SlideShare une entreprise Scribd logo
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT1
I DEFINITION ET DOMAINES D’APPLICATIONS
Les pompes sont des appareils qui génèrent une différence de pression entre les tubulures
d’entrée et de sortie.
Suivant les conditions d’utilisation, ces machines communiquent au fluide, de l’énergie
potentielle (par accroissement de la pression en aval) soit de l’énergie cinétique par la mise en
mouvement du fluide.
Ainsi, on peut vouloir augmenter le débit (accroissement d’énergie cinétique) ou/et augmenter
la pression (accroissement d’énergie potentielle) pour des fluides gazeux, liquides, visqueux,
très visqueux….C’est pourquoi la diversité des pompes est très grande.
On distingue deux grandes catégories de pompes :
• LES POMPES VOLUMETRIQUES :
ce sont les pompes à piston, à diaphragme, à noyau plongeur…et les pompes rotatives telles
les pompes à vis, à engrenages, à palettes, péristaltiques….Lorsque le fluide véhiculé est un
gaz, ces pompes sont appelées « COMPRESSEURS»
• LES TURBO-POMPES :
elles sont toutes rotatives. Ce sont les pompes centrifuge, à hélice, hélico-centrifuge.
Les domaines d’utilisation de ces deux grandes catégories sont regroupés dans le tableau ci-
dessous :
REMARQUE :
On désigne par compresseurs les machines dont la pression de sortie (pression en aval) est
supérieure à la pression atmosphérique, et par pompes à vide les machines dont la pression de
sortie est égale à la pression atmosphérique. Mais la pression en aval, est dans tous les cas
supérieure à la pression en amont.
MECA-FLU V : LES POMPES
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT2
La chaîne énergétique d’une pompe est représentée par le diagramme :
Globalement, 60 à 90 % de l’énergie fournie par le moteur est transformée en énergie
mécanique. Cette énergie mécanique ne sera ensuite communiquée au fluide que dans une
proportion de 50 à 80 %.
Les pompes décrites dans la suite sont surtout adaptées aux liquides. En effet, pour les gaz, les
phénomènes thermodynamiques (compressions avec élévation de température,…) sont
prépondérants.
II LES POMPES VOLUMETRIQUES
1) Principe et caractéristiques générales
Un volume 0V de fluide emprisonné dans un espace donné (le récipient de départ) est
contraint à se déplacer de l’entrée vers la sortie de la pompe par un système mécanique. Ce
volume prélevé dans la conduite d’aspiration engendre une dépression qui fait avancer le
fluide vers la pompe par aspiration. Cet effet confère aux pompes volumétriques d’être auto-
amorçante.
Dans le cas des liquides, la pression d’aspiration ne doit pas s’abaisser en-dessous de la
pression de vapeur saturante sous peine de voir le liquide entrer en ébullition. Ce phénomène
peut d’ailleurs intervenir sur n’importe quelle machine (cf ci-après).
On obtient un débit théorique moyen proportionnel à la vitesse de rotation.
Par contre, si le volume aspiré ne peut s’évacuer dans la canalisation de sortie (vanne fermée,
ou canalisation obstruée) l’augmentation de pression aboutirait soit à l’éclatement de la
conduite, soit au blocage du moteur d’entraînement de la pompe. C’est pourquoi une soupape
de sûreté doit être impérativement montée à la sortie de la pompe.
2) Pompe à piston
pression, qu’on peut atténuer grâce à un pot anti-bélier sur la conduite de refoulement.
On peut aussi concevoir une machine mieux équilibrée par association de plusieurs pistons
travaillant avec un déphasage judicieux…
Ces machines ont un
fonctionnement alternatif et
nécessitent un jeu de soupapes
ou de clapets pour obtenir tantôt
l’aspiration du fluide, tantôt le
refoulement.
Le principal défaut de cette
machine est de donner un débit
pulsé et par suite des à-coups de
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT3
Les pompes à piston sont robustes et ont de bons rendements au-dessus d’une certaine taille.
Elles peuvent être utilisées comme pompes doseuses, on les trouve d’ailleurs assez souvent
avec des pistons à course réglables.
L’étanchéité de ce type de pompes ne leur permet pas de travailler avec des fluides possédant
des particules solides.
3) Pompe à diaphragme
4) Pompe à piston plongeur
5) Pompe à engrenage
Le point faible de ces pompes est l’usure des dents qui se traduit par des fuites.
6) Pompe à palettes rigides
Dans les pompes à diaphragme, appelées aussi pompes à
membrane, le fluide n’entre pas en contact avec les éléments
mobiles de la machine. Ces pompes sont donc bien adaptées au
pompage des liquides corrosifs ou/et chargés de particules
solides.
Cette machine est un compromis entre la pompe à piston et
la pompe à membrane. Le fluide n’est pas isolé du piston,
mais les frottements de celui-ci sont faibles car limités au
niveau du presse-étoupe qui assure l’étanchéité.
Ces pompes sont adaptées à la production de hautes
pressions.
Deux pignons tournent en sens inverse dans un carter. Le
fluide situé entre les dents et la paroi du carter est contraint
d’avancer au cours de la rotation, tandis qu’au centre, le
contact permanent entre les deux pignons empêche le retour
du fluide vers l’amont malgré la différence de pression et le
déplacement des dents qui se fait en direction de l’entrée.
Ces pompes peuvent fournir un débit de l’ordre de 80 à 100
m3
/h et des pressions maximales de l’ordre de 10 à 15 bar.
C’est la classique « pompe à vide ». Un rotor excentré tourne dans
un cylindre fixe. Sur ce rotor, des palettes, libres de se mouvoir
radialement, et poussées par des ressorts s’appliquent sur la face
intérieure du cylindre fixe. Les espaces ainsi délimités varient au
cours de la rotation et créé les dépressions nécessaires au
fonctionnement d’une pompe volumétrique.
Ces pompes conviennent bien aux gaz.
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT4
7) Pompe péristaltiques
de l’ordre de 60 à 80 m3
/h. Par contre, le rendement est de 100 % et elle est la pompe doseuse
par excellence.
8) Diagnostic des problèmes inhérents aux pompes volumétriques
PROBLEMES CAUSES POSSIBLES CORRECTIFS
Signes de cavitation ; cognements ;
vibrations ;pulsations irrégulières
Bruits suspects ;vibrations
Pression de refoulement déficiente ;
Faible débit
Echauffement du moteur ou de la
pompe
Le N.P.S.H. est-il respecté ?
Coup de bélier ?
Pompe bien ancrée au sol ? Socle
bien ancré au massif ?
Lubrification déficiente
Cavitation
Vitesse de pompage
Poche d’air en amont de la pompe
Clapets défectueux
Presse-garniture défectueux
Garnitures défectueuses
Liquide de scellement manquant
Fuite dans la conduite
Soupape de décharge défectueuse
Echauffement du moteur ou de la
pompe
Frottement excessif de la garniture
Frottement du piston ;manque de
lubrification
Défectuosité mécanique :paliers,
alignement, arbre faussé
Vérifier l’aspiration pour le niveau
de liquide ;voir s’il y a une
obstruction ou si la vanne est
partiellement fermée
Vérifier les chambres anti-bélier
Vérifier l’alignement de l’arbre
Lubrifier
La pression absolue doit être
supérieure à (N.P.S.H.)R
Vérifier les courrois s’il y a lieu ;
Vérifier les conditions à l’aspiration
Effectuer les réparations nécessaires
Effectuer les corrections nécessaires
III LES POMPES HYDRODYNAMIQUES, OU TURBO-
POMPES
1) Description et fonctionnement
Son principe de fonctionnement est plutôt
simple : un tuyau souple est écrasé par des
galets, le fluide est alors repoussé sans
turbulence, ni cisaillement. Il n’y a pas non
plus de contact entre le fluide et les pompes
mécaniques. Son débit est limité à des valeurs
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT5
Les pompes hydrodynamiques sont de construction très simple : en version de base, elles sont
essentiellement constituées d’une pièce en rotation, le rotor appelé aussi roue ou hélice qui
tourne dans un carter appelé corps de pompe.
Une certaine vitesse est ainsi communiquée au fluide.
La différence entre les pompes centrifuge hélico-centrifuge et à hélice porte essentiellement
sur la direction de la vitesse donnée au fluide.
Æ ASPIRATION : la pompe étant amorcée (c’est à dire pleine de liquide, cf ci-après), la
vitesse du fluide qui entre dans la roue augmente, et par conséquent la pression dans l’ouïe
diminue, engendrant ainsi une aspiration et le maintien de l’amorçage
Æ ACCELERATION : la rotation augmente la vitesse du fluide tandis que la force
centrifuge qui le comprime sur la périphérie augmente sa pression.
Les aubes sont le plus souvent incurvées et inclinées vers l’arrière par rapport au sens de
rotation, mais ce n’est pas une obligation.
Dans un même corps de pompe on peut monter des roues différentes en fonction des
caractéristiques du fluide.
Æ REFOULEMENT : dans l’élargissement en sortie, qui se comporte comme un
divergent, le liquide perd de la vitesse au profit de l’accroissement de pression :l’énergie
cinétique est convertie en énergie de pression.
IMPORTANT : on ne peut faire varier la vitesse de la pompe que sur un faible intervalle,
c’est pourquoi, le débit est réglé par une vanne placée sur la conduite de refoulement, ou un
« by-pass » sorte de court-circuit par lequel une partie du fluide sortant de la pompe est
renvoyée vers l’entrée.
2) Avantages et inconvénients des turbo-pompes
Pour les avantages, ce sont des machines de construction simple, sans clapet ou soupape,
d’utilisation facile et peu coûteuses.
• à caractéristiques égales, elles sont plus compactes que les machines volumétriques
• leur rendement est souvent meilleur que celui des « volumétriques »
• elles sont adaptées à une très large gamme de liquides
• leur débit est régulier et le fonctionnement silencieux
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT6
• en cas de colmatage partiel ou d’obstruction de la conduite de refoulement, la pompe
centrifuge ne subit aucun dommage et l’installation ne risque pas d’éclater. La pompe se
comporte alors comme un agitateur…
Du côté des inconvénients :
• impossibilité de pomper des liquides trop visqueux
• production d’une pression différentielle peu élevée (de 0,5 à 10 bar)
• elles ne sont pas auto-amorçantes
• à l’arrêt ces pompes ne s’opposent pas à l’écoulement du liquide par gravité (donc, vannes
à prévoir….)
3) Pression différentielle engendrée par la pompe
La différence de pression engendrée par la pompe s’écrit :
CABABABESP pvvzzgppppp ∆+−+−+−=−=∆ )(
2
1
)()( 22
ρρ (E)
la vitesse en A est généralement négligeable
La hauteur théorique d’élévation PH∆ est par définition :
g
p
H P
P
ρ
∆
=∆
4) Caractéristique pression-débit
Cette caractéristique )( VP Qfp =∆ est encore appelée caractéristique débitante, et
représente la variation de la pression différentielle, ou de la hauteur théorique d’élévation, en
fonction du débit de la pompe.
Sur les pompes de conception courante la pression différentielle chute lorsque le débit
augmente :
5) Point de fonctionnement
Sur l’installation ci-contre, la pompe qui tourne à vitesse
constante élève le liquide contenu dans le réservoir inférieur
et le rejette dans le réservoir supérieur.
ENTRE « A » ET « E » : le fluide s’élève par aspiration, on
dit que la pompe travaille à l’aspiration.
ENTRE « S » ET « B » : la pompe travaille au refoulement.
L’application du théorème de Bernoulli entre A et B donne :
CBBBPAAA pvgzppvgzp ∆+++=∆+++ 22
2
1
2
1
ρρρρ
Les caractéristiques pression-débit sont habituellement
fournies par les constructeurs, ainsi que d’autres courbes
qui donnent le rendement de la pompe ou le NPSH
d’aspiration en fonction du débit.
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT7
La caractéristique pression-débit de la pompe étant connue, pour déterminer le point de
fonctionnement de l’ensemble {POMPE + INSTALLATION} il faut connaître les besoins de
l’installation. Ces besoins sont représentés par la courbe charge-débit de l’installation.
Sur notre exemple, le liquide devant être acheminé depuis « A » vers « B », la conception de
l’installation entraîne un besoin en pression de :
CABABABI pvvzzgppp ∆+−+−+−=∆ )(
2
1
)()( 22
ρρ
².vkCp ste
I +=∆ dont l’allure est parabolique (E’)
6) Caractéristiques de vitesse
Le fonctionnement d’une pompe est défini par trois paramètres : la pression différentielle Pp∆
(ou la hauteur théorique PH∆ ) le débit VQ et la vitesse de rotation de la roue Ω (ou N en
tr/s).
Il faut garder en mémoire que :
• Ω∝VQ
• ²Ω∝∆ Pp
•
3
Ω∝P puissance fournie par la pompe au liquide
7) Conditions d’aspiration – NPSH
Les possibilités pour une pompe de fonctionner à l’aspiration sont d’une grande importance
quand la hauteur géométrique d’aspiration est importante, mais aussi quand le liquide est
volatile, ou à température élevée, ou stocké sous vide, etc.…
Le critère de faisabilité est le N.P.S.H., sigle de « Net Positive Suction Head » qui sert à
définir la pression nécessaire à l’entrée de la roue pour obtenir un bon fonctionnement de la
pompe, c’est à dire pour maintenir en tout point de la pompe une pression supérieure à la
pression de vapeur saturante VSp , de façon à éviter tout risque de cavitation (cf chap 0).
L’expression N.P.S.H. peut être traduite par « CHARGE POSITIVE NETTE A
L’ASPIRATION ».
or, les pressions ainsi que les hauteurs de départ et
d’arrivée sont constantes et indépendantes du débit, tandis
que les vitesses et la perte de charge en dépendent. De
plus, le résultat du chapitre précédent nous a enseigné que
les pertes de charge sont proportionnelles à « v² », c’est
pourquoi, la caractéristique résistante de l’installation
peut se mettre sous la forme :
La pompe accouplée à l’installation impose donc un
débit 0,VQ pour une pression 0,Ip∆ (qui représente
son point de fonctionnement) tels que :
IP pp ∆=∆ autrement dit, (E) = (E’)
Graphiquement, ce point de fonctionnement est
obtenu par l’intersection des deux courbes
précédentes……..
cours CIRA 1ère
année PASCAL BIGOT8
Le constructeur donne la courbe du N.P.S.H. pour la pompe, il s’agit du « N.P.S.H. requis ».
Elle tient compte en particulier de la chute de pression que subit le liquide lors de son
accélération à l’entrée de la roue. Quantitativement, le NPSH requis est le supplément
minimal de pression qu’il faut ajouter à la pression de vapeur saturante au niveau de l’entrée
de la pompe, pour que la pression à l’intérieur de celle-ci ne puisse être en aucun point
inférieure à VSp .
En d’autres termes, la pompe ne fonctionne correctement que SI la pression totale à l’entrée
)(EpT est supérieure à la somme VSp +NPSH requis :
pVSEpNPSHrequis T −< )(
ou encore :
Si la valeur du NPSH requis n’est pas atteinte, des phénomènes d’abord de dégazage, puis de
vaporisation partielle du liquide, vont apparaître à l’intérieur de la pompe, avec pour
conséquences une chute de pression dans toute l’installation et la dégradation de la roue
causée par la présence de bulles.
8) Amorçage d’une turbo-pompe
La pompe centrifuge n’est généralement pas auto-amorçante. Quand le corps de pompe est
plein d’air, la pompe centrifuge de conception usuelle ne peut engendrer suffisamment de
pression pour fonctionner. Elle tourne « à vide ».
Les pompes immergées ne posent pas de problème d’amorçage, par contre, si le niveau du
liquide à pomper est plus bas que le corps de pompe, il y a lieu de prévoir un dispositif
d’amorçage.
ibleNPSHdisponNPSHrequis <

Contenu connexe

Tendances

H0 constitution-circuit-hydraulique
H0 constitution-circuit-hydrauliqueH0 constitution-circuit-hydraulique
H0 constitution-circuit-hydraulique
mohamed messaoudi
 
Adduction en Eau Potable
Adduction en Eau PotableAdduction en Eau Potable
Adduction en Eau Potable
Roland Yonaba
 
COURS MOTEUR THERMIQUE
COURS MOTEUR THERMIQUE COURS MOTEUR THERMIQUE
COURS MOTEUR THERMIQUE
Mounir Frija
 
2 hydraulique-industriel
2 hydraulique-industriel2 hydraulique-industriel
2 hydraulique-industrielelmandoub
 
Notions d'hydraulique
Notions d'hydrauliqueNotions d'hydraulique
Notions d'hydraulique
Abdoul Fatré Kienou
 
Dimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des CanauxDimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des Canaux
OURAHOU Mohamed
 
Station de pompage
Station de pompageStation de pompage
Station de pompage
CissLacina
 
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu rural
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu ruralDimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu rural
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu ruralSami Sahli
 
430816305 pompes-centrifuges
430816305 pompes-centrifuges430816305 pompes-centrifuges
430816305 pompes-centrifuges
oussamaannouqra
 
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdf
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdfSystème d'adduction en eau potable-PFE.pdf
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdf
YoussefBouaiz
 
Cours hydraulique 2_annee_6
Cours hydraulique 2_annee_6Cours hydraulique 2_annee_6
Cours hydraulique 2_annee_6Csc Amine
 
Dimensionnement Ouvrages Du Reseau
Dimensionnement Ouvrages Du ReseauDimensionnement Ouvrages Du Reseau
Dimensionnement Ouvrages Du Reseauguest4a5dea
 
Traitement des eaux usées
Traitement des eaux uséesTraitement des eaux usées
Traitement des eaux usées
Mohamed Yassine Benfdil
 
Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1
yacine iskounen
 
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesseCours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
iro2
 
Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potables
Abdoulaye SECK
 
Rapport de stage centrale de production d'électricité.
Rapport de stage centrale de production d'électricité.Rapport de stage centrale de production d'électricité.
Rapport de stage centrale de production d'électricité.
Mohamedhassanmohamed10
 
Réseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissementRéseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissement
Mohamed Yassine Benfdil
 

Tendances (20)

H0 constitution-circuit-hydraulique
H0 constitution-circuit-hydrauliqueH0 constitution-circuit-hydraulique
H0 constitution-circuit-hydraulique
 
Adduction en Eau Potable
Adduction en Eau PotableAdduction en Eau Potable
Adduction en Eau Potable
 
COURS MOTEUR THERMIQUE
COURS MOTEUR THERMIQUE COURS MOTEUR THERMIQUE
COURS MOTEUR THERMIQUE
 
2 hydraulique-industriel
2 hydraulique-industriel2 hydraulique-industriel
2 hydraulique-industriel
 
Notions d'hydraulique
Notions d'hydrauliqueNotions d'hydraulique
Notions d'hydraulique
 
Dimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des CanauxDimensionnement Des Canaux
Dimensionnement Des Canaux
 
Station de pompage
Station de pompageStation de pompage
Station de pompage
 
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu rural
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu ruralDimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu rural
Dimensionnement des réservoirs de distribution d’eau potable en milieu rural
 
430816305 pompes-centrifuges
430816305 pompes-centrifuges430816305 pompes-centrifuges
430816305 pompes-centrifuges
 
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdf
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdfSystème d'adduction en eau potable-PFE.pdf
Système d'adduction en eau potable-PFE.pdf
 
Cours hydraulique 2_annee_6
Cours hydraulique 2_annee_6Cours hydraulique 2_annee_6
Cours hydraulique 2_annee_6
 
Dimensionnement Ouvrages Du Reseau
Dimensionnement Ouvrages Du ReseauDimensionnement Ouvrages Du Reseau
Dimensionnement Ouvrages Du Reseau
 
Traitement des eaux usées
Traitement des eaux uséesTraitement des eaux usées
Traitement des eaux usées
 
Tp 23 à 33
Tp 23 à 33Tp 23 à 33
Tp 23 à 33
 
Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1Cours hydraulique aep pour btp v1
Cours hydraulique aep pour btp v1
 
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesseCours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
Cours --hydraulique-thorique-dbit-vitesse
 
Captage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potablesCaptage adduction et traitement des eaux potables
Captage adduction et traitement des eaux potables
 
Ouvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliquesOuvrages hydrauliques
Ouvrages hydrauliques
 
Rapport de stage centrale de production d'électricité.
Rapport de stage centrale de production d'électricité.Rapport de stage centrale de production d'électricité.
Rapport de stage centrale de production d'électricité.
 
Réseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissementRéseaux d'assainissement
Réseaux d'assainissement
 

En vedette

Betz
BetzBetz
Vibration Mécanique
Vibration MécaniqueVibration Mécanique
Vibration Mécanique
Smee Kaem Chann
 
Presentation pfe RoBeX
Presentation pfe RoBeXPresentation pfe RoBeX
Presentation pfe RoBeX
jalel Derbali
 
Lecture 3: Visualization and Programming
Lecture 3: Visualization and ProgrammingLecture 3: Visualization and Programming
Lecture 3: Visualization and Programming
Smee Kaem Chann
 
Roulements, transmission et entraînement - 2016
Roulements, transmission et entraînement - 2016Roulements, transmission et entraînement - 2016
Roulements, transmission et entraînement - 2016
Mabéo Industries
 
Introduction to Pumps
Introduction to PumpsIntroduction to Pumps
Introduction to Pumps
mohdalaamri
 
hydraulique-industriel
hydraulique-industrielhydraulique-industriel
hydraulique-industriel
FabioSanders
 
Pumps and types of pumps in detail
Pumps and types of pumps in detailPumps and types of pumps in detail
Pumps and types of pumps in detail
FARRUKH SHEHZAD
 
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in IndiaCivil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
Ankur Tandon
 
PUMPS
 PUMPS PUMPS
Paris ML meetup
Paris ML meetupParis ML meetup
Paris ML meetup
Yves Raimond
 
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenanceRapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
Salem Elasri
 
Technical Analysis Rudramurthy
Technical Analysis   RudramurthyTechnical Analysis   Rudramurthy
Technical Analysis Rudramurthy
Gorani & Associates
 

En vedette (13)

Betz
BetzBetz
Betz
 
Vibration Mécanique
Vibration MécaniqueVibration Mécanique
Vibration Mécanique
 
Presentation pfe RoBeX
Presentation pfe RoBeXPresentation pfe RoBeX
Presentation pfe RoBeX
 
Lecture 3: Visualization and Programming
Lecture 3: Visualization and ProgrammingLecture 3: Visualization and Programming
Lecture 3: Visualization and Programming
 
Roulements, transmission et entraînement - 2016
Roulements, transmission et entraînement - 2016Roulements, transmission et entraînement - 2016
Roulements, transmission et entraînement - 2016
 
Introduction to Pumps
Introduction to PumpsIntroduction to Pumps
Introduction to Pumps
 
hydraulique-industriel
hydraulique-industrielhydraulique-industriel
hydraulique-industriel
 
Pumps and types of pumps in detail
Pumps and types of pumps in detailPumps and types of pumps in detail
Pumps and types of pumps in detail
 
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in IndiaCivil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
Civil Engineering – Oldest Yet A Highly Sought After Career Choice in India
 
PUMPS
 PUMPS PUMPS
PUMPS
 
Paris ML meetup
Paris ML meetupParis ML meetup
Paris ML meetup
 
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenanceRapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
Rapport de stage sevam PFE gamme de maintenance
 
Technical Analysis Rudramurthy
Technical Analysis   RudramurthyTechnical Analysis   Rudramurthy
Technical Analysis Rudramurthy
 

Similaire à Chap 5 pompes

Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieurCours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
UlrichWalterDongmo
 
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.pptPPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
Fédia MABROUK
 
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdfAides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
saaid6
 
STATION DE POMPAGE (1).pdf
STATION DE POMPAGE  (1).pdfSTATION DE POMPAGE  (1).pdf
STATION DE POMPAGE (1).pdf
AbdelilahBounasr1
 
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdf
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdfChap1_Ecoulement&Pertes.pdf
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdf
gnennna
 
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdf
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdfFormation_stations_de_pompage_relevage.pdf
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdf
mdcabdejalil
 
Pompe a debit fixe
Pompe a debit fixePompe a debit fixe
Pompe a debit fixenourbenalii
 
Pompe a debit fixe
Pompe a debit fixePompe a debit fixe
Pompe a debit fixenourbenalii
 
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdfFiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
gonfrix4
 
L E M A T E R I E L D E P U L V E A G R I
L E  M A T E R I E L  D E  P U L V E A G R IL E  M A T E R I E L  D E  P U L V E A G R I
L E M A T E R I E L D E P U L V E A G R I
jojo51
 
moteur.ppt
moteur.pptmoteur.ppt
moteur.ppt
LassouagChafaa
 
Vitesse variable
Vitesse variableVitesse variable
Vitesse variable
Enviroair Industries
 
02 variation de vitesse (1).,..............
02 variation de vitesse (1).,..............02 variation de vitesse (1).,..............
02 variation de vitesse (1).,..............
HassanMoufassih
 
Circuit Injection Diesel - Fonctionnement
Circuit Injection Diesel - FonctionnementCircuit Injection Diesel - Fonctionnement
Circuit Injection Diesel - Fonctionnement
PascalBonnafous
 
290 09 suralimentation
290 09 suralimentation290 09 suralimentation
290 09 suralimentation
Boualam Mohammed
 
Water hammer
Water hammerWater hammer
Water hammer
Mohamed179685
 
Water hammer
Water hammerWater hammer
Water hammer
Mohamed179685
 

Similaire à Chap 5 pompes (20)

Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieurCours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
Cours-sur-Pompes-compresseur et turbine pour nouveau ingénieur
 
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.pptPPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
PPBE-A1_Les-pompes-et-les-amorceurs1.ppt
 
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdfAides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
Aides TP1 Hydrauliqueeee.pdf
 
STATION DE POMPAGE (1).pdf
STATION DE POMPAGE  (1).pdfSTATION DE POMPAGE  (1).pdf
STATION DE POMPAGE (1).pdf
 
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdf
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdfChap1_Ecoulement&Pertes.pdf
Chap1_Ecoulement&Pertes.pdf
 
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdf
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdfFormation_stations_de_pompage_relevage.pdf
Formation_stations_de_pompage_relevage.pdf
 
Pompe a debit fixe
Pompe a debit fixePompe a debit fixe
Pompe a debit fixe
 
Pompe a debit fixe
Pompe a debit fixePompe a debit fixe
Pompe a debit fixe
 
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdfFiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
Fiche de Synthese Pompe Multicellulaire.pdf
 
L E M A T E R I E L D E P U L V E A G R I
L E  M A T E R I E L  D E  P U L V E A G R IL E  M A T E R I E L  D E  P U L V E A G R I
L E M A T E R I E L D E P U L V E A G R I
 
moteur.ppt
moteur.pptmoteur.ppt
moteur.ppt
 
Vitesse variable
Vitesse variableVitesse variable
Vitesse variable
 
6 11
6 116 11
6 11
 
02 variation de vitesse (1).,..............
02 variation de vitesse (1).,..............02 variation de vitesse (1).,..............
02 variation de vitesse (1).,..............
 
L'injection
L'injectionL'injection
L'injection
 
Circuit Injection Diesel - Fonctionnement
Circuit Injection Diesel - FonctionnementCircuit Injection Diesel - Fonctionnement
Circuit Injection Diesel - Fonctionnement
 
Brochure_ND
Brochure_NDBrochure_ND
Brochure_ND
 
290 09 suralimentation
290 09 suralimentation290 09 suralimentation
290 09 suralimentation
 
Water hammer
Water hammerWater hammer
Water hammer
 
Water hammer
Water hammerWater hammer
Water hammer
 

Plus de bouafia ahmed

3253924_2.ppt
3253924_2.ppt3253924_2.ppt
3253924_2.ppt
bouafia ahmed
 
3253924.ppt
3253924.ppt3253924.ppt
3253924.ppt
bouafia ahmed
 
90392.ppt
90392.ppt90392.ppt
90392.ppt
bouafia ahmed
 
1193770.ppt
1193770.ppt1193770.ppt
1193770.ppt
bouafia ahmed
 
13749324.ppt
13749324.ppt13749324.ppt
13749324.ppt
bouafia ahmed
 
1369319.ppt
1369319.ppt1369319.ppt
1369319.ppt
bouafia ahmed
 
5393245.ppt
5393245.ppt5393245.ppt
5393245.ppt
bouafia ahmed
 
50-2_fr.pdf
50-2_fr.pdf50-2_fr.pdf
50-2_fr.pdf
bouafia ahmed
 
92-4_fr.pdf
92-4_fr.pdf92-4_fr.pdf
92-4_fr.pdf
bouafia ahmed
 
80-1a_fr.pdf
80-1a_fr.pdf80-1a_fr.pdf
80-1a_fr.pdf
bouafia ahmed
 
96-1a_fr_0.pdf
96-1a_fr_0.pdf96-1a_fr_0.pdf
96-1a_fr_0.pdf
bouafia ahmed
 
90-4_fr.pdf
90-4_fr.pdf90-4_fr.pdf
90-4_fr.pdf
bouafia ahmed
 
80-1b_fr.pdf
80-1b_fr.pdf80-1b_fr.pdf
80-1b_fr.pdf
bouafia ahmed
 
50-3_fr.pdf
50-3_fr.pdf50-3_fr.pdf
50-3_fr.pdf
bouafia ahmed
 
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
bouafia ahmed
 
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
bouafia ahmed
 
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
bouafia ahmed
 
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
bouafia ahmed
 
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
bouafia ahmed
 
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
bouafia ahmed
 

Plus de bouafia ahmed (20)

3253924_2.ppt
3253924_2.ppt3253924_2.ppt
3253924_2.ppt
 
3253924.ppt
3253924.ppt3253924.ppt
3253924.ppt
 
90392.ppt
90392.ppt90392.ppt
90392.ppt
 
1193770.ppt
1193770.ppt1193770.ppt
1193770.ppt
 
13749324.ppt
13749324.ppt13749324.ppt
13749324.ppt
 
1369319.ppt
1369319.ppt1369319.ppt
1369319.ppt
 
5393245.ppt
5393245.ppt5393245.ppt
5393245.ppt
 
50-2_fr.pdf
50-2_fr.pdf50-2_fr.pdf
50-2_fr.pdf
 
92-4_fr.pdf
92-4_fr.pdf92-4_fr.pdf
92-4_fr.pdf
 
80-1a_fr.pdf
80-1a_fr.pdf80-1a_fr.pdf
80-1a_fr.pdf
 
96-1a_fr_0.pdf
96-1a_fr_0.pdf96-1a_fr_0.pdf
96-1a_fr_0.pdf
 
90-4_fr.pdf
90-4_fr.pdf90-4_fr.pdf
90-4_fr.pdf
 
80-1b_fr.pdf
80-1b_fr.pdf80-1b_fr.pdf
80-1b_fr.pdf
 
50-3_fr.pdf
50-3_fr.pdf50-3_fr.pdf
50-3_fr.pdf
 
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
11.4.c_Exercice_Energie_solaire_PV_Capteur_plat_sans_plaque.pdf
 
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
11.4.a_Exercice_Energie_solaire_PV_Chauffe_eau_solaire.pdf
 
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
13.4.a Exercice géothermie_moyenne énergie.pdf
 
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
11.4.b_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_1.pdf
 
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
13.5.a Exercice géothermie_Haute énergie.pdf
 
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
11.4.d_Exercice_Energie_solaire_PV_Collecteur_solaire_plat_2.pdf
 

Dernier

PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estivalPROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
idelewebmestre
 
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermiqueS210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
ALIIAE
 
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
idelewebmestre
 
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdfQCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
ffffourissou
 
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdfSRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
Henri Gomez
 
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
Institut de l'Elevage - Idele
 
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdfRénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
idelewebmestre
 
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
Institut de l'Elevage - Idele
 
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
Institut de l'Elevage - Idele
 
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
Daniel Bedard
 
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Daniel Bedard
 

Dernier (13)

PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estivalPROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
PROVINLAIT - Bâtiment et bien-être estival
 
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermiqueS210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
S210-S-27.04-chaudiere-à-vapeur bilan thermique
 
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
04_UMT STAR_Étude de nouveaux caractères en lien avec la santé et le bien-êtr...
 
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
Note Agro-climatique et prairies n°4 - Juin 2024
 
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdfQCM de révision pour la haute qualité.pdf
QCM de révision pour la haute qualité.pdf
 
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdfSRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
SRE - Mythes et Réalités - Voxxed 2024.pdf
 
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
03_UMT STAR_compromis entre résistance au parasitisme et efficience alimentai...
 
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
01_UMT STAR_étude de la résilience et des compromis entre résilience et effic...
 
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdfRénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
Rénovation des prairies sans labour est-ce possible en bio.pdf
 
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
05_UMT STAR_Vers une indexation de la longévité fonctionnelle en ovin lait
 
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
02_UMT STAR_un nouveau biomarqueur de résilience basé sur les métabolites du ...
 
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
Alternative au 3eme lien et complement au Tramway de la ville de Quebec Rev 1...
 
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)Alternative - Complément au Tramway  et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
Alternative - Complément au Tramway et 3 ème lien de la ville de Quebec (PDF)
 

Chap 5 pompes

  • 1. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT1 I DEFINITION ET DOMAINES D’APPLICATIONS Les pompes sont des appareils qui génèrent une différence de pression entre les tubulures d’entrée et de sortie. Suivant les conditions d’utilisation, ces machines communiquent au fluide, de l’énergie potentielle (par accroissement de la pression en aval) soit de l’énergie cinétique par la mise en mouvement du fluide. Ainsi, on peut vouloir augmenter le débit (accroissement d’énergie cinétique) ou/et augmenter la pression (accroissement d’énergie potentielle) pour des fluides gazeux, liquides, visqueux, très visqueux….C’est pourquoi la diversité des pompes est très grande. On distingue deux grandes catégories de pompes : • LES POMPES VOLUMETRIQUES : ce sont les pompes à piston, à diaphragme, à noyau plongeur…et les pompes rotatives telles les pompes à vis, à engrenages, à palettes, péristaltiques….Lorsque le fluide véhiculé est un gaz, ces pompes sont appelées « COMPRESSEURS» • LES TURBO-POMPES : elles sont toutes rotatives. Ce sont les pompes centrifuge, à hélice, hélico-centrifuge. Les domaines d’utilisation de ces deux grandes catégories sont regroupés dans le tableau ci- dessous : REMARQUE : On désigne par compresseurs les machines dont la pression de sortie (pression en aval) est supérieure à la pression atmosphérique, et par pompes à vide les machines dont la pression de sortie est égale à la pression atmosphérique. Mais la pression en aval, est dans tous les cas supérieure à la pression en amont. MECA-FLU V : LES POMPES
  • 2. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT2 La chaîne énergétique d’une pompe est représentée par le diagramme : Globalement, 60 à 90 % de l’énergie fournie par le moteur est transformée en énergie mécanique. Cette énergie mécanique ne sera ensuite communiquée au fluide que dans une proportion de 50 à 80 %. Les pompes décrites dans la suite sont surtout adaptées aux liquides. En effet, pour les gaz, les phénomènes thermodynamiques (compressions avec élévation de température,…) sont prépondérants. II LES POMPES VOLUMETRIQUES 1) Principe et caractéristiques générales Un volume 0V de fluide emprisonné dans un espace donné (le récipient de départ) est contraint à se déplacer de l’entrée vers la sortie de la pompe par un système mécanique. Ce volume prélevé dans la conduite d’aspiration engendre une dépression qui fait avancer le fluide vers la pompe par aspiration. Cet effet confère aux pompes volumétriques d’être auto- amorçante. Dans le cas des liquides, la pression d’aspiration ne doit pas s’abaisser en-dessous de la pression de vapeur saturante sous peine de voir le liquide entrer en ébullition. Ce phénomène peut d’ailleurs intervenir sur n’importe quelle machine (cf ci-après). On obtient un débit théorique moyen proportionnel à la vitesse de rotation. Par contre, si le volume aspiré ne peut s’évacuer dans la canalisation de sortie (vanne fermée, ou canalisation obstruée) l’augmentation de pression aboutirait soit à l’éclatement de la conduite, soit au blocage du moteur d’entraînement de la pompe. C’est pourquoi une soupape de sûreté doit être impérativement montée à la sortie de la pompe. 2) Pompe à piston pression, qu’on peut atténuer grâce à un pot anti-bélier sur la conduite de refoulement. On peut aussi concevoir une machine mieux équilibrée par association de plusieurs pistons travaillant avec un déphasage judicieux… Ces machines ont un fonctionnement alternatif et nécessitent un jeu de soupapes ou de clapets pour obtenir tantôt l’aspiration du fluide, tantôt le refoulement. Le principal défaut de cette machine est de donner un débit pulsé et par suite des à-coups de
  • 3. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT3 Les pompes à piston sont robustes et ont de bons rendements au-dessus d’une certaine taille. Elles peuvent être utilisées comme pompes doseuses, on les trouve d’ailleurs assez souvent avec des pistons à course réglables. L’étanchéité de ce type de pompes ne leur permet pas de travailler avec des fluides possédant des particules solides. 3) Pompe à diaphragme 4) Pompe à piston plongeur 5) Pompe à engrenage Le point faible de ces pompes est l’usure des dents qui se traduit par des fuites. 6) Pompe à palettes rigides Dans les pompes à diaphragme, appelées aussi pompes à membrane, le fluide n’entre pas en contact avec les éléments mobiles de la machine. Ces pompes sont donc bien adaptées au pompage des liquides corrosifs ou/et chargés de particules solides. Cette machine est un compromis entre la pompe à piston et la pompe à membrane. Le fluide n’est pas isolé du piston, mais les frottements de celui-ci sont faibles car limités au niveau du presse-étoupe qui assure l’étanchéité. Ces pompes sont adaptées à la production de hautes pressions. Deux pignons tournent en sens inverse dans un carter. Le fluide situé entre les dents et la paroi du carter est contraint d’avancer au cours de la rotation, tandis qu’au centre, le contact permanent entre les deux pignons empêche le retour du fluide vers l’amont malgré la différence de pression et le déplacement des dents qui se fait en direction de l’entrée. Ces pompes peuvent fournir un débit de l’ordre de 80 à 100 m3 /h et des pressions maximales de l’ordre de 10 à 15 bar. C’est la classique « pompe à vide ». Un rotor excentré tourne dans un cylindre fixe. Sur ce rotor, des palettes, libres de se mouvoir radialement, et poussées par des ressorts s’appliquent sur la face intérieure du cylindre fixe. Les espaces ainsi délimités varient au cours de la rotation et créé les dépressions nécessaires au fonctionnement d’une pompe volumétrique. Ces pompes conviennent bien aux gaz.
  • 4. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT4 7) Pompe péristaltiques de l’ordre de 60 à 80 m3 /h. Par contre, le rendement est de 100 % et elle est la pompe doseuse par excellence. 8) Diagnostic des problèmes inhérents aux pompes volumétriques PROBLEMES CAUSES POSSIBLES CORRECTIFS Signes de cavitation ; cognements ; vibrations ;pulsations irrégulières Bruits suspects ;vibrations Pression de refoulement déficiente ; Faible débit Echauffement du moteur ou de la pompe Le N.P.S.H. est-il respecté ? Coup de bélier ? Pompe bien ancrée au sol ? Socle bien ancré au massif ? Lubrification déficiente Cavitation Vitesse de pompage Poche d’air en amont de la pompe Clapets défectueux Presse-garniture défectueux Garnitures défectueuses Liquide de scellement manquant Fuite dans la conduite Soupape de décharge défectueuse Echauffement du moteur ou de la pompe Frottement excessif de la garniture Frottement du piston ;manque de lubrification Défectuosité mécanique :paliers, alignement, arbre faussé Vérifier l’aspiration pour le niveau de liquide ;voir s’il y a une obstruction ou si la vanne est partiellement fermée Vérifier les chambres anti-bélier Vérifier l’alignement de l’arbre Lubrifier La pression absolue doit être supérieure à (N.P.S.H.)R Vérifier les courrois s’il y a lieu ; Vérifier les conditions à l’aspiration Effectuer les réparations nécessaires Effectuer les corrections nécessaires III LES POMPES HYDRODYNAMIQUES, OU TURBO- POMPES 1) Description et fonctionnement Son principe de fonctionnement est plutôt simple : un tuyau souple est écrasé par des galets, le fluide est alors repoussé sans turbulence, ni cisaillement. Il n’y a pas non plus de contact entre le fluide et les pompes mécaniques. Son débit est limité à des valeurs
  • 5. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT5 Les pompes hydrodynamiques sont de construction très simple : en version de base, elles sont essentiellement constituées d’une pièce en rotation, le rotor appelé aussi roue ou hélice qui tourne dans un carter appelé corps de pompe. Une certaine vitesse est ainsi communiquée au fluide. La différence entre les pompes centrifuge hélico-centrifuge et à hélice porte essentiellement sur la direction de la vitesse donnée au fluide. Æ ASPIRATION : la pompe étant amorcée (c’est à dire pleine de liquide, cf ci-après), la vitesse du fluide qui entre dans la roue augmente, et par conséquent la pression dans l’ouïe diminue, engendrant ainsi une aspiration et le maintien de l’amorçage Æ ACCELERATION : la rotation augmente la vitesse du fluide tandis que la force centrifuge qui le comprime sur la périphérie augmente sa pression. Les aubes sont le plus souvent incurvées et inclinées vers l’arrière par rapport au sens de rotation, mais ce n’est pas une obligation. Dans un même corps de pompe on peut monter des roues différentes en fonction des caractéristiques du fluide. Æ REFOULEMENT : dans l’élargissement en sortie, qui se comporte comme un divergent, le liquide perd de la vitesse au profit de l’accroissement de pression :l’énergie cinétique est convertie en énergie de pression. IMPORTANT : on ne peut faire varier la vitesse de la pompe que sur un faible intervalle, c’est pourquoi, le débit est réglé par une vanne placée sur la conduite de refoulement, ou un « by-pass » sorte de court-circuit par lequel une partie du fluide sortant de la pompe est renvoyée vers l’entrée. 2) Avantages et inconvénients des turbo-pompes Pour les avantages, ce sont des machines de construction simple, sans clapet ou soupape, d’utilisation facile et peu coûteuses. • à caractéristiques égales, elles sont plus compactes que les machines volumétriques • leur rendement est souvent meilleur que celui des « volumétriques » • elles sont adaptées à une très large gamme de liquides • leur débit est régulier et le fonctionnement silencieux
  • 6. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT6 • en cas de colmatage partiel ou d’obstruction de la conduite de refoulement, la pompe centrifuge ne subit aucun dommage et l’installation ne risque pas d’éclater. La pompe se comporte alors comme un agitateur… Du côté des inconvénients : • impossibilité de pomper des liquides trop visqueux • production d’une pression différentielle peu élevée (de 0,5 à 10 bar) • elles ne sont pas auto-amorçantes • à l’arrêt ces pompes ne s’opposent pas à l’écoulement du liquide par gravité (donc, vannes à prévoir….) 3) Pression différentielle engendrée par la pompe La différence de pression engendrée par la pompe s’écrit : CABABABESP pvvzzgppppp ∆+−+−+−=−=∆ )( 2 1 )()( 22 ρρ (E) la vitesse en A est généralement négligeable La hauteur théorique d’élévation PH∆ est par définition : g p H P P ρ ∆ =∆ 4) Caractéristique pression-débit Cette caractéristique )( VP Qfp =∆ est encore appelée caractéristique débitante, et représente la variation de la pression différentielle, ou de la hauteur théorique d’élévation, en fonction du débit de la pompe. Sur les pompes de conception courante la pression différentielle chute lorsque le débit augmente : 5) Point de fonctionnement Sur l’installation ci-contre, la pompe qui tourne à vitesse constante élève le liquide contenu dans le réservoir inférieur et le rejette dans le réservoir supérieur. ENTRE « A » ET « E » : le fluide s’élève par aspiration, on dit que la pompe travaille à l’aspiration. ENTRE « S » ET « B » : la pompe travaille au refoulement. L’application du théorème de Bernoulli entre A et B donne : CBBBPAAA pvgzppvgzp ∆+++=∆+++ 22 2 1 2 1 ρρρρ Les caractéristiques pression-débit sont habituellement fournies par les constructeurs, ainsi que d’autres courbes qui donnent le rendement de la pompe ou le NPSH d’aspiration en fonction du débit.
  • 7. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT7 La caractéristique pression-débit de la pompe étant connue, pour déterminer le point de fonctionnement de l’ensemble {POMPE + INSTALLATION} il faut connaître les besoins de l’installation. Ces besoins sont représentés par la courbe charge-débit de l’installation. Sur notre exemple, le liquide devant être acheminé depuis « A » vers « B », la conception de l’installation entraîne un besoin en pression de : CABABABI pvvzzgppp ∆+−+−+−=∆ )( 2 1 )()( 22 ρρ ².vkCp ste I +=∆ dont l’allure est parabolique (E’) 6) Caractéristiques de vitesse Le fonctionnement d’une pompe est défini par trois paramètres : la pression différentielle Pp∆ (ou la hauteur théorique PH∆ ) le débit VQ et la vitesse de rotation de la roue Ω (ou N en tr/s). Il faut garder en mémoire que : • Ω∝VQ • ²Ω∝∆ Pp • 3 Ω∝P puissance fournie par la pompe au liquide 7) Conditions d’aspiration – NPSH Les possibilités pour une pompe de fonctionner à l’aspiration sont d’une grande importance quand la hauteur géométrique d’aspiration est importante, mais aussi quand le liquide est volatile, ou à température élevée, ou stocké sous vide, etc.… Le critère de faisabilité est le N.P.S.H., sigle de « Net Positive Suction Head » qui sert à définir la pression nécessaire à l’entrée de la roue pour obtenir un bon fonctionnement de la pompe, c’est à dire pour maintenir en tout point de la pompe une pression supérieure à la pression de vapeur saturante VSp , de façon à éviter tout risque de cavitation (cf chap 0). L’expression N.P.S.H. peut être traduite par « CHARGE POSITIVE NETTE A L’ASPIRATION ». or, les pressions ainsi que les hauteurs de départ et d’arrivée sont constantes et indépendantes du débit, tandis que les vitesses et la perte de charge en dépendent. De plus, le résultat du chapitre précédent nous a enseigné que les pertes de charge sont proportionnelles à « v² », c’est pourquoi, la caractéristique résistante de l’installation peut se mettre sous la forme : La pompe accouplée à l’installation impose donc un débit 0,VQ pour une pression 0,Ip∆ (qui représente son point de fonctionnement) tels que : IP pp ∆=∆ autrement dit, (E) = (E’) Graphiquement, ce point de fonctionnement est obtenu par l’intersection des deux courbes précédentes……..
  • 8. cours CIRA 1ère année PASCAL BIGOT8 Le constructeur donne la courbe du N.P.S.H. pour la pompe, il s’agit du « N.P.S.H. requis ». Elle tient compte en particulier de la chute de pression que subit le liquide lors de son accélération à l’entrée de la roue. Quantitativement, le NPSH requis est le supplément minimal de pression qu’il faut ajouter à la pression de vapeur saturante au niveau de l’entrée de la pompe, pour que la pression à l’intérieur de celle-ci ne puisse être en aucun point inférieure à VSp . En d’autres termes, la pompe ne fonctionne correctement que SI la pression totale à l’entrée )(EpT est supérieure à la somme VSp +NPSH requis : pVSEpNPSHrequis T −< )( ou encore : Si la valeur du NPSH requis n’est pas atteinte, des phénomènes d’abord de dégazage, puis de vaporisation partielle du liquide, vont apparaître à l’intérieur de la pompe, avec pour conséquences une chute de pression dans toute l’installation et la dégradation de la roue causée par la présence de bulles. 8) Amorçage d’une turbo-pompe La pompe centrifuge n’est généralement pas auto-amorçante. Quand le corps de pompe est plein d’air, la pompe centrifuge de conception usuelle ne peut engendrer suffisamment de pression pour fonctionner. Elle tourne « à vide ». Les pompes immergées ne posent pas de problème d’amorçage, par contre, si le niveau du liquide à pomper est plus bas que le corps de pompe, il y a lieu de prévoir un dispositif d’amorçage. ibleNPSHdisponNPSHrequis <