Proposition 11 - supprimer enfin la déclaration commune de revenus

228 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
228
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
2
Actions
Partages
0
Téléchargements
2
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Proposition 11 - supprimer enfin la déclaration commune de revenus

  1. 1. «  Supprimer  enfin  l a   déc lara1on   commune  de  r evenus  »   Rappo rteur  :   Claude  STARON   Expert-­‐comptable   Cabinet  SECA  FOREZ  
  2. 2. 11  -­‐  Supprimer  e nfin   l a  déc la ra;on   commune  de  r evenus   1  -­‐  Quel  est  l e  p roblème  ?     1  -­‐  1  Pour  bien  comprendre   La  Déclara1on  Commune  de  Revenus  (DCR)  cons1tue  le  document  de  référence  pour   les  caisses  obligatoires  des  TNS  adressé  annuellement  au  RSI.   Il  permet  d’analyser  la  situa1on  de  chaque  co1sant  et  de  définir  les  bases  de  calcul   des  co1sa1ons  obligatoires.   Ces  bases  sont  aujourd’hui  différentes  de  l’assieTe  de  calcul  de  l’impôt  sur  le  revenu,   en  par1culier  à  cause  de  la  réintégra1on  de  certaines  co1sa1ons.   Cependant,  ceTe  déclara1on  représente  une  formalité  supplémentaire  pour  les  co1-­‐   sants  et  fait  par1ellement  double  emploi  avec  d’autres  déclara1ons  (de  bénéfices,  de   revenus)…   Enfin  des  sanc1ons  sont  encourues  lorsque  la  DCR  n’est  pas  remplie  dans  les  délais.   Il  est  donc  légi1me  de  s’interroger  sur  son  éventuelle  suppression,  au  bénéfice  d’un   mécanisme  moins  contraignant.   Un  pe;t  rappel  :   La     loi     de     modernisa1on     de     l’économie     de     2008     avait     prévu     la     suppression     de     ceTe  déclara1on  au  1tre  de  la  simplifica1on  des  formalités  administra1ves.   Malheureusement,   ceTe   suppression   a   été   reportée   2   fois   par   décret   avant   d’être   défi-­‐  ni1vement  abandonnée  par  la  loi  du  21  décembre  2011  sur  le  financement  de  la   sécu-­‐  rité  sociale  pour  2012.   Des  «difficultés  techniques»  ont  été  invoquées  pour  jus1fier  la  renoncia1on  à  ce  pro-­‐   jet,    pourtant    repris    dans    la    série    de    proposi1ons    du    rapport    de    2010    consacré     aux   proposi1ons   d’adapta1on   des   modalités   d’assieTe,   de   calcul   et   de   déclara1on   des  co1-­‐  sa1ons  des  TNS.     On  peut  légi1mement  s’étonner  d’un  tel  recul,  sur  une  proposi1on  qui  semble  faire   l’unanimité  dans  son  principe.     1  -­‐  2  Les  enjeux  de  la  suppression  de  la  D.C.R.     La  mise  en  place  de  ceTe  déclara1on  répondait  à  l’origine  à  une  volonté  d’unifier  et   de   simplifier   les   formalités   déclara1ves   des   non-­‐salariés   auprès   des   organismes   sociaux.   L’objec1f   d’unifica1on   est   d’ailleurs   aTeint   (à   l’excep1on   des   professions   libérales  pour  leurs  régimes  de  retraite  complémentaire).   C’est   la   même   logique   qui   préside   à   l’idée   de   supprimer   ceTe   déclara1on,   par   exemple  en  lui  subs1tuant  la  déclara1on  de  revenus.   Le  «  coût  d’exploita1on  »  de  la  DCR  est  notamment  pointé  par  le  rapport  du  Sénat   annexé  au  projet  de  loi  de  financement  de  la  sécurité  sociale  pour  2011.   Le  chiffre  de  6  millions  d’euros  est  évoqué  pour  la  seule  campagne  de  déclara1ons.  Et   ce  coût  ne  prend  pas  en  compte  les  simplifica1ons  bénéficiant  à  plus  de  2,1  millions   de  chefs  d’entreprise  -­‐  simplifica1ons  génératrices  de  gains  de  temps  non  évalués  -­‐  si   la   D.C.R.  était  effec1vement  supprimée  !   Comment,   dans   un   tel   contexte,   s’en   tenir   à   un   constat   d’échec   dont   les   raisons   «   tech-­‐   niques   »   sont   improbables   ;   en   tout   cas   s’il   y   avait   eu   une   vraie   volonté   poli1que  ?   Le  problème   La  déclara1on   commune  de   revenus  cons1tue   un  parfait  exemple   d’impôt   administra1f  à  la   charge  des   entreprises.  
  3. 3. 11  -­‐  Supprimer  e nfin   l a  déc la ra;on   commune  de  r evenus   1  –  3  Aplanir  les  difficultés  techniques  et  permeOre  la  suppression  de  la  DCR     Iden;fier  les  freins  et  les  difficultés     La  véritable  contrainte  est  d’éviter  une  perte  d’informa1ons  nécessaires  à  un  calcul   correct  des  co1sa1ons  sociales.   Dans   le   contexte   actuel,   ceci   nécessiterait   la   mise   en   place   de   saisies   complémentaires,  afin  d’intégrer  dans  les  autres  déclara1ons  toutes  les  divergences   entre   la   défini1on   de   l’assieTe   des   co1sa1ons   sociales   et   celle   du   revenu   soumis   à   impôt.   Si  l’on  re1ent  le  principe  d’u;liser  la  déclara;on  de  revenus  (document  commun  à   tous   les   co1sants)   comme   ou1l   de   subs1tu1on,   il   est   intéressant   de   pointer   au   passage  les  divergences  les  plus  frappantes,  à  1tre  d’illustra1on.     A  -­‐  La  réintégra;on  des  co;sa;ons  Madelin     Pour  la  détermina1on  du  revenu  soumis  à  l’impôt,  le  revenu  déclaré  est  net  de  co1sa-­‐   1ons  Madelin.  Pour  la  détermina1on  du  revenu  soumis  à  co1sa1ons  sociales,  l’assuré   doit  les  déclarer  pour  qu’elles  soient  ajoutées  à  l’assieTe  de  calcul.     Avec  quelques  «  par1cularités  »  :  les  co1sa1ons  versées  par  un  professionnel  libéral   dans   un   régime   faculta1f   par   capitalisa1on   proposé   par   la   caisse   gérant   son   régime   de   retraite   complémentaire   obligatoire   n’ont   pas   à   être   réintégrées   dans   l’assieTe   sociale.     B  -­‐  La  déduc;on  des  frais  réels  ou  de  l’abaOement  pour  frais  professionnels     Dans     la     déclara1on     de     revenu,     le     contribuable     doit     déclarer     son     revenu     imposable  avant  déduc1on  des  frais  réels  (qu’il  déclare  et  doit  jus1fier  par  ailleurs).   S’il  est  gérant  majoritaire  de  Sarl  (d’EURL  ou  EURL  à  l’IS),  l’abaTement  de  10  %  pour   frais   profession-­‐   nels   lui   est   appliqué   automa1quement   (avec   son   plafonnement   spécifique)  s’il  n’a  pas  déclaré  de  frais  réels.     Dans  la  DCR,  l’assuré  RSI  doit  déclarer  son  revenu  après  déduc1on  des  frais  réels  ou   applica1on  de  l’abaTement  de   10  %  pour  frais  professionnels  (s’il  est  gérant  majoritaire)  en  effectuant  lui-­‐même  ces   calculs  !     A  l’heure  où  ceTe  proposi1on  est  rédigée,  nous  ne  savons  toutefois  pas  si  la  proposi-­‐   1on   contenue   dans   le   PLFSS   de   supprimer   cet   abaTement   sera   défini1vement   adoptée.     C  -­‐  Les  réintégra;ons  de  déduc;ons  fiscales  autorisées     Il  s’agit  des  cases  LO,  LR  et  LT  de  la  DCR  2012  (revenus  2011)     Elles   servent   à   ajouter   au   bénéfice   fiscalement   déclaré   pour   les   soumeTre   à   co1sa1ons  sociales  :     -­‐  les  exonéra1ons  pour  entreprise  nouvelle,  jeune  entreprise  innovante,  zone  franche   urbaine,  ac1vité  de  recherche  développement,  zone  de  restructura1on  de  la  défense,   zone  franche  DOM,  ou  plus  value  à  court    terme  suite  à  départ  en  retraite  (ar1cles  44   sexies,  44  sexies  A,  44  oc1es,  44  oc1es  A,  44  undecies,  44  terdecies,  44  quaterdecies   et  151  sep1es  A  du    Code  général  des  impôts).  
  4. 4. 11  -­‐  Supprimer  e nfin   l a  déc la ra;on   commune  de  r evenus   -­‐ les  amor1ssements  différés  imputés   -­‐ les   reprises   de   provisions   pour   inves1ssement   ou   dépenses   de   mise   en   conformité   (ar1cles  39  oc1es  E  et  F  du  Code  général  des  impôts).     La   principale   difficulté   est   que   certains   éléments   non   déduc1bles   de   l’assieTe   sociale   sont  renseignés  sur  la  déclara1on  de  résultat  et  non  sur  la  déclara1on  de  revenu.     D  -­‐  Les  périodes  de  calcul     L’impôt  sur  le  revenu  est  toujours  calculé  sur  l’année  civile  alors  que  les  co1sa1ons   sociales  sont  calculées  en  fonc1on  des  périodes  d’ac1vité.     Cela  pose  un  problème  technique  pour  les  années  civiles  correspondant  à  un  début   d’ac1vité   (affilia1on)   ou   à   une   cessa1on   d’ac1vité   (radia1on).   CeTe   informa1on   peut   être  ajoutée  sur  la  déclara1on  de  revenu,  à  supposer  que  le  RSI  n’en  dispose  pas  déjà   par  d’autres  voies.       2  -­‐  La  so lu;on  préconisée     Au   regard   de   ce   qui   précède,   on   mesure   l’importance   des   distorsions   liées   aux   dispo-­‐   si1ons  légales.   Il    apparaît    donc    indispensable    d’aller    dans    le    sens    de    l’harmonisa;on    des     assieOes  sociales  et  fiscales,  afin  de  permeTre  une  simplifica1on  réelle,  bénéficiant  à   tous  :  Supprimer  une  grande  par1e  des  divergences  autorisera  la  suppression  de  la   Déclara-­‐  1on  Commune  de  Revenus  dans  des  condi1ons  acceptables.     Si   ces   par1cularités   doivent   être   maintenues   par   le   législateur,   il   pourrait   être   proposé   que   les   déduc1ons   fassent   l’objet   d’une   déclara1on   spécifique,   pour   les   seuls  contri-­‐  buables  concernés.     La  suppression  de  la  D.C.R.,  simplifica1on  souhaitable,  passe  ainsi  par  une  harmonisa-­‐   1on  aussi  complète  que  possible  des  assieTes  fiscale  et  sociale.     Il    sera    alors    parfaitement    envisageable    de    subs1tuer    à    la    Déclara1on    Commune     de   Revenus   un   échange   d’informa1ons   avec   les   services   fiscaux,   à   par1r   de   la   déclara1on  de  revenus  produite  par  chaque  contribuable.  
  5. 5. 11  -­‐  Supprimer  e nfin   l a  déc la ra;on   commune  de  r evenus   Résumé  de  n otre  p roposi;on  n°  11  :     A  -­‐  Supprimer  (enfin  …)  la  D.C.R.  en  lui   subs1tuant    un    échange    d’informa1on   avec  les  services  fiscaux     B-­‐  Supprimer  les  écarts  entre  l’assiette   sociale    (base    des    co1sa1ons)    et       l’as-­‐   siette    fiscale    (calcul    de    l’impôt    sur    le   revenu).  

×