Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris

422 vues

Publié le

Séminaire Adhere-RH animé par Constant Calvo et Mohamed Semma à International Institute of Management (CNAM Paris)

Publié dans : Direction et management
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
422
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
12
Actions
Partages
0
Téléchargements
23
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Quelle est la différence entre RSE et DD?
    « le DD est la finalité de la RSE »
    Capron :
    Macroéconomique : DD
    Microéconomique : RSE
  • Séminaire RSE/CSR au CNAM Paris

    1. 1. SÉMINAIRE RSE CSR SEMINAR Intervenants : Constant CALVO & Mohamed SEMMAA MBA – CNAM Paris Paris, le 9 décembre 2011
    2. 2. Avant-propos « The one and only social responsability of business is to increase its profits. » Milton Friedman Nobel laureate in economics 2
    3. 3. Avant-propos « The business of business is serving society, not just making money. » Dayton Huston corporate constitution 3
    4. 4. Intervenants Objectifs pédagogiques Méthodes & outils Programme Présentation du séminaire 4
    5. 5. Intervenants  Constant CLAVO  Co-fondateur et Directeur associé du Cabinet ADHERE-RH  Ingénieur pédagogique  Expert RH et RSE  Chroniqueur en RSE et GRH à Cercle Les Echos et Finyear  Mohamed SEMMAA  Doctorant en RSE au CNAM Paris (LIRSA)  Consultant-junior en RSE & stratégie  Chargé d’études auprès du Centre Marocain de Conjoncture  Publication des articles de recherche en RSE et gouvernance d’entreprise 5
    6. 6. Objectifs pédagogiques  Comprendre le concept et les enjeux de la RSE (CSR en anglais)  Etudier les approches définissant la RSE  Appréhender les différents outils de la RSE  Analyser des études de cas des pratiques RSE des entreprises en France et dans le monde 6
    7. 7. Méthodes & outils  Exposé interactif  Co-animation bilingue en français et anglais  Brainstorming  Vidéos  Analyse de cas pratiques 7
    8. 8. Programme Matinée :  Concept de la RSE  Enjeux de la RSE/DD Après-midi :  Approches de la RSE  Outils de la RSE  Etude de cas  Synthèse 8
    9. 9. Genèse de la RSE Historique de la RSE Définitions Théories de la RSE Concept de la RSE9
    10. 10. Genèse de la RSE (1/7)  Thèmes fondateurs de l’éthique des affaires (décennie 60) : 10
    11. 11. Genèse de la RSE (2/7)  La CSR se développe au cours de la décennie 60 et 70  H. R. Bowen fut le premier auteur qui a écrit sur la CSR (« Social Responsability of Business Man », 1953)  Le sujet a été développé ensuite par Eells (Corporate Giving in a Free Society, 1956) Corporate Social Responsiveness Corporate Social Responsability Approche des stakeholders Théorie du contrat social Approche de la Virtue Ethics Approche basée sur l’intégrité 11
    12. 12. Genèse de la RSE (3/7)  La CSRe répond au flou de la conception proposée par la CSR, en précisant les éléments de la demande d’obligations envers la société  L’entreprise doit suivre les problèmes sociaux qui peuvent l’affecter et agir sur eux avant qu’ils ne déclenchent une crise Approche des stakeholders Théorie du contrat social Approche de la Virtue Ethics Approche basée sur l’intégrité 12
    13. 13. Genèse de la RSE (4/7)  Cette approche est apparue dans les années 80  Elle est basée sur la prise en compte les intérêts de chacune des parties prenantes de l’entreprise  L’objectif est de réaliser les arbitrages entre les intérêts des différentes parties prenantes Corporate Social Responsiveness Théorie du contrat social Approche de la Virtue Ethics Approche basée sur l’intégrité 13
    14. 14. Genèse de la RSE (5/7)  Cette théorie est apparue dans les années 90  Les relations dans et avec l’entreprise sont vues dans une logique contractuelle Corporate Social Responsiveness Approche des stakeholders Approche de la Virtue Ethics Approche basée sur l’intégrité 14
    15. 15. Genèse de la RSE (6/7)  Apparition dans les années 90 avec la diffusion des thèses néo-libérales  La question centrale est celle de la vertu (quelle sorte de vie faut-il s’efforcer de vivre?) qui doit être replacée dans la vie des affaires  Servir l’individu Corporate Social Responsiveness Approche des stakeholders Théorie du contrat social Approche basée sur l’intégrité 15
    16. 16. Genèse de la RSE (7/7)  Apparition dans les années 90  Il s’agit d’aller au-delà d’une approche purement légaliste de l’acte de l’entreprise en se référant à des normes individuelles mais aussi plus générales Corporate Social Responsiveness Approche des stakeholders Théorie du contrat social Approche de la Virtue Ethics 16
    17. 17. Historique de la RSE (1/3) La question de la responsabilité sociale était toujours posée en regard du contexte économique de l’époque  1920 - … : Production, profits, emploi. L’éthique en affaires  1960 - … : Prise en compte des impacts de la production dans un contexte social adverse sur fond de débat idéologique 17
    18. 18. Historique de la RSE (2/3)  1970 - … : Scandales financiers, gouvernance d’entreprise, développement durable, investissement socialement responsable et RSE Remise en cause des liens économie/ entreprise et économie / société 18
    19. 19. Historique de la RSE (3/3)  1990 - … : un comportement « obligatoire » et publicisé à l’ère d’une mondialisation où l’emploi et le travail se précarisent  La RSE comme principe de bonne gestion et la concordance des missions publique et privée de l’entreprise  2000 - … : Appropriation de la notion de RSE par les acteurs sociaux (Loi NRE de 2001 en France par exemple) 19
    20. 20. Définitions de la RSE (1/6)  Dans un article publié en 1999, l’un des auteurs les plus connus du courant Business & Society, A. B. Carroll dénombrait environ vingt définitions différentes de la RSE. « La RSE est un terme génial, il signifie quelque chose mais pas la même chose pour tout le monde » (Source : VOTAW Dow, The corporate dilemma, traditional values versus contemporary problems, Englewood Cliffs, N.J., 1973, p57) 20
    21. 21. Définitions de la RSE (2/6) D1 : H. A. BOWEN « Pourquoi est-ce que les hommes d’affaires d’aujourd’hui se sentent concernés par leurs responsabilités sociales ? (…). Il est possible de diviser la réponse à cette question en trois parties : Premièrement, parce qu’ils ont été forcés de se sentir plus concernés ; Deuxièmement, parce qu’ils ont été persuadés de la nécessité de se sentir plus concernés ; Troisièmement, parce que la séparation entre propriété et contrôle a créé des conditions qui ont été favorables à la prise en compte de ces responsabilités » 21
    22. 22. Définitions de la RSE (3/6)  Selon H. A. BOWEN : « la responsabilité sociale de l’entreprise renvoie à l’obligation pour les hommes d’affaires de réaliser les politiques, de prendre les décisions et de suivre les lignes de conduites répondant aux objectifs et aux valeurs qui sont considérées comme désirables dans notre société ». (Source : BOWEN H., Social Responsabilities of the businessman, Harper and Row, New York, 1953, p.6) 22
    23. 23. Définitions de la RSE (4/6) D2 : Commission Européenne « être socialement responsable signifie non seulement satisfaire pleinement aux obligations juridiques applicables, mais aussi aller au-delà et investir “davantage” dans le capital humain, l’environnement et les relations avec les parties prenantes » (Source : Glossaire du Livre Vert de l’Union Européenne, Commission des Communautés européennes, « Promouvoir un cadre européen pour la responsabilité sociale des entreprises », Bruxelles, juillet 2001) 23
    24. 24. Définitions de la RSE (5/6)  Discussion des deux définitions : (Brainstorming) 24
    25. 25. Définitions de la RSE (6/6)  Conclusions :  Les différences observées entre les définitions de la RSE laissent entrevoir le passage d’une obligation légale supplémentaire à une intégration volontaire  La responsabilité sociétale est vue comme pratique volontaire et dialogue avec les parties prenantes  La RSE est une occasion de reconsidérer le concept de performance de façon globale.  L’entrepreneuriat social (social business) est un modèle complémentaire à la RSE 25
    26. 26. Théories de la RSE (1/5) 26
    27. 27. Théories de la RSE (2/5)  La RSE est perçue comme un outil stratégique au service de la performance Théorie éthique Théorie instrumentale Théorie politique Théorie intégrative 27
    28. 28. Théories de la RSE (3/5)  La RSE exprime les relations de pouvoir entre l’entreprise et la société  Approche souvent utilisée dans l’analyse de la RSE dans une environnement international Théorie politique Théorie intégrative 28
    29. 29. Théories de la RSE (4/5)  La RSE reflète les valeurs de la société Théorie éthique Théorie intégrative 29
    30. 30. Théories de la RSE (5/5)  Le concept de la RSE exprime et traduit l’interdépendance entre l’entreprise et la société Théorie éthique Théorie politique 30
    31. 31. Pour l’entreprise Pour les parties prenantes Enjeux de la RSE/DD31
    32. 32. Pour l’entreprise Diversité Performance Égalité professionnelle Justice socialeProtection de l’environnement Éthique professionnelle Handicap Développement durable Achats responsables Codes de bonne conduite Labels Bonne gouvernance Légitimité Notoriété Ressources humaines 32
    33. 33. Pour les parties prenantes (1/2)  Cinq raisons pour lesquelles, la RSE pourrait être non seulement utile mais incontournable : 1. Parce que ce sont notamment les consommateurs, les clients, les investisseurs et les ONG qui la demandent voir l’exigent 2. Parce que la RSE construit le capital de la marque 3. Parce que la RSE permet d’attirer et de fidéliser les talents 4. Parce que la RSE a du sens au plan financier 5. Parce que la RSE est l’une des réponses à la crise 33
    34. 34. Pour les parties prenantes (2/2) 34 Vidéo explicative du développement durable (Lien)
    35. 35. Approches de la RSE35
    36. 36. Classification de l’ORSE* (1/8) ORSE : Observatoire de la Responsabilité Sociétale 36
    37. 37. Approches de la RSE (2/8)  Cette approche consiste à appliquer les convictions éthiques au choix des investissements (Investissements socialement Responsables) Approche environnementale Approche éthique Approche sociale Approche citoyenne Approche développement durable Approche parties prenantes Approche financière 37
    38. 38. Approches de la RSE (3/8)  Cette approche consiste à sélectionner les entreprises sur la base de leur performance environnementale Approche sociale Approche citoyenne Approche développement durable Approche parties prenantes Approche financière 38
    39. 39. Approches de la RSE (4/8)  Cette approche consiste à sélectionner les entreprises sur la base de la qualité de leur politique sociale et du respect des Droits de l’Homme Approche environnementale Approche citoyenne Approche développement durable Approche parties prenantes Approche financière 39
    40. 40. Approches de la RSE (5/8)  Cette approche est centrée autour de la notion de communauté, elle accorde beaucoup d’importance aux politiques de non discrimination ou à la politique de mécénat Approche environnementale Approche sociale Approche développement durable Approche parties prenantes Approche financière 40
    41. 41. Approches de la RSE (6/8)  Cette approche concerne les entreprises ayant de bonnes performances dans les 3 secteurs de la responsabilité sociale, environnementale et économique Approche environnementale Approche sociale Approche citoyenne Approche parties prenantes Approche financière 41
    42. 42. Approches de la RSE (7/8)  Cette approche est centrée sur le dialogue avec les salariés et leurs représentants, les actionnaires, les clients, les fournisseurs et la société civile (ONG, relais sociaux, territoires, relais d’opinions) Approche environnementale Approche sociale Approche citoyenne Approche développement durable Approche financière 42
    43. 43. Approches de la RSE (8/8)  Cette approche permet la prise en compte des critères sociétaux dans l’évaluation de l’entreprise afin de mieux cerner la valeur réelle de l’entreprise (portefeuilles plus rentables que les portefeuilles classiques) Approche environnementale Approche sociale Approche citoyenne Approche développement durable Approche parties prenantes 43
    44. 44. Dispositifs internationaux Labels RSE en France Outils de la RSE44
    45. 45. Dispositifs internationaux 45
    46. 46. Dispositifs internationaux Principe : Sous l’initiative du SG de l’ONU, le pacte mondial de l’ONU a eu lieu à Davos en 1999. Il constitue la synthèse de quatre déclarations de l’ONU : • La Déclaration Universelle des Droits de l‘Homme; • La Déclaration de l‘Organisation Internationale du Travail relative aux principes et droits fondamentaux au travail; • La Déclaration de Rio sur l'environnement et le Développement; • La Convention des Nations Unies contre la Corruption. Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 46
    47. 47. Dispositifs internationaux Axes : Le pacte mondial de l’ONU est composé de dix principes regroupés en quatre axes :  Droits de l’Homme  Droit du travail  Environnement  Lutte contre corruption Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 47
    48. 48. Dispositifs internationaux Axe 1 : Droits de l’Homme 1. Les entreprises sont invitées à promouvoir et à respecter la protection du droit international relatif aux droits de l'Homme dans leur sphère d'influence ; et 2. A veiller à ce que leurs propres compagnies ne se rendent pas complices de violations des droits de l'Homme. Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 48
    49. 49. Dispositifs internationaux Axe 2 : Droit du travail 3. Les entreprises sont invitées à respecter la liberté d'association et à reconnaître le droit de négociation collective ; 4. L'élimination de toutes les formes de travail forcé ou obligatoire ; 5. L'abolition effective du travail des enfants ; 6. L'élimination de la discrimination en matière d'emploi et de profession. Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 49
    50. 50. Dispositifs internationaux Axe 3 : Environnement 7. Les entreprises sont invitées à appliquer l'approche de précaution face aux problèmes touchant l'environnement ; 8. A entreprendre des initiatives tendant à promouvoir une plus grande responsabilité en matière d'environnement ;   9. A favoriser la mise au point et la diffusion de technologies respectueuses de l'environnement. Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 50
    51. 51. Dispositifs internationaux Axe 4 : Lutte contre corruption 10. Les entreprises sont invitées à agir contre la corruption sous toutes ses formes, y compris l'extorsion de fonds et les pots-de-vin. Principes directeur de l’OCDE Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 51
    52. 52. Dispositifs internationaux  Les Principes directeurs sont des recommandations des gouvernements membres de l’OCDE à l’intention des compagnies multinationales en activité à l’étranger.  L’objet de la Déclaration est de garantir les droits des investisseurs. Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 52
    53. 53. Dispositifs internationaux  Les 39 gouvernements qui adhèrent aux Principes directeurs devraient promouvoir ces principes et devraient les faire appliquer par leurs entreprises travaillant à l’étranger. Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 53
    54. 54. Dispositifs internationaux  Les Principes Directeurs énoncent des principes et des normes volontaires pour une conduite responsable des entreprises.  Les principes encouragent les entreprises de contribuer au développement durable, de créer de l’emploi, de respecter les lois nationales et règles internationales. Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 54
    55. 55. Dispositifs internationaux  Les Principes directeurs sont applicables aux entreprises multinationales ainsi qu’à “toutes les entités qu’elles comportent” indépendamment de l’endroit où elles font leurs affaires (y compris les pays qui n’ont pas souscrit aux Principes directeurs). Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 55
    56. 56. Dispositifs internationaux  Les entreprises multinationales sont tenues d’encourager leurs partenaires en affaire que sont les sous-traitants à opérer d’une façon qui puisse être compatible avec les Principes directeurs. Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 56
    57. 57. Dispositifs internationaux  Domaines couverts par les principes directeurs : (voir schéma) Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 57
    58. 58. 58
    59. 59. Dispositifs internationaux  PCN – Points de Contact Nationaux : - Les pays qui ont souscrit aux Principes directeurs sont tenus d’établir des Points de Contact Nationaux (PCN). - Les PCN ont pour rôle d’assurer l’efficacité des Principes directeurs. Ils peuvent le faire en faisant la promotion des Principe directeurs, en informant les investisseurs (potentiels). Déclaration de Principes tripartite de l’OIT Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 59
    60. 60. Dispositifs internationaux  L’OIT (Organisation Internationale du Travail) a adopté en 1977 sa Déclaration de Principes tripartite sur les entreprises multinationales et la politique sociale, déclaration qui fut revue en 2000 à la lumière de la Déclaration de Principes et Droits fondamentaux au travail de 1998.  Souscription par les:  États membres de l’OIT  Représentants des employeurs  Représentants des syndicats Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 60
    61. 61. Dispositifs internationaux Engagement à respecter et à faire respecter les conventions internationales , en particulier:  La liberté d'association, le droit aux négociations collectives  L'élimination de toute forme de travail forcé,  L'abolition de toute forme de travail d'enfants et  L'élimination de la discrimination en matière de salaires, d'emplois et de profession. Global Reporting Impact (GRI) ISO 26 000 61
    62. 62. Dispositifs internationaux  L’initiative de Global Reporting (GRI) a été lancée en 1997  A cette initiative internationale participent des entreprises, des O.N.G, des cabinets de consultants, des universités. ISO 26 000 62
    63. 63. Dispositifs internationaux  La G.R.I propose des lignes directrices pour aider les entreprises à réaliser des rapports sur les dimensions économique, sociale et environnementale de leurs activités.  Elle visait initialement les multinationales, puis finalement toutes les entreprises, autorités publiques ou organisations non gouvernementales. ISO 26 000 63
    64. 64. Dispositifs internationaux Ses buts sont :  d’élever au plan mondial, le niveau des rapports sur le développement durable à un niveau équivalent à celui des rapports financiers ;  de définir, diffuser et promouvoir des pratiques de rapports standardisées, des outils de mesure standard et individuels, et spécifiques aux secteurs;  de créer une institution permanente et efficace à même de soutenir globalement ces pratiques de rapport. ISO 26 000 64
    65. 65. Dispositifs internationaux Il existe quatre catégories de grands principes :  Processus de rédaction des rapports : transparence, dialogue avec parties prenantes, auditabilité;  Périmètre du rapport: exhaustivité, précision du contexte;  Garantie de fiabilité des données;  Accès libre au rapport. ISO 26 000 65
    66. 66. Dispositifs internationaux  Repères : - Norme élaborée par l’International Standard Organization qui regroupe les organismes normalisateurs de 162 pays - Les travaux pour ISO 26000 ont démarré en 2005 - Norme publiée le 1er novembre 2010 66
    67. 67. Dispositifs internationaux  Définition de la responsabilité sociétale suivant la norme ISO 26000 : « Responsabilité d’une organisation vis-à-vis des impacts de ses décisions et activités sur la société et sur l’environnement, se traduisant par un comportement éthique et transparent qui : • Contribue au DÉVELOPPEMENT DURABLE, à la santé et au bien-être de la société; • Prend en compte les attentes des PARTIES PRENANTES; • Respecte les LOIS en vigueur tout en étant en cohérence avec les NORMES INTERNATIONALES de COMPORTEMENT; • Et qui est INTÉGRÉ dans l’ensemble de l’organisation et mis en œuvre dans ses relations.  » 67
    68. 68. Dispositifs internationaux  Contenu : (voir schéma) 68
    69. 69. Schéma : Fonctionnement de l’ISO 26000 69
    70. 70. Labels RSE en France  Label syndical CIES  Label « égalité professionnelle »  Label diversité  « Rating label », le classement Vigéo 70
    71. 71. Groupe IKEA Étude de cas 271
    72. 72. Vidéo sur Le développement durable chez IKEA (lien)
    73. 73. Liens utiles  Réseau Entreprise et Développement Durable (REDD) : http://nbs.net/fr/  Forum de Lille (Moteur de recherche 500 Bonnes Pratiques) : http://www.reseau-alliances.org/bonnes-pratiques/  Organisation Internationale de Normalisation (ISO) http://www.iso.org/iso/fr/home.htm  Cabinet Adhere-RH : http://www.adhere-rh.com 73
    74. 74. Merci pour votre attention! Contacts : M. Constant CALVO ccalvo@adhere-rh.com 06 99 40 77 88 M. Mohamed SEMMAA msemmae@gmail.com 06 12 56 93 02 74

    ×