DICTIONNAIRE PSYCHOLOGIE / PSYCHANALYSEaboulieTrouble caractérisé par la difficulté quéprouve le sujet à agir efficacement...
létat psychologique dune personne, incapable de faire la distinction entre le bien et lemal et souvent considérée comme no...
antipsychotiquesMédicaments qui bloquent les récepteurs de la dopamine dans le cerveau, contrôlentles symptômes de la schi...
ataxieIncoordination des mouvementsautismeLe sujet, coupé du monde extérieur, oriente sa vie mentale sur son propre psychi...
différence anatomique des sexes suscite chez lenfantcensureSelon Freud, fonction permettant le refoulement. La censure, do...
condensation oniriqueProcessus selon lequel, dans un rêve, un contenu manifeste peut exprimer plusieurscontenus latentscon...
résultent des exigences du ça et contre tout ce qui peut générer une angoissedéfoulementLibération des tendances refoulées...
normaledyskinésieTrouble de la fonction motricedyslexiePerturbation dans le mécanisme de la lectureéchelle non verbaleTest...
Type dapprentissage sappliquant à certaines espèces animales selon lequel unnouveau-né sattache à un modèle quelconque, pr...
enfant non désiré pour se convaincre de laimer)formation réticuléeStructure cérébrale ayant un effet au niveau des capacit...
habitudeDisposition non naturelle acquise suite à un apprentissage pouvant être difficile audébut puis devient automatique...
dune classe de phénomènes appelée ""effets consécutifs"". Par exemple, après avoirfixé un certain temps un cercle rouge, l...
Méthode de psychologie à la première personne. Le sujet inspecte lui-mêmeintroversionTendance au repliement sur soi, à la ...
masochismeTerme élaboré par lécrivain allemand Sacher Masoch. Désigne une perversionsexuelle dans laquelle la jouissance é...
discrimination visuelle dun enfant en bas âge en lui présentant en même tempsplusieurs stimuli visuels. On peut ainsi voir...
(Corman)motivationActivation de lorganisme pour le faire agir sur son environnement, que ce soit desmotivations biologique...
Angoisse permanente où le sujet se trouve dans l’attente d’un dangernévrose hystériqueMaladie due à un trouble infantile c...
pathogèneQui engendre des maladiespathologieMaladie par opposition à normal. La psychologie pathologique semploie à étudie...
Ensemble des troubles provoqués par la suggestion et pouvant être guéris par lasuggestion (Babinsky)placeboPréparation ne ...
Branche de la psychologie appliquée au diagnostic et au traitement des troublesaffectifs et comportementauxpsychologie gén...
troubles mentauxpulsionForce irraisonnée qui nous pousse à certains actes. Le prototype est la pulsionsexuellepulsion de m...
renforcement primaireSubstance qui satisfait un besoin biologiquerenforcement systématiquePsychothérapie reposant sur les ...
sélection psychotechniqueOpération effectuée à laide de tests et permettant de déterminer les sujets les plusaptes à réuss...
Quatrième et dernier stade du développement cognitif (théorie de Piaget)concernantlenfant de 12 ans et plus. Celui-ci est ...
Manifestation pathologique décrite par le malade ou observée par le médecinsyndromeEnsemble des manifestations pathologiqu...
thérapie humanistePsychothérapies qui font appel à la conception phénoménologique de la personnalité,en partant du postula...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Dictionnaire psychologie et psychanalyse

1 558 vues

Publié le

Publié dans : Business
2 commentaires
3 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 558
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
22
Actions
Partages
0
Téléchargements
0
Commentaires
2
J’aime
3
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dictionnaire psychologie et psychanalyse

  1. 1. DICTIONNAIRE PSYCHOLOGIE / PSYCHANALYSEaboulieTrouble caractérisé par la difficulté quéprouve le sujet à agir efficacement, sansaucune lésion des organes moteurs. Elle peut être systématisée (limitée à certainsactes) ou généralisée. Fréquente dans la neurasthénie et lhystérieabréactionLibération dun refoulement par décharge émotionnelleacte manquéActe incomplètement ou imparfaitement accompli (maladresse physique, lapsus,erreur). Selon Freud, les actes manqués sont révélateurs de sentiments mal refoulés.Un sujet dans une situation normale, commet environ 1 lapsus pour 900 motsprononcés. Au delà, le lapsus peut être révélateur, par exemple, de fatigue,dintimidation, ou de quelque autre troubleadrénalineHormone et neurotransmetteur sécrétée par les glandes surrénales qui permet àlorganisme de sadapter aux agressions extérieuresaffectEmotion liée à satisfaction dune pulsion qui, si elle est refoulée, se transforme enangoisse ou entraîne un symptôme névrotiqueaffectivitéFaculté regroupant les phénomènes affectifs (sensations, sentiments, impressions...)age mentalUtilisé par Binet pour le premier test daptitudes intellectuelles des enfants. Agemoyen dun groupe de sujets qui a les mêmes aptitudes que lenfant testé. Un enfantpeut donc avoir lâge de 8 ans et un âge mental de 10 ansagent psychoactifSubstance chimique qui influe sur lactivité mentale (drogues)agnosieTrouble de la reconnaissance des objets due à une lésion cérébrale.agoraphobiePeur irrationnelle des endroits non familiers, des espaces ouverts, publics, et de lafouleaire de BrocaPartie du télencéphale qui contrôle la production du langagealcoolismeIntoxication par lalcool. Lalcoolisme chronique est considéré comme toxicomanie etprovoque des perturbations psychologiques graves avec dépendance et complicationsneurologiques (polynévrite, encéphalopathie...)aliénation mentaleExpression utilisée dans le vocabulaire juridique et non psychologique pour décrire
  2. 2. létat psychologique dune personne, incapable de faire la distinction entre le bien et lemal et souvent considérée comme non responsable de ses actesallopathieMédecine classique, employant des médicaments tendants à contrarier les symptômesdu trouble,amnésiePerte totale ou partielle de la mémoire. PLusieurs formes possibles : Amnésie (pertedes souvenirs), Agnosie (trouble de la perception), aphasie (trouble de la fonction dulangage)amnésie antérogradePerte de mémoire entraînant une incapacité à acquérir de nouvelles connaissances serapportant à la vie quotidienneamnésie posthypnotiqueOubli des événements qui se sont déroulés durant la séance dhypnose , à lasuggestion de lhypnotiseur. Celui-ci peut toutefois les rappeler par un signalamnésie rétrogradePerte de mémoire des événements qui ont précédé soit une blessure soit une maladiequi a atteint le cerveauamorpheVoir : caractérologieamphétaminesExcitant du système nerveux central, qui augmente les capacités physiques etpsychiques de lindividuanalyse factorielleTechnique statistique fondée sur un calcul de corrélations. En soumettant un groupede sujets à un grand nombre de mesures on peut ensuite calculer les corrélationspossibles entre les paires de mesures. On peut ainsi identifier des "facteurs", qui fontappel à un construit spécifiqueanamnèseDu grec "commémoration". Ensemble des informations fournies par linterrogationdun sujet sur son vécu, qui permettent dappréhender le déroulement de sa maladie etlétablissement dun diagnosticanorexie mentalePerte de lappétit. Maladie mentale caractérisée par un désir pathologique de ne pasprendre de poids. Physiologiquement, lanorexie mentale est souvent accompagnéedun arrêt des menstruations, dune perte du volume musculaire et dune prédispositionaux infections.antidépresseursGroupe de médicaments qui combattent les états dépressifs en réduisant la sévérité dela dépression unipolaire. Ils permettent en effet daugmenter la quantité desneurotransmetteurs sérotonine et noradrénaline dans le cerveau. Pour les sujetssouffrants de trouble bipolaire, les antidépresseurs savèrent inefficaces
  3. 3. antipsychotiquesMédicaments qui bloquent les récepteurs de la dopamine dans le cerveau, contrôlentles symptômes de la schizophrénie. Ces médicaments sont connus sous le nom de"neuroleptiques" ou "tranquillisants majeurs"anxiétéEtat émotionnel caractérisé par des symptômes psychologiques tels que la nervosité,lindécision, une peur inexpliquée, et physiques (essoufflement, tremblements, nausée,palpitations cardiaques)anxiolytiquesMédicaments de la famille des benzodiazépines destinés à réduire lanxiété. Ils sontaussi connus sous le nom de "tranquillisants mineurs"aperceptionCapacité à percevoir daprès ses expériences individuelles antérieures, son vécuaphasiePerturbation du langage due à une lésion cérébrale, sans atteinte fonctionnelle de lalangue et du pharynx. Il en existe 2 grands types : laphasie motrice dite de Broca, etlaphasie sensorielle dite de Wernicke correspondant à des localisations différentes deces lésions.apnée du sommeilArrêt plus ou moins long de la respiration au cours du sommeilapprentissageModification du comportement résultant dexpériences répétées. A distinguer desmodifications de comportement résultant de la maturation comme le développementde la marcheapprentissage associatifCatégorie dapprentissage étudiée en particulier par les béhavioristes consistant àassocier deux stimuli ou à associer un stimulus et une réponse (conditionnementclassique et le conditionnement opérant)apprentissage lié à létatLe rappel dinformations semble plus efficace si lorganisme est placé dans le mêmeétat psychologique ou physique quau moment de lapprentissageapraxieIncapacité deffectuer des mouvements coordonnés ou définisarchétypeContenu de linconscient collectif qui apparaît dans la production culturelle dunpeuple (mythes et contes par exemple), ou dans limaginaire dun sujet. Cette théorieest due à Jungassociation libreTechnique pratiquée par Freud pour dévoiler les sentiments inconscients de sespatients en lui demandant de dire tout ce qui peut lui venir à lespritasthénieFaiblesse psychique qui ne résulte pas dun manque de force musculaire
  4. 4. ataxieIncoordination des mouvementsautismeLe sujet, coupé du monde extérieur, oriente sa vie mentale sur son propre psychismeet présente des attitudes incompréhensibles pour son entourageautomatismeComportement qui échappe à la volonté ou à la conscience réfléchie.béhaviorismeEcole de psychologie fondée par le psychologue américain J.B. Watson, qui considèrequon doit étudier les comportements observables plutôt que les processus mentauxqui se déroulent dans le cerveau. Le béhaviorisme rejette par conséquent touteintrospectionbouffée déliranteApparition soudaine d’un délire. Elle peut faire suite à un épisode traumatisantcomme un deuil, un échecboulimieMaladie mentale caractérisée par des crises de gavage suivie de tentatives dévacuerlexcès de nourriture par vomissement.brainstormingTechnique de recherche collective didéesbulbe rachidienPartie du cerveau qui contrôle certaines fonctions vitales, comme la respiration etcertains réflexesçaUne des trois structures psychiques avec le moi et le surmoi, qui constituent lapersonnalité selon la théorie psychanalytique. Le ça, présent dès la naissance, estconstitué des pulsions biologiques telles que lagressivité ou la sexualitécaractérisation sexuelleEnsemble des comportements quune culture donnée accepte comme "convenable"pour les hommes et les femmescaractéristiques sexuelles secondairesCaractéristiques corporelles qui apparaissent à ladolescencecaractérologieEtude du caractère fondée par Heymans et Wiersma et reprise par Le Senne ouBerger. La caractérologie distingue 8 types principaux combinants 3 caractéristiques :émotivité, rétentivité, activité. Les 8 types de caractères sont :carte cognitiveReprésentation mentale dun environnement physique que lorganisme construit lorsdun apprentissage complexe (psychologie cognitiviste)castrationLe complexe de castration est la réponse fantasmatique aux questions que la
  5. 5. différence anatomique des sexes suscite chez lenfantcensureSelon Freud, fonction permettant le refoulement. La censure, dorigine extérieure(éducation, société...), effectue un choix entre ce qui doit être conscient et ce qui doitêtre refoulécerveletPartie du cerveau qui contrôle léquilibre et la coordination motricechamp récepteur visuelPartie du champ visuel qui, lorsque elle est stimulée, entraîne une modification delactivité électrique dun neuronechamp sensorielEnsemble des étendues dans lesquelles des stimuli permettent le déclenchement desréactionsclassification QMéthode dévaluation de la personnalité. On utilise des cartes sur lesquelles figurentdes énoncés relatifs à la personnalité. Il convient de séparer les cartes en neuf pilesallant de 1 (aucun rapport avec la personnalité du sujet) à 9 (correspond exactement àla personnalité du sujet)cochléeTube osseux situé dans loreille internecodagePremière phase du processus de mémorisation. Un stimulus sensoriel est transforméen une représentation mémorisablecognitionEnsemble de processus mentaux (perception, mémorisation, raisonnement...)complexeSentiments et représentations plus ou moins inconscients dont la puissance affectivedétermine une manière stéréotypée de se comporter avec les autrescomplexe d oedipeConflit de son développement psychosexuel que doit résoudre lenfant qui a atteint lestade phallique (environ 5 ans). Lenfant ressent des pulsions sexuelles pour le parentdu sexe opposé et reconnaît le parent du même sexe comme un rival. Cette situationentraîne une angoisse de castration surmontée en sidentifiant au parent du mêmesexe. 3 caractéristiques essentielles : assimilation avec le parent aimé / jalousie enverslautre parent / Recherche de ressemblance avec le parent aimécomportementEnsemble des réactions et conduites conscientes ou inconscientes dun sujetcompulsionContrainte interne qui pousse le sujet à exécuter certains comportements (ex :compulsion à vérifier si une porte est bien fermée, compulsion à se laver les mains...)qui, sils ne sont pas réalisés, entraînent une crise dangoisse. Cest lun des élémentsdu trouble obsessionnel compulsif (T.O.C)
  6. 6. condensation oniriqueProcessus selon lequel, dans un rêve, un contenu manifeste peut exprimer plusieurscontenus latentsconditionnementEtablissement dun comportement déclenché par un stimulus artificielconditionnement classiqueForme dapprentissage par association dun événement avec un autre. Selon lexemplede Pavlov, on offre de la nourriture à un chien après lui avoir fait sonner une cloche.Il finit donc par saliver dès quil entend le son de la clocheconditionnement opérantForme dapprentissage par association dans laquelle un organisme apprend que laréponse quil produit sera suivie dun renforcement ( ex de Skinner : un pigeonapprend que le fait de picorer un bouton lui donne un morceau de la nourriture)conscienceObservation opérée en permanence sur nous-mêmes et sur ce qui nous entoure afinque les éléments perçus soient représentées correctement dans notre champdappréhensionconservationConcept selon lequel laspect quantitatif dune chose nest pas affecté par unchangement dans lapparence de la chose. Par exemple, un sujet qui ne possèderait pasla conservation des volumes pourrait croire que le fait de changer la forme dunmorceau de pâte à modeler, change par conséquent la quantité de pâte ( Théorie dudéveloppement cognitif de Piaget)constance perceptiveConservations de données objectives de lenvironnement malgré une variation de lastimulation (ex : constances de luminosité, de couleur, de forme et de grandeur pourla vision)corticothropine(ACTH) Hormone principale du stress sécrétée par lhypophysecounsellingBranche de la psychologie qui sintéresse aux problèmes dadaptations tels que le burnoutcourbe de distribution normaleCourbe régulière et symétrique par rapport à sa moyenne. Par exemple, le quotientintellectuel (QI) a une courbe de distribution normale de moyenne égale à 100. Pluson séloigne de cette moyenne, moins il y a de sujets et le nombre de sujets qui ont unQI de 60 (100 - 40) est égal au nombre de sujets qui ont un QI de 140 (100 + 40)cyclothymieSynonyme de psychose maniaque dépressive par laquelle un sujet alterne sans raisonapparente entre euphorie et tristessedéfenseEnsemble des processus qui servent le moi pour laider à lutter contre les tensions qui
  7. 7. résultent des exigences du ça et contre tout ce qui peut générer une angoissedéfoulementLibération des tendances refoulées, extériorisation des conflits psychiquesdelirium tremensEnsemble des symptômes du sevrage quon observe chez lalcoolique (agitation,hallucination, tremblement, fièvre, déshydratation...)déniRefus de reconnaître une réalité à caractère traumatisantdépendance physiqueConséquence de lusage répété dune drogue psychoactive. Tolérance à cette drogue etsymptômes physiques désagréables pendant le sevragedépendance psychologiqueConséquence de lusage répété dune drogue psychoactive. Le sujet éprouve le besoinde consommer une drogue même sil ne ressent aucun symptôme de sevrage. Besoincréé par apprentissagedéplacementOubli dun élément dinformation lors de lajout dun nouvel élément dans unemémoire à court terme remplie. Par manque de place le premier souvenir qui inscriten mémoire est éliminédépressionInhibition psychomotrice accompagnée dun dégoût de la vie, dun sentiment deculpabilité, voire didées de suicidedésensibilisation systématiqueThérapie comportementale utilisée pour le traitement des phobies simples qui consisteà inciter le sujet à se relaxer dès quon lexpose à une situation anxiogène.Progressivement, il perd son anxiété. On peut alors lexposer à une situation plusdifficile jusquà lélimination totale de l’anxiété due à lobjet phobiquedéséquilibre psychiqueDifficultés dadaptation aux normes sociale et aux lois de la vie en sociétédiagnosticIdentification dune maladie par ses symptômesdrogue psychoactiveSubstance qui a pour effet de modifier le comportement, le champ de conscience oulhumeur (ex : alcool, drogues etc...)DSM-IV (dsm4)Système de classification des maladies mentales développé par lAmerican PsychiatricAssociation : "Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders" (Manueldiagnostique et statistique des maladies mentales). Un certains nombre de symptômesdoivent être vérifiés pour que le diagnostic sapplique à une maladie mentaledysgraphiePerturbation dans lapprentissage de lécriture chez des enfants dintelligence pourtant
  8. 8. normaledyskinésieTrouble de la fonction motricedyslexiePerturbation dans le mécanisme de la lectureéchelle non verbaleTests dintelligence de Wechsler. Tests qui permettent de mesurer la capacité àreprésenter les objets dans lespace, lattention et la compréhension des relationssocialeséchelle verbaleTests dintelligence de Wechsler. Tests permettant de mesurer la capacité à manipulerdes symboles abstraits comme le langage et les notions arithmétiquesécholalieRépétition machinale et anormale des paroles entendueseffet BarnumUn sujet a tendance à appréhender des énoncés généraux sur la personnalité commesils sappliquaient à lui-mêmeégocentrismeTendance dun sujet à tout ramener à lui. Selon Piaget, légocentrisme relève chezlenfant dune confusion du moi avec le monde extérieur. Par exemple, si londemande à un enfant de 5 ans sil a un frère, il répondra quil a un frère qui sappellePierre. Mais lorsquon lui demande si Pierre a un frère, il répond que nonélaboration psychiqueRemaniement par lappareil psychique de lénergie pulsionnelle qui parvient jusquàlui et qui, si elle saccumulait, deviendrait pathogèneélectrochocs ou électro-chocsThérapie de type biologique utilisée pour traiter des cas de dépressions profondespour lesquelles les antidépresseurs savèrent inefficaces. On fait subir au cerveau dusujet un léger courant électrique afin de générer une convulsion épileptique.électro-encéphalogrammeEnregistrement graphique de lactivité électrique du cerveau (EEG), mis au point parles travaux du psychiatre allemand Berger dès 1925. On appelle ""onde delta"" lesondes du sommeil, "onde théta", celles dun sujet en colèreémotionTrouble provoqué par un objet ou un événement extérieur, accompagné dephénomènes physiques (larmes, pâleur, évanouissement...). Pour les béhavioristes,lémotion se réduit à ces manifestations physiquesempan mnésiqueNombre maximum déléments dinformations qui peuvent être placés dans la mémoireà court terme. Lempan mnésique humain est de 5 à 9 avec une moyenne à 7 élémentsdinformationempreinte
  9. 9. Type dapprentissage sappliquant à certaines espèces animales selon lequel unnouveau-né sattache à un modèle quelconque, présent dès la naissance, que ce soit lamère, une autre espèce animale, ou parfois un objet inaniméencoprésieIncontinence des matières fécales chez un sujet ayant atteint l’âge de la propreté(environ 2 ans)endorphinePeptide secrété par le système nerveux central, présentant une structure et desfonctions analogues à celle de la morphine. La sécrétion des endorphines est généréepar des émotions telles que la douleur)énurésieIncontinence urinaire souvent nocturne dont le déclenchement est involontaire etinconscientépilepsieMaladie nerveuse, caractérisée par des crises de convulsions pouvant aller jusquaucomaergothérapieTraitement par le travail. Elle libère le sujet dépressif de ses idées fixes, canalise sonactivité et restaure sa confiance en lui-mêmeérosDans la théorie freudienne : ensemble des pulsions de vieéthologieScience des mœurs et comportements des animaux dans leur milieu naturelextinctionDiminution de lintensité de la réponse lorsquon cesse dassocier le stimulusconditionnel au stimulus inconditionnel.extraversionTerme créé par Jung pour définir les sujets multipliant les échanges avec autrui etexigeant lexistence dautrui.fantasmeEnsemble de représentations imagées mettant en scène le sujet et traduisant, à traversles déformations de la censure imposée par le sur-moi, les désirs inconscients decelui-cifidélité du testCapacité dun test psychologique à donner des résultats valables et stables dans letempsfixationPersistance dun attachement, soit à une personne, soit à une situation liée au passé.Elle entraîne des satisfactions narcissiques régressivesformation réactionnelleMécanisme de défense par réaction. Un sujet désavoue un mobile considéré commerépréhensible en exprimant avec force le mobile contraire(ex : surprotection dun
  10. 10. enfant non désiré pour se convaincre de laimer)formation réticuléeStructure cérébrale ayant un effet au niveau des capacités déveil, de vigilance et deconcentrationfréquence spatialeMotif utilisé pour mesurer lacuité visuelle et la sensibilité aux contrastes et constituédune alternance de bandes foncées et de bandes claires. La fréquence spatiale estdautant plus élevée que les bandes sont étroitesfrustrationSentiment résultant dun manque, dune privation. Selon lhypothèse frustration-agression, lorsquun sujet ne parvient pas à atteindre son objectif, apparaît unetendance agressive orientée vers lobjet ou la personne, estimée comme cause de lafrustrationgèneLe gène est lunité constituée dADN, portée par les chromosomes, transmet etconserve les propriétés héréditairesgénéralisationConcept lié au conditionnement classique. Les stimuli qui sapparentent au stimulusconditionnel ont la capacité de déclencher la même réponse conditionnelle (ex : lapeur dun chien en particulier entraîne la peur systématique de tous les chiens)générativitéTendances des adultes à vouloir guider et influencer les générations suivantes(septième stade du développement psychosocial de Erikson)génotypeEnsemble des caractères héréditairement transmis et apportées par les cellulesgerminales, en dehors de linfluence du milieugonadesGlandes génitales mâles et femelles, qui produisent les hormones sexuellesgraphologieEtude du caractère dune personne à partir de son écriture. La graphologie fonctionnesur le postulat que les mouvements de lécriture, à linstar du dessin machinal,correspondent aux mouvement de la pensée et de laffectivité et révèlent, parconséquent, un certains nombre de traits de caractèregraphométrieScience visant à déterminer les constantes dune écriture donnée à des fins dexpertiseet non pas psychologiquesgraphothérapieMéthode thérapeutique comparable au traitement par le dessin, la musique ou ladanse. Elle tente dopérer un défoulement des instincts pathologiques par la création.groupe contrôleEnsemble de sujets témoins qui, ne subissant pas le traitement expérimental, sertdélément de comparaison.
  11. 11. habitudeDisposition non naturelle acquise suite à un apprentissage pouvant être difficile audébut puis devient automatique.héréditéTransmission aux descendants des caractères physiques et psychiques des parentshéritabilité de lintelligencePartie du quotient intellectuel (QI) dorigine génétique, à distinguer dune autre partiedorigine environnementale.hermaphroditeHomme ou animal possédant à la naissance des glandes génitales mâles et femellesfonctionnelleshoméopathieMéthode thérapeutique consistant en un traitement usant de doses infinitésimales deproduits capables de déterminer des symptômes identiques aux maux que lon veutsupprimer.homéostasieFonction de régulation, dadaptation physiologique aux changements du milieuhormoneSubstance produite par une glande endocrine et transportée par le sang jusquàlorgane cible où elle entre en actionhyperesthésieAcuité anormalement accrue des sensationshypnoseEtat psychique proche du sommeil et provoqué par suggestion ou chimiquement (onparle alors plutôt de narcose ou de subnarcose)utilisé dans certaines thérapieshypophyseGlande endocrine située dans la selle turcique (sous le cerveaux, au dessous delhypothalamus)qui secrète des stimulines agissant sur les glandes endocrines.Lhypophyse assure le lien entre le système nerveux et le système endocrinienhypothalamusRégion du diencéphale située sous le thalamus et au-dessus de lhypophyse (partiecentrale du cerveau) contrôlant certaines sensations telles que l’agressivité la faim..hypotonieDiminution du tonus musculaireidentificationProcessus psychique par lequel le sujet sassimile à une personne ou à un objetillusionErreur des sens ou de lesprit. Dans le cas des illusions doptique, l’œil commet uneerreur dappréciation en percevant les objet différemment de ce quils sont.image consécutiveIllusion doptique provoquée par une fixation prolongée dun stimulus, faisant partie
  12. 12. dune classe de phénomènes appelée ""effets consécutifs"". Par exemple, après avoirfixé un certain temps un cercle rouge, lobservation subséquente dune surface blanchedévoile un cercle vert. On parle alors dune image consécutive complémentaireimaginationFaculté de se représenter les objets par la pensée ou de combiner des images entre-elles, pour en créer dautres qui ne correspondent à aucun objet réelimpuissance acquiseThéorie de Seligram expliquant que lorganisme réagit par lapathie et la dépressionpour affronter des situations de stress quil ne peut contrôlerinconscientLinconscient est selon Freud, lensemble des éléments qui ne sont pas accessibles à laconscience. Il peut sagir de faits inconscients (actes ou sensations commis ou éprouvépar un sujet sans quil sen rende compte), ou de phénomènes produits au fond dupsychisme, ou encore de phénomènes trop faibles pour atteindre le seuil deperception.inconscient collectifInstance de la conscience commune à un certain nombre dindividus et due à lastratification des expériences millénaires de lhomme. Cette notion a été élaborée parJungincontinenceVoir : encoprésie - énurésieindices binoculaires de profondeurEnsemble dindices disponibles en vision binoculaire uniquement, utilisés par lesystème perceptif pour évaluer la distance des objetsindices monoculaires de profondeurEnsemble dindices disponibles en vision monoculaire seulement, utilisés par lesystème perceptif pour la distance des objets (grandeur relative, recouvrement,hauteur relative, perspective linéaire, gradient de texture et parallaxe de mouvement)instinctForme de savoir inné commun aux hommes et aux animaux, qui ne nécessite pasdapprentissage ni de réflexionintelligenceFaculté de comprendre et de combiner les connaissances pour les orienter vers uneaction. Lintelligence soppose à linstinct par son adaptation aux circonstances.interférenceInformation qui se présente au champ de conscience, susceptible de nuire aurepêchage dinformations (ex : le sujet , voulant se rappeler un nom est perturbé parun autre nom qui lui vient constamment à lesprit)interprétationTravail effectué par le patient avec laide de son analyste, visant à dégager le désirinconscient qui anime certains de ses comportementsintrospection
  13. 13. Méthode de psychologie à la première personne. Le sujet inspecte lui-mêmeintroversionTendance au repliement sur soi, à la limitation des échanges avec autrui et à ramenerles cas généraux à son cas particulier.intuitionConnaissance spontanée et irréfléchie par opposition à un savoir conscient. Lemathématicien Poincaré a mis en évidence la place importante de lintuition commepoint de départ des raisonnement mathématiquesjugementMise en relation de deux ou de plusieurs concepts, considérés avec discernementkinesthésieSensations dorigine musculaire, articulaire, cutanée informant sur les positions et lesmouvement des différentes parties du corpskleptomanie ou cleptomaniePulsion consciente et involontaire à commettre des volslévitationTransport non démontré dobjets à distance par le seul pouvoir de lesprit dun médiumlibidoNom donné par Freud à lensemble des instincts sexuels et à la force psychique quilsreprésentent. Freud fait de la libido lorigine des troubles psychologiques en seheurtant à de nombreux impératifs sociaux coercitifsliquiderMettre en lumière un conflit afin de le dénouer et guérir ainsi la situation morbidequil a pu occasionner (vocabulaire Freudien)loi de JostSelon la loi de Jost (1897), lapprentissage et les facultés de mémorisation sontaméliorés en répartissant des intervalles de temps entre les différentes étapes de cetapprentissageloi de leffetConcept lié au conditionnement opérant. Un comportement est plus susceptible de sereproduireloi du tout ou rienLe potentiel daction, toujours de même amplitude quelle que soit, lintensité dustimulus, ne peut être déclenché que si le seuil de stimulation du neurone est atteintludiqueTerme de psychologie utilisé pour définir tout ce qui concerne le jeu (ex :apprentissage ludique = apprentissage par le biais du jeu)manieTrouble caractérisé par lénergie déployée, voire l’exubérance, dans certaines idées oucertains actes. Lorsquelle est liée à son opposé la dépression, apparaît le syndrome dela maniaco-dépression.
  14. 14. masochismeTerme élaboré par lécrivain allemand Sacher Masoch. Désigne une perversionsexuelle dans laquelle la jouissance érotique est associée à la douleur ressentie par lesujet.maturationTransformations déterminées par lhérédité et relativement indépendantes desévénements extérieursmécanisme de défenseStratégie inconsciente pratiquée par le moi afin de réduire lanxiété éprouvée par lesujet qui ne peut la traduire par une pulsion (refoulement, projection, rationalisationmédecine comportementaleScience cherchant à comprendre comment des variables pouvant être sociales,psychologiques ou biologiques se combinent en produisant une maladieméditationTechnique permettant datteindre un état altéré de conscience en pratiquant certainsritesmédiumPersonne dont on prétend quelle peut communiquer avec des entités supérieures, desespritsmémoire à court termeEnsemble des souvenirs conservés quelques minutes en mémoire jusquà ce quuneinterférence vienne remplacer la dernière informationmémoire à long termeEnsemble des souvenirs comportant dinnombrables informations n apparaissant pasimmédiatement dans la conscience (ces informations sont conservées plus ou moinslongtemps de lordre de quelques heures à toute une vie)mémoire constructiveParticularité de la mémoire ayant pour effet que la mémorisation des événementssopère en fonction de la connaissance du monde du sujetmémoire expliciteLa mémoire explicite ou mémoire déclarative concerne le souvenir dinformationspersonnelles (nom, âge, adresse, souvenirs denfance...). Lamnésie agitessentiellement sur la mémoire explicite.mémoire habitudeFaculté de reproduire un acte passé et mémorisémémoire impliciteLa mémoire implicite ou mémoire non déclarative concerne le souvenir des acquis dela perception, des organes moteurs ou de lapprentissage Par exemple, lamnésieoccasionne loubli de son âge (mémoire explicite), moi pas loubli du calcul de cet age(mémoire implicite)méthode du regard préférentielMéthode pratiquée par les psychologues de la perception pour analyser laptitude à la
  15. 15. discrimination visuelle dun enfant en bas âge en lui présentant en même tempsplusieurs stimuli visuels. On peut ainsi voir sil est apte à les distinguer les uns desautres en mesurant le temps passé à contempler chacun deuxméthode expérimentaleMéthode scientifique qui vise à mesurer leffet produit sur une variable en manipulantdautres variables dont elle dépendméthode scientifiqueProcessus intellectuel employé pour résoudre un problème ou acquérir uneconnaissanceMMPI ou mmpi(Inventaire Multiphasique de la Personnalité du Minnesota)Test de la personnalitéélaboré à partir de 550 énoncés sous forme de QCM (questionnaire à choix multiplesorientés)dont les réponses sont "vrai", "faux" ou "ne sait pas". Ce test permet demesurer différents aspects de la personnalité, tout en vérifiant la validité des réponsesmobileCe qui pousse à agirmodelageMéthode de conditionnement visant à faire apprendre des comportements non naturelsà un animal ou à un homme lors de psychothérapies touchant essentiellement lanxiétéet les phobiesmoiLe moi désigne dans le langage psychologique, la personnalité psychiqueindividuelle, consciente de ce quelle est elle-même. Il se distingue en cela du ça et dusurmoimoi idéalPosition du moi qui appartient au registre de limaginaire et qui représente lidéalinfantile de toute-puissancemoralité conventionnelleSecond stade du développement moral (Kohlberg) selon lequel les actes sontappréhendés par rapport aux règles sociales et aux lois dont ils savèrentmoralité post-conventionnelleTroisième stade du développement moral (Kohlberg) selon lequel les actes sontappréhendés par rapport à ce qui est essentiel au bien commun ou à des principesérigés par soi et pour soi et éventuellement sur la base de principes quon a choisissoi-mêmemoralité pré-conventionnellePremier stade du développement moral (Kohlberg) selon lequel les actes sontappréhendés par rapport à une récompense ou à une punition envisagéesmorbideRelatif aux maladies psycho-pathologiquesmorphopsychologiqueSystème dinterprétation psychologique fondé sur les structures morphologiques
  16. 16. (Corman)motivationActivation de lorganisme pour le faire agir sur son environnement, que ce soit desmotivations biologiques (la faim, le besoin de se vêtir), sociales (rivalité)oucognitives (on parle de "soif dapprendre")narcissismePeut sappliquer à une perversion sexuelle consistant à se choisir soi-même commeobjet érotique. Concernant le développement psycho-sexuel, la phase narcissiqueconcerne lenfant qui na pas encore opéré de différenciation entre lui-même et lemonde extérieurnarcoanalyseLa narcoanalyse, autrement appelée subnarcose, est un procédé employé pourexplorer le psychisme. On place le sujet dans un état proche du sommeil dans lequel ilconserve un contact avec le monde extérieur par lemploi dun barbiturate euphorisantde type penthotal. Ce procédé vise à opérer un déblocage en atténuant les inhibitionsnarcolepsieTrouble caractérisé par des besoins irrépressibles de sommeil lors desquels le sujetvoit son tonus musculaire baisser et tombe dans un état de sommeil paradoxal lors deléveilneurasthénieEtat dépressif caractérisé par une grande fatigue teintée de mélancolieneurodépresseursDrogues psychoactives qui atténuent lactivité du système nerveux central (cest le casdes tranquillisants légers ou de lalcool)neuroleptiquesDrogues exerçant une action sédative sur le système nerveux utilisées notammentpour les troubles liés à la schizophrénieneuroneCellule nerveuse constituée par un corps cellulaire avec noyau et protoplasma ainsique des prolongements plus ou moins nombreux, qui assure la conduction de linfluxnerveuxneuropsychologieDiscipline qui sintéresse à létude des effets des lésions cérébrales sur lescomportements et processus mentauxneurotransmetteurSubstance chimique des vésicules synaptiques qui, une fois libérée dans la brèchesynaptique vient stimuler un autre neuronenévroseAffection nerveuse qui na pas de lésion anatomique visible mais entraîne des troublesdu comportement sans altérer gravement la personnalité du sujet contrairement à lapsychose. Les angoisses, les phobies, lobsession, lhystérie font partie des névrosesnévrose dangoisse
  17. 17. Angoisse permanente où le sujet se trouve dans l’attente d’un dangernévrose hystériqueMaladie due à un trouble infantile caractérisée par des troubles psychiques et moteursnévrose obsessionnelleCaractérisée par un comportement de type rituel destiné à parer des impulsions ouimages obsédantesnévrose phobique ou phobieSe manifeste par une angoisse extrême du sujet lorsqu’il se trouve en présence decertains objets, vivants ou non, ou dans certains lieuxnévrose traumatiqueOccasionnée par un choc émotionnel violent au cours duquel le sujet à ressenti unemenace peser lourdement sur sa vie, elle se traduit par de lanxiété, une agitation,parfois de la stupeurnévrotismeNiveau de stabilité émotive. Un sujet anxieux, mal adaptée possède un haut degré denévrotismenosographieDescription dune maladieobésitéSurcharge pondérale par accumulation des graisses, dépassant de 30% au moins lepoids moyen calculé en fonction de la constitution et de la tailleobsessionPulsion ou pensée qui simpose à lesprit du sujet et contre sa volonté.organisme fond / formePremière étape du processus de perception visuelle. Distinction des parties de limagerelatives à la figure et des parties relatives au fondorthophonieTechnique de rééducation des troubles du langage tels que la dyslexieoubliPerte du souvenir quelle soit normale (mémoire à court terme) ou pathologique.parallaxe de mouvementLorsquon se déplace, les objets rapprochés semblent se déplacer plus rapidement queles objets éloignésparaphasieTrouble du langage consistant en la substitution de syllabes ou de mots les uns auxautresparaphiliePerversion sexuelleparapsychologieEtude des phénomènes dapparence surnaturelle comme la télépathie ou la télékinésie
  18. 18. pathogèneQui engendre des maladiespathologieMaladie par opposition à normal. La psychologie pathologique semploie à étudier lestroubles mentaux afin de déceler les lois psychiques normalespavlovismeThéorie du physiologiste russe Pavlov, auteur de travaux sur le réflexe conditionnel,selon laquelle toute lactivité psychique peut se ramener à une combinaison plus oumoins complexe de réflexes conditionnels.perceptionAction de connaître par lintermédiaire des sens, interprétation de stimuli sensoriels.On distingue la perception de la sensation en ce quelle ne relève pas seulement dessens, mais intègre une élaboration de lesprit autour de ce témoignagepermanence de lobjetConcept selon lequel lenfant prend conscience du fait que les objets continuentdexister quand ils ne sont plus perceptibles par ses sens (théorie du développementcognitif de Piaget)personnalitéCe qui caractérise une personne dans sa singularité, son unité et sa permanence etrégissent son adaptation à lenvironnementpersonnalité antisocialeTrouble de la personnalité autrement appelé psychopathie ou sociopathie, caractérisépar un manque dempathie, de honte ou de culpabilitépersonnalité multipleTrouble psychologique caractérisé par la coexistence dans le psychisme dun mêmesujet de deux ou plusieurs personnalités sans quil en ait nécessairement consciencephénomèneCe qui se manifeste aux sens, à la conscience et peut, à ce titre, être objet de sciencephénoménologieEtude de lexpérience subjective et de sa perception personnelle de lenvironnement.Chez Husserl, la phénoménologie est la méthode philosophique visant, par delà lesêtres empiriques, la connaissance des essencesphobie socialePeur irrationnelle des situations sociales dont les caractéristiques peuvent être letremblement, le bégaiement, la rougeur...phrénologieEtude prétendument scientifique du caractère et des aptitudes daprès la forme ducrâne (fondée par Gall)physiognomonieArt permettant de connaître les hommes daprès leur physionomiepithiatisme
  19. 19. Ensemble des troubles provoqués par la suggestion et pouvant être guéris par lasuggestion (Babinsky)placeboPréparation ne contenant aucune substance active, que lon substitue à un médicamentpour évaluer la part du facteur psychique dans son action ou, dans certains cas,destiné à agir par suggestionprincipe de plaisirPrincipe régissant le fonctionnement mental et qui tend à satisfaire les pulsions,quelles que puissent être les conséquences ultérieuresprincipe de réalitéPrincipe régissant le fonctionnement mental et suivant lequel les formations delinconscient sont ordonnées selon une causalité psychique naturelleprincipe de répétitionProcessus inconscient et irrésistible qui replace le sujet dans des situationsdésagréables et pourtant similaires à des situations antérieuresprofil psychologiqueGraphique permettant de représenter pour un sujet, les résultats des différents testsauxquels il a été soumisprojectionMécanisme de défense consistant à attribuer à autrui un sentiment éprouvé par soi-même sans être acceptéproprioceptionSensation de la position et des mouvements du corps dans lespace par lintermédiairede récepteurs sensoriels situés dans loreille interne, les muscles et les tendonsprosopagnosieAgnosie visuelle caractérisé par une difficulté à reconnaître les visages.psychanalyseMéthode dinvestigation de la personnalité créée par Sigmund Freud (1856-1939)selon laquelle une grande partie de notre comportement prend sa source dans desprocessus inconscientspsychiatrieMédecine des troubles mentaux qui emploie les méthodes physiques de la médecine(médicaments, électrochocs...), mais sattache aussi à comprendre les causespsychiques de ces troubles, à dénouer les conflits et à corriger les tendancespathologiquespsycho-immunologieBranche de la psychologie qui étudie comment les variables psychologiques affectentle système immunitairepsychologieEtude scientifique des faits psychiques (processus mentaux conscients ouinconscients, mémoire, perception etc...)psychologie clinique
  20. 20. Branche de la psychologie appliquée au diagnostic et au traitement des troublesaffectifs et comportementauxpsychologie génétiqueBranche de la psychologie appliquée aux facteurs qui influent sur le comportement dela naissance à la fin de la viepsychologie industrielleBranche de la psychologie appliquée à la relation entre lindividu lemploi (sélection,adaptation, optimisation), mais aussi à la relation entre lindividu consommateur et leproduit (que ce soit un bien, un service ou une image)psychologie scolaireVoir : psychopédagogiepsychométrieBranche de la psychologie appliquée à lélaboration et lutilisation doutils de mesuredes différences individuelles tels que les tests du QI et de personnalitépsychopatheSujet atteint de maladie mentalepsychopédagogieBranche de la psychologie appliquée à léducation de lenfant et aux difficultés quecelui-ci peut rencontrer au cours de sa scolaritépsychophysiologieBranche de la psychologie appliquée à létude des fondements biologiques descomportements et des processus mentauxpsychoseTrouble mental grave. Ce terme recouvre lensemble des maladies mentales : délires,manies, démences. Contrairement à la névrose, le sujet na pas conscience destroubles dont il est sujet.psychose hallucinatoire chroniqueDélire chronique où dominent les hallucinations (perception sans objet)rencontréesurtout chez les hommes à partir de 40 anspsychose maniaco-dépressiveSuccession détats dépressifs et dépisodes maniaques (excitation)psychose paranoïaqueMaladie caractérisée par l’apparition de délires de revendications ou délirespassionnels apparemment logiques. Le sujet se place au centre de tout, interprète toutpar rapport à lui et peut être sujet à la mégalomanie (se croit un personnageimportant) ou au délire de persécutionpsychosomatiqueRelations empiriques entre les émotions et certaines affections. En dautres termes,relation entre des troubles psychiques et les troubles biologiques que ceux ci peuventoccasionnerpsychothérapieEnsemble des moyens psychologiques (et non biologiques)par lesquels on soigne les
  21. 21. troubles mentauxpulsionForce irraisonnée qui nous pousse à certains actes. Le prototype est la pulsionsexuellepulsion de mortForce qui pousse un individu à lautodestruction. Elle est à l’œuvre dans les passagesà lacte et dans la dépressionpycniqueType morphologique rond et corpulent avec tendance cyclothymique (Kretshner)quotient intellectuel ou QINombre exprimant le rapport de lâge mental à lâge réel du sujet. Consiste à diviserlâge mental par lâge chronologique et à exprimer le résultat par rapport à 100.raisonFaculté intellectuelle par opposition aux pulsions, qui permet de connaître et de juger.rappel libreSituation de remémoration dans laquelle on ne considère pas lordre dapprentissagerationalisationMécanisme de défense. Le sujet tente dattribuer socialement acceptables (logiques) àses comportements pour avoir lair dagir rationnellementréactionRéponse spontanée ou volontaire à une stimulation extérieureréflexes absolusRéflexes inconditionnels, innés, relevant du capital héréditaire (ex : salivation duchien face à un aliment),réflexes conditionnelsRéflexes produits en fonction de conditions particulières qui peuvent avoir étéenseignées. Dans lexemple de Pavlov, la salivation du chien au son de la cloche est leproduit dun enseignement au cours duquel on émettait une sonnerie avant de luiprésenter de la nourriturerefoulementProcessus de défense du moi selon lequel certaines tendances ou souvenirs sontrejetés dans linconscient. Lorsque le refoulement sopère mal, des tendancescontradictoires coexistent et créent des conflits voire des névrosesrégressionRetour du sujet à un état psychique antérieur des suites de frustrationsrémanenceSensation dun objet se maintenant alors que la stimulation a cessérémission spontanéePhénomène selon lequel des sujets présentant des troubles psychologiques voient leurétat saméliorer sans intervention professionnelle, par le seul effet du temps
  22. 22. renforcement primaireSubstance qui satisfait un besoin biologiquerenforcement systématiquePsychothérapie reposant sur les principes du conditionnement opérant et consistant àdonner une récompense (renforcement positif) lorsque le comportement désiré estsatisfait et à ne jamais récompenser le comportement non désirérepêchageTroisième phase du processus de mémorisation consistant à retrouver une informationmémorisée parmi lensemble des informations placées en mémoire.réponse conditionnelleLa réponse conditionnelle est la réaction de lorganisme à la présentation dunstimulus conditionnel. Dans lexemple de Pavlov, la salivation du chien lorsquilentend le son dune cloche est une réponse conditionnelle.réponse inconditionnelleRéaction naturelle de lorganisme à un stimulus inconditionnel (activité réflexe).résistanceManifestation du refus du sujet que ce soit par des actes, un comportement ou desparoles, de reconnaître une expression de son inconscientrétroaction biologique ou biofeedbackTechnique consistant à permettre à une personne denregistrer ses propres processusphysiologiques (rythme cardiaque, tension artérielle...) afin de les contrôlervolontairementrêveVoir : symbolesadismePerversion sexuelle dans laquelle la satisfaction sexuelle nest obtenue quen infligeantdes souffrances au partenairesado-masochismeAssociation du sadisme et du masochismescène primitiveImage fantasmatique au cours de laquelle lenfant croit être témoin du coït de sesparentsschèmeConception du monde physique et social développé par lenfant sur la base de sesexpériences personnelles (théorie du développement cognitif de Piaget)schizophrénieTrouble mental parmis les plus sérieux, autrement appelé démence précoce. Laschizophrénie est une dissolution de la personnalité, un dédoublement à la foisintellectuel (impression dêtre dirigé par un esprit étranger), affectif (détachement parrapport à lentourage) mais aussi au niveau de laction (sentiment dirréalité parrapport au monde et indifférence vis à vis de laction). Cette maladie peut occasionnerdes hallucinations et des troubles moteurs
  23. 23. sélection psychotechniqueOpération effectuée à laide de tests et permettant de déterminer les sujets les plusaptes à réussir dans une activité donnéesentiment dinférioritéSentiment de démission face à toute difficulté. Selon Adler, le sentiment dinférioritéest à lorigine de la plupart des névroses. En opposition à Freud pour qui la libidodomine le psychisme, Adler considère quil sagit du besoin de sécurité qui, lorsquilsavère insatisfait entraîne en réaction soit un phénomène de compensation, soit unerésignation à cette inférioritéseuilMinimum dexcitation nécessaire pour produire une sensation. Par exemple, unultrason peut avoir une émission trop faible pour atteindre le seuil de perception. Lesseuils varient en fonction des individus et des circonstancesseuil absoluMesure minimum que doit avoir une excitation pour avoir une sensationseuil différentielMesure de la plus petite différence qui puisse permettre de distinguer 2 sensationsdans 50% des cassismothérapieThérapie utilisant leffet de choc, daccès convulsifs provoqués artificiellement.soiUtilisé par certains pour traduire le Es freudien, synonyme de çasommeil lentPhase du sommeil composée de quatre stades produisant des ondes cérébrales defaible fréquence. Il est caractérisé par labsence de mouvements oculaires rapidessommeil paradoxalStade du sommeil ou le sujet est le plus profondément endormi et et durant lequel lecerveau produit une onde cérébrale bêta. Cest à ce stade du sommeil quapparaissentles rêves de type narratifs et des mouvements oculaires rapidessouvenir écranSouvenir denfance insignifiant évoqué par ladulte à la place dun souvenir angoissantdonc refouléSQLRTMéthode composée de 5 étapes (survol, question, lecture, répétition, test) destinée àaméliorer la mémoire qui est efficace pour mémoriser des informations contenuesdans un manuelstade opératoire concretTroisième stade du développement cognitif (théorie de Piaget)concernant lenfant de 7à 12 ans. Celui-ci est capable dutiliser des termes abstraits lorsquils portent sur desobjets concrets et maîtrise à présent la conservation des nombres, des volumes et de lamassestade opératoire formel
  24. 24. Quatrième et dernier stade du développement cognitif (théorie de Piaget)concernantlenfant de 12 ans et plus. Celui-ci est capable de raisonner de façon purementsymbolique et, pour vérifier un phénomène, de systématiser ses hypothèsesstade préopératoireSecond stade du développement cognitif (théorie de Piaget)concernant lenfant de 2 à7 ans. Celui-ci découvre le langage et peut représenter des objets des mots ou dautresobjets. Sil commence à penser de façon symbolique, sa pensée demeure égocentriquedans ce sens où il lui est difficile dadopter le point de vue des autresstade sensori-moteurPremier stade du développement cognitif (théorie de Piaget)concernant lenfant de 0 à2 ans. Celui-ci découvre les rapports entre ses activités et leurs conséquences ainsique la permanence de lobjetstimulusAgent extérieur produisant lexcitation dun organe sensoriel. Les stimuli peuvent êstockageSeconde phase, après le codage, du processus de mémorisation. Une information estplacée en mémoire pendant un certain tempsstressAction exercée par des événements sur lorganisme et qui le met en danger à la foisphysiquement et psychologiquementstress post-traumatiqueTrouble anxieux généré par lobsession dun événement traumatisantstyle dattributionConcept du à Abramson. Un sujet utilise toujours le même type de raison pourexpliquer les événements de vie (ex : chance ou malchance, don ou absence de don...)subconscientLes phénomènes subconscients sont ceux qui ne sont pas perçus clairement maissuffisamment pour apparaître parfois à la conscience.sublimationProcessus suivant lequel lénergie dune pulsion sexuelle ou agressive est déplacéevers des buts valorisés socialementsurmoi ou sur-moiNom dû à Freud, traduisant les tendances qui se manifestent ouvertement etconstituent le personnage social du sujet. La où le moi est individuel, le surmoi estdonc social.symboleObjet ou fait représentant un autre objet ou fait quon lui substitue. Selon Freud, dansles rêves, le sujet exprime ses désirs inconscients sous forme de symboles. Encomprenant ces symboles, on peut donc comprendre les désirs inconscients, voireguérir les troubles causés par le refoulement de ces désirs. Exemple de symbole :larme blanche pour lorgane sexuel masculinsymptôme
  25. 25. Manifestation pathologique décrite par le malade ou observée par le médecinsyndromeEnsemble des manifestations pathologiquestabouMot dorigine polynésienne qui, en sociologie, désigne linterdit destiné à protéger unêtre ou un objet considéré comme sacréTATThematic Aperception Test ou Test dAperception Thématique. Test consistant à faireinventer au sujet des récits à partir dun thème suggéré par une image extraite dunesérie de 20 images ambigüestélépathieSentiment de communication directe et à distance par la pensée ou les senstest collectifTest conçu pour être administré simultanément à plusieurs personnestest daptitudeTest destiné à envisager ce que le sujet pourrait faire avec de la pratique, ce en quoi ilpossède des qualités sans toujours en avoir consciencetest dintelligenceTest destiné à évaluer la capacité générale dapprentissage dun individu. (test devocabulaire, test du bonhomme, cubes de Kohs, séries à compléter...)test de rendementTest destiné à évaluer les connaissances et habiletés acquises au moment du test, parle sujet. (ex : les examens scolaires)test de RorschachTest projectif de la personnalité au cours duquel le sujet doit dire ce quil voit dans 10taches dencrethanatosPulsion de mortthéorie de la formeSouvent appelée de son nom allemand "Gestalt theorie", elle considère que laperception est perception dune forme, cest à dire dun ensemble, dont les élémentsdabord indistincts, sindividualisent progressivement. Elle est en opposition avec lesthéories analytiques, selon lesquelles on perçthérapie comportementalePsychothérapies qui font appel aux théories de lapprentissage et du conditionnementpour modifier des comportements indésirés (désensibilisation systématique,renforcement systématique, modelage...)thérapie comportementale cognitivePsychothérapies qui font appel aux théories de lapprentissage et du conditionnementainsi quaux processus de pensée et de raisonnement du sujet pour modifier descomportements indésirés
  26. 26. thérapie humanistePsychothérapies qui font appel à la conception phénoménologique de la personnalité,en partant du postulat que le sujet est le mieux placé pour trouver ses propressolutions à ses problèmes et que le rôle du psychothérapeute est de ly aiderthérapie psychanalytiquePsychothérapie visant à faire prendre conscience au sujet de la manière dont lesévénements passés influent sur sa personnalitétocvoir : compulsiontrait de personnalitéCaractéristique de la personnalité durable. Selon Cattell, on peut définir lapersonnalité avec 16 traits majeurstransfertPhénomène de report daffectivité dun sujet à un autre. Lorsquil se produit au coursdune psychanalyse du client vers le psychanalyste, ce transfert devient révélateur duntype de relation entre le sujet et autruitraumatismeEnsemble de troubles occasionnés par une lésion produite mécaniquement ou par unchoc psychologiquetronçonUnité significative dinformation placée dans la mémoire à court termetrouble affectifCatégorie de troubles mentaux du DSM-4, correspondant aux perturbations delhumeurtrouble bipolaireTrouble affectif caractérisé par un état de dépression entrecoupé dépisodes de manie.

×