SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  50
Université Badji Mokhtar -ANNABA -
Faculté de Médecine
Département de Chirurgie Dentaire
Service de prothèse
Plan de traitement en PPA
Présenté par : Supervisé par
Rt NECIRI. B Dr BENTAHER
PLAN DE TRAVAIL
I- Introduction
II- Le diagnostic
Définition
Notions de valeurs parodontales des dents résiduelles
Choix du concept occlusal
Proposition d’une classification des pathologies dues a l’édentement
pouvant influencer le plan de traitement
- type 1 ou mineures
- type 2 ou intermédiaires
- type 3 ou majeures
Influence du diagnostic sur le choix thérapeutique
Devis estimatif et consentement éclairé
III- Plan de traitement
Phase pré-prothétique
Phase prothétique
Phase post-prothétique
IV- Conclusion
Introduction
La conception d’une prothèse partielle a pour but final
de restaurer les fonctions perdues tout en préservant
les structures dentaires et ostéo-muqueuses du
patient. C’est un processus long et laborieux, et afin
d’assurer le meilleur résultat possible ce dernier
comporte plusieurs étapes, La première étape est
une prise de contact associée à une collecte
d'informations ; la seconde est celle des examens
complets. La dernière étape est celle de la synthèse
dont découlent le diagnostic et le plan de traitement.
C’est cette étape que nous allons traiter aujourd’hui.
Le diagnostic
À l'issue de l'examen clinique, le praticien, doit
aboutir au diagnostic et proposer au patient un
plan de traitement qu’il va modifier en fonction
d'éléments nouveaux, Plus qu'un plan
d'exécution, c'est un plan directeur qui va le
guider.
Définition :
Le diagnostic est un acte par lequel le praticien
détermine la cause d’une maladie, et dans ce
cas de l’édentement.
résiduelles
l'indispensable évaluation de la valeur des futurs piliers de
bridge sera réalisée cliniquement et radiographiquement :
- Toute dent dépulpée présente une faiblesse
biomécanique d’où l’intérêt de la conservation de la
vitalité.
- Le rapport couronne/racine clinique (ou longueur
coronaire extra osseuse/longueur radiculaire intra
osseuse) idéal est de 1/2.
- Les racines dont le diamètre vestibulo-lingual est
supérieur au diamètre mésio-distal sont préférables à
celles ayant une section circulaire.
- « la surface radiculaire globale des points d'appui doit
être égale ou supérieure à celle présumée des dents
remplacées » c'est la loi d'Ante.
Choix du concept occlusal
La PPA doit être conçue de telle manière qu'elle
s'oppose aux contraintes par sa résistance mécanique
et ses qualités de stabilité et de rétention.
À l'examen clinique, le praticien doit chercher à voir
s'il y a prédominance d'appuis dento-parodontaux
avec sollicitation importante de la proprioception
desmodontale ou bien prédominance d'appui muquo-
osseux avec sollicitation de l'extéroception.
Lorsque le plan de traitement envisage une prothèse
combinée (prothèse amovible et prothèse fixée), c'est
toujours la prothèse la plus instable, en l'occurrence la
PPA, qui impose le choix du concept occlusal.
Proposition d’une classification des pathologies
dues a l’édentement pouvant influencer le plan de
traitement
J Champion ; propose une classification des
pathologies occlusales conséquentes à la perte des
dents naturelles. Cette classification vient en
complément de celle de Kennedy-Applegate qui ne
concerne que le type d'édentement sans se
préoccuper de leurs conséquences sur le plan
d'occlusion et donc sur les difficultés de réhabilitation
prothétique.
Il distingue trois types de pathologies occlusales :
- type 1 ou mineures.
- type 2 ou intermédiaires.
- type 3 ou majeures.
PATHOLOGIES DE TYPE 1 OU MINEURES
Elles sont fréquentes et notamment générées par des
« négligences» pour remplacer les dents avulsées ou
absentes. Les expressions cliniques les plus
répandues sont:
- les égressions légères.
- les rotations simples (mésiale ou distale).
Elles représentent la majorité des phénomènes
pathologiques de l'occlusion et font généralement
suite à la perte d'un nombre limité de dents non
remplacées.
PATHOLOGIES DE TYPE 2 OU INTERMÉDIAIRES
Elles sont représentées par des extrusions plus
importantes des dents antagonistes et/ou adjacentes,
dans les espaces laissés par les avulsions des dents
non remplacées.
La différence avec les pathologies de type 1 réside
essentiellement dans le nombre plus important et
l'ancienneté des pertes dentaires.
Il existe des niveaux de gravité différents pour ces
pathologies de type 2 et le plan d'occlusion est
modifié, ce qui doit donc être évalué pour le plan de
traitement.
Il s'agit ici des cas cliniques « difficiles », « complexes
» et qui représentent un grand nombre d'expressions
cliniques.
Le plan de traitement par PPA comprend ainsi un
nombre important d'étapes : assainissement
parodontal, extractions, soins conservateurs, passage
au parallélomètre des modèles, enregistrement de la
relation centrée, mise en articulateur, choix du
concept occlusal, mise en articulateur, réalisation d'un
montage directeur (polymérisé ou non), port de
provisoire...et il faut également intégrer dans le plan
de traitement une phase de temporisation, une
période « test » d'évaluation, qui permet de voir
comment le patient se comporte avec des prothèses
provisoires sur les plans parodontal, fonctionnel et
esthétique.
Influence du diagnostic sur le choix
thérapeutique
Le choix d'une restauration à l'aide d'une prothèse
conjointe classique ou implantoportée, d'une prothèse
adjointe partielle ou même d'une prothèse complète
doit être posé. Plusieurs facteurs interviennent :
- la forme et l'étendue de l'édentement.
- la valeur parodontale des dents restantes.
- les motivations fonctionnelles et esthétiques du
patient.
- les possibilités financières du patient et sa situation
socio-économique.
Dans tous les cas où une solution de prothèse
conjointe est possible cliniquement et acceptée par le
patient, elle doit être réalisée, car c'est la solution de
choix des points de vue biomécanique, fonctionnel,
esthétique et psychologique Ainsi, la prothèse
conjointe s'impose :
- dans la majorité des édentements de classe III de
faible étendue avec des dents à valeur parodontale
élevée.
- dans les classes IV de faible étendue avec des dents
d'indices parodontaux favorables.
- dans les classes I et II d'édentement pour lesquelles
une solution implantaire est réalisable.
Indication de la prothese partielle amovible
Enfin, la prothèse adjointe partielle est indiquée dans
tous les autres cas, parmi lesquels nous pouvons citer
:
- les classes I et II d'édentement pour lesquelles
aucune solution implantaire n'est envisageable.
- les classes III de grande portée ou pour lesquelles le
pronostic parodontal des dents supports est réservé.
- les classes III où l'espace prothétique est réduit avec
des couronnes cliniques courtes.
- les classes IV pour lesquelles une solution de
prothèse fixée n'est pas envisageable.
- les cas d'édentements avec une résorption
importante des crêtes osseuses, nécessitant un
comblement par une selle prothétique.
Devis estimatif et consentement éclairé :
Ils sont intégrés lors d'une consultation ultérieure
et doivent faire l'objet d'une information claire et
précise du praticien.
Le devis par définition traite du montant des
honoraires quand au consentement éclairé; il
implique obligations et devoirs réciproques.
En pratique générale, il faut s'assurer que le
patient a bien compris le traitement proposé et
qu'il est d'accord. II faut son accord oral, si
possible en la présence d'une assistante.
Plan de traitement
C'est une ligne de conduite que le praticien fixe en
accord avec le patient, afin de réaliser un ensemble
de soins qui paraissent le mieux adaptés à la situation
dentaire et parodontale.
Généralement, il se découpe en trois phases
interdépendantes : pré-prothétique, prothétique, post-
prothétique.
Phase pré-prothetique
Préparations initiales
Apres les premiers gestes d'urgence visant à soulager
le patient, le traitement débute généralement par un
assainissement parodontal basé sur une ou plusieurs
séances de détartrage.
Cette première étape, associée à la motivation du
patient, permet d'instaurer une hygiène buccale et
d'envisager la réalisation des autres soins dans un
contexte favorable.
Préparation des tissus mous
La chirurgie des parties molles est ensuite envisagée
de façon à utiliser le temps nécessaire à la
cicatrisation aux autres séquences préprothétiques.
Deux types de chirurgie peuvent être réalisés : la
chirurgie parodontale et la chirurgie muqueuse.
Préparation du tissu osseux
Moins fréquente que la chirurgie des parties molles,
celle des tissus osseux doit être économe ; elle est
limitée aux structures qui interfèrent avec l'insertion et
la désinsertion de la prothèse et aux cas particuliers
suivants :
- exérèse d'un torus palatin ou des tori mandibulaire.
- remodelage d'une tuberosité trop volumineuse ou de
contre-dépouille.
- élimination d'une ligne oblique interne projetée
horizontalement et s'opposant a la réalisation d'une
prothèse de conception correcte.
Indications de la prothèse provisoire
À l'issue de ces interventions chirurgicales, une
prothèse provisoire en résine ou la prothèse existante
modifiée doit être mise en place pour guider la
cicatrisation. Comme en prothèse complète,
l'utilisation d'une résine souple à prise retardée
permet, sur la prothèse d'usage modifiée ou sur la
prothèse provisoire, de redéfinir progressivement le
volume et le modelé corrects des bords.
Préparations des dents
Elles sont fréquentes et limitées à l'émail
dentaire ; le praticien, en les réalisant, doit
toujours avoir à l'esprit la nécessité d'économie
tissulaire.
Ces préparations concernent les corrections
occlusales et les modifications anatomiques des
dents ou coronoplasties.
• Coronoplasties
Plusieurs modifications mineures sont souvent
nécessaires pour faciliter l’intégration
prothétique.
-Préparation des logettes d'appuis occlusaux : Il
s'agit de créer une cupule au niveau de fossettes
proximales à l'aide d'une fraise diamantée de
gros diamètre, montée sur Turbine et travaillant
sous spray.
- Préparation des surfaces de guidage :
Lorsque l'orthodontie n'est pas envisagée, les faces
latérales des dents peuvent être préparées en
fonction de l'axe d'insertion.
- Création et modification des zones de contre-
dépouille, pour améliorer la rétention et diminuer les
effets scoliodontique de l’insertion et désinsertion.
Phase prothétique
Classe I
Dans ce type d'édentement, bilatéral postérieur, le
support prothétique est dento-ostéo-muqueux ; il est
donc essentiel de prévoir un recouvrement suffisant
des crêtes pour limiter les contraintes développées
sur les dents supports de crochets.
L'empreinte anatomo-fonctionnelle des crêtes
édentées, selon la technique des empreintes
dissociées de Kennedy-Applegate, doit assurer le
moulage, sous pression, des surfaces ostéo-
muqueuses et des zones éminemment positives, pour
la sustentation et la stabilisation, que sont les
tubérosités et les trigones.
Les crochets indiqués dans ce type d'édentement sont
des crochets à:
----------jonction linguale------------------
- crochet de Nally-Martinet; c'est un crochet
circonférenciel dont les trois quarts du bras rigide sont
situés au-dessus de la ligne guide ; son quart extrême
vestibulaire passe sous la ligne guide et assure la
rétention ; il est relié au châssis par une connexion
mésiale robuste au niveau de l'appui occlusal.
- crochet RPA [« Rest » « Plate » « Arm »] ; il est de
même configuration que le crochet de Nally-Martinet,
mais son bras de calage circonférenciel est situé
strictement sur la ligne guide de façon à en limiter
l'effet scoliodontique.
------------jonction vestibulaire----------------
- crochet RPI [« Rest » « Plate » « I »J ; conçu par
Krol, il présente trois parties distinctes:
- un appui mésial avec sa connexion linguale : « Rest
».
- une potence verticale distale : « Plate ».
- un bras de crochet en I très court : « I ».
- crochets de Roach; de formes variées (en T, en
demi-T, en Y), associés à un appui occlusal mésial
dans ce type d'édentement, ils présentent un bras de
jonction qui part de la selle et traverse l'anneau
gingival ; peu esthétiques, ils favorisent la rétention
alimentaire.
Classe II
L'édentement unilatéral distal implique la recherche
d'une rétention du côté controlatéral. Cette rétention
controlatérale est obtenue avec un crochet à jonction
linguale : le crochet de Bonwill ou crochet cavalier.
Du côté de l'édentement, la rétention est assurée soit
par un crochet de Nally-Martinet, soit par un crochet
RPI, soit enfin par un crochet de Roach.
Classe III
Ces types d'édentements doivent être traités en
priorité par prothèse conjointe. Lorsque cette
solution ne peut être retenue pour des raisons
cliniques ou financières, la prothèse adjointe
partielle est indiquée.
La rétention est obtenue par l'utilisation de
quatre crochets à jonction proximale d'Ackers ou
crochets n 1 de Ney avec des appuis occlusaux
proximaux à l'édentement. Dans certains cas,
l'utilisation de crochets à action postérieure est
indiquée.
Classe IV
Comme pour les classes III, le traitement par prothèse
conjointe est une priorité. Lorsque la prothèse adjointe
partielle est indiquée, la rétention est obtenue par
l'intermédiaire de crochets, répartis sur les dents
antérieures et postérieures, dont les bras de calage
sont reliés par des barres coronaires.
Classes V et VI :
Dans ces cas d'édentements unilatéraux de très
grande étendue (classe V) ou bilatéraux de très
grande étendue (classe VI), la question de la
conservation des dents se pose. Lorsque le passage
à la prothèse complète est redouté ou jugé trop
précoce, il est possible d'envisager une prothèse
adjointe partielle, dont la rétention peut être assurée
par des crochets sur des dents solidarisées, à l'aide
de couronnes ou par des attachements de type barre
de Dolder ou d'Ackerman. Dans tous les cas, la
surface de recouvrement muqueux est maximale, et
les concepts occlusaux sont ceux de la prothèse
complète.
Phase post-prothétique
La mise en place de la prothèse est une phase
clinique importante pour le praticien et le patient ;
il faut:
- procéder aux mises au point pour assurer un
maximum de confort.
- apprendre au patient à mettre en place et à
retirer sa prothèse.
- motiver le patient en matière d'hygiène dentaire
et prothétique.
- donner au patient des instructions concernant
la maintenance et la fréquence des contrôles.
Conclusion
Bien qu’il n’est pas nécessaire de
suivre le plan de traitement au pied
de la lettre, il constitue n’est en
moins un guide important pour le
praticien afin de concrétiser et
honorer le contrat qui le relis au
patient.

Contenu connexe

Tendances

Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparations
Abdeldjalil Gadra
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
Abdeldjalil Gadra
 
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixéeParallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Abdeldjalil Gadra
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
Abdeldjalil Gadra
 
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Abdeldjalil Gadra
 
Examen clinique en prothèse partielle
Examen clinique en prothèse partielle Examen clinique en prothèse partielle
Examen clinique en prothèse partielle
Abdeldjalil Gadra
 
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Abdeldjalil Gadra
 

Tendances (20)

Grands principe des_preparations
Grands principe des_preparationsGrands principe des_preparations
Grands principe des_preparations
 
Montage des dents en ppma
Montage des dents en ppmaMontage des dents en ppma
Montage des dents en ppma
 
Les attachements prothétique
Les attachements prothétique Les attachements prothétique
Les attachements prothétique
 
Parallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixéeParallelisme et retention en prothèse fixée
Parallelisme et retention en prothèse fixée
 
les articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciauxles articulateurs et les arcs faciaux
les articulateurs et les arcs faciaux
 
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
Enregistrement de la relation centree et transfert du modele mandibulaire sur...
 
Les indices biologiques
Les indices  biologiquesLes indices  biologiques
Les indices biologiques
 
Prothese pap resine
Prothese pap resineProthese pap resine
Prothese pap resine
 
Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2Inlay core et faux moignon 2
Inlay core et faux moignon 2
 
Examen clinique en prothèse partielle
Examen clinique en prothèse partielle Examen clinique en prothèse partielle
Examen clinique en prothèse partielle
 
Les empreintes en ppma
Les empreintes en ppmaLes empreintes en ppma
Les empreintes en ppma
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis Les liaisons selles- chassis
Les liaisons selles- chassis
 
Les reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexesLes reconstitutions complexes
Les reconstitutions complexes
 
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdfLivre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
Livre oc by li_onblanc yacine.19 (1).pdf
 
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partielMontage des dents en prothèse adjointe partiel
Montage des dents en prothèse adjointe partiel
 
Prothese etapes preprothetiques
Prothese etapes preprothetiquesProthese etapes preprothetiques
Prothese etapes preprothetiques
 
Les differentes conception
Les differentes conception Les differentes conception
Les differentes conception
 
Contention
ContentionContention
Contention
 
L'examen clinique en odf
L'examen clinique en odfL'examen clinique en odf
L'examen clinique en odf
 

Similaire à Plan de traitement en prothèse partiel adjointe

STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
Dr Sylvain Chamberland
 
Les traitements orthodontiques précoces
Les traitements orthodontiques précoces Les traitements orthodontiques précoces
Les traitements orthodontiques précoces
GanadOr Hermana
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
ADELLL
 

Similaire à Plan de traitement en prothèse partiel adjointe (20)

169-Retention and Relapse in orthodontics- Contention et recidive en orthodon...
169-Retention and Relapse in orthodontics- Contention et recidive en orthodon...169-Retention and Relapse in orthodontics- Contention et recidive en orthodon...
169-Retention and Relapse in orthodontics- Contention et recidive en orthodon...
 
356341895 endo-revision
356341895 endo-revision356341895 endo-revision
356341895 endo-revision
 
STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
STABILITÉ DE L'EXPANSION PALATINE ASSISTÉE CHIRURGICALEMENT COMPARÉE À UNE OS...
 
Oce5
Oce5Oce5
Oce5
 
Les traitements orthodontiques précoces
Les traitements orthodontiques précoces Les traitements orthodontiques précoces
Les traitements orthodontiques précoces
 
1 generalites chirurgie parodontale
1  generalites chirurgie parodontale1  generalites chirurgie parodontale
1 generalites chirurgie parodontale
 
Les alternatives thérapeutiques en cas d'usure dentaire Speech achraf zine el...
Les alternatives thérapeutiques en cas d'usure dentaire Speech achraf zine el...Les alternatives thérapeutiques en cas d'usure dentaire Speech achraf zine el...
Les alternatives thérapeutiques en cas d'usure dentaire Speech achraf zine el...
 
Conduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentaireConduite a tenir devant la mobilite dentaire
Conduite a tenir devant la mobilite dentaire
 
225-molaire incluse - impaction molar- orthodontics -orthodontie- olivier ous...
225-molaire incluse - impaction molar- orthodontics -orthodontie- olivier ous...225-molaire incluse - impaction molar- orthodontics -orthodontie- olivier ous...
225-molaire incluse - impaction molar- orthodontics -orthodontie- olivier ous...
 
Oce1
Oce1Oce1
Oce1
 
Trt chirurgical
Trt chirurgical Trt chirurgical
Trt chirurgical
 
Les implants dentaires
Les implants dentairesLes implants dentaires
Les implants dentaires
 
le site 1 exposé.pptx
le site 1 exposé.pptxle site 1 exposé.pptx
le site 1 exposé.pptx
 
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptxchirurgie-osseuse-soustractive.pptx
chirurgie-osseuse-soustractive.pptx
 
152-MAINTENEURS D'ESPACE -DEC 2010 (NXPowerLite) (FILEminimizer).pdf
152-MAINTENEURS D'ESPACE -DEC 2010 (NXPowerLite) (FILEminimizer).pdf152-MAINTENEURS D'ESPACE -DEC 2010 (NXPowerLite) (FILEminimizer).pdf
152-MAINTENEURS D'ESPACE -DEC 2010 (NXPowerLite) (FILEminimizer).pdf
 
BioRoot RCS by Dr.Marwa Ben Ameur
BioRoot RCS by Dr.Marwa Ben AmeurBioRoot RCS by Dr.Marwa Ben Ameur
BioRoot RCS by Dr.Marwa Ben Ameur
 
Mobilite
MobiliteMobilite
Mobilite
 
Oce9
Oce9Oce9
Oce9
 
La Contention orthodontique
La Contention orthodontiqueLa Contention orthodontique
La Contention orthodontique
 
Capitulo Posteriores 2.pdf
Capitulo Posteriores  2.pdfCapitulo Posteriores  2.pdf
Capitulo Posteriores 2.pdf
 

Plus de Abdeldjalil Gadra (20)

Asepsie
AsepsieAsepsie
Asepsie
 
6 la poche parodontale
6   la poche parodontale6   la poche parodontale
6 la poche parodontale
 
5 les parodontolyses
5   les parodontolyses5   les parodontolyses
5 les parodontolyses
 
3 classification des maladies parodontales
3   classification des maladies parodontales3   classification des maladies parodontales
3 classification des maladies parodontales
 
Terminologie en o
Terminologie en oTerminologie en o
Terminologie en o
 
Croissance cranio faciale
Croissance cranio facialeCroissance cranio faciale
Croissance cranio faciale
 
Mesure de la d
Mesure de la dMesure de la d
Mesure de la d
 
L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.L'occlusion en orthodontie.
L'occlusion en orthodontie.
 
L'examen clinique en odf
L'examen clinique en odfL'examen clinique en odf
L'examen clinique en odf
 
Le diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basalesLe diagnostic des anomalies basales
Le diagnostic des anomalies basales
 
Indices et mensurations
Indices et mensurationsIndices et mensurations
Indices et mensurations
 
la Gencive
la Gencivela Gencive
la Gencive
 
Cours desmodonte
Cours desmodonteCours desmodonte
Cours desmodonte
 
Cours cement
Cours cementCours cement
Cours cement
 
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_pChoix adhesifs et_lampes_a_photo_p
Choix adhesifs et_lampes_a_photo_p
 
Anatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaireAnatomie du maxillaire
Anatomie du maxillaire
 
Instrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaireInstrumentation en medecine dentaire
Instrumentation en medecine dentaire
 
Protections dentino pulpaires
Protections dentino pulpairesProtections dentino pulpaires
Protections dentino pulpaires
 
Biofilm dentaire
Biofilm dentaireBiofilm dentaire
Biofilm dentaire
 
Anesthesie locale
Anesthesie locale Anesthesie locale
Anesthesie locale
 

Dernier (6)

La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapieLa radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
La radiothérapie.pptx les différents principes et techniques en radiothérapie
 
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdfLES TECHNIQUES ET METHODES  EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
LES TECHNIQUES ET METHODES EN BIOLOGIE MÉDICALE.pdf
 
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
ETUDE RETROSPECTIVE DE GOITRE MULTIHETERONODULAIRE TOXIQUE CHEZ L’ADULTE, A P...
 
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptxArtificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
Artificial intelligence and medicine by SILINI.pptx
 
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdfBiochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
Biochimie metabolique METUOR DABIRE_pdf.pdf
 
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdfCours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
Cours sur les Dysmorphies cranio faciales .pdf
 

Plan de traitement en prothèse partiel adjointe

  • 1. Université Badji Mokhtar -ANNABA - Faculté de Médecine Département de Chirurgie Dentaire Service de prothèse Plan de traitement en PPA Présenté par : Supervisé par Rt NECIRI. B Dr BENTAHER
  • 2. PLAN DE TRAVAIL I- Introduction II- Le diagnostic Définition Notions de valeurs parodontales des dents résiduelles Choix du concept occlusal Proposition d’une classification des pathologies dues a l’édentement pouvant influencer le plan de traitement - type 1 ou mineures - type 2 ou intermédiaires - type 3 ou majeures Influence du diagnostic sur le choix thérapeutique Devis estimatif et consentement éclairé III- Plan de traitement Phase pré-prothétique Phase prothétique Phase post-prothétique IV- Conclusion
  • 3. Introduction La conception d’une prothèse partielle a pour but final de restaurer les fonctions perdues tout en préservant les structures dentaires et ostéo-muqueuses du patient. C’est un processus long et laborieux, et afin d’assurer le meilleur résultat possible ce dernier comporte plusieurs étapes, La première étape est une prise de contact associée à une collecte d'informations ; la seconde est celle des examens complets. La dernière étape est celle de la synthèse dont découlent le diagnostic et le plan de traitement. C’est cette étape que nous allons traiter aujourd’hui.
  • 4. Le diagnostic À l'issue de l'examen clinique, le praticien, doit aboutir au diagnostic et proposer au patient un plan de traitement qu’il va modifier en fonction d'éléments nouveaux, Plus qu'un plan d'exécution, c'est un plan directeur qui va le guider. Définition : Le diagnostic est un acte par lequel le praticien détermine la cause d’une maladie, et dans ce cas de l’édentement.
  • 5.
  • 6. résiduelles l'indispensable évaluation de la valeur des futurs piliers de bridge sera réalisée cliniquement et radiographiquement : - Toute dent dépulpée présente une faiblesse biomécanique d’où l’intérêt de la conservation de la vitalité. - Le rapport couronne/racine clinique (ou longueur coronaire extra osseuse/longueur radiculaire intra osseuse) idéal est de 1/2. - Les racines dont le diamètre vestibulo-lingual est supérieur au diamètre mésio-distal sont préférables à celles ayant une section circulaire. - « la surface radiculaire globale des points d'appui doit être égale ou supérieure à celle présumée des dents remplacées » c'est la loi d'Ante.
  • 7. Choix du concept occlusal La PPA doit être conçue de telle manière qu'elle s'oppose aux contraintes par sa résistance mécanique et ses qualités de stabilité et de rétention. À l'examen clinique, le praticien doit chercher à voir s'il y a prédominance d'appuis dento-parodontaux avec sollicitation importante de la proprioception desmodontale ou bien prédominance d'appui muquo- osseux avec sollicitation de l'extéroception. Lorsque le plan de traitement envisage une prothèse combinée (prothèse amovible et prothèse fixée), c'est toujours la prothèse la plus instable, en l'occurrence la PPA, qui impose le choix du concept occlusal.
  • 8. Proposition d’une classification des pathologies dues a l’édentement pouvant influencer le plan de traitement J Champion ; propose une classification des pathologies occlusales conséquentes à la perte des dents naturelles. Cette classification vient en complément de celle de Kennedy-Applegate qui ne concerne que le type d'édentement sans se préoccuper de leurs conséquences sur le plan d'occlusion et donc sur les difficultés de réhabilitation prothétique. Il distingue trois types de pathologies occlusales : - type 1 ou mineures. - type 2 ou intermédiaires. - type 3 ou majeures.
  • 9. PATHOLOGIES DE TYPE 1 OU MINEURES Elles sont fréquentes et notamment générées par des « négligences» pour remplacer les dents avulsées ou absentes. Les expressions cliniques les plus répandues sont: - les égressions légères. - les rotations simples (mésiale ou distale). Elles représentent la majorité des phénomènes pathologiques de l'occlusion et font généralement suite à la perte d'un nombre limité de dents non remplacées.
  • 10.
  • 11.
  • 12. PATHOLOGIES DE TYPE 2 OU INTERMÉDIAIRES Elles sont représentées par des extrusions plus importantes des dents antagonistes et/ou adjacentes, dans les espaces laissés par les avulsions des dents non remplacées. La différence avec les pathologies de type 1 réside essentiellement dans le nombre plus important et l'ancienneté des pertes dentaires. Il existe des niveaux de gravité différents pour ces pathologies de type 2 et le plan d'occlusion est modifié, ce qui doit donc être évalué pour le plan de traitement.
  • 13.
  • 14.
  • 15. Il s'agit ici des cas cliniques « difficiles », « complexes » et qui représentent un grand nombre d'expressions cliniques. Le plan de traitement par PPA comprend ainsi un nombre important d'étapes : assainissement parodontal, extractions, soins conservateurs, passage au parallélomètre des modèles, enregistrement de la relation centrée, mise en articulateur, choix du concept occlusal, mise en articulateur, réalisation d'un montage directeur (polymérisé ou non), port de provisoire...et il faut également intégrer dans le plan de traitement une phase de temporisation, une période « test » d'évaluation, qui permet de voir comment le patient se comporte avec des prothèses provisoires sur les plans parodontal, fonctionnel et esthétique.
  • 16.
  • 17.
  • 18. Influence du diagnostic sur le choix thérapeutique Le choix d'une restauration à l'aide d'une prothèse conjointe classique ou implantoportée, d'une prothèse adjointe partielle ou même d'une prothèse complète doit être posé. Plusieurs facteurs interviennent : - la forme et l'étendue de l'édentement. - la valeur parodontale des dents restantes. - les motivations fonctionnelles et esthétiques du patient. - les possibilités financières du patient et sa situation socio-économique.
  • 19. Dans tous les cas où une solution de prothèse conjointe est possible cliniquement et acceptée par le patient, elle doit être réalisée, car c'est la solution de choix des points de vue biomécanique, fonctionnel, esthétique et psychologique Ainsi, la prothèse conjointe s'impose : - dans la majorité des édentements de classe III de faible étendue avec des dents à valeur parodontale élevée. - dans les classes IV de faible étendue avec des dents d'indices parodontaux favorables. - dans les classes I et II d'édentement pour lesquelles une solution implantaire est réalisable.
  • 20. Indication de la prothese partielle amovible Enfin, la prothèse adjointe partielle est indiquée dans tous les autres cas, parmi lesquels nous pouvons citer : - les classes I et II d'édentement pour lesquelles aucune solution implantaire n'est envisageable. - les classes III de grande portée ou pour lesquelles le pronostic parodontal des dents supports est réservé. - les classes III où l'espace prothétique est réduit avec des couronnes cliniques courtes. - les classes IV pour lesquelles une solution de prothèse fixée n'est pas envisageable. - les cas d'édentements avec une résorption importante des crêtes osseuses, nécessitant un comblement par une selle prothétique.
  • 21. Devis estimatif et consentement éclairé : Ils sont intégrés lors d'une consultation ultérieure et doivent faire l'objet d'une information claire et précise du praticien. Le devis par définition traite du montant des honoraires quand au consentement éclairé; il implique obligations et devoirs réciproques. En pratique générale, il faut s'assurer que le patient a bien compris le traitement proposé et qu'il est d'accord. II faut son accord oral, si possible en la présence d'une assistante.
  • 22. Plan de traitement C'est une ligne de conduite que le praticien fixe en accord avec le patient, afin de réaliser un ensemble de soins qui paraissent le mieux adaptés à la situation dentaire et parodontale. Généralement, il se découpe en trois phases interdépendantes : pré-prothétique, prothétique, post- prothétique.
  • 24. Préparations initiales Apres les premiers gestes d'urgence visant à soulager le patient, le traitement débute généralement par un assainissement parodontal basé sur une ou plusieurs séances de détartrage. Cette première étape, associée à la motivation du patient, permet d'instaurer une hygiène buccale et d'envisager la réalisation des autres soins dans un contexte favorable.
  • 25. Préparation des tissus mous La chirurgie des parties molles est ensuite envisagée de façon à utiliser le temps nécessaire à la cicatrisation aux autres séquences préprothétiques. Deux types de chirurgie peuvent être réalisés : la chirurgie parodontale et la chirurgie muqueuse.
  • 26. Préparation du tissu osseux Moins fréquente que la chirurgie des parties molles, celle des tissus osseux doit être économe ; elle est limitée aux structures qui interfèrent avec l'insertion et la désinsertion de la prothèse et aux cas particuliers suivants : - exérèse d'un torus palatin ou des tori mandibulaire. - remodelage d'une tuberosité trop volumineuse ou de contre-dépouille. - élimination d'une ligne oblique interne projetée horizontalement et s'opposant a la réalisation d'une prothèse de conception correcte.
  • 27. Indications de la prothèse provisoire À l'issue de ces interventions chirurgicales, une prothèse provisoire en résine ou la prothèse existante modifiée doit être mise en place pour guider la cicatrisation. Comme en prothèse complète, l'utilisation d'une résine souple à prise retardée permet, sur la prothèse d'usage modifiée ou sur la prothèse provisoire, de redéfinir progressivement le volume et le modelé corrects des bords.
  • 28. Préparations des dents Elles sont fréquentes et limitées à l'émail dentaire ; le praticien, en les réalisant, doit toujours avoir à l'esprit la nécessité d'économie tissulaire. Ces préparations concernent les corrections occlusales et les modifications anatomiques des dents ou coronoplasties.
  • 29. • Coronoplasties Plusieurs modifications mineures sont souvent nécessaires pour faciliter l’intégration prothétique. -Préparation des logettes d'appuis occlusaux : Il s'agit de créer une cupule au niveau de fossettes proximales à l'aide d'une fraise diamantée de gros diamètre, montée sur Turbine et travaillant sous spray.
  • 30.
  • 31. - Préparation des surfaces de guidage : Lorsque l'orthodontie n'est pas envisagée, les faces latérales des dents peuvent être préparées en fonction de l'axe d'insertion. - Création et modification des zones de contre- dépouille, pour améliorer la rétention et diminuer les effets scoliodontique de l’insertion et désinsertion.
  • 32.
  • 33.
  • 35. Classe I Dans ce type d'édentement, bilatéral postérieur, le support prothétique est dento-ostéo-muqueux ; il est donc essentiel de prévoir un recouvrement suffisant des crêtes pour limiter les contraintes développées sur les dents supports de crochets. L'empreinte anatomo-fonctionnelle des crêtes édentées, selon la technique des empreintes dissociées de Kennedy-Applegate, doit assurer le moulage, sous pression, des surfaces ostéo- muqueuses et des zones éminemment positives, pour la sustentation et la stabilisation, que sont les tubérosités et les trigones.
  • 36. Les crochets indiqués dans ce type d'édentement sont des crochets à: ----------jonction linguale------------------ - crochet de Nally-Martinet; c'est un crochet circonférenciel dont les trois quarts du bras rigide sont situés au-dessus de la ligne guide ; son quart extrême vestibulaire passe sous la ligne guide et assure la rétention ; il est relié au châssis par une connexion mésiale robuste au niveau de l'appui occlusal. - crochet RPA [« Rest » « Plate » « Arm »] ; il est de même configuration que le crochet de Nally-Martinet, mais son bras de calage circonférenciel est situé strictement sur la ligne guide de façon à en limiter l'effet scoliodontique.
  • 37.
  • 38. ------------jonction vestibulaire---------------- - crochet RPI [« Rest » « Plate » « I »J ; conçu par Krol, il présente trois parties distinctes: - un appui mésial avec sa connexion linguale : « Rest ». - une potence verticale distale : « Plate ». - un bras de crochet en I très court : « I ». - crochets de Roach; de formes variées (en T, en demi-T, en Y), associés à un appui occlusal mésial dans ce type d'édentement, ils présentent un bras de jonction qui part de la selle et traverse l'anneau gingival ; peu esthétiques, ils favorisent la rétention alimentaire.
  • 39.
  • 40. Classe II L'édentement unilatéral distal implique la recherche d'une rétention du côté controlatéral. Cette rétention controlatérale est obtenue avec un crochet à jonction linguale : le crochet de Bonwill ou crochet cavalier. Du côté de l'édentement, la rétention est assurée soit par un crochet de Nally-Martinet, soit par un crochet RPI, soit enfin par un crochet de Roach.
  • 41.
  • 42. Classe III Ces types d'édentements doivent être traités en priorité par prothèse conjointe. Lorsque cette solution ne peut être retenue pour des raisons cliniques ou financières, la prothèse adjointe partielle est indiquée. La rétention est obtenue par l'utilisation de quatre crochets à jonction proximale d'Ackers ou crochets n 1 de Ney avec des appuis occlusaux proximaux à l'édentement. Dans certains cas, l'utilisation de crochets à action postérieure est indiquée.
  • 43.
  • 44.
  • 45. Classe IV Comme pour les classes III, le traitement par prothèse conjointe est une priorité. Lorsque la prothèse adjointe partielle est indiquée, la rétention est obtenue par l'intermédiaire de crochets, répartis sur les dents antérieures et postérieures, dont les bras de calage sont reliés par des barres coronaires.
  • 46.
  • 47. Classes V et VI : Dans ces cas d'édentements unilatéraux de très grande étendue (classe V) ou bilatéraux de très grande étendue (classe VI), la question de la conservation des dents se pose. Lorsque le passage à la prothèse complète est redouté ou jugé trop précoce, il est possible d'envisager une prothèse adjointe partielle, dont la rétention peut être assurée par des crochets sur des dents solidarisées, à l'aide de couronnes ou par des attachements de type barre de Dolder ou d'Ackerman. Dans tous les cas, la surface de recouvrement muqueux est maximale, et les concepts occlusaux sont ceux de la prothèse complète.
  • 49. La mise en place de la prothèse est une phase clinique importante pour le praticien et le patient ; il faut: - procéder aux mises au point pour assurer un maximum de confort. - apprendre au patient à mettre en place et à retirer sa prothèse. - motiver le patient en matière d'hygiène dentaire et prothétique. - donner au patient des instructions concernant la maintenance et la fréquence des contrôles.
  • 50. Conclusion Bien qu’il n’est pas nécessaire de suivre le plan de traitement au pied de la lettre, il constitue n’est en moins un guide important pour le praticien afin de concrétiser et honorer le contrat qui le relis au patient.