SlideShare une entreprise Scribd logo
Alimentation
UFL PDI
Besoins d’entretien pour
une chèvre de 70 kg
0,89 56 g
Besoins de production pour
1 kg de lait à 3,5 % de TB
0,4 45 g
4ème mois de gestation 1,02 90
5ème mois de gestation 1,16 124
En résumé
Il faut adapter les apports de phosphore et de
calcium à la production laitière et au stade phy-
siologique de la chèvre. Toutefois, les rations sont
souvent excédentaires en phosphore et calcium,
excepté les systèmes à base de foin de grami-
nées-ensilage de maïs-céréales ou de foin de gra-
minées-céréales qui peuvent être déficitaires.
Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres
laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL (Unités
Fourragères Lait) et les grammes de PDI (Protéines Digestibles dans
l’Intestin).
Pour l’entretien, l’apport énergétique recommandé par l’INRA pour une
chèvre de 70 Kg est de 0,89 UFL. Il varie de 0,10 UFL pour une
différence de 10 Kg de poids vif.
Au cours des cinq dernières semaines de gestation, il doit être majoré
d’au moins 25%, pour les besoins de gestation.
Pour la production d’un kilo de lait à 3,5 % de TB, l’apport recommandé est de 0,4 UFL et de 45 g de PDI.
L’apport de PDI pour une chèvre de 70 Kg à l’entretien est de 56 g/j et varie de 6,2 g/j par 10 kg de poids
vif. Cet apport augmente respectivement de 55 à 65 % pour les UF et 110 à 130 % pour les PDI pendant les
4ème
et 5ème
mois de gestation.
Energie et azote
AlimentationAlimentation -- 11 --
Besoins énergétiques, poids vif et capacité d’ingestion
Minéraux
Source : INRA
Les besoins d’entretien d’une chèvre laitière en
phosphore et calcium absorbables sont respective-
ment de 1,9 g/j et 2 g/j. Pour une production de 4
kg de lait les besoins sont de 7,6 g/j en phosphore
absorbable et 6,9 g/j en calcium absorbable.
Pour le sodium et le magnésium, les apports doivent
être de 1,3 g/kg MS.
APPORTS ALIMENTAIRESAPPORTS ALIMENTAIRES
RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASERECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE
Des indicateurs du rationnement des chèvres laitières
(1) Veiller à avoir un écart entre les valeurs PDIN et PDIE le plus réduit possible.
(2) Protéines digestibles d’origine alimentaire
N.B. Les valeurs notées dans ce tableau restent des indicateurs moyens qui varient en fonction des animaux, de leur production laitière
et des aliments laissés à leur disposition.
“Je m’engraisse”
C’est le moment de reconstituer les réserves cor-
porelles nécessaires pour la future lactation. Lors-
qu’elle reconstitue ses réserves adipeuses, la chè-
vre a besoin de 4 UFL pour en stocker 1 kg. Avec un
objectif de 6 à 8 kg de réserves corporelles sup-
plémentaires sur une période de 100 jours, il fau-
dra 0,24 UFL/jour en plus des besoins journaliers.
Il convient d’en tenir compte dans le rationnement.
C’est-à-dire les apports UFL sont calculés d’une
part à partir de la production laitière, comme nous
l’avons décrit ci-dessus, et d’autre part des besoins
d’entretien. Attention toutefois dans les troupeaux
où les chèvres auraient repris de l’état corporel
précocement.
A cette période, environ 2 mois après la saillie, il
faut penser a effectuer une mise en lot après les
échographies pour adapter l’alimentation à chaque
stade physiologique.
“Ma panse, j’y pense”
La réussite du démarrage de lactation est fonc-
tion des capacités d’ingestion de la chèvre à la
mise-bas et de son état corporel à cette date.
-- 22 -- AlimentationAlimentation
Alimentation
4ème
et 5ème
mois
de gestation
Début
de lactation
Pleine
lactation
Fin de
lactation
Ingestion (kg MS/j)
(chèvre de 70 kg à 4 kg de lait)
1,6 à 2,1 kg
2,4 kg
à 2 semaines
2,6 à 3,1 kg au pic 2,5 à 2,7 kg
Concentration énergétiques
(UFL/kg MS)
0,8 0,95 0,9 à 0,95 0,85
Concentration azotée (1)
(g PDI/kg MS)
70 à 80 100 à 120 100 à 110 90 à 100
PDIA (2)
(g/kg MS)
-
40 % minimum
70 % maximum
- -
Cellulose brute
20 % de la MS
minimum
18 % minimum 18 % minimum 20 % minimum
Pourcentage de concentrés/MS
30 % de la MS
maximum
60 % maximum 60 % maximum
Matière grasse (en % de la MS) -
3 % minimum
6 % maximum
3 % minimum
Stades
physiologiques
De la saillie au tarissement
Les deux derniers mois de gestation
Le rationnement en début de lactation
MAINTENIR UN VOLUME
DE RUMEN SUFFISANT
Qualité et quantité des fourrages
Réserver les meilleurs fourrages
Modération des
concentrés
Eviter les niveaux
d’engraissement
extrêmes
Appétit à la
mise bas
Développement du rumen
en début de lactation
Production laitière
Alimentation et capacité d’ingestion
La production laitière d’une chèvre est en grande
partie fonction de sa capacité d’ingestion à la
mise-bas. L’objectif en fin de gestation est donc
de préserver un volume de panse optimum, et ce
malgré le volume occupé par le ou les fœtus. Ainsi,
il convient de favoriser l’ingestion d’un fourrage
de forte valeur énergétique, pour soutenir les
besoins supplémentaires des foetus, et de fibro-
sité correcte (Cf. page 8) pour maintenir une ca-
pacité d’ingestion satisfaisante à la mise-bas.
L’ingestion de ± 10 % de MS de foin en fin de ges-
tation provoque une variation de ± 5 % de la quan-
tité de MS ingérée en début de lactation. De plus
il existe un parallèle entre la MS de fourrage ingé-
rée et la production de lait. Ainsi, l’ingestion de
100 g de MS de fourrage en plus par jour, en fin
de gestation, correspond à une production de 120
g de lait en plus par jour ; d’où l’intérêt de la maî-
trise du système fourrager.
La mobilisation des réserves corporelles, même si
elle est inévitable, ne devrait pas être trop impor-
tante avant la semaine précédant la mise-bas.
Pour éviter tout changement de régime alimentaire
préjudiciable au moment de la mise-bas, la ration
de base qui sera utilisée en lactation, sera distri-
buée progressivement, six à sept semaines avant
celle-ci. Dès cette date, la quantité d’aliment
concentré distribué doit augmenter progressive-
ment pour atteindre à la mise-bas 50 % de la quan-
tité prévue au pic de lactation. Suivant la qualité
du fourrage et le gabarit des chèvres, la quantité
de concentré mise à disposition variera de 500 à
700 g par animal et par jour à la mise-bas.
AlimentationAlimentation -- 33 --
“Je maigris mais je produis”
En début de lactation, juste après la mise-bas, les
besoins augmentent très rapidement alors que la
capacité d’ingestion est encore limitée.
Les réserves corporelles sont alors mobilisées et
permettent de compenser l’insuffisance des ap-
ports énergétiques. La mobilisation de 1 kg de gras
est équivalente à un apport de 3,7 à 3,9 UFL. Et
une chèvre peut perdre sans risque jusqu'à 12 %
de son poids pendant la période fin de gestation et
début de lactation.
Toutefois, attention aux excès d’état corporel qui
favorisent les toxémies de gestation, les mises-
bas difficiles et les démarrages de lactation géné-
ralement moins bons.
Alimentation
-- 44 -- AlimentationAlimentation
Concernant les apports de matières azotées, il est
nécessaire de couvrir rapidement la totalité des
besoins des chèvres notamment avec un concentré
riche en PDIA (exemple : tourteaux tannés). La
première puis la deuxième semaine de lactation, un
déficit en PDI dans la ration de 80 à 90 g puis de
20 à 30 g est tolérée ; en effet, en début de lac-
tation, les chèvres peuvent utiliser une partie des
protéines tissulaires. Au contraire, à partir de la
troisième semaine, les besoins en PDI doivent être
entièrement couverts par les apports alimentaires
recommandés.
En ce qui concerne les concentrés énergétiques,
veiller à atteindre la quantité totale en cinq à six
semaines après la mise-bas. Sinon, des risques de
substitution de concentrés au fourrage existent
par la faible capacité d’ingestion des chèvres à
cette période. Les concentrés d’au moins 1 UFL
favorisent l’élaboration de la ration, avec un niveau
élevé de couverture des besoins, et un niveau de
Matière Sèche Ingérée limité, laissant de la place
pour l’ingestion de fourrages.
En début de lactation, l’écart PDI/UFL peut être
raisonné en fonction des réserves corporelles des
chèvres. Avec des chèvres en état à la mise-bas,
une courbe de lactation en pic est envisageable. Si
ce n’est pas le cas, il convient de limiter les excès
azotés qui risqueraient d’amplifier trop rapide-
ment l’amaigrissement des animaux. Dans cette
situation, un faible écart PDI/UFL induira une
courbe de lactation plus persistante.
Les clefs du rationnement à chaque stade physiologique
“ je garde mon poids de forme ”
La production laitière durant cette période est fortement dépendante du départ en lactation. Toutefois,
des excès, notamment azotés, au cours de ces deux premiers mois de lactation, peuvent avoir des inciden-
ces sanitaires après le pic de lactation.(acétonémie, stéatose hépatique). On observe alors des chutes bru-
tales de production de lait ou de taux au niveau de certains individus.
Alimentation
− Le meilleur des fourrages
− Augmentation prioritaire
des apports azotés (apport
de PDIA)
− Réviser les apports de
concentrés en fonction de
la production laitière
− Préparation de la prochaine
lactation : adapter les
concentrés à l’état corporel
− Limiter les apports d’ensi-
lage de maïs à 1,5 kg de
matière brute jusqu’à la
mise bas
− Evolution progressive de la
ration sur une durée d’un
mois après la mise bas
− Si possible, réaliser un allo-
tement à partir des produc-
tions laitières individuelles
− 15 jours avant la mise bas :
25 % de l’apport maximum
de concentrés
− L’ingestion augmente
progressivement de 200 à
250 g MS par semaine
− Eviter les modifications
brutales d’alimentation
4ème
et 5ème
mois de gestation Début de lactation Pleine lactation Fin de lactation
Rationnement en pleine lactation
L’état corporel en caprin peut être
estimé aux niveaux lombaire et ster-
nal. Deux notes peuvent ainsi être
attribuées aux animaux entre 0 et 5
avec des écarts possibles de 0,25
point. Dans nos systèmes intensifs
d’élevage, ces notes vont varier :
- de 2 à 3 en lombaire,
- de 3 à 4 en sternal
Une première notation de la région
lombaire permet d’obtenir une indica-
tion rapide de l’état des chèvres.
Il est indispensable pour l’éleveur de
faire le point sur l’état de son trou-
peau au sixième mois de lactation.
L’estimation de l’état corporel doit
permettre d’obtenir dès le 6ème
mois
et jusqu’au tarissement des notes
d’état corporel au niveau lombaire
comprises entre 2,5 et 2,75. Pour
des états corporels voisins de 2, l’é-
leveur peut enrichir la ration journa-
lière de 0,3 à 0,4 UFL soit 0,3 à 0,4
kg de concentré. A l’inverse, il faut
éviter des surengraissements, quitte
à diminuer les quantités de concen-
trés énergétiques, on ne pénalisera
pas la production laitière.
Notation de la région lombaire (Morand-Fehr)
Anatomie du site lombaire
(coupe transversale)
Les notes d’état corporel :
quelques repères objectifs
au niveau lombaire
Mise-bas : 2,25 - 2,5
100 jours : 2,25
200 jours : 2,5 - 2,75
Tarissement : 2,75
AlimentationAlimentation -- 55 --
Alimentation
Notation de l’état corporel :
« un outil d’avenir pour la gestion de l’alimentation »
RECOMMANDATIONS PRATIQUES :RECOMMANDATIONS PRATIQUES :
DE L’ANIMAL AU TROUPEAUDE L’ANIMAL AU TROUPEAU
-- 66 -- AlimentationAlimentation
Alimentation
Au sein d’un troupeau, les variations des
performances laitières sont fréquemment de 20 à
40 % entre les animaux. On peut considérer, dans
un élevage, que la répartition des productions
laitières suit une loi normale ou “ courbe en
cloche ”. Quand une ration couvre les besoins
correspondant à la production laitière moyenne plus
un écart type, les besoins d’environ 85 % des
chèvres sont au moins couverts. (voir schéma n° 2).
Ce qui fait que seulement 15 % des chèvres, les
plus performantes, sont insuffi-samment
nourries, alors qu’inversement 50 % des chèvres,
les moins performantes, sont largement
suralimentées. Cette inadéquation des apports aux
besoins énergétiques se traduit par un
accroissement de l’état d’engraissement chez les
faibles productrices (augmentation de la note
d’état corporel) et par une mobilisation des
réserves chez les plus performantes.
La mise en lot : des productions homogènes
Pour coller aux besoins des animaux, et éviter sous-
alimentation ou gaspillage, il faut constituer des
lots homogènes.
Deux situations se rencontre le plus souvent :
⇒ l’éleveur gère un lot unique : - il peut être
intéressant dans ce cas de constituer deux lots
en fonction du niveau de production des animaux.
Il a été montré que la constitution de deux lots
permettait de réduire d’environ 25 %
l’hétérogénéité initiale des niveaux de
production entre les animaux, qui induit des
différences d’ingestion Le passage de deux à
trois lots semble moins efficace (- 6 %
d’hétérogénéité).
Il faudra faire alors une ration par lot, avec le
choix d’un niveau de production adapté au lot.
Si l’on ne fonctionne qu’avec un seul lot, il sera
constitué de chèvres à des stades physiologiques
différents : des chèvres en fin de gestation,
d’autres qui ont mis-bas ou qui sont déjà en
pleine lactation. Il faut déterminer le stade
moyen et la production moyenne pour choisir le
niveau d’apports.
Toutefois, tant sur le plan physiologique
qu’économique, cette stratégie peut conduire à
des difficultés de gestion de troupeau. C’est
pourquoi, il convient au minimum de respecter
une évolution raisonnée du rationnement par
semaine en fonction du stade physiologique entre
le 5ème
mois de gestation et le 2ème
mois de
lactation. Dans ce choix de lot unique, il faudrait
favoriser les mises-bas groupées en saison afin
de faciliter le suivi de l’alimentation. De
nombreux accidents métaboliques ont été
observés dans des troupeaux en lot unique avec
une maîtrise imparfaite de la reproduction et un
étalement important des mises-bas.
Quelles rations pour mon troupeau ?
AlimentationAlimentation -- 77 --
Alimentation
⇒ l’éleveur gère déjà plusieurs lots constitués
en fonction du stade physiologique des animaux :
le processus est le suivant pour chaque lot :
- choix d’un niveau de production adapté au lot
- ration
Le choix du niveau de production
Il faut déterminer “ l’animal cible ” du lot (ou du
troupeau). Il est fonction des objectifs de
l’éleveur : 2/3 à 3/4 des animaux du lot auront une
production, donc des besoins, inférieurs.
En pratique, la production permise par la ration
devra couvrir 0,5 à 1 l de plus en UFL que cette
production moyenne et 1 l à 1,5 l de plus en g de PDI
en début de lactation
Exemple : pour un lot de chèvres à 4 l de moyenne
(variant de 3 l à 5 l) en début de lactation, rationner à
4,5 l en UFL et 5 l en PDI. Les besoins en lactation pour
une production de 4 l sont de 2,33 UFL et 230 g de PDI,
et les apports pour le lot vont être de 2,5 UFL et 275 g
de PDI, c’est-à-dire que les apports seront de 107 % en
UFL et 120 % en g de PDI des besoins théoriques de
l’animal moyen.
Courbe de répartition des production
laitières des chèvres dans un troupeau
Qualité des fourrages :
Il faut tenir compte pour la ration de la qualité des
fourrages.
Si l’on distribue des fourrages de médiocre qualité
(foin à moins de 0,65 UFL, ensilages humides à
moins de 15 % de MS pour l’herbe et moins de 25 %
de MS pour le maïs), il faudrait rationner les
chèvres par petits lots pour faire face aux faibles
ingestions de fourrage des moins bonnes laitières.
Pour les bons fourrages distribués à volonté, il est
possible d’avoir un même niveau de concentré pour
l’ensemble des animaux.
% chèvres ration ajustée
chèvres sous-alimentéeschèvres suralimentées
Production laitière
journalière par chèvre
PL objectif
PL moyenne
La Production
Laitière (PL) ob-
jectif est celle de
“ l’animal cible ”
Production/Chèvre
Concentré ingéré
par toutes les
Ingestion de
fourrages selon le
niveau de production
ingestion
Ajustements et
recommandations pratiques
Rythme de distribution des concentrés :
Pour une même quantité de concentrés, multiplier
le nombre de repas augmentera l’efficacité de la
ration. Dans tous les cas, il ne faut pas dépasser
400 g/repas.
⇒ 1 repas de concentrés/jour = risque d’acidose
⇒ 2 repas/jour = efficacité moyenne de la ration,
baisse du TB
⇒ 3 repas/jour et plus = peu de risque
Il est souvent utile de vérifier les quantités réel-
lement distribuées et celles ingérées. Un tarage
de temps en temps (à chaque livraison) des diver-
ses boites servant à la distribution est nécessaire.
Equilibre PDI/UFL :
Comme toutes les sources d’énergie et d’azote ne
sont pas utilisées à la même vitesse dans la panse,
il faut faire coïncider autant que possible les ap-
ports de ces deux types de nutriments.
Pour éviter les alcaloses qui apparaissent lors d’un
déséquilibre entre PDIN et PDIE, il faut vérifier
que :
PDIE - PDIN
———————— ≤ 12
UFL
En effet, grâce au recyclage de l’urée endogène
dans le rumen, la chèvre pourrait compenser un
déficit PDIE - PDIN = 25 g/j.
Vérifications :
Une fois la ration calculée sur le papier, il est in-
dispensable de vérifier les quantités réellement
distribuées voire ingérées quand cela est possible.
Les distributions à volonté ne correspondent pas
toujours à une ration calculée.
On fera régulièrement attention aux refus.
La quantité de refus (à peser de temps en temps)
dépend essentiellement de la qualité des fourra-
ges.
Exemple :
Ensilage de maïs bien conservé 5 à 10 %
Bon foin de luzerne 20 %
Foin moyen 30 %
Vert 10 à 30 % selon le stade
Il convient aussi, bien sur, de contrôler que la pro-
duction réelle du troupeau correspond à la produc-
tion attendue.
S’assurer que tous les animaux aient accès à
l’auge.
Les cornadis facilitent l’accès de tous.
Stocks :
Le calcul des apports pour chaque lot et pour tout
le troupeau, permet de prévoir les besoins du
troupeau durant toute la lactation, et de prendre
ses dispositions suffisamment tôt en cas de man-
que.
Un exemple : une ration type pour 4 kg de lait :
-- 88 -- AlimentationAlimentation
Alimentation
MS ingérée Fibrosité Refus MS distribuée Ration brute 1 kg
Foin (90 % MS) 0,750 kg 80 % 0,6 kg 15 % 0,9 kg 1 kg
Ensilage de maïs (33 %
MS)
1 kg
40 % 0,4 kg
(feuille tige)
0 % (grain)
10 % 1,1 kg 3,3 kg
Concentré 0,750 kg 0 % 0
Total 2,5 kg MS → 40 % → 1 kg fibre

Contenu connexe

Tendances

Elevage des chevrettes et réglementation bio
Elevage des chevrettes et réglementation bioElevage des chevrettes et réglementation bio
Elevage des chevrettes et réglementation bio
Institut de l'Elevage - Idele
 
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la fermeProjet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
Institut de l'Elevage - Idele
 
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
Institut de l'Elevage - Idele
 
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
Institut de l'Elevage - Idele
 
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
Institut de l'Elevage - Idele
 
Caprinov chevrettes
Caprinov chevrettesCaprinov chevrettes
Caprinov chevrettes
Institut de l'Elevage - Idele
 
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
Institut de l'Elevage - Idele
 
l’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière laitl’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière lait
Portail flehetna
 
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommationTechniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
OverCI
 
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Les rations possibles pour les agneaux de bergerie
Les rations possibles pour les agneaux de bergerieLes rations possibles pour les agneaux de bergerie
Les rations possibles pour les agneaux de bergerie
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
Institut de l'Elevage - Idele
 
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiersGAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
Institut de l'Elevage - Idele
 
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
Institut de l'Elevage - Idele
 

Tendances (20)

Elevage des chevrettes et réglementation bio
Elevage des chevrettes et réglementation bioElevage des chevrettes et réglementation bio
Elevage des chevrettes et réglementation bio
 
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la fermeProjet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
Projet Valcabri - Reconquête de l'engraissement du chevreau à la ferme
 
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
INRA 2018 : de nouvelles recommandations pour alimenter son troupeau | JTC 2019
 
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
2. L'engraissement de jeunes bovins avec des légumineuses
 
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
Caprinov2023 Un nouveau guide pour l’élevage des chevrettes, un nouvel outil ...
 
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
TechOvin 2019 - Comment bien choisir ses béliers ?
 
Caprinov chevrettes
Caprinov chevrettesCaprinov chevrettes
Caprinov chevrettes
 
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
JPO Pradel 2022 - Atelier 2 - Chevreaux lourds : quelles conduites pour quell...
 
l’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière laitl’état des lieux de la filière lait
l’état des lieux de la filière lait
 
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommationTechniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
Techniques d'elevage de poules pondeuses d'oeufs de consommation
 
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
Guide de l’alimentation des bovins allaitants De nombreux schemas photos et i...
 
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
Du nouveau pour l’alimentation des agneaux !
 
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
GAL2023 - Optim'Al v2 : une application web pour calculer des rations optimis...
 
Les rations possibles pour les agneaux de bergerie
Les rations possibles pour les agneaux de bergerieLes rations possibles pour les agneaux de bergerie
Les rations possibles pour les agneaux de bergerie
 
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
GAL2022 - Logimat et Pilotraite : 2 outils pour l'optimisation des contrôles ...
 
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
Les acquis de Cap protéines, un programme d'anticipation technique pour les é...
 
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
Guide de l’alimentation pratique du troupeau bovin allaitant - Guide alim bv ...
 
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
GAL2022 - PAC 2023 : Contenu et impacts de la réforme sur les élevages laitie...
 
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiersGAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
GAL2022 - BoviWell, pour l'évaluation du bien-être des troupeaux laitiers
 
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
La persistance de la lactation : modélisation des courbes de lactation en ovi...
 

Similaire à 1 alimentation chevres

Alimentation rationnelle du cheval
Alimentation rationnelle du chevalAlimentation rationnelle du cheval
Alimentation rationnelle du cheval
Baba Didier
 
Nutrition de vollaille
Nutrition de vollailleNutrition de vollaille
Nutrition de vollailleRachel Blaise
 
Dietetique du nourrisso ncommunication
Dietetique du nourrisso ncommunicationDietetique du nourrisso ncommunication
Dietetique du nourrisso ncommunicationAmel Ammar
 
diété.pptx
diété.pptxdiété.pptx
diété.pptx
bouallagimen
 
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) French
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) FrenchQuesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) French
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) Frenchguest96619f
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
Mehdi Razzok
 
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)cri2minuit
 
Space 2018 sante des broutards
Space 2018 sante des broutardsSpace 2018 sante des broutards
Space 2018 sante des broutards
Institut de l'Elevage - Idele
 
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Institut de l'Elevage - Idele
 
Alimentation fin de gestation.pptx
Alimentation fin de gestation.pptxAlimentation fin de gestation.pptx
Alimentation fin de gestation.pptx
Institut de l'Elevage - Idele
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génissesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Institut de l'Elevage - Idele
 
Spiruline solidaire by remede naturel
Spiruline solidaire by remede naturel  Spiruline solidaire by remede naturel
Spiruline solidaire by remede naturel
Remede Naturel
 
Alimentation Enfant
Alimentation EnfantAlimentation Enfant
Alimentation Enfant
Jalel Benghozzia
 
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
Institut de l'Elevage - Idele
 
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladiePrise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
Société Tripalio
 
PRESENTATION ENERGY FEED (Francais).pptx
PRESENTATION  ENERGY FEED (Francais).pptxPRESENTATION  ENERGY FEED (Francais).pptx
PRESENTATION ENERGY FEED (Francais).pptx
mohamedanouarkouadri1
 
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandationsAbreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
Institut de l'Elevage - Idele
 
nutrition des Goupes vulnerables
nutrition des Goupes vulnerablesnutrition des Goupes vulnerables
nutrition des Goupes vulnerables
Hasnae La
 

Similaire à 1 alimentation chevres (20)

Dietetique
DietetiqueDietetique
Dietetique
 
Poly nutrition
 Poly nutrition Poly nutrition
Poly nutrition
 
Alimentation rationnelle du cheval
Alimentation rationnelle du chevalAlimentation rationnelle du cheval
Alimentation rationnelle du cheval
 
Nutrition de vollaille
Nutrition de vollailleNutrition de vollaille
Nutrition de vollaille
 
Dietetique du nourrisso ncommunication
Dietetique du nourrisso ncommunicationDietetique du nourrisso ncommunication
Dietetique du nourrisso ncommunication
 
diété.pptx
diété.pptxdiété.pptx
diété.pptx
 
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) French
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) FrenchQuesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) French
Quesnel 2005 (Metabolic Status Of A Sow) French
 
Nutrition
Nutrition Nutrition
Nutrition
 
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)
Dietetique 121122105041-phpapp01 (2)
 
Space 2018 sante des broutards
Space 2018 sante des broutardsSpace 2018 sante des broutards
Space 2018 sante des broutards
 
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
Replay du Webinaire CARE 4 DAIRY - 25 mars 2024
 
Alimentation fin de gestation.pptx
Alimentation fin de gestation.pptxAlimentation fin de gestation.pptx
Alimentation fin de gestation.pptx
 
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génissesJournée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
Journée Technique Trévarez - 20 février 2024 - Atelier 3 génisses
 
Spiruline solidaire by remede naturel
Spiruline solidaire by remede naturel  Spiruline solidaire by remede naturel
Spiruline solidaire by remede naturel
 
Alimentation Enfant
Alimentation EnfantAlimentation Enfant
Alimentation Enfant
 
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
CIIRPO - webinaire du 9 juin 2022
 
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladiePrise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
Prise en charge des compléments alimentaires par l'Assurance maladie
 
PRESENTATION ENERGY FEED (Francais).pptx
PRESENTATION  ENERGY FEED (Francais).pptxPRESENTATION  ENERGY FEED (Francais).pptx
PRESENTATION ENERGY FEED (Francais).pptx
 
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandationsAbreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
Abreuvement en cheptel ovin : proposition de recommandations
 
nutrition des Goupes vulnerables
nutrition des Goupes vulnerablesnutrition des Goupes vulnerables
nutrition des Goupes vulnerables
 

1 alimentation chevres

  • 1. Alimentation UFL PDI Besoins d’entretien pour une chèvre de 70 kg 0,89 56 g Besoins de production pour 1 kg de lait à 3,5 % de TB 0,4 45 g 4ème mois de gestation 1,02 90 5ème mois de gestation 1,16 124 En résumé Il faut adapter les apports de phosphore et de calcium à la production laitière et au stade phy- siologique de la chèvre. Toutefois, les rations sont souvent excédentaires en phosphore et calcium, excepté les systèmes à base de foin de grami- nées-ensilage de maïs-céréales ou de foin de gra- minées-céréales qui peuvent être déficitaires. Les apports énergétiques et azotés recommandés pour les chèvres laitières sont mesurés respectivement par les unités UFL (Unités Fourragères Lait) et les grammes de PDI (Protéines Digestibles dans l’Intestin). Pour l’entretien, l’apport énergétique recommandé par l’INRA pour une chèvre de 70 Kg est de 0,89 UFL. Il varie de 0,10 UFL pour une différence de 10 Kg de poids vif. Au cours des cinq dernières semaines de gestation, il doit être majoré d’au moins 25%, pour les besoins de gestation. Pour la production d’un kilo de lait à 3,5 % de TB, l’apport recommandé est de 0,4 UFL et de 45 g de PDI. L’apport de PDI pour une chèvre de 70 Kg à l’entretien est de 56 g/j et varie de 6,2 g/j par 10 kg de poids vif. Cet apport augmente respectivement de 55 à 65 % pour les UF et 110 à 130 % pour les PDI pendant les 4ème et 5ème mois de gestation. Energie et azote AlimentationAlimentation -- 11 -- Besoins énergétiques, poids vif et capacité d’ingestion Minéraux Source : INRA Les besoins d’entretien d’une chèvre laitière en phosphore et calcium absorbables sont respective- ment de 1,9 g/j et 2 g/j. Pour une production de 4 kg de lait les besoins sont de 7,6 g/j en phosphore absorbable et 6,9 g/j en calcium absorbable. Pour le sodium et le magnésium, les apports doivent être de 1,3 g/kg MS. APPORTS ALIMENTAIRESAPPORTS ALIMENTAIRES RECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASERECOMMANDÉS : NOTIONS DE BASE
  • 2. Des indicateurs du rationnement des chèvres laitières (1) Veiller à avoir un écart entre les valeurs PDIN et PDIE le plus réduit possible. (2) Protéines digestibles d’origine alimentaire N.B. Les valeurs notées dans ce tableau restent des indicateurs moyens qui varient en fonction des animaux, de leur production laitière et des aliments laissés à leur disposition. “Je m’engraisse” C’est le moment de reconstituer les réserves cor- porelles nécessaires pour la future lactation. Lors- qu’elle reconstitue ses réserves adipeuses, la chè- vre a besoin de 4 UFL pour en stocker 1 kg. Avec un objectif de 6 à 8 kg de réserves corporelles sup- plémentaires sur une période de 100 jours, il fau- dra 0,24 UFL/jour en plus des besoins journaliers. Il convient d’en tenir compte dans le rationnement. C’est-à-dire les apports UFL sont calculés d’une part à partir de la production laitière, comme nous l’avons décrit ci-dessus, et d’autre part des besoins d’entretien. Attention toutefois dans les troupeaux où les chèvres auraient repris de l’état corporel précocement. A cette période, environ 2 mois après la saillie, il faut penser a effectuer une mise en lot après les échographies pour adapter l’alimentation à chaque stade physiologique. “Ma panse, j’y pense” La réussite du démarrage de lactation est fonc- tion des capacités d’ingestion de la chèvre à la mise-bas et de son état corporel à cette date. -- 22 -- AlimentationAlimentation Alimentation 4ème et 5ème mois de gestation Début de lactation Pleine lactation Fin de lactation Ingestion (kg MS/j) (chèvre de 70 kg à 4 kg de lait) 1,6 à 2,1 kg 2,4 kg à 2 semaines 2,6 à 3,1 kg au pic 2,5 à 2,7 kg Concentration énergétiques (UFL/kg MS) 0,8 0,95 0,9 à 0,95 0,85 Concentration azotée (1) (g PDI/kg MS) 70 à 80 100 à 120 100 à 110 90 à 100 PDIA (2) (g/kg MS) - 40 % minimum 70 % maximum - - Cellulose brute 20 % de la MS minimum 18 % minimum 18 % minimum 20 % minimum Pourcentage de concentrés/MS 30 % de la MS maximum 60 % maximum 60 % maximum Matière grasse (en % de la MS) - 3 % minimum 6 % maximum 3 % minimum Stades physiologiques De la saillie au tarissement Les deux derniers mois de gestation
  • 3. Le rationnement en début de lactation MAINTENIR UN VOLUME DE RUMEN SUFFISANT Qualité et quantité des fourrages Réserver les meilleurs fourrages Modération des concentrés Eviter les niveaux d’engraissement extrêmes Appétit à la mise bas Développement du rumen en début de lactation Production laitière Alimentation et capacité d’ingestion La production laitière d’une chèvre est en grande partie fonction de sa capacité d’ingestion à la mise-bas. L’objectif en fin de gestation est donc de préserver un volume de panse optimum, et ce malgré le volume occupé par le ou les fœtus. Ainsi, il convient de favoriser l’ingestion d’un fourrage de forte valeur énergétique, pour soutenir les besoins supplémentaires des foetus, et de fibro- sité correcte (Cf. page 8) pour maintenir une ca- pacité d’ingestion satisfaisante à la mise-bas. L’ingestion de ± 10 % de MS de foin en fin de ges- tation provoque une variation de ± 5 % de la quan- tité de MS ingérée en début de lactation. De plus il existe un parallèle entre la MS de fourrage ingé- rée et la production de lait. Ainsi, l’ingestion de 100 g de MS de fourrage en plus par jour, en fin de gestation, correspond à une production de 120 g de lait en plus par jour ; d’où l’intérêt de la maî- trise du système fourrager. La mobilisation des réserves corporelles, même si elle est inévitable, ne devrait pas être trop impor- tante avant la semaine précédant la mise-bas. Pour éviter tout changement de régime alimentaire préjudiciable au moment de la mise-bas, la ration de base qui sera utilisée en lactation, sera distri- buée progressivement, six à sept semaines avant celle-ci. Dès cette date, la quantité d’aliment concentré distribué doit augmenter progressive- ment pour atteindre à la mise-bas 50 % de la quan- tité prévue au pic de lactation. Suivant la qualité du fourrage et le gabarit des chèvres, la quantité de concentré mise à disposition variera de 500 à 700 g par animal et par jour à la mise-bas. AlimentationAlimentation -- 33 -- “Je maigris mais je produis” En début de lactation, juste après la mise-bas, les besoins augmentent très rapidement alors que la capacité d’ingestion est encore limitée. Les réserves corporelles sont alors mobilisées et permettent de compenser l’insuffisance des ap- ports énergétiques. La mobilisation de 1 kg de gras est équivalente à un apport de 3,7 à 3,9 UFL. Et une chèvre peut perdre sans risque jusqu'à 12 % de son poids pendant la période fin de gestation et début de lactation. Toutefois, attention aux excès d’état corporel qui favorisent les toxémies de gestation, les mises- bas difficiles et les démarrages de lactation géné- ralement moins bons. Alimentation
  • 4. -- 44 -- AlimentationAlimentation Concernant les apports de matières azotées, il est nécessaire de couvrir rapidement la totalité des besoins des chèvres notamment avec un concentré riche en PDIA (exemple : tourteaux tannés). La première puis la deuxième semaine de lactation, un déficit en PDI dans la ration de 80 à 90 g puis de 20 à 30 g est tolérée ; en effet, en début de lac- tation, les chèvres peuvent utiliser une partie des protéines tissulaires. Au contraire, à partir de la troisième semaine, les besoins en PDI doivent être entièrement couverts par les apports alimentaires recommandés. En ce qui concerne les concentrés énergétiques, veiller à atteindre la quantité totale en cinq à six semaines après la mise-bas. Sinon, des risques de substitution de concentrés au fourrage existent par la faible capacité d’ingestion des chèvres à cette période. Les concentrés d’au moins 1 UFL favorisent l’élaboration de la ration, avec un niveau élevé de couverture des besoins, et un niveau de Matière Sèche Ingérée limité, laissant de la place pour l’ingestion de fourrages. En début de lactation, l’écart PDI/UFL peut être raisonné en fonction des réserves corporelles des chèvres. Avec des chèvres en état à la mise-bas, une courbe de lactation en pic est envisageable. Si ce n’est pas le cas, il convient de limiter les excès azotés qui risqueraient d’amplifier trop rapide- ment l’amaigrissement des animaux. Dans cette situation, un faible écart PDI/UFL induira une courbe de lactation plus persistante. Les clefs du rationnement à chaque stade physiologique “ je garde mon poids de forme ” La production laitière durant cette période est fortement dépendante du départ en lactation. Toutefois, des excès, notamment azotés, au cours de ces deux premiers mois de lactation, peuvent avoir des inciden- ces sanitaires après le pic de lactation.(acétonémie, stéatose hépatique). On observe alors des chutes bru- tales de production de lait ou de taux au niveau de certains individus. Alimentation − Le meilleur des fourrages − Augmentation prioritaire des apports azotés (apport de PDIA) − Réviser les apports de concentrés en fonction de la production laitière − Préparation de la prochaine lactation : adapter les concentrés à l’état corporel − Limiter les apports d’ensi- lage de maïs à 1,5 kg de matière brute jusqu’à la mise bas − Evolution progressive de la ration sur une durée d’un mois après la mise bas − Si possible, réaliser un allo- tement à partir des produc- tions laitières individuelles − 15 jours avant la mise bas : 25 % de l’apport maximum de concentrés − L’ingestion augmente progressivement de 200 à 250 g MS par semaine − Eviter les modifications brutales d’alimentation 4ème et 5ème mois de gestation Début de lactation Pleine lactation Fin de lactation Rationnement en pleine lactation
  • 5. L’état corporel en caprin peut être estimé aux niveaux lombaire et ster- nal. Deux notes peuvent ainsi être attribuées aux animaux entre 0 et 5 avec des écarts possibles de 0,25 point. Dans nos systèmes intensifs d’élevage, ces notes vont varier : - de 2 à 3 en lombaire, - de 3 à 4 en sternal Une première notation de la région lombaire permet d’obtenir une indica- tion rapide de l’état des chèvres. Il est indispensable pour l’éleveur de faire le point sur l’état de son trou- peau au sixième mois de lactation. L’estimation de l’état corporel doit permettre d’obtenir dès le 6ème mois et jusqu’au tarissement des notes d’état corporel au niveau lombaire comprises entre 2,5 et 2,75. Pour des états corporels voisins de 2, l’é- leveur peut enrichir la ration journa- lière de 0,3 à 0,4 UFL soit 0,3 à 0,4 kg de concentré. A l’inverse, il faut éviter des surengraissements, quitte à diminuer les quantités de concen- trés énergétiques, on ne pénalisera pas la production laitière. Notation de la région lombaire (Morand-Fehr) Anatomie du site lombaire (coupe transversale) Les notes d’état corporel : quelques repères objectifs au niveau lombaire Mise-bas : 2,25 - 2,5 100 jours : 2,25 200 jours : 2,5 - 2,75 Tarissement : 2,75 AlimentationAlimentation -- 55 -- Alimentation Notation de l’état corporel : « un outil d’avenir pour la gestion de l’alimentation »
  • 6. RECOMMANDATIONS PRATIQUES :RECOMMANDATIONS PRATIQUES : DE L’ANIMAL AU TROUPEAUDE L’ANIMAL AU TROUPEAU -- 66 -- AlimentationAlimentation Alimentation Au sein d’un troupeau, les variations des performances laitières sont fréquemment de 20 à 40 % entre les animaux. On peut considérer, dans un élevage, que la répartition des productions laitières suit une loi normale ou “ courbe en cloche ”. Quand une ration couvre les besoins correspondant à la production laitière moyenne plus un écart type, les besoins d’environ 85 % des chèvres sont au moins couverts. (voir schéma n° 2). Ce qui fait que seulement 15 % des chèvres, les plus performantes, sont insuffi-samment nourries, alors qu’inversement 50 % des chèvres, les moins performantes, sont largement suralimentées. Cette inadéquation des apports aux besoins énergétiques se traduit par un accroissement de l’état d’engraissement chez les faibles productrices (augmentation de la note d’état corporel) et par une mobilisation des réserves chez les plus performantes. La mise en lot : des productions homogènes Pour coller aux besoins des animaux, et éviter sous- alimentation ou gaspillage, il faut constituer des lots homogènes. Deux situations se rencontre le plus souvent : ⇒ l’éleveur gère un lot unique : - il peut être intéressant dans ce cas de constituer deux lots en fonction du niveau de production des animaux. Il a été montré que la constitution de deux lots permettait de réduire d’environ 25 % l’hétérogénéité initiale des niveaux de production entre les animaux, qui induit des différences d’ingestion Le passage de deux à trois lots semble moins efficace (- 6 % d’hétérogénéité). Il faudra faire alors une ration par lot, avec le choix d’un niveau de production adapté au lot. Si l’on ne fonctionne qu’avec un seul lot, il sera constitué de chèvres à des stades physiologiques différents : des chèvres en fin de gestation, d’autres qui ont mis-bas ou qui sont déjà en pleine lactation. Il faut déterminer le stade moyen et la production moyenne pour choisir le niveau d’apports. Toutefois, tant sur le plan physiologique qu’économique, cette stratégie peut conduire à des difficultés de gestion de troupeau. C’est pourquoi, il convient au minimum de respecter une évolution raisonnée du rationnement par semaine en fonction du stade physiologique entre le 5ème mois de gestation et le 2ème mois de lactation. Dans ce choix de lot unique, il faudrait favoriser les mises-bas groupées en saison afin de faciliter le suivi de l’alimentation. De nombreux accidents métaboliques ont été observés dans des troupeaux en lot unique avec une maîtrise imparfaite de la reproduction et un étalement important des mises-bas. Quelles rations pour mon troupeau ?
  • 7. AlimentationAlimentation -- 77 -- Alimentation ⇒ l’éleveur gère déjà plusieurs lots constitués en fonction du stade physiologique des animaux : le processus est le suivant pour chaque lot : - choix d’un niveau de production adapté au lot - ration Le choix du niveau de production Il faut déterminer “ l’animal cible ” du lot (ou du troupeau). Il est fonction des objectifs de l’éleveur : 2/3 à 3/4 des animaux du lot auront une production, donc des besoins, inférieurs. En pratique, la production permise par la ration devra couvrir 0,5 à 1 l de plus en UFL que cette production moyenne et 1 l à 1,5 l de plus en g de PDI en début de lactation Exemple : pour un lot de chèvres à 4 l de moyenne (variant de 3 l à 5 l) en début de lactation, rationner à 4,5 l en UFL et 5 l en PDI. Les besoins en lactation pour une production de 4 l sont de 2,33 UFL et 230 g de PDI, et les apports pour le lot vont être de 2,5 UFL et 275 g de PDI, c’est-à-dire que les apports seront de 107 % en UFL et 120 % en g de PDI des besoins théoriques de l’animal moyen. Courbe de répartition des production laitières des chèvres dans un troupeau Qualité des fourrages : Il faut tenir compte pour la ration de la qualité des fourrages. Si l’on distribue des fourrages de médiocre qualité (foin à moins de 0,65 UFL, ensilages humides à moins de 15 % de MS pour l’herbe et moins de 25 % de MS pour le maïs), il faudrait rationner les chèvres par petits lots pour faire face aux faibles ingestions de fourrage des moins bonnes laitières. Pour les bons fourrages distribués à volonté, il est possible d’avoir un même niveau de concentré pour l’ensemble des animaux. % chèvres ration ajustée chèvres sous-alimentéeschèvres suralimentées Production laitière journalière par chèvre PL objectif PL moyenne La Production Laitière (PL) ob- jectif est celle de “ l’animal cible ” Production/Chèvre Concentré ingéré par toutes les Ingestion de fourrages selon le niveau de production ingestion Ajustements et recommandations pratiques
  • 8. Rythme de distribution des concentrés : Pour une même quantité de concentrés, multiplier le nombre de repas augmentera l’efficacité de la ration. Dans tous les cas, il ne faut pas dépasser 400 g/repas. ⇒ 1 repas de concentrés/jour = risque d’acidose ⇒ 2 repas/jour = efficacité moyenne de la ration, baisse du TB ⇒ 3 repas/jour et plus = peu de risque Il est souvent utile de vérifier les quantités réel- lement distribuées et celles ingérées. Un tarage de temps en temps (à chaque livraison) des diver- ses boites servant à la distribution est nécessaire. Equilibre PDI/UFL : Comme toutes les sources d’énergie et d’azote ne sont pas utilisées à la même vitesse dans la panse, il faut faire coïncider autant que possible les ap- ports de ces deux types de nutriments. Pour éviter les alcaloses qui apparaissent lors d’un déséquilibre entre PDIN et PDIE, il faut vérifier que : PDIE - PDIN ———————— ≤ 12 UFL En effet, grâce au recyclage de l’urée endogène dans le rumen, la chèvre pourrait compenser un déficit PDIE - PDIN = 25 g/j. Vérifications : Une fois la ration calculée sur le papier, il est in- dispensable de vérifier les quantités réellement distribuées voire ingérées quand cela est possible. Les distributions à volonté ne correspondent pas toujours à une ration calculée. On fera régulièrement attention aux refus. La quantité de refus (à peser de temps en temps) dépend essentiellement de la qualité des fourra- ges. Exemple : Ensilage de maïs bien conservé 5 à 10 % Bon foin de luzerne 20 % Foin moyen 30 % Vert 10 à 30 % selon le stade Il convient aussi, bien sur, de contrôler que la pro- duction réelle du troupeau correspond à la produc- tion attendue. S’assurer que tous les animaux aient accès à l’auge. Les cornadis facilitent l’accès de tous. Stocks : Le calcul des apports pour chaque lot et pour tout le troupeau, permet de prévoir les besoins du troupeau durant toute la lactation, et de prendre ses dispositions suffisamment tôt en cas de man- que. Un exemple : une ration type pour 4 kg de lait : -- 88 -- AlimentationAlimentation Alimentation MS ingérée Fibrosité Refus MS distribuée Ration brute 1 kg Foin (90 % MS) 0,750 kg 80 % 0,6 kg 15 % 0,9 kg 1 kg Ensilage de maïs (33 % MS) 1 kg 40 % 0,4 kg (feuille tige) 0 % (grain) 10 % 1,1 kg 3,3 kg Concentré 0,750 kg 0 % 0 Total 2,5 kg MS → 40 % → 1 kg fibre