SlideShare une entreprise Scribd logo
REPUBLIQUE ALGERIENE DEMOCRATIQUE ET
POPULAIRE.
MINISTERE DE L’ENSEINGNEMENT SUPERIEUR
ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE
UNIVERSITE MANTOURI CONSTANTINE
DEPARTEMENT DE GESTION ET TECHNIQUES URBAINES.
Travail fait par : suivi par :
1.BANOUH AHMED Mm S. ZERTAL
Année universitaire : 2007-2008
2.HAMIDOUCHE KAMEL
3.BECHEKIR IMAD
4.OURAMDANE SLIMANE
Introduction
I- Le concept de l’espace vert
I-1- Le concept de l’espace libre
I-2- Le concept de l’espace ouvert
I- 3- Le concept de l’ espace naturel (rural,espace de la
campagne )
I-4 Le concept de l’espace urbain
II- Les espaces verts urbain
II-1- Le square
II- 2- Le jardin publique
II- 3- Le parc urbain
ΙII Les espaces vert suburbain ou périurbain
ΙII-1- Le parc naturel
ΙII-2- Le parc national
ΙII-3- le parc périurbain
ΙII-4-le parc régional
ΙII-5- Les espaces boisés
ΙII-6- Les espaces agricoles
IV-Les espaces vert à travers l’art des jardin
IV - Les jardins régulier
I V - Les jardins irréguliers
I V - Les jardins mixtes
V-Les rôles des espaces vert
V-1- Le rôle hydraulique des espaces vert
V-1-Le rôle climatique des espaces vert
V-2-Le rôle végétal dans l’architecture et l’urbanisme
V-3- Les espaces vert et la pollution atmosphérique
V-4- La végétation et la fixation des poussières
VI-Les normes des espaces vert
VI-1- La première méthode
VI-2- La deuxième méthode
conclusion
INTRODUCTION GENERALE
I- LE CONCEPTE D’ESPACE VERT
I-1 le concept d’espace libre
I-2 le concept de l’espace ouvert
I-3 l’espace naturel (rural, espace de la compagne)
I-4 l’espace urbain
I-2 le phénomène urbain
I-2-1 les espaces verts suburbains ou périurbains
I-2-1-2 les parcs nationaux
I-2-1-3 les parcs périurbains
I-2-2 les espaces verts urbains
plan de travail
Partie théorique
I-2-2-1 le square
I-2-2-2 le jardin public
I-2-2-3 le parc urbain
LES ESPACES VERTS DANS LE PANORAMA HISTORIQUE
II-1-1 les jardins réguliers
II-1-2 les jardins irréguliers
II-1-3 le jardin mixte
- LES NORMES DES ESPCES VERTS
V-1 la méthode comparative
V-2 la méthode éducative
Ι - ROLES ET FONCTIONS DES ESPACES VERTS
VΙ-1 le rôle des espaces verts
VΙ-1-1 le rôle hydrologique des espaces verts
VΙ-1-2 le rôle climatique des espaces verts
VΙ-1-3 le rôle végétale dans l’architecture et l’urbanisme 
VΙ -1-4 les espaces verts et la pollution atmosphérique
VΙ-1-5 la végétation et la fixation des poussières
VΙ -2 les fonctions des espaces verts
VΙ -2-1 les fonctions sanitaires
VΙ -2- 3 les fonctions esthétiques
VΙ -2-4 les fonctions éducatifs
VI -2-5 les fonctions architecturale
VI -2-6 les fonction climatiques
Conclusion
PARTIE PRATIQUE
INTRODUCTIONINTRODUCTION
1-1-PROBLEMATIQUEPROBLEMATIQUE
2-2-PRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACESPRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACES
VERTS A L’ECHELLE DU GROUPEMENTVERTS A L’ECHELLE DU GROUPEMENT
3-3-PRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACESPRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACES
VERTS A L’ ECHELLE DELA VILLEVERTS A L’ ECHELLE DELA VILLE
4-4-CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’
ECHELLE DU GROUPEMENTECHELLE DU GROUPEMENT
5-5-CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’
ECHELLE DE LA VILLEECHELLE DE LA VILLE
6-6-CALCUL DU DEFICITCALCUL DU DEFICIT
7-7-ETUDE DU POTENTIEL FONCIER DE LA VILLE.ETUDE DU POTENTIEL FONCIER DE LA VILLE.
8-8-ELABORATION D’ UN PROGRAMME DEELABORATION D’ UN PROGRAMME DE
SURFACESURFACE
9-9-INTERVENTIONS SUR LE CENTRE VILLEINTERVENTIONS SUR LE CENTRE VILLE
conclusion
INTRODUCTION
La forme de l’espace vert la plus ancienne est le jardin, la
signification de ce mots nous ramène au terme herbeux qui signifie ;
protéger, défendre, ce qui implique l’enceinte et l’enclos. le terme
d’Eden qui signifie la joie et le plaisir ainsi que le mot jardin est la
combinaison des deux mots et signifie l’enclos plaisir.
Comme le terme d’espace vert est nouveau, il ne fut utilisé que depuis
les années 1966seulement.cette locution implique verdure. Mais son
sens n’est pas précis. C’est la raison pour laquelle il existe plusieurs
appellations relatives à la même signification : espace ouvert ?---
espace libre ?--- espace urbain ? Et espace naturel ? L’expression peut
en même temps signifie toute zone comportant une végétation, tout site
non développé et tout espace vert.
Dans le lette rature, l’espace vert a été défini de différentes
manières cela est du a la complicité de la dynamique de concept.
Ces différentes versions du concept d’espace vert exprime les
différents manières avec lesquelles les professionnelles voient en
face au problèmes d’espace vert les définitions de celui-ci dépend
de but recherché de la fonction au qu’elle il est destiné. Les
espaces verts se définissent par rapport aux citoyens qu’ils
assurent aux activités tenant en compte à la hiérarchie.
Autres définitions selon ;
-L’urbaniste : il l’assimile à l’espace urbain ;
-L’architecte : par l’espace libre ou espace extérieur pour désigner
l’espace vert ;
-Les services techniques de la ville : ils associent les espaces verts
aux parcs, aux
Jardins et aux squares d’une agglomération ainsi qu’en
plantation en bordure des voies.
-pour les paysagistes : c’est le paysage qui englobe toutes les
formes et les structures d’un paysage.
I- le concept d’espace vert ;
Le concept d’espace vert est difficile à cerner car ce
concept est très récent ainsi que la notion d’espace vert change d’un
auteur à un autre et d’une discipline à une autre. C’est pour cela que la
signification d’espace vert va prendre sera la même que c’elle de ;
l’espace ouvert --- l’espace urbain-l’espace libre et l’espace naturel. Donc
que signifie-t-il chacun de ces espaces ?
I-1 le concept d’espace libre ;
«Un espace libre est par définition est celui qui n’est
pas affecté à un usage précis et permanant, mais qui peut supporter,
simultanément des utilisations diverses : promenades, manifestations
publics, jeux, foires, expositions,… etc.»
L’espaces libre est défini par opposition à l’espace
construit, même s’il est occupé par des arbres on dit qu’il est libre. Nous
pouvons donc le retrouver à la place d’espace vert. Comme le souligne le
Corbusier dans son ouvrage, la charte d’Athènes.
En ce sens les espaces libres sont tous les espaces interstitiels des
constructions, qui ne sont pas occupés ni par des habitants ni par les
équipements.
La définition du mot «espace libre » défère d’une
discipline à une autre.
-pour les architectes : il est défini comme l’espace
extérieur des constructions.
-pour urbanistes : ils le voient une réserve d’espace pour
l’implantation de nouveaux logements, pour l’extension de la voirie, ou
autres équipements.
-pour les usagers : il est libre mais affecté pour des
utilisations multiples.
Finalement sous le terme d’espace libre nous avons
des espaces aménagés en milieu urbain et à partir ou ils sont affectés,
ils ne sont plus libres. Mais le plus important c’est le mot «espace » et
son qualificatif «vert » indique un aménagement qui peut être apporté à
l’espace libre. Planté, engazonné ou boisé, l’espace libre peut devenir
espace vert.
I-2 le concept de l’espace ouvert ;
Un « espace ouvert » est une portion de territoire à
l’intérieur d’une agglomération ou d’une région urbaine ou dominent
les éléments naturels, soit de l’état initial (agriculture, forets, lacs,..),
soit en fonction d’une aménagement (parcs, squares, jardins.)
Ils concernent les espaces non bâtie en milieu
urbain et périurbain dans le but d’obéir à une réflexion philosophique
de l’aménagement de territoire, qui les conduit à résoudre le conflit
ville compagne (la rareté de l’espace naturel dans la ville et la
conquête de la ville par la compagne).donc l’espace ouvert est la ville
ouverte sur la compagne et la compagne intégré dans la ville.
Par conséquence la notion d’espace vert est un
concept opérationnel de l’urbanisme, car il relève du concept espace
ouvert, qui a des fonctions de loisirs, de protection, et pour but la
sauvegarde. c’est aussi un espace libre par juxtaposition des zones
libres de détente et des zones garnies de végétations ou la
superposition des espaces libres verts par la plantation d’arbres de
hautes tiges, le tronc est dégagé quelques mètres de haut pour
permettre l’utilisation social du sol.
I-3 l’espace naturel (rural, espace de la compagne) :
Le rural est tous ce qui est relatif à la compagne, qui
n’est pas urbain. En parle là de l’espace rural relatif aux compagnes
profonds situés très loin des villes, ou l’espace vert est un élément de
base.
I-4 l’espace urbain ;
L’espace urbain est tous ce qui est relatif à la ville.
La notion de l’espace urbain est tellement différente de toutes définitions
qui considèrent n’importe qu’elle vide entouré du plein. Par contre c’est
un espace qui possède des caractéristiques géométriques et esthétiques
extrêmement lisibles. Il est ouvert à des mouvements de l’air libre, un
espace d’ambiances, privilégiés de la vie sociale des citadins.
L’espace urbain regroupe les espaces verts et les
espaces minéraux. Qui sont la rue pour assurer la circulation et la place,
nœud d’échange et de communication.
II-II- les espaces verts urbains :les espaces verts urbains :
Ils comprennent les squares, les parcs, les arbres
d’alignements, les plantations, les jardiniers, les jardins sur dalle, les
berges aménagées des canaux, rivières ou fleuves, les espaces verts
des ensembles immobiliers, ainsi que les espaces verts privés a l’heur
actuel les espaces verts prennent des formes différentes et occupent
Des superficies et des emplacements variables. Selon les besoins
auxquels ils rependent par rapport à leur air d’influence et à la
diversité du milieu urbain avoisinant.
Pour établir certain classement des espaces verts urbains, nous
pouvons retenir des critères tenant à :
la localisation (urbaine, suburbaine, rural).
Le degré d’aménagement (aménagé, peu ou pas aménagé),
Le type d’utilisation,
Le statut de propriété (public, privé ouvert au public),
La fréquentation (quotidienne, hebdomadaire, occasionnelle,…etc.
II-1II-1 le square :le square :
C’est un mot qui signifie une place carrée, c’est un
jardin public, généralement entouré d’une grille, dans une acception
française, c’est un jardin public formé d’une place bordée de façades et
contourné par les circulations.
IIII-2 le jardin public :-2 le jardin public :
Le jardin public est un espace vert urbain, enclos à
dominante végétale, protégé des circulations générales, libres d’accès,
conçu comme un équipement public et géré comme tel. la superficie de
ses jardins ne dépasse pas 20 ha.
IIII-3 le parc urbain :-3 le parc urbain :
C’est un espace vert public, essentiellement planté.
Il est agrémenté souvent par une fontaine ou un point d’eau,sa
superficie est de 100 ha environ.
• les espaces bleus:
III les espaces verts suburbains ou périurbains :
Ils comprennent généralement les plaines de jeux,
les bases de plaine aire et de loisirs, les terrains d’aventures, les
équipements sportifs de grandes surfaces sans oublier les coupures
et les coulées vertes qui regroupent dans un milieu mal maintenu
certains espaces vert précités et dont la vocation principale est de
créer des tradition entre la ville et la compagne. On peut citer :le parc
naturel , les espaces boisés et les espaces agricoles,les parcs
régionaux,les parcs périurbains.
Le parc naturel :
c’est une zone délimitée,soit par la puissance publique (parc
national),soit par des collectivités locales associées(parc
naturel régional),
La création des parcs naturels de grandes dimensions résulte
de la prise de conscience par l’homme moderne,de protéger
certains secteurs de milieu naturel,ainsi que les espèces
végétales et animales qui les peuplent,des atteintes de
l’industrialisation et de l’urbanisation .
I-2-1-2 les parcs nationaux :
Ils répondent au souci de préservation d’une
partie de territoire national, des interventions humaines, afin de lui
conserver sa beauté et ses richesses naturelles (la faune, la flore et
le milieu naturel en général).le 1er parc national a été crée en 1872;
(yellow stone aux etats-unis)
I-2-1-3 les parcs périurbains :
Ils ont pour fonction essentielle l’accueil des
citadins pendant le week-end. Ils sont dotés d’un aménagement très
sophistiqué, leur superficie peut dépasser 1000ha. Généralement,
ces parcs débordent du cadre de l’espace urbain.
Ils sont situés à une distance de 10 à 50km des centres
urbains.
LES PARCS REGIONAUX:
La formule des parcs nationaux s’avérait limité,il fallait trouver une
structure plus souple,mieux adaptée aux problème de rénovation
rurale et de détente des citadins,s’appliquant à des territoires
plus accessible et plus peuplés.
Il sont réalisés sur les plus beaux secteurs et les plus riches en art
et en histoire,assurant ainsi la protection de ce patrimoine,le
maintien,voir le développement de la vie rurale,le contact de
l’homme avec la nature et des citadins avec les ruraux et bien
sur,la préservation de la nature.
Les parcs régionaux dépendent des collectivités locales et des
communes avec l’aide de l’état et de la région.
LES ESPACES BOISES:
Tels que les bois,les grands massifs forestiers,les forets urbaines,il
s’agit souvent,d’espaces périurbains.
LES ESPACES AGRICOLES:
Il s’agit de zones maraîchères ou de culture,les friches,les landes,les
jardins potagers ou familiaux,les pépinières…
les espace vert à travers l’art des jardin
II-1-1 les jardins réguliers :
Se sont les jardins d’architecte, ou les
peleuses sont inspirés par une planimétrie rigoureuse, les
eaux sont dans les bassins aux formes géométriques très
définis. Ils sont des jardins classiques et symétriques. C’est
un art de convention.
Figure 01 : Jardin à la français
Schéma d'un jardin à la française du XVIIe
siècle.
Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réserves.
-1-2 les jardins irréguliers
Ce type de jardin est fleuri en Angleterre
au 19eme siècle et s’est inespéré par la nature. Les lignes
sinieuses et capricieuses sont la dominance de ce type de
jardin ou les eaux sont libres et naturelles. C’est un art
d’imitation.
Figure 02 : Jardin
japonais
Lieu propice à la méditation et à la contemplation, le jardin japonais est doté de lacs, de pierres, d'allées
sinueuses et de buttes plantées d'arbres à feuillage persistant soigneusement taillés. Témoignant d'une importante dimension poétique
et d'une apparente simplicité formelle, il tente de représenter des paysages miniatures à l'aide d'une multitude d'éléments complexes.
Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
II-1-3 le jardin mixte :
C’est un comprimés entre les deux systèmes
précédent qu’il emplois concurremment en les équilibrant. Il
imposé au 19eme siècle en France et en Angleterre.
Figure 03 : Jardins suspendus de Babylone
Maerten Van Heemskerck, les Jardins suspendus de Babylone, 1572. Gravure de
Filips Galle (1537-1612) d'après un dessin original.
Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft
Corporation. Tous droits réservés.
VΙ -1 le rôle hydrologique des espaces verts ;
Les espaces boisées sont des agents épurateurs
de l’eau. Ils agissent notamment en filtrant les eaux pluviaux qui
alimentent les nombreux ruisseaux contribuant ainsi à clarifier les
cours d’eaux pollués.
Les végétaux peuvent aussi freiner
l’érosion des plantes et ralentissent les ruissellements. Les
végétaux aussi favorisent l’infiltration progressive de l’eau qui est
due aux feuillages.
VΙ -Les rôles des espaces verts
VΙ-1-2 le rôle climatique des espaces verts ;
Grâce à l’activité de la photosynthèse,
la présence des végétaux contribue à modifier le climat
urbain par réhydrations et refroidissement des masses
d’aires du niveau des espaces verts. Les variations de
température contribuent aussi à une meilleure ventilation de
la ville.
«Pendant la période de la végétation,
un hectare de hêtraie âgée de quatre vingt ans transpire
3000 m3 d’eau, une bonde de 100 m de large, peut entraîner
une augmentation de l’humidité atmosphérique de l’ordre
de 50% qui s’accompagne d’un refroidissement, ainsi que la
consommation de 50% des radiations solaires par
l’évaporation de l’eau».
VΙ-1-3 le rôle végétale dans l’architecture et
l’urbanisme ;
Le végétal est le premier matériau disponible
sur le terrain dont l’architecture doit se servir en premier. il
peut agir sur le microclimat en tant qu’écran filtre,
échangeur. «Il en module les ambiances, en particulier en
région méditerranéenne ou les contrastes climatique
saisonniers et quotidiennes, sont marquées». (Le végétal
et l’architecture)
VΙ-1-4 les espaces verts et la pollution atmosphérique ;
Les espaces verts jouent aussi un rôle important dans
la lutte contre la pollution atmosphérique. Qui dépend souvent de la
situation de ces îlots de verdure dans la ville et de leur relation à
l’espace bâtie.
Les espaces vert plantés d’une certaines
importances, et les grandes masses forestiers, agissent favorablement
sur le milieu physique, et sur le psychisme des habitants. Ils constituent
une catégorie d’équipements fondamental défirent des autres, qui
produisent de l’oxygène, régularisent l’état hygrométrique de l’air, et
tempèrent l’atmosphère en période chaude. Ces espaces verts peuvent
avoir un effet de filtre sur une atmosphère polluée.
L’influence des espaces verts dans la lutte contre la
pollution de l’air est bien discutée par louis soulier-1968. On peut voir
ça dans une foret tel que un hectare de la foret fixe 4800kg de carbone
grâce à ses 30 tonnes de feuilles et qu’un hectare d’épicéas un peu plus
de 5000kg.
La végétation est un élément intéressant dans la lutte
contre la pollution atmosphérique grâce à l’activité naturelle du
feuillage qui agit par fixation des poussières et autres gaz toxiques.
VΙ-1-5 la végétation et la fixation des poussières ;
L’action de fixation des poussières et particules par la
végétation tant herbacée que ligneuses est importante. Les études
menées au centre national de recherche forestières de Nancy en 1972, où
l’expérience conduit par la station de bioclimatique et d’agronomie
d’Avignon montrent qu’il y a deux causes principales dans l’action de
fixation des poussières par la végétation :
l’effet de captation du feuillage par le phénomène électrostatique du au
fait que les particules, et poussières sont en contact de l’air chargé
d’électricité.
l’effet aérodynamique lié à la modification de la vitesse que le vent subit
au contact du foret. Ce phénomène freine le vent et entraîne la dispersion
des polluants sur le peuplement d’arbres.
Le pouvoir de fixation des poussières en suspension dans
l’air par les feuilles dépend beaucoup de l’espace. A surface foliaire
égale, l’épicéa aurait un pouvoir de captation 32 fois plus élevé que le
peuplier. Une pelues fixe trois fois à six fois plus de poussières qu’une
surface nue. Dix fois moins qu’un arbre à projection égale au sol. « Au
cour d’une saison de végétation, un hectare d’épicéa retient 30 tonnes de
poussières, un hectare de tilleul 42 tonnes, un hectare de hêtre
68tonnes, qui si non restreint en suspension, et menaceraient nos
poumons». (Saint marc- 1971).
V- LES NORMES DES ESPCES VERTS:
Les normes définissent l’utilisation économique des
terrains et détermination la limite inférieur admissible d’occupation
des sols. La notion de norme ou de tant de mètre carrées de
verdure pour chaque habitant est discutable, pour une
appréciation qualitative car elle représente qu’une moyenne
national et par conséquence elle cache les normes disparités
existantes d’une ville à une autre. La détermination des normes
d’espaces verts s’est calculé à partir de deux méthodes :
V-1 la première méthode
Elle consiste à examiner les principaux
systèmes de normes en usage dans les régions urbains
similaires. Elle fallait aussi d’expérience des pays les plus
avancés à partir d’un bilan de leurs réalisations. Cette méthode
présente certains risques et inconvénients, car les paramètres
utilisés dans les calcules tels ; le taux d’urbanisation, la taille de
la ville considérée, le revenu national, les donnés socio-
économiques. Ne tiennent pas comptent de la spécificité de
chaque culture qui s’exprime :
Dans le vogue de vie des populations
Dans la densité d’occupation des sols
Dans la forme d’habitat et dans les réalisations
urbanistiques.
V-2 la deuxième méthode
Les normes sont calculées à partir des
estimations de la fréquentation des espaces existants et d’une
réflexion sur les perspectives d’avenir. Cette méthode pose un
problème sur les estimations actuelles et futures de la
fréquentation des équipements (forets, parcs, jardins), et sur les
espaces à adapter.
Pour cette méthode deux grands types de
normes se dégagent ;
une norme régionale de 100 m2 par habitant pour les parcs
régionaux et parcs de week-end.
une norme de 25 m2 par habitant sur le territoire de la ville
nouvelle. Ou à la périphérie des villes
Dans une ville moderne, chaque habitant devrait disposer de 10
m2 d’espace vert qui sont subdivisée : 1.5 m2 pour les jardins d’enfants, 4.5
m2 pour les parcs et jardins d’agrément, 4 m2 pour les terrains de sport. Dans
les années 80, en Angleterre le londonien en possède 10 m2 / Hts. Aux États-
unis, les habitants de Washington en ont 50 m2 / Hts. A Los Angeles on atteint
13 m2 / Hts.
En France la norme de l’espace vert est de 10 m2 / HT
qui est valable pour les espaces verts urbains et les espaces verts de
proximité :
jardins d’enfants (moins de 4 ans d’age)……0.20 m2 / HT.
jardins d’enfants (de 4 à 10ans)……………..0.80 m2 / HT.
pleines de jeux de 10 ans à 20ans)…………..4.00 m2 / HT.
promenade et aires de repos pour mères de famille……….. 0.50 m2/ HT.
promenades pour adultes et vieillards ………4.00 m2 / HT.
aires sablées pour jeux libres ………………..0.50 m2 / HT.
En titre d’exemple des villes qui possèdent des espaces verts,
vienne encore qui possède en tous 902 jardins publics, 445 jardins d’école, 560
jardins d’enfants et garderie pour 2 millions d’habitants.
Conclusion
En réalité, le premier jardin apparaît avec
l’apparition de l’homme, c'est-à-dire Adam et Ève qui sont nés
dans le jardin de Dieu, comme c’est dicté dans toutes les
religions. Et pour y rentrer il leur faut de travailler suivant les
instructions de Dieu.
Le rapport entre l’homme et l’espace naturel
ou l’espace vert a donc toujours existé. Autrefois, les espaces
verts étaient le jardin utilitaire (potager), à caractère agricole et le
jardin lié au palais et à la villa pour leurs aspects esthétiques et
ethnique.
Ce rapport est devenu une science auquel
les écologistes, spécialistes, urbanistes, architectes et
paysagistes interviennent dans le sens ou la nature est une
nécessité urgente dans la ville. L’espace vert est assimilé à
l’espace libre et ouvert.
L’espace vert généreux et bienfaisant
répond, aujourd’hui, à plusieurs fonctions
La première est physique ; il contribue à rétablir un équilibre
écologique. Non seulement il purifie le milieu urbain mais il joue
aussi un rôle de témoin.
La second est psychique ; le végétal dispose des
caractéristiques qui lui permette de d’atteindre le maximum des
effets esthétiques, en cherchant l’harmonie entre les végétaux
eux même. ces caractéristiques jouent aussi un rôle très
important dans la psychologie de l’homme tel que les couleurs,
les formes,…etc. le végétal devient l’élément
d’accompagnement de l’homme, de la composition
architecturale et urbaine.
La troisième est sociologique ; du coté sociologique, les
espaces verts offrent des terrains de repos, des terrains de
sécurité et de calme, au milieu du danger de la ville. Comme ils
offrent des lieux de l’isolement pour les individus et pour les
couples. Donc c’est à l’individu de choisir la personne et le lieu
qui le satisfait.
IntroductionIntroduction
La question de l’environnement est à l’ordre du jour,La question de l’environnement est à l’ordre du jour,
notamment en milieu urbain. Cette prise de conscience estnotamment en milieu urbain. Cette prise de conscience est
due essentiellement à la dégradation du cadre de vie desdue essentiellement à la dégradation du cadre de vie des
habitants de la ville, résultat d’une urbanisation qui ne cessehabitants de la ville, résultat d’une urbanisation qui ne cesse
de s’étaler au détriment de la nature environnante.de s’étaler au détriment de la nature environnante.
Devant cette ville qui s’étend, la gestion desDevant cette ville qui s’étend, la gestion des
milieux urbains devient de plus en plus difficile et entraîne demilieux urbains devient de plus en plus difficile et entraîne de
multiples problèmes écologiques, liés à la pollutionmultiples problèmes écologiques, liés à la pollution
atmosphérique, à la gestion des différents déchets, auxatmosphérique, à la gestion des différents déchets, aux
nuisances sonores, à la congestion des villes, , et en un motnuisances sonores, à la congestion des villes, , et en un mot
aux détériorations des paysages.aux détériorations des paysages.
présentation de la wilaya ;
La wilaya de Constantine s’étend sur
superficie de 222,777 hectares et rayonne du point de vue
administratif sur douze communes. Constantine demeure
une wilaya de transition entre le nord caractérisé par le
relief accidenté, et le sud caractérisé par l’attitude de
l’espace (haute plaines). «A égal distance du littoral et des
Aurès, Constantine se dresse au contacte de 2 monde, la
montagne tellienne, les hautes plaines semi-arides au
sud ». Cote -1995-
De part sa position géographique, la
wilaya de Constantine se trouve limité au nord nord-est
par la wilaya de Skikda, à l’Ouest par la wilaya de Mila, à
l’Est par la wilaya de Guelma, et au sud par la wilaya de
Oum-EL-Bouagui. A travers la wilaya, l’attitude varie
entre 300mètres dans la vallée du Rummel, et
1350mètres à djebel Sidi driss.
Les espaces verts dans la ville de ConstantineLes espaces verts dans la ville de Constantine
Les espaces verts sont classée en 2 catégories:Les espaces verts sont classée en 2 catégories:
-les espaces verts périurbains-les espaces verts périurbains
-les espaces verts urbains-les espaces verts urbains
La ville de Constantine dispose de 2 forets périurbaines trèsLa ville de Constantine dispose de 2 forets périurbaines très
importantes qui représentent de véritables poumons.importantes qui représentent de véritables poumons.
Les espaces verts urbains dont elle dispose sont moinsLes espaces verts urbains dont elle dispose sont moins
importants. On compte 16 jardins publics et une (1) foretimportants. On compte 16 jardins publics et une (1) foret
urbaine(El Mansourah)non accessible car implantée sur unurbaine(El Mansourah)non accessible car implantée sur un
site militairesite militaire
IntroductionIntroduction
La question de l’environnement est àLa question de l’environnement est à
l’ordre du jour, notamment en milieu urbain. Cettel’ordre du jour, notamment en milieu urbain. Cette
prise de conscience est due essentiellement à laprise de conscience est due essentiellement à la
dégradation du cadre de vie des habitants de la ville,dégradation du cadre de vie des habitants de la ville,
résultat d’une urbanisation qui ne cesse de s’étaler aurésultat d’une urbanisation qui ne cesse de s’étaler au
détriment de la nature environnante.détriment de la nature environnante.
Devant cette ville qui s’étend, la gestion desDevant cette ville qui s’étend, la gestion des
milieux urbains devient de plus en plus difficile etmilieux urbains devient de plus en plus difficile et
entraîne de multiples problèmes écologiques, liés à laentraîne de multiples problèmes écologiques, liés à la
pollution atmosphérique, à la gestion des différentspollution atmosphérique, à la gestion des différents
déchets, aux nuisances sonores, à la congestion desdéchets, aux nuisances sonores, à la congestion des
villes, , et en un mot aux détériorations des paysages.villes, , et en un mot aux détériorations des paysages.
VII- LES ESPACES VERTS EN ALGERIE
Les espaces verts en Algérie
présente le même cas que les autres pays du
monde, c’est très connu pour chacun de nous
que les espaces verts jouent des rôles important
et des fonctions multiples et variables dans la
ville. «La ville est inséparable de son
environnement, son évolution s’explique à partir
de sa situation géographique, des conditions
climatique et météorologiques auxquelles elle
est soumise, de sa structure économique et de
son héritage historique».
On va démontrer cette
expérience, et va prendre un exemple très vivable
en Algérie. C’est le cas de Constantine .
VII – 1 présentation de la wilaya ;
La wilaya de Constantine s’étend sur superficie
de 222,777 hectares et rayonne du point de vue administratif sur
douze communes. Constantine demeure une wilaya de transition
entre le nord caractérisé par le relief accidenté, et le sud
caractérisé par l’attitude de l’espace (haute plaines). «A égal
distance du littoral et des Aurès, Constantine se dresse au
contacte de 2 monde, la montagne tellienne, les hautes plaines
semi-arides au sud ». Cote -1995-
De part sa position géographique, la
wilaya de Constantine se trouve limité au nord nord-est par
la wilaya de Skikda, à l’Ouest par la wilaya de Mila, à l’Est
par la wilaya de Guelma, et au sud par la wilaya de Oum-
EL-Bouagui. A travers la wilaya, l’attitude varie entre
300mètres dans la vallée du Rummel, et 1350mètres à
djebel Sidi driss.
Constantine qui n’est pas tellement montagneuse
dispose
Du massif du chettaba au sud- ouest de la wilaya, du djebel
oum Settas au sud-est ,du djebel ouahch au nord-est,et du djebel
Driss au nord ouest.
Le patrimoine forestier compte au total 17334
hectares, soit 7,5 % seulement de la superficie de la wilaya dont
11000 hectares de pin d’Alep. 1600 hectares d’eucalyptus.  1200
hectares de chêne liège, 1800 hectares de pin pignon, de cyprès
et divers, puis de 1700 hectares de maquis et chêne verts.
ProblématiqueProblématique
Toute intervention en vue d’améliorer le cadre deToute intervention en vue d’améliorer le cadre de
vie d’une entité urbaine donnée peut passer par plusieursvie d’une entité urbaine donnée peut passer par plusieurs
entrées. Pour notre part, nous avons opté pour l’approcheentrées. Pour notre part, nous avons opté pour l’approche
écologique par la lecture de l’apport de la végétation dans laécologique par la lecture de l’apport de la végétation dans la
ville, qui est une des composantes essentielles deville, qui est une des composantes essentielles de
l’urbanisme. Elle contribue à mettre de l’ordre et à faire del’urbanisme. Elle contribue à mettre de l’ordre et à faire de
l’entité urbaine un corps qui respire et se purifie. Par le biaisl’entité urbaine un corps qui respire et se purifie. Par le biais
de différents aménagements d’équipements verts, pouvons-de différents aménagements d’équipements verts, pouvons-
nous suggérer une des pistes ou perspectives pour améliorernous suggérer une des pistes ou perspectives pour améliorer
le cadre de vie de nos citoyens?le cadre de vie de nos citoyens?
La ville de Constantine Par son relief et son site exceptionnels,La ville de Constantine Par son relief et son site exceptionnels,
offre un potentiel très important en terme de paysages et cela paroffre un potentiel très important en terme de paysages et cela par
les différentes ouvertures sur la nature environnante, des vuesles différentes ouvertures sur la nature environnante, des vues
panoramiques sur les gorges du Rhumel ainsi que les différentspanoramiques sur les gorges du Rhumel ainsi que les différents
jardins aménagés à travers la ville. Seulement, c’est une entitéjardins aménagés à travers la ville. Seulement, c’est une entité
géographique qui a tendance à se déséquilibrer, de perdre toutegéographique qui a tendance à se déséquilibrer, de perdre toute
la symbiose qu’elle avait tissé à travers l’histoire avec son milieula symbiose qu’elle avait tissé à travers l’histoire avec son milieu
naturel pour plusieurs raisons, notamment, son urbanisationnaturel pour plusieurs raisons, notamment, son urbanisation
excessive, sa démographie galopante, et la non prise en chargeexcessive, sa démographie galopante, et la non prise en charge
des données environnementales dans tout projet d’aménagement.des données environnementales dans tout projet d’aménagement.
Cela nous ramène à nous interroger sur les besoins desCela nous ramène à nous interroger sur les besoins des
constantinois. Aussi , le fait que la surface des espaces vertsconstantinois. Aussi , le fait que la surface des espaces verts
existants soit très petite, et représente un ratio nettement inférieurexistants soit très petite, et représente un ratio nettement inférieur
à la norme internationale nous interpelle ,et nous oblige quelqueà la norme internationale nous interpelle ,et nous oblige quelque
part à affecter certains terrains en eqipements verts; et ce , pourpart à affecter certains terrains en eqipements verts; et ce , pour
augmenter le ratio, améliorer nos paysage et donner à la ville unaugmenter le ratio, améliorer nos paysage et donner à la ville un
aspect plus sein , digne d’elleaspect plus sein , digne d’elle
Le ratio d’espace vert à Constantine avec toutes les catégories d’
E.V
277.455.37392.47730695TOTAL
201131280
El
khroub
408.203.19
41.47
+
150
558.100.6941.47
Déficit
(ha)
Ratio
(m²/hab)
SurfaceE
.V (ha)
Pop
(hab)
Constantine
599415
Source: O.N.S
Même avec l’intégration des
forets périurbaines le ratio
d’espace vert dans la ville de
Constantine reste au dessous
des normes.
277.455.37392.47730695TOTAL
201131280
El
khroub
408.203.19
41.47
+
150
558.100.6941.47
Déficit
(ha)
Ratio
(m²/hab)
SurfaceE
.V (ha)
Pop
(hab)
Constantine
599415
La répartition des espaces
verts dans la ville par secteur
Jardin public
foret
Source :travail personnel sur fond de carte P.D.A.U
Les muriers
05 juillet
Belle vue
Boudraa
Salah
El
gammas
ziadia
Sidi mabrouk
El
kantara
Sidi rached
-La répartition des espaces
verts est très mauvaise
-quatre des secteurs de la ville
sont complètement démunis
Période historique Numéro Secteur Nom du jardin Situation
Date de
réalisation
Surface en
M²
1 BENACEUR CENTRE VILLE 1902 10000
JARDINS 2 SIDI GUESSOUM SIDI RACHED 1910 5250
CREES 3 RACHED HADJ ALI SIDI RACHED 1920 4300
DURANT LA 4 SOUSSA EL KANTARA 1935 5000
PERIODE 5 EL KANTARA EL KANTARA EL KANTARA 1940 11200
COLONIALE 6 BOUDJANANA EL KANTARA 1962 3000
7 SIDI MABROUK BAYROUTH
SIDI
MABROUK,S 1945 5200
8 BELLE VUE
KHANCHOUF
M,S BELLE VUE SUD 1954 6000
9 PROTECTION,C BENBOULAID 1968 5000
JARDINS 10 BELLE VUE GUERFI ,A K,BOUMEDOUS 1973 9000
CREES 11 BENOUIDENE F,SAADANE 1977 10000
APRES 12 SIDI RACHED INDEPENDANCE CENTRE VILLE 1979 2500
L'INDEPENDANC
E 13 EL KANTARA LOUCIF,M LOUCIF 1984 2150
14 BOURSAS LOUCIF 1984 10000
15
BOUDRAA
SALEH SALEH BEY SALEH BEY 1991 6100
16 SIDI MABROUK
EL
MOUSSADjARA MENTOURI 1996 10000
Ratio d’espaces verts par secteur
secteur pop Foret
(ha)
Jardin
(m²)
Total
(m²)
Ratio
(m²/ha
b)
El
kantara
66940 0.00 31350 31350 0.46
SMK 110930 31.00 15200 325200 2.93
El
gamas
40930 0.00 0.00 0.00 0.00
ziadia 48347 0.00 0.00 0.00 0.00
Les
mûriers
57111 0.00 0.00 0.00 0.00
Belle
vue
89323 0.00 30000 30000 0.33
S
boudra
59569 0.00 6100 6100 0.10
Sidi
rached
102650 0.00 22050 22050 0.21
05
juillet
23615 0.00 0.00 0.00 0.00
-Bien que le centre ville
soit bien quotté Par
rapport
aux autres secteurs en
espaces
verts, on trouve qu’il lui en
faut
encore plus pour atteindre
un
taux réglementaire.
Ceci est due à la
concentration
de la population dans le
centre.
Source:-Travail personnel sur fond de carte P.D.A.U
-O.N.S
05 juillet
Belle
vue Les
mûriers
S.M.K
ZIADIA
EL
GAMMAS
B.
SALAH
El
kantaraSidi
rached
Déficit et potentiel par secteurDéficit et potentiel par secteur
Zone proposée pour boisement
Zone boisée
Jardin public
foret
Zone de glissement
Source:travail personnel sur fond de carte P.D.A.U
secteur déficit E.V
(ha)
Potentiel
(ha)
El kantara 63.86 55.99
S.M.K 78.42 30.30
El gammas 40.93 87.37
Ziadia 48.34 85.62
Les mûriers 57.11 49.08
Belle vue 86.37 24.88
s.Boudraa 58.97 112.79
Sidi rached 100.49 184.65
05 juillet 23.61 385.24
TOTAL 558.1 1015.92
On propose de boiser
les terrains vulnérables
et non urbanisables
dans les différents
secteurs,et ceci pour
deux raisons:
-stabiliser les terrains
-assurer une surface
suffisante d’espace vert.
Localisation des terrains d’interventionLocalisation des terrains d’intervention
Les calculs ont démontré que le secteur quiLes calculs ont démontré que le secteur qui
nécessite le plus d’espace vert est le secteur sidinécessite le plus d’espace vert est le secteur sidi
Rached (centre ville) ce qui justifie notre choix desRached (centre ville) ce qui justifie notre choix des
terrains d’intervention.terrains d’intervention.
Nos collègues de la requalification ont pusNos collègues de la requalification ont pus
dégager trois terrains qu’ils ont jugé bon dedégager trois terrains qu’ils ont jugé bon de
réaménager.réaménager.
-le terrain de Bardo-le terrain de Bardo
-le terrain de Aouinet El Foul-le terrain de Aouinet El Foul
-le terrain de la station Boumezzou avec les-le terrain de la station Boumezzou avec les
jardins adjacents.jardins adjacents.
Le terrain de BARDO
(Rive Ouest)
- Le terrain proposé occupe une superficie
d’environ:4.73 ha .
C’est un terrain glissant qui est classé en zone
rouge. Il y avait des bidons villes qui ont été
démolis et une école qui a été désaffectée.
Le terrain de BARDO
(Rive Est)
-Le terrain occupe une surface d’environ: 21.82ha.
C’est un terrain qui a été occupé par des bidons villes
(djenane tchina) et d’autres constructions illicites.
Son premier avantage et qu’il présente une extension
de la foret d’el Mansourah.
La places des hôtels et la
station Boumezzou
- Le terrain occupe une surface d’environ: 2.17 ha.
On y trouve la station de bus Boumezzou et deux jardins (le
terrain réservée aux hôtels accor).
Il donne une ouverture sur des paysages magnifiques du coté
de Bekira et les montagnes autour,et permet ainsi , une
évasion visuelle tant recherchée dans un centre urbanisé
outre mesure.
- Le terrain occupe une surface d’environ: 2.17 ha.
On y trouve la station de bus Boumezzou et deux jardins (le
terrain réservée aux hôtels accor).
Il donne une ouverture sur des paysages magnifiques du coté
de Bekira et les montagnes autour,et permet ainsi , une
évasion visuelle tant recherchée dans un centre urbanisé
outre mesure.
La brèche: terrasse du marché
Cette terrasse présente une surface de :0.45 ha.
c’ est un espace gâchée , qui sert des fois
comme terrain de sport à des jeunes en quête
d’espaces de loisir.
Le terrain de Aouinet El Foul
Ce terrain occupe une surface d’environ: 6.22 ha.
-classé aussi zone rouge,il abritait un bidon ville
qui a été démoli récemment, et des constructions
Illicites.
Estimation globale de la surface des parcs et
jardins futurs
-Le terrain Bardo (rive est) : 21.82 ha .
-Le terrain Bardo (rive ouest): 4.73 ha .
-Le terrain Aouinet El Foul : 6.22 ha .
-La terrasse du marché : 0.45 ha .
-La place des Hôtels : 2.17 ha .
total : 35.39 ha.
-La surface totale des espaces verts avec ses
parcs futurs est de : 76.86 ha.
le nouveau ratio sera de: 1.28 m²/ha .
Intégration des études récentes
Deux études paysagères très
intéressantes ont été élaboré dans le
même contexte,et faute de temps
,nous avons décidé de les intégrer
dans notre travail car elles vont dans
le même esprit et défendent les
mêmes objectifs.
Etude d’aménagement et
solutions de confortement du
chemin touristique
(C.E.T.A.I.C)
• L’étendue du
chemin touristique
avec les différents
ponts
Les différentes vues
paysagères à travers le
cheminements
• Il serait difficile de penser paysage sans
• intégrer ce magnifique chemin,mais
• pour cela il faudra d’abord le réhabiliter
• car comme beaucoup de nos sites ,il a
• souffert d’une forte dégradation qui l’a
• rendue impraticable.
Réseau d’évacuation vétuste
Détérioration des passerelles
Les propositions
• Les interventions qu’on a proposé ,
consiste surtout en aménagement des
terrains en parcs de détente et
promenades, ainsi que des terrains de
sport et ce, selon les besoins du
centre
Vue générale des terrains
d’intervention
Le terrain de Aouinet El Foul
Le terrain de bardo
rive ouest
On a proposéOn a proposé
un parc deun parc de
détente avec desdétente avec des
promenades etpromenades et
des plans d’eau.des plans d’eau.
Le terrain de bardo
rive est
Notre interventionNotre intervention
s’est basée sur les’est basée sur le
lit du oued aveclit du oued avec
un aménagementun aménagement
de promenades etde promenades et
de petits airs dede petits airs de
repos.repos.
Brèche (terrasse du marché)
Vue de la terrasse du marché
après aménagements
Brèche (place des hôtels)
Aménagement de la station de
bus avec les deux jardins
Vue de la place aménagée
Conclusion
A L’époque turque,Constantine était à l’image d’une civilisation magherébine.les
espaces verts
Étaient périurbains à caractère agricole,ils se trouvaient derrière les remparts.le seul
espace vert dans
La ville se trouvait dans les jardins du palais du bey en 1835.
L’époque coloniale s’est distinguée par une dynamique particulièrement
identique à celle de la reconstruction
Des villes européennes.l’emergence des espaces verts urbains sous toutes leurs
formes :foret urbaine , arbres d’alignements et squares ,a été vue à cette époque .
après l’indépendance , Constantine a connu une évolution urbaine à
cadence très rapide . Le processus d’attraction a donné l’exode rurale qui
provoqua à son tour la crise de logement .dans l’optique de résorber cette crise ,
le phénomène de diffusion fait apparition par l’extension de la commune sur la
périphérie . Engendrant, ainsi, la rareté des espaces verts dans la proche
compagne et dans la ville .
le domaine des espaces verts est loin d’être satisfaisant à Constantine . Celle-ci
connaît un manque de squares en quantité et en qualité. Les squares qui existent ,
aujourd’hui dans cette ville , sont d’une manière générale , abandonnés et ne jouent
plus leur rôle de détente , de rencontre ou de jeux . Ceci est du essentiellement à la
qualité de leur aménagement (image physique ) . En plus de l’image morale , négative
, elle est liée à l’information et aux facteurs : culturel et psychosociologique . Ces deux
images ont conduit à la non fréquentation de ces espaces et leur transformation en
objets démunis de tout identité et déviés de leur fonction .
en matière de politique et de gestion , ces espaces connaissent un grand
échec .pendant que la ville grandit et la population s’accroît , les espaces verts
stagnent .
l’algérien ne possède pas de politique en matière d’espace vert. Il n’y a pas de
réglementation rigoureuse pour la protection de ces espace . En fait , la grande
faiblesse se situe dans l’organisation qui gère les espaces verts de Constantine .
Celle-ci se limite à un bureau communal qui n’a pas d’ importance , ni de poids sur le
plan budgétaire , et au niveau des compétences .
La bibliographie
1.Dictionnaire de l’aménagement et de l’urbanisme.
2. Le Corbusier, Charte d’Athènes, Minuit, paris, 1982.
3.De Sablet Michel, Des espaces verts urbains agréables
à vivre ; places, rues, squares et jardins, le Moniteur, 1988.
4.Thèse de magister de madame Touam Benhassine,
Avril1999, université de Constantine.
.5.Encyclopédie Encarta
Partie pratique
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04
Espaces verts 04

Contenu connexe

Tendances

Espaces verts 01
Espaces verts 01Espaces verts 01
Espaces verts 01
Sami Sahli
 
Espaces publiques 01
Espaces publiques 01Espaces publiques 01
Espaces publiques 01
Sami Sahli
 
Paysage urbain
Paysage urbainPaysage urbain
Paysage urbain
Sami Sahli
 
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
Hiba Architecte
 
Projet urbain 04
Projet urbain 04Projet urbain 04
Projet urbain 04
Sami Sahli
 
Regeneration urbaine
Regeneration urbaineRegeneration urbaine
Regeneration urbaine
Sami Sahli
 
Analyse urbaine
Analyse urbaineAnalyse urbaine
Analyse urbaine
xiluokong
 
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein deyPhenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein dey
Hiba Architecte
 

Tendances (20)

Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reimsPdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
Pdf rendu analyse d'exemple quartier croix rouge reims
 
Espaces verts 01
Espaces verts 01Espaces verts 01
Espaces verts 01
 
Espaces publiques 01
Espaces publiques 01Espaces publiques 01
Espaces publiques 01
 
Jardins 02
Jardins 02Jardins 02
Jardins 02
 
Paysage urbain
Paysage urbainPaysage urbain
Paysage urbain
 
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme1
 
Developement durable - analyse urbain-swot-projet urbain-modes intervention
Developement durable - analyse urbain-swot-projet urbain-modes interventionDevelopement durable - analyse urbain-swot-projet urbain-modes intervention
Developement durable - analyse urbain-swot-projet urbain-modes intervention
 
Expoé jardin
Expoé jardin Expoé jardin
Expoé jardin
 
Mémoire
MémoireMémoire
Mémoire
 
El harrach
El harrachEl harrach
El harrach
 
Analyse urbaine et architecturale
Analyse urbaine et architecturaleAnalyse urbaine et architecturale
Analyse urbaine et architecturale
 
Projet urbain 04
Projet urbain 04Projet urbain 04
Projet urbain 04
 
Approche 5 architectes
Approche 5 architectes Approche 5 architectes
Approche 5 architectes
 
Approche sensorielle
Approche sensorielleApproche sensorielle
Approche sensorielle
 
LES FORMES URBAINES
LES FORMES URBAINESLES FORMES URBAINES
LES FORMES URBAINES
 
Regeneration urbaine
Regeneration urbaineRegeneration urbaine
Regeneration urbaine
 
La rénovation urbaine
La rénovation urbaineLa rénovation urbaine
La rénovation urbaine
 
Analyse urbaine
Analyse urbaineAnalyse urbaine
Analyse urbaine
 
Phenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein deyPhenomenologie hussein dey
Phenomenologie hussein dey
 
analyse urbaine de la ville de Jijel
analyse urbaine de la ville de Jijel analyse urbaine de la ville de Jijel
analyse urbaine de la ville de Jijel
 

En vedette

Espaces verts 07
Espaces verts 07Espaces verts 07
Espaces verts 07
Sami Sahli
 
Planification urbaine 01
Planification urbaine 01Planification urbaine 01
Planification urbaine 01
Sami Sahli
 
Espaces publiques 03
Espaces publiques 03Espaces publiques 03
Espaces publiques 03
Sami Sahli
 
Actions et interventions urbaine
Actions et interventions urbaineActions et interventions urbaine
Actions et interventions urbaine
Sami Sahli
 
Espaces verts & jardins
Espaces verts & jardinsEspaces verts & jardins
Espaces verts & jardins
Sami Sahli
 
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
Wahab Bouchareb
 
Espaces publiques 02
Espaces publiques 02Espaces publiques 02
Espaces publiques 02
Sami Sahli
 
Isolation Acoustique Batiment Florent Cappoen
Isolation Acoustique Batiment  Florent CappoenIsolation Acoustique Batiment  Florent Cappoen
Isolation Acoustique Batiment Florent Cappoen
mboma
 

En vedette (18)

Espaces verts 07
Espaces verts 07Espaces verts 07
Espaces verts 07
 
Espace public urbain
Espace public urbain Espace public urbain
Espace public urbain
 
Planification urbaine 01
Planification urbaine 01Planification urbaine 01
Planification urbaine 01
 
Observatoire Unep-Hortis des villes vertes - Janvier 2015
Observatoire Unep-Hortis des villes vertes - Janvier 2015 Observatoire Unep-Hortis des villes vertes - Janvier 2015
Observatoire Unep-Hortis des villes vertes - Janvier 2015
 
Espaces publiques 03
Espaces publiques 03Espaces publiques 03
Espaces publiques 03
 
Actions et interventions urbaine
Actions et interventions urbaineActions et interventions urbaine
Actions et interventions urbaine
 
Espaces verts & jardins
Espaces verts & jardinsEspaces verts & jardins
Espaces verts & jardins
 
du vert sur du béton, du vert contre le béton, confrontation des enjeux de la...
du vert sur du béton, du vert contre le béton, confrontation des enjeux de la...du vert sur du béton, du vert contre le béton, confrontation des enjeux de la...
du vert sur du béton, du vert contre le béton, confrontation des enjeux de la...
 
Observatoire des villes vertes / Les budgets du végétal
Observatoire des villes vertes / Les budgets du végétalObservatoire des villes vertes / Les budgets du végétal
Observatoire des villes vertes / Les budgets du végétal
 
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...VILLES  ET ARCHITECTURES COLONIALES  AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
VILLES ET ARCHITECTURES COLONIALES AU MAGHREB FIN DU XIXe-début XXe S. Cons...
 
Observatoire des villes vertes / Des jardins pour le Climat
Observatoire des villes vertes / Des jardins pour le ClimatObservatoire des villes vertes / Des jardins pour le Climat
Observatoire des villes vertes / Des jardins pour le Climat
 
Microcity, édifice hybride et amplificateur urbain
Microcity, édifice hybride et amplificateur urbainMicrocity, édifice hybride et amplificateur urbain
Microcity, édifice hybride et amplificateur urbain
 
Strasbourg2010-Woloszyn-ambioflux
Strasbourg2010-Woloszyn-ambiofluxStrasbourg2010-Woloszyn-ambioflux
Strasbourg2010-Woloszyn-ambioflux
 
Jardins jardin-conférence-hortea-27-05-11
Jardins jardin-conférence-hortea-27-05-11Jardins jardin-conférence-hortea-27-05-11
Jardins jardin-conférence-hortea-27-05-11
 
Paysage sonore
Paysage sonorePaysage sonore
Paysage sonore
 
Espaces publiques 02
Espaces publiques 02Espaces publiques 02
Espaces publiques 02
 
Analyse Paysage sonore
Analyse Paysage sonoreAnalyse Paysage sonore
Analyse Paysage sonore
 
Isolation Acoustique Batiment Florent Cappoen
Isolation Acoustique Batiment  Florent CappoenIsolation Acoustique Batiment  Florent Cappoen
Isolation Acoustique Batiment Florent Cappoen
 

Similaire à Espaces verts 04

Plan vert fes
Plan vert fesPlan vert fes
Plan vert fes
sabouni21
 
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
Doc Géo
 
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De HerdeHuman Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
promateria
 
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
AI Publications
 
Actes sociotopes Introduction
Actes sociotopes IntroductionActes sociotopes Introduction
Actes sociotopes Introduction
AudéLor
 
Presentation These
Presentation ThesePresentation These
Presentation These
arrif
 
Espaces publiques et qualité urbaine
Espaces publiques et qualité urbaineEspaces publiques et qualité urbaine
Espaces publiques et qualité urbaine
Sami Sahli
 
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondialUn débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
Mission Val de Loire
 

Similaire à Espaces verts 04 (20)

Plan vert fes
Plan vert fesPlan vert fes
Plan vert fes
 
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
Grésillon - Introduction : le couple environnement / gouvernance dans un parc...
 
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De HerdeHuman Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
Human Cities : la conception durable des espaces publics, .A. De Herde
 
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
 
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
Comment intégrer la Trame Verte et Bleue dans les documents d'urbanisme et le...
 
La gestion différenciée des espaces verts
La gestion différenciée des espaces vertsLa gestion différenciée des espaces verts
La gestion différenciée des espaces verts
 
Meryem maya
Meryem mayaMeryem maya
Meryem maya
 
Analyse guisi final
Analyse guisi finalAnalyse guisi final
Analyse guisi final
 
Approche Paysagère
Approche PaysagèreApproche Paysagère
Approche Paysagère
 
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
Socially Constructed Negotiations between Actors and Informal Appropriation o...
 
Actes sociotopes Introduction
Actes sociotopes IntroductionActes sociotopes Introduction
Actes sociotopes Introduction
 
Presentation These
Presentation ThesePresentation These
Presentation These
 
Espaces publiques et qualité urbaine
Espaces publiques et qualité urbaineEspaces publiques et qualité urbaine
Espaces publiques et qualité urbaine
 
Urbanisme-Ensa2020.pdf
Urbanisme-Ensa2020.pdfUrbanisme-Ensa2020.pdf
Urbanisme-Ensa2020.pdf
 
Présentation de l'étude Nature en Ville
   Présentation de l'étude Nature en Ville    Présentation de l'étude Nature en Ville
Présentation de l'étude Nature en Ville
 
Book Vergers Urbains 2016
Book Vergers Urbains 2016Book Vergers Urbains 2016
Book Vergers Urbains 2016
 
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondialUn débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
Un débat sur les enjeux paysagers du Val de Loire – Patrimoine mondial
 
Living Community Challenge 1.0
Living Community Challenge 1.0Living Community Challenge 1.0
Living Community Challenge 1.0
 
Cour 02-projet-urbain
Cour 02-projet-urbainCour 02-projet-urbain
Cour 02-projet-urbain
 
Accompagner les dynamiques agro-sylvopastorales - LELLI
Accompagner les dynamiques agro-sylvopastorales - LELLIAccompagner les dynamiques agro-sylvopastorales - LELLI
Accompagner les dynamiques agro-sylvopastorales - LELLI
 

Plus de Sami Sahli (20)

AL HAMRA HCA
AL HAMRA HCAAL HAMRA HCA
AL HAMRA HCA
 
Toyo ito
Toyo itoToyo ito
Toyo ito
 
Mur rideau
Mur rideau Mur rideau
Mur rideau
 
Oscar niemeyer
Oscar niemeyerOscar niemeyer
Oscar niemeyer
 
Satiago Calatrava
Satiago CalatravaSatiago Calatrava
Satiago Calatrava
 
Zaha hadid
Zaha hadidZaha hadid
Zaha hadid
 
Ecole primaire
Ecole primaire Ecole primaire
Ecole primaire
 
Frank loyd Wright
Frank loyd WrightFrank loyd Wright
Frank loyd Wright
 
Cours alea sismique
Cours alea sismiqueCours alea sismique
Cours alea sismique
 
Acier infrastructure
Acier infrastructureAcier infrastructure
Acier infrastructure
 
la Maison mozabite
la Maison mozabitela Maison mozabite
la Maison mozabite
 
Otto wagner
Otto wagnerOtto wagner
Otto wagner
 
Hamma les annasser. au 01
Hamma   les annasser. au 01Hamma   les annasser. au 01
Hamma les annasser. au 01
 
Présentation de projet urbain
Présentation de projet urbainPrésentation de projet urbain
Présentation de projet urbain
 
L’habitat intermédiaire
L’habitat   intermédiaire L’habitat   intermédiaire
L’habitat intermédiaire
 
Les dalles
Les dallesLes dalles
Les dalles
 
Généralité sur les sols
Généralité sur les solsGénéralité sur les sols
Généralité sur les sols
 
Cours fondations
Cours fondationsCours fondations
Cours fondations
 
Cour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanismeCour 04-le-new-urbanisme
Cour 04-le-new-urbanisme
 
Boufarik
BoufarikBoufarik
Boufarik
 

Espaces verts 04

  • 1. REPUBLIQUE ALGERIENE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE. MINISTERE DE L’ENSEINGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE UNIVERSITE MANTOURI CONSTANTINE DEPARTEMENT DE GESTION ET TECHNIQUES URBAINES. Travail fait par : suivi par : 1.BANOUH AHMED Mm S. ZERTAL Année universitaire : 2007-2008 2.HAMIDOUCHE KAMEL 3.BECHEKIR IMAD 4.OURAMDANE SLIMANE
  • 2.
  • 3.
  • 4. Introduction I- Le concept de l’espace vert I-1- Le concept de l’espace libre I-2- Le concept de l’espace ouvert I- 3- Le concept de l’ espace naturel (rural,espace de la campagne ) I-4 Le concept de l’espace urbain II- Les espaces verts urbain II-1- Le square II- 2- Le jardin publique II- 3- Le parc urbain ΙII Les espaces vert suburbain ou périurbain ΙII-1- Le parc naturel ΙII-2- Le parc national ΙII-3- le parc périurbain ΙII-4-le parc régional
  • 5. ΙII-5- Les espaces boisés ΙII-6- Les espaces agricoles IV-Les espaces vert à travers l’art des jardin IV - Les jardins régulier I V - Les jardins irréguliers I V - Les jardins mixtes V-Les rôles des espaces vert V-1- Le rôle hydraulique des espaces vert V-1-Le rôle climatique des espaces vert V-2-Le rôle végétal dans l’architecture et l’urbanisme V-3- Les espaces vert et la pollution atmosphérique V-4- La végétation et la fixation des poussières VI-Les normes des espaces vert VI-1- La première méthode VI-2- La deuxième méthode conclusion
  • 6.
  • 7.
  • 8. INTRODUCTION GENERALE I- LE CONCEPTE D’ESPACE VERT I-1 le concept d’espace libre I-2 le concept de l’espace ouvert I-3 l’espace naturel (rural, espace de la compagne) I-4 l’espace urbain I-2 le phénomène urbain I-2-1 les espaces verts suburbains ou périurbains I-2-1-2 les parcs nationaux I-2-1-3 les parcs périurbains I-2-2 les espaces verts urbains plan de travail Partie théorique
  • 9. I-2-2-1 le square I-2-2-2 le jardin public I-2-2-3 le parc urbain LES ESPACES VERTS DANS LE PANORAMA HISTORIQUE II-1-1 les jardins réguliers II-1-2 les jardins irréguliers II-1-3 le jardin mixte - LES NORMES DES ESPCES VERTS V-1 la méthode comparative V-2 la méthode éducative Ι - ROLES ET FONCTIONS DES ESPACES VERTS VΙ-1 le rôle des espaces verts
  • 10. VΙ-1-1 le rôle hydrologique des espaces verts VΙ-1-2 le rôle climatique des espaces verts VΙ-1-3 le rôle végétale dans l’architecture et l’urbanisme  VΙ -1-4 les espaces verts et la pollution atmosphérique VΙ-1-5 la végétation et la fixation des poussières VΙ -2 les fonctions des espaces verts VΙ -2-1 les fonctions sanitaires VΙ -2- 3 les fonctions esthétiques VΙ -2-4 les fonctions éducatifs VI -2-5 les fonctions architecturale VI -2-6 les fonction climatiques Conclusion
  • 11. PARTIE PRATIQUE INTRODUCTIONINTRODUCTION 1-1-PROBLEMATIQUEPROBLEMATIQUE 2-2-PRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACESPRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACES VERTS A L’ECHELLE DU GROUPEMENTVERTS A L’ECHELLE DU GROUPEMENT 3-3-PRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACESPRESENTATION DES DIFFERENTS ESPACES VERTS A L’ ECHELLE DELA VILLEVERTS A L’ ECHELLE DELA VILLE 4-4-CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’ ECHELLE DU GROUPEMENTECHELLE DU GROUPEMENT 5-5-CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’CALCUL DU RATIO D’ ESPACE VERT A L’ ECHELLE DE LA VILLEECHELLE DE LA VILLE 6-6-CALCUL DU DEFICITCALCUL DU DEFICIT 7-7-ETUDE DU POTENTIEL FONCIER DE LA VILLE.ETUDE DU POTENTIEL FONCIER DE LA VILLE. 8-8-ELABORATION D’ UN PROGRAMME DEELABORATION D’ UN PROGRAMME DE SURFACESURFACE 9-9-INTERVENTIONS SUR LE CENTRE VILLEINTERVENTIONS SUR LE CENTRE VILLE conclusion
  • 12. INTRODUCTION La forme de l’espace vert la plus ancienne est le jardin, la signification de ce mots nous ramène au terme herbeux qui signifie ; protéger, défendre, ce qui implique l’enceinte et l’enclos. le terme d’Eden qui signifie la joie et le plaisir ainsi que le mot jardin est la combinaison des deux mots et signifie l’enclos plaisir. Comme le terme d’espace vert est nouveau, il ne fut utilisé que depuis les années 1966seulement.cette locution implique verdure. Mais son sens n’est pas précis. C’est la raison pour laquelle il existe plusieurs appellations relatives à la même signification : espace ouvert ?--- espace libre ?--- espace urbain ? Et espace naturel ? L’expression peut en même temps signifie toute zone comportant une végétation, tout site non développé et tout espace vert.
  • 13. Dans le lette rature, l’espace vert a été défini de différentes manières cela est du a la complicité de la dynamique de concept. Ces différentes versions du concept d’espace vert exprime les différents manières avec lesquelles les professionnelles voient en face au problèmes d’espace vert les définitions de celui-ci dépend de but recherché de la fonction au qu’elle il est destiné. Les espaces verts se définissent par rapport aux citoyens qu’ils assurent aux activités tenant en compte à la hiérarchie. Autres définitions selon ; -L’urbaniste : il l’assimile à l’espace urbain ; -L’architecte : par l’espace libre ou espace extérieur pour désigner l’espace vert ; -Les services techniques de la ville : ils associent les espaces verts aux parcs, aux Jardins et aux squares d’une agglomération ainsi qu’en plantation en bordure des voies. -pour les paysagistes : c’est le paysage qui englobe toutes les formes et les structures d’un paysage.
  • 14. I- le concept d’espace vert ; Le concept d’espace vert est difficile à cerner car ce concept est très récent ainsi que la notion d’espace vert change d’un auteur à un autre et d’une discipline à une autre. C’est pour cela que la signification d’espace vert va prendre sera la même que c’elle de ; l’espace ouvert --- l’espace urbain-l’espace libre et l’espace naturel. Donc que signifie-t-il chacun de ces espaces ? I-1 le concept d’espace libre ; «Un espace libre est par définition est celui qui n’est pas affecté à un usage précis et permanant, mais qui peut supporter, simultanément des utilisations diverses : promenades, manifestations publics, jeux, foires, expositions,… etc.» L’espaces libre est défini par opposition à l’espace construit, même s’il est occupé par des arbres on dit qu’il est libre. Nous pouvons donc le retrouver à la place d’espace vert. Comme le souligne le Corbusier dans son ouvrage, la charte d’Athènes.
  • 15. En ce sens les espaces libres sont tous les espaces interstitiels des constructions, qui ne sont pas occupés ni par des habitants ni par les équipements. La définition du mot «espace libre » défère d’une discipline à une autre. -pour les architectes : il est défini comme l’espace extérieur des constructions. -pour urbanistes : ils le voient une réserve d’espace pour l’implantation de nouveaux logements, pour l’extension de la voirie, ou autres équipements. -pour les usagers : il est libre mais affecté pour des utilisations multiples. Finalement sous le terme d’espace libre nous avons des espaces aménagés en milieu urbain et à partir ou ils sont affectés, ils ne sont plus libres. Mais le plus important c’est le mot «espace » et son qualificatif «vert » indique un aménagement qui peut être apporté à l’espace libre. Planté, engazonné ou boisé, l’espace libre peut devenir espace vert.
  • 16. I-2 le concept de l’espace ouvert ; Un « espace ouvert » est une portion de territoire à l’intérieur d’une agglomération ou d’une région urbaine ou dominent les éléments naturels, soit de l’état initial (agriculture, forets, lacs,..), soit en fonction d’une aménagement (parcs, squares, jardins.) Ils concernent les espaces non bâtie en milieu urbain et périurbain dans le but d’obéir à une réflexion philosophique de l’aménagement de territoire, qui les conduit à résoudre le conflit ville compagne (la rareté de l’espace naturel dans la ville et la conquête de la ville par la compagne).donc l’espace ouvert est la ville ouverte sur la compagne et la compagne intégré dans la ville. Par conséquence la notion d’espace vert est un concept opérationnel de l’urbanisme, car il relève du concept espace ouvert, qui a des fonctions de loisirs, de protection, et pour but la sauvegarde. c’est aussi un espace libre par juxtaposition des zones libres de détente et des zones garnies de végétations ou la superposition des espaces libres verts par la plantation d’arbres de hautes tiges, le tronc est dégagé quelques mètres de haut pour permettre l’utilisation social du sol.
  • 17. I-3 l’espace naturel (rural, espace de la compagne) : Le rural est tous ce qui est relatif à la compagne, qui n’est pas urbain. En parle là de l’espace rural relatif aux compagnes profonds situés très loin des villes, ou l’espace vert est un élément de base. I-4 l’espace urbain ; L’espace urbain est tous ce qui est relatif à la ville. La notion de l’espace urbain est tellement différente de toutes définitions qui considèrent n’importe qu’elle vide entouré du plein. Par contre c’est un espace qui possède des caractéristiques géométriques et esthétiques extrêmement lisibles. Il est ouvert à des mouvements de l’air libre, un espace d’ambiances, privilégiés de la vie sociale des citadins. L’espace urbain regroupe les espaces verts et les espaces minéraux. Qui sont la rue pour assurer la circulation et la place, nœud d’échange et de communication.
  • 18. II-II- les espaces verts urbains :les espaces verts urbains : Ils comprennent les squares, les parcs, les arbres d’alignements, les plantations, les jardiniers, les jardins sur dalle, les berges aménagées des canaux, rivières ou fleuves, les espaces verts des ensembles immobiliers, ainsi que les espaces verts privés a l’heur actuel les espaces verts prennent des formes différentes et occupent Des superficies et des emplacements variables. Selon les besoins auxquels ils rependent par rapport à leur air d’influence et à la diversité du milieu urbain avoisinant. Pour établir certain classement des espaces verts urbains, nous pouvons retenir des critères tenant à : la localisation (urbaine, suburbaine, rural). Le degré d’aménagement (aménagé, peu ou pas aménagé), Le type d’utilisation, Le statut de propriété (public, privé ouvert au public), La fréquentation (quotidienne, hebdomadaire, occasionnelle,…etc.
  • 19. II-1II-1 le square :le square : C’est un mot qui signifie une place carrée, c’est un jardin public, généralement entouré d’une grille, dans une acception française, c’est un jardin public formé d’une place bordée de façades et contourné par les circulations. IIII-2 le jardin public :-2 le jardin public : Le jardin public est un espace vert urbain, enclos à dominante végétale, protégé des circulations générales, libres d’accès, conçu comme un équipement public et géré comme tel. la superficie de ses jardins ne dépasse pas 20 ha. IIII-3 le parc urbain :-3 le parc urbain : C’est un espace vert public, essentiellement planté. Il est agrémenté souvent par une fontaine ou un point d’eau,sa superficie est de 100 ha environ.
  • 20. • les espaces bleus:
  • 21. III les espaces verts suburbains ou périurbains : Ils comprennent généralement les plaines de jeux, les bases de plaine aire et de loisirs, les terrains d’aventures, les équipements sportifs de grandes surfaces sans oublier les coupures et les coulées vertes qui regroupent dans un milieu mal maintenu certains espaces vert précités et dont la vocation principale est de créer des tradition entre la ville et la compagne. On peut citer :le parc naturel , les espaces boisés et les espaces agricoles,les parcs régionaux,les parcs périurbains.
  • 22. Le parc naturel : c’est une zone délimitée,soit par la puissance publique (parc national),soit par des collectivités locales associées(parc naturel régional), La création des parcs naturels de grandes dimensions résulte de la prise de conscience par l’homme moderne,de protéger certains secteurs de milieu naturel,ainsi que les espèces végétales et animales qui les peuplent,des atteintes de l’industrialisation et de l’urbanisation .
  • 23. I-2-1-2 les parcs nationaux : Ils répondent au souci de préservation d’une partie de territoire national, des interventions humaines, afin de lui conserver sa beauté et ses richesses naturelles (la faune, la flore et le milieu naturel en général).le 1er parc national a été crée en 1872; (yellow stone aux etats-unis) I-2-1-3 les parcs périurbains : Ils ont pour fonction essentielle l’accueil des citadins pendant le week-end. Ils sont dotés d’un aménagement très sophistiqué, leur superficie peut dépasser 1000ha. Généralement, ces parcs débordent du cadre de l’espace urbain. Ils sont situés à une distance de 10 à 50km des centres urbains.
  • 24. LES PARCS REGIONAUX: La formule des parcs nationaux s’avérait limité,il fallait trouver une structure plus souple,mieux adaptée aux problème de rénovation rurale et de détente des citadins,s’appliquant à des territoires plus accessible et plus peuplés. Il sont réalisés sur les plus beaux secteurs et les plus riches en art et en histoire,assurant ainsi la protection de ce patrimoine,le maintien,voir le développement de la vie rurale,le contact de l’homme avec la nature et des citadins avec les ruraux et bien sur,la préservation de la nature. Les parcs régionaux dépendent des collectivités locales et des communes avec l’aide de l’état et de la région. LES ESPACES BOISES: Tels que les bois,les grands massifs forestiers,les forets urbaines,il s’agit souvent,d’espaces périurbains. LES ESPACES AGRICOLES: Il s’agit de zones maraîchères ou de culture,les friches,les landes,les jardins potagers ou familiaux,les pépinières…
  • 25. les espace vert à travers l’art des jardin II-1-1 les jardins réguliers : Se sont les jardins d’architecte, ou les peleuses sont inspirés par une planimétrie rigoureuse, les eaux sont dans les bassins aux formes géométriques très définis. Ils sont des jardins classiques et symétriques. C’est un art de convention.
  • 26. Figure 01 : Jardin à la français Schéma d'un jardin à la française du XVIIe siècle. Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réserves.
  • 27. -1-2 les jardins irréguliers Ce type de jardin est fleuri en Angleterre au 19eme siècle et s’est inespéré par la nature. Les lignes sinieuses et capricieuses sont la dominance de ce type de jardin ou les eaux sont libres et naturelles. C’est un art d’imitation.
  • 28. Figure 02 : Jardin japonais Lieu propice à la méditation et à la contemplation, le jardin japonais est doté de lacs, de pierres, d'allées sinueuses et de buttes plantées d'arbres à feuillage persistant soigneusement taillés. Témoignant d'une importante dimension poétique et d'une apparente simplicité formelle, il tente de représenter des paysages miniatures à l'aide d'une multitude d'éléments complexes. Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
  • 29. II-1-3 le jardin mixte : C’est un comprimés entre les deux systèmes précédent qu’il emplois concurremment en les équilibrant. Il imposé au 19eme siècle en France et en Angleterre.
  • 30. Figure 03 : Jardins suspendus de Babylone Maerten Van Heemskerck, les Jardins suspendus de Babylone, 1572. Gravure de Filips Galle (1537-1612) d'après un dessin original. Collection Microsoft ® Encarta ® 2005. © 1993-2004 Microsoft Corporation. Tous droits réservés.
  • 31. VΙ -1 le rôle hydrologique des espaces verts ; Les espaces boisées sont des agents épurateurs de l’eau. Ils agissent notamment en filtrant les eaux pluviaux qui alimentent les nombreux ruisseaux contribuant ainsi à clarifier les cours d’eaux pollués. Les végétaux peuvent aussi freiner l’érosion des plantes et ralentissent les ruissellements. Les végétaux aussi favorisent l’infiltration progressive de l’eau qui est due aux feuillages. VΙ -Les rôles des espaces verts
  • 32. VΙ-1-2 le rôle climatique des espaces verts ; Grâce à l’activité de la photosynthèse, la présence des végétaux contribue à modifier le climat urbain par réhydrations et refroidissement des masses d’aires du niveau des espaces verts. Les variations de température contribuent aussi à une meilleure ventilation de la ville. «Pendant la période de la végétation, un hectare de hêtraie âgée de quatre vingt ans transpire 3000 m3 d’eau, une bonde de 100 m de large, peut entraîner une augmentation de l’humidité atmosphérique de l’ordre de 50% qui s’accompagne d’un refroidissement, ainsi que la consommation de 50% des radiations solaires par l’évaporation de l’eau».
  • 33. VΙ-1-3 le rôle végétale dans l’architecture et l’urbanisme ; Le végétal est le premier matériau disponible sur le terrain dont l’architecture doit se servir en premier. il peut agir sur le microclimat en tant qu’écran filtre, échangeur. «Il en module les ambiances, en particulier en région méditerranéenne ou les contrastes climatique saisonniers et quotidiennes, sont marquées». (Le végétal et l’architecture)
  • 34. VΙ-1-4 les espaces verts et la pollution atmosphérique ; Les espaces verts jouent aussi un rôle important dans la lutte contre la pollution atmosphérique. Qui dépend souvent de la situation de ces îlots de verdure dans la ville et de leur relation à l’espace bâtie. Les espaces vert plantés d’une certaines importances, et les grandes masses forestiers, agissent favorablement sur le milieu physique, et sur le psychisme des habitants. Ils constituent une catégorie d’équipements fondamental défirent des autres, qui produisent de l’oxygène, régularisent l’état hygrométrique de l’air, et tempèrent l’atmosphère en période chaude. Ces espaces verts peuvent avoir un effet de filtre sur une atmosphère polluée. L’influence des espaces verts dans la lutte contre la pollution de l’air est bien discutée par louis soulier-1968. On peut voir ça dans une foret tel que un hectare de la foret fixe 4800kg de carbone grâce à ses 30 tonnes de feuilles et qu’un hectare d’épicéas un peu plus de 5000kg. La végétation est un élément intéressant dans la lutte contre la pollution atmosphérique grâce à l’activité naturelle du feuillage qui agit par fixation des poussières et autres gaz toxiques.
  • 35. VΙ-1-5 la végétation et la fixation des poussières ; L’action de fixation des poussières et particules par la végétation tant herbacée que ligneuses est importante. Les études menées au centre national de recherche forestières de Nancy en 1972, où l’expérience conduit par la station de bioclimatique et d’agronomie d’Avignon montrent qu’il y a deux causes principales dans l’action de fixation des poussières par la végétation : l’effet de captation du feuillage par le phénomène électrostatique du au fait que les particules, et poussières sont en contact de l’air chargé d’électricité. l’effet aérodynamique lié à la modification de la vitesse que le vent subit au contact du foret. Ce phénomène freine le vent et entraîne la dispersion des polluants sur le peuplement d’arbres. Le pouvoir de fixation des poussières en suspension dans l’air par les feuilles dépend beaucoup de l’espace. A surface foliaire égale, l’épicéa aurait un pouvoir de captation 32 fois plus élevé que le peuplier. Une pelues fixe trois fois à six fois plus de poussières qu’une surface nue. Dix fois moins qu’un arbre à projection égale au sol. « Au cour d’une saison de végétation, un hectare d’épicéa retient 30 tonnes de poussières, un hectare de tilleul 42 tonnes, un hectare de hêtre 68tonnes, qui si non restreint en suspension, et menaceraient nos poumons». (Saint marc- 1971).
  • 36. V- LES NORMES DES ESPCES VERTS: Les normes définissent l’utilisation économique des terrains et détermination la limite inférieur admissible d’occupation des sols. La notion de norme ou de tant de mètre carrées de verdure pour chaque habitant est discutable, pour une appréciation qualitative car elle représente qu’une moyenne national et par conséquence elle cache les normes disparités existantes d’une ville à une autre. La détermination des normes d’espaces verts s’est calculé à partir de deux méthodes :
  • 37. V-1 la première méthode Elle consiste à examiner les principaux systèmes de normes en usage dans les régions urbains similaires. Elle fallait aussi d’expérience des pays les plus avancés à partir d’un bilan de leurs réalisations. Cette méthode présente certains risques et inconvénients, car les paramètres utilisés dans les calcules tels ; le taux d’urbanisation, la taille de la ville considérée, le revenu national, les donnés socio- économiques. Ne tiennent pas comptent de la spécificité de chaque culture qui s’exprime : Dans le vogue de vie des populations Dans la densité d’occupation des sols Dans la forme d’habitat et dans les réalisations urbanistiques.
  • 38. V-2 la deuxième méthode Les normes sont calculées à partir des estimations de la fréquentation des espaces existants et d’une réflexion sur les perspectives d’avenir. Cette méthode pose un problème sur les estimations actuelles et futures de la fréquentation des équipements (forets, parcs, jardins), et sur les espaces à adapter. Pour cette méthode deux grands types de normes se dégagent ; une norme régionale de 100 m2 par habitant pour les parcs régionaux et parcs de week-end. une norme de 25 m2 par habitant sur le territoire de la ville nouvelle. Ou à la périphérie des villes
  • 39. Dans une ville moderne, chaque habitant devrait disposer de 10 m2 d’espace vert qui sont subdivisée : 1.5 m2 pour les jardins d’enfants, 4.5 m2 pour les parcs et jardins d’agrément, 4 m2 pour les terrains de sport. Dans les années 80, en Angleterre le londonien en possède 10 m2 / Hts. Aux États- unis, les habitants de Washington en ont 50 m2 / Hts. A Los Angeles on atteint 13 m2 / Hts. En France la norme de l’espace vert est de 10 m2 / HT qui est valable pour les espaces verts urbains et les espaces verts de proximité : jardins d’enfants (moins de 4 ans d’age)……0.20 m2 / HT. jardins d’enfants (de 4 à 10ans)……………..0.80 m2 / HT. pleines de jeux de 10 ans à 20ans)…………..4.00 m2 / HT. promenade et aires de repos pour mères de famille……….. 0.50 m2/ HT. promenades pour adultes et vieillards ………4.00 m2 / HT. aires sablées pour jeux libres ………………..0.50 m2 / HT. En titre d’exemple des villes qui possèdent des espaces verts, vienne encore qui possède en tous 902 jardins publics, 445 jardins d’école, 560 jardins d’enfants et garderie pour 2 millions d’habitants.
  • 40. Conclusion En réalité, le premier jardin apparaît avec l’apparition de l’homme, c'est-à-dire Adam et Ève qui sont nés dans le jardin de Dieu, comme c’est dicté dans toutes les religions. Et pour y rentrer il leur faut de travailler suivant les instructions de Dieu. Le rapport entre l’homme et l’espace naturel ou l’espace vert a donc toujours existé. Autrefois, les espaces verts étaient le jardin utilitaire (potager), à caractère agricole et le jardin lié au palais et à la villa pour leurs aspects esthétiques et ethnique. Ce rapport est devenu une science auquel les écologistes, spécialistes, urbanistes, architectes et paysagistes interviennent dans le sens ou la nature est une nécessité urgente dans la ville. L’espace vert est assimilé à l’espace libre et ouvert. L’espace vert généreux et bienfaisant répond, aujourd’hui, à plusieurs fonctions
  • 41. La première est physique ; il contribue à rétablir un équilibre écologique. Non seulement il purifie le milieu urbain mais il joue aussi un rôle de témoin. La second est psychique ; le végétal dispose des caractéristiques qui lui permette de d’atteindre le maximum des effets esthétiques, en cherchant l’harmonie entre les végétaux eux même. ces caractéristiques jouent aussi un rôle très important dans la psychologie de l’homme tel que les couleurs, les formes,…etc. le végétal devient l’élément d’accompagnement de l’homme, de la composition architecturale et urbaine. La troisième est sociologique ; du coté sociologique, les espaces verts offrent des terrains de repos, des terrains de sécurité et de calme, au milieu du danger de la ville. Comme ils offrent des lieux de l’isolement pour les individus et pour les couples. Donc c’est à l’individu de choisir la personne et le lieu qui le satisfait.
  • 42. IntroductionIntroduction La question de l’environnement est à l’ordre du jour,La question de l’environnement est à l’ordre du jour, notamment en milieu urbain. Cette prise de conscience estnotamment en milieu urbain. Cette prise de conscience est due essentiellement à la dégradation du cadre de vie desdue essentiellement à la dégradation du cadre de vie des habitants de la ville, résultat d’une urbanisation qui ne cessehabitants de la ville, résultat d’une urbanisation qui ne cesse de s’étaler au détriment de la nature environnante.de s’étaler au détriment de la nature environnante. Devant cette ville qui s’étend, la gestion desDevant cette ville qui s’étend, la gestion des milieux urbains devient de plus en plus difficile et entraîne demilieux urbains devient de plus en plus difficile et entraîne de multiples problèmes écologiques, liés à la pollutionmultiples problèmes écologiques, liés à la pollution atmosphérique, à la gestion des différents déchets, auxatmosphérique, à la gestion des différents déchets, aux nuisances sonores, à la congestion des villes, , et en un motnuisances sonores, à la congestion des villes, , et en un mot aux détériorations des paysages.aux détériorations des paysages.
  • 43. présentation de la wilaya ; La wilaya de Constantine s’étend sur superficie de 222,777 hectares et rayonne du point de vue administratif sur douze communes. Constantine demeure une wilaya de transition entre le nord caractérisé par le relief accidenté, et le sud caractérisé par l’attitude de l’espace (haute plaines). «A égal distance du littoral et des Aurès, Constantine se dresse au contacte de 2 monde, la montagne tellienne, les hautes plaines semi-arides au sud ». Cote -1995- De part sa position géographique, la wilaya de Constantine se trouve limité au nord nord-est par la wilaya de Skikda, à l’Ouest par la wilaya de Mila, à l’Est par la wilaya de Guelma, et au sud par la wilaya de Oum-EL-Bouagui. A travers la wilaya, l’attitude varie entre 300mètres dans la vallée du Rummel, et 1350mètres à djebel Sidi driss.
  • 44. Les espaces verts dans la ville de ConstantineLes espaces verts dans la ville de Constantine Les espaces verts sont classée en 2 catégories:Les espaces verts sont classée en 2 catégories: -les espaces verts périurbains-les espaces verts périurbains -les espaces verts urbains-les espaces verts urbains La ville de Constantine dispose de 2 forets périurbaines trèsLa ville de Constantine dispose de 2 forets périurbaines très importantes qui représentent de véritables poumons.importantes qui représentent de véritables poumons. Les espaces verts urbains dont elle dispose sont moinsLes espaces verts urbains dont elle dispose sont moins importants. On compte 16 jardins publics et une (1) foretimportants. On compte 16 jardins publics et une (1) foret urbaine(El Mansourah)non accessible car implantée sur unurbaine(El Mansourah)non accessible car implantée sur un site militairesite militaire
  • 45. IntroductionIntroduction La question de l’environnement est àLa question de l’environnement est à l’ordre du jour, notamment en milieu urbain. Cettel’ordre du jour, notamment en milieu urbain. Cette prise de conscience est due essentiellement à laprise de conscience est due essentiellement à la dégradation du cadre de vie des habitants de la ville,dégradation du cadre de vie des habitants de la ville, résultat d’une urbanisation qui ne cesse de s’étaler aurésultat d’une urbanisation qui ne cesse de s’étaler au détriment de la nature environnante.détriment de la nature environnante. Devant cette ville qui s’étend, la gestion desDevant cette ville qui s’étend, la gestion des milieux urbains devient de plus en plus difficile etmilieux urbains devient de plus en plus difficile et entraîne de multiples problèmes écologiques, liés à laentraîne de multiples problèmes écologiques, liés à la pollution atmosphérique, à la gestion des différentspollution atmosphérique, à la gestion des différents déchets, aux nuisances sonores, à la congestion desdéchets, aux nuisances sonores, à la congestion des villes, , et en un mot aux détériorations des paysages.villes, , et en un mot aux détériorations des paysages.
  • 46. VII- LES ESPACES VERTS EN ALGERIE Les espaces verts en Algérie présente le même cas que les autres pays du monde, c’est très connu pour chacun de nous que les espaces verts jouent des rôles important et des fonctions multiples et variables dans la ville. «La ville est inséparable de son environnement, son évolution s’explique à partir de sa situation géographique, des conditions climatique et météorologiques auxquelles elle est soumise, de sa structure économique et de son héritage historique». On va démontrer cette expérience, et va prendre un exemple très vivable en Algérie. C’est le cas de Constantine .
  • 47. VII – 1 présentation de la wilaya ; La wilaya de Constantine s’étend sur superficie de 222,777 hectares et rayonne du point de vue administratif sur douze communes. Constantine demeure une wilaya de transition entre le nord caractérisé par le relief accidenté, et le sud caractérisé par l’attitude de l’espace (haute plaines). «A égal distance du littoral et des Aurès, Constantine se dresse au contacte de 2 monde, la montagne tellienne, les hautes plaines semi-arides au sud ». Cote -1995- De part sa position géographique, la wilaya de Constantine se trouve limité au nord nord-est par la wilaya de Skikda, à l’Ouest par la wilaya de Mila, à l’Est par la wilaya de Guelma, et au sud par la wilaya de Oum- EL-Bouagui. A travers la wilaya, l’attitude varie entre 300mètres dans la vallée du Rummel, et 1350mètres à djebel Sidi driss.
  • 48. Constantine qui n’est pas tellement montagneuse dispose Du massif du chettaba au sud- ouest de la wilaya, du djebel oum Settas au sud-est ,du djebel ouahch au nord-est,et du djebel Driss au nord ouest. Le patrimoine forestier compte au total 17334 hectares, soit 7,5 % seulement de la superficie de la wilaya dont 11000 hectares de pin d’Alep. 1600 hectares d’eucalyptus.  1200 hectares de chêne liège, 1800 hectares de pin pignon, de cyprès et divers, puis de 1700 hectares de maquis et chêne verts.
  • 49. ProblématiqueProblématique Toute intervention en vue d’améliorer le cadre deToute intervention en vue d’améliorer le cadre de vie d’une entité urbaine donnée peut passer par plusieursvie d’une entité urbaine donnée peut passer par plusieurs entrées. Pour notre part, nous avons opté pour l’approcheentrées. Pour notre part, nous avons opté pour l’approche écologique par la lecture de l’apport de la végétation dans laécologique par la lecture de l’apport de la végétation dans la ville, qui est une des composantes essentielles deville, qui est une des composantes essentielles de l’urbanisme. Elle contribue à mettre de l’ordre et à faire del’urbanisme. Elle contribue à mettre de l’ordre et à faire de l’entité urbaine un corps qui respire et se purifie. Par le biaisl’entité urbaine un corps qui respire et se purifie. Par le biais de différents aménagements d’équipements verts, pouvons-de différents aménagements d’équipements verts, pouvons- nous suggérer une des pistes ou perspectives pour améliorernous suggérer une des pistes ou perspectives pour améliorer le cadre de vie de nos citoyens?le cadre de vie de nos citoyens?
  • 50. La ville de Constantine Par son relief et son site exceptionnels,La ville de Constantine Par son relief et son site exceptionnels, offre un potentiel très important en terme de paysages et cela paroffre un potentiel très important en terme de paysages et cela par les différentes ouvertures sur la nature environnante, des vuesles différentes ouvertures sur la nature environnante, des vues panoramiques sur les gorges du Rhumel ainsi que les différentspanoramiques sur les gorges du Rhumel ainsi que les différents jardins aménagés à travers la ville. Seulement, c’est une entitéjardins aménagés à travers la ville. Seulement, c’est une entité géographique qui a tendance à se déséquilibrer, de perdre toutegéographique qui a tendance à se déséquilibrer, de perdre toute la symbiose qu’elle avait tissé à travers l’histoire avec son milieula symbiose qu’elle avait tissé à travers l’histoire avec son milieu naturel pour plusieurs raisons, notamment, son urbanisationnaturel pour plusieurs raisons, notamment, son urbanisation excessive, sa démographie galopante, et la non prise en chargeexcessive, sa démographie galopante, et la non prise en charge des données environnementales dans tout projet d’aménagement.des données environnementales dans tout projet d’aménagement. Cela nous ramène à nous interroger sur les besoins desCela nous ramène à nous interroger sur les besoins des constantinois. Aussi , le fait que la surface des espaces vertsconstantinois. Aussi , le fait que la surface des espaces verts existants soit très petite, et représente un ratio nettement inférieurexistants soit très petite, et représente un ratio nettement inférieur à la norme internationale nous interpelle ,et nous oblige quelqueà la norme internationale nous interpelle ,et nous oblige quelque part à affecter certains terrains en eqipements verts; et ce , pourpart à affecter certains terrains en eqipements verts; et ce , pour augmenter le ratio, améliorer nos paysage et donner à la ville unaugmenter le ratio, améliorer nos paysage et donner à la ville un aspect plus sein , digne d’elleaspect plus sein , digne d’elle
  • 51. Le ratio d’espace vert à Constantine avec toutes les catégories d’ E.V 277.455.37392.47730695TOTAL 201131280 El khroub 408.203.19 41.47 + 150 558.100.6941.47 Déficit (ha) Ratio (m²/hab) SurfaceE .V (ha) Pop (hab) Constantine 599415 Source: O.N.S Même avec l’intégration des forets périurbaines le ratio d’espace vert dans la ville de Constantine reste au dessous des normes. 277.455.37392.47730695TOTAL 201131280 El khroub 408.203.19 41.47 + 150 558.100.6941.47 Déficit (ha) Ratio (m²/hab) SurfaceE .V (ha) Pop (hab) Constantine 599415
  • 52. La répartition des espaces verts dans la ville par secteur Jardin public foret Source :travail personnel sur fond de carte P.D.A.U Les muriers 05 juillet Belle vue Boudraa Salah El gammas ziadia Sidi mabrouk El kantara Sidi rached -La répartition des espaces verts est très mauvaise -quatre des secteurs de la ville sont complètement démunis
  • 53. Période historique Numéro Secteur Nom du jardin Situation Date de réalisation Surface en M² 1 BENACEUR CENTRE VILLE 1902 10000 JARDINS 2 SIDI GUESSOUM SIDI RACHED 1910 5250 CREES 3 RACHED HADJ ALI SIDI RACHED 1920 4300 DURANT LA 4 SOUSSA EL KANTARA 1935 5000 PERIODE 5 EL KANTARA EL KANTARA EL KANTARA 1940 11200 COLONIALE 6 BOUDJANANA EL KANTARA 1962 3000 7 SIDI MABROUK BAYROUTH SIDI MABROUK,S 1945 5200 8 BELLE VUE KHANCHOUF M,S BELLE VUE SUD 1954 6000 9 PROTECTION,C BENBOULAID 1968 5000 JARDINS 10 BELLE VUE GUERFI ,A K,BOUMEDOUS 1973 9000 CREES 11 BENOUIDENE F,SAADANE 1977 10000 APRES 12 SIDI RACHED INDEPENDANCE CENTRE VILLE 1979 2500 L'INDEPENDANC E 13 EL KANTARA LOUCIF,M LOUCIF 1984 2150 14 BOURSAS LOUCIF 1984 10000 15 BOUDRAA SALEH SALEH BEY SALEH BEY 1991 6100 16 SIDI MABROUK EL MOUSSADjARA MENTOURI 1996 10000
  • 54. Ratio d’espaces verts par secteur secteur pop Foret (ha) Jardin (m²) Total (m²) Ratio (m²/ha b) El kantara 66940 0.00 31350 31350 0.46 SMK 110930 31.00 15200 325200 2.93 El gamas 40930 0.00 0.00 0.00 0.00 ziadia 48347 0.00 0.00 0.00 0.00 Les mûriers 57111 0.00 0.00 0.00 0.00 Belle vue 89323 0.00 30000 30000 0.33 S boudra 59569 0.00 6100 6100 0.10 Sidi rached 102650 0.00 22050 22050 0.21 05 juillet 23615 0.00 0.00 0.00 0.00 -Bien que le centre ville soit bien quotté Par rapport aux autres secteurs en espaces verts, on trouve qu’il lui en faut encore plus pour atteindre un taux réglementaire. Ceci est due à la concentration de la population dans le centre. Source:-Travail personnel sur fond de carte P.D.A.U -O.N.S
  • 55. 05 juillet Belle vue Les mûriers S.M.K ZIADIA EL GAMMAS B. SALAH El kantaraSidi rached Déficit et potentiel par secteurDéficit et potentiel par secteur Zone proposée pour boisement Zone boisée Jardin public foret Zone de glissement Source:travail personnel sur fond de carte P.D.A.U
  • 56. secteur déficit E.V (ha) Potentiel (ha) El kantara 63.86 55.99 S.M.K 78.42 30.30 El gammas 40.93 87.37 Ziadia 48.34 85.62 Les mûriers 57.11 49.08 Belle vue 86.37 24.88 s.Boudraa 58.97 112.79 Sidi rached 100.49 184.65 05 juillet 23.61 385.24 TOTAL 558.1 1015.92 On propose de boiser les terrains vulnérables et non urbanisables dans les différents secteurs,et ceci pour deux raisons: -stabiliser les terrains -assurer une surface suffisante d’espace vert.
  • 57. Localisation des terrains d’interventionLocalisation des terrains d’intervention Les calculs ont démontré que le secteur quiLes calculs ont démontré que le secteur qui nécessite le plus d’espace vert est le secteur sidinécessite le plus d’espace vert est le secteur sidi Rached (centre ville) ce qui justifie notre choix desRached (centre ville) ce qui justifie notre choix des terrains d’intervention.terrains d’intervention. Nos collègues de la requalification ont pusNos collègues de la requalification ont pus dégager trois terrains qu’ils ont jugé bon dedégager trois terrains qu’ils ont jugé bon de réaménager.réaménager. -le terrain de Bardo-le terrain de Bardo -le terrain de Aouinet El Foul-le terrain de Aouinet El Foul -le terrain de la station Boumezzou avec les-le terrain de la station Boumezzou avec les jardins adjacents.jardins adjacents.
  • 58. Le terrain de BARDO (Rive Ouest)
  • 59. - Le terrain proposé occupe une superficie d’environ:4.73 ha . C’est un terrain glissant qui est classé en zone rouge. Il y avait des bidons villes qui ont été démolis et une école qui a été désaffectée.
  • 60. Le terrain de BARDO (Rive Est)
  • 61. -Le terrain occupe une surface d’environ: 21.82ha. C’est un terrain qui a été occupé par des bidons villes (djenane tchina) et d’autres constructions illicites. Son premier avantage et qu’il présente une extension de la foret d’el Mansourah.
  • 62. La places des hôtels et la station Boumezzou
  • 63. - Le terrain occupe une surface d’environ: 2.17 ha. On y trouve la station de bus Boumezzou et deux jardins (le terrain réservée aux hôtels accor). Il donne une ouverture sur des paysages magnifiques du coté de Bekira et les montagnes autour,et permet ainsi , une évasion visuelle tant recherchée dans un centre urbanisé outre mesure.
  • 64. - Le terrain occupe une surface d’environ: 2.17 ha. On y trouve la station de bus Boumezzou et deux jardins (le terrain réservée aux hôtels accor). Il donne une ouverture sur des paysages magnifiques du coté de Bekira et les montagnes autour,et permet ainsi , une évasion visuelle tant recherchée dans un centre urbanisé outre mesure.
  • 65. La brèche: terrasse du marché
  • 66. Cette terrasse présente une surface de :0.45 ha. c’ est un espace gâchée , qui sert des fois comme terrain de sport à des jeunes en quête d’espaces de loisir.
  • 67. Le terrain de Aouinet El Foul
  • 68. Ce terrain occupe une surface d’environ: 6.22 ha. -classé aussi zone rouge,il abritait un bidon ville qui a été démoli récemment, et des constructions Illicites.
  • 69. Estimation globale de la surface des parcs et jardins futurs -Le terrain Bardo (rive est) : 21.82 ha . -Le terrain Bardo (rive ouest): 4.73 ha . -Le terrain Aouinet El Foul : 6.22 ha . -La terrasse du marché : 0.45 ha . -La place des Hôtels : 2.17 ha . total : 35.39 ha. -La surface totale des espaces verts avec ses parcs futurs est de : 76.86 ha. le nouveau ratio sera de: 1.28 m²/ha .
  • 70. Intégration des études récentes Deux études paysagères très intéressantes ont été élaboré dans le même contexte,et faute de temps ,nous avons décidé de les intégrer dans notre travail car elles vont dans le même esprit et défendent les mêmes objectifs.
  • 71. Etude d’aménagement et solutions de confortement du chemin touristique (C.E.T.A.I.C) • L’étendue du chemin touristique avec les différents ponts
  • 72. Les différentes vues paysagères à travers le cheminements
  • 73. • Il serait difficile de penser paysage sans • intégrer ce magnifique chemin,mais • pour cela il faudra d’abord le réhabiliter • car comme beaucoup de nos sites ,il a • souffert d’une forte dégradation qui l’a • rendue impraticable.
  • 76. Les propositions • Les interventions qu’on a proposé , consiste surtout en aménagement des terrains en parcs de détente et promenades, ainsi que des terrains de sport et ce, selon les besoins du centre
  • 77. Vue générale des terrains d’intervention
  • 78. Le terrain de Aouinet El Foul
  • 79. Le terrain de bardo rive ouest On a proposéOn a proposé un parc deun parc de détente avec desdétente avec des promenades etpromenades et des plans d’eau.des plans d’eau.
  • 80.
  • 81.
  • 82.
  • 83.
  • 84. Le terrain de bardo rive est Notre interventionNotre intervention s’est basée sur les’est basée sur le lit du oued aveclit du oued avec un aménagementun aménagement de promenades etde promenades et de petits airs dede petits airs de repos.repos.
  • 85.
  • 86.
  • 88. Vue de la terrasse du marché après aménagements
  • 89.
  • 90.
  • 91. Brèche (place des hôtels)
  • 92. Aménagement de la station de bus avec les deux jardins
  • 93.
  • 94. Vue de la place aménagée
  • 95. Conclusion A L’époque turque,Constantine était à l’image d’une civilisation magherébine.les espaces verts Étaient périurbains à caractère agricole,ils se trouvaient derrière les remparts.le seul espace vert dans La ville se trouvait dans les jardins du palais du bey en 1835. L’époque coloniale s’est distinguée par une dynamique particulièrement identique à celle de la reconstruction Des villes européennes.l’emergence des espaces verts urbains sous toutes leurs formes :foret urbaine , arbres d’alignements et squares ,a été vue à cette époque . après l’indépendance , Constantine a connu une évolution urbaine à cadence très rapide . Le processus d’attraction a donné l’exode rurale qui provoqua à son tour la crise de logement .dans l’optique de résorber cette crise , le phénomène de diffusion fait apparition par l’extension de la commune sur la périphérie . Engendrant, ainsi, la rareté des espaces verts dans la proche compagne et dans la ville .
  • 96. le domaine des espaces verts est loin d’être satisfaisant à Constantine . Celle-ci connaît un manque de squares en quantité et en qualité. Les squares qui existent , aujourd’hui dans cette ville , sont d’une manière générale , abandonnés et ne jouent plus leur rôle de détente , de rencontre ou de jeux . Ceci est du essentiellement à la qualité de leur aménagement (image physique ) . En plus de l’image morale , négative , elle est liée à l’information et aux facteurs : culturel et psychosociologique . Ces deux images ont conduit à la non fréquentation de ces espaces et leur transformation en objets démunis de tout identité et déviés de leur fonction . en matière de politique et de gestion , ces espaces connaissent un grand échec .pendant que la ville grandit et la population s’accroît , les espaces verts stagnent . l’algérien ne possède pas de politique en matière d’espace vert. Il n’y a pas de réglementation rigoureuse pour la protection de ces espace . En fait , la grande faiblesse se situe dans l’organisation qui gère les espaces verts de Constantine . Celle-ci se limite à un bureau communal qui n’a pas d’ importance , ni de poids sur le plan budgétaire , et au niveau des compétences .
  • 97. La bibliographie 1.Dictionnaire de l’aménagement et de l’urbanisme. 2. Le Corbusier, Charte d’Athènes, Minuit, paris, 1982. 3.De Sablet Michel, Des espaces verts urbains agréables à vivre ; places, rues, squares et jardins, le Moniteur, 1988. 4.Thèse de magister de madame Touam Benhassine, Avril1999, université de Constantine. .5.Encyclopédie Encarta