SlideShare une entreprise Scribd logo
INTRODUCTION AU WEB 2.0 & quelques pratiques «Bibliothèque 2.0»  Par   Antonin Benoît DIOUF Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis, le 11 mai 2009
Web 2.0 ? Origines Définition Principes Services & applications Dangers Conclusion 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Origines Date & lieu de naissance : automne 2004 à San Francisco (Californie) Père :  Tim O’Reilly , éditeur spécialisé dans l’informatique, initiateur de l’expression « Web 2.0 » Signes particuliers : une multitude  de réalités qui le composent Fils RSS, Blogs, Réseaux sociaux, Wikis, Indexation sociale,… 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Définition Pas de définition précise, plutôt un concept avec lequel il faut comprendre une (r)évolution du Web classique tel qu’imaginé par  Tim Berners-Lee en mars 1989, informaticien au CERN, qui émit l'idée d'un système de partage des informations entre scientifiques basé sur un maillage d'adresses. Définition possible  : «  Le web 2.0 désigne généralement le "web nouvelle génération" c’est à dire l’ensemble des fonctionnalités communautaires et collaboratives (blogs, avis consommateurs, flux RSS, plateformes d’échanges vidéo, etc.) qui se sont fortement développées sur Internet à partir de l’année 2005  ». (source :  définitions-marketing.com ) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Définition Web 1.0 (classique) VS Web 2.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Définition Web 1.0 (classique) VS Web 2.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Principes Selon  Tim O’Reilly  le web 2 repose sur les principes suivants :  Le Web comme plate-forme de services : il fournit des applications web aux utilisateurs Internautes considérés comme co-développeurs des applications Richesse dans les données : en privilégiant les données libres sur les données propriétaires Intelligence collective : impliquer les utilisateurs dans la production de contenus  Souplesse et légèreté des interfaces : logiciel n’est plus arrimé au PC mais va vers les objets nomades Mettre à profit l’effet de la longue traîne : plus il y d’utilisateurs, plus le service s’améliore 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 Technologies Blogs Fils RSS Folksonomie Wikis Réseaux sociaux Sites de partage Courrier électronique Bureautique Bureaux virtuels Univers virtuels Cartes heuristiques Divers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 Une multitude d’outils et d’applications 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 : technologies Reposent sur des technologies qui sont nées pour la plupart avant l’émergence du concept. Une qui constitue l’élément-clé de ces services et applications =  AJAX  ( Asynchronous JavaScript And XML ), solution informatique libre qui permet des temps de chargement plus courts, l’affichage dynamique des nouveaux contenus sans recharger une page entière ou pré-charger des images, ( mais seulement les éléments sur la page  qui ont besoin de l’être) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Les  Mashups  :  applications «composites» mixant plusieurs sources pour fournir un nouveau produit ou service Services et applications Web 2.0 : technologies 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 : les Blogs Définition  : «  Un  blog  est un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps, et souvent, classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premiers). Chaque billet (appelé aussi note ou article) est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d' hyperliens  et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires . » (Wikipédia) Chiffres  :  + de 150 millions, 120.000 blogs créés chaque jour, avec une majorité pour les particuliers (internaute lambda) Plateformes de blogs  :  Wordpress, Blogger, Dotclear, etc… Notions connexes  :  blogosphère, blogroll, biblioblog Pour les trouver  :  Technorati, Google Blog search, Ask Blog 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 : les Blogs Dans les sciences de l’information Notion de  biblioblog  : « le biblioblog est un  blog  spécialisé dans le domaine des sciences de l’information et de la documentation, réalisé par un bibliothécaire, un archiviste ou un documentaliste de manière personnelle ou pour sa collectivité. Le biblioblog a pour objectifs principaux de favoriser la formation continue, la veille informationnelle, le partage des savoirs et la communication intra-professionnelle (source bibliobessession.net) » Quelques exemples Bibliobsession ; Senbibdoc ; Figoblog, Sous la poussière, Marlene’s corner, etc. Voir la page  biblioblogs sur Bibliopédia . 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Création en 1999 par Netscape De quoi parle-t-on ? de  syndication de contenu , c’est-à-dire : la  possibilité de publier automatiquement  sur un site web des informations issues d'un autre site web. Syndication matérialisée par les  fils RSS  : des  fichiers texte  au  format XML  (eXtended Markup Language) RSS  =  R eally  S imple  S yndication,  R ich  S ite  S ummary, ou encore  R DF  (Resource Description Framework)   S ite  S ummary 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Reconnaissables sur les sites ou pages Web généralement grâce aux icônes suivantes Principe de fonctionnement :  lors de la mise à jour d’un site web, un fichier texte au format XML contenant une description synthétique des nouveautés du site est généré en temps réel. Ce fichier texte est accessible en cliquant sur les  icônes  matérialisant la présence du flux RSS  3 principaux formats :  RSS 2.0 , Atom, RSS RDF 1.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Outils de lecture : les  agrégateurs  dont plusieurs types Agrégateurs en ligne :  Netvibes ,   i Google ,   xFruits … Agrégateurs en local :  FeedReader … Agrégateurs intégrés au navigateur :  Firefox ,  Safari … 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Les agrégateurs permettent : d'être informé des mises à jour réalisées sur d'autres sites quasi en temps réel de rassembler toutes ces informations en une seule et même application. Netvibes  ou  iGoogle  :  ces deux services présentent des fonctionnalités utiles, intéressantes et/ou ludiques. En effet, on peut : classer ses informations par onglets (thématiques ou autres, selon son choix), personnaliser le thème de la page, y compris avec des dessins dont les couleurs évoluent en fonction de l'heure et du temps! 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Agrégateur de la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis :  http://www.netvibes.com/bugb#Accueil 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS Pour nous professionnels de l’info-doc, outil de veille inestimable Quelques applications possibles en bibliothèques Créer des flux RSS pour de nouvelles acquisitions, des actualités, etc. Exemple :  http://www-scd.univ-lyon3.fr/nouvacq/rssTOUL.xml   (nouvelles acquisitions du SCD de l’université Jean Moulin – Lyon 3)  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Fils RSS En résumé :  Le standard RSS représente un moyen simple d'être tenu informé des nouveaux contenus d'un site web, sans avoir à le consulter.  Pour plus d’infos voir dossier RSS sur le blog  http://louisar.wordpress.com/   (search : RSS) http://www.commentcamarche.net/contents/www/rss.php3 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Tags & Folksonomie  Tags  =  Mot-clé sous forme d’étiquette apposé sur un document numérique Eléments constitutifs de la « folksonomie » ou indexation sociale, taxonomie populaire, etc. Une des manifestations concrètes du Web 2.0 où l’internaute indexe les contenus qu’il consulte Folksonomie  :  néologisme d’origine anglophone (Folksonomy) contraction de FOLK (populaire) et TAXONOMY (taxonomie) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Tags & Folksonomie  Folksonomie  : peut être présentée comme un thésaurus libre, c’est-à-dire avec une absence d’uniformisation, de hiérarchisation et de contrôle   donc absence des notions de vocabulaire contrôlé, liste d’autorités, etc. « Classification collaborative décentralisée et spontanée »  (URFIST de Rennes, 2008) S’applique à des images animées ou fixes, des bookmarks, des articles de blog,… Facilite la description des contenus et la recherche d’information 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Tags & Folksonomie  Notion de « tag cloud » ou « nuage de tags » où les mots-clés les plus populaires s’affichent en caractères plus grands 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
En bibliothèque :  Notion d’OPAC 2.0 ou OPAC social. (catalogue en ligne incluant les fonctionnalités du Web 2.0) Possibilité donnée à l’usager de proposer des mots-clefs ( tags ) sur les notices, directement à partir de l’OPAC, ensuite validation ou invalidation par le bibliothécaire.  Vise à enrichir la description des notices. Car les usagers sont souvent plus spécialistes d’un domaine que le bibliothécaire lui-même et donc qualifiés pour fournir des mots-clefs adéquats concernant ce domaine (surtout scientifique) OPAC social c’est aussi La possibilité d’évaluer les contenus des notices par ces usagers   système de vote, commentaires, critiques et suggestions d’emprunts (permet d’avoir une idée de la pertinence de son fonds documentaire et agir en conséquence pour qu’il réponde toujours aux besoins des utilisateurs) D’autres fonctionnalités à découvrir sur  Bibliopédia Exemples : les OPAC générés par le  logiciel PMB ,  AFI OPAC 2.0  (logiciel open source)  Services et applications Web 2.0 :  Tags & Folksonomie  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Tags & Folksonomie  Retenir :  Dans le cadre du Web 2.0, un tag est un mot-clé associé à un objet (une image, une vidéo, un message dans un blog, ...) qui permet de classer les objets. Les tags sont généralement définis de manière personnelle par l'auteur ou par l'utilisateur de l'objet.  Il n'y a actuellement pas de standardisation dans le choix des tags. Les sites Web 2.0 proposent souvent des nuages de tags qui présentent les contenus d'un site de manière plus visuelle que les habituels menus (slide précédent) La taille du tag détermine le nombre d'articles ou d'objets qui y sont liés Si on se trouve face à un nuage de tags, il suffit de cliquer sur un terme pour voir apparaître la liste des objets tagués avec ce terme 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Wikis Le mot vient de « wiki wiki » terme hawaïen qui veut dire « rapide ». Définition  : «  Site Web dynamique permettant à tout individu d’en modifier les page à volonté. Il permet de communiquer et diffuser des informations rapidement, de structurer cette information pour permettre d’y naviguer commodément » (Wikipédia) Sites collaboratifs qui peuvent être  généralistes :  Wikipédia  (le plus populaire sans doute) spécialisés :  Bibliopédia   (sciences de l’information),  Wikimini  (enfants),  ALPHABib  (accueil des handicapés en bibliothèque  maintenu par la BPI) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Wikis Généralement la création et la modification d’articles dans un wiki sont libres après une inscription préalable. Mais il peut arriver que l’accès et la modification d’articles soit soumis à autorisation, par exemple dans des Wikis d’entreprise. Là, la validation des créations et modifications d’articles est faite par un modérateur  (porte-à-faux avec l’esprit web 2.0) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux Ou encore « Social networking » Une des composantes les plus populaires du Web 2.0.  Espaces de  socialisation virtuelle  où les motivations sont aussi diverses que les catégories de personnes qui les investissent 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux Nombreux sites généralistes ou spécialisés, gratuits et ouverts et où l’identité numérique est dévoilée à dessein avec les profils individuels Réseaux généralistes  :  Facebook ,  MySpace ,  Hi5 ,  Ning   (qui permet de créer son propre réseau social et donc de le particulariser exemple :  http://personnelbugb.ning.com/   réseau social interne de la Bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis,  ou  http://librarians.ning.com/   réseau de bibliothécaires. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux Réseaux spécialisés  :  Professionnels  :  LinkedIn ,  Viadeo ,  Ziki … profils avec CV + liens et « hubs » regroupant des utilisateurs autour d’un centre d’intérêt  De chercheurs  :  Scilink D’apprentissage  :   Babbel , plate-forme d’apprentissage linguistique. Notion de « langues 2.0 ». On peut y apprendre 5 langues principalement (Allemand, Anglais, Espagnol, français, Italien), s’y faire des amis, etc.  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Parmi les réseaux sociaux généralistes on peut aussi citer : Twitter  :  outil de microblogage (microblogging) gratuit Sert à dire à son réseau " ce qu‘on est entrain de faire ".  Possibilité d'envoyer et de recevoir ces  messages  par Internet, par messagerie instantanée  ou par SMS (valable dans certains pays seulement : USA, Canada, UK, Inde) Ces  messages  sont appelés  tweets  (gazouillis en anglais).  Leur particularité : ils sont courts, longueur maximale de 140 caractères, ce qui permet de mettre à jour son Twitter de manière brève et spontanée. Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Twitter  en bibliothèques Usage plus fréquent dans les bibliothèques anglo-saxonnes, moins dans la sphère francophone Peut aider à vulgariser les activités de et dans la bibliothèque Exemples :  http://twitter.com/UniSheffieldLib  (Bibliothèque de l’université de Sheffield, UK) http://twitter.com/bugbactu  (Bibliothèque de l’Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal) voir la page d’accueil sur slide suivant Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux Leur développement repose sur le « postulat » :  les amis de mes amis sont mes amis , donc une fois que l’on devient ami de quelqu’un sur le réseau il vous ait suggéré de lier « amitié » avec les membres amis de votre ami. Dans un réseau social de type professionnel, les suggestion de liaison se font par similitude de profil. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Réseaux sociaux MySpace Fondé en 2003 aux USA / Filiale française créée en 2006 230 millions   de membres Nombreuses applications Blogs, messagerie instantanée, e-mail, clips vidéo, partage de MP3, listes d’amis …, pages perso complètement modulables Acquis en 2005 par News Corporation (R. Murdoch) pour 580 millions de dollars Dominant en Amérique du Nord Source : URFIST de Rennes 2008 Facebook Fondé en 2004 par Mark Zuckerberg (USA) 100 millions de membres Réseau  pour lycéens et étudiants ouvert aux  entreprises puis à  tous Plus de  8000 applications  différentes agrégées en 6 mois (2007) Croissance  en voie de ralentissement / fragilité ?  (116% « seulement » sept. 2007/2008…)  Comparaison des deux leaders mondiaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage On y partage un peu de tout : signets ou bookmarks, photos, vidéos, diaporamas, documents textes, références bibliographiques, etc. Utilisation libre  Espace de stockage ouvert à tous jusqu’à un certain volume (généralement le stockage devient payant au-delà d’un certain seuil admis par les propriétaires de l’application) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  signets  : notion de Bookmarking social (réseau de partage) Les signets sont externalisés Folksonomie : indexation libre par tags Pour les bibliothèques  : intérêt Signalement de ressources fiables Création de réseaux de partage de signets Régulation du tagging et formation des usagers à la création des tags 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Plates-formes de  partage de signets Généralistes Del.icio.us  :  plus ancienne, créée en 2004 par Joshua  Schachter, et revendue à Yahoo en 2005,  le meilleur système actuellement. Il a trois caractéristiques : il s'agit d'une application en ligne  les liens sont organisés grâce à des tags les liens sont partagés avec d'autres utilisateurs Aussi, Yahoo! MyWeb2 ,  Furl ,  Blogmarks , … 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Plates-formes de  partage de signets Scientifiques Connotea CiteUlike   Conçus pour aider les chercheurs et les étudiants à conserver et à partager leurs références 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Exemple : site de partage de signets de la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis,  http://delicious.com/bugb   11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  photos Flickr ,  propriété de Yahoo.  Mise en ligne de millions de photos par les utilisateurs. Banque d’images Tagging et description détaillée possible des photos Profilage des utilisateurs qui partagent les mêmes centres d’intérêt photographiques 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  photos  (suite) Picasa Web Album  :  lancé par Google en 2006.  Permet de publier très facilement sur Internet les photos stockées sur le disque dur de l'utilisateur, que  Picasa  gère localement. Orienté Web 2.0 : utilisation de flux RSS pour télécharger un album entier avec une interface qui peut aussi gérer les commentaires. * Dispose d’un moteur de recherche  (comme Flickr d’ailleurs) et d'indexation (à partir du nom de fichier, de la légende ou de mots clés) dans lequel on retrouve l'approche de celui de Google.  Capable de compresser à la volée des photos afin de prendre moins de place. L'espace alloué à chaque membre a évolué de 100 Mo au lancement, à 200 Mo ensuite, avant d'atteindre actuellement, 1 Go (1024 Mo). Estimation de 86 millions de membres en septembre 2008 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  vidéos  online ( podcasting  :  combinaison des termes iPod et broadcasting, désigne le fait de rendre disponible en ligne un fichier audio au format numérique ). Exemples : Youtube   :   site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser et se partager des séquences vidéos.  Propriété de Google depuis 2006 Utilise le format Flash pour afficher toutes sortes de vidéos : des extraits de films, d’émissions de télé et des clips de musique, mais aussi des vidéos amateurs provenant de blogs par exemple.  Indexation par tags des vidéos, en plus du titre et de la description  Propose des Fil RSS pour surveiller l’ajout de vidéos dans une catégorie donnée Commentaires et notation des vidéos possibles Possibilité de poster une vidéo sur un blog grâce à des codes HTML générés  au moment de l’enregistrement de la vidéo sur la plate-forme Exemple d’utilisation en bibliothèque : présentation de la  Bibliothèque publique d’Amsterdam  (visite virtuelle d’une bibliothèque en complément d’un guide de l’utilisateur par exemple) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  vidéos  online (suite) Dailymotion   : Origine France 2 ème   place au niveau mondial des sites de sa catégorie, juste après  YouTube   environ 40 millions de pages vues par jour et plus de 3 millions de visiteurs uniques par jour (mai 2007).  Importation de près de 15 000 nouvelles vidéos par jour.  Nombre d'inscrits s'élève au total à environ 7 millions d'internautes Metacafe   : Origine USA fondé en 2003  3 ème   place   sur les sites de partage de vidéo derrière  YouTube  et  DailyMotion   plus de 25 millions de visiteurs chaque mois 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  documents  : sites où les internautes diffusent des  documents textuels  (rapports, brochures, cours, articles,…) ; des diaporamas ; … Même principe que dans les autres sites de partage : tagging, fil RSS pour les nouveaux ajouts, évaluation par vote et commentaires possibles, etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Publication et partage de documents Calaméo  :  Permet  de transformer des documents en de superbes publications Web à partager  Chargé  sur Calaméo et automatiquement converti au format flash, un simple document Word devient un magazine Web qui se consulte comme un magazine papier. Autres services :  Scribd ,  Docstoc    ( documents professionnels ) En  bibliothèque , peuvent être des outils de vulgarisation des rapports d’activités et autres documents informatifs (règlements intérieurs, …) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  Diaporamas Slideshare  : sans doute le plus populaire permet de partager des présentations PowerPoint ou  Impress  (OpenOffice) Intègre le son et la vidéo (de Youtube) Génère un code HTML qui permet de poster la présentation sur un site web (par exemple un blog) Exemple d’utilisation à la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis (Sénégal) voir slide suivant Slideburner   11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Espace de partage de diaporamas de la bibliothèque de l’UGB :  http://www.slideshare.net/bugb   11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  références bibliographiques  : en fait ce sont des plates-formes de partage de bibliothèques personnelles en ligne. Principe  : soumission, dans une plate-forme de ce type, de livres que nous possédons. Cette bibliothèque est visible par tous les utilisateurs inscrits qui ont la possibilité d’émettre des critiques et commentaires sur ces livres, de les évaluer par des votes etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  références bibliographiques LibraryThing  :  application web   de catalogage social  et en ligne But : enregistrer et partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres. Développé par  Tim Spalding , ouvert le 29 Août 2005. 650,000 utilisateurs et 37 millions de livres en catalogue (mars 2009) Exemple d’utilisation par la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis qui y propose ses nouvelles acquisitions http://www.librarything.fr/profile/BUGBSAT   (page de profil) http://www.librarything.fr/catalog/BUGBSAT  (bibliothèque des nouvelles acquisitions)  http://www.librarything.fr/tags/BUGBSAT  (bibliothèque accessible par mots-clefs (tags) ) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Partage de  références bibliographiques  (suite) Babelio  :  Catalogage, indexation (tagging) et classement de livres Notation et critique de livres Discussion avec d’autres utilisateurs ayant les mêmes goûts Libfly  : propose de Prêter, emprunter ou acheter des livres près de chez soi  Partager sa bibliothèque personnelle ... Commenter ses lectures, ses coups de coeur ... 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Sites de partage Page de profil de la bibliothèque de l’UGB dans LibraryThing 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Courrier électronique Nouvelles façons d’envoyer du courrier électronique Les services de messagerie traditionnelle (Hotmail, Gmail, Yahoo mail, etc.) ne permettent pas toujours d’envoyer des fichiers volumineux De « nouveaux » services proposent de convoyer ces fichiers de grande taille (type image) Principe : les fichiers transitent d’abord sur un serveur de stockage (upload), le destinataire étant averti par un courriel avec un lien de téléchargement pour récupérer les fichiers (download). Service généralement gratuit en deçà d’un certain volume de données 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Courrier électronique Exemple de plate-forme Filemail  :  Envoi de fichiers jusqu’à 2 giga sans besoin de s’enregistrer.  Envoi gratuit si c’est à des fins non commerciales NB : ces types d’applications sont différents de ce qu’on appelle  webmail 2.0  qui veut dire autre chose (voir :  http://www.arobase.org/gratuit/webmails-2.0.htm )  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Bureautique De nouvelles fonctionnalités La grande révolution des  applications bureautiques en ligne  tient en partie au fait que les documents ne sont plus stockés en local dans le disque dur des utilisateurs mais sur Internet. C’est ce que l’on appelle le stockage à distance  Outre certains avantages (sécurité, accessibilité), cette façon de faire a permis à de nouvelles fonctionnalités d'émerger assez naturellement, ce qui a alors donné lieu à de nouveaux usages. En effet, les utilisateurs ont modifié leur façon d'utiliser les applications et Internet, et ont même sous certains aspects modifié leur façon de travailler 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Bureautique Publication, partage et collaboration  Etant donné que les documents issus d’application bureautique en ligne ne sont plus stockés sur le disque dur de l’utilisateur mais sur Internet, l’utilisateur peut facilement publier ses documents sur Internet mais aussi  donner accès  à ses documents à d’autres utilisateurs. Que cela concerne un document de type traitement de texte, tableur ou encore un agenda, les utilisateurs peuvent ainsi :  publier un document : le rendre visible aux utilisateurs ; partager un document : permettre aux utilisateurs de consulter son document ; collaborer sur un document: le créateur du document permet à d’autres utilisateurs de modifier directement le document, et donc d’élaborer un document commun. C'est la fonction la plus avancée.  Ces trois fonctions sont très facilement réalisables. L'utilisateur doit simplement spécifier l'adresse mail de l'utilisateur avec qui il souhaite partager un fichier ou collaborer sur un document. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Bureautique Traitements de texte Google documents   : fusion de  Google docs  pour les traitements de texte et  Google spreadsheet  pour les feuilles de calcul  permet un travail en ligne et collaboratif (inscription de collaborateurs par e-mail) Possibilité de partage des documents Zoho Writer   : traitement de texte en ligne comme Google documents. Ces deux applications permettent : formater un document , insérer tableau et image, en tête et pied de page, hyperliens et signets ,  imprimer , vérifier l’orthographe, etc. En plus des fonctionnalités typiquement traitement de texte, ces applications proposent une arborescence de type Windows afin d'organiser dans des dossiers les différents documents de travail. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Bureautique Agenda et calendrier A l'instar des outils de traitements de texte et des tableurs, l'utilisation d'agenda en ligne est simple car ces applications contiennent des fonctionnalités traditionnelles.  monagenda.net   : permet  D’entrer des événements divers (dates d'anniversaire, de réunions, etc.) ,  De classer les entrées en fonction de leur importance , De consulter l'agenda avec une vue journalière détaillée ou une vue globale par mois.  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  Bureautique Par  exemple , voici une boite de dialogue pour le partage et la collaboration sur un document texte dans l'application  Google Document Il suffit de paramétrer la boite de dialogue pour donner un accès plus ou moins important aux autres utilisateurs.  Ces nouvelles fonctionnalités offrent une très grande flexibilité et ont d'énormes avantages puisqu'elles permettent de rendre son travail visible, d’échanger des ressources mais aussi de travailler ensemble tout en étant à distance.  La collaboration est une fonctionnalité particulièrement utile dans les travaux de groupe ou encore dans l'organisation d'équipe de travail.  En effet, celle-ci ne nécessite plus la présence simultanée des collaborateurs dans une même pièce, ou encore d'utiliser d'interminables échanges par mail. Les utilisateurs peuvent quand ils le désirent apporter des modifications à un document de travail et ces modifications seront quasi immédiatement visibles par tous les autres collaborateurs. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Bureaux virtuels Définition  :   espace de travail personnel en ligne qui allie en même temps les caractéristiques du Web 2.0, à savoir le partage et la création de contenu. Ce service, vise à satisfaire des utilisateurs de plus en plus nomades en leur offrant la possibilité de disposer à tout moment de leur espace de travail à partir de n'importe quel ordinateur. Exemples   Mondesk  : 1 Giga d'espace disque pour stocker, partager et sauvegarder tous ses documents dans le bureau virtuel  Synchronisation du bureau virtuel avec Outlook, son téléphone portable … Envoi de fichiers volumineux par e-mail depuis le bureau virtuel  Partage d’agendas et organisation de réunions Possibilité de déployer le bureau virtuel comme plate forme de travail collaboratif  dans son service ou entreprise 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Bureaux virtuels Exemples (suite) OODesk   : après inscription le service permet le stockage des fichiers,  L’utilisation d’outils bureautiques (traitement de texte, tableur, etc.),  l'accès aux courriers électroniques,  le streaming multimédia pour l'écoute de musiques, l'organisation et la visualisation de photos (diaporamas),  la gestion des flux d'information et de messagerie instantanée, etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Bureaux virtuels Application  : avec  OODesk  en cliquant sur démarrer on peut facilement  importer des fichiers de son ordinateur à son espace virtuel et inversement. Cela permet d'avoir en permanence ses fichiers organiser ses fichiers comme dans une arborescence Windows traditionnelle. configurer son espace personnel en choisissant un thème et une couleur à appliquer à son écran.  partager ses fichiers avec d'autres personnes en entrant simplement l'adresse de l'utilisateur voulu. Rassembler ses pages Web favorites et y accéder très simplement.  11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Univers virtuels Métavers (autre appellation) =  Néologisme tiré de l'anglais  metaverse  c'est-à-dire méta-univers Définition  = « Un univers virtuel 3D ou  monde virtuel  est un monde créé artificiellement par un programme informatique et hébergeant une communauté d'utilisateurs présents sous forme d' avatars  et pouvant s'y déplacer, y interagir socialement et parfois économiquement. Ils peuvent également interagir avec des  agents informatiques . Ce cyberespace peut simuler le monde réel ou non. Il peut reproduire les lois physiques du monde réel telles que la gravité, le temps, le climat ou la géographie. Ou au contraire s'affranchir de ces limitations physiques. Les lois humaines peuvent également y être reproduites : la communication entre les utilisateurs se fait le plus souvent sous forme de texte. »   (Wikipédia) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Univers virtuels Les métavers qui nous intéressent ici, offrent un espace de réseau social se différenciant ainsi, des autres univers virtuels orientés exclusivement vers le jeu en ligne, comme le célèbre  World of Warcraft Quels sont ces univers ? 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Univers virtuels Second Life   : créé et édité en 2003 par la société  Linden Lab . Comme son nom l’indique permet de se créer une « seconde vie » virtuelle. Constitué d’îles et d’îlots A télécharger sur son PC ou Mac Après inscription les utilisateurs peuvent  créer le contenu du jeu : vêtements, bâtiments, objets, animations et sons, etc. acquérir des parcelles de terrain dont ils obtiennent la jouissance.  Possède une  économie  propre basée sur une monnaie virtuelle, le dollar Linden, convertible en dollars US auprès de bourses d'échange gérées par Linden Lab ou indépendantes. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Univers virtuels Second Life  (suite) Second Life  est à la fois un  jeu  et un  réseau social . C'est un espace de rencontre où s'expriment les engagements sociaux et politiques de manière libre et internationale ; les débats, expositions, conférences, formations, recrutements, concerts, mariages sont des événements courants sur  Second Life . Pour les  bibliothèques  et  bibliothécaires  un lieu à découvrir impérativement :  http://infoisland.org/   île regroupant des bibliothèques virtuelles, ou encore la bibliothèque francophone de Second Life à laquelle on peut accéder par téléportage, en cliquant sur  http://slurl.com/secondlife/Ebeoplex/55/178/21   Plus d’info sur  http://fr.wikipedia.org/wiki/Second_Life   11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Cartes heuristiques Définition   :  une carte heuristique (Map Mind) est un moyen visuel et symbolique de décrire la relation entre plusieurs éléments. On l’appelle carte conceptuelle, carte mentale ou encore  topogramme . Chaque élément est lié à un autre élément par un lien de type hiérarchique. Il s'agit d'une représentation principalement arborescente des données.  Le Web 2.0 a ajouté une dimension supplémentaire aux cartes heuristiques, celle de la collaboration. En effet, à l’heure actuelle, on peut avoir accès à des applications en ligne permettant l’élaboration de carte heuristique commune. Travailler ensemble, à plusieurs sur une même carte et ce de façon simultanée ou différée est possible. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Cartes heuristiques Avec quels  outils  les créer ? Initialement dessinées à la main, aujourd’hui elles peuvent être crées à l’aide de logiciels comme  Bubbl.us  : (en ligne) après inscription Prise en main très facile et rapide Construction de carte très simple, collaboration avec des amis ou collègues sur une même carte (même éloignés),… Aussi grâce à des outils hors-ligne à télécharger comme  FreeMind   11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Services et applications Web 2.0 :  les Cartes heuristiques Exemple de création avec   Bubbl.us   représentant les applications Web 2.0 utilisées à la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Messagerie instantanée  et  VOIP  : exemples Skype   : permet principalement de passer des appels téléphoniques à partir de votre ordinateur et via Internet + service de Chat (voir aussi  Yahoo! Messenger  et  Windows Live Messenger ) Meebo   :  webmessenger  permettant de se connecter simultanément à  Jabber  et plusieurs protocoles de messagerie instantanée dont  AIM , Yahoo! Messenger,  Google Talk , Windows Live Messenger, etc. sans installer un seul de ces logiciels Moteurs de recherche  : exemples Yoono   : recherche et partage d’informations Technorati   : moteur de recherche de la blogosphère Kartoo   : présentation cartographique des résultats Et tant d’autres   : (plus de 300 voir :  http://bobstumpel.blogspot.com/2007/08/search-20-more-than-threehundred.html )   Sites moralement répréhensibles  : comme pornographie 2.0 : Exemples Désolé pas d’exemples, l’autocensure est passée par là    transition vers les dangers du Web 2.0 Services et applications Web 2.0 :  les Divers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Web 2.0 : Dangers Sur le Web, personne ne sait que je suis un chien Une image pour (presque)  tout  dire 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Le Web classique était loin d’être un espace aseptisé où rien de fâcheux ne pouvait arriver. Y est apparue le concept de  cybercriminalité Ces dangers sont multipliés dans le Web 2.0 où tous les internautes assez familiers avec l’outil informatique peuvent devenir des producteurs de contenus et ainsi :  véhiculer tout un ensemble d’idées, d’images contraires aux normes établies  élaborer des arnaques (dans le web 2.0 les amis se mélangent avec les faux… amis) Faire donc attention aux demandes «d’amitié» sur les sites de réseaux sociaux utiliser ces sites comme vecteurs pour injecter des spywares et autres menaces informatiques Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Florilège de dangers possibles Hacking  : les pirates peuvent se constituer de vastes bases de données en passant au crible les profils des internautes inscrits sur les sites sociaux,  Spamming  : messages utilisés pour attirer les internautes vers d’autres sites web. Le phishing ou hâmeçonnage est une évolution de cela et vise usurper les données sensibles d’un tiers  (notamment ses mots de passe, son numéro de carte bancaire) en l’attirant sur un site factice enregistrant toutes ses actions. Via les blogs on parle alors de  Splog  : des messages de commentaires postés dans des  blogs  , uniquement pour ajouter des liens vers un ou plusieurs sites web à promouvoir. Walling  : utilisation d’informations écrites sur le mur de votre compte d’un site Web 2.0 (exemple Facebook) par un autre utilisateur véreux, qui va exploiter ces infos pour concocter une stratégie d’attaque contre vous Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Quelques précautions Ne jamais faire de ces sites (notamment les réseaux sociaux) des cercles de confiance En dire le moins sur soi Faire attention à toute offre d’amitié, toute invitation suspecte (même sous le couvert « d’amis » que l’on connaît déjà) Etc… Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Les sites Web 2.0 ont connu une expansion brusque et  incontrôlée Risque d’éclatement de la bulle Web 2.0 : a ctuellement, calme et remise à niveau naturelle, beaucoup de produits ayant disparu à cause concepts légèrement farfelus ou simplement inutiles et sans perspectives économiques rentables. Risque de perte (disparition) de données personnelles confiées à ces plateformes Risque, dans l’avenir, de voir les données échapper à la propriété des utilisateurs (marchandisation du stockage et de l’accès) Risque de les voir utilisées à d’autres fins  Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Entourées par un cercle vert les entreprises Web 2.0 qui ont été rachetées à coup de millions de dollars Barrées par une croix rose celles qui ont échoué et ont complètement disparu 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF Carte des logos du Web 2.0 revisitée par Meg Pickard Source :  Flickr  (16 mai 2009) Web 2.0 : Dangers Pour avoir une idée de ce qu’on vient d’évoquer
CONCLUSION Web 2.0 : réalité effective qui a démocratisé le Web et mis de l’eau dans le vin des tout-puissants webmasters. Merci  JavaScript  et  XML Web 2.0 est à certains égards un  Web "Moi Je" . On peut s'y montrer et s'y raconter, quitte à mettre en ligne des données personnelles qui intéresseront une entreprise. On peut "bricoler" ses propres applications (ou du moins sa propre combinaison d'outils sur une plate-forme) ; on peut disposer de ressources d'information illimitées, la plupart du temps remises à jour instantanément (par des fils RSS, par exemple) Beaucoup d’avantages : simplicité, interactivité, personnalisation, réutilisabilité, valorisation des compétences individuelles (sagesse des foules)… Inconvénients aussi : questions sur la pérennité, fiabilité, traçabilité (environnement dynamique où le contenu change continuellement ) Appropriation par les géants classiques du Web (Google et Yahoo!) qui ont racheté plusieurs services 2.0 et sont entrés de plain-pied dans la mouvance (exemple :  Google Custom Search  : recherche personnalisable) Tout ou presque se décline en 2.0 : entreprise 2.0, archives 2.0…. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Autre exemple : La pyramide des besoins de Maslow illustrée 2.0 En sociologie, la pyramide de Maslow représente la hiérarchisation de la motivation chez l’homme. Elle est constituée de cinq niveaux. Nous recherchons d’abord, selon Maslow, à satisfaire chaque besoin d’un niveau donné avant de penser aux besoins situés au niveau immédiatement supérieur de la pyramide. Sans surprise, on recherche par exemple à satisfaire les besoins physiologiques avant les besoins de sécurité : c’est pour cela que dans une situation où notre survie serait en jeu, nous sommes prêts à prendre des risques.(source Wikipédia) Cette illustration applique, à chaque niveau de la pyramide, des services Web2.0. CONCLUSION 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
CONCLUSION 11/05/2009 Galaxie web 2.0 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
Merci de votre attention Pour la détente voici un petit  film  illustrant tout ce qui précède The Machine is Us-ing Us  Avant d’éventuelles questions et contributions pour mieux dissiper nos zones d’ombres sur le sujet. CONCLUSION 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF

Contenu connexe

Tendances

Apprentissage supervisé.pdf
Apprentissage supervisé.pdfApprentissage supervisé.pdf
Apprentissage supervisé.pdf
hanamettali
 
Au fait, c'est quoi un MOOC ?
Au fait, c'est quoi un MOOC ?Au fait, c'est quoi un MOOC ?
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
Ilyas CHAOUA
 
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIREConception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Ghizlane ALOZADE
 
Présentation (Mémoire fin étude )
Présentation (Mémoire  fin étude )Présentation (Mémoire  fin étude )
Présentation (Mémoire fin étude )
Ramzi Noumairi
 
Rapport de Stage
Rapport de StageRapport de Stage
Rapport de Stage
gphilippon
 
méthode push et méthode pull
méthode push et méthode pullméthode push et méthode pull
méthode push et méthode pull
AmaniFarhati
 
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
Ramzi Noumairi
 
Modèle cahier des charges site web
Modèle cahier des charges site webModèle cahier des charges site web
Modèle cahier des charges site web
JEAN-GUILLAUME DUJARDIN
 
Présentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étudePrésentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étude
Donia Hammami
 
Développement Web - Module 1 - Introduction
Développement Web - Module 1 - IntroductionDéveloppement Web - Module 1 - Introduction
Développement Web - Module 1 - Introduction
Mohammed Amine Mostefai
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogique
Yahya Ahmedo
 
Soutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'étudesSoutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'études
Fabrice HAUHOUOT
 
TIC & E-Learning
TIC & E-LearningTIC & E-Learning
TIC & E-Learning
Mouna Torjmen
 
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clientsPrésentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Mohamed Ayoub OUERTATANI
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3
Titiopendoor
 
Presentation stage Tunisie Telecom
Presentation stage Tunisie TelecomPresentation stage Tunisie Telecom
Presentation stage Tunisie Telecom
litayem bechir
 
Big data
Big dataBig data
Big data
Yosra ADDALI
 
Projet de Fin d'études
Projet de Fin d'études Projet de Fin d'études
Projet de Fin d'études
Ghizlane El Karchouli
 
Chp3 - Modélisation Multidimensionnelle
Chp3 - Modélisation MultidimensionnelleChp3 - Modélisation Multidimensionnelle
Chp3 - Modélisation Multidimensionnelle
Lilia Sfaxi
 

Tendances (20)

Apprentissage supervisé.pdf
Apprentissage supervisé.pdfApprentissage supervisé.pdf
Apprentissage supervisé.pdf
 
Au fait, c'est quoi un MOOC ?
Au fait, c'est quoi un MOOC ?Au fait, c'est quoi un MOOC ?
Au fait, c'est quoi un MOOC ?
 
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
Conception et réalisation d’un Système d’information des étudiants du départe...
 
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIREConception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
Conception et Réalisation d’une application de Gestion SCOLAIRE
 
Présentation (Mémoire fin étude )
Présentation (Mémoire  fin étude )Présentation (Mémoire  fin étude )
Présentation (Mémoire fin étude )
 
Rapport de Stage
Rapport de StageRapport de Stage
Rapport de Stage
 
méthode push et méthode pull
méthode push et méthode pullméthode push et méthode pull
méthode push et méthode pull
 
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
Présentation PFE (Conception et développement d'une application web && mobile...
 
Modèle cahier des charges site web
Modèle cahier des charges site webModèle cahier des charges site web
Modèle cahier des charges site web
 
Présentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étudePrésentation projet de fin d'étude
Présentation projet de fin d'étude
 
Développement Web - Module 1 - Introduction
Développement Web - Module 1 - IntroductionDéveloppement Web - Module 1 - Introduction
Développement Web - Module 1 - Introduction
 
Ingenierie pedagogique
Ingenierie pedagogiqueIngenierie pedagogique
Ingenierie pedagogique
 
Soutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'étudesSoutenance mémoire de fin d'études
Soutenance mémoire de fin d'études
 
TIC & E-Learning
TIC & E-LearningTIC & E-Learning
TIC & E-Learning
 
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clientsPrésentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
Présentation PFE: Système de gestion des réclamations et interventions clients
 
Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3Soutenance MéMoire V3
Soutenance MéMoire V3
 
Presentation stage Tunisie Telecom
Presentation stage Tunisie TelecomPresentation stage Tunisie Telecom
Presentation stage Tunisie Telecom
 
Big data
Big dataBig data
Big data
 
Projet de Fin d'études
Projet de Fin d'études Projet de Fin d'études
Projet de Fin d'études
 
Chp3 - Modélisation Multidimensionnelle
Chp3 - Modélisation MultidimensionnelleChp3 - Modélisation Multidimensionnelle
Chp3 - Modélisation Multidimensionnelle
 

En vedette

Veille professionnelle avec le web 2.0 mars 2010
Veille professionnelle avec le web 2.0   mars 2010Veille professionnelle avec le web 2.0   mars 2010
Veille professionnelle avec le web 2.0 mars 2010
Jean-Michel Mermet
 
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
Fabien Gandon
 
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisationUsage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
Diane Mercier
 
BioPortal: ontologies and integrated data resources at the click of a mouse
BioPortal: ontologies and integrated data resourcesat the click of a mouseBioPortal: ontologies and integrated data resourcesat the click of a mouse
BioPortal: ontologies and integrated data resources at the click of a mouse
INRAE (MISTEA) and University of Montpellier (LIRMM)
 
Abes Adbs2411
Abes Adbs2411Abes Adbs2411
Abes Adbs2411
Fleury Christine
 
Taxonomies and Folksonomies
Taxonomies and FolksonomiesTaxonomies and Folksonomies
Taxonomies and Folksonomies
Heather Hedden
 
Le WEB 2.0 en bibliothèque
Le WEB 2.0 en bibliothèqueLe WEB 2.0 en bibliothèque
Le WEB 2.0 en bibliothèque
KOMOROWSKI Corinne
 
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
Janet Leu
 
Bibliothèques et web 2.0
Bibliothèques et web 2.0Bibliothèques et web 2.0
Bibliothèques et web 2.0
marlene
 
Le web 2.0 et les bibliothèques
Le web 2.0 et les bibliothèquesLe web 2.0 et les bibliothèques
Le web 2.0 et les bibliothèques
Raphael Grolimund
 
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
Xavier Galaup
 
Les bibliothèques et le Web 2.0
Les bibliothèques et le Web 2.0Les bibliothèques et le Web 2.0
Les bibliothèques et le Web 2.0
Bourrion Daniel
 
Restitution veille sur portails de bibliotheque
Restitution veille sur portails de bibliothequeRestitution veille sur portails de bibliotheque
Restitution veille sur portails de bibliotheque
Julien Sicot
 
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
Risu
 
Du web 2 au bibliothèques hybrides
Du web 2 au bibliothèques hybridesDu web 2 au bibliothèques hybrides
Du web 2 au bibliothèques hybrides
David Liziard
 
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
virginie Breton
 
Numérique en pratique : les portails de bibliothèques
Numérique en pratique : les portails de bibliothèquesNumérique en pratique : les portails de bibliothèques
Numérique en pratique : les portails de bibliothèques
Marc Maisonneuve
 
Nouveaux services en bibliotheques 2.0
Nouveaux services en bibliotheques 2.0Nouveaux services en bibliotheques 2.0
Nouveaux services en bibliotheques 2.0
KOMOROWSKI Corinne
 

En vedette (20)

Information Literacy
Information LiteracyInformation Literacy
Information Literacy
 
Veille professionnelle avec le web 2.0 mars 2010
Veille professionnelle avec le web 2.0   mars 2010Veille professionnelle avec le web 2.0   mars 2010
Veille professionnelle avec le web 2.0 mars 2010
 
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
web sémantique et web social: deux étapes vers les données liées d'un web ubi...
 
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisationUsage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
Usage du Web sémantique et maturité informationnelle de l'organisation
 
BioPortal: ontologies and integrated data resources at the click of a mouse
BioPortal: ontologies and integrated data resourcesat the click of a mouseBioPortal: ontologies and integrated data resourcesat the click of a mouse
BioPortal: ontologies and integrated data resources at the click of a mouse
 
Abes Adbs2411
Abes Adbs2411Abes Adbs2411
Abes Adbs2411
 
Taxonomies and Folksonomies
Taxonomies and FolksonomiesTaxonomies and Folksonomies
Taxonomies and Folksonomies
 
Le WEB 2.0 en bibliothèque
Le WEB 2.0 en bibliothèqueLe WEB 2.0 en bibliothèque
Le WEB 2.0 en bibliothèque
 
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
Taxonomy, ontology, folksonomies & SKOS.
 
Bibliothèques et web 2.0
Bibliothèques et web 2.0Bibliothèques et web 2.0
Bibliothèques et web 2.0
 
Le web 2.0 et les bibliothèques
Le web 2.0 et les bibliothèquesLe web 2.0 et les bibliothèques
Le web 2.0 et les bibliothèques
 
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
Les bibliothèques face a l'evolution d'internet et des ressources en ligne-2
 
Les bibliothèques et le Web 2.0
Les bibliothèques et le Web 2.0Les bibliothèques et le Web 2.0
Les bibliothèques et le Web 2.0
 
Restitution veille sur portails de bibliotheque
Restitution veille sur portails de bibliothequeRestitution veille sur portails de bibliotheque
Restitution veille sur portails de bibliotheque
 
Congres Abf 2009
Congres Abf 2009Congres Abf 2009
Congres Abf 2009
 
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
Twitter / Facebook : mais que font les bibliothèques sur ces réseaux ?
 
Du web 2 au bibliothèques hybrides
Du web 2 au bibliothèques hybridesDu web 2 au bibliothèques hybrides
Du web 2 au bibliothèques hybrides
 
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
Bibliothèques : Communiquer autrement avec les réseaux sociaux
 
Numérique en pratique : les portails de bibliothèques
Numérique en pratique : les portails de bibliothèquesNumérique en pratique : les portails de bibliothèques
Numérique en pratique : les portails de bibliothèques
 
Nouveaux services en bibliotheques 2.0
Nouveaux services en bibliotheques 2.0Nouveaux services en bibliotheques 2.0
Nouveaux services en bibliotheques 2.0
 

Similaire à Web 2.0 : une introduction

Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèquesOutils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
KOMOROWSKI Corinne
 
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
KOMOROWSKI Corinne
 
Web 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
Web 2.0 : Blogs, RSS & WikisWeb 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
Web 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
Bruno Bernard SIMON
 
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
Thomas Chaimbault-Petitjean
 
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
Thomas Chaimbault-Petitjean
 
Le web 2.0 pour les bibliothèques
Le web 2.0 pour les bibliothèquesLe web 2.0 pour les bibliothèques
Le web 2.0 pour les bibliothèques
URFIST de Rennes
 
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Aref Jdey
 
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirsBibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
Christophe Poupet
 
Web 2.0
Web 2.0Web 2.0
Web 2.0
mezzo_77
 
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
Association Bibop
 
JEBibop
JEBibopJEBibop
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
tisi
 
Technologie Web 2
Technologie Web 2Technologie Web 2
Technologie Web 2
imsiza
 
Web2 Gvb
Web2 GvbWeb2 Gvb
Web2 Gvb
mberthouzoz
 
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexionWeb 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
Sylvain Machefert
 

Similaire à Web 2.0 : une introduction (20)

Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèquesOutils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
Outils Web 2.0 appliqués aux bibliothèques
 
Bibliothèques et Web 2.0
Bibliothèques et Web 2.0Bibliothèques et Web 2.0
Bibliothèques et Web 2.0
 
Web 2.0 en bibliothèques
Web 2.0 en bibliothèquesWeb 2.0 en bibliothèques
Web 2.0 en bibliothèques
 
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
Le Web 2.0 en bibliothèques (Nov.2009)
 
Web 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
Web 2.0 : Blogs, RSS & WikisWeb 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
Web 2.0 : Blogs, RSS & Wikis
 
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
Les bibliothèques à l'épreuve du web 2.0
 
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
Des bibliothèques 2.0 ? Quand les bibliothèques s'emparent des outils du web ...
 
Le web 2.0 pour les bibliothèques
Le web 2.0 pour les bibliothèquesLe web 2.0 pour les bibliothèques
Le web 2.0 pour les bibliothèques
 
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
 
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirsBibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
Bibliothèque 2.0 - la médiatisation des savoirs
 
Web 2.0
Web 2.0Web 2.0
Web 2.0
 
Nveaux outils web
Nveaux outils webNveaux outils web
Nveaux outils web
 
Nveaux outils web
Nveaux outils webNveaux outils web
Nveaux outils web
 
Nveaux outils web
Nveaux outils webNveaux outils web
Nveaux outils web
 
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
Portail Bibliothèque du Finistère BDF29
 
JEBibop
JEBibopJEBibop
JEBibop
 
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0Principes, typologie et découverte du Web 2.0
Principes, typologie et découverte du Web 2.0
 
Technologie Web 2
Technologie Web 2Technologie Web 2
Technologie Web 2
 
Web2 Gvb
Web2 GvbWeb2 Gvb
Web2 Gvb
 
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexionWeb 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
Web 2.0 en bibliothèque - éléments de réflexion
 

Plus de Antonin Benoît DIOUF

Digital inclusion in Africa: role of libraries
Digital inclusion in Africa: role of librariesDigital inclusion in Africa: role of libraries
Digital inclusion in Africa: role of libraries
Antonin Benoît DIOUF
 
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleursSomme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
Antonin Benoît DIOUF
 
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
Antonin Benoît DIOUF
 
Technologies numeriques & Documentation
Technologies numeriques & DocumentationTechnologies numeriques & Documentation
Technologies numeriques & Documentation
Antonin Benoît DIOUF
 
Google Scholar à Mendeley via BibTex
Google Scholar à Mendeley via BibTexGoogle Scholar à Mendeley via BibTex
Google Scholar à Mendeley via BibTex
Antonin Benoît DIOUF
 
Google Scholar à Zotero via BibTex
Google Scholar à Zotero via BibTexGoogle Scholar à Zotero via BibTex
Google Scholar à Zotero via BibTex
Antonin Benoît DIOUF
 
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienneScience ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
Antonin Benoît DIOUF
 
IKM_strategies_4sdgs_africa
IKM_strategies_4sdgs_africaIKM_strategies_4sdgs_africa
IKM_strategies_4sdgs_africa
Antonin Benoît DIOUF
 
Libre accès documentation juridique
Libre accès documentation juridiqueLibre accès documentation juridique
Libre accès documentation juridique
Antonin Benoît DIOUF
 
Préservation par la numérisation
Préservation par la numérisationPréservation par la numérisation
Préservation par la numérisation
Antonin Benoît DIOUF
 
Bibliotheque & Culture scientifique
Bibliotheque & Culture scientifiqueBibliotheque & Culture scientifique
Bibliotheque & Culture scientifique
Antonin Benoît DIOUF
 
Discours sur le Leadership pour les SID
Discours sur le Leadership pour les SIDDiscours sur le Leadership pour les SID
Discours sur le Leadership pour les SID
Antonin Benoît DIOUF
 
Bibliothèque publique & Communauté
Bibliothèque publique & CommunautéBibliothèque publique & Communauté
Bibliothèque publique & Communauté
Antonin Benoît DIOUF
 
Introduction to Digital libraries
Introduction to Digital librariesIntroduction to Digital libraries
Introduction to Digital libraries
Antonin Benoît DIOUF
 
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverteL’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
Antonin Benoît DIOUF
 
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIAIdentification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
Antonin Benoît DIOUF
 
Guide Invenio : logiciel documentaire
Guide Invenio : logiciel documentaireGuide Invenio : logiciel documentaire
Guide Invenio : logiciel documentaire
Antonin Benoît DIOUF
 
CollectiveAccess : Tutoriel
CollectiveAccess : TutorielCollectiveAccess : Tutoriel
CollectiveAccess : Tutoriel
Antonin Benoît DIOUF
 

Plus de Antonin Benoît DIOUF (20)

Digital inclusion in Africa: role of libraries
Digital inclusion in Africa: role of librariesDigital inclusion in Africa: role of libraries
Digital inclusion in Africa: role of libraries
 
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleursSomme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
Somme archivistique issue d'Afrique et d'ailleurs
 
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
Gestion de l’information documentaire dans le développement de la gouvernance...
 
Technologies numeriques & Documentation
Technologies numeriques & DocumentationTechnologies numeriques & Documentation
Technologies numeriques & Documentation
 
Google Scholar à Mendeley via BibTex
Google Scholar à Mendeley via BibTexGoogle Scholar à Mendeley via BibTex
Google Scholar à Mendeley via BibTex
 
Google Scholar à Zotero via BibTex
Google Scholar à Zotero via BibTexGoogle Scholar à Zotero via BibTex
Google Scholar à Zotero via BibTex
 
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienneScience ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
Science ouverte en Afro-Francophonie subsaharienne
 
IKM_strategies_4sdgs_africa
IKM_strategies_4sdgs_africaIKM_strategies_4sdgs_africa
IKM_strategies_4sdgs_africa
 
Libre accès documentation juridique
Libre accès documentation juridiqueLibre accès documentation juridique
Libre accès documentation juridique
 
Préservation par la numérisation
Préservation par la numérisationPréservation par la numérisation
Préservation par la numérisation
 
Bibliotheque & Culture scientifique
Bibliotheque & Culture scientifiqueBibliotheque & Culture scientifique
Bibliotheque & Culture scientifique
 
Discours sur le Leadership pour les SID
Discours sur le Leadership pour les SIDDiscours sur le Leadership pour les SID
Discours sur le Leadership pour les SID
 
Bibliothèque publique & Communauté
Bibliothèque publique & CommunautéBibliothèque publique & Communauté
Bibliothèque publique & Communauté
 
Introduction to Digital libraries
Introduction to Digital librariesIntroduction to Digital libraries
Introduction to Digital libraries
 
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverteL’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
L’open source dans la dynamique du libre accès & de la science ouverte
 
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIAIdentification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
Identification and contribution of resources for AVLIN:ASKIA
 
Guide Invenio : logiciel documentaire
Guide Invenio : logiciel documentaireGuide Invenio : logiciel documentaire
Guide Invenio : logiciel documentaire
 
Panorama de sources de données
Panorama de sources de donnéesPanorama de sources de données
Panorama de sources de données
 
Veille informationnelle
Veille informationnelleVeille informationnelle
Veille informationnelle
 
CollectiveAccess : Tutoriel
CollectiveAccess : TutorielCollectiveAccess : Tutoriel
CollectiveAccess : Tutoriel
 

Web 2.0 : une introduction

  • 1. INTRODUCTION AU WEB 2.0 & quelques pratiques «Bibliothèque 2.0» Par Antonin Benoît DIOUF Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis, le 11 mai 2009
  • 2. Web 2.0 ? Origines Définition Principes Services & applications Dangers Conclusion 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 3. Web 2.0 : Origines Date & lieu de naissance : automne 2004 à San Francisco (Californie) Père : Tim O’Reilly , éditeur spécialisé dans l’informatique, initiateur de l’expression « Web 2.0 » Signes particuliers : une multitude de réalités qui le composent Fils RSS, Blogs, Réseaux sociaux, Wikis, Indexation sociale,… 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 4. Web 2.0 : Définition Pas de définition précise, plutôt un concept avec lequel il faut comprendre une (r)évolution du Web classique tel qu’imaginé par Tim Berners-Lee en mars 1989, informaticien au CERN, qui émit l'idée d'un système de partage des informations entre scientifiques basé sur un maillage d'adresses. Définition possible : «  Le web 2.0 désigne généralement le "web nouvelle génération" c’est à dire l’ensemble des fonctionnalités communautaires et collaboratives (blogs, avis consommateurs, flux RSS, plateformes d’échanges vidéo, etc.) qui se sont fortement développées sur Internet à partir de l’année 2005  ». (source : définitions-marketing.com ) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 5. Web 2.0 : Définition Web 1.0 (classique) VS Web 2.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 6. Web 2.0 : Définition Web 1.0 (classique) VS Web 2.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 7. Web 2.0 : Principes Selon Tim O’Reilly le web 2 repose sur les principes suivants : Le Web comme plate-forme de services : il fournit des applications web aux utilisateurs Internautes considérés comme co-développeurs des applications Richesse dans les données : en privilégiant les données libres sur les données propriétaires Intelligence collective : impliquer les utilisateurs dans la production de contenus Souplesse et légèreté des interfaces : logiciel n’est plus arrimé au PC mais va vers les objets nomades Mettre à profit l’effet de la longue traîne : plus il y d’utilisateurs, plus le service s’améliore 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 8. Services et applications Web 2.0 Technologies Blogs Fils RSS Folksonomie Wikis Réseaux sociaux Sites de partage Courrier électronique Bureautique Bureaux virtuels Univers virtuels Cartes heuristiques Divers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 9. Services et applications Web 2.0 Une multitude d’outils et d’applications 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 10. Services et applications Web 2.0 : technologies Reposent sur des technologies qui sont nées pour la plupart avant l’émergence du concept. Une qui constitue l’élément-clé de ces services et applications = AJAX ( Asynchronous JavaScript And XML ), solution informatique libre qui permet des temps de chargement plus courts, l’affichage dynamique des nouveaux contenus sans recharger une page entière ou pré-charger des images, ( mais seulement les éléments sur la page qui ont besoin de l’être) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 11. Les Mashups : applications «composites» mixant plusieurs sources pour fournir un nouveau produit ou service Services et applications Web 2.0 : technologies 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 12. Services et applications Web 2.0 : les Blogs Définition : «  Un blog est un site Web constitué par la réunion de billets agglomérés au fil du temps, et souvent, classés par ordre antéchronologique (les plus récents en premiers). Chaque billet (appelé aussi note ou article) est, à l'image d'un journal de bord ou d'un journal intime, un ajout au blog ; le blogueur (celui qui tient le blog) y délivre un contenu souvent textuel, enrichi d' hyperliens et d'éléments multimédias, sur lequel chaque lecteur peut généralement apporter des commentaires . » (Wikipédia) Chiffres : + de 150 millions, 120.000 blogs créés chaque jour, avec une majorité pour les particuliers (internaute lambda) Plateformes de blogs : Wordpress, Blogger, Dotclear, etc… Notions connexes : blogosphère, blogroll, biblioblog Pour les trouver : Technorati, Google Blog search, Ask Blog 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 13. Services et applications Web 2.0 : les Blogs Dans les sciences de l’information Notion de biblioblog : « le biblioblog est un blog spécialisé dans le domaine des sciences de l’information et de la documentation, réalisé par un bibliothécaire, un archiviste ou un documentaliste de manière personnelle ou pour sa collectivité. Le biblioblog a pour objectifs principaux de favoriser la formation continue, la veille informationnelle, le partage des savoirs et la communication intra-professionnelle (source bibliobessession.net) » Quelques exemples Bibliobsession ; Senbibdoc ; Figoblog, Sous la poussière, Marlene’s corner, etc. Voir la page biblioblogs sur Bibliopédia . 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 14. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Création en 1999 par Netscape De quoi parle-t-on ? de syndication de contenu , c’est-à-dire : la possibilité de publier automatiquement sur un site web des informations issues d'un autre site web. Syndication matérialisée par les fils RSS : des fichiers texte au format XML (eXtended Markup Language) RSS = R eally S imple S yndication, R ich S ite S ummary, ou encore R DF (Resource Description Framework) S ite S ummary 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 15. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Reconnaissables sur les sites ou pages Web généralement grâce aux icônes suivantes Principe de fonctionnement : lors de la mise à jour d’un site web, un fichier texte au format XML contenant une description synthétique des nouveautés du site est généré en temps réel. Ce fichier texte est accessible en cliquant sur les icônes matérialisant la présence du flux RSS 3 principaux formats : RSS 2.0 , Atom, RSS RDF 1.0 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 16. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Outils de lecture : les agrégateurs dont plusieurs types Agrégateurs en ligne : Netvibes , i Google , xFruits … Agrégateurs en local : FeedReader … Agrégateurs intégrés au navigateur : Firefox , Safari … 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 17. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Les agrégateurs permettent : d'être informé des mises à jour réalisées sur d'autres sites quasi en temps réel de rassembler toutes ces informations en une seule et même application. Netvibes ou iGoogle : ces deux services présentent des fonctionnalités utiles, intéressantes et/ou ludiques. En effet, on peut : classer ses informations par onglets (thématiques ou autres, selon son choix), personnaliser le thème de la page, y compris avec des dessins dont les couleurs évoluent en fonction de l'heure et du temps! 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 18. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Agrégateur de la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis : http://www.netvibes.com/bugb#Accueil 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 19. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS Pour nous professionnels de l’info-doc, outil de veille inestimable Quelques applications possibles en bibliothèques Créer des flux RSS pour de nouvelles acquisitions, des actualités, etc. Exemple : http://www-scd.univ-lyon3.fr/nouvacq/rssTOUL.xml (nouvelles acquisitions du SCD de l’université Jean Moulin – Lyon 3) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 20. Services et applications Web 2.0 : les Fils RSS En résumé : Le standard RSS représente un moyen simple d'être tenu informé des nouveaux contenus d'un site web, sans avoir à le consulter. Pour plus d’infos voir dossier RSS sur le blog http://louisar.wordpress.com/ (search : RSS) http://www.commentcamarche.net/contents/www/rss.php3 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 21. Services et applications Web 2.0 : Tags & Folksonomie Tags = Mot-clé sous forme d’étiquette apposé sur un document numérique Eléments constitutifs de la « folksonomie » ou indexation sociale, taxonomie populaire, etc. Une des manifestations concrètes du Web 2.0 où l’internaute indexe les contenus qu’il consulte Folksonomie : néologisme d’origine anglophone (Folksonomy) contraction de FOLK (populaire) et TAXONOMY (taxonomie) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 22. Services et applications Web 2.0 : Tags & Folksonomie Folksonomie : peut être présentée comme un thésaurus libre, c’est-à-dire avec une absence d’uniformisation, de hiérarchisation et de contrôle  donc absence des notions de vocabulaire contrôlé, liste d’autorités, etc. « Classification collaborative décentralisée et spontanée » (URFIST de Rennes, 2008) S’applique à des images animées ou fixes, des bookmarks, des articles de blog,… Facilite la description des contenus et la recherche d’information 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 23. Services et applications Web 2.0 : Tags & Folksonomie Notion de « tag cloud » ou « nuage de tags » où les mots-clés les plus populaires s’affichent en caractères plus grands 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 24. En bibliothèque : Notion d’OPAC 2.0 ou OPAC social. (catalogue en ligne incluant les fonctionnalités du Web 2.0) Possibilité donnée à l’usager de proposer des mots-clefs ( tags ) sur les notices, directement à partir de l’OPAC, ensuite validation ou invalidation par le bibliothécaire. Vise à enrichir la description des notices. Car les usagers sont souvent plus spécialistes d’un domaine que le bibliothécaire lui-même et donc qualifiés pour fournir des mots-clefs adéquats concernant ce domaine (surtout scientifique) OPAC social c’est aussi La possibilité d’évaluer les contenus des notices par ces usagers  système de vote, commentaires, critiques et suggestions d’emprunts (permet d’avoir une idée de la pertinence de son fonds documentaire et agir en conséquence pour qu’il réponde toujours aux besoins des utilisateurs) D’autres fonctionnalités à découvrir sur Bibliopédia Exemples : les OPAC générés par le logiciel PMB , AFI OPAC 2.0 (logiciel open source) Services et applications Web 2.0 : Tags & Folksonomie 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 25. Services et applications Web 2.0 : Tags & Folksonomie Retenir : Dans le cadre du Web 2.0, un tag est un mot-clé associé à un objet (une image, une vidéo, un message dans un blog, ...) qui permet de classer les objets. Les tags sont généralement définis de manière personnelle par l'auteur ou par l'utilisateur de l'objet. Il n'y a actuellement pas de standardisation dans le choix des tags. Les sites Web 2.0 proposent souvent des nuages de tags qui présentent les contenus d'un site de manière plus visuelle que les habituels menus (slide précédent) La taille du tag détermine le nombre d'articles ou d'objets qui y sont liés Si on se trouve face à un nuage de tags, il suffit de cliquer sur un terme pour voir apparaître la liste des objets tagués avec ce terme 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 26. Services et applications Web 2.0 : les Wikis Le mot vient de « wiki wiki » terme hawaïen qui veut dire « rapide ». Définition : «  Site Web dynamique permettant à tout individu d’en modifier les page à volonté. Il permet de communiquer et diffuser des informations rapidement, de structurer cette information pour permettre d’y naviguer commodément » (Wikipédia) Sites collaboratifs qui peuvent être généralistes : Wikipédia (le plus populaire sans doute) spécialisés : Bibliopédia (sciences de l’information), Wikimini (enfants), ALPHABib (accueil des handicapés en bibliothèque maintenu par la BPI) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 27. Services et applications Web 2.0 : les Wikis Généralement la création et la modification d’articles dans un wiki sont libres après une inscription préalable. Mais il peut arriver que l’accès et la modification d’articles soit soumis à autorisation, par exemple dans des Wikis d’entreprise. Là, la validation des créations et modifications d’articles est faite par un modérateur (porte-à-faux avec l’esprit web 2.0) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 28. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux Ou encore « Social networking » Une des composantes les plus populaires du Web 2.0. Espaces de socialisation virtuelle où les motivations sont aussi diverses que les catégories de personnes qui les investissent 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 29. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux Nombreux sites généralistes ou spécialisés, gratuits et ouverts et où l’identité numérique est dévoilée à dessein avec les profils individuels Réseaux généralistes : Facebook , MySpace , Hi5 , Ning (qui permet de créer son propre réseau social et donc de le particulariser exemple : http://personnelbugb.ning.com/ réseau social interne de la Bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis, ou http://librarians.ning.com/ réseau de bibliothécaires. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 30. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux Réseaux spécialisés : Professionnels : LinkedIn , Viadeo , Ziki … profils avec CV + liens et « hubs » regroupant des utilisateurs autour d’un centre d’intérêt De chercheurs : Scilink D’apprentissage : Babbel , plate-forme d’apprentissage linguistique. Notion de « langues 2.0 ». On peut y apprendre 5 langues principalement (Allemand, Anglais, Espagnol, français, Italien), s’y faire des amis, etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 31. Parmi les réseaux sociaux généralistes on peut aussi citer : Twitter : outil de microblogage (microblogging) gratuit Sert à dire à son réseau " ce qu‘on est entrain de faire ". Possibilité d'envoyer et de recevoir ces messages par Internet, par messagerie instantanée ou par SMS (valable dans certains pays seulement : USA, Canada, UK, Inde) Ces messages sont appelés tweets (gazouillis en anglais). Leur particularité : ils sont courts, longueur maximale de 140 caractères, ce qui permet de mettre à jour son Twitter de manière brève et spontanée. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 32. Twitter en bibliothèques Usage plus fréquent dans les bibliothèques anglo-saxonnes, moins dans la sphère francophone Peut aider à vulgariser les activités de et dans la bibliothèque Exemples : http://twitter.com/UniSheffieldLib (Bibliothèque de l’université de Sheffield, UK) http://twitter.com/bugbactu (Bibliothèque de l’Université Gaston Berger, Saint-Louis, Sénégal) voir la page d’accueil sur slide suivant Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 33. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 34. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux Leur développement repose sur le « postulat » : les amis de mes amis sont mes amis , donc une fois que l’on devient ami de quelqu’un sur le réseau il vous ait suggéré de lier « amitié » avec les membres amis de votre ami. Dans un réseau social de type professionnel, les suggestion de liaison se font par similitude de profil. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 35. Services et applications Web 2.0 : les Réseaux sociaux MySpace Fondé en 2003 aux USA / Filiale française créée en 2006 230 millions de membres Nombreuses applications Blogs, messagerie instantanée, e-mail, clips vidéo, partage de MP3, listes d’amis …, pages perso complètement modulables Acquis en 2005 par News Corporation (R. Murdoch) pour 580 millions de dollars Dominant en Amérique du Nord Source : URFIST de Rennes 2008 Facebook Fondé en 2004 par Mark Zuckerberg (USA) 100 millions de membres Réseau pour lycéens et étudiants ouvert aux entreprises puis à tous Plus de 8000 applications différentes agrégées en 6 mois (2007) Croissance en voie de ralentissement / fragilité ? (116% « seulement » sept. 2007/2008…) Comparaison des deux leaders mondiaux 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 36. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage On y partage un peu de tout : signets ou bookmarks, photos, vidéos, diaporamas, documents textes, références bibliographiques, etc. Utilisation libre Espace de stockage ouvert à tous jusqu’à un certain volume (généralement le stockage devient payant au-delà d’un certain seuil admis par les propriétaires de l’application) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 37. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de signets : notion de Bookmarking social (réseau de partage) Les signets sont externalisés Folksonomie : indexation libre par tags Pour les bibliothèques : intérêt Signalement de ressources fiables Création de réseaux de partage de signets Régulation du tagging et formation des usagers à la création des tags 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 38. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Plates-formes de partage de signets Généralistes Del.icio.us : plus ancienne, créée en 2004 par Joshua Schachter, et revendue à Yahoo en 2005, le meilleur système actuellement. Il a trois caractéristiques : il s'agit d'une application en ligne les liens sont organisés grâce à des tags les liens sont partagés avec d'autres utilisateurs Aussi, Yahoo! MyWeb2 , Furl , Blogmarks , … 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 39. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Plates-formes de partage de signets Scientifiques Connotea CiteUlike Conçus pour aider les chercheurs et les étudiants à conserver et à partager leurs références 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 40. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Exemple : site de partage de signets de la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis, http://delicious.com/bugb 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 41. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de photos Flickr , propriété de Yahoo. Mise en ligne de millions de photos par les utilisateurs. Banque d’images Tagging et description détaillée possible des photos Profilage des utilisateurs qui partagent les mêmes centres d’intérêt photographiques 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 42. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de photos (suite) Picasa Web Album : lancé par Google en 2006. Permet de publier très facilement sur Internet les photos stockées sur le disque dur de l'utilisateur, que Picasa gère localement. Orienté Web 2.0 : utilisation de flux RSS pour télécharger un album entier avec une interface qui peut aussi gérer les commentaires. * Dispose d’un moteur de recherche (comme Flickr d’ailleurs) et d'indexation (à partir du nom de fichier, de la légende ou de mots clés) dans lequel on retrouve l'approche de celui de Google. Capable de compresser à la volée des photos afin de prendre moins de place. L'espace alloué à chaque membre a évolué de 100 Mo au lancement, à 200 Mo ensuite, avant d'atteindre actuellement, 1 Go (1024 Mo). Estimation de 86 millions de membres en septembre 2008 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 43. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de vidéos online ( podcasting : combinaison des termes iPod et broadcasting, désigne le fait de rendre disponible en ligne un fichier audio au format numérique ). Exemples : Youtube : site web d’hébergement de vidéos sur lequel les utilisateurs peuvent envoyer, visualiser et se partager des séquences vidéos. Propriété de Google depuis 2006 Utilise le format Flash pour afficher toutes sortes de vidéos : des extraits de films, d’émissions de télé et des clips de musique, mais aussi des vidéos amateurs provenant de blogs par exemple. Indexation par tags des vidéos, en plus du titre et de la description Propose des Fil RSS pour surveiller l’ajout de vidéos dans une catégorie donnée Commentaires et notation des vidéos possibles Possibilité de poster une vidéo sur un blog grâce à des codes HTML générés au moment de l’enregistrement de la vidéo sur la plate-forme Exemple d’utilisation en bibliothèque : présentation de la Bibliothèque publique d’Amsterdam (visite virtuelle d’une bibliothèque en complément d’un guide de l’utilisateur par exemple) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 44. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de vidéos online (suite) Dailymotion : Origine France 2 ème place au niveau mondial des sites de sa catégorie, juste après YouTube environ 40 millions de pages vues par jour et plus de 3 millions de visiteurs uniques par jour (mai 2007). Importation de près de 15 000 nouvelles vidéos par jour. Nombre d'inscrits s'élève au total à environ 7 millions d'internautes Metacafe : Origine USA fondé en 2003 3 ème place sur les sites de partage de vidéo derrière YouTube et DailyMotion plus de 25 millions de visiteurs chaque mois 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 45. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de documents : sites où les internautes diffusent des documents textuels (rapports, brochures, cours, articles,…) ; des diaporamas ; … Même principe que dans les autres sites de partage : tagging, fil RSS pour les nouveaux ajouts, évaluation par vote et commentaires possibles, etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 46. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Publication et partage de documents Calaméo : Permet de transformer des documents en de superbes publications Web à partager Chargé sur Calaméo et automatiquement converti au format flash, un simple document Word devient un magazine Web qui se consulte comme un magazine papier. Autres services : Scribd , Docstoc ( documents professionnels ) En bibliothèque , peuvent être des outils de vulgarisation des rapports d’activités et autres documents informatifs (règlements intérieurs, …) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 47. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de Diaporamas Slideshare : sans doute le plus populaire permet de partager des présentations PowerPoint ou Impress (OpenOffice) Intègre le son et la vidéo (de Youtube) Génère un code HTML qui permet de poster la présentation sur un site web (par exemple un blog) Exemple d’utilisation à la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis (Sénégal) voir slide suivant Slideburner 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 48. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Espace de partage de diaporamas de la bibliothèque de l’UGB : http://www.slideshare.net/bugb 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 49. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de références bibliographiques : en fait ce sont des plates-formes de partage de bibliothèques personnelles en ligne. Principe : soumission, dans une plate-forme de ce type, de livres que nous possédons. Cette bibliothèque est visible par tous les utilisateurs inscrits qui ont la possibilité d’émettre des critiques et commentaires sur ces livres, de les évaluer par des votes etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 50. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de références bibliographiques LibraryThing : application web de catalogage social et en ligne But : enregistrer et partager des bibliothèques personnelles et des listes de livres. Développé par Tim Spalding , ouvert le 29 Août 2005. 650,000 utilisateurs et 37 millions de livres en catalogue (mars 2009) Exemple d’utilisation par la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis qui y propose ses nouvelles acquisitions http://www.librarything.fr/profile/BUGBSAT (page de profil) http://www.librarything.fr/catalog/BUGBSAT (bibliothèque des nouvelles acquisitions) http://www.librarything.fr/tags/BUGBSAT (bibliothèque accessible par mots-clefs (tags) ) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 51. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Partage de références bibliographiques (suite) Babelio : Catalogage, indexation (tagging) et classement de livres Notation et critique de livres Discussion avec d’autres utilisateurs ayant les mêmes goûts Libfly : propose de Prêter, emprunter ou acheter des livres près de chez soi Partager sa bibliothèque personnelle ... Commenter ses lectures, ses coups de coeur ... 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 52. Services et applications Web 2.0 : les Sites de partage Page de profil de la bibliothèque de l’UGB dans LibraryThing 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 53. Services et applications Web 2.0 : Courrier électronique Nouvelles façons d’envoyer du courrier électronique Les services de messagerie traditionnelle (Hotmail, Gmail, Yahoo mail, etc.) ne permettent pas toujours d’envoyer des fichiers volumineux De « nouveaux » services proposent de convoyer ces fichiers de grande taille (type image) Principe : les fichiers transitent d’abord sur un serveur de stockage (upload), le destinataire étant averti par un courriel avec un lien de téléchargement pour récupérer les fichiers (download). Service généralement gratuit en deçà d’un certain volume de données 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 54. Services et applications Web 2.0 : Courrier électronique Exemple de plate-forme Filemail : Envoi de fichiers jusqu’à 2 giga sans besoin de s’enregistrer. Envoi gratuit si c’est à des fins non commerciales NB : ces types d’applications sont différents de ce qu’on appelle webmail 2.0 qui veut dire autre chose (voir : http://www.arobase.org/gratuit/webmails-2.0.htm ) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 55. Services et applications Web 2.0 : Bureautique De nouvelles fonctionnalités La grande révolution des applications bureautiques en ligne tient en partie au fait que les documents ne sont plus stockés en local dans le disque dur des utilisateurs mais sur Internet. C’est ce que l’on appelle le stockage à distance Outre certains avantages (sécurité, accessibilité), cette façon de faire a permis à de nouvelles fonctionnalités d'émerger assez naturellement, ce qui a alors donné lieu à de nouveaux usages. En effet, les utilisateurs ont modifié leur façon d'utiliser les applications et Internet, et ont même sous certains aspects modifié leur façon de travailler 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 56. Services et applications Web 2.0 : Bureautique Publication, partage et collaboration Etant donné que les documents issus d’application bureautique en ligne ne sont plus stockés sur le disque dur de l’utilisateur mais sur Internet, l’utilisateur peut facilement publier ses documents sur Internet mais aussi donner accès à ses documents à d’autres utilisateurs. Que cela concerne un document de type traitement de texte, tableur ou encore un agenda, les utilisateurs peuvent ainsi : publier un document : le rendre visible aux utilisateurs ; partager un document : permettre aux utilisateurs de consulter son document ; collaborer sur un document: le créateur du document permet à d’autres utilisateurs de modifier directement le document, et donc d’élaborer un document commun. C'est la fonction la plus avancée. Ces trois fonctions sont très facilement réalisables. L'utilisateur doit simplement spécifier l'adresse mail de l'utilisateur avec qui il souhaite partager un fichier ou collaborer sur un document. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 57. Services et applications Web 2.0 : Bureautique Traitements de texte Google documents : fusion de Google docs pour les traitements de texte et Google spreadsheet pour les feuilles de calcul permet un travail en ligne et collaboratif (inscription de collaborateurs par e-mail) Possibilité de partage des documents Zoho Writer : traitement de texte en ligne comme Google documents. Ces deux applications permettent : formater un document , insérer tableau et image, en tête et pied de page, hyperliens et signets , imprimer , vérifier l’orthographe, etc. En plus des fonctionnalités typiquement traitement de texte, ces applications proposent une arborescence de type Windows afin d'organiser dans des dossiers les différents documents de travail. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 58. Services et applications Web 2.0 : Bureautique Agenda et calendrier A l'instar des outils de traitements de texte et des tableurs, l'utilisation d'agenda en ligne est simple car ces applications contiennent des fonctionnalités traditionnelles. monagenda.net : permet D’entrer des événements divers (dates d'anniversaire, de réunions, etc.) , De classer les entrées en fonction de leur importance , De consulter l'agenda avec une vue journalière détaillée ou une vue globale par mois. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 59. Services et applications Web 2.0 : Bureautique Par exemple , voici une boite de dialogue pour le partage et la collaboration sur un document texte dans l'application Google Document Il suffit de paramétrer la boite de dialogue pour donner un accès plus ou moins important aux autres utilisateurs. Ces nouvelles fonctionnalités offrent une très grande flexibilité et ont d'énormes avantages puisqu'elles permettent de rendre son travail visible, d’échanger des ressources mais aussi de travailler ensemble tout en étant à distance. La collaboration est une fonctionnalité particulièrement utile dans les travaux de groupe ou encore dans l'organisation d'équipe de travail. En effet, celle-ci ne nécessite plus la présence simultanée des collaborateurs dans une même pièce, ou encore d'utiliser d'interminables échanges par mail. Les utilisateurs peuvent quand ils le désirent apporter des modifications à un document de travail et ces modifications seront quasi immédiatement visibles par tous les autres collaborateurs. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 60. Services et applications Web 2.0 : les Bureaux virtuels Définition : espace de travail personnel en ligne qui allie en même temps les caractéristiques du Web 2.0, à savoir le partage et la création de contenu. Ce service, vise à satisfaire des utilisateurs de plus en plus nomades en leur offrant la possibilité de disposer à tout moment de leur espace de travail à partir de n'importe quel ordinateur. Exemples Mondesk : 1 Giga d'espace disque pour stocker, partager et sauvegarder tous ses documents dans le bureau virtuel Synchronisation du bureau virtuel avec Outlook, son téléphone portable … Envoi de fichiers volumineux par e-mail depuis le bureau virtuel Partage d’agendas et organisation de réunions Possibilité de déployer le bureau virtuel comme plate forme de travail collaboratif dans son service ou entreprise 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 61. Services et applications Web 2.0 : les Bureaux virtuels Exemples (suite) OODesk : après inscription le service permet le stockage des fichiers, L’utilisation d’outils bureautiques (traitement de texte, tableur, etc.), l'accès aux courriers électroniques, le streaming multimédia pour l'écoute de musiques, l'organisation et la visualisation de photos (diaporamas), la gestion des flux d'information et de messagerie instantanée, etc. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 62. Services et applications Web 2.0 : les Bureaux virtuels Application : avec OODesk en cliquant sur démarrer on peut facilement importer des fichiers de son ordinateur à son espace virtuel et inversement. Cela permet d'avoir en permanence ses fichiers organiser ses fichiers comme dans une arborescence Windows traditionnelle. configurer son espace personnel en choisissant un thème et une couleur à appliquer à son écran. partager ses fichiers avec d'autres personnes en entrant simplement l'adresse de l'utilisateur voulu. Rassembler ses pages Web favorites et y accéder très simplement. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 63. Services et applications Web 2.0 : les Univers virtuels Métavers (autre appellation) = Néologisme tiré de l'anglais metaverse c'est-à-dire méta-univers Définition = « Un univers virtuel 3D ou monde virtuel est un monde créé artificiellement par un programme informatique et hébergeant une communauté d'utilisateurs présents sous forme d' avatars et pouvant s'y déplacer, y interagir socialement et parfois économiquement. Ils peuvent également interagir avec des agents informatiques . Ce cyberespace peut simuler le monde réel ou non. Il peut reproduire les lois physiques du monde réel telles que la gravité, le temps, le climat ou la géographie. Ou au contraire s'affranchir de ces limitations physiques. Les lois humaines peuvent également y être reproduites : la communication entre les utilisateurs se fait le plus souvent sous forme de texte. » (Wikipédia) 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 64. Services et applications Web 2.0 : les Univers virtuels Les métavers qui nous intéressent ici, offrent un espace de réseau social se différenciant ainsi, des autres univers virtuels orientés exclusivement vers le jeu en ligne, comme le célèbre World of Warcraft Quels sont ces univers ? 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 65. Services et applications Web 2.0 : les Univers virtuels Second Life : créé et édité en 2003 par la société Linden Lab . Comme son nom l’indique permet de se créer une « seconde vie » virtuelle. Constitué d’îles et d’îlots A télécharger sur son PC ou Mac Après inscription les utilisateurs peuvent créer le contenu du jeu : vêtements, bâtiments, objets, animations et sons, etc. acquérir des parcelles de terrain dont ils obtiennent la jouissance. Possède une économie propre basée sur une monnaie virtuelle, le dollar Linden, convertible en dollars US auprès de bourses d'échange gérées par Linden Lab ou indépendantes. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 66. Services et applications Web 2.0 : les Univers virtuels Second Life (suite) Second Life est à la fois un jeu et un réseau social . C'est un espace de rencontre où s'expriment les engagements sociaux et politiques de manière libre et internationale ; les débats, expositions, conférences, formations, recrutements, concerts, mariages sont des événements courants sur Second Life . Pour les bibliothèques et bibliothécaires un lieu à découvrir impérativement : http://infoisland.org/ île regroupant des bibliothèques virtuelles, ou encore la bibliothèque francophone de Second Life à laquelle on peut accéder par téléportage, en cliquant sur http://slurl.com/secondlife/Ebeoplex/55/178/21 Plus d’info sur http://fr.wikipedia.org/wiki/Second_Life 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 67. Services et applications Web 2.0 : les Cartes heuristiques Définition : une carte heuristique (Map Mind) est un moyen visuel et symbolique de décrire la relation entre plusieurs éléments. On l’appelle carte conceptuelle, carte mentale ou encore topogramme . Chaque élément est lié à un autre élément par un lien de type hiérarchique. Il s'agit d'une représentation principalement arborescente des données. Le Web 2.0 a ajouté une dimension supplémentaire aux cartes heuristiques, celle de la collaboration. En effet, à l’heure actuelle, on peut avoir accès à des applications en ligne permettant l’élaboration de carte heuristique commune. Travailler ensemble, à plusieurs sur une même carte et ce de façon simultanée ou différée est possible. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 68. Services et applications Web 2.0 : les Cartes heuristiques Avec quels outils les créer ? Initialement dessinées à la main, aujourd’hui elles peuvent être crées à l’aide de logiciels comme Bubbl.us : (en ligne) après inscription Prise en main très facile et rapide Construction de carte très simple, collaboration avec des amis ou collègues sur une même carte (même éloignés),… Aussi grâce à des outils hors-ligne à télécharger comme FreeMind 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 69. Services et applications Web 2.0 : les Cartes heuristiques Exemple de création avec Bubbl.us représentant les applications Web 2.0 utilisées à la bibliothèque de l’UGB de Saint-Louis 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 70. Messagerie instantanée et VOIP : exemples Skype : permet principalement de passer des appels téléphoniques à partir de votre ordinateur et via Internet + service de Chat (voir aussi Yahoo! Messenger et Windows Live Messenger ) Meebo : webmessenger permettant de se connecter simultanément à Jabber et plusieurs protocoles de messagerie instantanée dont AIM , Yahoo! Messenger, Google Talk , Windows Live Messenger, etc. sans installer un seul de ces logiciels Moteurs de recherche : exemples Yoono : recherche et partage d’informations Technorati : moteur de recherche de la blogosphère Kartoo : présentation cartographique des résultats Et tant d’autres : (plus de 300 voir : http://bobstumpel.blogspot.com/2007/08/search-20-more-than-threehundred.html ) Sites moralement répréhensibles : comme pornographie 2.0 : Exemples Désolé pas d’exemples, l’autocensure est passée par là  transition vers les dangers du Web 2.0 Services et applications Web 2.0 : les Divers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 71. Web 2.0 : Dangers Sur le Web, personne ne sait que je suis un chien Une image pour (presque) tout dire 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 72. Le Web classique était loin d’être un espace aseptisé où rien de fâcheux ne pouvait arriver. Y est apparue le concept de cybercriminalité Ces dangers sont multipliés dans le Web 2.0 où tous les internautes assez familiers avec l’outil informatique peuvent devenir des producteurs de contenus et ainsi : véhiculer tout un ensemble d’idées, d’images contraires aux normes établies élaborer des arnaques (dans le web 2.0 les amis se mélangent avec les faux… amis) Faire donc attention aux demandes «d’amitié» sur les sites de réseaux sociaux utiliser ces sites comme vecteurs pour injecter des spywares et autres menaces informatiques Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 73. Florilège de dangers possibles Hacking : les pirates peuvent se constituer de vastes bases de données en passant au crible les profils des internautes inscrits sur les sites sociaux, Spamming : messages utilisés pour attirer les internautes vers d’autres sites web. Le phishing ou hâmeçonnage est une évolution de cela et vise usurper les données sensibles d’un tiers (notamment ses mots de passe, son numéro de carte bancaire) en l’attirant sur un site factice enregistrant toutes ses actions. Via les blogs on parle alors de Splog : des messages de commentaires postés dans des blogs , uniquement pour ajouter des liens vers un ou plusieurs sites web à promouvoir. Walling : utilisation d’informations écrites sur le mur de votre compte d’un site Web 2.0 (exemple Facebook) par un autre utilisateur véreux, qui va exploiter ces infos pour concocter une stratégie d’attaque contre vous Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 74. Quelques précautions Ne jamais faire de ces sites (notamment les réseaux sociaux) des cercles de confiance En dire le moins sur soi Faire attention à toute offre d’amitié, toute invitation suspecte (même sous le couvert « d’amis » que l’on connaît déjà) Etc… Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 75. Les sites Web 2.0 ont connu une expansion brusque et incontrôlée Risque d’éclatement de la bulle Web 2.0 : a ctuellement, calme et remise à niveau naturelle, beaucoup de produits ayant disparu à cause concepts légèrement farfelus ou simplement inutiles et sans perspectives économiques rentables. Risque de perte (disparition) de données personnelles confiées à ces plateformes Risque, dans l’avenir, de voir les données échapper à la propriété des utilisateurs (marchandisation du stockage et de l’accès) Risque de les voir utilisées à d’autres fins Web 2.0 : Dangers 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 76. Entourées par un cercle vert les entreprises Web 2.0 qui ont été rachetées à coup de millions de dollars Barrées par une croix rose celles qui ont échoué et ont complètement disparu 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF Carte des logos du Web 2.0 revisitée par Meg Pickard Source : Flickr (16 mai 2009) Web 2.0 : Dangers Pour avoir une idée de ce qu’on vient d’évoquer
  • 77. CONCLUSION Web 2.0 : réalité effective qui a démocratisé le Web et mis de l’eau dans le vin des tout-puissants webmasters. Merci JavaScript et XML Web 2.0 est à certains égards un Web "Moi Je" . On peut s'y montrer et s'y raconter, quitte à mettre en ligne des données personnelles qui intéresseront une entreprise. On peut "bricoler" ses propres applications (ou du moins sa propre combinaison d'outils sur une plate-forme) ; on peut disposer de ressources d'information illimitées, la plupart du temps remises à jour instantanément (par des fils RSS, par exemple) Beaucoup d’avantages : simplicité, interactivité, personnalisation, réutilisabilité, valorisation des compétences individuelles (sagesse des foules)… Inconvénients aussi : questions sur la pérennité, fiabilité, traçabilité (environnement dynamique où le contenu change continuellement ) Appropriation par les géants classiques du Web (Google et Yahoo!) qui ont racheté plusieurs services 2.0 et sont entrés de plain-pied dans la mouvance (exemple : Google Custom Search : recherche personnalisable) Tout ou presque se décline en 2.0 : entreprise 2.0, archives 2.0…. 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 78. Autre exemple : La pyramide des besoins de Maslow illustrée 2.0 En sociologie, la pyramide de Maslow représente la hiérarchisation de la motivation chez l’homme. Elle est constituée de cinq niveaux. Nous recherchons d’abord, selon Maslow, à satisfaire chaque besoin d’un niveau donné avant de penser aux besoins situés au niveau immédiatement supérieur de la pyramide. Sans surprise, on recherche par exemple à satisfaire les besoins physiologiques avant les besoins de sécurité : c’est pour cela que dans une situation où notre survie serait en jeu, nous sommes prêts à prendre des risques.(source Wikipédia) Cette illustration applique, à chaque niveau de la pyramide, des services Web2.0. CONCLUSION 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 79. CONCLUSION 11/05/2009 Galaxie web 2.0 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF
  • 80. Merci de votre attention Pour la détente voici un petit film illustrant tout ce qui précède The Machine is Us-ing Us Avant d’éventuelles questions et contributions pour mieux dissiper nos zones d’ombres sur le sujet. CONCLUSION 11/05/2009 Présentation à la bibliothèque de l'UGB de Saint-Louis - © Antonin Benoît DIOUF