SlideShare une entreprise Scribd logo
Dr. KERFAH S.
Médecin résidente en pneumo-
phtisiologie EHUOran
Plan de la question
I. Introduction:
II. Intérêt de la question:
III. Epidémiologie:
IV. Diagnostic :
A) Diagnostic positif :
1- Examen clinique :
2- Examens complémentaires:
a/ Imagerie :
b/ Biologie :
c/ Microbiologie :
B) Diagnostic de gravité et orientation du patient :
1- Score CRB 65 :
2- Critères d’hospitalisation des PAC (AFSSAPS 2010) :
3- Critères devant faire envisager l’orientation en soins intensifs ou réanimation :
a/ Conséquences respiratoires de la PAC :
b/ Conséquences systémiques de la PAC :
c/ Anomalies métaboliques ou hématologiques :
V. Formes cliniques:
A) Pneumonies à Pneumocoque :
B) Pneumonies à Mycoplasma pneumoniae :
C) Pneumonies à Légionella pneimophila :
D) Pneumonies virales :
VI. Traitement:
A) Antibiothérapie :
1- Principes et modalités de l’antibiothérapie des PAC :
2- Sensibilité des principaux germes responsables des PAC aux antibiotiques:
3- Antibiothérapie probabiliste des PAC en ambulatoire :
a/ Sujet sain sans signe de gravité :
b/ Sujet avec comorbidité ou sujet âgé ambulatoire (hors institution) :
4- Antibiothérapie probabiliste des PAC en hospitalisation conventionnelle :
a/ Pneumocoque suspecté ou documenté (tous âges):
b/ Pas d’argument en faveur du pneumocoque :
i. Sujet jeune :
ii. Sujet âgé ou avec comorbidité(s) :
5- Antibiothérapie probabiliste des PAC en soins intensifs / réanimation :
a/ Cas général :
b/ Facteurs de risque de Pseudomonas aeruginosa :
Pneumonies communautaires
CEP 2021
B) Traitements associés :
C) Réévaluation systématique :
1- Evolution favorable :
a/ En ambulatoire :
b/ En hospitalisation :
2- Evolution défavorable
a/ En ambulatoire :
b/ En hospitalisation :
VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC :
A) Pneumonie compliquée :
1- Epanchement pleural :
2- Abcès pulmonaire :
3- Obstacle endo-bronchique :
B) Problèmes relatifs au TRT anti-infectieux :
1- Mauvaise observance thérapeutique :
2- Problème de pharmacocinétique :
3- ATB probabiliste ne couvrant pas le spectre du germe responsable:
C) Erreur diagnostique :
1- Pneumopathie focalisée :
2- Pneumopathie diffuse :
3- Pneumopathie excavée :
VIII. Prévention des PAC :
A) Vaccination :
B) Déclaration obligatoire de la légionellose :
Objectifs pédagogiques :
a) Distinguer les pneumopathies
sévères sur un terrain de comorbidité.
- Germes les plus incriminés.
b) Effectuer la recherche de germes
avant toute antibiothérapie.
- Surveillance clinique et évaluation de
la réponse au bout de 48h.
I. Introduction :
 Les infections respiratoires comprennent les IR hautes (rhino-pharyngite, otite, sinusite …) et basses
(atteinte des VA sous glottiques).
 Les IRB communautaires de l’adulte comportent : la bronchite aigue, l’exacerbation de BPCO et la
pneumonie aigue communautaire (PAC).
 PAC : infection du parenchyme pulmonaire, d’acquisition communautaire.
II. Intérêt de la question:
 Pronostic vital peut être engagé dans les PAC sévères.
Comorbidités, gravité et capacité de prise en charge au domicile (ambulatoire, hôpital) déterminent
l’orientation.
 Antibiothérapie urgente et probabiliste doit toujours au minimum couvrir le pneumocoque.
III. Epidémiologie:
 10% de l’ensemble des IRB mais constituent un enjeu important de santé publique, en raison de leur :
 Fréquence : environ 500 000 cas / an en France ;
 Gravité : potentielle, même chez les sujets sans comorbidité. C’est la 1ère cause de décès par infection
dans les pays occidentaux : mortalité de 2 à 5%, atteignant 40% chez les patients admis en réanimation;
 Coût : 10 à 20% des malades nécessitent une hospitalisation 90% des dépenses de santé dues aux PAC.
 Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) est l’agent pathogène le plus fréquemment isolé dans les PAC:
responsable de 50% des PAC hospitalisées.
 Streptococcus pneumoniae et Legionnella pneumoniae sont les 2 agents les plus fréquemment responsables
de PAC graves en réanimation.
III. Diagnostic:
A) Diagnostic positif :
1- Examen clinique :
 Signes fonctionnels respiratoires : toux, expectoration purulente, dyspnée, douleur thoracique si réaction
pleurale.
 Signes généraux : fièvre, asthénie.
 Signes physiques auscultatoires : syndrome de condensation alvéolaire: crépitants localisés,  MV,
souffle tubaire,  VV), voire d’un syndrome pleural (abolition du MV, matité à la percussion).
L’auscultation peut être normale.
2- Examens complémentaires :
a/ Imagerie ++ :
i. Radiographie thoracique de face : = seul examen complémentaire systématique. Elle montre :
 Condensation alvéolaire systématisée,
 ou des opacités infiltratives uni ou bilatérales non systématisées.
Examen clinique et radiographie thoracique suffisent au diagnostic des PAC dans la
majorité des cas.
ii. TDM thoracique non injecté : n’est pas indiquée en 1ère intention. Peut être utile pour :
 Dg positif : Rx difficile d’interprétation chez le sujet âgé ou si pathologie pulmonaire sous-jacente,
 Dg étiologique : tumeur…
 Recherche de complication locorégionales : EPL, excavation
 Écarter un diagnostic différentiel : embolie pulmonaire.
iii. Echographie thoracique : peut identifier une condensation parenchymateuse. surtout utile pour
rechercher un EPL associé.
b/ Biologie :
 PAC ambulatoire : pas de biologie.
 PAC hospitalisée :
 Bilan rénal, hépatique et de coagulation évaluation de la gravité et orientation étiologique (hépatites et
néphrites avec bactéries intracellulaires).
 Gazométrie artérielle  aussi utile pour l’évaluation de la gravité, apprécie la profondeur de l’hypoxémie,
recherche une hypercapnie et une hyperlactatémie.
c / Microbiologie :
 La documentation microbiologique des PAC est rare, même lorsque les prélèvements sont réalisés avant
toute antibiothérapie.
 Les examens microbiologiques sont recommandés en hospitalisation afin d’assoir le diagnostic et en vue
d’une désescalade thérapeutique :
 Hémoculture ;
 Antigénuries légionelle et pneumocoque : n’est pas décapitée par une antibiothérapie préalable.
 ECBC: interprétable si critères cytologiques de qualité respectés (PNN > 25/champ, cellules
épithéliales < 10/champ) ;
 PCR multiplex : réalisables sur écouvillon nasopharyngé (et/ou sur prélèvement respiratoire profond
type crachat, aspiration bronchique, lavage broncho-alvéolaire) pour rechercher les principaux virus
respiratoires (influenza, rhinovirus, virus respiratoire syncytial, métapneumovirus humain, parainfluenza,
adénovirus, SARS- CoV-2…), voire certaines bactéries atypiques ;
 PCR simplex pour bactéries atypiques (Mycoplasma pneumoniae, Chlamydophila pneumoniae,
Legionella pneumophila) qui peuvent être intégrées dans les PCR multiplex ;
 Analyse du liquide pleural.
B) Diagnostic de gravité et orientation du patient :
 L’évaluation initiale de la gravité est fondamentale car elle détermine :
 L’orientation du patient (ambulatoire ou hospitalière ? hospitalisation conventionnelle ou soins
intensifs/réanimation ?) ;
 La réalisation de certains examens para-cliniques;
 Les modalités de l’antibiothérapie.
 L’évaluation de la gravité d’une PAC repose sur la recherche de :
 Signes de gravité respiratoires (signes de détresse respiratoire) ;
 Signes de gravité du sepsis (défaillance hémodynamique ou retentissement sur d’autres organes : rein
et système nerveux central notamment) ;
 Extension radiologique et sa rapidité d’extension.
1- Score CRB 65 :
- Il ne prend en compte que des critères cliniques.
2- Critères d’hospitalisation des PAC (adaptée des recommandations AFSSAPS 2010) :
3- Critères devant faire envisagerl’orientation en soins intensifs ou réanimation :
a/ Conséquences respiratoires de la PAC :
 Nécessité d’une ventilation assistée (défaillance respiratoire, acidose respiratoire).
 Fréquence respiratoire >30/min.
 Cyanose ou SpO2 < 90 % sous O2.
 Atteinte bilatérale ou multilobaire ou extension radiographique rapide de la pneumonie.
b/ Conséquences systémiques de la PAC :
 Choc septique.
 Oligurie.
 Autres défaillances organiques sévères.
c/ Anomalies métaboliques ou hématologiques :
 Insuffisance rénale ou hépatique aiguë.
 Acidose sévère.
 Thrombopénie (<100,000 / mm3).
 CIVD.
 Leucopénie (< 4000 /mm3).
 Hyperlactatémie.
V. Formes cliniques:
A) Pneumonies à pneumocoque :
B) Pneumonies à mycoplasma pneumoniae :
C) Pneumonies à légionella pneumophila :
Traitement Macrolides
(Alternative = FQ)
F.non graves :
Monothérapie : macrolide pdt
8 jrs.
F. graves :
Monothérapie : FQ pdt 21 jrs.
Bithérapie : FQ + (macrolide
ou Rifampicine) pdt 21 jrs.
Autres Déclaration obligatoire
D) Pneumonies virales :
 Tableau associant signes respiratoires et syndrome grippal [fièvre, asthénie, myalgies, céphalées, signes
ORL (rhinite, conjonctivite), signes digestifs (diarrhées, douleurs abdominales), éruption cutanée…];
 Principaux virus : virus influenza, VRS, métapneumovirus humain, para-influenza et adénovirus.
 Distribution saisonnière (épidémie) pour les principaux virus respiratoires.
 Transmission interhumaine.
 Cas particulier de la COVID-19 :
 Infection au coronavirus SARS-CoV-2 à transmission interhumaine évoluant sur un mode pandémique
depuis début 2020.
 Clinique :
 Tableau grippal: fièvre, toux sèche, asthénie, courbatures, maux de tête, dyspnée et douleurs thoraciques.
 Symptômes extra-respiratoires : signes ORL (anosmie, dysgueusie) ; digestifs (douleurs abdominales,
nausées, diarrhées) ; cutanés (pseudo-engelures) et oculaires (conjonctivite).
 Sévérité du tableau clinique éminemment variable allant de l’absence de symptômes à la pneumonie
sévère hypoxémiante avec SDRA, notamment en cas d’âge avancé, d'obésité, de diabète et d'hypertension.
 Présentation radiologique :
Plages de verre dépoli non systématisées à prédominance sous-pleurale, et à un stade plus tardif,
condensations alvéolaires.
 Diagnostic :
Repose sur la PCR pratiquée sur écouvillon nasopharyngé puis, au-delà du 14ème jour sur la sérologie.
VI. Traitement:
A) Antibiothérapie :
 Choix basé sur :  Epidémiologie des PAC,
 Terrain du patient,
 Gravité de la pneumonie.
 La voie orale est privilégiée quand elle est possible dès l’initiation du traitement, sauf pour les
C3G qui sont administrées par voie parentérale.
 La durée du traitement antibiotique des PAC est de :
 7 jours pour les PAC « tout venant ».
 8 à 14 jours pour les PAC à germes atypiques ou de légionellose non grave.
 21 jours dans les légionelloses graves et/ou chez l’immunodéprimé.
1- Principes et modalités de l’antibiothérapie des PAC :
Urgente :
- Administration précoce, si possible après les prélèvements microbiologiques (sauf en ambulatoire).
 Probabiliste :
- Ciblant les bactéries les plus fréquemment responsables de PAC, doit donc toujours couvrir le
pneumocoque (sauf les rares cas très évocateurs de pneumonie à bactérie atypique du sujet jeune traitée en
ambulatoire).
 Si grave : doit aussi couvrir la légionnelle.
 Si inhalation : doit couvrir également streptocoques, anaérobies, Staphylococcus aureus, entérobactéries.
 Si pneumonie en période grippale : doit couvrir également Staphylococcus aureus, Haemophilus
influenzae et les streptocoques du groupe A.
 Secondairement réévaluée à 48-72h :
- Clinique : efficacité ?  élargissement du spectre antibiotique si évolution clinique défavorable.
- Microbiologique : examen direct et culture si réalisésréduction du spectre antibiotique sur la base de
l’antibiogramme « désescalade antibiotique ».
 Avec un souci d’écologie bactérienne :
- Limiter le risque d’émergence de mutants résistants, favorisée par la pression antibiotique : réduire la durée
d’antibiothérapie (7 jours pour une PAC tout venant).
- Réduire le spectre antibiotique (si et seulement si évolution favorable).
- Eviter les FQ en 1ère intention en dehors de situations spécifiques (légionellose, allergies aux autres ATB).
2- Sensibilité des principaux germes responsables des PAC aux antibiotiques:
En gras : l’antibiotique de référence du germe en question.
3- Antibiothérapie probabiliste des PAC en ambulatoire :
a/ Sujet sain sans signe de gravité :
b/ Sujet avec comorbidité ou sujet âgé ambulatoire (hors institution) :
4- Antibiothérapie probabiliste des PAC en hospitalisation conventionnelle :
a/ Pneumocoque suspecté ou documenté :
b/ Pas d’argument en faveur du pneumocoque :
5- Antibiothérapie probabiliste des PAC en soins intensifs / réanimation :
a/ Cas général :
° Lévofloxacine .
b/ Facteurs de risque de Pseudomonas aeruginosa :
* bronchectasies, antécédents d’exacerbations de BPCO dues à Pseudomonas aeruginosa.
B) Traitements associés:
 Un traitement antigrippal probabiliste doit être associé en cas de suspicion clinique d’infection grippale
chez le patient hospitalisé en période épidémique (oseltamivir PO durant 5 jours). L’initiation de ce
traitement n’exonère bien sûr pas du traitement antibiotique.
 Le bénéfice de la corticothérapie systémique au cours de la PAC n’est pas démontré.
 La kinésithérapie respiratoire de drainage bronchique doit être systématique.
C) Réévaluationsystématique :
 Quel que soit le lieu de prise en charge (ambulatoire ou hospitalière), le patient doit être obligatoirement
réévalué cliniquement à 48-72h du début de l’antibiothérapie (efficacité et tolérance du traitement) et
capable de contacter un médecin si dégradation dans ce délai.
1- Evolution favorable :
a/ En ambulatoire :
- Pas de désescalade antibiotique (pas de microbiologie).
b/ En hospitalisation :
- Une désescalade thérapeutique doit être envisagée :
 Si on dispose de résultats microbiologiques fiables ;
 Si amélioration sous antibiothérapie ne visant pas une bactérie secondairement identifiée sur ECBC =
colonisation – pas d’adaptation – évoquer bronchopathie sous-jacente.
2- Evolution défavorable :
a/ En ambulatoire :
- Persistance ou aggravation des symptômes à 48-72h en ambulatoire .
- Si l’antibiothérapie prescrite en 1ère intention ne comportait pas S. pneumoniae (hypothèse germes
atypique chez un sujet jeune, sans comorbidités) on doit considérer S. pneumoniae et modifier l’ATBpie
dans ce sens.
- Si l’antibiothérapie prescrite en 1ère intention était active sur S. pneumoniae, H.influenzae et
les germes intracellulaires (pristinamycine, ou FQAP) une hospitalisation est indiquée.
b/ En hospitalisation :
Voir Chapitre suivant : VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC :
VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC :
Une amélioration clinique est attendue à 72h qui ne signifie pas forcément apyrexie
stricte (fièvre parfois prolongée 5 jours avec bactéries intracellulaires).

Contenu connexe

Tendances

Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
Dr. Kerfah Soumia
 
Vascularites et poumon
Vascularites et poumonVascularites et poumon
Vascularites et poumon
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontanehind henzazi
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
Dr. Kerfah Soumia
 
Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue
Dr. Kerfah Soumia
 
La primo infection (Phtisiogénèse)
La primo infection (Phtisiogénèse)La primo infection (Phtisiogénèse)
La primo infection (Phtisiogénèse)
Dr. Kerfah Soumia
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
hind henzazi
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
Dr. Kerfah Soumia
 
Education de lasthmatique
Education de lasthmatique Education de lasthmatique
Education de lasthmatique
Dr. Kerfah Soumia
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesHana Hanouna
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Dr. Kerfah Soumia
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic de l asthme
Diagnostic de l asthmeDiagnostic de l asthme
Diagnostic de l asthmekillua zoldyck
 
Traitement de la tuberculose
Traitement de la tuberculoseTraitement de la tuberculose
Traitement de la tuberculosehind henzazi
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennesBronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Mehdy Wayzani
 

Tendances (20)

Pleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clairPleurésies à liquide clair
Pleurésies à liquide clair
 
Vascularites et poumon
Vascularites et poumonVascularites et poumon
Vascularites et poumon
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue
 
La primo infection (Phtisiogénèse)
La primo infection (Phtisiogénèse)La primo infection (Phtisiogénèse)
La primo infection (Phtisiogénèse)
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Syndromes mediastinaux
Syndromes mediastinauxSyndromes mediastinaux
Syndromes mediastinaux
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
Education de lasthmatique
Education de lasthmatique Education de lasthmatique
Education de lasthmatique
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
 
Diagnostic de l asthme
Diagnostic de l asthmeDiagnostic de l asthme
Diagnostic de l asthme
 
Traitement de la tuberculose
Traitement de la tuberculoseTraitement de la tuberculose
Traitement de la tuberculose
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennesBronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 

Similaire à Pneumonie aigue communautaire (PAC)

Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
Dr. Kerfah Soumia
 
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh RabatLes infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
SMMI2015
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Mehdy Wayzani
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
Dr. Kerfah Soumia
 
PAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.pptPAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.ppt
HichamHebbache
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
rihem kasmi
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
Dr Taoufik Djerboua
 
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesbelaibzino
 
1591354193.pdf
1591354193.pdf1591354193.pdf
1591354193.pdf
MaNoLo440315
 
SIDA
SIDASIDA
Les pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomialesLes pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomialesbelaibzino
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueHaythem Chiha
 
Copie de Hépatites virales-.pptx
Copie de Hépatites virales-.pptxCopie de Hépatites virales-.pptx
Copie de Hépatites virales-.pptx
MedMohamed35
 
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pidPneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Patou Conrath
 
Etat-de-choc-septique chez l adulte prise en charge en réanimation
Etat-de-choc-septique  chez l adulte prise en charge en réanimationEtat-de-choc-septique  chez l adulte prise en charge en réanimation
Etat-de-choc-septique chez l adulte prise en charge en réanimation
jakysami
 

Similaire à Pneumonie aigue communautaire (PAC) (20)

Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
 
Bronchite aiguë
Bronchite aiguëBronchite aiguë
Bronchite aiguë
 
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh RabatLes infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
Les infections broncho-pulmonaires chez l'immunocompétent Pr El Ftouh Rabat
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
PAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.pptPAC -21198203121431981254.ppt
PAC -21198203121431981254.ppt
 
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
Présentation mémoire Master de Recherche en Biologie Fonctionnelle Parcours: ...
 
Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture
 
Fièvre et cancer
Fièvre et cancerFièvre et cancer
Fièvre et cancer
 
Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique Les hemocultures en pratique
Les hemocultures en pratique
 
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonairesLes tuberculoses-extra-pulmonaires
Les tuberculoses-extra-pulmonaires
 
1591354193.pdf
1591354193.pdf1591354193.pdf
1591354193.pdf
 
SIDA
SIDASIDA
SIDA
 
Les pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomialesLes pneumonies-nosocomiales
Les pneumonies-nosocomiales
 
Tuberculose et VIH
Tuberculose et VIHTuberculose et VIH
Tuberculose et VIH
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigue
 
Diagnostic de la toux
Diagnostic de la touxDiagnostic de la toux
Diagnostic de la toux
 
Copie de Hépatites virales-.pptx
Copie de Hépatites virales-.pptxCopie de Hépatites virales-.pptx
Copie de Hépatites virales-.pptx
 
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pidPneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
Pneumopathie intersticielle diffuse (2015) item 206 pid
 
Etat-de-choc-septique chez l adulte prise en charge en réanimation
Etat-de-choc-septique  chez l adulte prise en charge en réanimationEtat-de-choc-septique  chez l adulte prise en charge en réanimation
Etat-de-choc-septique chez l adulte prise en charge en réanimation
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
Dr. Kerfah Soumia
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
Dr. Kerfah Soumia
 
Coeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chroniqueCoeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chronique
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Dr. Kerfah Soumia
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Dr. Kerfah Soumia
 
Les œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonairesLes œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonaires
Dr. Kerfah Soumia
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia (11)

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
 
Coeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chroniqueCoeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chronique
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
 
Maladie de Behçet
Maladie de BehçetMaladie de Behçet
Maladie de Behçet
 
Rhinite allergique
Rhinite allergiqueRhinite allergique
Rhinite allergique
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
 
Les œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonairesLes œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonaires
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 

Pneumonie aigue communautaire (PAC)

  • 1. Dr. KERFAH S. Médecin résidente en pneumo- phtisiologie EHUOran Plan de la question I. Introduction: II. Intérêt de la question: III. Epidémiologie: IV. Diagnostic : A) Diagnostic positif : 1- Examen clinique : 2- Examens complémentaires: a/ Imagerie : b/ Biologie : c/ Microbiologie : B) Diagnostic de gravité et orientation du patient : 1- Score CRB 65 : 2- Critères d’hospitalisation des PAC (AFSSAPS 2010) : 3- Critères devant faire envisager l’orientation en soins intensifs ou réanimation : a/ Conséquences respiratoires de la PAC : b/ Conséquences systémiques de la PAC : c/ Anomalies métaboliques ou hématologiques : V. Formes cliniques: A) Pneumonies à Pneumocoque : B) Pneumonies à Mycoplasma pneumoniae : C) Pneumonies à Légionella pneimophila : D) Pneumonies virales : VI. Traitement: A) Antibiothérapie : 1- Principes et modalités de l’antibiothérapie des PAC : 2- Sensibilité des principaux germes responsables des PAC aux antibiotiques: 3- Antibiothérapie probabiliste des PAC en ambulatoire : a/ Sujet sain sans signe de gravité : b/ Sujet avec comorbidité ou sujet âgé ambulatoire (hors institution) : 4- Antibiothérapie probabiliste des PAC en hospitalisation conventionnelle : a/ Pneumocoque suspecté ou documenté (tous âges): b/ Pas d’argument en faveur du pneumocoque : i. Sujet jeune : ii. Sujet âgé ou avec comorbidité(s) : 5- Antibiothérapie probabiliste des PAC en soins intensifs / réanimation : a/ Cas général : b/ Facteurs de risque de Pseudomonas aeruginosa : Pneumonies communautaires CEP 2021
  • 2. B) Traitements associés : C) Réévaluation systématique : 1- Evolution favorable : a/ En ambulatoire : b/ En hospitalisation : 2- Evolution défavorable a/ En ambulatoire : b/ En hospitalisation : VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC : A) Pneumonie compliquée : 1- Epanchement pleural : 2- Abcès pulmonaire : 3- Obstacle endo-bronchique : B) Problèmes relatifs au TRT anti-infectieux : 1- Mauvaise observance thérapeutique : 2- Problème de pharmacocinétique : 3- ATB probabiliste ne couvrant pas le spectre du germe responsable: C) Erreur diagnostique : 1- Pneumopathie focalisée : 2- Pneumopathie diffuse : 3- Pneumopathie excavée : VIII. Prévention des PAC : A) Vaccination : B) Déclaration obligatoire de la légionellose : Objectifs pédagogiques : a) Distinguer les pneumopathies sévères sur un terrain de comorbidité. - Germes les plus incriminés. b) Effectuer la recherche de germes avant toute antibiothérapie. - Surveillance clinique et évaluation de la réponse au bout de 48h.
  • 3. I. Introduction :  Les infections respiratoires comprennent les IR hautes (rhino-pharyngite, otite, sinusite …) et basses (atteinte des VA sous glottiques).  Les IRB communautaires de l’adulte comportent : la bronchite aigue, l’exacerbation de BPCO et la pneumonie aigue communautaire (PAC).  PAC : infection du parenchyme pulmonaire, d’acquisition communautaire. II. Intérêt de la question:  Pronostic vital peut être engagé dans les PAC sévères. Comorbidités, gravité et capacité de prise en charge au domicile (ambulatoire, hôpital) déterminent l’orientation.  Antibiothérapie urgente et probabiliste doit toujours au minimum couvrir le pneumocoque. III. Epidémiologie:  10% de l’ensemble des IRB mais constituent un enjeu important de santé publique, en raison de leur :  Fréquence : environ 500 000 cas / an en France ;  Gravité : potentielle, même chez les sujets sans comorbidité. C’est la 1ère cause de décès par infection dans les pays occidentaux : mortalité de 2 à 5%, atteignant 40% chez les patients admis en réanimation;  Coût : 10 à 20% des malades nécessitent une hospitalisation 90% des dépenses de santé dues aux PAC.  Streptococcus pneumoniae (pneumocoque) est l’agent pathogène le plus fréquemment isolé dans les PAC: responsable de 50% des PAC hospitalisées.  Streptococcus pneumoniae et Legionnella pneumoniae sont les 2 agents les plus fréquemment responsables de PAC graves en réanimation. III. Diagnostic: A) Diagnostic positif : 1- Examen clinique :  Signes fonctionnels respiratoires : toux, expectoration purulente, dyspnée, douleur thoracique si réaction pleurale.  Signes généraux : fièvre, asthénie.  Signes physiques auscultatoires : syndrome de condensation alvéolaire: crépitants localisés,  MV, souffle tubaire,  VV), voire d’un syndrome pleural (abolition du MV, matité à la percussion). L’auscultation peut être normale. 2- Examens complémentaires : a/ Imagerie ++ : i. Radiographie thoracique de face : = seul examen complémentaire systématique. Elle montre :  Condensation alvéolaire systématisée,  ou des opacités infiltratives uni ou bilatérales non systématisées. Examen clinique et radiographie thoracique suffisent au diagnostic des PAC dans la majorité des cas.
  • 4. ii. TDM thoracique non injecté : n’est pas indiquée en 1ère intention. Peut être utile pour :  Dg positif : Rx difficile d’interprétation chez le sujet âgé ou si pathologie pulmonaire sous-jacente,  Dg étiologique : tumeur…  Recherche de complication locorégionales : EPL, excavation  Écarter un diagnostic différentiel : embolie pulmonaire. iii. Echographie thoracique : peut identifier une condensation parenchymateuse. surtout utile pour rechercher un EPL associé. b/ Biologie :  PAC ambulatoire : pas de biologie.  PAC hospitalisée :  Bilan rénal, hépatique et de coagulation évaluation de la gravité et orientation étiologique (hépatites et néphrites avec bactéries intracellulaires).  Gazométrie artérielle  aussi utile pour l’évaluation de la gravité, apprécie la profondeur de l’hypoxémie, recherche une hypercapnie et une hyperlactatémie. c / Microbiologie :  La documentation microbiologique des PAC est rare, même lorsque les prélèvements sont réalisés avant toute antibiothérapie.  Les examens microbiologiques sont recommandés en hospitalisation afin d’assoir le diagnostic et en vue d’une désescalade thérapeutique :  Hémoculture ;  Antigénuries légionelle et pneumocoque : n’est pas décapitée par une antibiothérapie préalable.  ECBC: interprétable si critères cytologiques de qualité respectés (PNN > 25/champ, cellules épithéliales < 10/champ) ;  PCR multiplex : réalisables sur écouvillon nasopharyngé (et/ou sur prélèvement respiratoire profond type crachat, aspiration bronchique, lavage broncho-alvéolaire) pour rechercher les principaux virus respiratoires (influenza, rhinovirus, virus respiratoire syncytial, métapneumovirus humain, parainfluenza, adénovirus, SARS- CoV-2…), voire certaines bactéries atypiques ;  PCR simplex pour bactéries atypiques (Mycoplasma pneumoniae, Chlamydophila pneumoniae, Legionella pneumophila) qui peuvent être intégrées dans les PCR multiplex ;  Analyse du liquide pleural.
  • 5. B) Diagnostic de gravité et orientation du patient :  L’évaluation initiale de la gravité est fondamentale car elle détermine :  L’orientation du patient (ambulatoire ou hospitalière ? hospitalisation conventionnelle ou soins intensifs/réanimation ?) ;  La réalisation de certains examens para-cliniques;  Les modalités de l’antibiothérapie.  L’évaluation de la gravité d’une PAC repose sur la recherche de :  Signes de gravité respiratoires (signes de détresse respiratoire) ;  Signes de gravité du sepsis (défaillance hémodynamique ou retentissement sur d’autres organes : rein et système nerveux central notamment) ;  Extension radiologique et sa rapidité d’extension. 1- Score CRB 65 : - Il ne prend en compte que des critères cliniques. 2- Critères d’hospitalisation des PAC (adaptée des recommandations AFSSAPS 2010) :
  • 6. 3- Critères devant faire envisagerl’orientation en soins intensifs ou réanimation : a/ Conséquences respiratoires de la PAC :  Nécessité d’une ventilation assistée (défaillance respiratoire, acidose respiratoire).  Fréquence respiratoire >30/min.  Cyanose ou SpO2 < 90 % sous O2.  Atteinte bilatérale ou multilobaire ou extension radiographique rapide de la pneumonie. b/ Conséquences systémiques de la PAC :  Choc septique.  Oligurie.  Autres défaillances organiques sévères. c/ Anomalies métaboliques ou hématologiques :  Insuffisance rénale ou hépatique aiguë.  Acidose sévère.  Thrombopénie (<100,000 / mm3).  CIVD.  Leucopénie (< 4000 /mm3).  Hyperlactatémie.
  • 7. V. Formes cliniques: A) Pneumonies à pneumocoque : B) Pneumonies à mycoplasma pneumoniae : C) Pneumonies à légionella pneumophila :
  • 8. Traitement Macrolides (Alternative = FQ) F.non graves : Monothérapie : macrolide pdt 8 jrs. F. graves : Monothérapie : FQ pdt 21 jrs. Bithérapie : FQ + (macrolide ou Rifampicine) pdt 21 jrs. Autres Déclaration obligatoire D) Pneumonies virales :  Tableau associant signes respiratoires et syndrome grippal [fièvre, asthénie, myalgies, céphalées, signes ORL (rhinite, conjonctivite), signes digestifs (diarrhées, douleurs abdominales), éruption cutanée…];  Principaux virus : virus influenza, VRS, métapneumovirus humain, para-influenza et adénovirus.  Distribution saisonnière (épidémie) pour les principaux virus respiratoires.  Transmission interhumaine.  Cas particulier de la COVID-19 :  Infection au coronavirus SARS-CoV-2 à transmission interhumaine évoluant sur un mode pandémique depuis début 2020.  Clinique :  Tableau grippal: fièvre, toux sèche, asthénie, courbatures, maux de tête, dyspnée et douleurs thoraciques.  Symptômes extra-respiratoires : signes ORL (anosmie, dysgueusie) ; digestifs (douleurs abdominales, nausées, diarrhées) ; cutanés (pseudo-engelures) et oculaires (conjonctivite).  Sévérité du tableau clinique éminemment variable allant de l’absence de symptômes à la pneumonie sévère hypoxémiante avec SDRA, notamment en cas d’âge avancé, d'obésité, de diabète et d'hypertension.  Présentation radiologique : Plages de verre dépoli non systématisées à prédominance sous-pleurale, et à un stade plus tardif, condensations alvéolaires.  Diagnostic : Repose sur la PCR pratiquée sur écouvillon nasopharyngé puis, au-delà du 14ème jour sur la sérologie.
  • 9. VI. Traitement: A) Antibiothérapie :  Choix basé sur :  Epidémiologie des PAC,  Terrain du patient,  Gravité de la pneumonie.  La voie orale est privilégiée quand elle est possible dès l’initiation du traitement, sauf pour les C3G qui sont administrées par voie parentérale.  La durée du traitement antibiotique des PAC est de :  7 jours pour les PAC « tout venant ».  8 à 14 jours pour les PAC à germes atypiques ou de légionellose non grave.  21 jours dans les légionelloses graves et/ou chez l’immunodéprimé. 1- Principes et modalités de l’antibiothérapie des PAC : Urgente : - Administration précoce, si possible après les prélèvements microbiologiques (sauf en ambulatoire).  Probabiliste : - Ciblant les bactéries les plus fréquemment responsables de PAC, doit donc toujours couvrir le pneumocoque (sauf les rares cas très évocateurs de pneumonie à bactérie atypique du sujet jeune traitée en ambulatoire).  Si grave : doit aussi couvrir la légionnelle.  Si inhalation : doit couvrir également streptocoques, anaérobies, Staphylococcus aureus, entérobactéries.  Si pneumonie en période grippale : doit couvrir également Staphylococcus aureus, Haemophilus influenzae et les streptocoques du groupe A.  Secondairement réévaluée à 48-72h : - Clinique : efficacité ?  élargissement du spectre antibiotique si évolution clinique défavorable. - Microbiologique : examen direct et culture si réalisésréduction du spectre antibiotique sur la base de l’antibiogramme « désescalade antibiotique ».  Avec un souci d’écologie bactérienne : - Limiter le risque d’émergence de mutants résistants, favorisée par la pression antibiotique : réduire la durée d’antibiothérapie (7 jours pour une PAC tout venant). - Réduire le spectre antibiotique (si et seulement si évolution favorable). - Eviter les FQ en 1ère intention en dehors de situations spécifiques (légionellose, allergies aux autres ATB). 2- Sensibilité des principaux germes responsables des PAC aux antibiotiques: En gras : l’antibiotique de référence du germe en question.
  • 10. 3- Antibiothérapie probabiliste des PAC en ambulatoire : a/ Sujet sain sans signe de gravité : b/ Sujet avec comorbidité ou sujet âgé ambulatoire (hors institution) : 4- Antibiothérapie probabiliste des PAC en hospitalisation conventionnelle : a/ Pneumocoque suspecté ou documenté : b/ Pas d’argument en faveur du pneumocoque : 5- Antibiothérapie probabiliste des PAC en soins intensifs / réanimation : a/ Cas général : ° Lévofloxacine . b/ Facteurs de risque de Pseudomonas aeruginosa : * bronchectasies, antécédents d’exacerbations de BPCO dues à Pseudomonas aeruginosa.
  • 11. B) Traitements associés:  Un traitement antigrippal probabiliste doit être associé en cas de suspicion clinique d’infection grippale chez le patient hospitalisé en période épidémique (oseltamivir PO durant 5 jours). L’initiation de ce traitement n’exonère bien sûr pas du traitement antibiotique.  Le bénéfice de la corticothérapie systémique au cours de la PAC n’est pas démontré.  La kinésithérapie respiratoire de drainage bronchique doit être systématique. C) Réévaluationsystématique :  Quel que soit le lieu de prise en charge (ambulatoire ou hospitalière), le patient doit être obligatoirement réévalué cliniquement à 48-72h du début de l’antibiothérapie (efficacité et tolérance du traitement) et capable de contacter un médecin si dégradation dans ce délai. 1- Evolution favorable : a/ En ambulatoire : - Pas de désescalade antibiotique (pas de microbiologie). b/ En hospitalisation : - Une désescalade thérapeutique doit être envisagée :  Si on dispose de résultats microbiologiques fiables ;  Si amélioration sous antibiothérapie ne visant pas une bactérie secondairement identifiée sur ECBC = colonisation – pas d’adaptation – évoquer bronchopathie sous-jacente. 2- Evolution défavorable : a/ En ambulatoire : - Persistance ou aggravation des symptômes à 48-72h en ambulatoire . - Si l’antibiothérapie prescrite en 1ère intention ne comportait pas S. pneumoniae (hypothèse germes atypique chez un sujet jeune, sans comorbidités) on doit considérer S. pneumoniae et modifier l’ATBpie dans ce sens. - Si l’antibiothérapie prescrite en 1ère intention était active sur S. pneumoniae, H.influenzae et les germes intracellulaires (pristinamycine, ou FQAP) une hospitalisation est indiquée. b/ En hospitalisation : Voir Chapitre suivant : VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC : VII. Causes de l’échec de l’antibiothérapie au cours d’une PAC : Une amélioration clinique est attendue à 72h qui ne signifie pas forcément apyrexie stricte (fièvre parfois prolongée 5 jours avec bactéries intracellulaires).