R a p p o r t 2 0 1 3 d ’a n a lys e c o m pa r at i v e
s u r l e s r é g i m e s d e c a p i ta l i s at i o n
COMMANDIT...
En collaborant avec la Great-West, votre entreprise peut contribuer à assurer à
ses employés un meilleur avenir financier....
Le Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation permet aux promoteurs
et aux conseillers de compar...
4 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
Aperçu d...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 5
PARTIE 1
Encourager l’...
6 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
de l’int...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 7
offertes sur notre can...
8 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
indiquen...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 9
Dans un contexte de pl...
10 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
Taux de...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 11
comparative montre qu...
12 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
Ils peu...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 13
Régime CD
Fonds à dat...
14 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
L’étude...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 15
Combien de placements...
16 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
PARTIE ...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 17
plus précise, 56 % de...
18 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation	 Canadian Institutional Investment Network
Conclus...
Canadian Institutional Investment Network	 Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 19
Ce supplément est pub...
La Great-West et la conception graphique de la clé et « Solutions de retraite toujours au travail » sont des marques de co...
Prochain SlideShare
Chargement dans…5
×

Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes

524 vues

Publié le

La gestion des régimes collectifs de retraite est sujet à beaucoup de questionnement provenant autant des participants que des promoteurs et des autorités de règlementation.

Publié dans : Business
0 commentaire
0 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

  • Soyez le premier à aimer ceci

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
524
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1
Actions
Partages
0
Téléchargements
6
Commentaires
0
J’aime
0
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes

  1. 1. R a p p o r t 2 0 1 3 d ’a n a lys e c o m pa r at i v e s u r l e s r é g i m e s d e c a p i ta l i s at i o n COMMANDITé PAR Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes
  2. 2. En collaborant avec la Great-West, votre entreprise peut contribuer à assurer à ses employés un meilleur avenir financier. Nous pouvons concevoir avec vous un régime adapté à vos besoins et à ceux de vos participants, en tirant parti de nos principaux avantages : une administration de régime et une gestion de comptes simples, des services de premier ordre et des caractéristiques personnalisées. La Great-West administre près d’un tiers des régimes d’épargne et de retraite à cotisations déterminées et met à la disposition de ses clients le plus vaste réseau de spécialistes des régimes de retraite collectifs au Canada. Nos clients bénéficient d’un service et de produits exceptionnels, et de l’appui d’une organisation solide et stable qui attache la plus haute importance à l’exactitude et à la fiabilité. Répondant aux besoins de sécurité financière de plus de 12 millions de personnes au Canada, la Great-West et ses filiales, la London Life et la Canada-Vie, ont un actif sous gestion de plus de 218 milliards de dollars*. Les placements gérés par ces sociétés, dans les régimes d’épargne et de retraite collectifs, totalisent plus de 37 milliards de dollars*. La Great-West et ses filiales sont des membres du groupe de sociétés de la Corporation Financière Power. Aux États-Unis, notre société sœur, la Great-West Life & Annuity Insurance Company, dont l’actif sous gestion atteint 179 milliards de dollars US*, se situe au quatrième rang des sociétés responsables de la tenue de dossiers de régimes de retraite collectifs. De concert avec nos filiales, nous offrons les produits suivants : • Régimes enregistrés d’épargne-retraite • Régimes de retraite agréés (à cotisations déterminées) • Régimes de participation différée aux bénéfices • Régimes de retraite simplifiés (au Québec et au Manitoba) • Régimes d’épargne non enregistrés • Comptes d’épargne libre d’impôt • Régimes de placement seulement Chaque entreprise étant unique, c’est avec plaisir que nous concevrons avec vous un régime qui correspond à votre profil. * au 31 décembre 2012 La Great-West À propos de
  3. 3. Le Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation permet aux promoteurs et aux conseillers de comparer les résultats de leur régime avec ceux du secteur afin de mieux positionner les participants face à leurs objectifs d’épargne-retraite. Les résultats pertinents et les analyses expertes que propose ce rapport fourniront aux promoteurs et aux conseillers les outils dont ils ont besoin pour concrétiser les attentes des participants : un revenu de retraite suffisant pour profiter pleinement de cette étape de la vie. Cette année, le rapport s’articule autour de quatre stratégies essentielles à l’élaboration d’un programme d’épargne-retraite fructueux : • Encourager l’adhésion précoce • Offrir des options de placement pertinentes • Promouvoir des cotisations optimales • Réduire l’incidence des retraits La formule d’un régime de retraite fructueux n’a pas changé depuis des décennies, mais le défi réside toujours dans la manière dont on obtient des résultats. Le rapport de cette année donne la parole à deux experts, qui montrent comment transformer le savoir en solutions réalisables : • Ken Millard, vice-président, Comptes nationaux, Services de retraite collectifs, Gestion du patrimoine, la Great-West • Jennifer Mayrhofer, directrice, Marketing et communications, Services de retraite collectifs, la Great-West Ce rapport est une synthèse des résultats de la mise à jour des profils de promoteurs de régimes canadiens publiés par le Canadian Institutional Investment Network (CIIN), et de ceux d’un sondage en ligne mené par le Groupe de recherche marketing de Rogers Connecte. Les données ont été recueillies entre le 1er février et le 1er août 2013 auprès de 392 entreprises qui offrent à leurs employés un régime de retraite à cotisations déterminées (CD) ou un REER collectif. La Great-West est fière de publier le Rapport d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation chaque année. C’est à la fois un important indicateur des progrès que notre secteur a accomplis et un bilan des aspects qu’il est essentiel d’améliorer et de développer à l’avenir. Merci à tous ceux qui ont participé au sondage de cette année. L’information détaillée que vous nous avez fournie nous aide à forger l’avenir des régimes de capitalisation au Canada. Je tiens à souhaiter à tous nos amis et collègues du secteur une nouvelle année jalonnée de succès. Le vice-président exécutif, Gestion du patrimoine, Message de la Great-West Avant-propos Robert J. Ritchie
  4. 4. 4 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network Aperçu des régimes de capitalisation au Canada VUE D’ENSEMBLE Type d’entreprise Type de régime Activité principale Participation obligatoire/facultative FONDS À DATE CIBLE PAR DÉFAUT TAUX MOYENS DE COTISATION Nombre d’employés Valeur marchande du régime (MILLIONS $) Taux de participation 4% 6 % 10 % 11 % 62 % 7 % ● Société par actions/ Entreprise privée ● Employeurs multiples ● Autre ● Syndicat ● Secteur public ● Université (éducation) ● Services financiers/aux entreprises ● Secteur public/Secteur public élargi/ Organisme sans but lucratif/ONG ● Fabrication ● Ressources naturelles ● SERVICES/HÔTELLERIE ● Transport/communications/ services publics ● 1-99 ● 100-199 ● 200-499 ● 500-999 ● 1 000+ ● Régime de retraite CD seulement ● REER collectif seulement ● RÉGIME DE RETRAITE CD et REER collectif 24 % 23 % 21 % 12 % 11 % 9 % 24 % 12 % 13 %10 % 40 % 27 % 15 % 59 % 0 $ 50 $ 100 $ 150 $ 129,3 $ 25,1 $ RÉGIME CD REER COLLECTIF 70 % 30 % 85 % RÉGIME CD REER COLLECIF 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % 15 % ● obligatoire ● facultative ● obligatoire ● facultative ● COTISATION DE L’EMPLOYÉ ● COTISATION DE L’EMPLOYEUR RÉGIME CD REER COLLECIF 0 % 25 % 50 % 75 % 100 % 96 % 91 % 81 % 61 % 2009 2010 2011 2012 2013 10% 8% 4% 6% 15% 16% 28% 28% 21% 0 % 10 % 20 % 30 % 23% RÉGIME CD REER COLLECIF 0 % 2 % 4 % 6 % 4,4 % 6,5 % 3,9 % 3,9 % BASE : Tous les répondants n = 392 BASE RÉGIME CD : Régimes auxquels les employés cotisent n = 164; BASE REER COLLECTIF : REER collectifs auxquels l’employeur cotise; cotisation de l’employé n = 71; cotisation de l’employeur n = 46 BASE : Tous les répondants n = 392 BASE : Régime CD n = 279; REER collecif n = 207 BASE : Tous les répondants n = 389 BASE : Tous les répondants n = 299 BASE : Tous les répondants; Régime CD n = 266; REER collecif n = 150 BASE : Tous les répondants; Régime CD, obligatoire n = 57, facultative n = 32; REER collecif, obligatoire n = 13, facultative n = 60 BASE : Tous les répondants; Régime CD 2009 n = 167; 2010 n = 202; 2011 n = 225; 2012 n = 308; 2013 n=257; REER collecif 2009 n = 129; 2010 n = 118; 2011 n = 145; 2012 n = 180; 2013 n = 122 ● Régime CD ● REER collecif Veuillez noter que certaines catégories de réponses dans ce rapport ne totalisent pas 100 %. Cela s’explique par le fait que les chiffres ont été arrondis ou que les questions permettaient aux répondants de fournir des réponses multiples.
  5. 5. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 5 PARTIE 1 Encourager l’adhésion précoce RÉSULTATS Les entreprises qui ont répondu au sondage ont déclaré une moyenne de 1 877 participants inscrits à leur régime CD, dont 1 841 employés actifs et 36 employés qui ont quitté l’entreprise ou ont pris leur retraite. Le taux de participation parmi les employés admissibles, une donnée que nous publions pour la première fois cette année, était de 91 %, soit 96 % pour les régimes obligatoires et 81 % pour les régimes facultatifs. Du côté des REER collectifs, les entreprises sondées ont déclaré une moyenne de 1 402 participants, soit 1 384 employés actifs et 18 employés qui ont quitté l’entreprise ou ont pris leur retraite. Le taux de participation parmi les employés admissibles était de 65 %, soit 91 % pour les régimes obligatoires et 61 % pour les régimes facultatifs. À quel moment les employés ont-ils le droit de participer au régime de leur employeur? Un nombre important de régimes (38 % des régimes CD et 53 % des REER collectifs) offrent l’admissibilité immédiate. Néanmoins, les entreprises sont encore nombreuses à imposer à leurs employés un délai d’admissibilité de trois mois ou plus. Fait intéressant cette année, parmi les entreprises qui offrent un régime CD à leurs employés, celles qui ont moins de 500 employés sont plus nombreuses que les autres à prévoir l’admissibilité immédiate. En 2012, 20 % des petites entreprises et 41 % des grandes entreprises autorisaient les employés à s’inscrire au régime CD dès leur entrée en fonction. En 2013, la proportion s’est inversée, 39 % des petites entreprises offrant l’admissibilité immédiate contre 32 % des grandes entreprises. Du côté des REER collectifs, en 2012, 48 % des petites entreprises et 63 % des grandes entreprises autorisaient les employés à s’inscrire dès leur entrée en fonction. En 2013, 49 % des petites entreprises et 57 % des grandes entreprises offrent l’admissibilité immédiate à leur REER collectif. L’ANALYSE DE KEN MILLARD La myopie, tendance naturelle des gens à valoriser davantage une récompense immédiate que la promesse d’un bénéfice dans un avenir lointain, fait obstacle aux efforts déployés par les promoteurs de régimes pour encourager l’adhésion précoce*. Elle explique la tendance des gens qui s’approchent de la retraite à s’intéresser davantage à la planification de la retraite que les jeunes dans la vingtaine, qui ont le plus à gagner du rendement des placements et * Shlomo Benartzi : Save More Tomorrow
  6. 6. 6 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network de l’intérêt composé. Bien sûr, l’inscription obligatoire et la réduction du délai d’admissibilité sont des moyens d’aplanir les obstacles à l’adhésion. La formation axée sur le pouvoir de l’intérêt composé est un excellent moyen de motiver les employés à adhérer très tôt à leur régime. Il existe plusieurs outils pour aider les participants à comprendre qu’il est avantageux de cotiser tôt et régulièrement à un régime. Un simple exemple illustre à quel point l’adhésion précoce peut faire une différence. Supposons qu’un participant âgé de 25 ans verse à son régime 1 000 $ par année pendant 40 ans de carrière. Comparons ensuite l’épargne que cette personne a accumulée à celle d’un participant qui a commencé à cotiser à 45 ans, mais en doublant sa cotisation annuelle à 2 000 $. Dans les deux cas, le même montant de 40 000 $ est investi. La plupart des participants seraient surpris de découvrir qu’à l’âge de 65 ans, l’employé de 25 ans aura accumulé une épargne supérieure de 83 % à celle de l’employé de 45 ans (d’après un taux de croissance annuelle hypothétique de 5 %). En fait, d’après ce même taux de croissance annuelle, le nouvel employé de 45 ans devrait, dans la plupart des cas, quadrupler l’investissement de celui de l’employé de 25 ans pour atteindre un montant d’épargne équivalent à l’âge de 65 ans. Cet exemple est l’une des nombreuses façons d’illustrer le message percutant qui doit être transmis dès l’embauche. Pour sensibiliser davantage les participants, les promoteurs de régimes peuvent leur fournir des ressources éducatives, telles que des vidéos Admissibilitéfigure 1 BASE : Tous les répondants; Régime CD 2013 n = 265; REER collecif n = 143 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 38 % 53 % 14 % 20 % 6 % 4 % 25 % 18 % 6 % 1 % 11 % 4 % DÉLAI DE TROIS MOIS DÉLAI DE SIX MOIS DÉLAI DE 12 MOIS DÉLAI DE 24 MOIS AUTREIMMÉDIATE ● Régime CD ● REER collectif
  7. 7. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 7 offertes sur notre canal YouTube à l’adresse www.youtube.com/user/ GreatWestGRS, et des illustrations, qui les aideront à comprendre comment l’intérêt composé peut décupler leurs cotisations. L’hésitation à adhérer à un régime peut aussi s’expliquer par la crainte de subir des pertes. Cette crainte relève de la tendance des gens à faire davantage d’efforts pour éviter des pertes que pour réaliser des gains*. Les participants aux régimes qui redoutent les pertes pourraient devoir réviser leur perception de la cotisation de contrepartie de l’employeur en considérant celle-ci comme une bonification du taux d’intérêt composé. Lorsqu’un employeur ajoute 25 cents à chaque dollar que le participant verse au régime, on peut considérer cette cotisation comme un taux de rendement de 25 %. Un message aussi percutant peut faire réfléchir les participants qui ne tolèrent pas les pertes. PARTIE 2 Promouvoir des cotisations optimales RÉSULTATS Au cours des cinq dernières années, le pourcentage des régimes CD qui autorisent les employés à verser des cotisations s’est progressivement accru en passant de la tranche supérieure des 70 % à la tranche inférieure des 80 %. En 2013, ce pourcentage s’établit à 82 %. Quant au nombre de participants qui cotisent à leur régime CD, les données de cette année Investir tôt ou reporter à plus tardfigure 2 ÂGE DU PARTICIPANT 0 $ 25 000 $ 50 000 $ 75 000 $ 100 000 $ 125 000 $ 25 30 35 40 45 50 55 60 65 ● COTISATION ANNUELLE DE 1 000 $ À PARTIR DE 25 ANS ● COTISATION ANNUELLE DE 2 000 $ À PARTIR DE 45 ANS Hypothèse : taux de croissance annuelle de 5 %. * Shlomo Benartzi : Save More Tomorrow
  8. 8. 8 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network indiquent que 77 % des régimes obligatoires permettent aux employés d’y cotiser. Du point de vue des taux de cotisation des employés, l’étude de 2013 n’a pas relevé d’écart important entre les petites et les grandes entreprises, ni par rapport aux cinq dernières années. figure 3 Les employés cotisent-ils à votre régime CD? BASE : Tous les répondants; 2009 n = 192; 2010 n = 228; 2011 n = 246; 2012 n = 283; 2013 n = 268 ● OUI ● NON figure 4 L’entreprise cotise-t-elle à votre REER collectif? BASE : Tous les répondants; 2009 n = 109; 2010 n = 137; 2011 n = 156; 2012 n = 154; 2013 n = 147 ● OUI ● NON 2009 2010 2011 2012 2013 76 % 79 % 83 % 84 % 82 % 0 % 20 % 40 % 60 % 80 % 18 %16 %18 % 21 % 25 % 2009 2010 2011 2012 2013 0 % 10 % 20 % 30 % 40 % 50 % 46 % 54 % 52 % 48 % 56 % 44 % 44 % 56 % 58 % 42 % Parallèlement, ces cinq dernières années, le pourcentage des entreprises qui cotisent à un REER collectif a oscillé entre les tranches de 40 % et de 50 % pour remonter vers un sommet de 58 % en 2013. Cette année, 96 % des entreprises ont cotisé à des REER collectifs obligatoires et 53 % à des REER collectifs facultatifs. Les entreprises comptant moins de 500 employés étaient plus nombreuses à cotiser aux REER collectifs – 70 % par rapport à 49 % des entreprises comptant plus de 500 employés. Cette tendance, constante depuis les dernières années, est plus prononcée en 2013.
  9. 9. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 9 Dans un contexte de plus en plus axé sur des objectifs de rendement visant à assurer aux participants un revenu de retraite suffisant, le montant des cotisations est plus important que jamais. L’étude de 2013 fait ressortir un résultat particulièrement intéressant : les cotisations de l’employeur aux régimes CD ont augmenté pour atteindre en moyenne 6,5 % du salaire de l’employé en 2013, contre 4,6 % en 2009. Les entreprises comptant moins de 500 employés affichent des taux de cotisation légèrement supérieurs à ceux des plus grandes entreprises (6,2 % c. 5,7 %). Le taux moyen de cotisation de l’employeur le plus élevé a été enregistré dans les secteurs des services financiers et des services aux entreprises (7,3 %). En revanche, les cotisations des employés aux régimes CD sont restées relativement stables au cours des cinq dernières années. En 2013, elles plafonnent à une moyenne de 4,4 %, sans écart significatif selon la taille figure 5 Taux de cotisation par secteur d’activité Régime CD REER collectif 0 1 2 3 4 5 6 7 Secteur public/Secteur public élargi/Organisme sans but lucratif (n = 42/46) Ressources naturelles (n = 12/19) Services financiers/ aux entreprises (n = 35/42) Transport, communications ou services publics (n = 19/25) Secteur des services (n = 13/19) Fabrication (n = 42/25) 4,8 % 6,0 % 4,3 % 4,6 % 4,6 % 7,3 % 4,4 % 4,7 % 4,3 % 5,0 % 4,1 % 4,7 % 0 1 2 3 4 5 6 7 3,9 % 3,8 % 3,9 % 4,3 % 3,6 % 3,6 % 3,9 % 5,1 % 4,1 % 3,4 % 4,1 % 3,8 % Secteur public/Secteur public élargi/Organisme sans but lucratif (n = 12/15) Ressources naturelles (n = 14/13) Services financiers/ aux entreprises (n = 19/18) Transport, communications ou services publics (n = 8/6) Secteur des services (n = 8/9) Fabrication (n = 10/9) ● Cotisation de l’employé ● COTISATION DE L’EMPLOYEUR BASE : Régimes auxquels les employés cotisent.
  10. 10. 10 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network Taux de cotisation de l’employé et de l’employeur (% du salaire de l’employé) figure 6 BASE RÉGIME CD : Régimes CD auxquels les employés cotisent. 2013 n = 164; BASE REER COLLECTIF : REER collectifs auxquels les employeurs cotisent. 2013 n = 71. ● Cotisation de l’employé ● COTISATION DE L’EMPLOYEUR Régime CD Votre régime vous offre-t-il…Figure 7 Régime CD REER collectif Information 93 % 92 % Formation 81 % 81 % Conseils 48 % 48 % BASE : Tous les répondants; Régime CD n = 277 ; REER collectif n = 152 ou le secteur d’activité de l’entreprise. Les cotisations des employeurs et des employés aux REER collectifs stagnent aussi depuis les deux dernières années, avec une moyenne de 3,9 % en 2013. Dans cette catégorie, les secteurs du transport, des communications et des services publics ont enregistré le taux moyen de cotisation de l’employeur le plus élevé, soit 5,1 %. Assujettir la cotisation de l’employeur à celle de l’employé est un moyen d’encourager les employés à investir davantage. Or, seulement 36 % des régimes CD et 51 % des REER collectifs se basent sur les cotisations de l’employé pour calculer la cotisation de l’employeur. L’analyse 2009 2010 2011 2012 2013 0 % 2 % 4 % 6 % 4,5 % 4,6 % 4,6 % 5,0 % 4,2 % 4,8 % 4,5 % 5,6 % 4,4 % 6,5 % 2009 2010 2011 2012 2013 0 % 2 % 4 % 6 % 3,8 % 4,3 % 7,6 % 5,1 % 3,9 % 3,8 % 4,3 % 3,8 % 3,9 %3,9 % REER collectif
  11. 11. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 11 comparative montre que 79 % des régimes CD et 47 % des REER collectifs calculent la cotisation de l’employeur en fonction du salaire de l’employé, et que 20 % des régimes CD et 14 % des REER collectifs se basent sur les années de service pour déterminer la cotisation de l’employeur. Une très faible proportion des régimes (1 % des régimes CD et 4 % des REER collectifs) établissent une corrélation entre les bénéfices de l’entreprise et la cotisation de l’employeur. Cela dit, ces cinq dernières années, les régimes ont eu tendance à prendre en compte de multiples facteurs pour déterminer la cotisation de l’employeur. L’ANALYSE DE JENNIFER MAYRHOFER La résistance au changement, surtout lorsque celui-ci exige beaucoup d’efforts, et la préférence des participants pour le statu quo se traduisent par une inertie qui affaiblit les taux de cotisation*. Qu’il s’agisse d’un régime CD ou d’un REER collectif, lorsque les employés peuvent y cotiser, il est essentiel pour eux de bien comprendre leur rôle et leur responsabilité dans la constitution de leur revenu de retraite. En général, les participants ont tendance à ne pas dépasser la cotisation que leur employeur est prêt à verser. Ce comportement persiste, malgré la profusion d’outils interactifs et conviviaux qui permettent aux participants d’évaluer leurs perspectives d’épargne en fonction de leur situation financière et de déterminer un taux de cotisation conforme au revenu de retraite dont ils prévoient avoir besoin. Pour éviter l’inertie et inciter les participants à verser des cotisations optimales, les employeurs devraient songer à sensibiliser leurs employés à leurs responsabilités, à augmenter les cotisations de contrepartie ou à rendre la cotisation des employés obligatoire. Lorsqu’elle s’installe, l’inertie incite souvent les participants à maintenir le statu quo plutôt qu’à augmenter leurs cotisations. Les promoteurs de régimes peuvent envisager des solutions ingénieuses pour augmenter le taux de cotisation des participants. Base de calcul des cotisations de l’employeurFigure 8 Régime CD REER collectif Salaire de l’employé 79 % 47 % Cotisations de l’employé 36 % 51 % Années de service 20 % 14 % Bénéfices de l’entreprise 1 % 4 % Autre 7 % 10 % BASE : Régimes auxquels les employeurs cotisent; Régime CD n = 255 ; REER collectif n = 126 * Shlomo Benartzi : Save More Tomorrow
  12. 12. 12 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network Ils peuvent, par exemple, demander aux participants de s’engager à augmenter leur cotisation à une date ultérieure, et tirer ainsi parti de leur penchant pour la procrastination. Premier exemple : Les participants pourraient opter pour la hausse automatique de leur cotisation chaque fois qu’ils reçoivent une augmentation de salaire. Pour tirer le meilleur parti de cette solution, Shlomo Benartzi, penseur d’avant-garde dans le domaine de la finance comportementale et auteur d’un livre intitulé Save More Tomorrow, suggère d’affecter seulement un pourcentage de l’augmentation salariale de l’employé à la bonification de sa cotisation au régime (p. ex., si un participant doit recevoir une augmentation de 5 %, la hausse de la cotisation ne doit pas dépasser 3 %, les 2 % restants étant alors perçus comme une augmentation de salaire nette). Cette stratégie permet au participant d’avoir une perception tangible de son augmentation de salaire tout en haussant sa cotisation, ce qui est plus facile à accepter que la retenue intégrale de son augmentation aux fins de l’épargne-retraite. Deuxième exemple : Les participants indiquent une date ultérieure à laquelle ils voudraient augmenter leur cotisation. D’après Benartzi, janvier est un mois idéal pour profiter de la tendance des gens à prendre des résolutions en vue d’améliorer leur santé physique et financière. PARTIE 3 Offrir des options de placement pertinentes RÉSULTATS Les résultats de l’étude révèlent que la majorité des participants aux régimes – ceux de 90 % des régimes CD et de 98 % des REER collectifs – ont la possibilité de prendre leurs propres décisions en matière de placement. Les régimes CD offrent en moyenne 18 options de placement et les REER collectifs, 21. Ces chiffres sont relativement stables depuis les cinq dernières années. Par rapport à 2008, les régimes CD offrent un pourcentage supérieur de fonds de répartition de l’actif à date cible et à risque cible. En 2013, 32 % des régimes CD comportent des fonds à date cible et 13 %, des fonds à risque cible. Il est intéressant de constater que les REER collectifs sont également plus nombreux à adopter les fonds à date cible depuis 2009, soit 24 % en 2013. En revanche, la proportion des fonds à risque cible a baissé à 17 % cette année, par rapport à une proportion avoisinant les 20 % dans les quatre dernières années.
  13. 13. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 13 Régime CD Fonds à date cible et à risque cible dans les régimes CD et les REER collectifs Figure 9 BASE : Tous les répondants; Régime CD 2009 n = 180; 2010 n = 274; 2011 n = 263; 2012 n = 308; 2013 n = 339 ; REER collectif 2009 n = 129; 2010 n = 185; 2011 n = 196; 2012 n = 180; 2013 n = 288 ● DATE CIBLE ● RISQUE CIBLE REER collectif 2009 2010 2011 2012 2013 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % 30 % 12 % 11 % 17 % 16 % 24 % 22 % 25 % 19 % 32 % 20 % 2009 2010 2011 2012 2013 0 % 5 % 10 % 15 % 20 % 25 % 30 % 16 % 20 % 21 % 22 % 24 % 25 % 27 % 29 % 24 % 17 % 30 % 21 % 19 % 25 % 17 % 10 % 28 % 15 % 8 % 6 % 5 % 4 % 4 % 4 % 3 %2 % Options de placement par défaut dans les régimes CD et les REER collectifs Figure 10 Régime CD REER collectif ● FONDS ÉQUILIBRÉS ● RÉPARTITION D’ACTIF À DATE CIBLE ● MARCHÉ MONÉTAIRE ● RÉPARTITION D’ACTIF À RISQUE CIBLE ● LIQUIDITÉS/INTÉRÊT QUOTIDIEN ● RÉPARTITION D’ACTIF À DATE CIBLE ET À RISQUE CIBLE ● CPG ● AUTRES BASE : Tous les répondants; Régime CD n = 257 ; REER collectif n = 122
  14. 14. 14 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network L’étude a révélé un autre changement radical cette année, à savoir une baisse sensible du nombre de REER collectifs qui offrent la gamme presque complète des options de placement, allant des fonds des marchés obligataire et monétaire canadiens jusqu’aux fonds équilibrés, en passant par les fonds d’actions. Les trois principales options de placement par défaut diffèrent entre les régimes CD et les REER collectifs. En 2013, les régimes CD favorisent les fonds équilibrés (30 %), les fonds à date cible (28 %) et les fonds du marché monétaire (15 %), tandis que les REER collectifs préfèrent les fonds à risque cible (25 %), les fonds à date cible (21 %) et les fonds du marché monétaire (19 %). Au cours des cinq dernières années, les fonds du marché monétaire ont perdu en popularité : en 2009, ils représentaient l’option de placement par défaut pour 28 % des régimes CD et 33 % des REER collectifs. Par ailleurs, pour ce qui est des REER collectifs, l’offre de fonds équilibrés comme option par défaut est presque tombée en désuétude, cette proportion atteignant à peine 3 % en 2013. Options de placement offertes en 2013Figure 11 Régime CD REER collectif OBLIGATIONS CANADIENNES 61 47 FONDS D’ACTIONS CANADIENNES EN GESTION ACTIVE 60 47 FONDS ÉQUILIBRÉS 60 44 ACTIONS AMÉRICAINES 59 44 ACTIONS MONDIALES 58 41 MARCHÉ MONÉTAIRE 57 47 CPG 47 37 FONDS INDICIELS D’ACTIONS CANADIENNES 32 30 RÉPARTITION D’ACTIF À DATE CIBLE 32 24 ACTIONS EAEO 29 22 LIQUIDITÉS/INTÉRÊT QUOTIDIEN 22 22 RÉPARTITION D’ACTIF À RISQUE CIBLE 20 17 FONDS IMMOBILIERS 13 13 RÉPARTITION D’ACTIF À DATE CIBLE ET À RISQUE CIBLE 13 7 TITRES HYPOTHÉCAIRES 9 8 OBLIGATIONS ÉTRANGÈRES 9 7 PLACEMENTS NON TRADITIONNELS 6 3 OBLIGATIONS À RENDEMENT ÉLEVÉ 5 5 OBLIGATIONS À RENDEMENT RÉEL 2 4 ACTIONS DE LA SOCIÉTÉ 2 2 AUTRES 6 3 BASE: Tous les répondants; Régime CD n = 339 ; REER collectif n = 288
  15. 15. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 15 Combien de placements les participants détiennent-ils? Pour les participants aux régimes CD, la moyenne est de 3,4, et le maximum, de 20. Pour les participants aux REER collectifs, la moyenne est de 4,0, et le maximum, de 31. Ces moyennes demeurent relativement stables depuis 2009. L’ANALYSE DE KEN MILLARD Les promoteurs de régimes offrent des options de placement par défaut qui tiennent compte de l’âge et de la tolérance au risque. Ces options comprennent des fonds à date cible qui s’ajustent automatiquement en fonction du profil de risque et de l’horizon de placement de chaque participant. Par le passé, les options par défaut étaient conçues comme des placements temporaires, en attendant que les participants déterminent leurs propres choix. Or, les participants ont tendance à oublier, ou à éviter, de faire des choix définitifs. Si l’option par défaut est un placement à faible rendement, comme un fonds du marché monétaire, non seulement le portefeuille du participant n’est pas diversifié, mais il risque de ne pas produire un revenu de retraite suffisant, les rendements de ce type de fonds compensant à peine l’inflation. Nous continuons d’encourager les promoteurs de régimes à envisager le recours à des produits de répartition de l’actif, en particulier les fonds à date cible. Les analyses de finance comportementale, telles que Trading Is Hazardous To Your Wealth : The Common Stock Investment Performance of Individual Investors, de Brad M. Barber et Terrence Odeon, continuent de montrer que les participants qui prennent leurs propres décisions de placement ont tendance à obtenir des rendements inférieurs à ceux que rapportent les options de placement gérés par des professionnels, tels que les fonds à date cible, ou même les placements indiciels, à gestion passive. Les études montrent en outre que les participants qui choisissent eux-mêmes leurs placements, selon un modèle « à la carte », passent fréquemment d’un fonds à l’autre dans leur course au rendement. Les stratégies de ce type produisent généralement de piètres résultats, alors que les stratégies de gestion professionnelle sont pour la plupart fructueuses. Les promoteurs de régimes qui envisagent d’élargir leur gamme d’options de placement ont intérêt à se concerter avec leurs conseillers ou consultants afin de mettre au point un menu d’options qui tient compte des profils d’investisseurs et des degrés de tolérance au risque des participants. Ils devraient aussi envisager de remettre en question et de réduire le nombre d’options de placement qu’ils offrent. Puisque les fonds d’une même catégorie d’actifs ont les mêmes objectifs et rapportent des rendements équivalents, les promoteurs de régimes pourraient envisager de proposer un seul fonds équilibré au lieu de cinq. Cela simplifierait le processus de placement pour les participants qui, devant l’embarras du choix, seraient autrement enclins à reporter à plus tard leur adhésion au régime.
  16. 16. 16 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network PARTIE 4 Réduire l’incidence des retraits RÉSULTATS Les participants aux régimes qui retirent de l’argent d’un régime CD ou d’un REER collectif avant de prendre leur retraite risquent de se retrouver avec des revenus insuffisants pour financer le mode de vie auquel ils aspirent pendant la retraite. Pour réduire les retraits, il est important de faire prendre conscience aux employés de l’importance de leur régime d’épargne-retraite. Un des paramètres de cette prise de conscience est la motivation des employés à optimiser leurs cotisations jusqu’à concurrence de la cotisation maximale de leur employeur. C’est ce qu’ont fait près des trois quarts des participants aux régimes CD (73,5 %) et aux REER collectifs (73,1 %) en 2013, ces moyennes étant légèrement supérieures dans les petites entreprises (75,5 % pour les régimes CD et 78,3 % pour les REER collectifs) comparativement aux grandes entreprises comptant plus de 500 employés (65,1 % pour les régimes CD et 62,3 % pour les REER collectifs). Les autres caractéristiques des régimes aptes à accroître la prise de conscience des employés comprennent la participation obligatoire et la hausse automatique des cotisations de l’employé et de l’employeur. La grande majorité des entreprises qui offrent des régimes CD (93 %) et des REER collectifs (98 %) facultatifs n’envisagent pas de mettre en œuvre la participation obligatoire dans la prochaine année. Ces proportions sont stables depuis les cinq dernières années. Aucune des entreprises qui ne l’ont pas encore fait n’envisage de mettre en œuvre la hausse automatique des cotisations au cours de la prochaine année, ce qui confirme aussi la tendance des cinq dernières années. D’après l’étude de 2013, seulement 18 % des régimes CD et 8 % des REER collectifs appliquent actuellement cette mesure. L’information, la formation et les conseils judicieux sont aussi des moyens d’accroître la prise de conscience des employés. Le nombre de régimes qui offrent ces trois éléments est pratiquement identique, qu’il s’agisse d’un régime CD ou d’un REER collectif. Les conseils sont sans doute la mesure la plus efficace pour dissuader les participants d’effectuer des retraits anticipés, et celle-ci a été légèrement plus prisée en 2013 qu’au cours des cinq dernières années. En 2013, 48 % des régimes CD et des REER collectifs offraient l’accès à un conseiller en sécurité financière indépendant, ou des recommandations de placement personnalisées en fonction de la situation, des besoins et des objectifs à long terme de chaque participant. En 2009, ces proportions s’établissaient respectivement à 39 % pour les régimes CD et à 45 % pour les REER collectifs. Les plus petites entreprises avaient plus tendance à offrir des conseils, cette différence étant plus prononcée pour les régimes CD que pour les REER collectifs. D’après une analyse
  17. 17. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 17 plus précise, 56 % des entreprises de moins de 500 employés offrent des conseils dans le cadre de leur régime CD, par rapport à 42 % des entreprises de plus de 500 employés. Parallèlement, 48 % des entreprises de moins de 500 employés offrent des conseils dans le cadre de leur REER collectif, par rapport à 44 % des entreprises de plus de 500 employés. L’ANALYSE DE JENNIFER MAYRHOFER Les participants accordent davantage d’importance à leurs besoins immédiats qu’à leurs besoins futurs. Ils devraient toutefois être conscients des conséquences des retraits anticipés. Un simple calcul au moment où le participant envisage de retirer de l’argent de son régime d’épargne-retraite peut l’aider à comprendre ce qu’il risque de perdre. Par exemple, si un participant âgé de 40 ans veut retirer 20 000 $ pour acheter une nouvelle voiture, ce retrait à lui seul l’expose à une perte de 91 000 $ sur l’épargne-retraite qu’il pourrait accumuler d’ici l’âge de 65 ans. Un tel retrait a aussi une incidence considérable sur le revenu de retraite du participant. Une perte de 91 000 $ sur son épargne-retraite potentielle équivaut à une réduction de 380 $ de sa rente mensuelle pendant sa retraite. Lorsque les participants n’ont pas l’expérience ou les connaissances nécessaires pour faire des choix aptes à sécuriser leur avenir financier, les régimes devraient être conçus de manière à réduire le risque d’erreur. figure 12 Incidence d’un retrait de 20 000 $ à 40 ans 600 000 $ 500 000 $ 400 000 $ 300 000 $ 200 000 $ 100 000 $ 0 $ 20 25 30 35 40 45 50 55 60 65 91 000 $ ÂGE DU PARTICIPANT Hypothèse de base : taux de cotisation de 2 % + 2 %, taux de rendement de 6 %, augmentation de salaire annuelle de 2 % ● AUCUN RETRAIT ● RETRAIT DE 20 000 $ À 40 ANS
  18. 18. 18 Rapport 2013 d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation Canadian Institutional Investment Network Conclusion Passer de la compréhension à l’action Nous espérons que, partout au pays, les promoteurs de régimes considéreront le Rapport d’analyse comparative sur les régimes de capitalisation comme un point d’appui pour consolider leur régime et améliorer les perspectives de sécurité financière de leurs employés. Voici quelques stratégies pratiques que les employeurs peuvent envisager de mettre en œuvre, dont bon nombre n’exigent aucun engagement financier de leur part. Encourager l’adhésion précoce • Fournir des exemples concrets du potentiel de l’intérêt composé et diffuser des illustrations et des vidéos à ce sujet. • Démontrer que la cotisation de l’employeur ne contribue pas seulement à la croissance composée, mais comporte également un taux de rendement intéressant. Promouvoir des cotisations optimales • S’assurer que les participants comprennent qu’ils ont la responsabilité de créer le revenu de retraite auquel ils aspirent. • Penser à optimiser la cotisation de l’employeur pour encourager les employés à augmenter leurs cotisations. • Encourager les participants à opter pour la hausse automatique de leurs cotisations chaque fois qu’ils reçoivent une augmentation de salaire ou à date fixe (p. ex., tous les ans en janvier). Offrir des options de placement pertinentes • Choisir comme options de placement par défaut des fonds de répartition de l’actif diversifiés et gérés par des professionnels, tels que des fonds à date cible. • Rationaliser la gamme des options, en tenant compte de la tolérance à l’égard du risque et du profil d’investisseur des participants, afin de leur simplifier le choix. Réduire l’incidence des retraits • Informer les participants sur les conséquences des retraits anticipés sur leur revenu de retraite mensuel. • Penser à intégrer des limites aux retraits anticipés dans le modèle du régime.
  19. 19. Canadian Institutional Investment Network Comprendre les résultats pour concrétiser les attentes 19 Ce supplément est publié par Les Éditions Rogers Ltée, One Mount Pleasant Road, 7e étage, Toronto, Ontario M4Y 2Y5. Téléphone : 416 764-2000; Téléc. : 416 764-3943. Cette publication ne peut être reproduite, intégralement ou en partie, sans l’autorisation écrite de l’éditeur. Copyright © 2013 À la Great-West, nous visons un objectif parallèle au vôtre. Tout comme les promoteurs de régimes, nous voulons encourager les employés qui ont le privilège de pouvoir cotiser à un régime de capitalisation offert par leur employeur à en profiter pleinement, afin de constituer une épargne suffisante pour s’offrir le mode de vie auquel ils aspirent à la retraite. Nous vous invitons à collaborer étroitement avec nous et avec vos conseillers afin de maximiser les bénéfices que vos participants retirent de leur régime, et d’optimiser ainsi l’adhésion et la fidélité aux régimes que vous leur offrez.
  20. 20. La Great-West et la conception graphique de la clé et « Solutions de retraite toujours au travail » sont des marques de commerce de La Great-West, compagnie d’assurance-vie. Votre groupe n’a pas son pareil. Tout comme nos Services de retraite collectifs. Indépendamment du genre de groupe que vous formez,ses attentes envers vous sont élevées. Heureusement, la Great-West s’engage à assumer pleinement ses responsabilités et à offrir des services de retraite collectifs de qualité supérieure et fiables. De plus, nos spécialistes régionaux travaillent de concert avec vous pour vous offrir un soutien local solide. Nous sommes vraiment le partenaire idéal. Après tout, vous ne voulez pas décevoir un groupe aussi unique que le vôtre. Communiquez avec votre équipe des Services de retraite collectifs. www.grsaccess.com Solutions de retraite toujours au travail Anthony Cardone 514-350-4664 anthony.cardone@gwl.ca

×