Cours de-finance

2 105 vues

Publié le

COURS DE FINANCE

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 105
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
330
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cours de-finance

  1. 1. Cours De Finance Fiches de cours tirées du manuel Principes de gestion financière de Richard Brealey, Stewart Myers et Franklin Allen (chapitres 1 à 6 et chapitre 29) Liste BDE disiZdance
  2. 2. Sommaire Chapitre 1 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 2 1. Qu’est-ce qu’une société de capitaux . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 2. Le rôle du directeur financier . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 3. La séparation de la propriété et de la gestion . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 Chapitre 2 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 3 1. Introduction . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.1 Le calcul de la valeur actuelle et de la valeur future . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.2 La valeur actuelle nette . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.3 Risque et valeur actuelle . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.4 Valeurs actuelles et taux de rentabilité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 1.5 Coût d’opportunité du capital . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 2. Les fondements du critère de la VAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4 Chapitre 3 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1. L’évaluation des actifs de longue durée . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.1 L’évaluation des cash-flows sur plusieurs périodes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 1.2 Pourquoi le facteur d’actualisation diminue-t-il quand la durée augmente . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 2. Rentes perpétuelles et annuités constantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 2.1 L’évaluation des rentes perpétuelles croissantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 2.2 L’évaluation des annuités constantes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 3. Intérêt composé et valeurs actuelles . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 5 4. Taux d’intérêt réel et nominal . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Chapitre 4 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 1. Utiliser les formules de valeur actuelle pour évaluer des obligations . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 2. Les actions . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 6 Chapitre 5 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1 Révision des principes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.1 Les concurrents de la VAN . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.2 Trois caractéristiques de la VAN à garder en tête . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7 1.3 La VAN dépend des cash-flows, non des résultats comptables . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 2 Le délai de récupération . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 3 Le taux de rentabilité interne (TRI) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 3.1 Calcul du TRI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 3.2 Le critère du TRI . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 8 4 Le choix d’investissement lorsque les ressources sont limitées . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 Chapitre 6 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1 Ce qu’il faut actualiser . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.1 Ne tenir compte que des cash-flows . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.2 Estimer les cash-flows différentiels . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 1.3 Être cohérent dans la façon de traiter l’inflation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 9 2. Le coût équivalent annuel . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Chapitre 29 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 10 Chapitre 1 Liste BDE disiZdance
  3. 3. 1. Qu’est-ce qu’une société de capitaux Les caractéristiques de la société de capitaux: - possibilité de faire un appel public à l’épargne - Conseil d’administration élu, peut être constitué de membres de la direction mais aussi d’autres personnes. - Séparation de la gestion et de la propriété - Responsabilité limitée : les actionnaires ne sont pas responsables personnellement des dettes de l’entreprise. - La SA est indépendante. Elle peut émettre de nouvelles actions, elle peut racheter une autre société et procéder à une fusion. - Inconvénients : fiscalité, coût de la gestion Choix d’investissement : quels actifs réels l’entreprise doit-elle choisir ? Décision de financement : comment trouver l’argent pour investir ? En général, ces deux décisions sont prises séparément. Les directeurs financiers doivent décider dans quels actifs investir mais également où investir. 2. Le rôle du directeur financier Choix d’investissement : quels actifs réels l’entreprise doit-elle choisir ? Décision de financement : comment trouver l’argent pour investir ? En général, ces deux décisions sont prises séparément. Les directeurs financiers doivent décider dans quels actifs investir mais également où investir. Le directeur financier est celui qui a la responsabilité d’une décision importante d’investissement ou de financement. Il participe à l’élaboration de la politique financière et de la planification de l’activité. Cependant, le conseil d’administration est le seul à décider du montant des dividendes et de l’émission de titres. 3. La séparation de la propriété et de la gestion Cette séparation a plusieurs avantages : - transfert de propriété sans incidence sur l’exploitation de l’entreprise - recrutement de dirigeants professionnels Toutefois, elle présente un inconvénient majeur : les objectifs des dirigeants peuvent différer de ceux des propriétaires. Le coût d’agence est la destruction de valeur imputable aux conflits entre dirigeants et actionnaires. Les actionnaires doivent supporter des coûts d’agence dès que : - les dirigeants ne cherchent pas à maximiser la valeur de l’entreprise - il faut contrôler et orienter leurs actions. Chapitre 2 On doit investir quand la VAN est positive. Liste BDE disiZdance
  4. 4. 1. Introduction 1.1 Le calcul de la valeur actuelle et de la valeur future « Un euro aujourd’hui vaut plus qu’un euro demain ». Si CF1 représente la valeur à recevoir dans une période, alors : VA = facteur d’actualisation x CF1 Si on note r le taux de rentabilité, on a : facteur d’actualisation = 1/ (1+r). On appelle souvent ce taux de rentabilité le taux d’actualisation, l’exigence de rentabilité ou le coût d’opportunité du capital. VA = prix de marché 1.2 La valeur actuelle nette VAN = VA – investissement ou encore VAN = sortie de fonds initiale + CF1/ (1+r) 1.3 Risque et valeur actuelle « Un euro certain vaut plus qu’un euro risqué ». Lorsque le coût d’opportunité est supérieur à la rentabilité du projet de l’entreprise, le calcul de la VAN devient alors : VA = valeur / (1+ coût d’opportunité). 1.4 Valeurs actuelles et taux de rentabilité La rentabilité d’un investissement est donnée par la relation : Rentabilité = profit / investissement Le coût du capital investi est la rentabilité à laquelle on renonce en n’investissant pas en bourse. Le projet est intéressant si sa rentabilité est supérieure au coût du capital. On a donc deux critères de décision équivalents : - le critère de la VAN : il faut accepter les projets dont la VAN est positive - le critère du taux de rentabilité : il faut accepter les projets dont la rentabilité est supérieure au coût d’opportunité du capital. 1.5 Coût d’opportunité du capital Le coût d’opportunité du capital d’un projet est le taux de rentabilité attendu des actions ayant le même risque que ce projet. 2. Les fondements du critère de la VAN La VAN prend en compte la valeur temps de l’argent et les différences entre le taux de rentabilité d’un projet et le coût d’opportunité du capital. Elle prend en compte les cash-flows, c’est-à-dire les sommes d’argent à recevoir ou à dépenser. Liste BDE disiZdance
  5. 5. Chapitre 3 1. L’évaluation des actifs de longue durée Valeur actuelle d’un actif à recevoir dans un an : VA = CF1/ (1+r1) 1.1 L’évaluation des cash-flows sur plusieurs périodes Les valeurs actuelles peuvent être additionnées. On en tire la formule des cash-flows actualisés : VA = Σ (CFt)/ (1+rt) t On obtient la VAN en ajoutant le cash-flow initial (généralement négatif). 1.2 Pourquoi le facteur d’actualisation diminue-t-il quand la durée augmente La valeur d’un euro à recevoir à la fin de l’année n doit être supérieure à la valeur d’un euro à recevoir à la fin de l’année n+1. On appelle courbe des taux (ou structure des flux d’intérêts à terme) la relation entre le taux d’intérêt et l’échéance d’un cash-flow. 2. Rentes perpétuelles et annuités constantes VA d’une rente perpétuelle = CF / r 2.1 L’évaluation des rentes perpétuelles croissantes VA d’une rente perpétuelle en croissance = CF1 / (r - g) où g est le taux de croissance 2.2 L’évaluation des annuités constantes On parle d’annuités constantes quand est prévu le versement d’une somme fixe par période, sur un nombre de périodes fixes. VA de séquences d’annuités constantes = CF x [1/r – 1/ r(1+r) t] L’expression entre crochets est le facteur d’annuités. 3. Intérêt composé et valeurs actuelles Lorsque l’argent est placé à intérêt composé, chaque intérêt est réinvesti pour rapporter davantage d’intérêts au cours des périodes suivantes. En revanche, dans le cas d’un placement à intérêt simple, l’intérêt ne rapporte pas d’intérêt. La périodicité des intérêts composés Un placement de 1€ au taux annuel r composé m fois dans l’année vaut Liste BDE disiZdance
  6. 6. (1+(r/m)) m à la fin de l’année. Le taux équivalent annuel est de [1+(r/m)] m – 1. 4. Taux d’intérêt réel et nominal La formule permettant de convertir un cash-flow nominal futur (dans t périodes) en un cash-flow réel est : cash-flow réel = cash-flow nominal / (1+taux d’inflation) t La formule pour calculer le taux d’intérêt réel est : 1+r nominal = (1 + r réel) (1 + taux d’inflation) Chapitre 4 1. Utiliser les formules de valeur actuelle pour évaluer des obligations Si on possède une obligation, on reçoit un ensemble prédéterminé de cash-flows : chaque année jusqu’à l‘échéance de l’obligation, on reçoit un intérêt (appelé coupon), puis à l’échéance, le remboursement de la valeur nominale de l’obligation. La valeur nominale de l’obligation s’appelle également le principal. Il y a plusieurs façons de calculer la valeur actuelle de l’obligation : 1) VA = Σ valeur du coupon/ (1+r)t + (coupon + principal) / (1+r)n+1 De 1 à n 2) VA (obligation) = VA (coupons) + VA (versement final) = (coupon x facteur d’annuité constante sur n ans) + principal/ (1+r)n+1 Parfois, on a la VA de l’obligation et la valeur des coupons. Il faut alors calculer r c'est-à-dire le rendement à l’échéance. La méthode générale de calcul de r est la méthode par approximations successives. 2. Les actions La formule des cash-flows actualisés s’applique pour calculer la VA d’une action de la même manière que pour n’importe quel autre actif. VA d’une action = VA des dividendes futurs anticipés Taux de rentabilité espéré = r = (DIV1+P1-P0) / P0 On appelle souvent cette rentabilité espérée l’exigence de rentabilité des investisseurs. On peut trouver la formule du cours d’une action prévu au bout de n années : P0 = Σ DIV t / (1+r) t + Pn / (1+r) n De 1 à n Lorsque n tend vers l’infini, P0 = Σ DIV t / (1+r) t De 1 à ∞ Liste BDE disiZdance
  7. 7. Les dividendes d’une entreprise peuvent augmenter à un taux constant. Un investissement de ce genre est un autre exemple de rente perpétuelle croissante. Pour trouver la VA de ces dividendes, on effectue le calcul suivant : (formule de Gordon - Shapiro) P0 = DIV1 / (r - g) avec r le taux d’actualisation et g le taux de croissance et avec r > g On peut chercher à estimer r, le coût des capitaux propres. Rendement = DIV1 / P0 r = DIV1 / P0 + g On peut également chercher à estimer le taux de croissance à long terme à l’aide du taux de distribution, c'est-à-dire le pourcentage du résultat (BPA, bénéfice par action) versé en dividendes. Taux de réinvestissement = 1 – taux de distribution = 1- DIV/BPA Rentabilité des capitaux propres = RCP = résultat / capitaux propres = BPA / Capitaux propres par action Taux de croissance du dividende = g = ratio de réinvestissement x RCP Il existe un lien entre le cours de l’action et le bénéfice par action : Rentabilité anticipée = rendement en dividende = ratio bénéfice / cours = DIV1 / P0 = BPA1 / P0 Le cours d’une action est égal à la valeur actuelle du bénéfice moyen associé à une croissance nulle, à laquelle s’ajoute la VAOC (valeur actuelle des opportunités de croissance) : P0 = BPA1 / r + VAOC VAOC = VAN1 / (r – g) Chapitre 5 1 Révision des principes 1.1 Les concurrents de la VAN La VAN n’est pas le seul critère de décision utilisé par les directeurs financiers. Environ 75 % des entreprises utilisent le TRI (taux de rentabilité interne) du projet. 1.2 Trois caractéristiques de la VAN à garder en tête I) La VAN reconnaît qu’un euro aujourd’hui vaut plus qu’un euro demain II) La VAN dépend uniquement des cash-flows du projet et du coût d’opportunité du capital III) Les valeurs actuelles peuvent s’additionner i.e. VAN (A+B) = VAN A + VAN B Liste BDE disiZdance
  8. 8. 1.3 La VAN dépend des cash-flows, non des résultats comptables Taux de rentabilité comptable = résultat comptable / valeur comptable des investissements 2 Le délai de récupération Le délai de récupération (payback) d’un projet est le nombre d’années nécessaire pour que les cash-flows cumulés égalent l’investissement initial. La règle du délai de récupération n’accorde aucune importance aux cash-flows ultérieurs au délai limite. Elle accorde une importance égale à tous les cash-flows avant la date limite. Certaines entreprises actualisent les cash-flows avant de calculer le délai de récupération. Le critère du délai de récupération actualisé permet de savoir en combien d’années les cash-flows exprimés en euros actuels rentabilisent l’investissement initial. 3 Le taux de rentabilité interne (TRI) Cas d’un investissement qui génère un seul cash-flow Taux de rentabilité = cash-flow / investissement – 1 VAN = CF0 + CF1 / (1 + taux d’actualisation) 3.1 Calcul du TRI Le TRI est le taux d’actualisation qui annule la VAN. Le calcul du TRI se fait par approximations successives. 3.2 Le critère du TRI Le critère du TRI consiste à accepter un projet d’investissement si le TRI est supérieur au coût d’opportunité du capital de l’entreprise. Si coût d’opportunité = TRI alors VAN = 0 Si coût d’opportunité > TRI alors VAN< 0 Si coût d’opportunité < TRI alors VAN > 0 Le critère du TRI donnera la même réponse que la VAN toutes les fois que la VAN du projet sera fonction décroissante du taux d’actualisation. Il y a 4 points à surveiller concernant l’utilisation du TRI : - Si un projet offre des cash-flows positifs suivis de cash-flows négatifs, la VAN augmente avec l’augmentation du taux d’actualisation. On acceptera ce projet que si son TRI est inférieur au coût d’opportunité. - TRI multiples : si la série de cash-flows compte plus d’un changement de signe, le projet peut avoir plusieurs TRI ou n’en comprendre aucun. - Projets mutuellement exclusifs : le critère du TRI peut aboutir à un mauvais classement lorsque des projets mutuellement exclusifs diffèrent par leur durée de vie économique ou par le montant des investissements. Il faut prendre en compte le TRI de chaque investissement complémentaire. Liste BDE disiZdance
  9. 9. - La courbe des taux : il faut comparer le TRI du projet au coût d’opportunité du capital. Mais, parfois, il y a un coût d’opportunité du capital pour les cash-flows de la première année, un coût du capital différent pour la deuxième année,… Dans ce cas, il n’existe aucune mesure simple pour estimer le TRI du projet. 4 Le choix d’investissement lorsque les ressources sont limitées Indice de profitabilité = VAN / investissement Chapitre 6 1 Ce qu’il faut actualiser Il faut retenir 3 règles fondamentales : - ne tenir compte que des cash-flows - toujours estimer les cash-flows différentiels - être cohérent dans sa façon de traiter l’inflation 1.1 Ne tenir compte que des cash-flows Le cash-flow est la différence entre l’argent reçu et l’argent déboursé. Les cash-flows doivent toujours être estimés après déduction des impôts. De plus, les cash-flows ne sont à actualiser qu’à partir du moment où ils se produisent. 1.2 Estimer les cash-flows différentiels - Ne pas confondre le revenu moyen et le revenu différentiel - Prendre en compte tous les effets secondaires - ne pas oublier le besoin en fonds de roulement : il s’agit de la différence entre les actifs d’exploitation et les dettes d’exploitation de l’entreprise. - oublier les coûts irrécupérables : il s’agit des sorties de fonds passées et irréversibles. Du fait qu’ils appartiennent au passé, les coûts irréversibles ne doivent pas influer sur la décision d’accepter ou non un projet. - tenir compte des coûts d’opportunité 1.3 Être cohérent dans la façon de traiter l’inflation 1+r nominal = (1+r réel) (1+ taux d’inflation) Si le taux d’actualisation est exprimé en termes nominaux, les cash-flows doivent être estimés en termes nominaux. Il faut actualiser les cash-flows nominaux à un taux d’actualisation nominal, les cash-flows réels à un taux d’actualisation réel. Amortissement fiscal = barème x valeur de l’investissement à amortir Economie d’impôts = amortissement fiscal x taux d’imposition Liste BDE disiZdance
  10. 10. 2. Le coût équivalent annuel Le coût équivalent annuel est le cash-flow annuel suffisant pour rentabiliser l’investissement (y compris le coût du capital) sur la durée de vie économique de cet investissement. VA annuité = annuité x coefficient d’actualisation de l’annuité sur t années Coefficient d’actualisation de l’annuité = 1/r - 1/(r(1+r)t) Chapitre 29 FDR (fonds de roulement) = capitaux propres + dettes à long/moyen terme – actif immobilisé BFR (besoin en fonds de roulement) = stocks + créances clients – dettes d’exploitation Trésorerie = FDR – BFR = disponibilités – dettes financières à court terme EBIT (résultat avant intérêts et impôts) = CA – coût des marchandises vendues – amortissements Total des emplois = croissance du BFR + investissements + dividendes + variations de disponibilités Total des ressources = cash-flow issu de l’activité nouvel endettement + émissions d’actions Ratios d'endettement endettement à terme dette à long terme / (capitaux propres + dette à long terme) endettement total (dette à long terme + dette à court terme) / (capitaux propres + dette à long terme + dette à court terme) levier dette à long terme/ capitaux propres couverture des intérêts EBITDA / intérêts avec EBITDA : résultat avant amortissement, intérêts et impôts Ratios de liquidité BFR/FDR besoin en fonds de roulement / fonds de roulement liquidité courante (créances clients + dispo) / (dettes d'exploitation + dettes financières à court terme) liquidité immédiate dispo / dettes financières à court terme ratios de profitabilité rotation de l'actif ventes / actif total moyen rotation des stocks (stock moyen / coûts des produits vendus) x 365 Liste BDE disiZdance
  11. 11. délai moyen de paiement des clients (créances clients moyennes / ventes) x 365 BFR en jours de vente (BFR / ventes) x 365 ratios de marge et rentabilité marge nette (EBIT - impôts) / ventes rentabilité de l'actif (EBIT - impôts) / actif total moyen rentabilité des fonds propres résultat net / capitaux propres moyens taux de ditribution dividendes par action / bénéfice par action ratios de valeur de marché PER cours de l'action / bénéfice par action Rendement de l'action dividendes par action / cours de l'action valeur de marché/valeur comptable cours de l'action / valeur comptable par action ROE = résultat net / capitaux propres ROA = (EBIT – impôts) / actif total moyen Taux de croissance interne = profits mis en réserve/actif net Liste BDE disiZdance

×