Mzab

3 459 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
3 459
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
4
Actions
Partages
0
Téléchargements
296
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Mzab

  1. 1. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIREMINISTERE DE L’ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUEUNIVERCITE MOULOUD MAMMERI TIZI OUZOUFACULTE DE GENIE DE CONSTRUCTIONDépartement D’architecturePrésenté par :MRMalek Karim G 04MRKoliai Tarek G 04M Said Aissa Kahina G 03Le MzabPromotion 2006
  2. 2. Plan de travail :Introduction1) historique2)situation3)relief4)climat5)les repères et les limites6)les rues7)les ruelles8)le ksar9)le souk10)la mosquée11)vers la maison12)la maison13)matériaux de construction14)hydrauliqueConclusion
  3. 3. Introduction :Pour quoi le Mzab?1-parce que c’est un tissus urbain ancien et cohérent2-la mesure utilise c’est la mesure des proportion humains.Problématique :Comment était l’intervention d’un groupe humain sur un site connu et dans une période historique etdans des condition : sociale, économique, politique, et dans des condition climatique1)Histoire :Ibadhisme :fraction des kharidjites se sont séparé du pouvoir centrale sous "l’imam Ali",leurargument était que "le seul maître de pouvoir est Allah"La construction du secte Ibadhite a l’époque Ommuyade par" Djaber Ibn Zayde "Le fondement de la capitale Ibadhite Tihert sous les Restumide en 160del’hedjer parAbderrahmane Ibn RustumEN 909 la chute de la capitale Rustumides et l’émigration des Ibadhite vers Sedrata .L’édification des 7 villes :El Atteuf 1012-bounoura 1046-ghardiai 1053-melika 1124-beni_isguen1347-El Guerara 1630-berriane 1675.La diversité des 5 villes revient : 1-aspet défensif2-l’extention des construction3-conflits2)Situation :La vallée du « Mzab »se situe dans le sud algérien et exactement a gookm de Alger [la capital]Elle est supporté par le plateau de la hammada sur sa portion nord comprise entre 32° et 33°20’lattitude nord et 2°30’longitude est d’une attitude variable entre 300 et 800M.Elle est constitué de cinq ksours :El atteuf-bounoura –beni isguen-mlika et gharail-berriane et guerra.Bounoura sur son rol ,beni isguen sur son arree, s’expose a la meilleure orientation et chacunecontrôle l’accée de sa palmeraie couchée dans des affluents de l’oued m’zab.Melika est juchée sur une croupe, gharoail sur son piton.3)Le relief :Les ksours étaient construits sur les hauteurs pour cause :Ecarter 1-aspect défensifLe danger 2-s’eloigner au court de l’oued et les terres exposés aux écoulements .S’a prorier 3-la protection des terres fertiles [agricole]du bénéfique 4-l’aspect « santé »aller vers les coins ou on peut trouver l’air pure et frais.
  4. 4. 4)Le climat :Le Mzab se caractérise d’un climat chaud et sec se caractérisant :De degrés de chaleur hautes en journée et basses dans la nuit.En plus d’une humidité basse et un rayon nement solaire très intensifiée, et un rayonnement engrande intensité caractérisant de grande intensité en nuit.Et aussi un faible niveau de précipitation et des vents dominants de direction :nord-ouest et sudouest.5)Les repères et les limites :Les cimetières :symbolise la mort et se localise sur la route du voyage pour rappeler les gens deleur fin.Le souk :symbolise la vie, c’est une barrière/séparation entre l’intérieure et l’extérieure.Minaret :symbolise la religion.Muraille et tours de garde :symbolise la nourriture et l’alimentation.Le puit : égale l’eau qui symbolise la vie .6)Les rues rôle et utilisation :1-adaptation avec la nature du site :a/ influence de l’aspect climatique.b/ le respect des exigences du site pour le tracé des routes.2-l’aspect défensif.3-l’aspect idéologiqueopter pour des routes tortueuses pour apaiser de la difficulté de la montée pour les vieux et lesanimaux.7)Les ruelles :A Mzab les routes sont classer :selon :1-la nature de leur cheminement.2-le but pour lequel elle a été faite.Selon le cheikh abu-el-abbas en classant les routes selon la nature de leur cheminement il dit :Les ruelles sont trois catégories, dont par mis :les rues empruntés par le large public, et aussi lechemin a destinations aboutissantes celle ci est réservé a des gens bien lonnues [semi privé], commeil y a les chemins a non aboutissants[IMPASSE] celle ci est strictement privé et interdite au largepublic.LES RUES : ROLE ET UTILISATION1-adaptation avec la nature du site :a/ influence de l’aspect climatique .b/le respect des exigences du site pour le tracé des routes.2-l’aspect défensif
  5. 5. 3-l’aspect idéologique.Opter pour des routes tortueuses pour apaiser de la difficulté de la montée pour les vieux et lesanimaux.DIMENSIONS DES RUELLES :Notion de DIMENSION et de distanceLes routes ne sont envisagé que lorsqu’il y a un besoin auquel on doit y répondre.Et ça selon l’intenité et la nature de lahirarchie et de cela les mesures correspondantes.La largeur du chemin des homme 3 bras.La largeur du chemin des mulets tout on ayant leurs charges sur le dos c’est 7 bras.Et on utilise les sabots du mulet pour fixé la hauteur des contremarches qui est de10 cm.Et dont la largeur ne doit pas être au dessous de 60cm.La hauteur de sa route est fixé par la hauteur d’un homme sur un mulet.AT ISJEN BENI ISGUENUne des habitudes des mozabites au moment de la construction d’un “ksar” c’est l’édification del’enceinte tout en laissant une surface suffisante pour les habitations, après ça il commencent aconstruire jusqu’au moment en a arriver au limites de l’enceinte et la il y a 02 solutions soit :-L’EMMIGRATION-L’ELARGISSEMENTDe ce la on ajoute des plants et des terres et on procède au désignation des établissements communs.Exemple :La mosquée ne change pas de position et de place mais on mais on procède a l’élargissement sur lecompte des maisons avoisinantes .Ou changement ou l’extension quelques établissements exemple :on trouve que le souk sont efoulésa l’extérieur.TOUR BOULILALa ville devait laisser sa défense a une série de postes avances. ce sont des bordjs (tours) implantéssur les positions les plus élevés et au bas de la vallée. ils permettent la défense a la fois de la ville etde la palmeraie.Ce sont des tour en forme de tronc pyramidal a deux niveaux :selon le même procédé que celui desminarets, la montée se fait a l’aide d’un escalier intérieur, qui s’adosse d’une part au mur et reposesur un pilier central :les parois des murs a l’étage sont percés de meurtrières, la terrasse s’achève parquatre doigts d’angle dressés au ciel.
  6. 6. 9)LE SOUK (GHARDAIA)Le souk ou place du marche est le foyer de vie économique et l’activité profonde.Il se trouve rejetée a la périphérie de la ville.Il est un lieu de rencontres pour la population exclusivement masculine.Il est le seul lieu vaste et public de la ville.Ce dernier aspect correspond peut-être au second nom du souk. rahba qui désigne en arabe, un lieuvaste.Et c’est ainsi qu’on appelait la grande place dans les premiers cités musulmanes [koufa et basra eniraq]Tout autour de la place se trouvent les hadjba, maisons de réunions de fractions.LE SOUK ( BENI ISGHEN )• La composition des souks sont :1-locaux de commerce :- étage pour dépôt.- Rez-de-chaussée pour vendre.2-le siège des achirats :-pour demande r-conseil-discuter des problèmes communs.• L’existence de plates-formes [MASTABAS] pour la prière réservé aux étrangers.• Les horaires d’ouverture du souk c’est entre la prière ASR [l’après midi] jusquà la prière d’elmaghrab [couché du soleil] .• Le souk se caractérise par sa localisation tout a fait au bas du ksar.• La forme varie entre le triangle et le rectangle, et tous en forme de surfaces avec des facadesmultiples et opposés.10)MOSQUEE (GHARDAIA)La mosquée est situé au sommet de la colline et domine toute la ville, c’est donc l’élément le plusimportant de la ville .imposant par son volume et sa position dominante .Elément ordonnateur et structurant de point de vue morphologique.Il est le cœur de la cité en qualité d’espace de culte, siége du gouvernement, lieu de rassemblement,forteresse de défense, et espace d’enseignement, elle offre avec son minaret l’image et le symbole dela ville.12)TADDART LA MAISON
  7. 7. La maison c’est l’espace privé de la famille.L’importance donnée par la société mozabite est tirée de l’importance donnée par l’islam a la famillequi est considérée comme la cellule de base de la société.LE SEUILC’est une marche en pierre avec 20cm de hauteur du sol, son rôle :1/protéger la maison de pénétration des eaux pluviales.2/De l’air froid en hiver3/empêche les reptiles d’entrer.Et LA SQUIFALa sqifa sont rôle est :1/empêche la vue vers l’intérieur de la maison.2/joue le rôle d’un hall d’attente.3/joue un rôle important dans l’aération de la maison.AMESENTIDAR-WAST .EDDAROn peut appeler le « wost-eddar » comme une maison indépendante car :1-l’aire de jeux des enfants et c’est aussi l’espace ou se déroulent la part des activités journalières.2-utiliser dans les fêtes ainsi que pendant les mariages3-espace particulièrement dimensionne, le contact avec l’extérieur a travers l’ouverture du« chebbeq ».4-c’est le premier vide, disposé au milieu d’autres vides.Il n’existe pas dans la maison « mozabite »un espace particulier indépendant, mais il ont laisserseulement, un coin pour la préparation des repas dans le « west-addaar »ainsi que quelques étagèrespour suspendre les outils et la vaisselle utilisé.CHAMBRES• Les chambres sont distribuées entre le RDC et l’étage.Le RDC pour l’ancien couple et l’étage pour le nouveau couple, ce qui procure une certaineindépendance et liberté, ainsi q’un certain confort psychologique.Et ces chambres sont petites avec une simplicité dans le mobilier.• Leurs dimensionnement se fait a partir des dimensions du lit.• Et on couvre le plafond d’un tissus présentant de jolies motifs décoratifs et ça pour lesraisons suivante :1-se protéger des grains de sable .2-procure a celui qui dorme un beau paysage et une jolie vue• La hauteur de la porte est de 1m30 et celle du seuil de 40cm.• - -Un leb remarquent au rez-de-chaussée et au niveau de l’étage dans un même plan verticale.
  8. 8. - -se caractérise d’une surface limitée.- -l’inexistence de porte, malgré ça il n’y a pas une continuité visuelle.IKOUMAREIl est utiliser au printemps et en automne ou il est utiliser pour le séchage des dattes et ça en vue deles protégés des effets [limatique]En printemps, il est utiliser pour dormir ainsi que pour le tissage.Il est orienté vers le sud.L’existence de l’icomar dans chaque maison c’est l’expression, de importance, vue qu’il représenteespace intermédiaire entre la terrasse pas vraiment protéger et qui est exposer aux effets climatiques,et les chambres peut aéré et qui ne possèdent en générale que l’ouverture de la porte.Espace, réservé uniquement aux hommes .Il est en contact avec la rue, peut être au rez- de –chaussée comme on peut le rencontré au niveau del’étage.Le but de cet espace est l’isolement de l’espace homme de l’intervalle spatiale journalier desfemmes.« TIGHARGHART » TERRASSECaractérise par une grande surface non couverte en raison de limite de l’ouverture « chebeq » qui nedépasse pas 1,5m2, et aussi le nombre de chambre limitée au niveau de l’étage .Il est utiliser en hiver pour le séchage des vêtements, ainsi que le séchage des dates .en été la nuitpour dormir.Comme il peut être considéré comme espace de regroupement des femmes et leurs déplacement.Pour ce qui est de la hauteur des murs, il sont été conçues d’une façon a ce qu’il ne laisse pasprovoque le problème de vis-à-vis ainsi que l’évitement de constitution d’obstacle qui empêchera levoisin de bénéficie du soleil.Aération :Dans la maison mozabite on trouve peu d’ouverture pour diminuer de l’intensité du courant d’airchaux pénétrant et les vents de sable ainsi que celle poussiéreuse .Quoique les ouverture donnants sur le sahn eddar sont généralement large et comportant deuxpartie :La partie haute qui permet d’évacuer l’aire chaud ;Et la partie basse (porte qui atteint le solAinsi que l’aire chaud qui est évacuer par de petites ouvertures se trouvant au niveau de chaqueétage .Le chebeq se trouvant au niveau de la terrasse permet une bonne aération de l’ensemble de la maisonmozabite.13)Matériaux de construction :
  9. 9. Le palmier :cet arbre est entièrement utilisable et utilisé mais il n’est mais en œuvre qu’après sa morta fin de ne pas détruire l’œuvre de dieu.a)le stipe :il est scie en 2,3,4parties qui donneront des poutresb)la palme : elle est d’abord séchée ,elle est utilisé dans les plafond et utilisé comme unité de mesuredes arcs.Le timchent :sorte de plâtre traditionnel, de couleur grise ,obtenu a partir d’un gypse hydraté.La pierre : des bloc grossiers ,sont extraits des strates régulières de calcaire blanc .il sont mis enœuvre .sans avoir subi de taille.La brique crue :de la taille d’un parpaing, elle est fabriquée a partir des sols les plus argileux (letoub)La chaux :les carbonate sont très abondants tans la chebka. leur exploitation en taillehorizontalement le rebord des plateaux. constitue avec le gypse un bon mortier.14)Hydraulique :A –la palmeraie ; l’irrigation constitue l’essentiel du travail et se fait a l’aide de la tractionhorizontale de l’animal.Cette oasis a pu s’imposer dans un milieu contre nature ,grâce a un système hydraulique génial .En effet c’est ghardaia en amont, que l’on se trouve face a un des plus extraordinaires barrages deactivation :distingues en sable canalisent de tous les cotes le cours de l’oued, draine vers des canneaux souterrains .ces canne aux s’étendent sur de centaines de mètres avec des percés de puisardspour l’aération et l’entretien .chacun de ces canne aux de bouche dans un des quartiers ou lespassages sont aménagés en « seguia »rigoles suivant un plan incliné. de véritable digues épaisses quis’étend dent sur tout la largeur de l’oued permettant un bon moyen de mesure de niveau de l’oued etde sa vitesse, ce pendant on peut a perce voir sur les hauteurs un en semble de tours aménagés tout lelong de la vallée permettent de superviser le mouvement de crue pour en tirer un meilleur profit.Par ailleurs et en dépit du lit race de l’oued tous les plateaux de roc, sont cernés par une multituderigoles et cannux permettra un bon drainage des eaux de ruissellement.Conclusion :-on trouve beaucoup de dépôt, a cause de raisons historiques-le wc et la salle d’ablution dans un même espace-forme de la maison :organique, a cause de la non existence des outils de mesure et l’adaptation avecle milieu naturel.-l’espace d’ablution, espace indépendant.-l’inexistence de la salle d’accueil des hommes.L’apparition dans les chambres a cause de l’etrditesseDes maisons-la forme de la maison géométrique et ça a cause de l’apparition des outils de mesure.-l’apparition du sous sol et ça a cause de l’emplacement de la maison par rapport au ksar.Augmentation de la hauteur de 1.00cm a 2.90cm nouveau matériaux qui ne s’adaptent avec le climatde la région non respect du principe de la séparation entre l’aire des hommes et l’aire des femmes.L’apparition des escaliers dans le west-addarLa porte de la maison se trouve directement devant la porte de la salle d’accueil des hommes.L’icomare est orienté vers le nord-est par contre a ce qui était avant :c’est a dire le coté sud.
  10. 10. L’ignorance des espaces et de leur nature et de leur caractéristique car on trouve une ressemblanceentre espace en qualité de :volume, forme, et en fin dimensions sans oublier les surfaces.Conclusion :On porte les remarques suivantes :1-la réponse de l’urbanisme historique mozabite au besoins des utilisateurs avec l’implicite sanscomplication sans, toute fois, porter atteint au nécessité.2-la dégradation de l’ancien tissus urbain et l’apparition d’un nouveau tissu urbain étranger a larégion soit en terme de :matériaux de construction de forme de l’habitat.Ou d’organisation des espaces.Bibliographie
  11. 11. • Le Mzab………..Emanuelle Roche• Le Mzab pratique des espaces B.BEN YOUCEF• Habiter le désert …….Marc Didillon• Le processus urbain et les transformation

×