Master Class "La construction des contre-histoires" avec David Epston

858 vues

Publié le

Organisée par La Fabrique Narrative à Bordeaux, 17 octobre 2016

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
858
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
728
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Master Class "La construction des contre-histoires" avec David Epston

  1. 1. Master Class « La construction des contre-histoires » avec David Epston La Fabrique Narrative, 17 octobre 2016
  2. 2. Maison de la Promotion Sociale à Artigues près Bordeaux Catherine Kate Roulin (La Fabrique Narrative) prépare l’arrivée des 76 participants.
  3. 3. L’auditorium est configuré par William et son équipe de la M.P.S. C’est le moment pour faire les essais images, sons et micros. C’est aussi le moment des retrouvailles pour Dina Scherrer de La Fabrique Narrative et Christophe Belud, compagnon narratif :)
  4. 4. Pierre Blanc-Sahnoun de La Fabrique Narrative lance la Master Class. En équilibriste de la préparation et de l’improvisation, il nous rappelle que c’est la 3ème fois que David Epston revient à Bordeaux en 4 ans, et qu’il y a de plus en plus de monde : « Nous avons la confiance de David pour développer notre propre voie/voix narrative en France avec nos influences, notre culture, nos spécificités, notre créativité, notre tonalité particulière comme aux journées de Nantes. »
  5. 5. « Cher Pierre, après un vol de 32 heures jusqu’à l’aéroport Charles de Gaulle, j’ai égaré ma valise, je voyage donc léger, je porte un de tes t-shirts et je pense avoir atteint mon point le plus bas dans une France chic ! Si vous pensez reconnaître Pierre en moi, je suis juste un imposteur de Pierre :) »
  6. 6. Elizabeth Z Feld de La Fabrique Narrative est la voix française de David Est-ce que nous faisons c’est aider les gens à être de meilleurs écrivains ? sur eux-mêmes ? 
 Beaucoup de thérapies autorisent d’écrire sur les gens sans qu’ils puissent contester.
 Comme Michael White le disait : « contribuer au développement d’une histoire riche est la chose la plus thérapeutique que je puisse faire ».
  7. 7. La différence entre une histoire pauvre et une histoire riche 1. Qu’est-ce qu’une bonne histoire ? 2. Que font les histoires ? 3. Pourquoi certaines histoires sont un atout contre d’autres histoires ?
  8. 8. Deux histoires qui se battent pour la loyauté de la personne, c’est comme un duel d’escrime.
  9. 9. Jerome Bruner Il est vraiment le père de la psychologie narrative. « Making Stories: Law, Littérature, Life » : dans un procès, c’est le juge (ou le jury) qui décide quelle est la bonne histoire. Atelier : si vous défendiez quelqu’un, comment contreriez- vous l’histoire de l’accusation ?
  10. 10. Atelier : étude du discours de Leonard Cohen (lorsque son œuvre poétique a été récompensée par le Prix Princesse des Asturies des Lettres 2011), notamment la tension narrative, le suspens, la curiosité et la surprise. « Poetry comes from a place that no one commands and no one conquers. » Lien : https://youtu.be/Pnx20BZquAo
  11. 11. « Ecouter une histoire est différent d’écouter pour une histoire » Lorsque l’écoutant écoute pour une histoire, il va chercher l’histoire, même si elle est à l’ombre de l’histoire de problème. L’écoutant fait émerger par ses questions une histoire, ce qui aurait pu être ou pourrait être, dans le royaume du « pas encore raconté ».
  12. 12. Repas à la M.P.S. David a le plaisir de trouver une anglophone parmi les participant.e.s, Isabelle Gabas :)
  13. 13. L’après-midi sera consacré à visionner deux séances passionnantes
 de David avec Justin et ses parents qui se battent contre « Asthme ».
  14. 14. Hypnose Julien Betbèze commente la séance d’hypnose de David avec Justin : revivre l’expérience à partir du corps au lieu d’y réfléchir avec la tête, une manière de regagner de la liberté en acceptant son corps comme un ami et plus comme un ennemi, accueillir le ressenti sensoriel associé à la peur au lieu de la combattre, car la peur de la peur peut faire mourir.
  15. 15. Martine Compagnon assure la facilitation graphique, comme d’habitude, sauf que c’est exceptionnel :)
  16. 16. Martine termine la journée avec un conte : « la peste et la peur ».

×