SlideShare une entreprise Scribd logo
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                           Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



               Les faux avis de consommateurs sur
               Internet

    Enjeux

    D’après les études de la FEVAD et celles du CREDOC, l’utilisation d’internet résulte en
    priorité de l’attractivité des prix proposés pour les produits et prestations offertes,
    mais également de la possibilité offerte aux consommateurs de consulter les avis des
    autres utilisateurs.

    La notion de partage de l’information a une incidence primordiale sur l’acte
    d’achat. Depuis 2008, le nombre d’avis de consommateurs sur les forums, les sites
    marchands et les blogs est en expansion constante.

    Parallèlement à cette expansion se développe la pratique des faux avis, dont il est
    difficile de chiffrer actuellement l’ampleur. En effet, techniquement, il est difficile
    d’identifier l’auteur d’un avis, et géographiquement, les auteurs peuvent être situés
    hors du territoire national et ne peuvent être directement appréhendés.

    Ces pratiques constituent des pratiques commerciales trompeuses pour les
    consommateurs mais également pour les concurrents et doivent donc être
    sanctionnées.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                                Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


    Mesures :

                     1/ Le lancement d’une enquête spécifique de la
                     DGCCRF sur la problématique de la lutte contre
                     les faux avis de consommateurs sur Internet
    Dès 2010, la DGCCRF s’est intéressée au développement de cette problématique.
    Au 1er trimestre 2011, le Service National d’Enquête et le Centre de Surveillance du
    Commerce Electronique mèneront une enquête approfondie pour :

                     identifier les prestataires de services et de marketing susceptibles de
                     proposer un service de publication massive de faux avis (comme le
                     font actuellement certains prestataires américains et/ou marocains) ;
                     vérifier auprès des gestionnaires de sites (voyagistes et des
                     comparateurs de prix) les méthodologies de contrôle de l’impartialité
                     des avis et d’identification des faux avis (origine, intention et finalité) ;
                     examiner les relations contractuelles des blogs ayant une audience
                     nationale avec leurs annonceurs ainsi que les incidences sur les conseils
                     d’achat donnés (publicité déguisée) ;
                     organiser une veille ciblée sur les réseaux sociaux.

    Les pratiques commerciales trompeuses seront sanctionnées et les activités des sites
    étrangers dénoncées auprès de nos homologues dans le cadre de la coopération
    internationale.




                     2 / Le développement d’une régulation concertée
    Parallèlement à cette enquête d’envergure,              une consultation     des principaux
    acteurs, des gestionnaires de sites sera lancée afin que soit établie une charte de
    bonnes pratiques et d’engagements sur la lutte contre les éventuels faux avis et
    l’indépendance des sites qui diffusent des avis par rapport à leurs annonceurs
    publicitaires.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                             Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



              Les      pratiques     commerciales
              déloyales dans le secteur de la
              réservation d’hôtels en ligne

    Enjeux

    La réservation de voyages en ligne constitue aujourd’hui le troisième secteur de
    consommation sur Internet. En 2009, près de 60 % des internautes français ont utilisé
    exclusivement le Web pour préparer et acheter leurs prestations de voyage.

    Quatre acteurs ont pris une place déterminante sur ce marché et ces sites connaissent
    une importante progression de leur chiffre d’affaires.

    La majeure partie des hôtels français se trouve référencée sur ces plates-formes. Il s’agit
    principalement d’établissements indépendants qui représentent 48 % du parc hôtelier
    (8 512 établissements) et 32 % du nombre de chambres offertes sur le territoire français.

    Certaines plates-formes internationales de réservation en ligne ont adopté des
    pratiques préjudiciables tant aux consommateurs qu’aux professionnels :


                  Des informations potentiellement trompeuses sont délivrées au
                  consommateur, en terme de classement, de notoriété ou de tarifs des
                  hôtels ;
                  Certains sites de réservation en ligne répertorient des hôtels (photos,
                  description…) sans nécessairement le signaler aux hôtels en question.
                  Certains sites utilisent ainsi les noms d’établissements hôteliers réputés, sans
                  leur accord, afin d’attirer le consommateur et de le rediriger vers d’autres
                  établissements en relations contractuelles avec eux ;
                  Au cours du processus de réservation, certains sites renvoient le
                  consommateur sans le prévenir sur d’autres sites qui leurs sont affiliés.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                          Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


    D’autres éléments laissent à penser que les relations commerciales entre les hôteliers
    français indépendants et certains sites de réservation sont déséquilibrées, au détriment
    des premiers :


                  Le site de réservation demande à l’hôtelier de payer par anticipation la
                  Commission qu’il doit lui verser après la commande ;
                  Le site de réservation contraint l’hôtelier à mettre à sa disposition
                  l’ensemble des chambres de son hôtel ;
                  Le site de réservation menace l’hôtelier de ne plus figurer au rang des
                  « hôtels préférés » sur le site afin d’obtenir des avantages
                  complémentaires.




    Mesure :

                  Poursuite de l’enquête spécifique de la DGCCRF
                  sur les pratiques commerciales déloyales dans le
                  secteur de la réservation d’hôtels en ligne

    Les pratiques mentionnées relèvent ou sont susceptibles de relever des dispositions
    interdisant les pratiques commerciales trompeuses ou des pratiques restrictives de
    concurrence pouvant être sanctionnées sur la base du déséquilibre significatif dans les
    droits et obligations des parties.

    La DGCCRF a lancé une enquête en décembre dernier à la demande de Frédéric
    LEFEBVRE auprès des hôteliers et des sites de réservation afin de relever ces pratiques
    et, le cas échéant, les sanctionner.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                            Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



                L’information et la protection du
                consommateur dans le domaine du
                commerce en ligne

    Enjeux

    Le commerce en ligne connaît une très forte croissance. La FEVAD, qui publiera son
    bilan de l’année 2010, le 24 janvier prochain, estime que les cyberacheteurs
    pourraient avoir dépensé près de 31 Md€ en 2010, contre 25 Md€ en 2009. S’agissant
    des ventes pour la seule période de Noël, elle estime que ces dépenses pourraient
    atteindre plus de 6 Md€ en 2010 contre 5 Md€ en 2009.

    Cette forte croissance des ventes sur Internet s’explique non seulement par la
    croissance du nombre d’internautes mais également par le fort engouement des
    français pour ce canal alternatif de distribution.

    S’il convient de saluer cette évolution des pratiques d’achat il convient également
    de favoriser un développement équilibré du e-commerce, dépourvu de pratiques
    qui seraient trompeuses pour le consommateur ou déloyales vis-à-vis du commerce
    traditionnel.

    En particulier, le renforcement de l’information et de la protection du consommateur
    dans   le   domaine    du   commerce      en ligne   est   une   demande     forte   des
    consommateurs.

    Mesures :

                    1/ Lancement d’une concertation avec les
                    professionnels pour renforcer l’information du
                    consommateur dans le domaine du commerce
                    en ligne

    Il s’agira de définir avec les acteurs du secteur les modalités permettant de renforcer
    l’information du consommateur en ligne notamment l’information précontractuelle
    et contractuelle et renforcer dans les contrats plusieurs mentions essentielles, telles,
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                               Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


    l’existence d’une garantie légale de conformité sur les biens, l’existence du droit de
    rétractation ou l’absence de ce droit.


                   2/    Renforcement de   la     protection  du
                   consommateur en cas de faillite du vendeur en
                   ligne

    Aujourd’hui, en matière de vente à distance, le transporteur peut se retourner contre
    le consommateur en cas de faillite du vendeur. Ainsi, lorsque le vendeur à distance
    a remis le bien au transporteur mais ne lui a pas payé la livraison, le transporteur peut
    se retourner contre le consommateur, quand bien même celui-ci aurait déjà payé
    les frais de livraison. Une telle situation s’est présentée lors de la liquidation judiciaire
    de la CAMIF, les transporteurs allant jusqu’à réclamer aux clients désemparés des
    frais de plusieurs centaines d’euros.

    Il s’agira ainsi de faire aboutir les initiatives prises début 2010 sur ce sujet pour mettre
    fin à cette situation injuste pour les consommateurs, puisqu’ils sont ainsi amenés à
    payer deux fois les frais de livraison, et n’ont pas les moyens de vérifier le bien-fondé
    et la bonne évaluation des frais de transports réclamés pour la seconde fois.

                   3/ Lutte contre les SPAMS

    La lutte contre le SPAM constitue un axe majeur pour garantir la protection de
    l’internaute

    Une mesure a été prise en juin 2010 pour lutter contre le spam vocal (ou « ping
    call ») qui consiste à appeler un numéro fixe ou mobile depuis un numéro surtaxé et
    à raccrocher au bout d’une ou deux sonneries, avant que l'appelé n'ait eu le temps
    de décrocher. La DGCCRF conduira d’ici au mois de février un état des lieux du
    cadre juridique applicable au traitement des données personnelles par les
    commerçants en ligne, et en particulier du caractère suffisant ou non du régime de
    sanction actuel concernant les prospections commerciales directes illégales au
    moyen de courriers électroniques.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                               Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



               La sécurité des consommateurs
               sur Internet

    Enjeux

    La sécurité du consommateur sur internet est une priorité de la DGCCRF lors de ses
    contrôles sur la toile.

    Le SNE-CSCE dans sa mission quotidienne de contrôle des sites présents sur le Web
    examine ainsi les produits et les services susceptibles de porter atteinte à la santé des
    consommateurs.

    L’action du SNE-CSCE consiste à :

                   identifier ces produits,
                   identifier les entreprises à l’origine de leur commercialisation sur la toile,
                   déterminer après analyse la composition des produits illicites pour obtenir
                   leur retrait du marché.

    Ces contrôles peuvent par exemple concerner des compléments alimentaires ou des
    produits cosmétiques (savons, crèmes amincissantes ou éclaircissantes pour la peau,
    produits de blanchiment des dents, etc.).

    Cette activité représente 22% des actions de la DGCCRF sur la toile. En 2010, le SNE-
    CSCE a instruit 163 dossiers : 51 concernaient la sécurité des jouets. 49 dossiers soit 30%
    des cas traités ont permis d’identifier des opérateurs français qui commercialisaient des
    produits dangereux par le biais de leurs sites internet.

    Cette activité fait également suite aux alertes en provenance des pays constatant sur
    leur territoire la commercialisation de produits dangereux, essentiellement des jouets et
    des produits électriques. Dans ces cas, dès que l’identification des produits est connue
    (marque, nom du distributeur et de l’importateur, origine géographique, photo) ainsi
    que les risques encourus par les consommateurs (brûlures, choc électrique, risque
    d’étouffement ; incendie, matériaux au contact dangereux etc…), le SNE-CSCSE
    réalise immédiatement des recherches sur la toile pour identifier les sites susceptibles de
    commercialiser ces produits. Elle transmet ensuite l’information à l’Unité d’Alerte de la
    DGCCRF qui sollicite les directions territoriales pour intervention dans les entreprises.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                        Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


    Mesure :



                 Renforcement des contrôles de la DGCCRF sur la
                 sécurité des produits mis en vente sur internet


    Les cyber-enquêteurs contrôleront en particulier les sites qui commercialisent des
    compléments alimentaires ou des produits mettant en avant des allégations de
    santé.   Cela peut être le cas en particulier des compléments alimentaires pour
    sportifs, en particulier ceux qui annoncent contenir des testostérones ou des
    hormones de croissance.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                              Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



              La protection des données personnelles


    Enjeux

    La loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 stipule à
    son Article 1er : « L’informatique est au service de chaque citoyen (…). Elle ne doit
    porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni
    aux libertés individuelles ou publiques. »

    Le Parlement européen dans une résolution du 20 mai 2008 a recommandé que « les
    règles de protection des données et de la vie privée soient incluses dans toute
    stratégie visant le consommateur ».

    Aujourd’hui, une part grandissante de nos achats quotidiens passe par Internet et
    nous sommes tous devenus des e-consommateurs. Les services après-vente, les
    services de communication électronique, le paiement en ligne sont de formidables
    atouts   dans   le   e-commerce     mais     pour   bénéficier   de   ces   avancées,   le
    consommateur doit communiquer de plus en plus d’informations personnelles et se
    pose dès lors la question du devenir de celles-ci.

    La CNIL est l’autorité en charge de la protection des données à caractère
    personnel. A ce titre, elle dispose d’un pouvoir de contrôle sur place et d’un pouvoir
    de sanction.

    Par ailleurs, la surveillance du commerce électronique est une priorité qui nécessite
    le contrôle de la loyauté de l’information du consommateur y compris dans
    l’utilisation de ses données personnelles.

    Ainsi, au sein du Service national d’enquête de la DGCCRF, le Centre de surveillance
    du commerce électronique (CSCE), composé d’une équipe spécialisée de cyber-
    enquêteurs, veille à la protection des consommateurs sur Internet.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                            Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


    Mesures :

                  1/ La signature d’un protocole de coopération
                  CNIL-DGCCRF, le 6 janvier 2011
    Frédéric LEFEBVRE, secrétaire d’État chargé de la Consommation, Alex TÜRK,
    Président de la CNIL et Nathalie HOMOBONO, Directrice Générale de la DGCCRF
    ont signé, le jeudi 6 janvier 2011, un protocole de coopération destiné à renforcer la
    protection des données personnelles des consommateurs.


    Concrètement, le nouveau dispositif permet l’échange d’informations entre les deux
    autorités afin de renforcer leurs actions de contrôle. Ainsi, la CNIL se verra
    communiquer les manquements à la loi « Informatique et Libertés » constatés par les
    enquêteurs du Service national d’enquête (SNE) de la DGCCRF lors de leurs
    contrôles. Sur la base de ces informations, la CNIL pourra alors utiliser de ses pouvoirs
    de contrôle et de sanction.


    Les manquements à la Loi « Informatique et Libertés » qui seront transmis à la
    CNIL concernent :

                  la collecte illicite et déloyale de données (ex : données recueillies
                  auprès de très jeunes mineurs sans le consentement des parents) ;
                  le défaut de proportionnalité dans les données collectées (ex :
                  information sur l’environnement familial sans lien avec le produit ou le
                  service acheté) ;
                  la collecte de données sensibles (ex : la collecte de l’orientation
                  sexuelle ou politique sans le consentement de l’acheteur…) ;
                  l’absence de mesures de sécurité (ex : informations laissées librement
                  accessibles sur un site par un tiers…) ;
                  l’absence d’information des personnes sur l’exploitation des données
                  personnelles (ex : formulaire de collecte de données ne comprenant
                  pas les mentions d’information obligatoires).

                  2/ Le droit à l’oubli
    Parallèlement, comme l’ont annoncé Axel Türk et Fréderic LEFEBVRE lors de la
    signature du protocole de coopération entre la CNIL et la DGCCRF, une réflexion sur
    le droit à l’oubli sera engagée.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                        Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011



              Les soldes sur Internet

    Enjeux

    Le 6 décembre dernier les Président du CREDOC et de l’IFM ont remis leur
    rapport relatif aux soldes flottants.
    Ce rapport a démontré la part croissante que représentent les soldes et les
    promotions dans les ventes réalisées sur Internet. Au total, dans le secteur de
    l’habillement, 55 % des ventes sur Internet sont des soldes et promotions,
    contre un tiers dans l’ensemble du secteur.
    Par ailleurs les manquements et dérives le plus fréquemment observés
    concernent la loyauté de l’information donnée au consommateur sur
    Internet concernent bien entendu des prix trompeurs, notamment lors des
    périodes de soldes : Certains sites internet pratiquent par exemple les mêmes
    prix pendant les soldes qu’avant les soldes, en affichant toutefois la mention
    « SOLDES » sur leurs articles vendus



    Mesure

    Mission sur l’encadrement des soldes sur Internet

    Le Secrétaire d’Etat en charge de la consommation a chargé les Présidents
    du CREDOC et de l’IFM d’une mission complémentaire sur l’impact du
    commerce électronique en matière de soldes et de promotions. Leurs
    conclusions sont prévues pour le 1er mars 2011.
    Il s’agit en particulier:
                  d’étudier les particularités du commerce électronique en termes
                  d’animation commerciale et leur impact sur les prix.
                  d’analyser également les éventuelles différences de comportement
                  commercial qui existent entre les canaux traditionnels de vente et les
                  plates-formes du commerce électronique.
Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en
ligne respectueuse du consommateur et des professionnels
                                                             Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011


                  de formuler des propositions pour lutter contre les pratiques commerciales
                  déloyales qui seraient spécifiquement liées au développement de ce
                  canal de distribution
                  de formuler des recommandations sur les aménagements susceptibles
                  d’améliorer le cadre juridique applicable au commerce électronique et
                  aux soldes et promotions sur Internet


    En tout état de cause, dès les soldes débutant en juin prochain, les cyber-enquêteurs
    intensifieront le contrôle de la loyauté des prix lors des périodes de soldes.
Contact presse
Cabinet de Frédéric LEFEBVRE
       01.53.18.40.61

Contenu connexe

En vedette

Presentation econotic
Presentation econoticPresentation econotic
Presentation econotic
CATEL
 
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
Bianchijess
 
0255 Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
0255   Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....0255   Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
0255 Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
Marianne Zipf
 
Galerie traitements adultes cas traitçs dr eric ursat
Galerie traitements adultes   cas traitçs dr eric ursatGalerie traitements adultes   cas traitçs dr eric ursat
Galerie traitements adultes cas traitçs dr eric ursat
webdentiste
 
Analyse maboutique.net 2003
Analyse maboutique.net 2003Analyse maboutique.net 2003
Analyse maboutique.net 2003
Bianchijess
 
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine VisionPrésentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
Bernard Genoud
 
8936 im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
8936   im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....8936   im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
8936 im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
Marianne Zipf
 
Analyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
Analyse du Salon d'Art Contemporain de MontrougeAnalyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
Analyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
butwhythat
 
MacroCar Talaver S.L.
MacroCar Talaver S.L. MacroCar Talaver S.L.
MacroCar Talaver S.L.
GaLorena
 
Blague 40ans Vivre Pi
Blague 40ans  Vivre PiBlague 40ans  Vivre Pi
Blague 40ans Vivre Pi
guest0d0481
 
Derechos de la mujer. r.g
Derechos de la mujer. r.gDerechos de la mujer. r.g
Derechos de la mujer. r.g
ireogarcia
 
Mettre en place un wiki avec mediawiki
Mettre en place un wiki avec mediawikiMettre en place un wiki avec mediawiki
Mettre en place un wiki avec mediawiki
Sylvain Machefert
 
French By Jack And Asad
French By Jack And AsadFrench By Jack And Asad
French By Jack And Asad
S Green
 

En vedette (18)

Presentation econotic
Presentation econoticPresentation econotic
Presentation econotic
 
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
Présentation du livre "mon enfant n'est pas un coeur de cible"
 
Ebber Cc Republica
Ebber Cc RepublicaEbber Cc Republica
Ebber Cc Republica
 
Menu noël
Menu noëlMenu noël
Menu noël
 
0255 Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
0255   Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....0255   Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
0255 Böse Mächte .... Gute Geistwesen .... Grund und Wunder der Kundgaben ....
 
Galerie traitements adultes cas traitçs dr eric ursat
Galerie traitements adultes   cas traitçs dr eric ursatGalerie traitements adultes   cas traitçs dr eric ursat
Galerie traitements adultes cas traitçs dr eric ursat
 
Analyse maboutique.net 2003
Analyse maboutique.net 2003Analyse maboutique.net 2003
Analyse maboutique.net 2003
 
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine VisionPrésentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
Présentation FUJIFILM (Switzerland) AG Machine Vision
 
8936 im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
8936   im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....8936   im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
8936 im mußzustand ist aufwärtsentwicklung gesichert .... als mensch fff ....
 
G2M
G2MG2M
G2M
 
Analyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
Analyse du Salon d'Art Contemporain de MontrougeAnalyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
Analyse du Salon d'Art Contemporain de Montrouge
 
MacroCar Talaver S.L.
MacroCar Talaver S.L. MacroCar Talaver S.L.
MacroCar Talaver S.L.
 
Blague 40ans Vivre Pi
Blague 40ans  Vivre PiBlague 40ans  Vivre Pi
Blague 40ans Vivre Pi
 
Derechos de la mujer. r.g
Derechos de la mujer. r.gDerechos de la mujer. r.g
Derechos de la mujer. r.g
 
5eme rencontre des EPI
5eme rencontre des EPI5eme rencontre des EPI
5eme rencontre des EPI
 
Mettre en place un wiki avec mediawiki
Mettre en place un wiki avec mediawikiMettre en place un wiki avec mediawiki
Mettre en place un wiki avec mediawiki
 
Optimisation son site web pour la reservation
Optimisation son site web pour la reservationOptimisation son site web pour la reservation
Optimisation son site web pour la reservation
 
French By Jack And Asad
French By Jack And AsadFrench By Jack And Asad
French By Jack And Asad
 

Similaire à Plan d'action pour le commerce en ligne

Rapport Crédoc-IFM
Rapport Crédoc-IFMRapport Crédoc-IFM
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborativeSynthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
Hospitality ON think tank
 
Présentation démarche aoc 15nov2013
Présentation démarche aoc 15nov2013Présentation démarche aoc 15nov2013
Présentation démarche aoc 15nov2013
Tourisme 64
 
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
SID-Networks
 
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
Retis be
 
Présentation du portail du e-consommateur
Présentation du portail du e-consommateurPrésentation du portail du e-consommateur
Présentation du portail du e-consommateur
Made In Morocco
 
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
Silicon Village
 
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la Distribution
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la  DistributionLes stratégies marketing cross canal dans le secteur de la  Distribution
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la Distribution
Chérifa AFIRI
 
Comment aborder le e-commerce
Comment aborder le e-commerceComment aborder le e-commerce
Comment aborder le e-commerce
WSI France
 
La communication Web pour les TPE
La communication Web pour les TPELa communication Web pour les TPE
La communication Web pour les TPE
evolucomm
 
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
Laurent_Hanout
 
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentairesSocial commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Le Rossignol Alexis
 
Conférence Interselection E Commerce V Finale
Conférence Interselection E Commerce V FinaleConférence Interselection E Commerce V Finale
Conférence Interselection E Commerce V Finale
OD Conseil
 
La promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketingLa promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketing
Fatima GAAS
 
Législation e-commerce maroc
Législation e-commerce marocLégislation e-commerce maroc
Législation e-commerce maroc
Younes Pihat
 
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Nurun
 
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
Sandrine Peyre-Brosson
 
Livre blanc ecommerce
Livre blanc ecommerceLivre blanc ecommerce
Livre blanc ecommerce
Yann KERVAREC
 
Store Locator, le livre blanc
Store Locator, le livre blancStore Locator, le livre blanc
Store Locator, le livre blanc
Nicolas Prigent
 
La commercialisation en ligne
La commercialisation en ligneLa commercialisation en ligne
La commercialisation en ligne
Emilie64
 

Similaire à Plan d'action pour le commerce en ligne (20)

Rapport Crédoc-IFM
Rapport Crédoc-IFMRapport Crédoc-IFM
Rapport Crédoc-IFM
 
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborativeSynthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
Synthese du_rapport_sur_leconomie_collaborative
 
Présentation démarche aoc 15nov2013
Présentation démarche aoc 15nov2013Présentation démarche aoc 15nov2013
Présentation démarche aoc 15nov2013
 
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
Demarrer et developper une activite e commerce 2014 (support d'atelier)
 
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
Un marché de l’e-commerce loyal en Europe: Pistes de mesures pour réduire les...
 
Présentation du portail du e-consommateur
Présentation du portail du e-consommateurPrésentation du portail du e-consommateur
Présentation du portail du e-consommateur
 
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
Synthèse de l'atelier e-commerce des Assises du Commerce de l'Outre mer à la ...
 
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la Distribution
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la  DistributionLes stratégies marketing cross canal dans le secteur de la  Distribution
Les stratégies marketing cross canal dans le secteur de la Distribution
 
Comment aborder le e-commerce
Comment aborder le e-commerceComment aborder le e-commerce
Comment aborder le e-commerce
 
La communication Web pour les TPE
La communication Web pour les TPELa communication Web pour les TPE
La communication Web pour les TPE
 
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
E Commerce &Chef De Produit Textile Interselection2010
 
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentairesSocial commerce et systèmes d'avis et commentaires
Social commerce et systèmes d'avis et commentaires
 
Conférence Interselection E Commerce V Finale
Conférence Interselection E Commerce V FinaleConférence Interselection E Commerce V Finale
Conférence Interselection E Commerce V Finale
 
La promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketingLa promotion d 'un site par le webmarketing
La promotion d 'un site par le webmarketing
 
Législation e-commerce maroc
Législation e-commerce marocLégislation e-commerce maroc
Législation e-commerce maroc
 
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
Quand la croissance du E-commerce devrait modifier les objectifs des marques…
 
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
Animation Numérique de territoire : atelier La Vente en Ligne - octobre 2013 ...
 
Livre blanc ecommerce
Livre blanc ecommerceLivre blanc ecommerce
Livre blanc ecommerce
 
Store Locator, le livre blanc
Store Locator, le livre blancStore Locator, le livre blanc
Store Locator, le livre blanc
 
La commercialisation en ligne
La commercialisation en ligneLa commercialisation en ligne
La commercialisation en ligne
 

Plus de ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie

PME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administrativesPME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administratives
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Résultats des contrôles dans le secteur de l’ameublement
Résultats des contrôles  dans le secteur de l’ameublement Résultats des contrôles  dans le secteur de l’ameublement
Résultats des contrôles dans le secteur de l’ameublement
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Médiation du crédit
Médiation du créditMédiation du crédit
Synthèse du rapport Mckinsey
Synthèse du rapport MckinseySynthèse du rapport Mckinsey
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée   La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Dossier de presse G20
Dossier de presse G20Dossier de presse G20
Le crédità la consommation
Le crédità la consommationLe crédità la consommation
Une consommation alimentaire de qualité
Une consommation alimentaire de qualitéUne consommation alimentaire de qualité
Une consommation alimentaire de qualité
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Protocole CNIL et DGCCRF
Protocole CNIL et DGCCRFProtocole CNIL et DGCCRF
credoc-2010
credoc-2010credoc-2010
Agir pour la reprise
Agir pour la repriseAgir pour la reprise
Bilan du taux réduit de tva dans la restauration
Bilan du taux réduit de tva dans la restaurationBilan du taux réduit de tva dans la restauration
Bilan du taux réduit de tva dans la restauration
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Point de situation sur le crédit à l'économie
Point de situation sur le crédit à l'économiePoint de situation sur le crédit à l'économie
Point de situation sur le crédit à l'économie
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 
Dossier de presse financement de l'économie
Dossier de presse   financement de l'économie  Dossier de presse   financement de l'économie
Dossier de presse financement de l'économie
ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie
 

Plus de ministère de l'Economie, des Finances et de l'Industrie (20)

PME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administrativesPME : 80 mesures de simplification administratives
PME : 80 mesures de simplification administratives
 
Résultats des contrôles dans le secteur de l’ameublement
Résultats des contrôles  dans le secteur de l’ameublement Résultats des contrôles  dans le secteur de l’ameublement
Résultats des contrôles dans le secteur de l’ameublement
 
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
Dossier de presse G20 - 14 et 15 avril 2011
 
Le panier des essentiels
Le panier des essentielsLe panier des essentiels
Le panier des essentiels
 
Médiation du crédit
Médiation du créditMédiation du crédit
Médiation du crédit
 
Synthèse du rapport Mckinsey
Synthèse du rapport MckinseySynthèse du rapport Mckinsey
Synthèse du rapport Mckinsey
 
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée   La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
La qualité de l’accueil en France : une ambition partagée
 
Dossier de presse G20
Dossier de presse G20Dossier de presse G20
Dossier de presse G20
 
Bilan 2010 de la DGCCRF
Bilan 2010 de la DGCCRFBilan 2010 de la DGCCRF
Bilan 2010 de la DGCCRF
 
Le crédità la consommation
Le crédità la consommationLe crédità la consommation
Le crédità la consommation
 
G20 Finance
G20 FinanceG20 Finance
G20 Finance
 
Une consommation alimentaire de qualité
Une consommation alimentaire de qualitéUne consommation alimentaire de qualité
Une consommation alimentaire de qualité
 
Protocole CNIL et DGCCRF
Protocole CNIL et DGCCRFProtocole CNIL et DGCCRF
Protocole CNIL et DGCCRF
 
credoc-2010
credoc-2010credoc-2010
credoc-2010
 
Agir pour la reprise
Agir pour la repriseAgir pour la reprise
Agir pour la reprise
 
Bilan du taux réduit de tva dans la restauration
Bilan du taux réduit de tva dans la restaurationBilan du taux réduit de tva dans la restauration
Bilan du taux réduit de tva dans la restauration
 
Point de situation sur le crédit à l'économie
Point de situation sur le crédit à l'économiePoint de situation sur le crédit à l'économie
Point de situation sur le crédit à l'économie
 
Exposition virtuelle
Exposition virtuelle Exposition virtuelle
Exposition virtuelle
 
Dossier de presse financement de l'économie
Dossier de presse   financement de l'économie  Dossier de presse   financement de l'économie
Dossier de presse financement de l'économie
 
757 dossier de presse
757   dossier de presse757   dossier de presse
757 dossier de presse
 

Dernier

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
lebaobabbleu
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
lebaobabbleu
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
lebaobabbleu
 
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Bonnard,     Pierre     et    Marthe.pptxBonnard,     Pierre     et    Marthe.pptx
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Txaruka
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Txaruka
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
DjibrilToure5
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
NadineHG
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
NadineHG
 

Dernier (8)

MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdfMÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
MÉDIATION ORALE - MON NOUVEL APPARTEMENT.pdf
 
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale  La famille de Sophie (12).pdfCompréhension orale  La famille de Sophie (12).pdf
Compréhension orale La famille de Sophie (12).pdf
 
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdfA1- Compréhension orale - présentations.pdf
A1- Compréhension orale - présentations.pdf
 
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
Bonnard,     Pierre     et    Marthe.pptxBonnard,     Pierre     et    Marthe.pptx
Bonnard, Pierre et Marthe.pptx
 
Auguste Herbin.pptx Peintre français
Auguste   Herbin.pptx Peintre   françaisAuguste   Herbin.pptx Peintre   français
Auguste Herbin.pptx Peintre français
 
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGESGUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
GUIDE POUR L’EVRAS BALISES ET APPRENTISSAGES
 
1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x1e geo metropolisation metropolisation x
1e geo metropolisation metropolisation x
 
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
1e Espaces productifs 2024.Espaces productif
 

Plan d'action pour le commerce en ligne

  • 1. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Les faux avis de consommateurs sur Internet Enjeux D’après les études de la FEVAD et celles du CREDOC, l’utilisation d’internet résulte en priorité de l’attractivité des prix proposés pour les produits et prestations offertes, mais également de la possibilité offerte aux consommateurs de consulter les avis des autres utilisateurs. La notion de partage de l’information a une incidence primordiale sur l’acte d’achat. Depuis 2008, le nombre d’avis de consommateurs sur les forums, les sites marchands et les blogs est en expansion constante. Parallèlement à cette expansion se développe la pratique des faux avis, dont il est difficile de chiffrer actuellement l’ampleur. En effet, techniquement, il est difficile d’identifier l’auteur d’un avis, et géographiquement, les auteurs peuvent être situés hors du territoire national et ne peuvent être directement appréhendés. Ces pratiques constituent des pratiques commerciales trompeuses pour les consommateurs mais également pour les concurrents et doivent donc être sanctionnées.
  • 2. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Mesures : 1/ Le lancement d’une enquête spécifique de la DGCCRF sur la problématique de la lutte contre les faux avis de consommateurs sur Internet Dès 2010, la DGCCRF s’est intéressée au développement de cette problématique. Au 1er trimestre 2011, le Service National d’Enquête et le Centre de Surveillance du Commerce Electronique mèneront une enquête approfondie pour : identifier les prestataires de services et de marketing susceptibles de proposer un service de publication massive de faux avis (comme le font actuellement certains prestataires américains et/ou marocains) ; vérifier auprès des gestionnaires de sites (voyagistes et des comparateurs de prix) les méthodologies de contrôle de l’impartialité des avis et d’identification des faux avis (origine, intention et finalité) ; examiner les relations contractuelles des blogs ayant une audience nationale avec leurs annonceurs ainsi que les incidences sur les conseils d’achat donnés (publicité déguisée) ; organiser une veille ciblée sur les réseaux sociaux. Les pratiques commerciales trompeuses seront sanctionnées et les activités des sites étrangers dénoncées auprès de nos homologues dans le cadre de la coopération internationale. 2 / Le développement d’une régulation concertée Parallèlement à cette enquête d’envergure, une consultation des principaux acteurs, des gestionnaires de sites sera lancée afin que soit établie une charte de bonnes pratiques et d’engagements sur la lutte contre les éventuels faux avis et l’indépendance des sites qui diffusent des avis par rapport à leurs annonceurs publicitaires.
  • 3. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Les pratiques commerciales déloyales dans le secteur de la réservation d’hôtels en ligne Enjeux La réservation de voyages en ligne constitue aujourd’hui le troisième secteur de consommation sur Internet. En 2009, près de 60 % des internautes français ont utilisé exclusivement le Web pour préparer et acheter leurs prestations de voyage. Quatre acteurs ont pris une place déterminante sur ce marché et ces sites connaissent une importante progression de leur chiffre d’affaires. La majeure partie des hôtels français se trouve référencée sur ces plates-formes. Il s’agit principalement d’établissements indépendants qui représentent 48 % du parc hôtelier (8 512 établissements) et 32 % du nombre de chambres offertes sur le territoire français. Certaines plates-formes internationales de réservation en ligne ont adopté des pratiques préjudiciables tant aux consommateurs qu’aux professionnels : Des informations potentiellement trompeuses sont délivrées au consommateur, en terme de classement, de notoriété ou de tarifs des hôtels ; Certains sites de réservation en ligne répertorient des hôtels (photos, description…) sans nécessairement le signaler aux hôtels en question. Certains sites utilisent ainsi les noms d’établissements hôteliers réputés, sans leur accord, afin d’attirer le consommateur et de le rediriger vers d’autres établissements en relations contractuelles avec eux ; Au cours du processus de réservation, certains sites renvoient le consommateur sans le prévenir sur d’autres sites qui leurs sont affiliés.
  • 4. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 D’autres éléments laissent à penser que les relations commerciales entre les hôteliers français indépendants et certains sites de réservation sont déséquilibrées, au détriment des premiers : Le site de réservation demande à l’hôtelier de payer par anticipation la Commission qu’il doit lui verser après la commande ; Le site de réservation contraint l’hôtelier à mettre à sa disposition l’ensemble des chambres de son hôtel ; Le site de réservation menace l’hôtelier de ne plus figurer au rang des « hôtels préférés » sur le site afin d’obtenir des avantages complémentaires. Mesure : Poursuite de l’enquête spécifique de la DGCCRF sur les pratiques commerciales déloyales dans le secteur de la réservation d’hôtels en ligne Les pratiques mentionnées relèvent ou sont susceptibles de relever des dispositions interdisant les pratiques commerciales trompeuses ou des pratiques restrictives de concurrence pouvant être sanctionnées sur la base du déséquilibre significatif dans les droits et obligations des parties. La DGCCRF a lancé une enquête en décembre dernier à la demande de Frédéric LEFEBVRE auprès des hôteliers et des sites de réservation afin de relever ces pratiques et, le cas échéant, les sanctionner.
  • 5. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 L’information et la protection du consommateur dans le domaine du commerce en ligne Enjeux Le commerce en ligne connaît une très forte croissance. La FEVAD, qui publiera son bilan de l’année 2010, le 24 janvier prochain, estime que les cyberacheteurs pourraient avoir dépensé près de 31 Md€ en 2010, contre 25 Md€ en 2009. S’agissant des ventes pour la seule période de Noël, elle estime que ces dépenses pourraient atteindre plus de 6 Md€ en 2010 contre 5 Md€ en 2009. Cette forte croissance des ventes sur Internet s’explique non seulement par la croissance du nombre d’internautes mais également par le fort engouement des français pour ce canal alternatif de distribution. S’il convient de saluer cette évolution des pratiques d’achat il convient également de favoriser un développement équilibré du e-commerce, dépourvu de pratiques qui seraient trompeuses pour le consommateur ou déloyales vis-à-vis du commerce traditionnel. En particulier, le renforcement de l’information et de la protection du consommateur dans le domaine du commerce en ligne est une demande forte des consommateurs. Mesures : 1/ Lancement d’une concertation avec les professionnels pour renforcer l’information du consommateur dans le domaine du commerce en ligne Il s’agira de définir avec les acteurs du secteur les modalités permettant de renforcer l’information du consommateur en ligne notamment l’information précontractuelle et contractuelle et renforcer dans les contrats plusieurs mentions essentielles, telles,
  • 6. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 l’existence d’une garantie légale de conformité sur les biens, l’existence du droit de rétractation ou l’absence de ce droit. 2/ Renforcement de la protection du consommateur en cas de faillite du vendeur en ligne Aujourd’hui, en matière de vente à distance, le transporteur peut se retourner contre le consommateur en cas de faillite du vendeur. Ainsi, lorsque le vendeur à distance a remis le bien au transporteur mais ne lui a pas payé la livraison, le transporteur peut se retourner contre le consommateur, quand bien même celui-ci aurait déjà payé les frais de livraison. Une telle situation s’est présentée lors de la liquidation judiciaire de la CAMIF, les transporteurs allant jusqu’à réclamer aux clients désemparés des frais de plusieurs centaines d’euros. Il s’agira ainsi de faire aboutir les initiatives prises début 2010 sur ce sujet pour mettre fin à cette situation injuste pour les consommateurs, puisqu’ils sont ainsi amenés à payer deux fois les frais de livraison, et n’ont pas les moyens de vérifier le bien-fondé et la bonne évaluation des frais de transports réclamés pour la seconde fois. 3/ Lutte contre les SPAMS La lutte contre le SPAM constitue un axe majeur pour garantir la protection de l’internaute Une mesure a été prise en juin 2010 pour lutter contre le spam vocal (ou « ping call ») qui consiste à appeler un numéro fixe ou mobile depuis un numéro surtaxé et à raccrocher au bout d’une ou deux sonneries, avant que l'appelé n'ait eu le temps de décrocher. La DGCCRF conduira d’ici au mois de février un état des lieux du cadre juridique applicable au traitement des données personnelles par les commerçants en ligne, et en particulier du caractère suffisant ou non du régime de sanction actuel concernant les prospections commerciales directes illégales au moyen de courriers électroniques.
  • 7. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 La sécurité des consommateurs sur Internet Enjeux La sécurité du consommateur sur internet est une priorité de la DGCCRF lors de ses contrôles sur la toile. Le SNE-CSCE dans sa mission quotidienne de contrôle des sites présents sur le Web examine ainsi les produits et les services susceptibles de porter atteinte à la santé des consommateurs. L’action du SNE-CSCE consiste à : identifier ces produits, identifier les entreprises à l’origine de leur commercialisation sur la toile, déterminer après analyse la composition des produits illicites pour obtenir leur retrait du marché. Ces contrôles peuvent par exemple concerner des compléments alimentaires ou des produits cosmétiques (savons, crèmes amincissantes ou éclaircissantes pour la peau, produits de blanchiment des dents, etc.). Cette activité représente 22% des actions de la DGCCRF sur la toile. En 2010, le SNE- CSCE a instruit 163 dossiers : 51 concernaient la sécurité des jouets. 49 dossiers soit 30% des cas traités ont permis d’identifier des opérateurs français qui commercialisaient des produits dangereux par le biais de leurs sites internet. Cette activité fait également suite aux alertes en provenance des pays constatant sur leur territoire la commercialisation de produits dangereux, essentiellement des jouets et des produits électriques. Dans ces cas, dès que l’identification des produits est connue (marque, nom du distributeur et de l’importateur, origine géographique, photo) ainsi que les risques encourus par les consommateurs (brûlures, choc électrique, risque d’étouffement ; incendie, matériaux au contact dangereux etc…), le SNE-CSCSE réalise immédiatement des recherches sur la toile pour identifier les sites susceptibles de commercialiser ces produits. Elle transmet ensuite l’information à l’Unité d’Alerte de la DGCCRF qui sollicite les directions territoriales pour intervention dans les entreprises.
  • 8. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Mesure : Renforcement des contrôles de la DGCCRF sur la sécurité des produits mis en vente sur internet Les cyber-enquêteurs contrôleront en particulier les sites qui commercialisent des compléments alimentaires ou des produits mettant en avant des allégations de santé. Cela peut être le cas en particulier des compléments alimentaires pour sportifs, en particulier ceux qui annoncent contenir des testostérones ou des hormones de croissance.
  • 9. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 La protection des données personnelles Enjeux La loi relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés du 6 janvier 1978 stipule à son Article 1er : « L’informatique est au service de chaque citoyen (…). Elle ne doit porter atteinte ni à l’identité humaine, ni aux droits de l’homme, ni à la vie privée, ni aux libertés individuelles ou publiques. » Le Parlement européen dans une résolution du 20 mai 2008 a recommandé que « les règles de protection des données et de la vie privée soient incluses dans toute stratégie visant le consommateur ». Aujourd’hui, une part grandissante de nos achats quotidiens passe par Internet et nous sommes tous devenus des e-consommateurs. Les services après-vente, les services de communication électronique, le paiement en ligne sont de formidables atouts dans le e-commerce mais pour bénéficier de ces avancées, le consommateur doit communiquer de plus en plus d’informations personnelles et se pose dès lors la question du devenir de celles-ci. La CNIL est l’autorité en charge de la protection des données à caractère personnel. A ce titre, elle dispose d’un pouvoir de contrôle sur place et d’un pouvoir de sanction. Par ailleurs, la surveillance du commerce électronique est une priorité qui nécessite le contrôle de la loyauté de l’information du consommateur y compris dans l’utilisation de ses données personnelles. Ainsi, au sein du Service national d’enquête de la DGCCRF, le Centre de surveillance du commerce électronique (CSCE), composé d’une équipe spécialisée de cyber- enquêteurs, veille à la protection des consommateurs sur Internet.
  • 10. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Mesures : 1/ La signature d’un protocole de coopération CNIL-DGCCRF, le 6 janvier 2011 Frédéric LEFEBVRE, secrétaire d’État chargé de la Consommation, Alex TÜRK, Président de la CNIL et Nathalie HOMOBONO, Directrice Générale de la DGCCRF ont signé, le jeudi 6 janvier 2011, un protocole de coopération destiné à renforcer la protection des données personnelles des consommateurs. Concrètement, le nouveau dispositif permet l’échange d’informations entre les deux autorités afin de renforcer leurs actions de contrôle. Ainsi, la CNIL se verra communiquer les manquements à la loi « Informatique et Libertés » constatés par les enquêteurs du Service national d’enquête (SNE) de la DGCCRF lors de leurs contrôles. Sur la base de ces informations, la CNIL pourra alors utiliser de ses pouvoirs de contrôle et de sanction. Les manquements à la Loi « Informatique et Libertés » qui seront transmis à la CNIL concernent : la collecte illicite et déloyale de données (ex : données recueillies auprès de très jeunes mineurs sans le consentement des parents) ; le défaut de proportionnalité dans les données collectées (ex : information sur l’environnement familial sans lien avec le produit ou le service acheté) ; la collecte de données sensibles (ex : la collecte de l’orientation sexuelle ou politique sans le consentement de l’acheteur…) ; l’absence de mesures de sécurité (ex : informations laissées librement accessibles sur un site par un tiers…) ; l’absence d’information des personnes sur l’exploitation des données personnelles (ex : formulaire de collecte de données ne comprenant pas les mentions d’information obligatoires). 2/ Le droit à l’oubli Parallèlement, comme l’ont annoncé Axel Türk et Fréderic LEFEBVRE lors de la signature du protocole de coopération entre la CNIL et la DGCCRF, une réflexion sur le droit à l’oubli sera engagée.
  • 11. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 Les soldes sur Internet Enjeux Le 6 décembre dernier les Président du CREDOC et de l’IFM ont remis leur rapport relatif aux soldes flottants. Ce rapport a démontré la part croissante que représentent les soldes et les promotions dans les ventes réalisées sur Internet. Au total, dans le secteur de l’habillement, 55 % des ventes sur Internet sont des soldes et promotions, contre un tiers dans l’ensemble du secteur. Par ailleurs les manquements et dérives le plus fréquemment observés concernent la loyauté de l’information donnée au consommateur sur Internet concernent bien entendu des prix trompeurs, notamment lors des périodes de soldes : Certains sites internet pratiquent par exemple les mêmes prix pendant les soldes qu’avant les soldes, en affichant toutefois la mention « SOLDES » sur leurs articles vendus Mesure Mission sur l’encadrement des soldes sur Internet Le Secrétaire d’Etat en charge de la consommation a chargé les Présidents du CREDOC et de l’IFM d’une mission complémentaire sur l’impact du commerce électronique en matière de soldes et de promotions. Leurs conclusions sont prévues pour le 1er mars 2011. Il s’agit en particulier: d’étudier les particularités du commerce électronique en termes d’animation commerciale et leur impact sur les prix. d’analyser également les éventuelles différences de comportement commercial qui existent entre les canaux traditionnels de vente et les plates-formes du commerce électronique.
  • 12. Plan d'action pour une croissance équilibrée du commerce en ligne respectueuse du consommateur et des professionnels Frédéric LEFEBVRE > 21 janvier 2011 de formuler des propositions pour lutter contre les pratiques commerciales déloyales qui seraient spécifiquement liées au développement de ce canal de distribution de formuler des recommandations sur les aménagements susceptibles d’améliorer le cadre juridique applicable au commerce électronique et aux soldes et promotions sur Internet En tout état de cause, dès les soldes débutant en juin prochain, les cyber-enquêteurs intensifieront le contrôle de la loyauté des prix lors des périodes de soldes.
  • 13. Contact presse Cabinet de Frédéric LEFEBVRE 01.53.18.40.61