Cynthia B. NKOUA7ème édition du cours international "Atelier Paludisme "20 Mars 2009 – Institut Pasteur de MadagascarEVALU...
Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
Cynthia B. NKOUA7ème édition du cours international "Atelier Paludisme "20 Mars 2009 – Institut Pasteur de MadagascarEVALU...
PLAN Généralités sur le Paludisme Généralités sur la Médecine Traditionnelle Présentation du tradithérapeute Médecine ...
Généralités sur le Paludisme Maladie tropicale due à un protozoaire dugenre Plasmodium (Laveran 1878) . P. falciparum: m...
Généralités sur la médecine traditionnellePersonnage clé: tradithérapeute ou tradipraticienSource OMS (2002).
Présentation du tradithérapeuteTradithérapeuteDroguisteDevinHerboristeAcupuncteurAutres…Accoucheusetraditionnelle
Médecine Traditionnelle etlutte contre le Paludisme Niveau de connaissances des tradithérapeutes? Plus ou moins bons,Po...
Médecine Traditionnelle etlutte contre le Paludisme (2) Intervention préventive ou curative?Possibilité multiples dans l...
Pratiques souvent utilisées par lestradithérapeutes lors du paludisme Incantations /prières, Bains avec de l’eau chaude ...
Noms vernaculaires du mot “Paludisme”dans certains pays Africains Côte d’Ivoire: "djèkouadjo"(en dialecte Baoulé) et "djé...
Plantes médicinales et Paludisme
Cas du Congo Etude in vitro (Mbatchi S F. (2006)).18 plantes, 66 extraits.P. falciparum FCM29 chloroquino-resistant.7 ...
Cas du Madagascar Etude in vitro (Randrianarivelojosia M. (2003)): 1 plante (écorce de tiges), Zanthoxylum tsihanimposa ...
Cas du Mali Médicament traditionnel amélioré: Malarial 5(Diallo D. (2004), POUSSET J L. ( 2006))3 plantes : 32% Lippia c...
Avantages et inconvénientsAvantages InconvénientsFlore dense et diversifiée: accessibilité dutraitementConservation de la ...
Conclusion C’EST POSSIBLE!!! Faire (ou refaire) une étude ethnobotanique des plantes réputéesantipaludiques. Impliquer ...
BIBLIOGRAPHIE Guerra CA, Gikandi PW, Tatem AJ, Ngor AM, Smith DL, Hay SI, Snow RW. The limits and intensity ofPlasmodium ...
BIBLIOGRAPHIE POUSSET JL. Place des médicaments traditionnels en Afrique. Med Trop 2006 ; 66 : 606-609. Noedl H, Se Y, S...
Je vous remercie !
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Lutte contre le paludisme: réflexion sur la medecine traditionnelle

1 657 vues

Publié le

Lutte contre le paludisme: réflexion sur la medecine traditionnelle - Présentation de la 7e édition du Cours international « Atelier Paludisme » - Badzi Nkoua Cynthia - Congo Brazaville - nkouacynthia@yahoo.fr

Publié dans : Santé & Médecine
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 657
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
13
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Lutte contre le paludisme: réflexion sur la medecine traditionnelle

  1. 1. Cynthia B. NKOUA7ème édition du cours international "Atelier Paludisme "20 Mars 2009 – Institut Pasteur de MadagascarEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  2. 2. Adressez vos questions ou commentaires à :atelier.paludisme@pasteur.mgBonne lecture !
  3. 3. Cynthia B. NKOUA7ème édition du cours international "Atelier Paludisme "20 Mars 2009 – Institut Pasteur de MadagascarEVALUATIONpar les FACILITATEURS
  4. 4. PLAN Généralités sur le Paludisme Généralités sur la Médecine Traditionnelle Présentation du tradithérapeute Médecine Traditionnelle et lutte contre le Paludisme Plantes médicinales et Paludisme: exemples Avantages et inconvénients Conclusion
  5. 5. Généralités sur le Paludisme Maladie tropicale due à un protozoaire dugenre Plasmodium (Laveran 1878) . P. falciparum: morbidité et mortalité élevéesen Afrique sub-saharienne (enfants etfemmes enceintes). Congo: 54% des motifs de consultation. Parasite de plus en plus résistant auxmolécules antipaludiques. OMS: recours aux ACTD’après FRP, OMS. http: // www.rollbackmalaria.orgGuerra C A. (2008).République du Congo (2005).OMS (2006)
  6. 6. Généralités sur la médecine traditionnellePersonnage clé: tradithérapeute ou tradipraticienSource OMS (2002).
  7. 7. Présentation du tradithérapeuteTradithérapeuteDroguisteDevinHerboristeAcupuncteurAutres…Accoucheusetraditionnelle
  8. 8. Médecine Traditionnelle etlutte contre le Paludisme Niveau de connaissances des tradithérapeutes? Plus ou moins bons,Possibilité de confusion des symptômes,Présence des charlatans dans la profession. Intégration les tradithérapeutes dans les systèmes de santé?Réticence plus ou moins prononcée des tradithérapeutes. Légalisation des consultations au cabinet du tradithérapeute?Oui, après réglementation,Non, risque d’apparition de tradithérapeutes de tout genre(charlatans y compris).
  9. 9. Médecine Traditionnelle etlutte contre le Paludisme (2) Intervention préventive ou curative?Possibilité multiples dans les deux cas. Paludisme simple et/ou grave?Possibilités multiples au niveau du paludisme simple,Au niveau du paludisme sévère, risque d’aggravation de lamaladie. Lutte au niveau du vecteur?Possibilité avec l’utilisation des produits naturels révulsifs (cas dela citronelle)
  10. 10. Pratiques souvent utilisées par lestradithérapeutes lors du paludisme Incantations /prières, Bains avec de l’eau chaude (vapeurs), Massages, Infusions, décoctions, Aiguilles (acupuncture).
  11. 11. Noms vernaculaires du mot “Paludisme”dans certains pays Africains Côte d’Ivoire: "djèkouadjo"(en dialecte Baoulé) et "djékadjo" (endialecte Agni). Essé C (2008). Madagascar: “Tazo ”. Randrianarivelojosia M. (2003) Congo: “Mbâ” (fièvre en dialecte Téké) Mali: “Suma” ou “Sumaya”(en dialecte bambara). Diallo D. (2004) Ouganda: “Musuja”. Tabuti J R S (2003)
  12. 12. Plantes médicinales et Paludisme
  13. 13. Cas du Congo Etude in vitro (Mbatchi S F. (2006)).18 plantes, 66 extraits.P. falciparum FCM29 chloroquino-resistant.7 extraits activité moyenne (10µg/ml < CI50 <50µg/ml).1 extrait forte activité Quassia africana Baill. (Simaroubaceae)(CI50 <1 µg/ml). Etude in vivo, déroulée chez un tradithérapeute:1 plante: Trema Orientalis L. (Ulmaceae).43 patients goutte épaisse négative.7 patients goutte épaisse positive.Au bout de 7 jours, goutte épaisse négative. Cas de maux de tête.CI 50 = Concentration à laquelle 50% de parasites sont éliminés
  14. 14. Cas du Madagascar Etude in vitro (Randrianarivelojosia M. (2003)): 1 plante (écorce de tiges), Zanthoxylum tsihanimposa (Rutaceae) P. falciparum FCM29 chloroquino-resistant 5 alcaloïdes extraits ( 98,4µ mol < CI50 <332,1 µmol) Etude in vivo (Willcox M L. (2008)): 1 plante: Strychnos myrtoides (Loganiaceae) 373 patients (56 exclus) Groupe 1= CQ + placebo Groupe 2= CQ + Strychnos myrtoides A J14: réponse clinique Groupe 1= Groupe 2 A J14 : clairance Groupe 1 ± Groupe 2
  15. 15. Cas du Mali Médicament traditionnel amélioré: Malarial 5(Diallo D. (2004), POUSSET J L. ( 2006))3 plantes : 32% Lippia chevalieri (Verbanaceae), 62% Cassia occidentalis(Ceasalpiniaceae) et 6% Spilanthes oleracea (Asteraceae).Accessible : 600 FCFAPas d’activité schizonticide suffisante pour être prescrit aux jeunesenfants et aux femmes enceintes
  16. 16. Avantages et inconvénientsAvantages InconvénientsFlore dense et diversifiée: accessibilité dutraitementConservation de la flore.Connaissances ancestrales Rétentions d’informations destradithérapeutes.Traitement possible Niveau de reconnaissances des signescliniques ± bas.Présence d’un ou plusieurs principesactifs /planteAbsence de données expérimentales surl’efficacité thérapeutique et la toxicité dela plupart des produits utilisés.Nombreux travaux « inachevés »Variation selon saison et/ou l’heure de larécolte
  17. 17. Conclusion C’EST POSSIBLE!!! Faire (ou refaire) une étude ethnobotanique des plantes réputéesantipaludiques. Impliquer les tradithérapeutes et établir de bons partenariats. Valider scientifiquement et réglementer l’utilisation des «antipaludiques» Plante médicinalePrincipe actif? Médicament traditionnel amélioré?Noedl H. (2008).
  18. 18. BIBLIOGRAPHIE Guerra CA, Gikandi PW, Tatem AJ, Ngor AM, Smith DL, Hay SI, Snow RW. The limits and intensity ofPlasmodium falciparum transmission: implications for malaria control and elimination worldwide. PLoSMed. 2008 Feb;5(2):e38. République du Congo, Ministère de la Santé des Affaires sociales et de la Famille. Plan National deDéveloppement Sanitaire 2006-2010. Organisation Mondiale de la Santé. Directives pour le traitement du Paludisme (2006); P.19. Organisation Mondiale de la Santé. Stratégie de lOMS pour la médecine traditionnelle pour 2002 2005.(2002) Pp 7-8. Mbatchi SF, Mbatchi B, Banzouzi JT, Bansimba T, Nsonde Ntandou GF, Ouamba J-M, A. Berry, Benoit-Vical F . In vitro antiplasmodial activity of 18 plants used in Congo Brazzaville traditional medicine.Journal of Ethnopharmacology 104 (2006) 168–174. Randrianarivelojosia M, Rasidimanana VT, Rabarison H, Cheplogoi PK, Ratsimbason M, Mulholland DAand Mauclère P. Plants traditionally prescribed to treat tazo (malaria) in the eastern region ofMadagascar. Malar J. 2003 Jul 24;2:25. Epub 2003 Jul 24. Willcox M L, Rasoanaivo P. Randomised controlled clinical trial of strychnos myrtoides extract forreversal of chloroquine resistance.. Transactions of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene,Volume 102, Issue 11, November 2008, Pages 1165-1166. Diallo D, Maïga A, Diakité C and Willcox M. Malarial-5. Development of an antimalarial phytomedicinein Mali. Traditional Medicinal Pants and Malaria edts Merlin Willcox, Gerard Bodeker and PhilippeRasoanaivo. 2004; 117-130.
  19. 19. BIBLIOGRAPHIE POUSSET JL. Place des médicaments traditionnels en Afrique. Med Trop 2006 ; 66 : 606-609. Noedl H, Se Y, Schaecher K, Smith BL, Socheat D, Fukuda MM; Artemisinin Resistance inCambodia 1 (ARC1) Study Consortium. Evidence of Artemisinin-Resistant Malaria in WesternCambodia N Engl J Med. 2008 Dec 11;359(24):2619-20. Epub 2008 Dec 8 Essé C, Utzinger J, Tschannen B A, Raso G, Pfeiffer C, Granado S, Koudou G B, NGoran K E,Cissé G, Girardin O, Tanner M and Obrist B. Social and cultural aspects of malaria and itscontrol in central Côte dIvoire. Malar J. 2008 Oct 30;7:224. Tabuti J R S, Dhillion S S, Lye a K A. Traditional medicine in Bulamogi county, Uganda: itspractitioners, users and viability. Journal of Ethnopharmacology 85 (2003) 119–129.
  20. 20. Je vous remercie !

×