ÉVASION	  FISCALE	  INTERNATIONALE	         Guillaume	  ALLEGRE	         Magis...
Prête-­‐noms,	   fiducies,	   trusts,	   sociétés	   écran,	   fondations.	   Les	   montages	  existants	   pour	   mettr...
Encore,	   les	   opérations	   financières	   internationales	   sans	   cause	   juridique	  voire	   économique	  appar...
Il	  convient	  toutefois	  de	  ne	  pas	  confondre	  le	  trust	  avec	  la	  fiducie,	  ce	  que	  l’on	  entend	  bie...
Autre	  différence	  tenant	  cette	  fois-­‐ci	  à	  la	  différence	  du	  droit	  anglo-­‐saxon	  par	  rapport	  en	  ...
La	   création	   dun	   trust	   peut	   viser,	   comme	   cest	   souvent	   le	   cas	   dans	   les	  pays	   anglo-­...
-­‐          les	   biens	   placés	   dans	   un	   trust	   dont	   le	   constituant	   est	                         ré...
trust	   ainsi	   que	   lillustre	   le	   schéma	   ci-­‐dessous	   (source	   LexisNexis).	   Le	  montage	  est	  réal...
autres	   high	   yields	   à	   rendement	   élevé	   qui	   favorisent	   d’autant	   plus	   le	  leviver	   fiscal	   ...
Dans	  l’exemple,	  le	  trust	  est	  utilisé	  pour	  la	  prise	  de	  participation	  dans	  le	  groupe	   français,	...
de	   se	   constituer	   sous	   forme	   de	   fiducie	   de	   revenu.	   Comme	   son	   nom	  lindique,	   une	   fid...
mécanismes	   fiscaux	   de	   droit	   interne	   visant	   à	   éviter	   la	   fraude	   et	   l’évasion	  fiscale	  in...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Evasion fiscale - Fiducies, trusts, fondations; qui remportera la palme d'or?

6 614 vues

Publié le

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
1 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 614
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
10
Actions
Partages
0
Téléchargements
75
Commentaires
0
J’aime
1
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Evasion fiscale - Fiducies, trusts, fondations; qui remportera la palme d'or?

  1. 1.       ÉVASION  FISCALE  INTERNATIONALE   Guillaume  ALLEGRE   Magistère  Droit,  Fiscalité,  Comptabilité  
  2. 2. Prête-­‐noms,   fiducies,   trusts,   sociétés   écran,   fondations.   Les   montages  existants   pour   mettre   en   œuvre   une   évasion   fiscale   internationale   ne  manquent   pas.   S’il   convient   d’admettre   qu’ils   ont   tous   pour   objectif   la  soustraction   de   sommes   à   l’Administration   fiscale   française,   ces  procédés  sont  trop  souvent  confondus  et  mélangés.  C’est  la  raison  pour  laquelle  il  conviendra  de  correctement  les  définir  avant  d’en  présenter  la  substance.    Depuis   le   G20   de   2009,   un   important   débat   s’est   concentré   sur   la  question  du  secret  bancaire  en  oubliant  celle  de  l’anonymat  garanti  par  les   trusts.   En   effet,   l’opacité   des   paradis   fiscaux   ne   se   limite   pas   à   la  question   des   comptes   bancaires   comme   l’on   pourrait   l’entendre  récemment   suite   à   l’affaire   Cahuzac.   Certains   d’entre   eux   offrent   aux  particuliers   et   aux   entreprises   de   nombreux   autres   services   qui   leur  permettent   de   dissimuler   leur   identité   à   l’Administration   fiscale   et   aux  autorités  judiciaires  de  leur  pays  d’origine.  Face  à  la  loi  du  silence  qui  règne  dans  les  paradis  fiscaux,  et  à  la  difficulté  de   retracer   des   flux   d’argent   dans   un   monde   globalisé   où   la   monnaie  circule  librement,  rapidement  et  sans  limitation  géographique,  notre  fisc  semble  bien  démuni.  Dans  la  chasse  aux  montages  offshore,  il  est  bien  évident   que   les   fonctionnaires   français   ne   luttent   pas   à   armes   égales  avec  les  multinationales.  Les   chiffres   sont   tout   de   même   assez   choquants.   Lévasion   fiscale   est  estimée  à  50  milliards  €  par  an  en  France  ;  les  rectifications  entreprises  par  lAdministration  plafonnent  à  15  milliards  €.    En   guise   de   préambule,   il   faudra   s’attacher   à   énumérer   les   différentes  formes   de   fraude   fiscale   internationale   très   utilisées   à   l’heure   actuelle.  D’abord   et   évidemment,   l’utilisation   de   sociétés   écran,   dont   lactivité  nest   pas   cohérente   avec   lobjet   ou   dont   le   siège   social   est   situé   dans   un  État   qui   na   pas   conclu   de   convention   permettant   laccès   aux  informations   bancaires   avec   la   France,   ou   à   ladresse   privée   dun   des  bénéficiaires   de   lopération   suspectée.   Cette   forme   constitue   l’une   des  principales   méthodes   pour   éluder   l’impôt   français.   Elle   est   très   utilisée  par  les  entreprises  de  part  son  efficacité.      Ensuite,   le   recours   à   linterposition   de   personnes   physiques  nintervenant   quen   apparence   pour   le   compte   de   sociétés   ou   de  particuliers   impliqués  dans  des  opérations  financières.  C’est  la  fameuse  pratique  dite  des  prête-­‐noms.       2  
  3. 3. Encore,   les   opérations   financières   internationales   sans   cause   juridique  voire   économique  apparente  et   se   limitant   le   plus   souvent   à   des   transits  de   fonds   en   provenance/à   destination   de   létranger,   notamment   avec  des   États   qui   nont   pas   conclu   de   convention   permettant   laccès   aux  informations  bancaires.  Toute  la  difficulté  pour  l’Administration  sera  ici  didentifier   les   bénéficiaires   effectifs   et   les   liens   entre   lorigine   et   la  destination   des   fonds,   les   entreprises   ayant   souvent   recours   à   des  structures  sociétaires  complexes  et  à  des  montages  juridiques.  Aussi,  la  méthode  classique  du  transfert  de  fonds  vers  un  pays  étranger  suivi   de   leur   rapatriement   sous   la   forme   de   prêts.   L’intérêt   paraît   ici  évident   à   savoir,   la   déductibilité   en   France,   des   intérêts   versés   en  rémunération  à  la  société  étrangère.    Montage   moins   connu   mais   qui   n’en   est   pas   pour   autant   moins   efficace,  lorganisation   de   linsolvabilité   d’une   personne   par   la   vente   rapide   et   à  court  terme  dactifs  à  une  ou  des  personnes  physiques  ou  morales  liées  ou  à  des  conditions  qui  traduisent  un  déséquilibre  manifeste  et  injustifié  des  termes  de  la  vente.    Bref,  les  frontières  (européennes  ou  non)  demeurent   l’un  des  supports  privilégiés   de   la   dissimulation   dactifs.   En   effet,   la   localisation   de   ces  derniers   dans   dautres   juridictions   limite   les   investigations   de  lAdministration   fiscale   française.   La   tâche   des   agents   du   fisc   est  complexifiée,   voire   impossible,   par  la   nécessité   de   recourir   à   lassistance  des   Administrations   étrangères   pour   obtenir   les   renseignements  nécessaires  à  la  reconstitution  des  bases  imposables  en  France.  Or,  cette  coopération   est   très   difficile     mettre   en   œuvre   vis   à   vis   de   certains  Etats…  Deux  montages  juridiques  retiendront  désormais  plus  précisément  notre  attention.  Il  conviendra  de  les  étudier  successivement.     I  –  Le  trust  ;  l’institution  fraudogène  par  nature.  Un   trust   est   un   montage   juridique   (mais   pas   forcément   fiscal)   par   lequel  un   particulier   personne   physique   comme   une   entreprise   (settlor   en  anglais)   transfère   irrévocablement   la   propriété   de   fonds   ou   de   biens   à  une  autre  personne  (le  trustee)  chargée  de  les  gérer  dans  l’intérêt  d’un  ou   plusieurs   bénéficiaires.   L’avantage   du   trust   est   qu’il   est   irrévocable,  contrairement   au   mandat   de   droit   français,   ce   qui   en   fait   un   mécanisme  recherché  en  matière  de  succession.       3  
  4. 4. Il  convient  toutefois  de  ne  pas  confondre  le  trust  avec  la  fiducie,  ce  que  l’on  entend  bien  trop  souvent  en  ce  moment  d’agitation  médiatique.    Plusieurs   différences   me   semblent   remarquables   et   fondamentales.  D’une  part,  la  nature  même  de  l’opération  n’a  rien  à    voir.  La  fiducie  telle  qu’elle  existe  en  droit  français  sous  l’article  2011  du  Code  civil  est  avant  tout   un   contrat.   C’est   «  lopération   par   laquelle   un   ou   plusieurs  constituants   transfèrent   des   biens,   des   droits   ou   des   sûretés,   ou   un  ensemble  de  biens,   de   droits   ou   de   sûretés,   présents   ou  futurs,  à  un  ou  plusieurs   fiduciaires   qui,   les   tenant   séparés   de   leur   patrimoine   propre,  agissent   dans   un   but   déterminé   au   profit   dun   ou   plusieurs  bénéficiaires  ».   Une   exception   dit   toutefois   être   relevée,   il   s’agit   de   la  fiducie  testamentaire,  elle  constitue  alors  effectivement  un  simple  acte  unilatéral.   Gardons   à   l’esprit   le   principe   selon   lequel   la   fiducie   est  toujours   constituée   sous   forme   contractuelle   autrement   dit,   le  consentement  du  fiduciant  et  du  fiduciaire  est  requis.    Le  trust  lui  peut  très  bien  être  établi  par  déclaration  unilatérale.  La   deuxième   différence   découle   de   la   première.   Le   trust   est   sauf  disposition   contraire   toujours   irrévocable.   La   fiducie   elle,   est   révocable  selon   le   droit   commun   des   contrats   donc   par   accord   des   parties   au  contrat.    Par   ailleurs,   les   droits   conférés   par   les   institutions   sont   radicalement  identiques   et   il   ne   faut   pas   les   assimiler   l’un   à   l’autre.   Le   beneficiary  bénéficie   d’un   véritable   droit   réel.   Le   bénéficiaire   quant   à   lui   ne  bénéficie   pas   d’un   tel   droit,   il   bénéficie   seulement   d’un   droit   de   créance  sur   les   biens   de   la   fiducie.   Le   beneficiary   lui   peut   demander   à   avoir  l’usage   des   biens   pendant   la   durée   même   de   l’exécution   du   trust.   Par  analogie,   il   est   bien   évident   que   les   obligations   du   trustee   sont   bien   plus  étendues  que  celles  du  fiduciaire.    Concernant  les  biens,  droits  ou  avoirs  remis  au  trustee  ou  au  fiduciaire.  Il  est  indéniable  que  les  avoirs  placés  en  trust  font  partie  d’un  patrimoine  distinct  et  sont  dissociés  des  biens  propres  du  trustee.  Il  existe  en  France  un   large   débat   sur   l’existence   d’un   patrimoine   d’affectation   ou   non   en  matière   de   fiducie,   mais   si   l’on   refuse   cette   existence,   il   convient   alors  de   remarquer   qu’en   vertu   de   la   loi,   les   biens   remis   en   fiducie   dont  devient   plein   propriétaire   le   fiduciaire   sont   un   droit   de   gage   général  pour  les  créanciers  du  fiduciaire  et  de  la  fiducie.       4  
  5. 5. Autre  différence  tenant  cette  fois-­‐ci  à  la  différence  du  droit  anglo-­‐saxon  par  rapport  en  droit  français  en  matière  successorale.  En  effet,  en  droit  français,   il   existe   la   notion   sacrée   de   «  réserve   héréditaire  ».   Il   est  évident   que   les   biens   placés   en   fiducie   ne   porteront   en   aucun   cas  atteinte   à   cette   réserve.   A   l’inverse,   les   trusts   constitués   en   Angleterre  se   moquent   de   cette   règle   peu   connue   dans   le   système   de   Common  Law.    Le   trust   n’est   en   principe   jamais   perpétuel.   Il   a   une   durée   forcément  limitée  même  si  celle-­‐ci  pourra  être  relativement  longue,  soit  entre  80  et  100   ans   maximum.   La   fiducie   elle   est,   toujours   selon   la   loi   et   le   Code  civil,   une   opération   à   durée   soit   déterminée,   soit   indéterminée.   On   en  conclut  donc  qu’elle  peut  très  bien  engager  des  parties  perpétuellement.    A  contrario,  il  est  bien  évident  que  ces  deux  institutions  partagent  plus  de  points  communs  que  ce  qu’elles  n’ont  de  différences.  Ainsi,  elles  se  basent  toutes  deux  sur  la  notion  de  confiance.  Le  trustee  et  le  fiduciant  ne  doivent  que  se  préoccuper  de  gérer  correctement  les  biens  ou  droits  objets  de  l’opération.  En  aucun  cas  ils  ne  peuvent  indument  tirer  profit  de  cette  opération.  Les   deux   institutions   ne   connaissent   pas   plus   l’une   que   l’autre   la  personnalité  juridique.  La  fiducie  n’est  en  effet  pas  une  personne  morale  au   sens   du   droit   français,   il   n’y   a   donc   pas   lieu   à   immatriculation.  Toutefois,  il  est  évident  qu’elle  y  est  parfois  assimilée.  A  titre  d’exemple,  l’étude  du  droit  des  procédures  collectives  des  entreprises  qui  frappent  en  principes  les  entités  morales,  doit  également  traiter  d’un  patrimoine  fiduciaire.    Aux   termes   de   la   Convention   de   La   Haye   de   1985,   lobjet   du   trust  consiste   à   placer   des   biens   sous   le   contrôle   dun   administrateur,   le  trustee,   dans   lintérêt   dun   ou   plusieurs   bénéficiaires   et   dans   un   but  déterminé.  Le  trustee  est  propriétaire  des  biens  objet  de  l’opération,  et  ce  dans  lintérêt  dautrui  et  non  pas  dans  le  sien  propre.  Contrairement  à  la  fiducie,  le  trust  opère  une  dissociation    de  la  propriété.  Instrument   dune   grande   souplesse,   le   trust   peut   être   irrévocable   ou  révocable   (rare)   selon   quil   entraîne   ou   non   le   dessaisissement   définitif  de   la   propriété   des   biens   mis   en   trust   par   le   constituant.   Il   peut   être  institué  de  manière  simple  et  tout  à  fait  discrétionnaire.       5  
  6. 6. La   création   dun   trust   peut   viser,   comme   cest   souvent   le   cas   dans   les  pays   anglo-­‐saxons,   à   répondre   à   des   problématiques   de   gestion   du  patrimoine   aussi   diverses   que   lépargne   des   frais   de   scolarité  universitaire   des   enfants   jusquà   la   transmission   des   biens   en   cas   de  succession.   Autrement   dit,   il   n’est   pas,   du   moins   à   l’origine,   une  institution  purement  instituée  dans  un  but  fiscal.    Dans  le  domaine  de  lentreprise,  le  trust  peut  aussi  être  utilisé  pour  des  raisons   de   séquestration   des   fonds.   Ainsi,   le   PDG   de   Total   avait  récemment  déclaré  que  chez  Total,  les  trusts  existent  uniquement  pour  des  raisons  juridiques  et  non  pas  fiscales,  lors  par  exemple  de  la  remise  en   état   de   sites   pétroliers.   Les   trusts   ainsi   constitués   sont   en   fait   des  comptes   séquestres   sur   lesquels   largent   nécessaire   est   déposé   et   ne  peut   être   utilisé   quen   un   temps   et   un   lieu   donnés,   soit   à   la   fin   des  travaux  d’entreprise.    A   ce   moment-­‐là,   la   société   est   en   mesure   de   récupérer   les   sommes   en  question,  pour  les  utiliser  exclusivement  à  la  remise  en  état  des  sites.  Bien   quayant   signé   la   Convention   de   la   Haye,   la   France   ne   la   pas  ratifiée.   En   conséquence,   ce   dispositif   na   pas   été   transposé   en   droit  interne.    Néanmoins,  il  ny  est  pas  totalement  étranger.  Comme  nous  l’avons  vu,  un   régime   de   transfert   de   biens   similaire   (mais   distinct  !),   a   été   introduit  en  droit  français  en  2007.    Puis,   afin   de   mettre   fin   à   une   certaine   insécurité   juridique   résultant   de  lutilisation   des   trusts   anglo-­‐saxons,   la   première   loi   de   finances  rectificative   pour   2011   s’est   sentie   obligée   d’en   poser   une   définition  accompagnée   de   celle   de   son   constituant.   Elle   a   également   prévu  limposition  des  trusts  aux  droits  de  mutation  à  titre  gratuit,  à  lISF  ainsi  quà   une   nouvelle   taxe   sagissant   des   trusts   qui   nauraient   pas   été  déclarés  au  titre  de  lISF.  Le   principe   dimposition   à   lISF   sapplique   à   tout   trust   (révocable,  irrévocable,   simple   ou   discrétionnaire)   et   ce,   même   si   la   réalité   de   la  gestion  du  trust  ne  permet  pas  détablir  la  propriété  du  constituant.    Compte  tenu  des  règles  de  territorialité  applicables  en  matière  dISF,  et  sous  réserve  des  conventions  fiscales,  sont  donc  taxés  au  titre  de  lISF  :     6  
  7. 7. -­‐ les   biens   placés   dans   un   trust   dont   le   constituant   est   résident   fiscal   français   mais   ce,   quel   que   soit   le   lieu   de   situation  de  ces  biens  !   -­‐ les   biens   situés   en   France   et   placés   dans   un   trust   dont   le   constituant  nest  pas  résident  fiscal  français.  La   seule   exception   concerne   les   trusts   irrévocables   dits   «  caritatifs   ».   Il  sagit  des  trusts  dont  les  bénéficiaires  exclusifs  relèvent  de  larticle  795  du   CGI   (donc   en   bref,   les   établissements   publics   charitables,   mutuelles  des   organismes   reconnus   dutilité   publique   dont   les   ressources   sont  affectées  à  des  oeuvres  dassistance,  à  la  défense  de  lenvironnement)  et  dont   ladministrateur   est   soumis   à   la   loi   dun   Etat   ou   territoire   ayant  conclu   avec   la   France   une   convention   dassistance   administrative   en   vue  de   lutter   contre   la   fraude   et   lévasion   fiscale   (on   retrouve   bien   ici   la  volonté   de   l’Administration   française   de   limiter   les   régimes   de   faveur  aux   seuls   Etats   avec   lesquels   elle   est   certaine   en   cas   d’opacité   sur   une  opération,   d’obtenir   des   informations   lui   permettant   si   elle   si   estime  fondée,  à  rectifier  les  auteurs).    Ces   nouvelles   règles   ont   été   associées   à   des   obligations   déclaratives   à   la  charge   de   ladministrateur   concernant   la   constitution,   la   modification,  les   termes   ou   encore   lextinction   du   trust   et   toutes   stipulations  complémentaires.    Toutes  les  transmissions  à  titre  gratuit,  réalisées  par  le  biais  dun  trust,  étant   désormais   soumises   aux   droits   de   mutation,   la   violation   des  nouvelles  règles  est  donc  constitutive  de  fraude  fiscale.    Force   est   de   supposer   que   cet   «  outil  »   patrimonial   anglo-­‐saxon   a   donné  lieu  à  des  phénomènes  massifs  dévasion  fiscale.    Rappelons   que   la   création   de   trusts   fait   généralement   intervenir  différents  territoires  tels  que  les  Iles  Caïmans,  Guernesey  ou  Singapour.  Cet   éloignement   est   nécessaire   pour   toute   tentative   dévasion   puisque  le  trust  est  considéré  en  droit  français  comme  une  libéralité.  En  tant  que  donation,  il  est  présumé  rapportable  à  la  succession.    A  titre  dillustration,  un  résident  souhaitant  dissimuler  ses  participations  dans   un   groupe   français   peut   les   faire   porter   (portage   d’actions   ou   de  parts   sociales)   par   une   société   étrangère,   elle-­‐même   détenue   par   un     7  
  8. 8. trust   ainsi   que   lillustre   le   schéma   ci-­‐dessous   (source   LexisNexis).   Le  montage  est  réalisé  en  deux  temps.    Tout   dabord,   sont   mises   en   œuvre   les   modalités   dacquisition   de   la  participation   dans   la   target,   génératrice   de   revenus   par   le   biais   dune  société   dite   «  prédatrice  »   étrangère.   Cette   acquisition   est   effectuée   par  voie   dendettement   dont   les   intérêts   demprunt   sont   évidemment  déductibles,  toutefois  et  ce  depuis  le  1er  janvier  2013,  dans  la  limite  d’un  plafond  au  delà  de  3  M  €  de  charges  financières.    Dans  un  second  temps,  les  titres  acquis  sont  cédés  en  étant  exonérés  de  toute   impositions   sur   la   plus-­‐value   car   la   cession   est   accomplie   par   la  société   prédatrice   et   non   pas   par   le   bénéficiaire   effectif   de   l’opération  dans  son  ensemble…  Dans   lexemple   ci-­‐dessous,   un   résident   français   constitue   un   trust   aux  Cayman  Islands,  dont  le  conjoint  est  le  bénéficiaire.  Ce  trust  est  ici  géré  par  trois  trustees  (afin  dopacifier  le  schéma,  étant  bien  entendu  que  la  pluralité   de   gérants   est   un   élément   de   flou   supplémentaire   pour  l’Administration   fiscale…).   Il   crée   dans   le   même   temps   ou  antérieurement  une  Holding  Newco  au  Luxembourg  (on  aurait  très  bien  pu   choisir   un   autre   Etat)   et   en   détient   99  %   des   titres.   Un   avocat  luxembourgeois   peut   par   exemple   intervenir   comme   second   associé   à  hauteur  de  1  %.  La   Holding   Newco   luxembourgeoise   procède   à   limmatriculation   dune  société  au  Luxembourg  dont  elle  est  lunique  actionnaire.  Cette  nouvelle  société,   la   «  société   prédatrice  »,   acquiert   alors   une   participation   à  hauteur  de  25  %  dans  le  groupe  français,  la  target,  par  le  biais  dun  LBO  (schéma   classique   de   rachat   par   endettement   bancaire,   pour   limiter  l’investissement  initial  en  capital).    En  conséquence,  les  revenus  du  groupe  français  sont  acheminés  vers  la  société  luxembourgeoise  par  la  voie  de  différents  dispositifs  fiscaux  tels  que  le  régime  mère  filles,  intégration  fiscale  etc.  Il  faut  ici  noter  que  le  régime   mère-­‐filles   permet   avec   un   taux   de   participation   ridicule   soit   5%,  de  distribuer  des  dividendes  en  exonération  d’impôt  (mais  réintégration  d’une  quote-­‐part  pour  frais  et  charges)  à  la  société  mère.  Quel  intérêt  de  verser   des   dividendes   à   la   Newco   luxembourgeoise  ?   Comme   cette  dernière   a   financé   l’acquisition   de   la   target   par   endettement,   elle   a  certainement   contracté   un   emprunt   bancaire   auprès   d’un   établissement  financier   luxembourgeois   (dette   senior,   dette   mezzanine,   junks   bonks   et     8  
  9. 9. autres   high   yields   à   rendement   élevé   qui   favorisent   d’autant   plus   le  leviver   fiscal   de   déductibilité   des   intérêts   versés   en   rémunération   des  fonds   prêtés).   La   remontée   des   dividendes   de   la   target   vers   la   mère   a  pour   objectif   de   rembourse   l’emprunt   ainsi   contracté.   Comme   cette  remontée   se   fait   (quasiment)   en   franchise   d’impôt,   non   seulement   la  Newco  a  acquis  une  target  pour  un  prix  dont  elle  ne  dispose  que  30%  en  cash   (levier   financier),   mais   en   plus   elle   va   pouvoir   déduire   les   intérêts  monstrueux  engendrés  par  l’opération  (levier  fiscal).    Au   total   pour   résumer   l’opération,   la   détention   de   la   participation   du  résident   français   tend   à   être   masquée   par   linterposition   de   deux  structures  à  savoir  d’une  part  le  trust  et  d’autre  part  la  Newco,  créés  à  létranger.  De   surcroît,   lorsque   la   cession   des   titres   interviendra,   elle   sera   exonérée  de  toute  imposition  de  la  plus-­‐value  au  Luxembourg.  Voici  le  schéma  de  l’opération  dans  son  ensemble.       9  
  10. 10. Dans  l’exemple,  le  trust  est  utilisé  pour  la  prise  de  participation  dans  le  groupe   français,   mais   il   faut   savoir   qu’en   majorité   les   trusts   sont  constitués  sur  le  marché  de  l’art.    Ainsi,  les  milliers  dœuvres  des  Wildenstein  sont  intégrés  dans  des  trusts  situés  aux  îles  Caïman,  aux  Bahamas,  à  Guernesey.    Le   caractère   illégal   ne   réside   pas   dans   la   constitution   du   trust   qui   est  bien   évidemment   licite,   mais   dans   la   tentative   de   dissimulation   de   la  composition   des   biens   placés   dans   le   trust   et   de   lidentité   réelle   du  propriétaire  du  tableau.    Dune  manière  plus  générale,  il  est  apparu,  lors  du  cycle  dauditions,  que  le   marché   de   lart   constitue   un   terrain   propice   à   la   réalisation  dopérations  dévasion  fiscale  dans  la  mesure  où  lœuvre  dart  constitue  un  bien  meuble,  difficilement  traçable  et  estimable  contrairement  bien  sûr  à  un  immeuble…     II  –  La  fiducie  :  le  début  d’un  enfer  pour  l’Administration  fiscale   française  ?  Attendue   depuis   longtemps,   la   fiducie   est   apparue   dans   le   paysage  juridique  français  grâce  à  la  loi  du  19  février  2007.  La  fiducie  conclue  à  titre   de   garantie   (dite   désormais,   fiducie-­‐sûreté)   obéit   en   outre   à  quelques  règles  spécifiques.  La  fiducie-­‐sûreté  peut  constituer  un  outil  intéressant  dans  le  cadre  de  la  transmission   dune   entreprise.   En   effet,   lacquéreur   (le   constituant)  transfère   temporairement   la   propriété   dun   bien   lui   appartenant   dans   le  patrimoine  daffectation  dune  banque  (à  la  fois  fiduciaire  et  bénéficiaire  de   la   fiducie)   à   titre   de   garantie   du   remboursement   du   crédit   quelle   a  consenti  pour  lachat  de  lentreprise  (ici  encore,  on  peut  repartir  sur  un  schéma  d’acquisition  par  LBO).    Il  existe  plusieurs  formes  de  fiducies  qui  permettent  d’échapper  en  tout  ou   en   partie   à   l’impôt   en   France,   ou   d’ailleurs   à   l’étranger…  Le   Canada  fait  figure  de  favori  en  la  matière.  De  nombreux  scandales  fiscaux  y  ont  eu  lieu  en  matière  de  fiducie.    Dans   les   années   2000   au   Canade,   plusieurs   sociétés   par   action   se   sont  converties   en   fiducies,   une   transformation   qui   leur   a   permis  d’économiser   collectivement   des   milliards   en   impôts.   Il   s’agissait   alors     10  
  11. 11. de   se   constituer   sous   forme   de   fiducie   de   revenu.   Comme   son   nom  lindique,   une   fiducie   de   revenu   est   dabord   une   fiducie,   dans   laquelle  des   éléments   dactif   génèrent   des   revenus   qui   sont   versés   presque  entièrement  aux  détenteurs  de  parts  de  la  fiducie.  Pour   quune   fiducie   de   revenu   soit   créée,   il   faut   dabord   des   éléments  dactif  qui  proviennent  dune  entité  déjà  existante,  une  société  personne  morale.   À   la   suite   dun   transfert   ou   dune   vente,   les   actifs   passent   de  lentreprise  à  la  fiducie.    Le  transfert  des  actifs  peut  être  effectué  par  le  biais  dune  réorganisation  de  la  forme  légale,  lentreprise  se  modifiant  en  fiducie.    Dun   point   de   vue   fiscal,   la   fiducie   de   revenu   présentait   au   Canada  plusieurs   avantages.   Les   fiducies   de   revenu   étaient   soumises   à   des  traitements   fiscaux   propres   à   elles.   Le   principal   avantage   pour  lentreprise  était   celui   qui   lui   permettait   de   se   libérer   de   limpôt   à   payer,  même   sur   ses   revenus   dentreprise,   en   transférant   le   tout   à   ses  détenteurs   de   parts.   Lentreprise   pouvait   ensuite   choisir   dutiliser   le  produit  de  la  vente  des  actifs  pour  diminuer  ses  dettes  ainsi  que  la  taxe  sur  le  capital.    La  fiducie  de  revenu  ne  payait  quant  à  elle  pas  dimpôt  si  la  totalité  de  ses   revenus,   y   compris   les   gains   en   capital   imposables,   était   distribuée  aux  titulaires  de  part  chaque  année.    Les  détenteurs  de  parts   étaient  ensuite  imposés  sur  les  revenus  qui  leur  étaient   distribués.   Ces   distributions   étaient   constituées   de   divers   types  de  revenus,  tels  que  les  revenus  dintérêts,  les  dividendes  etc.    Toutefois   fin   2006   début   2007,   le   ministre   fédéral   des   finances   du  Canada   a   annoncé   que   les   fiducies   de   revenu   seraient   imposées   à   des  taux   comparables   aux   taux   qui   sappliquent   au   revenu   réalisé   et  distribué   par   les   sociétés   canadiennes.   Seules   les   fiducies   immobilières  ont   été   épargnées.   Ces   mesures   auront   eu   pour   effet   de   réduire   la  popularité  des  fiducies  de  revenu  auprès  des  investisseurs.    Il  est  évident  que  face  aux  difficulté  que  connaît  la  fiducie  en  France,  une  telle  forme  ne  sera  probablement  jamais  insérée  en  droit  interne…  L’Administration   fiscale   a   déjà   fort   à   faire   en   chassant   les   fiducies  constituées   à   l’étranger   pour   éluder   l’IS   français.   C’est   ainsi   que   divers     11  
  12. 12. mécanismes   fiscaux   de   droit   interne   visant   à   éviter   la   fraude   et   l’évasion  fiscale  internationale  ont  été  étendus  à  la  fiducie.  L’article  209-­‐B  du  CGI  conduit  à  imposer  en  France  les  bénéfices  réalisés  par   les   filiales   ou   succursales   étrangères   de   sociétés   françaises  lorsquelles   sont   établies   dans   des   pays   à   fiscalité   privilégiée.   Lorsquils  sont   réalisés   par   une   entité   légale,   ces   bénéfices   sont   réputés   constituer  des  RCM  de  la  société  française  et  sont  donc  imposables  entre  ses  mains  au  même  titre  que  ses  autres  produits.    Le   champ   dapplication   est   très   général   puisqu’il   vise   outre   les  entreprises   exploitées   hors   de   France   (succursales),   la   détention   des  actions,   parts,   droits   financiers   ou   droits   de   vote   dans   une   entité  juridique   qui   peut   être   une   personne   morale,   un   organisme,   ou   même  une  fiducie.    L’Administration  n’en  est  pas  au  bout  de  sa  peine  avec  cette  institution.                   12  

×