Dr S.Nouri
E.H.S. Ben Aknoun
Définition
 Fractures dont le trait siège entre l’interligne
scapulo-humérale en haut et le bord inferieur de
l’insertion...
Rappel anatomique
 L’E.S.H comprend (02) parties :
 Partie articulaire:
-tête humérale, cartilagineuse, 1/3 de sphère.
-...
 Vascularisation:
Assurée par les artères:
-artère circonflexe antérieure.
-artère circonflexe postérieure
-artère de la ...
Anapath
 Mécanisme :
Peut être de 02 sortes :
Direct: chute sur le moignon de l’épaule.
Indirect: chute réception sur mai...
Classifications
 Classification de NEER:
Basée sur le nombre de fragments.
Classification de Duparc:
I / Fractures extra-articulaires :
- Fractures des tubérosités (trochiter - trochin)
- Fractures...
Clinique
 Le plus souvent, sujet âgé, sexe féminin.
 Traumatisme direct ou indirect.
 Interro rapide, ATCD, circonstanc...
Bilan radiologique
 Les incidences les plus demandées : épaule de Face et
Profil Axillaire ou Trans-thoracique.
 Scanner...
Exemples de fractures
Traitement
Buts :
 Restaurer l’anatomie normale de l’épaule.
 Rétablir la fonction de l’épaule (mobilité, stabilité et
i...
Traitement orthopédique
 Fractures engrenées peu déplacées:
-Immobilisées sans tentatives de réductions car stables.
-Sim...
 Fractures désengrenées:
1. Réduction:
Par manœuvre s externes sous AG.
Dans l’ordre: Traction, mise en add rotation neut...
Pour les fractures instables, immobilisation en
abduction, type Gerdy platré (contraignant) ou
mieux, appareillage type Po...
 Solution alternative : le plâtre pendant
- Mieux supporté et moins encombrant.
- N’immobilise pas le foyer mais par son ...
Traitement chirurgical
 Foyer fermé:
 Fait appel à l’embrochage centromédullaire
percutané
Avec pénétration :
- Humérale...
Exemples d’ostéosynthèse
Enclouages
 Foyer ouvert :
- Permet une réduction de visu anatomique du foyer.
- Nécessite l’abord du foyer (voie Delto-pectorale).
...
Remplacement prothétique
 Rarement utilisé en urgence et en traumatologie, les
prothèses sont parfois utilisées chez les ...
Complications:
 L’ouverture du foyer est rare
 Lésions des vaisseaux axillaires
 Nécrose de la tête humérale (1 %)
 Ps...
Conclusion
 Les fractures de l’E.S.H. sont fréquentes, touchent
surtout le sujet âgé de sexe féminin.
 Font suite à des ...
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus

4 293 vues

Publié le

0 commentaire
5 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
4 293
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
195
Actions
Partages
0
Téléchargements
97
Commentaires
0
J’aime
5
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Fractures de læextrúmitú supúrieure de læhumúrus

  1. 1. Dr S.Nouri E.H.S. Ben Aknoun
  2. 2. Définition  Fractures dont le trait siège entre l’interligne scapulo-humérale en haut et le bord inferieur de l’insertion du muscle grand pectoral en bas.
  3. 3. Rappel anatomique  L’E.S.H comprend (02) parties :  Partie articulaire: -tête humérale, cartilagineuse, 1/3 de sphère. -col anatomique***, insertion capsulo- ligamentaire . -rétroversion physiologique de 20-30°.  Partie extra articulaire: -tubérosités: Trochiter (Mus.Coiffe), Trochin (S/Scap), gouttière bicipitale (Gd Pect, Gd Dorsal). -col chirurgical*** rejoint l’anatomique en dedans.
  4. 4.  Vascularisation: Assurée par les artères: -artère circonflexe antérieure. -artère circonflexe postérieure -artère de la coiffe des rotateurs (accessoire) De type TERMINALE*** , pénètrent par le col anatomique*** . Risque de nécrose de la tête humérale dans les fractures céphalo-tubérositaires.
  5. 5. Anapath  Mécanisme : Peut être de 02 sortes : Direct: chute sur le moignon de l’épaule. Indirect: chute réception sur main ou coude.
  6. 6. Classifications  Classification de NEER: Basée sur le nombre de fragments.
  7. 7. Classification de Duparc: I / Fractures extra-articulaires : - Fractures des tubérosités (trochiter - trochin) - Fractures sous-tubérositaires (col chirurgical) [engrenées (70%), non engrenées (30%)]. - Fractures sous-tubérositaires + une des tubérosités II / Fractures articulaires : - Fractures céphaliques (col anatomique) - Fractures céphalo-tubérositaires : Engrenées non déplacées Engrenées déplacées Désengrenées Avec luxation antérieure (engrenées ou désengrenées) Avec luxation postérieure III / Fractures céphalo-métaphysaires (issues des encoches survenant au cours des luxations)
  8. 8. Clinique  Le plus souvent, sujet âgé, sexe féminin.  Traumatisme direct ou indirect.  Interro rapide, ATCD, circonstances d’accident …  Douleur au niveau du col huméral  Déformation surtout visible dans les Fr en abduction  Ecchymose brachio-axillaire (Hannequin).  Chercher les complications:  vasculaires (pouls)  nerveuses : plexus brachial, circonflexe, radial  cutanées (ouverture rare)  musculaires (deltoïde, tendon du biceps, interposition)
  9. 9. Bilan radiologique  Les incidences les plus demandées : épaule de Face et Profil Axillaire ou Trans-thoracique.  Scanner utile dans les fractures céphalo-tubérositaires complexes.  Permettent d’étudier :  Le ou les traits de fracture.  Le déplacement (engrenées ou désengrenées).  Type de fracture (parfois difficile sur Rx standards).  Les lésions associées. • Artériographie en cas de déplacement interne diaphysaire important et risque vasculaire.
  10. 10. Exemples de fractures
  11. 11. Traitement Buts :  Restaurer l’anatomie normale de l’épaule.  Rétablir la fonction de l’épaule (mobilité, stabilité et indolence).  Éviter les complications.
  12. 12. Traitement orthopédique  Fractures engrenées peu déplacées: -Immobilisées sans tentatives de réductions car stables. -Simple écharpe ou mieux, contention élastique type Dujarrier élastique ou Mayo Clinic pour 21 jours. -Après ce délai, début de la rééducation pendulaire puis activo-passive.
  13. 13.  Fractures désengrenées: 1. Réduction: Par manœuvre s externes sous AG. Dans l’ordre: Traction, mise en add rotation neutre Translation diaphysaire externe On pousse la tête en dedans On relâche la traction qd les fragments se font face. Remise en abduction et immobilisation. 2. Contention: Immobilisation coude au corps en évitant la rotation interne, sauf si fracture stable, par système élastique.
  14. 14. Pour les fractures instables, immobilisation en abduction, type Gerdy platré (contraignant) ou mieux, appareillage type Pouliquen. Traction adduction translation réduction et relâchement
  15. 15.  Solution alternative : le plâtre pendant - Mieux supporté et moins encombrant. - N’immobilise pas le foyer mais par son poids exerce une traction continue sur la fracture. - La nuit, on peut y adjoindre une légère traction.
  16. 16. Traitement chirurgical  Foyer fermé:  Fait appel à l’embrochage centromédullaire percutané Avec pénétration : - Humérale externe Kapandji (sous le V deltoïdien). - orifice sus olécranien. Mieux encore: Enclouage centromédullaire par clou verrouillé ou télescopique à pénétration sus olécranienne ou Trochiterienne.
  17. 17. Exemples d’ostéosynthèse
  18. 18. Enclouages
  19. 19.  Foyer ouvert : - Permet une réduction de visu anatomique du foyer. - Nécessite l’abord du foyer (voie Delto-pectorale). - Utilisé surtout en cas de fracture complexe ou parcellaire. - Différentes méthodes de synthèse: cerclages, vis, plaques vissées ou broches.
  20. 20. Remplacement prothétique  Rarement utilisé en urgence et en traumatologie, les prothèses sont parfois utilisées chez les sujets âgés avec fractures luxations ou fractures complexes de la tête humérale ou avec arthrose préexistante.
  21. 21. Complications:  L’ouverture du foyer est rare  Lésions des vaisseaux axillaires  Nécrose de la tête humérale (1 %)  Pseudarthroses rares  Arthrose Omo-humérale  Raideur*** (rôle de la chirurgie et de la rééducation)  Cals vicieux :  peu gênants au col chirurgical en dessous de 30°  Gêne ++ au trochiter (atteinte de la coiffe)
  22. 22. Conclusion  Les fractures de l’E.S.H. sont fréquentes, touchent surtout le sujet âgé de sexe féminin.  Font suite à des traumatismes parfois minimes.  Traitement orthopédique*** , contention élastique.  Parfois chirurgical (sujet jeune ou Fr complexes).  Les prothèses gardent leurs indications pour les fractures très complexes à fort potentiel nécrotique ou chez le sujet âgé.

×