SlideShare une entreprise Scribd logo
Revue Médicale Suisse
                                          Hyperkaliémie
                                             Auteur : Z. Fumeaux

                                                  Numéro : 3101
                                                 Sujet: Néphrologie

L’hyperkaliémie est un trouble électrolytique fréquemment rencontré en pratique clinique. Le
potassium est régulé essentiellement par un transfert cellulaire sous la dépendance du
métabolisme acido-basique, des catécholamines et de l’insuline et secondairement par le rein. La
majorité des hyperkaliémies sont dues à des insuffisances rénales et à la prise de médicaments. Les
manifestations cliniques et notamment cardiaques de l’hyperkaliémie peuvent être graves, c’est
pourquoi l’identification de sa cause et son traitement sont très importants. La stratégie
diagnostique repose sur une anamnèse détaillée, surtout médicamenteuse. Le gradient
transtubulaire de potassium peut être utile en cas de suspicion d’hypoaldostéronisme.


introduction

Le potassium est le principal cation intracellulaire et détermine le pouvoir osmotique intracellulaire. Le
gradient transcellulaire de potassium est l'élément déterminant du potentiel de repos membranaire (- 60 mV)
qui est proche du potentiel d'équilibre du K + . Ce gradient est maintenu d'une part par la pompe Na+ , K + -
ATPase et d'autre part par l'électronégativité intracellulaire puis est dissipé par des canaux potassiques
permettant la diffusion du potassium vers le milieu extracellulaire.

L'organisme contient environ 3500 mmol/l de potassium, soit 130-140 g, et les apports quotidiens peuvent
aller jusqu'à 200 meq/j.1 Le potassium intracellulaire rend compte de 98% du pool total (essentiellement
dans les muscles) alors que la kaliémie et le potassium interstitiel ne rendent compte que de 2% du total.

L'absorption digestive du potassium est complète. Dans les situations normales, l'élimination du potassium est
digestive pour moins de 10% et rénale à 90%. L'élimination digestive du potassium peut doubler en cas
d'insuffisance rénale alors que les pertes potassiques peuvent augmenter jusqu'à dix fois en cas de diarrhées.

La régulation de la kaliémie se fait essentiellement par transfert intracellulaire du potassium, qui constitue un
mécanisme de contrôle rapide et efficace, sous la dépendance du métabolisme acido-basique, des
catécholamines et de l'insuline qui stimulent l'entrée de potassium par la Na+ ,K+ -ATPase. L'élimination rénale
n'intervient que dans un deuxième temps.



régulation de la balance potassique

La filtration glomérulaire est d'environ 170 l/j et la quantité de potassium filtrée est d'environ 720 mmol/j.
95% du potassium filtré est réabsorbé au niveau du tubule contourné proximal et de l'anse de Henle. Seuls
2% du potassium filtré atteignent le tubule contourné distal et l'essentiel du potassium urinaire provient de sa
sécrétion par le tubule distal tardif et le canal collecteur.2

Le tubule contourné proximal est le siège de l'absorption de 70% du potassium filtré. Cette réabsorption est à
la fois passive par voie paracellulaire et transcellulaire. Dans l'anse de Henle, le potassium entre dans les
cellules par l'intermédiaire du cotransporteur Na-K-2Cl luminal et la majeure partie est recyclée vers la
lumière tubulaire par un processus de sécrétion via des canaux potassiques (ROMK). Ce recyclage luminal du
potassium crée une électropositivité de la lumière tubulaire qui favorise la réabsorption des cations et donc
du potassium par voie paracellulaire. Le tubule contourné distal est le siège d'une sécrétion faible de
potassium par un cotransport K + , Cl - apical. Enfin, au niveau du canal collecteur, les cellules principales sont
le site de la sécrétion de potassium par le canal potassique apical (ROMK). Cette sécrétion de potassium est
stimulée par l'aldostérone, l'hormone antidiurétique (ADH) et le flux tubulaire. Le canal collecteur médullaire
peut être le siège d'une réabsorption de potassium probablement médiée par une H+ ,K+ -ATPase présente au
pôle apical des cellules intercalaires.
définition de l'hyperkaliémie

L'hyperkaliémie se définit comme un potassium plasmatique L 5,5 mmol/l. Elle est modérée entre 6,1 et 6,9
mmol/l et sévère si le potassium est L 7 mmol/l.3 Chez le sujet sain, l'hyperkaliémie est rare car les
mécanismes d'adaptation, notamment la sécrétion tubulaire, sont efficaces.

Il faut éliminer une pseudohyperkaliémie, situation dans laquelle la concentration plasmatique est liée au
relargage du potassium intracellulaire dans le sang, et que l'on observe en cas de coagulation dans le tube ou
d'hémolyse soit iatrogène (agitation du tube, hémolyse sur prélèvement sur garrot), soit dans le cadre d'une
maladie immunologique (agglutinines froides), ou finalement en cas de thrombocytose ou de leucocytose
importante.



causes d'hyperkaliémie (figure 1)

Causes rénales

La capacité d'excrétion du potassium est maintenue tant que la sécrétion d'aldostérone et le débit urinaire
sont suffisants. Dans l'insuffisance rénale chronique, tant que la clairance de la créatinine est au-dessus de
10 ml/min, la capacité d'élimination du potassium (rénale et digestive) reste suffisante pour compenser les
apports en potassium. Dans des situations d'hypoaldostéronisme hyporéninisme (comme le diabète) ou avec
certains médicaments (IEC, anti-AT II), une hyperkaliémie peut apparaître pour des clairances moins
basses.4 Un surdosage en digitalique peut provoquer une hyperkaliémie chez les patients en insuffisance
rénale avancée par inhibition de la Na + , K + -ATPase et par l'accumulation du médicament.




En cas d'insuffisance rénale aiguë, l'hyperkaliémie apparaît en raison de la diminution du flux tubulaire distal
ou en raison de la nécrose tubulaire distale qui réduisent la sécrétion de potassium.

Une hyperkaliémie liée à une diminution de la sécrétion d'aldostérone sur la sécrétion tubulaire de potassium
est observée lors d'atteinte surrénalienne, d'hypoaldostéronismes hyporéninismes (atteinte de l'appareil
juxtaglomérulaire par la néphropathie sous-jacente au cours du diabète, de néphrite tubulo-interstitielle, ou
d'obstacles urinaires) et de traitements (IEC ou anti-AT II, les AINS et rarement par l'héparine). Dans le
pseudohypoaldostéronisme type I ou II, des mutations génétiques sont responsables d'une forme de
résistance à l'aldostérone avec dans le type I une perte de sel et dans le type II, une augmentation de
l'absorption du chlore et donc une baisse de la kaliurèse pour maintenir l'électroneutralité. Ce dernier est
caractérisé par une HTA et se traite par des diurétiques thiazidiques.

L'acidose tubulaire distale de type IV se caractérise par une diminution de la réabsorption de sodium au
niveau du tube collecteur cortical, ce qui entraîne une diminution de la sécrétion de protons et de potassium
et donc une hyperkaliémie avec une acidose métabolique hyperchlorémique. Certains médicaments bloquent
la sécrétion rénale de potassium par le même mécanisme, comme l'amiloride (qui bloque la réabsorption de
sodium en inhibant ENaC).

Il convient de noter que l'insuffisance rénale et les médicaments sont les principaux responsables
d'hyperkaliémies d'origine rénale. En effet, Acker et coll. ont montré que 75% des hyperkaliémies sont dues
à une insuffisance rénale et 67% des patients prenaient des médicaments favorisant l'hyperkaliémie. 5
Causes extrarénales

Les supplémentations de potassium intraveineuses ou les transfusions sanguines rapides peuvent représenter
des causes iatrogènes d'hyperkaliémie, par apports excessifs exogènes. Les phénomènes de lyse cellulaire
massive, comme lors de rhabdomyolyse, d'hémolyse, d'hémorragies ou de syndrome de lyse tumorale, sont
des causes endogènes d'hyperkaliémie. Les mouvements de potassium du milieu intracellulaire vers le milieu
extracellulaire (shifts cellulaires) peuvent être dus à des médicaments : les b-bloquants non sélectifs par
exemple interfèrent avec la captation et l'entrée du potassium dans les cellules en bloquant la Na+ , K + -
ATPase, et on peut noter une augmentation de 0,5 mmol/l du potassium sanguin sous ce traitement. Lors
d'un exercice intense, la kaliémie peut augmenter transitoirement de 2 mmol/l. La paralysie périodique est
une maladie autosomale dominante, due à une mutation du canal sodique du muscle squelettique, qui
entraîne des hyperkaliémies lors d'exposition au froid ou lors d'exercices. En cas d'acidose métabolique
hyperchlorémique, la cellule étant imperméable au chlore, le potassium sort de la cellule pour maintenir
l'électroneutralité, avec comme conséquence une hyperkaliémie. Dans les acidoses avec trou anionique
augmenté, il n'y a en général pas d'hyperkaliémie car l'anion suit le proton dans la cellule et il n'y a pas de
sortie de potassium.6



clinique de l'hyperkaliémie

Les manifestations les plus graves sont cardiaques mais d'autres atteintes notamment neuromusculaires
peuvent être au premier plan.

* Les altérations de la conduction cardiaque : elles surviennent par la diminution du potentiel de membrane.
Les modifications de l'électrocardiogramme (ECG) dépendent du niveau de la kaliémie, de la présence sous-
jacente d'une pathologie cardiaque et de la rapidité d'installation de l'hyperkaliémie. 7 Avec une kaliémie de 6-
7 mmol/l, on observe une onde T pointue et ample. Entre 7-8 mmol/l, la dépolarisation est retardée avec un
élargissement du QRS. Dans les hyperkaliémies extrêmes, les QRS fusionnent avec l'onde T, avec comme
conséquence une fibrillation ventriculaire (figure 2).8

* Les altérations de la fonction neuromusculaire se caractérisent par des paresthésies, une parésie
progressive pouvant aller jusqu'à une tétraparésie.




démarche diagnostique de l'hyperkaliémie

Si la situation à l'ECG n'est pas urgente, il faut s'assurer qu'il s'agisse bien d'une vraie hyperkaliémie par une
deuxième mesure puis contrôler la fonction rénale, et l'état acido-basique. Il faut rechercher des pathologies
favorisantes comme la présence d'un diabète ou d'une rhabdomyolyse, et avoir une anamnèse précise de la
prise médicamenteuse.

Si le diagnostic n'est pas établi à ce stade, il faut poursuivre les investigations par une évaluation du volume
extracellulaire et par l'analyse du spot urinaire avec mesure de la kaliurie.

L'excrétion urinaire de potassium dépend du volume urinaire et de la concentration en K + . On peut évaluer
indirectement la sécrétion tubulaire de potassium par la mesure du gradient transtubulaire de potassium
(GTTK), qui évalue le gradient de concentration de potassium entre le plasma et les canaux collecteurs
corticaux :




Cette formule se base sur deux constats : au niveau des canaux collecteurs corticaux, le potassium est
sécrété sous l'effet de l'aldostérone, alors que l'eau est absorbée sous l'effet de l'ADH. Au niveau des tubules
collecteurs médullaires, l'eau est absorbée sous l'effet de l'ADH alors que le potassium n'est pas sécrété. De
ce fait, la concentration finale urinaire de potassium est différente de celle des tubules collecteurs corticaux.
Cela explique pourquoi la formule tient compte des osmolalités urinaire et plasmatique et que l'on ne peut
utiliser le calcul du gradient que lorsque l'osmolalité urinaire est supérieure à l'osmolalité sanguine.

Lorsque la sécrétion tubulaire de potassium est diminuée, le GTTK est inférieur à 7 et un hypoaldostéronisme
doit être suspecté. L'administration de fludrocortisone permet de corriger l'hyperkaliémie sauf s'il y a une
résistance à l'aldostérone (diurétiques d'épargne potassique, néphrite interstitielle, antibiotiques,
pseudohypoaldsotéronisme I et II).9



traitement des hyperkaliémies

Le traitement de l'hyperkaliémie dépend de sa cause ainsi que de son importance. La présence de
modifications à l'ECG est importante car elles peuvent dégénérer en troubles du rythme malins.

Le but est de restaurer le potentiel de repos de la membrane et ainsi de diminuer l'excitabilité de la cellule
myocardique. La prise en charge thérapeutique peut requérir l'une des approches suivantes :

1. Le calcium : en cas de modifications électrocardiographiques, il est administré sous forme de gluconate ou
de glubionate (10-20 ml de solution à 10%, correspondant à 2,25 mmol/10 ml de calcium élément) ou de
chlorure de calcium (5 à 10 ml de solution à 10%). La posologie du chlorure de calcium est plus basse, car
l'apport en calcium est trois fois supérieur à celui du glubionate de calcium. 10 L'effet s'obtient dans le quart
d'heure qui suit et dure environ une heure. Chez les patients sous traitement par digoxine, le traitement de
calcium doit être administré prudemment, voire évité.

2. L'insuline/glucose : augmente l'activité de la Na + , K + -ATPase du muscle squelettique et de l'hépatocyte ce
qui fait entrer le potassium dans les cellules. Une solution de 10 unités d'insuline dans 500 ml de G-10%
permet une baisse de la kaliémie de 0,5 à 1,5 mmol/l. L'effet commence dans le quart d'heure qui suit et
dure quatre à six heures.11

3. Les bicarbonates : l'effet de ce traitement est plus marqué chez des patients en acidose métabolique
sévère.10 On ne connaît pas la posologie exacte. Les bicarbonates favorisent l'entrée de potassium dans la
cellule et augmentent la charge distale en HCO 3- permettant la sécrétion de potassium. L'effet commence
dans les soixante minutes et dure plusieurs heures.

4. Les b 2-mimétiques : ils agissent par activation de la Na + , K + -ATPase permettant l'entrée du potassium
dans les cellules.12,13 Ils peuvent être administrés par voie intraveineuse ou en inhalation, par exemple 2,5 à
5,0 mg de salbutamol en inhalation.

5. Les diurétiques augmentent l'excrétion urinaire de potassium mais leur pouvoir hypokaliémiant est faible.

6. Les résines échangeuses d'ions, dont il existe deux types : l'une échange le potassium contre un ion
sodium (Résonium), et l'autre contre un ion calcium (Sorbistérit). Chaque gramme de résine peut capter un
meq de potassium.7 Elles peuvent être administrées par voie orale ou sous forme de lavement mais sous
cette dernière forme il y a un risque de nécrose digestive en cas d'iléus.

7. L'hémodialyse : elle peut être appliquée si les mesures ci-dessus ont échoué, si l'hyperkaliémie
s'accompagne d'une insuffisance rénale aiguë oligo-anurique ou si le risque de reconstitution de
l'hyperkaliémie est élevé (hémolyse ou rhabdomyolyse). Cette technique permet de retirer 25 à 50 meq de
potassium par heure.

Bibliographie :     1 Parham WA, Mehdirad AA, Biermann KM, et al. Hyperkalemia revisited. Tex Heart Inst J 2006;33:40-7. 2 ** Brenner BM, Berliner RW. The
transport of potassium. In : Orloff J, W BR, editors. Renal Physiology, handbook of physiology. Bethesda : American Physiology Society, 1973;497-519. 3 Halperin
ML, Kamel KS. Potassium. Lancet 1998; 352:135-40. 4 Textor SC, Bravo EL, Fouad FM, et al. Hyperkalemia in azotemic patients during angiotensin-converting
enzyme inhibition and aldosterone reduction with captopril. Am J Med 1982;73:719-25. 5 Acker CG, Johnson JP, Palevsky PM, et al. Hyperkalemia in hospitalized
patients : Causes, adequacy of treatment, and results of an attempt to improve physician compliance with published therapy guidelines. Arch Intern Med
1998;158:917-24. 6 Adrogue HJ, Madias NE. Changes in plasma potassium concentration during acute acid-base disturbances. Am J Med 1981;71:456-67. 7 **
Rose BD, Post TW. In : Clinical Physiology of Acid-Base and electrolyte Disorders. 5th ed. New York : McGraw-Hill, 2001;913-9. 8 Weiner ID, Wingo CS.
Hyperkalemia : A potential silent killer. J Am Soc Nephrol 1998;9:1535-43. 9 Ethier JH, Kamel KS, Magner PO, et al. The transtubular potassium concentration in
patients with hypokalemia and hyperkalemia. Am J Kidney Dis 1990;15:309-15. 10 Greenberg A. Hyperkalemia : Treatment options. Semin Nephrol 1998;18:46-
57. 11 Defronzo RA, Smith JD. Hyperkalemia. In : Arieff AI, Defronzo RA, editors. Fluid, electrolytes, and acid-base disorders. New York : Churchill Livingstone,
1995;319-86. 12 Liou HH, Chiang SS, Wu SC, et al. Hypokalemic effects of intravenous infusion or nebulization of salbutamol in patients with chronic renal failure
: Comparative study. Am J Kidney Dis 1994;23:266-71. 13 Sowinski KM, Cronin D, Mueller BA, et al. Subcutaneous terbutaline use in CKD to reduce potassium
concentrations. Am J Kidney Dis 2005;45:1040-5. * à lire ** à lire absolument




                                                Cet article vient de la Revue Médicale Suisse
                                                               www.medhyg.ch

                                                   L'adresse de cet article est :
                                           www.medhyg.ch/formation/article.php3?sid=32093

Contenu connexe

Tendances

SYNDROME DEPRESSIF.ppt
SYNDROME DEPRESSIF.pptSYNDROME DEPRESSIF.ppt
SYNDROME DEPRESSIF.ppt
Khaoula509835
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
Claude EUGENE
 
Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale
Dr. Kerfah Soumia
 
Qcm anapath
Qcm anapathQcm anapath
Qcm anapath
imma-dr
 
Dyskaliémie
DyskaliémieDyskaliémie
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -amis-med
 
Mal De Pott
Mal De PottMal De Pott
Mal De Pott
Mede Space
 
Hemato
HematoHemato
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireMehdy Wayzani
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urines
S/Abdessemed
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
imma-dr
 
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweUniversité de kinshasa
 
L’hemophilie
L’hemophilieL’hemophilie
L’hemophilie
debla roumaissa
 
Syndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tiziSyndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tizikillua zoldyck
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesHana Hanouna
 

Tendances (20)

SYNDROME DEPRESSIF.ppt
SYNDROME DEPRESSIF.pptSYNDROME DEPRESSIF.ppt
SYNDROME DEPRESSIF.ppt
 
Foie cardiaque
Foie cardiaqueFoie cardiaque
Foie cardiaque
 
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIRAUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
AUGMENTATION DE LA BILIRUBINE: CONDUITE A TENIR
 
Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale Ponction biopsie pleurale
Ponction biopsie pleurale
 
Qcm anapath
Qcm anapathQcm anapath
Qcm anapath
 
Document
DocumentDocument
Document
 
Dyskaliémie
DyskaliémieDyskaliémie
Dyskaliémie
 
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -Drainage pleural en traumatologie   quoi, quand, comment -
Drainage pleural en traumatologie quoi, quand, comment -
 
Mal De Pott
Mal De PottMal De Pott
Mal De Pott
 
Hemato
HematoHemato
Hemato
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
La chimie des urines
 La chimie des urines La chimie des urines
La chimie des urines
 
Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14Lymphomes cf 11 02 14
Lymphomes cf 11 02 14
 
Traumatismes de la hanche
Traumatismes de la hancheTraumatismes de la hanche
Traumatismes de la hanche
 
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongweCAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
CAT devant une hémoptysie dr innocent kashongwe
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
L'hypokaliémie en bref
L'hypokaliémie en brefL'hypokaliémie en bref
L'hypokaliémie en bref
 
L’hemophilie
L’hemophilieL’hemophilie
L’hemophilie
 
Syndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tiziSyndrome coronarien aigu tizi
Syndrome coronarien aigu tizi
 
Cours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicalesCours les urgences chirurgicales
Cours les urgences chirurgicales
 

En vedette

Coup Chaleur Dr Dardalhon Juin 2007
Coup Chaleur Dr Dardalhon  Juin 2007Coup Chaleur Dr Dardalhon  Juin 2007
Coup Chaleur Dr Dardalhon Juin 2007vinc.fleurette
 
Brochure du thème d'exposé
Brochure du thème d'exposéBrochure du thème d'exposé
Brochure du thème d'exposéBasilia Akobi
 
arythmie ACFA et douleur abdominale
arythmie ACFA et douleur abdominalearythmie ACFA et douleur abdominale
arythmie ACFA et douleur abdominale
LeilaElAmrani
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
Idris Ahmed
 
Complications aigues du diabète
Complications aigues du diabèteComplications aigues du diabète
Complications aigues du diabète
Nes Rine Hadjaissa
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
Hamlaoui Saddek
 
Présentation1.ppdouleurs abd dr bouzid
Présentation1.ppdouleurs abd  dr bouzidPrésentation1.ppdouleurs abd  dr bouzid
Présentation1.ppdouleurs abd dr bouzidMadani Bouzid
 
Le polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalierLe polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalier
Haifa Ben Abid
 

En vedette (8)

Coup Chaleur Dr Dardalhon Juin 2007
Coup Chaleur Dr Dardalhon  Juin 2007Coup Chaleur Dr Dardalhon  Juin 2007
Coup Chaleur Dr Dardalhon Juin 2007
 
Brochure du thème d'exposé
Brochure du thème d'exposéBrochure du thème d'exposé
Brochure du thème d'exposé
 
arythmie ACFA et douleur abdominale
arythmie ACFA et douleur abdominalearythmie ACFA et douleur abdominale
arythmie ACFA et douleur abdominale
 
Cat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatismeCat devant un polytraumatisme
Cat devant un polytraumatisme
 
Complications aigues du diabète
Complications aigues du diabèteComplications aigues du diabète
Complications aigues du diabète
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
Présentation1.ppdouleurs abd dr bouzid
Présentation1.ppdouleurs abd  dr bouzidPrésentation1.ppdouleurs abd  dr bouzid
Présentation1.ppdouleurs abd dr bouzid
 
Le polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalierLe polytraumatisé en préhospitalier
Le polytraumatisé en préhospitalier
 

Similaire à Hyperkaliemie

dysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemiesdysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemies
Patou Conrath
 
Hyponatrémie chez la personne âgée
Hyponatrémie chez la personne âgéeHyponatrémie chez la personne âgée
Hyponatrémie chez la personne âgée
Réseau Pro Santé
 
Defaillances metaboliques
Defaillances metaboliquesDefaillances metaboliques
Defaillances metaboliques
Patou Conrath
 
Troubles metaboliques
Troubles metaboliquesTroubles metaboliques
Troubles metaboliques
Patou Conrath
 
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiersLES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
BallaMoussaDidhiou
 
Isabelle tostivint
Isabelle tostivintIsabelle tostivint
Isabelle tostivintlifeiseasy
 
Ionogramme plasmatique
Ionogramme plasmatiqueIonogramme plasmatique
Ionogramme plasmatique
ispits fes
 
les urgences métaboliques liées au diabète.ppt
les urgences métaboliques liées au diabète.pptles urgences métaboliques liées au diabète.ppt
les urgences métaboliques liées au diabète.ppt
nocentguerson199
 
syndrome de lyse tumoral
syndrome de lyse tumoralsyndrome de lyse tumoral
syndrome de lyse tumoral
samira sid
 
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
Miz zo
 
Acidocétose diabétique
Acidocétose diabétiqueAcidocétose diabétique
Acidocétose diabétique
Sirine Ben Dhiab
 
Lessentiel En NéPhrologie
Lessentiel En NéPhrologieLessentiel En NéPhrologie
Lessentiel En NéPhrologie
Mede Space
 
Constipation
ConstipationConstipation
Constipation
Mede Space
 
Metabolisme phospho calcique
Metabolisme phospho calciqueMetabolisme phospho calcique
Metabolisme phospho calcique
Yassine SatMax
 
Natremie revue medicale suisse
Natremie revue medicale suisseNatremie revue medicale suisse
Natremie revue medicale suisse
Patou Conrath
 
Diabete insipide
Diabete insipideDiabete insipide
Diabete insipidewimac
 
Etats de choc
Etats de chocEtats de choc
Etats de choc
Hamlaoui Saddek
 

Similaire à Hyperkaliemie (20)

Les alcaloses
Les alcalosesLes alcaloses
Les alcaloses
 
dysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemiesdysnatremies dyskaliemies
dysnatremies dyskaliemies
 
Hyponatrémie chez la personne âgée
Hyponatrémie chez la personne âgéeHyponatrémie chez la personne âgée
Hyponatrémie chez la personne âgée
 
Defaillances metaboliques
Defaillances metaboliquesDefaillances metaboliques
Defaillances metaboliques
 
Troubles metaboliques
Troubles metaboliquesTroubles metaboliques
Troubles metaboliques
 
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiersLES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
LES ANEMIES.pptx pour les étudiants infirmiers
 
Isabelle tostivint
Isabelle tostivintIsabelle tostivint
Isabelle tostivint
 
Ionogramme plasmatique
Ionogramme plasmatiqueIonogramme plasmatique
Ionogramme plasmatique
 
les urgences métaboliques liées au diabète.ppt
les urgences métaboliques liées au diabète.pptles urgences métaboliques liées au diabète.ppt
les urgences métaboliques liées au diabète.ppt
 
syndrome de lyse tumoral
syndrome de lyse tumoralsyndrome de lyse tumoral
syndrome de lyse tumoral
 
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
HyperKaliémie Menaçante (à partir d'un cas de réanimation)
 
Acidocétose diabétique
Acidocétose diabétiqueAcidocétose diabétique
Acidocétose diabétique
 
Lessentiel En NéPhrologie
Lessentiel En NéPhrologieLessentiel En NéPhrologie
Lessentiel En NéPhrologie
 
Constipation
ConstipationConstipation
Constipation
 
Metabolisme phospho calcique
Metabolisme phospho calciqueMetabolisme phospho calcique
Metabolisme phospho calcique
 
Natremie revue medicale suisse
Natremie revue medicale suisseNatremie revue medicale suisse
Natremie revue medicale suisse
 
Diabete insipide
Diabete insipideDiabete insipide
Diabete insipide
 
L’amylose..
L’amylose..L’amylose..
L’amylose..
 
Curs 3 franceza
Curs 3   francezaCurs 3   franceza
Curs 3 franceza
 
Etats de choc
Etats de chocEtats de choc
Etats de choc
 

Plus de amis-med

Ecg normal
Ecg normalEcg normal
Ecg normalamis-med
 
Programme de-résidanat-médecine
Programme de-résidanat-médecineProgramme de-résidanat-médecine
Programme de-résidanat-médecineamis-med
 
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comLecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comamis-med
 
Lire un ecg amis med.com
Lire un ecg amis med.comLire un ecg amis med.com
Lire un ecg amis med.comamis-med
 
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comLecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comamis-med
 
Amis med.com qcm anapath
Amis med.com qcm anapathAmis med.com qcm anapath
Amis med.com qcm anapathamis-med
 
Guide antibiotique-fb68
Guide antibiotique-fb68Guide antibiotique-fb68
Guide antibiotique-fb68
amis-med
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesamis-med
 
Amis med.com gumc 2010
Amis med.com gumc 2010Amis med.com gumc 2010
Amis med.com gumc 2010
amis-med
 
Nerfs craniens
Nerfs craniensNerfs craniens
Nerfs craniensamis-med
 
Amis med.com corrige type-residanatconstantine
Amis med.com corrige type-residanatconstantineAmis med.com corrige type-residanatconstantine
Amis med.com corrige type-residanatconstantineamis-med
 
Poly biophysique r 10 11
Poly biophysique r 10 11Poly biophysique r 10 11
Poly biophysique r 10 11amis-med
 
Poly biomol r 10 11
Poly biomol r 10 11Poly biomol r 10 11
Poly biomol r 10 11amis-med
 
Poly biochimie 10 11
Poly biochimie 10 11Poly biochimie 10 11
Poly biochimie 10 11
amis-med
 
Poly physio qcm_2008-2009
Poly physio qcm_2008-2009Poly physio qcm_2008-2009
Poly physio qcm_2008-2009amis-med
 
Poly physiologie 2008-2009
Poly physiologie 2008-2009Poly physiologie 2008-2009
Poly physiologie 2008-2009amis-med
 
Amis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchementAmis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchementamis-med
 
Guide analyse rapide_ecg
Guide analyse rapide_ecgGuide analyse rapide_ecg
Guide analyse rapide_ecgamis-med
 
3 protocole-rr-pth
3 protocole-rr-pth3 protocole-rr-pth
3 protocole-rr-pthamis-med
 
Amis med.com keratocone
Amis med.com keratoconeAmis med.com keratocone
Amis med.com keratocone
amis-med
 

Plus de amis-med (20)

Ecg normal
Ecg normalEcg normal
Ecg normal
 
Programme de-résidanat-médecine
Programme de-résidanat-médecineProgramme de-résidanat-médecine
Programme de-résidanat-médecine
 
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comLecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
 
Lire un ecg amis med.com
Lire un ecg amis med.comLire un ecg amis med.com
Lire un ecg amis med.com
 
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.comLecture rapide de l’ecg amis med.com
Lecture rapide de l’ecg amis med.com
 
Amis med.com qcm anapath
Amis med.com qcm anapathAmis med.com qcm anapath
Amis med.com qcm anapath
 
Guide antibiotique-fb68
Guide antibiotique-fb68Guide antibiotique-fb68
Guide antibiotique-fb68
 
Les différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgencesLes différentes immobilisations aux urgences
Les différentes immobilisations aux urgences
 
Amis med.com gumc 2010
Amis med.com gumc 2010Amis med.com gumc 2010
Amis med.com gumc 2010
 
Nerfs craniens
Nerfs craniensNerfs craniens
Nerfs craniens
 
Amis med.com corrige type-residanatconstantine
Amis med.com corrige type-residanatconstantineAmis med.com corrige type-residanatconstantine
Amis med.com corrige type-residanatconstantine
 
Poly biophysique r 10 11
Poly biophysique r 10 11Poly biophysique r 10 11
Poly biophysique r 10 11
 
Poly biomol r 10 11
Poly biomol r 10 11Poly biomol r 10 11
Poly biomol r 10 11
 
Poly biochimie 10 11
Poly biochimie 10 11Poly biochimie 10 11
Poly biochimie 10 11
 
Poly physio qcm_2008-2009
Poly physio qcm_2008-2009Poly physio qcm_2008-2009
Poly physio qcm_2008-2009
 
Poly physiologie 2008-2009
Poly physiologie 2008-2009Poly physiologie 2008-2009
Poly physiologie 2008-2009
 
Amis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchementAmis med.com syndrome epanchement
Amis med.com syndrome epanchement
 
Guide analyse rapide_ecg
Guide analyse rapide_ecgGuide analyse rapide_ecg
Guide analyse rapide_ecg
 
3 protocole-rr-pth
3 protocole-rr-pth3 protocole-rr-pth
3 protocole-rr-pth
 
Amis med.com keratocone
Amis med.com keratoconeAmis med.com keratocone
Amis med.com keratocone
 

Hyperkaliemie

  • 1. Revue Médicale Suisse Hyperkaliémie Auteur : Z. Fumeaux Numéro : 3101 Sujet: Néphrologie L’hyperkaliémie est un trouble électrolytique fréquemment rencontré en pratique clinique. Le potassium est régulé essentiellement par un transfert cellulaire sous la dépendance du métabolisme acido-basique, des catécholamines et de l’insuline et secondairement par le rein. La majorité des hyperkaliémies sont dues à des insuffisances rénales et à la prise de médicaments. Les manifestations cliniques et notamment cardiaques de l’hyperkaliémie peuvent être graves, c’est pourquoi l’identification de sa cause et son traitement sont très importants. La stratégie diagnostique repose sur une anamnèse détaillée, surtout médicamenteuse. Le gradient transtubulaire de potassium peut être utile en cas de suspicion d’hypoaldostéronisme. introduction Le potassium est le principal cation intracellulaire et détermine le pouvoir osmotique intracellulaire. Le gradient transcellulaire de potassium est l'élément déterminant du potentiel de repos membranaire (- 60 mV) qui est proche du potentiel d'équilibre du K + . Ce gradient est maintenu d'une part par la pompe Na+ , K + - ATPase et d'autre part par l'électronégativité intracellulaire puis est dissipé par des canaux potassiques permettant la diffusion du potassium vers le milieu extracellulaire. L'organisme contient environ 3500 mmol/l de potassium, soit 130-140 g, et les apports quotidiens peuvent aller jusqu'à 200 meq/j.1 Le potassium intracellulaire rend compte de 98% du pool total (essentiellement dans les muscles) alors que la kaliémie et le potassium interstitiel ne rendent compte que de 2% du total. L'absorption digestive du potassium est complète. Dans les situations normales, l'élimination du potassium est digestive pour moins de 10% et rénale à 90%. L'élimination digestive du potassium peut doubler en cas d'insuffisance rénale alors que les pertes potassiques peuvent augmenter jusqu'à dix fois en cas de diarrhées. La régulation de la kaliémie se fait essentiellement par transfert intracellulaire du potassium, qui constitue un mécanisme de contrôle rapide et efficace, sous la dépendance du métabolisme acido-basique, des catécholamines et de l'insuline qui stimulent l'entrée de potassium par la Na+ ,K+ -ATPase. L'élimination rénale n'intervient que dans un deuxième temps. régulation de la balance potassique La filtration glomérulaire est d'environ 170 l/j et la quantité de potassium filtrée est d'environ 720 mmol/j. 95% du potassium filtré est réabsorbé au niveau du tubule contourné proximal et de l'anse de Henle. Seuls 2% du potassium filtré atteignent le tubule contourné distal et l'essentiel du potassium urinaire provient de sa sécrétion par le tubule distal tardif et le canal collecteur.2 Le tubule contourné proximal est le siège de l'absorption de 70% du potassium filtré. Cette réabsorption est à la fois passive par voie paracellulaire et transcellulaire. Dans l'anse de Henle, le potassium entre dans les cellules par l'intermédiaire du cotransporteur Na-K-2Cl luminal et la majeure partie est recyclée vers la lumière tubulaire par un processus de sécrétion via des canaux potassiques (ROMK). Ce recyclage luminal du potassium crée une électropositivité de la lumière tubulaire qui favorise la réabsorption des cations et donc du potassium par voie paracellulaire. Le tubule contourné distal est le siège d'une sécrétion faible de potassium par un cotransport K + , Cl - apical. Enfin, au niveau du canal collecteur, les cellules principales sont le site de la sécrétion de potassium par le canal potassique apical (ROMK). Cette sécrétion de potassium est stimulée par l'aldostérone, l'hormone antidiurétique (ADH) et le flux tubulaire. Le canal collecteur médullaire peut être le siège d'une réabsorption de potassium probablement médiée par une H+ ,K+ -ATPase présente au pôle apical des cellules intercalaires.
  • 2. définition de l'hyperkaliémie L'hyperkaliémie se définit comme un potassium plasmatique L 5,5 mmol/l. Elle est modérée entre 6,1 et 6,9 mmol/l et sévère si le potassium est L 7 mmol/l.3 Chez le sujet sain, l'hyperkaliémie est rare car les mécanismes d'adaptation, notamment la sécrétion tubulaire, sont efficaces. Il faut éliminer une pseudohyperkaliémie, situation dans laquelle la concentration plasmatique est liée au relargage du potassium intracellulaire dans le sang, et que l'on observe en cas de coagulation dans le tube ou d'hémolyse soit iatrogène (agitation du tube, hémolyse sur prélèvement sur garrot), soit dans le cadre d'une maladie immunologique (agglutinines froides), ou finalement en cas de thrombocytose ou de leucocytose importante. causes d'hyperkaliémie (figure 1) Causes rénales La capacité d'excrétion du potassium est maintenue tant que la sécrétion d'aldostérone et le débit urinaire sont suffisants. Dans l'insuffisance rénale chronique, tant que la clairance de la créatinine est au-dessus de 10 ml/min, la capacité d'élimination du potassium (rénale et digestive) reste suffisante pour compenser les apports en potassium. Dans des situations d'hypoaldostéronisme hyporéninisme (comme le diabète) ou avec certains médicaments (IEC, anti-AT II), une hyperkaliémie peut apparaître pour des clairances moins basses.4 Un surdosage en digitalique peut provoquer une hyperkaliémie chez les patients en insuffisance rénale avancée par inhibition de la Na + , K + -ATPase et par l'accumulation du médicament. En cas d'insuffisance rénale aiguë, l'hyperkaliémie apparaît en raison de la diminution du flux tubulaire distal ou en raison de la nécrose tubulaire distale qui réduisent la sécrétion de potassium. Une hyperkaliémie liée à une diminution de la sécrétion d'aldostérone sur la sécrétion tubulaire de potassium est observée lors d'atteinte surrénalienne, d'hypoaldostéronismes hyporéninismes (atteinte de l'appareil juxtaglomérulaire par la néphropathie sous-jacente au cours du diabète, de néphrite tubulo-interstitielle, ou d'obstacles urinaires) et de traitements (IEC ou anti-AT II, les AINS et rarement par l'héparine). Dans le pseudohypoaldostéronisme type I ou II, des mutations génétiques sont responsables d'une forme de résistance à l'aldostérone avec dans le type I une perte de sel et dans le type II, une augmentation de l'absorption du chlore et donc une baisse de la kaliurèse pour maintenir l'électroneutralité. Ce dernier est caractérisé par une HTA et se traite par des diurétiques thiazidiques. L'acidose tubulaire distale de type IV se caractérise par une diminution de la réabsorption de sodium au niveau du tube collecteur cortical, ce qui entraîne une diminution de la sécrétion de protons et de potassium et donc une hyperkaliémie avec une acidose métabolique hyperchlorémique. Certains médicaments bloquent la sécrétion rénale de potassium par le même mécanisme, comme l'amiloride (qui bloque la réabsorption de sodium en inhibant ENaC). Il convient de noter que l'insuffisance rénale et les médicaments sont les principaux responsables d'hyperkaliémies d'origine rénale. En effet, Acker et coll. ont montré que 75% des hyperkaliémies sont dues à une insuffisance rénale et 67% des patients prenaient des médicaments favorisant l'hyperkaliémie. 5
  • 3. Causes extrarénales Les supplémentations de potassium intraveineuses ou les transfusions sanguines rapides peuvent représenter des causes iatrogènes d'hyperkaliémie, par apports excessifs exogènes. Les phénomènes de lyse cellulaire massive, comme lors de rhabdomyolyse, d'hémolyse, d'hémorragies ou de syndrome de lyse tumorale, sont des causes endogènes d'hyperkaliémie. Les mouvements de potassium du milieu intracellulaire vers le milieu extracellulaire (shifts cellulaires) peuvent être dus à des médicaments : les b-bloquants non sélectifs par exemple interfèrent avec la captation et l'entrée du potassium dans les cellules en bloquant la Na+ , K + - ATPase, et on peut noter une augmentation de 0,5 mmol/l du potassium sanguin sous ce traitement. Lors d'un exercice intense, la kaliémie peut augmenter transitoirement de 2 mmol/l. La paralysie périodique est une maladie autosomale dominante, due à une mutation du canal sodique du muscle squelettique, qui entraîne des hyperkaliémies lors d'exposition au froid ou lors d'exercices. En cas d'acidose métabolique hyperchlorémique, la cellule étant imperméable au chlore, le potassium sort de la cellule pour maintenir l'électroneutralité, avec comme conséquence une hyperkaliémie. Dans les acidoses avec trou anionique augmenté, il n'y a en général pas d'hyperkaliémie car l'anion suit le proton dans la cellule et il n'y a pas de sortie de potassium.6 clinique de l'hyperkaliémie Les manifestations les plus graves sont cardiaques mais d'autres atteintes notamment neuromusculaires peuvent être au premier plan. * Les altérations de la conduction cardiaque : elles surviennent par la diminution du potentiel de membrane. Les modifications de l'électrocardiogramme (ECG) dépendent du niveau de la kaliémie, de la présence sous- jacente d'une pathologie cardiaque et de la rapidité d'installation de l'hyperkaliémie. 7 Avec une kaliémie de 6- 7 mmol/l, on observe une onde T pointue et ample. Entre 7-8 mmol/l, la dépolarisation est retardée avec un élargissement du QRS. Dans les hyperkaliémies extrêmes, les QRS fusionnent avec l'onde T, avec comme conséquence une fibrillation ventriculaire (figure 2).8 * Les altérations de la fonction neuromusculaire se caractérisent par des paresthésies, une parésie progressive pouvant aller jusqu'à une tétraparésie. démarche diagnostique de l'hyperkaliémie Si la situation à l'ECG n'est pas urgente, il faut s'assurer qu'il s'agisse bien d'une vraie hyperkaliémie par une deuxième mesure puis contrôler la fonction rénale, et l'état acido-basique. Il faut rechercher des pathologies favorisantes comme la présence d'un diabète ou d'une rhabdomyolyse, et avoir une anamnèse précise de la prise médicamenteuse. Si le diagnostic n'est pas établi à ce stade, il faut poursuivre les investigations par une évaluation du volume
  • 4. extracellulaire et par l'analyse du spot urinaire avec mesure de la kaliurie. L'excrétion urinaire de potassium dépend du volume urinaire et de la concentration en K + . On peut évaluer indirectement la sécrétion tubulaire de potassium par la mesure du gradient transtubulaire de potassium (GTTK), qui évalue le gradient de concentration de potassium entre le plasma et les canaux collecteurs corticaux : Cette formule se base sur deux constats : au niveau des canaux collecteurs corticaux, le potassium est sécrété sous l'effet de l'aldostérone, alors que l'eau est absorbée sous l'effet de l'ADH. Au niveau des tubules collecteurs médullaires, l'eau est absorbée sous l'effet de l'ADH alors que le potassium n'est pas sécrété. De ce fait, la concentration finale urinaire de potassium est différente de celle des tubules collecteurs corticaux. Cela explique pourquoi la formule tient compte des osmolalités urinaire et plasmatique et que l'on ne peut utiliser le calcul du gradient que lorsque l'osmolalité urinaire est supérieure à l'osmolalité sanguine. Lorsque la sécrétion tubulaire de potassium est diminuée, le GTTK est inférieur à 7 et un hypoaldostéronisme doit être suspecté. L'administration de fludrocortisone permet de corriger l'hyperkaliémie sauf s'il y a une résistance à l'aldostérone (diurétiques d'épargne potassique, néphrite interstitielle, antibiotiques, pseudohypoaldsotéronisme I et II).9 traitement des hyperkaliémies Le traitement de l'hyperkaliémie dépend de sa cause ainsi que de son importance. La présence de modifications à l'ECG est importante car elles peuvent dégénérer en troubles du rythme malins. Le but est de restaurer le potentiel de repos de la membrane et ainsi de diminuer l'excitabilité de la cellule myocardique. La prise en charge thérapeutique peut requérir l'une des approches suivantes : 1. Le calcium : en cas de modifications électrocardiographiques, il est administré sous forme de gluconate ou de glubionate (10-20 ml de solution à 10%, correspondant à 2,25 mmol/10 ml de calcium élément) ou de chlorure de calcium (5 à 10 ml de solution à 10%). La posologie du chlorure de calcium est plus basse, car l'apport en calcium est trois fois supérieur à celui du glubionate de calcium. 10 L'effet s'obtient dans le quart d'heure qui suit et dure environ une heure. Chez les patients sous traitement par digoxine, le traitement de calcium doit être administré prudemment, voire évité. 2. L'insuline/glucose : augmente l'activité de la Na + , K + -ATPase du muscle squelettique et de l'hépatocyte ce qui fait entrer le potassium dans les cellules. Une solution de 10 unités d'insuline dans 500 ml de G-10% permet une baisse de la kaliémie de 0,5 à 1,5 mmol/l. L'effet commence dans le quart d'heure qui suit et dure quatre à six heures.11 3. Les bicarbonates : l'effet de ce traitement est plus marqué chez des patients en acidose métabolique sévère.10 On ne connaît pas la posologie exacte. Les bicarbonates favorisent l'entrée de potassium dans la cellule et augmentent la charge distale en HCO 3- permettant la sécrétion de potassium. L'effet commence dans les soixante minutes et dure plusieurs heures. 4. Les b 2-mimétiques : ils agissent par activation de la Na + , K + -ATPase permettant l'entrée du potassium dans les cellules.12,13 Ils peuvent être administrés par voie intraveineuse ou en inhalation, par exemple 2,5 à 5,0 mg de salbutamol en inhalation. 5. Les diurétiques augmentent l'excrétion urinaire de potassium mais leur pouvoir hypokaliémiant est faible. 6. Les résines échangeuses d'ions, dont il existe deux types : l'une échange le potassium contre un ion sodium (Résonium), et l'autre contre un ion calcium (Sorbistérit). Chaque gramme de résine peut capter un meq de potassium.7 Elles peuvent être administrées par voie orale ou sous forme de lavement mais sous cette dernière forme il y a un risque de nécrose digestive en cas d'iléus. 7. L'hémodialyse : elle peut être appliquée si les mesures ci-dessus ont échoué, si l'hyperkaliémie
  • 5. s'accompagne d'une insuffisance rénale aiguë oligo-anurique ou si le risque de reconstitution de l'hyperkaliémie est élevé (hémolyse ou rhabdomyolyse). Cette technique permet de retirer 25 à 50 meq de potassium par heure. Bibliographie : 1 Parham WA, Mehdirad AA, Biermann KM, et al. Hyperkalemia revisited. Tex Heart Inst J 2006;33:40-7. 2 ** Brenner BM, Berliner RW. The transport of potassium. In : Orloff J, W BR, editors. Renal Physiology, handbook of physiology. Bethesda : American Physiology Society, 1973;497-519. 3 Halperin ML, Kamel KS. Potassium. Lancet 1998; 352:135-40. 4 Textor SC, Bravo EL, Fouad FM, et al. Hyperkalemia in azotemic patients during angiotensin-converting enzyme inhibition and aldosterone reduction with captopril. Am J Med 1982;73:719-25. 5 Acker CG, Johnson JP, Palevsky PM, et al. Hyperkalemia in hospitalized patients : Causes, adequacy of treatment, and results of an attempt to improve physician compliance with published therapy guidelines. Arch Intern Med 1998;158:917-24. 6 Adrogue HJ, Madias NE. Changes in plasma potassium concentration during acute acid-base disturbances. Am J Med 1981;71:456-67. 7 ** Rose BD, Post TW. In : Clinical Physiology of Acid-Base and electrolyte Disorders. 5th ed. New York : McGraw-Hill, 2001;913-9. 8 Weiner ID, Wingo CS. Hyperkalemia : A potential silent killer. J Am Soc Nephrol 1998;9:1535-43. 9 Ethier JH, Kamel KS, Magner PO, et al. The transtubular potassium concentration in patients with hypokalemia and hyperkalemia. Am J Kidney Dis 1990;15:309-15. 10 Greenberg A. Hyperkalemia : Treatment options. Semin Nephrol 1998;18:46- 57. 11 Defronzo RA, Smith JD. Hyperkalemia. In : Arieff AI, Defronzo RA, editors. Fluid, electrolytes, and acid-base disorders. New York : Churchill Livingstone, 1995;319-86. 12 Liou HH, Chiang SS, Wu SC, et al. Hypokalemic effects of intravenous infusion or nebulization of salbutamol in patients with chronic renal failure : Comparative study. Am J Kidney Dis 1994;23:266-71. 13 Sowinski KM, Cronin D, Mueller BA, et al. Subcutaneous terbutaline use in CKD to reduce potassium concentrations. Am J Kidney Dis 2005;45:1040-5. * à lire ** à lire absolument Cet article vient de la Revue Médicale Suisse www.medhyg.ch L'adresse de cet article est : www.medhyg.ch/formation/article.php3?sid=32093