SlideShare une entreprise Scribd logo
Infections de la main
" panaris"
A.Benamirouche
Cours résidents
EHS Benaknoun
La main est particulièrement
exposée à de nombreux
traumatismes ainsi qu’à de
multiples agents pathogènes
et se trouve par conséquent le
siège fréquent d’infections.
Généralités
Généralités
• Fréquentes
• Pathologie mains sales
• Hommes+++
• Population jeune faite de
travailleurs manuels +++
• Main dominante
• Réputation, à tort, de bénignité. Ce qui encourage
au début le patient à subir des Trts tels que
l’application de miel, café, henné ,ail …etc.
Généralités
Souvent prises en charge de manière
inadaptée:
 soit par négligence devant un aspect
apparemment peu inquiétant
 soit par l’instauration d’un traitement inadéquat
(Antibiotiques systématiques quelque soit le stade)
ATB
Généralités
Le diagnostic est clinique +++
traitement univoque : excision chirurgicale.
les conséquences fonctionnelles et
socioprofessionnelles sont parfois majeures
Généralités
Notion d’urgence chirurgicale capitale
retard diagnostic
complications
évolutives
prise en charge difficile et délicate
Deux types d’infection
PANARIS
Infection doigt
PHLEGMONS
Gaine des fléchisseurs Espaces celluleux
Définition "panaris"
Le panaris est défini par l'infection aiguë
primitive de n'importe quelle partie
constituante d'un doigt.
De traitement simple, mais qui peut, s’il est
inadapté, laisser des séquelles fonctionnelles.
Panaris
Travailleur manuel +++
microtraumatismes +++ ou piqûres +++
Brèche cutanée
Soin inadapté de manucure
Pénétration corps étranger
Hématome sous-unguéal
Affections dermatologiques (perionyxis)
Terrain favorisant
Ethylisme chronique Diabète Corticothérapie
Déficit immunitaire
SIDA
Toxicomanie
Malnutrition
Bacterio-Ecosysteme
Peau: a une double fonction :
 mécanique : barrière étanche s’opposant à la
pénétration des germes qui vivent à sa surface
 symbiotique : accueillant ou simplement tolérant
des germes nombreux et variés vivants à sa surface.
Bacterio-Ecosysteme
Germes
Saprophyte : Véritables ‹‹ résidents »
– Staphylocoque blanc
– Corynebacterium
Transitaires : balaient transitoirement
la surface cutanée(commissures, plis)
Staphylocoque aureus
- Streptocoque bêta-hémolytique…
tous Gram positif
Par leur présence, ces germes
protègent la peau de
l’installation des autres
germes
Mode de contamination
Trois principaux mécanismes
 Inoculation directe : à la faveur
d’une brèche cutanée.
 Contamination par contiguïté :
ostéo-arthrite satellite d’un panaris.
Voie hématogène : rare
Bactériologie
• Staphylocoque bêta hémolytique : 70%
• Streptocoque bêta hémolytique : 10%
• bacilles à Gram négatif
• Autres :
- Pasterelle, rencontrée après morsure animale
- Streptocoques type milleri ( Immunodéprimé)
- Mycobactéries
Bactériologie
• DC bactériologique : mise en évidence de l’agent
pathogène après prélèvement bactériologique,
plus rarement par la sérologie.
• Prélèvement systématique.
• Acheminement rapide vers le laboratoire avec
mise en culture.
Physiopathologie
Le panaris survient après inoculation à la suite
d’un traumatisme local
 commence la sélection des germes pathogènes .
Dans la majorité des cas, les défenses naturelles neutralisent les
germes inoculés.
 stade de multiplication bactérienne, témoin de l’intensification de
la défense de l’hôte
La croissance des germes entraîne une réaction inflammatoire.
 Correspondant à la limitation dans l’espace du processus infectieux
La suppuration provient de la lyse tissulaire et des macrophages
détruits.
Clinique : 3 stades
STADE D’INOCULATION
OU D’INVASION
sélection des germes
STADE PHLEGMASIQUE
réaction inflammatoire
STADE DE COLLECTION
suppuration
Clinique :
Stade d’inoculation ou invasion
• Souvent méconnu
• Caractérisé par une douleur aigue rapidement
calmée.
• Suivi d’un intervalle libre avant les signes infectieux
Clinique :
Stade phlegmasique
• Signes inflammatoires locaux
œdème, rougeur, chaleur
• Absence de signes généraux d’infection.
• Douleur spontanée , absente la nuit.
• A ce stade, l’évolution est souvent favorable sous
traitement médical.
Clinique :
Stade de collection
les signes cliniques sont pathognomoniques:
• Douleur intense, pulsatile, insomniante ,
permanente et augmentée par la position
déclive
• Tuméfaction locale rouge,chaude, tendue ( pus parfois visible)
• Signes généraux : fièvre, lymphangite et adénopathie.
Clinique :
Stade de complications
• L’évacuation du pus spontanée se fait:
 soit à la peau
( fistulisation : mode de guérison aléatoire)
 ou en profondeur
(ostéo -arthrite ou phlegmon des gaines)
du fait d’un retard diagnostique ou
thérapeutique, ou d’un traitement mal conduit
1) Ostéite : doigt rouge,oedématié,suppuré
Radio : aspect irrégulier de l’os,
lyse osseuse ou séquestre
2) Arthrite : doigt douloureux ,semi fléchi .
Toute mobilisation est douloureuse
3) Phlegmon des gaines
4) Nécrose cutanée voir digitale
Clinique :
Stade de complications
Examens para cliniques
• FNS: hyperleucocytose avec polynucleose
• Glycémie à la recherche d’un diabète
• Prélèvement bactériologique et antibiogramme
• Radiologie : corps étranger, signes d’arthrite
(pincement articulaire) ou d’ostéite (ostéolyse).
Formes cliniques
Panaris superficiels
siègent dans l’épaisseur
du revêtement cutané.
Panaris sous-cutanés
siègent en profondeur
dans tissu hypodermique
Panaris profonds
gaines, os et articulation
Formes cliniques
Panaris péri- et sous unguéal
Peut s’étendre en
sous unguéal
(panaris sous unguéal).
L’infection est localisée autour de
l’ongle et se collecte (panaris péri
unguéal).
Peut se propager sur le pourtour
de l’ongle ( Tourniole )
Formes cliniques
Les panaris pulpaires
• Initialement : DC est évident devant une pulpe
gonflée , douloureuse à la pression , chaude et
rouge
• Secondairement : suppuration collectée : La pulpe
se tend et perd sa pseudo - fluctuation normale
• Tardivement :
- extension ostéo - articulaire
- gaines synoviales.
Formes cliniques
Panaris en bouton de chemise
• Particulièrement redouté
• Conséquence de la propagation d’un panaris
péri-unguéal à la pulpe par un pertuis qu’il ne faut
pas méconnaitre lors de l’excision chirurgicale
• mise à plat bipolaire
Formes cliniques
Panaris anthracoïde
• ou furoncle du dos de la première phalange.
• Panaris superficiel
• Centré sur l’appareil pileux
• Respectant l’appareil extenseur sous-jacent
• Siege en règle sur P1
Formes cliniques
Panaris du dos de la 2ème phalange (p2)
– sont graves
– véritable cellulite dorsale
– diffusion rapide aux structures sous-jacentes en
l’absence de traitement ( dos de la main, tendon
extenseur, articulation inter phalangienne distale).
Formes cliniques
Panaris palmaires des 1 ère et 2 ème phalanges :
• rares,
• si P1 , risque de diffusion vers l’espace commissural
correspondant, vers la loge thénarienne en cas de
panaris de la base du pouce et vers les gaines des
fléchisseurs (+++)
• Si P2 , attitude en crochet du doigt mais réductible.
Il faut rechercher une douleur du cul-de-sac
proximal
Formes cliniques
Panaris phlycténulaire
• Panaris superficiel
• Phlyctène contenant du pus
et qui décolle l’épiderme
Panaris de la face latérale du doigt
• Risque également d’atteindre
les tendons et articulations
Traitement
Dans tous les cas :
rappel et/ou sérothérapie antitétanique,
recherche d’un facteur favorisant tels
que diabète et déficit immunitaire.
Traitement
- Bains antiseptique pluriquotidiens(betadine)
- Parfois ATB anti staph si terrain prédisposant.
- Surveillance régulière pour éviter chirurgie.
Stade d’invasion:
Traitement
l’évolution doit être franche après 24 à 48
heure, si non l’évolution se poursuit
- antiseptique.
- antibiotiques à large spectre
(oxacilline ou cephalosporine de première génération).
- immobiliser
Stade phlegmasique:
Traitement
Stade de collection : urgence +++
• le traitement est chirurgical
• Prélèvement systématique
• il consiste a : excision complète de tous les tissus
nécrosés et des zones purulentes
• Laisser ouvert pour cicatrisation dirigée
• Immobilisation temporaire
• Auto-réeducation
• 1er pansement à J2 doit montrer la guérison
Traitement
Antibiothérapie systématique si :
• Signes de diffusion
• Morsure animale (tétracyclines)
• Nourrisson (staphylococcie pulmonaire)
• Valvulopathie ou porteur de prothèse(endocardite)
• immunodéprimé
Traitement
panaris péri unguéal
• Ablation d’un croissant de peau
• Respecter le bord de l’ongle
• Nettoyage
• Cicatrisation dirigée
• Pas d’ATB si excision radicale
Traitement
Panaris sous unguéal
• Incision uni ou bilatérale
• Soulever l’ongle et les replis unguéaux
• Préserver la matrice
• Cicatrisation dirigée
• Pas d’ATB si excision radicale
Traitement : Panaris pulpaires
• Excision complète
• Incision latérale (cicatrice douloureuse de la pulpe)
• Abord latéral du panaris puis lavage
• Pas de fermeture cutanée
• Prophylaxie antitétanique
• Pas d’ATB si excision radicale
Traitement
Cas 01
Panaris superficiel opéré. Evolution au 10ème jour
J0 J0 J0
J3 J10
J10
Cas 02
Panaris sous cutané traité par antibiotique seul pendant 8j,
opéré et cicatrisation dirigée. Résultat à un mois
J0 J0
J15
J30
J30
J30
Cas 03
Panaris compliqués d’ostéo-arthrite
Ostéo-arthrite de l’IPP sur panaris anthracoïde.
Après 2mois, résection de la tête de P1.
Résultat fonctionnel bon
Cas 04
Phlegmon II aire à un panaris avec ostéo-arthrite
J0
J0
J0
J20
Résultat à 2 mois
Cas 05
Phlegmon II aire à un panaris
Panaris pulpaire évolué en phlegmon des gaines
J0
J0
J0
Cas 05
Phlegmon II aire à un panaris
J5 J5
Amputation P3
J5
J5
Cas 05
Phlegmon II aire à un panaris
Après 5 mois
• Traitement:
– simple difficile couteux
– séquelles souvent graves.
• 1ère consultation = formation du personnel
médical +++
• Création de centres chirurgie
de la main
Conclusion
PHLEGMONS
Gaine des
fléchisseurs
Espaces celluleux
 Accident sévère
 Évoluer vers la destruction appareil fléchisseur
 voir la perte d’un doigt.
 retard Dc conditionne le résultat fonctionnel
qui reste en rapport direct avec le stade évolutif
 urgence chirurgicale
 Tjrs chirurgie
Phlegmons des gaines des fléchisseurs
inoculation directe
Phlegmons des gaines des fléchisseurs
par contiguïté
infection progressive
infection primitive
nette et brutale.
Modes de contamination :
Phlegmons des gaines des fléchisseurs
Phlegmons des gaines des fléchisseurs
clinique
TETRADE DE CANAVEL et GOSSET 1955
1. Douleur: vive, lancinante, insomniante, traçant le trajet
de la gaine, exagérée à la position déclive, accompagnée
d’une fièvre à 38° ou plus.
2. Œdème: doigt oedèmatié, peau tendue et inflammatoire.
3. Douleur à la pression de cul de sac proximal: signe
pathognomonique(signe de gosset)
4. Attitude du doigt en crochet : extension passive du doigt
exacerbe la douleur (signe du crochet).
Phlegmons des gaines des fléchisseurs
clinique
Signes régionaux :
- Adénopathies épicondyliennes médiales et/ou axillaires
- Lymphangite
Signes généraux :
- Fièvre, frissons,
- Asthénie.
Ces signes généraux sont inconstants et sont des signes de
gravité.
Dés que le diagnostique est suspecté
l’indication opératoire est posée en urgence.
EXPLORATION CHIRURGICALE
Trois stades successifs de gravité
croissante et qui constituent une véritable
classification thérapeutique
• STADE 1: Synovite inflammatoire
• STADE 2 : Synovite purulente
• STADE 3 : Nécrose infectieuse
STADE 1: Synovite inflammatoire
caractérise par une gaine synoviale distendue,
inflammatoire, hyperhémié, exsudative avec un
liquide clair ou louche
STADE 1: Synovite inflammatoire
-excision de la porte d’entrée (peau, foyers nécrotique)
- abord du cul de sac proximal .
- prélèvement du liquide .
- lavage au sérum physiologique dans le sens cul de sac –porte d’entrée.
-peau est refermée en regard du cul de sac
- porte d’entrée laissée à la cicatrisation dirigée.
-doigt immobilisé.
- antibiothérapie (IV pour au moins 48H, puis rapidement adaptée au
résultat des prélèvements).
- la surveillance est quotidienne.
-au 3em jour le doigt est sec, indolore et la rééducation immédiatement
entreprise.
STADE 1: Synovite inflammatoire
STADE 2 : Synovite purulente
•La douleur est vive, pulsatile, insomniante.
•Attitude en crochet ( tentative de réduction du crochet
ou la pression du CDS réveille une douleur traçante.
•Œdème du doigt, lymphangite avec adénopathie est
possible.
•Fièvre.
N.B : aucun de ces signes n’est constant (peuvent être
décapite par des antibiotiques).
Le liquide est franchement purulent.
tendon est encore intact.
STADE 2 : Synovite purulente
- synovectomie aussi complète que possible (abord de
tout le doigt).
- lavage abondant au sérum.
- plaie opératoire est refermée aux angles.
- main immobilisée.
- antibiothérapie (IV pour au moins 48H, puis rapidement
adaptée au résultat des prélèvements).
- Surveillance quotidienne.
- la disparition des signes infectieux et de la douleur doit
être constatée rapidement pour autoriser le début d’une
rééducation précoce, sachant le caractère potentiellement
enraidissant de toute synovectomie.
patient présentant un phlegmon primitif du quatrième doigt gauche reçu 5 jours après
une plaie punctiforme. Résultat à un mois d’évolution
STADE 3 : Nécrose infectieuse
 Est caractérise par la nécrose infectieuse du
tendon devenu un véritable séquestre infectant.
 Le diagnostic est évoqué devant une fistule
persistante, ou la pression du reste de la gaine
fait sourdre un peu de pus.
L’intervention s’impose
et doit exciser les reste de
la gaine et du tendon.
INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx
PHLEGMON DES ESPACES CELLULEUX
2 espaces celluleux à la main:
espace dorsal
faible épaisseur.
espace palmaire
sus aponévrotique
l’aponévrose palmaire superficielle
espace sous aponévrotique
commissure
PHLEGMON DES ESPACES CELLULEUX
Le phlegmon celluleux associe du pus en quantité
variable et une nécrose de tissu cellulaire de l’espace
C’est une urgence chirurgicale.
On pratique une excision de tous les tissus infectés et un drainage
sur le même principe des phlegmons des gaines.
Forme trompeuse : la pathologie du donneur de
coup de poing

Contenu connexe

Tendances

Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
killua zoldyck
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
laamlove
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
Salah Eddine
 
Luxations du coude
Luxations du coudeLuxations du coude
Luxations du coude
Ahmed Hadj Ammar
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
medo parta
 
Fracture des 2 os de la jambe
 Fracture des 2 os de la jambe Fracture des 2 os de la jambe
Fracture des 2 os de la jambe
Eugène NJEBARIKANUYE
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
esf3
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
hind henzazi
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
Hamlaoui Saddek
 
Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation
Michel Triffaux
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradio
Elsa von Licy
 
Lésions des tendons extenseurs
Lésions des tendons extenseurs Lésions des tendons extenseurs
Lésions des tendons extenseurs
Smail Rezzik
 
Brulures
BruluresBrulures
Brulures
Sandro Zorzi
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
Abdelilah Kouchih
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
Ben Mekki
 
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM FoundationLe Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 

Tendances (20)

Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- pptCour n=آ°03 fracture de la jambe  cour officiel- ppt
Cour n=آ°03 fracture de la jambe cour officiel- ppt
 
Syndrome de volkmann
Syndrome de volkmannSyndrome de volkmann
Syndrome de volkmann
 
6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr6.fracturi mb sup fr
6.fracturi mb sup fr
 
Luxations du coude
Luxations du coudeLuxations du coude
Luxations du coude
 
Plaies de la main
Plaies de la mainPlaies de la main
Plaies de la main
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Msup fractures
Msup fracturesMsup fractures
Msup fractures
 
Fracture des 2 os de la jambe
 Fracture des 2 os de la jambe Fracture des 2 os de la jambe
Fracture des 2 os de la jambe
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
 
Le syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaireLe syndrome de condensation pulmonaire
Le syndrome de condensation pulmonaire
 
Fracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radiusFracture extreminte inferieure_radius
Fracture extreminte inferieure_radius
 
Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation Plaies et Cicatrisation
Plaies et Cicatrisation
 
Semiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradioSemiologie semio neuroradio
Semiologie semio neuroradio
 
Lésions des tendons extenseurs
Lésions des tendons extenseurs Lésions des tendons extenseurs
Lésions des tendons extenseurs
 
Traumato hanche
 Traumato hanche Traumato hanche
Traumato hanche
 
Brulures
BruluresBrulures
Brulures
 
Candidose
CandidoseCandidose
Candidose
 
CAT devant une Pleurésie
CAT devant une PleurésieCAT devant une Pleurésie
CAT devant une Pleurésie
 
Luxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hancheLuxation traumatique de la hanche
Luxation traumatique de la hanche
 
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM FoundationLe Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
Le Tetanos (French) - The CRUDEM Foundation
 

Similaire à INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx

orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
BadrAbouAlia
 
Pied diabetique
Pied diabetiquePied diabetique
Pied diabetique
Salah Benmoussa
 
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM FoundationSkin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
The CRUDEM Foundation
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
KHETTABDJOUHER
 
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2
killua zoldyck
 
ADP.ppt
ADP.pptADP.ppt
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.comInfections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Nabil Geekk
 
Conduite +á tenir devant une fievre aigue
Conduite +á tenir devant une fievre aigueConduite +á tenir devant une fievre aigue
Conduite +á tenir devant une fievre aigue
Ibrahima Thiam
 
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
TheraShare
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
Dr. Kerfah Soumia
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
BadrAbouAlia
 
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptxCAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
yakoubhamdi1
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties molles
Amar AOULMI
 
Cours GynéCo Ifsi NîMes
Cours GynéCo Ifsi NîMesCours GynéCo Ifsi NîMes
Cours GynéCo Ifsi NîMes
guest1454d2
 
Peron vhavhe
Peron  vhavhePeron  vhavhe
Peron vhavhe
odeckmyn
 
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhkles_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
RefRama
 

Similaire à INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx (20)

orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.pptorthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
orthopedie5an_panaris_phlegmon-yakoubi.ppt
 
Pied diabetique
Pied diabetiquePied diabetique
Pied diabetique
 
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM FoundationSkin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
Skin, Soft Tissue and Bone (French) - The CRUDEM Foundation
 
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptxDiagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
Diagnostic d’une adénopathie cervicale chronique.pptx
 
Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2Méningites purlt dr mahi 2
Méningites purlt dr mahi 2
 
ADP.ppt
ADP.pptADP.ppt
ADP.ppt
 
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.comInfections cutanées bactériennes medecine-cours.com
Infections cutanées bactériennes medecine-cours.com
 
Le tetanos
Le tetanosLe tetanos
Le tetanos
 
Conduite +á tenir devant une fievre aigue
Conduite +á tenir devant une fievre aigueConduite +á tenir devant une fievre aigue
Conduite +á tenir devant une fievre aigue
 
Distomatose
DistomatoseDistomatose
Distomatose
 
Pied diab as 1
Pied diab as  1Pied diab as  1
Pied diab as 1
 
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
Plaies et cicatrisation : Apprendre à mieux soigner
 
Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune Tuberculose pulmonaire commune
Tuberculose pulmonaire commune
 
Hydatidose
HydatidoseHydatidose
Hydatidose
 
Infections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.pptInfections-cutanées.pptX.ppt
Infections-cutanées.pptX.ppt
 
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptxCAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
CAT_angines_Pr Amourache_2021.pptx
 
Infections aigues des parties molles
Infections aigues des parties mollesInfections aigues des parties molles
Infections aigues des parties molles
 
Cours GynéCo Ifsi NîMes
Cours GynéCo Ifsi NîMesCours GynéCo Ifsi NîMes
Cours GynéCo Ifsi NîMes
 
Peron vhavhe
Peron  vhavhePeron  vhavhe
Peron vhavhe
 
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhkles_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
les_infections_a_streptocoques.pptkioljhk
 

INFECTIONS-DE-LA-MAIN (1).pptx

  • 1. Infections de la main " panaris" A.Benamirouche Cours résidents EHS Benaknoun
  • 2. La main est particulièrement exposée à de nombreux traumatismes ainsi qu’à de multiples agents pathogènes et se trouve par conséquent le siège fréquent d’infections. Généralités
  • 3. Généralités • Fréquentes • Pathologie mains sales • Hommes+++ • Population jeune faite de travailleurs manuels +++ • Main dominante • Réputation, à tort, de bénignité. Ce qui encourage au début le patient à subir des Trts tels que l’application de miel, café, henné ,ail …etc.
  • 4. Généralités Souvent prises en charge de manière inadaptée:  soit par négligence devant un aspect apparemment peu inquiétant  soit par l’instauration d’un traitement inadéquat (Antibiotiques systématiques quelque soit le stade) ATB
  • 5. Généralités Le diagnostic est clinique +++ traitement univoque : excision chirurgicale. les conséquences fonctionnelles et socioprofessionnelles sont parfois majeures
  • 6. Généralités Notion d’urgence chirurgicale capitale retard diagnostic complications évolutives prise en charge difficile et délicate
  • 7. Deux types d’infection PANARIS Infection doigt PHLEGMONS Gaine des fléchisseurs Espaces celluleux
  • 8. Définition "panaris" Le panaris est défini par l'infection aiguë primitive de n'importe quelle partie constituante d'un doigt. De traitement simple, mais qui peut, s’il est inadapté, laisser des séquelles fonctionnelles.
  • 9. Panaris Travailleur manuel +++ microtraumatismes +++ ou piqûres +++ Brèche cutanée Soin inadapté de manucure Pénétration corps étranger Hématome sous-unguéal Affections dermatologiques (perionyxis)
  • 10. Terrain favorisant Ethylisme chronique Diabète Corticothérapie Déficit immunitaire SIDA Toxicomanie Malnutrition
  • 11. Bacterio-Ecosysteme Peau: a une double fonction :  mécanique : barrière étanche s’opposant à la pénétration des germes qui vivent à sa surface  symbiotique : accueillant ou simplement tolérant des germes nombreux et variés vivants à sa surface.
  • 12. Bacterio-Ecosysteme Germes Saprophyte : Véritables ‹‹ résidents » – Staphylocoque blanc – Corynebacterium Transitaires : balaient transitoirement la surface cutanée(commissures, plis) Staphylocoque aureus - Streptocoque bêta-hémolytique… tous Gram positif Par leur présence, ces germes protègent la peau de l’installation des autres germes
  • 13. Mode de contamination Trois principaux mécanismes  Inoculation directe : à la faveur d’une brèche cutanée.  Contamination par contiguïté : ostéo-arthrite satellite d’un panaris. Voie hématogène : rare
  • 14. Bactériologie • Staphylocoque bêta hémolytique : 70% • Streptocoque bêta hémolytique : 10% • bacilles à Gram négatif • Autres : - Pasterelle, rencontrée après morsure animale - Streptocoques type milleri ( Immunodéprimé) - Mycobactéries
  • 15. Bactériologie • DC bactériologique : mise en évidence de l’agent pathogène après prélèvement bactériologique, plus rarement par la sérologie. • Prélèvement systématique. • Acheminement rapide vers le laboratoire avec mise en culture.
  • 16. Physiopathologie Le panaris survient après inoculation à la suite d’un traumatisme local  commence la sélection des germes pathogènes . Dans la majorité des cas, les défenses naturelles neutralisent les germes inoculés.  stade de multiplication bactérienne, témoin de l’intensification de la défense de l’hôte La croissance des germes entraîne une réaction inflammatoire.  Correspondant à la limitation dans l’espace du processus infectieux La suppuration provient de la lyse tissulaire et des macrophages détruits.
  • 17. Clinique : 3 stades STADE D’INOCULATION OU D’INVASION sélection des germes STADE PHLEGMASIQUE réaction inflammatoire STADE DE COLLECTION suppuration
  • 18. Clinique : Stade d’inoculation ou invasion • Souvent méconnu • Caractérisé par une douleur aigue rapidement calmée. • Suivi d’un intervalle libre avant les signes infectieux
  • 19. Clinique : Stade phlegmasique • Signes inflammatoires locaux œdème, rougeur, chaleur • Absence de signes généraux d’infection. • Douleur spontanée , absente la nuit. • A ce stade, l’évolution est souvent favorable sous traitement médical.
  • 20. Clinique : Stade de collection les signes cliniques sont pathognomoniques: • Douleur intense, pulsatile, insomniante , permanente et augmentée par la position déclive • Tuméfaction locale rouge,chaude, tendue ( pus parfois visible) • Signes généraux : fièvre, lymphangite et adénopathie.
  • 21. Clinique : Stade de complications • L’évacuation du pus spontanée se fait:  soit à la peau ( fistulisation : mode de guérison aléatoire)  ou en profondeur (ostéo -arthrite ou phlegmon des gaines) du fait d’un retard diagnostique ou thérapeutique, ou d’un traitement mal conduit
  • 22. 1) Ostéite : doigt rouge,oedématié,suppuré Radio : aspect irrégulier de l’os, lyse osseuse ou séquestre 2) Arthrite : doigt douloureux ,semi fléchi . Toute mobilisation est douloureuse 3) Phlegmon des gaines 4) Nécrose cutanée voir digitale Clinique : Stade de complications
  • 23. Examens para cliniques • FNS: hyperleucocytose avec polynucleose • Glycémie à la recherche d’un diabète • Prélèvement bactériologique et antibiogramme • Radiologie : corps étranger, signes d’arthrite (pincement articulaire) ou d’ostéite (ostéolyse).
  • 24. Formes cliniques Panaris superficiels siègent dans l’épaisseur du revêtement cutané. Panaris sous-cutanés siègent en profondeur dans tissu hypodermique Panaris profonds gaines, os et articulation
  • 25. Formes cliniques Panaris péri- et sous unguéal Peut s’étendre en sous unguéal (panaris sous unguéal). L’infection est localisée autour de l’ongle et se collecte (panaris péri unguéal). Peut se propager sur le pourtour de l’ongle ( Tourniole )
  • 26. Formes cliniques Les panaris pulpaires • Initialement : DC est évident devant une pulpe gonflée , douloureuse à la pression , chaude et rouge • Secondairement : suppuration collectée : La pulpe se tend et perd sa pseudo - fluctuation normale • Tardivement : - extension ostéo - articulaire - gaines synoviales.
  • 27. Formes cliniques Panaris en bouton de chemise • Particulièrement redouté • Conséquence de la propagation d’un panaris péri-unguéal à la pulpe par un pertuis qu’il ne faut pas méconnaitre lors de l’excision chirurgicale • mise à plat bipolaire
  • 28. Formes cliniques Panaris anthracoïde • ou furoncle du dos de la première phalange. • Panaris superficiel • Centré sur l’appareil pileux • Respectant l’appareil extenseur sous-jacent • Siege en règle sur P1
  • 29. Formes cliniques Panaris du dos de la 2ème phalange (p2) – sont graves – véritable cellulite dorsale – diffusion rapide aux structures sous-jacentes en l’absence de traitement ( dos de la main, tendon extenseur, articulation inter phalangienne distale).
  • 30. Formes cliniques Panaris palmaires des 1 ère et 2 ème phalanges : • rares, • si P1 , risque de diffusion vers l’espace commissural correspondant, vers la loge thénarienne en cas de panaris de la base du pouce et vers les gaines des fléchisseurs (+++) • Si P2 , attitude en crochet du doigt mais réductible. Il faut rechercher une douleur du cul-de-sac proximal
  • 31. Formes cliniques Panaris phlycténulaire • Panaris superficiel • Phlyctène contenant du pus et qui décolle l’épiderme Panaris de la face latérale du doigt • Risque également d’atteindre les tendons et articulations
  • 32. Traitement Dans tous les cas : rappel et/ou sérothérapie antitétanique, recherche d’un facteur favorisant tels que diabète et déficit immunitaire.
  • 33. Traitement - Bains antiseptique pluriquotidiens(betadine) - Parfois ATB anti staph si terrain prédisposant. - Surveillance régulière pour éviter chirurgie. Stade d’invasion:
  • 34. Traitement l’évolution doit être franche après 24 à 48 heure, si non l’évolution se poursuit - antiseptique. - antibiotiques à large spectre (oxacilline ou cephalosporine de première génération). - immobiliser Stade phlegmasique:
  • 35. Traitement Stade de collection : urgence +++ • le traitement est chirurgical • Prélèvement systématique • il consiste a : excision complète de tous les tissus nécrosés et des zones purulentes • Laisser ouvert pour cicatrisation dirigée • Immobilisation temporaire • Auto-réeducation • 1er pansement à J2 doit montrer la guérison
  • 36. Traitement Antibiothérapie systématique si : • Signes de diffusion • Morsure animale (tétracyclines) • Nourrisson (staphylococcie pulmonaire) • Valvulopathie ou porteur de prothèse(endocardite) • immunodéprimé
  • 37. Traitement panaris péri unguéal • Ablation d’un croissant de peau • Respecter le bord de l’ongle • Nettoyage • Cicatrisation dirigée • Pas d’ATB si excision radicale
  • 38. Traitement Panaris sous unguéal • Incision uni ou bilatérale • Soulever l’ongle et les replis unguéaux • Préserver la matrice • Cicatrisation dirigée • Pas d’ATB si excision radicale
  • 39. Traitement : Panaris pulpaires • Excision complète • Incision latérale (cicatrice douloureuse de la pulpe) • Abord latéral du panaris puis lavage • Pas de fermeture cutanée • Prophylaxie antitétanique • Pas d’ATB si excision radicale
  • 41. Cas 01 Panaris superficiel opéré. Evolution au 10ème jour J0 J0 J0 J3 J10 J10
  • 42. Cas 02 Panaris sous cutané traité par antibiotique seul pendant 8j, opéré et cicatrisation dirigée. Résultat à un mois J0 J0 J15 J30 J30 J30
  • 43. Cas 03 Panaris compliqués d’ostéo-arthrite Ostéo-arthrite de l’IPP sur panaris anthracoïde. Après 2mois, résection de la tête de P1. Résultat fonctionnel bon
  • 44. Cas 04 Phlegmon II aire à un panaris avec ostéo-arthrite J0 J0 J0 J20 Résultat à 2 mois
  • 45. Cas 05 Phlegmon II aire à un panaris Panaris pulpaire évolué en phlegmon des gaines J0 J0 J0
  • 46. Cas 05 Phlegmon II aire à un panaris J5 J5 Amputation P3 J5 J5
  • 47. Cas 05 Phlegmon II aire à un panaris Après 5 mois
  • 48. • Traitement: – simple difficile couteux – séquelles souvent graves. • 1ère consultation = formation du personnel médical +++ • Création de centres chirurgie de la main Conclusion
  • 50.  Accident sévère  Évoluer vers la destruction appareil fléchisseur  voir la perte d’un doigt.  retard Dc conditionne le résultat fonctionnel qui reste en rapport direct avec le stade évolutif  urgence chirurgicale  Tjrs chirurgie Phlegmons des gaines des fléchisseurs
  • 51. inoculation directe Phlegmons des gaines des fléchisseurs par contiguïté infection progressive infection primitive nette et brutale. Modes de contamination :
  • 52. Phlegmons des gaines des fléchisseurs
  • 53. Phlegmons des gaines des fléchisseurs clinique TETRADE DE CANAVEL et GOSSET 1955 1. Douleur: vive, lancinante, insomniante, traçant le trajet de la gaine, exagérée à la position déclive, accompagnée d’une fièvre à 38° ou plus. 2. Œdème: doigt oedèmatié, peau tendue et inflammatoire. 3. Douleur à la pression de cul de sac proximal: signe pathognomonique(signe de gosset) 4. Attitude du doigt en crochet : extension passive du doigt exacerbe la douleur (signe du crochet).
  • 54. Phlegmons des gaines des fléchisseurs clinique Signes régionaux : - Adénopathies épicondyliennes médiales et/ou axillaires - Lymphangite Signes généraux : - Fièvre, frissons, - Asthénie. Ces signes généraux sont inconstants et sont des signes de gravité. Dés que le diagnostique est suspecté l’indication opératoire est posée en urgence.
  • 55. EXPLORATION CHIRURGICALE Trois stades successifs de gravité croissante et qui constituent une véritable classification thérapeutique • STADE 1: Synovite inflammatoire • STADE 2 : Synovite purulente • STADE 3 : Nécrose infectieuse
  • 56. STADE 1: Synovite inflammatoire caractérise par une gaine synoviale distendue, inflammatoire, hyperhémié, exsudative avec un liquide clair ou louche
  • 57. STADE 1: Synovite inflammatoire -excision de la porte d’entrée (peau, foyers nécrotique) - abord du cul de sac proximal . - prélèvement du liquide . - lavage au sérum physiologique dans le sens cul de sac –porte d’entrée. -peau est refermée en regard du cul de sac - porte d’entrée laissée à la cicatrisation dirigée. -doigt immobilisé. - antibiothérapie (IV pour au moins 48H, puis rapidement adaptée au résultat des prélèvements). - la surveillance est quotidienne. -au 3em jour le doigt est sec, indolore et la rééducation immédiatement entreprise.
  • 58. STADE 1: Synovite inflammatoire
  • 59. STADE 2 : Synovite purulente •La douleur est vive, pulsatile, insomniante. •Attitude en crochet ( tentative de réduction du crochet ou la pression du CDS réveille une douleur traçante. •Œdème du doigt, lymphangite avec adénopathie est possible. •Fièvre. N.B : aucun de ces signes n’est constant (peuvent être décapite par des antibiotiques). Le liquide est franchement purulent. tendon est encore intact.
  • 60. STADE 2 : Synovite purulente - synovectomie aussi complète que possible (abord de tout le doigt). - lavage abondant au sérum. - plaie opératoire est refermée aux angles. - main immobilisée. - antibiothérapie (IV pour au moins 48H, puis rapidement adaptée au résultat des prélèvements). - Surveillance quotidienne. - la disparition des signes infectieux et de la douleur doit être constatée rapidement pour autoriser le début d’une rééducation précoce, sachant le caractère potentiellement enraidissant de toute synovectomie.
  • 61. patient présentant un phlegmon primitif du quatrième doigt gauche reçu 5 jours après une plaie punctiforme. Résultat à un mois d’évolution
  • 62. STADE 3 : Nécrose infectieuse  Est caractérise par la nécrose infectieuse du tendon devenu un véritable séquestre infectant.  Le diagnostic est évoqué devant une fistule persistante, ou la pression du reste de la gaine fait sourdre un peu de pus. L’intervention s’impose et doit exciser les reste de la gaine et du tendon.
  • 64. PHLEGMON DES ESPACES CELLULEUX 2 espaces celluleux à la main: espace dorsal faible épaisseur. espace palmaire sus aponévrotique l’aponévrose palmaire superficielle espace sous aponévrotique commissure
  • 65. PHLEGMON DES ESPACES CELLULEUX Le phlegmon celluleux associe du pus en quantité variable et une nécrose de tissu cellulaire de l’espace C’est une urgence chirurgicale. On pratique une excision de tous les tissus infectés et un drainage sur le même principe des phlegmons des gaines.
  • 66. Forme trompeuse : la pathologie du donneur de coup de poing