Les Crises financières

914 vues

Publié le

Cette présentation montre comment les crises se propagent-elles et quelles sont les actions correctives des États. Elle traite aussi l'impact de ces crises sur l'économie marocaine.

Publié dans : Économie & finance
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
914
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
3
Actions
Partages
0
Téléchargements
44
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Dans ce cas les banques n’ont pas de la liquidité pour faire face à leurs dettes
  • Les crises de change se produisent lorsque les investisseurs perdent confiance dans la monnaie d'un pays particulier.
  • Causes: La surproduction des pays industrialisés et la spéculation
    Chacun cherche à liquider ses actions ce qui aggrave la chute des cours.
  • la chute du bath rendait les monnaies des autres pays relativement plus chères, donc affectait leur compétitivité en termes de prix
  • Les Crises financières

    1. 1. PLAN IntroductionIntroduction Axe 1Axe 1 : Généralités sur les crises Axe 2Axe 2 : Les origines de la crise, sa diffusion, ses conséquences et les moyens pour limiter son effet Axe 3Axe 3 : L’impact de la crise sur l’économie marocaine et réponse des autorités ConclusionConclusion
    2. 2. Le terme de la crise financière est appliqué à une large variété de situations dans lesquelles certaines institutions financières ou de biens perdent soudainement une grande partie de leur valeur. Au 19ème et au début du 20ème siècle, de nombreuses crises financières ont été associés à la panique bancaire, et de nombreuses récessions ont coïncidé avec ces paniques. Introduction
    3. 3. D'autres situations qui sont souvent appelés crises financières sont des crashs boursiers et l'éclatement d'autres bulles financières, crises monétaires, ou crises immobilières causées par l'afflux de logements à la vente qui pourront peut être trouvé preneur dans le futur. Introduction
    4. 4. Problématique Comment une crise attachée à un secteur ou un à marché financier peut-elle se transformer en une crise internationale? Et quelles sont les actions correctives prisent par les états ?
    5. 5.  Définition  Théorie de la crise  L’historique de la crise  Les crises contemporaines Axe 1: Généralités sur les crises
    6. 6. 1- Notion de Crise financière Définir, de façon abstraite, ce qu'est une crise financière n'est ni aisé ni pédagogique. En premier lieu, les crises ne sont pas circonscrites à un seul domaine de la finance, mais peuvent en frapper plusieurs : le marché des actions, des obligations, du crédit, des changes, de l'immobilier... La crise ne se reproduit donc jamais tout à fait à l’identique(1). (1) : Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page :25 Définition et comparaison
    7. 7. Phénomène économique matérialisé par un dysfonctionnement des marchés de capitaux dû principalement à des prises de risques mal maîtrisées, à la dégradation de la solvabilité de certains emprunteurs publics ou privés et/ou aux comportements spéculatifs de certains opérateurs Définition et comparaison
    8. 8. Définition et comparaison
    9. 9.  Crises bancaires : Une crise bancaire est une situation dans laquelle les banques ont une situation financière très dégradée : elles doivent rembourser des créanciers, mais n’ont pas à leur disposition immédiate l’argent disponible pour le faire. Définition et comparaison
    10. 10. Définition et comparaison  Crise boursière : est une crise de l'ensemble des valeurs boursières, qui se déclenche par un manque de confiance de la part des investisseurs. La chute des cours est alors rapide et forte.
    11. 11.  Crise de change : Il est considéré qu’une monnaie connaît une crise de change, notamment lorsque sa valeur exprimée dans une autre monnaie subit une dépréciation, au cours d'une année, supérieure à un certain seuil.(2) (2) : Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page : 26 Définition et comparaison
    12. 12. Il y a quatre grandes interprétations: - Libérale (laisser faire); - Keynésienne (de Keynes); - Schumpetérienne (de Schumpeter); - Marxiste. Théorie de la crise
    13. 13. 1. Le libéralisme Pour les libéraux, le marché est autorégulateur.  Une crise est surtout l’arrivée de quelque chose d’extérieur (une intervention de l’Etat par exemple) qui vient perturber le marché.  Résoudre la crise signifie supprimer cette cause « extérieure ». Théorie de la crise
    14. 14. 2. keynésienne Keynes ne croit pas au caractère autorégulateur du marché. La correction d’un certains déséquilibres par le libre jeu de l’offre et la demande est impossible :  le chômage ne peut être résorbé que grâce à l’instauration d’une liberté complète sur le marché du travail.  La crise de 1929 Il faut une action de l’Etat régulatrice. Théorie de la crise
    15. 15. 3. Le marxisme La crise est un élément inhérent au capitalisme. Elle fait partie de son fonctionnement. Elle provient du caractère à la fois anarchique et inégalitaire de la production :  Anarchique car chaque entreprise décide d’augmenter la production en vue de davantage de profit.  Inégalitaire, car les détenteurs de capitaux s’enrichissent au détriment des travailleurs. La production s’accroît, la consommation pas aussi vite. D’où la crise provient d’une surproduction. Théorie de la crise
    16. 16. 4. Schumpeter (1883-1950) Pour Schumpeter, l’économie est cyclique, passant par des phases d’essor et de récession. Il faut assurer que l’expansion revienne le plus vite possible. Or, c’est le rôle des « nouveaux » entrepreneurs qui peuvent faire redémarrer l’économie. Il faut donc les avantager au détriment des anciens secteurs. Théorie de la crise
    17. 17. Un peut d’histoire
    18. 18. La crise de la tulipumania 1637 Historique des crises
    19. 19. La crise de la tulipumania 1637 Au tournant des XVI é et XVII é siècles, la Hollande découvre les tulipes. Leur rareté et leur nouveauté en poussent les prix à la hausse. Bientôt, dans les années 1630, elles deviennent un objet de spéculation.(3) (3) : Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page : 27 Historique des crises
    20. 20.  La crise de la tulipumania 1637 En 1637, sans qu’on sache très bien ce qui motive le retournement, certains commencent à vendre, puis sont imités par d’autres qui prennent peur en voyant les premiers se débarrasser de leurs bulbes. La frénésie à l’achat se mue en panique à la vente.(4) et par la suite les prix des tulipes ont subit une très forte dépréciation Historique des crises
    21. 21.  Crise Viennoise de 1873 La Grande Dépression débute le vendredi 9 mai 1873 à Vienne où la bource s’effondre sous le poids de la spéculation, provoquant la faillit de plusieurs banques viennoises, sous le poids des emprunts hypothécaires. La récession est rapide : les banques européennes manquent de liquidités et ne se font plus confiance, rendant les prêts interbancaires extrêmement coûteux. Le krach affecte peu de temps ensuite la Bourse de New York Historique des crises
    22. 22. Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page : 36
    23. 23. La crise de 1929 Le krach de 1929 est une crise boursière qui se déroula à la Bourse de New York entre le 24 octobre et le 29 octobre 1929. Cet événement marque le début de la grande dépression, la plus grande crise économique du Xxe siècle. Les jours-clés du krach ont hérité de surnoms distincts : le 24 octobre est appelé jeudi noir, le 28 octobre est le lundi noir, et le 29 octobre est le mardi noir. Historique des crises
    24. 24. La période contemporaine a été le théâtre d’une multitude de crises. Certaines études estiment d’ailleurs que les années consécutives à la Seconde Guerre mondiale, les « Trente glorieuses » en quelque sorte, ont été relativement épargnées, mais que la fréquence des crises s’est accrue depuis les années 1970. Crises contemporaines
    25. 25. Le krach d’octobre 1987  La Bourse de New York connaît une hausse depuis le deuxième trimestre 1982. Depuis cette date, l’indice Dow Jones a triplé. Puis, à partir du 25 août 1987, le mouvement est remis en cause. La Bourse devient plus volatile et les cours connaissent une baisse modérée.  Le 19 octobre, Ce jour-là, l’indice Dow Jones des valeurs industrielles subit une baisse de 22,6 %.(6) Crises contemporaines (6)Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page : 40
    26. 26. La crise asiatique de 1997 et 1998 La crise asiatique débute le 2 juillet 1997 avec la décision de laisser flotter le baht thaïlandais après que celui-ci a subi une série d’attaques spéculatives. La crise se propage à d'autres pays de l’Asie (Malaisie, Philippines, Indonésie, puis la Corée du Sud). Dans ces pays, les monnaies partent également à la baisse, ainsi que les cours boursiers (d’environ 50 % entre début juillet et la fin de 1997).(7) Crises contemporaines (7)Lacoste. O : Comprendre les crises financières; Éditions Eyrolles; page : 43
    27. 27. La crise russe 1998 Dans la lignée da la crise asiatique, en 1998 la Russe traverse la crise la plus grave de son histoire. Les signes de la crise, sont apparus en 1995 lorsque le gouvernement russe décide de financer sa dette publique non plus par l'émission de monnaie, mais par l'emprunt. Malgré le risque d'une hausse du montant des impayés . Et pour arriver à financer ces dettes le gouvernement a émis des titres financiers les GKO, avec des taux d'intérêt annuels très élevés de 70 %. Le 17 août 1998, l’abondance du rouble avec un effet dévastateur immédiat sur l’échange des titres GKO, ce qui a produit un défaut sur la dette russe. Crises contemporaines
    28. 28. La crise des subprimes de 2007 et 2008
    29. 29. Axe 2 : Les origines de la crise, sa diffusion, ses conséquences et les moyens pour limiter son effet
    30. 30. Aux origines de la crise  Les 3 D: déréglementation/ dérégulation, décloisonnement, désintermédiation  La notation  l'endettement des américains  la spéculation  La titrisation  Les “subprimes"
    31. 31. Les 3 D Déréglementation décloisonnement désintermédiation Dans un contexte de déréglementation les institutions internationales (FMI, Banque Mondiale,...) ont été très en retrait. Elles n’ont pas pu ou voulu imposer des règles prudentielles. Elles ne sont pas capables de gérer la question des paradis fiscaux qui permettent de créer des structures financières opaques, incontrôlables tous le monde peut intervenir sur tous les compartiments de marché ⇒ disparition des distinctions banque commerciale / banque d’affaires, banque / assurance ⇒ concurrence accrue, baisse des marges et quête de nouveaux clients finance directe plutôt qu’indirecte
    32. 32. La notation La notation financière est l'appréciation du risque de solvabilité financière d’une entreprise, d’un Etat ou d’une autre collectivité publique, nationale ou locale et enfin d’une opération (emprunt, emprunt obligataire, opération de financement structurée, titrisation , etc.).Elle consiste à attribuer une note correspondant aux perspectives de remboursement des engagements envers les créanciers, fournisseurs, banque, détenteurs d’obligation, etc.
    33. 33. Les agences agréées doivent remplir ces critères:  L’objectivité  L’information du public  L’indépendance  Niveau des ressources suffisant  La transparence  Crédibilité
    34. 34. Comment sont attribuées les notes ? La manière d’attribution d’une note est propre à chaque agence Pour une entreprise: éléments qualitatifs et quantitatifs Pour un Etat: politique monétaire, stabilité… On distingue deux grandes catégories de notes:  les « investment grade » ou « high grade », de AAA à BBB, pour les émissions les plus fiables . les « speculative grade » ou « below investment grade », de BB à D, pour les émissions les moins sûres voire très risquées. On distingue deux grandes catégories de notes:  les « investment grade » ou « high grade », de AAA à BBB, pour les émissions les plus fiables . les « speculative grade » ou « below investment grade », de BB à D, pour les émissions les moins sûres voire très risquées.
    35. 35. Les américains vivent à crédit
    36. 36. Le prix des actifs peut évoluer de façon autonome… Du fait de la spéculation, les actifs peuvent atteindre des prix qui ne reflètent plus les fondamentaux. Les acheteurs ne visent plus seulement les revenus courants de ces actifs (dividendes, intérêts, loyers)… Ils sont en quête de plus-values On parle alors de bulle spéculative. La spéculation
    37. 37. La valeur d’un actif augmente Cet actif est source de plus-values Ces plus- values sont un revenu Les revenus déterminent la valeur des actifs
    38. 38. Mais les bulles peuvent éclater... Le mécanisme peut s'inverser.... Dépréciation des actifs On s’en débarrasse en les vendant Ils engendrent des moins- values Leur valeur diminue encore
    39. 39. La spéculation Elle est favorisée par le développement d'instruments financiers de plus en plus sophistiqués...  ... et qui échappent de plus en plus aux règles “prudentielles” ce qui conduit à prendre de plus en plus de risques (“aléa moral”)
    40. 40. Les marchés à terme Une technique ancienne et très classique Elle permet aux entreprises de se garantir contre des variations de cours de matières premières ou de devises. C’est donc une logique de couverture Une technique qui favorise la spéculation...
    41. 41. une compagnie aérienne fixe ses tarifs plusieurs mois à l’avance. Si le pétrole baisse elle ferait un profit supplémentaire, mais si le pétrole augmente elle risque de perdre de l’argent et de ne plus pouvoir fonctionner. Elle n’a probablement pas intérêt à prendre ce risque. Pour se prémunir contre la hausse de cours du pétrole elle achète à terme son pétrole à un prix fixé d’avance à partir duquel elle définit sa politique tarifaire. Exemple
    42. 42. Subprimes Au commencement, il y a des ménages pauvres qui rêvent de s’acheter un logement. Compte tenu de leurs ressources et donc des risques de défaut de paiement, ils ne peuvent emprunter qu’à des taux plus élevés que les ménages aisés : ils ne bénéficient pas de la « prime », autrement dit des taux plus faibles offerts aux ménages aisés, d’où le terme « subprime » en anglais.
    43. 43. On ne prête pas qu'aux riches... Les banques imaginent de leur proposer des prêts à taux d’intérêt variables, faibles au moment de la signature du contrat mais qui peuvent ensuite beaucoup s’élever. Et pour se couvrir en cas de défaut de paiement, les banques « hypothèquent » la maison : elles peuvent la saisir et la revendre.
    44. 44. Au début tout va bien... Au départ, un ménage emprunte de l’argent pour acheter une maison. Cette maison vaut 100. Le ménage, sans apport personnel et malgré de faibles revenus , emprunte 100. Le prix de l’immobilier augmente, la maison vaut 150. Comme une maison peut garantir plusieurs prêts, certaines banques proposent aux ménages de nouveaux prêts pour un montant de 50. Difficile de résister : des ménages empruntent pour acheter d’autres biens, une voiture par ex
    45. 45. Puis tout bascule... Le marché de l’immobilier baisse. La maison vaut désormais moins cher que le crédit contracté –moins de 100 dans notre exemple. Et au même moment, les charges de remboursement s’alourdissent car les taux d’intérêt (non fixes) augmentent.
    46. 46. Crise des subprimes... En réponse aux premiers défauts de paiement , les banques demandent aux ménages de renvoyer la clé de leur maison par la poste. Ces ménages sont libérés de leur dette mais se retrouvent sans toit. La banque, elle, récupère un bien dont la valeur ne fait que baisser.
    47. 47. La titrisation éparpille le risque... Transformation de prêt bancaire illiquide (créance) en titre financier négociable sur le marché des capitaux. Pourquoi la titrisation?: Permet à la banque à l’origine des prêts de poursuivre son activité sans augmenter ses fonds propres Permet de transférer le risque de crédit (défaut de paiement, faillite) sur les investisseurs privés
    48. 48. Refiler le mistigri... « Grâce » à des innovations financières très complexes, les crédits subprimes sont transformés en produits financiers. Ces produits financiers risqués (risque de défaut de paiement des débiteurs) sont mélangés à d’autres produits de meilleure qualité et sont vendus à des banques d’investissement. Comme des fraises pourries à l'intérieur d'une barquette de fraises....
    49. 49. Par la titrisation, les prêteurs initiaux transforment des créances en produits financiers. Ils se défont en quelque sorte du risque (défaut de paiement, etc.) sur des investisseurs. Ces « titres pourris » se diffusent dans tout le système financier Crise de confiance
    50. 50. Crise de confiance Les banques d’investissement commencent à se rendre compte qu’une partie des crédits immobiliers sur lesquels reposent ces titres ne sera pas remboursée. Les possesseurs de ces « titres pourris » cherchent à s’en débarrasser mais ne trouvent personne pour les racheter. Les cours des actions de banques et sociétés d’assurance s’effondrent aux Etats-Unis… …mais aussi en Europe
    51. 51. La crise systémique
    52. 52. Krach !
    53. 53. ça “Krach” de partout...
    54. 54. La contagion les difficultés avaient commencé dès 2007 Mais les banques centrales avaient injecté des liquidités et joué leur rôle de “prêteur en dernier recours"
    55. 55. La chute de Lehman Brothers La banque Lehman Brothers annonce 3,9 Mds $ de pertes au 3e trimestre. Bank of america et/ou la Barclays sont candidats à la reprise La Fed refuse de donner sa garantie contrairement à ce qu’elle avait fait pour JP Morgan à la reprise de Bear Stearns Faillite de Lehman Brothers (14 septembre) Pourquoi ? La volonté de faire un exemple pour lutter contre l’aléa moral ? Volonté de préserver des disponibilités pour faire face aux difficultés d’AIG ? Paulson, ancien membre de Goldman Sachs ne veut pas être accusé de favoriser son ancienne activité ? Vague de concentration dans le système financier
    56. 56. Les difficultés bancaires s’étendent Belgique : Fortis. Sauvetage de la banque par les trois États du Bénélux (11,2 mds € le 28 septembre 2008). Puis reprise par BNP Paribas pour 15 mds € (6 octobre 2008). Sauvetage de Dexia par les gouvernements belge, français et luxembourgeois. Allemagne : IKB est sauvée par l’État (octobre 2007) avant d’être reprise par un fonds américain (août 2008). Sachsen LB (octobre 2007) demande l’aide de l’État puis est rachetée par LBBW. Bayern LB réclame de l’aide et surtout Hypo Real Estate en grande difficulté est finalement sauvée par l’intervention de l’État qui garantit les dépôts bancaires. (octobre 2008) Grande Bretagne : La banque Alliance & Leicester est rachetée par l’espagnol Santander (14 juillet 2008) qui possède déjà Abbey National La banque Halifax Bank Of Scotland (HBOS), spécialisée dans les crédits immobiliers (première banque britannique dans l’immobilier) est rachetée par Lloyds TSB (18 septembre 2008) la banque Bradford & Bingley est sauvée par l’intervention du gouvernement (nationalisation) et de la banque espagnole Santander (via Abbey National) (29 septembre) L’État entre au capital de RBS (50%) et HBOS (70%) : augmentation de capital et devient majoritaire (12 octobre 2008)
    57. 57. "Credit crunch" La situation actuelle est telle que les banques ne se font plus confiance. Elles refusent donc de se prêter entre elles et c’est la banque centrale qui doit fournir les liquidités aux marchés. une crise au départ financière se transmet au reste de l’économie car les restrictions de crédit affaiblissent la consommation et l’investissement, donc la croissance Multiplication des plans de sauvetage et de relance (non traités dans ce diaporama)
    58. 58. Le crédit Crunch et ses conséquences... La crise bancaire provoque une contraction de l’offre de crédit. Les banques deviennent plus exigeantes sur les conditions d’obtention de prêts. Taux d’intérêt plus forts et conditions d’endettement plus sévères Les entreprises ne peuvent plus se financer : financement de l’investissement ou crédit à court terme Les particuliers obtiennent plus difficilement les crédits immobiliers et les prêts à la consommation. Réduction de la consommation et de l’investissement Récession !
    59. 59. Les moyens pour limiter l'effet des crises financières L'utilisation des finances publiques La mobilisation de la politique monétaire
    60. 60. La mobilisation de la politique monétaire Un refinancement massif par la banque centrale Importance du en dernier prêteur ressort  baisser les taux d’intérêt  augmenter les montants du refinancement accordé aux banques commerciales  assouplir les procédures de refinancement, utiliser des méthodes « non conventionnelles » Les cas où l’intervention du PDR est justifiée par la théorie Les problèmes rencontrés dans la réalité Quel PDR au niveau international ?
    61. 61. L'utilisation des finances publiques Pourquoi l’État agit en « financeur en dernier ressort » des banques Comment l’État peut soutenir le secteur bancaire L’impuissance de l’invitation faite aux actionnaires… et celle de la garantie des dépôts le refinancement en liquidités l’apport par L’État de capitaux propres aux banques le rachat par L'État des actifs « pourris » qui encombrent le bilan des banques Le soutien de l'activité réelle Une facture très lourde
    62. 62. Impact de la crise sur l’économie marocaine et réponse des autorités
    63. 63. 1- Impact de la crise sur l’économie marocaine 2- Réponse des autorités marocaines 3- Conclusion Plan du partie
    64. 64. 1- Impact de la crise sur l’économie marocaine
    65. 65. Le Maroc n’a pas été touché par la première vague de la crise pour deux raisons : Solidité du secteur financier marocain (absence de titres toxiques, faible recours du système bancaire au marché financier international, faible proportion de l’endettement en devise (environ 20%)) Impact de la crise sur l’économie marocaine Stabilité du cadre macroéconomique au cours des cinq dernières années (un taux de croissance annuel moyen de plus de 5%, une inflation maîtrisée (-3%), un déficit budgétaire ne dépassant pas les 3%, un compte courant de la balance des paiements excédentaire depuis 2001 jusqu’en 2007)
    66. 66. Le Maroc commence à être impacté par la crise à travers le canal réel à partir du 4ème trimestre de 2008 : Les résultats du quatrième trimestre 2008 par rapport à la même période de 2007 montrent une évolution défavorable du secteur extérieur : - baisse des exportations (hors OCP) : 18,3% - baisse des recettes touristiques: 15,5% - baisse des transferts des MRE: 15% - baisse des investissements directs étrangers: 2,3 MM$ contre 2,8 MM$ en 2007 Compte tenu de ces évolutions, le compte courant de la balance des paiements a enregistré un déficit de 5,2% du PIB. Impact de la crise sur l’économie marocaine
    67. 67. L’année 2008: Malgré les développements défavorables au niveau des comptes extérieurs, l’économie marocaine a continué à faire preuve de résilience aux chocs exogènes comme le montre les résultats de l’année 2008: - croissance : 5,6% - excédent budgétaire : 0,4% du PIB pour la 2ème année de suite - inflation maîtrisée à 3,9% - niveau confortable des avoirs extérieurs qui se sont établis à 22,5 MM.$US permettant de couvrir plus de 6 mois d’importations Impact de la crise sur l’économie marocaine
    68. 68. Durant les 9 premiers mois de l’année 2009: poursuite de la détérioration des indicateurs liés au secteur extérieur Dans un contexte marqué par la baisse de la demande mondiale ainsi que la baisse des cours du pétrole et des autres matières premières, les neuf premiers mois de l’année 2009 ont été marqués par : - baisse des exportations (hors OCP) : 17% - recul des recettes voyage: 8,8% - baisse des transferts des MRE : 9,7% - baisse des investissements étrangers de plus de 30% Impact de la crise sur l’économie marocaine
    69. 69. Au fil des mois, on remarque une atténuation du rythme des baisses notamment des recettes voyages et des transferts des MRE Les niveaux réalisés par les recettes voyage et les transferts des MRE, à fin septembre 2009, démontrent une atténuation du rythme de baisse de ces deux postes au fil des mois. Ce rythme de baisse était: - pour les recettes voyages de 21,6% en mars 2009, de 13,6% en juin 2009 et de 8,8% en septembre 2009. - pour les transferts des MRE de 14,6% en mars 2009, de 12,3% en juin 2009 et de 9,7% en septembre 2009. Impact de la crise sur l’économie marocaine
    70. 70. Résultats attendus en 2009 : - la croissance se situerait autour de 5,3% - le déficit budgétaire serait maîtrisé à environ 2,7% contre une prévision initiale de 2,9% du PIB - le taux d’inflation maîtrisé autour de 2% - le compte courant de la balance des paiements devrait se situer entre 4 et 4,5% du PIB Impact de la crise sur l’économie marocaine
    71. 71. Impact de la crise sur l’économie marocaine Source : HCP, impact de la crise mondiale sur l’économie marocaine
    72. 72. 2- Réponse des autorités marocaines
    73. 73. A- Anticipation de la criseA- Anticipation de la crise B- Réactivité face à la criseB- Réactivité face à la crise C- Préparation de l’après criseC- Préparation de l’après crise Réponse des autorités marocaines
    74. 74. Préservation du pouvoir d’achat du citoyen et relèvement du revenu des ménages Réponse des autorités marocaines A- Anticipation de la crise (projet de loi de finances 2009) - Relance de l’investissement (augmentation de 18% - Mise en placer d’un dispositif d’accélération du rythme des engagements des dépenses
    75. 75. Institution, au début de février 2009, d’un Comité de veille stratégique public – privé Réponse des autorités marocaines B- Réactivité face à la crise Mise en place d’un dispositif de monitoring pour suivre l’évolution des conjonctures sectorielles. Adoption du plan d’urgence : accompagner les entreprises les plus touchées (textile, cuir, équipements automobiles)
    76. 76. Réponse des autorités marocaines C- Préparation de l’après crise Le projet de loi de finances pour l’année 2010, en cours deLe projet de loi de finances pour l’année 2010, en cours de préparation, consacre :préparation, consacre : - la préservation du pouvoir d’achat des ménages (poursuite de la réforme- la préservation du pouvoir d’achat des ménages (poursuite de la réforme de l’IR, mise en place de la seconde tranche de l’augmentation des salairesde l’IR, mise en place de la seconde tranche de l’augmentation des salaires et soutient des prix des produits de base à travers le système deet soutient des prix des produits de base à travers le système de compensation (14 MMDH))compensation (14 MMDH)) - l’augmentation des investissements publics (20% par rapport à 2009)- l’augmentation des investissements publics (20% par rapport à 2009) - l’accélération du rythme des réformes et de la mise en œuvre des- l’accélération du rythme des réformes et de la mise en œuvre des politiques sectorielles (plan Maroc vert, eau et environnement, énergie,politiques sectorielles (plan Maroc vert, eau et environnement, énergie, plan émergence industriel, le Maroc numérique, tourisme, justice etplan émergence industriel, le Maroc numérique, tourisme, justice et éducation)éducation)
    77. 77. Quatre facteurs essentiels ont contribué à notre avis à laQuatre facteurs essentiels ont contribué à notre avis à la réalisation de ces performances :réalisation de ces performances : - les acquis et les réformes accumulés qui ont permis le renforcement du- les acquis et les réformes accumulés qui ont permis le renforcement du potentiel de l'économie nationale;potentiel de l'économie nationale; - l'efficacité des mesures prises dans le cadre de la loi de finances 2009, en- l'efficacité des mesures prises dans le cadre de la loi de finances 2009, en particulier celles visant le renforcement de la demande intérieure;particulier celles visant le renforcement de la demande intérieure; - les performances records de la campagne agricole;- les performances records de la campagne agricole; - les mesures prises par le gouvernement en coordination avec le secteur- les mesures prises par le gouvernement en coordination avec le secteur privé dans le cadre du Comité de veille stratégique pour faire face à laprivé dans le cadre du Comité de veille stratégique pour faire face à la crise.crise. Conclusion
    78. 78. BibliographieBibliographie HCP

    ×