Production Documentaire Interactif en France

2 613 vues

Publié le

Panorama de la production de documentaire interactifs (web documentaires) en France. Des circuits classiques impliquant le CNC aux méthodes "Do it yourself", crowdfunding etc.

Publié dans : Art & Photos
0 commentaire
2 j’aime
Statistiques
Remarques
  • Soyez le premier à commenter

Aucun téléchargement
Vues
Nombre de vues
2 613
Sur SlideShare
0
Issues des intégrations
0
Intégrations
1 124
Actions
Partages
0
Téléchargements
50
Commentaires
0
J’aime
2
Intégrations 0
Aucune incorporation

Aucune remarque pour cette diapositive

Production Documentaire Interactif en France

  1. 1. PRODUIRE UN IDOC DIY & methode tradition Gerald HOLUBOWICZ @gholubowicz
  2. 2. Fondateur de Chewbahat Storytelling Lab Co-fondateur de Storycode Paris Photojournaliste (France, U.S.A) (Abaca, Polaris, Gamma, Corbis) Auteur de The Moneyocracy Project BIO 2  
  3. 3. Création et de production du documentaire interactif • L’Auteur, cœur battant du projet • Le Producteur, chef d’orchestre de l’idoc • Les organismes publics, une aide forte à la création • Le diffuseur, un partenaire essentiel Casting
  4. 4. Un   tournage   de   film,   ça   ressemble   exactement   au   trajet   d'une   diligence   dans   le   Far   West   ;   d'abord   on   espère   faire   un   beau   voyage  et  puis  très  vite  on  se  demande  si  on  arrivera  à  desBnaBon  “ ”François Truffaut
  5. 5. L’auteur
  6. 6. C’est une vision neuve d’un vieux métier : Il continue de raconter des histoires mais les développe avec les outils contemporains. C’est un regard fort mais dont la place évolue de plus en plus Co-création, partage des rôles, l’auteur doit se remettre en question.
  7. 7. Auteurs de tous horizons Un mix de compétences : du cinéma, de la télé, de l’Internet, des jeux vidéos, de la photo, de l’écrit… journalistes documentaristes, artistes ou créateurs… D’où la nouveauté des écritures, des narrations, des formes explorées.
  8. 8. Vivre la Mutation L'auteur doit « lâcher prise » •  Le partage & la collaboration : Avec les co-auteurs, le designer, le producteur, le public, l’ensemble du team. L’auteur s’enrichit de ces collaborations. •  L’oeuvre n'est plus forcément monolithique & linéaire, elle évolue, se transforme, s’adapte à l’utilisateur.
  9. 9. Le producteur
  10. 10. Trouver la perle C'est quoi un "bon" projet ? « Coup de coeur » ou intérêt personnel Ligne éditoriale de la société Potentiel d'audience(s) Potentiel de financement(s) R&D / innovation
  11. 11. Comment? Proposition spontanée de dossiers Veille internet active Festivals & marchés (Sunny Side, I Love Transmedia, Cross Video Days, IDFA Doclab)
  12. 12. Challenger le projet Envisager  /  tester  de  nouvelles  pistes  interacBves      Pousser  l'auteur(e)  à  prendre  en  compte  la  place  de   l'internaute  dans  l'histoire  et  la  navigaBon      Eventuellement  lui  faire  rencontrer  un  graphiste  et/ou   développeur  très  en  amont      Définir  les  supports  (web,  tableLe,  smartphone…)
  13. 13. Elaborer le projet Formaliser  l'idée     (Cible,  message,  point  de  vue,  intenBon)     Formaliser  la  narraBon  interacBve   (schéma  narraBf,  arborescence,  storyboard…)
  14. 14. EQUIPE  DE  TOURNAGE    Réalisateur,  techniciens  prod/post-­‐prod…    Matériel  (caméras,  son…)     EQUIPE  DEVELOPPEMENT  WEB    Graphiste  web  :  porTolio  vs  le  sujet  de  l'auteur(e)      UX  Designer  :  ergonomie  de  l'interface,  principes  de  navigaBon      Game  Designer  :  définiBon  du  gameplay,  scénarisaBon      MoBon  Designer  :  animaBons  AWer  Effects,  modélisaBon  3D     Développeur(s)  :  selon  foncBonnalités  /  technologies  retenues   (Flash,  HTML5,  PHP,  base  de  données  MySQL,  iOS  /  Android…)     Sound  Designer  :  bande-­‐son  de  l'interface,  des  interacBons…   La A-Team au service du projet
  15. 15. LES  GRAPHISTES  DESIGNERS:     Behance  –  Pinterest  –  Awwwards     LES  PLATEFORMES   RacontR   Klynt     LES  DEVs  :   www.codeur.com   LinkedIn  /  Viadéo     Les  graphistes  et  développeurs  des  webdocs  que  vous   avez  appréciés  ou  une  agence  web  pour  une  soluBon  intégrée   Où les trouver??
  16. 16. RacontR
  17. 17. Klynt
  18. 18. Financement Marchés Distributeurs
  19. 19. I-doc
  20. 20. Financement Conventionel Financements  publics  (50%  max  du  budget)  :   •  SCAM  :  Brouillon  d'un  rêve  mulBmédia  [auteurs]   •  CNC  Nouveaux  Medias  Aide  à  l'Ecriture/Développement   •  (MulB  support  vs  Internet/Mobile)  [auteurs]  [prod]   •  CNC  Nouveaux  Médias  Aide  à  la  ProducBon  [prod]   Régions  :   •  Nord-­‐Pas-­‐de-­‐Calais  [prod]  [auteurs]   •  Rhône-­‐Alpes  [prod]  [auteurs]   •  …   •  MEDIA  (Union  Européenne)  [prod]  
  21. 21. Financement Conventionel Focus  CNC  Nouveaux  Médias   •  Planning  commissions   •  vendredi  25  avril  2014   ComposiOon   •  ALendus  Dév  vs  Prod   •  Contact  (Pauline  Augrain)  
  22. 22. Financement Conventionel PROJETS  ÉLIGIBLES   le  projet  doit  être  un  concept  original   comprenant  des  contenus  spécifiques   (linéaires  ou  interacBfs)  pour  les  nouveaux   médias       Le  projet  doit  être  desBné  à  plusieurs  médias,   dont  le  cinéma  et  /  ou  la  télévision.  le  projet   doit  proposer  des  développements  narraBfs   spécifiques  sur  chacun  des  supports       L’agrégaBon  des  différents  contenus  forme  un   univers  et  présente  une  dimension  interacBve   et/ou  parBcipaBve       Le  projet  doit  être  conçu  et  écrit  en  langue   française.  
  23. 23. Financement Conventionel FOCUS  INA  (InsOtut  NaOonal  de  l’Audiovisuel)     L'Ina  peut  financer  une  parBe  du  projet  en   faisant  de  l'apport  en  industrie  avec  ses  archives.     Depuis  le  1er  janvier  2013,  l'Ina  a  revu  sa  grille  tarifaire   et  mis  fin  à  la  "minute  indivisible"  >>  FacturaBon  à  la   seconde  (au-­‐delà  de  30")   Financement public plafond max de 50%
  24. 24. Financement Privés (diffuseurs)   •  France  Télévisions  Nouvelles  Ecritures   •  ARTE  France  Pôle  Web   •  Canal+   •  France24   •  TV5  Monde   •  Le  Monde   •  LibéraBon   •  Rue89   •  …  
  25. 25. Financement Privés (hors diffuseurs) •  Ateliers  Orange  de  la  créaBon       •  Bourse  DailymoBon  [MoBon  Makers]       •  Les  ONG  (Abbé  Pierre,  MSF,  Médecins  du  Monde…)       •  Le  crowdfunding  (Ulule,  KKBB…)       •  OuBl  de  donaBon  en  ligne  (FlaLr)       •  Apple  Store,  Google  Play     •  Les  fondaBons  d'entreprises  (Fond.  JL  Lagardère…)       •  Les  marques    Ex:  Homo  Numericus  Bollendorff)     •  TFI  New  Media  (USA),  ITVS  (USA),  BritDoc  (Grb)  
  26. 26. Budgets, Contrats, à voir EsOmaOon  des  temps  passés,  tarifs  des  "profils   digitaux"  (coût/jour  vs  forfait)…     •  PlanificaBon  des  tâches   •  Contrats  avec  les  auteurs  /  prestataires  /  diffuseurs   •  Assurances  pour  les  tournages  
  27. 27. Cross ou Transmédia?   •  FragmentaBon  :  des  usages  &  aLentes  différentes  sur   tableLe,  smartphone,  réseaux  sociaux…     •  ArBculaBon  du  contenu  entre  les  différents  diffuseurs   (et  donc  entre  les  différents  supports)     •  CommunicaBon,  notamment  sur  les  réseaux  sociaux  
  28. 28. La distribution DIY •  L’experience  non-­‐linéaire  difficile  à  diffuser   •  L’expérience  linéaire  facile  à  diffuser  et  bénéficie  des   canaux  sur  le  web   •  Le  diffuseur  TV  n’est  pas  le  seul  diffuseur  possible   •  En  fait,  il  est  même  contre-­‐nature  d’envisager  une   distribuBon  web  via  un  diffuseur  TV   •  Nombreuses  plateformes  existent  en  premier  ou   second  circuit.  
  29. 29. Les plateformes
  30. 30. Snagfilms   La distribution DIY
  31. 31. Vodo   La distribution DIY
  32. 32. A  Rajouter  à  ce]e  Liste:     •  Submarine  Channel  –  Hollande   •  Cinelan  –  U.S.A  (format  trés  courts)   •  Babelgum  –  U.S.A   •  DailymoBon   •  Youtube   •  Vimeo   •  Blip.tv   La distribution DIY
  33. 33. LES  LIMITES:     •  Le  seuil  de  rentabilité  lié  à  la  taille  du  marché   •  Le  télédiffuseur  doit  rester  au  coeur  du  disposiBf   •  La  quesBon  des  droits  et  la  mulBplicaBon  des  contrats   d’exploitaBon   •  De  nouvelles  compétences  et  une  charge  de  travail   supplémentaire  pour  les  réalisateurs  et  les  producteurs   •  Le  rôle  primordial  des  moteurs  de  recherche  :  se  faire  voir   •  L’effet  de  la  longue  traîne  remis  en  quesBon   La distribution DIY
  34. 34. Business Model
  35. 35. Business Model   •  Un  projet  =  un  business  model   MAIS   •  Les  financements  mixtes  doivent  prévaloir   •  La  recherche  innovante  de  revenus   •  La  tendance  est  au  financement  privé  en   amont,  l’achat  et  le  licensing  en  aval.   •  MulBplicaBon  des  sources  de  revenus.  
  36. 36. Business Model   A  considerer  en  termes  de  débouchés:   •  Merchandising  périphérique   •  Ventes  directes  DVD  sur  site   •  Sites  de  streaming   •  Plateformes  de  distribuBon  indépendantes   •  Amazon.com   •  Itunes   •  Licensing  dans  l’éducaBon  
  37. 37. Le crowdfunding Le  Web  ne  déclenche  pas  une  levée  de   fonds  spontanée  :  le  travail  de  mobilisaOon   de  la  communauté  puis  de  fidélisaOon  des   donateurs  est  toujours  à  faire  
  38. 38. Le crowdfunding   •  Un  système   d’intéressement   aux  bénéfices.   •  Des  plateformes   d’intermédiaBon   entre  le  public  et   l’auteur  
  39. 39. Le crowdfunding   1.  Les  internautes  misent  sur  un  film  pour  un   montant  égal  ou  supérieur  à  la  valeur  d'une   contreparBe  choisie.     2.  Les  collectes  durent  un  temps  limité  pendant   lequel  les  parBcipaBons  se  cumulent  dans  le  but   d'aLeindre  ou  de  dépasser  l'objecBf  minimal   déterminé  par  l’auteur  ou  le  producteur  du  projet.     3.  Tant  que  l'objecBf  n'est  pas  aLeint  les   contribuBons  des  parBcipants  sont  enregistrées  et   mises  en  aLente,  sans  débit  bancaire  réel.     4.  Le  porteur  de  projet  et  ses  parBcipants  ne   récupèrent,  pour  l'un,  le  montant  collecté,  pour  les   autres,  leurs  contreparBes,  qu'à  la  condiBon   expresse  que  la  collecte  soit  réussie.  
  40. 40. Le crowdfunding   5.  Les  «  collecteurs  »,  pour  être  certains   d’aLeindre  leur  mise,  fixent  des  objecBfs  de   collecte  d’un  montant  qui  tourne  le  plus   souvent  autour  de  10  000  $.     6.  En  soutenant  financièrement  le  film,   l’internaute  acquiert  d’emblée  le  statut  de   spectateur  privilégié  et  il  lui  est  demandé  de   relayer  la  promoBon  du  film  auprès  de  ses   réseaux.     7.  Pour  aƒrer  l’internaute,  les  plateformes   misent  sur  l’aLrait  de  cadeaux  qui  seront   offerts  aux  contributeurs  :  invitaBon  à  la   première,  DVD,  nom  au  générique,  etc.  
  41. 41. Le crowdfunding   Fiscalité     Par$culier  :   Fonds  collectés  =  déclaraBon  d'IR     Entreprise  :   Fonds  collectés  =  bénéfice   imposable  (déclaraBon  de  chiffre   d'affaires  pour  auto-­‐ entrepreneurs)     ContreparBes  soumises  à  TVA  
  42. 42. Le crowdfunding   Les  contributeurs  sont  des  donateurs,  pas  des  invesOsseurs  :   pas  de  royalBes  (sauf  pour  TousCoProd)  ou  RNPP     Pas  de  lien  contractuel  entre  les  contributeurs  et  le  porteur   de  projet     "Que  la  présentaOon  et  la  réalisaOon  du  Projet  et  la  Collecte  des  Dons  y   afférents  ne  sauraient  être  consOtuOfs  d'un  lien  contractuel  quelconque   entre  les  KissBankers  et  la  Société,  le  Créateur  de  Projet  restant  seul   responsable  de  la  collecte  et  de  l'uOlisaOon  des  Dons,  de  la  réalisaOon   du  Projet  et  de  la  livraison  des  contreparOes  comme  figurant  sur  votre   page   projet,  tel  que  présenté  sur  le  Site,  ainsi  que  de  tout  changement  des   Paramètres  du  Projet"  
  43. 43. Le crowdfunding, les plateformes
  44. 44. Kickstarter Créé  en  2009     Accès:  U.S.A  &  U.K       En  2012   2,241,475  “backers”   $319,786,629   18,109  projets  financés     10%  de  films  à  Sundance   sont  financés  par   Kickstarter     5%  charges  +  3-­‐5%   Amazon   h]p://www.kickstarter.com/year/2012  
  45. 45. Kickstarter Double  fine,  éditeur  de   jeux  vidéos,  a  réuni   $3,335,265    soit  8  fois  de   plus  que  le  montant   demandé  de  $400,000.       Le  dernier  projet  de   Double  fine  a  réuni   $785,000  en  une   semaine.   h]p://www.kickstarter.com/year/2012  
  46. 46. 1er film Kickstarter a gagner un
  47. 47. Indiegogo Créé  en  2008     Acces:  Interna$onal     Possibilité  de  re$rer  les   fonds  même  en  cas   d’echec.     4%  charges  +  3%  de   process  carte  de  crédit  +   25$  pour  les  campagnes   non-­‐U.S    
  48. 48. KissKissBankBank
  49. 49. Ulule
  50. 50. KickSaver (un outil) Kicksaver  permet  de   sauver  les  projets   Kickstater  sur  le   point  de  terminer   www.kicksaver.net  
  51. 51. The  Age  of  Stupid  |  Spanner  Films   •  £450.000  recueillis   •  ObjecBf:  toucher  58   millions  de  spectateurs   avant  le  sommet  de   Copenhague.   •  SorBe:  22  septembre  2009   •  700  salles  +  free  online  en   streaming  pendant  1  mois.  
  52. 52. IronSky  |  Blind  Spot  Pictures   •  $300.000  en   Crowdfunding   •  $900.000  en   Crowdinvestment   •  $6.000.000  financement   classique.     •  Crowdsourcing  via   “wreckamovie.com”  
  53. 53. En  France   •  Paroles  de  Roumains  |  Marianne  Rigaux   •  Arevah  |  Micha  Patault   •  L’autre  élecBon  |  Igal  Kohen   •  Et  bien  d’autres…  
  54. 54. Autres Solutions de Monétisation
  55. 55. Players VOD – VHX
  56. 56. Players VOD – VHX (films)
  57. 57. Players VOD – BitTorrent Bundle Beta  mode  
  58. 58. Players VOD – Movie Discovery
  59. 59. Players VOD – IndiePIX Film
  60. 60. Merci …

×