Cas: « Je n’y arrive plus »Régulation des troubles et prévention des risques psychosociaux                  01 43 54 31 63...
Un collaborateur en difficultéUn manager trè s proche d’un de ses collaborateurs, qui a un trè s fort potentiel et qui aeu...
Un collaborateur face à ses peursLe collaborateur communique constamment à son manager sur ses peurs face à l’avenir,  son...
Un manager rassurant          Le manager pense que son rô le est de le rassurer sur ses peurs.Par consé quent, il passe so...
Le manager met l’é quipe à contribution          Parallè lement à cette communication qui a pour but de le rassurer,      ...
Un double dialogue        D’un cô té on dit au commercial: « Tout va bien », « Ce n’est pas grave »,             « Les cho...
Notre intervention                    Une straté gie est construite avec le manager.                                 Premi...
Le temps faible                                 Deuxiè me dé marche:               Recadrer la personne sur la gestion des...
Trop de travail en temps faible = Ingé rableRapporter des affaires sur un temps faible cela veut dire qu’on n’est pas capa...
Le ré sultat    Comme le collaborateur est toujours en comparaison et suit toujours cette doubleinjonction contraire, il d...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Cas stress

1 189 vues

Publié le

0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
1 189
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
253
Actions
Partages
0
Téléchargements
11
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Cas stress

  1. 1. Cas: « Je n’y arrive plus »Régulation des troubles et prévention des risques psychosociaux 01 43 54 31 63 - http://www.lact.fr
  2. 2. Un collaborateur en difficultéUn manager trè s proche d’un de ses collaborateurs, qui a un trè s fort potentiel et qui aeu un é norme succè s pré cé demment, dé tecte un problè me par rapport à ce dernier. Suite à une crise dans le secteur d’activité , le collaborateur en question ne ramè ne plus le mê taux d’affaires qu’avant. me
  3. 3. Un collaborateur face à ses peursLe collaborateur communique constamment à son manager sur ses peurs face à l’avenir, son sentiment d’incapacité , le fait que les choses n’iront plus jamais comme avant, et face à cela, la direction sera dans l’obligation de le licencier.
  4. 4. Un manager rassurant Le manager pense que son rô le est de le rassurer sur ses peurs.Par consé quent, il passe son temps à lui dire que tout va bien, que c’est un mouvement passé et qu’il n’y a aucun risque, qu’il ne sera pas licencié et qu’il aura du temps.
  5. 5. Le manager met l’é quipe à contribution Parallè lement à cette communication qui a pour but de le rassurer, le manager demande aux autres membres de l’é quipes’ils peuvent aider le commercial en l’incluant dans leurs prospections, leurs offres, … Plus le manager cherche à l’aider, plus le commercial a des doutes sur ses propres capacité s.
  6. 6. Un double dialogue D’un cô té on dit au commercial: « Tout va bien », « Ce n’est pas grave », « Les choses vont é voluer naturellement », « Toi, on te garde ». D’un autre cô té , toute l’é quipe est au courant du problè me puisqu’il faut l’aider,l’inclure dans les dé marches commerciales, les plaquettes et les straté gies des autres. Donc tout va bien mais tout va mal. Plutô t que de rassurer le commercial, cela lui prouve qu’il y a un double dialogue.
  7. 7. Notre intervention Une straté gie est construite avec le manager. Premiè re dé marche: Bloquer les mauvaises habitudes qui é taient d’inclure le commercial dans les autres é quipes et d’é viter de le rassurer.On ne rassure que les gens qui ont peur: Donc on confirme que soit elle ne voit pas que les choses se sont améliorées, soit elle a bien raison de s’ affoler.
  8. 8. Le temps faible Deuxiè me dé marche: Recadrer la personne sur la gestion des temps faibles. « On ne gagne pas des matchs, on ne gagne pas un combat, on ne gagne pas uneépreuve en étant le meilleur tout le temps. On gagne une épreuve en évitant de perdre sur ces temps faibles. »En ce moment c’est un temps faible, on va s’attacher à faire du relationnel, des choses simples, basiques, en é vitant de rapporter des affaires.
  9. 9. Trop de travail en temps faible = Ingé rableRapporter des affaires sur un temps faible cela veut dire qu’on n’est pas capable de les gé rer et que, par consé quent, elles conduiront à une « non ré alisation ». Le commercial doit faire de la gestion des temps faibles et construire sur les temps faibles, pour qu’aprè s, si les choses s’amé liorent, ré colter sur ces temps faibles.
  10. 10. Le ré sultat Comme le collaborateur est toujours en comparaison et suit toujours cette doubleinjonction contraire, il doit se focaliser sur des choses trè s simples, petites et basiques. Il part en prospection sans avoir la pression de devoir ramener des affaires, ilcommunique diffé remment avec ses clients dans la mesure où il n’a plus cette pression. Progressivement il commence à ramener affaire sur affaire.

×