Dimensionnement de plateforme de stockage

6 882 vues

Publié le

calcule des raques de stockages selon la methode Michel Roux

Publié dans : Ingénierie
2 commentaires
8 j’aime
Statistiques
Remarques
Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
6 882
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
23
Actions
Partages
0
Téléchargements
433
Commentaires
2
J’aime
8
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Dimensionnement de plateforme de stockage

  1. 1. 1 Dimensionnement des Enrepôts Application - Exercice 2
  2. 2. 2 3  Une société dispose de 3 zones de stockage :  la zone de masse : 400 palettes gerbées sur 2 hauteurs,  la zone de « picking » :  3 palettes par alvéole  3 niveaux de stockage  6 travées  4 palettiers  la zone de stockage statique constituée de : 5 rangées de palettiers doubles  4 niveaux de stockage  9 travées par rangée  3 palettes par lisse.  Lorsque la capacité totale de stockage dans l’entrepôt est insuffisante, on soustraite le stockage de palettes complètes à hauteur de 600 palettes par semaine.  20 palettes sont actuellement stockées chez le sous-traitant. Exercice 4
  3. 3. 3 Mouvements de palettes prévus 5 6
  4. 4. 4 7 Calcul des quais
  5. 5. 5 Le nombre de quais  Le nombre de quais se calcule à partir du nombre de véhicules attendus dans la journée.  Un ratio de un quai pour six véhicules / jour est classique.  Cette valeur est à préciser en fonction des données propres au projet :  productivité des caristes,  planification rigoureuse des arrivées,  etc. 9 Le nombre de quais Le nombre de quais de chargement /déchargement dépend :  du volume de produits transitant par l’entrepôt,  de la capacité de chargement/déchargement,  et du volume/nombre d’unité de chargement dans les camions. DH N CS  N = nombre de quais D = volume moyen à charger/décharger par jour H = temps requis pour charger/décharger un camion S = temps disponible de chargement/déchargement par jour C = capacité d’un camion 10
  6. 6. 6 Applications  Un entrepôt reçoit et expédie environ 500 palettes par jour.  Il gère les flux d’entrée/sortie d’environ :  17 camions gros porteurs en livraison ce qui représente la livraison de 200 palettes par jour  12 camions en expédition, soit 300 palettes par jour  L’accueil d’un camion et sa prise en compte prend environ 3mn15s  Le chargement d’une palette prend 1mn50s et le déchargement 2mn5s  La libération du quai prend 1mn50s  Le temps d’ouverture de l’entrepôt est de 8h par jour. Les réceptions se font généralement la matinée alors que les expéditions se font à partir de début de l’après midi  Calculer le nombre de quais à prévoir dans le cas ou les quais sont banalisés et dans le cas ou les quais sont dédiés. Exercice 12
  7. 7. 7 13 14
  8. 8. 8 15 Type de Quai : Plain Pied 16
  9. 9. 9 Type de Quai : Surélevé 17 Type de Quai : Décaissé 18
  10. 10. 10 19 20  Lors de la conception d'un nouveau quai, il est important de tenir compte des dimensions des camions ainsi que de la distance nécessaire entre les quais. Quais de chargement
  11. 11. 11 21 22  La distance entre les camions à quai doit être au moins assez grande pour permettre  L'ouverture et la fermeture des portes du camion  une certaine facilité de manoeuvre pour les chauffeurs.  Lorsqu’il est impossible de placer les camions perpendiculairement au bâtiment, la disposition en dents de scie des niveleurs de quai est une solution à envisager. Quais de chargement
  12. 12. 12 23 24  Il est souhaitable que la disposition des quais soit telle qu’elle permette un accostage et un départ vers la gauche.  Cela facilitera la manœuvre des chauffeurs.  Si plusieurs camions ou remorques doivent pouvoir être à quai simultanément, l’entre axe minimal à respecter pour deux positions consécutives est de l’ordre de 3,50 mètres,  quelques décimètres supplémentaires seront les bienvenus. Quais de chargement
  13. 13. 13 25  L’entre axe conseillé par l’INRS est de 4,50 mètres.  Cela permet a des manoeuvres plus faciles et plus rapides, et cela évitera quelques risques d’accrochage.  Il sera judicieux de prévoir des dispositifs centreurs (dits quelquefois « chasse-roues ») si l’entre axe des quais est réduit. Quais de chargement 26 Quais de chargement
  14. 14. 14 27 Quais de chargement 28  La partie extérieure comporte les voies d’accès, arrivée et départ, les zones de manoeuvre et les zones de mise à quai proprement dites.  L’importance de ces surfaces conditionne souvent l’implantation générale du bâtiment dans la parcelle de terrain, compte tenu de la position des voies publiques d’accès et de circulation. Quais de chargement
  15. 15. 15 29  La conception des quais d’arrivée devra intégrer, dès le début de l’étude, le trafic des expéditions.  Les valeurs suivantes sont généralement retenues :  largeur d’une voie de circulation autorisant le croisement des véhicules : 6 à 7 mètres  rayon d’une courbe de circulation : 22 mètres à l’axe  espace libre devant le quai pour les manoeuvres : 30 à 35 mètres.  Pour un camion de 18 m, cela fait donc idéalement une zone de manœuvre de 38 m. Quais de chargement 30  La zone de parking et de manœuvre devant les quais devrait avoir théoriquement 2 fois la longueur du plus grand des camions + 2 mètres. Quais de chargement
  16. 16. 16 31 Aménagement
  17. 17. 17 Quelques méthodes usuelles de planification des aménagements fonctionnels  Méthode quantitative : Intensité de la circulation : Minimisation du coût des déplacements  Méthode qualitative : SLP : Systematic Layout Planning, méthode basée sur des critères de proximité. 33 Méthode de l’intensité de la circulation  Objectif : concevoir / évaluer les aménagements fonctionnels afin de réduire les coûts reliés aux déplacements des matières et / ou des personnes n = nombre de zones, secteurs ou départements I, j = zone, secteurs ou départements Xij = nombre de déplacements de i à j Cij = Coût d’un déplacements de i à j 1 1 _ n n ij ij i j Coûts Total C X     34
  18. 18. 18 Exemple :  On doit planifier l’aménagement d’un entrepôt qui comportera six secteurs : Entreposage en réserve; Préparation des commandes à la caisse; Préparation des commandes à l'unité; Réception; Expédition; Contrôle de la qualité. 35 Première étape :  Collecte des données sur le nombre de déplacements entre les différents secteurs  Obtenir des données historiques ou prévision de la demande et des graphiques de cheminement. 2 3 4 5 6 Entreposage en réserve (1) 1000 100 2500 1000 100 Prép. Commandes à la caisse (2) 3000 150 1800 0 Prép. Commades à l'unités (3) 20 3500 0 Réception (4) 50 250 Expédition (5) 0 Contrôle de la qualité (6) 36
  19. 19. 19 Deuxième étape :  Établir l’espace requis par chaque secteur. Espace requis (m2) Entreposage en réserve (1) 1000 Prép. Commandes à la caisse (2) 400 Prép. Commades à l'unités (3) 400 Réception (4) 300 Expédition (5) 250 Contrôle de la qualité (6) 50 Total 2400 37 Troisième étape :  Vérification de l’espace disponible (2400m2) 40m 60m 38
  20. 20. 20 Quatrième étape :  Développer un plan initial d’aménagement (25m2 par carreau) 40m 60m 39 Cinquième étape : Calcul des distances à parcourir entre les secteurs  En trouvant les coordonnées (x,y) du centre de chaque département et en calculant les distances rectilignes entre les départements  Ou, les distances de déplacements réelles en passant par les allées de circulation | | | |ab a b a bd x x y y    40
  21. 21. 21 Distances rectilinéaires 0 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 012345678 1 2 3 4 5 6 X Y 2 3 4 5 6 Entreposage en réserve (1) 2,5 4,0 1000 100 2500 1000 100 Prép. Commandes à la caisse (2) 6,9 5,6 3000 150 1800 0 Prép. Commades à l'unités (3) 10,2 6,1 20 3500 0 Réception (4) 7,0 1,5 50 250 Expédition (5) 10,6 1,7 0 Contrôle de la qualité (6) 6,0 3,5 41 Calcul des distances à parcourir entre les secteurs X Y 2 3 4 5 6 Entreposage en réserve (1) 2,5 4,0 6,0 9,8 7,0 10,4 4,0 Prép. Commandes à la caisse (2) 6,9 5,6 3,8 4,2 7,6 3,8 Prép. Commades à l'unités (3) 10,2 6,1 7,8 4,8 6,8 Réception (4) 7,0 1,5 3,8 3,0 Expédition (5) 10,6 1,7 6,4 Contrôle de la qualité (6) 6,0 3,5 42
  22. 22. 22 Sixième étape :  Calcul de l’intensité de la circulation : Distance x Nombre de déplacements 2 3 4 5 6 Entreposage en réserve (1) 6000 980 17500 10400 400 Prép. Commandes à la caisse (2) 11400 630 13680 0 Prép. Commades à l'unités (3) 156 16800 0 Réception (4) 190 750 Expédition (5) 0 Contrôle de la qualité (6) Total 78886 43 Septième étape :  Évaluer différentes alternatives et choisir celle qui est la plus avantageuse  Définir l’espace entre les allées pour chaque scénario  Est-ce que le « score » est acceptable?  Si oui : accepter l’aménagement  Si non : faire des changements et recalculer le score  Itérer pour trouver une solution acceptable 44
  23. 23. 23 Préparation de commande Order picking Stratégie de collecte  La collecte des caisses dans des alvéoles s’effectue à partir d’une liste d’articles qui peut être manuelle ou transmise électroniquement sur un terminal à fréquence radio.  La collecte d’articles nécessite de faire le choix du type d’approche à privilégier, soit :  un système préparateurs-vers-stocks implique le déplacement des ressources qui préparent les commandes vers les alvéoles de collecte;  un système stocks-vers-préparateurs nécessite l’utilisation d’un équipement spécialisé qui conserve les stocks et les amène sur demande vers un lieu de collecte.
  24. 24. 24 Système préparateurs-vers-stocks  La collecte horizontale en temps réel avec groupage et zonage consiste pour les préparateurs à se déplacer dans les allées et à amener les articles à un point de groupage général, ou encore les préparateurs se limitent à une zone précise de collecte et prennent les articles pour ensuite les placer sur un convoyeur qui effectuera la manutention jusqu’au point de groupage général.
  25. 25. 25 Système stocks-vers-préparateurs  Un système stocks-vers-préparateurs sera dominé par la présence d’un équipement de stockage spécialisé tel un carrousel ou une machine de stockage et de collecte automatisés (AS/RS : Automated Storage and Retrieval System). Système stocks-vers-préparateurs  Afin de minimiser les temps morts du préparateur, le problème du carrousel est essentiellement de déterminer comment il faut placer les articles dans les emplacements et programmer les mouvements du carrousel
  26. 26. 26 Route de prélèvement  Stratégie transversale;  Stratégie de retour sur ses pas;  Stratégie du point médian;  Stratégie de l'écart le plus grand. Stratégie de prélèvement transversale 1. L’allée contenant au moins un article à prélever est traversée dans la totalité de sa longueur. Les allées sans articles à prélever sont sautées. 2. Après la cueillette du dernier produit, le préparateur de commande revient au point de départ.  C’est la façon la plus simple de gérer un processus de cueillette des commandes. Également connu sous le nom stratégie en «S».  Stratégie la plus fréquemment utilisée.  Utile si les équipements utilisés ne peuvent pas facilement changer de direction au sein d'une allée et si les allées sont uni-directionelles  Peut générer des déplacements inutiles
  27. 27. 27 Stratégie transversale Stratégie de retour sur ses pas
  28. 28. 28 Stratégie du point médian Synthèse 58
  29. 29. 29 The Pick Sequencing Problem Etant donnée un picking list, déterminer la séquence de visite des localisation de picking locations de sorte à minimiser le temps total de voyage (l’effort total de voyage). x x x x x x x x x x Docking station Traveling Salesman Problem 2 3 1 4 5 3 5 2 3 2 1 3 2 4 4 Nombre total des solutions est (n-1)! /2 si la distance est symétrique. Exemple : 50 clients à visiter donne lieu à solutions 49!/2=3.04x1062 solutions
  30. 30. 30 Traveling Salesman Problem Mathematical Programming Inputs: n = number of locations cij = cost of traveling from i to j Decision variables:     otherwise0 .tocustomerfromravelsoperator ttheif1 ji xij Traveling Salesman Problem   jix ix jx xc ij n j ij n i ij n i n j ijij ,allfor0,1 allfor1 allfor1s.t. min 1 1 1 1           (1) (2)
  31. 31. 31 Traveling Salesman Problem 2 3 1 4 5 3 5 2 3 2 1 3 2 4 4 minimize 2x12+3x13+2x14+3x15+3x23+4x24+...+5x45 s.t. x12+x13+x14+x15 = 1 for node 1 x21+x31+x41+x51 = 1 for node 1 ... ... Traveling Salesman Problem 2 3 1 4 5 Est-ce une solution faisable ? Est une solution complète ?
  32. 32. 32 Traveling Salesman Problem    Si Sj ij Sx subseteveryfor1    Si Sj ij SSx subseteveryfor1 2 3 1 4 5 Traveling Salesman Problem   jix ix jx xc ij n j ij n i ij n i n j ijij ,allfor0,1 allfor1 allfor1s.t. min 1 1 1 1           (1) (2)    Si Sj ij Sx subseteveryfor1    Si Sj ij SSx subseteveryfor1
  33. 33. 33 Traveling Salesman Problem Heuristique pour le TSP 1. Heuristiques de Construction On construit une solution faisable en ajoutant un noeud à la fois au tour partiel jusqu’à obtenir un tour complet faisable. Traveling Salesman Problem Nearest Neighbor Step 1. Partir d’un nœud quelconque Step 2. Trouver le nœud le plus proche du dernier nœud ajouté au chemin. Step 3. Répéter la procédure jusqu’à ce que le chemin contienne tous les nœuds et revenir au point de départ pour construire le tour.
  34. 34. 34 Traveling Salesman Problem 2 3 1 4 5 3 2 1 2 3 Start with node 2. Nodes added Tour 2 2 5 2-5 1 2-5-1 4 2-5-1-4 3 2-5-1-4-3 2-5-1-4-3-2 2 3 1 4 5 3 5 2 3 2 1 3 2 4 4 Traveling Salesman Problem 3 2 3 1 4 5 3 5 2 2 3 2 3 1 4 5 3 5 2 2 Remove 1-2 and 3-4 Add 1-3 and 2-4 cost=18 3 2 3 1 4 5 3 5 43
  35. 35. 35 Traveling Salesman Problem 3 2 3 1 4 5 3 5 2 2 3 2 3 1 4 5 3 5 2 Remove 1-2 and 4-5 Add 1-4 and 2-5 cost=11 3 2 3 1 4 5 3 21 2 Stockage de produits dangereux 72
  36. 36. 36 Le risque DANGER × EXPOSITION ═ RISQUE Toxique, corrosif, nocif …. •Quantités, fréquences… •Barrières : protection collective et/ou individuelle •Capacité de dispersion •Capacité et voies d’absorption par l’organisme,… •Brûlure chimique •Maladie professionnelle (Intoxication, allergie…) •Anoxie •Exposition croisées et cumulatives, …  L'étiquette est la première information essentielle, fournie à l'utilisateur sur les dangers et sur les précautions à prendre lors de l'utilisation du produit  Elle est immédiatement disponible au moment de l'emploi Connaissance du produit : l’étiquette
  37. 37. 37 Savoir lire une étiquette 75
  38. 38. 38  Très toxique T+  Produits chimiques pouvant, même en très petites quantités, avoir de graves effets sur la santé et entraîner la mort. Normalement, ces produits ne sont remis qu’à des spécialistes confirmés. Par exemple, cyanure de potassium, arsenic, acide cyanhydrique  Toxique T  Produits chimiques pouvant, en petites quantités, avoir de graves effets sur la santé et entraîner la mort. Par exemple, gaz ammoniac, benzène, essence  Corrosif C  Produits chimiques pouvant entraîner des lésions importantes de la peau, des yeux et des muqueuses. Par exemple, acide chlorhydrique, soude caustique, certains détergents pour les canalisations.  Nocif Xn  Produits chimiques pouvant avoir des effets sur la santé et entraîner la mort si la dose reçue est importante. Par exemple, nombre de solvants ou de dilutifs comme le toluène  Irritant Xi  Produits chimiques pouvant, en cas de contact avec la peau, les yeux ou les muqueuses, provoquer des rougeurs ou des inflammations. Par exemple, soude, eau de javel, certains produits de lessive et de nettoyage Dangereux pour l’environnement N  Produits chimiques pouvant présenter un risque pour l’environnement. Par exemple, biocides comme les produits chlorés pour les piscines ou les insecticides ménagers; produits phytosanitaires. Beaucoup de ces produits sont très toxiques pour les poissons.
  39. 39. 39 Extrêmement inflammable F  Produits chimiques dont les gaz et les vapeurs forment un mélange explosible au contact de l‘air environnant et produits chimiques pouvant s‘enflammer très facilement en présence d‘une source d‘inflammation. Point d‘inflammation inférieur à 0° C; point d‘ébullition inférieur à 35° C. Par exemple, hydrogène, acétylène, essence, allume-feu liquide  Facilement inflammable F  Produits chimiques dont les gaz et les vapeurs forment un mélange explosible au contact de l‘air environnant et produits chimiques pouvant s‘enflammer facilement en présence d‘une source d‘inflammation. Point d‘inflammation inférieur à 21° C. Par exemple, acétone, gaz ammoniac  Comburant O  Produits chimiques non inflammables pouvant, au contact de substances combustibles, enflammer celles-ci ou entretenir un incendie sans amenée d‘air (ou d’oxygène). Par exemple, nitrate de potassium, peroxyde d’hydrogène (eau oxygénée)  Explosif E  Produits chimiques pouvant exploser sous l‘effet de la chaleur, d‘un frottement, d‘un choc ou du feu. Par exemple, azoture de plomb, acide picrique
  40. 40. 40 Ça tue Ça nuit à la santé Ça ronge Ça flambe Ça fait flamber Ça explose Ça nuit à l’environnement Symboles=DANGERS!Symboles=DANGERS! Rincer abondamment la partie lésée; ensuite se rendre aux urgences Rincer abondamment la partie lésée; ensuite se rendre aux urgences Rincer abondamment la partie lésée; ensuite se rendre aux urgences Rincer abondamment la partie lésée; ensuite se rendre aux urgences En cas d’incendie, alarmer directement les pompiers En cas d’incendie, alarmer directement les pompiers En cas d’incendie, au 118
  41. 41. 41 Connaissance du produit : les Pictogrammes Substances : Dès 2012 Mélanges : 2015 Passage progressif aux nouveaux pictogrammes dans les étiquetages : Mise en œuvre : Stockage Respect des incompatibilités 84 + - - + - - + - O O - - + + - + O + + + - O - + O* *: Séparer les acides et les bases Certains produits ont des propriétés spécifiques : vérifiez à l’aide de la FDS que ces règles générales sont applicables Légende : +: Stockage compatible O: Stockage possible -: Stockage interdit, possibilité de réaction dangereuse
  42. 42. 42 + = Incendie + = Dégagement de vapeurs toxiques + = Dégagement de vapeurs toxiques + EAU = Dégagement de chaleur, explosion, dégagement de vapeurs toxiques Mise en œuvre : Mélanges accidentels  Chlore,Javel + acide  Dégagement de chlore  Acide + Eau et base + acide  Réaction violente, Projections  Acide +Toxique  Dégagement de vapeurs toxiques Voir aussi : lien INRS « réactions dangereuses » 85 Entreposage Frigorifique 86
  43. 43. 43 87 Type de produits  Produits surgelés  Refroidissement précoce et brutal (-35 à -196°)  Conservé à -18°C  Aucune transformation  Avantage : exemple de la conservation du choux fleur  Air libre : - 60% de ses proporiétés  Surgelés : -10% • Produits congelés • Refroidissement lent et à basse température (24h) • Conservé à -12°C “PRODUITS GRANDS FROIDS” 88 Type de produits  Produits très périssables  A conserver entre 0° et 4°  Pas d’évolution physiologique  Durée de vie de une à quatre semaines “PRODUITS REFRIGERES” • Produits périssables • A conserver jusqu’à 8° • Produits végétaux frais – Évolution physiologique – De 0° à 14°C – Maturation incomplète, brunissement
  44. 44. 44 89 Type de produits  Vaccins  Conservation entre 2° et 8°   Greffons d’organe  Produits sanguins “PRODUITS PHARMACEUTIQUES” 90 Etat du marché  Début: 1945 - 1975  1 700 000 m3 d’entreposage  Disparité régionale  Grand Casablanca  Meknes-Tafilalt  Souss-Massa-Draa  Application au froid n’est pas toujours précoce  prime à l’investissement sur 5 ans - Maroc : < 60 litres par habitant - Argentine : 120 litres par habitant - Espagne : 250 litres par habitant - France : > 500 litres par habitant - Nouvelle-Zélande : 2000 litres par habitant
  45. 45. 45 91 92 Travail dans les conditions de froid  Aucune indication de température n'est donnée dans le Code du travail. Risques pour la santé : - Engelure - Hypothermie
  46. 46. 46 93 Conditions essentielles au bon déroulement du travail dans un entrepôt  Pour les salariés -Prévoir un régime de pause adapté -Formation des salariés : risques + premier secours -Eviter les travailleurs isolés AGROALIMENTAIRE : dans cet atelier de préparation de salade en sachets, la température ne dépasse pas 2 ° à 4 °C. Le personnel porte des anoraks sous les blouses toute l’année. Protection individuelle : - vêtements chauds en quantité suffisante (préférer plusieurs couches à une seule), bonnet -EPI : gants isolants, chaussures ou bottes -Hygiène alimentaire adaptée -Ne pas boire de boissons alcoolisées 94  Pour les locaux : - Mettre à disposition un local chauffé - Apposer une signalisation spécifique - Mettre en place des aides à la manutention manuelle permettant de réduire la charge physique de travail - Isoler les surfaces métalliques - Choisir pour les sols des matériaux adaptés au froid RUNGIS AUJOURD’HUI : des améliorations notables rendent le travail au froid moins pénible : par exemple, un système de réfrigération stratifiée permet d’orienter la ventilation de l’air réfrigéré.
  47. 47. 47 95 Coût entreposage frigorifique
  48. 48. 48 Manutention manuelle ; gestes et postures Profil et face Anomalies de constitution de la colonne vertébrale Les Manutentions manuelles ; gestes et postures La Colonne Vertébrale
  49. 49. 49 L’anneau fibreux est le disque inter vertébral ; il est très riche en eau. Il amortie les efforts imprimés à la colonne vertébrale. Il a des rapports directs avec la moelle épinière et les racines nerveuses aux différents étages, par le biais du ligament postérieur. Moelle épinière Ligament postérieurRacines nerveuses Moelle épinière Corps vertébral Anneau fibreux Noyau gélatineux Nerf sensitif Ligament vertébral commun postérieur Nerf sciatique Queue de cheval Les contraintes appliquées à la colonne vertébrale, se répercutent sur le disque intervertébral, qui absorbe ces pressions. En temps normal, rien n’est ressenti ; lorsqu’il y a atteinte du disque (quel que soit le mécanisme), des signes cliniques et/ou fonctionnels apparaissent. C’est ainsi que l’on peut rencontrer : * Lombalgies * Sciatique * Hernie discale
  50. 50. 50 375 Kg 25 Kg 75 Kg Un poids de 25 kg porté en respectant l’axe de la colonne vertébrale, équivaut à 75 kg au niveau lombaire. Ce même poids porté en flexion complète de la colonne et jambes tendues, équivaut à 375 kg au niveau lombaire ; soit 5 fois plus que dans l’exemple précédent. 25 Kg Attention !!! Bien soulever une charge : Se rapprocher de la charge, les pieds encadrant la charge les cuisses fléchies et le dos droit
  51. 51. 51 Bien soulever une charge avec les cuisses fléchies et le dos droit
  52. 52. 52 Gerber sur entablement Le sac est porté sur le côté Appuyé sur la cuisse Une poussée de la cuisse s’ajoutant À la traction effectuée par les bras Permet de gerber le sac sans effort important Pour déplacer un objet lourd, utiliser la fente avant (jambe avant pliée et bascule du poids du corps vers l’avant)
  53. 53. 53 Pas de mouvement de translation avec rotation du haut du corps
  54. 54. 54
  55. 55. 55 Informations
  56. 56. 56 Exercices de musculation Position de départ : Debout avec la tête, le dos et les fesses collés au mur. Le corps n'est pas appuyé : seules la tête et les fesses sont légèrement en contact avec le mur. Mouvement : S'accroupir et glisser vers le bas comme si on voulait s'asseoir, s'arrêter quand les jambes et les cuisses forment un angle droit. Le dos et la tête restent en contact avec le mur. Tenir la position le plus longtemps possible en ne bloquant pas la respiration. Musculation, Etirement, Relaxation

×