SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  4
Télécharger pour lire hors ligne
Dr. KERFAH S.
Plan de la question
I. Introduction :
II. Définition :
III. But :
IV. Indications :
V. Conditions :
VI. Matériel :
VII. Préparation du malade :
VIII. Technique :
IX. Surveillance :
X. Contre-indications :
XI. Incidents et complications :
XII. Limites de la technique :
XIII. Rentabilité :
XIV. Conclusion :
Ponction biopsie pleurale: Fiche technique
I. Introduction :
La thoracoscopie est l'examen de référence pour établir le diagnostic étiologique des pleurésies exsudatives
d'origine indéterminée. Néanmoins, l'utilisation de la biopsie pleurale à l'aveugle reste d'actualité.
II. Définition :
Consiste à prélever un fragment de la plèvre pariétale à l’aide d’un trocart dans un but histologique ou
bactériologique. C’est un Examen rapide, indolore, réalisé sous AL réalisé à l'aveugle sans aide
échographique ou radiographique.
III. But :
 Obtenir un fragment de la plèvre pariétale pour l’analyse histologique et la mise en culture du
prélèvement.
IV. Indications :
 Pleurésies exsudatives sans étiologie connue.
V. Conditions :
Arrêt du traitement anticoagulant.
Existence d’une cavité remplie du liquide pleural (cliniquement et radiologiquement).
Acte aseptique.
VI. Matériel :
1. Casaque, masque, gants, champs stérile perforé et compresses stériles.
2. Xylocaïne 1%, seringue de 20 ml pour l’anesthésie locale.
3. Solution antiseptique (Bétadine ou chlorhexidine).
4. Lame de bistouri.
5. Un trocart de biopsie type Abrams, type Castelain ou type Boutin :
–> Le trocart d’Abrams (1958): constitué de 03 éléments :
- Un trocart creux de 4 mm de µ muni d’une ouverture latérale où pénétrera la plèvre pariétale.
- Un tube creux qui se glisse dans le trocart et permet de guillotiner le fragment de la plèvre.
- Un mandrin métallique interne qui permet de rendre étanche le système.
–> L’aiguille de Castelain (1964): comprend également 03 éléments :
- Un mandrin, tube creux de 10 mm de long et de 2.5 mm de µ, biseauté à sa pointe.
- Un 1 er trocart plein s’emboitant dans le mandrin, destiné à faciliter la pénétration dans l’EIC.
- Un 2 ème trocart plus long, à pointe mousse. Il est muni latéralement, dans sa partie qui dépasse le drain,
d’une fente porteuse d’un crochet.
–> Le trocart de Boutin (1998): un trocart stérile de 78 mm de long et de 3 mm de µ. La conception du
mandrin tri-pans associée à celle du crochet de biopsie offre une qualité de prélèvement bien supérieure à
celle de l’aiguille d’Abrams.
6. Tube stérile contenant du liquide de Bouin (pour la fixation du prélèvement).
7. Fil de suture, pince porte aiguille, et un pansement stérile.
VII. Préparation du malade :
 Une radiographie thoracique et un bilan d’hémostase du jour.
 Contact et mise en confiance du malade.
 Installation du malade en position assise et confortable, dos courbé.
VIII. Technique :
A) Biopsie à l’aiguille d’Abrams :
 Mise des gants stériles puis procéder à l’antisepsie locale cutanée.
 Un champ stérile fenêtré est accolé à la peau du patient au niveau de la biopsie : la biopsie est réalisée en
pleine matité, vers la partie inférieure de l'épanchement, le plus souvent entre le 7e
et le 9e
EIC en passant au
dessus du rebord supérieur de la côte inférieure de l'espace.
Une injection d’anesthésiant (Xylocaïne) sera effectuée par voie sous-cutanée et intramusculaire.
Incision de la peau horizontalement sur 5 mm à l'aide d'un bistouri à lame fine.
 Introduction de l'aiguille à biopsie fermée (bout mousse) selon une direction horizontale jusqu'à
perception d'un ressaut correspondant au passage de la plèvre pariétale.
 Retrait du mandrin et mise en place d'une seringue.
 Vérification d’une aspiration du liquide pleural après déverouillage. (+++)
 L'orifice latéral est orienté vers le haut. L'opérateur bascule la pointe de l'aiguille vers le bas et la recule
jusqu'à ce qu'il ressente une résistance correspondant à la pénétration de la plèvre dans l'orifice latéral.
 Avant de retirer l'aiguille, on visse le tube interne pour guillotiner un fragment de plèvre.
 L'aiguille peut être réintroduite pour une 2ème
biopsie ou pour évacuer le liquide pleural.
 Après le geste, un massage soigneux est immédiatement effectué à la sortie de l'aiguille pour dissocier les
plans cutanés et sous-cutanés et éviter une fistule à ce niveau.
Inutilité de mettre un point de suture; seul un pansement compressif maintenu quelques heures suffit.
B) Biopsie à l’aiguille de Castelain :
 Désinfection de la peau et pratique d’une anesthésie locale à la xylocaine.
 Le mandrin muni de son trocart plein est introduit dans l’EIC sans incision de la peau.
 Vérification de la présence de liquide à l’aspiration après avoir traversé la plèvre pariétale. +++
 Une fois le mandrin et le 2ème trocart seront en place dans la cavité pleurale, on bascule l’aiguille vers la
paroi thoracique pour ramener la fente du trocart contre la plèvre pariétale.
 L’index métallique permet de connaitre la position de la fente.
 On retire lentement mais fermement le trocart. On sent une résistance qui cède, on retire complètement le
trocart et on vérifie la quantité du prélèvement.
 Systématiquement on fait un 2ème
voire un 3ème
prélèvement dans des positions différentes.
IX. Surveillance :
 Repos au lit au moins 1h ;
 Surveillance des constantes et de l’état respiratoire ;
 Surveillance du risque hémorragique (pansement) ;
 Radiographie pulmonaire de face de contrôle au lit du malade (risque de PNO).
X. Contre-indications :
 Pleurésies bactériennes ou hémorragiques ;
Ponction pleurale blanche ;
 Au cours d’un TRT par les anticoagulants.
 Insuffisance hépatique sévère.
XI. Incidents et complications :
 Douleurs, malaise vagale ;
 Hémorragie, hématome pariétale ;
 PNO.
XII. Limites de la technique :
 Les biopsies ne contiennent pas de plèvre.
 Chez un patient cancéreux, l’épanchement pleural n’est pas directement lié à l’envahissement
néoplasique (paranéoplasique).
 L’envahissement néoplasique est discontinu (la biopsie a tapé à côté).
XIII. Rentabilité :
 Tuberculose : 75%.
 Pleurésies néoplasiques : 43 %.
 Mésothéliomes : 20 %.
XIV. Conclusion :
Avant la thoracoscopie qui reste l'examen de référence, la biopsie pleurale à l'aveugle peut être proposée
devant le bilan étiologique d'un épanchement pleural exsudatif d'origine indéterminée. Elle doit être utilisée
en 1ère intention lorsqu'il s'agit d'un épanchement compatible avec une tuberculose ou avec une pathologie
néoplasique, en particulier néoplasme extra pulmonaire, déjà identifié.
Il s'agit d'un geste simple, entraînant peu de complications et permettant d'obtenir souvent un diagnostic
étiologique avant d'envisager des examens plus invasifs.

Contenu connexe

Tendances (20)

Abces du poumon
Abces du poumonAbces du poumon
Abces du poumon
 
Tuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaireTuberculose extra-pulmonaire
Tuberculose extra-pulmonaire
 
Pneumothorax spontane
Pneumothorax spontanePneumothorax spontane
Pneumothorax spontane
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
Radiographie standard
Radiographie standardRadiographie standard
Radiographie standard
 
Drainage thoracique
Drainage thoraciqueDrainage thoracique
Drainage thoracique
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
La miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuseLa miliaire tuberculeuse
La miliaire tuberculeuse
 
Le syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaireLe syndrome cavitaire
Le syndrome cavitaire
 
Pleuresie purulente
Pleuresie purulentePleuresie purulente
Pleuresie purulente
 
Insuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chroniqueInsuffisance respiratoire chronique
Insuffisance respiratoire chronique
 
Thoracoscopie
Thoracoscopie Thoracoscopie
Thoracoscopie
 
Tuberculose des séreuses
Tuberculose des séreusesTuberculose des séreuses
Tuberculose des séreuses
 
Paracentèse et aérateur transtympanique
Paracentèse et aérateur transtympaniqueParacentèse et aérateur transtympanique
Paracentèse et aérateur transtympanique
 
Rx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromesRx thoracique les grands syndromes
Rx thoracique les grands syndromes
 
Diagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinauxDiagnostic des syndromes médiastinaux
Diagnostic des syndromes médiastinaux
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
 
La méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuseLa méningite tuberculeuse
La méningite tuberculeuse
 
Traitement anti-tuberculeux
Traitement anti-tuberculeuxTraitement anti-tuberculeux
Traitement anti-tuberculeux
 
cliché thoracique avec interpretation
cliché thoracique avec interpretationcliché thoracique avec interpretation
cliché thoracique avec interpretation
 

Similaire à Ponction biopsie pleurale

ScléRothéRapie Ponction Directe
ScléRothéRapie Ponction DirecteScléRothéRapie Ponction Directe
ScléRothéRapie Ponction Directe
sfa_angeiologie
 
Port a cath chambres implantables bonnes pratiques
Port a cath  chambres implantables bonnes pratiquesPort a cath  chambres implantables bonnes pratiques
Port a cath chambres implantables bonnes pratiques
Patou Conrath
 
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
amis-med
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Guillaume Michigan
 
Sclérothérapie par ponction directe
Sclérothérapie par ponction directeSclérothérapie par ponction directe
Sclérothérapie par ponction directe
sfa_angeiologie
 

Similaire à Ponction biopsie pleurale (20)

Ponction biopsie medullaire
Ponction biopsie medullairePonction biopsie medullaire
Ponction biopsie medullaire
 
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdfDrainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
Drainage Thoracique PowerPoint Mr Glapiack.pdf
 
Prélèvements Sanguin en Biochimie.pptx
Prélèvements Sanguin en Biochimie.pptxPrélèvements Sanguin en Biochimie.pptx
Prélèvements Sanguin en Biochimie.pptx
 
Bronchoscopie rigide
Bronchoscopie rigideBronchoscopie rigide
Bronchoscopie rigide
 
ScléRothéRapie Ponction Directe
ScléRothéRapie Ponction DirecteScléRothéRapie Ponction Directe
ScléRothéRapie Ponction Directe
 
Ethmoidectomie par voie endonasale
Ethmoidectomie par voie endonasaleEthmoidectomie par voie endonasale
Ethmoidectomie par voie endonasale
 
chambre implantable chimiotherapie
chambre implantable  chimiotherapie chambre implantable  chimiotherapie
chambre implantable chimiotherapie
 
cholécystectomie - cholecystectomy
cholécystectomie - cholecystectomycholécystectomie - cholecystectomy
cholécystectomie - cholecystectomy
 
Port a cath chambres implantables bonnes pratiques
Port a cath  chambres implantables bonnes pratiquesPort a cath  chambres implantables bonnes pratiques
Port a cath chambres implantables bonnes pratiques
 
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
 
Prise en charge de la cuffite
Prise en charge de la cuffitePrise en charge de la cuffite
Prise en charge de la cuffite
 
L'épisiotomie et déchirures périnéales EM5 ISTM.ppt
L'épisiotomie et déchirures périnéales EM5  ISTM.pptL'épisiotomie et déchirures périnéales EM5  ISTM.ppt
L'épisiotomie et déchirures périnéales EM5 ISTM.ppt
 
Ponction medullaire
Ponction medullairePonction medullaire
Ponction medullaire
 
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovinsPonction et biopsie pulmonaires chez les bovins
Ponction et biopsie pulmonaires chez les bovins
 
2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf2016-Les-voies-centrales-.pdf
2016-Les-voies-centrales-.pdf
 
TP ponction d'ascite - Copy.pptx
TP ponction d'ascite - Copy.pptxTP ponction d'ascite - Copy.pptx
TP ponction d'ascite - Copy.pptx
 
Mitra clip
Mitra clipMitra clip
Mitra clip
 
Sclérothérapie par ponction directe
Sclérothérapie par ponction directeSclérothérapie par ponction directe
Sclérothérapie par ponction directe
 
Epistaxis mh
Epistaxis mhEpistaxis mh
Epistaxis mh
 
Cvc protocole pptx
Cvc protocole pptxCvc protocole pptx
Cvc protocole pptx
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia

Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Dr. Kerfah Soumia
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Dr. Kerfah Soumia
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Dr. Kerfah Soumia
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Dr. Kerfah Soumia
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
Dr. Kerfah Soumia
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Dr. Kerfah Soumia
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
Dr. Kerfah Soumia
 
Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue
Dr. Kerfah Soumia
 

Plus de Dr. Kerfah Soumia (20)

Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin Mésothélome pleural malin
Mésothélome pleural malin
 
Education de lasthmatique
Education de lasthmatique Education de lasthmatique
Education de lasthmatique
 
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthmeEpidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
Epidémiologie et étiopathpgénie de lasthme
 
Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture Syndrome de Goodpasture
Syndrome de Goodpasture
 
Coeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chroniqueCoeur pulmonaire chronique
Coeur pulmonaire chronique
 
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCODiagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
Diagnostic et TRT des exacerbations de la BPCO
 
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stableDiagnostic et TRT de la BPCO en état stable
Diagnostic et TRT de la BPCO en état stable
 
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)Pneumonie aigue communautaire (PAC)
Pneumonie aigue communautaire (PAC)
 
Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané Pneumothorax spontané
Pneumothorax spontané
 
Tuberculose et VIH
Tuberculose et VIHTuberculose et VIH
Tuberculose et VIH
 
Maladie de Behçet
Maladie de BehçetMaladie de Behçet
Maladie de Behçet
 
Rhinite allergique
Rhinite allergiqueRhinite allergique
Rhinite allergique
 
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
Epidémiologie et étiopathogénie de la BPCO
 
La chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchiqueLa chirurgie dans le cancer bronchique
La chirurgie dans le cancer bronchique
 
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchiqueEndoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
Endoscopie-interventionnelle dans le cancer bronchique
 
Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires Pneumonies à germes intracellulaires
Pneumonies à germes intracellulaires
 
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivitéTransmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
Transmission du BK chez l'homme et dans la collectivité
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue Insuffisance respiratoire aigue
Insuffisance respiratoire aigue
 
Les œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonairesLes œdèmes pulmonaires
Les œdèmes pulmonaires
 

Ponction biopsie pleurale

  • 1. Dr. KERFAH S. Plan de la question I. Introduction : II. Définition : III. But : IV. Indications : V. Conditions : VI. Matériel : VII. Préparation du malade : VIII. Technique : IX. Surveillance : X. Contre-indications : XI. Incidents et complications : XII. Limites de la technique : XIII. Rentabilité : XIV. Conclusion : Ponction biopsie pleurale: Fiche technique
  • 2. I. Introduction : La thoracoscopie est l'examen de référence pour établir le diagnostic étiologique des pleurésies exsudatives d'origine indéterminée. Néanmoins, l'utilisation de la biopsie pleurale à l'aveugle reste d'actualité. II. Définition : Consiste à prélever un fragment de la plèvre pariétale à l’aide d’un trocart dans un but histologique ou bactériologique. C’est un Examen rapide, indolore, réalisé sous AL réalisé à l'aveugle sans aide échographique ou radiographique. III. But :  Obtenir un fragment de la plèvre pariétale pour l’analyse histologique et la mise en culture du prélèvement. IV. Indications :  Pleurésies exsudatives sans étiologie connue. V. Conditions : Arrêt du traitement anticoagulant. Existence d’une cavité remplie du liquide pleural (cliniquement et radiologiquement). Acte aseptique. VI. Matériel : 1. Casaque, masque, gants, champs stérile perforé et compresses stériles. 2. Xylocaïne 1%, seringue de 20 ml pour l’anesthésie locale. 3. Solution antiseptique (Bétadine ou chlorhexidine). 4. Lame de bistouri. 5. Un trocart de biopsie type Abrams, type Castelain ou type Boutin : –> Le trocart d’Abrams (1958): constitué de 03 éléments : - Un trocart creux de 4 mm de µ muni d’une ouverture latérale où pénétrera la plèvre pariétale. - Un tube creux qui se glisse dans le trocart et permet de guillotiner le fragment de la plèvre. - Un mandrin métallique interne qui permet de rendre étanche le système. –> L’aiguille de Castelain (1964): comprend également 03 éléments : - Un mandrin, tube creux de 10 mm de long et de 2.5 mm de µ, biseauté à sa pointe. - Un 1 er trocart plein s’emboitant dans le mandrin, destiné à faciliter la pénétration dans l’EIC. - Un 2 ème trocart plus long, à pointe mousse. Il est muni latéralement, dans sa partie qui dépasse le drain, d’une fente porteuse d’un crochet.
  • 3. –> Le trocart de Boutin (1998): un trocart stérile de 78 mm de long et de 3 mm de µ. La conception du mandrin tri-pans associée à celle du crochet de biopsie offre une qualité de prélèvement bien supérieure à celle de l’aiguille d’Abrams. 6. Tube stérile contenant du liquide de Bouin (pour la fixation du prélèvement). 7. Fil de suture, pince porte aiguille, et un pansement stérile. VII. Préparation du malade :  Une radiographie thoracique et un bilan d’hémostase du jour.  Contact et mise en confiance du malade.  Installation du malade en position assise et confortable, dos courbé. VIII. Technique : A) Biopsie à l’aiguille d’Abrams :  Mise des gants stériles puis procéder à l’antisepsie locale cutanée.  Un champ stérile fenêtré est accolé à la peau du patient au niveau de la biopsie : la biopsie est réalisée en pleine matité, vers la partie inférieure de l'épanchement, le plus souvent entre le 7e et le 9e EIC en passant au dessus du rebord supérieur de la côte inférieure de l'espace. Une injection d’anesthésiant (Xylocaïne) sera effectuée par voie sous-cutanée et intramusculaire. Incision de la peau horizontalement sur 5 mm à l'aide d'un bistouri à lame fine.  Introduction de l'aiguille à biopsie fermée (bout mousse) selon une direction horizontale jusqu'à perception d'un ressaut correspondant au passage de la plèvre pariétale.  Retrait du mandrin et mise en place d'une seringue.  Vérification d’une aspiration du liquide pleural après déverouillage. (+++)  L'orifice latéral est orienté vers le haut. L'opérateur bascule la pointe de l'aiguille vers le bas et la recule jusqu'à ce qu'il ressente une résistance correspondant à la pénétration de la plèvre dans l'orifice latéral.  Avant de retirer l'aiguille, on visse le tube interne pour guillotiner un fragment de plèvre.  L'aiguille peut être réintroduite pour une 2ème biopsie ou pour évacuer le liquide pleural.  Après le geste, un massage soigneux est immédiatement effectué à la sortie de l'aiguille pour dissocier les plans cutanés et sous-cutanés et éviter une fistule à ce niveau. Inutilité de mettre un point de suture; seul un pansement compressif maintenu quelques heures suffit. B) Biopsie à l’aiguille de Castelain :  Désinfection de la peau et pratique d’une anesthésie locale à la xylocaine.  Le mandrin muni de son trocart plein est introduit dans l’EIC sans incision de la peau.  Vérification de la présence de liquide à l’aspiration après avoir traversé la plèvre pariétale. +++
  • 4.  Une fois le mandrin et le 2ème trocart seront en place dans la cavité pleurale, on bascule l’aiguille vers la paroi thoracique pour ramener la fente du trocart contre la plèvre pariétale.  L’index métallique permet de connaitre la position de la fente.  On retire lentement mais fermement le trocart. On sent une résistance qui cède, on retire complètement le trocart et on vérifie la quantité du prélèvement.  Systématiquement on fait un 2ème voire un 3ème prélèvement dans des positions différentes. IX. Surveillance :  Repos au lit au moins 1h ;  Surveillance des constantes et de l’état respiratoire ;  Surveillance du risque hémorragique (pansement) ;  Radiographie pulmonaire de face de contrôle au lit du malade (risque de PNO). X. Contre-indications :  Pleurésies bactériennes ou hémorragiques ; Ponction pleurale blanche ;  Au cours d’un TRT par les anticoagulants.  Insuffisance hépatique sévère. XI. Incidents et complications :  Douleurs, malaise vagale ;  Hémorragie, hématome pariétale ;  PNO. XII. Limites de la technique :  Les biopsies ne contiennent pas de plèvre.  Chez un patient cancéreux, l’épanchement pleural n’est pas directement lié à l’envahissement néoplasique (paranéoplasique).  L’envahissement néoplasique est discontinu (la biopsie a tapé à côté). XIII. Rentabilité :  Tuberculose : 75%.  Pleurésies néoplasiques : 43 %.  Mésothéliomes : 20 %. XIV. Conclusion : Avant la thoracoscopie qui reste l'examen de référence, la biopsie pleurale à l'aveugle peut être proposée devant le bilan étiologique d'un épanchement pleural exsudatif d'origine indéterminée. Elle doit être utilisée en 1ère intention lorsqu'il s'agit d'un épanchement compatible avec une tuberculose ou avec une pathologie néoplasique, en particulier néoplasme extra pulmonaire, déjà identifié. Il s'agit d'un geste simple, entraînant peu de complications et permettant d'obtenir souvent un diagnostic étiologique avant d'envisager des examens plus invasifs.