Ce diaporama a bien été signalé.
Nous utilisons votre profil LinkedIn et vos données d’activité pour vous proposer des publicités personnalisées et pertinentes. Vous pouvez changer vos préférences de publicités à tout moment.
CHARTI Yasmina, COUDERC Coralie, EL GHISSASSI Linda
« Nouvelles Tendances en Marketing »
Pessimisme est directement corrélé à la perception que les Français ont de
l'évolution de leur niveau de vie.
Ainsi, 72% d...
Comment explique t-on l’engouement des consommateurs
collaboratifs?
Quels sont les avantages et les limites de ce mode d...
I. Au revoir vacances, loisirs et épargne et bonjour consommation collaborative
a. Une consommation alternative en réponse...
Consommation collaborative
Sharing economy
Trust
Au revoir vacances, loisirs et épargne et
bonjour consommation collaborative
 Quand on doit se serrer la ceinture, il est temps de faire des arbitrages
 Selon le site 60 millions de consommateurs: ...
 Pour essayer de maintenir leur niveau de vie, certains Français
n'hésitent pas à casser leurs tirelires.
 Le taux d’épa...
 Près de 50 % des consommateurs français ont eu une pratique de consommation collaborative
en 2014.
 Consommation collab...
Aujourd’hui le consommateur
souhaite contrecarrer le
système et prendre des
initiatives. A l’aube de ce
nouveau siècle, es...
Avantages et limites de ce modèle
 67 % des français choisissent ce modèle pour des raisons économiques ; ils cherchent à acheter moins cher
et se demanden...
- la préoccupation environnementale et le
lien social 90% des Français s’accordent sur
l’idée que « notre manière de conso...
 Le collaboratif, nouvelle forme d’économie ou perturbateur de l’économie ?
 vénérée par ses supporters comme un mouveme...
 Ce que l’on sait : La crise a affecté une grande partie de la population, qui a trouvé
dans l’économie collaborative une...
 http://bdc.aege.fr/public/Economie_collaborative_vecteur_influence.pdf
 http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

La consommation collaborative

943 vues

Publié le

2016 est l'année de la consommation collaborative, les consommateurs si dirigent de plus en plus vers une consommation partagée. Depuis Le bon coin beaucoup de groupe se sont développés, ainsi est née Blablacar, AirBnb, Koolcar... Ce système est avantageux mais il comprend certaines limitent, c'est ce que nous avons étudié dans nos recherches.
La consommation collaborative est-elle réellement un Eldorado?

Publié dans : Mode de vie
  • Soyez le premier à commenter

La consommation collaborative

  1. 1. CHARTI Yasmina, COUDERC Coralie, EL GHISSASSI Linda « Nouvelles Tendances en Marketing »
  2. 2. Pessimisme est directement corrélé à la perception que les Français ont de l'évolution de leur niveau de vie. Ainsi, 72% des sondés pensent que leurs enfants vivront moins bien qu’eux, et 85% sont convaincus que la situation en France ne fait que s’aggraver. 75% des français déclarent être affectés par les effets de la crise 68% d'entre eux sont pessimistes pour leur avenir Consommer ce n’est pas seulement acheter: c’est aussi louer, partager, échanger, donner . Neuf Français sur dix déclarent ainsi avoir déjà réalisé au moins une fois une pratique de consommation collaborative. L’Economie collaborative est un instrument de réémergence et nouvel outil d’influence.
  3. 3. Comment explique t-on l’engouement des consommateurs collaboratifs? Quels sont les avantages et les limites de ce mode de consommation?
  4. 4. I. Au revoir vacances, loisirs et épargne et bonjour consommation collaborative a. Une consommation alternative en réponse à la baisse du pouvoir d’achat b. Analyse du model collaboratif II. Avantages et limites de la consommation collaborative a. Avantages b. Freins
  5. 5. Consommation collaborative Sharing economy Trust
  6. 6. Au revoir vacances, loisirs et épargne et bonjour consommation collaborative
  7. 7.  Quand on doit se serrer la ceinture, il est temps de faire des arbitrages  Selon le site 60 millions de consommateurs: les postes de dépense les plus touchés devraient être, en 2013, les loisirs et les vacances, suivis par l’habillement et les soins de beauté  le Figaro.fr indique que "parmi les personnes gagnant moins de 1 500 euros par mois, 91% déclarent avoir déjà profondément modifié leurs habitudes de consommation, réduisant aussi bien leurs dépenses d'alimentation (65,3%) que celles de santé (33,4%)
  8. 8.  Pour essayer de maintenir leur niveau de vie, certains Français n'hésitent pas à casser leurs tirelires.  Le taux d’épargne des ménages a chuté de 16,2% à 15,6% de 2011 à la fin de 2012.  "les ménages puisent dans leur bas de laine pour maintenir un minimum de hausse de la consommation«  La baisse de l’épargne est du aussi à la hausse des prélèvements sociaux (impôts ) et à la baisse des taux de rendement du livret A
  9. 9.  Près de 50 % des consommateurs français ont eu une pratique de consommation collaborative en 2014.  Consommation collaborative : Mode de consommation qui fait appel à la collaboration de chacun (contributif, participatif)  3 grandes familles de consommation collaborative: - Payer pour l’utilisation d’un produit au lieu de payer pour son achat - Redistribuer des produits dont on n’a plus l’utilité - Partager ou échanger des services, du temps, des savoir-faire, etc
  10. 10. Aujourd’hui le consommateur souhaite contrecarrer le système et prendre des initiatives. A l’aube de ce nouveau siècle, est née une nouvelle forme d’empowerment, issu de tous ces facteurs. Les jeunes surfent depuis toujours sur les réseaux et sont habitués à leur approche multidimensionnelle, informelle, transversale et co-éducative
  11. 11. Avantages et limites de ce modèle
  12. 12.  67 % des français choisissent ce modèle pour des raisons économiques ; ils cherchent à acheter moins cher et se demandent ce qu’ils pourraient louer ou vendre.  Cette consommation est favorisée par la baisse du pouvoir d’achat et est motivée par d’autres valeurs : - la confiance et le partage : perte de confiance dans le système économique et financier actuel, à la recherche d’une transparence dans leur consommation - la qualité des produits et du service - l’engagement citoyen (ex: AMAP pour une consommation plus éthique)
  13. 13. - la préoccupation environnementale et le lien social 90% des Français s’accordent sur l’idée que « notre manière de consommer est nuisible à l’environnement » - Lien social : pour 47% des consommateurs la préoccupation environnementale - vs 40% 26% 21% 13% Motivations Social environnement citoyenneté agir au niveau local
  14. 14.  Le collaboratif, nouvelle forme d’économie ou perturbateur de l’économie ?  vénérée par ses supporters comme un mouvement qui réinvente l’économie et est critiqué par les entreprises classiques comme un élément dérégulateur, destructeur d'emploi  La consommation collaborative synonyme d’un retour à la version originelle de la consommation pose problème aux pouvoirs publics  Manque de régulation , difficulté d’application au du droit au consommateur et manque de contrôle par l’Etat « La "sharing economy" ? Ce n'est pas du partage. Il serait temps de nous débarrasser de ce romantisme de pacotille. »
  15. 15.  Ce que l’on sait : La crise a affecté une grande partie de la population, qui a trouvé dans l’économie collaborative une solution à la baisse de leur pouvoir d’achat.  Ce que l’on sait mal :Ce mode de consommation prend de plus en plus d’ampleur, maturation rapide de l'économie collaborative  Ce que l’on devrait savoir :Quels sont ses effets à long terme sur l’économie ? Que représentera la part de l’économie collaborative par rapport à l’économie en général?
  16. 16.  http://bdc.aege.fr/public/Economie_collaborative_vecteur_influence.pdf  http://digital-society-forum.orange.com/fr/les-forums/366- le_collaboratif_nouvelle_forme_deconomie_ou_perturbateur_de_leconomie  http://www.ccese.info/wp- content/uploads/2014/03/M%C3%A9moire_ConsommationCollaborative.pdf  http://www.entreprises.gouv.fr/files/files/directions_services/etudes-et- statistiques/prospective/Numerique/2015-07-Consommation-collaborative-Rapport- final.pdf

×