Synthese barometre metiers_communication_2015

367 vues

Publié le

Plus de 1450 entretiens d'annonceurs
Une vision qualitative et quantitative

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
367
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
7
Actions
Partages
0
Téléchargements
8
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Synthese barometre metiers_communication_2015

  1. 1. BAROMÈTRE DES MÉTIERS DE LA COMMUNICATION Synthèse des résultats Édition 2015
  2. 2. #01 MÉTHODOLOGIE #02 #03 UNIVERS DE CONCURRENCE ENVIRONNEMENT DU MARCHE Quali & Quanti
  3. 3. #01 MÉTHODOLOGIE + de 1450 interviews d’annonceurs © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  4. 4. Phase qualitative #01 © Limelight — 2015 — Reproduction interdite 32 entretiens avec des annonceurs décisionnaires référents Méthodologie : face à face ou téléphone / Durée : 45 minutes. Période d’enquête : juin à septembre 2015.
  5. 5. Phase quantitative #01 1444 répondants (776entreprises) dont 522 décisionnaires * Liste non exhaustive. Fonctions : 36% Décisionnaires : Directeurs communication, marketing, DG 47% Relève : Responsables opérationnels 17%Jeunes : Chef de projet/produit/groupe Focus ‘Digitaux’ : 17% Fonction ‘pure digitale’ (digital, web, e-commerce…) Focus ‘Acheteurs’ : 3% Fonction ‘achats communication, média, marketing’ Type d’annonceurs : 34% 100 premiers annonceurs *
  6. 6. #02 ENVIRONNEMENT DU MARCHE © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  7. 7. 7 Préambule La crispation sur l’accélération des évolutions des enjeux de communication ressentie chez les interviewés nous a conduits à faire en introduction un arrêt sur image pour mesurer, en nous replongeant dans nos précédentes études, les grands mouvements ! C’est à l’aune de l’histoire que l’on comprend son époque… © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  8. 8. avec un tournant décisif dans les mentalités et les organisations. Une nouvelle logique est en place« On n’est pas dans le OU, on est dans le ET ». Il faut Plus de pertinence, Plus de pragmatisme, plus de simplicité il faut une génération de communicants plus proches des enjeux de l’entreprise, capables de faire la synthèse des dimentions stratégiques, tactiques et opérationnelles. Il faut apprendre à être autant compréhensif que pro-actif maitriser la technologie pour mieux l’évacuer et se concentrer sur la valeur ajoutée. Premier pas vers un passage de logique industrielle à une logique marketing La crise financière démontre que c’était un leurre. Plus que s’adapter il faut muter … vitesse, mixité des outils, transdisciplinarité des individus, souplesse d’adaptation deviennent essentiels « FIN DE LA MONDIALISATION HEUREUSE » 2009 BESOIN DE DÉCRIPTAGES POUR ÉMERGER DE LA COMPLEXITÉ, LES FRONTIÈRES DU MARCHÉ DE LA COMMUNICATION DEVIENNENT DE PLUS EN PLUS POREUSES, 2008 2010 2011 LE DIGITAL DEVIENT CENTRAL DANS LES ENTREPRISES, TOUT EN RESTANT UN CANAL 2012 « LE CHAOS CALME », 2013 MARKETING ARRIVE AU CŒUR DE LA MUTATION DES ENTREPRISES, il impacte considérablement les attentes vis à vis des agences, qui reconnecter le business à l’ensemble des sujets qu’elles traitent. Les clients attentent plus une mise à disposition d’expertises pointues qu’un modèle intégré SIMPLICITÉS ET PARTAGE 2015 LE CLIENT ! NVLES CONCURRENCES NVLES EXIGENCES 2014 DMP 2008 2009 2010 2011 2012 2013 MARKETING DATA L’ERE DU IT BRAND CONTENTMONTÉE EN PUISSANCE DE Frontière poreuseCrise des ‘subprimes’ De la logique industrielle à une logique marketing Changement de logique… Le ET © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  9. 9. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite L’obligation de trouver les bons guides « Sur la transformation numérique, on est à l’ère glaciaire. Je suis arrivé dans une entreprise où le digital coûtait plus qu’il ne rapportait » Une remise en question de l’entreprise dans son ensemble « Transformation digitale en amont et en aval, sur la partie industrielle et distribution. Passer à une entreprise qui connait ses clients, interagit avec eux, fait de la co-création et récupère des marges de distribution » Un processus lent si toutes les énergies ne sont pas mobilisées « On a besoin d’être accompagnés d’autant plus que le top management n’est pas expert » Transformation digitale, encore et toujours
  10. 10. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite La pression économique n’est qu’une composante d’une remise en question plus globale, et pas juste une idée en soi « Si le dirigeant se contente de dire j’ai X millions à faire cette année, ça ne marche pas » Prendre en compte les nouvelles obligations des entreprises « Faire le pont entre l’image institutionnelle et le quotidien des gens » « Sortir de la marque souveraine pour être drivé par le business » Prendre en compte les grands enjeux de société « Un enjeu de responsabilité : réputation sur ce que l’on fait, pourquoi on le fait et comment on le fait. On ne peut pas être durable sur un marché sans être durablement responsable. Cela implique des responsabilités que nous n’avons jamais connues à ce niveau là » Jongler entre pragmatisme et vision
  11. 11. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Un exercice d’équilibriste « Continuer à générer du CA tout en transformant nos compétences, notre capacité à écouter le marché, par l’acquisition de nouveaux métiers qu’on ne connaissait même pas il y a 3 ans » Envisager un changement non seulement profond, mais surtout pérenne « C’est le rôle de l’entreprise qui évolue » « La nécessité de revoir en permanence notre business modèle parce que de nouveaux acteurs plus innovants, moins chers, plus malins vont venir nous attaquer sur nos fondamentaux » Une révolution culturelle autant qu’une révolution business « Regarder l’objet de notre entreprise au- delà de ses parts de marché ou du CA. Parce qu’on fait toujours quelque chose de plus grand que soi, en fait. Et là, vous embarquez le corps social parce que vous n’êtes pas uniquement au service des marketeurs, des gens du business » Au-delà du digital, s’inscrire dans un contexte économique et social en recomposition
  12. 12. Les intentions d’investissement vont dans ce sens. Pas de tendance baissière, des besoins démultipliés, même si le gros des investissements reste encore dans le poste achat d’espace. 74% 71% 68% 67% 63% 62% 61% 55% 50% 35% 31% 31% 29% 27% 13% 12% 10% 5% 23% 25% 28% 29% 30% 34% 34% 37% 44% 47% 52% 48% 57% 55% 63% 73% 55% 63% 3% 4% 4% 4% 7% 4% 5% 8% 7% 18% 17% 21% 14% 18% 24% 15% 35% 32% CRM, relation client Marketing et com° mobile Publicité digitale E-commerce Social media Achat à la performance Intelligence data & analytics Production de contenus Achat programmatique Activation de Marque Retail, activation point de vente Campagne publicitaire Influence Achat despace Consultancy Relations presse Evénements d'entreprise Evénements Institutionnels Plusdebudget Budgetstable Moinsdebudget Base : décisionnaires, secteurs brut A l’avenir, dans quels domaines allez-vous allouer plus de budget, rester stable ou diminuer ?
  13. 13. 13 Comment l’offre des agences est-elle lue par les annonceurs ?
  14. 14. 14 « La complexité de l’offre des agences est le reflet de la complexité des besoins »
  15. 15. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Plus compréhensible et accessible « J’aurais l’obsession de la simplicité, sans mots compliqués, ou en les rendant accessibles, ça permet de désacraliser les choses » Plus court « Il faut être percutant plus court, plus marquant, les présentations à 12000 références qui vous racontent la vie, ça ne convainc plus » Plus précis « La volonté de qualifier leur métier au lieu d’être obscur » « Ils sont tous 360…Ils oublient de dire qui ils sont » Plus simple « Elles devraient être plus pragmatiques, plus simples et directes. Sur les sites, certaines se roulent dans le jargon, ça fait des systèmes peu appropriables » Plus spécifique « Le jeu des agences c’est de s’emparer de tous les thèmes à la mode : la data, l’expérience clients, l’innovation… » « On ne sait pas déterminer la valeur des différences qu’ils proposent » Besoin de plus de clarté pour s’orienter dans les offres
  16. 16. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Pour les généralistes, la réponse à des besoins plus qu’un listing d’expertises « Je n’essaierais pas de démontrer les méandres de mon organisation. Je raisonnerais par besoin, par pôle d’usage, quitte à ce que ce soit très simple. Mais pas 27 pôles et 52 métiers » Pour les agences spécialisées, la preuve de l’expertise mais surtout une « patte », une approche distinctive « Si elle est experte du mobile, je ne m’attends pas à ce qu’elle me déroule tout ce qu’elle a fait sur le mobile. J’attends plutôt un angle d’attaque différent, ou une sous thématique, ou une méthodo » « Sur le digital, l’expertise est clé » « Si elle est inconnue, j’attends qu’elle me prouve son expertise » Donner des repères sur les expertises et la façon de les exploiter …Quelle que soit la complexité de l’expertise « Le mobile, la data, je ne les mettrais pas dans des pôles, mais dans la transversalité » « La data est un enjeu transverse au même titre que le planning stratégique »
  17. 17. Des périmètres métiers historiques plus que jamais en silos pour les actions confiées aux partenaires communication Qu’est-ce que vous confiez à votre agence de… Publicité Corporate / RP Digital Médias Customer marketing Event Publicité 78% 15% 11% 31% 25% 6% Publicité digitale 37% 15% 36% 46% 21% 4% Contenu 41% 49% 33% 12% 31% 11% Customer marketing 7% 7% 12% 3% 37% 2% Digital IT 10% 15% 34% 9% 21% 4% Digital CRM 4% 7% 17% 3% 22% 3% Com° corporate 20% 55% 11% 4% 12% 8% Relations publics 3% 30% 2% 3% 8% Achat d’espace 11% 15% 19% 94% 8% 4% Evénementielle 16% 29% 6% 4% 13% 92% Stratégie de com° 59% 50% 26% 29% 23% 9% Mobile 10% 6% 29% 21% 12% 1% Data 3% 1% 11% 11% 31% 3% Social media 16% 24% 40% 21% 15% 5% © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  18. 18. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Et dans la maitrise perçue, beaucoup d’expertises transversales compte tenu du fait que chacun revendique pouvoir tout faire… Les expertises maitrisées par les agences... TOP 3 Publicité Customer mkt Digital Corporate/R P Média Event Com° publicitaire 83% 33% 23% 50% Conception outils digitaux 27% 43% 63% 48% 17% 26% Digital in store 17% 17% L’intelligence data 6% 38% 29% 10% 35% Mkt et com° mobile 24% 29% 47% 15% Mkt opérationnel, activation 19% 42% 11% Mkt relationnel, CRM / PRM 11% 48% 24% Production de contenus 45% 34% 48% 76% 20% 34% Réputation, e-réputation 18% 11% 29% 42% 21% Retail marketing 13% 32% 12% Social Media 28% 20% 54% 48% 36% 18% Stratégie de communication 72% 50% Stratégie de marque 73% 35% 47% 64% 40% Stratégie digitale 36% 42% 76% 53% 56%
  19. 19. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Au delà de l’expertise de chacun, les principales valeurs des partenaires de communication sont indéniables et les besoins de décodage, d’intelligence et de créativité plus importants que jamais ! Quelles sont les 3 critères à rémunérer quand on travaille avec une agence ? Publicité Corporate Planning stratégique 63% Innovation 54% Création 93% Média Customer marketing Evénementielle Innovation 63% Consultancy 50% Création 69% Connaissance marché 60% Innovation 48% Planning stratégique 71% Innovation 60% Planning stratégique 42% Création 71% Innovation 78% Capacité d’intégration 56% Création 78% Digital Innovation 60% Excellence technologique 51% Création 62%
  20. 20. Tout ceci conduit à un besoin réel d’évolution de la notion d’accompagnement © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  21. 21. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Dans les modes opératoires « Un angle d’attaque pour prouver les différentes manières de travailler, de recruter, le processus créatif… » Sur la consistance des expertises « L’approche est fondamentale. S’assurer qu’il y a du fond derrière ce qu’on nous raconte, qu’il y a une méthodo sur le sujet pour écarter le risque de rester en surface. Pas forcément une méthodo très originale, mais une méthodo » Sur l’efficacité « Des best cases rassurants sur l’efficacité » « Les valeurs, la fiabilité, le fait qu’on puisse se faire confiance » Sur les éléments de recommandation « Souvent, je demande à rencontrer les références qu’ils donnent. Ca permet un partage d’expérience et c’est un critère de crédibilité » Côté annonceurs, un besoin de réassurance sur les approches conduites par les agences … … Mais aussi de personnalisation A minima, une contextualisation « Prendre le soin de s’adapter à mon entreprise, à son contexte et à ses besoins au lieu de me présenter des cas comme Apple ou de belles histoires de marques. Des cas qui nous ressemblent…On n’est pas Coca » « Des cas réussis dans des univers connexes » Dans l’idéal, du sur mesure « Certaines agences demandent sur quelles problématiques on réfléchit avant de nous faire une présentation. Elles ont besoin de mieux qualifier nos besoins pour apporter des réponses plus adaptées. Du coup, elles sont plus pertinentes »
  22. 22. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Une conviction déjà expérimentée par les annonceurs « On a nous aussi besoin en interne de bons généralistes. Des gens capables d’appréhender les problématiques diverses avec des experts en externe. Des gens souples d’esprit et de compétences plutôt que des experts sur un sujet en particulier » … Au service d’une vision stratégique globale « Il faut qu’elle ait la compréhension globale et propose une solution globale à un problème, avec des expertises soit maison soit tierces » « Etre à la fois sur du très stratégique et sur du tactique » Avec la capacité à piloter, à être un chef d’orchestre « Il faut qu’il y ait un porte parole de marque, et qu’il arrive à mailler l’ensemble des services qui permettent d’optimiser la communication. En 1 mot, ce sont des intégrateurs » Côté agence une nécessaire réorganisation des talents et des ressources…
  23. 23. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Le challenge : devancer l’annonceur pour mieux l’accompagner « Elles doivent faire émerger des besoins qu’on ne sait pas identifier, et pas uniquement répondre à nos besoins » Des profils très ouverts capables de s’adapter « J’ai besoin de gens intelligents qui sont à l’écoute des transformations » « Il faut des seniors qui sont ouverts au changement. Les gens moyens ne pourront pas rester. C’est très clivant, mais ça ramène aux fondamentaux » « Il faut détecter les gens capables de se transformer » Une dimension consulting «Le sujet en lui-même, c’est la capacité à bien comprendre l’entreprise » « La capacité de l’agence à bien cerner et comprendre les enjeux d’un marché Une capacité de projection « La capacité à nous challenger, à ne pas s’endormir » « Nous challenger sur nos acquis, nous faire évoluer » …mais aussi de posture et de formation des talents, puisque plus que jamais, il faut des interlocuteurs à la hauteur des enjeux.
  24. 24. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Vers une séparation du think et du do « Une séparation de l’opérationnel, et une garantie suffisante que l’opérationnel suivra selon les inflexions de la stratégie » « J’attends de mes partenaires agences qu’ils m’aident à identifier les bonnes ressources » Une remontée en valeur « Vendre l’intelligence, et la capacité à dire qu’ils savent s’entourer des meilleurs prestataires pour faire un tandem gagnant » « Ce qui compte, c’est la capacité stratégique à bien utiliser les expertises » Un recentrage sur les objectifs « Le fameux 360, en fait c’est des silos. Ce qui m’intéresse, c’est comment consolider, que cela devienne un tout, avec de la cohérence dans les métiers de la com et du commerce » Au final, la vision intégrée doit prendre le pas sur l’intégration des expertises
  25. 25. SATISFACTION ET RECOMMANDATION © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  26. 26. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Quand vous parlez de l’agence, vous dites plutôt… Par marché : digital et corporate en tête de la satisfaction clients 74% 74% 81% 72% 79% 76% 83% 79% 79% 79% 77% 87% 83% 83% 77% 77% 82% 83% 86%85% 83% 87% 84% 70% 80% 90% 20152014201320122011 Réf. Média Publicité Customer Marketing Digitale Corporate
  27. 27. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Recommanderiez-vous l’agence à un autre annonceur ? Concernant la recommandation, indicateur clé, comme pour la satisfaction, digital et corporate assez significativement en tête ! 65% 59% 69% 64% 63% 68%68% 64% 66% 64% 67% 67% 73% 78% 63% 65% 61% 73% 76% 63% 77% 67% 69% 50% 60% 70% 80% 20152014201320122011 Réf. Média Publicité Customer Marketing Digitale Corporate
  28. 28. LES 3 PRINCIPALES FORCES DES AGENCES © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  29. 29. UNE RENCONTRE ET UN ÉQUILIBRE DE COMPÉTENCES PLUS QUE DE LA PURE PERFORMANCE OPÉRATIONNELLE
  30. 30. Compréhension secteur/enjeux client et engagement réactivité des collaborateurs sont une des forces des agences toutes expertises confondues. Comment évaluez-vous votre agence sur une échelle de 1- mauvaise à 5- excellente ? Les 3 meilleurs notes Compréhension secteur/enjeux client 4,0 Engagement et réactivité des équipes 4,0 Interlocuteurs à la hauteur de vos challenges 3,8 Capacité à s’adapter à votre organisation 3,8 Agences de publicité Performant dans l’achat d’espace 4,1 Compréhension secteur/enjeux client 4,0 Engagement et réactivité des équipes 4,0 Agences média Compréhension secteur/enjeux client 3,9 Engagement et réactivité des équipes 3,9 Interlocuteurs à la hauteur de vos challenges 3,9 Agences de customer marketing Engagement et réactivité des équipes 4,2 Compréhension secteur/enjeux client 4,0 Interlocuteurs à la hauteur de vos challenges 3,9 Capacité à s’adapter à votre organisation 3,9 Agences de communication digitale Compréhension secteur/enjeux client 4,2 Engagement et réactivité des équipes 4,1 Interlocuteurs à la hauteur de vos challenges 4,1 Agences de communication corporate © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  31. 31. #03 IMAGE DU MARCHE © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  32. 32. ATTRACTIVITÉ au global Tous marchés confondus © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  33. 33. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite Attractivité : TOTAL- 1426 répondants 179 acteurs cités et face aux grosses structures historiques une montée en puissance de modèles alternatifs avec des approches et des visions différentes
  34. 34. LES ACTEURS COMMUNICATION, MARKETING ET DATA LES PLUS INNOVANTS ET DYNAMIQUES Quels sont les 3 acteurs communication, marketing ou data les plus innovants et dynamiques à vos yeux ? © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  35. 35. © Limelight — 2015 — Reproduction interdite 264 acteurs cités - Taux NSP : 68% Base 1399 264 acteurs cités… Buzzman, Marcel, Fred&Farid émergent face aux grosses structures historiques, l’attractivité se recoupe ! Et sont cités également Google, Apple, Criteo !
  36. 36. En Synthèse Le maître mot de cette étude 2015 est « la recherche du renouveau » ! Effectivement, ils semble comme le disent beaucoup d’inteviewés : « Qu’aucune marque ne puisse se vanter d’avoir réussi. Toutes font des essais ». La transformation des entreprises démarrée depuis plusieurs années ainsi que la nécessaire et impérative évolution des business conduit les répondants à l’étude à avoir des attentes extrêmement fortes en termes d’accompagnement. On nous explique que le numérique tente de devenir transverse à l’entreprise, « Transformation digitale en amont et en aval, sur la partie industrielle et distribution. Passer à une entreprise qui connait ses clients, interagit avec eux, fait de la co-création et récupère des marges de distribution », mais que parallèlement, chaque projet implique nécessairement plusieurs directions et que c’est un processus lent si toutes les énergies ne sont pas mobilisées. En fait peu d’entreprises ont appréhendé ce que signifie être une entreprise digitalisée en termes de management, leadership ou contrat social. À tort. Pour la plupart, le digital est ‘un’ plan stratégique mais n’est pas ‘le’ plan stratégique et ceci complexifie beaucoup les choses car si les agences ne sont pas les plus légitimes pour initier la transformation, elles peuvent en être les accompagnatrices en termes d’inspiration, si tant est qu’elle développent des méthodes. Or, et c’est là où le bas blesse, chacun déclarant savoir tout faire, il semble temps de développer des approches plus structurées du marketing de l’offre pour sortir d’un brouhaha qui rend difficile la vraie valeur ajoutée des uns et des autres, d’autant que l’attente est là… « Ce qu’on cherche, nous : leur capacité à reprendre l’initiative, l’offensive dans la façon d’aborder les problématiques » © Limelight — 2015 — Reproduction interdite
  37. 37. Luc Laurentin CEO / Président Syntec Etudes & VP Fédération Syntec ll@limelight-consulting.com T : 01 47 12 17 67 Amaury Laurentin DGA al@limelight-consulting.com T : 01 47 12 68 55 MERCI D’AVOIR PRIT LE TEMPS DE REPONDRE A NOTRE ETUDE. SANS VOUS TOUT CECI N’EXISTERAIT PAS ! A L’ANNE PROCHAINE !

×