SlideShare une entreprise Scribd logo
1  sur  15
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 1 © VITO
LE PHENOTYPE MUTATEUR DES
RALSTONIA/ALCALIGENES METALLOTOLERANTES
Said TALBI(2,1), Yves MARKOWICZ (3), Safieh TAGHAVI (1), Hassan BRIM (2,1), Dirk
SPRINGAEL(1), Daniel van der LELIE (1),
Ariane TOUSSAINT (3,2), Max MERGEAY(1,2)
(1)Milieutechnologie, VITO (Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek) Mol, Belgique
(2)Laboratoire de Génétique des Procaryotes,ULB, Rhode-St-Genèse, Belgique
(3) Laboratoire de Génétique Microbienne, Université Joseph Fourier, Grenoble, France
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 2 © VITO
Dans divers sols ou sédiments de biotopes industriels ou miniers (Congo, Belgique, Allemagne) fortement
contaminés par les métaux lourds, l’on peut trouver des bactéries porteuses des gènes czc, cnr ou ncc (résistances
multiples aux métaux lourds) localisés sur de grands plasmides (180 à 300kb): une trentaine de ces souches ont
été récemment assignées au moyen de techniques moléculaires au genre Ralstonia où elles forment un
groupement susceptible de devenir sous peu une espèce distincte (Fig1). En attendant, elles portent la
dénomination provisoire de “Ralstonia eutropha-oïde”.15 de ces souches sur 25 testées (Table1) à cet effet
présentent un phénotype mutateur qui a surtout été étudié sur la souche CH34 et se révèle en particulier
lorsque la souche est cultivée à 37°C (soit un degré avant d’observer une létalité complète). A cette température,
seules 10-4
à 10-5.
bactéries survivent. De 20 à 80% de ces survivants portent des mutations reconnaissables: les
loci concernés (cartographiés pour la plupart) comprennent les gènes responsables de la synthèse de certains
acides aminés (principalement la lysine : ce phénotype s’accompagne d’ailleurs d’une thermorésistance accrue et
assez stable), de l’autotrophie, de l’utilisation de diverses sources de carbone et d’azote. Les mutants multiples
ne sont pas rares. Une classe importante des mutations observées s’exprime par de profonds réarrangements
des plasmides de résistance aux métaux lourds et fait intervenir des éléments transposables.
Au vu de l’effet de la température et dans le but de préciser la base génétique et moléculaire du phénomène,
nous avons cherché à savoir
1°) si DnaK/Hsp70,l’effecteur majeur de la réponse au choc thermique, joue un rôle.
2°) si le phénotype mutateur ne correspond qu’à un phénomène inductible à 37°C (notamment dans des
cultures en milieu liquide) ou s’il a une portée plus générale.
INTRODUCTION
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 3 © VITO
∀β-protéobactéries ; quelques nouvelles espèces à classifier.
• Phytopathogènes : R. solanacearum (ex-Pseudomonas, ex-Burkholderia) IVc.
• Chimiolithotrophes facultatif : H2+CO2 : R. eutropha (ex-Alcaligenes eutrophus) I et
II, HCOO-
R. eutropha (ex-P. oxalaticus) I et II.
• Souches des biotopes pollués par les métaux lourds (naturellement ou par acivité
anthrpogénique), I et IVa.
• Souches résistantes aux métaux lourds de la Nouvelle Calédonie (biotopes riches en
nickel), III.
• Souches cataboliques qui dégradent le PCB, 2,4-D (ex-A. eutrophus) II et III.
• Isolats cliniques : R. pikettii, IVb.
Le genre Ralstonia
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 4 © VITO
• Métabolisme chimiolithotrophe.
• Présence de deux mégaplasmides pMOL28 et pMOL30 qui conférent les
résistances aux métaux lourds.
• Capacité d’accepter et d’exprimer les gènes hétérologues.
• Phénomène décrit comme TSP : Thermospontagenèse
Ralstonia eutropha CH34
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 5 © VITO
•Mutagenèse et Mortalité Induite à la Température : TIMM
• Mortalité élevée à 37°C, 10-5
à 10-4
de survivants.
• Tsp est observé à 37 °C sur milieu riche seulement ou sur milieu
minimum additioné de méthionine.
• 10 à 80% des survivants sont des mutants :
• Auxotrophies, source d’energie, gènes cataboliques...
• Réarrangements plasmidiens : délétions, pertes, génération
de pMOL50-like accompagné de la sensibilité aux métaux
lourds.
• Les élements IS sont impliqués dans la Tsp(IS1086).
• Tsp est régulé par un locus chromosomique.
• D’autres stress comme la congélation et la coexistence des réplicons
incompatibles induisent des mutations de type Tsp.
Phénotype Tsp
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 6 © VITO
Distribution du phénotype Tsp parmi les souches
Ralstonia métallorésistantes
Souche Génotypes de résistance aux métaux lourds Origine Phénotypes des mutants obtenus
CH34 czc, cnr usine de zinc; Liège; Belgique. Ace-
, Amm-
, Aut-
, Czc-
, Dca-
,Gld-
, Lct-
, Lys-
,
Met-
, Nar-
, Pro-
, Ser-
, Thr-
,Tyu-
AB2 czc tailing d'une usine métallurgique;
Kipushi; Congo.
Czc-
, Ilva-
, Lac-
, Nar-
, Pro-
, Val-
AS39 czc, cnr " Likasi-sud; Congo. Aut-
, Czc-
, Nar-
, Pro-
, Thr-
, Tyu-
AS167 czc, cnr " " Arg-
, Aut-
, Czc-
, Lac-
AS168 czc, cnr " " Lct-
, Lys-
, Met-
Sh2-1 czc " " Aut-
, Czc-
, Lys-
KT01 czc, cnr station d'épuration; Göttingen; Allemagne. Aut-
, Czc-
, Lys-
KT02 ncc " Czc-
, Lys-
KT21 czc " Aut-
, Pro-
, Tyu-
31A ncc bassin de galvanisation; Holzminden;
Allemagne.
Lys-
, Pro-
,Thr-
SV661 czc, cnr usine de métallurgie; Beerse; Belgique. Aut-
, Czc-
, Lys-
, Nar-
ER122 czc usine de métallurgie; Overpelt; Belgique. Czc-
, Ilva-
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 7 © VITO
Arbre phylogénétique ARDRA
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 8 © VITO
I. Le gène dnaK de la souche CH34 («R.eutropha»/Alcaligenes ») et le
phénotype mutateur
Le gène dnaK a été cloné et séquencé ce qui nous a permis d’isoler un mutant qui
n’exprime plus ce gène. A 33°C, la croissance de ce mutant dnaK est ralentie mais
son compte viable n’est pas affecté ; le mutant ne pousse absolument plus à 35°C
(Table 2). A 34°C, on observe la même mortalité qu’à 37°C pour le sauvage et avec
un haut pourcentage de mutants parmi les survivants. Les phénotypes observés sont
cependant différents : on n’observe pas de lys mais des auxotrophes pour le
phosphate ou la sérine, types de mutants qui n’avaient jamais été observés jusqu’à
présent. Mais aussi bien à 34°C chez le dnaK qu’à 37°C chez le sauvage on observe
une fenêtre d’un degré avant la létalité complète, qui permet la sélection de mutants.
Il semble aussi que la mutation dnaK n’affecte pas vraiment l’efficacité du phénotype
mutateur ni même son fonctionnement.
Mutagenèse du gène dnaK
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 9 © VITO
Chinese hamster
C. elegans
D.melanogaster
Pavlova lutherii
Cryptomonas phi
Ondotella sinensis
Thermus aquaticus
Halobacterium cutirubrum
Halobacterium marismortui
Agrobacterium tumefaciens
Rhizobium meliloti
Caulobacter crescentus
Burkholderia cepacia
E. coli
Salmonella typhimurium
Hemophilus ducreyi
Hemophilus influenzae
Francisella tularensis
Chlamydia trachomatis
Borrelia burgdorferi
Bacillus megaterium
Bacillus subtilis
Lactococcus lactis
Staphylococcus aureus
Clostridium perfringens
Methanosarcina mazei
Mycobacterium tuberculosis
Mycobacterium leprae
Streptomyces coelicolor
Clostridim acetobutylicum
Hydra magnipapillata
A. eutrophus CH34
Eucaryotes,
animaux et
végétaux
Protéobactéries
Bactéries à Gram+
Ratus norvegicus
Phylogénié basée sur la séquence de DnaK/HSP70
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 10 © VITO
U : amorce sens de pPw78
R : amorce antisens de pPw78
plac
Tet
oriColE1
oriT
oriF
pPw78:: dnak
TGA
2016
dnak23
dnak23
pPw78dnak
pPw78
R
reverse
reverse
1200 bp
ATG
1
Gène dnaK chromosomique
dnak22
Plasmide suicide pPW78 contenant un
fragment du gène dnaK de 1227 bp.
Recombinaison homologue et
intégration dans le chromosome
R U
~
=
Tet
ATG
dnak18
promoteur
Chromosome Chromosome
U
universel
2016
Stratégie de mutagenèse
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 11 © VITO
souche génotype 25°C 30°C 33°C 34°C 35°C 37°C 38°C
CH34 sauvage 1 1 1 1 1 10 à 10
-4 -5
0
AE2525 dnaK10
(a)
1 1 1 5 x 10
-5
0
(d)
0 0
(c)(b)
a) le mutant dnaK10 a été obtenu par recombinaison homologue avec un plasmide TetR
contenant un
fragment du gène dnaK de R. eutropha-like CH34. Les comptes viables d'AE2525 se font en
présence de
tétracycline. La fréquence de survie 1 correspond à un compte viable de 5 x 108
; 0 = une
fréquence
inférieure ou égale à 2 x 10-11
)
(b) Croissance ralentie
(c) Parmi 150 survivants à 34°C testés pour la présence de mutations : les phénotypes suivants
ont été
retrouvés : 7 Aut-
, 9 Pho-
(auxotrophes pour le phosphate), 1 Aut-
Pho-
, 1 Ser‑
et 1 Pro-
(d) Après 5 jours d'incubation, quelques colonies apparaissent (suppresseurs ?).
Réponse à la température du mutant dnaK-
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 12 © VITO
Les résultats rapportés (comptes viables et production de mutants dans 80 cultures (40 cultivées à
29° et 40 cultivées à 37°C) suggère que maintes mutations préexistent à 29°C et que le phénotype
mutateur existe aussi à cette température. Mais apparemment seule l’exposition prolongée à 37°C
permet de sélectionner certains phénotypes thermorésistants comme celui qui accompagne
l’auxotrophie pour la lysine mais l’événement, qui cause cette mutation, semble pouvoir être
généré aux deux températures.
Par ailleurs, ces mutants lys-
dont le compte viable sur boîtes est à peine affecté à 37°C affecté à
continuent de muter à 37°C : ceci est observé aussi bien milieu liquide que sur boîtes :on peut
donc apparemment séparer l’effet de mortalité de la mutagenèse et donc maintenir celle-ci à un
niveau extrêmement élevé par rapport au compte viable. Cette observation pourrait trouver une
application dans la mutagenèse dirigée (extension du spectre de dégradation de certaines familles
de substrats récalcitrants).
Approches du phénotype mutateur en cultures liquides
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 13 © VITO
T° Temps de
culture
avant
étalement
T° incubation
des comptes
viables
Pourcentage de
mutants dans les
répliques
Phénotypes
29° 22h
(a)
37° 34 %
(17 / 50)
8 Aut
-
, 3 Lys
-
, 4 Thr
-
, 1 Cnr
-
,
1 Aut
-
Czc
-
37° 22h
(b)
37° 60 %
(30/ 50)
21 Aut
-
, 6 Lys
-
, 2 Thr
-
,
1 Lys
-
Czc
-
Cnr
-
29° 22 h
(a)
29° 5%
(10 / 200)
2 Czc
-
, 8 Aut
-
29° 260 h
(c)
29° 5,6 %
(9 /160)
1 Czc
-
, 8 Aut
-
37° 22 h
(b)
29° 3 %
(12 / 400)
2 Czc
-
, 5 Aut
-
, 3 Lys
-
, 1 Thr
-
, 1 Cnr
--
37° 260 h
(d)
29° 71 %
(280/394)
155 Czc
-
, 43 Aut
-
, 25 Lys
-
, 7 Thr
-
,
1 Aut
-
Cnr
-
, 31 Aut
-
Czc
-
,
9 Aut
-
Czc
-
Cnr
-
,
9 Lys
-
Czc
-
Cnr
-
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 14 © VITO
Une préculture en milieu minimal en fin de phase log. a été inoculée dans à 400mL de
milieu LB (5.105
cell/mL) divisés en 80fractions de 5 mL incubées dans des tubes à essai: 40
à 29°C et 40 à 37°C. A la fin des temps indiqués, les cultures sont titrées aux deux
températures et les comptes viables sont testés par répliques pour la présence de mutants.
Les résultats des répliques présentés ici concernent une seule culture caractéristique ou
significative.
a)&c) Les cultures à 29°C ont un titre moyen de 2.109
ufc/mL; leurs comptes viables ont une
survie moyenne de 4.3.10-4
(a) et 3,4.10-5
(c).
b)les cultures à 37°C sont quasi limpides ; titre moyen à 29°:1,1.103
, à 37°: 13 ufc/mL.
c) sur les 40 cultures à 29°C, seules 9 fournissent quelques mutants pour l’effectif testé (100
colonies): l’exemple montré indique la limite supérieure
d)sur les 40 cultures à 37°C, 5 ne contenaient que des prototrophes (en fait des mutants
thermorésistants), 1 que des Lys-
, 1 que des Aut-
, 11 étaient entierement mutantes avec une
fraction de mutants doubles et multiples, 22 contenaient un mélange de mutants et de
prototrophes.
Cultures en milieu liquide et production de mutants
DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 15 © VITO
Ces observations induisent de nombreuses questions parmi lesquelles :
- la température n’a-t-elle qu’un effet de sélection de certains phénotypes ou doit-on
considérer qu’elle puisse aussi induire certains événements (remarquons à cet égard, que
d’autres stress (comme la coexistence forcée entre deux réplicons incompatibles)
génèrent dans la souche CH34 de hautes fréquences de mutants producteurs de mélanine
(tyu-
) ) ?
- le phénotype mutateur (qui apparaît ici comme un caractère taxinomique) est-il
vraiment lié à la survie dans des biotopes hostiles ? ; et dans ce cas, est-il une illustration
d’un système vivant où une réparation de type SOS serait «surexprimée » pour garantir
l’adaptation évolutive dans un environnement hostile à défaut d’une survie adéquate ?
- les mutations qui sont générées par ce phénotype mutateur offrent-elles un avantage
quelconque à la bactérie ? Peut-on utiliser ce phénotype pour une sélection de
type «positif» ?
- comment sont générées les mutations multiples comme celles que l’on observe dans les
remaniements plasmidiens ?
CONCLUSION

Contenu connexe

Tendances

Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système ImmunitaireMehdi Razzok
 
Zarski jp cyto,av,im 2014
Zarski jp  cyto,av,im 2014Zarski jp  cyto,av,im 2014
Zarski jp cyto,av,im 2014odeckmyn
 
Pawlotsky cycle
Pawlotsky  cyclePawlotsky  cycle
Pawlotsky cycleodeckmyn
 
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...Institut Pasteur de Madagascar
 
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux Quinoléiques
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux QuinoléiquesMécanismes de Résistance de Plasmodium aux Quinoléiques
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux QuinoléiquesInstitut Pasteur de Madagascar
 
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)Institut Pasteur de Madagascar
 
Zarski diu hépatites virales janvier 2015 jpz
Zarski  diu hépatites virales janvier 2015 jpzZarski  diu hépatites virales janvier 2015 jpz
Zarski diu hépatites virales janvier 2015 jpzodeckmyn
 
Hépatite C Virus et marqueurs.pdf
Hépatite C  Virus et marqueurs.pdfHépatite C  Virus et marqueurs.pdf
Hépatite C Virus et marqueurs.pdfodeckmyn
 

Tendances (20)

Système Immunitaire
Système ImmunitaireSystème Immunitaire
Système Immunitaire
 
Zarski jp cyto,av,im 2014
Zarski jp  cyto,av,im 2014Zarski jp  cyto,av,im 2014
Zarski jp cyto,av,im 2014
 
Pawlotsky cycle
Pawlotsky  cyclePawlotsky  cycle
Pawlotsky cycle
 
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...
Médicaments antipaludiques quinoléiques et les marqueurs génétiques de résist...
 
Toll like receptor (TLR)
Toll like receptor (TLR)Toll like receptor (TLR)
Toll like receptor (TLR)
 
Cours les cytokines médecine 2016 quizz
Cours les cytokines médecine 2016 quizzCours les cytokines médecine 2016 quizz
Cours les cytokines médecine 2016 quizz
 
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux Quinoléiques
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux QuinoléiquesMécanismes de Résistance de Plasmodium aux Quinoléiques
Mécanismes de Résistance de Plasmodium aux Quinoléiques
 
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)
Résistance de Plasmodium falciparum aux aminoalcools (quinine et méfloquine)
 
Zarski diu hépatites virales janvier 2015 jpz
Zarski  diu hépatites virales janvier 2015 jpzZarski  diu hépatites virales janvier 2015 jpz
Zarski diu hépatites virales janvier 2015 jpz
 
Cours complement medecine 2015
Cours complement medecine 2015 Cours complement medecine 2015
Cours complement medecine 2015
 
Les mécanismes de la réponse immunitaire innée
Les mécanismes de la réponse immunitaire innéeLes mécanismes de la réponse immunitaire innée
Les mécanismes de la réponse immunitaire innée
 
Presentation mémoires 2012
Presentation mémoires 2012Presentation mémoires 2012
Presentation mémoires 2012
 
Cours complement pharmacie 2016
Cours complement pharmacie 2016Cours complement pharmacie 2016
Cours complement pharmacie 2016
 
Développement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicamentsDéveloppement nouveaux médicaments
Développement nouveaux médicaments
 
Cours complement medecine dentaire universite oran 2015
Cours complement medecine dentaire universite oran 2015 Cours complement medecine dentaire universite oran 2015
Cours complement medecine dentaire universite oran 2015
 
Hépatite C Virus et marqueurs.pdf
Hépatite C  Virus et marqueurs.pdfHépatite C  Virus et marqueurs.pdf
Hépatite C Virus et marqueurs.pdf
 
Lecture 4 Cytokines
Lecture 4 CytokinesLecture 4 Cytokines
Lecture 4 Cytokines
 
Lecture 2 The Complement System
Lecture 2 The Complement SystemLecture 2 The Complement System
Lecture 2 The Complement System
 
Clonage
ClonageClonage
Clonage
 
Immunologie
ImmunologieImmunologie
Immunologie
 

Similaire à Said Talbi Poster VITO

Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...pmasson02
 
ConfEvolutionPrecoceGouy
ConfEvolutionPrecoceGouyConfEvolutionPrecoceGouy
ConfEvolutionPrecoceGouyvguili
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueAhmed Dellaa
 
radiobiologie & radiopathologie.pdf
radiobiologie & radiopathologie.pdfradiobiologie & radiopathologie.pdf
radiobiologie & radiopathologie.pdffirst last
 
PréSentation De ThèSe Du 5 Mars
PréSentation De ThèSe Du 5 MarsPréSentation De ThèSe Du 5 Mars
PréSentation De ThèSe Du 5 Marsjulien_perron
 
ConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretvguili
 
point-presse.ppt
point-presse.pptpoint-presse.ppt
point-presse.pptBetman3
 
Oncogene & oncogenese
Oncogene & oncogeneseOncogene & oncogenese
Oncogene & oncogenesehind henzazi
 
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde Lilya BOUCELHA
 
corona virus.pdf
corona virus.pdfcorona virus.pdf
corona virus.pdfSandRab52
 
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009Elsa von Licy
 
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif Bouhe Ahmed Salem
 
Lerat Du Hepatites Virales
Lerat Du Hepatites ViralesLerat Du Hepatites Virales
Lerat Du Hepatites Viralesodeckmyn
 
cours-biologie-moleculaire-neh.pdf
cours-biologie-moleculaire-neh.pdfcours-biologie-moleculaire-neh.pdf
cours-biologie-moleculaire-neh.pdfFatimaZohra85
 

Similaire à Said Talbi Poster VITO (20)

Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
Appréciation moléculaire du risque lié à la présence d’E. coli O26:H11 dans l...
 
ConfEvolutionPrecoceGouy
ConfEvolutionPrecoceGouyConfEvolutionPrecoceGouy
ConfEvolutionPrecoceGouy
 
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotiqueLes études moléculaires de la cascade apoptotique
Les études moléculaires de la cascade apoptotique
 
Polycopie_Aouf.pdf
Polycopie_Aouf.pdfPolycopie_Aouf.pdf
Polycopie_Aouf.pdf
 
radiobiologie & radiopathologie.pdf
radiobiologie & radiopathologie.pdfradiobiologie & radiopathologie.pdf
radiobiologie & radiopathologie.pdf
 
PréSentation De ThèSe Du 5 Mars
PréSentation De ThèSe Du 5 MarsPréSentation De ThèSe Du 5 Mars
PréSentation De ThèSe Du 5 Mars
 
ConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuretConfProcessusEvolutionDuret
ConfProcessusEvolutionDuret
 
Grenoplepreanalytiquegcf
GrenoplepreanalytiquegcfGrenoplepreanalytiquegcf
Grenoplepreanalytiquegcf
 
point-presse.ppt
point-presse.pptpoint-presse.ppt
point-presse.ppt
 
Oncogene & oncogenese
Oncogene & oncogeneseOncogene & oncogenese
Oncogene & oncogenese
 
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde
Double rôle des espèces réactives d’oxygène Dr Jekyll and Mr Hyde
 
Diu Cytometriegrenoble2011
Diu Cytometriegrenoble2011Diu Cytometriegrenoble2011
Diu Cytometriegrenoble2011
 
Recob13ter
Recob13terRecob13ter
Recob13ter
 
corona virus.pdf
corona virus.pdfcorona virus.pdf
corona virus.pdf
 
Ensta209
Ensta209Ensta209
Ensta209
 
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009
M krahn organisation_genome_et_analyses_genomiques_2009
 
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif
Les superoxydes dismutases et leur rôle dans le stress oxydatif
 
Lecture 5 Phagocyte Cells Neutrophils and Macrophages for DMD Students
Lecture 5 Phagocyte Cells Neutrophils and Macrophages for DMD StudentsLecture 5 Phagocyte Cells Neutrophils and Macrophages for DMD Students
Lecture 5 Phagocyte Cells Neutrophils and Macrophages for DMD Students
 
Lerat Du Hepatites Virales
Lerat Du Hepatites ViralesLerat Du Hepatites Virales
Lerat Du Hepatites Virales
 
cours-biologie-moleculaire-neh.pdf
cours-biologie-moleculaire-neh.pdfcours-biologie-moleculaire-neh.pdf
cours-biologie-moleculaire-neh.pdf
 

Said Talbi Poster VITO

  • 1. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 1 © VITO LE PHENOTYPE MUTATEUR DES RALSTONIA/ALCALIGENES METALLOTOLERANTES Said TALBI(2,1), Yves MARKOWICZ (3), Safieh TAGHAVI (1), Hassan BRIM (2,1), Dirk SPRINGAEL(1), Daniel van der LELIE (1), Ariane TOUSSAINT (3,2), Max MERGEAY(1,2) (1)Milieutechnologie, VITO (Vlaamse Instelling voor Technologisch Onderzoek) Mol, Belgique (2)Laboratoire de Génétique des Procaryotes,ULB, Rhode-St-Genèse, Belgique (3) Laboratoire de Génétique Microbienne, Université Joseph Fourier, Grenoble, France
  • 2. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 2 © VITO Dans divers sols ou sédiments de biotopes industriels ou miniers (Congo, Belgique, Allemagne) fortement contaminés par les métaux lourds, l’on peut trouver des bactéries porteuses des gènes czc, cnr ou ncc (résistances multiples aux métaux lourds) localisés sur de grands plasmides (180 à 300kb): une trentaine de ces souches ont été récemment assignées au moyen de techniques moléculaires au genre Ralstonia où elles forment un groupement susceptible de devenir sous peu une espèce distincte (Fig1). En attendant, elles portent la dénomination provisoire de “Ralstonia eutropha-oïde”.15 de ces souches sur 25 testées (Table1) à cet effet présentent un phénotype mutateur qui a surtout été étudié sur la souche CH34 et se révèle en particulier lorsque la souche est cultivée à 37°C (soit un degré avant d’observer une létalité complète). A cette température, seules 10-4 à 10-5. bactéries survivent. De 20 à 80% de ces survivants portent des mutations reconnaissables: les loci concernés (cartographiés pour la plupart) comprennent les gènes responsables de la synthèse de certains acides aminés (principalement la lysine : ce phénotype s’accompagne d’ailleurs d’une thermorésistance accrue et assez stable), de l’autotrophie, de l’utilisation de diverses sources de carbone et d’azote. Les mutants multiples ne sont pas rares. Une classe importante des mutations observées s’exprime par de profonds réarrangements des plasmides de résistance aux métaux lourds et fait intervenir des éléments transposables. Au vu de l’effet de la température et dans le but de préciser la base génétique et moléculaire du phénomène, nous avons cherché à savoir 1°) si DnaK/Hsp70,l’effecteur majeur de la réponse au choc thermique, joue un rôle. 2°) si le phénotype mutateur ne correspond qu’à un phénomène inductible à 37°C (notamment dans des cultures en milieu liquide) ou s’il a une portée plus générale. INTRODUCTION
  • 3. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 3 © VITO ∀β-protéobactéries ; quelques nouvelles espèces à classifier. • Phytopathogènes : R. solanacearum (ex-Pseudomonas, ex-Burkholderia) IVc. • Chimiolithotrophes facultatif : H2+CO2 : R. eutropha (ex-Alcaligenes eutrophus) I et II, HCOO- R. eutropha (ex-P. oxalaticus) I et II. • Souches des biotopes pollués par les métaux lourds (naturellement ou par acivité anthrpogénique), I et IVa. • Souches résistantes aux métaux lourds de la Nouvelle Calédonie (biotopes riches en nickel), III. • Souches cataboliques qui dégradent le PCB, 2,4-D (ex-A. eutrophus) II et III. • Isolats cliniques : R. pikettii, IVb. Le genre Ralstonia
  • 4. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 4 © VITO • Métabolisme chimiolithotrophe. • Présence de deux mégaplasmides pMOL28 et pMOL30 qui conférent les résistances aux métaux lourds. • Capacité d’accepter et d’exprimer les gènes hétérologues. • Phénomène décrit comme TSP : Thermospontagenèse Ralstonia eutropha CH34
  • 5. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 5 © VITO •Mutagenèse et Mortalité Induite à la Température : TIMM • Mortalité élevée à 37°C, 10-5 à 10-4 de survivants. • Tsp est observé à 37 °C sur milieu riche seulement ou sur milieu minimum additioné de méthionine. • 10 à 80% des survivants sont des mutants : • Auxotrophies, source d’energie, gènes cataboliques... • Réarrangements plasmidiens : délétions, pertes, génération de pMOL50-like accompagné de la sensibilité aux métaux lourds. • Les élements IS sont impliqués dans la Tsp(IS1086). • Tsp est régulé par un locus chromosomique. • D’autres stress comme la congélation et la coexistence des réplicons incompatibles induisent des mutations de type Tsp. Phénotype Tsp
  • 6. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 6 © VITO Distribution du phénotype Tsp parmi les souches Ralstonia métallorésistantes Souche Génotypes de résistance aux métaux lourds Origine Phénotypes des mutants obtenus CH34 czc, cnr usine de zinc; Liège; Belgique. Ace- , Amm- , Aut- , Czc- , Dca- ,Gld- , Lct- , Lys- , Met- , Nar- , Pro- , Ser- , Thr- ,Tyu- AB2 czc tailing d'une usine métallurgique; Kipushi; Congo. Czc- , Ilva- , Lac- , Nar- , Pro- , Val- AS39 czc, cnr " Likasi-sud; Congo. Aut- , Czc- , Nar- , Pro- , Thr- , Tyu- AS167 czc, cnr " " Arg- , Aut- , Czc- , Lac- AS168 czc, cnr " " Lct- , Lys- , Met- Sh2-1 czc " " Aut- , Czc- , Lys- KT01 czc, cnr station d'épuration; Göttingen; Allemagne. Aut- , Czc- , Lys- KT02 ncc " Czc- , Lys- KT21 czc " Aut- , Pro- , Tyu- 31A ncc bassin de galvanisation; Holzminden; Allemagne. Lys- , Pro- ,Thr- SV661 czc, cnr usine de métallurgie; Beerse; Belgique. Aut- , Czc- , Lys- , Nar- ER122 czc usine de métallurgie; Overpelt; Belgique. Czc- , Ilva-
  • 7. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 7 © VITO Arbre phylogénétique ARDRA
  • 8. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 8 © VITO I. Le gène dnaK de la souche CH34 («R.eutropha»/Alcaligenes ») et le phénotype mutateur Le gène dnaK a été cloné et séquencé ce qui nous a permis d’isoler un mutant qui n’exprime plus ce gène. A 33°C, la croissance de ce mutant dnaK est ralentie mais son compte viable n’est pas affecté ; le mutant ne pousse absolument plus à 35°C (Table 2). A 34°C, on observe la même mortalité qu’à 37°C pour le sauvage et avec un haut pourcentage de mutants parmi les survivants. Les phénotypes observés sont cependant différents : on n’observe pas de lys mais des auxotrophes pour le phosphate ou la sérine, types de mutants qui n’avaient jamais été observés jusqu’à présent. Mais aussi bien à 34°C chez le dnaK qu’à 37°C chez le sauvage on observe une fenêtre d’un degré avant la létalité complète, qui permet la sélection de mutants. Il semble aussi que la mutation dnaK n’affecte pas vraiment l’efficacité du phénotype mutateur ni même son fonctionnement. Mutagenèse du gène dnaK
  • 9. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 9 © VITO Chinese hamster C. elegans D.melanogaster Pavlova lutherii Cryptomonas phi Ondotella sinensis Thermus aquaticus Halobacterium cutirubrum Halobacterium marismortui Agrobacterium tumefaciens Rhizobium meliloti Caulobacter crescentus Burkholderia cepacia E. coli Salmonella typhimurium Hemophilus ducreyi Hemophilus influenzae Francisella tularensis Chlamydia trachomatis Borrelia burgdorferi Bacillus megaterium Bacillus subtilis Lactococcus lactis Staphylococcus aureus Clostridium perfringens Methanosarcina mazei Mycobacterium tuberculosis Mycobacterium leprae Streptomyces coelicolor Clostridim acetobutylicum Hydra magnipapillata A. eutrophus CH34 Eucaryotes, animaux et végétaux Protéobactéries Bactéries à Gram+ Ratus norvegicus Phylogénié basée sur la séquence de DnaK/HSP70
  • 10. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 10 © VITO U : amorce sens de pPw78 R : amorce antisens de pPw78 plac Tet oriColE1 oriT oriF pPw78:: dnak TGA 2016 dnak23 dnak23 pPw78dnak pPw78 R reverse reverse 1200 bp ATG 1 Gène dnaK chromosomique dnak22 Plasmide suicide pPW78 contenant un fragment du gène dnaK de 1227 bp. Recombinaison homologue et intégration dans le chromosome R U ~ = Tet ATG dnak18 promoteur Chromosome Chromosome U universel 2016 Stratégie de mutagenèse
  • 11. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 11 © VITO souche génotype 25°C 30°C 33°C 34°C 35°C 37°C 38°C CH34 sauvage 1 1 1 1 1 10 à 10 -4 -5 0 AE2525 dnaK10 (a) 1 1 1 5 x 10 -5 0 (d) 0 0 (c)(b) a) le mutant dnaK10 a été obtenu par recombinaison homologue avec un plasmide TetR contenant un fragment du gène dnaK de R. eutropha-like CH34. Les comptes viables d'AE2525 se font en présence de tétracycline. La fréquence de survie 1 correspond à un compte viable de 5 x 108 ; 0 = une fréquence inférieure ou égale à 2 x 10-11 ) (b) Croissance ralentie (c) Parmi 150 survivants à 34°C testés pour la présence de mutations : les phénotypes suivants ont été retrouvés : 7 Aut- , 9 Pho- (auxotrophes pour le phosphate), 1 Aut- Pho- , 1 Ser‑ et 1 Pro- (d) Après 5 jours d'incubation, quelques colonies apparaissent (suppresseurs ?). Réponse à la température du mutant dnaK-
  • 12. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 12 © VITO Les résultats rapportés (comptes viables et production de mutants dans 80 cultures (40 cultivées à 29° et 40 cultivées à 37°C) suggère que maintes mutations préexistent à 29°C et que le phénotype mutateur existe aussi à cette température. Mais apparemment seule l’exposition prolongée à 37°C permet de sélectionner certains phénotypes thermorésistants comme celui qui accompagne l’auxotrophie pour la lysine mais l’événement, qui cause cette mutation, semble pouvoir être généré aux deux températures. Par ailleurs, ces mutants lys- dont le compte viable sur boîtes est à peine affecté à 37°C affecté à continuent de muter à 37°C : ceci est observé aussi bien milieu liquide que sur boîtes :on peut donc apparemment séparer l’effet de mortalité de la mutagenèse et donc maintenir celle-ci à un niveau extrêmement élevé par rapport au compte viable. Cette observation pourrait trouver une application dans la mutagenèse dirigée (extension du spectre de dégradation de certaines familles de substrats récalcitrants). Approches du phénotype mutateur en cultures liquides
  • 13. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 13 © VITO T° Temps de culture avant étalement T° incubation des comptes viables Pourcentage de mutants dans les répliques Phénotypes 29° 22h (a) 37° 34 % (17 / 50) 8 Aut - , 3 Lys - , 4 Thr - , 1 Cnr - , 1 Aut - Czc - 37° 22h (b) 37° 60 % (30/ 50) 21 Aut - , 6 Lys - , 2 Thr - , 1 Lys - Czc - Cnr - 29° 22 h (a) 29° 5% (10 / 200) 2 Czc - , 8 Aut - 29° 260 h (c) 29° 5,6 % (9 /160) 1 Czc - , 8 Aut - 37° 22 h (b) 29° 3 % (12 / 400) 2 Czc - , 5 Aut - , 3 Lys - , 1 Thr - , 1 Cnr -- 37° 260 h (d) 29° 71 % (280/394) 155 Czc - , 43 Aut - , 25 Lys - , 7 Thr - , 1 Aut - Cnr - , 31 Aut - Czc - , 9 Aut - Czc - Cnr - , 9 Lys - Czc - Cnr -
  • 14. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 14 © VITO Une préculture en milieu minimal en fin de phase log. a été inoculée dans à 400mL de milieu LB (5.105 cell/mL) divisés en 80fractions de 5 mL incubées dans des tubes à essai: 40 à 29°C et 40 à 37°C. A la fin des temps indiqués, les cultures sont titrées aux deux températures et les comptes viables sont testés par répliques pour la présence de mutants. Les résultats des répliques présentés ici concernent une seule culture caractéristique ou significative. a)&c) Les cultures à 29°C ont un titre moyen de 2.109 ufc/mL; leurs comptes viables ont une survie moyenne de 4.3.10-4 (a) et 3,4.10-5 (c). b)les cultures à 37°C sont quasi limpides ; titre moyen à 29°:1,1.103 , à 37°: 13 ufc/mL. c) sur les 40 cultures à 29°C, seules 9 fournissent quelques mutants pour l’effectif testé (100 colonies): l’exemple montré indique la limite supérieure d)sur les 40 cultures à 37°C, 5 ne contenaient que des prototrophes (en fait des mutants thermorésistants), 1 que des Lys- , 1 que des Aut- , 11 étaient entierement mutantes avec une fraction de mutants doubles et multiples, 22 contenaient un mélange de mutants et de prototrophes. Cultures en milieu liquide et production de mutants
  • 15. DIENST INFORMATIESYSTEMEN FILE 15 © VITO Ces observations induisent de nombreuses questions parmi lesquelles : - la température n’a-t-elle qu’un effet de sélection de certains phénotypes ou doit-on considérer qu’elle puisse aussi induire certains événements (remarquons à cet égard, que d’autres stress (comme la coexistence forcée entre deux réplicons incompatibles) génèrent dans la souche CH34 de hautes fréquences de mutants producteurs de mélanine (tyu- ) ) ? - le phénotype mutateur (qui apparaît ici comme un caractère taxinomique) est-il vraiment lié à la survie dans des biotopes hostiles ? ; et dans ce cas, est-il une illustration d’un système vivant où une réparation de type SOS serait «surexprimée » pour garantir l’adaptation évolutive dans un environnement hostile à défaut d’une survie adéquate ? - les mutations qui sont générées par ce phénotype mutateur offrent-elles un avantage quelconque à la bactérie ? Peut-on utiliser ce phénotype pour une sélection de type «positif» ? - comment sont générées les mutations multiples comme celles que l’on observe dans les remaniements plasmidiens ? CONCLUSION