coûts de production • L’élevage d’animaux se réduira aux NL d’ici à 2035 septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 35 En conclusion sur le veau :
  • 163. NOS PUBLICATIONS IDELE SUR WWW.IDELE.FR septembre 2022 Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS 36 Consultez gratuitement et librement : www.tendances-lait-viande.fr Nouvel article chaque mois (vers le 15 du mois) Consultez gratuitement nos Dossiers Economie de l’Elevage. Exemple : https://idele.fr/detail-article/dossier-annuel-bovins-viande-annee-2021-perspectives-2022
  • 164. • Pour plus d’informations / veau: • Pour plus d’informations / JB: • ilona.blanquet@idele.fr • caroline.monniot@idele.fr • baptiste.buczinski@idele.fr septembre 2022 37 Merci de votre attention ! Comprendre le marché du JB et du Veau de Boucherie - ZOETIS
  • 165. IMPACT DES NOUVELLES RÉGLEMENTATIONS SUR LE MÉDICAMENT VÉTÉRINAIRE DANS LA FILIÈRE VEAUX ET ENGRAISSEMENT 29 septembre 202. Zoetis. Séminaire Zooparc de Beauval Eric Vandaële. Auzalide Santé Animale
  • 166. Calendrier des impacts du règlement 2019/6 « médicament vétérinaire » et… • Fin de l’harmonisation des étiquetages (2027) • Etiquetage multilingues généralisé • Harmonisation des tarifs ? Achats dans l’UE ? • Retrait des substances PBT. A long terme 2027 • Rég. Europ. sur le format de l’ordonnance. • Liste d’antibiotiques interdits • Décrets d’applications • Ventes en ligne • Déconditionnement au détail • Pub vaccins aux éleveurs • Entreprises de fabrication extemporanée • Suivi usages antimicrobiens (2023, calypso). • Télémédecine, décret prescription-délivrance A moyen terme 2022, 2023 avant… 2027 • Ordonnance, substances actives et mises en garde • Nouvelle cascade, nouveaux temps d’attente • Arrêt de l’antibioprévention collective per os et AM (décoquinate) • Antibiotiques > Antimicrobiens (liste positive, suivi ventes). Pas d’impact sur les remises interdites antibiotiques. UE 28 janvier 2022 FR 24 mars 2022
  • 167. Le plan. Distribution. Quels médicaments sont vendus en France Ordonnances (et nouveaux TA cascade) Antimicrobiens Prévention et métaphylaxie Suivi des usages d'antimicrobiens Refonte du SSP (suivi sanitaire permanent) Reg. 2019/4 Aliment médicamenteux. Contaminations croisées
  • 168. QUELS MÉDICAMENTS SONT AUTORISÉS À LA VENTE EN FRANCE
  • 169. Quels médicaments sur le marché français ? Cas général • AMM valable en France (AMM nationale ou centralisée). • Etiquetage en Français. • Ou N° enregistrement, n° commerce parallèle, n° ATU. Cas particulier • Pas d’autorisation valable en France • Autorisation d’importation (cascade, essais clinique). 26/11/2021 Congrès AFVAC 2021 5 Autorisation valable en France + étiquetage français N° AMM EU ou FR N° commerce parallèle N° enregistrement / N° ATU Médicaments Vétos sans AMM valable en France Autorisation importation Autorisation en « cascade » …
  • 170. Peut- on acheter moins cher dans l’UE ? Pour un grossiste • Oui pour des médicaments avec AMM « multi-lingues » étiquetés en français. • Oui si commerce parallèle avec N° commerce parallèle et ré-étiquetage en français. • Pb disponibilité. Pour un ayant droit (véto) • Non dans le cas général. • Oui pour des médicaments avec AMM « multi-lingues » étiquetés en français et achetés à un grossiste. • Cela suppose que, remises arrières déduites, ces médicaments soient bien moins chers qu’en France (antibiotiques). Pour un éleveur • Non (sauf cas particulier des ventes en ligne de médicaments sans ordonnance). • Ajout de la facture dans le registre d’élevage en sus de l’ordonnance. • Oui si c’est pour voyager avec un chien sous traitement . Nouvelle sanction. Registre absent ou pas tenu à jour : arrêt de l’activité
  • 171. Un changement d’étiquetage d’ici à 2027…
  • 172. EXTENSION DU REGISTRE AUX ACHATS LA « NOUVELLE » ORDONNANCE NOUVEAUX TEMPS D’ATTENTE CASCADE
  • 173. Extension des registres des ventes (sorties) et des achats (entrées). Registre des achats (entrées) Registre des délivrances (sorties) Date d’entrée en stocks Date de sortie (délivrance) Médicament (forme, dosage…). Présentation commerciale, n° AMM Numéro de lot Quantité reçue Quantité délivrée Coordonnées fournisseur Coordonnées destinataire (détenteur) + Mention « remis pas » en cas de colisage Vétérinaire prescripteur Copie de l’ordonnance Inventaire annuel. Vérification du stock. Enregistrement des écarts Nouveautés 1.La conformité à l’art. 103 du règ. 2019/6 (en sus de l’art. R. 5141-112) • Registre des achats • Inventaire annuel • Inclure la copie de l’ordonnance 2.La compatibilité avec Calypso (le suivi des antimicrobiens)
  • 174. L’ordonnance ne répond pas à une commande d’un client, mais à un besoin médical… Examen clinique ou BSE/SSP • + commémoratifs • + examens indispensables (Art. R. 242-43) • NB : Télémédecine, téléconsultation à distance. Diagnostic • Obligatoire dans tous les cas (art. R. 5141-111) • Diagnostic d’une maladie ou d’un risque sanitaire (art. R. 242-44) Prescription ± HEC • Ordonnance avec des mentions obligatoires Délivrance au détail • Mentions obligatoires • Enregistrement
  • 175. L’ordonnance pour la prescription (Art. 105 et R. 5141-111). Art. R. 5141-111 et 112 (CSP) 1. L’identité du vétérinaire, son numéro d’inscription à l’ordre et sa signature (± électronique) 2. Date de prescription (et dernière visite si BSE) 3. Identification du propriétaire ou du détenteur des animaux 4. Identification de l’animal ou des animaux à traiter (par tout moyen d'identification). 5. Nom du médicament 6. Dose et durée du traitement 7. Voie d’administration (point d’injection) 8. Temps d’attente, même s’il est égal à zéro. Mentions liées à la délivrance • Tampon de l’ayant droit • N° d’inscription au registre • Date de délivrance (même identique à la date d’ordonnance) • Quantité délivrée (le n° lot n’est pas obligatoire sur l’ordonnance mais dans le registre). • Si colisage : « remis par… » L’administration par le vétérinaire lui-même est une prescription (mais pas une délivrance). Art. 105 (Règlement 2019/6) 1. Vétérinaire, 2. Date de remise de l’ordonnance 3. Identification du propriétaire ou du détenteur des animaux 4. Identification des animaux à traiter 5. Nom du médicament + substance active; Forme pharmaceutique et dosage 6. Quantités prescrites (nombre d’emballages) 7. Schéma posologique 8. Temps d’attente, même s’il est égal à zéro. 9. Toutes les mises en garde, y compris sur les risques en cas d’utilisation imprudente des antimicrobiens, 10. Des mentions si… 1. Cascade, 2. Métaphylaxie ou antibioprévention (antimicrobien). Antimicrobien : validité de limitée à 5 jours. Quantités délivrées = les quantités prescrites Renouvellement interdit…
  • 176. Qu’entend-on par précaution d’emploi ? Position des autorités française Rappel Article 105. • Toutes les mises en garde, y compris sur les risques en cas d’utilisation imprudente des antimicrobiens. • Un règlement d’exécution est prévue sur le format de l’ordonnance Ce qui n’est pas accepté ni attendu par les autorités • Le renvoi à la notice ou au au RCP • Ce qui n’est pas souhaitable • Le « copier-coller » du RCP. Car ce n’est pas personnalisé. • Comme pour les doses d’emploi ou les TA où il n’est pas bien accepté le « copier- coller » avec d’autres espèces cibles. • L’ordonnance n’est pas standard mais au cas par cas. Recommandations personnelles • Prévoir une liste de mises en garde courantes (type menu déroulant ou systématiques) • Antimicrobiens : bien respecter les doses, ne pas prolonger le traitement sans un avis vétérinaire. • Pour-on. Porter des gants lors de l’emploi. • Poudres orales. Vérifier la dissolution dans l’eau de boisson ou la pompe doseuse. • Et ajouter « autres mises en garde : lire la notice.
  • 177. La cascade « terrestre » un lac ? 1 • AMM véto dans l’UE, « dans ou hors RCP » • Productions animales, puis animaux de compagnie (si LMR) • Hors cascade : autovaccins (art. 106 (§2) 2 • Médicament avec AMM à usage humain 3 • Sans AMM : préparation extemporanée • France : sous-traitance pharmacie ou ENV • France : fabricants de médicaments extemporanés 4 • Importation de pays tiers (si label dans l’indication recherchée et sauf vaccins) Les EM prennent toutes les dispositions pour mettre en œuvre la cascade (notamment la facilité d’importation dans l’UE). Le médicament devrait être utilisé en conformité le RCP (art. 106, §1). Par dérogation (art. 112 à 115), en l’absence de médicament autorisé dans l’État membre et dans l’indication de l’espèce visée, le vétérinaire peut, sous sa responsabilité, pour éviter des souffrances inacceptables, traiter (≠ prescrire)… 03/10/2022 13 Le non-respect de l’ordre de la cascade n’est pas pénalement sanctionné. Le risque n’est pas pénal.
  • 178. Le temps d’attente cascade (minimal) : 1,5 fois le temps le plus long dans la denrée Temps d’attente dans l’espèce et la denrée • Celui du RCP au minimum (art 115). • Bio (janvier 2022). Les temps d’attente viandes (de retrait du lait ou des œufs) sont doublés et au minimum de 48 heures. Temps d’attente dans la même denrée d’une autre espèce • 1,5 fois au minimum le temps d’attente le plus long dans la denrée (viandes, lait, œufs) • Viandes et lait 1 jour si le temps d’attente est de zéro jour. • Lecture France : aussi pour les surdosages Aucun temps d’attente dans la denrée • Lait : 7 jours (au minimum) • Œufs : 10 jours • Viande : 28 jours • Poissons 500 degrés- jours (cascade aquatique) • Miel : cf. véto. 03/10/2022 14 Nouvelles sanctions (23 mars 2022) • Si les temps d’attentes prescrits ou appliqués ne sont pas conformes (AMM ou cascade) • Amende de 150 000 € ± 2 ans de prison • ± Animaux ou denrées consignés et détruites.
  • 179. Pour l’éleveur, le registre d’élevage inclut les achats (factures) et les ordonnances Tous les médicaments y sont inscrits (même ceux sans ordonnance) Preuve de l’acquisition à un ayant droit (≠ ordonnance) Ordonnance (si elle est obligatoire)
  • 181. Article 4. Définitions de la prévention (§16) et de la métaphylaxie (§15) • Prophylaxie : Administration d’un médicament à un animal ou un groupe d’animaux avant l’apparition de signes cliniques de maladie pour empêcher que la maladie (ou l’infection) se déclare. • Traitement collectif ou individuel. • Métaphylaxie : Administration d’un médicament à un groupe d’animaux après qu’un diagnostic d’une maladie clinique a été établi pour une partie du groupe, dans le but • « de traiter les animaux cliniquement malades et • d’enrayer la propagation de la maladie aux animaux en contact étroit avec les malades et exposés au risque de contamination, et qui peuvent déjà être infectés de manière subclinique. » • Traitement collectif après un diagnostic clinique (ou subclinique).
  • 182. Article 107. Utilisation des médicaments antimicrobiens Les interdictions… Les interdictions. Les antimicrobiens ne sont pas administrés ou utilisés… • Ni de manière systématique, • Ni pour compenser de mauvaises conditions d’hygiène, un manque de soins, une mauvaise gestion de l’exploitation. • Ni pour favoriser la croissance ou augmenter le rendement… Ni à des fins de prévention, si ce n’est aux quatre conditions suivantes cumulatives… • Dans des cas exceptionnels, • Pour l’administration sur un animal individuel (antibiotiques) ou un nombre restreint d’animaux (anticoccidiens) • Lorsque le risque d’infection ou de maladie infectieuse est très élevé • Et que les conséquences ont toutes les chances d’être graves. Métaphylaxie. Les antimicrobiens ne sont utilisés en métaphylaxie que… • si le risque de propagation d’une maladie dans le groupe d’animaux est élevé et • Lorsque aucune autre solution appropriée n’est disponible. • Les États membres peuvent fournir des recmmandations appropriées et soutiennent activement des lignes directrices sur des critères [seuils d’animaux malades].
  • 183. Antibioprévention 4 conditions cumulatives Exceptionnel (donc très rares) Un seul animal Risque élevé d’infection Conséquences graves L’antibioprévention est interdite si elle est Pas exceptionnelle Sur un lot d’animaux Sur une infection rare ou bénigne >> Tout devient métaphylaxie
  • 184. Lecture de l’Agence européenne de médicament • Antibioprévention interdite sur un lot d’animaux même en milieu infecté • Métaphylaxie nécessite un diagnostic d’animaux malades avec signe (sub)clinique. • Retrait des indications « AMM » en prévention (± en milieu infecté) pour les formes collectives et tous les antibiotiques sauf pour un seul animal : • L’antibioprophylaxie périopératoire injectable (mais pas postopératoire) • La prévention des nouvelles infections au tarissement (seringue intramammaire). Anim al… 1 . Exposé à un risque 2. Colonisé 3. I nfecté non m alade 4. I nfection subclinique 5. I nfection clinique Traitem ent Prévention (traitement individuel) Curatif ( ou m étaphylaxie collective) Statut clinique Anim al sain (sans signe clinique) Maladie subclinique Signes cliniques ou lésions Analyse m icro- biologique Négatif Positif (pas de tissu infecté) Positif ± tissu infecté. ± séro positive Positif avec des lésions ou des troubles subcliniques Positif avec des signes cliniques ou lésions tissulaires Autres tests de laboratoire* Négatifs Négatifs Négatifs ± Positifs ± Positifs
  • 185. Quid des anticoccidiens ? En prévention selon EMA Retrait des PSE car les PSE c’est systématique ! Les conditions sont réunies… Exceptionnel (donc très rares) • Sur des très courtes périodes Un nombre restreint d’animaux • Ciblés sur des jeunes animaux nouveau-nés Risque élevé d’infection • Risque élevé car difficile ou impossible d’éliminer les ookystes Conséquences graves • Jusqu’à 100 % de morbidité et 50 % de mortalité AMM Prévention conservée …selon la note de réflexion de l’EMA • La prévention par les anticoccidiens est « exceptionnelle » car elle vise un nombre restreint d’animaux ciblés sur leur jeune âge à une période de sensibilité élevée aux coccidioses (≠ coccidiostats). • Attendre les premiers cas cliniques pour traiter en métaphylaxie l’ensemble du lot est bien moins efficace que la prévention. • Les traitements curatifs des coccidioses sont d’une faible efficacité. • Interdiction du décoquinate en prévention dans les AM.
  • 186. Nouvelle catégorisation 2020 des antibiotiques en 4 niveaux, D (1er choix), C (2nde ligne), B (restreint), A… D : 1ère intention, pénicillines (amoxi), tétracyclines, sulfa-TMP, spectino, bacitracine. C : 2nde intention, amoxi-clav, C1G/C2G, aminosides, macrolides, linco, tiamuline, florfénicol B : à restreindre, quinolones, C3G/C4G, colistine. A : à éviter, Nouvel antibiotique, AB humains
  • 187. L’importante hiérarchie des usages inscrite dans le document. 1. L’usage individuel est toujours moins risqué Usage individuel et local (topiques) Usage individuel par voie injectable Usage individuel par voie orale 2. L’usage collectif et la voie orale sont toujours plus risqués Usage collectif en injectable Usage collectif dans l’eau ou le lait Usage collectif dans l’aliment
  • 188. 36 antimicrobiens interdits (sans LMR). Aucun impact. Antibiotiques Rég 2022/1255 du 19 juillet 2022 Usage vétérinaire interdit au 9 février 2023 Catégorisation EMA (2020) Révision 1 France 2016 (Arrêté antibiotiques critiques du 18 mars 2016) Pénicillines anti-pseudomonas : carboxypénicillines (tircacilline) et uréidopénicillines (pipéracilline) Interdit Cat. A. À éviter Interdits Amdinopénicillines, pénèmes, carbapénèmes, monobactames Interdit Cat. A. À éviter Interdits Céphalosporines récentes (ceftaroline, ceftobiprole, cefidirocol) et céphalosporines avec inhibiteur de bêtalactamase Interdit Cat. A. À éviter Interdits Aminoside particulier : plazomycine Interdit Cat. C. Précautions Glycylcyclines (tigécycline) Interdit Cat. A. À éviter Interdits Tétracyclines récentes : eravacycline, omadacycline Interdit Cat. D. Prudent Macrocyles : fidaxomicine Interdit Cat. A. À éviter Kétolides, tiléthromycine, soluthromycine Pas interdit Cat. A. À éviter Streptogramines, virginiamycine, pristinamycine… Pas interdit Cat. A. À éviter Sulfones, dapsone Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits Rifamycines (rifampicine, rifabutine…) sauf rifaximine Pas interdit Cat. A. À éviter Rifampicine et rifabutine interdits Lipopeptides : daptomycine Interdit Cat. A. À éviter Interdits Oxazolidinones : linezolide, tedizolide… Interdit Cat. A. À éviter Interdits Riminofénazines : clofazimine Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits Glycopeptides, avoparcine, vancomycine, teicoplanine, télavancine, dalbavancine… Interdit Cat. A. À éviter Interdits Ac phosphonique : fosfomycine Interdit Cat. A. À éviter Interdits Antituberculeux : capréomycine, isoniazide, éthionamide, pyrazinamide, éthambutol… Pas interdit Cat. A. À éviter Interdits pour la plupart Acide pseudomonique : mupirocine Pas interdit Cat. A. À éviter 18 antibiotiques • ou groupes d’antibiotiques (voir tableau) sans la colistine 18 antiviraux • amantadine, baloxavir marboxil, celgosivir, favipiravir, galidesivir, lactimidomycine, laninamivir, methisazone (ou metisazone), molnupiravir, nitazoxanide (également antiprotozoaire), oseltamivir, peramivir, ribavirin, rimantadine, tizoxanide, triazavirin, umifenovir et zanamivir. Interdiction d’usage et… • d’importer des animaux ou des produits animaux traités par ces antibiotiques.
  • 189. SUIVI DES USAGES DES ANTIMICROBIENS Remontée des informations de prescriptions à l’administration Plusieurs pays (Espagne, Italie, …) doivent remonter leurs prescriptions à l’administration. Comment cela se passe dans les différents pays limitrophes ? Quelles conséquences sur les volumes prescrits et le comportement des praticiens ?
  • 190. Rapport ESVAC 2020 Peu de pays déclarent officiellement les ventes aux éleveurs • A partir des prescriptions ou délivrances. • À partir des grossistes ou laboratoires Suivi des délivrances et usages à la ferme (hors Esvac) selon les filières ou les régions. Les radars génères toujours des coups de freins (10 à 30 %).
  • 191. En France, Calypso, nouvelle mission de l’Ordre de collecter les données d’usage. Règlement délégué. Catégorie d’antimicrobiens Suivi des ventes Suivi des usages Avant 2023 Avant 2026 Avant 2029 Antibiotiques oraux, injectables, intramammaires, intra-utérins, intravaginaux Obligatoire (déjà dans Esvac) Obligatoire Bovins veaux, Porcins, Poules- poulets, Dindes. Chevaux, Ovins, caprins. Poissons. Lapins (chair) Autre espèce con- sommée. Chiens, chats Visons. Autre espèce non con- sommée. Antibiotiques topiques cutanés, auriculaires, oculaires… (sauf chlorhexidine) Obligatoire Volontaire Autres antimicrobiens* : anticoccidiens, antiprotozoaires autres, antifongiques, antiviraux, antimycobactériens Volontaire Volontaire * Substances visées : halofuginone, toltrazuril, diclazuril, amprolium, métronidazole, imidazolés (itraconazole, clotrimazole, miconazole, kétoconazole), acide salicylique, terbinafine, griséofulvine…, rifamycine et rifampicine chez les poulains, antiviraux (médicaments humains). NB Le monensin et la chlorhexidine sont exclus.
  • 192. REFONTE DE LA PRESCRIPTION-DÉLIVRANCE HORS EXAMEN CLINIQUE (PHEC) ET DU SUIVI SANITAIRE PERMANENT (BSE/SSP)
  • 193. Principes généraux de la refonte SSP Deux objectifs principaux • Un seul et unique vétérinaire traitant par atelier pour la prescription-délivrance hors examen clinique • Encadrer la pharmacie d’élevage restreinte à l’urgence. Secondairement, • Raisonner par atelier (et non par élevage) • Supprimer les BSE annuels et les protocoles de soins (tous identiques) • Sortir le décret télémédecine (bloqué depuis novembre 2021). Un moyen : Remplacer les BSE par le CSSP • Un seul vétérinaire traitant par atelier dans le CSSP (+ communauté d’exercice) à tacite reconduction. • Véto traitant : télémédecine et prescription hors examen clinique possibles dans le CSSP. • Obligation d’assurer (ou de faire assurer) les visites de suivi, les soins réguliers et la PCS, les urgences de jour, de nuit ou week-end • Obligation de contrôler la pharmacie (d’urgence) de l’atelier (les entrées/sorties) et le registre d’élevage.
  • 194. RÈGLEMENT 2019/4 ALIMENTS MÉDICAMENTEUX Quels retours dans les différents pays européens ? Quelles conséquences sur les volumes prescrits ? Il y a-t-il du nouveau sur les préconisations de l’EFSA sur les transferts Inter lots prévus pour janvier 2022
  • 195. Contaminations croisées Contaminations croisées (article 7, annexe II) • < 28 janvier 2023 • Teneurs maximales en contamination croisée pour 24 antibiotiques en s’appuyant sur un avis scientifique de l’EFSA (inapplicable, 2nd avis en octobre 2021). • Dans l’attente, le droit national s’applique, soit en France, • 5 % de contamination croisée dans le premier lot collecteur, • 1 % dans le second. Double objectif • Pas de contaminants en concentration susceptible de sélectionner une résistance dans l’animal non cible ingérant un aliment blanc. • Feed Antimicrobial Resistance Selection Concentration (FARSC) (mcg/kg ou ppb) • Pas de contaminants dans une concentration susceptible d’avoir un effet promoteur de croissance. • Mg/kg (ou ppm)
  • 196. Avis sur les tétracyclines FARSC mcg/kg d’aliment (ppb) Promoteur de croissance mg/kg d’aliment (ppm) Tétracycline, chlortétracycline, oxytétracycline 0,13 à 2,4 mcg/kg Truies : 0,3 à 1,6 mcg/kg Porcelets : 0,2 à 1 mcg/kg Porcs : 0,25 à 1,3 mcg/kg Veaux : 0,2 à 2 mcg/kg Vaches lait. : 0,7 à 1,4 mcg/kg Bovins, ovins, caprins : 1,2 à 2,4 mcg/kg Poulets : 0,17 à 0,8 mcg/kg Poules pond. : 0,3 à 1,5 mcg/kg Dindes : 0,13 à 0,6 mcg/kg Saumons : 0,23 à 1 mcg/kg 5 à ≥ 500 mg/kg TC Poulets : 500 mg/kg OTC Poulets : 50 à 500 mg/kg OTC Porcelets : 500 mg/kg OTC Porcs : 450 mg/kg OTC Gibier : 5 à 20 mg/kg CTC Poulets : 10 à 930 mg/kg CTC Porcelets : 500 mg/kg CTC Porcs : 11 à 1000 mg/kg CTC Veaux : 45 à 80 mg/kg CTC Agneaux : 25 mg/g CTC Truies : 110 à 2000 mg/kg Doxycycline 0,12 à 3,3 mcg/kg Truies : 0,25 à 1,3 mcg/kg Porcelets : 0,2 à 0,9 mcg/kg Porcs : 0,2 à 1 mcg/kg Veaux : 0,4 à 3,3 mcg/kg Vaches lait. : 0,5 à 3 mcg/kg Bovins, ovins, caprins : 0,2 à 2,5 mcg/kg Poulets : 0,17 à 1,1 mcg/kg Poules pond. : 0,3 à 2 mcg/kg Dindes : 0,17 à 0,6 mcg/kg Chevaux : 0,17 à 0,65 mcg/kg Saumons : 0,23 à 1 mcg/kg Pas de données
  • 197. EFSA . Avis (seulement) scientifique. À la Commission européenne la gestion des risques • Cet avis scientifique ne veut pas tenir compte des aspects « terrain » • L’utilisation des antimicrobiens • Les bonnes pratiques de fabrication • Les autres sources de contaminations des aliments blancs en usine ou en élevage ; • La faisabilité, • Les limites de détection ; • Les recommandations. • Ces aspects de gestion du risque sortent du champ d'application de l'EFSA, • Le mandat EFSA se limite à l'évaluation des risques et n'inclut pas la gestion des risques. C’est inapplicable, mais c’est scientifique Les seuils de détection sont applicables ?
  • 199. Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Veaux de boucherie JB (Adultes) Renaud MAILLARD 29 septembre 2022 Tous les clichés sauf mention contraire: pathologie des ruminants ENVT
  • 200. 2 • Approche usuelle: critères cliniques: – Examen clinique/scores cliniques Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins -Hyperthermie/problème du seuil
  • 201. 3 • Approche usuelle: critères cliniques: – Examen clinique/scores cliniques Début d’apparition des signes /hyperthermie Toaff-Rosenstein et al, 2016 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 202. 4 • Détection: – Hyperthermie Timsit et Assié, 2014 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 203. 5 • Détection des BPI : Échographie thoracique (TUS) -pourquoi ? -comment? -qu’en attendre ? -limites Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 204. POURQUOI ? 1. Échographie = diagnostic « lésionnel » 2. Échographie = opérateur dépendant +/- 3. Échographie: performances? 4. Échographie = (in)dispensable ? 5. Échographie=équipement (appareil + sonde linéaire + sonde convexe+? ) +entrainement 6. Échographie=outil de conviction de l’éleveur 6 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 205. • POURQUOI ? • Buts : – Confirmer un diagnostic (ex : pleurésie) – Affiner un diagnostic/pronostic (ex : affections cardiaques/respiratoires, affections non respiratoires/respiratoires) – Repérer et délimiter une zone de prélèvement (ex : biopsie, ponction…) – Évaluer l’étendue des lésions (ex : pneumonie) – Détection précoce d’une affection d’organe (ex: pneumonie) 7 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 206. • POURQUOI ? • Objectifs particuliers à l’échographie de l’appareil respiratoire profond: – VEAUX: • Diagnostic précoce • Traitement pour les seuls individus concernés/métaphylaxie • Économie du traitement/pas de gaspillage des Ab • Suivi lésionnel • Amélioration du pronostic à court et long terme 8 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 207. • POURQUOI ? • Objectifs particuliers à l’échographie de l’appareil respiratoire profond: • JB et adultes: – Confirmation de l’origine respiratoire des troubles observés – Étendue des lésions – Ponction échoguidée (pleurésie/abcès…) – Suivi de l’efficacité du traitement – Pronostic médical à court terme 9 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 208. COMMENT L’image échographique Choix de l’appareil (exemples, liste non exhaustive) Non portatif/portatif 10 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins MyLab®Five Draminski® 4Vet mini S
  • 209. COMMENT Choix de la sonde 11 Organe à examiner Type de sonde requise Voies respiratoires supérieures Sectorielle ou linéaire Plèvre et poumon Sectorielle ou linéaire Structures cardiaques Sectorielle Fréquence utilisée (en MHz) Pouvoir de pénétration des ultrasons (en cm) 2,5 à 3,5 12 à 35 5 8 à 10 7,5 4 à 6 10 à 12 2 à 3 Fréquence Utilisation 10 Mhz Tendons, ligaments, os et structures oculaires, thorax 6 à 7,5 MHz Tendons, ligaments, ombilic, plèvres, poumons 5 MHz Transrectal : rein droit et appareil urogénital 3 à 3,5 MHz Cœur et organes abdominaux 2,5 MHz Cœur Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 210. Entre deux milieux d’impédances acoustiques différentes se forme une surface acoustique constituant une interface sur laquelle l’onde ultrasonore adopte un comportement régi par les lois de Descartes échographie =« science des interfaces » 12 Milieu 1 Impédance acoustique Z1 Milieu 2 Impédance acoustique Z2 Interface acoustique Onde incidente Onde réfléchie = écho Onde réfractée Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins COMMENT PRINCIPES DE BASE
  • 211. 13 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins COMMENT Zones d’intérêt Projection des poumons S
  • 212. 14 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Vue droite, membre thoracique récliné et paroi thoracique retirée sauf côtes COMMENT Zones d’intérêt
  • 213. 15 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Vue gauche, EIC d’intérêt selon Buczinski 2015 COMMENT Zones d’intérêt
  • 214. 16 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Masset et al., 2022 COMMENT Zones d’intérêt
  • 215. 17 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Masset et al., 2022 COMMENT Zones d’intérêt
  • 216. 18 Point Vétérinaire 2018 Ollivett 2016 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins COMMENT CONTENTION S
  • 217. 19 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins COMMENT PRÉPARATION DE L’ANIMAL (tonte facultative selon animal et appareil)
  • 218. 20 • COMMENT • Les poumons constituent une structure échographiquement non visible. • Les ultrasons sont réfléchis au niveau de la surface de la plèvre et le parenchyme pulmonaire sous-jacent ne peut ainsi pas être visualisé sauf lésion contiguë à la plèvre pariétale (=costale): –les zones explorables sont donc les plèvres et le tissu lésé immédiatement sous-jacent ainsi que l’éventuel liquide d’effusion entre les plèvres pariétale et viscérale Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 219. 21 Sonde : linéaire (ou convexe) >6Mhz Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Paroi thoracique Plèvres Artefact de réverbération COMMENT POUMON SAIN
  • 220. 22 • COMMENT: Images pathologiques • Les deux plèvres peuvent être nettement distinguées quand du liquide ou du pus les disjoignent (sinon elles sont accolées et la plèvre viscérale glisse sur la plèvre pariétale en fonction des mouvements respiratoires) Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 221. 23 • Épanchement pleural et pleurésie Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Paroi thoracique Plèvre viscérale Plèvre pariétale Épanchement pleural avec flocons de fibrine
  • 222. Pleurésie bilatérale sévère Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Cage thoracique après vidange de l’épanchement D G
  • 223. 25 • (Pleuro)Pneumonie aiguë – queues de comète Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 224. 26 • Pneumonie • Consolidation Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 225. 27 • Pneumonie • Consolidation Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 226. Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins Pneumonie Consolidation
  • 227. 29 • Pneumonie • Alvéologramme : zone circulaire hypoéchogène au niveau des plèvres à partir de laquelle se forment des artefacts en queue de comète. Ces images indiquent la présence d’alvéoles remplis de liquide et une consolidation du lobule pulmonaire Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 228. 30 • Abcès pulmonaires Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 229. 31 • QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU? • Se et Sp élevées – Si outil : autopsies • Amélioration par rapport à l’examen clinique et aux scores cliniques: – Précocité/signes cliniques/hyperthermie/taille de la lésion – Fiabilité – Reproductibilité – Absence/minoration d’effet opérateur dépendant / scores cliniques (Wisconsin et California) Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins
  • 230. = 𝑉𝑃 𝑉𝑃+𝐹𝑁 = 𝑉𝑁 𝑉𝑁+𝐹𝑃 Sensibilité = Nombre de veaux sans lésions à l’échographie et à l’autopsie Nombre de veaux avec des lésions à l’autopsie Spécificité = Nombre de veaux avec des lésions à échographie et à l’autopsie Nombre de veaux sans lésions à l’autopsie
  • 231. 33 • QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU? • PERFORMANCES (1) • Intérêt général de l’échographie : • Si seuil de lésion de consolidation >3cm, une vêle de moins de 8 semaines estimée positive (Dunn 2018) : – Aura un âge au 1er vêlage inchangé – Produira en 1ère lactation 525 k de lait en moins • 3 cm de consolidation = 34 g GMQ en moins (Timsit 2019) avec forte variabilité (-4 à -64 g) • Rappel : Performances de l’auscultation : Se : 63%; Sp : 46% 4% des praticiens 100% Se et 100% Sp (Pardon, 2019) Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins S
  • 232. • QU’EN ATTENDRE CHEZ LE VEAU? • PERFORMANCES (2) • Sensibilité de l’échographie pulmonaire pour détecter des lésions pulmonaires : 94% (IC95%, 69-100%) Spécificité de l’échographie pulmonaire pour détecter des lésions pulmonaires : 100% (IC95%,64-100%) Neutrophilie>4% du LBA dans la même expérimentation : Se 85%, Sp 75% Lésion = consolidation>1 cm et/ou pleurésie • Olivett 2016 Diagnostic échographique des affections respiratoires des bovins