SlideShare une entreprise Scribd logo
DYSPNEE LARYNGEE
Chronique Aiguë : URGENCE VITALE pas le temps de faire des rechercher→ : on se prépare à
intuber ou faire une trachéotomie
Les 2 fonctions vitales du larynx →respiration (=passage de l'air entre les cordes vocales) et
déglutition (=système totalement fermé pour empêcher de faire passer la nourriture dans les
voies aériennes) & phonation (fonction accessoire)
Circonstances de survenue
• Infections : Laryngites dyspnéisantes de
l’enfant (Epiglottite aiguë), La diphtérie (le
croup), La tuberculose
• Allergie : œdème de Quincke
• Corps étranger intralaryngé (manœuvre de
Heimlich)
• Traumatologie : étirement : pendaison,
ceinture de sécurité mal mise
• Cancer du larynx
• Fracas : balistique, strangulation
• Section : arme blanche
• Brûlure : incendie, caustique (ingestion volontaire
ou accidentelle)
• Maladies inflammatoires (Wegener, PR, sarcoïdose)
• Iatrogène (paralysie récurrentielle bilatérale post-
thyroïdectomie) du à un traitement/ examen→
• Œdème angioneurotique
Diagnostic positif
Signes fonctionnels Le Diagnostic différentiel
BRADYPNEE INSPIRATOIRE /! /!
(ralentissement du temps inspiratoire :
pour le voir, regarder le temps ET le
rythme respiratoire) accompagnée de :
• Tirage = dépression inspiratoire des
muscles sous obstacle (sous-
laryngés) : creux sus-sternal, sus-
claviculaire, intercostal,
épigastrique, pas de battement des
ailes du nez ni creusement du
muscle SCM.
• Cornage = Bruit inspiratoire du au
rétrécissement du larynx MAIS on
ne l'a pas toujours dépend du→
niveau de rétrécissement
• Toux rauque possible
• Dysphonie (= trouble de la voix) +/-
• Dysphagie (= trouble déglutition)
car l’épiglotte enflammée
=> signes associées, accessoires à la
dyspnée laryngée mais le plus
important c’est de repérer la
bradypnée
• Bradypnée expiratoire : crise asthme, bradypnée d'origine bronchique
• Bradypnée inspiratoire et expiratoire : bradypnée trachéale
• Polypnée : accélération mouvement respi tachypnée→ : accélération
du rythme respiratoire. Causes :
◦ Problème du parenchyme pulmonaire
◦ Cardiaque
◦ Métabolique : acidose (on hyperventile pour éjecter CO2), anémie,
maladie de l'Hb.
• Syndrome de pénétration : fausse route d'un corps étranger, survient
souvent chez l'enfant : suffocation, cyanose, toux & dyspnée. Phase
muette :
◦ soit corps rejetée dans les voies digestives et avalé→
◦ soit passage dans trachée et risque de se loger dans une→
bronche on entend un→ wheezing ascensionnel aux 2 temps & à
l'inspection : un syndrome d'atélectasie : syndrome de
condensation pulmonaire → matité, & VV, ( ampliation hémithorax,
( MV et souffle tubaire que s'il y a encore un peu d'air qui passe
• Croup : laryngite spécifique
• Spasme du sanglot : dyspnée intense, brutale, angoisse, cyanose,
cède rapidement & bénigne. Possible perte connaissance mais brève
• Oedème après piqure ou allergie
• Papillomatose laryngée : tumeur bénigne.
• Brûlure par caustique
• Traumatisme
• Iatrogène après intubation
Diagnostic pronostique => Signes de gravité /! /!
Le patient peut-il tolérer relativement longtemps ?
temps de réfléchir→ ? Ou faire geste de sauvegarde
pour urgence extrême ?
• Le terrain : à qui cela arrive ? Le sujet d’âge
moyen est plus résistant que enfants et
personnes âgées.
• Voir si comorbidités respi-cardiaques (cardio,
pneumo, hématologique, métabolique)
• Voir l'État de conscience : lutte ou somnolence
(( force, on commence à mourir)
• Quel délai écoulé entre le début des signes et
la consultation ?
• Si inefficacité des traitements déjà entrepris
(humidification de l’air, oxygénothérapie)
• L'état respiratoire par gravité croissante :
◦ Signes d’hypoxie : Cyanose, & signes de tirage
◦ Signes d’hypercapnie : Sueurs, pouls accéléré,
HTA => réaction adrénergique à la présence
d'hypercapnie. Très très grave obstacle très→
important car même le co2, qui est très
diffusible n'est pas être éliminé.
◦ Signes de fatigue respiratoire : Balancement
thoraco-abdominal, bradypnée inspiratoire
devient polypnée superficielle, pauses
respiratoires (=> on s'arrête bientôt de respirer)
• Voir si encombrement trachéo-bronchique associé
• Cause : Épiglottite aiguë, diphtérie, cancer,
traumatisme => très graves
DYSPNEE LARYNGEE DE L'ENFANT
Souvent aigu, met++ pronostic vital en jeu car larynx de l'enfant petit++ (anneau inextensible cartilage cricoïde)→
Diagnostic positif
Signes fonctionnels Signes de gravité
• Bradypnée inspiratoire
accompagnée de :
◦ tirage sus-sternal,
épigastrique, intercostal
◦ cornage ou bruit rauque par le
passage rétréci de l'air.
◦ Modifications cris / voix + toux
rauque
→Mauvaise tolérance de dyspnée et nécessite traitement urgent :
intubation, oxygénation, trachéotomie
• Signes Asphyxie avec sueurs, tachycardie, pâleur ou cyanose
• Irrégularité respiratoire + tachycardie ou pauses respiratoires.
• Troubles conscience : agitation, somnolence, confusion
• Disparition signes lutte avec amélioration trompeuse précédant
l'arrêt respiratoire par épuisement.
Diagnostic différentiel
• Dyspnée expiratoire (=bronchopulmonaire), dyspnée aux 2 temps (=trachéale)
• Dyspnée pharyngée : modifications de voix, hypersialorrhé et aphagie.
• Dyspnée nasale cède à l'ouverture de la bouche ou avec les cris chez le nouveau né.
Laryngites aiguës dyspnéisantes chez l'enfant /!
Toujours + de 6 mois (si - 6 mois →angiome sous-glottique : masse sous-glottique & nouveau né : laryngomalacie)
Différencier ces 3 maladies :
Épiglottite (au dessus des cordes
vocales)
Laryngite striduleuse (au niveau
des cordes vocales)
Laryngite sous-glottique
enfant non vacciné→
très grave, urgence absolue→
dysphagie intense avec→
hypersialorrhée
début brutal & aggravation spontanée→
position assis penché en avant→
fièvre 39-40°→
voix étouffée, toux claire→
moins grave→
en général correction→
spontanée
contexte de rhinopharyngite→
début brutal→
pas de position spéciale→
cornage→
œdème sous-glottique avec→
potentiel d'aggravation important
contexte de rhinopharyngite→
dyspnée avec modification voix→
toux rauque, aboyante→
TRAITEMENTS
• URGENCE VITALE, hospitalisation en
urgence avec réanimation sans délai.
• Intubation orotrachéale (1 essai)
• TRACHÉOTOMIE en urgence :
verticale médiane
• NE PAS ALLONGER L'ENFANT
=> traitement antibiotique après
hémoculture par voie intraveineuse
• Respirer air humide et chaud
OU
• Oxygénothérapie,
aérosolthérapie avec
adrénaline, injection IV de
corticoïdes et/ou d’adrénaline
• Aérosol adrénaline/ corticoïdes
• Corticothérapie voie parentérale
• Oxygénothérapie
=> à traiter en urgence
Hospitalisation selon la réponse au
traitement. Si hypoxie/ Hypercapnie
aux gaz du sang →intubation naseau-
trachéale.
DYSPNEE LARYNGEE DE L'ADULTE
Diagnostic positif
Signes fonctionnels ATCD à chercher Bilan
• Installation aiguë ou
chronique
• Précédée de +/-
dysphonie
• Accompagnée ou non
de tirage et cornage
• Possibles douleurs
→Alcool + Tabac = K voies aérodigestives
supérieures / récidive K ou séquelle traitement
→Traumatisme laryngé / -trachéal externe
OU→ interne : accidentel ou iatrogène après
intubation ou trachéotomie.
→intervention cervicale/ thoracique récente
→contage infectieux, viral paralysie laryngée
bilatérale
Chercher→ adénopathie cervicale
avec caractères de malignité
→Examen complet VADS centré sur
la région laryngo-pharyngée
+ Endoscopie diagnostique et
thérapeutique (résection lésion)
+/- imagerie→ Scanner / IRM pour
voir extension des lésions en aval.
Diagnostic différentiel
Dyspnée→ expiratoire (=bronchopulmonaire), dyspnée aux 2 temps (=trachéale)
Diagnostic étiologique
• K laryngé ou laryngo-pharyngé
• Œdème laryngée
• Sténose laryngée ou laryngo-trachéale post-traumatique
• Paralysies laryngées bilatérales (virale
ou centrale)
• Tumeurs bénignes larynx
L'EPISTAXIS
Il faut :
• la reconnaître
• Donner
abondance &
retentissement
• Rechercher
l'étiologie
• Assurer
l'hémostase
=> Interrogatoire rapide
et concis
2 tableaux cliniques
Épistaxis bénigne Épistaxis grave
→Peu abondant, goutte à
goutte
début→ unilatéral
Examen ORL après→
mouchage
→Rhinoscopie
antérieure : siège lésion
PAS de retentissement
sur l'état général.
→Interrogatoire rapide : ATCD, traitements, durée, abondance,
répétition, FDR hémorragiques.
Abondance évaluée par :
• Fc (pouls), PA, sueur, pâleur MAIS difficilement évaluée
car soit surestimée soit sous-estimée (déglutition)
• Association à pathologie pouvant faire décompenser par
déprivation sanguine : coronaropathies, sténose carotide.
• Prise traitement anti-coagulant
examen difficile car saignement +, souvent bilatéral et→
antéro-postérieur. Prise en charge => tamponnement
antérieur/ sonde à double ballonnets.
DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS
Sont à éliminer :
• Hémoptysie : saignement extériorisé lors de l'effort de toux
• Hématémèse : saignement extériorisé par la bouche, effort de vomissement
DYSPHONIE
Depuis 8-15 j examen ORL→
cordes vocales + fibroscopie
naso-pharyngée.
But : trouver lésion suspecte
notamment cancer larynx →
sujets à risque : Homme, 50
ans, fumeur, alcool.
Diagnostics :
Positif Différentiel
Anomalie du son,→
timbre de voix
Pas d'autres examens→
complémentaires
nécessaires.
Toute anomalie de la parole pas forcément = dysphonie
→Hypophonies des Insuffisants Respiratoires
quand→ grande altération état général
→obstruction nasale aigüe/ chronique
→Fuite d'air au niveau du voile
Volumineuse→ tumeur basilinguale ou oropharyngée
→Dysarthries : maladie neurologique.
SYNDROME D'APNEES DU SOMMEIL (SAOS) : ASPECTS CLINIQUES
Découverte car ronflement gênant OU hyper-somnolence diurne OU pathologie aggravée par SAOS
L'interrogatoire a 3 buts
Évaluer retentissement social du ronflement motif principal de consultation→
Voir symptômes pouvant faire suspecter la SAOS Comorbidités pouvant être aggravées par SAOS
Ronflement symptômes nocturnes→
• Ronflements, arrêts respiratoires
• Polyurie, éveils en sursaut
SAOS est un facteur d'aggravation dans les→
maladies comme :
• FDR vasculaires : HTA, diabètes,
dyslipidémie
• Insuffisance respiratoire pouvant être
aggravée par SAOS
• Obésité familiale
• ATCD familiaux de SAOS
Somnolence diurne symptômes avec Échelle type Epworth→
• Asthénie, céphalée matinale
• Dépression, moins de libido, impuissance sexuelle
• Marginalisation sociale et professionnelle
Éléments en faveur d'une autre pathologie du sommeil associé à
SAOS ou à un simple ronflement
• Fourmillement jambes et coups de pied
• Bruxismes
• Hallucinations nocturnes
• Narcolepsie, sensation de paralysie éveillante.
CORPS ETRANGERS (CE) TRACHEOBRONCHIQUES ET LARYNGES
Jeune enfant++, accident→ fréquent, grave car siège dangereux du CE ou car il est méconnu.
Siège corps étranger :
• 75% bronche droite (disposition anatomique)
• Trachée (15%)
• Laryngé (10%)
/! Distinguer corps étranger laryngé et trachéo-
bronchique sur le plan sémiologique et l'urgence.
Nature corps étranger :
• Végétaux gravité car fragmentation & réaction→
muqueuse bronchique intense
• Jouets plastiques & métalliques
CORPS ETRNAGER LARYNGE CORPS ETRANGER TRACHEO-BRONCHIQUE
Tableau clinique→ grave et risque blocage dans
région glottique/ sous-glottique : étroites
• Asphyxie aiguë, immédiate et foudroyante
• Dyspnée laryngée majeure, brutale et tirage
intense, aphonie et cyanose++
EXTRACTION EN URGENCE SOUS ENDOSCOPIE
Si asphyxie sur-aiguë avec mort imminente :
manœuvre d'Heimlich (pression brusque région
épigastrique pour expulser par élévation
diaphragme et hyper-pression pulmonaire)
Symptômes & évolution différents.
Souvent l'épisode aigu est méconnu ou oublié.
Diagnostic peut être difficile mais Toujours évoquer CE
trachéo-bronchique devant symptomatologie broncho-
pulmonaire aiguë surtout si localisée à un territoire
pulmonaire.
Diagnostic →syndrome de pénétration : SUFFOCATION
BRUTALE INOPINE ET SPONTANÉMENT RESOLUTIF
survenant chez enfant en bonne santé + Quintes de toux
violentes, expulsives, angoissantes + tirage et cornage.
Syndrome très fugace, impose examen endoscopique.
Diagnostic différentiel
• laryngite striduleuse
(dyspnée brutale, passagère,
calmé spontanément, arrive
la nuit)
• épiglottite (fièvre, dysphagie,
dysphonie progressive,
détresse respiratoire rapide)
Évolution : deux possibilités
• CE reste mobile se déplaçant dans la trachée ou d'une bronche à
l'autre : dyspnée trachéale, toux expulsives / spasmodiques.
Auscultation : wheezing. Risque : aggravation à la mobilisation de
l'enfant, mort subite si enclavement laryngée ou carène.
• CE enclavé dans une bronche : accalmie fonctionnelle totale. Signes
physiques et RX du trouble de ventilation, tolérance du CE sont
fonction de son volume, forme et calibre de la bronche obstruée
Tableau : obstruction bronchique aiguë ou accident broncho-pulmonaire infectieux chronique/ aigu
Examen clinique Examen RX
• Diminution/ abolition MV
• Râles bronchiques en foyer systématisé
• Matité (condensation pulmonaire)
• Corps étranger radio-opaque
• Atélectasie
• Emphysème obstructif
• Déplacement médiastinal
COMPLICATIONS
Précoces : Broncho-alvéolite (CE végétal), Oedème
réactionnel localisé
Tardives : Bronchorrhée avec parfois séquelles bronchiques
définitives sténose ou bronchectasies→

Contenu connexe

Tendances

V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I LesionsSalima Ali
 
Insuffisance Circulatoire Aigue
Insuffisance Circulatoire AigueInsuffisance Circulatoire Aigue
Insuffisance Circulatoire Aigue
Haifa Ben Abid
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinaleRose De Sable
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
Salah Eddine
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
Dr. Kerfah Soumia
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
drchamadi
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueHaythem Chiha
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantkillua zoldyck
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocsesf3
 
Infection urinaire ext
Infection urinaire extInfection urinaire ext
Infection urinaire extkillua zoldyck
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
Sarra OUBAHI
 
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptxDémarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
SchnaiderDormescar1
 
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Vensie
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dr. Kerfah Soumia
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireMehdy Wayzani
 
AVC
AVCAVC

Tendances (20)

Staphylococcies pleuro pulmonaires
Staphylococcies  pleuro pulmonairesStaphylococcies  pleuro pulmonaires
Staphylococcies pleuro pulmonaires
 
V A H E D I Lesions
V A H E D I  LesionsV A H E D I  Lesions
V A H E D I Lesions
 
Insuffisance Circulatoire Aigue
Insuffisance Circulatoire AigueInsuffisance Circulatoire Aigue
Insuffisance Circulatoire Aigue
 
Occlusion intestinale
Occlusion intestinaleOcclusion intestinale
Occlusion intestinale
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
Les etats de choc
Les etats de chocLes etats de choc
Les etats de choc
 
PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence PEC de lasthme en situation d'urgence
PEC de lasthme en situation d'urgence
 
Hematurie
HematurieHematurie
Hematurie
 
appendicite aiguë
appendicite aiguëappendicite aiguë
appendicite aiguë
 
La bronchiolite aigue
La bronchiolite aigueLa bronchiolite aigue
La bronchiolite aigue
 
Les vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfantLes vomissements de l’enfant
Les vomissements de l’enfant
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
 
Infection urinaire ext
Infection urinaire extInfection urinaire ext
Infection urinaire ext
 
Cholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasiqueCholecystite aigue lithiasique
Cholecystite aigue lithiasique
 
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptxDémarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
Démarche diagnostic et thérapeutique des urgences hypertensives.pptx
 
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
Les cardiopathies cyanogènes et non cyanogènes(corrigee)
 
Dg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysieDg et CAT devant une hémoptysie
Dg et CAT devant une hémoptysie
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
AVC
AVCAVC
AVC
 
Icteres
IcteresIcteres
Icteres
 

Similaire à SEMIOLOGIE ORL

Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques
Nes Rine Hadjaissa
 
Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée MarineBzh
 
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptxorl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
MostefaKarbo1
 
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptxorl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
MostefaKarbo1
 
Envenimations en normandie
Envenimations en normandieEnvenimations en normandie
Envenimations en normandie
Arnaud Depil-Duval
 
Inssufissance resp aigue
Inssufissance resp aigueInssufissance resp aigue
Inssufissance resp aigue
Salah Eddine
 
RéSuméS En Orl
RéSuméS En OrlRéSuméS En Orl
RéSuméS En Orl
Mede Space
 
Bronchiolite aigue.pptx
Bronchiolite aigue.pptxBronchiolite aigue.pptx
Bronchiolite aigue.pptx
ZghalMohamedali
 
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulteDetresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Patou Conrath
 
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptxECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
IMANE HALIMA BENLARIBI
 
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdfsyndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
ssuser3f03a0
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptx
Pauljr10
 
Topo sur l'asthme
Topo sur l'asthmeTopo sur l'asthme
Topo sur l'asthme
abdillahi doualeh mahad
 
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel RoyPerles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Urgencehsj
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1هدى رويس
 
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhkles_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
RefRama
 
Otites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes ChroniquesOtites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes Chroniques
Mede Space
 

Similaire à SEMIOLOGIE ORL (20)

Asthme
AsthmeAsthme
Asthme
 
Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques Douleurs thoraciques
Douleurs thoraciques
 
Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée Dyspnée Laryngée
Dyspnée Laryngée
 
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptxorl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
 
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptxorl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
orl6an-sinusites2022medjedoub.pptx
 
Envenimations en normandie
Envenimations en normandieEnvenimations en normandie
Envenimations en normandie
 
Inssufissance resp aigue
Inssufissance resp aigueInssufissance resp aigue
Inssufissance resp aigue
 
RéSuméS En Orl
RéSuméS En OrlRéSuméS En Orl
RéSuméS En Orl
 
Bronchiolite aigue.pptx
Bronchiolite aigue.pptxBronchiolite aigue.pptx
Bronchiolite aigue.pptx
 
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulteDetresse respi 193b detresse resp aigue adulte
Detresse respi 193b detresse resp aigue adulte
 
Dyspnée semio
Dyspnée  semioDyspnée  semio
Dyspnée semio
 
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptxECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
ECHINOCOCCOSE KYSTIQUE Dr BENLARIBI I H ACTUALITE 2024.pptx
 
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdfsyndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
syndromes_radiologiques-syndrome_bronchique.pdf
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptx
 
Diagnostic de la toux
Diagnostic de la touxDiagnostic de la toux
Diagnostic de la toux
 
Topo sur l'asthme
Topo sur l'asthmeTopo sur l'asthme
Topo sur l'asthme
 
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel RoyPerles pédiatrie Dr. Michel Roy
Perles pédiatrie Dr. Michel Roy
 
Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1Brulures caustiques oesophage1
Brulures caustiques oesophage1
 
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhkles_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
 
Otites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes ChroniquesOtites Moyennes Chroniques
Otites Moyennes Chroniques
 

SEMIOLOGIE ORL

  • 1. DYSPNEE LARYNGEE Chronique Aiguë : URGENCE VITALE pas le temps de faire des rechercher→ : on se prépare à intuber ou faire une trachéotomie Les 2 fonctions vitales du larynx →respiration (=passage de l'air entre les cordes vocales) et déglutition (=système totalement fermé pour empêcher de faire passer la nourriture dans les voies aériennes) & phonation (fonction accessoire) Circonstances de survenue • Infections : Laryngites dyspnéisantes de l’enfant (Epiglottite aiguë), La diphtérie (le croup), La tuberculose • Allergie : œdème de Quincke • Corps étranger intralaryngé (manœuvre de Heimlich) • Traumatologie : étirement : pendaison, ceinture de sécurité mal mise • Cancer du larynx • Fracas : balistique, strangulation • Section : arme blanche • Brûlure : incendie, caustique (ingestion volontaire ou accidentelle) • Maladies inflammatoires (Wegener, PR, sarcoïdose) • Iatrogène (paralysie récurrentielle bilatérale post- thyroïdectomie) du à un traitement/ examen→ • Œdème angioneurotique Diagnostic positif Signes fonctionnels Le Diagnostic différentiel BRADYPNEE INSPIRATOIRE /! /! (ralentissement du temps inspiratoire : pour le voir, regarder le temps ET le rythme respiratoire) accompagnée de : • Tirage = dépression inspiratoire des muscles sous obstacle (sous- laryngés) : creux sus-sternal, sus- claviculaire, intercostal, épigastrique, pas de battement des ailes du nez ni creusement du muscle SCM. • Cornage = Bruit inspiratoire du au rétrécissement du larynx MAIS on ne l'a pas toujours dépend du→ niveau de rétrécissement • Toux rauque possible • Dysphonie (= trouble de la voix) +/- • Dysphagie (= trouble déglutition) car l’épiglotte enflammée => signes associées, accessoires à la dyspnée laryngée mais le plus important c’est de repérer la bradypnée • Bradypnée expiratoire : crise asthme, bradypnée d'origine bronchique • Bradypnée inspiratoire et expiratoire : bradypnée trachéale • Polypnée : accélération mouvement respi tachypnée→ : accélération du rythme respiratoire. Causes : ◦ Problème du parenchyme pulmonaire ◦ Cardiaque ◦ Métabolique : acidose (on hyperventile pour éjecter CO2), anémie, maladie de l'Hb. • Syndrome de pénétration : fausse route d'un corps étranger, survient souvent chez l'enfant : suffocation, cyanose, toux & dyspnée. Phase muette : ◦ soit corps rejetée dans les voies digestives et avalé→ ◦ soit passage dans trachée et risque de se loger dans une→ bronche on entend un→ wheezing ascensionnel aux 2 temps & à l'inspection : un syndrome d'atélectasie : syndrome de condensation pulmonaire → matité, & VV, ( ampliation hémithorax, ( MV et souffle tubaire que s'il y a encore un peu d'air qui passe • Croup : laryngite spécifique • Spasme du sanglot : dyspnée intense, brutale, angoisse, cyanose, cède rapidement & bénigne. Possible perte connaissance mais brève • Oedème après piqure ou allergie • Papillomatose laryngée : tumeur bénigne. • Brûlure par caustique • Traumatisme • Iatrogène après intubation Diagnostic pronostique => Signes de gravité /! /! Le patient peut-il tolérer relativement longtemps ? temps de réfléchir→ ? Ou faire geste de sauvegarde pour urgence extrême ? • Le terrain : à qui cela arrive ? Le sujet d’âge moyen est plus résistant que enfants et personnes âgées. • Voir si comorbidités respi-cardiaques (cardio, pneumo, hématologique, métabolique) • Voir l'État de conscience : lutte ou somnolence (( force, on commence à mourir) • Quel délai écoulé entre le début des signes et la consultation ? • Si inefficacité des traitements déjà entrepris (humidification de l’air, oxygénothérapie) • L'état respiratoire par gravité croissante : ◦ Signes d’hypoxie : Cyanose, & signes de tirage ◦ Signes d’hypercapnie : Sueurs, pouls accéléré, HTA => réaction adrénergique à la présence d'hypercapnie. Très très grave obstacle très→ important car même le co2, qui est très diffusible n'est pas être éliminé. ◦ Signes de fatigue respiratoire : Balancement thoraco-abdominal, bradypnée inspiratoire devient polypnée superficielle, pauses respiratoires (=> on s'arrête bientôt de respirer) • Voir si encombrement trachéo-bronchique associé • Cause : Épiglottite aiguë, diphtérie, cancer, traumatisme => très graves
  • 2. DYSPNEE LARYNGEE DE L'ENFANT Souvent aigu, met++ pronostic vital en jeu car larynx de l'enfant petit++ (anneau inextensible cartilage cricoïde)→ Diagnostic positif Signes fonctionnels Signes de gravité • Bradypnée inspiratoire accompagnée de : ◦ tirage sus-sternal, épigastrique, intercostal ◦ cornage ou bruit rauque par le passage rétréci de l'air. ◦ Modifications cris / voix + toux rauque →Mauvaise tolérance de dyspnée et nécessite traitement urgent : intubation, oxygénation, trachéotomie • Signes Asphyxie avec sueurs, tachycardie, pâleur ou cyanose • Irrégularité respiratoire + tachycardie ou pauses respiratoires. • Troubles conscience : agitation, somnolence, confusion • Disparition signes lutte avec amélioration trompeuse précédant l'arrêt respiratoire par épuisement. Diagnostic différentiel • Dyspnée expiratoire (=bronchopulmonaire), dyspnée aux 2 temps (=trachéale) • Dyspnée pharyngée : modifications de voix, hypersialorrhé et aphagie. • Dyspnée nasale cède à l'ouverture de la bouche ou avec les cris chez le nouveau né. Laryngites aiguës dyspnéisantes chez l'enfant /! Toujours + de 6 mois (si - 6 mois →angiome sous-glottique : masse sous-glottique & nouveau né : laryngomalacie) Différencier ces 3 maladies : Épiglottite (au dessus des cordes vocales) Laryngite striduleuse (au niveau des cordes vocales) Laryngite sous-glottique enfant non vacciné→ très grave, urgence absolue→ dysphagie intense avec→ hypersialorrhée début brutal & aggravation spontanée→ position assis penché en avant→ fièvre 39-40°→ voix étouffée, toux claire→ moins grave→ en général correction→ spontanée contexte de rhinopharyngite→ début brutal→ pas de position spéciale→ cornage→ œdème sous-glottique avec→ potentiel d'aggravation important contexte de rhinopharyngite→ dyspnée avec modification voix→ toux rauque, aboyante→ TRAITEMENTS • URGENCE VITALE, hospitalisation en urgence avec réanimation sans délai. • Intubation orotrachéale (1 essai) • TRACHÉOTOMIE en urgence : verticale médiane • NE PAS ALLONGER L'ENFANT => traitement antibiotique après hémoculture par voie intraveineuse • Respirer air humide et chaud OU • Oxygénothérapie, aérosolthérapie avec adrénaline, injection IV de corticoïdes et/ou d’adrénaline • Aérosol adrénaline/ corticoïdes • Corticothérapie voie parentérale • Oxygénothérapie => à traiter en urgence Hospitalisation selon la réponse au traitement. Si hypoxie/ Hypercapnie aux gaz du sang →intubation naseau- trachéale. DYSPNEE LARYNGEE DE L'ADULTE Diagnostic positif Signes fonctionnels ATCD à chercher Bilan • Installation aiguë ou chronique • Précédée de +/- dysphonie • Accompagnée ou non de tirage et cornage • Possibles douleurs →Alcool + Tabac = K voies aérodigestives supérieures / récidive K ou séquelle traitement →Traumatisme laryngé / -trachéal externe OU→ interne : accidentel ou iatrogène après intubation ou trachéotomie. →intervention cervicale/ thoracique récente →contage infectieux, viral paralysie laryngée bilatérale Chercher→ adénopathie cervicale avec caractères de malignité →Examen complet VADS centré sur la région laryngo-pharyngée + Endoscopie diagnostique et thérapeutique (résection lésion) +/- imagerie→ Scanner / IRM pour voir extension des lésions en aval. Diagnostic différentiel Dyspnée→ expiratoire (=bronchopulmonaire), dyspnée aux 2 temps (=trachéale) Diagnostic étiologique • K laryngé ou laryngo-pharyngé • Œdème laryngée • Sténose laryngée ou laryngo-trachéale post-traumatique • Paralysies laryngées bilatérales (virale ou centrale) • Tumeurs bénignes larynx
  • 3. L'EPISTAXIS Il faut : • la reconnaître • Donner abondance & retentissement • Rechercher l'étiologie • Assurer l'hémostase => Interrogatoire rapide et concis 2 tableaux cliniques Épistaxis bénigne Épistaxis grave →Peu abondant, goutte à goutte début→ unilatéral Examen ORL après→ mouchage →Rhinoscopie antérieure : siège lésion PAS de retentissement sur l'état général. →Interrogatoire rapide : ATCD, traitements, durée, abondance, répétition, FDR hémorragiques. Abondance évaluée par : • Fc (pouls), PA, sueur, pâleur MAIS difficilement évaluée car soit surestimée soit sous-estimée (déglutition) • Association à pathologie pouvant faire décompenser par déprivation sanguine : coronaropathies, sténose carotide. • Prise traitement anti-coagulant examen difficile car saignement +, souvent bilatéral et→ antéro-postérieur. Prise en charge => tamponnement antérieur/ sonde à double ballonnets. DIAGNOSTICS DIFFERENTIELS Sont à éliminer : • Hémoptysie : saignement extériorisé lors de l'effort de toux • Hématémèse : saignement extériorisé par la bouche, effort de vomissement DYSPHONIE Depuis 8-15 j examen ORL→ cordes vocales + fibroscopie naso-pharyngée. But : trouver lésion suspecte notamment cancer larynx → sujets à risque : Homme, 50 ans, fumeur, alcool. Diagnostics : Positif Différentiel Anomalie du son,→ timbre de voix Pas d'autres examens→ complémentaires nécessaires. Toute anomalie de la parole pas forcément = dysphonie →Hypophonies des Insuffisants Respiratoires quand→ grande altération état général →obstruction nasale aigüe/ chronique →Fuite d'air au niveau du voile Volumineuse→ tumeur basilinguale ou oropharyngée →Dysarthries : maladie neurologique. SYNDROME D'APNEES DU SOMMEIL (SAOS) : ASPECTS CLINIQUES Découverte car ronflement gênant OU hyper-somnolence diurne OU pathologie aggravée par SAOS L'interrogatoire a 3 buts Évaluer retentissement social du ronflement motif principal de consultation→ Voir symptômes pouvant faire suspecter la SAOS Comorbidités pouvant être aggravées par SAOS Ronflement symptômes nocturnes→ • Ronflements, arrêts respiratoires • Polyurie, éveils en sursaut SAOS est un facteur d'aggravation dans les→ maladies comme : • FDR vasculaires : HTA, diabètes, dyslipidémie • Insuffisance respiratoire pouvant être aggravée par SAOS • Obésité familiale • ATCD familiaux de SAOS Somnolence diurne symptômes avec Échelle type Epworth→ • Asthénie, céphalée matinale • Dépression, moins de libido, impuissance sexuelle • Marginalisation sociale et professionnelle Éléments en faveur d'une autre pathologie du sommeil associé à SAOS ou à un simple ronflement • Fourmillement jambes et coups de pied • Bruxismes • Hallucinations nocturnes • Narcolepsie, sensation de paralysie éveillante.
  • 4. CORPS ETRANGERS (CE) TRACHEOBRONCHIQUES ET LARYNGES Jeune enfant++, accident→ fréquent, grave car siège dangereux du CE ou car il est méconnu. Siège corps étranger : • 75% bronche droite (disposition anatomique) • Trachée (15%) • Laryngé (10%) /! Distinguer corps étranger laryngé et trachéo- bronchique sur le plan sémiologique et l'urgence. Nature corps étranger : • Végétaux gravité car fragmentation & réaction→ muqueuse bronchique intense • Jouets plastiques & métalliques CORPS ETRNAGER LARYNGE CORPS ETRANGER TRACHEO-BRONCHIQUE Tableau clinique→ grave et risque blocage dans région glottique/ sous-glottique : étroites • Asphyxie aiguë, immédiate et foudroyante • Dyspnée laryngée majeure, brutale et tirage intense, aphonie et cyanose++ EXTRACTION EN URGENCE SOUS ENDOSCOPIE Si asphyxie sur-aiguë avec mort imminente : manœuvre d'Heimlich (pression brusque région épigastrique pour expulser par élévation diaphragme et hyper-pression pulmonaire) Symptômes & évolution différents. Souvent l'épisode aigu est méconnu ou oublié. Diagnostic peut être difficile mais Toujours évoquer CE trachéo-bronchique devant symptomatologie broncho- pulmonaire aiguë surtout si localisée à un territoire pulmonaire. Diagnostic →syndrome de pénétration : SUFFOCATION BRUTALE INOPINE ET SPONTANÉMENT RESOLUTIF survenant chez enfant en bonne santé + Quintes de toux violentes, expulsives, angoissantes + tirage et cornage. Syndrome très fugace, impose examen endoscopique. Diagnostic différentiel • laryngite striduleuse (dyspnée brutale, passagère, calmé spontanément, arrive la nuit) • épiglottite (fièvre, dysphagie, dysphonie progressive, détresse respiratoire rapide) Évolution : deux possibilités • CE reste mobile se déplaçant dans la trachée ou d'une bronche à l'autre : dyspnée trachéale, toux expulsives / spasmodiques. Auscultation : wheezing. Risque : aggravation à la mobilisation de l'enfant, mort subite si enclavement laryngée ou carène. • CE enclavé dans une bronche : accalmie fonctionnelle totale. Signes physiques et RX du trouble de ventilation, tolérance du CE sont fonction de son volume, forme et calibre de la bronche obstruée Tableau : obstruction bronchique aiguë ou accident broncho-pulmonaire infectieux chronique/ aigu Examen clinique Examen RX • Diminution/ abolition MV • Râles bronchiques en foyer systématisé • Matité (condensation pulmonaire) • Corps étranger radio-opaque • Atélectasie • Emphysème obstructif • Déplacement médiastinal COMPLICATIONS Précoces : Broncho-alvéolite (CE végétal), Oedème réactionnel localisé Tardives : Bronchorrhée avec parfois séquelles bronchiques définitives sténose ou bronchectasies→