Formation web collaboratif

248 vues

Publié le

Publié dans : Formation
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
248
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
37
Actions
Partages
0
Téléchargements
1
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive
  • Création du terme en 2004 par Dale Dougherty ( O ’Reilly Media ) qui constate : Le web ne s ’est pas écroulé suite à l’explosion de la bulle Apparition d ’améliorations ergonomiques, sémantiques, technologiques Renversement de la logique top-down : l ’usager est au cœur du web, qui se veut plus social et collaboratif.
  • Web (1989) éclatement de la bulle internet : 2001 Web 2.0 (2004)
  • Le web 2 c ’est un ensemble de technologies RSS : syndication de contenu : Really Simple Syndication Ajax : API : Mash-Up : Le web 2.0 c ’est surtout un ensemble de concepts : Accès rapide à l ’information (convergence) Gérer de l ’information (les usagers génèrent leurs propres données – cf. blogs) Créer du contenu (valeur ajoutée par les usages sous forme des commentaires, de la recommandation par ex.) Participer (mise en œuvre de réseaux sociaux) Importance de l ’ergonomie (interfaces riches, interactives et orientées-usager) La révolution du web 2.0 est qu ‘il place l’usager au cœur du web et des services. Le web 2.O n ’est pas : Ce n ’est pas une norme établie par un organisme tel que l’AFNOR Ce n ’est pas non plus un label décerné selon des critères précis par un organisme
  • Le web social est devenu une dimension essentielle du web d ’ aujourd’hui. D ’après une étude américaine, les réseaux sociaux sont devenus l’activité numéro 1 sur le web.
  • Bibliothèque 2.0 = bibliothèque + web 2.0 La bibliothèque 2.0 n ’est pas fondée sur des changement technologiques mais sur des attitudes d’ouverture sur l’usager « Pourrait se définir comme la mise en œuvre de services en ligne qui visent à mieux faire se rencontrer une offre et une demande de contenus dans le cadre d ’une politique documentaire » Bibliobsession . http://www.bibliobsession.net/2006/11/06/services-Web-20-dans-les-bibliotheques-vers-des-bibliotheques-20/ La bibliothèque 2.0 en 5 leçons : (Source : Bibliopedia ) Se promouvoir (le marketing pour aller (re)conquérir son/le public) S'ouvrir à l ’usager (qu’il devienne « contributeur ») Améliorer les outils existants (Il s ’agit d’un approfondissement des missions traditionnelles) Délivrer de nouveaux services (Il s ’agit d’une diversification des missions traditionnelles) Se poser en forum social (se positionner comme lieu central pour la communauté)
  • Varier les ressources (accès internet, logiciels bureautique, MP3, jeux…) Améliorer le conseil aux usagers (catalogues 2.0, flux RSS, univers Netvibes ; vous en avez pensé quoi ?) Offrir de nouveaux services (les ressources numériques, plateforme VOD, compte lecteur, "formation aux NTIC » ? ,…) Encourager la participation (utilisation sites 2.0 comme FlickR, Twitter, Faecbook, YouTube; ouverture de blogs ? Wiki locaux ? )
  • http://multimedia.bnf.fr/journeespro/lecrosnier/index.html
  • un site web la nécessité de créer un profil d'utilisateur, pour pouvoir accéder au réseau et bénéficier de ses services la mise en communication des profils du réseau selon des modalités diverses Possibilité d ’étendre son réseau (amis d’amis) Autres définitions: « une catégorie de site web avec des profils d'utilisateurs, des commentaires publics semi-persistants sur chaque profil, et un réseau social public navigable (" traversable ") affiché en lien direct avec chaque profil individuel » Danah Boyd Partage : centré sur le contenu Réseaux sociaux : centré sur les usagers Jeux : création de contenus par les usagers
  • Plusieurs buts : Promotionnel Participatif Informatif Valoriser l’institution: Plus transparent : évoquer le travail interne, expliquer le pourquoi du comment, ce qui se passe quand l ’usager n’est pas là. Promouvoir les lieux : promouvoir les expos et les événements mais aussi proposer un diaporama des lieux Présenter l ’équipe permet de familiariser l’équipe aux yeux des usagers.
  • http://www.checkfacebook.com/
  • Différence entre un profil et une page : le profil est personnel, la page est destinée à une marque, un groupe de personnes, une institution le référencement . En effet : si je ne suis pas connecté ou si je n’ai pas de compte facebook, et que je recherche des informations sur une bibliothèque via google, je ne peux pas voir le profil. Résultat : je suis obligé d’avoir un compte Fb pour accéder aux autres informations que propose la bibliothèque sur son profil. En revanche, lorsque j’ai crée une PAGE, j’accède à TOUTES les informations du profil de la bibliothèque, sans avoir besoin de me connecter . On voit bien que les logiques sont différentes : d’un côté l’obligation de se connecter à Fb pour collecter des données personnelles et de l’autre celle d’utiliser la notoriété de Fb au service d’une image de marque ou d’une image d’institution en bénéficiant de son référencement dans les moteurs de recherche. Il y a là une excellente raison de créer une page Fb pour une institution, de manière à améliorer sa visibilité sur le web de manière tout à fait complémentaire au site principal. Ex :recherche bibliothèque des champs libres sur google.
  • http://www.bibliobsession.net/2009/09/22/pourquoi-et-comment-utiliser-facebook-pour-une-bibliotheque/
  • http://semiocast.com/pr/20110308/2_4_millions_d_utilisateurs_de_Twitter_en_France
  • Publier un billet de blog en 140 caractères maximum Diffuser des micro nouvelles
  • Twitter 2009 : http://www.mediassociaux.com/2009/06/24/enfin-des-donnees-statistiques-sur-twitter/ 21% des utilisateurs n ’ont jamais rien publié ; 94% des utilisateurs ont moins de 100 followers ; 5% des utilisateurs génèrent 75% de l ’activité (10% en genère 86%).
  • Les points importants de l’analyse de ces données croisées sont les suivants : la part des inactifs, dominante aux commencements du web 2.0, s’est drastiquement réduite pour se stabiliser et ne plus concerner qu’environ 7% des internautes. Le web “participatif”, même s’il est en très légère baisse, conserve une part relativement constante, à hauteur d’un peu plus de 20% des usages Le web “consultatif” explose en passant de 34 à plus de 50% des usages et semble stabilisé à cette hauteur. La part du web “contributif” est, proportionnellement, celle qui augmente le plus en étant presque multipliée par 3, passant de 8% en 2006 à plus de 21% en 2010. Plus d’information: http://owni.fr/2010/10/20/accroche-toi-au-pinceau-de-la-contribution-jenleve-lechelle-de-la-participation/
  • Microsoft Excellence en ingénierie Microsoft Confidentiel Explication de la typologie des réseaux sociaux: voir le slide de Dominique Cardon
  • Microsoft Excellence en ingénierie Microsoft Confidentiel
  • Rajouter le lien
  • Formation web collaboratif

    1. 1. PasseportNumérique - Le web collaboratif - Les ressources numériques de la Bibliothèque
    2. 2. ObjectifPourquoi cette formation ?
    3. 3. Objectif• Découvrir le web 2.0 ou web collaboratif• Connaître l’offre des ressources numériques
    4. 4. Objectif• Découvrir le web 2.0 ou web collaboratif• Connaître l’offre des ressources numériques De la Bibliothèque
    5. 5. Vue d’ensemble de la 1ère séance
    6. 6. Vue d’ensemble de la 2ème séance
    7. 7. Le web 2.0
    8. 8. Différences entre le Web 1.0 et le Web 2.0 Web 1.0 Web 2.0 Consommation d’informations Production d’informations Travail individuel Travail collaboratif Recherche d’informations S’abonne à des sources d’informations Connecter des idées Connecter des gens qui partagent des idées
    9. 9. Un dessin vaut mieux qu’un long discours
    10. 10. Contexte du développement d’Internet
    11. 11. Exemple du site Int Le profil usager Possibilité de commentaires Flux RSS Les liens sur les médias sociaux
    12. 12. Concept de Bibliothèque 2.0
    13. 13. Enjeux pour la BibliothèqueVarier les ressourcesAméliorer le conseil aux usagersOffrir de nouveaux servicesEncourager la participation
    14. 14. Les médiassociaux de laBibliothèque
    15. 15. DéfinitionSelon Frédérique Cavazza:« Les médias sociaux désignent unensemble de services permettant dedévelopper des conversations et desinteractions sociales sur internet ou ensituation de mobilité »
    16. 16. Panel des réseauxsociaux en 2011
    17. 17. À la BibliothèqueRéseaux sociaux : FacebookMicro blogs : TwitterPlateforme de partage : FlickR et Youtube
    18. 18. Historique et évolution Création le 4 février 2004 par Mark Zuckerberg Arrivé en France en 2006 Fin 2010, environ 20 millions de compte Facebook en France, Plus de 600 millions dans le monde 2ème site le plus visité au monde derrière Google Pour en savoir plus
    19. 19. Facebook
    20. 20. FacebookA la Bibliothèque :Présenter le lieu, l’équipe, les collectionsProposer des ressources ( documents en ligne,accès aux bases de données)Faciliter les commentaires, l’interaction avec lesusagers Bibliothèque | Les Champs Libres | Rennes
    21. 21. Historique et évolution Création en mars 2006 par Jack Dorsey et Biz Stone Peu de changements avant 2009 10 milliards de tweets en mars 2010 + de 70 millions d’utilisateurs en 2009 Pour en savoir plus
    22. 22. Twitter
    23. 23. TwitterPrésentation Un service de messagerie Ce n’est pas Facebook. Twitter est asymétrique Ce n’est pas un forum Lieu de rencontre avec aspect « temps réel »
    24. 24. TwitterA la Bibliothèque Se tenir informé des dernières informations Avoir des retours par les usagers Promouvoir des infos du site Infos ponctuelles en temps réel Twitter de la Bibliothèque
    25. 25. Historique et évolution Créé en 2002 par Stewart Butterfield et Caterina Fake En 2010, 4 milliards de photos et 60 millions de visiteurs sur le site Depuis 2008, FlickR accepte le partage de vidéos de 90 secondes maximum Pour en savoir plus
    26. 26. A la Bibliothèque Partager l’univers de la Bibliothèque en photos Créer une communauté de photographes autour de la structure FlickR de la Bibliothèque
    27. 27. Historique et évolutionCréé en Février 2005Lancé en France en juin 2007Chaque minute, 35 heures de vidéo sont mises en ligne700 milliards de vidéos consultées en 2010 Pour en savoir plus
    28. 28. A la Bibliothèque Créer et/ou intégrer une communauté Partager des vidéos avec les usagers YouTube de la Bibliothèque
    29. 29. La question de la participation La fréquentation du site double quand on y met du web 2, mais participation limitée. Jacob NIELSEN : 90% passifs 9% participent occasionnellement 1% = essentiel de la participation. Exemple: Et 1% est un chiffre optimiste. 0.16% des visiteurs de YouTube laissent des vidéos
    30. 30. La question de la participation
    31. 31. Ce qu’il faut retenir sur les médiassociaux• S’inscrire dans des communautés• Partager et diffuser des informations• Lancer et participer à des discussions• Expérimenter de nouvelles formes de relations avec les usagers
    32. 32. Le catalogue Encore!• Avez-vous des questions sur ce nouveau catalogue? Lien vers le catalogue
    33. 33. Vous avez desquestions ?
    34. 34. Explications de la 2 ème séance Identification et appropriation des ressources numériques sous forme de mind-mapping. Repérer le contenu, le public ciblé, les modes d’accès et comment conseiller les usagers Travaux sur les thématiques suivantes: Jeunesse Littérature, musique, cinéma Presse Ressources documentaires
    35. 35. Merci de votreattention

    ×