Revolution consulatempire

792 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
792
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
34
Actions
Partages
0
Téléchargements
9
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Revolution consulatempire

  1. 1. 1789-­‐1815  Révolu.on,  Consulat,  Empire  
  2. 2. Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  La  na.on  reprend  toute  sa  souveraineté.    •  Une   société   fondée   sur   les   inégalités:   La   société   française   est   fondée   sur   la   no.on   de  privilège.  Etre  privilégie,  c’est  profiter  d’une  liberté  ou/et  d’un  avantage  dont  sont  exclus  les  autres,  or  la  coupure  décisive  passe  donc  ici  entre  les  deux  ordres  dits  privilégies  et  le  .ers  état,  qui  regroupe  quelque  98%  des  28  millions  de  Français.    •  Les   3   actes   majeurs   dans   la   société:   orare,   pugnare,   laborare.   On   assiste   a   une   véritable  mainmise  de  l’aristocra.e  sur  le  haut  clergé.  Le  clergé  paroissial  est  surtout  issu  des  couches  moyennes   de   la   société.   Pourtant,   la   noblesse   ne   représente   qu’1%   environ   de   la   société  française  seulement…  De  plus,  ils  possèdent  une  richesse  foncière  qui  représente  environ  1/5ème  des  terres  du  royaume.    •  La  rébellion  française,  ou  le  révélateur  d’un  pays  en  crise:  Les  employés  de  la  Ferme  sont  désormais   les   cibles   de   prédilec.on   de   ceux   qui   vivent   de   la   transgression   et   font   des  contrebandiers  des  héros  populaires.  C’est  le  mur  des  fermiers  généraux,  «  le  mur  murant  Paris  rend  Paris  murmurant  ».  Les  femmes  sont  omniprésentes  dans  les  troubles  (plus  de  70%).  La  société  française  apparaît  peu  paisible,  tout  par.culièrement  dans  les  années  1780.      
  3. 3. Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  Les   impôts   et   l’administra.on   provinciale   au   cœur   des   projets   de   reforme:   L’interven.on  française  dans  la  guerre  d’Amérique  est  un  véritable  gouffre  financier.  Il  y  a  bien  un  souhait  de  changement  a  Versailles  comme  en  témoigne  la  volonté  royale  de  supprimer  les  péages  pour  contribuer  a  unifier  et  a  libérer  le  marche  intérieur…  Mais  l’Etat  reste  prisonnier  de  la  logique  du  privilège.    •  Ce   que   la   ques.on   la   ques.on   financière   fait   surgir   au   grand   jour,   ce   sont   toutes   les  contradic.ons   du   régime   et   de   de   la   société,   l’inadapta.on   d’un   Etat   inachevé,   les  contesta.ons  de  l’aristocrate,  les  frémissements  d’une  opinion  publique  façonnée,  fut-­‐ce  de  manière  par.elle,  par  les  Lumières.    Il   y   a   un   quadruplement   de   la   produc.on   du  livre  qui  contribue  a  la  naissance  d’une  opinion  publique   qui   entend   raisonner   sur   tout,   y  compris  les  affaires  de  l’Etat.  La  France  de  l’Ancien  Regime  Les  Gouvernements.    
  4. 4. Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  L’Assemblée   des   notable,   une   tenta.ve   pour   éviter   l’hos.lité   des   Parlements:   Calonne  propose   d’alléger   la   taille,   de   remplacer   la   corvée   par   un   import   en   espèces   monétaires,  d’uniformiser   les   gabelles   et   surtout   de   créer   a   la   place   de   l’impôt   du   ving.ème   une  «  subven.on  territoriale  ».    •  Les   notables   persistent   dans   leur   refus   d’un   nouvel   impôt   et   demandent   implicitement   la  convoca.on  des  Etats  Généraux.  Assemblée  des  Notables  en  1787  Le   travail   accompli   dans   les  assemblées   provinciales  permet   a   tout   une   élite  provinciale   de   s’ini.er   a  l’administra.on   publique   et  d’aiguiser  son  esprit  cri.que.  Un  édit  du  28  novembre  1787  accorde   la   reconnaissance   de  l ’ e x i s t e n c e   c i v i l e   d e s  protestants   qui   peuvent  désormais  faire  enregistrer  en  toute  légalité,  leurs  baptêmes,  mariages,  et  décès.  
  5. 5. Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  L’impasse  (été  1787-­‐  été  1788):  C’est  le  début  de  longs  mois  d’affrontement  entre  la  volonté  royale   et   des   magistrats,   soutenus   par   plusieurs   parlements   provinciaux,   qui   se   posent  désormais  en  champions  de  la  luee  contre  l’absolu.sme  et  en  appellent  a  l’opinion  publique.    •  Tour   a   tour,     Rennes,   Toulouse   ou   encore   a   Dijon,   des   émeutes   éclatent   lorsque   les  parlements  doivent  céder  la  place  aux  tribunaux  de  grand  baillage  imposes  par  le  roi.  Devant  l’extension   de   la   résistance   a   sa   poli.que,   qui   excédé   désormais   largement   la   seule  aristocra.e  parlementai  et  a  laquelle  s’est  déjà  jointe  en  juin  l’Assemblée  générale  du  clergé  elle-­‐même,  Loménie  de  Brienne  finit  par  céder.    •  Le   roi   souhaite   voir   les   Etats   Généraux   réunis   le   1er   juin   1789.   Le   16   aout   1788   la   crise  financière  n’ayant  évidemment  pas  disparu  par  miracle,  le  ministère  annonce  la  suspension  pour  6  semaines  des  paiements  de  l’Etat,  autrement  dit  une  banqueroute  de  fait.    Francs-­‐Maçons  en  France  au  XVIIIème  siècle  Journée  des  Tuiles  a  Grenoble  en  juin  1788.    
  6. 6. Un  pouvoir  et  une  société  face  a  leurs  contradic3ons  (1787-­‐1789)  •  Le  temps  des  doléances:  Juristes  et  historiens  se  penchent  sur  le  passe,  des  sociétés  savantes  meeent  des  ques.ons  aux  concours;  enfin  une  mul.tude  de  brochures  en  tout  genre  sur  la  France.  D’autre  part,  les  patriotes  réclament  le  doublement  de  la  représenta.on  du  .ers-­‐état  avec   son   corollaire,   le   vote   par   tète,   et   non   par   ordre,   lorsque   les   Etats   généraux   seront  réunis.    •  Sous  l’influence  de  Necker,  le  roi  accorde  en  décembre  1788  le  doublement  de  la  députa.on  du  Tiers  Etat,  tout  en  gardant  un  silence  prudent  sur  le  vote  par  tète.  •  La   prépara.on   des   Etats   Généraux   a   donc   bien   lieu   sur   un   fond   de   crise   économique   et  sociale.   Ce   qui   contribue   a   donner   a   la   Révolu.on   française   sa   spécificité   de   révolu.on  sociale   et   pas   seulement   poli.que.   Ce   sont   les   impasses   poli.ques   et   sociales   qui   sont   le  fondement  des  cahiers  de  doléances.  
  7. 7. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  De   Versailles   a   Versailles,   ou   la   fin   d’une   monarchie   prétendue   absolue:   le   4   mai   1789,  Versailles  est  le  théâtre  de  la  première  appari.on  collec.ve  des  députes  aux  Etats  Généraux  qui  défilent  dans  les  rues  de  la  ville  pour  se  rendre  a  l’église  Saint  Louis  afin  d’y  entendre  la  messe.    •  Prenant  le  .tre  de  «  députes  des  Communes  »  ,  les  élus  du  Tiers  non  seulement  refusent  de  se  cons.tuer  en  une  Chambre  par.culière,  rejetant  ainsi  l’organisa.on  en  ordres  séparés,  mais  décident  par  conséquent  d’aeendre  que  «  la  réunion  des  trois  ordres  soit  opérée  avant  de  se  livrer  a  aucun  travail.  »  •  Le   20   juin,   l’affrontement   direct   commence,   lorsque   les   membres   de   ceee   Assemblée  trouvent   la   salle   des   Menus   Plaisirs   portes   closes,   sur   ordre   du   roi…   Réunis   dans   la   salle  voisine  du  jeu  de  paume,  ils  prêtent  serment  et  jurent  de  ne  jamais  se  séparer  avant  qu’une  cons.tu.on  soit  établie  dans  le  royaume.        Ouverture  des  Etats  Généraux  par  le  roi  le  4  mai  1789  Serment  du  Jeu  de  Paume  
  8. 8. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  L’ouverture  des  Etats  Généraux:  Les  1200  députes,  le  Roi,  la  Reine,  toute  la  cour,  entendirent  a  l’église  Notre   Dame,   le   Venit   Creator.   Tout   Paris   était   venu.   Les   fenêtres,   les   toits   meme,   étaient   charges   de  monde.  A  regarder  ceee  masse  imposante  de  1200  hommes  animes  de  grande  passion,  une  chose  put  frapper  l’observateur  aeen.f.  Ils  offraient  très  peu  d’individualités  fortes,  aucun  d’eux  n’avait  l’autorité  réunie  du  génie  et  du  caractère,  n’avait  le  droit  d’entrainer  la  foule.  Un  seul  peut-­‐être  excitait  l’intérêt,  le  jeune  et  blond  Lafayeee.  Mirabeau  était  un  homme  visiblement  celui-­‐la,  et  les  autres  étaient  des  ombres  ;  un   homme   malheureusement   de   son   temps   et   de   sa   classe,   vicieux   comme   l’était   la   haute   société   du  temps.    •  Le  Roi  glaça  les  députes…  Au  lieu  de  les  recevoir  mêles  par  provinces,  il  les  fit  entrer  par  ordres  ;  le  Clergé,  la  Noblesse,  d’abord…  puis,  après  une  pause  le  Tiers.  Le  Roi  se  retrouvait  enfin  en  présence  de  la  na.on,  et  il  n’avait  pas  une  parole  paternelle  à  dire,  pas  un  mot  de  cœur  pour  le  cœur.  L’exorde,  c’était  une  grande  gronderie  gauche,  .mide,  sournoise,  sur  l’esprit  d’innova.on.    LafayeRe   Mirabeau  
  9. 9. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Apres  avoir  constate  que  le  Tiers  ne  pliait  point  et  que  la  majorité  des  députes  du  clergé  ralliait  l’Assemblée,  le  roi  et  son  entourage  doivent  finalement  céder  le  27  juin  a  la  réunion  des  trois  ordres.    •  Apres   le   renvoi   de   Necker,   ce   ne   sont   plus   quelques   centaines   de   députes   qui   osent  outrepasser  les  ordres  du  roi,  ce  sont  des  centaines  de  milliers  d’hommes  et  de  femmes  qui,  les  armes  a  la  main,  imposent  leur  présence  dans  le  jeu  poli.que.    
  10. 10. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Des  jeunes  officiers  de  hussards  allèrent  jusque  dans  le  Palais-­‐Royal  narguer  la  foule,  et  ils  allèrent   le   sabre   a   la   main.   Visiblement   la   cour   se   croyait   très   forte   ;   elle   souhaitait   des  violences.  Le  lundi  13  juillet,  le  députe  Guillo.n  et  deux  autres  électeurs,  allèrent  a  Versailles  et  supplièrent  l’Assemblée  de  concourir  une  garde  bourgeoise.    •  L’effroyable  misère  des  campagnes  avait  rabaeu  de  toutes  parts  des  troupeaux  d’affames  sur  Paris,  la  famine  le  peuplait.  Paris  devait  mourir  de  faim  ou  vaincre,  et  vaincre  en  un  jour.  Comment  espérer  ce  miracle  ?  Il  avait  l’ennemi  meme  dans  la  ville,  à  la  Bas.lle  et  à  l’Ecole  militaire,   l’ennemi   a   toutes   les   barrières.   Mais   le   cœur   était   immense,   chacun   le   sentait  grandir   d’heure   en   heure   dans   sa   poitrine.   Tous   venaient,   à   l’Hôtel   de   Ville,   s’offrir   au  combat  ;  c’étaient  des  corpora.ons,  des  quar.ers  qui  formaient  des  légions  de  volontaires.  Le  soir,  le  peuple  apprit  l’existence  d’un  grand  dépôt  de  fusils  qui  était  aux  Invalides.    
  11. 11. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  17  juillet,  après  avoir  rappelé  Necker  et  ordonne  le  retrait  des  20.000  soldats  qui  sta.onnaient  près  de  la  capitale  bicéphale,  Louis  XVI  se  rend  a  Paris  et  y  reçoit  une  cocarde  tricolore  des  mains  du  nouveau  maire,  Bailly.    •  Paris   devient   le   cœur   de   la   révolu.on,   avec   un   roi   désormais   cap.f   de   son   propre   peuple   et   dont   les  possibilités  d’interven.on  contre  l’Assemblée  sont  limitées.    Cortège  de  la  faim  a  Versailles,  les  tetes  de  deux  gardes  du  corps  sont  brandies  aux  pointes  des  piques,  le  5  octobre  1789  Presque  partout,  a  l’imita.on  de  Paris,  des  «  milices  bourgeoises  »,  embryons  de   la   future   garde   na.onale,   sont  formées  afin  de  maintenir  l’ordre  tant  contre   ceux   qui   contesteraient   les  décisions   de   l’Assemblée   que   contre  les   émeutes   populaires,   notamment  contre   ces   campagnes   en   émoi   qui  effraient  les  citadins.    Des  campagnes  entrées  en  révolu.on:  Autour  de  Versailles  et  Paris,  dans  les  vastes   territoires   de   chasse   réserves  au   roi   ou   aux   grands   aristocrates,   de  véritables   hécatombes   d’animaux   ont  lieu  et  des  hommes  en  armes  meeent  en   fuite   les   gardes   chasse   qui   se  risquent  a  intervenir.    ARaque  de  la  manufacture  Réveillon,  lieu  de  fabricaWon  des  fameuses  toiles  de  Jouy.  
  12. 12. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  La   fin   d’un   régime   soudainement   devenu   «   ancien   »:   La   meilleure   solu.on   pour   rétablir  l’ordre  et  notamment  calmer  les  ruraux  n’est  pas  d’u.liser  la  répression,  mais  d’abolir  ce  qui  est  désigne  sous  le  nom  de  «  féodalité  ».  On  passe  un  décret  qui  abolit  les  droits  seigneuriaux  et  déclare  rachetables  les  droits  féodaux:  banalités,  corvées…  et  rachat  des  droits  foncier.  •  Tous  les  privilèges  sont  abolis,  que  ce  soit  ceux  de  la  noblesse  ou  du  clergé,  des  provinces,  des  villes,  des  individus.  La  société  tradi.onnelle  n’est  plus,  et  ce  sont  des  députés  des  deux  premiers  ordres  (clergé  et  noblesse)  qui  ont  donne  le  coup  de  grâce,  ce  qui  achevé  de  donner  a  la  nuit  du  4  aout  son  aspect  enthousiaste.    
  13. 13. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  C’est  le  4  aout,  a  8  heures  du  soir,  heure  solennelle  ou  la  féodalité,  au  bout  d’un  régime  de  1.000  ans,  abdique,  abjure,  se  maudit.  L’enthousiasme  gagna.  M.  de  Beauharnais  proposa  que   les   peines   furent   désormais   les   mêmes   pour   tous,   nobles   et   roturiers,   les   emplois  ouverts   a   tous.   Quelqu’un   demanda   la   jus.ce   gratuite.   Jamais   le   caractère   n’éclata   d’une  manière  plus  touchante,  dans  sa  sensibilité  facile,  sa  vivacité,  son  entrainement  généreux.  Grand   exemple   que   la   noblesse   expirante   a   lègue   à   notre   aristocra.e   bourgeoise   !   «   Je  voudrais  avoir  une  terre,  disait  l’évêque  d’Uzès,  il  me  serait  doux  de  la  remeere  entre  les  mains  des  laboureurs.  Nous  ne  sommes  que  dépositaires.  Les  pauvres  ecclésias.ques  furent  seuls  généreux.    •  Apres  les  privilèges  des  classes  vinrent  ceux  des  provinces.  La  nuit  était  avancée,  et  il  était  deux  heures.  Elle  emportait,  ceee  nuit,  l’immense  et  pénible  songe  du  Moyen  Age.  L’aube,  qui  commença  bientôt,  était  celle  de  la  liberté.    
  14. 14. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  De  nouveaux  équilibres  porteurs  de  troubles  poten.els:  Désormais,  mis  a  part  pour  l’exécu.f,  la  voie  électorale  est  systéma.quement  u.lisée  pour  légi.mer  les  pouvoirs  et  ce  principe,  en  privilégiant  la  logique  du  nombre  et  non  plus  celle  des  trois  ordres,  permet  vite  a  l’ancien  Tiers  Etat  de  réduire  noblesse  et  clergé  a  un  rôle  poli.que  marginal.    •  Le  primat  de  la  loi  donne  en  apparence  le  rôle  central  a  l’Assemblée  élue   qui   exerce   e   pouvoir   législa.f.   Cons.tuante   tout   d’abord,  législa.ve   a   par.r   du   1er   octobre   1791.   elle   est   formée   de   745  législateurs  élus  pour  2  ans.  Ces  députes  sont  inviolables.  Le  roi  ne  peut  donc  rien  contre  eux,  pas  davantage  qu’il  ne  peut  ajourner  ou  dissoudre  l’Assemblée,  puisque  celle-­‐ci  est  dite  permanente.    •  L’Assemblée   contrôle   le   budget   de   l’Etat,   décidant   notamment   de  l’établissement  et  de  la  percep.on  des  contribu.ons,  mais  aussi  des  crédits  alloues  aux  ministères.  •  Si   le   pouvoir   de   Louis   XVI   est   encore   reconnu   héréditaire   et   sa  personne  inviolable,  il  doit  prêter  serment  a  la  Cons.tu.on  et  n’est  plus  que  le  premier  des  fonc.onnaires  du  royaume.  Un  traitement  lui  est  donc  aeribue,  la  «  liste  civile  »  dont  le  montant  est  détermine  a  chaque  début  de  règne.  Néanmoins,  il  dispose  de  pouvoirs  encore  étendus.  Il  dirige  la  diploma.e  et  nomme  les  ministres  (tout  comme  les   hauts   fonc.onnaires   et   les   ambassadeurs)   et   ceux-­‐ci   sont  responsables  devant  lui  et  non  devant  l’Assemblée.    Caricature  de  Louis  XVI  a  la  cocarde.  
  15. 15. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Avec  les  Feuillants,  puis  les  Brisso.ns,  Louis  XVI  a  tôt  fait  de  se  servir  des  ministères  comme  d’une  arme  poli.que.    •  La   nouvelle   jus.ce   gratuite,   dis.ncte   des   pouvoirs   législa.f   et  exécu.f,  repose  sur  les  grands  principes  de  1789:  défini.on  légale  des  infrac.ons  et  des  peines,  présomp.on  d’innocence,  interdic.on  des  emprisonnements  arbitraires  et  de  toute  torture,  publicité  des  procès  criminels,  comparu.on  d’un  accuse  devant  un  juge  sous  24  heures,  assistance  par  un  conseil.    •  Le  3  juin  1791,  la  Cons.tuante  a  rejeté  la  demande  d’aboli.on  de  la  peine  capitale  formulée  par  Robespierre.    •  Entre   chaque   département   et   la   capitale,   plus   aucun   pouvoir  intermédiaire   n’existe,   puisque   les   intendants   et   subdélégués   ont  été  supprimes  en  octobre  1789.  les  départements  sont  comme  de  simples  circonscrip.ons  d’exécu.on  des  décisions  prises  a  Paris.    •  La  montée  des  tensions:  Face  a  divers  périls  extérieurs,  l’armée  est  tres  tôt  en  proie  a  des  troubles  qui,  comme  la  mu.nerie  réprimée  a  Nancy,  en  aout  1790,  rendent  de  plus  en  plus  illusoire  sa  discipline  et  par  conséquent  son  efficacité  guerrière.    •  Des  villages  en.ers  se  soulèvent,  maires  et  officiers  municipaux  en  tète,  et  s’en  prennent  aux  châteaux,  aux  archives  et  aux  symboles  de  la  «  puissance  féodale.  »  Près  de  120  châteaux  sont  forces  par  les  émeu.ers.  Emeutes  contre  les  châteaux  
  16. 16. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  2  novembre  1789:  pour  faire  face  aux  deees  accumulées  par  la  monarchie,  l’Assemblée  met  les  biens  du  clergé  a  la  disposi.on  de  la  Na.on  et  ceux-­‐ci  vont  ensuite  être  vendus  aux  enchères  sous  le  nom  de  biens  na.onaux.    •  Le  12  juillet  1790,  selon  le  texte  de  la  Cons.tu.on  civile  du  clergé,  on   prévoit   que   chaque   membre   du   clergé   prêté   un   serment   de  fidélité  a  la  Na.on,  a  la  loi  et  au  roi.  Le  clergé  français  se  retrouve  partage   en   deux   camps   antagonistes,   les   prêtres   assermentes   (les  jureurs)  contre  les  réfractaires.    •  A  l’Assemblée,  la  droite  (les  Monarchiens  et  les  «  Noirs  »)  défendent  le   principe   d’un   droit   de   veto   du   roi   illimite   et   se   heurtent   aux  Patriotes   qui   acceptaient   au   mieux   un   veto   suspensif   et   les   plus  radicaux   d’entre   eux   (comme   Sieyès,   Robespierre   et   Pé.on)  rejetaient  tout  veto.    •  En  novembre,  des  députes  décident  de  se  doter  d’une  organisa.on  qui   puisse   contrebalancer   celle   des   Monarchies   et   des   Noirs,  notamment  lors  des  élec.ons  aux  postes  clefs  de  l’Assemblée.  Elle  prend  le  nom  de  club  des  Jacobins  en  raison  du  lieu  ou  elle  se  réunît.    
  17. 17. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  La  Fête  des  Fédéra.ons:  La  France  de  89  a  sen.  la  liberté,  celle  de  90   sent   l’unité   de   la   patrie.   La   fraternité   a   aplani   tout   obstacle,  toutes  les  fédéra.ons  vont  se  confédérer  entre  elles,  l’union  tend  à  l’unité.   Plus   de   fédéra.ons,   elles   sont   inu.les,   il   n’en   faut   plus  qu’une,   la   France   –   elle   apparaît   transfigurée   dans   la   lumière   de  juillet.   C’est   la   créa.on   des   départements.   Elle   fut   généralement  une   créa.on   naturelle,   un   rétablissement   légi.me   d’anciens  rapports   entre   des   lieux,   des   popula.ons,   que   les   ins.tu.ons  ar.ficielles  du  despo.sme,  de  la  fiscalité,  tenaient  divisées.    •  La   géographie   est   tuée.   Plus   de   montagnes,   plus   de   fleuves,   plus  d’obstacles  entre  les  hommes.  Je  ne  crois  pas  qu’à  aucune  époque  le  cœur  de  l’homme  ait  été  plus  large,  plus  vaste,  que  les  dis.nc.ons  de  classes,  de  fortunes  et  de  par.s  aient  été  plus  oubliées.  Dans  les  villages  surtout,  il  n’y  a  plus  ni  riche,  ni  pauvre,  ni  noble,  ni  roturier  ;  les  vivres  sont  en  commun,  les  tables  communes.    •  Voilà   enfin   le   14   juillet,   le   beau   jour   tant   désire,   pour   lequel   ces  braves  gens  ont  fait  le  pénible  voyage.  Ce  jour-­‐la,  tout  était  possible.  Toute   division   avait   cesse   ;   il   n’y   avait   plus   ni   noblesse,   ni  bourgeoisie,  ni  peuple.  L’avenir  fut  présent…  
  18. 18. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  Le  temps  des  fractures  irréversibles:  Sitôt  la  fuite  du  roi  connue,  ce  sont   les   Cordeliers   qui   lancent   une   campagne   en   faveur   de   la  république.  Les  Jacobins  réclament,  le  16  juillet  1791,  de  remplacer  Louis  XVI  par  tous  les  moyens  cons.tu.onnels.    •  Ceee   demande   provoque   une   double   rupture:   les   Cordeliers   la  comprennent  comme  une  tenta.ve  jacobine  de  donner  la  régence  au  duc  d’Orléans  et  une  par.e  des  Jacobins  fonde  le  club  modère  des  Feuillants  pour  soutenir  le  main.en  de  la  Cons.tu.on.    •  Dans   la   nouvelle   assemblée   cons.tuante,   il   y   a   745   membres   –   a  gauche,   136   députes   membres   du   club   des   Jacobins   (18%),   avec  Brissot,   Condorcet,   et   plusieurs   brillants   orateurs   élus,   comme  Vergniaud,  en  Gironde  –  les  Girondins.  •  Selon   les   Brisso.ns,   une   guerre   démontrera   la   duplicité   du   roi   et  engagera  la  France  dans  une  luee  pour  aider  les  peuples  d’Europe  a  chasser  leurs  tyrans.    •  Les   émigrés   non   revenus   au   1er   janvier   1792   verront   leurs   biens  confisques   (9   novembre);   un   nouveau   serment   est   exige   des  prêtres…   le   roi   met   son   veto   sur   les   décrets   contre   émigrés   et  prêtres   réfractaires,   mais   entérine   les   autres   afin   de   favoriser   la  déclara.on  d’une  guerre  qui,  pour  lui  et  son  entourage,  permeerait  d’en  finir  avec  la  révolu.on.  En  mars  1792,  avec  le  meme  objec.f,  il  remplace   ses   ministres   Feuillants   par   des   Jacobins.   Il   autorise  l’Assemblée  a  déclarer  la  guerre  a  l’Autriche  et  a  la  Prusse.  ArrestaWon  du  roi  a  Varennes,  le  21  juin  1791    
  19. 19. Concilier  monarchie  et  révolu3on  (1789-­‐1792)?  •  A   ce   moment,   les   tensions   sociales   sont   suscep.bles   de   faire  basculer   la   Révolu.on   soit   vers   une   radicalisa.on,   soit   vers   une  répression   accrue   des   mouvements   populaires.   L’affrontement  poli.que  avec  le  roi  s’aggrave  –  le  27  mai,  un  premier  texte  ordonne  la  déporta.on  des  prêtres  réfractaires.  La  garde  du  roi  est  licenciée.    •  Le  4  juin  1792,  20.000  gardes  na.onaux  sont  convoques  a  Paris  pour  une   nouvelle   Fédéra.on   le   14   juillet.   Le   roi   met   son   veto   sur   le  décret   qui   frappe   les   réfractaires   et   sur   celui   qui   convoque   les  fédérés  –  puis  il  remplace  ses  ministres  Jacobins  par  des  Feuillants.  •  Le  20  juin,  une  foule  en  armes  envahit  les  Tuileries  pour  réclamer  au  roi  le  retrait  de  son  veto.  Le  roi  fait  face  a  la  foule  sans  rien  céder.  Dans  la  nuit  du  9  au  10  aout,  des  délègues  des  sec.ons  parisiennes  forment  une  Commune  Insurrec.onnelle  et  réclament  la  déchéance  du  roi.  Le  10  aout,  sans  culoees  parisiens  et  fédérés  aeaquent  les  Tuileries  défendues  par  les  gardes  suisses.    •  Pour   quelques   semaines   encore,   la   Législa.ve   reste   le   principal  organe   du   pouvoir,   mais   concurrence   par   le   contre-­‐pouvoir   d’une  insurrec.on  armée  représentée  par  la  nouvelle  Commune  de  Paris.    •  Du  2  au  6  septembre  1792,  1200  a  1400  cap.fs  sont  massacres  dans  les  prisons  de  Paris.  •  Le  20  septembre,  alors  qu’une  armée  française  d’un  genre  nouveau  arrête   les   Prussiens   a   Valmy,   la   Conven.on   se   réunît   pour   la  première  fois  dans  ce  contexte  de  violence.  Le  lendemain,  la  royauté  est  abolie  en  France…  au  milieu  de  vifs  applaudissements.    Massacre  de  la  prison  de  l’Abbaye  
  20. 20. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Les  députés  prêtent  un  serment:  «  je  jure  de  maintenir  la  liberté  et  l’égalité,  ou  de  mourir  a  mon  poste.    •  Une  troisième  assemblée  de  la  Révolu.on  française  sera  changée,  comme  la  Cons.tuante,  en  1789,  de  rédiger  une  seconde  cons.tu.on  afin  de  combler  le  vide  ouvert  par  la  déchéance  du  roi  des  Français.  Toute  opposi.on  royaliste  légale  est  impossible  a  par.r  de  l’été  1792.    •  Robespierre:  «Louis  ne  peut  être  juge;  il  est  déjà  condamne,  ou  la  République  n’est  point  absoute.  (…)  Louis  doit  mourir,  parce  qu’il  faut  que  la  patrie  vive.  »  •  Quand  Robespierre  jus.fie  la  terreur,  “despo.sme  de  la  liberté  contre  la  tyrannie”,  il  semble  parfois  être  en  train  de  répéter  presque  mot  pour  mot  les  célèbres  thèses  de  Machiavel  sur  la  nécessite  de  la  violence  pour  la  refonda.on  de  nouveaux  corps  poli.ques  et  pour  la  reforme  de  corps  poli.ques  corrompus.  Gouache  des  frères  Lesueur  
  21. 21. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  M.  de  Robespierre  est  à  la  fois  un  homme  de  mœurs  et  un  homme  de  talents.  Il  a  une  voix  faible  et  un  peu  aigre,  avec  sa  maigre  et  triste  figure,  son  invariable  habit  vert.  Produit  tout  ar.ficiel  de  la  fortune   et   du   travail,   il   dut   peu   a   la   nature.   Chef   de   famille,   a   dix   ou   onze   ans,   il   fut   orphelin,  boursier   sans   protec.on.   Il   lui   fallait   se   protéger   par   son   mérite,   ses   efforts,   une   conduite  excellente.  Par.  d’Arras,  il  retrouva  Arras  sur  les  bancs  de  l’Assemblée,  je  veux  dire  une  haine  fidele  des  prélats  pour  leur  protège,  leur  transfuge,  le  mépris  des  seigneurs  d’Artois  pour  un  avocat,  élevé  par  charité,  qui  venait  siéger  près  d’aux.  Persécute  ainsi,  il  n’en  saisissait  que  plus  avidement  toute  occasion   d’élever   la   voix,   et   ceee   résolu.on   invariable   de   parler   toujours   le   rendait   parfois  vraiment  ridicule.  Il  habitait  dans  le  triste  appartement  de  la  rue  de  Saintonge  :  froid  logis,  pauvre,  démeuble.  Il  vivait  pe.tement  et  fort  serre  de  son  salaire  de  députe.  Son  unique  plaisir  était  de  limer,  polir  ses  discours  assez  purs,  mais  parfaitement  incolores.  Libre  des  hommes  d’expédients,  il  se   fit   l’homme   des   principes.   Il   devint   le   grand   obstacle   de   ceux   qu’il   avait   quiees.   Hommes  d’affaires  et  de  par.,  a  chaque  transac.on  qu’ils  essayaient  entre  les  principes  et  les  intérêts,  entre  le   droit   et   les   circonstances,   ils   rencontraient   une   borne   que   leur   posait   Robespierre,   le   droit  abstrait,  absolu,  celui  du  Contrat  Social.  Robespierre  ennuyait  parfois,  mais  ne  s’ennuyait  jamais.  Les   anciens   par.rent,   Robespierre   resta   ;   d’autres   vinrent   en   grand   nombre,   et   ils   trouvèrent  Robespierre.   Ceux-­‐ci,   non   députes   encore,   ardents,   impa.ents   d’arriver   aux   affaires   publiques,  formaient  déjà  en  quelque  sorte  l’Assemblée  de  l’avenir.    •  Lafayeee  et  Sieyès  essayèrent  d’opposer  le  Club  89  aux  Jacobins.  Ce  club  conciliateur  qui  croyait  marier  la  monarchie  et  la  révolu.on.    
  22. 22. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Saint-­‐Just  monta  lentement  à  la  tribune,  et,  prononçant  sans  passion  un  discours  atroce,  dit  qu’il  ne  fallait  pas  juger  longuement  le  Roi,  mais  simplement  le  tuer.  Il  faut  le  tuer,  comme  coupable,   pris   en   flagrant   délit,   la   main   dans   le   sang.   La   royauté   est   d’ailleurs   un   crime  eternel.  «  Du  roi  au  peuple,  nul  rapport  naturel,  nulle  jus.ce  et  nulle  pi.é.  »  •  Saint-­‐Just   était   ne   dans   la   Nièvre,   un   des   rudes   pays   de   la   France.   Il   était   ne   sérieux,  âprement  laborieux.  Il  avait  le  gout  naturel  des  grandes  choses,  une  volonté  très  forte,  une  âme  haute  et  courageuse.  On  dit  qu’a  Reims,  il  avait  tendu  sa  chambre  d’une  tenture  noire  a  larmes  blanches.  Les  morts  héroïques  de  Rome  hantaient  ceee  chambre,  ceee  jeune  amé  violente.  Et  ce  fut  par  la  toute  puissante  influence  de  Robespierre  que  Saint-­‐Just  fut  nomme  a  la  Conven.on,  quoiqu’il  n’eut  que  24  ans.  •  Le  jour  où  la  pi.é  devient  moquerie,  commence  un  âge  barbare.      Saint-­‐Just  
  23. 23. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Un   acte   régicide   au   nom   de   la   Na.on:   La  découverte  aux  Tuileries  de  «  l’armoire  de  fer  »,  cache   dissimulée   dans   un   mur   et   contenant  plusieurs  centaines  de  pièces  de  correspondance  et  papiers  divers  qui  révèlent  la  duplicité  du  roi  et  de  son  entourage,  rend  le  procès  inévitable  alors  qu’une   par.e   de   la   Conven.on,   notamment   les  Girondins,  souhaitait  l’éviter.      •  Le  21  janvier  1793,  ce  n’est  pas  une  simple  tète  royale    qui  est  tranchée,  comme  cela  avait  été  le  cas   avec   Charles   Ier   en   Angleterre,   c’est   un  transfert  de  la  sacralité  du  ci-­‐devant  souverain  au  Souverain  et  a  ce  .tre  un  acte  fondateur  de  ceee  République,  créé  par  la  Conven.on.    
  24. 24. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  …   Mais   une   patrie   déchirée   par   des   luees  fratricides:  beaucoup  de  nouveaux  députes  sont  issus  de  la  mouvance  jacobine  et,  de  ce  fait,  les  dissensions   internes   au   club   depuis   l’hiver   1791  et   les   débats   sur   la   guerre,   entre   par.sans   de  Brissot   et   par.sans   de   Robespierre,   sont  transposes  a  la  Conven.on.    •  A   l’appel   des   assemblées   sec.onnaires   et   des  sociétés   poli.ques,   relaye   ou   non   par   les  autorités   de   la   Commune,   les   sans-­‐culoees  parisiens  peuvent  se  mobiliser  en  masse  lors  des  journées  révolu.onnaires.    •  Toutefois,  au  printemps  1794,  aux  lendemains  de  l’élimina.on   des   Héber.stes,   ces   sociétés   sont  suspectées   d’être   des   éléments   de   division.   Ces  sociétés  décident  alors  les  unes  après  les  autres  de   se   dissoudre.   La   Conven.on   perd   un   appui  précieux   dans   les   milieux   populaires,   appui   qui  manquera   cruellement   a   Robespierre   en  Thermidor.    Le  bonnet  phrygien  –  symbole  anWque  des  esclaves  affranchis  La  marmite  épuratoire  des  Jacobins  –  Robespierre  arme  d’une  écumoire  examine  les  Jacobins.  
  25. 25. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  De  mul.ples  résistances,  mais  qui  sont  incapables  de  se  fédérer:  Dans  les  premiers  jours  d’existence  de  la  Conven.on,   celle-­‐ci   a   forme   en   son   sein   un   comite   spécifiquement   charge   de   rédiger   une   nouvelle  cons.tu.on  des.née  a  remplacer  celle  de  1791.  Pourtant,  ce  n’est  qu’en  avril  17934  que  l’examen  du  projet  commence  et  il  n’est  pas  achevé  le  2  juin  lorsque  les  Girondins  sont  écartés.  •  La   Conven.on   ne   s’empare   pas   du   pouvoir   exécu.f,   elle   n’en   devient   pas   moins   le   centre   majeur   du  pouvoir  –  d’ou  l’expression  «  centralité  législa.ve  ».    •  Les   troupes   du   général   Dumouriez   ont   été   baeues   a   Neerwinden   en   Belgique   –   et   cet   officier,   lie   aux  Girondins,  choisit  de  passer  a  l’ennemi  deux  semaines  plus  tard.    Ces   révoltes   dans   le   Révolu.on   et   non   contre   elle   sont  sommairement   agrégées   par   la   Conven.on   a   la   Contre  Révolu.on  et  la  situa.on  militaire  durant  l’été  1793  renforce  le   sen.ment   d’une   «   République   assiégée   »:   prise   de  Valencienne  et  de  Mayence  par  les  troupes  étrangères,  siège  de   plusieurs   autres   villes   (Lille,   Dunkerque,   Maubeuge),  premières   défaites   sur   les   fronts   alpin   et   pyrénéen   –   tout  concourt  a  radicaliser  la  situa.on  et  a  l’entrée  dans  ce  qui  va  s’appeler  la  Terreur.  
  26. 26. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Suspicion  et  répression:  Le  Comite  de  Salut  Public  est  créé  le  6  avril  1793  –  il   devient   l’organe   majeur   du   «   gouvernement   révolu.onnaire   »   et   est  compose   de   12   puis   de   11   membres,   après   l’assassinat   de   Marat.   En  quelques  mois,  1.376  cap.fs  sont  envoyés  a  la  guillo.ne.    •  «  Lyon  n’est  plus  »  -­‐  «  Le  nom  de  Lyon  sera  efface  du  tableau  des  villes  de  la  République.  La  réunion  des  maisons  conservées  portera  le  nom  de  Ville  Affranchie.  Lyon  fit  la  guerre  a  la  Liberté.  Lyon  n’est  plus.  »  Fouquier-­‐Tinville  Représentant  de  la  convenWon  aux  armées  
  27. 27. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Sublime  et  raisonneuse,  mademoiselle  Corday  fit  ce  raisonnement  :  La  Loi  est  la  Paix  meme.  Qui  a  tue  la  Loi  au  2  juin  ?  Marat  surtout.  Pensée  étroite  autant  que  haute.  A  son  procès,  tout  le  monde  comprit  qu’elle  était  seule,  qu’elle  n’avait  eu  de  conseil  que  celui  de  son  courage,  de  son  dévouement,  de  son  fana.sme.    
  28. 28. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  La  mort  de  Robespierre  et  la  nouvelle  donne  poli.que:  C’est   des   Thermidor   que   nait   l’idée   d’une   rupture  marquante   qui   aurait   sauve   la   République   d’une  tyrannie   et   permis   d’en   finir   avec   les   «   horreurs   »  voulues   par   un   triumvirat   compose   de   Robespierre,  Saint-­‐Just  et  Couthon.  Arrêtes,  les  5  représentants  du  peuple   sont   ensuite   libères   par   l’interven.on  d’Hanriot  (commandant  de  la  garde  na.onale)  et  de  la  Commune   de   Paris,   ce   qui,   d’une   part,   ouvre   un  affrontement  entre  elle  et  la  Conven.on,  d’autre  part,  permet  a  celle-­‐ci  de  meere  les  fugi.fs  hors  la  loi…  •  Terreur   blanche   et   écrasement   du   mouvement  populaire:   Si   des   les   lendemains   de   Thermidor,   de  mul.ples  ac.ons  ont  déjà  vise  les  hommes  de  l’An  II,  et  plus  encore  des  symboles  (destruc.on  d’arbres  de  la   liberté,   planta.on   de   croix,   etc.),   ce   sont   les  aeentats  contre  des  individus  isoles  qui  se  mul.plient.  •  L’  Assemblée    n’en  con.nue  pas  moins  a  réprimer  les  tenta.ves  contre  révolu.onnaires,  comme  a  Quiberon  dans  l’été  1795.  
  29. 29. La  liberté  ou  la  mort  (1792-­‐1795)  •  Meme   chose   lorsqu’en   octobre   1795,   l’émeute  royaliste   a   Paris   est   dispersée   par   la   troupe  commandée  entre  autres  par  Bonaparte.  •  La  poli.que  voulue  par  «  les  Thermidoriens  »  ne  doit  pas  être  comprise  comme  une  volonté  de  retour  a  la  monarchie   cons.tu.onnelle   de   1789-­‐1791   mais  comme   la   volonté   d’établir   une   «   République   sans  révolu.on  ».    •  Boissy  d’Anglas:  «  Nous  devons  être  gouvernes  par  les  meilleurs:   les   meilleurs   sont   les   plus   instruits   et   les  plus   intéressés   au   main.en   des   lois…   Vous   ne  trouverez   de   pareils   hommes   que   parmi   ceux   qui,  possédant  une  propriété,  sont  aeaches  au  pays  qui  la  con.ent,  aux  lois  qui  la  protègent,  a  la  tranquillité  qui  la   conserve.   »   C’est   la   tout   un   programme   qui   se  retrouve   dans   la   cons.tu.on   de   l’an   III   et   jetant   les  bases  du  Directoire,  une  République  du  Centre  fondée  sur  le  rejet  des  extrêmes,  l’émergence  d’une  notabilité  poli.que  et  la  défense  du  libéralisme  économique.    Boissy  d’Anglas  DestrucWon  des  bustes  de  Marat  
  30. 30. Les  onze  •  Les  onze  Commissaires  cons.tuent  le  Grand  Comite  de  la  Grande  Terreur.  Ils  sont  le  triple  écran  de  nuit,  nivôse,  la  Terreur,  le  feu  éteint.  Une  ambiance  caravagienne,  ou  shakespearienne,  crapuleuse.  Des  scènes  qui  font  l’impasse  sur  le  visage  des  hommes,  les  poussent  au  noir,  les  suspendent  dans  l’ombre,  la  lumière  carre  tombe  carrément  sur  les  symboles.    •  Ils  ne  font  rien  –  ils  travaillent.  Ils  ne  font  rien  car  ils  travaillent.  On  ne  saurait  croire  plus  passionnément  que  l’on  est  unique,  magiquement  le  jouet  d’une  seule  volonté.    •  Ce   gringalet   qui   était   par   la   voix   était   une   meute   a   lui   tout   seul.   Au   sein   de   la   Montagne,   les   tueurs  dormaient   trois   heures   par   nuit   depuis   quatre   ans.   Ils   travaillaient   somnanbuliquement   a   la   félicite   du  genre  humain.  Il  y  avait  en  gros  trois  par.s  bien  tranches,  les  orthodoxes  sous  Robespierre,  les  modérés  sous  Danton,  les  exagérés  sous  Hebert.    Triomphe  de  Marat  Gravure  populaire  
  31. 31. Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La   cons.tu.on   de   l’an   III:   Tirant   les   enseignements   de  l’histoire   récente.   Les   législateurs   n’offrent   pas   la  souveraineté  la  na.on  ou  au  peuple,  mais  a  une  universalité  de   citoyens   propriétaire   français   âges   d’au   moins   21   ans,  limitée  par  une  contribu.on  évaluée  a  au  moins  3  journées  de  travail  ou  par  un  nombre  de  campagnes  dans  l’armée.  Les  étrangers   installes   en   France   depuis   7   ans,   riches   d’une  propriété   foncière   et   contribuables,   ou   maries   a   une  Française,  peuvent  acquérir  la  citoyenneté.    •  Pour  rompre  avec  l’omnipotence  de  la  Conven.on,  le  pouvoir  législa.f   est   pour   la   première   fois   partage   entre   deux  chambres,  le  Conseil  des  Cinq  Cents  (qui  a  l’ini.a.ve  et  vote  des  projets  de  loi)  et  le  Conseil  des  Anciens  (qui  approuve  ou  rejeee   les   projets,   propose   des   éventuelles   révisions  cons.tu.onnelles).    •  L’exécu.f,  collec.f  pour  éviter  une  dérive  directoriale,  relevé  d’un    Directoire  de  5  membres,  élus  pour  5  ans  par  le  corps  législa.f,  renouvelable  par  cinquième  chaque  année  –  ils  ne  contrôlent   pas   la   Trésorerie   et   ne   par.cipent   pas   a   la  confec.on  des  lois,  mais  ils  dirigent  la  diploma.e,  l’armée,  la  fonc.on  publique.    •  Le  nouveau  régime  recherche  un  juste  milieu,  éloigne  de  la  Terreur  de  l’an  II  et  davantage  encore  des  risques  de  Terreur  blanche.    
  32. 32. Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La  conjura.on  des  égaux:  Elle  illustre  le  nouveau  mode  d’interven.on  de  l’opposi.on   démocra.que   au   Directoire,   «   fonde   sur   le   secret   ».   Pour  Babeuf,  son  principal  concepteur,  seule  une  avant  garde  révolu.onnaire,  organisée  et  révolu.onnaire,  organisée  et  clandes.ne,  est  suscep.ble  de  faire  triompher  une  révolu.on  populaire.    •  Diffuse   par   une   intense   propagande   (pamphlets,   chansons),   le  programme  des  conjures,  s’il  s’inscrit  dans  l’héritage  des  «  Exagérés  »  et  des  «  Héber.stes  »,  en  radicalise  les  proposi.ons.      Gracchus  Babeuf  
  33. 33. Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  Asphyxie   financière   et   aspira.ons   sociales:   Le   Directoire   hérite   d’une  situa.on  économique  désastreuse,  marquée  par  la  déprécia.on  con.nue  de  l’assignat.  Le  gouvernement  paye  en  blé  les  Directeurs,  ministres  et  députes!    •  En   février   1796,   le   Trésor   brise   solennellement   place   Vendôme   les  planches  aux  assignats  et  ceux-­‐ci  sont  brules  et  bientôt  remplaces  par  des  mandats  territoriaux,  eux  aussi  gages  sur  les  biens  na.onaux.    •  Les   droits   indirects   sont   étendus:   naviga.on   sur   les   canaux,   douane,  chasse,  pèche,  enregistrement  des  actes,  hypothèques,  poste  aux  leeres,  marque   sur   l’or   et   l’argent,   cartes   a   jouer,   papier   a   musique,   affiches,  fournissent  le  prétextes.    •  Les   pays   occupes   (Suisse,   les   républiques   italiennes)   apportent   près   du  quart  du  budget  annuel  de  la  France.    •  Et  la  misère  est  d’autant  plus  insupportable  que  la  réussite  voyante  de  quelques  parvenus  indigne…  •  Les  hôtels  par.culiers  des  dames  Tallien,  Beauharnais,  Récamier,  révèlent  le  gout  par.culier  de  ces  séductrices  enrichies,  ambi.euses  et  puissantes,  parées   de   perruques   variant   selon   les   moments   du   jour,   de   fines   et  transparentes   étoffes   savamment   froncées,   de   précieuses   indiennes  portées  en  châles  ou  en  étoles,  et  de  camées  finement  ouvrages,  libres  interpréta.ons  d’une  an.comanie  revendiquée.      Madame  Récamier  Georges  &  François  Honore  Jacob  
  34. 34. Au  temps  des  merveilleuses  •  Une  effervescence  fes.ve:  Elle  semble  s’emparer  des  Parisiens  autour  de  1795,  la  mul.plica.on  des  bals.  Des  .volis,  des  théâtres  et  des  tripots,  véritable  movida  des  temps  anciens,  est  symbolisée  par  les  excentricités  des  costumes  et  du  comportement  des  incroyables  et  des  merveilleuses,  voire   le   paroxysme   des   «   bals   des   vic.mes   »   réservés   aux   parents   de  guillo.nes.    •  La   Conven.on   thermidorienne   est   le   temps   de   «   la   jeunesse   dorée   »,  composée   de   muscadins   qui   matraquaient   dans   les   rues   ceux   qui  pouvaient  passer  a  leurs  yeux  pour  des  sans-­‐culoees.    •  Stendhal  :  «  La  France  se  donne  a  Bonaparte  comme  une  belle  fille  a  un  lancier.  »    •  Financiers,   agioteurs,   nouveaux   riches   et   fournisseurs   :   avec   les  incroyables   et   les   merveilleuses,   les   fournisseurs   aux   armées   furent  certainement  les  personnages  les  plus  caractéris.ques  de  la  période  du  Directoire.  Ouvrard  est  l’archétype  des  négociants  financiers  qui  surent  profiter  des  bouleversements  de  la  société  pour  se  cons.tuer  d’énormes  fortunes.  En  1802,  il  avança  20  millions  a  l’Etat,  puis  couvrit  les  immenses  dépenses  occasionnées  par  le  camp  de  Boulogne  et  les  prépara.fs  de  la  campagne.      Muscadins  Agioteurs  
  35. 35. Au  temps  des  merveilleuses  •  Le  rôle  des  femmes:  Mme  Tallien.  L’immense  célébrité  que  valut  a  Tallien  son   audace   du   9   Thermidor   rejaillit   largement   sur   elle.   La   chute   du  directoire   la   vit   entrer   dans   une   demi   retraite.   Apres   avoir   été   la  maitresse  de  Barras,  elle  devint  la  compagne  du  richissime  Ouvrard  a  qui  elle  allait  donner  quatre  enfants.    •  Mme  Récamier.  Elle  épousa  a  l’âge  de  16  ans  un  banquier  qui  lui  donna  son  nom.  Elle  devint  une  femme  a  la  mode,  lançant  les  nouveaux  gouts,  traquée  par  les  journalistes,  épiée  dans  ses  moindres  gestes  par  un  public  empresse.   Elle   devint   une   «   fashionable   beauty   ».   A   la   fin,   elle   fixa  l’ami.é  amoureuse  de  Chateaubriand.    •  Mme  Hamelin.  C’est  la  plus  célèbre  des  merveilleuses.  Elle  naquit  a  Saint  Domingue   et   épousa   a   18   ans,   un   fournisseur   général   des   armées,  Antoine   Hamelin.   L’histoire   lui   aeribue   de   nombreuses   liaisons,  notamment   avec   Bonaparte.   Elle   serait   l’une   des   premières   a   avoir  adopte  le  costume  a  la  grecque,  tout  en  drapes  et  en  transparences.    •  Mme   d’Arjuzon.   Elle   avait   un   visage   empreint   d‘une   sen.mentalité  langoureuse.   Elle   était   la   fille   d’un   riche   planteur   de   Saint-­‐Domingue,  d’origine  bordelaise.       Madame  Hamelin  Madame  Tallien  
  36. 36. Au  temps  des  merveilleuses  •  Modes  plutôt  que  mode  de  vie:  Inventée  sous  le  Directoire,  la  bouilloee  est   le   jeu   de   cartes   par   excellence   de   ceee   période.   La   gavoee,   danse  théâtrale  au  XVIIIème  siècle,  devint  une  des  danses  tres  prisée  pendant  le  Directoire.  Les  Tivolis  :  transforma.on  des  grandes  propriétés  princières  en  jardins  d’aerac.on  et  en  Vauxhall.    •  La  fermeture  des  grandes  maisons  de  l’aristocra.e  et  la  mise  a  pied  de  leur  personnel  avaient  mis  sur  le  pave  des  centaines  de  cuisiniers  de  haut  mérite   ;   beaucoup   u.lisèrent   leurs   talents   se   faisant   «   marchands   de  bonne  chère  »  et  ouvrant  des  restaurants  qui  allaient  durablement  établir  la  gloire  gastronomique  de  Paris.    •  Les  modes  :  si  la  réac.on  thermidorienne  fut  avant  tout  poli.que,  elle  s’exprima   avec   fougue   dans   le   costume,   par   le   rejet   de   tout   ce   qui  affichait   une   connota.on   révolu.onnaire   ou   patrio.que   comme   la  cocarde   tricolore,   le   négligé   populaire,   le   refus   de   l’ornement   et   de   la  parure  dans  la  toileee.    •  Immobilier  :  malgré  une  préférence  tres  marquée  pour  la  rive  droite,  on  observe   quelques   échappes   sur   la   rive   gauche,   ou   les   nouveaux  propriétaires  inves.ssaient  des  demeures  plus  anciennes.      
  37. 37. Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La  diploma.e  de  la  grande  na.on:  La  guerre  est  l’une   des   constantes   du   régime.   Elle   se   décline  dans  les  campagnes  d’Italie,  dans  celle  de  Suisse  en   1798.   Elle   s’enlise   dans   les   campagnes  d’Allemagne   (Jourdan   et   Moreau   sont   baeus   en  1796),   échec   du   débarquement   en   Irlande,  expédi.on  d’Egypte.  •  Et  tout  est  a  recommencer  en  1799:  les  défaites  s’accumulent   en   Suisse   et   en   Italie,   jusqu’aux  victoires  de  Brune  en  Hollande  et  de  Masséna  en  Suisse.    •  La  no.on  de  Républiques  sœurs  est  explicitement  formulée   par   Bonaparte,   en   aout   1797,   a   Milan,  pour   qualifier   le   processus   historique,   perçu  comme   un   passage   progressif   a   la   civilisa.on,  selon   lequel   les   peuples   passent   du   statut  informel   d’agrégat   culturel   et   social   au   stade   de  l’existence  na.onale.  Créés  pour  la  plupart  sous  le  second  Directoire,  les  Républiques  sœurs  sont  un  des   symboles   les   plus   marquants   de   l’expansion  révolu.onnaire   de   la   France   sur   le   théâtre  européen.    Bataille  des  Pyramides  André  Masséna  Marechal  de  France,  Duc  de  Rivoli  «  L’enfant  chéri  de  la  Victoire  »  Andrey  Souvorov  
  38. 38. Le  directoire    (1795-­‐1799)  •  La   Cons.tu.on   batave   reconnaît   le   droit   au   travail   et   a   l’assistance,   et  établît   un   suffrage   quasi   universel;   celle   de   la   République   Napolitaine  proclame   les   droits   a   l’instruc.on,   a   la   subsistance   et   a   la   résistance   a  l’oppression.    •  L’égalité  devant  l’impôt,  la  confisca.on  des  biens  ecclésias.ques,  la  reforme  de   la   jus.ce,   l’abroga.on   des   corpora.ons   sont   partout   en   marche,   avec  d’infinies  varia.ons  d’un  Etat  a  l’autre.  L’influence  française  se  lit  aussi  dans  l’adop.on  de  symboles:  l’arbre  de  la  liberté,  que  l’on  plante  a  Venise,  lors  de  l’entrée  des  troupes  françaises  (mai  1797),  dans  les  villes  et  villages  de  la  République  batave  (1795)  ou  de  la  napolitaine  (1799);  le    drapeau  tricolore,  que  nombre  d’Etats  conserveront  ou  retrouveront  au  siècle  suivant.    •  La  poli.que  extérieure  de  la  France  s’établît  pour  par.e  sous  la  tente,  ce  dont  Bonaparte,  a  la  tète  de  ses  «  missionnaires  armes  »,  donne  en  Italie  un  exemple  éclatant,  s’affranchissant  de  la  tutelle  des  commissaires  civiles  en  ma.ère  diploma.que,  financière  et  poli.que,  construisant  un  lien  privilégie  avec   ses   soldats,   payes   en   numéraire,   donnant   priorité   aux   besoins  militaires,  dont  les  intérêts  se  dissocient  de  ceux  de  l’ensemble  de  la  na.on.  •  Pour  plus  d’un  poli.que,  le  coup  d’Etat  est  devenu  un  recours  acceptable:  l’harmonie  entre  le  pouvoir  exécu.f  et  le  pouvoir  législa.f  ayant  été  brise  par  la  vague  royaliste  des  élec.ons  de  mars  1797.    •  S’assurant  le  sou.en  d’une  par.e  de  l’armée,  jouant  encore  de  la  peur  d’un  complot  jacobin,  le  général  prépare  le  coup  d’Etat  des  18  et  19  brumaire.  ArrestaWon  de  députés  royalistes  par  Augereau.  Bonaparte  sauveur  dune  République  éplorée  quil  remet  entre  les  mains  de  lespérance  et  de  la  paix.  
  39. 39. Le  consulat  •  On   assiste   a   la   mise   en   place   d’un   régime   autoritaire.   Si   Bonaparte   rétablît   un   suffrage  presque   universel,   il   ôte   toutefois   aux   électeurs   tout   pouvoir   réel.   Les   opposi.ons   sont  démantelées,  par  la  force  ou  en  les  amadouant.  Les  espaces  publics,  ou  pouvait  se  former  une  opinion  publique,  disparaissent.    •  Le  renforcement  progressif  du  pouvoir  de  Bonaparte:  La  cons.tu.on  de  l’an  VIII  est  un  texte  rela.vement   court,   sans   préambule,   et   dépourvu   de   toute   déclara.on   de   droits.   Si   le  système  représenta.f  est  maintenu,  le  pouvoir  exécu.f,  confie  a  3  consuls  nommes  pour  dix  ans  et  rééligibles,  repose  tout  en.er  entre  les  mains  du  Premier  consul.    Le  général  Bonaparte  au  Conseil  des  Cinq  Cents.  Il  intervient  a  la  suite  de  «  rumeurs  de  coup  d’Etat  anarchiste  »  diffusées  par  les  putschistes,  notamment  Sieyès,  Cambacérès,  et  Lucien  Bonaparte  (président  du  conseil  des  Cinq  Cents).  Sieyès   Cambacérès   Lucien  Bonaparte  
  40. 40. Le  consulat  •  Pour  jus.fier  «  ex  post  »  la  légi.mité  d’un  pouvoir  issu  d’un   coup   d’Etat,   la   cons.tu.on   est   soumise   a  l’approba.on   des   Français.   S’il   recourt   volon.ers   au  plébiscite,  Bonaparte  ne  laisse  plus  aucun  véritable  rôle  poli.que   aux   Français.   Les   consuls   ont   l’ini.a.ve  exclusive   des   lois.   Le   Conseil   d’Etat,   compose   d’une  cinquantaine   de   membres,   nommes   et   révoques   a   la  convenance   du   Premier   Consul,   prépare   les   projets   de  lois.  Ceux-­‐ci  sont  alors  discutes  au  Tribunat,  qui  exprime  son  avis  a  bulle.n  secret,  mais  qui  n’a  pas  la  faculté  de  modifier  les  projets  qui  lui  sont  soumis.    •  Le  Senat  finit  par  acquérir  un  véritable  pouvoir  législa.f  et   cons.tu.onnel   ,   par   la   voie   des   sénatus-­‐consultes,  décisions   ayant   valeur   de   loi.   Ceee   évolu.on   ne   fut  possible   que   du   fait   de   la   fidélité   a   toute   épreuve   des  sénateurs   vis-­‐à-­‐vis   du   Premier   Consul.   Le   pouvoir  législa.f   était   par   conséquent   fortement   soumis   a  l’exécu.f.    Trois  consuls,  Cambacérès,  Bonaparte,  Lebrun  
  41. 41. Le  consulat  •  A  par.r  de  1802,  le  culte  de  la  personnalité  s’affirme:  le  citoyen  et  général  Bonaparte  cèdent  la  place  a  Napoléon  Bonaparte,  et  ses  appari.ons  en  public  s’accompagnent  du   faste   et   des   marques   solennelles   du   rang   qu’il   s’est  aeribue.    •  Le  28  avril  1804,  au  Tribunat,  avec  l’accord  de  Bonaparte,  le  tribun  Curée  demande  a  ses  collègues  de  se  prononcer  pour   la   créa.on   d’un   empire   et   pour   l’hérédité   de   la  dignité  impériale  dans  la  famille  Bonaparte.  Seul  Carnot  qui  avait  vote  contre  le  consulat  a  vie,  s’y  oppose.    •  Le   sacre   du   2   décembre   1804   met   symboliquement   en  scène  le  retour  au  principe  monarchique,  avec  la  créa.on  d’une  cour  et  l’alliance  entre  le  trône  et  l’autel,  soulignée  par  la  présence  du  pape  a  la  cérémonie.        Bonaparte,  premier  consul  
  42. 42. Le  consulat  •  Les  opposi.ons  et  leur  musellement:  Le  rôle  dévolu  a  la  presse  après  Brumaire  est  clair  –  il  s’agit  de  célébrer  la  grandeur  du  Premier  Consul,  puis  de  l’Empereur.  En  1814,  il  ne  reste  que  4  journaux  a  Paris,  dont  le  Moniteur,  l’organe  quasi  officiel  de  l’Empire.    •  Face   a   l’impossibilité   de   disposer   d’espaces   de   parole,   l’aeentat   contre   la   personne   de  Bonaparte  apparaît  a  certains  comme  la  seule  solu.on:  aeentat  a  la  machine  infernale  en  1800,  puis  complot  de  Cadoudal  et  du  général  Pichegru  en1803-­‐1804.    ARentat  a  la  machine  infernale,  rue  Saint  Nicaise  Cadoudal  Pichegru  
  43. 43. Le  consulat  •  Le   retour   de   la   paix   extérieure:   Lors   du   coup   d’Etat   de  Brumaire,   la   France   se   trouve   dans   un   état   de   «   quasi  guerre   »   avec   les   Etats-­‐Unis:   la   rupture   est   aussi   bien  diploma.que   que   commerciale,   elle   entraine   des   prises   par  les   corsaires   des   deux   pays.   Ni   la   France,   ni   les   Etats-­‐Unis  n’ont   toutefois   intérêt   a   poursuivre   les   hos.lités.   Apres   de  longs   pourparlers,   qui   permeeent   a   la   France   de   négocier  entre-­‐temps   avec   l’Espagne   la   cession   de   la   Louisiane,   une  conven.on   est   enfin   signée   le   30   septembre   1800   a  Mortefontaine.  Des  le  printemps  1801,  les  navires  américains  recommencent  a  fréquenter  les  ports  français.    •  Plus   grave   que   le   différend   franco-­‐américain,   Bonaparte  hérite   aussi   de   la   guerre   que   la   France   mené   depuis   1798  contre   la   seconde   coali.on,   formée   par   l’Angleterre,  l’Autriche,   la   Russie,   l’Empire   Oeoman.   Toutes   les   grandes  puissances   n’y   adhèrent   pas:   la   Prusse   est   neutre   depuis  1795;  l’Espagne  alliée  a  la  France  depuis  1796.    
  44. 44. Le  consulat  •  La   victoire   de   Marengo   marque   également   le   retour   de   l’influence   française   en   Italie,   renversant   la  géopoli.que  du  siècle  des  Lumières  ou  Espagne  et  Autriche  se  partageaient  des  zones  d’influence  dans  la  péninsule.  •  Des  1801,  la  Russie,  l’Autriche  et  le  Napolitain  ra.fient  la  paix  –  l’Angleterre  est  isolée.  Celle-­‐ci,  après  le  renversement  de  William  Pie,  s’oriente  toutefois  vers  la  paix…  On  s’approche  de  la  paix  d’Amiens.      Tres  mal  engagée,  la  bataille  se  transforme  en  victoire  écrasante  grâce  a  l’arrivée  des  troupes  de  Desaix  qui  perd  la  vie  a  l’occasion.  
  45. 45. Le  consulat  •  Une   fois   les   rela.ons   avec   l’Angleterre   pacifiées,   Bonaparte   prépare   alors   le   retour   de  l’ancienne  prospérité  an.llaise,  avec  son  corollaire,  le  rétablissement  de  l’esclavage  que  la  Révolu.on  avait  aboli  en  1794.  Mais  l’indépendance  de  Haï.  est  proclamée  le  1er  janvier  1804.  •  La  paix  civile:  réconcilia.on  religieuse  et  retour  des  émigres:  La  scission  du  clergé  français  entre  prêtres  réfractaires  et  prêtres  assermentes,  la  déchris.anisa.on  de  1793-­‐1794,  avec  le  culte  de  l’Etre  suprême,  la  suppression  du  calendrier  chré.en  et  du  repos  du  dimanche,  la  fermeture  des  églises  entre  novembre  1793  et  mai  1795,  avaient  contribue  a  accroitre  la  fracture   entre   Révolu.on   et   les   nombreux   Français   restes   aeaches   au   culte   catholique,  grossissant  ainsi  les  files  des  chouans  insurges.    •  Seule  une  réconcilia.on  défini.ve  avec  la  Papauté  pouvait  permeere  de  saper  a  la  base  ceee  révolte  endémique.  Le  Concordat  est  signe  le  15  juillet  1801.  La  religion  catholique  n’est  pas  reconnue  comme  religion  d’Etat,  comme  sous  l’Ancien  Régime,  mais  simplement  comme   «   la   religion   de   la   grande   majorité   des   Français   ».   Le   Saint   Siege   reconnaît  implicitement   la   légi.mité   du   nouveau   pouvoir   en   France.   Les   évêques   devront   prêter  serment  de  fidélité  au  gouvernement  de  la  République,  et  a  la  fin  de  la  messe,  les  fideles  prieront  pour  le  salut  de  la  République  et  des  Consuls.  Pour  Bonaparte,  c’est  un  indéniable  succès  poli.que.  Désormais,  tout  bon  catholique  peut  se  rallier  sans  difficulté  au  Consulat.  Au  prix  de  ces  importantes  concessions,  le  pape  récupère  un  certain  nombre  de  droits  –  les  évêques  sont  désormais  nommes  par  le  Premier  Consul  et  inves.s  par  le  Pape.  L’Etat  prend  en  charge  le  traitement  des  cures  et  des  pasteurs  et  les  frais  des  dix  séminaires  catholiques  métropolitains,  mais  soumet  le  clergé  a  sa  tutelle.  •  Avant   meme   l’amnis.e   du   26   avril   1802,   la   France   consulaire   accueille   sans   trop   de  difficultés  tout  émigre,  a  condi.on  que  celui-­‐ci  accepte  de  facto  le  régime  en  place.    Pie  VII  Toussaint  L’Ouverture  
  46. 46. Le  consulat  •  L’assainissement  financier:  La  situa.on  financière  de  l’Etat  a  la  fin  du  Directoire  était  grave.  A  la  fin  du   Directoire,   les   receees   de   l’Etat   proviennent   essen.ellement   des   impôts   directs,   des   droits  d’enregistrement,  de  .mbre  et  de  poste.  S’y  ajoutaient  les  sommes  importantes  perçues  sur  les  territoires  occupes:  au  moins  un  quart  du  budget  de  l’Etat  est  couvert  par  les  contribu.ons  de  guerre.  En  ma.ère  de  contribu.ons  directes,  le  Consulat  et  l’Empire  n’innovent  pas  et  reprennent  les   quatre   impôts   directs   qui   existaient   déjà   a   la   fin   du   Directoire,   et   des.nes   a   se   pérenniser  jusqu’à   la   fin   de   la   première   guerre   mondiale:   l’impôt   foncier,   la   contribu.on   personnelle   et  mobilière,  la  patente  et  l’impôt  sur  les  portes  et  fenêtres.  Bonaparte  s’aeache  surtout  a  rendre  plus  efficace  leur  percep.on.    •  En  frappant  d’abord  la  propriété  foncière,  ainsi  que  les  signes  extérieurs  de  richesse  et  les  ac.vités  produc.ves   et   commerciales   (patente),   le   système   d’imposi.on   directe   avait   rela.vement  épargne   les   contribuables   les   plus   démunis.   Ces   derniers   n’étaient   assuje•s   qu’a   l’import  personnel  (5%  du  traitement  s’ils  étaient  fonc.onnaires,  l’équivalent  de  3  journées  de  travail  pour  les   autres).   Le   retour   des   impôts   indirects   change   ceee   répar..on   des   charges,   accablant   la  popula.on  la  plus  fragile  économiquement.    •  A  la  fin  du  Consulat,  les  impôts  indirects  font  en  effet  leur  appari.on  pour  financer  la  reprise  de  la  guerre:   prélèvement   sur   les   boissons   alcoolisées,   le   tabac   et   les   cartes   a   jouer.   En   1806,   on  réintroduit  l’impôt  sur  le  sel,  universellement  déteste,  dont  la  collecte  est  confiée  aux  Douanes.    
  47. 47. Le  consulat  •  Le   Directoire   était   largement   dépendant   des   généraux  qui   faisaient   rentrer   le   numéraire   de   l’étranger   sous  forme   de   contribu.on   de   guerre,   ainsi   que   des  fournisseurs  qui  lui  permeeaient  de  vivre  au  jour  le  jour.    •  L’assainissement   financier   sous   le   Consulat   et   l’Empire  passe  aussi  par  la  reforme  du  système  de  recouvrement  des  impôts  que  par  une  neee  améliora.on  du  crédit  de  l’Etat,   en   accroissant   sa   capacité   a   assurer   de   la  disposi.on   régulière   d’avances   et   a   emprunter   a   des  taux  raisonnables  en  cas  de  besoin.  Bonaparte  refuse  de  lancer   des   emprunts   publics   –   qui   permeeaient   en  revanche  a  l’Angleterre  de  financer  les  guerres  contre  la  France  –  par  crainte  que  leur  échec  ne  rende  manifeste  la   faiblesse   du   régime.   Il   refuse   aussi   d’accroitre  démesurément  le  poids  de  la  deee.  On  est  tres  loin  des  3,3  milliards  de  deee  de  la  France  en  1782…  «  Le  franc  germinal  »  ainsi  fixe  assure  la  circula.on  monétaire  en  France  pour  plus  d’un  siècle.  •  La   centralisa.on   administra.ve   et   les   reformes   en  ma.ère  judicaire:  En  meme  temps  qu’il  consolidait  ses  assises   financières,   Bonaparte   s’assurait   du   contrôle  centralise   du   territoire.   La   commune   est   le   premier  maillon   administra.f.   Napoléon   se   réserve   la  nomina.on   du   maire   dans   les   communes   de   plus   de  5000   habitants,   le   préfet   nommant   les   maires   des  communes  plus  pe.tes.    A  l’instar  des  provinces  romaines  dirigées  par  un  préfet,  les  départements  français  furent  dotes  d’un  préfet,  véritable  courroie  de  transmission  du  pouvoir  exécuWf.  

×