SlideShare une entreprise Scribd logo
CAT devant une Pleurésie
Dr. Kouchih Abdelilah
Service pneumologie CHU oujda
Plan
1. Introduction
2. Définition
3. Circonstances de découvertes
4. L’examen physique
5. L’imagerie
6. La ponction pleurale
7. Les éléments du diagnostic étiologique
8. conclusion
1. Introduction
• Les épanchements pleuraux liquidiens sont
fréquents aux urgences.
• multiples modes de présentation
• multiples étiologies
• Le Diagnostique est posé par la Rx thoracique
• La ponction pleurale: diagnostique et
thérapeutique
2. Définition
• L’épanchement pleural liquidien (pleurésie) se
définit comme la présence d’une quantité
anormale de liquide dans l’espace pleural.
• On distingue les transsudats, pleurésie pauvre
en protéines, et les exsudats, pleurésie riche
en protéines.
3. Circonstances de découvertes
• Découverte fortuite
• Installation progressive
– Dyspnée, altération de l’état générale, asthénie,
amaigrissement…
• Installation brutale:
– douleurs latérothoracique,
– Toux sèche aux changements de position
– dyspnée
4. L’examen physique
• Syndrome d’épanchement pleurale:
– abolition des vibrations vocales
– matité à la percussion,
– silence respiratoire auscultatoire
5. Imagerie
• Radiographie pulmonaire:
épanchement de la grande cavité :
– opacité déclive, non systématisée, dense et
homogène, à limite supérieure floue, concave en
haut et en dedans,
– +/- refoulement du médiastin en cas
d’épanchement abondant ;
Echographie pleurale ou TDM
thoracique :
• parfois utile en cas de difficulté
radiographique (patients de reanimation…) ;
• éventuel repérage de point de ponction.
6. La ponction pleurale
• Ponction en pleine matité au bord supérieur de la
cote inférieure
• Parfois sous repérage échographique
• Suivie d'une RP systématique.
• Signes de mauvaise tolérance, Insuffisance
respiratoire aiguë ou état de choc
 Ponction pleurale évacuatrice avec drain
thoracique
L’aspect macroscopique
Transsudat Exsudat
Nombre de cellules
Protides
Protides plèvre/sang
LDH plèvre/sang
Colestérol
< 500/mm3
<30 gr/L
<0,5
<0,6
<0,6 gr/L
>1000/mm3
>30gr/L
>0,5
>0,6
>0,6 gr/L
7. Les éléments du diagnostic
étiologique
• Le contexte accompagnant l’apparition de
l’épanchement pleural permet le plus souvent
d’orienter d’emblée les hypothèses
diagnostiques.
• Les caractéristiques du liquide pleural et en
particulier l’aspect macroscopique et le
caractère transsudait ou exsudatif de
l’épanchement permettent de séparer les
différentes hypothèses diagnostiques
Aspect macroscopique
Du liquide
Liquide clair et citrin
Aspect caractéristique
Hémothorax (sang)
TA, Pouls, Ex
Remplissage, transfusion,
gestes locaux,
Trauma, Mdie connue,
médicamenteux
Imagerie si unifocale,
Bilan d d’hémostase si
multifocale
Pyothorax (pus)
PNN altérés, glucose bas
Drainage, ex Direct, culture,
cytologie, bilan ORL,
Hémoculture
Antibiothérapie
Kinésithérapie prolongé
Chylothorax
Aspect laiteux, Tg>5g/l
Post-opératoire ou post-
traumatique
Néoplasie ou ADP
médiastinale avec
compression du canal
thoracique
TDM, C néoplasique,
contexte
Liquide clair et citrin
Transsudat
Insuffisance
cardiaque
Cirrhose (IHC)
Sd néphrotique
Insuffisance rénale
Malnutrition
Protidémie,
Urée creat ,
albuminémie
Echo-coeur
Exsudat
Infections
Tuberculose: Liq
riche en lymphocyte
et pauvre en glucose
IDR, BK, et biopsie
Parapneumonique:
Bactériennes
décapitées ou R*
au voisinage d’un
foyer de pneumonie
Virales, Parasitaires
ou mycosiques
Néoplasique
Age > 50ans
Diagnostique=biopsie
Métastase pleurales:
marquer tumoraux.
Mésothéliome:
amiante, plèvre
festonnée, AC.
Hyaluronique
EP: la présence du liq.
Hémorragique ne CI
pas l’anticoagulation.
Lupus (polysérite)
AAN
PR
facteur rumatoide
Pancreatite: taux
d’amylase
TranssudatExsudat
1. Traitement étiologique
2. Traitement spécifique:
•Évacuation la plus complète
possible de l’épanchement pleural
•Kinésithérapie pleurale prolongée
•En cas d’épanchement récidivant:
néoplasique  symphyse pleurale
(talcage)
1. Traitement étiologique
2. Traitement spécifique:
Des ponctions pleurales
évacuatrices itératives en cas de
mauvaise tolérance respiratoire
(épanchement récidivant en cas
de cirrhose hépatique)
8. Conclusion
• La PEC des pleurésie aux urgences impose la
rechercher des signes de mauvaise tolérance,
sur le plan respiratoire et HD, qui nécessitent
un geste d’évacuation en urgence

Contenu connexe

Tendances

Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
Dr. Kerfah Soumia
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Dr. Kerfah Soumia
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
Claude EUGENE
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireMehdy Wayzani
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
Sandro Zorzi
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
hind henzazi
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
Hamlaoui Saddek
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Nouhoum L Traore
 
Etats de choc
Etats de chocEtats de choc
Etats de choc
Hamlaoui Saddek
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocsesf3
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
soumaia bendjaballah
 
Le guide pratique des principales urgences pédiatriques
Le guide pratique des principales urgences pédiatriquesLe guide pratique des principales urgences pédiatriques
Le guide pratique des principales urgences pédiatriqueskillua zoldyck
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
Sandro Zorzi
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Mehdy Wayzani
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Hta qcm
Hta qcmHta qcm
Hta qcm
Nisrine Bouji
 

Tendances (20)

Anatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBCAnatomie pathologique de la TBC
Anatomie pathologique de la TBC
 
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA) Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
Syndrome de détresse respiratoire aigu (SDRA)
 
CHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenirCHOLESTASE Conduite à tenir
CHOLESTASE Conduite à tenir
 
Syndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaireSyndrome de condensation pulmonaire
Syndrome de condensation pulmonaire
 
Etat de choc
Etat de chocEtat de choc
Etat de choc
 
Hepatomegalies
HepatomegaliesHepatomegalies
Hepatomegalies
 
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleuraleSyndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
Syndrome d'epanchement gazeux de la grande cavité pleurale
 
Cat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestiveCat devant une hémorragie digestive
Cat devant une hémorragie digestive
 
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
Ostéomyélite et ostéoarthrites chez l'enfant 2014
 
Etats de choc
Etats de chocEtats de choc
Etats de choc
 
Les chocs
Les chocsLes chocs
Les chocs
 
Abcès du poumon
Abcès du poumonAbcès du poumon
Abcès du poumon
 
Embolie pulmonaire
Embolie pulmonaireEmbolie pulmonaire
Embolie pulmonaire
 
Diagnostic de la toux
Diagnostic de la touxDiagnostic de la toux
Diagnostic de la toux
 
Le guide pratique des principales urgences pédiatriques
Le guide pratique des principales urgences pédiatriquesLe guide pratique des principales urgences pédiatriques
Le guide pratique des principales urgences pédiatriques
 
Exercice radio thorax
Exercice radio thorax Exercice radio thorax
Exercice radio thorax
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
Bronchopneumopathies aigues bacteriennes
 
Sarcoidose
SarcoidoseSarcoidose
Sarcoidose
 
Hta qcm
Hta qcmHta qcm
Hta qcm
 

Similaire à CAT devant une Pleurésie

Fmc maladie hemorroidaire Pr Arbaoui fac med tlemcen
Fmc maladie hemorroidaire  Pr Arbaoui  fac med tlemcenFmc maladie hemorroidaire  Pr Arbaoui  fac med tlemcen
Fmc maladie hemorroidaire Pr Arbaoui fac med tlemcen
Arbaoui Bouzid
 
Les hématuries
Les hématuriesLes hématuries
Les hématuries
Idris Ahmed
 
hématurie
hématuriehématurie
hématurie
Mede Space
 
Ascite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueAscite non cirrhotique
Ascite non cirrhotique
Claude EUGENE
 
Anurie calculeuse
Anurie calculeuseAnurie calculeuse
Anurie calculeuse
RimaGuemriche
 
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcenPerforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcenArbaoui Bouzid
 
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUEHYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
Claude EUGENE
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...Université de kinshasa
 
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. GolseChirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
Centre Hepato-Biliaire / AP-HP Hopital Paul Brousse
 
Minimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour cMinimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour c
BenJohnsonJUSTE1
 
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).pptColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
Yahya Tfeil
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenArbaoui Bouzid
 
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptxCaderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
SimoChabbai
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
S/Abdessemed
 
Portal biliopathy
Portal biliopathyPortal biliopathy
Portal biliopathy
merdaci dhia elhak
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptx
Pauljr10
 
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRELITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
Claude EUGENE
 
Urgences abdominales traumatiques
Urgences abdominales traumatiquesUrgences abdominales traumatiques
Urgences abdominales traumatiques
imma-dr
 

Similaire à CAT devant une Pleurésie (20)

Fmc maladie hemorroidaire Pr Arbaoui fac med tlemcen
Fmc maladie hemorroidaire  Pr Arbaoui  fac med tlemcenFmc maladie hemorroidaire  Pr Arbaoui  fac med tlemcen
Fmc maladie hemorroidaire Pr Arbaoui fac med tlemcen
 
Les hématuries
Les hématuriesLes hématuries
Les hématuries
 
hématurie
hématuriehématurie
hématurie
 
Ascite non cirrhotique
Ascite non cirrhotiqueAscite non cirrhotique
Ascite non cirrhotique
 
Anurie calculeuse
Anurie calculeuseAnurie calculeuse
Anurie calculeuse
 
Hematurie
HematurieHematurie
Hematurie
 
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcenPerforation de l  oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
Perforation de l oesophage sce gastroentérologie chu tlemcen
 
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUEHYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
HYPERTENSION PORTALE NON CIRRHOTIQUE
 
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
prise en charge des complications de la cirrhose(Managing the complication of...
 
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. GolseChirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
Chirurgie guidée par la fluorescence - N. Golse
 
Minimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour cMinimum quarante caractères requis pour c
Minimum quarante caractères requis pour c
 
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).pptColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
ColiquesNephretiquesLithiasesRenalesSyndromesObstructifsUrinaires(1).ppt
 
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med TlemcenAscite Pr arbaoui fac med Tlemcen
Ascite Pr arbaoui fac med Tlemcen
 
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptxCaderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
Caderno Médico para Doenças by Slidesgo-1.pptx
 
La cytologie urinaire
La cytologie urinaire La cytologie urinaire
La cytologie urinaire
 
Cat ascite
Cat asciteCat ascite
Cat ascite
 
Portal biliopathy
Portal biliopathyPortal biliopathy
Portal biliopathy
 
Epistaxis.pptx
Epistaxis.pptxEpistaxis.pptx
Epistaxis.pptx
 
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRELITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
LITHIASE INTRA-HEPATIQUE : PRIMITIVE (Syndrome LPAC) ou SECONDAIRE
 
Urgences abdominales traumatiques
Urgences abdominales traumatiquesUrgences abdominales traumatiques
Urgences abdominales traumatiques
 

CAT devant une Pleurésie

  • 1. CAT devant une Pleurésie Dr. Kouchih Abdelilah Service pneumologie CHU oujda
  • 2. Plan 1. Introduction 2. Définition 3. Circonstances de découvertes 4. L’examen physique 5. L’imagerie 6. La ponction pleurale 7. Les éléments du diagnostic étiologique 8. conclusion
  • 3. 1. Introduction • Les épanchements pleuraux liquidiens sont fréquents aux urgences. • multiples modes de présentation • multiples étiologies • Le Diagnostique est posé par la Rx thoracique • La ponction pleurale: diagnostique et thérapeutique
  • 4. 2. Définition • L’épanchement pleural liquidien (pleurésie) se définit comme la présence d’une quantité anormale de liquide dans l’espace pleural. • On distingue les transsudats, pleurésie pauvre en protéines, et les exsudats, pleurésie riche en protéines.
  • 5. 3. Circonstances de découvertes • Découverte fortuite • Installation progressive – Dyspnée, altération de l’état générale, asthénie, amaigrissement… • Installation brutale: – douleurs latérothoracique, – Toux sèche aux changements de position – dyspnée
  • 6. 4. L’examen physique • Syndrome d’épanchement pleurale: – abolition des vibrations vocales – matité à la percussion, – silence respiratoire auscultatoire
  • 7. 5. Imagerie • Radiographie pulmonaire: épanchement de la grande cavité : – opacité déclive, non systématisée, dense et homogène, à limite supérieure floue, concave en haut et en dedans, – +/- refoulement du médiastin en cas d’épanchement abondant ;
  • 8.
  • 9.
  • 10.
  • 11. Echographie pleurale ou TDM thoracique : • parfois utile en cas de difficulté radiographique (patients de reanimation…) ; • éventuel repérage de point de ponction.
  • 12. 6. La ponction pleurale • Ponction en pleine matité au bord supérieur de la cote inférieure • Parfois sous repérage échographique • Suivie d'une RP systématique. • Signes de mauvaise tolérance, Insuffisance respiratoire aiguë ou état de choc  Ponction pleurale évacuatrice avec drain thoracique
  • 14. Transsudat Exsudat Nombre de cellules Protides Protides plèvre/sang LDH plèvre/sang Colestérol < 500/mm3 <30 gr/L <0,5 <0,6 <0,6 gr/L >1000/mm3 >30gr/L >0,5 >0,6 >0,6 gr/L
  • 15. 7. Les éléments du diagnostic étiologique • Le contexte accompagnant l’apparition de l’épanchement pleural permet le plus souvent d’orienter d’emblée les hypothèses diagnostiques. • Les caractéristiques du liquide pleural et en particulier l’aspect macroscopique et le caractère transsudait ou exsudatif de l’épanchement permettent de séparer les différentes hypothèses diagnostiques
  • 16. Aspect macroscopique Du liquide Liquide clair et citrin Aspect caractéristique Hémothorax (sang) TA, Pouls, Ex Remplissage, transfusion, gestes locaux, Trauma, Mdie connue, médicamenteux Imagerie si unifocale, Bilan d d’hémostase si multifocale Pyothorax (pus) PNN altérés, glucose bas Drainage, ex Direct, culture, cytologie, bilan ORL, Hémoculture Antibiothérapie Kinésithérapie prolongé Chylothorax Aspect laiteux, Tg>5g/l Post-opératoire ou post- traumatique Néoplasie ou ADP médiastinale avec compression du canal thoracique TDM, C néoplasique, contexte
  • 17. Liquide clair et citrin Transsudat Insuffisance cardiaque Cirrhose (IHC) Sd néphrotique Insuffisance rénale Malnutrition Protidémie, Urée creat , albuminémie Echo-coeur Exsudat Infections Tuberculose: Liq riche en lymphocyte et pauvre en glucose IDR, BK, et biopsie Parapneumonique: Bactériennes décapitées ou R* au voisinage d’un foyer de pneumonie Virales, Parasitaires ou mycosiques Néoplasique Age > 50ans Diagnostique=biopsie Métastase pleurales: marquer tumoraux. Mésothéliome: amiante, plèvre festonnée, AC. Hyaluronique EP: la présence du liq. Hémorragique ne CI pas l’anticoagulation. Lupus (polysérite) AAN PR facteur rumatoide Pancreatite: taux d’amylase
  • 18. TranssudatExsudat 1. Traitement étiologique 2. Traitement spécifique: •Évacuation la plus complète possible de l’épanchement pleural •Kinésithérapie pleurale prolongée •En cas d’épanchement récidivant: néoplasique  symphyse pleurale (talcage) 1. Traitement étiologique 2. Traitement spécifique: Des ponctions pleurales évacuatrices itératives en cas de mauvaise tolérance respiratoire (épanchement récidivant en cas de cirrhose hépatique)
  • 19. 8. Conclusion • La PEC des pleurésie aux urgences impose la rechercher des signes de mauvaise tolérance, sur le plan respiratoire et HD, qui nécessitent un geste d’évacuation en urgence

Notes de l'éditeur

  1. Les épanchements pleuraux liquidiens sont fréquents aux urgences. Leurs modes de présentation et leurs étiologies sont multiples. Il est essentiel en urgence de détecter les signes de mauvaise tolérance nécessitant un geste d’évacuation immédiat. Le plus souvent, le diagnostic positif est réalisé par la radiographie thoracique. Les indications de ponction pleurale à visée diagnostique et de mise en place d’un drain thoracique aux urgences doivent être connues afin d’éviter un retard de prise en charge, source de complications potentiellement graves. La démarche étiologique initiale aux urgences s’appuie sur le contexte clinique, l’analyse macroscopique et biochimique du liquide pleural. Les examens complémentaires à réaliser aux urgences doivent se limiter aux explorations indispensables, c’est-à-dire conduisant à l’initiation d’un traitement immédiat.
  2. 1--- lors d’un cliché du thorax systématique ou lors du bilan d’une pathologie à distance 2--- sur plusieurs jours ou semaines… dominé par une dyspnée progressive… surtout en cas de pleurésie cardiaque ou cancéreuse 3--- Douleurs: classiquement aggravées par l’inspiration profonde, la toux ou les changements de position. Dyspnée : proportionnelle à l’importance de l’épanchement, dépend de l'état du poumon sous-jacent et de la douleur associée
  3. À l’inspection, il peut exister une diminution de l’ampliation thoracique du côté de l’épanchement ----Matité déclive mobile avec les changements de position du malade. ----L’auscultation peut aussi révéler :un frottement pleural (bruit du cuir neuf que l’on plie), synchrone avec la respiration et disparaissant à l’apnée un « souffle pleurétique » audible au niveau de la limite supérieure de l’épanchement et qui prédomine à l’expiration. secondaire à la condensation du parenchyme pulmonaire par l’épanchement)
  4. Nécessaire pour confirmer le diagnostic, ---En cas d’une pleurésie minime, comblement d’un cul de sac pleural;; Ou bien un hémithorax blanc en cas d’epanchament de grd abondance. --- donnant des images pseudo-tumorale
  5. Opacité dense homogène, non systématisée, déclive à limite supérieure concave en dedans et en haut.
  6. À différencié de l’atélectasie par la déviation médiastinale vers l’opacité A : atélectasie pulmonaire gauche; B : épanchement pleural gauche massif avec opacité dense et homogène qui repousse le médiastin du coté sain.
  7. Les pleurésies cloisonnées ou enkystées font suite à des symphyses pleurales localisées, isolant certaines régions pleurales. Les poches prennent l’aspect d’une ou plusieurs opacités enkystées. En TDM, il s’agit de collections hypodenses, fusiformes avec des raccordements obtus avec la paroi. L'épanchement interlobaire se collecte dans une scissure, formant une opacité en fuseau biconvexe, à limites nettes. L’aspect est trompeur, pseudo-tumoral. Echographie pleurale ou TDM thoracique : ---parfois utile en cas de difficulte radiographique (patients de reanimation…) ; ---éventuel repérage de point de ponction.
  8. Elle est pratiquée dans un but diagnostique (La nature du liquide orientera vers différentes étiologies.) ou thérapeutique évacuatrice pour améliorer les symptômes et en cas de pleurésie purulente, pour faciliter le contrôle du sepsis, et pour prévenir l’enkystement pleural.
  9. Etude biochimique, Étude de la cytologie pleurale ( présence de lymphocyte, neutrophile, eosinophile ou tumorale…) Études bactériologique: BK ex direct et culture,
  10. --atcdt de néoplasie, d’accidents thromboemboliques, de cardiopathie ou de cirrhose hépatique ---facteurs de risque comme une intoxication tabagique (cancer pulmonaire) et alcoolique (cirrhose, pancréatite) ou une exposition à l’amiante (mésothéliome, asbestose) doivent être systématiquement recherchés. ----présence d’une anasarque, d’adénopathies (lymphomes, cancers solides), signes cliniques d’insuffisance hépato-cellulaire, de pathologies pancréatiques ou de vascularite -----une attention particulière est également portée au traitement du patient en raison notamment des risques d’immunodépression (corticothérapie, chimiothérapie), d’accident hémorragique (traitement anticoagulant) et d’une possible cause iatrogénique (pleurésies médicamenteuses, pleurésies radiques). -----douleurs thoraciques, dyspnée, contexte de fièvre et de frissons d’apparition brutale évoquent d’emblée une origine infectieuse bactérienne -----douleurs thoraciques, dyspnée, fébricule, hémoptysie, signe de phlébite orientent à l’évidence vers un processus thromboembolique. ------une dyspnée d’installation progressive et une altération marquée de l’état général oriente le diagnostic vers une origine néoplasique ou vers une tuberculose en cas de fièvre, de sueurs nocturnes chez un patient ayant une notion de contage. ------un contexte traumatique oriente d’emblée vers un hémothorax -------l’analyse de la radiographie thoracique associée au contexte clinique, constitue également une aide précieuse à l’orientation diagnostique
  11. À différencier du liquide séro-hématique qui est un liquide rouge incoagulable Amoxi-clave 3g/jr de 4 à 6sem
  12. TBk: associé à une T° de 38,5 à 39° et AEG et des facteurs favorisant du TBK Dosage de l’adinosine désaminase. En cas d’infection communautaire, l’association amoxicilline-acide clavulanique en 1er intention . C2G ou C3G ou les carbapénèmes représentent une alternative. L’association de clindamycine est nécessaire en cas de suspicion de germes anaérobies En cas d’infection nosocomiale, on utilise de la vancomycine si on suspecte un staphylocoque doré, ajouté un aminoside si on suspecte un pseudomonas aeruginosa. L’évacuation du liquide pleural est nécessaire précocément pour le contrôle de l’infection, par une ponction évacuatrice ou la mise en place d’un drain thoracique NEO: Pleurésie de Grd abondance, séro-hématique, douleureuse, récidivante avec nodule de pérmeation sur le trajet de la ponction pleurale .
  13. En 1er lieu celui de la pathologie responsable En cas de mauvaise tolérance: Oxygénothérapie Remplissage vasculaire Evacuation en urgence: ponction puis drainage